Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Postérités

La carte comme langage de réflexion

Françoise Vergneault-Belmont

Texte intégral

  • 1 « Discours des images », chapitre 16, p. 453-455, dans La Géographie deshumanistes, Paris, Beauche (...)

Par les couleurs et linéaments extérieurs, en un clin d’œil, les images nous jettent dedans l’esprit la cognoissance de mille choses qui ne pourroyent passer par l’oreille de longtemps « ... l’œil » engrane « avec vitesse et profondément... il ne faut » qu’avoir des yeux pour saisir que le petit peuple en regardant les images apprend convenablement à sa capacité ce que les gens de lettres en lisant les livres apprennent convenablement à la leur.
Louis Richeome, Discours des images, 1597, cité par F. de Dainville1.

1En nous offrant cette citation, dont il souligne la modernité, le père de Dainville s’inscrit dans un courant de pensée qui accorde à l’image une place essentielle dans le processus d’acquisition des connaissances et de compréhension de l’univers.

  • 2 Intuition, du latin intueri : regarder attentivement ; intuitio en bas latin signifie ; image refl (...)

2Chez les jésuites humanistes, « la méthode intuitive » qui donne accès à une connaissance immédiate sans recours au raisonnement2, et un enseignement fondé sur le visuel, étaient en effet de tradition, une tradition renforcée encore par l’essor de la gravure, ce dont témoigne ici le choix du terme « engravé ». Prégnance de l’image donc, dans l’apprentissage.

3Avec éloquence, le père Richeome insiste sur la promptitude avec laquelle l’image porteuse de mille objets de connaissance est « jetée » et s’imprime « en un clin d’œil » dans l’esprit, et comment l’œil l’y grave, l’y « engrave » profondément. Rapidité et puissance de l’outil visuel et de la vision, dirions-nous.

  • 3 « Linéament, du latin lineamentum : ligne, contour, traits ; de linea, ligne » cf. Antoine Furetiè (...)

4Par ailleurs, il souligne le rôle, non seulement de la couleur, mais aussi des « linéaments extérieurs », dans le processus d’appréhension et de mémorisation rapides d’une image, condition pour pouvoir confronter celle-ci à d’autres. Pour Furetière (1690), le « linéament », c’est un « trait » ou une « ligne... qu’on observe en quelque chose..., qui en fait conserver l’image, qui en cause le rapport ou la ressemblance avec quelque chose »3. Le linéament extérieur, c’est donc le contour, la forme aisément mémorisable et comparable. Il s’agit donc ici de couleur, de perception, de forme : de Gestalt.

5Enfin, sont mis en parallèle deux modes d’acquisition du savoir – regarder les images, lire les livres – qui conviennent à la « capacité » respective du « petit peuple » et des « gens de lettres ». Venant à la suite de ce qui précède, c’est selon nous, réhabiliter l’image, si souvent suspecte et dépréciée, par les clercs en particulier, comme moyen d’accès au savoir et à la culture offert à ceux qui ne possèdent pas la maîtrise de la lecture.

6Pour le géographe, l’image par excellence, c’est la carte. Et pour l’historien de la géographie, la carte ancienne est une source d’information capitale. Encore faut-il saisir le langage spécifique qu’utilisent les « cartographes » de l’époque considérée. Fort de l’expérience accumulée à ce propos au cours de sa thèse, et encouragé par la rencontre du Mercure géographique, ou le Guide du curieux des cartes géographiques du père Lubin (Paris, 1678), le père de Dainville nous a laissé un glossaire des termes, signes et couleurs utilisés dans les cartes anciennes, de 1500 à 1800, qu’il a intitulé Le langage des géographes.

  • 4 François de Dainville, Le Langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes, 1 (...)
  • 5 Cf. François de Dainville, Le Langage des géographes, p. VIII et IX.

7Merveilleux outil pour la recherche, mine d’informations et trésor d’érudition, voyage plein de poésie dans l’univers culturel de l’époque, c’est un ouvrage de référence pour les cartographes et ceux qui s’intéressent au langage et à la sémiologie de la carte4. Le père de Dainville y rappelle que le terme de géographie et celui de géographe désignaient alors la cartographie et le cartographe, celui qui, selon l’étymologie, dessine, décrit (graphein) la Terre (geô). Il nous offre ainsi une image très complète du langage, et donc de la pensée cartographique et géographique des seizième et dix-septième siècles. On soulignera ici son souci pédagogique : offrir au chercheur une clé, un guide et un encouragement pour pénétrer dans l’univers complexe des cartes anciennes et ne pas s’y perdre ; un dessein qui rejoint celui du père Lubin face au désarroi de ses contemporains devant la carte : « Ils y lisent des mots qu’ils n’entendent pas, ils y voient des lignes qu’ils ne connaissent point et des figures qu’ils ne comprennent pas. Il ne faut donc pas s’étonner si, se trouvant comme dans un pays étranger dont ils n’entendent pas la langue, ils ne savent où ils sont, si ils ignorent par où il faut passer et si ils s’égarent à tout moment »5.

8Lire et voir : deux voies obligées pour appréhender la carte, cet objet de connaissance particulier dont le sens est véhiculé par un langage double, à la fois iconique et verbal, et dont la « lisibilité » dépend d’un juste équilibre entre ces deux canaux d’expression. On y reviendra.

  • 6 François de Dainville, « Problèmes de cartographie historique des Églises », Cahiers d’Histoire, t (...)

9En 1964, lorsque sort en librairie Le Langage des géographes, fruit d’une longue pratique raisonnée de la carte ancienne, de ses modes d’expression et de représentation dans une perspective évolutive, paraît dans les Cahiers d’histoire un article de méthode écrit lui aussi par le père de Dainville et portant sur la cartographie des cartes d’histoire ecclésiastique, c’est-à-dire sur leur « fabrique » : leur conception et leur dessin6. Ainsi, après avoir donné à la communauté scientifique un instrument de « lecture » raisonnée de la carte ancienne, il proposait à ses collègues, historiens de l’Église, non seulement des conseils et des mises en garde concernant « l’écriture » de la carte, sa construction, mais encore et surtout une véritable réflexion critique sur le rôle de la carte dans la recherche historique, sur les différentes fonctions qu’elle peut y remplir, sur le langage graphique qu’elle utilise ou devrait utiliser pour représenter au mieux les réalités dont elle veut rendre compte. Le père de Dainville se révèle ainsi un passeur qui entraîne le lecteur, à travers le langage graphique, de l’histoire de la cartographie à la cartographie de l’histoire.

10Quelle est la conjoncture qui se trouve à l’origine de la publication de cet article de méthode ? Quel est l’environnement épistémologique dans lequel ont paru simultanément ces deux textes, le glossaire et l’article, tous deux avec leur propre problématique, mais tous deux consacrés au langage du cartographe ?

11C’est dans le cadre d’un vaste projet d’Atlas de géographie historique des religions, de portée internationale, comme on en concevait alors, que le père de Dainville s’est vu confier, en tant que spécialiste de la carte historique, le soin d’exposer les problèmes soulevés par les travaux préparatoires du programme cartographique relatif à ce projet : l’organisation collective du travail, les questions de forme comme celles de fond. Lors du 10e Congrès international des sciences historiques, en 1955, avait été créée en effet, au sein de la commission internationale d’histoire ecclésiastique comparée, une sous-commission internationale de cartographie ecclésiastique, qui s’était réunie pour la première fois en 1961, et dont les travaux sont relatés par le père de Dainville dans ce rapport publié en 1964.

12C’est dans ce contexte particulier, et fort de l’expérience de plusieurs années de travail et d’échanges au sein de cette sous-commission, que le père de Dainville aborde les problèmes généraux de la cartographie historique, et plus largement ceux que peut rencontrer tout chercheur confronté à la fois aux sciences de l’homme et au langage de la carte.

13Cet article est important. Situé à la croisée de plusieurs disciplines, la géographie, l’histoire, l’histoire religieuse et ecclésiastique, la cartographie, la sémiologie et la linguistique, il témoigne, par son contenu et ses références, indépendamment de l’ouverture d’esprit et de la curiosité scientifique du père de Dainville, d’un moment particulier dans l’évolution des idées, marqué notamment par l’essor du courant de pensée structuraliste, qui interpelle alors plus fortement les trois dernières disciplines citées que les premières, à savoir celles qui ont trait au langage. Assiste-t-on, à l’horizon de cet article, à un changement de paradigme ? C’est ce qu’il nous semble. Ce qui est sûr, c’est que la confrontation et les échanges accrus entre les disciplines remettent alors en cause salutairement les certitudes acquises, et en décloisonnant la recherche, renouvellent la définition des problématiques et des disciplines.

  • 7 Voir les références des citations et des titres des textes, La Cartographie, reflet de l’histoire, (...)
  • 8 Cf. La Cartographie, reflet de l’histoire, op. cit., p. 391,

14Si le père de Dainville pose, d’entrée de jeu, qu’il « n’y a pas d’histoire complète, de bonne histoire, sans géographie », il renvoie à ce propos à des textes datés des années 1950-1960, émanant d’historiens tels que Fernand Braudel, Roger Dion, Charles Higounet, et traitant des relations entre histoire et géographie7. Or il s’agit d’une génération formée et marquée par la pensée de Vidal de la Blache, une génération qui est alors en pleine maturité intellectuelle et pour laquelle cette assertion relève de l’évidence. Ce qui n’est pas le cas, regrette le père de Dainville, pour les historiens, notamment ceux des Églises auxquels s’adresse prioritairement l’article. L’auteur ajoute cependant que des chercheurs tels que Gabriel Le Bras (en 1945) et Pierre Deffontaines (en 1948) ont eu le mérite d’avoir rappelé à ces derniers » à quel point les réalités religieuses sont terriennes et combien les croyances les plus surnaturelles s’enracinent dans le sol, voire transforment les paysages. Ils nous incitent très fort à les envisager dans l’espace, à les repenser et à les découvrir avec les méthodes, l’esprit et le regard du géographe d’aujourd’hui8. Ces quelques lignes, auxquelles nous souscrivons, entrent en résonance avec notre propre expérience de chercheur, parcourant à son propre compte et avec un regard de cartographe, le territoire de l’anthropologie historique et religieuse. Elles rejoignent notre conviction que les hommes projettent sur le sol, de façon plus ou moins évidente ou subtile, le plus souvent à leur insu, un reflet des croyances qui les habitent, en un langage et au moyen de formes chargées de sens qu’il est passionnant de décrypter. C’est d’ailleurs une telle hypothèse qui a sous-tendu notre réflexion lors de l’élaboration et de l’interprétation du corpus cartographique établi sous notre direction par l’ethnologue Catherine Benoît, concernant l’organisation, par les tradithérapeutes guadeloupéens, de leur espace de vie et de travail. Nous y reviendrons plus loin.

  • 9 Jacques Bertin, Sémiologie graphique. Les diagrammes. Les réseaux. Les cartes. Paris, Mouton, Gaut (...)
  • 10 Voir le compte rendu de Georges Mounin : « La Sémiologie graphique, de Jacques Bertin » publié dan (...)

15Si l’article méthodologique de 1964 traite des problèmes spécifiques de la cartographie historique, c’est-à-dire de la représentation conjointe de l’espace et du temps, il accorde une large place, dans le prolongement du « Langage des géographes », au langage qu’utilise la carte, ou qu’elle devrait utiliser pour être parlante. Le père de Dainville distingue ainsi le signe idéographique, qui rappelle par sa forme l’objet qu’il symbolise et qui est utilisé par exemple dans les cartes anciennes, du signe sensoriel qui frappe l’œil et s’adresse directement à la perception. Dans le premier cas, il s’agit plus d’un document textuel à lire, voire d’un rébus à déchiffrer, que d’un document qui parle aux yeux, à voir. Il fait état à ce propos des échanges intellectuels qu’il a pu avoir avec son collègue à l’École pratique des hautes études, Jacques Bertin, cartographe et directeur d’études, et de l’élaboration en cours, par celui-ci, des Éléments d’une grammaire du langage graphique conventionnel, prémices de la Sémiologie graphique, ouvrage qui sera publié trois ans plus tard, en 19679, et dont le linguiste Georges Mounin soulignera alors l’importance10.

16En conclusion à son rapport de 1964 concernant l’état des travaux relatifs à l’Atlas international de géographie historique des religions, et comme ultime recommandation à ses collègues historiens engagés dans l’entreprise, le père de Dainville les invite à utiliser une grammaire graphique commune, normalisée et éprouvée, celle que leur propose J. Bertin par exemple, ce qui rendrait homogènes leurs recherches, faciliterait discussions, comparaisons et synthèses, bref leur permettrait de parler simplement un seul et même langage, sur le plan graphique, pour se comprendre et éviter Babel.

  • 11 Cette expérience est relatée dans Françoise Vergneault-Belmont, L’Œil qui pense. Méthodes graphiqu (...)

17Une telle incursion dans l’œuvre du père de Dainville nous invite à en dégager quelques thèmes majeurs en résonance avec notre propre expérience de cartographe et d’enseignante au cœur de la recherche en sciences de l’homme11. Elle nous incite à mener plus loin et autrement la réflexion engagée, avant d’illustrer notre propos par un exemple : la démarche d’une anthropologue pour laquelle la carte a été un véritable langage de réflexion.

18Si la carte, comme image, offre un accès privilégié au savoir, il convient de préciser la nature particulière de l’image dont il est question. Qu’elle soit figure ou carte, forme abstraite ou représentation projetée sur les coordonnées de l’écorce terrestre, qu’elle soit dessinée sur la feuille de papier ou sur l’écran, cette image se veut d’abord scientifique, c’est-à-dire conforme à des exigences d’objectivité, de précision et de méthode. De ce fait, elle est, ou tend à être monosémique, réservant un seul sens à chaque signe, à chaque symbole. Évitant toute ambiguïté, elle s’applique à transcrire fidèlement et sobrement les données recueillies, sans y ajouter ni retrancher quoi que ce soit, pour cerner au mieux la réalité que celles-ci révèlent, et la laisser parler. Elle s’oppose ainsi à l’œuvre d’art, dont la polysémie s’adresse à la sensibilité personnelle et subjective de chacun. Elle trouve sa beauté dans l’adéquation la plus étroite entre le concept et ce qui le représente, entre signifiant et signifié. Dans cette quête jamais assouvie de la meilleure cohérence entre le fond et la forme, elle est exigeante : ne peut en effet être représenté au plus juste que ce que l’esprit maîtrise, domine, d’où l’incontournable et fructueuse réflexion sur la nature de l’objet étudié, et sur le choix des modalités graphiques les mieux adaptées à sa transcription.

19Énoncé à part entière, cette image particulière s’inscrit dans l’activité langagière au même titre que le verbe : elle sert à formuler la pensée et à la transmettre. De même que les lettres s’assemblent en mots, puis en phrases, puis en éléments de discours qui fabriquent du sens, les signes graphiques s’articulent en image, puis en série cohérente et logique de figures qui précisent, hiérarchisent puis véhiculent, selon un processus discursif, les idées qu’elles expriment. Qu’il s’énonce sous sa forme verbale ou iconique, l’acte d’écriture qui objective la pensée en l’ordonnant et en lui donnant une forme, s’adresse d’abord à son auteur avant de s’adresser à autrui. En cela, il est outil de réflexion, méthode de recherche. Or, le plus souvent, la pensée s’écrit ou se dit plutôt que se dessine ; pourtant, dans sa version graphique, elle offre une écriture alternative bienvenue lorsque la pensée achoppe ou se grippe ; qui plus est, elle se montre particulièrement bien adaptée à la formulation de certains types de description ou de raisonnement : elle spatialise en effet la pensée, elle la visualise en la projetant sur l’espace de la page et en l’éclatant en de multiples directions : elle l’ancre ainsi solidement dans la mémoire visuelle, voie privilégiée pour la comparaison, l’analogie, la découverte ; spatiale, elle permet de clarifier les interrelations multiples et de démêler de proche en proche les écheveaux d’interconnexions complexes, ce que le verbe, dans sa linéarité, s’essouffle à réaliser.

  • 12 En ce qui concerne la construction d’un matériel destiné à l’expérimentation visuelle, ajoutons un (...)

20Pour remplir son rôle d’instrument d’expérience, l’image devra être construite de manière particulière. « L’objet », l’idée, le concept à représenter, dégagé de sa gangue, sera traduit par une figure simple, « pure », schématique, économe, aussi peu verbale que possible, et élaborée selon des normes précises : une figure solidement structurée et vigoureusement contrastée, pour être immédiatement appréhendée par le regard et bien mémorisée ; une figure construite de manière sérielle et homogène, pour permettre de comparer aisément les formes entre elles, ce qui les rapproche, ce qui les oppose ; une figure de format réduit, sinon miniaturisé, pour permettre au regard d’en embrasser à la fois et d’en confronter sans effort un grand nombre, rassemblé dans le champ visuel. Construit sur mesure, adapté à chaque problématique, visuel, maniable, le matériel ainsi élaboré servira à expérimenter, à observer, à réfléchir, avant que de démontrer. L’œil, outil irremplaçable de l’intelligence sensible et de l’imagination, pourra alors jouer pleinement son rôle moteur et créatif, dans l’exploration attentive des relations multiples tissées entre les objets, les hommes, l’espace et le temps12.

21Si la carte appartient à l’univers de l’image graphique scientifique, elle y occupe une place particulière et originale, dans la mesure où elle projette, sur l’espace du dessin, un espace réel plus vaste qu’elle-même, auquel elle se réfère et auquel elle correspond point par point, de manière homothétique. La carte, c’est donc d’abord, quel que soit ce dont elle se recouvre par ailleurs, l’image d’un espace tangible que l’on peut parcourir physiquement, et dont on ne peut pas, sauf jeux de l’esprit, bousculer la trame topographique. C’est une contrainte, mais aussi une force. L’espace peut en effet, par sa non flexibilité, servir de moule, de matrice, de référent permanent et de dénominateur commun pour l’analyse et la comparaison des différentes formes et configurations que l’homme ou la nature dessinent au sol et dans le temps, et dont l’esprit peut interroger les similitudes, les dissemblances, les symétries, les oppositions et in fine, le sens. C’est d’ailleurs le principe qui fonde la plupart des recherches qui s’appuient sur la cartographie, que l’on compare ces configurations spatiales à l’intérieur d’un corpus homogène de cartes, ou que l’on compare les formes décelées dans ce corpus à des formes rencontrées dans des cartes extérieures à ce corpus, soit « réelles », soit mémorisées ou « mentales », et enfouies dans la mémoire.

22Pour que ces formes soient visibles, identifiables, discernables les unes des autres, encore faut-il que les signes qui les constituent, par leur regroupement, soient choisis de façon pertinente, de manière à faciliter le travail d’abstraction que le regard doit réaliser pour déceler ces formes, les reconnaître, les mémoriser, puis les « transporter » mentalement, afin de les confronter à d’autres formes. C’est le rôle de la sémiologie graphique que de nous inciter à réfléchir sur le choix des signes qui permettront au regard de dégager la forme, à l’esprit de l’abstraire pour la rendre plus efficiente, plus performante et plus « transportable » : une condition pour mener à bien l’expérimentation visuelle.

23Il importe en effet que la lecture du signe, son déchiffrement, ne vienne pas disperser l’attention du lecteur occupé en un processus d’abstraction, à discerner les configurations que suggère la répartition des signes sur l’espace de la carte. Plus le signe est sobre et proche du point, plus vite sont saisis les linéaments et les formes que dessine la carte, plus celle-ci « parle ». L’œil peut en effet passer rapidement d’un niveau de lecture à un autre, d’une échelle à une autre, de l’analyse à la synthèse, en discernant à chaque niveau en quoi la configuration qui se dessine l’interroge.

24Car après tout, la carte étant image d’espace, la première fonction du signe n’est-elle pas de pointer le lieu géographique, le topos où se rencontre l’objet élémentaire de l’étude, « l’individu » ; et le situant par rapport aux autres individus, de dessiner ainsi des ensembles pertinents de points que le lecteur discernera ?

25Si telle est la fonction première du signe de la carte, le fait d’indiquer la nature de l’objet, sa qualité, sa quantité, ne vient qu’en second, en « surcharge » de la première fonction. Lorsqu’il s’agit de représenter non pas un seul, mais plusieurs phénomènes sur un même espace, deux voies s’offrent au rédacteur : multiplier le nombre de signes différents sur une seule carte, ce qui est possible mais périlleux (il faudra que l’œil puisse distinguer la forme que dessine chaque système de points, correspondant à chacun des phénomènes) ; ou bien, multiplier le nombre de cartes ne portant qu’un seul phénomène à la fois, c’est-à-dire un seul signe en légende, par exemple un point. Dans ce cas, la carte, miniaturisée, devient l’une des cartes à jouer dans le jeu de cartes qui servira d’instrument de recherche.

26C’est un tel parti qui a été retenu dans la démarche de recherche dont nous présentons ci-après les trois grandes étapes.

  • 13 La Cartographie, reflet de l’histoire, op. cit., p. 394-395.

27Le père de Dainville, dans son approche méthodologique de la carte historique, propose de distinguer trois fonctions de la carte, trois moments successifs dans la démarche de recherche : la carte d’inventaire, autrement dit la mise en espace des données recueillies ; la carte de recherche, qui « éprouve les hypothèses de travail », qui est « à l’histoire ce qu’est l’expérience à la Science expérimentale, l’expérimentation successive de divers réactifs » et qui achemine le chercheur, par tâtonnements, vers l’explication ; enfin, la carte d’explication, de corrélation et de synthèse, qui « exprime une idée réfléchie, les résultats d’une recherche qui n’est pas indépendante d’hypothèses et qui est l’interprétation des faits par tel historien »13.

28Nous retrouverons ces trois moments dans la démarche cartographique de l’ethnologue :

  • le relevé des données sur le terrain d’enquête, en Guadeloupe ;
  • le travail de mise au propre, de réflexion, d’analyse et d’« expérimentation », en laboratoire, à Paris ;
  • la synthèse : l’interprétation des résultats et la proposition d’un modèle d’analyse.

29Certes, le père de Dainville situe sa réflexion sur le territoire de l’historien, et nous proposons, quant à nous, une incursion sur celui de l’anthropologue. C’est en effet au travers du travail de Catherine Benoît, portant sur l’organisation magico-religieuse de l’espace habité chez huit guérisseurs guadeloupéens, que l’on a choisi de montrer comment la carte pouvait être un instrument de réflexion pour saisir des réalités difficiles à saisir, car relevant du domaine du sacré.

  • 14 Alphonse Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard, 1987. (...)

30Pourquoi, parmi les itinéraires possibles, avoir choisi de présenter celui-ci plutôt qu’un autre ? D’abord parce que la méthode de travail retenue par l’ethnologue renvoie à celle que préconise le père de Dainville dans son article de 1964 ; ensuite, parce que la démarche elle-même nous semble éloquente, quant aux procédures choisies et aux résultats obtenus ; enfin, parce que, si l’on veut bien se donner la peine d’en transposer les termes, la problématique de l’ethnologue est proche de celle qui sous-tend les travaux des historiens et anthropologues des mentalités religieuses collectives, tels Alphonse Dupront et Jean Delumeau14.

31Protéger l’espace, où vit la communauté, des forces maléfiques qui cherchent à lui nuire, est en effet une constante universelle chez les êtres humains ; cette protection se manifeste le plus souvent par des rituels religieux, dont la fonction est de délimiter, sécuriser, voire de quadriller un territoire considéré comme sacré. Que l’on songe à la paroisse : des croix, plantées aux carrefours, signalent à l’intrus porté par de mauvaises intentions qu’il arrive en terre chrétienne, protégée par le Christ, la Vierge ou les saints ; des processions, les Rogations, font le tour du territoire communautaire ou en dessinent les lignes et les points forts, traçant au sol une protection rituelle ; à l’intérieur ou à l’extérieur de l’église, les mêmes circumambulations éloignent le Malin. Des gestes, des objets balisent l’espace pour en signifier le caractère sacré...

32Le thème traité est donc moins « exotique » qu’il n’y paraît ; et c’est grâce à ces repères culturels, à nous-même plus familiers, que nous avons pu appréhender un univers qui nous était de prime abord relativement étranger, et trouver avec l’ethnologue des éléments de réponse aux questions que posait le terrain de recherche.

  • 15 La démarche cartographique présentée est relativement simple. Elle n’est que sommairement décrite (...)

33Ouvrons le dossier15 :

34C’est une thèse de doctorat en ethnologie que prépare Catherine Benoît lorsque, de retour de son terrain d’enquête, il y a une douzaine d’années, elle vient me demander de la guider dans la conception et la réalisation de l’important appareil cartographique servant de base à sa réflexion.

35Sa thèse porte sur la médecine traditionnelle en Guadeloupe. L’un des pôles de son travail concerne l’analyse de l’espace habité par huit guérisseurs : d’une part, la « case » (c’est-à-dire la maison) et le jardin de case qui l’entoure, d’autre part l’emplacement et les fonctions des différentes espèces de plantes que l’on y rencontre. Celles-ci jouent en effet un rôle essentiel dans la pratique thérapeutique traditionnelle, non seulement pour soigner, mais aussi pour protéger de la maladie, de la malveillance, du mauvais sort, de l’esprit des morts.

36Dans une vision symbolique cohérente de l’homme et de l’univers qui l’entoure, les plantes sont en effet vécues comme des médiateurs entre ce monde-ci et le monde surnaturel, et comme des êtres porteurs de pouvoirs spécifiques. Ainsi, leur fonction n’est-elle pas seulement de soigner, mais aussi de protéger, de neutraliser, de quadriller les lieux où vit et exerce le tradithérapeute, particulièrement exposé dans la mesure où il manipule ces forces obscures.

37D’où l’importance, pour l’ethnologue, de repérer avec précision l’emplacement de chaque espèce végétale dans cet espace soigneusement structuré et cohérent, et surtout de comprendre la fonction réelle que celle-ci est appelée à y exercer. En effet, comme tout ce qui touche aux pratiques thérapeutiques traditionnelles, en particulier celles qui ont trait au surnaturel, reste du domaine du secret, la fonction d’une plante peut être donnée par le thérapeute comme « ornementale », alors que l’ethnologue sait qu’elle peut être aussi et surtout d’ordre « thérapeutique » et « magique ».

38Pour l’ethnologue qui pressentait la cohérence du système symbolique en présence, la tâche était donc délicate. C’est en cartographiant soigneusement chacun des huit jardins étudiés et en repérant méthodiquement les potentialités magiques de chaque espèce végétale que Catherine Benoît a su mettre en évidence le réseau de protection placé par les guérisseurs aux points sensibles de leur espace de vie.

39Le premier temps de la démarche cartographique fut celui de la collecte des données, sur le terrain, en Guadeloupe : le relevé exhaustif, au 1/100e, et l’identification des espèces végétales peuplant chacun des huit jardins et l’espace de la « case » : des schémas touffus, colorés, disparates, dessinés sur papier millimétré, et élaborés sur place, dans le jardin, par l’ethnologue, à l’occasion de rencontres informelles avec l’un ou l’autre des thérapeutes.

  • 16 Un problème de critique des sources familier à l’historien.

40Une étape fondamentale : c’est au cours de cette exploration progressive de l’espace des huit jardins que l’ethnologue en grave le schéma dans son esprit et en construit une image mentale qui servira de matrice spatiale à sa réflexion. Par ailleurs, c’est en parcourant ainsi le jardin avec le thérapeute qu’émerge peu à peu l’évidence qu’il existe, concernant la fonction première des plantes, un décalage signifiant entre ce qu’en dit le thérapeute et ce qu’en présume l’ethnologue, compte tenu des diverses potentialités, y compris « magiques », quelle a pu répertorier pour chacune des plantes. Et c’est ainsi que germe peu à peu, grâce à ce jeu de miroirs entre la réalité et la carte, et à travers les non-dits du thérapeute, l’intuition puis l’hypothèse qu’il existe, derrière les apparences et ce qui est dit, une réalité spatiale cohérente et soigneusement structurée qu’il convient, pour le thérapeute, de taire, et pour l’ethnologue, de décrypter16.

41Une telle hypothèse de travail conduira ultérieurement à élaborer, pour chacun des huit jardins, plusieurs jeux de cartes correspondant aux trois niveaux d’analyse ainsi dégagés, et qu’il faudra confronter les uns avec les autres :

  • le relevé botanique du jardin, réalisé par l’ethnologue sous le contrôle du thérapeute et avec les commentaires de ce dernier quant aux usages premiers, c’est-à-dire aux fonctions principales de chaque espèce rencontrée : la carte de ce que dit le thérapeute ;
  • le relevé botanique « objectif » du même jardin, par l’ethnologue seul, en prenant en compte toutes les potentialités de chaque espèce, selon les catégories créoles : « ornementales », « alimentaires », « thérapeutiques » ou « magiques » ; puis en privilégiant les potentialités « magiques » : la carte de ce que voit et pressent l’ethnologue ;
  • la différence entre ce que dit le thérapeute et ce que « voit » l’ethnologue : la mise en évidence, par soustraction, des lieux et des fonctions caractérisés par le non-dit du thérapeute, et dont la configuration signifiante interroge l’ethnologue : la carte du « non-dit » du thérapeute.

42Ce premier temps de la démarche, c’est-à-dire l’inventaire systématique et raisonné des matériaux bruts, pose les prémisses du travail ultérieur : en effet, c’est grâce à l’ancrage de la réflexion dans la carte elle-même que se sont dégagés peu à peu les termes d’une problématique qu’il va falloir reprendre et tester en laboratoire.

43Le second temps sera celui de l’exploitation de l’ensemble du matériel collecté en Guadeloupe. Ce travail d’analyse, de mise en cohérence, d’expérimentation et de réflexion sera mené par l’ethnologue, dans le cadre du laboratoire de graphique, à Paris, et guidé par une cartographe, moi-même.

44Ici encore, c’est la carte, en ses multiples fonctions, à différentes échelles et sous diverses formes, qui servira de matériau de base à l’entreprise.

45Pour les huit jardins, dont le jardin IV qui servira ici d’exemple, les opérations s’enchaînent comme suit :

  • le dessin du plan de la parcelle (maison et jardin) s’effectue à un format assez grand. Il servira, muet et réduit, comme matrice ou éprouvette, dans la série des petites cartes expérimentales qui suivront, et dont chacune ne donnera qu’une seule catégorie de plantes. À grand format, ce dessin indique la localisation, l’identification botanique et la numérotation de chaque espèce végétale, renvoyant ainsi à un index où toutes les potentialités des plantes sont indiquées. Il identifie aussi les lieux de vie, leurs fonctions ou leur nature, à l’intérieur ou à l’extérieur de la parcelle. C’est le plan-fond de carte (planche 1). On n’a pas indiqué ici les numéros qui renvoient à la liste des noms scientifiques et créoles des espèces identifiées ;
  • l’élaboration d’une première série de quatre petites cartes permet de représenter les fonctions ou usages premiers des plantes tels qu’ils sont donnés par le thérapeute. Un seul phénomène, un seul thème par carte. Ainsi, les formes que dessine la répartition relative des points se distinguent bien, par rapport à l’ensemble des plantes dans la parcelle même, et par rapport aux trois autres cartes. La carte peut ainsi être un outil visuel, poser des questions, apporter des éléments de réponse17 ;
  • une autre série de petites cartes montre le travail de réflexion de l’ethnologue dans sa quête pour décrypter l’organisation symbolique de l’espace habité par le thérapeute. En relevant toutes les plantes à usage potentiellement thérapeutique, et en dégageant peu à peu leur fonction uniquement thérapeutique, puis « magique », elle met en évidence les protections placées par le thérapeute aux points sensibles de l’espace habité : l’entrée dans la parcelle, le chemin d’accès, la parcelle du voisin, la route qui longe le fond de la parcelle (dans une perspective obsidionale), la chambre à coucher, et surtout, la pièce où ont lieu les pratiques thérapeutiques, c’est-à-dire la « chapelle » (ou pièce de « travail ») qui se trouve sous la chambre inhabitée, à l’étage en dessous. Ainsi « quadrillé », l’espace de vie du thérapeute est sous haute protection ;
  • le même type d’analyse systématique de l’espace de vie du tradithérapeute sera étendu aux sept autres jardins. Il aboutira la plupart du temps aux mêmes constatations et confirmera les hypothèses concernant le système cohérent de protections mis en place par les tradithérapeutes guadeloupéens.

Planche 1 : fond de la carte de l’espace IV.

46Il manquait cependant à la démonstration, concernant l’ensemble du corpus, un dénominateur commun, une donne qui permette de resserrer les termes de la comparaison et qui accorde ainsi plus de force au schéma interprétatif en train de se construire.

47C’est alors que le hasard, un savoir enfoui, la pratique de la cartographie, de la géographie et de l’anthropologie historique, le goût de l’expérimentation visuelle et le plaisir de jouer avec les cartes, bref une conjonction de facteurs, plus ou moins saisissables, nous a conduite à porter un nouveau regard sur le corpus de cartes, et ont fait surgir, de façon inattendue comme toujours, une idée.

48Sous nos yeux était étalé un véritable jeu de petites cartes donnant à voir les différentes facettes des systèmes de protection mis en place dans les huit jardins. Par jeux de classements successifs, guidées par le regard, nous étions parvenues à un premier niveau d’interprétation, présenté plus haut, et qui ne satisfaisait qu’à moitié l’ethnologue. C’est alors que se sont articulées les évidences suivantes.

  • 18 Ce qui explique d’ailleurs pourquoi l’ethnologue avait été rapidement sensible aux protections dis (...)

49Il s’agissait de cartes, donc de morceaux d’espace. Elles étaient toutes orientées de façon comparable, mais relative : face à l’ethnologue, c’est-à-dire par rapport à l’entrée dans la parcelle lors du premier relevé18. Pourquoi ne pas les ré-orienter de façon absolue, c’est-à-dire vers le nord, la direction qui occupe, par convention, le haut de la carte, dans la cartographie moderne, et qui était donc familière à la cartographe que j’étais ? C’était un dénominateur commun à tester.

50En même temps me revenaient à l’esprit des images de cartes relatives à mes propres recherches et concernant la signification de l’orientation des cartes anciennes : orientées, c’est-à-dire tournées vers l’orient, le lever du soleil, l’est. Ainsi que l’orientation canonique des églises anciennes, dont le chœur est construit à l’est de l’édifice, de sorte que l’assemblée des vivants, comme celle des morts dans leurs tombeaux sous les dalles de l’église, regarde en direction de l’est, vers Jérusalem, prête, l’une comme l’autre, à se lever pour accueillir le retour du Christ, à la fin des temps, conformément aux Saintes Écritures.

51C’est dans ce contexte que se situe le dialogue entre cartographe et ethnologue qui apportera une nouvelle clé pour la compréhension du système symbolique en présence. Il s’agit du pyé sizè, en créole le « pied de six heures », une plante située en un site particulièrement sensible, auprès de la « chapelle », pièce où se déroulent les pratiques magico-thérapeutiques (jardin IV). Le « pied de six heures », pourquoi ce nom, pourquoi ce moment ? C’est l’heure où l’on ferme, soigneusement, chaque soir, toutes les ouvertures de la maison. Que craint-on ? Les esprits des morts qui sortent alors du cimetière. Comment se déplacent-ils ? Avec le vent (symbole, on le sait, du Saint Esprit, et de Dieu lui-même, dans les Écritures). Existe-t-il, dans la réalité géographique de la Guadeloupe, un vent dominant ? Oui, c’est la zone des alizés qui soufflent en permanence depuis l’est, le nord-est ou le sud-est (ce que confirme l’examen de la Pilot Chart à laquelle nous nous référons). En conséquence, le danger vient de l’est.

52Pour vérifier cette dernière hypothèse, on a alors, d’un commun accord et avec une certaine fièvre, orienté toutes les cartes de façon absolue, c’est-à-dire vers le nord. C’est alors qu’est apparu le maillon qui manquait dans le raisonnement et dans la démonstration concernant l’ensemble du corpus : dans la plupart des cas, les plantes magiques, et particulièrement le pyé sizè, protégeaient fortement la façade orientale de la maison, formant écran entre les esprits des morts et le lieu de vie du thérapeute.

53Ainsi, c’est par un jeu cartographique multivarié qu’a été peu à peu décrypté le système de protections symboliques mis en place par les tradi-thérapeutes pour sécuriser leur espace de vie et leurs pratiques, et que s’est progressivement dégagée une hypothèse interprétative forte.

54Ces longs mois de maturation de la problématique, marqués par la mise en ordre, l’analyse et l’expérimentation des matériaux collectés en Guadeloupe, par l’échange et la réflexion, et par l’écriture, ont permis à l’ethnologue, en multipliant les angles et les échelles d’attaque du problème à traiter, de prendre progressivement de la distance vis-à-vis d’une expérience de terrain difficile ; d’objectiver, puis de dominer son sujet ; et enfin, d’en abstraire l’essentiel.

55Alors pouvait être abordée la troisième étape de l’itinéraire de recherche, celle de l’interprétation et de la synthèse.

56Abstraction, schématisation, voire modélisation, sont les opérations intellectuelles qui régissent ce dernier moment de la démarche.

57Pour dépasser le stade de l’inventaire et de l’expérimentation et accéder à celui de la généralisation, il fallait passer par le langage, c’est-à-dire par l’abstraction, et ceci à deux niveaux : verbal, réfléchir sur les concepts en présence dans cette nouvelle approche de l’espace habité par le tradithérapeute, redéfinir ces concepts et les maîtriser pour les mettre en mots de façon juste et concise ; iconique, réfléchir en parallèle aux modes de transcription graphique les plus aptes à rendre compte vigoureusement, sobrement et fidèlement, de ces concepts, ou comment les mettre en image. Il s’agissait en somme d’élaborer une légende raisonnée et interprétative commune à l’ensemble des huit jardins, une légende où l’on veillerait, au plan sémiologique, à l’étroite cohérence entre les deux volets indissociables du signe : le signe graphique signifiant, le concept signifié-, et au plan logique, à la cohérence et à la rhétorique qui s’exprimerait dans la légende, et donc au sein de la carte même.

58Le travail d’abstraction qui avait déjà été mené loin, depuis le relevé millimétré sur le terrain jusqu’au plan de la planche 2 (IV A), il fallait le pousser plus loin encore, jusqu’à la schématisation, c’est-à-dire une généralisation formelle qui prenne en compte à la fois chaque jardin et l’ensemble des jardins, et qui conduise, si possible, à un modèle interprétatif susceptible d’être transporté, à titre expérimental, vers d’autres corpus, vers d’autres lieux.

59Une telle mise à distance de l’objet d’étude n’a été possible qu’en considérant tous les jardins à la fois. Pour la clarté de l’exposé, on en présentera la démarche à partir du jardin IV (planche 2), avant de passer au synoptique de la planche 3, qui résume et clôt le dossier graphique, tout en l’ouvrant sur d’autres perspectives.

60La figure du haut (IV A) donne un inventaire localisé clair et complet, de toutes les plantes thérapeutiques. C’est un plan, non un schéma. Le graphisme sinon le contenu est minimal, l’image est peu contrastée. Seul « sort » le pyé sizè.

61La figure IV B a subi un processus raisonné de schématisation. Selon Le Petit Robert 1993, « le schéma est une figure qui donne une représentation simplifiée, réduite aux traits essentiels, et fonctionnelle, d’un objet, d’un processus ». Le terme existe déjà en 1765, où il est « figure géométrique » et vers 1350, où il est « figure de rhétorique ». Ici, la carte est l’une et l’autre : proche de la géométrie, elle tient un « discours » cohérent.

  • 19 Cf. Kandinsky, Punkt und Linie zu Fläche, Munich, Albert Langen, 1926.

62La légende, qui est conclusive, est celle de la planche synoptique qui suit, et qui résume les résultats de la recherche. Des « lignes » et des « points » forment signe, deux des trois éléments de base du langage graphique universel, et du langage de la carte. Le point : il situe sur l’espace de la carte son homologue dans l’espace (« faire le point ») ; il peut « s’habiller », comme on le voit, de diverses façons. La ligne : sa fonction peut être de séparer (l’extérieur de l’intérieur, un pays d’un autre...), de relier (un lieu à un autre) et d’être parfois un vecteur, en donnant une direction. La zone : elle peut être signe, une ligne « zonale », la deuxième coquille, ou bien « fond » de l’image, plan de la carte. Les signes se dé-tachent sur ce fond, d’autant plus que le fond est bien blanc, et les signes bien noirs19. L’image est donc contrastée, elle « s’engrave » ainsi aisément dans la mémoire, et pourra être facilement « transportée », comparée à d’autres, comme dans la planche qui suit. N’est retenu ici que l’essentiel du message, ce qui en fait la force.

63Trois lignes, trois coquilles s’emboîtent pour protéger le cœur de la maison. De l’extérieur vers l’intérieur, on trouve d’abord les limites de la parcelle, des limites symboliques fortes mais souvent peu marquées dans la réalité : une ligne pointillée suffira pour traduire cette frontière subtile entre « l’ailleurs », dangereux car non neutralisé, et « l’ici ». La deuxième coquille est une zone soigneusement balayée, pour éviter toute pratique malveillante de la part d’un intrus, à partir de ce qui peut sortir de la maison : une zone pointillée de poussière la représentera.

64La troisième coquille est la plus sûre, la plus dure, ce sont les murs de la maison, à l’intérieur de laquelle on se « boucle » le soir : un trait fort cernera cet espace surprotégé.

65Après ces trois clôtures, et pour les renforcer, deux types de protection « ponctuels » sont placés aux points sensibles de l’espace de vie et pour le quadriller : les plantes protectrices, c’est-à-dire les plantes « magiques » (un signe comme un œil qui surveille rappellera leur fonction) et le pyé sizè, dont on a vu l’importance (ce sera donc un gros point noir) protègent les lieux sensibles, à savoir la pièce de « travail » où le tradithérapeute pratique son art, et la chambre à coucher où le sommeil, la non-veille, la non-surveillance, mettent en situation de fragilité. De même, l’entrée dans la parcelle et les alentours sont sous haute surveillance.

66Enfin, d’autres lignes complètent le schéma. Il s’agit de vecteurs, indiquant le mouvement : l’entrée dans la parcelle, signalée par une flèche, et surtout l’itinéraire pour accéder à la pièce où l’on soigne, traduit par une ligne en forme de labyrinthe, souvent jalonnée de protections (pas ici), et dessinant un parcours dissuasif pour tout ce qui veut nuire.

67Grâce au choix réfléchi des signes, à leur contraste et à leur visibilité, grâce à la rhétorique inscrite dans la légende et qui est reprise par la carte, celle-ci est « parlante » ; le système de protection, qui a été bien assimilé, tant dans ses manifestations que dans les concepts qu’elles recouvrent, est clairement transcrit et mis en évidence. Par ailleurs, le plan de la parcelle est dégagé de tout élément verbal, ce qui laisse l’image parler son propre langage.

  • 20 L’orientation du jardin III, qui s’écarte du schéma général, serait à vérifier sur le terrain.
  • 21 Catherine Benoît, op. cit., p. 167.

68La dernière planche (planche 3) donne une vision synoptique et schématique des huit jardins, tous orientés de la même façon, en raison de la « découverte » relatée plus haut. On peut donc en comparer l’aménagement en fonction des vents dominants venant de l’est : sept jardins sur huit ont leur flanc oriental protégé par des pyé sizè ou des plantes magiques20. D’ailleurs, selon une expression créole, les plantes sont « plantées au vent », afin que les alizés facilitent la propagation de leur odeur au pouvoir prophylactique21.

Planche 3 (ci-dessus et ci-contre) : synoptique des huit jardins.

69L’image « parle » d’elle-même, si on a pris la peine d’assimiler la légende. Elle résume les résultats de la recherche et propose, à partir de l’analyse systématique des huit jardins, un schéma interprétatif de l’univers symbolique du jardin de case, un modèle que l’ethnologue confrontera à un corpus élargi et à d’autres jardins de même type de par le monde.

70Ce modèle, on l’a vu, est le suivant : une succession de coquilles emboîtées protège le corps, lui-même coquille, de la malveillance des intrus ou des voisins, et des esprits des morts. C’est d’abord le mur de la chambre, celui de la maison, puis l’étroite bande cimentée qui l’entoure et qui est méticuleusement nettoyée, car elle est le lieu de tous les maléfices, les limites de la parcelle enfin et ses proches alentours. Les ouvertures en sont soigneusement protégées. De même, l’accès aux points forts est balisé de protections, entre lesquelles le visiteur doit trouver son passage.

71Ainsi quadrillé, l’espace de vie se montre sous haute surveillance.

72A la lumière de ce parcours de l’ethnologue et du cartographe sur le territoire du tradithérapeute guadeloupéen, on peut reprendre ce qui a été écrit plus haut à propos de la carte, énoncé à part entière, s’inscrivant dans l’activité langagière au même titre que le verbe, puisqu’elle sert, comme lui, à formuler la pensée et à la transmettre. Elle le fait, on l’a vu, à plusieurs niveaux : de même que les lettres s’assemblent en mots, puis en phrases, puis en paragraphes, les signes graphiques s’articulent en image, puis en série cohérente et logique de figures construisant un discours.

73Si on abordé sur la planche 2, le niveau élémentaire du langage graphique, c’est-à-dire celui du signe, l’examen de l’ensemble de l’itinéraire cartographique nous situe à un tout autre niveau du langage : il ne s’agit pas ici d’un seul énoncé, d’une seule phrase, ni de la juxtaposition d’énoncés sans grand lien entre eux, mais d’un véritable discours, organisé, structuré, cohérent, d’un argumentaire obéissant à une rhétorique et une dialectique spécifiques relevant de l’image, et s’articulant de carte en carte, de séquence en séquence, de chapitre en chapitre, de partie en partie.

74L’écriture de la thèse et l’élaboration du corpus graphique progressant de pair, se répondant l’une à l’autre, soutenues par une réflexion passant en souplesse, d’un mode à l’autre, c’est un discours à deux voix accordées qui nous est finalement donné, dans sa cohérence.

Notes

1 « Discours des images », chapitre 16, p. 453-455, dans La Géographie deshumanistes, Paris, Beauchesne, 1940, p. 389.

2 Intuition, du latin intueri : regarder attentivement ; intuitio en bas latin signifie ; image reflétée dans un miroir, cf. Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey (dir.), Paris, Le Robert, 1992.

3 « Linéament, du latin lineamentum : ligne, contour, traits ; de linea, ligne » cf. Antoine Furetière, Dictionnaire universel, 1690, La Haye et Rotterdam, réédition Paris, Le Robert, 1978. Ces références latines éclairent les différents sens véhiculés par les termes qu’emploient les auteurs cités.

4 François de Dainville, Le Langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes, 1500-1800, Éd. Picard, Paris 1964, 384 p., réimpression Paris, Picard, 2002 (les guillemets encadrant le mot géographes en tête de l’introduction ne sont pas repris dans le titre).

5 Cf. François de Dainville, Le Langage des géographes, p. VIII et IX.

6 François de Dainville, « Problèmes de cartographie historique des Églises », Cahiers d’Histoire, t. 2, 1964, p. 25-33, repris dans F. de Dainville, La Cartographie, reflet de l’histoire, recueil d’articles, Éd. Slatkine, Genève-Paris 1986, p. 391-415.

7 Voir les références des citations et des titres des textes, La Cartographie, reflet de l’histoire, op. cit. notes de la p. 391.

8 Cf. La Cartographie, reflet de l’histoire, op. cit., p. 391,

9 Jacques Bertin, Sémiologie graphique. Les diagrammes. Les réseaux. Les cartes. Paris, Mouton, Gauthier-Villars, EPHE, 1967, 431 p.

10 Voir le compte rendu de Georges Mounin : « La Sémiologie graphique, de Jacques Bertin » publié dans Le Monde, 16 mars 1968 page VI : « La sémiologie, telle que l’avait rêvée Saussure, est la science générale des signes, c’est-à-dire de tous les systèmes de communication distincts des langues naturelles... Parmi ces systèmes de communication, très efficaces, entre les hommes, il y a le dessin, la représentation graphique en général (...) L’important ouvrage de Bertin est... un traité organique et complet, de traduction graphique, qui donne la théorie complète de la sémiologie graphique (...) Au laboratoire de cartographie de l’EPHE, par un travail interdisciplinaire dont témoignent les seize noms qui escortent celui de Bertin, la communication graphique a façonné son instrument de travail optimum et trouvé par surcroît ce qu’elle ne cherchait pas, le Saussure de la sémiologie graphique ».

11 Cette expérience est relatée dans Françoise Vergneault-Belmont, L’Œil qui pense. Méthodes graphiques pour la recherche en sciences de l’homme. Vingt-trois itinéraires de recherche, Paris, l’Harmattan, 1998, 348 p. Les trois paragraphes qui suivent sont extraits de ce livre (p. 12-13, 332 et 333).

12 En ce qui concerne la construction d’un matériel destiné à l’expérimentation visuelle, ajoutons une précision. Une image au graphisme contrasté et schématique a un impact durable sur la rétine. L’expérience suivante le prouve : si, un jour très clair, on fixe quelques instants la fenêtre, et si on ferme ensuite les yeux, l’image de la croisée reste visible une quinzaine de secondes. C’est cette propriété physiologique, liée à une construction adéquate du dessin, qui nous semble permettre de comparer « réellement » et durablement une image à une autre.

13 La Cartographie, reflet de l’histoire, op. cit., p. 394-395.

14 Alphonse Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard, 1987. Jean Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, Fayard, 1989.

15 La démarche cartographique présentée est relativement simple. Elle n’est que sommairement décrite ici. Pour un exposé plus détaillé voir Vergneault-Belmont, op. cit., chap. 21, p. 293-307. Sur la méthode graphique : cf. le même ouvrage qui expose des démarches plus élaborées et couvrant plusieurs champs des sciences sociales, notamment historiques. Sur le travail de l’ethnologue voir Catherine Benoît, Corps, jardins, mémoires. Anthropologie du corps et de l’espace à la Guadeloupe, Paris, éd. CNRS, 2000.

16 Un problème de critique des sources familier à l’historien.

17 L’iconographie des étapes successives de la procédure n’a pas été reproduite ici. Pour le détail de ces dernières, on se reportera aux planches 115-116, p. 297-299 de F. Vergneault-Belmont, L’Œil qui pense, Paris, l’Harmattan, 1998.

18 Ce qui explique d’ailleurs pourquoi l’ethnologue avait été rapidement sensible aux protections disposées par chacun des thérapeutes à l’entrée de la parcelle : pour dissuader l’intrus ou l’étranger, ce qu’était aussi l’ethnologue pour le thérapeute.

19 Cf. Kandinsky, Punkt und Linie zu Fläche, Munich, Albert Langen, 1926.

20 L’orientation du jardin III, qui s’écarte du schéma général, serait à vérifier sur le terrain.

21 Catherine Benoît, op. cit., p. 167.

Table des illustrations

Légende Planche 1 : fond de la carte de l’espace IV.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Planche 2.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/620/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Planche 3 (ci-dessus et ci-contre) : synoptique des huit jardins.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/620/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/620/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

Auteur

Née en 1932, obtient le diplôme de l’École supérieure de cartographie géographique en 1960, et entre comme cartographe au Laboratoire de cartographie de l’École pratique des hautes études (sixième section), où elle est d’abord chargée des relations avec le Service des publications de l’institution avant de devenir sous-directeur d’études (1969) puis directeur d’études (1989). Son institution devient en 1974 l’École des hautes études en sciences sociales. En 1983, elle y ouvre un séminaire portant sur les Méthodes graphiques pour la recherche en sciences sociales. Elle a relaté les fruits de cette double expérience dans L’Œil qui pense (Paris, l’Harmattan, 1998).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search