Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Postérités

La cartographie jésuite : du plan de quartier à l’atlas du monde

Lucia Nuti
Traduction de G. Bousquet

Texte intégral

  • 1 Miguel León Portilla, Cartografia y Crónicas de la Antigua California, Coyoacán, D.F., Universidad (...)

1L’apostolat des jésuites s’est étendu depuis les débuts de la Compagnie aux régions les plus éloignées et les plus inconnues. Il a été caractérisé par une intense activité d’exploration soutenue par une intense production de cartes. Les jésuites, explorateurs et cartographes, ont contribué de manière très importante à la connaissance du globe terrestre, et ont fourni un apport dans certains cas tout à fait fondamental pour la solution de problèmes d’ordre géographique. C’est par exemple le cas du père Eusebe Kino, à qui l’on doit la colonisation de la Pimeria Alta dans la région mexicaine occidentale pendant les années 1681-1710. Celui-ci a pu établir avec certitude que, contrairement à la croyance ordinaire, la Californie n’est pas une île mais une péninsule1.

2Il peut donc être intéressant de chercher à examiner dans quel cas et comment les jésuites ont utilisé la pratique acquise dans le champ de la cartographie pour leur propre représentation. Comment eux-mêmes se sont vus et représentés par rapport aux lieux où ils se sont installés, ou, à l’inverse, comment ils ont vu les lieux où ils se sont installés par rapport à leurs propres intérêts et à leur propre présence.

  • 2 Voir par exemple les contributions de D.C. Barrett, « A Jesuit Style in Art ? », Studies, 1996, vo (...)
  • 3 Louis Denis, Atlas géographique renfermant les établissement des jésuites avec la manière dont ils (...)

3L’existence d’un modus noster jésuite en art et en architecture impliquant à la fois un style ou un langage, a été beaucoup discutée2. En cartographie il n’existe sûrement pas de modus noster, de mode jésuite en termes de style ou de langage cartographique, mais il existe bel et bien un regard jésuite sur le monde, une manière de « diviser le globe terrestre », comme il est écrit dans un des premiers atlas de la Compagnie3, une manière de relire le monde en correspondance avec l’identité de la Compagnie.

4Au cours de ce développement historique leur propre représentation cartographique s’est située à divers niveaux. Soit elle était comprise dans un sens spatial et quantitatif, la cellule jésuite considérée dans ses relations à une portion de territoire plus ou moins grande. Soit elle était comprise dans un sens qualitatif la cellule dans un contexte social ou historique.

5Cette différence d’approche se reflète directement dans le type de documentation réunie dans ce but.

6Au premier niveau quantitatif les jésuites dans la ville, se trouve la cellule – église et/ou collège – qui s’installe dans un contexte urbain déjà consolidé et se met en relation de temps à autre avec l’îlot, avec le quartier, avec des parties plus étendues de la ville et ensuite avec la ville entière.

  • 4 Archivio Romano Societatis Jesus (ARSI), Neap, 181, f.419. L’inventaire complet des dessins conser (...)

7Les sources pour examiner ce premier niveau sont des dessins qui associent des lettres ou des relations écrites dont « on ne comprendra pas l’exposé si on n’a pas sous les yeux la description des lieux » comme nous en avertit explicitement le document relatif à Cosenza, ville de Calabre4.

  • 5 Voir par exemple le cas de Maastricht (dessin de Simon de Bellemond, 1587, Bibliothèque nationale (...)

8Les dessins, à la plume ou légèrement aquarellés, sont réalisés selon une technique sommaire qui oscille entre un style croquis ou carte schématique, même si on y trouve des indications de mesures dans un style précis et la planimétrie par l’échelle. La représentation ne cède qu’exceptionnellement au figuratif5, ou à un effort de rendu tridimensionnel et pourtant, malgré leur pauvreté visuelle, ces documents communiquent, une fois complétés par leurs légendes, des informations très précises et peuvent donc être d’un grand intérêt pour l’histoire urbaine tout court.

9Ces documents, qui ne sont qu’une petite partie de ceux qui ont été effectivement produits et répartis entre Rome, Paris et Bruxelles, ne forment pas un rassemblement systématique ou programmé. Ils ont été suscités par des occasions contingentes, par exemple le choix d’un lieu pour un collège nouvellement fondé ou déplacé de son implantation primitive pour une autre plus favorable.

  • 6 La phrase se trouve dans la description d’Autun, Bibliothèque nationale de France, 1618, Hd-4a, 28 (...)

10Il existait en fait une stratégie jésuite précise pour occuper un lieu et estimer le meilleur site d’implantation du collège (collegii futuri omnium comodissimus6) en se basant sur plusieurs paramètres clés : salubrité, facilité d’accès, contexte social favorable.

  • 7 Dessin de Benedetto Molli, 1630, Bibliothèque nationale de France, Hd-4d, 13, voir Vallery-Radot, (...)

11Le dessin du bâtiment, en plan, ou en axonométrie comme pour Montepulciano7, devait être présenté à l’approbation de la maison mère à Rome. Souvent plusieurs dessins se rapportent au même édifice, pour bien montrer comment il occupe l’îlot, et comment il s’y incorpore en se fondant aux autres lots.

  • 8 Dessin d’Alessandro De Angelis, 1607. Bibliothèque nationale de France, Hd-4b, 66, voir Vallery-Ra (...)
  • 9 Dessin de Natale Masucci, 1613, Bibliothèque nationale de France, Hd-4a 276 ; voir Vallery-Radot, (...)

12Dans le quartier de Nice choisi pour y installer le collège dessiné en perspective rabattue, les couleurs, vert et rouge, indiquent les parcelles qu’il est nécessaire d’acquérir et la légende donne des précisions sur la commodité d’accès : les portes ou les routes - « route qui vient du pont et va au château », « route droite »8 ; à Trapani une annotation souligne les améliorations qu’il est nécessaire d’apporter à la viabilité : « un pont franchissant la rue est indispensable »9.

  • 10 1655, Bibliothèque nationale de France, Hd-4a 282 ; voir Vallery-Radot, p. 7.
  • 11 Dessin de Giovanni Giorgio, 1638, Bibliothèque nationale de France, Hs-4a 284, voir Vallery-Radot, (...)

13A Arezzo10 et Fano11 l’attention se déplace vers les églises et les complexes religieux existants, avec lesquels les jésuites devront se mettre en relation.

  • 12 1618, Bibliothèque nationale de France, Hd-4a, 281, voir Vallery-Radot, p. 225.

14A Autun le dessin souligne la répartition spatiale des habitants selon leur hiérarchie sociale, calquée sur la tripartition de la ville (tripolis) : la ville haute, la ville basse et le quartier du Champ de Mars. Le collège est situé sur la ville haute, là où habitent les plus riches12.

  • 13 Après 1575. Bibliothèque nationale de France, Hd-4b, 200 v°, voir Vallery-Radot, p. 243.

15A Verdun (fig. 1) existe une division comparable de l’espace, cette fois en quatre quartiers. L’un est occupé par le collège des jésuites et le couvent des Dominicains. Deux autres sont considérés comme davantage habités (regio magis habitata). Dans le quatrième, habité par la noblesse (regio a nobilibus habitata), s’élève l’abbaye Saint-Paul »13.

Figure 1 : Verdun, après 1575 (Bibliothèque nationale de France, Hd-4b, 200 v°).

16Dans l’optique jésuite, la ville apparaît donc comme un assemblage où les espaces vides et les pleins ont une plus ou moins grande valeur selon l’importance accordée à leur fonction (portes, citadelle, remparts, approvisionnement en eau), ont aussi une plus ou moins grande valeur selon le type social des habitants (sénateurs, marchands, etc.), selon la concentration de la vie sociale (ubi est totius urbis major frequentia hominum), enfin selon les principaux ensembles religieux (épiscopat, églises et monastères d’autres ordres).

  • 14 Sur les stratégies urbaines des jésuites, voir Saint, Site, and Sacred Strategy : Ignatius, Rome a (...)

17La qualité architecturale et monumentale de la ville n’est pas définie et son identité civile est évidemment mise en retrait par rapport à son identité religieuse, dont la physionomie est marquée par la présence jésuite14.

  • 15 Après 1604, Bibliothèque nationale de France, Hd-4a, 279, voir Vallery-Radot, p. 297.

18Ostende constitue un cas atypique : le plan, qui est accompagné d’une légende détaillée, a été levé lors du siège de la ville, qui se rendit en 1604 à l’armée espagnole, après une résistance de plus de trois ans. Il signale, non seulement « les principaux points tenus par les assiégeants », mais encore les « retranchement dedans la ville », qu’ils a vus d’un certain point O mentionné sur le plan15.

  • 16 Ibidem.

19En fait, ce plan n’aurait pas dû intéresser directement les jésuites parce qu’ils « n’ont pas eu d’établissement à Ostende, mais un certain nombre d’entre eux ont servi comme aumôniers dans l’armée espagnole et plusieurs y ont laissé la vie »16.

20Le niveau suivant de l’échelle de représentation, les jésuites dans la région, peut être recherché dans les cartes des missions hors d’Europe. La présence jésuite s’y manifeste par la colonisation de territoires non urbanisés et par l’implantation de multiples cellules servant de base à un premier réseau d’urbanisation où le développement sera différent.

21Les relations imprimées de chaque mission contiennent parfois des cartes de ce type, mais elles sont avant tout le fruit de minutieuses recherches dans les archives locales pour en extraire les manuscrits produits durant l’installation.

Figure 2 : Sonora (Mexico), ca. 1570, manuscrit sur vélin, détail (Madrid, Biblioteca Nacional, GM.M.XLII N° 619).

  • 17 André Ferrand d’Almeida, notice n° 54, Tesoros de la Cartografía Espanola, Carmen Lìter Mayayo et (...)

22La carte des Missions des régions de Pimeria et Sonora dans la Province du Mexique en est un bon exemple qu’on peut dater des environs de 1760, peu d’années avant l’expulsion de l’ordre en 1767 (fig. 2)17.

23Cette carte manuscrite et coloriée sur vélin est signée du père inspecteur Juan José Diez, fondateur de l’une des dernières missions de la Compagnie. Elle représente une région peu connue sinon inconnue, vue d’extrêmement près. Ce véritable portrait indique les caractéristiques du cadre naturel dont les jésuites exploitent les parties les plus favorables, situées le long des zones vertes et près des petits cours d’eau. Plus de quatre-vingt-dix missions y sont représentées et aussi trois garnisons. Ces missions sont figurées par un signe, le symbole jésuite, où sont accolés un, deux ou trois petits rectangles. Ces signes, faciles à déchiffrer, permettent donc de repérer une hiérarchie précise du développement de la colonisation.

  • 18 Louis Denis, [1764 ?], op. cit.

24Pour évaluer le troisième niveau, les jésuites dans le monde entier, il faut attendre le XVIIIe siècle, moment où les catastrophes approchent, pour voir apparaître des représentations imprimées qui couvrent de vastes zones géographique jusqu’à s’étendre à tout le globe terrestre. Ce fait n’est pas fortuit, comme l’explique l’auteur d’un des premiers atlas : « La révolution qui vient de se passer sous nos yeux, au sujet de la société des jésuites avait fait naître à tout le monde un ardent désir de connaître toute l’étendue de cette société »18.

  • 19 Jean-Baptiste Nolin [le fils], Carte des cinq Provinces de l’Assistance de France des RR.PP. de la (...)
  • 20 L’Ethiopie a été élevée au rang de province durant l’année 1555, mais fut ensuite supprimée et ajo (...)

25Quelques planches des Assistances avaient déjà été publiées avant la dissolution de la Compagnie en 1773, mais la situation était très inégale : il y avait trois planches pour l’Allemagne, cinq pour l’Espagne, une pour la France19. Il n’y en avait aucune pour l’Italie, ni pour le Portugal, mais on y trouvait des planches pour certaines des dépendances de ce dernier : deux pour lesquelles le statut de mission avait été commué pour un certain laps de temps en statut de province, l’Ethiopie et le Japon, et une pour la province de Madura20.

26C’est en France, en 1762-1764, que fut tentée la réalisation d’une œuvre d’ensemble. Sans aucun doute, c’était là que se trouvaient alors la maturité technique et culturelle nécessaire à la réalisation d’une telle entreprise.

  • 21 Louis Denis, Arbre géographique contenant les établissements de jésuites par toute la terre et le (...)
  • 22 Louis Denis, [1764 ?], op. cit.

27Elle comprend en premier lieu une planche des établissements, construite selon la figure facile à mémoriser de l’arbre, intitulée l’Arbre géographique où « les branches sont censées être les provinces et les feuilles les villes »21. La même année 1764, cette planche est incluse par son auteur Louis Denis dans un atlas abrégé, l’Atlas géographique22.

  • 23 Louis Denis, Atlas universel indiquant les établissemens des jésuites avec la manière dont ils div (...)
  • 24 Louis Pfister, Cartes des Provinces et Missions de la Compagnie de Jésus, Paris, Laval, 1866.

28Mais ces tentatives durent s’interrompre en raison de la dissolution de la Compagnie, pour reprendre immédiatement après la reconstruction en 1814, avec la réédition en 1826 de l’œuvre de Denis sous le nom d’Atlas Universel23 et même en 1866 avec les Cartes des Provinces et Missions de la Compagnie de Jésus de Louis Pfister24.

  • 25 Louis Carrez, Atlas geographicus Societatis Jesu in quo delineantur quinque ejus modernae assisten (...)

29Ce n’est qu’en 1900 qu’aboutit enfin l’entreprise d’une représentation d’ensemble du monde jésuite en un atlas, l’Atlas geographicus Societatis Jesu, ouvrage aujourd’hui d’une insigne rareté25. Cet atlas est entièrement français, par l’auteur, par le lieu de publication et par l’arrière-plan culturel.

30Son histoire débute en 1892, lorsque le père Ludovic Martin récemment élu, publie un décret pour demander que soit poursuivie la collecte de documents relatifs à l’histoire de la Compagnie de Jésus. Pour améliorer cette collecte, il juge nécessaire d’en localiser les éléments pour les avoir sous les yeux. Il faut donc tracer des cartes décrivant l’ancienne compagnie et la nouvelle.

  • 26 Abraham Ortelius, Theatrum orbis terrarum, Anvers, Gillis Coppens, 1570. Dans sa préface au lecteu (...)

31C’est le vieux concept d’Ortelius, pour qui la Géographie est l’œil de l’histoire26, mais il est alors repris avec une autre clé, car la cartographie n’est plus qu’un simple moyen pour passer à une histoire entièrement écrite. La cartographie doit faciliter le travail et assurer le succès de ceux qui écrivent l’histoire.

  • 27 Atlas de géographie ancienne, Lille, J. Lefort, [s. d.] ; Atlas général de géographie, contenant v (...)

32Répondant à une requête explicite du général de l’Ordre, l’assistant de la Gaule assure qu’il a l’homme qui convient pour cette entreprise. En quelques jours, des accords sont pris et le projet est mis en chantier. La ligne éditoriale et ses caractéristiques sont préparées avec le père général qui donne des directives précises et n’a pas simplement un rôle de commettant. Il sollicite par une lettre officielle la collecte d’informations et en suit de près la réalisation. La preuve en est que les sept premières planches envoyées à Rome ont été refaites dans un format deux fois plus grand. Elles ont pour auteur Louis Carrez, évidemment jésuite, de la province de Champagne. Il avait déjà publié de nombreux écrits à caractère historique et géographique à usage scolaire27.

33Son œuvre repose sur une préparation documentaire méticuleuse, un travail dont Carrez ne manque pas de souligner la grande difficulté. Si l’information concernant la nouvelle Compagnie était de bonne qualité, il n’en était pas de même pour l’ancienne, qui était décrite avec une plus grande approximation. De surcroît, nombre de publications de référence étaient devenues rares ou introuvables.

  • 28 Au cours de la préparation de son atlas, Carrez en a publiés certains : Documenta ad historiam Soc (...)

34Toutes les sources examinées sont malgré tout méticuleusement citées, qu’il s’agisse des sources cartographiques : les œuvres imprimées de ses prédécesseurs et les atlas manuscrits de la nouvelle société du père Joseph Gioanini, ou des sources écrites : les catalogues des domiciles, les huit volumes de l’Histoire de la Compagnie, ou encore des documents et des lettres28. Ce sont donc des informations sans homogénéité qui ont été filtrées, synthétisées et fondues dans un langage cartographique.

35L’atlas débute par une longue préface qui semble perpétuer les expressions et les thèmes de la tradition éditoriale géographique. Carrez ne manque pas non plus de dénoncer les quelques insuffisances, les erreurs de sa propre œuvre et d’en expliquer les raisons. Mais, il n’épargne pas non plus les critiques à ses prédécesseurs. Il reproche en particulier à Pfister d’avoir ignoré dans ses cartes l’hydrographie et l’orthographe qui sont d’une aide précieuse pour comprendre l’origine de bon nombre de domiciles.

36Mais ce qui rend particulièrement difficile le travail de Carrez et qui le différencie de celui de ses prédécesseurs, c’est la grande complexité du thème représenté. Ce n’est plus seulement la Compagnie de Jésus, mais la Compagnie dans l’histoire, une histoire qui englobe aussi cette brusque rupture sur laquelle aucun sentiment de condamnation ou de regret n’est exprimé, sinon que la dissolution est dénommée excidium, destruction. L’ancienne et la nouvelle compagnie doivent être dessinées cartographiquement dans leur hiérarchie de fer pyramidale : maison mère/assistance/province/mission, et pour toute la gamme des diverses typologies des domiciles.

37Pour mener à bien une tâche aussi complexe certains choix fondamentaux ont été nécessaires. Carrez a dû renoncer au planisphère car dans une telle représentation, l’Europe n’occupe qu’une faible surface, et pourtant c’est là que qu’il y a la majorité des noms à écrire, et ils ne pourraient pas être lus correctement.

38Le deuxième grand problème à résoudre vient du fait que les divisions de l’ancienne compagnie et de la nouvelle remontaient à un certain temps, et que leurs installations n’étaient plus du tout superposables. Les divisions avaient été réduites numériquement. Certains déclassements ou certaines promotions hiérarchiques s’étaient produits.

39L’ordre des planches et la composition graphique devait répondre à une priorité : illustrer la Compagnie dans sa situation contemporaine.

40Les cartes sont présentées par blocs relatifs aux cinq Assistances modernes, Italia, Germania, Gallia, Hispania, Anglia. Pour chacun d’entre eux les Provinces sont classées par ordre alphabétique, ensuite ce sont les missions. La nouvelle Compagnie a besoin de trente neuf planches, mais il faut aussi montrer des situations particulières, nouvelles ou disparues. On arrive ainsi au chiffre total de quarante-cinq planches.

41Pour distinguer la nature des implantations jésuites localisées (maison professe, collège, pensionnat, séminaire pontifical, grand séminaire, séminaire où l’on enseigne la rhétorique, la philosophie, la théologie, noviciat, orphelinat, résidence, station ou résidence mineure, mission, maison de troisième probation) on ne choisit pas des symboles, mais simplement des initiales, ce qui s’accorde bien avec les critères de fonctionnalité et d’immédiate compréhension propres à la tradition jésuite.

42Les assistances sont représentées par une carte de type politique : un fonds neutre avec des couleurs pour les diverses provinces. Dans les colonnes latérales, la notice donne des précisions sur l’institution ou le changement de province et les noms les plus significatifs.

43Là où l’ancien et le nouveau coïncident, comme en Italie et en France (mais le nom de l’assistance est Gallia, tandis que Francia n’est que le nom d’une province pour les jésuites), le rapport passé/présent est résolu par l’usage des couleurs. Le noir indique le passé, le rouge le présent (fig. 3).

44Pour ce qui est des provinces, les limites contemporaines sont reportées sur une carte physique à fond blanc occupant le centre de la planche. Elle comporte des couleurs conventionnelles pour le relief, les fleuves, les routes. Sur les côtés se trouvent des cartons en couleurs qui scandent l’histoire de l’extension de la province, ancienne à gauche, nouvelle à droite.

45D’infimes variations concernant des périodes très brèves sont parfois signalées, ainsi en est-il pour la province de Toulouse qui, durant la persécution de la Compagnie dans la péninsule espagnole avait englobé beaucoup de maisons. De petits cartons en bas et en haut représentent parfois les maisons extérieures de la province mais sur le sol européen.

Figure 3 : Louis Carrez. Atlas veovrahicus Societatis Iesu...1900. l'assistance de France.

Figure 4 : Louis Carrez. Atlas veovrahicus Societatis Iesu...1900. la province de Rome.

46Ce n’est que dans un petit nombre de cartons que la représentation cartographique va jusqu’au plan de ville : cela est assez évident pour Rome, maison mère avec dix domiciles, mais l’intention de Carrez est moins claire pour Naples, Prague, Vienne, Porto Alegre et Washington (fig. 4).

47Ainsi se déploie sur quarante-cinq planches le monde lu à travers la présence jésuite. Ce monde possède avant tout un centre, Rome, et à Rome il y a un centre du centre, évidemment l’église du Gesù et le Collège romain.

48Le grand centre, la direction suprême, est naturellement situé en Europe, où se trouvent toutes les assistances, mais c’est précisément là que se vérifient les premières dissonances avec la géographie politique. Dans la vieille Compagnie la direction se limitait tout simplement à l’Europe continentale, parce que dans le monde jésuite, l’Angleterre, devenue mission en 1580, devient en 1623 une province colonisée par les autres assistances européennes, une province semblable à beaucoup de territoires d’outre-mer comme le Mexique, le Chili ou les Philippines. Ce n’est pas un hasard si ces pays sont aujourd’hui les plus catholiques : ils n’étaient pas de simples missions, mais effectivement des provinces.

49L’exemple de l’assistance de Lusitanie (Portugal), qui a servi de passerelle entre la vieille Europe et les autres parties du monde où étaient situées ses provinces, s’avère hors normes quant au rapport entre assistance et province. L’assistance d’Italie de l’ancienne Compagnie a aussi une originalité propre qui a anticipé le projet politique d’unification de la péninsule italienne, tandis que ses provinces reflètent de manière simplifiée la fragmentation politique du XVIIIe siècle.

50Mais quel est donc le territoire de la province jésuite ? En dehors de celui qui est défini par ses frontières, son extension outre-mer se fait par émanation, parce que les missions dépendent directement des provinces.

51Les planches des missions sont des planches composites. Ce sont probablement les plus originales et les plus inhabituelles par les rapprochements quelles proposent. Sans aucun doute au début, la colonisation jésuite évolue en harmonie avec celle des Etats nationaux. La province belge est liée au Congo, les provinces de France à l’Afrique du nord.

52Pourtant même en ce point précis se manifeste l’autonomie de l’organisation jésuite, à l’instar de l’Italie jésuite. Cette assistance est marquée par le caractère faiblement colonisateur de l’état italien dont l’empire africain, resté modeste, a été tardivement acquis, mais son rayon d’action s’étend bien plus loin par des ramifications en Alaska, au Brésil, à Mangalore, au Colorado.

Figure 5 : Louis Carrez. Atlas veovrahicus Societatis Iesu... 1900. missions de la provinces de Toulouse.

53La planche des missions de la province toulousaine réunit les îles d’Afrique orientale, Madagascar, l’Ile Maurice, La Réunion, l’Inde méridionale, Madura (fig. 5). Il serait intéressant de vérifier si, à partir de là, des liens préférentiels ont existé entre ces pays, liens utilisés pour la fondation de missions, ou bien si entre les missions d’une province particulière, des liens culturels et commerciaux se sont établis. Ou bien encore le territoire de la mission trouve une cohésion uniquement sur le papier ?

54Carrez avait défini la Compagnie de Jésus « presque comme un organisme géographique » pour sa structure articulée, capable d’adhérer à des régions, grandes ou petites. Mais cette adhésion n’est pas passive. La géographie jésuite reste indépendante de la géographie politique et de la géographie naturelle, elle décompose et recompose le monde à sa propre image et ressemblance. Ainsi, les planches de l’Atlas geographicus reflètent tout à la fois l’originalité de cette géographie et ses points forts constitués par la solidité de sa structure et la capillarité de ses ramifications.

Notes

1 Miguel León Portilla, Cartografia y Crónicas de la Antigua California, Coyoacán, D.F., Universidad Nacional Autónoma de Mexico, 1989, p. 105-122.

2 Voir par exemple les contributions de D.C. Barrett, « A Jesuit Style in Art ? », Studies, 1996, vol. 45, p. 335-341 ; Yvan Christ, « Le ‘style jésuite’ n’existe pas », Le Jardin des arts, 1962, n° 86, p. 44-49 ; François de Dainville, « La légende du style jésuite », Études, 1955, n° 257, p. 5-16 ; Luciano Patetta, « Le chiese della Compagnia di Gesù come tipo : complessità e sviluppi », Storia e tipología. Cinque saggi sull’architettura del passato, Milano, 1989 ; Giovanni Sale, Pauperismo architettonico e architettura gesuitica, Milano, Jaca Book, 2001.

3 Louis Denis, Atlas géographique renfermant les établissement des jésuites avec la manière dont ils divisent le globe terrestre, Paris, chez Des Ventes de la Doué [1764 ?].

4 Archivio Romano Societatis Jesus (ARSI), Neap, 181, f.419. L’inventaire complet des dessins conservés aux Archives romaines a été publié par Edmond Lamalle. « Les plans des archives romaines de la Compagnie de Jésus », dans Jean Vallery-Radot, Le Recueil des plans d’édifices de la Compagnie de Jésus conservé à la Bibliothèque nationale de Paris, Rome, 1960. Une brève description du fonds se trouve aussi dans Antonietta Iolanda Lima, « La rappresentazione urbana nei disegni della Compagnia di Gesù (XVI-XVII secolo) », L’architettura della Compagnia di Gesù in Italia nel XVI-XVIII secolo, Luciano Patetta et Stefano Della Torre (dir.), Gênes, Marietti, 1992, p. 45-51.

5 Voir par exemple le cas de Maastricht (dessin de Simon de Bellemond, 1587, Bibliothèque nationale de France, Hd-4a, 143) où les églises principales sont représentées en perspective, Vallery-Radot, p. 296.

6 La phrase se trouve dans la description d’Autun, Bibliothèque nationale de France, 1618, Hd-4a, 281, voir Vallery-Radot, p. 225.

7 Dessin de Benedetto Molli, 1630, Bibliothèque nationale de France, Hd-4d, 13, voir Vallery-Radot, p. 17. Il est publié dans L'architettura della Compagnia di Gesù in Italia, catalogue d’exposition, L. Patetta (dir.), Brescia, 1990, p. 60.

8 Dessin d’Alessandro De Angelis, 1607. Bibliothèque nationale de France, Hd-4b, 66, voir Vallery-Radot, p. 109.

9 Dessin de Natale Masucci, 1613, Bibliothèque nationale de France, Hd-4a 276 ; voir Vallery-Radot, p. 277.

10 1655, Bibliothèque nationale de France, Hd-4a 282 ; voir Vallery-Radot, p. 7.

11 Dessin de Giovanni Giorgio, 1638, Bibliothèque nationale de France, Hs-4a 284, voir Vallery-Radot, p. 14.

12 1618, Bibliothèque nationale de France, Hd-4a, 281, voir Vallery-Radot, p. 225.

13 Après 1575. Bibliothèque nationale de France, Hd-4b, 200 v°, voir Vallery-Radot, p. 243.

14 Sur les stratégies urbaines des jésuites, voir Saint, Site, and Sacred Strategy : Ignatius, Rome and Jesuit Urbanism, Città del Vaticano, Thomas M. Lucas, 1990 ; Antonietta Iolanda Lima, Architettura e urbanística della Compagnia di Gesù in Sicilia, Palermo, Novecento, 2001.

15 Après 1604, Bibliothèque nationale de France, Hd-4a, 279, voir Vallery-Radot, p. 297.

16 Ibidem.

17 André Ferrand d’Almeida, notice n° 54, Tesoros de la Cartografía Espanola, Carmen Lìter Mayayo et Luisa Martìn-Merás (dir.), Madrid, Biblioteca Nacional/Caja Duero, 2001, p. 197-9.

18 Louis Denis, [1764 ?], op. cit.

19 Jean-Baptiste Nolin [le fils], Carte des cinq Provinces de l’Assistance de France des RR.PP. de la Compagnie de Jésus, Paris 1706. Il s’agit d’une carte in folio qui était devenue très rare dans le courant du siècle. En 1761, elle a été réimprimée à Paris au format in quarto par l’éditeur Longchamp qui y ajouta les domiciles nouveaux et le titre : Carte de l’Assistance de France divisée en cinq grandes provinces [...]. L’exemplaire de la Bibliothèque nationale de France porte la mention « L’original appartient au R.P. de Dainville ».

20 L’Ethiopie a été élevée au rang de province durant l’année 1555, mais fut ensuite supprimée et ajoutée comme mission à la province des Indes. La province du Japon a été créée en 1612.

21 Louis Denis, Arbre géographique contenant les établissements de jésuites par toute la terre et le nombre des sujets qui composent cette Société tiré d’un catalogue envoyé de Rome en 1762, Paris 1762-1764.

22 Louis Denis, [1764 ?], op. cit.

23 Louis Denis, Atlas universel indiquant les établissemens des jésuites avec la manière dont ils divisent la terre, suivi des événements remarquables de leur histoire, Paris, Dupont, 1826.

24 Louis Pfister, Cartes des Provinces et Missions de la Compagnie de Jésus, Paris, Laval, 1866.

25 Louis Carrez, Atlas geographicus Societatis Jesu in quo delineantur quinque ejus modernae assistentiae, provinciae tres et viginti singularumque in toto orbe missiones, necnon et veteres ejusdem societatis provinciµ quadraginta tres cum earum domiciliis quantum fieri licuit [...], Paris, George Colombier, 1900.

26 Abraham Ortelius, Theatrum orbis terrarum, Anvers, Gillis Coppens, 1570. Dans sa préface au lecteur, Ortelius définit la Géographie « oculus Historiae », car le monde se reflète dans les cartes à l’œil du spectateur comme dans un miroir : « tabulis quasi rerum quibusdam speculis ».

27 Atlas de géographie ancienne, Lille, J. Lefort, [s. d.] ; Atlas général de géographie, contenant vingt-quatre cartes coloriées et un texte explicatif en regard, 4e édition, Lille, J. Lefort, 1890 ; Géographie de la France, rédigée d’après le nouveau programme de l’examen du baccalauréat ès-lettres, conformément au décret du 19 juin 1880, Lille, J. Lefort, 1882 ; Petit Atlas de géographie [...] à l’usage des classes élémentaires, Lille, J. Lefort, (s. d.) ; Étude sur le château de Sarry, ancienne campagne des évêques de Châlons-sur-Marne, Châlons-sur-Marne, Martin frères, 1899.

28 Au cours de la préparation de son atlas, Carrez en a publiés certains : Documenta ad historiam Societatis Jesu in Gallia concinnandam. Catalogi sociorum et officiorum provinciae Campanae Societatis Jesu ab anno 1616 ad annum 1662, Catalauni, C. Thouille, 1897-1903.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Verdun, après 1575 (Bibliothèque nationale de France, Hd-4b, 200 v°).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Figure 2 : Sonora (Mexico), ca. 1570, manuscrit sur vélin, détail (Madrid, Biblioteca Nacional, GM.M.XLII N° 619).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/617/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Figure 3 : Louis Carrez. Atlas veovrahicus Societatis Iesu...1900. l'assistance de France.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/617/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende Figure 4 : Louis Carrez. Atlas veovrahicus Societatis Iesu...1900. la province de Rome.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/617/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende Figure 5 : Louis Carrez. Atlas veovrahicus Societatis Iesu... 1900. missions de la provinces de Toulouse.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/617/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k

Auteur

Née en 1949, est professeur associé au département d’histoire de l’art de l’université de Pise où elle enseigne l’histoire de l’urbanisme et l’histoire de l’architecture moderne. Ses champs de recherche regardent les transformations urbaines depuis le XVIe siècle, que ce soit à travers les récits de voyages, ou dans les documents iconographiques ou archivistiques. Lucia Nuti travaille sur des sources originales et publie régulièrement dans des revues importantes spécialisées comme Storia Urbana, Word and Image, Imago Mundi ou Art Bulletin. Ritratti di Città. Visione et memoria tra Medioevo e Settecento, paru en 1996 fait référence.

G. Bousquet (Traducteur)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search