Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Un modèle pour l'organisation de la recherche

Piou père et fils : deux figures d’ingénieurs des ponts et chaussées, d’après les papiers conservés aux archives nationales

Cécile Souchon

Texte intégral

1Les papiers de (ou sur) certains ingénieurs conservés au Centre historique des Archives nationales (CHAN) proviennent de sources multiples que l’on a parfois la chance de trouver réunies, et qu’il vaut la peine de croiser lorsqu’elles coexistent : dossier administratif personnel qui n’omet rien de leur carrière (série F14, travaux publics), dossiers administratifs de leurs réalisations, constitués par leur activité même d’ingénieurs et par là, d’architectes (autres blocs de côtes de la série F14, ou série F13, bâtiments civils) auxquels il faut ajouter, dans le cas de la famille Piou, un fonds d’archives privées acheté par ailleurs lors d’une vente (147 AP, fonds Piou).

2Jacques Piou (1741-1821) formé sur place, marque la Bretagne de son empreinte au cours du long séjour pendant lequel se déroule sa carrière d’ingénieur des Ponts et Chaussées.

3Son fils Jacques François Marguerite (1770-1861), d’abord son élève et son aide, est envoyé dans le département du Jemmapes pour y installer des Ponts et Chaussées à la française, avant d’être nommé dans la Nièvre, la Sarthe, l’Ille-et-Vilaine, et de finir sa longye vie dans son département d’origine, les Côtes-du-Nord.

4Fonctionnaires fidèles et zélés secoués par l’histoire, les Piou témoignent de l’évolution des formations reçues, de l’importance des réseaux sociaux, de l’ardeur des serviteurs de l’État monarchique, puis républicain, puis de nouveau monarchique, appliquée à un champ d’action immense et périlleux, l’aménagement du territoire, pour lequel ils se dépensent sans compter.

JACQUES PIOU PÈRE

  • 1 CHAN, F142299/2.

5Du dossier administratif de Jacques Piou1 découle une biographie dont il n’y a pas lieu de douter, puisque chaque assertion est prouvée par des pièces soit officielles, soit personnelles, qui éclairent ses péripéties. Il faut entendre par pièces personnelles des correspondances, des suppliques pour obtenir de l’avancement, des réclamations ou des plaintes argumentées.

6Ainsi, Jacques Piou relate-t-il lui-même ses débuts professionnels dans un long rapport du 26 fructidor an XII [13 septembre 1804] et un tableau de ses états de service du 15 vendémiaire an XIII [7 octobre 1804].

  • 2 Jean-Baptiste Ceinerey (1722-1811) architecte-voyer de la ville de Nantes, construisit plusieurs q (...)

7Né le 11 avril 1741 au Loroux-Bottereau (aujourd’hui en Loire-Atlantique) il suivit le cours complet d’humanités au collège de Nantes jusqu’en 1759, puis se livra toujours à Nantes à l’étude du dessin, des mathématiques, et de l’architecture théorique et pratique. De Nantes il partit pour Paris, afin de se perfectionner en suivant durant presque trois ans (34 mois) les leçons de l’Académie d’architecture et l’enseignement du « sieur Houdon », inspecteur des Menus-Plaisirs. De retour à Nantes en 1765, il fut employé à la construction (et se dit même conducteur des travaux) du palais de la Chambre des comptes sous les ordres de Jean-Baptiste Ceinerey2, architecte-voyer de la ville.

8Admis en janvier 1766 élève des Ponts et Chaussées de Bretagne, et employé par M. Simon, ingénieur en chef de cette province, il fut reçu surnuméraire des Ponts et Chaussées au département de Nantes tout en continuant à œuvrer pour le chantier de la Chambre des comptes, puis en janvier 1767 ingénieur en second des États de Bretagne au département de Guingamp. Exemple parfait des ingénieurs des Ponts et Chaussées qui ne sont pas encore tous passés par le moule trop neuf de l’école fondée en 1747 dans la capitale par Trudaine et Perronet, mais qui ont bénéficié d’une formation rapprochée dispensée directement du maître à l’élève, Jacques Piou remporte le 4 août 1777 par concours la place d’ingénieur du département de Dol, Saint-Malo et Rennes, et devient en 1785 lui-même examinateur des concours. Sa carrière se déroule sur quarante-quatre années d’activité dans les bâtiments civils et les Ponts et Chaussées.

Figure 1 : Certificat pour bons services délivré par les commissaires de la Commission intermédiaire des États de Bretagne à Jacques Piou père, ingénieur chargé des routes de la province, 24 décembre 1790 (CHAN, F142299/2/p. 129).

  • 3 Il s’agit plus vraisemblablement de 1777, les abbayes mentionnées étant alors en pleine transforma (...)
  • 4 Mine de plomb argentifère du Finistère exploitée jusqu’en 1850.

9Il déclare avoir été pourvu en 17873 par M. Delapierre, grand maître des Eaux et forêts de Bretagne, d’une commission d’ingénieur arpenteur général des eaux et forêts de cette province, cette fonction n’étant point alors incompatible avec celle d’ingénieur des Ponts et Chaussées. Au cours des dix-neuf années où il exerce cette commission, il fournit les plans du « perfectionnement » de plusieurs abbayes : La Meilleraye, Saint-Aubin, Saint-Maurice, Bon-Repos, La Vieuville de Paimpont, ceux de la reconstruction complète de l’abbaye du Relec, commencée en 1775 mais arrêtée par la Révolution, et même ceux d’une nouvelle cathédrale pour Rennes, approuvés par l’Académie d’architecture de Paris, mais abandonnés au profit d’autres projets à cause « d’une dissidence qui existait entre l’évêque et son chapitre ». Il érige une salle de spectacles pour Saint-Malo, et dans un autre domaine, du fait de ses relations avec la direction des Mines, il est l’auteur en 1776 d’un hôpital pour les ouvriers blessés ou malades de la mine de Poullaouen4.

10Son activité se manifeste, exclusivement en Bretagne, par maintes réalisations, parmi lesquelles le pont de Blancessai, la route de Saint-Malo à Dol, le pont de Dol et celui de Fougères, l’achèvement du pont de Mordelles, le pont de Gouet, le projet des écluses de Malestroit sur l’Oust approuvé par Perronet lors de sa venue en Bretagne en 1779, des projets de ponts à Belle-Ile-en-Terre, Lannion, Dinan, d’autres pour des ports maritimes de commerce, peut-être dans la dynamique créée par celui de Lorient. Jacques Piou est encore amené à surveiller les travaux des digues des marais de Dol et Pontorson, ce qui, écrit-il en fils de son siècle effrayé par les forces indomptées de la nature, « exigeait des connaissances locales des effets de la mer et des moyens de lui opposer une barrière souvent inutile et détruite par cet élément fougueux et terrible ».

PENDANT LA RÉVOLUTION

11Cependant, cet homme de l’Ancien Régime est bientôt passé au crible d’autres valeurs, et confronté à un tout autre genre de vie.

  • 5 CHAN, F142299/2 pièce 129. Attestation du 24 décembre 1790.
  • 6 Antoine-Louis Chaumont de la Millière (1746-1803) est un grand serviteur de Louis XVI.
  • 7 CHAN, F1410170/8/1 : voir par exemple la carte des routes du département des Côtes du Nord signée (...)
  • 8 Pierre-Joachim Besnard (1741-1808) connaît une carrière dans les Ponts et Chaussées uniquement bre (...)

12En mars 1791, Jacques Piou, recommandé par les députés des États de Bretagne5, supplie l’intendant M. de La Millière6 de ne pas lui faire quitter son « département » de Dol, Saint-Malo, Rennes, où il exerce depuis 1777 ; il affirme être sollicité par l’Administration centrale du « département » d’Ille-et-Vilaine (dans la nouvelle acception du terme de département) pour y être ingénieur en chef, mais il est néanmoins « par des arrangements tenant à la Révolution » nommé le 21 août 1791 ingénieur en chef des Côtes-du-Nord7, et breveté le 9 mai 1792. L’avis de l’inspecteur général des Ponts et Chaussées Besnard8 du 8 septembre 1791 est sans aménité : « Maintenant qu’au-delà de toute espérance, il est élevé au grade d’ingénieur en chef des Côtes-du-Nord, il s’entête à vouloir l’être du département de l’Ille-et-Vilaine, mais puisqu’on nous force à le dire, le sieur Piou n’a pas les moyens suffisants pour être à la tête des canaux de navigation et des digues de Dol qui ont, pour ainsi dire, péri entre ses mains ». Ce qui n’empêche pas le même Besnard de former le fils de l’ingénieur ainsi dénigré.

13Les correspondances conservées dans le dossier administratif de Jacques Piou démontrent abondamment que les années révolutionnaires, en particulier la décennie 1794-1804, sont pour le corps des Ponts et Chaussées tout entier et pour lui nommément, un temps d’épreuves et de grandes difficultés : une insécurité périlleuse, voire une Bretagne en état de guerre, des finances en déconfiture, une véritable disette, un manque inconfortable de considération, une administration soupçonneuse et autoritaire. Aux angoisses du responsable d’un service bousculé mais ininterrompu, s’ajoutent les inquiétudes quotidiennes d’un père de famille sans fortune, sans même qu’il soit mêlé de près aux soubresauts politiques du temps.

14Le 26 brumaire an III [16 novembre 1794], Piou écrit aux commissaires des Travaux publics :

Je ne peux m’empêcher de vous faire part combien le défaut de paiement nous fait tort et nuit au service des routes, car je ne peux exiger des ingénieurs qui n’ont pas le sou de voyager dans un moment où les denrées et les auberges sont à un prix dont vous n’avez pas d’idée dans la capitale de la république, où tout est porté et où tout abonde [...].

15La pénurie touche jusqu’aux moyens élémentaires du travail des ingénieurs. Ainsi, Piou se plaint le 23 messidor an III [11 juillet 1795] aux citoyens composant la Commission des Travaux publics :

J’ai reçu la lettre que vous m’avez écrite le 7 de ce mois par laquelle vous m’annoncez avoir adressé à l’administration du département des Côtes-du-Nord les six cartes de Cassini dans lesquelles se trouve comprise l’étendue du département qui m’est confié. L’Administration du département m’a remis ces cartes qui nous seront vraiment utiles pour notre service, mais j’aurais désiré que vous y eussiez joint un double des numéros 127, 128, 136, et 168 contenant la côte de ce département pour être remise à l’ingénieur ordinaire qui est particulièrement chargé de travaux des ports de commerce et de la défense des côtes, et je serai obligé pour son service de lui confier celles que vous m’avez fait remettre, ce qui me les rendra à peu près inutiles. Si on pouvait s’en procurer à prix d’argent, je ne vous importunerais pas pour cet objet. Reste actuellement à recevoir les instruments que vous nous avez promis par votre lettre du 19 brumaire dernier. La majeure partie des ingénieurs n’ont ni graphomètres, ni planchettes, ni alidades, ou du moins de très mauvaises, et quand il y a des plans à lever, ce qui arrive très souvent, je suis obligé de prêter mes instruments et de les faire voyager, ce qui est très gênant. Je vous prie donc de nous envoyer le plus tôt possible cinq planchettes, cinq alidades et cinq graphomètres, cinq chaînes et piquets d’arpenteur, parce que ne pouvant faire travailler avec la même célérité que par le passé à nos routes, j’emploie les ingénieurs qui sont sous ma direction à former les projets les plus urgents, pour être exécutés quand le chouanage [sic] sera dissipé dans ce département et l’équilibre du numéraire rétabli. De tous les instruments les plus pressés dans ce moment, ce sont les cinq planchettes, alidades et chaînes. Salut et fraternité.

16Le 26 messidor an III [14 juillet 1795] :

  • 9 Invention fumante donc repérable par l’ennemi, dont Napoléon exige peu après la suppression.

les ingénieurs employés dans le département qui m’est confié me prient de vous demander [...] s’ils sont exempts du service de la garde nationale. Notre département étant frontière et presque en état de guerre tant par les Chouans qu’à cause des Anglais qui menacent journellement nos côtes, nous sommes obligés de faire continuellement le service des ingénieurs militaires dont aucun ne demeure sur l’étendue du département des Côtes-du-Nord. Des cinq ingénieurs qui sont sous ma direction, quatre sont chargés de la construction des corps de garde et de casernes sur la côte, et des fours à réverbère pour rougir les boulets9 près les batteries desdites côtes. L’ingénieur de l’arrondissement du sud vient d’être particulièrement chargé par les représentants du peuple Topsent et Palasne de faire construire dans le plus court délai quatre batteries dans l’anse de Briche où les Anglais ont stationné il y a deux mois et ont tenté d’y faire une descente.

17Le 30 floréal an IV [19 mai 1796] Piou signale à Benezech, ministre de l’Intérieur :

Il se présente une très grande difficulté [...] nous sommes obligés pour la plupart d’entre nous d’emprunter pour vivre [...] la surveillance des routes est presque nulle [...]. Il n’est peut-être pas inutile de vous instruire que ce département étant rempli de chouans qui pillent et massacrent journellement et d’ennemis de la République, le discrédit des mandats a tellement prévenu leur émission que l’on n’aurait pas un verre d’eau dans les auberges pour un mandat de 100 livres et que l’on n’aurait pas un manœuvre pour travailler aux routes [...]

18et dans une autre lettre, sans date, au même :

  • 10 Jacques Piou écrit que la dévaluation subie par les assignats est de 97 % !

[...] c’est peu pour moi et les ingénieurs de recevoir une livre de viande et trois livres de pain de munition par jour ; il faut du bois pour faire cuire la viande, il faut de la chandelle, il faut payer les loyers, d’autant plus cher que les propriétaires ne veulent plus d’assignats10 et que nous n’avons point de numéraire. Partie d’entre nous sommes tellement découragés qu’ils ne savent que faire. Il y a quelques-uns des ingénieurs qui m’ont déclaré que si on ne leur donnait pas de quoi vivre, ils seraient réduits à s’engager [...].

19Le 12 messidor an IV [30 juin 1796] Piou réclame une escorte pour aller à Guingamp où doit s’ouvrir l’École centrale du département. L’administration lui répond qu’il n’en a pas besoin, « vu que les routes et les communications deviennent chaque jour plus sûres par le retour des chouans qui déposent journellement les armes ». Même fin de non recevoir lorsqu’il réclame des moyens pour déblayer les galeries du château de Dinan, pour étudier le moyen d’ouvrir des prisons (Rostrenen) ou simplement pour payer ouvriers et dessinateurs.

  • 11 Emmanuel Crétet (1747-1809) est nommé directeur général des Travaux publics le 7 fructidor an XII (...)

20Le 28 germinal an V [18 avril 1805] Piou, qui a demandé de se voir conférer le grade d’inspecteur divisionnaire ou d’ingénieur en chef de première classe dans son département remercie Crétet11 pour la nomination à ce dernier grade. En dépit de cet avancement, il constate le 8 vendémiaire an V [29 septembre 1796] qu’il n’a plus même de quoi payer les frais de port pour faire parvenir le résultat de ses travaux au ministère, sans compter que comme ses collègues, il a tout simplement du mal à assurer la vie quotidienne. « Citoyen ministre, comment voulez-vous que des pères de famille puissent subsister avec 15 livres en numéraire métallique et 13 livres en mandats qui leur procurent 6 à 7 livres ? [...] Nous ne demandons que notre traitement de 1791 et à être traités comme les autres employés de la République qui viennent d’être payés en numéraire métallique et moitié en mandats en cours. »

21Seul épisode où les tracasseries révolutionnaires semblent se rapprocher dangereusement de lui, le 22 brumaire an V [12 novembre 1796] Piou est sommé de restituer à l’administration la maison des ci-devant Frères des Écoles chrétiennes qu’il occupe depuis cinq ans, et où il a ouvert une école gratuite d’élèves des Ponts et Chaussées, sur le modèle de ce qu’il a connu. Il est réputé pour avoir toujours travaillé à former des élèves depuis 30 ans, et obtient d’y rester mais les administrateurs de Port-Brieuc dans une lettre du 17 fructidor an IV [3 sept. 1796] arguaient que : « comme tous les ingénieurs, le citoyen Piou peut bien avoir les élèves de son choix, qu’il emploie à son gré ou pour leur instruction sans que cela puisse avoir le caractère d’une école [...]. Il est sous ce rapport comme un marchand qui a des apprentis [...] » pour lui réclamer une augmentation de loyer, fixée en définitive à 300 livres, alors que Piou avait proposé 500 livres (valeur métallique ou blé) à l’administration départementale.

22En l’an VI et VII, Piou et sa famille traversent toujours de grosses difficultés, les appointements n’étant pas payés. Les ingénieurs doivent emprunter pour continuer leur travail, mais sont priés sèchement de rester à leur poste. Ainsi, le 12 pluviôse an VI [31 janvier 1798] Piou rappelle qu’il n’a pas obtenu l’autorisation d’aller à Nantes pour vendre un dernier bien de famille pour survivre, alors qu’il n’a pas touché de salaire depuis sept mois.

SOUS L’EMPIRE

23Jacques Piou survit cependant à la tourmente révolutionnaire. Il n’est plus seul dans son métier, et se bat non seulement pour lui, mais aussi pour son fils Jacques, avec une vigueur renouvelée. L’Empire et ses apaisements sur le territoire national ouvrent devant eux des perspectives plus exaltantes.

  • 12 Jean-Pierre Boullé (1753-1816) connaît un parcours mouvementé.

24Dans une lettre du 16 fructidor an XII [3 septembre 1804], Piou père écrit à Crétet, qu’il a jadis rencontré personnellement, en lui rappelant des promesses d’avancement, au moment où une nouvelle organisation des Ponts et Chaussées est mise en place : « Je suis le plus ancien ingénieur en chef de la province de Bretagne [...]. Depuis près de 40 ans je suis ingénieur des Ponts et Chaussées, et je suis ingénieur en chef depuis le 4 août 1777. Quant à mon fils, il est ingénieur depuis 1791 ; il a été chargé des travaux les plus intéressants, les plus importants du département ». Il est appuyé le 27 nivôse an XIII [17 janvier 1805] par le préfet des Côtes-du-Nord d’alors, Boullé12, recommandant à Crétet les Piou père et fils. Piou père, qui connaît bien le département, « de bonne santé, laborieux, et qui voyage très volontiers » pourrait devenir inspecteur divisionnaire à la résidence de Rennes, et Piou fils, qui le seconde et fait son interim, pourrait devenir ingénieur en chef.

  • 13 Le comte Montalivet (1766-1823), successeur de Crétet, est directeur général des Travaux publics d (...)

25Les inquiétudes sur d’éventuelles cabales contre lui qui semblent hanter Jacques Piou père ne sont cependant pas totalement imaginaires. Si en 1807, Piou se croit dénoncé à Paris pour avoir laissé faire une barrière en hêtre à une chapelle de la cathédrale de Saint-Brieuc au lieu de châtaignier, et se laisse rassurer, on trouve dans son dossier une lettre confidentielle de Montalivet13 au ministre datée du 14 novembre de cette année, suite à une plainte du Conseil général des Côtes-du-Nord : les plans et devis des travaux publics ne sont pas faits assez vite, et leur exécution laisse à désirer. Il semble que ce soit un effet du grand âge de Piou, qui souffre de la goutte, et qui fait partie de la douzaine d’ingénieurs en chef « qu’il faudrait mettre à la retraite si on disposait des 50000 F nécessaires » (comme ceux du Jura, d’Ardèche, Dordogne, Seine-et-Marne, Creuse, Charente, Manche, Lozère, Var, Isère, Seine-Inférieure, Landes, et comme l’inspecteur général divisionnaire Brémontier). En marge de cette missive figure une note manuscrite de Crétet, ancien directeur général des Ponts et Chaussées : « Je crois qu’il serait bien de venir au secours de l’ingénieur en chef en lui donnant un ingénieur ordinaire capable », ce qui serait pour le moins répondre à l’un de ses vœux permanents les plus chers. En 1809 pourtant, Piou manque toujours de personnel. Il se plaint qu’il existe dix-sept ports sur ses côtes, et qu’il ne dispose de plans que pour douze. Il aurait besoin de quatre dessinateurs, et a perdu deux piqueurs. « Je suis seul et uniquement seul pour faire les projets et surveiller les travaux des ports maritimes, car les trois ingénieurs ordinaires ont du travail au-dessus de leurs forces pour satisfaire au service des Ponts et Chaussées, des routes, alignements, prisons etc. ».

26Finalement Jacques Piou père est mis à la retraite le 2 février 1811, contre son gré « suite à une cabale dirigée contre moi par des subordonnés qui ont trompé la religion de l’un de vos prédécesseurs » écrit-il au baron Pasquier, directeur général des Ponts et Chaussées. Il a beau demander à servir à nouveau, ce qui « le déchargerait d’une oisiveté préjudiciable à [sa] santé et étrangère à [son] caractère », on lui répond, dans une lettre de 1814 seulement, qu’il y a beaucoup d’ingénieurs en activité et qu’on n’a pas besoin de retraités !

27Parti de Saint-Brieuc pour Rennes, il réclame une dernière fois des indemnités diverses pour avoir continué son activité pendant trois mois avant qu’arrive son successeur (Tréton-Dumousseau), et pour, écrit-il, « avoir payé de ma bourse à toutes les dépenses, sans compter les ouvriers que j’ai payé pour le classement et l’arrangement des archives des Ponts et Chaussées du département des Côtes-du-Nord que j’ai déposées dans l’hôtel de la préfecture, travail qui m’a occasionné beaucoup de frais et qui ne doivent pas être à ma charge ».

28Il meurt à Rennes le 13 juillet 1821.

JACQUES FRANÇOIS MARGUERITE PIOU FILS

29S’il est vrai qu’une vie tient entre deux dates, naissance et mort, les sources d’archives sont plus disertes encore sur le déroulement de celle de Jacques Piou fils que sur celle de son père, et c’est à travers elles que sa biographie prend épaisseur et couleurs.

  • 14 CHAN, F142299/2. Son dossier personnel suit celui de son père, sous la même cote.

30Jacques François Marguerite est né à Guingamp (Côtes-du-Nord) le 2 novembre 1770 de Jacques Piou et Elisabeth Gallard. Admis à la retraite le 1er avril 1837, il meurt le 17 janvier 1861. Cette longue vie commencée sous le règne de Louis XVI, marquée par les années révolutionnaires et les fastes comme les difficultés du Premier Empire, se termine à l’apogée du Second Empire et fait pleinement de lui, malgré un attachement profond à son père, un homme du XIXe siècle14.

31Il raconte lui-même, dans un rapport circonstancié sur ses états de services daté de 1823, lorsqu’il reçoit la Légion d’honneur, son parcours de futur ingénieur, et fils d’ingénieur des Ponts et Chaussées.

32Après avoir suivi un « cours complet d’études » à Rennes (1775-1789), il perfectionne ses connaissances en mathématiques, et à partir de 1786, en dessin et en architecture dans le bureau de son père. Il entre le 1er septembre 1787 à l’école des Ponts et Chaussées de Bretagne en activité chez le citoyen Besnard, alors ingénieur en chef de la province avant de devenir inspecteur général des Ponts et Chaussées.

33Comme tous ses contemporains, Jacques Piou est rattrapé par la Révolution. Le 15 décembre 1791, les administrateurs du département des Côtes-du-Nord prennent une délibération selon laquelle le sieur Piou fils, qui travaille avec son père, est nommé élève adjoint aux ingénieurs ordinaires avec 900 livres d’appointements, et peut espérer tenir lieu de quatrième ingénieur ordinaire dès qu’il y aura une place vacante. En effet, l’entretien des grands chemins et des installations portuaires, les nouvelles délimitations des paroisses, érigées en communes, la levée du plan pour la contribution foncière (cadastre) appellent le pourvoi du poste. Le 17 décembre, l’inspecteur général Besnard pousse le département à nommer son élève Piou fils quatrième ingénieur. Ses débuts de carrière se jouent entre décembre 1791 et avril 1792.

  • 15 CHAN, F1422 99/2 p. 178.

34En effet, du 1er au 13 avril 1792, Piou subit avec succès, à la demande du vice-président des Ponts et Chaussées M. de La Millière, un examen sérieux devant les ingénieurs en chef des départements du Morbihan et d’Ille-et-Vilaine, Jean-François Jacques Anfray fils et Pierre Jean-Baptiste Pichot « sans attendre la loi qui devait faire passer les sujets de différentes écoles des ci-devant provinces dans celle de Paris qui est actuellement la seule existante ». Le compte rendu complet des épreuves, fondées sur les mathématiques et leurs applications à la cartographie et à l’architecture, est conservé15 dans le dossier du lauréat, qui se glorifie (en 1823) que son brevet signé du 1er mai 1792 le soit de Louis XIV. L’un des examinateurs Jean-François Anfray, s’avère être le parrain de Piou, ce qui confirme l’étroitesse des liens qui unissent les membres du corps des Ponts et Chaussées, avant même qu’ils soient tous issus du moule de l’école parisienne.

35Piou est chargé en janvier 1793 des ports maritimes de commerce bretons de Saint-Malo jusqu’à Morlaix, mais les fonds ayant manqué, les ouvrages commencés sont arrêtés et il revient surveiller les routes du centre du département.

36Enrôlé sans ménagement en mai 1793 par la municipalité de Saint-Brieuc dans le bataillon des fédérés envoyé à Nantes, malgré la loi du 28 mars qui exempte les ingénieurs des Ponts et Chaussées du service armé, et appelé le 1er août 1793 à marcher contre les insurgés de la Vendée, il est licencié de l’armée sur l’intervention pressante de son père, pour rejoindre son poste d’ingénieur ordinaire « où il exerce des fonctions utiles à la Patrie ».

  • 16 CHAN, 147 AP 1.

37Le 11 brumaire an II [1er novembre 1793], Piou est nommé ingénieur ordinaire dans la Somme. Il refuse. Le 9 frimaire an II [29 novembre 1793] on lui propose l’Aisne. Il refuse également et fait savoir qu’il veut rester en Bretagne. Son père l’appuie en écrivant au ministre : « Je profite de cette occasion pour t’observer, citoyen ministre, que le département qui m’est confié, l’un des plus étendus et des plus importants de la République, est presque sans ingénieurs ordinaires, étant tous dans ce moment à la réquisition des généraux des armées employées à repousser les rebelles... ». La démarche réussit puisque pendant toute la Révolution, Piou fils ne semble plus avoir bougé. Il se marie et en l’an III, d’après une lettre qu’il écrit à son père lors d’une tournée16, il est déjà père d’un petit garçon et attend un second enfant :

Paimpol le 10 prairial an III [29 mai 1795]. Mon cher bonhomme [...] j’étais rendu de fatigue hier soir. J’ai tracé les fortifications des trois batteries de Lambert. Je suis occupé maintenant à rédiger mes notes pour le rapport général que je ferai de cette tournée-ci. J’irai à Portrieux recueillir des outils, du fer, etc. J’irai aussi à Bréhat voir le fourneau, la jetée de Nicolas, si le temps le permet [...]. Demain commence cette fameuse foire de Paimpol, la plus belle de dix lieues à la ronde [...]. Je vous embrasse, ainsi que Marianne [sa femme] Maman, et mon petit François. Je recommande à Marianne beaucoup de prudence et de se ménager [enceinte]. Je n’entends pas qu’on aille à la messe les jours ouvrables [...]. Nos appointements sont-ils arrivés ? »

DANS LE JEMMAPES

38Le premier tournant important de sa carrière se situe le 15 germinal an XIII [5 avril 1805] date à laquelle Piou fils est nommé ingénieur en chef de deuxième classe à Mons, département du Jemmapes, pour installer dans ce territoire nouvellement réuni à l’Empire, des Ponts et Chaussées à la française.

  • 17 CHAN, 147 AP 1. Les autres dossiers (2-7) contiennent des correspondances administratives et des a (...)

39La correspondance que l’ingénieur échange avec sa femme est particulièrement bien conservée pour l’an XIII17. Il en ressort que son départ pour cette contrée lointaine, suivi d’une promotion comme ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, paraît dû aux pressions conjuguées de sa femme et de son père, car pour Piou, l’ambition est source de désolation. S’il se sent comblé sur le plan de l’honneur, il vit très mal la solitude qu’entraîne cette première séparation d’avec sa famille.

40Au cours du mois de floréal an XIII (avril 1805), Piou fait route vers Mons en passant par Nantes le 10 floréal – il va y examiner les ponts, la Préfecture, chantier où son père s’est illustré, les cours, la comédie - Saumur et son pont de douze arches sur la Loire, Tours le 13 floréal, où quatre arches sur quinze du pont de pierre sont en réparation. Il arrive à Paris le 16 floréal et visite le jardin des Plantes, le Sénat, et... le pont de Neuilly. Excédé de fatigue, aveuglé par la blancheur des maisons et la réverbération des eaux, empêché de dormir à cause des punaises, il décide de loger hôtel du Prince de Galles, sans punaises. Il finit par écrire qu’il ne peut passer son temps à écrire s’il veut voir Paris !

41Le passage à Paris est aussi le lieu des rendez-vous officiels.

Je vais promener ma divine personne chez tous les dieux de l’Olympe. On regarde mon sort comme merveilleusement heureux, tant on estime et on envie des places d’ingénieur en chef, qui par la suite, dit-on, deviendront plus lucratives. En attendant, sur sept ingénieurs en chef, je n’en ai pas trouvé un qui se proposât d’avoir plus d’un commis à ses frais !

42En outre, le nouveau promu doit prévoir de tenir son rang, et doit donc acquérir les signes extérieurs de ses fonctions, ce qui ne manque pas de lui procurer bien du souci : « Les uniformes sont prodigieusement chers : pour en avoir deux complets, j’y mets le plus pur de mon sang [...] ».

43Tout imprégné de l’importance de sa mission et du rang qu’il lui faut tenir parmi les représentants de la France, Piou arrive à Mons le 8 prairial an XIII [28 mai 1805]. Il écrit à sa femme : « Mon amie, Mons me plaît beaucoup, je ne lui trouve qu’un défaut, d’y être seul et à 180 lieues de mon père [...]. La vie est très bonne, le ciel beau, les campagnes environnantes de toute beauté, le pays riche... J’ai prêté le serment [...]. Les ingénieurs du département sont de jeunes ingénieurs sur lesquels j’ai l’avantage [...] du talent [...]. », avec une pointe d’orgueil dont il n’est guère coutumier.

44Piou se met au travail avec ardeur, mais reste longtemps seul, car trop désargenté pour songer à faire venir sa femme et ses enfants à Mons ; surtout, il n’a pas trouvé de logement correct pour sa famille. Les maisons sont extrêmement rares et chères dans la ville haute de Mons, la seule partie agréable à habiter, la ville basse étant « polluée d’un air crasse et épais » ; il y passe des milliers de voitures chargées de charbon de terre, et cette partie de la ville est remplie de boue épaisse et de poussière noire qui gâtent tout.

45Il occupe ses loisirs à faire connaissance avec le pays qui l’accueille, avec curiosité et un sens de l’observation dont il fait bénéficier ses lecteurs bretons :

Ce qu’on nomme à Paris guinguettes s’appelle ici estaminettes. C’est à un quart de lieue de la ville un joli cabaret où l’on trouve un jardin tout planté de charmilles et ainsi divisé en allées, boulingrins, tonnelles ; on y boit, on y fume, on y danse, on s’y promène ; il y a des estaminettes pour le grand monde, il y en a pour le petit [...]. Les hommes s’exercent beaucoup au jeu de balle, à la lutte et à tirer l’arc ; pour ce dernier amusement il y a sur le bord de mes belles prairies des mâts de cocagne permanents... Ici on appelle kermesse ce qu’on appelle ailleurs fête, pardon, c’est la fête du lieu [...]. Momus avec ses grelots règne seul [...].
Le peuple est bon, obligeant, serviable et honnête [...]. Il se défie d’abord des étrangers, qui pendant la Révolution l’ont écrasé pour se parer de ses dépouilles ; à présent la confiance est revenue, mais il faut du temps pour être apprécié et estimé dans ce pays où, comme partout ailleurs, on commence par vous étriller [...].

46Dans cette lettre du 15 prairial an XIII [4 juin 1805] il revient sur sa plainte constante : « [La difficulté de logement] est une force majeure sous laquelle il faut plier ou bien aller à Trobeurden planter des choux. »

47L’une des excursions qui l’ont le plus remué et dont il fait le récit avec lyrisme lui fait écrire le 17 prairial an XIII [6 juin 1805] :

J’ai visité hier une partie du cours de la Haisne et de la Trouille. En revenant, j’ai monté sur le Jemmapes, montagne près le village du nom où il y a eu une bataille célèbre dans le commencement de la Révolution. J’avais avec moi deux témoins oculaires et toute cette épouvantable boucherie a été recommencée sous mes yeux. J’ai vu les trois points par lesquels les Français arrivèrent l’arme au bras sous le feu de vingt batteries et d’une armée retranchée de 35000 hommes commandés par Dumouriez, c’étaient ces premiers bataillons volontaires formés de l’élite de la jeunesse de mon pays ! dans des ravins que j’ai foulés aux pieds ; trois fois cette vaillante troupe fut repoussée et trois fois revint à la charge à l’arme blanche ; elle ne se battit que de cette manière, et après l’action, sur 1200 hommes qui furent cantonnés dans le village de Jemmapes, 7 à 800 avaient encore leurs fusils chargés et tous leurs gibernes remplies de cartouches ! Je me suis assis sur les sièges où ces braves reposèrent leur tête couverte de leur propre sang, de celui de leurs ennemis, de la poussière des combats et du laurier de la victoire ! j’ai vu le plateau de cette montagne fameuse où les Autrichiens apprirent à leurs dépens ce que valaient ces intrépides soldats d’une cause alors juste ! j’ai vu des fosses (on appelle ainsi les puits d’où l’on extrait le charbon) ayant 8 à 9 pieds d’ouverture et 5 à 500 de profondeur qui ont été remplies, comblées de cadavres ! j’ai vu enfin, au milieu de ces effroyables souvenirs, le sol que cette mémorable victoire et d’autres mémorables victoires ont conquis à la France ! J’ai embrassé de l’œil un horizon qui est ma patrie [...].

48Plus modestement, le travail quotidien, qui semble harassant, ne l’empêche pas de rêver au regroupement de sa famille dans les meilleures conditions. Le 23 messidor an XIII [12 juillet 1805] il écrit à sa femme :

Je n’ai personne ici pour faire ma besogne : bien plus, si je m’arrête, toute la machine s’arrête. Le Jemmapes ressemble aux Côtes-du-Nord comme un bœuf ressemble à un cerf. Il y a ici un entraînement d’activité, d’industrie, une marche rapide dans les affaires qui est tout l’opposé de ce qui se passe à Saint-Brieuc [...]. En outre, de mes deux ingénieurs, l’un est affublé d’une femme qui, depuis sept semaines en voyage frivole, lui en a fait passer six sans profit pour son service. Et qui fait ce service, quand il y a 1 800 ouvriers à mouvoir et à surveiller ? Oh que je hais bien sincèrement les femmes ! je suis arrivé hier à 10 h du soir et demain je remonte à cheval parce qu’une femme a eu la fantaisie d’aller à une noce, à des bals ! et que je ne puis pas laisser courir les ateliers sans qu’on y veille [...].
J’ai acheté ce matin une commode en acajou qui est superbe, garnie de cuivre doré et avec une belle table de marbre blanc ; elle est destinée à notre salon et sera la plus belle pièce de notre mobilier, elle est grande et toute neuve. Je mettrai dessus le buste du grand-père. C’est une emplette de 7 louis [...]. Si j’avais été moins pauvre, pour 12 louis j’aurais eu, chez le même ouvrier, un magnifique bonheur du jour à cylindre, ce que je désire inutilement depuis 10 ans, et ce que je n’aurai probablement de ma vie [...]. Il faudra voir M. La Salle pour qu’il te dise s’il n’est pas convenable de te saigner avant ton départ [...]. Tu pourrais aller une fois aux Français et à l’Opéra en compagnie sûre, et y conduire les enfants [...].

49Piou est mélomane, en possession de plusieurs violons qu’il transporte avec précautions, il fréquente théâtre et opéra, et le programme culturel parisien qu’il imagine pour sa femme et ses jeunes enfants en route pour le rejoindre ne laisse rien d’important de côté. Le 20 thermidor an XIII [8 août 1805] il lui écrit :

Ma chère bonne amie, à ton arrivée à Paris, prends bien garde à faire ce que je t’ai recommandé [...]. Je désire que tu ailles avec les enfants une fois à l’Opéra, une fois aux Français [...]. Il faudra conduire les enfants un jour aux Tuileries, un autre au Luxembourg, un autre au palais du Tribunal vers midi, un autre au muséum et être toujours accompagnée [...]. Pour toi et les enfants, il faut déjeuner à 8 heures du matin, faire un deuxième déjeuner à midi et demi et dîner à 4 heures. Les jours de spectacle, il faudra faire garder du riz ou du vermicelle, et souper ainsi avant de se coucher [...].

50L’intimité que font partager ces lettres privées éclaire quelque peu l’existence d’un homme par ailleurs tout dévoué à son travail. Les autres documents d’archives sont plus familiers avec son statut d’ingénieur.

  • 18 CHAN, 147 AP 5 B et 6 : législation imprimée sur les Ponts et Chaussées du Jemmapes, 1806-1807, et (...)

51Il en subsiste des traces manuscrites et imprimées18, par exemple avec, parmi bien d’autres pièces, cette affiche rappelant qu’en « l’an IV du règne de Napoléon le Grand, le 18 octobre 1807, la première pelletée du canal de Mons à Condé a été enlevée par Patrice de Coninck, préfet du département du Jemmapes et par Jacques François Marguerite Piou, ingénieur en chef du corps impérial des Ponts et Chaussées de service au même département, auteur du projet du canal de Mons à Condé tracé entre ces deux villes sur un seul alignement ».

52Promu ingénieur de première classe le 1er mai 1808, Piou est amené à rédiger le 2 octobre 1809 un rapport complet sur son activité dans le département pour le comte Montalivet. Il peut se flatter d’avoir, entre autres, mené à bien la construction du canal de Jemmapes qui établit la jonction de la Meuse à l’Escaut (Charleroi-Mons et Mons-Condé), de la route de Binche à Charleroi, d’avoir amélioré la navigation sur l’Escaut en établissant des écluses et en faisant assécher les marais entre Condé et Oudenardes. Chargé des voies devenues militaires depuis la formation de l’Armée du Nord, c’est à dire des routes de Paris à Anvers et Gand et de Boulogne à Bruxelles, il a rencontré des difficultés concernant le réseau routier, ayant eu à « lutter contre certaines prétentions des entrepreneurs évidemment opposés au texte et à l’esprit des contrats qui les lient » et ayant été « victime de trois mois de pluies continuelles ». En 1810, Piou est de nouveau l’objet de cabales des entrepreneurs du Jemmapes, qui se sont juré de lui faire quitter le département car ils le trouvent trop rigide dans l’application des marchés.

53L’ingénieur connaît peu de répit. Dans une lettre au comte Molé du 24 février 1811, il écrit : « Depuis 6 ans que j’habite Mons, le bien du service dont j’étais chargé ne m’a jamais laissé un instant de loisir pour voir Dunkerque, Ostende, Anvers et la Hollande [...]. Aujourd’hui, au moment de quitter le Jemmapes, je viens vous demander votre agrément pour aller visiter cette terre classique des ingénieurs, une contrée dont je ne serai plus d’ici longtemps à portée d’étudier le système de navigation fluviale ou maritime, les ouvrages d’art ». Mais ce congé lui est refusé pour que Piou gagne ses nouvelles fonctions, dans sa Bretagne natale.

DANS LE MORBIHAN

  • 19 CHAN, F1410088/l/9 : canal du Blavet, 1812-1813.

54Jacques François Marguerite Piou est en effet appelé en 1811 dans le Morbihan pour y assumer « le service ordinaire et des ports maritimes, ainsi que le service extraordinaire des travaux civils » relatifs au canal du Blavet19 et à la ville nouvelle greffée sur Pontivy, Napoléonville, décidée par un arrêté du 30 fructidor an X [17 septembre 1802].

55Dès juillet 1812, une affiche atteste que sous le règne de Napoléon le Grand, la première pierre de l’écluse de Signan sur le canal du Blavet - Piou en fait ouvrir onze au total, ainsi que douze lieues de chemins de halage – a été posée par L.M. Molé, directeur général des Ponts et Chaussées, en présence de François Marie Le Barre, sous-préfet de Napoléonville, de Guy Joseph Bouessel, inspecteur de la 15e division, auteur du projet du canal du Blavet, et de Jacques François Marguerite Piou, ingénieur en chef, chargé de la direction des travaux. Piou dirige également la construction des jetées et des quais de Belle-Île, Quiberon, Vannes, Hennebont, et Lorient.

  • 20 CHAN, F13714 - F131757 - 147 AP 1 à 4, 5 A et 7.

56À Napoléonville, une sous-préfecture, une mairie, des prisons, un tribunal, une auberge, un lycée, sont en construction, et les rues nouvelles doivent être pavées, tandis qu’un haras est aménagé à Langonnet, mais le rythme des travaux paraît languissant20. Pendant dix ans, le nouvel ingénieur en chef court les routes et les côtes, lance des ponts, érige des phares, projette des monuments, à Quiberon, à Auray, à Mi-Voie, entre Ploërmel et Josselin où est placée sa colonne de la bataille des Trente, remportée sur les Anglais en 1351 par de vaillants Bretons. Pendant dix ans, Piou aiguillonne les entreprises, et ne se fait pas que des amis.

57En septembre 1820, le préfet du Morbihan M. de Chazelles rédige contre Piou et son « goût bizarre de la domination et de l’arbitraire » un rapport peu amène, envoyé au directeur des Ponts et Chaussées : « Vous avez sûrement entendu parler de notre ingénieur en chef, de ses lenteurs, de ses difficultés, de ses tracasseries, de son orgueil etc. ». Le préfet se plaint que le pont de Lorient ou les travaux de Pontivy n’avancent pas, et que Piou veut débaucher les chefs de familles sans ressources qui sont employés sur divers ateliers de charité. Piou sait en fait que M. de Chazelles ne le trouve pas assez complaisant. En 1821, Piou proteste contre le fait qu’on lui a retiré les bâtiments civils de Pontivy qu’il dirigeait depuis dix ans pour les confier à l’ingénieur en chef du canal de Blavet. On le rassure sèchement, ce n’est ni par méchanceté ni par perfidie, mais pour mieux répartir les travaux !

58En fait, Piou est déplacé, et muté en avril 1821 dans la Nièvre.

DANS LA NIÈVRE

59Bien que son séjour y soit court, il s’attelle aux chantiers des grands ponts sur la Loire – Nevers, La Charité – et aux travaux menés sur le débit et le cours du fleuve à Decize, ainsi qu’aux premières opérations du canal du Nivernais. Mais le 15 octobre 1822, il est nommé ingénieur des Ponts et Chaussées de la Sarthe.

DANS LA SARTHE

60Peu de temps après son arrivée, Piou est décoré de la Légion d’honneur. Il écrit, le 26 août 1823, une lettre de remerciement à Becquey directeur général des Ponts et Chaussées et des Mines, pour cette décoration, « probablement le seul héritage de ses enfants ». Cette reconnaissance n’empêche pas les ennuis de fondre à nouveau sur lui.

61Piou, arrivé au Mans le 17 novembre 1822, est chargé des routes du département. Or, il constate que les routes départementales sont confiées sans aucun contrôle par le Conseil général à un « architecte des routes départementales ». À la demande du préfet d’Arbelles, il reprend cette attribution, s’engage à régulariser les comptes, et le préfet lui confie en outre les bâtiments civils, dont Piou demande vite à être déchargé (dès le 26 novembre. Le 5 janvier 1824 un nouvel architecte est nommé pour les bâtiments civils). Mais les retards de mise à jour de la comptabilité des routes pour les exercices 1822-1823 qui devaient être réglés par Piou ne le furent pas. Il refusait également de réceptionner des travaux jugés par ses ingénieurs ordinaires inaptes à l’être, ou de cautionner l’emploi de matériaux utilisés sans son autorisation à un mauvais moment de l’année.

62Le Conseil général fit alors appel à M. Lamandé, inspecteur divisionnaire et riche propriétaire du département, qui arrêta les comptes de 1822, après de nombreuses discussions. Selon le rapport du préfet de la Sarthe du 4 septembre 1824, Piou, avec son honnêteté intransigeante, « a eu recours à des moyens évasifs pour gagner du temps » en ayant peur d’être compromis.

63La sanction qui lui est infligée pour avoir ainsi tenu tête à ses autorités de tutelle est sévère. Son traitement est brutalement réduit de moitié. La lettre qu’il envoie au Directeur général des Ponts et Chaussées le 18 août 1824, lorsque son traitement n’est plus que de 2500 F, est poignante :

C’est du pain que je vous demande, c’est du pain que me demande ma trop nombreuse et trop malheureuse famille. Mon père ne m’a rien laissé ; je n’ai rien acquis ; la dot de ma femme qui était de 500 F de rente a été aliénée pour venir au Mans. Vous me réduisez à 2 500 F. J’ai une maison de 1 200 F de loyer, que j’ai dû prendre l’année dernière, avant la session du Conseil général, pour complaire à M. d’Arbelles ; j’ai d’autres engagements auxquels je dois satisfaire. Comment donner du pain, avec 12 ou 1 300 F à 8 ou 9 personnes ?

64Piou a en effet encore cinq enfants à charge.

65Dans cette épreuve, il reçoit le soutien de son fils Constance, avocat, qui demande en vain pour lui un autre poste, et finalement, dès septembre 1824, les mêmes qui lui ont créé tant d’ennuis : le préfet et des membres du Conseil général de la Sarthe, plaident en sa faveur, comme s’ils reconnaissaient que les lenteurs et les hésitations reprochées à l’ingénieur pouvaient être moins graves que des malversations.

  • 21 CHAN, F1410097. Canal d’Ille et Rance, 1825.

66Le 15 mai 1825, Piou est muté à Rennes, où il est chargé du canal d’Ille et Rance21.

EN ILLE-ET-VILAINE PUIS EN RETRAITE

67Quelques années plus tard, le 17 juillet 1833, les mêmes causes produisant les mêmes effets, Piou est « placé dans la réserve » en attendant d’être mis à la retraite, et il est question que ses fonctions soient confiées à Robinot, jusqu’alors chargé du canal de Nantes à Brest.

68En effet, le ministre a reçu, dans une lettre non signée, des plaintes graves et réitérées sur Piou

à raison des lenteurs et des irrégularités qui se sont remarquées dans plusieurs parties de son service. Sa comptabilité est fort arriérée [...]. Il y a sur ce canal (Îlle et Rance) des liquidations d’entreprises qui durent depuis plus de 6 années, les intérêts des tiers sont en souffrance et ceux de l’État risquent aussi d’être compromis [...]. L’inspecteur de la division n’a pas hésité à demander le remplacement de M. Piou. Le préfet d’Ille-et-Vilaine m’a déclaré pendant son dernier séjour à Paris que l’administration ne pourrait compter, tant que cet ingénieur en chef serait en activité, ni sur l’achèvement des travaux, ni sur l’apurement des comptes [...] je ne puis différer davantage, M. le ministre, à vous proposer [...] de lui donner un successeur plus capable et plus actif.

69À sa supplication, à la demande du député de Maine-et-Loire Duboys d’Angers, et à la demande de son fils procureur au Mans, Piou est cependant maintenu en activité de 1833 à 1837. Par ordonnance royale du 5 avril 1837, il est mis à la retraite avec une pension de 3 000 F au terme de plus de quarante-cinq années de service. Il décède le 17 janvier 1861, et l’on ne sait rien sur ces vingt-cinq dernières années de son existence.

70Jacques François Marguerite Piou connaît une carrière pour le moins contrastée. Honnête et droit jusqu’à la rigidité, fonctionnaire irréprochable, il se fait des ennemis tenaces partout où il séjourne, et doit supporter bien des avanies, alors que ses travaux, fort conséquents et pour beaucoup parvenus jusqu’à nous, donnent par ailleurs lieu à des louanges non usurpées.

71D’après les documents conservés, les deux grands moments de sa vie professionnelle sont le séjour dans le département de Jemmapes, et le suivi de la construction de Napoléonville-Pontivy. Mais la chance pour nous est de disposer de dossiers administratifs et de papiers privés qui évoquent de plus près l’homme.

72Piou est affectionné pour sa famille, son père, sa femme, ses enfants, peu fortuné, modeste, heureux et fier de faire son métier. Discret dans ses opinions politiques, que l’on peut assimiler à une loyauté constante envers le roi, émerveillé par les fastes réservés alors à la vie sociale (uniformes, decorum, réceptions à la préfecture, entrée fracassante dans les villes devenues françaises) il ne se laisse pas totalement emprisonner dans les apparences et préfère être, le lendemain d’une fête, à son bureau à 6 heures du matin pour faire avancer des dossiers. Bien que semblables à tant d’autres ingénieurs des Ponts et Chaussées, Jacques Piou père et fils n’en sont pas moins attachants, grâce à ces papiers anciens tout vibrants de leur vie.

Annexes

ANNEXE : COMPTE RENDU DE L’EXAMEN PROFESSIONNEL SUBI PAR JACQUES FRANÇOIS MARGUERITE PIOU22

L’an 1792, le 1er avril, nous, Pierre-Jean-Baptiste Pichot, et Jean-François Jacques Anfray fils, ingénieurs en chef des Ponts et Chaussées aux départements du Morbihan et d’Ille-et-Vilaine, en exécution des ordres qui nous ont été respectivement adressés le 6 du mois dernier par Monsieur de la Millière, vice-président des Ponts et Chaussées, nous nous sommes réunis en la ville de Rennes à l’effet de faire subir à M. Piou fils, élève de l’école de la ci-devant Province de Bretagne un examen tendant à s’assurer de sa capacité à remplir une place d’ingénieur ordinaire pour laquelle il est demandé.

Sur les 7 heures du matin, M. Piou s’étant présenté au bureau de nous Anfray, lieu fixé pour nos séances, nous lui avons remis par écrit le programme du dessin d’une carte topographique conçu en ces termes : « On demande une carte lavée d’environ 18 pouces de longueur sur 12 de hauteur, qui contienne les objets suivants dessinés sur une échelle d’une ligne pour 3 toises : un bout de ville entourée d’un boulevard avec son faubourg et quelques jardins ; une rivière qui y passe bordée de quais et cales ; cette rivière traversée par des routes de différents ordres avec des ponts ; une île habitée, des montagnes, un village, des rochers avec escarpements ; des bois taillis et de haute futaie, des vignes, des marais, des terres labourées entrecoupées de chemins vicinaux. Cette carte sera orientée et décorée d’un cartel pour inscription en lettres moulées : plan topographique ».

M. Piou s’est occupé en notre présence du dessin de cette carte aujourd’hui, et ne l’ayant pas terminée, nous l’avons renvoyé à demain pour la continuer. Le 2 de ce mois, M. P. a continué, achevé, et déposé à 7 heures du soir la carte dont il s’agit.

Ce jour 3, aux 7 heures du matin, nous avons remis à M. Piou le problème mathématique suivant : « Au cône droit ABC dont le diamètre de la base et la hauteur sont donnés, on demande de déterminer sur cette hauteur le point E par lequel un plan parallèle à la base coupe ce cône en deux parties d’égales solidités. Cette détermination étant résolue analytiquement, on en demande l’application 1° en nombres avec décimales 2° par la méthode graphique de la construction des équations. Données : AB = b = 3. CD = a = 4. [dessin dans la marge].

Vers les 10 heures du soir, M. P. nous a remis son travail sur les différentes parties de ce problème.

Le 4 à 7 heures du matin, nous avons prescrit à M. P. de s’occuper de deux épures de la coupe des pierres, savoir : 1° d’une voûte simple par panneaux 2° d’une voûte composée, par équarrissement.

M. Piou a remis à 5 heures du soir deux dessins sur une même feuille, intitulés le 1er par panneaux, d’une porte en tour ronde, biaise, en talus rachetant une voûte annulaire ; le second épure d’une voûte d’arête sur un plan parallèlogramique [sic], par équarrissement.

Le 5 à 7 heures du matin nous avons remis à M. Piou les demandes du problème de mécanique suivant : « soit le plan incliné dont l’angle en A avec l’horizon est de 30 degrés. On demande quelle est la force nécessaire pour élever le fardeau P pesant 2 000 livres 1° dans une direction parallèle à la longueur AC du plan ; 2° dans une direction parallèle à sa base AB, ayant égard au frottement dans l’un et l’autre cas. On suppose que le poids ne puisse trébucher, mais seulement glisser. [dessin en marge].

M. Piou a déposé la solution à 5 heures du soir.

Le 6 à 7 heures du matin, il a été par nous remis le programme d’architecture suivant : « on demande le dessin lavé ou haché d’une fontaine publique adossée à un mur de rempart, destinée à faire décoration en face d’une rue de 8 toises de largeur, et servir en même temps aux besoins des citoyens. On suppose que la source est très abondante. On laisse le genre au choix de l’architecte ».

M. Piou s’est occupé de la composition de ce monument pendant toute la journée et en ayant arrêté le trait et les masses d’ombre principales, nous lui avons permis de se retirer et de remettre à demain à en achever le dessin.

Le 7 au soir, M. Piou nous a remis le dessin terminé de la fontaine publique. Et comme c’est demain la fête de Pâques, nous avons renvoyé à lundi prochain 9 du mois la continuation de l’examen.

Le 9 suivant, aux 7 heures du matin, nous avons remis à M. P. le programme suivant sur la construction d’un pont : « La rivière AB de 39 toises de largeur coule du nord au sud dans une direction qui prise en grand est en ligne droite, mais à l’approche d’une montagne située sur la rive gauche, elle se détourne, et son lit naturel y forme une courbe rallongée dont la flèche ou l’écart mesuré du point C au point D qui est le bord gauche, est de 48 toises. Ce point C est au milieu de la direction d’une route de 1er ordre de 60 pieds de largeur en couronne qui doit traverser la rivière du levant au couchant : du même point C jusqu’en H qui est le pied du rocher il y a 12 toises 4 pieds 6 pouces. Toute la partie comprise entre H et D et les abords sur 200 toises en amont et 130 toises en aval gisent dans un marais qui ne s’élève que de 3 pouces réduits au-dessus de l’étiage, et au-dessous duquel est une couche d’argile assez faible, le vrai solide ne se trouvant qu’à 20 pieds de profondeur. La rivière a 5 pieds de hauteur d’eaux ordinaires. Les crues s’élèvent à 5 pieds au-dessus de cet étiage. La berge à droite est de 7 pieds au-dessus du fonds du lit. Le terrain naturel de ce même côté monte de 15 lignes par toise. La pente de la montagne opposée est de 12 pouces par toise sur 70 toises de longueur, le surplus en remontant vers l’est est de niveau.

On demande le projet en minute d’un pont en pierres sur cette rivière dans la direction désignée de la route. On réduira la pente dans la montagne à 4 pouces par toise. Le côté de la plaine sera remblayé suivant le besoin. On calculera les passages du déblai au remblai [aux] rencontres des pentes aux terrains naturels, et l’on indiquera la forme des profils de la chaussée à chaque changement. On déterminera pour le pont les épaisseurs des clefs, des piles, des culées et des murs en aile et de revêtement. Les dessins seront accompagnés d’un mémoire succinct sur les motifs de la composition du projet que l’on aura adopté. La vitesse de la rivière n’est que de 15 pieds par minute. La pierre qui sera employée est un granit de la plus dure qualité ». [dessin dans la marge].

M. Piou a arrêté toutes les formes, dimensions et calculs principaux de son projet et nous les a remis le soir à 10 heures avec son mémoire.

Ce jour 10 nous les lui avons rendus pour les terminer et placer quelques teintes sur les plans afin de mieux distinguer les objets, ce qui a été achevé vers midi. M. Piou s’est retiré et nous avons renvoyé à demain l’examen de tous les objets qu’il a traités depuis le commencement de son travail.

Ce jour 11 à 9 heures du matin, nous avons commencé l’examen en suivant l’ordre des matières données, et nous avons reconnu quelles ont été traitées comme il suit.

1° la carte ou plan topographique renferme tous les objets du programme, disposés avec beaucoup d’intelligence, et elle est proprement lavée.

2° le problème mathématique de la section du cône en deux parties d’égale solidité est absolument de même nature que celui de la duplication du cube si célèbre chez les anciens géomètres. La double solution que nous en avons demandé par l’analyse et par la construction géométrique exigeait la réunion des connaissances mathématiques élémentaires et de l’application de l’algèbre à la géométrie par les sections coniques. Il a été bien résolu pour le cas particulier proposé. La construction linéaire a été traitée par l’intersection de deux paraboles. Il faut cependant convenir qu’un cercle combiné avec une seule section conique aurait pu suffire, mais on ne peut en faire un reproche à l’élève, puisque la construction qu’il a employée et qui est la même qu’une de celles qui nous sont parvenues de l’ancien philosophe Menechme (a23) a été adoptée par M. l’abbé Bossut (b24) dans son cours de mathématiques ; et elle présente en effet une simplicité très élégante dans la transformation analytique.

3° les épures des deux voûtes, l’une simple, l’autre composée, sont conformes aux principes de la stéréotomie.

4° le problème de mécanique renfermait les deux cas les plus ordinaires dans l’usage du plan incliné, et nous avions choisi de préférence cette machine à raison des applications très fréquentes qu’elle a dans l’art des ponts et chaussées.

La première partie de ce problème a été complètement résolue. Nous regrettons qu’il se soit glissé une erreur de substitution dans la seconde, car la conduite de la démonstration prouve que l’élève connaît la théorie des forces mécaniques.

5° la fontaine publique que M. Piou a remise est dans le genre simple : c’est une décoration dorique caractérisée par l’entablement. On doit savoir bon gré à l’élève d’avoir préféré la belle entente des proportions dans les masses et la pureté des profils à l’abondance des ornements, luxe trop ordinaire aux jeunes architectes, et qui ne sert souvent qu’à masquer la stérilité et les vices d’une composition.

6° Le projet du pont proposé présentait tout l’ensemble d’une grande construction ; il offrait des difficultés peu communes. M. Piou les a toutes évitées ou vaincues. Il a déterminé de la manière la plus satisfaisante les proportions des masses et des détails. Imbu des excellents principes de M. Perronnet et des autres bons auteurs, il en a exposé la théorie par un mémoire de près de 10 pages, qui quoiqu’en plumitif, réunit l’ordre, la clarté, même l’agrément du style.

Nous déclarons, d’après l’examen le plus attentif de toutes les compositions ci-dessus qui ont été faites en notre présence par M. Piou, sans communications et sans le secours d’aucuns livres, que cet élève a les connaissances nécessaires pour remplir avec honneur une place d’ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées.

Fait à Rennes, et conclu le 13 avril 1792, l’an IV de la Liberté.

(Signatures)

Notes

1 CHAN, F142299/2.

2 Jean-Baptiste Ceinerey (1722-1811) architecte-voyer de la ville de Nantes, construisit plusieurs quais, l’École de chirurgie en 1763 et la Chambre des comptes, devenue Préfecture. Plusieurs dessins aquarellés de la chambre des comptes de Nantes, sans doute de la main de Piou et assez naïfs, figurent dans le fonds Piou (147 AP 5).

3 Il s’agit plus vraisemblablement de 1777, les abbayes mentionnées étant alors en pleine transformation ou reconstruction.

4 Mine de plomb argentifère du Finistère exploitée jusqu’en 1850.

5 CHAN, F142299/2 pièce 129. Attestation du 24 décembre 1790.

6 Antoine-Louis Chaumont de la Millière (1746-1803) est un grand serviteur de Louis XVI.

7 CHAN, F1410170/8/1 : voir par exemple la carte des routes du département des Côtes du Nord signée de Jacques Piou, 1797. Sa signature est accompagnée des trois points marquant son appartenance à la franc-maçonnerie, à laquelle il a dû adhérer au début des années révolutionnaires.

8 Pierre-Joachim Besnard (1741-1808) connaît une carrière dans les Ponts et Chaussées uniquement bretonne.

9 Invention fumante donc repérable par l’ennemi, dont Napoléon exige peu après la suppression.

10 Jacques Piou écrit que la dévaluation subie par les assignats est de 97 % !

11 Emmanuel Crétet (1747-1809) est nommé directeur général des Travaux publics le 7 fructidor an XII [25 août 1804] jusqu’au 25 avril 1806, au cours d’une brillante carrière plusieurs fois ministérielle.

12 Jean-Pierre Boullé (1753-1816) connaît un parcours mouvementé.

13 Le comte Montalivet (1766-1823), successeur de Crétet, est directeur général des Travaux publics de mai 1806 à octobre 1809.

14 CHAN, F142299/2. Son dossier personnel suit celui de son père, sous la même cote.

15 CHAN, F1422 99/2 p. 178.

16 CHAN, 147 AP 1.

17 CHAN, 147 AP 1. Les autres dossiers (2-7) contiennent des correspondances administratives et des archives issues de l’activité professionnelle de l’ingénieur.

18 CHAN, 147 AP 5 B et 6 : législation imprimée sur les Ponts et Chaussées du Jemmapes, 1806-1807, et 14 bulletins imprimés intitulés « Mémorial du département du Jemmapes ».

19 CHAN, F1410088/l/9 : canal du Blavet, 1812-1813.

20 CHAN, F13714 - F131757 - 147 AP 1 à 4, 5 A et 7.

21 CHAN, F1410097. Canal d’Ille et Rance, 1825.

22 CHAN, F142299/2/p. 178.

23 (a) M. de Montucla : Histoire des mathématiques. Ire partie, liv. III, pag. 189. Paris 1758.

24 (b) M. l’abbé Bossut : Apl. de l’alg. à la géom. Chap. V, pag. 489. Paris 1775.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Certificat pour bons services délivré par les commissaires de la Commission intermédiaire des États de Bretagne à Jacques Piou père, ingénieur chargé des routes de la province, 24 décembre 1790 (CHAN, F142299/2/p. 129).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

Auteur

Née en 1946. Elle a obtenu en 1970 le diplôme d’archiviste paléographe. Après sept ans aux Archives départementales de Maine-et-Loire, et seize ans à la direction de celles de l’Aisne, elle revient à Paris en 1993, comme conservateur en chef au Centre historique des Archives nationales chargée de la section des Cartes, plans et photographies. Elle collabore à plusieurs revues, notamment comme auteur d’articles ou de préfaces sur l’histoire de l’Anjou, de la Picardie et du protestantisme, et cosigne des ouvrages sur Laon et le Laonnois.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search