Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Un modèle pour l'organisation de la recherche

Cartes anciennes de l’Église de France, un modèle de recherche

Marc Venard

Texte intégral

1Vous ne vous étonnerez pas que le président de la Société d’histoire religieuse de la France (ci-devant : « d’Histoire ecclésiastique... ») ait choisi, en ces journées consacrées à la mémoire du père François de Dainville, de remettre en lumière un ouvrage qui reste un des meilleurs, et des plus souvent cités, de la « Bibliothèque d’histoire ecclésiastique de la France » éditée dans les années 1950 à 1980 par la Librairie philosophique J. Vrin.

  • 1 F. de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France. Historique - Répertoire - Guide d’usage. P (...)
  • 2 F. de Dainville, La Géographie des humanistes. Paris, Beauchesne, 1940.

2Œuvre d’un savant scrupuleux, le livre publié en 1954 par François de Dainville a toujours beaucoup à nous apprendre. Son objectif déclaré n’est-il pas de « rendre service à plus d’un chercheur »1 ? Mais on a tôt fait d’observer que son intérêt dépasse de beaucoup la seule histoire ecclésiastique. On y trouve en effet une histoire de la cartographie, qui met en lumière l’alternance des travaux sur le terrain et des travaux de cabinet, et comporte un exposé minutieux des techniques de fabrication, et même de commercialisation des cartes géographiques. Également une étude de psychologie historique sur le regard cartographique et les progrès de la vision dans l’espace, qui illustre la thèse soutenue par le père de Dainville en 1940 sur La Géographie des humanistes2. Sur le plan religieux, l’auteur nous montre dans le développement de la cartographie l’émergence d’un sens nouveau de la pastorale, selon l’esprit de la Réforme catholique, chez les autorités diocésaines, et l’utilisation intelligente, pour les enquêtes sur le terrain, de la compétence qu’ont acquise les curés de paroisses formés dans les collèges et les séminaires.

3Moyennant quoi, on ne saurait oublier que ce livre, inspiré par le doyen Gabriel Le Bras, était d’abord le préliminaire d’un Atlas religieux de la France à réaliser. Aussi, F. de Dainville allait bientôt s’investir dans un programme de cartographie ecclésiastique à l’échelle internationale, dont il donna à Lyon, en 1963, le discours de la méthode. On pourrait alors s’interroger sur les fruits que les historiens du fait religieux en France ont su tirer de ses recommandations.

  • 3 « Un programme : la géographie religieuse », Annales d’histoire sociale, 1945 (Hommages à Marc Bloc (...)

4Le livre de François de Dainville prend son origine dans un programme lancé par Gabriel Le Bras en 19453. La religion, écrit le doyen, « est inscrite sur le sol. En sorte que tout ce qui est religieux peut se cartographier que ce soit pour en indiquer la localisation, ou pour en faire apparaître l’évolution. On représentera, par exemple : les limites des diocèses et des circonscriptions ecclésiastiques ; les établissements religieux ; les séminaires ; les patronages des lieux de culte ; la pratique religieuse, sur des bases statistiques ; les pèlerinages, les confréries ; les mouvements de révolte et de dissidence ; les missions etc. Mais pour cela, il convient de commencer par faire « un relevé complet des études et des cartes déjà publiés ».

  • 4 Tome 40, 1954, p. 7-121.

5L’idée fait son chemin. En 1952, Le Bras, président de la Société d’histoire ecclésiastique de la France, crée une commission pour étudier la géographie historique de l’Église de France, qu’il confie au père François de Dainville. À cette date, le jésuite avait déjà bien avancé dans sa tâche, puisque dès 1954 il put faire paraître dans la Revue d’Histoire de l’Église de France un gros article de plus de 100 pages intitulé « Les cartes anciennes de l’Église de France »4.

6Précédé d’une courte préface de Le Bras, cet article est identique, dans la rédaction et la composition, sauf quelques lignes de présentation, à ce qui constituera la première partie du livre qui sera édité chez Vrin en 1956 (avec imprimatur de 1954). Il est donc évident que l’ensemble du travail était déjà achevé deux ans avant l’édition complète de l’ouvrage.

7Dans son avant-propos, l’auteur dit qu’il a voulu combler une lacune de l’Introduction aux études d’histoire ecclésiastique [locale] dirigée par l’abbé Victor Carrière, qui avaient été une des grandes réalisations de la Société d’histoire ecclésiastique de la France dans les années 1930 ; à la différence des bibliographes anciens, qui mentionnaient les cartes ecclésiastiques, les auteurs avaient omis « cette importante source de documentation ». Lacune, donc, des guides d’histoire religieuse. Mais inversement, ignorance, de la part des historiens de la cartographie, de l’apport de la cartographie ecclésiastique. Il faut citer, à partir de l’article de 1954, cette phrase qui a disparu (c’est, du reste, la seule) dans le livre de 1956 :

On chercherait en vain parmi les nombreuses études générales ou particulières consacrées jusqu’ici à l’histoire de la cartographie française sous l’Ancien Régime, des travaux sur les cartes ecclésiastiques. Tout au plus peut-on y glaner des suggestions ou des précisions utiles pour l’étude de première main qu’il a fallu poursuivre.

8En somme il s’agit, pour François de Dainville, de réconcilier l’histoire religieuse et l’histoire de la cartographie, en amorçant le programme tracé par Gabriel Le Bras, en 1945, d’un atlas d’histoire religieuse par ce que celui-ci considérait comme le préalable : faire un relevé complet des études et des cartes déjà publiées. Mais ce faisant, il en modifie sensiblement l’objectif. Il ne s’agit plus seulement de cartographier les faits religieux en portant ceux-ci sur les fonds de carte existants, mais d’enrichir l’histoire de la cartographie elle-même, en montrant ce que celle-ci doit aux institutions ecclésiastiques.

9Comme promis dans le titre, l’ouvrage de 1956 comporte un « Répertoire des cartes anciennes de l’Église de France ». C’est un monument d’érudition. Y sont recensées, par provinces ecclésiastiques et par diocèses (un classement qui reprend celui de la vieille Gallia christiana), toutes les cartes anciennes, ainsi que les cartes modernes publiées dans des dictionnaires ou des monographies. Tout cela au prix de patientes recherches non seulement au département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale, mais dans les fonds d’archives et les bibliothèques les plus variés. Tel qu’il est, parfaitement à jour à sa date, ce répertoire conserve une très grande utilité.

  • 5 Cartes anciennes..., p. 187-199.
  • 6 Ibid., p. 271-301.

10Le « Guide du curieux amateur de cartes », qui constitue la troisième partie du livre, est une étude technique sur le langage cartographique, la fabrication des cartes, les graveurs, les ornements, les conditions de vente. Il se termine par une mise en garde sur les « bonnes et mauvaises cartes », où l’on croit retrouver la sagesse propre aux jésuites en matière de « discernement des esprits ». Remarquable est, dans tout cet exposé, le souci de l’auteur de se tenir au plus près des réalités anciennes. Pour exposer le langage des anciens géographes, F. de Dainville tire parti d’un petit livre du père Lubin, religieux de l’ordre des Augustins, Mercure géographique, publié à Paris en 1678 : c’est un vocabulaire géographique en toutes langues, dont il apprécie la précision et dont il fait bénéficier le lecteur5. De même il emprunte à l’abbé de Dangeau son tableau des institutions ecclésiastiques de la France à la fin du XVIIIe siècle6.

11Dans tout cela, le P. de Dainville ne cesse d’obéir à ce qui fut toujours sa préoccupation première : « rendre service à plus d’un chercheur ». Mais j’avoue que mon intérêt va plutôt à la première partie du livre (celle qui fut d’abord publiée en article de revue) : le parcours de trois siècles de cartographie ecclésiastique.

12L’auteur distingue quatre grandes étapes dans l’histoire de la cartographie ecclésiastique, du XVIe siècle à la fin du XVIIIe (mais cette périodisation vaut tout aussi bien pour l’histoire de la cartographie en général) : les « Descriptions » ; les cartes réalisées en Cabinet ; les cartes levées sur les lieux ; les cartes géométriques. D’une étape à l’autre, il nous fait voir le progrès, qui n’est pas seulement de connaissance mathématique et de technique du tracé, mais aussi un progrès de l’esprit humain – un sens plus affiné de l’espace – une plus grande capacité d’abstraction : cette analyse est dans la continuité de ce qu’on pouvait lire dans la Géographie des humanistes.

13Dans le cas des cartes ecclésiastiques, il s’agit encore d’autre chose : un nouveau regard pastoral. Celui-ci est un des fruits de la Réforme catholique qui se développe à partir du XVIe siècle. Les toutes premières cartes de diocèses (par exemple, celle du diocèse du Mans, en 1539), étaient seulement le complément des pouillés, c’est-à-dire du recensement des droits et revenus ecclésiastiques. Désormais les évêques sont invités à se considérer moins comme les titulaires d’un siège qui leur assure pouvoirs et revenus, que comme les responsables d’un peuple et d’un territoire à évangéliser – c’est-à-dire en fait à visiter. Très significatif de ce nouvel état d’esprit est le cas de Jean Tarde, dont les cartes du diocèse de Sariat (1594), puis de Cahors (1606) ont été réalisées à la demande d’évêques qui lui avaient demandé de visiter leur diocèse.

  • 7 Cartes anciennes..., p. 19.

En visitant ainsi ce diocèse, écrit-il à propos de Sarlat, je fis la carte et description d’icelluy pour faire voir dans un tableau au dict seigneur evesque et ses successeurs le champ qu’ils sont obligés à cultiver, laquelle après fut gravée et imprimée en taille dolce et peinte en grand volume sur un pan de la salle épiscopale7

  • 8 Comme cela ressort de l’Atlas de la réforme pastorale en France, de 1550 à 1790 réalisé par Marie-H (...)

14Au reste, il n’est que de comparer la chronologie des visites pastorales et celle de la cartographie : à la fin du XVIIe siècle, les cartes de Sanson coïncident avec l’apogée des visites8. À ce propos, F. de Dainville a relevé dans le Mercure géographique du P. Lubin un passage fort significatif :

  • 9 Cartes anciennes..., p. 31.

La première et la plus sainte curiosité d’un évêque nouvellement consacré devrait être d’avoir une carte bien exacte et particulière de tout son évêché, comme étant le plus facile et le meilleur moyen de connaître la face de son troupeau ; les évêques mettroient ordre à quantité d’affaires qui ne sont embarrassées et difficiles que par l’ignorance de la situation des paroisses9.

15Mais cet intérêt des évêques de France pour la représentation cartographique de leur diocèse doit aussi beaucoup à l’impulsion romaine. Écoutons encore le P. Lubin :

  • 10 Ibid.

Quelques grands papes, Sixte V, Grégoire XIII et Clément VIII, voulant inspirer ce beau zèle aux évêques, les obligeoient, avant qu’on leur délivrât leurs Bulles, d’envoyer à Rome un État et une Description géographique de leur Diocèse10.

  • 11 Voir M. Venard, « Diocèse ou évêché ? La notion de diocèse dans les rapports de visites ad limina ( (...)

16En réalité, cette impulsion s’est exercée de deux façons : en exigeant, en vertu d’une bulle de Sixte V, que les évêques envoient à Rome des rapports de visites ad limina sur l’état de leur diocèse, et en instituant les processus consistoriales, enquêtes préalables à la nomination des évêques, pour connaître le diocèse qu’ils auront à gouverner11. Comme exemple du regard qu’informe la première de ces exigences, je citerai le rapport de l’évêque de Digne 1633 :

  • 12 Archivio Segreto Vaticano, Congreg. Concilii, 294 Dinien.

La ville de Digne est située en France, en Provence, distante d’Avignon de 22 lieues françaises, qui font environ 60 milles romains, sur un sol très agréable et très fertile... Le diocèse s’étend sur 80 milles romains du nord au sud, et plus de 20 d’est en ouest... Il y a de hautes montagnes, bien que la ville de Digne et toute la région environnante soit en plaine et très fertile ; il ne manque pas d’autres vallées agréables et fertiles, séparées par des montagnes et des collines12.

  • 13 Cartes anciennes..., p. 36.

17Il faut enfin prendre en compte l’exemple donné par les grands archevêques de Milan, Charles et Frédéric Borromée, le premier surtout, dont l’influence en France fut considérable. F. de Dainville a bien noté le fait, en citant la carte du diocèse de Bergame que saint Charles fit dresser à l’occasion de sa visite apostolique de 1575. Plus significative encore est la citation qu’il donne de Carlo Bascapè, évêque de Novare (disciple et biographe de saint Charles), présentant la carte de son diocèse qu’il a fait dresser en 1611, à la suite de ses visites pastorales. Toutefois, force est de constater qu’il n’y a pas de coïncidence évidente entre l’apostolat des « Borromée » français (François de Joyeuse à Toulouse, François de Sourdis à Bordeaux, Alain de Solminihac à Cahors...) et les cartes diocésaines réalisées. Ce qui ressort davantage, c’est l’avance du nord et nord-est de la France, dans l’œuvre cartographique des Sanson, à la fin du XVIIe siècle13.

  • 14 Ibid., p. 65-70.

18Puis vient, au XVIIIe siècle, le temps des enquêtes diocésaines diligentées par des évêques « éclairés » : par la précision de leurs questions, concernant la population, l’habitat, les chemins, les ressources etc., elles invitent les curés à passer de la pastorale à la géographie. Ceux-ci, de leur côté, bien formés dans les collèges et les séminaires, sont tout prêts à jouer le rôle d’informateurs, non seulement auprès de leurs supérieurs, mais aussi des géographes du Roi. À preuve le Mémoire adressé par d’Anville, dans les années 1720-1730, aux curés des diocèses de Lisieux et de Blois, par l’intermédiaire de leurs évêques14.

19Ayant ainsi montré par quel cheminement se sont élaborées ces premières cartes diocésaines, François de Dainville peut conclure :

Par l’abondance des indications qu’elles ont rassemblées, les cartes des diocèses à grande échelle (...) constituent de précieux instruments de travail pour les travaux de géographie ecclésiastique. Elles ont en même temps contribué à préparer la cartographie de précision. À leur occasion, en effet, se sont peu à peu élaborées et perfectionnées des techniques que Cassini mettra en œuvre.

20Et au terme de son ouvrage :

  • 15 Ibid., p. 270.

Il n’est pas douteux qu’à regarder ainsi l’atlas des cartes anciennes de l’Église de France, avec des yeux neufs, à repenser les réalités religieuses du passé dans leurs cadres, nous ne parvenions à les mieux connaître et à les mieux comprendre15.

21Mais l’objectif de F. de Dainville ne se limitait pas là. Il n’a pas perdu de vue l’atlas à réaliser... D’où son intérêt pour les méthodes d’une cartographie moderne, et cela dans un cadre résolument international, à la suite du Congrès de Rome en 1955.

  • 16 « Problèmes de Cartographie historique des Églises », Cahiers d’Histoire publiés par les université (...)

22Cela nous a valu le rapport présenté à Lyon, en 1963, au congrès de la Commission internationale d’Histoire ecclésiastique comparée (CIHEC)16. L’auteur déclare d’emblée : « Il n’y a pas d’histoire complète, de bonne histoire, sans géographie ».

23La tâche à accomplir, selon lui, est d’abord bibliographique ; il faut faire l’inventaire des cartes anciennes et des travaux modernes. Ensuite, il conviendra de confectionner un lot de cartes de base, de conception homogène. Pour ce faire, le rapporteur invite à distinguer trois sortes de cartes :

  • des cartes d’inventaire, qui visent seulement à situer dans l’espace un phénomène déterminé ; par exemple les établissements d’un ordre religieux à telle ou telle époque ;

  • des cartes explicatives, mettant en corrélation plusieurs phénomènes en vue de rendre compte de l’un par rapport à l’autre ; par exemple, les premiers collèges jésuites et l’implantation des Église protestantes ;

  • enfin, des cartes de recherche, dont la configuration fasse question et suggère des hypothèses ; sur cette voie, on peut penser que le père de Dainville aurait été ravi par la carte des serments constitutionnels de 1791, établie par Timothy Tackett : loin de correspondre à des faits passés, qui pourraient en livrer la clé, comme par exemple les appels contre la bulle Unigenitus, cette carte préfigure de façon étonnante le niveau de pratique religieuse enregistré au milieu du XXe siècle...

24Non content d’indiquer les objectifs à atteindre, F. de Dainville entre dans le détail des méthodes de réalisation : comment choisir l’échelle et le fond de carte ; quelle sémiologie adopter ; comment exprimer les valeurs. Sur ces questions, le rapporteur se prononce à fond en faveur des procédés cartographiques de Jacques Bertin, qui était alors le talentueux cartographe de la 6e section de l’École Pratique des hautes études et de la revue les Annales.

25Du reste, l’historien prêche d’exemple. Voyez les cartes qui illustrent ses travaux sur les collèges jésuites, dans la revue Population : localisation, recrutement, rayonnement des collèges, que ce soit en Guyenne ou en Champagne, y apparaissent au premier coup d’œil. Quant à la méthode Bertin, elle a fait la force des démonstrations apportées par la grande thèse de Louis Pérouas sur Le diocèse de La Rochelle, en 1964. Enfin, c’est dans le sillage de F. de Dainville qu’a été réalisée la Carte des diocèses de France conçue par Dom Jacques Dubois et dessinée dans l’atelier de Jacques Bertin (elle est publiée dans les Annales en 1965).

26En conclusion, faut-il dire du père François de Dainville, jésuite, ce qu’il a écrit du père Lubin, prédicateur et géographe ordinaire du roi : « Augustin plus adonné à la géographie... qu’à la prédication » ? Non, cela est faux ; il me suffira de rappeler ici le ministère spirituel qu’il a exercé, auprès de groupes d’enseignants, notamment. Faut-il alors répéter ce qu’il aurait dit de lui-même, sur son lit de mort : « Toute ma vie je n’ai fait que donner des instruments de travail » ? Mais ceci encore est faux et injuste ; car F. de Dainville a ouvert des pistes très neuves et réalisé des synthèses durables, et pas seulement en histoire de la cartographie. Ce jésuite passionné de cartes (je me souviens que, la seule fois que j’ai pénétré chez lui, il m’avait montré des plans manuscrits sur lesquels il préparait une étude) était doué, sous son apparente froideur, d’une très grande sensibilité qui lui faisait reconnaître, sous le tracé conventionnel de la cartographie, l’homme vivant dans l’espace et dans le temps.

Notes

1 F. de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France. Historique - Répertoire - Guide d’usage. Paris, Vrin, 1956, p. 273.

2 F. de Dainville, La Géographie des humanistes. Paris, Beauchesne, 1940.

3 « Un programme : la géographie religieuse », Annales d’histoire sociale, 1945 (Hommages à Marc Bloch), p. 87-112.

4 Tome 40, 1954, p. 7-121.

5 Cartes anciennes..., p. 187-199.

6 Ibid., p. 271-301.

7 Cartes anciennes..., p. 19.

8 Comme cela ressort de l’Atlas de la réforme pastorale en France, de 1550 à 1790 réalisé par Marie-Hélène et Michel Froeschlé-Chopard, Paris, éd. du CNRS, 1986.

9 Cartes anciennes..., p. 31.

10 Ibid.

11 Voir M. Venard, « Diocèse ou évêché ? La notion de diocèse dans les rapports de visites ad limina (fin XVIe-début XVIIe siècle) », à paraître.

12 Archivio Segreto Vaticano, Congreg. Concilii, 294 Dinien.

13 Cartes anciennes..., p. 36.

14 Ibid., p. 65-70.

15 Ibid., p. 270.

16 « Problèmes de Cartographie historique des Églises », Cahiers d’Histoire publiés par les universités de Clermont - Lyon - Grenoble, tome IX (1964), p. 23-47.

Auteur

Né en 1929, ancien élève de l’École normale supérieure, est avant tout un spécialiste de l’histoire religieuse du XVIe siècle. Sa thèse de doctorat Réforme catholique, réforme protestante dans la province ecclésiastique d’Avignon parue en 1993 fait autorité. Aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Paris X Nanterre, ses publications témoignent de curiosités et de centres d’intérêt multiples, débordant de sa période de prédilection. Il a dirigé pendant de longues années la Revue d’histoire de l’Église de France et préside la Société d’histoire religieuse de la France. Il est l’un des quatre codirecteurs de la monumentale Histoire du christianisme, dont le quatorzième et dernier tome vient de paraître chez Desclée.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search