Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Postérités

À propos de la carte des paroisses jansénistes à Paris en 1739

Ségolène de Dainville-Barbiche

Texte intégral

  • 1 On appelait « internonce » l’ecclésiastique chargé des affaires de la nonciature pendant l’interva (...)

1L’un des derniers articles rédigé par le père de Dainville et publié peu après sa mort portait pour titre : « La carte du jansénisme à Paris en 1739 d’après les papiers de la nonciature de France » (Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1969, n° 96, p. 113-124, paru en 1971). Il s’agissait de la publication de deux documents adressés par un jeune prélat romain, Niccolô Maria Lercari, au cardinal secrétaire d’État du pape Clément XII, le cardinal Firrao. Depuis le départ du nonce d’Elci en avril 1738, Lercari assurait l’intérim de la nonciature de France. Il restera à Paris jusqu’à l’arrivée d’un nouveau nonce, Crescenzi, en septembre 17391.

  • 2 Archivio secreto vaticano, Segreteria di Stato, nunziatura di Francia, registre 266, folio 166-170 (...)

2Le premier document, envoyé à Rome le 16 février 1739, était une liste des paroisses de Paris2. Le père de Dainville l’a publiée en respectant la présentation de Lercari et l’orthographe des vocables (laissés en français dans le texte original), mais en traduisant les titres en italien donnés par l’internonce. La liste est divisée en trois colonnes : Lista delle parocchie dove i curati sono buoni, ce que le père de Dainville a traduit : « liste des paroisses dont les curés sont bons » ; Lista delle parochie dove i curati sono equivoci traduit en liste des paroisses dont les curés sont suspects ; Lista delle parocchie dove i curati sono cattivi, traduit en liste des paroisses dont les curés sont mauvais. Si la traduction de buoni en bons et cattivi en mauvais ne pose pas de problème, celle de equivoci en suspects peut donner lieu à discussion.

3À l’intérieur de chaque colonne les paroisses sont classées sous trois rubriques : grandi (grandes), mediocri (moyennes), piccole (petites). Elles sont énumérées seulement sous leur vocable usuel en français : les noms des curés eux-mêmes n’y sont pas indiqués.

  • 3 ASV, N.F. 444, fol. 157 v°-158 r°.
  • 4 F. de Dainville, « La Carte du jansénisme... », op. cit., p. 115.

4Cette liste fut appréciée à Rome. Par son accusé de réception du 6 mars 1739, le cardinal Firrao en demanda à Lercari une semblable pour les collèges dépendant de l’Université de Paris3. Lercari s’empressa d’adresser à Rome, le 23 mars 1739, une liste des collèges avec des commentaires sur la doctrine de leurs directeurs (mais sans préciser leurs noms)4. Les qualificatifs accolés par Lercari aux curés et aux directeurs de collèges doivent évidemment être interprétés d’après leur attitude à l’égard de la constitution Unigenitus. Le père de Dainville brosse un tableau du Paris janséniste de 1739 en rapprochant les listes de Lercari de sources jansénistes comme les Nouvelles ecclésiastiques. Il les a transcrites aussi en une carte dans laquelle églises paroissiales et collèges sont représentés par des cercles ou des triangles de différentes teintes, suivant qu’ils sont « bons », « suspects » ou « mauvais ». Le fond de cette carte dessine schématiquement les limites des paroisses situées dans le secteur de la Ville, rive droite, et de l’Université, rive gauche.

  • 5 Mémoire d’habilitation sur les mutations de cures à Paris de 1695 à 1789 soutenu en 2003. Une part (...)
  • 6 M.-J. Michel, « Clergé et pastorale jansénistes à Paris (1669-1730) », Revue d’histoire moderne et (...)
  • 7 Dale Van Kley, The religious origins of the French Revolution. From Calvin to the Civil Constituti (...)

5Nous ne traiterons pas ici des collèges, non pas qu’ils soient dépourvus d’intérêt, bien au contraire, mais nos propres recherches n’ont porté que sur les paroisses de Paris, et nous nous limiterons à celles-ci5. Sur ce sujet, comme en d’autres, le père de Dainville fut un précurseur, suivi seulement en 1979 par un article de Marie-José Michel sur le clergé et la pastorale jansénistes à Paris pendant la période 1669 - 17306. Mais la publication d’une série de travaux dans les ultimes années du XXe siècle vient de renouveler l’historiographie du jansénisme parisien au XVIIIe siècle. Dans De la cause de Dieu à la cause de la Nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle (Paris, Gallimard, 1998), Catherine Maire définit en une remarquable synthèse la théologie élaborée à partir du début du XVIIIe siècle par un petit groupe formé à Paris au séminaire oratorien de Saint-Magloire et se réclamant les héritiers spirituels de Port-Royal. Elle fait également une analyse sociologique et géographique du mouvement des miraculés et des convulsionnaires qui se développe sur la tombe du diacre François de Pâris au cimetière de Saint-Médard entre 1727 et 1732. C’est une période charnière avec les débuts du ministériat du cardinal de Fleury, ancien précepteur de Louis XV. C’est aussi la mort de Noailles, cardinal archevêque de Paris, le 4 mai 1729 et son remplacement par Vintimille, deux hommes qui ont des attitudes opposés vis-à-vis de la constitution Unigenitus. À cet égard, l’ouvrage de Pierre Chaunu, Madeleine Foisil et Françoise de Noirfontaine, Le basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle (Paris, Fayard, 1998), établit l’indispensable trame événementielle de l’histoire religieuse parisienne au XVIIIe siècle. Citons encore les travaux de Dale Van Kley et de Monique Cottret, sans oublier la thèse d’École des chartes soutenue par Nicolas Lyon-Caen en 2002 sur les finances du mouvement janséniste7.

  • 8 Sur Louis-Adrien Le Paige (1712-1802), avocat au Parlement de Paris, voir C. Maire, op. cit.
  • 9 Cynique et lucide, Barbier écrit en novembre 1729 à propos de vicaires et de prêtres de paroisses (...)

6Tous ces travaux contribuent à faire sortir de sa clandestinité un groupe que l’avocat et mémorialiste Barbier appelle le Parti et Lercari le Parti des jansénistes. Ce parti ne vise pas le pouvoir politique mais le gouvernement des âmes. Pour ce faire, il a ses sources de financement occultes et son organe de presse depuis 1728, Les Nouvelles ecclésiastiques, un hebdomadaire clandestin qui se distribue impunément dans Paris. Du parti idéologique au parti politique, la distance n’est pas si longue. Certains la franchiront comme l’avocat Le Paige, qui passe de la défense des miracles du diacre Pâris, à celle de l’opposition parlementaire, dans la décennie 1750-17608. Dans ce combat de la Vérité janséniste contre l’erreur moliniste (sous-entendu le laxisme « jésuite »), les paroisses représentent un enjeu considérable en raison de l’influence du clergé paroissial et particulièrement des curés, sur le peuple de Paris. Les paroisses assuraient de nombreux services qui sont passés ensuite aux mairies à partir de la Révolution, comme l’état civil, les pompes funèbres, l’assistance à domicile, les petites écoles gratuites dites « de charité » pour les enfants pauvres des deux sexes. Le curé a un incontestable pouvoir d’endoctrinement par son prône dominical à une époque où l’on ne se risquerait guère à manquer la messe du dimanche ; il en est de même avec le catéchisme qui est dispensé le dimanche aux enfants à l’église par un prêtre ou un diacre de la paroisse9.

LE CADRE PAROISSIAL DE PARIS EN 1739

7Paris intra muros comptait 54 titres curiaux en 1739. La plupart, soit 43, conféraient à leur titulaire la cura animarum sur les habitants d’une portion définie par rues et par maisons du territoire urbain. Mais 11 concernaient des enclos : enclos hospitaliers comme l’hôpital Saint-Jacques, Les Quinze-Vingts, Les Invalides ; enclos capitulaires des chapitres de Notre-Dame et de Saint-Thomas-du-Louvre ; enclos de l’ordre de Malte comme Saint-Jean-de-Latran et le Temple ; enclos réguliers de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés et de Saint-Victor ; enclos du Palais de justice ; enfin enclos du collège du Cardinal-Lemoine. La liste de Lercari ne cite que 42 paroisses. Il manque Saint-Pierre-des-Arcis dans la Cité, Saint-Hilaire dans le secteur dit de l’Université, Saint-Pierre-de-Chaillot dans les faubourgs et presque toutes les paroisses d’enclos, sauf Saint-Jean-le-Rond pour celui de Notre-Dame et Saint-Jean du Cardinal-Lemoine pour ce collège.

8L’accession à la tête d’une cure de Paris résultait d’un système bénéficiai très complexe. Précisons tout d’abord que Paris étant une ville murée, il fallait être gradué d’une bonne université pour pouvoir devenir curé de Paris. L’archevêque de Paris disposait d’un peu plus du quart des cures de son siège épiscopal, comme « collateur de plein droit ». Pour les autres, il les conférait au candidat présenté par un patron, ecclésiastique ou laïc. Les chapitres parisiens totalisaient le plus grand nombre de patronages de cures de Paris, notamment le chapitre collégial de Saint-Germain-l’Auxerrois qui en avait sept, tandis que le chapitre cathédral n’en avait que trois ; autre gros patron ecclésiastique, le prieur de Saint-Martin-des-Champs patronnait 6 cures. Les cures de Saint-Etienne-du-Mont et de Saint-Médard étaient régulières, c’est-à-dire quelles avaient à leur tête un chanoine régulier de Saint-Augustin présenté à l’archevêque de Paris par l’abbé de Sainte-Geneviève. Considéré comme patron laïc, l’Université de Paris avait la présentation de trois cures.

  • 10 À condition qu’il lui ait notifié auparavant des lettres de nomination de son université et qu’il (...)
  • 11 Sur le privilège des gradués des universités ou « expectative », voir la notice « gradués » de Bru (...)
  • 12 Il ne pouvait en jouir qu’une seule fois pendant l’exercice de sa charge.

9Les choix de l’archevêque et des patrons ecclésiastiques étaient restreints par les résignations, les permutations, le privilège des gradués des universités, le privilège – ou induit – du Parlement de Paris. La résignation était la démission d’un bénéfice, en l’occurrence de la cure, sous condition que celle-ci soit conférée à un ecclésiastique désigné par le résignant ; elle ne pouvait être admise qu’en cour de Rome moyennant des formalités longues et dispendieuses. La permutation était l’échange, par deux ecclésiastiques, de leurs bénéfices. Patrons ecclésiastiques et collateurs ne pouvaient pas empêcher les résignations et les permutations, sauf motifs légitimes. L’exercice du privilège des gradués était très complexe : pendant les mois de janvier, avril, juillet et octobre, les gradués, à partir de la maîtrise ès arts et justifiant au minimum de 5 ans d’études universitaires, pouvaient requérir d’un patron ecclésiastique ou d’un collateur déterminé un bénéfice (y compris un bénéfice à charge d’âmes) venant à vaquer par décès10. Pendant les mois d’avril et d’octobre, patrons et collateurs avaient le choix entre tous les gradués qui leur avaient notifié leurs grades, tandis qu’en janvier et en juillet, ils étaient forcés d’accorder le bénéfice au plus ancien gradué, à jour des formalités, qui le réclamait, d’où compétitions entre plusieurs gradués, procès, période d’incertitude pour les paroisses11. Quant à l’induit du Parlement de Paris, c’était le droit dont jouissaient les officiers du Parlement de Paris d’être nommés par le roi à un patron ecclésiastique ou à un collateur pour être pourvu du premier bénéfice vacant à leur présentation ou collation. Ce droit s’exerçait au profit de l’officier lui-même s’il était clerc, ou bien d’un clerc de son choix s’il était laïc12.

10Le système d’accession aux cures était donc très compliqué, mais il est indispensable d’en avoir quelques notions pour comprendre les stratégies de conquête ou de reconquête des paroisses de Paris élaborées par les jansénistes ou l’archevêque de Paris. Remarquons que la tendance générale était de rendre au premier pasteur du diocèse la maîtrise du choix de ses curés. D’autre part, le décalage entre le droit et la pratique pouvait être grand : c’est l’une des conclusions auxquelles nous parvenons après une étude systématique de toutes les mutations des cures parisiennes au XVIIIe siècle. L’archevêque de Paris avait moyen d’orienter le choix des chapitres sur un candidat qui lui était agréable. Avec ses confrères, les évêques abbés ou prieurs commendataires, pouvaient jouer les amitiés et les solidarités épiscopales. Par contre, l’archevêque de Paris ne pouvait pas intervenir sur les choix de l’abbé de Sainte-Geneviève, chef d’ordre resté régulier et électif. Il lui était difficile aussi d’agir en ce qui concernait les vacances qui donnaient lieu à l’exercice du privilège des gradués pendant les mois de janvier et de juillet.

LE JANSÉNISME DANS LES PAROISSES DE PARIS AU TEMPS DE NOAILLES

  • 13 C. Maire, op. cit., p. 69-72.

11Entre 1668 et 1695, le jansénisme était passé en quelque sorte au second plan, relayé par l’interminable conflit entre Louis XIV et Innocent XI sur la régale et les quatre articles, puis sur les privilèges de l’ambassade de France à Rome. Les controverses repartirent avec la publication en 1696 d’une réédition du Nouveau testament en Français accompagné de réflexions morales de l’oratorien Pasquier Quesnel. L’ouvrage comportait en tête un mandement élogieux de l’évêque de Châlons, Louis-Antoine de Noailles, du 23 juin 169513 ; or Noailles devint archevêque de Paris quelques semaines plus tard. Les Réflexions morales furent déférées à Rome en 1699.

  • 14 Jacques Grès-Gayer, Théologie et pouvoir en Sorbonne. La faculté de théologie de Paris et la bulle (...)
  • 15 P. Chaunu, M. Foisil, F. de Noirfontaine, op. cit., p. 124 ; Alain Besançon, préface à Alain Gérar (...)

12Un « cas de conscience » relatif à l’absolution d’un janséniste, soumis à la faculté de théologie de Paris, réveilla les débats en Sorbonne, qui n’était pas seulement un établissement où l’on enseignait la théologie, mais aussi un corps de théologiens tenant des assemblées régulièrement et donnant des consultations14. Mais désormais, les polémiques se fixaient sur les Réflexions morales de Quesnel. Louis XIV qui considérait le jansénisme comme une secte dangereuse pour le pouvoir monarchique, se retourna vers Rome pour réclamer une bulle contre Quesnel. Par la bulle Unigenitus (on dit aussi constitution) du 8 septembre 1713, Clément XIII condamna 101 propositions de Quesnel comme exprimant la doctrine janséniste. La catastrophe de l’Unigenitus pour reprendre le mot de Pierre Chaunu allait déclencher une crise morale et religieuse perdurant... jusqu’à la catastrophe de la Révolution selon le mot d’Alain Besançon.15

13Louis XIV confia à une assemblée d’évêques le soin d’examiner la bulle. Le 5 février 1714, ils opinèrent pour l’acceptation pure et simple, à l’exception du cardinal archevêque de Paris, Noailles, prisonnier de son fameux mandement, et de sept autres prélats qui réclamaient des explications. Constitution dogmatique, la bulle devait être enregistrée aussi par la faculté de théologie de Paris.

  • 16 Pierre Blet, Le Clergé du Grand Siècle en ses assemblées (1615-1715), Paris, Cerf, 1995, p. 441-46 (...)

14C’est là que commencèrent à intervenir les curés de Paris dans le débat : beaucoup étaient docteurs de la faculté de théologie et un certain nombre participaient régulièrement aux assemblées de Sorbonne. Les délibérations au sujet de l’enregistrement de la bulle à la faculté débutèrent en mars 1714. Parmi les opposants de la première heure à la bulle figuraient 9 curés de Paris ; 4 curés seulement étaient partisans de l’acceptation. Les uns et les autres faisaient preuve d’une certaine force de conviction, car les curés docteurs se trouvaient pris en quelque sorte entre deux feux : le 25 février 1714, Noailles avait interdit sous peine de suspense au clergé parisien d’accepter la bulle Unigenitus. D’autre part, Louis XIV n’avait rien perdu de sa promptitude à exiler les récalcitrants. La bulle fut acceptée en Sorbonne par un décret imprimé du 5 mars 171416.

  • 17 J. Grès-Gayer, op. cit., p. 57-60.

15La mort de Louis XIV, le 1er septembre 1715, constitua un tournant en faveur des antibullistes. Le Régent n’était pas en mesure de se montrer intransigeant. Noailles non seulement était sauvé d’une déposition probable, mais encore voyait son clan au pouvoir. Lui-même devenait président du Conseil de conscience. C’est dans ce contexte que se développa le mouvement des appels contre la bulle à un concile général, qui débuta à l’initiative de quatre évêques, dont le fameux Soanen, évêque de Senez, au cours d’une séance de Sorbonne, le 5 mars 1717. Quatorze docteurs curés de Paris adhérèrent sur le champs à cet appel. Le noyau des curés anticonstitutionnaires se renforçait. D’autant que le mouvement sortait de l’ambiance feutrée de la Sorbonne pour être porté en quelque sorte sur la place publique.17

  • 18 Sur Laurent-François Boursier (1679-1749), voir Moreri, Le Grand dictionnaire historique, édition (...)
  • 19 Yves Poutet, « Les docteurs de Sorbonne et leurs options théologiques au XVIIe siècle », Divus Tho (...)

16Depuis la fin de 1716, les militants jansénistes avaient entrepris d’utiliser les curés du diocèse de Paris pour faire pression sur Noailles et le maintenir dans son opposition à la bulle, au moyen d’une campagne de signatures de curés, orchestrée par Boursier, docteur de Sorbonne et l’un des meilleurs polémistes du Parti18. Son contact avec les curés était celui de la paroisse des Saints-Innocents, Hideux, doyen des curés de Paris, signalé à Rome dès 1673 comme janséniste insigne19. Ils profitèrent des contradictions et des volte-faces de Noailles, au fond de lui-même attaché à la morale queneslienne, tout en étant soumis aux pressions du Régent, très désireux d’en finir avec cette affaire de bulle.

  • 20 Bibliothèque historique de la ville de Paris, recueils factices de pièces imprimées, intitulés : A (...)

17Cette campagne de signatures fournit des éléments d’appréciations objectifs sur le groupe des curés jansénistes parisiens pour le premier tiers du XVIIIe siècle. Nous avons retrouvé 9 lettres et textes divers, publiés avec les listes de signataires, qui s’échelonnent de 1717 à 1735, année où la campagne de signatures s’interrompt pour des raisons diverses20. La fréquence des signatures permet d’évaluer le degré d’implication des curés dans le mouvement, quelques années seulement avant la liste de Lercari. Du 2 janvier 1717 à mai 1729, se succédèrent 5 pétitions :

  • la première, du 2 janvier 1717, signée de 32 curés de Paris, suppliait Noailles de se déclarer ouvertement contre la constitution Unigenitus ;
  • la seconde, du 24 septembre 1718, est un acte d’adhésion de 38 curés de Paris à l’appel de Noailles ;
  • la troisième, du 19 novembre 1720, est une liste d’ecclésiastiques du diocèse de Paris réappelants (on n’y relève que 7 noms de curés de Paris) ;
  • la quatrième, du 16 mars 1728, est une défense de l’évêque de Senez, Soanen, signée de 32 curés de la ville, des faubourgs et de la banlieue de Paris ;
  • la cinquième, un peu postérieure à la mort de Noailles le 4 mai 1729, dénonce l’acceptation de la constitution Unigenitus par le prélat ; elle est signée par 20 curés de Paris.

18La prise de possession par Vintimille du siège archiépiscopal, le 6 septembre 1729, ne mit pas fin à la campagne de signatures des curés. Mais désormais ceux-ci étaient sur la défensive : leur persévérance à signer manifeste encore d’avantage leur ancrage dans le jansénisme.

19Vers la fin de septembre 1729, une délégation de 5 curés composés de Esnault (Saint-Jean-en-Grève), Bournisien (Saint-Josse), Labbé (Saint-André-des-Arts), Pinel (Saint-Séverin) et Goy (Sainte-Marguerite) remit à Vintimille deux nouvelles requêtes qui auraient été rédigées par l’infatigable Boursier. Elles portaient leurs signatures et celles de 15 de leurs confrères parisiens. Dans la première, ils dénonçaient les changements introduits dans l’office du bréviaire romain en l’honneur de Grégoire VII, ce pape étant le symbole de la résistance du sacerdoce contre l’Empire. Dans la seconde, ils exprimaient leur crainte que les pouvoirs de prêcher et de confesser soient retirés à une multitude de prêtres « édifiants » (sous-entendu n’acceptant pas la constitution Unigenitus).

  • 21 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2357, correspondance de Fleury et de Vintimille, 1728-1732. P. Ch (...)

20Les curés furent remis à leur place par une action conjointe de Vintimille, qui publia à son tour une lettre au roi le 8 février 1730, et du Pouvoir royal qui par déclaration du 24 mars suivant faisait de la constitution Unigenitus une loi du Royaume21.

  • 22 C. Maire, op. cit., p. 250-265.

21Les jansénistes lancèrent une contre-offensive par miracles interposés sur la tombe du diacre Pâris au cimetière de Saint-Médard, à partir de l’été de 173122. Les curés de Paris y participèrent par deux requêtes du 13 août et du 4 octobre 1731, signées de 21 d’entre eux, dans lesquelles ils se prononçaient en faveur des miracles et réclamaient la constatation des guérisons miraculeuses survenues à Saint-Médard. L’archevêque n’y répondit pas, mais publia le 27 avril 1732 un mandement condamnant les Nouvelles ecclésiastiques, l’hebdomadaire janséniste clandestin.

  • 23 Barbier, Journal... op. cit., t. I, p. 408-412 ; P. Chaunu, M. Foisil, F. de Noirfontaine, op. cit (...)

22Aussitôt, 19 curés de Paris signèrent une lettre à l’archevêque pour lui signifier leur refus de publier son mandement au prône. Face à l’agitation et aux troubles que ce mandement suscita dans certaines paroisses de Paris, à l’intervention du Parlement contre le mandement, le cardinal de Fleury finit par reculer en retirant le mandement de la circulation et en faisant comprendre à Vintimille qu’il valait mieux garder un silence prudent23. Cependant, une instruction pastorale de l’archevêque de Sens, Languet de Gergy, grand pourfendeur des jansénistes, qui démontrait la fausseté des prétendus miracles attribués à Pâris, déclencha une ultime requête signée de 20 curés de Paris, pour interjeter appel comme d’abus, le 19 avril 1735. Ce fut la dernière ; elle marque la fin de la campagne épistolaire des curés pour diverses raisons. Le mouvement convulsionnaire a divisé les jansénistes ; il a cristallisé les clivages de générations. Boursier, le principal rédacteur de ces lettres, avait dû se cacher chez un parlementaire après une descente de police en 1735. D’autre part, la reconquête des paroisses de Paris par Vintimille commençait aussi à faire sentir ses effets. C’est dans ce contexte que s’insère la liste de Lercari et qu’elle en tire une partie de son intérêt.

23Nous avons reporté les signatures qui figurent dans les différents actes que nous venons d’énumérer, de 1717 à 1735, dans un tableau par paroisses, qui est subdivisé non pas suivant la taille des paroisses, mais selon les quatre secteurs géographiques traditionnels : la Cité avec l’île Saint-Louis, la Ville (rive droite de la Seine), l’Université (rive gauche), les faubourgs qui forment un cercle autour de la Ville et de l’Université.

24Remarquons d’abord que le fait pour un curé d’avoir signé une fois ne signifie pas forcément une adhésion profonde au jansénisme. Par exemple, les curés qui n’ont signé que l’appel au concile ont pu le faire par souci de ne pas déplaire à leur archevêque. Plus significatives sont les signatures des actes intervenus après la prise de possession de Vintimille, à partir de septembre 1729. Les 20 curés qui ont signé la requête sur les prêtres édifiants en septembre 1729, les 19 qui ont refusé de publier en chaire le mandement de Vintimille contre les Nouvelles ecclésiastiques en 1732, se mettaient manifestement en opposition, voire en rébellion contre leur nouvel archevêque. La vingtaine de curés qui ont signé en faveur des miracles du diacre Pâris, entre 1731 et 1735, pouvaient paraître au minimum enclins à une certaine indulgence envers le mouvement convulsionnaire. La comparaison, secteur par secteur, des listes de curés signataires et de la liste de Lercari permet donc de préciser la carte du jansénisme dans les paroisses de Paris, de 1717 à 1739.

LES PAROISSES JANSÉNISTES DE LA CITÉ

25Sur 13 paroisses de la Cité, dont une d’enclos (Saint-Jean-le-Rond), les curés de 11 d’entre elles ont signé au moins une fois, de 1717 à 1735. Seuls les curés de Sainte-Croix et de Saint-Louis-en-l’Île n’ont jamais signé. Ils sont 8 à participer à la campagne de signatures de septembre 1729 à 1735 : ceux de Saint-Barthélemy, Sainte-Geneviève-des-Ardents, Saint-Germain-le-Vieux, Saint-Landry, Sainte-Marine, Saint-Pierre-aux-Bœufs, Saint-Pierre-des-Arcis et Saint-Jean-le-Rond. En 1739, la liste de Lercari classe parmi les « mauvais » 5 curés de la Cité seulement (fig. 1) :

  • celui de Sainte-Geneviève-des-Ardents, René Blouin (1683-1765), curé depuis 1719, appelant comme docteur en 1718 ;
  • celui de Saint-Germain-le-Vieux, Jacques-Louis de Rochebouët (1685-1743), curé depuis le 2 mai 1729 ;
  • celui de Saint-Landry, Jean-François Penet (vers 1658-1740), curé depuis 1725, appelant comme docteur ; il ne figure parmi les signataires que depuis 1731 ;
  • celui de Sainte-Marine, Nicolas Isoard (1687-1757), curé depuis 1723 ;
  • celui de Saint-Pierre-aux-Bœufs, Étienne-Hubert Ledoux (1671-1740), curé depuis 1717, appelant comme docteur et comme curé ; il figure régulièrement parmi les signataires depuis 1718.

Figure 1 : le jansénisme dans les paroisses de Paris en 1739, secteur de la Cité.

  • 24 René Cerveau, Nécrologe des plus célèbres défenseurs et confesseurs de la Vérité du dix-septième e (...)
  • 25 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2357, p. 640-641, lettre de Vintimille à Fleury du 15 mars 1732.
  • 26 Mathieu Marais, Journal et mémoires, édition M. de Lescure, Paris, Firmin-Didot, 1863-1868, t. IV, (...)

26Ces 5 curés ont une notice dans le nécrologe janséniste de l’abbé Cerveau24. La correspondance de Vintimille avec Fleury permet de connaître l’opinion qu’avaient, de leur côté, le ministre et l’archevêque sur certains de ces curés. Ainsi d’Isoard : en mars-avril 1732, Vintimille le dénonça à Fleury comme l’un des meneurs de la campagne de signatures, ajoutant ce commentaire « c’est un boutefeu et un impudent »25. Quant aux trois autres curés signataires entre septembre 1729 et 1735, Vintimille s’est débarrassé du vieux curé de Saint-Barthélemy, Lair, en l’interdisant en juillet 1730 sous le motif qu’il faisait des omissions dans la célébration du Service divin26. Le curé de Saint-Jean-le-Rond, Louis Bossel, était mort le 25 janvier 1733. Le chapitre de Notre-Dame, collateur de la cure, l’avait remplacé par un curé qui ne signait pas. Lercari a oublié dans sa liste le curé de Saint-Pierre-des-Arcis, Claude-François Thomassin (+1751), curé depuis 1718, bien qu’il ait été appelant dès 1717 et un partisan des miracles du diacre Paris.

LES PAROISSES JANSÉNISTES DE LA VILLE

27Sur 16 paroisses de la Ville, dont une d’enclos (Saint-Jacques-de-l’Hôpital), les curés de 14 d’entre elles signent au moins une fois, de 1717 à 1735.

28N’ont jamais signé les curés de Saint-Merry et de Saint-Sauveur. De septembre 1729 à 1735, ils ne sont plus que 7 à signer : ceux de Saint-Eustache, Saint-Germain-l’Auxerrois, Saint-Gervais, Saint-Jean-en-Grève, Saint-Josse, Saint-Leu et Saint-Roch. Lercari en classe 6 parmi les mauvais (fig. 2) :

  • le curé de Saint-Eustache, Jean-François-Robert Secousse (+1771), curé depuis le 5 mai 1729. Sa signature n’apparaît que dans l’appel comme d’abus contre l’instruction pastorale de Languet de Gergy en 1735. Mais Vintimille avait une très mauvaise opinion de lui : « Il n’est point vray ; il ne chemine point droit et il cherche à nous amuser et à nous tromper » ;27
  • le vieux curé de Saint-Germain-l’Auxerrois, Étienne de Labruë (1663-1747), curé depuis 1697, signataire régulier ;
  • le curé de Saint-Gervais, François Feu (1671-1761), curé depuis 1699, signataire de toutes les requêtes et pétitions sans exception. En 1735, Vintimille l’avait convoqué à l’archevêché pour se plaindre de son catéchiste ;
  • le curé de Saint-Jean-en-Grève, Félix Esnault (+1742), curé depuis 1712. Il avait fait partie de la délégation des 5 curés qui avaient remis à Vintimille les deux requêtes de septembre 1729. Il était l’une des « bêtes noires » de l’archevêque ;
  • le curé de Saint-Josse, Robert Bournisien (1672-1753), curé depuis 1715. Comme Esnault, il avait fait partie de la délégation des 5 curés et il était une autre « bête noire » de Vintimille ;
  • le curé de Saint-Leu, Charles Charpentier (1673-1754), curé depuis 1715, signataire assidu.
  • 28 Ministère des affaires étrangères, mémoires et documents : France (en abrégé désormais : AE, Franc (...)
  • 29 Le patronage du chapitre de Saint-Germain-l’Auxerrois sur les bénéfices dépendant de ce chapitre s (...)
  • 30 Duc de Luynes, Mémoires, édition Dussieux et Soulié, Paris, Firmin-Didot, t. IX, 1860, p. 242, à l (...)

29Ces paroisses figuraient parmi les plus distinguées et les plus riches de Paris. Elles représentaient un enjeu considérable, comme l’explique l’un des informateurs de Fleury, le chanoine Baudouin en mars 1738, à propos de Saint-Germain-l’Auxerrois : elle est située au centre du plus riche commerce de Paris ; les aumônes y sont très abondantes. Si l’on parvenait à ôter au Parti [janséniste] « cette source seconde » et à diminuer ses partisans sur cette paroisse, on le verrait tomber dans Paris28. Précisément, à la mort du curé de Saint-Roch, Jacques Bence, le 7 mars 1738, lui aussi signataire convaincu, Vintimille et Fleury s’étaient entendus avec Baudouin, qui, comme chanoine de Saint-Germain-l’Auxerrois, avait la cure de SaintRoch à sa présentation, pour que soit présenté le jour même le curé de Sainte-Opportune, Aubin Brillon de Jouy29. D’après Luynes, Fleury avait, en effet, de l’estime pour les mérites et l’orthodoxie de Brillon de Jouy, depuis longtemps30. Quant à Baudouin, il était aux ordres du cardinal.

Figure 2 : le jansénisme dans les paroisses de Paris en 1739, secteur de la Ville.

LES PAROISSES JANSÉNISTES DE L’UNIVERSITÉ

30Sur 8 paroisses de l’Université, dont une d’enclos (Saint-Jean du Cardinal-Lemoine), les curés de 6 d’entre elles signent au moins une fois. N’ont jamais signé les curés de Saint-Nicolas-du-Chardonnet et de Saint-Jean du Cardinal-Lemoine. Trois curés seulement figurent parmi les signataires, de septembre 1729 à 1735 : ceux de Saint-André-des-Arts, de Saint-Étienne-du-Mont et de Saint-Séverin. La liste de Lercari n’en classe plus qu’un parmi les mauvais (fig. 3) : le curé de Saint-Séverin, Jean Pinel (1670-1751) qui avait fait partie de la délégation des 5 curés et qui était une autre « bête noire » de Vintimille.

Figure 3 : le jansénisme dans les paroisses de Paris en 1739, secteur de l’Université.

  • 31 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2358, p. 753-755, 771-772, lettres de Vintimille à Fleury et de F (...)
  • 32 Bibliothèque nationale de France (en abrégé désormais BnF), manuscrit français 6681, p. 365, à la (...)

31Signataire persévérant, le curé de Saint-André-des-Arts, Jacques Labbé, était mort le 18 avril 1738. La cure était à la présentation de l’Université, dont les droits de nomination aux bénéfices sous son patronage, étaient exercés à tour de rôle par les quatre facultés. C’était précisément le tour de la faculté des arts, considérée comme plus turbulente, de nommer à la cure vacante. Fleury et Vintimille durent utiliser les grands moyens, lettre de cachet, évocation au Conseil du roi, pour contrer les manœuvres adverses et faire désigner un ecclésiastique convenable31. Ce fut Claude Leger, professeur de philosophie au collège de Lisieux, « charitable, quoique très attaché aux jésuites », écrira bien des années plus tard le libraire Hardy dans son journal32.

  • 33 Qui était en même temps abbé de Sainte-Geneviève.
  • 34 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2357, p. 241-258, correspondance de Fleury et de Vintimille, octo (...)

32À Saint-Étienne-du-Mont, le prieur-curé Blondel, avait été l’une des premières victimes de Fleury et de Vintimille. À la différence de leurs confrères, les prieurs-curés étaient révocables du consentement du général de leur congrégation33. Le général en exercice en 1730, le père de Riberolles, lui-même appelant en 1718, se fit prier avant de révoquer Blondel en octobre 1730 et de présenter à sa place le père Mennessier, que Lercari classe d’ailleurs parmi les suspects34.

LES PAROISSES JANSÉNISTES DES FAUBOURGS

  • 35 AE, France, vol. 1604, fol. 181 et 191-192, lettres de Nigon de Berty à Fleury, 10 et 14 février 1 (...)

33Sur 12 paroisses des faubourgs dont 2 d’enclos (Saint-Symphorien et Saint-Victor), seul le curé de Saint-Sulpice n’a jamais signé. Ils sont encore 7 curés à participer à la campagne de signatures de septembre 1729 à 1735 : ceux de Saint-Hippolyte, Saint-Jacques-du-Haut-Pas, Sainte-Marguerite, Saint-Martin-du-Cloître, Saint-Médard, Saint-Philippe-du-Roule et Saint-Pierre-de-Chaillot. La liste de Lercari n’en classe plus qu’un seul parmi les mauvais (fig. 4) : Jacques Cadot, curé de la Madeleine-de-la-Ville-l’Évêque depuis avril 1732. Il n’avait pas participé à la campagne de signatures ; mais sa moralité n’était pas irréprochable. Il était parvenu, en effet, à sa cure par des moyens douteux, en se qualifiant ou en se laissant qualifier de docteur en théologie de la faculté de Paris, alors qu’il n’était que docteur en théologie de la faculté de Bourges, une université de mauvaise réputation. Il était en procès au Conseil du roi à ce sujet. Le promoteur général du diocèse venait précisément de dénoncer Cadot à Fleury, le 14 février 1739, pour les motifs suivants : « très lié à des femmes décriées pour leurs mœurs », accusé aussi de « détourner les deniers destinés aux pauvres, aime le vin et la bonne chère »35. Mais Cadot avait su mettre les paroissiens de son côté et il resta en place jusqu’à sa mort en janvier 1746.

Figure 4 : le jansénisme dans les paroisses des faubourgs de Paris en 1739.

34Les curés jansénistes de Saint-Hippolyte, Saint-Jacques-du-Haut-Pas et Saint-Philippe-du-Roule avaient été remplacés à leur décès respectifs par des ecclésiastiques d’une doctrine éprouvée. Le curé de Sainte-Marguerite, Goy, qui avait fait partie de la délégation des 5 curés en septembre 1729, était mort le 13 janvier 1738. Depuis lors, la cure était réclamée par plusieurs gradués en procès au Châtelet. En attendant, l’archevêque avait nommé un desservant de son choix que Lercari classe parmi les « bons ».

35À Saint-Martin-du-Cloître, Pierre-Denis Estienne avait succédé à un signataire assidu, en juillet 1735. Nous ne savons pas pourquoi Lercari classe Estienne parmi les « suspects », alors que sa présentation à la cure de Saint-Martin-du-Cloître par le chapitre de Saint-Marcel n’avait suscité aucune opposition de la part de Vintimille.

36À Saint-Médard, Fleury avait obtenu la révocation du prieur-curé Pommard, en même temps que celle de son confrère de Saint-Etienne-du-Mont, en octobre 1730. Il avait été remplacé par un partisan de la constitution Unigenitus – il y en avait quelques-uns dans la congrégation – Jacques Coiffrel.

  • 36 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2358, p. 603-609, lettres de Vintimille à Fleury, octobre 1735.

37Saint-Pierre-de-Chaillot ne figure pas sur la liste de Lercari. Mais l’imprudence de son curé, Le Soudier, qui se livrait à des prônes fanatiques, avait fourni une bonne occasion à Vintimille pour faire exiler ce curé et le remplacer par un desservant dans ses idées36.

38Ce tour d’horizon paroissial montre l’adéquation du classement de Lercari, en ce qui concerne les « mauvais » curés avec ce que nous savons des appréciations de Fleury et de Vintimille ou de la biographie de ces curés.

39Qu’en est-il des curés equivoci ? Faut-il donner au terme equivoco le sens péjoratif de « suspect » ou bien le sens plus neutre de « sur qui on peut porter des jugements divers » ? Les 4 curés ainsi classés par Lercari sont : Antoine Lauzy, curé de Saint-Jacques-de-la-Boucherie et Nicolas-Pierre Guéret, curé de Saint-Paul, dans le secteur de la Ville ; Thomas Mennessier, curé de Saint-Étienne-du-Mont dans le secteur de l’Université ; enfin Pierre-Denis Estienne, curé de Saint-Martin-du-Cloître dans les faubourgs. Nous ne savons pas ce qui a motivé le classement de ce dernier parmi les equivoci, comme nous l’avons dit.

  • 37 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2358, p. 378-379, lettre de Vintimille à Fleury, 20 juillet 1734.
  • 38 Barbier, Journal, t. IV, p. 203 et 210, mars 1757 ; Barbier ajoute au sujet de Guéret : « C’est un (...)

40Antoine Lauzy, successeur de son oncle, qui s’appelait aussi Antoine Lauzy, en 1733 à Saint-Jacques-de-la-Boucherie, avait certes été appelant comme jeune docteur en octobre 1718. Mais Vintimille écrivait de lui le 20 juillet 1734 : « Le curé de Saint-Jacques-de-la-Boucherie n’en sait pas tant que son oncle à qui il a succédé ; mais il m’a paru toujours soumis, de bonnes mœurs et doctrine et ne s’est point écarté de l’esprit qu’il serait à souhaiter qu’il animât tous les autres curés de ce diocèse »37. Le curé de Saint-Paul, Guéret, est un des grands curés de Paris au XVIIIe siècle. Il avait participé aux débuts de la campagne de signatures des curés du diocèse de Paris contre l’Unigenitus à la fin de 1716 et en 1717, comme curé de Brie-Comte-Robert. Mais comme curé de Paris depuis 1721 son nom ne figure plus parmi les listes de signataires. Vintimille le consultait et l’invitait à sa table. Il eut aussi la confiance du successeur de Vintimille, Beaumont, et celle du Parquet du Parlement de Paris qui vint en corps lui demander d’être le confesseur du régicide Damien38.

  • 39 Émile Appolis, Le « Tiers parti » catholique au XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1960, p. 112. Par co (...)

41Guéret apparaît très représentatif de ce tiers-parti décrit par Émile Appolis, dont la tradition remonte à la Ligue : au-dessus ou en dehors des partis et cherchant à les réconcilier39. Par contre, Thomas Mennessier, le curé génovéfain de Saint-Étienne-du-Mont, ne se montrait pas un constitutionnaire très zélé et il finit par être révoqué en 1744. Il convient donc de nuancer le sens péjoratif de equivoco.

  • 40 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2358, p. 80-81, lettre de Fleury à Vintimille, 27 mars 1733.

42Le caractère commun des « bons » est de n’avoir pas participé à la campagne de signatures des curés de Paris. Mais l’appréciation positive de Lercari diverge de celle du cardinal ministre à propos de Garnot, curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet depuis 1722. Il n’avait pas participé à la campagne de signatures ; mais Fleury le jugeait fort suspect et un assez mauvais sujet40, ce en quoi il se montrait assez perspicace du point de vue antijanséniste. Ce fut, en effet, Garnot qui administra en 1749 Boursier, l’un des doctrinaires du parti janséniste, auteur de la plupart des textes signés par les curés ; cela valut à Garnot de mourir en exil à Senlis. Toutefois, à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, la communauté paroissiale fondée par Bourdoise en 1644 qui assurait à la fois la desserte de la paroisse et du séminaire diocésain, était « bonne » ; c’était une société de prêtres menant une vie commune, indépendante de la cure.

  • 41 Louis-Bernard La Taste (1684-1754), bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, évêque de Bethlée (...)
  • 42 Le cardinal de Rohan, Armand-Gaston-Maximilien (1674-1749), s’impliqua notamment à cette époque da (...)

43L’exactitude des informations de Lercari à quelques nuances près pose la question de ses sources. Le père de Dainville cite parmi les informateurs de Lercari, le mauriste Dom La Taste41. Lercari avait des contacts avec le cardinal de Rohan – plus souvent à Paris qu’à Strasbourg – qui apparaît à cette époque comme le chef de file des prélats constitutionnaires42. L’internonce avait sans doute bien d’autres informateurs plus obscurs et d’autres sources comme la presse janséniste et antijanséniste. Lercari envoyait régulièrement à Rome les Nouvelles ecclésiastiques et une feuille d’inspiration jésuite beaucoup moins connue, intitulée Supplément aux Nouvelles ecclésiastiques. Nul doute qu’il ne lisait lui-même ces publications avant de les envoyer.

44La liste de Lercari permet de dresser un constat d’étape de la reconquête des paroisses de Paris par le « parti catholique » mené par Fleury et Vintimille, l’un et l’autre conscients des dangers que représentait le jansénisme pour l’autorité de l’État et celle de la hiérarchie ecclésiastique. L’affaire de Saint-Roch qui suscite l’initiative documentaire de Lercari se situe très précisément dans ce contexte de reconquête : pour épurer une paroisse, il ne suffisait pas, en effet, de changer le curé, il fallait aussi s’assurer du reste de son clergé.

  • 43 ASV, N.F. 266, fol. 30-31, 142, lettres de Lercari à Firrao, 12 janvier et 9 février 1739 ; AE, Fr (...)

45Le nouveau curé de Saint-Roch, Brillon de Jouy, dont le choix avait été dicté par Fleury en mars 1738, se heurtait aux prêtres recrutés par son prédécesseur, qui avaient pris beaucoup d’ascendant sur les paroissiens, si bien que le curé ne se risquait pas à les licencier brutalement. Le prêche fanatique de l’un d’eux servit de prétexte à Vintimille pour convoquer en janvier 1739 tous les ecclésiastiques de Saint-Roch à l’archevêché afin de les examiner. Neuf d’entre eux ne se présentèrent pas dans le terme fixé : l’archevêque déclara aussitôt qu’ils s’étaient interdits d’eux-mêmes et qu’ils ne pouvaient plus ni prêcher, ni confesser. C’est à la suite du compte rendu de cette affaire que Lercari jugea utile de donner à Rome son appréciation sur les paroisses de Paris et leur curé43.

  • 44 Par exemple la méthode utilisée par l’abbé Expilly dans son Dictionnaire géographique, Amsterdam, (...)

46Pour en terminer avec cette étude critique de la liste de Lercari, abordons très brièvement la notion de taille introduite par l’internonce dans son classement des paroisses. Force est de constater que celle-ci ne résulte ni de leur superficie, ni d’un calcul scientifique,44 mais plutôt d’une approximation où se mêle peut-être la qualité du peuplement. Ainsi, Saint-Médard et Saint-Jacques-de-la-Boucherie classées parmi les paroisses moyennes comptent entre 12000 et 13000 habitants, tandis que Saint-Landry, également classé dans les moyennes en compte moins de 1 000. Et pourquoi classer Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle parmi les petites paroisses, alors qu’elle comprend entre 8 000 et 7 000 habitants ? A l’inverse, Saint-Louis-en-l’Île classé parmi les grandes paroisses ne dépasse pas 5 000 habitants.

47Pour conclure, les jansénistes avaient conquis les paroisses de Paris avec l’aide de Noailles lui-même, qui avait nommé des prêtres de sensibilité janséniste marquée à la tête de cures de Paris, comme Goy à Sainte-Marguerite, Isoard à Sainte-Marine, Charpentier à Saint-Leu. La pratique des résignations et des permutations a été utilisée également pour maintenir une paroisse dans le giron janséniste : ainsi le curé de Saint-Josse, Legrix, résigne sa cure à son vicaire et ami, Bournisien, qui partage ses idées contre la bulle Unigenitus. De même, le curé appelant de Sainte-Geneviève-des Ardents, Louis Mareschaulx, permute en 1719 avec un autre appelant, René Blouin, sa cure pour une chapelle à Notre-Dame. Choisi par Noailles comme desservant de Saint-Roch, Jacques Bence, « un pessimo curato » pour Lercari, s’y était maintenu comme curé grâce à l’induit d’un conseiller au Parlement de Paris, d’Aguesseau de Valjouan, frère du chancelier. De leur côté, Fleury et Vintimille usèrent de tous les moyens pour reconquérir les paroisses de Paris : interventions auprès des patrons, lettres de cachet, procès. Dans ces conditions, nous pensons qu’il faudrait inverser les perspectives ouvertes par l’article du père de Dainville en l’intitulant « La carte de la reconquête catholique en 1739 », et conclure que cette carte permet d’apprécier le recul de l’implantation janséniste à Paris pendant le duumvirat Fleury-Vintimille.

Notes

1 On appelait « internonce » l’ecclésiastique chargé des affaires de la nonciature pendant l’intervalle entre le départ d’un nonce et l’arrivée de son successeur ; Niccolò Maria Lercari (1705-1757) fut ensuite vice-légat d’Avignon, chanoine de Saint-Jean-de-Latran, archevêque de Rhodes. Sur la succession des nonces à Paris, voir Repertorium der diplomatischen Vertreter aller Länder, t. II (1716-1763), Zürich, Fretz et Wasmuth, 1950, p. 262.

2 Archivio secreto vaticano, Segreteria di Stato, nunziatura di Francia, registre 266, folio 166-170 (en abrégé désormais ASV, N.F. et le numéro de registre). La correspondance des nonces en France avec la Secrétairerie d’Etat à Rome est consultable en microfilm aux Archives nationales (129 Mi) pour la période du XVIe siècle jusqu’à la légation du cardinal Caprara (1801-1808).

3 ASV, N.F. 444, fol. 157 v°-158 r°.

4 F. de Dainville, « La Carte du jansénisme... », op. cit., p. 115.

5 Mémoire d’habilitation sur les mutations de cures à Paris de 1695 à 1789 soutenu en 2003. Une partie des éléments de cette communication sont tirés du chapitre IV de notre mémoire (intitulé « l’hypothèque janséniste ») et de notre prosopographie des curés de Paris au XVIIIe siècle.

6 M.-J. Michel, « Clergé et pastorale jansénistes à Paris (1669-1730) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 26, 1979, p. 177-197. Depuis lors, Marie-José Michel a publié sa thèse : Jansénisme et Paris, 1640-1730, Paris, Klincksieck, 2000, 507 p.

7 Dale Van Kley, The religious origins of the French Revolution. From Calvin to the Civil Constitution, 1560-1791, New Haven, Londres, Yale University Press, 1996, 390 p. ; Monique Cottret, Jansénisme et Lumières. Pour un autre XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1998, 418 p. ; Nicolas Lyon-Caen, « La boîte à Perrette. Approche des finances du mouvement janséniste au XVIIIe siècle », Positions des thèses soutenues par les élèves de l’École nationale des chartes, Paris, École nationale des chartes, 2002, p. 153-159.

8 Sur Louis-Adrien Le Paige (1712-1802), avocat au Parlement de Paris, voir C. Maire, op. cit.

9 Cynique et lucide, Barbier écrit en novembre 1729 à propos de vicaires et de prêtres de paroisses auxquels le nouvel archevêque venait de retirer leurs pouvoirs de prêcher et de confesser : ces prêtres « ont gâté l’esprit des femmes et du peuple de Paris de ce jansénisme, auquel tous n’entendent rien ». Edmond-Jean-François Barbier, Journal historique, édité par A. de La Villegille, Paris, Renouard, 1847-1856, t. I, p. 299.

10 À condition qu’il lui ait notifié auparavant des lettres de nomination de son université et qu’il lui ait réitéré cette notification le carême précédent la vacance, le cas échéant.

11 Sur le privilège des gradués des universités ou « expectative », voir la notice « gradués » de Bruno Neveu, Dictionnaire de l’Ancien Régime. Royaume de France, XVIe-XVIIIe siècles, Lucien Bély (dir.), Paris, PUF, 1996, p. 609-611. L’exposé le plus complet en la matière est celui de l’avocat Piales, Traité de l’expectative des gradués, Paris, Desaint et Saillant, 1757-1758, 6 vol. 

12 Il ne pouvait en jouir qu’une seule fois pendant l’exercice de sa charge.

13 C. Maire, op. cit., p. 69-72.

14 Jacques Grès-Gayer, Théologie et pouvoir en Sorbonne. La faculté de théologie de Paris et la bulle Unigenitus, 1714-1721, Paris, Klincksieck, 1991, p. 21-23.

15 P. Chaunu, M. Foisil, F. de Noirfontaine, op. cit., p. 124 ; Alain Besançon, préface à Alain Gérard, « Par principe d’humanité... » La Terreur et la Vendée, Paris, Fayard, 1999, p. 11.

16 Pierre Blet, Le Clergé du Grand Siècle en ses assemblées (1615-1715), Paris, Cerf, 1995, p. 441-461 ; J. Grès-Gayer, op. cit., p. 25-35.

17 J. Grès-Gayer, op. cit., p. 57-60.

18 Sur Laurent-François Boursier (1679-1749), voir Moreri, Le Grand dictionnaire historique, édition de 1759 (Paris, Les libraires associés), t. II, lettre B, p. 192-193.

19 Yves Poutet, « Les docteurs de Sorbonne et leurs options théologiques au XVIIe siècle », Divus Thomas, t. 81, 1978, p. 308.

20 Bibliothèque historique de la ville de Paris, recueils factices de pièces imprimées, intitulés : Actes et mandements de l’archevêque de Paris et Actes concernant le clergé de Paris ; Centre historique des Archives nationales (en abrégé AN), AD XVII 6, pour Ta pièce du 19 avril 1735.

21 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2357, correspondance de Fleury et de Vintimille, 1728-1732. P. Chaunu, M. Foisil, F. de Noirfontaine, op. cit., p. 204-211.

22 C. Maire, op. cit., p. 250-265.

23 Barbier, Journal... op. cit., t. I, p. 408-412 ; P. Chaunu, M. Foisil, F. de Noirfontaine, op. cit., p. 226-230.

24 René Cerveau, Nécrologe des plus célèbres défenseurs et confesseurs de la Vérité du dix-septième et du dix-huitième siècle, s.l., 1760-1767, 7 vol. 

25 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2357, p. 640-641, lettre de Vintimille à Fleury du 15 mars 1732.

26 Mathieu Marais, Journal et mémoires, édition M. de Lescure, Paris, Firmin-Didot, 1863-1868, t. IV, p. 148-152. « Je ne sais s’il ne mérite pas plus l’interdiction que l’interdit » commente Marais. Les curés étant inamovibles, Lair refusa jusqu’à sa mort de démissionner ; l’archevêque nomma un desservant à sa place.

27 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2358, p. 126-129, lettre de Vintimille à Fleury, 29 mai 1733.

28 Ministère des affaires étrangères, mémoires et documents : France (en abrégé désormais : AE, France), vol. 1603, fol. 186-187, lettre de Baudouin à Fleury, 13 mars 1738.

29 Le patronage du chapitre de Saint-Germain-l’Auxerrois sur les bénéfices dépendant de ce chapitre s’exerçait par partition : chaque chanoine présentait à un nombre déterminé de bénéfices. AE, France, 1603, fol. 174-176, lettres de Baudouin et de Vintimille à Fleury, 7 mars 1738.

30 Duc de Luynes, Mémoires, édition Dussieux et Soulié, Paris, Firmin-Didot, t. IX, 1860, p. 242, à la date du 8 septembre 1738.

31 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2358, p. 753-755, 771-772, lettres de Vintimille à Fleury et de Fleury à Vintimille, 31 juillet, 1er août et 26 novembre 1738.

32 Bibliothèque nationale de France (en abrégé désormais BnF), manuscrit français 6681, p. 365, à la date du 19 juin 1774. Le collège parisien, appelé de Lisieux, dépendait de l’Université de Paris.

33 Qui était en même temps abbé de Sainte-Geneviève.

34 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2357, p. 241-258, correspondance de Fleury et de Vintimille, octobre-novembre 1730.

35 AE, France, vol. 1604, fol. 181 et 191-192, lettres de Nigon de Berty à Fleury, 10 et 14 février 1739. L’affaire Cadot a été étudiée comme cas de jurisprudence par Piales, Traité de l’expectative des gradués, op. cit., t. IV, p. 79-94. Les papiers du conseiller d’État Bignon contiennent une lettre des marguilliers et principaux habitants de la paroisse de la Madeleine-de-la-Ville-l’Évêque en faveur de Cadot (BnF, Nouvelles acquisitions françaises 2829, fol. 111-112).

36 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2358, p. 603-609, lettres de Vintimille à Fleury, octobre 1735.

37 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2358, p. 378-379, lettre de Vintimille à Fleury, 20 juillet 1734.

38 Barbier, Journal, t. IV, p. 203 et 210, mars 1757 ; Barbier ajoute au sujet de Guéret : « C’est un homme d’esprit qui n’est outré dans aucun parti ».

39 Émile Appolis, Le « Tiers parti » catholique au XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1960, p. 112. Par contre, le frère du curé de Saint-Paul, Louis-Gabriel Guéret, docteur en théologie, grand vicaire de l’évêque de Rodez, avait la réputation d’être fort attaché aux doctrines jansénistes (Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, t. XVI, 1985, col. 1475).

40 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2358, p. 80-81, lettre de Fleury à Vintimille, 27 mars 1733.

41 Louis-Bernard La Taste (1684-1754), bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, évêque de Bethléem en 1739 ; polémiste antijanséniste, il publia de nombreux opuscules contre les miracles de Pâris, puis en réfutation des écrits de l’avocat Le Paige (Dictionnaire de biographie française, t. XIX, 2000, col. 1205-1206).

42 Le cardinal de Rohan, Armand-Gaston-Maximilien (1674-1749), s’impliqua notamment à cette époque dans la révocation de l’appel de la constitution Unigenitus, interjeté en 1718 par l’Université de Paris ; son neveu Armand de Rohan, dit l’abbé de Ventadour, fut élu recteur de l’Université de Paris le 24 mars 1739 pour faire révoquer cet appel ; ASV, N.F. 476, fol. 619-648, lettres chiffrées de Lercari au cardinal Firrao, février-mai 1739 ; Barbier, Journal, t. II, p. 221, mars 1739 ; Charles Jourdain, Histoire de l’Université de Paris au XVIIe et au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1862-1866, p. 366-372.

43 ASV, N.F. 266, fol. 30-31, 142, lettres de Lercari à Firrao, 12 janvier et 9 février 1739 ; AE, France, vol. 1604, fol. 182-184, lettre de Vintimille à Fleury, 12 février 1739.

44 Par exemple la méthode utilisée par l’abbé Expilly dans son Dictionnaire géographique, Amsterdam, Paris, t. V, 1768, article « Paris », p. 481 : le nombre annuel des baptêmes, par paroisses, multiplié par le coefficient 30. Les nombres d’habitants que nous indiquons résultent de la multiplication du nombre des baptêmes de l’année 1725 (État des baptesmes, des mariages et des mortuaires de la Ville et Fauxbourgs de Paris, 1725) par ce coefficient 30.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : le jansénisme dans les paroisses de Paris en 1739, secteur de la Cité.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Figure 2 : le jansénisme dans les paroisses de Paris en 1739, secteur de la Ville.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Figure 3 : le jansénisme dans les paroisses de Paris en 1739, secteur de l’Université.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/616/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Figure 4 : le jansénisme dans les paroisses des faubourgs de Paris en 1739.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/616/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

Auteur

Née en 1945. Archiviste paléographe de la promotion de 1969, ancien membre de l’École française de Rome, elle a été successivement conservateur aux Archives départementales de la Haute-Garonne (1970-1972), conservateur puis conservateur en chef au Centre historique des Archives nationales où elle est chargée des fonds judiciaires des XIXe et XXe siècles. Docteur en histoire en 1980, elle vient de terminer un mémoire d’habilitation sur les curés de Paris au XVIIIe siècle. Elle a publié la Correspondance du nonce en France Fabrizio Spada, 1674-1675 (1982), un répertoire du clergé paroissial de Paris de 1789 à 1791 (1992), une biographie de Sully (en collaboration avec B. Barbiche, Paris, Fayard, 1997) et plusieurs inventaires d’archives.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search