Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Un modèle pour l'organisation de la recherche

Papiers d’ingénieurs aux archives nationales. Méthodologie de recherche sur les ingénieurs des ponts et chaussées

Martine Illaire

Texte intégral

1Les dossiers d’ingénieurs des Ponts et Chaussées conservés au centre historique des Archives nationales constituent une source fondamentale, mais leur l’exploitation a été souvent limitée aux seuls dossiers de carrière. Elle peut être élargie à d’autres types de documents, une nébuleuse documentaire constituée autour de ces dossiers dont nous tenterons d’éclairer les perspectives, et les contraintes.

2Dans cet ensemble, se distinguent deux catégories :

  • la première comprend les documents à dominante biographique : dossiers de carrière, registres du personnel, pensions, registres du Conseil général des Ponts et Chaussées, papiers personnels, inventions... Ils sont d’accès relativement facile et permettent de situer les personnages ;
  • dans la seconde, se trouvent les documents susceptibles de faire connaître les réalisations des ingénieurs, ce sont les très nombreux rapports et plans qu’ils ont établis. Ils permettent d’étudier leurs travaux mais sont plus difficiles à repérer.

3Il faut faire une place à part au Conseil général des Ponts et Chaussées dont les registres de procès-verbaux peuvent être interrogés et pour les carrières et pour les travaux ou le choix des projets.

  • 1 On ne traite ici que de la méthodologie des archives sans donner de bibliographie complète mais ra (...)
  • 2 Lois classées chronologiquement, avec table des matières à la fin de chaque volume et une table gé (...)

4La connaissance de la législation est un préalable utile à l’étude des carrières et, pour ne parler ici que des archives1, on dispose dans ce domaine de deux ressources, celles des archives imprimées, classées dans la série AD XIX N dont en particulier Potiquet : Recueil des lois, ordonnances et circulaires concernant les services dépendant du ministère des Travaux publics, 1399-19462 (AD XIX N1) et les Annales des Ponts et Chaussées, 1833-1945 (AD XIX N5) et bien sûr dans la série F14 (Travaux publics), F142l47 : Organisation du corps des Ponts et Chaussées-, F1411052-11053 : Organisation du corps des Ponts et Chaussées (1790-1880) et la fameuse collection Poterlet : Édits, ordonnances, arrêtés, lois, règlements concernant les Ponts et Chaussées qui occupe les cotes F 149773 à 10006 dont quelques cartons sont utiles ici :

5F149975 : Fonctionnaires publics et employés, 1757-1814.

6F149984 : Ingénieurs des Mines et des Ponts et Chaussées : législation et nominations, 1780-1814.

7F149985 : Inspecteurs généraux. Législation, 1720-1811.

8F149986 : Administration des Ponts et Chaussées, législation, 1735-1814.

9F149987 : Pensions des ingénieurs et de leurs veuves : décrets de pensions.

INFORMATIONS BIOGRAPHIQUES ET PERSONNELLES

Pièces administratives

10Les dossiers de carrière constituent la pièce majeure du dispositif qu’il faut compléter par un certain nombre de pièces administratives :

  • pour une vue d’ensemble du corps, les dossiers eux-mêmes, les registres de contrôle et livres de mouvement, et les dossiers sur le personnel et l’organisation ordinaire des Ponts et Chaussées classés par départements ;
  • pour affiner les informations sur un personnage, les pensions, les procès-verbaux du Conseil Général des Ponts et Chaussées (CGPC), les décorations, les inventions.
  • 3 Ils sont en cours d’intégration dans la base générale des dossiers de personnels Quidam.

11Dossiers de carrière. – Il en existe environ 3800 au Centre historique des Archives nationales (CHAN)3. Ce sont les dossiers tenus par l’administration des Ponts et Chaussées, gestionnaire du corps des ingénieurs. Il ne faut donc pas s’attendre à y trouver des notes techniques, ils renseignent exclusivement sur le déroulement des carrières. Leur tenue est régulière depuis le premier Empire. Pour la période antérieure on dispose de dossiers très inégaux en quantité, informels, lacunaires mais néanmoins irremplaçables par les éclairages qu’ils procurent sur les ingénieurs de la fin de l’Ancien Régime et de la période révolutionnaire.

  • 4 Il obtint sa réintégration et fut actif au sein du corps des ingénieurs jusqu’en 1815.

12Dans ces « proto-dossiers », les ingénieurs adressent souvent eux-mêmes à l’administration le récapitulatif de leur service pour un motif précis : requête, mutation, promotion, réclamation de leur traitement ou autre, comme l’ingénieur Saint-Far qui, étant employé au pavé de Paris, sollicite sa réintégration dans le corps des Ponts et Chaussées et envoie en 1791 un « exposé des services du Sr de Saint-Far et notice des principaux travaux auxquels il s’est livré depuis 26 ans »4.

Le S. de St Far est entré au corps du génie en 1764 ou après l’étude des diverses connaissances de l’ingénieur, et des campagnes faites à la suite des grands travaux, il a été pourvu en 1772 de la place de sous-ingénieur de la généralité de Paris, et en cette qualité, attaché à la construction du pont de Neuilly (c’est en suivant les détails de cette construction que le sr. de St Far a fait les desseins et dirigé la gravure des grands ponts qui sont dans l’œuvre de Mr. Perronet). Les divers ouvrages du S. de St Far l’ayant fait connaître avantageusement de feu M. Trudaine, le Ministre le jugeant propre à la direction des grands travaux du Royaume, l’envoya visiter les canaux de France, puis ceux d’Italie, et tout ce que cette ancienne patrie des arts offrait d’intéressant pour l’instruction des artistes.
À son retour d’Italie, le S. de St Far ayant eu occasion de diriger des constructions civiles et d’y développer des connaissances en physique, il fut appelé en 1779 auprès du ministre qui s’occupant de l’amélioration des hôpitaux chargea cet artiste de procurer plus de commodité et de salubrité à ceux de Paris et de plusieurs projets pour le Royaume. Les succès multipliés du S. St Far lui valurent en 1782 le brevet d’architecte du Roi pour en cette qualité être chargé des constructions qui seraient faites ou réparées aux frais de Sa Majesté dans les hôpitaux du Royaume.
Le S. de St Far était en outre inspecteur des Ponts et Chaussées pour le pavé de Paris, Département que le Ministre lui avait donné en 1780 [...].

13Dix ans plus tard, l’ingénieur Mongenet répond à une circulaire du ministre de l’Intérieur, désireux de connaître l’état du corps après la Révolution :

Claude-Charles Mongenet, né à Besançon, département du Doubs, le 19 novembre 1755 fut élève appointé de l’École des Ponts et Chaussées comme fils d’ancien ingénieur de 1er avril 1774, il y entra le 1er novembre suivant. Ses commissions de sous-ingénieur et d’ingénieur ordinaire datent du 30 avril 1778 et 23 mai 1781. Celle d’ingénieur en chef fut le 27 ventôse an 2 sous le ministère de Paré [...] époque à laquelle il fut nommé ingénieur en chef du département du Montblanc pour y organiser le service des Ponts et Chaussées [...].
Ainsi l’ingénieur en chef Mongenet sans avoir encor atteint l’age de 45 ans présente un service actif de 30 ans employés à projeter et construire des ponts conséquents, à ouvrir plusieurs communications importantes, à projeter et faire exécuter plusieurs canaux d’arrosage et de navigation, et des digues contre les rivières et torrents des départements des Hautes-Alpes, Izère et Montblanc, de même que plusieurs édifices publics tels que fontaines, prisons, tribunaux, bibliothèques etc, dont les plans ont été approuvés par le Ministre.

  • 5 F142333/2.

14Le « détail des services » de Philippe Vallée5, (1745-1825) ingénieur en chef du département d’Indre-et-Loire en 1804 tient en une douzaine de lignes :

Né le 11 novembre 1745, entré à l’École des Ponts et Chaussées le 12 novembre 1766, nommé sous-ingénieur dans la ci devant province de Bresse et Bugey le1 er avril 1773, nommé inspecteur le 28 mai 1785, nommé ingénieur en chef le 7 mars 1788, envoyé en cette qualité dans le département d’Indre-et-Loire le 1er décembre 1791 (38 ans de service).

15Dans la première décennie du XIXe siècle, les dossiers s’étoffent, se structurent pour prendre leur organisation définitive sous le second Empire. Le principe de la notation est mis en place en 1856 et les dossiers contiennent alors les fiches signalétiques destinées à l’établissement de la note. Avant cette date on y trouve généralement :

161. Une fiche administrative générale mentionnant : nom, prénoms, date de naissance, entrée à Polytechnique, entrée à l’École des Ponts et Chaussées, missions pendant la scolarité, date des nominations aux différents grades, fonctions exercées.

  • 6 F142333/2.

17La fiche de Louis Léger Vallée6, (1784-1864), fils de Philippe Vallée, élaborée et tenue à jour par l’administration, énumère en deux pages manuscrites les événements d’une carrière au cours de laquelle il s’occupe à plusieurs reprises de canaux et, dès 1834, de la construction du chemin de fer de Paris à Lille.

182. Éventuellement on trouve le dossier de pension de la veuve de l’ingénieur, avec l’extrait du registre des services de l’ingénieur pour le calcul de la pension, l’extrait de l’acte de mariage, l’acte de décès de l’ingénieur, l’acte de naissance de sa veuve et le dossier de retraite.

  • 7 1720-1806. F142152 et voir les dossiers d’invention.

193. Les recommandations, les demandes (de places, de congé, de remboursement de frais, de retraite ou de maintien en activité) comme celle de l’ingénieur de Cessart7 qui regrette en 1805 d’être mis à la retraite, à plus de quatre vingts ans, et écrit à son ministre :

[...] Je me trompe peut-être, Monseigneur, mais j’avais pensé que 65 ans de service et l’approche d’un siècle dont ma tête supporte le poids sans avoir perdu l’avantage d’apprécier avec justesse les projets présentés par les ingénieurs et d’y apporter des rectifications, fruit d’une longue expérience, devaient me préserver de la nullité à laquelle la Nature seule parait devoir me réduire. Il m’eût été bien doux d’emporter avec moi l’idée d’avoir consacré jusqu’au dernier moment toutes mes forces, toutes mes pensées au service de Sa Majesté [...].

204. Les promotions et affectations.

  • 8 Tostain F142333/l.

215. La demande d’autorisation de mariage, comme celle de l’ingénieur ordinaire à Saint-Lô en 18378 :

Je suis arrivé à un âge où l’on doit songer à son établissement, lorsque l’on n’a pas l’intention de rester garçon. Je crois donc devoir profiter d’une occasion qui se présente en ce moment, et qui me parait réunir toutes les convenances désirables [...] J’espère donc, Monsieur le Directeur Général, que l’union que je projette, obtiendra votre approbation. Je désire, avant de conclure définitivement, recevoir votre assentiment. J’ose espérer que vous ne me le refuserez pas.

226. Les décorations éventuelles, avec les recommandations, notification et remerciements.

  • 9 Le tiers supérieur de la feuille donne les indications de base : département et service à gauche, (...)

23À partir de 1856, les dossiers, qui restent composés des mêmes éléments mais sont remplis de façon plus complète et plus systématique, comportent aussi : une fiche récapitulative de carrière (indiquant le nom, les prénoms, la date de naissance, les fonctions et les grades, les congés, les décorations, la date de retraite et, parfois, la date de décès) et surtout les fiches signalétiques annuelles établies pour la notation dont la procédure est alors mise en place. Elles mentionnent le nom, les prénoms, les date et lieu de naissance, le grade, le traitement, la situation de famille, le nombre d’enfants, leur âge, éventuellement leur situation de famille et leur profession, les diplômes, les capacités, la qualité des relations avec les autorités, les agents et le public, des appréciations sur l’éducation, le caractère, l’exactitude, la tenue et la conduite privée, sur le recto d’un formulaire pré-imprimé et, au verso, les avis du supérieur direct de l’ingénieur et de l’inspecteur général. Le formulaire imprimé ne varie pas jusqu’à la guerre de 19149.

24Trois exemples illustrent cette continuité : Eugène Vallée en 1869, Fulgence Bienvenue en 1882 et Ferdinand de Dartein en 1902.

  • 10 F142333/l. Eugène Vallée (1819-1885), fils et petit-fils des ingénieurs Philippe et Louis Léger Va (...)
  • 11 Au verso, l’appréciation, datée du 31 octobre 1881, indique « ...À la suite d’un accident survenu (...)
  • 12 Au verso, l’appréciation rappelle le rôle de Dartein, organisateur de la présentation des réalisat (...)

25Pour Eugène Vallée10, ingénieur en chef du département de la Lozère, chargé du service des chemins de fer la rubrique aptitude générale indique « Aptitude générale, mais plus tourné vers les services spéciaux » (i.e. les chemins de fer), la fiche signalétique de Fulgence Bienvenüe11, alors ingénieur ordinaire dans le département de l’Orne porte à la même rubrique « est également apte à tous les services », et celle de Dartein « Architecture et Travaux publics »12.

26Les autorisations de missions à l’étranger ou de missions d’expertises, assez fréquentes, figurent dans les dossiers qui prennent aussi en compte la formation de l’ingénieur et contiennent les pièces relatives à l’entrée à Polytechnique, les demandes de bourse, les notes, appréciations et classement de l’École.

27Ce sont là les éléments constitutifs normaux du dossier mais qui réservent néanmoins, par leur multiplicité même, bien des surprises.

  • 13 F14l1521.
  • 14 F1420665.

28Parmi les imprévus, on peut relever, dans le dossier de l’ingénieur Bloch13, un certificat de bonne conduite comme « tirailleur au corps des éclaireurs et flanqueurs de l’armée régulière » délivré le 9 mars 1871 et dans celui de Bienvenüe14 le rapport au ministre relatant l’accident de service au cours duquel il perdit un bras en février 1881 :

[...] Il conduisait le jury d’expropriation sur la 2e section du chemin de fer de Prez en Pail à Mayenne, à l’aide d’une machine et de plateformes appropriées au transport de voyageurs. Il était debout et recommandait aux jurés de s’asseoir pour éviter tout accident. Il a malheureusement oublié que sa position était périlleuse et, perdant l’équilibre quand le train s’est mis en marche, il est tombé sous la machine qui lui a broyé le bras gauche.
On a pratiqué mardi matin la désarticulation de l’épaule [...] Tout espoir de le sauver n’est pas perdu. M. Bienvenue est un ingénieur d’élite en faveur duquel j’ai demandé à plusieurs reprises la décoration de la Légion d’honneur. Dans les circonstances douloureuses où il se trouve, c’est pour moi un devoir de renouveler ma demande. Je crois que cette haute distinction, si vous la lui accordiez, allégerait ses souffrances, et, agissant sur le moral, faciliterait sa guérison.

29Sont aussi à signaler les articles ou brochures adressés par les ingénieurs à l’administration à l’appui d’une demande d’autorisation d’absence ou pour attirer son attention sur leurs activités. On trouve dans le dossier de F. de Dartein une brochure intitulée : Réponse aux observations présentées par M. Alfred Ramé sur l’église de Saint-Ambroise à Milan par Fernand de Dartein. Paris, 1883, jointe à la lettre signalant sa désignation comme membre du jury international réuni pour la construction d’une nouvelle façade au Dôme de Milan.

  • 15 Changements d’organisation proposés pour l’Ecole polytechnique et pour les Ponts et Chaussées par (...)
  • 16 On connaît l’intérêt des ingénieurs pour la réflexion politique, la place des idées républicaines (...)

30Mais il peut s’agir de publications de portée plus générale, un projet de réorganisation de l’Ecole Polytechnique en 1848 par Louis Léger Vallée15, qui publia aussi en 1848 Une loi d’élection augmentée d’une note sur le travail et les salaires-, on ne s’étonnera pas de l’ampleur des réflexions politiques des ingénieurs en réfléchissant à la diversité de leur champs d’action16.

  • 17 Il s’agit des dossiers de Bunau-Varilla, Carnot (Sadi), Cavaignac (Godefroy), Claveille (Joseph, M (...)

Cotes des dossiers :

F14l1061-11066 :

121 dossiers d’ingénieurs actifs de 1755 à 1815 essentiellement, ils sont très peu volumineux, parfois réduits à une ou deux pièces.

F142152-234l :

Dossiers individuels, XVIIIe-XIXe s.

F1411459-11622 :

Dossiers individuels, XIXes.-1910.

F1412565 :

Dossiers individuels, XIXe s.-XXe s.17

F1420661-20692 :

130 dossiers d’ingénieurs cessant leurs fonctions entre 1914 et 1938.

31Registres des contrôles et livres de mouvement. – On dispose des états annuels du corps des Ponts et Chaussées dressés par l’administration qui, pour gérer les effectifs en activité, avait besoin de connaître les noms, les grades, les affectations et les traitements.

32Des registres de contrôles, par grade, existent pour la période 1755-1857 (F14*2134-2140). Les ingénieurs sont classés par ordre d’ancienneté de classe pour chaque grade et y sont notés les noms, prénoms, date de promotion dans la classe, nombre d’années de service, date de mise à la retraite ou de décès.

33F14*2134 : Contrôle des ingénieurs des Ponts et Chaussées, 1805-1857, ingénieurs de 1e et 2e classe depuis 1817 par ordre d’ancienneté de classe pour chaque grade.

34F14*2135 : Contrôle des inspecteurs des Ponts et Chaussées, 1755-1857, inspecteurs généraux, inspecteurs divisionnaires et inspecteurs divisionnaires adjoints depuis 1817. Sous forme de tableau qui indique nom, prénoms, classe et date de promotion à cette classe, nombres d’années de services au 1er janvier 1808 (utile pour les ingénieurs de la fin du XVIIIe siècle sur lesquels on n’a pas toujours de dossier complet) et observations (date de retraite ou décès).

35F14*2136 : Contrôle des ingénieurs ordinaires des Ponts et Chaussées, 1791-1857, ingénieurs ordinaires de 1e ou 2e classe depuis 1817. Liste annuelle du même type que celle des registres précédents. Date de naissance et date d’entrée à l’École des Ponts et Chaussées sont ajoutées après 1820.

36F14*2137 : Contrôle général des ingénieurs des Ponts et Chaussées, 1774-1857, ingénieurs : nom, prénoms, grade et classe, nombre d’années de service au 1er janvier 1817, date de la première commission d’ingénieur aspirant, observations (décès, retraite). À partir de 1822, date de naissance, entrée à l’École des Ponts et Chaussées, date de nomination comme ingénieur-aspirant, mutations successives.

37F14*2140 : Contrôle des ingénieurs en chef et des ingénieurs ordinaires des Ponts et Chaussées, 1777-1846, ingénieurs ordinaires par ordre d’ancienneté. Ingénieurs en chef : nom, prénoms, date de nomination au grade, années de service au 1er juillet 1808, classe, observations (décès, retraite).

  • 18 Les registres F142142-2146 et 2148 ne concernent pas les ingénieurs.

38Les livres de mouvement sont plus précis que les contrôles, ils indiquent les départements de fonction, les mises à disposition d’autres ministères, les congés vers le privé (F14*2138-2139, 2141, 2147, 2149 et F14*3374-3427)18.

39F142138 : Tableau d’ancienneté des inspecteurs des Ponts et Chaussées, 1782-1838, ingénieurs, cadres, 1823-1838. États des différents grades, nom, ancienneté, âge, date de nomination aux différents grades. État au 1er juillet 1823, au 15 février 1823 et au 6 avril 1824, entre 1798 et 1828, entre 1815 et 1825, entre 1815 et 1828, en 1837-1838.

40F142139 : Tableau général du personnel des Ponts et Chaussées (ingénieurs, conducteurs et différents services auxquels ils sont rattachés), 1814-1830.

41F142141 : États mensuels de situation du corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées, 1840-1853. Ils indiquent les mutations dans les effectifs : nominations, promotions, retraite, décès ; les congés pour services divers, selon l’organisme de rattachement : ministère des Travaux publics, de la Marine (ports militaires), de la Guerre, de l’Intérieur (pavé et boulevards de Paris, service municipal de Paris), pays étrangers, travaux des Compagnies, grille avec les grades, les classes et le nombre d’ingénieurs dans chacun de ces services.

42F142147 : Organisation du corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées, an XII-1821. Ces dossiers concernent l’organisation du service dans les pays conquis : Rhin (1808-1814), Illyrie (1810), départements hanséatiques (1811), Hollande (1810-1812), territoires au-delà des Alpes (1810-1811), Catalogne (1812), Toscane (1808).

43F142149 : Mouvement du personnel des ingénieurs des Ponts et Chaussées, an II-an XIII et 1808-1814. Ils indiquent :

  • 19 Voir aussi F1411067. Ingénieurs de l’armée d’Égypte An VI-An X : notices sur les ingénieurs, liste (...)

44- l’état nominatif des ingénieurs qui ont fait partie de l’expédition d’Égypte19 :

  • 20 Les ingénieurs suivants, alors élèves de l’École polytechnique, ont participé à l’expédition d’Égy (...)

Arnollet Pierre

(F142157/1)

Bodard Louis-Victor

(F142173/l)

Chabrol de Volvic Gilbert

(F142189/1)

Duval Léonard

Faye Hervé

(F142224)

Fèvre Jean-Baptiste

(F142225/1)

Girard (Pierre-Simon)

(F142235/1)

Jollois (Jean-Baptiste)

(F142248/1 et 11062)

Lancret (Michel-Ange)

(F142256 /1)

Le père Gratien

(F142266/2)

Le père Jacques-Marie

(F142266/2)

Martin Pierre-Dominique

(F142278/1 et 11062, voir 92AP)

Raffeneau-Delile Adrien

(F142307/1)

Saint-Genis Alexandre

(F142318/1)

Thévenod Claude-François20

(F142329/2)

45- les listes des ingénieurs des Ponts et Chaussées mis à la retraite en 1814 après la perte des territoires conquis ;

46- l’état des ingénieurs affectés à la défense de Paris, 1815.

47F143374-3427 : Livres de mouvements, 1816-1870. Sous forme de registres annuels, ils indiquent, par département, les noms des ingénieurs et conducteurs, appointements, frais fixes, observations et date des décisions.

  • 21 Voir aussi l’Almanach : liste des inspecteurs, liste des divisions, la répartition des membres du (...)

48Pour la période suivante, on doit se reporter aux annuaires du ministère des Travaux publics21 : AD XIX N3 : Annuaires du ministère des Travaux publics, 1861-1936. Ils permettent de connaître la composition du Conseil général des Ponts et Chaussées et, pour l’ensemble du corps des Ponts et Chaussées, ils donnent la liste des inspecteurs par ordre alphabétique et par inspection et la liste des ingénieurs par département. Ils fournissent aussi les noms des ingénieurs en services détachés, en congé et attachés à des compagnies et sociétés en France et à l’étranger.

  • 22 Manquent les départements de l’Ain, l’Aisne, l’Ailier et la Creuse.

49Personnel et organisation ordinaire des Ponts et Chaussées par département (an III-1945). – F1421013-21074 : Ces documents concernent les services ordinaires des Ponts et Chaussées dans les départements22 et en Algérie, et renseignent sur le personnel des ingénieurs (arrêtés de nomination précisant leurs attributions), la répartition et l’organisation du service, les demandes d’autorisation de travaux. Pour la IIIe République, ils constituent une source importante pour connaître le travail des ingénieurs, mesurer leur influence à l’échelon local.

50Dossiers de pensions. – F142945-3184 : Liquidation des pensions du personnel des Ponts et Chaussées. Il y a 8 500 dossiers environ, toutes catégories confondues.

  • 23 G. Thuillier, Les pensions de retraite des fonctionnaires au XIXe siècle, Paris, Association pour (...)

51Dès 1772, un système d’aides aux veuves des ingénieurs a fonctionné et une caisse d’aide avait été créée23, le décret d’organisation des Ponts et Chaussées du 7 fructidor an XII (titre VIII) a fixé une retenue de 3 % sur les traitements des ingénieurs destinée à alimenter le fonds des pensions des ingénieurs, de leurs femmes et enfants mais sous condition de trente ans de service, le montant de la pension s’élevant à la moitié du traitement des trois dernières années de service. L’organisation des pensions a ensuite été modifiée par la loi du 8 juin 1853 qui établit un même régime pour tous les ministères et instaura la règle de 60 ans d’âge. La retenue était portée à 5 %.

  • 24 Pour l’ingénieur Alphand (dossier de carrière F1411459), le dossier de pension existe sous la cote (...)
  • 25 On peut citer l’exemple de Philippe Vallée, ingénieur des Ponts et Chaussées, fils d’ingénieur, pè (...)

52Il est évident qu’il n’y a pas de dossiers pour tous les ingénieurs. Beaucoup décèdent en exercice et les conditions requises ne sont alors pas satisfaites. D’autre part, quand le dossier de pension existe, il peut aussi, comme on l’a vu, être inséré dans le dossier de carrière, mais la vérification mérite quand même d’être faite. Les dossiers de pension sont susceptibles de fournir des états de services précis irréfutables et des documents d’état civil, qui figurent bien dans les dossiers de carrière pour les ingénieurs, mais non pour les épouses, pour lesquelles les dossiers de pensions sont la source principale24. Or il est particulièrement intéressant pour ce milieu social d’étudier les réseaux familiaux25.

53F142152-2153 : Notes, correspondance avec l’administration centrale, pensions de retraite et secours ; an II-1823.

  • 26 Voir aussi F1411062. Pensions, retraites et secours. On y trouve les dossiers de Mme Poulletier de (...)

54F149987 : Pensions des ingénieurs et de leurs veuves : décrets de pensions26.

55Registres du Conseil général des Ponts et Chaussées (CGPC) (cf. annexe 2). – Le CGPC jouait un rôle direct dans la gestion des personnels et connaissait les nominations des ingénieurs ; on en voit un exemple dans la réponse reçue du directeur de l’École des Ponts qui en 1803 fait savoir qu’il n’y a pas d’élève disponible pour une mission. Le Conseil répartissait, selon les demandes des ingénieurs, les élèves envoyés chaque année en formation sur le terrain, ce qui constituait un appoint en personnel appréciable. Au dix-neuvième siècle, il traitait surtout des affaires disciplinaires et de la désignation des inspecteurs généraux.

17 thermidor an 11 (5 août 1803) : présents Citoyens de Cessard, Lebrun, Brémontier, Lefevre, Chambine père ;
Le secrétaire fait lecture de la séance du 10, la rédaction en est approuvée ; le secrétaire communique la réponse du sr Prony directeur de l’École qui pour satisfaire à la demande du Conseil du 10 thermidor répond qu’il ne se trouve en ce moment à l’école aucun élève susceptible [...].

  • 27 Les seuls dossiers de propositions de décorations sont à consulter sous la cote F1411069. Personne (...)

56Décorations. De nombreux ingénieurs des Ponts et Chaussées ont été décorés de la Légion d’honneur, et pour les retrouver, il faut consulter la base LEONORE. Toutefois ces dossiers n’apportent que des informations déjà fournies par les documents évoqués ci-dessus : état civil, états de service. En fait, les dossiers de propositions de Légion d’honneur sont en règle générale beaucoup plus intéressants que ces dossiers de décoration. Or malheureusement il n’en existe plus pour le ministère des Travaux publics27. Mais on peut trouver de tels dossiers concernant des ingénieurs des Ponts représentants de la « société civile », les propositions émanent du ministère de l’Intérieur, série F1d III et du ministère du Commerce : F125080-5300 : Propositions individuelles, 1815-1916. Série alphabétique.

57F126635-6670 : Légion d’honneur, 1898-1914. Nominations à l’occasion d’expositions. Série alphabétique.

58F128492-8759 : Légion d’honneur, 1890-1939. Propositions individuelles, série alphabétique.

Papiers personnels et de travail

59Après avoir exploité les documents publics et administratifs que l’on vient de passer en revue, il faudra aussi recourir aux documents individuels produits par les ingénieurs : notes professionnelles, dossiers de travail, ébauches et documentation qu’ils ont constituée pour leur usage, que l’on conserve exceptionnellement, et de leurs papiers privés et familiaux dont on ria malheureusement que très peu d’exemples. Au CELAN on trouvera les rares exemples des premiers dans la série F14 et les seconds se trouvent tout naturellement dans les archives privées.

60Papiers d’ingénieurs, notes professionnelles. – La cote entre parenthèses est celle du dossier de l’ingénieur conservé au CHAN.

61F141152 : Papiers Lepère, Hageau et Duboys
Papiers Lepère (F142266/2) : Routes royales et départementales de la Seine, de Seine-et-Oise, Seine-et-Marne, du Loiret et de l’Yonne, 1829. Projet de canal entre la Seine et la Loire, 1817. Canal et navigation du Cher, 1809-1810. Canal de Bourgogne, 1814-1824. Canaux d’Orléans et du Loing, 1813-1824. Concerne : Routes royales et départementales de la Seine, de Seine-et-Oise, Seine-et-Marne, du Loiret et de l’Yonne, 1829. Projet de canal entre la Seine et la Loire, 1817. Canal et navigation du Cher, 1809-1810. Canal de Bourgogne, 1814-1824. Canaux d’Orléans et du Loing, 1813-1824.

62Papiers Hageau (F142152) : Tableaux des routes du Nord, de l’Oise, du Pas-de-Calais, de la Somme, 1813-1822. Canal royal. Canal de Carcassonne, 1787-1809. Canal des Deux-Mers (ou du Midi), de la Robine, de Beaucaire, An IV-1829.

63Papiers Duboys : Navigation de la Seine entre Troyes et Châtillon, 1822. Routes et ponts des Ardennes, An XI-1813. Projet de jonction de la Méditerranée à la mer du Nord, 1807-1822. Canal de Sedan, 1806-1813, Routes et ponts, navigation (Dyle, Forêts, Meurthe, Meuse-Inférieure, Moselle, Sambre-et-Meuse, Sarre), An XIII-1813.

64F141153, Papiers Dutens : Routes, ponts, navigation, canal du Berry, 1820-1830.

65F14l154-1173, Papiers Boüessel : Canal de Nantes à Brest, 1757-1830. Canal d’Ille-et-Rance, 1822-1830. Ponts et Chaussées, Navigation, ports maritimes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Morbihan), 1820-1830. Digues et marais de Dol, du Mont-Saint-Michel ; rivière du Couesnon ; rivière de Vilaine et port de Redon. Canal du Blavet, 1736-1830. Canaux de Bretagne, comptabilité, personnel, adjudications, projets, plans, 1822-1830.

66F141177-1185, Papiers Carron (F142186/2) : Chemin de fer de Saint-Étienne à Lyon, 1826-1830. Routes et ponts, navigation (Ain, Basses-Alpes, Ardèche, Côte-d’Or, Doubs, Drôme, Isère, Loire, Mont-Blanc, Rhône, Plaute-Saône, Saône-et-Loire), 1815-1830.

67F1412573-12607, Papiers Chargueraud (F1411532) et S. Dreyfus (F1420670), (Vice-présidents du CGPC de 1883-1938) : Navigation du Rhin, 1919-1932.

68F1413859/1 et 2, Papiers Becquey (F142165/1), (directeur général des Ponts et Chaussées, 1791-1830).

  • 28 Saisie en cours dans la base Quidam, consultation été 2003. Une recherche d’ensemble sur les inven (...)

69Inventions. – F143185-3197 : Inventions de 1791-1860. Il y a sous ces cotes 330 dossiers de procédés techniques nouveaux présentés au ministère des Travaux publics, et retenus après examen, par des inventeurs28. Le quart émane d’ingénieurs dont 47 ingénieurs des Ponts et Chaussées (certains pour deux inventions). Parmi eux apparaissent des noms célèbres : Perronet, Polonceau, Prony, Cessart (figure 1), et aussi Saint-Far : Opuscule relatif aux bois de charpente et Vallée (Philippe Vallée, alors sous-ingénieur des Ponts et Chaussées de la Bresse) Observations faites sur le mémoire de Mr Vallée ayant pour objet de former des voûtes, des poutres et des planchers avec des planches seulement. (1784)...

70Papiers privés. – (série AP) 92AP : (microfilm 5Mi 1) Mémoires de Pierre-Dominique Martin, né en 1771 (F142278/1 et F1411062), participa à l’expédition d’Égypte (Autobiographie fin AR-1850, Journal de l'expédition d’Égypte).

71147AP : Papiers Piou, Jacques 1741-1821 (F142299/2) et son fils Jacques François 1770-1861 (F142299/2), ingénieurs des Ponts et Chaussées, correspondance familiale très riche, Jacques Piou a participé à la construction de Napoléonville (Pontivy) et Jacques François a organisé le service des Ponts et Chaussées du département de Jemmapes, ils ont tous deux été ingénieurs en chef de plusieurs départements.

72320AP : Papiers Bazaine, dont Dominique Bazaine (1808-1870), père du maréchal, ingénieur des Ponts et Chaussées (F142164/2).

  • 29 Le cas des familles comptant deux, voire trois, ingénieurs est assez fréquent, soit frères : les B (...)
  • 30 Le musée de Tours possède dans son fonds de dessins 93 dessins d’architecture et gravures de Phili (...)

73614AP : Fonds Vallée (en cours de traitement). C’est « le » fonds privé d’ingénieur des Archives nationales, il a été acquis en 2001 et provient d’une famille ayant compté trois ingénieurs29 des Ponts et Chaussées issus de l’École des Ponts et Chaussées : Philippe, 1745-1824 (F142333/2), Louis-Léger, 1784-1864 (F142333/2), Eugène-Adolphe, 1819-1885 (F142333/1) et un Centralien : Louis Vallée, né en 1867. Il s’avère en fait que la lignée professionnelle commence avec Pierre Vallée (1717-retraite 1774) ingénieur à Tours en 1760, lui-même fils d’un ingénieur militaire30.

Figure 1 : Cessart : Machine hydraulique, 1754 (CHAN, F143187)

74Ce fonds se compose :

  • de correspondances privées et d’affaires, diplômes, cartes d’électeur, permis de chasse... ;
  • de correspondances ayant trait aux travaux et dossiers suivis par les ingénieurs dans leurs différents postes (canal du Centre en Saône-et-Loire, canal de Bourgogne, canaux du Nord ; études et travaux pour les chemins de fer : Paris-Lille 1833-1839, et en Eure-et-Loir, 1845-1855 ; service des Eaux de la ville de Paris...) ;
  • de carnets de notes et observations au cours de voyages en Angleterre, Suisse, Savoie ;
  • de notes de cours et brouillons d’ouvrages techniques, d’inventions ;
  • de publications et brochures.

75On dispose ainsi sur la famille Vallée, particulièrement représentative de ce milieu, d’un ensemble documentaire exceptionnellement fourni et complet : dossiers, pensions, inventions, travaux, publications, papiers familiaux...

TRAVAUX DES INGÉNIEURS : PLANS, RAPPORTS, CONSEIL GÉNÉRAL DES PONTS ET CHAUSSÉES, PUBLICATIONS ET IMPRESSIONS

76La prosopographie constitue l’approche la plus efficace pour étudier les travaux des ingénieurs. Leur œuvre est immense et les documents qu’ils ont produits sont dispersés dans les archives des territoires où se sont déployées leurs réalisations : les archives départementales renferment dans les archives des Ponts et Chaussées (série S, Travaux publics) les rapports, notes, devis, études et plans concernant les ouvrages qu’ils ont construits et dirigés tels que routes, ponts, ports, infrastructures ferroviaires et édifices publics : écoles, mairies, préfectures, tribunaux, édifices religieux, hôpitaux etc., outre les autorisations diverses (de prises d’eau, d’ouverture d’usines...) qu’ils ont eu à instruire.

77Mais il existe aux archives nationales dans la série F14 un volet qui complète les travaux recensés dans les archives départementales. C’est la très volumineuse correspondance administrative qui reflète le va-et-vient d’informations, constant depuis les origines, entre l’administration locale, les ingénieurs et la direction des Ponts et Chaussées. Elle est essentielle. Toutes les réalisations, même les plus minimes, ont fait l’objet d’un dialogue préalable entre les départements, d’où venaient les courriers des préfets et des ingénieurs, et la direction des Ponts et Chaussées éclairée par les avis techniques du Conseil général des Ponts et Chaussées auquel étaient soumises toutes les opérations. Ceci s’appliquait aussi bien aux créations qu’aux travaux d’entretien.

  • 31 Par exemple, dans la famille Vallée, sachant que Louis-Léger Vallée a été en charge du canal du Ce (...)

78Pour accéder aux éléments de cette correspondance, on procédera logiquement par étapes, en prenant d’abord connaissance de la carrière de l’ingénieur étudié, puis, en fonction de celle-ci et selon ses domaines d’activité : canaux, routes, chemins de fer, ports... et selon ses lieux et dates d’exercice on pourra sélectionner les cotes pertinentes31.

79Par commodité, on distinguera deux catégories d’archives émanant des ingénieurs : les documents iconographiques, plans et dessins techniques et les documents graphiques, travaux, écrits techniciens, rapports, études, controverses, correspondance et écrits de réflexion.

Cartes et plans

80Comme le soulignait déjà Dartein en 1906, « l’architecture et le dessin tenaient un rôle considérable dans l’enseignement de l’École », architecture civile (routes, ponts), architecture hydraulique (digues, écluses, canaux, ports de mer, dessèchements etc.). Quoique obligatoires, ces matières étaient enseignées aux frais de l’élève dans des ateliers extérieurs à l’école : de 1747 à 1774, chez Blondel, ensuite chez Daumont et Daubenton. Le cours de principes d’architecture n’a été instauré qu’en 1785. Il est donné par deux élèves de 1re classe, Saint-Far et Lallié. La place du dessin dans la formation des ingénieurs est capitale, ainsi, l’élève-ingénieur Vallot, au concours de 1813 pouvait écrire :

De tous les Beaux Arts, le dessin est celui dont la connaissance est la plus nécessaire aux hommes qui s’occupent de la construction des édifices. Entre les mains des ingénieurs, des architectes, le dessin devient un nouveau langage, une traduction de la pensée qui par la vue se transmet à l’intelligence. Mais outre cette propriété commune au dessin et à la peinture d’être le dépositaire des idées, d’en conserver et d’en transmettre la mémoire, le dessin devient une science quand on l’applique aux constructions et à la description exacte en géométrique de la forme des corps. »

81Les plans de la série F14 conservés au service des Cartes et plans proviennent dans leur grande majorité du « Dépôt des cartes et plans » créé sous le Premier Empire par Montalivet et Molé. Pour le constituer, Montalivet prescrivit en 1808 aux ingénieurs des départements de faire parvenir à l’administration centrale les projets des travaux approuvés (copies ou minutes des plans et devis). Il voyait dans la centralisation de ces archives « le seul moyen... de rassembler l’historique d’une époque qui ne peut être assimilée à aucune autre pour le nombre et la grandeur des entreprises ».

  • 32 Ces inventaires mentionnent souvent le nom de l’auteur des plans et on y repère facilement les ing (...)

82Les plans de la série F14 conservés aux Cartes et plans sont connus par les inventaires suivants32 :

83F1410048-10083 : Fleuves et rivières

84F1410084-10147 : Canaux

85F1410148-10210 : Routes et ponts

86F1410211-10272 : Ports et villes

87F1410273-10288 : Ports, cartes du littoral, dunes, lais et relais de mer, phares, côtes, forêts, marais, étangs, polders, moulins, usines hydrauliques

88F1410289-10317 : Mines, carrières et usines.

  • 33 Dossier F142254/1.
  • 34 Ce projet est resté dans les procès-verbaux du Directoire exécutif.
  • 35 Dans F13714 et F131757B, 1757C et 1757D se trouvent les archives des travaux de l’ingénieur Piou p (...)
  • 36 Dans les plans d’édifices diocésains, évêchés et séminaires, on constate jusqu’en 1838 l’intervent (...)

89L’envoi et la remise des projets se sont faits très exactement sous l’Empire, mais beaucoup moins régulièrement par la suite, et de très nombreux plans restent dans les dossiers auxquels ils étaient initialement joints et qu’ils complètent. Le principal gisement est évidemment celui de la série-mère F14, mais les ingénieurs en chef ont jusqu’à la moitié du XIXe siècle souvent eu un rôle et des responsabilités d’architecte départemental. Ils ont aménagé, remis en état, adapté les édifices anciens affectés aux nouvelles administrations, et ont construit de nouveaux bâtiments quand il le fallait (fig. 2). L’ingénieur Mongenet évoque très précisément cet aspect de ses activités en rappelant les constructions qu’il a réalisées : « prisons, fontaines, tribunaux, bibliothèques... » et souligne que les plans ont eu l’approbation du ministre auquel ils avaient été adressés (cf. supra : l’état de ses services). Lallié33, fils d’ingénieur en chef, est en poste dans le Cantal quand il réalise l’an V ce projet de bibliothèque pour l’École centrale (fig. 3)34. Il rappelle aussi qu’il « a projeté et exécuté un grand nombre de constructions civiles : un hôtel de ville, une préfecture, des tribunaux, des halles, une restauration de cathédrale, une salle électorale et une salle de spectacle [...] ». De ce fait on trouve trace de leurs opérations dans plusieurs séries des Archives nationales, provenant des ministères ayant en charge des bâtiments, l’Intérieur(F2), les Bâtiments civils (F13)35 chargés de l’administration des bâtiments destinés à des établissements publics, les cultes (F19)36.

  • 37 Voir l’inventaire à paraître de N. Gastaldi, Le Sénat et les sénatoreries de l’an VIII à 1814. Les (...)

90Un exemple relativement peu connu en est donné par l’administration des sénatoreries37 (O21302-1551). – La constitution de l’an X créa 31 sénatoreries. Il y en avait 36 en 1814, autant que de cours d’appel, dans tout l’Empire, en France, en Belgique et en Italie. Elles se composaient d’une dotation en domaines nationaux appartenant au Sénat, qui devait rapporter un revenu annuel de 25 000 francs, et d’une « maison sénatoriale » qui servait de palais au sénateur usufruitier, tenu d’y résider au moins trois mois par an.

Figure 2 : Saint-Far : Pont de Mayence, architecture d’une rive, 1807 (CHAN, F1410201/6)

Figure 3 : Lallié, projet pour la bibliothèque de l’École centrale de Saint-Flour, an V (CHAN, AFIII 448/2638 pièce 23)

91Les résidences ont été installées dans des biens nationaux disponibles : dix-sept châteaux, sept abbayes (dont Saint-Vaast, Saint-Florent-lès-Saumur), six palais archiépiscopaux (dont Auch et Narbonne), des bâtiments ayant abrité des administrations d’Ancien Régime supprimées : États de Bourgogne, Intendance de Soissons... Le Sénat contrôlait l’administration des sénatoreries, les bénéficiaires assuraient la gestion et l’entretien courants. L’architecte du Sénat, Baraguey, s’en est donc beaucoup occupé, mais on constate que les ingénieurs des départements y ont aussi régulièrement travaillé, puisqu’on dénombre trente-six interventions de leur part dans dix-huit des sénatoreries. Parmi eux figurent des ingénieurs déjà cités : Arnollet qui fit partie de l’expédition d’Égypte, Limay, grande figure du corps, un des frères O’Farell, qui réaménage l’ancien évêché de Viviers dans la sénatorerie de Nîmes.

Documents écrits

92Les exemples présentés jusqu’à présent dans cet exposé ont donné une très large place à la vision de l’ingénieur-architecte, mais il existe une documentation d’une richesse et d’une ampleur équivalentes qui met en scène la figure de l’ingénieur acteur de l’équipement du territoire.

93Rapports, publications, impressions. – C’est, on l’a dit, la correspondance administrative du ministère des Travaux publics qui recèle les matériaux de base utiles pour étudier les travaux des ingénieurs. Il s’agit d’une source extrêmement volumineuse, composée de projets, rapports, mémoires, correspondances qu’il faut s’attacher à repérer. Ce genre de documents est signalé par des analyses de ce type : « F148821-9188 : Avant-projets et projets de chemins de fer, enquêtes, devis, rapports d’ingénieurs. Réseau de l’Ouest et de l’État. 1831-1874. » ou « Correspondance du Ministre et du directeur des Ponts et Chaussées avec les préfets, ingénieurs et autorités diverses » dont les occurrences dans l’État sommaire des versements, tome 2, sont très nombreuses, voir par exemple F14502-608, 609-954, 980-1032, 1033-1094, 1121-1151, 1186-1216... 6036-6348, 6501-7084, 7118-7586 etc., sans qu’on envisage d’en fournir ici une liste exhaustive et détaillée.

94Il faut aussi penser que la prise de décision pour des réalisations importantes se situe en amont de l’administration des Ponts et Chaussées et il est bon de consulter les archives des assemblées (séries C et CC).

  • 38 Dont inventaire détaillé : Les papiers des assemblées du Directoire aux Archives nationales. Paris (...)
  • 39 Dont inventaire détaillé : Inventaire du fonds de la Chambre des Pairs. CC 257-421, CC 487-498, CC (...)

95On trouve par exemple dans les papiers des assemblées du Directoire (C387-479, C480-59838) l’indication de toutes les décisions d’affectation, de réaffectation, de modification et de construction de bâtiments publics abritant des administrations nouvelles : municipalités, tribunaux, Écoles centrales... et dans les archives de la Chambre des Pairs (CC 380-41839) des indications sur les créations de ponts, de grands aménagements portuaires et d’aménagements urbains de 1830 à 1848. Dans l’article CC399, Session de 1846. Navigation intérieure, le premier des huit dossiers concerne l’amélioration de la navigation de la Seine et renferme trois rapports des ingénieurs en chef de la Seine et de la Seine-Inférieure, dont l’un est imprimé : Rapport de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées du département de la Seine-Inférieure aux objections faites le 10 février 1846par la Commission de la Chambre des députés au projet présenté à M. le Ministre des Travaux publics.

96Les ingénieurs pensent, écrivent et publient beaucoup. Certains de leurs travaux restent cependant à l’état de manuscrits dans leurs dossiers, ainsi dans le dossier personnel de Choron (F1411469 pièce 137) se trouve un cahier manuscrit de 72 pages : Vade mecum du constructeur de poutres métalliques droites à plusieurs travées, tandis que le dossier de Louis Vallée contient plusieurs brochures imprimées dont une Note relative à la candidature sollicitée par M. L.L. Vallée, Officier de la Légion d’Honneur, Inspecteur divisionnaire des Ponts et Chaussées, pour l’élection d’un membre libre de l’Académie des Sciences, en remplacement de M. Pariset. Ce texte publié en 1847, à la fin de la carrière administrative de Louis Vallée énumère dix-sept titres d’ouvrages ou de brochures et en annonce à paraître sur des sujets extrêmement techniques et scientifiques comme : Procédé pour calculer les déblais et les remblais ou Note sur le jaugeage des eaux qui alimentent le lac de Genève, par le fond et par la surface. Il y a également des textes plus politiques : Améliorations à introduire dans les Ponts et Chaussées, 1829 ou De l’aliénation des canaux, 1820 ou De trois lois à faire sur les Travaux publics, 1838.

97Cette production abondante touche à des domaines très variés : techniques diverses, modes de construction et procédés, hydraulique, chemin de fer, économie politique, hydrographie, géologie, archéologie et même religion.

98Il arrive que les ingénieurs étayent sur leurs publications les démonstrations qu’ils font dans leurs rapports aux autorités civiles et professionnelles et les joignent aux dossiers. Inversement ils forgent leurs théories avec l’expérience tirée des réalisations menées sur le terrain. Souvent les rapports sont la version première, l’ébauche de publications techniciennes. C’est ainsi que la lettre de retour de mission de Choisy, citée en annexe, constitue la première phase des publications d’archéologie qu’il en a tirées.

  • 40 Réponse du directeur des Travaux publics aux observations de M. le rapporteur de la Commission du (...)

99Il y a enfin le cas particulier de publications imprimées faites par des ingénieurs en raison de leurs fonctions administratives supérieures : les directeurs des Ponts et Chaussées avaient à répondre aux assemblées des crédits alloués aux Travaux publics et à fournir des éléments aux législateurs. On en a un aperçu dans l’article F1410014 : Discours, opinions, observations exprimées au Corps législatif, 1791-1848. Les directeurs Becquey, Lamandé, Legrand présentent des explications en séance40, Legrand intervient dans la discussion du projet de loi relatif au canal latéral à la Garonne en 1837, au chemin de fer de Paris à Saint-Germain en 1835... Il faut aussi songer au cas assez rare des ingénieurs élus politiques : Becquey, qui cumula avec ses fonctions de directeur des Ponts, celle de député de la Haute-Marne, est l’auteur d’interpellations. Son cas incite à rechercher dans les publications des assemblées : AD XVIIIC Impressions des assemblées, 1789-1898 (classement alphabétique) les textes et questions que des ingénieurs ont adressées à l’assemblée, quitte aussi à consulter dans les archives des assemblées (série C) les papiers des sessions.

100Nous avons tenté, au fil de ces lignes, de proposer au chercheur des stratégies pour affiner les données biographiques des ingénieurs du corps des Ponts et Chaussées. Ces biographies sont en effet le fil conducteur indispensable à l’étude de leurs travaux, car elles permettent, en fonction de leur itinéraire professionnel, de localiser les documents les plus intéressants et les plus originaux de leurs travaux, plans ou rapports.

101Nul ne contestera la richesse des sources qui viennent d’être passées en revue, mais elles sont indéniablement disparates. Au sein des archives des Travaux publics, les procès-verbaux du Conseil général des Ponts et chaussées constituent une masse documentaire énorme, écrasante. En revanche certaines sources évoquées se ramènent parfois à seulement quelques feuillets.

102Pour exploiter cet ensemble, il apparaît indispensable de lancer des travaux d’équipes, sans exclure naturellement les travaux individuels, pour réaliser l’indexation des registres du CGPC et le traitement systématique des fiches administratives des ingénieurs. L’utilisation de ces fiches et des annuaires administratifs permettrait dans un premier temps de dresser département par département : les listes d’ingénieurs, l’état de leurs travaux.

103Au terme de cette étape, pourront être élaborées des fiches biographiques donnant toutes les orientations nécessaires aux recherches approfondies.

104L’étape suivante serait, à l’instar des enseignements du père de Dainville de croiser un maximum de sources et, à partir de cette connaissance préalablement acquise sur les ingénieurs, d’effectuer une collecte raisonnée des informations qui découlent des parcours individuels. Cela se ferait en examinant les archives des bâtiments publics, civils et religieux (F13, F21, O2...), des grands travaux, canaux, ports, ouvrages et chemins de fer, (archives des assemblées, contrepoint de F14) et en recherchant ce que les ingénieurs ont pu produire en marge de leur champ d’activité obligé, en particulier leurs publications, qu’elles soient du domaine public et administratif, ou de la sphère privée, sachant que pour ces dernières il faudrait aussi se tourner vers la BnF. La démarche méthodologique que nous proposons ici pourrait s’appliquer également au corps des Mines.

Annexes

ANNEXES

ANNEXE 1 : Demande de l’ingénieur Dartein, professeur à l’École des Ponts et Chaussées, au Ministre d’autorisation d’absence pour participer au jury de la façade du Dôme de Milan. 23 avril, 1887. (F1411540.)

J’ai été désigné par l’Académie des Beaux Arts de Milan pour faire partie d’un jury international chargé de juger le concours ouvert pour la construction d’une nouvelle façade au Dôme de Milan. Le jury se compose d’une douzaine de membres, la plupart italiens (M.M. Boito, Brioschi, Cantu, Clericetti, marquis Visconti, etc.) auxquels sont associés trois étrangers, un anglais (M. Waterhouse), un autrichien (M. le baron de Schmidt) et un français. Il doit se réunir deux fois, le concours étant à deux degrés. La première réunion aura lieu au milieu du mois de mai prochain.

J’ai l’honneur, monsieur le Ministre, de vous demander l’autorisation de me rendre à cette réunion. L’absence de dix à quinze jours qui en résultera ne saurait, en ce moment de l’année, porter préjudice à l’accomplissement d’aucun de mes devoirs professionnels. Dés lors ce voyage ne pourrait être que profitable à mes fonctions par l’instruction que j’en tirerai.

J’ajouterai que je dois l’honneur d’avoir été désigné pour représenter la France, à mes Études sur l’Architecture lombarde, entreprises en 1860 sur l’invitation du Ministère des Travaux publics, poursuivies avec son autorisation et publiées sous ses auspices.

(Note en marge pour la réponse : « Le Directeur de l’École propose d’accorder à M. de Dartein l’autorisation qu’il sollicite : la distinction si flatteuse décernée à un Ingénieur Français par l’Académie des Beaux-Arts de Milan ne peut être vue que d’un œil favorable par notre Administration. »)

ANNEXE 2 : Répertoire méthodique du Conseil général des Ponts et Chaussées41

F14*109061. Extraits du journal des Assemblées des Ponts et Chaussées tenues chez Trudaine. 1750-1764.

F14*109062 à 10912206. Délibérations des Assemblées puis du Conseil général des Ponts et Chaussées. 1773-188842.

F14*15495 à 15642. Conseil général des Ponts et Chaussées. Assemblées plénières. 1833-1870.

F14*16944 à 17134. Conseil général des Ponts et Chaussées. Registres des délibérations des assemblées plénières. 1891-1940.

F14*1104191 à 11041180. Enregistrement des affaires envoyées au Conseil. 1814-188443.

F14*17535 à 17860. Conseil général des Ponts et Chaussées.

17535 à 17853. Enregistrement des affaires soumises au Conseil. 1872-1940.

17854 à 17860. Affaires d’intérêt général envoyées au Conseil. 1872-1938.

F1415490 à 15494. Comité et conseil d’enquête du conseil général des Ponts et Chaussées.

15490 à 15492. Registres des délibérations du comité. 1813-1947.

15493 et 15494. Affaires disciplinaires traitées par le comité et le conseil d’enquête. 1897-1927 et 1935-1938.

Routes

F1410914 et 10915. Commission des routes. 1830-1832.

F1410919 à 1098260. Section des routes et ponts. 1832-1870.

F14*15729 à 15816. Section des routes. 1871-1899.

F1416020 à 16135. Première section du Conseil : routes, chemins de fer d’intérêt local et tramways. 1900-1940.

Navigation

F14l0916 à 10918. Commission de la navigation. 1830-1832.

F1410983 à 1104160. Section de la navigation44. 1832-1870.

F1415817 à 15902. Section de la navigation. 1871-1899.

F14l6136 à 16238. Deuxième section du Conseil : navigation intérieure. 1900-1940.

F1416239 à 16337. Troisième section du Conseil : ports maritimes, phares et balises. 1900-1940.

Chemin de fer

F141104161 à 1104190. Section des chemins de fer. 1843-1870.

F1415643 à 15728. Section des chemins de fer. 1871-1899.

F1416020 à 16135. Première section du Conseil : routes, chemins de fer d’intérêt local et tramways. 1900-1940.

F1416338 à 16418. Quatrième section du Conseil : chemins de fer d’intérêt général et à partir de 1915 voies ferrées d’intérêt local. 1900-1940.

ANNEXE 3 : Lettre de l’ingénieur en chef des Ardennes annonçant au préfet de retour de mission de l’ingénieur Choisy, 31 janvier 1876. (F1411469 pièce 156.)

M. le Ministre des travaux publics par une décision du 20 juillet 1875 a bien voulu accorder à M. Choisy Ingénieur ordinaire à Rethel, un congé de 6 mois pour explorer, en Turquie d’Europe et en Asie Mineure, les monuments de l’Époque Byzantine et recueillir les renseignements nécessaires pour compléter l’ouvrage si intéressant publié par lui sur l’art de bâtir chez lez Romains.

M. Choisy, parti de Rethel à la fin de juillet dernier, est de retour dans les Ardennes depuis le 22 janvier après un voyage fatiguant et périlleux pendant lequel il a pu recueillir, grâce à son énergique persévérance, les documents les plus intéressants sur la question dont il a si heureusement poursuivi l’étude.

La lettre ci-jointe que m’adresse cet Ingénieur indique très sommairement ce qu’il a fait.

Je vous serais obligé, Monsieur le Préfet, d’informer M. le Ministre des Travaux publics du retour de M. Choisy et de lui transmettre, à titre de renseignement, la lettre qu’il vient de m’écrire, lettre qui renferme des indications d’un très sérieux intérêt.

ANNEXE 4 : Lettre d’Auguste Choisy à l’ingénieur en chef des Ardennes à son retour de mission d’Asie mineure, 24 janvier 1876. (F141 1469 pièce 163, 9 p.). Extrait.

Au retour de la mission que l’administration m’a fait l’honneur de me confier pour l’étude de l’art de bâtir pendant la période byzantine, je crois devoir résumer l’esprit dans lequel elle a été remplie et le caractère des résultats qu’elle a donnés. Je vous serais reconnaissant, Monsieur l’Ingénieur en chef, de vouloir bien mettre, s’il y a lieu, ce compte-rendu sous les yeux de Monsieur le Ministre, en attendant que le temps m’ait permis de coordonner les faits et d’en présenter le détail dans un mémoire complet et définitif.

Grâce à l’appui bienveillant de Monsieur le comte de Bourgoing auprès des autorités ottomanes, j’ai pu comprendre dans mon itinéraire tout l’ensemble des contrées où la construction byzantine a laissé ses monuments, ses traditions ou la trace de ses origines : pénétrer dans l’Asie mineure au-delà d’Afiunkara hisfar, explorer les vallées de l’Hermus et du Méandre, et traverser malgré les troubles intérieurs, le centre de la Syrie de Balbeck à Djerach. Salonique et Constantinople m’ont présenté les grandes applications des méthodes byzantines ; l’Athos, la tradition ; enfin l’Asie mineure et la Syrie m’ont fourni l’histoire des origines et montré les liens qui, rattachant l’art de l’Empire grec de Constantinople à l’art de l’Empire romain d’occident, font de cette nouvelle étude la suite, le complément de mes premières recherches.

L’un des principaux résultats que mes travaux antérieurs sur l’art antique ont, je crois, mis en lumière, c’est la tendance des Romains à réduire les ouvrages provisoires tels que les cintres. Les Byzantins allèrent plus loin : et, pour tous les types de voûtes usuelles, même les voûtes d’arête et les berceaux, ils parvinrent à s’affranchir absolument du cintrage [...].

Notes

1 On ne traite ici que de la méthodologie des archives sans donner de bibliographie complète mais rappelons que l’on ne peut se passer de consulter : A. Brunot, R. Coquand, Le Corps des Ponts et Chaussées, Paris, CNRS, 1982 ; A. Picon, L’Invention de l’ingénieur moderne. L’Ecole des Ponts et Chaussées. 1747-1851, Paris, Presses de l’ENPC, 1992, et A. Picon, G. Ribeill, Pour un guide de l’histoire de l’administration de l’équipement, 1993. Pour les notices biographiques, signalons G. Coronio, 250 ans de l’École des Ponts et Chaussées en cent portraits, Paris, Presses de l’ENPC, 1997 et F.P.H. Tarbe de Saint-Hardouin, Notices biographiques sur les ingénieurs des Ponts et Chaussées depuis la création du corps jusqu’à nos jours, Paris, Baudry, 1884. Pour le corps des Mines, voir : A. Thepot, L’ingénieur dans la société française, Paris, Éditions ouvrières, 1985.

2 Lois classées chronologiquement, avec table des matières à la fin de chaque volume et une table générale par sections dans le dernier volume, quatre sections sont à signaler pour notre sujet : - section 1 : attributions du ministère des Travaux publics, cabinet du ministre, administration centrale ; - section 2 : conseils, commissions, comités... (pour le Conseil général des Ponts et Chaussées) ; - section 3 : écoles nationales (École des Ponts et Chaussées, Ecole des Mines) ; - section 5 : personnel (organisation du corps des

Ponts et Chaussées).

3 Ils sont en cours d’intégration dans la base générale des dossiers de personnels Quidam.

4 Il obtint sa réintégration et fut actif au sein du corps des ingénieurs jusqu’en 1815.

5 F142333/2.

6 F142333/2.

7 1720-1806. F142152 et voir les dossiers d’invention.

8 Tostain F142333/l.

9 Le tiers supérieur de la feuille donne les indications de base : département et service à gauche, identification de l’ingénieur et services dans l’administration avec date de la nomination à chaque grade au milieu, mention de l’année et cadre des services étrangers (militaires ou civils) dans la partie droite. Le reste de la page laisse place aux rubriques à remplir pour l’évaluation.

10 F142333/l. Eugène Vallée (1819-1885), fils et petit-fils des ingénieurs Philippe et Louis Léger Vallée.

11 Au verso, l’appréciation, datée du 31 octobre 1881, indique « ...À la suite d’un accident survenu dans l’exercice de ses fonctions et qui lui a occasionné la perte du bras gauche, il a été le 2 mars 1881 nommé chevalier de la Légion d’honneur. » F1420665.

12 Au verso, l’appréciation rappelle le rôle de Dartein, organisateur de la présentation des réalisations du ministère des Travaux publics, lors de l’Exposition universelle de 1900 et ses « travaux remarquables sur l’architecture, la décoration des ponts ». F1411540.

13 F14l1521.

14 F1420665.

15 Changements d’organisation proposés pour l’Ecole polytechnique et pour les Ponts et Chaussées par L.L. Vallée, inspecteur général des Ponts et Chaussées. N° 6. Faisant suite à l’écrit intitulé De trois lois à faire sur les travaux publics, Paris, Bachelier, Carilian-Gœury, Mathias, 1848.

16 On connaît l’intérêt des ingénieurs pour la réflexion politique, la place des idées républicaines et l’influence du saint-simonisme auprès des générations de polytechniciens de la Restauration. Le personnage de l’ingénieur de la Comédie humaine dans le roman Un curé de campagne a été directement inspiré à Balzac par son beau-frère, l’ingénieur Midy de la Gréneraye, dit Surville, F142283/2.

17 Il s’agit des dossiers de Bunau-Varilla, Carnot (Sadi), Cavaignac (Godefroy), Claveille (Joseph, Ministre des Travaux publics), Jozon (inspecteur général), Le Trocquer (Ministre des Travaux publics), Pérouse (inspecteur général), Picard (inspecteur général).

18 Les registres F142142-2146 et 2148 ne concernent pas les ingénieurs.

19 Voir aussi F1411067. Ingénieurs de l’armée d’Égypte An VI-An X : notices sur les ingénieurs, liste des ingénieurs, traitements, états de service, demandes de places en Égypte et Fl411062. Fiches de renseignements personnels des ingénieurs Caristie, Févre, Jollois, Gratien Lepère, Pierre-Dominique Martin, Regnault.

20 Les ingénieurs suivants, alors élèves de l’École polytechnique, ont participé à l’expédition d’Égypte : Alibert, Bouchard, Caristie, Devilliers du Terrage, Dubois-Aymé, Favier, Moline de Saint-Yon, Moret Saint Amand, Potier, Regnault.

21 Voir aussi l’Almanach : liste des inspecteurs, liste des divisions, la répartition des membres du corps par département, la liste des ingénieurs.

22 Manquent les départements de l’Ain, l’Aisne, l’Ailier et la Creuse.

23 G. Thuillier, Les pensions de retraite des fonctionnaires au XIXe siècle, Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, 1994.

24 Pour l’ingénieur Alphand (dossier de carrière F1411459), le dossier de pension existe sous la cote F14 3077 : né 26 octobre 1817, décédé 6 décembre 1891, pension par décret 29 décembre 1888, il contient l’extrait de l’acte de mariage du 23 décembre 1846 avec Jeanne Elisabeth Holagray, contrat passé devant Me Grangeneuve à Bordeaux.

25 On peut citer l’exemple de Philippe Vallée, ingénieur des Ponts et Chaussées, fils d’ingénieur, père d’un ingénieur des Ponts et Chaussées, beau-frère de l’ingénieur Aubry, beau-père de Lamandé.

26 Voir aussi F1411062. Pensions, retraites et secours. On y trouve les dossiers de Mme Poulletier de Périgny, veuve de Chaumont de la Millière et de Mlle de Chézy, femme de Legrand, fille de l’inspecteur général Chézy.

27 Les seuls dossiers de propositions de décorations sont à consulter sous la cote F1411069. Personnel des Ponts et Chaussées et des Mines : Légion d’honneur ; décorations diverses, 1811-1868. (classement chronologique).

28 Saisie en cours dans la base Quidam, consultation été 2003. Une recherche d’ensemble sur les inventeurs et l’invention est menée par C. Demeulenaere à la section du XIXe siècle à partir des fonds du ministère du commerce série F12.

29 Le cas des familles comptant deux, voire trois, ingénieurs est assez fréquent, soit frères : les Bourrousse de Laffore, Dutens, Goury, Havet, Jousselin, O’Farell, soit père et fils, les Cordier, Dausse, Dutens, Jaquiné, Lallié, Lamandé, Lamarle, Piou...

30 Le musée de Tours possède dans son fonds de dessins 93 dessins d’architecture et gravures de Philippe Vallée.

31 Par exemple, dans la famille Vallée, sachant que Louis-Léger Vallée a été en charge du canal du Centre de 1825 à 1833, on laissera de côté l’ensemble Fl4609-708 : Canaux. Arrêts, mémoires, rapports, projets, correspondance, devis et plans ; 1710-1823, classés par départements (absence de documents utiles en Saône-et-Loire à ces dates), mais on retiendra le groupe de documents comparables F146821-7073 (classement par ordre alphabétique de canaux !) qui intéresse la période 1822-1889 pour les cotes 6876-6882 : Canal du Centre.

32 Ces inventaires mentionnent souvent le nom de l’auteur des plans et on y repère facilement les ingénieurs des Ponts et Chaussées.

33 Dossier F142254/1.

34 Ce projet est resté dans les procès-verbaux du Directoire exécutif.

35 Dans F13714 et F131757B, 1757C et 1757D se trouvent les archives des travaux de l’ingénieur Piou pour les constructions de Napoléonville (Pontivy).

36 Dans les plans d’édifices diocésains, évêchés et séminaires, on constate jusqu’en 1838 l’intervention d’ingénieurs des Ponts, pour les diocèses de Cahors, Digne (39 plans), Saint-Flour, Ajaccio... ; F19*1860-1937.

37 Voir l’inventaire à paraître de N. Gastaldi, Le Sénat et les sénatoreries de l’an VIII à 1814. Les dotations immobilières du Sénat et des sénateurs en France, en Allemagne, en Belgique et en Italie sous le Consulat et le Premier Empire.O21336-1505. Paris, CHAN, 2003.

38 Dont inventaire détaillé : Les papiers des assemblées du Directoire aux Archives nationales. Paris. Archives nationales. 1976.

39 Dont inventaire détaillé : Inventaire du fonds de la Chambre des Pairs. CC 257-421, CC 487-498, CC 853-1034, par J. Charon-Bordas.

40 Réponse du directeur des Travaux publics aux observations de M. le rapporteur de la Commission du budget pour l’exercice 1829.

41 De l’an IV à l’an VI, il existe deux sortes de séances, celles du Conseil et celles de l’Assemblée. A partir du 9 brumaire An XIII, l’Assemblée des Ponts et Chaussées prend le titre de conseil général des Ponts et Chaussées.

42 F1410913. Cote vacante.

43 De 1843 à 1872, deux séries distinctes, l’une pour les routes et ponts et les chemins de fer, l’autre pour la navigation, les ports, moulins, usines et desséchements.

44 Le registre F14*11041/2 concerne la section des routes. Il contient l’enregistrement des dossiers reçus et des décisions prises de 1840 à 1843.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende Figure 1 : Cessart : Machine hydraulique, 1754 (CHAN, F143187)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Figure 2 : Saint-Far : Pont de Mayence, architecture d’une rive, 1807 (CHAN, F1410201/6)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Figure 3 : Lallié, projet pour la bibliothèque de l’École centrale de Saint-Flour, an V (CHAN, AFIII 448/2638 pièce 23)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/624/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

Auteur

Née en 1946. Archiviste paléographe en 1972 avec une thèse sur Les Routes de la généralité de Châlons au XVIIIe siècle, elle a été conservateur aux Archives départementales de Loire-Atlantique (1972-1980), puis directeur des archives départementales des Ardennes (1980-1989). Elle est actuellement conservateur en chef au Centre historique des Archives nationales où elle est chargée des fonds concernant les travaux publics et des archives des assemblées.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search