Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Postérités

Pédagogie de l’image jésuite : de l’image emblématique spirituelle aux emblemata mathématiques

Catherine Bousquet-Bressolier

Texte intégral

Tout se passe en effet dans nos recherches, comme si, avides, pour ainsi dire, de ressusciter, ces vieux livres, au lieu de nous attendre paisiblement dans leurs cimetières, s’agitaient, nous tiraient à eux à la manière des aimants. [...] Chétive ou grandiose, la découverte semble presque toujours nous tomber du ciel.
Henri Bremond, Histoire du sentiment religieux en France
La métaphysique des saints (1), p. 304
Paris, Bloud et Gay, 1929

  • 1 La Géographie des humanistes, Bordeaux, Beauchesne, 1940, et « L’enseignement des mathématiques de (...)
  • 2 Antonella Romano, La Contre-Réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathémat (...)

1Le père de Dainville avait longuement abordé la question de l’enseignement de la géographie et des mathématiques dans les collèges jésuites de France1. Récemment Antonella Romano, dans sa thèse2, faisait ressortir les modalités de la transmission du savoir scientifique au collège romain. Au regard de ces travaux, la découverte dans des bibliothèques belges de plusieurs curieux ouvrages de mathématiques illustrés de manière emblématique paraissait atypique. Une étude plus précise du cas de la Flandre belge au XVIIe siècle, qui est un des plus importants pôles européens de création d’images et d’édition, s’imposait donc.

  • 3 Le texte de l’édition princeps des Exercices spirituels de 1548 reste inchangé, il a été cependant (...)

2La Flandre a dès la Renaissance excellé dans l’art de la gravure, et ses nombreux graveurs ont non seulement créé une manière de graver, un style de gravure, mais aussi un genre de mise en page et d’ornementation originaux. La librairie a profité de ce vivier d’hommes compétents et renommés pour enrichir ses publications. Le rayonnement de la Flandre s’est étendu à toute l’Europe par la diaspora de ses graveurs exilés. Qui n’a goûté la qualité exceptionnelle des publications anversoises des années 1600, ou évoqué le nom des Plantin sans admiration ? Il n’est donc pas surprenant de voir les jésuites utiliser ce potentiel pour servir leur propre cause, d’autant que la pédagogie instaurée par saint Ignace fait largement appel à l’image. Elle s’appuie sur deux textes : les Exercitia spiritualia qui offrent un chemin pour ordonner son existence et la Ratio studiorum qui régit le processus éducatif pour permettre à l’élève de développer son intelligence dans ses choix de vie. Ces deux textes, fixés dans une version imprimée en 15483, procèdent d’une même dynamique qui met à contribution les sens et l’imagination.

  • 4 Voir Frederick Mc Leod, « L’utilisation de l’imagination dans les exercices ignatiens », Centrum I (...)

3La pratique donnée par saint Ignace dans ses Exercices spirituels est tout à fait originale. Basée sur l’oraison mentale, elle appelle toutes les facultés intellectuelles et sensibles de l’être dans une même dynamique. Le médium de cette motion est l’imagination4. Dans les Exercices spirituels, c’est par l’imagination que l’exercitant entre dans la scène sacrée et l’intériorise. Il met si bien en jeu ses facultés dans cette création imaginative, que tous les sens y participent. L’ouïe, la vue, mais aussi l’odorat, le goût, le toucher, sont mis à contribution. Les sens aiguisent les facultés de méditation ou de contemplation dans la mise en place de « compositions de lieu », moments essentiels qui scandent le déroulement des journées des Exercices. Bien sûr, celui qui reçoit les exercices utilise la lecture de textes tirés de l’Écriture Sainte, d’un père de l’Église, ou de tout autre écrit de la Tradition, mais cette lecture est aidée par la convocation simultanée d’images. L’image permet de créer mentalement une atmosphère sensible (odeurs bonnes ou mauvaises, goût suave ou amer, etc.). Ceci permet à l’exercitant d’entrer de tout son être dans la scène que, mentalement il met en place quand lui est demandée la « composition de lieu ». Il pénètre les affections, les mouvements de l’âme, les souffrances, les joies qu’il contemple. Il vit littéralement au milieu de la scène. Cependant, les images ainsi convoquées (en imagination ou au moyen de gravures faites pour cela) exacerbent les sens. Aussi est-il nécessaire d’en tempérer les désordres, d’en canaliser les mouvements et de les sanctifier. L’accompagnateur joue ce rôle de modérateur. C’est pourquoi les exercices ne peuvent en aucun cas se faire seul, mais doivent se recevoir. La dynamique engagée est toujours tournée vers autrui.

  • 5 La Préface de l’édition princeps de 1548 dit : « Pour ce qui concerne l’impression, je voudrais qu (...)

4Si saint Ignace a fait imprimer les Exercitia en 1548, ce n’était pas pour en assurer la diffusion commerciale, mais pour permettre à un plus grand nombre des « Nôtres », les jésuites, de les donner et de les recevoir5. Le discernement des esprits, qui est essentiel dans la dynamique des Exercices, se fait seul, dans l’intimité de l’être, mais il est le fruit de l’accompagnement.

5Dans la pensée ignatienne, il est indispensable d’unifier la vie intérieure et la vie tout court. Aussi, toutes les activités spirituelles ou corporelles de la vie ordinaire nécessitent-elles un regard extérieur. Le regard bienveillant de celui qui donne les Exercices est autant nécessaire que la pleine confiance de celui qui les reçoit : il est le filtre des passions et des bouleversements expérimentés intimement à mesure que se déroulent les journées. Ici comme dans la vie quotidienne, ce regard bienveillant est le guide qui trouve le bon canal pour éveiller l’intelligence à la compréhension, et la rendre capable de s’en servir concrètement. Il agit de manière à stimuler les facultés humaines de l’élève, assurément pour le plus grand profit de sa vie spirituelle, mais aussi pour susciter en lui la meilleure assimilation possible des sciences, arts et lettres. Il adapte et module les connaissances transmises au tempérament de chacun. Grâce à ce guide extérieur qui lui ouvre l’intelligence, l’élève acquiert aussi la faculté de se déterminer pour l’action.

  • 6 Lucia Nuti, Ritratti di città, Venezia, Marsilio, 1996, chap. 1.
  • 7 25e session, 2e partie, décret « sur les reliques et les images », Ch.J. Hefele (dir.) Histoire de (...)
  • 8 Trois discours pour la religion catholique des miracles, des saincts, des images Au très chretien (...)

6Ainsi, pour les jésuites, l’image, œuvrant comme support de l’imagination qu’elle stimule et ordonne, joue un rôle tout aussi important que l’accompagnement, agissant comme modérateur. L’image est intrinsèquement dotée d’une puissance évocatrice qui force les sens, mais son lecteur ne discerne la signification des motions intérieures qu’elle suscite en lui, qu’en dialoguant avec son accompagnateur. Il y a donc une double pédagogie : celle de l’image, celle de l’accompagnateur. Les images doivent « piquer » les sens et ordonner la pensée grâce à un parcours de l’image dans un ordre de lecture. L’éminence de la vue et son aptitude à stimuler les autres sens est un thème récurrent de l’humanisme. Par l’œil capturant les rayons des objets, s’effectuait une sorte de prise de possession de la réalité, dont la main était capable de restituer l’image. L’anecdote citée par Lucia Nuti6, d’un peintre mis à mort pour avoir été surpris en train de croquer les murailles d’une ville, alors qu’il voyageait autour de Macerata, dépasse largement le souci de sauvegarder le secret défense. Le décret du Concile de Trente sur les images7 ramène à une juste mesure de telles superstitions et définit clairement les bornes de la vénération des images : elles sont avant tout enseignement pour le peuple. C’est bien à cette fin que les jésuites les utilisent. L’un d’eux, un Français : Louis Richeome (1544-1625), les a ardemment défendues dans le cadre de la controverse avec les Réformés, en particulier dans les Trois Discours pour la religion catholique (1597)8. Au chapitre 16 du discours sur les images il écrit :

Les images nous sont utiles, premièrement pour la facile et preignante instruction qu’elles nous donnent. La facilité est que par leurs couleurs et linéaments extérieurs, en un clin d’œil elles nous jettent dedans l’esprit la cognoissance de mille choses, qui ne pourraient passer par l’oreille de longtemps : car estant l’œil un sens fort capable, et approchant de la vivacité de l’esprit, il reçoit et comprend son objet vistement et tout à la fois, au lieu que les autres sens le tirent à parcelles et par morceaux, et de tant plus tardivement qu’ils sont plus bas et terrestres. Les oreilles reçoivent un discours à plusieurs traictes de parolles ; l’odorat tire les odeurs à plusieurs halaines, et plusieurs gorgées, et plus lentement que l’odorat ses odeurs, l’attouchement le plus bas et le plus paresseux de tous en son exercice, est estendu et répandu par tout le corps et ne sent sinon qu’autant qu’il se peut joindre avec son objet et sort grossièrement. Au moyuen de quoy ayant l’œil ce privilège sur tous les sens d’appréhender vistement, et de donner facilement nouvelle de son objet à l’âme, et à l’instant luy enseigner beaucoup de choses, de là vient que la peinture par ses couleurs et linéaments visibles, peut avec grande facilité instruire l’esprit : avec la vitesse elle engrave aussi profondement par la vivacité du même sens.
Les choses que l’on oyt se meuvent lentement
Les choses que l’on voit pénètrent vivement
(Horace, De Arte)
dit un poëte. Et Partant ce que nous voyons esmeut plus que ce que nous oyons. Voir brusler une maison, mourir un homme, touche bien plus que de l’ouïr dire. Voir un tableau de la mort du Sauveur, des tourmens d’un martyre, esmeut plus que de l’ouyr réciter ; si toutefois la peinture est aussi vive en sa façon, que le langage en la sienne.

  • 9 La peinture spirituelle ou l’art d’admirer aimer et louer Dieu en toutes ses œuvres et tirer de to (...)

7Richeome, nourri d’humanisme, est convaincu de l’éminence de la vue. La vue en un instant supplée aux informations des autres sens qui, elles, parviennent par bribes à l’entendement. L’image est donc un support de transmission des connaissances privilégié. Son organisation qui induit un ordre de lecture, est tout aussi importante que le contenu du commentaire qui l’accompagne. Le père Richeome nous en convainc dans La peinture spirituelle9, écrit pour les novices de la maison de probation, le premier séminaire de la compagnie construit à Rome. Les novices évoluent dans un cadre de vie, où architecture, tableaux et jardin ont été conçus comme des « peintures spirituelles » pour leur édification. Tout le travail du père Richeome consiste à aiguiser leur regard pour leur apprendre à lire ces « peintures », à les comprendre et à en tirer profit pour eux-mêmes. Force est de constater à partir de cet exemple que pour les jésuites, peintures, allégories, images curieuses ou représentations mathématiques procèdent d’une même pédagogie, une pédagogie progressive, adaptée aux connaissances déjà acquises par chacun, adaptée aux étapes de sa vie spirituelle.

  • 10 Voie la récente édition : Ratio studiorum. Plan raisonné et institutions dans la Compagnie de Jésu (...)
  • 11 Pour les textes de 1540 à 1572 : Monumenta pedagogica Societatis Iesu mis à jour par L. Lukàks, 19 (...)

8Dans l’ordre des études défini par la Ratio studiorum10, les matières enseignées, sont donc hiérarchisées et organisées. Il existe une importante bibliographie traitant de cet aspect découlant directement du texte fondateur11. Le contenu des programmes était globalement fixé pour chaque discipline, mais il existait des variantes d’une province à l’autre. Quant au mode de transmission des connaissances, il dépendait surtout de la personnalité des professeurs et s’adaptait aux demandes locales, selon le souhait des régents.

  • 12 Le cursus philosophique dure trois années, la première est enseignée la logique, la seconde, la ph (...)

9Le père de Dainville, dans la Géographie des humanistes avait montré de manière très suggestive la nature et la place de l’enseignement de la géographie, matière accessoire, qui n’est mentionnée que dans les Règles du professeur de mathématiques de la Ratio studiorum. Nous considèrerons ici l’ensemble du programme de mathématiques enseigné aux étudiants de « physique »12.

  • 13 « Pendant la seconde année de philosophie, tous les philosophes entendront aussi en classe pendant (...)
  • 14 Le père de Dainville notait, d’après le catalogue des classes pour 1627, que sur les 12 565 élèves (...)

10Rappelons que les cinq premières classes instituées par la Ratio studiorum, groupées sous le vocable d’« humanités », ne comprenaient pas de cours de mathématiques. Celui-ci n’est enseigné qu’en deuxième année de philosophie. La Ratio studiorum prévoyait la possibilité pour les étudiants les plus aptes de s’exercer aux mathématiques par des leçons privées13. Autant dire que tous les collèges étaient loin d’avoir une telle classe, et qu’il y avait peu d’amateurs pour pousser jusque-là les études14.

  • 15 Les règles du professeur de mathématiques spécifient la durée du cours : trois quart d’heure où so (...)
  • 16 Ce texte, souvent cité comme témoin de la civilité de cette époque, a eu un large succès. Après la (...)
  • 17 D’après l’édition de 1658, chez Michel Bobin et Nicolas le Gras, p. 45.

11Aristote et Euclide constituaient le socle du programme de la Ratio studiorum15. À côté des mathématiques pures, étaient enseignées les « mathématiques mixtes », nous dirions aujourd’hui les mathématiques appliquées : astronomie, optique, perspective, mécanique, hydraulique, musique, fortifications. Dans la société du début du XVIIe siècle, se développe en effet l’idée que la bonne et nécessaire culture classique est insuffisante à l’honnête homme, et Nicolas Faret, dans L’Honnête Homme ou l’art de plaire à la Cour paru pour la première fois en 163016, s’en fait l’écho. Elle doit être complétée par des connaissances scientifiques pour pouvoir exercer convenablement le métier des armes, même s’il « est fort peu important [que l’honnête homme] ait pénétré dans les secrets de la géométrie et dans les subtilités de l’algèbre ni qu’il se soit laissé ravir dans les merveilles de l’astrologie et de la chromatique »17. Le modèle de la société d’alors est d’épée.

  • 18 Dainville a surtout vu le manuscrit de la Bibliothèque nationale de France, Ms latin 17 862, publi (...)
  • 19 La province belge, divisée en deux provinces (flandro-belge et gallo-belge) en 1612, avait obtenu (...)
  • 20 Cf. A. Quetelet, « Ciermans (Jean) », Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale des Science (...)
  • 21 Repetitio Menstrua Quam de Geometricis, Astronomicis, Staticis Instituent Illustrissimi Domini D. (...)
  • 22 Repetitio menstrua quam de Cosmographicis et Geographicis Instituent Nobiles DD. D. Johannes Anton (...)
  • 23 On trouve une variante du frontispice (dessin de Ph. Fruitiers gravé par Jacob Neeffs) : Annus Pos (...)
  • 24 Voir Charles Van de Vorst : « Instructions pédagogiques de 1625 et 1647 pour les collèges de la Pr (...)

12Le père de Dainville s’était intéressé au cours professé par le père Bourdin au collège de Clermont à Paris pris en notes par Paul Le Mercier, auditeur, durant les années 1636, 1637 et 163818. Examinons celui qui a été donné en 1640 au collège de Louvain par le père Ciermans, jésuite de la province flandro-belge19. Jean Ciermans (1602-1648) est un disciple de Grégoire de Saint-Vincent (1584-1667) et enseigne alternativement aux collèges de Louvain et d’Anvers lorsque la classe de mathématique y est ouverte20. Le contenu de ses cours nous est assez bien connu par des thèses de ses élèves qui ont été publiées, une thèse de statique et d’astronomie soutenue en février 1639 par trois jeunes nobles polonais : Leon Charles Sapieha, Christophe et Jacob Rozdrasewski21, et des thèses de cosmographie et de géographie disputées par Jean Antoine Tucher et Jacob Hoens22. Arrêterons-nous sur celle qu’il fait défendre en 1640, année où les jésuites célèbrent le centenaire de la fondation de l’ordre, par Wolfgang Philip Unverzagt, qui a été publiée l’année même en un petit in-folio toujours chez Everardum de Witte à Louvain. L’exemplaire examiné porte le titre de Disciplina mathematica tradita Anno Instituta Societatis Iesu Seculari a P. Ioanne Ciermans Soc. Iesu Mathasos Professore23. Le cycle annuel débute en octobre et se termine en septembre. Chaque mois est dévolu à une matière et comporte trois semaines d’études, sauf septembre qui n’en a que deux. La province de Flandre belge présente en effet l’originalité de relever d’instructions pédagogiques particulières et d’avoir deux semaines de vacances en septembre24.

13Un tableau synthétique des matières traitées sert de sommaire en tête de l’ouvrage. Chaque semaine est illustrée par une image mettant en scène deux putti : le professeur et son élève s’exerçant à la matière étudiée. Parfois, nous voyons l’élève seul, parfois les deux putti s’activent à la même tâche. En dessous de la scène, l’argumentum expose et justifie le thème traité. Le mois de janvier est consacré à la statique. Ouvrons l’ouvrage à la première semaine de ce mois (fig. 1) Là nous ne voyons qu’un seul putto. C’est l’élève. En effet, comme le développe l’argument, l’élève doit commencer par observer et éprouver lui-même le fonctionnement des instruments qui relèvent des lois de la statique : balance romaine, roues dentées, palan, contrepoids, vis sans fin. Assis sur un coussin et très attentif, il établit le poids d’un fer à cheval à l’aide d’une petite balance à contrepoids. Il a devant lui une grande balance romaine à plateaux en déséquilibre ; le sol est jonché de poids de différentes tailles. A droite, un palan s’apprête à lever un gros moellon. Il a été soulevé du sol par des roues dentées formant levier, mises en action par une vis sans fin mue par une manivelle. L’argument est ainsi développé :

Nous allons tenter d’expliquer [durant] cette nouvelle année la science par le bénéfice de laquelle nous exerçons tous les arts, nous levons vers le haut les poids, nous remplissons de navires les mers et le monde de marchandises. Je ne sais pas si le nom de statique est assez digne pour la nommer, car parmi les forces qui entraînent, soit vers le haut soit vers le bas, elle (la statique) détermine l’équilibre et le repos. Comme il est vrai qu’elle ne peut (la statique) exceller que par l’intermédiaire de certains instruments, nous commençons par les plus connus, et ce, pour faire [nos] recherches. 1. S’il y a dans les corps un centre de gravité, auquel toutes les autres parties dudit corps s’adaptent. 2. Nous proposons ce qui découle de divers livres. 3. Quelle assistance peuvent trouver les forces humaines dans le levier. 4. De même, quel profit procure la poulie. 5. Par quel accroissement des forces ou par quel moyen l’essieu est ajusté au trou central de la roue (peritrochio). 6. Par quels avantages, au regard des autres instruments, les roues dentées sont très puissantes. 7. À quelle source doit être ramenée la propriété découlant du coin (i.e. du plan incliné) et de la vis sans fin.

Figure 1 : Jean Ciermans, Disciplina mathematica... Vignette de la première semaine du mois de janvier consacré à la statique. Louvain, 1640 (Bibliothèque des facultés jésuites, centre Sèvres).

  • 25 « Fabriquer une unique vis d’Archimède grâce à laquelle les forces de l’homme peuvent soulever ver (...)

14Sur les deux feuillets suivants sont résumés les sujets traités du lundi au vendredi, à savoir : le centre de gravité, la balance romaine, le levier, la poulie, l’axe de la roue, la roue dentée, le coin (c’est-à-dire le plan incliné) et la vis sans fin (cochlea). La semaine se conclut par les applications pratiques du cours, les problemata, sur lesquelles les élèves planchaient le samedi. À la fin de cette première semaine de janvier le principe de la balance et son fonctionnement étaient assimilés, une vis d’Archimède avait été construite25.

  • 26 Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Ms latin 17862 in-folio.
  • 27 Voir Dainville, « L’enseignement des mathématiques du seizième siècle au dix-huitième siècle », Re (...)

15Ciermans en un an balaye tout le programme habituellement traité en deux ou trois. Ce cours condensé présente pourtant un ordre et une progression comparables au cours donné par le père Bourdin au collège de Clermont durant les années 1657-1658 et 1658 - 165926, mais avec de notables différences de longueur accordées à chaque matière. Bourdin par exemple passe rapidement sur l’hydraulique qui n’occupe que les pages 594 à 655 des notes de Le Mercier qui comptent 989 pages, pour s’arrêter longuement sur l’optique et surtout sur la perspective qu’il affectionnait particulièrement27. Le compendium du cours de Ciermans semble au contraire accorder à chaque matière une part égale.

16Elles se répartissent ainsi : En octobre éléments de géométrie, les angles de contact et la construction des instruments. En novembre c’est l’arithmétique avec les nombres, le calcul complexe, et la trigonométrie. Décembre est consacré à l’optique au sens large c’est-à-dire perspective, projections, miroirs : réflexion, puis réfraction. En janvier est traitée la mécanique statique, les forces et leur application ou leur mouvement. L’hydrostatique est vue en février : équilibre et dynamique des fluides, siphons, conduite forcée. Ses applications à des machines, aux navires le sont en mars. La troisième semaine est consacrée à la navigation par les étoiles, le soleil, à la boussole. À partir du mois d’avril, ce sont les applications à l’art militaire : fortification et utilité de chacune de ses partie, application aux fortifications irrégulières, aux conditions particulières du site et à la défense des ouvertures. En mai se poursuit l’étude de l’art militaire avec la castramétation, l’ordre de combat, l’attaque d’une place. Les deux premières semaines de juin complètent la formation militaire par des données sur la poudre et la balistique. Ce n’est qu’à la troisième semaine de juin qu’est abandonné l’art militaire proprement dit pour l’architecture. Le mois de juillet est tout entier consacré à la géographie, à la figure de la terre et à ses propriétés, aux divers moyens de calculer les longitudes. La troisième semaine s’attache aux cartes de géographie : mappemondes et leurs erreurs de projection, cartes des géographes antiques, puis aux différentes projections (un seul œil, deux yeux, sans référence à l’œil) et aux échelles. De la géographie, on passe en août à l’astronomie. La première semaine de septembre est consacrée à la gnomonique et la seconde et dernière semaine de l’année traite des problèmes de calendrier et de chronologie.

  • 28 Le texte dit instruimus machinam ce qui laisse supposer qu’une machine pour multiplier et diviser (...)

17Les problemata qui concluent chaque semaine témoignent du souci constant de bien avoir compris ce que l’on apprend et de pouvoir s’en servir. Ainsi, l’élève exerce son intelligence, construit lui-même toutes sortes de choses : machine à calculer pour multiplier et diviser deux nombres28, perspective d’un objet, machines pour lever des charges, siphon, adduction d’eau en hauteur, dessin de navire, construction de cartes, et bien sûr de fortification ou de machines de guerre (ce qui nous l’avons vu l’occupe plus de deux mois). Il effectue des mesures astronomiques, s’exerce à l’astrolabe, disserte du mouvement des planètes et construit un cadran solaire...

  • 29 En 2002 Ralph Dekonink a soutenu à l’Université catholique de Louvain une thèse Des Imagines jésui (...)

18Ce programme, somme toutes fort représentatif de l’enseignement jésuite de l’époque, présente une particularité iconographique : la figure qui ouvre chaque semaine, et une organisation du texte qui l’apparentent à certains livres d’emblèmes. Le nom de la matière est le titre, l’explication de l’image est l’argument, et le corps du texte est scandé en paragraphes d’identique longueur correspondant aux matières mentionnées dans l’argument. Cette forme particulière d’illustration assimilable à des vignettes allégoriques conduit à s’interroger plus avant sur le rôle de l’image et son utilisation dans la pédagogie jésuite29.

Figure 2. Le quatrième théorème des thèses de statique de Grégoire de Saint-Vincent Theoremata mathematica, 1624 (CDRR Namur).

  • 30 In-4° oblong, 23 p. frontispice compris, 20 fig. sur 10 feuillet non chiffrés. Les deux derniers f (...)
  • 31 Amorum emblemata Figuris meis incisa Studio Othonis Vani Baravo-Lugdunensis, Antverpiae, Venalia a (...)

19Si Jean Ciermans a utilisé ces mignonnes illustrations pour agrémenter le programme de son cours, il y avait eu pour lui un précédent. Il avait défendu le 24 juillet 1624 les thèses de statique de Grégoire de Saint-Vincent, qui ont été publiées sous le titre Theoremata mathematica, Scientia staticoe per planitiem Rectà obliquè Horizontem Decussantem. Cette défense est illustrée de figures emblématiques pour chaque problème démontré30. C’est certainement une des plus anciennes du genre. Par son format oblong et ses images mettant en scène un angelot dans un encadrement ovale, ce petit livre fait singulièrement penser à un autre, fort prisé et cadeau galant de l’époque, les Amorum emblemata, paru en 1608 à Anvers. L’auteur en est Otto Van Veen, maître de Rubens. Le succès rencontré par ce livre a entraîné nombre de contrefaçons et d’imitations deux siècles durant31. Il est singulier de constater l’analogie du rapport texte/image que présentent ces deux ouvrages, un livre d’emblèmes amoureux d’une part et le cours de statique de Grégoire de Saint-Vincent en vingt théorèmes de l’autre.

20Chaque théorème des thèses de statique de Saint-Vincent est illustré d’une image à pleine page (fig. 2) dont le texte explicatif est imprimé sur la page en regard. Ce texte comprend deux registres, séparés par un filet horizontal comme chez Van Veen. Il s’organise de la manière suivante : le numéro d’ordre du théorème, primum, secundum... sert de titre, la première phrase énonce le « théorème » sous forme de problème. Celui-ci est ensuite analysé en deux temps scandés par des petites lettres, a pour en indiquer les termes spécifiques, b pour les conséquences induites. Le latin est alambiqué. Voici la traduction du 4e théorème :

  • 32 La traduction de ce passage nous a été aimablement communiquée par Patricia Radelet qui prépare av (...)

Ce qui a gravi un plan qui s’appuie sur l’Horizon à angles inégaux, a en lot la perspective d’un risque peu attrayant et périlleux. Qu’est-ce qui en effet, le condamnerait au mouvement ? Mais aussi qu’est-ce qui lui procurerait le repos ?
a Nous le lui procurons chaque fois que des moments de mêmes poids sont portés à même distance du point d’appui sur une surface inclinée ; car aucune déclivité ne donne à un poids le désir de glisser, à moins que la ligne qui relie au centre de l’Univers le centre de la masse en tant qu’elle est portée, et qui rencontre l’appui, ne soit contrainte à vaciller du fait des moments inégaux balançant sur l’appui.
b Si vous cherchez la vertu causée par la chute du poids sur une pente, il faut donc bien observer quelle est la masse et de quelle manière elle est soutenue, et bien distinguer le centre de gravité de ce qui a un support de celui des parties qui sont dénuées de support32.

  • 33 Henri Bosmans, « Sur les thèses de statique de Grégoire de Saint-Vincent », Annales de la Société (...)

21Comme on le voit l’expression est d’une mince clarté, comme s’en plaignait déjà le père Bosmans en 192433, par contre le texte sous le trait est un peu plus clair :

Le petit bateau AB est mû horizontalement par le moindre souffle et obéit au gouvernail, puisqu’il est délivré du risque de frottement.
a. Quant au globe A, reposant dans une inclinaison CD, il ne peut glisser sous l’effet de cette inclinaison.
b. Dans les corps E, F et G, une partie interdit le mouvement, une partie y pousse comme on le voit à partir des figures C et H

  • 34 Cf. Karel Porteman, Emblematic exhibitions (affixiones) at the Brussel Jesuit College (1630-1685),(...)

22Il explicite la nature du théorème, le paradoxe qui le sous-tend, et ouvre sur la réflexion en faisant la liaison avec l’image. Texte et image sont bel et bien traités comme ces affixiones, images curieuses accompagnées de textes à lectures multiples (ce qui les rendent difficiles à traduire), faits pour aiguiser l’attention et exercer la compréhension du lecteur34. Mais il est peu fréquent d’en voir une application mathématique, comme ici.

23L’image qui pique l’attention du lecteur et la gymnastique intellectuelle qui en découle est au cœur de la pédagogie de la Compagnie de Jésus. Elle a été largement utilisée par les pères dans une littérature édifiante, où texte et image conduisent le lecteur à un cheminement spirituel qui s’apparente à celui des exercices de saint Ignace.

  • 35 Il s’agit de Adnotationes et meditationes in Evangelia quae in sacrosancto missae sacrificio toto (...)

24Saint Ignace avait demandé au père Jérôme Nadal (1507-1580), un de ses premiers compagnons, de composer un ouvrage qui représenterait les épisodes de la vie du Christ avec des images. Le père Nadal s’était éteint avant que la gravure des 153 planches ne soit achevée. L’entreprise traîna en longueur, du fait des graveurs, mais en 1593 la suite des planches était publiée. Les deux années suivantes paraissait le livre complet du texte du père Nadal35. Les gravures sont très fouillées et les textes ont été soigneusement revus.

25Ces planches comportent trois registres, en haut une référence scripturaire, au centre l’image, dont les différents plans indiquent une simultanéité de scènes qui se déroulent en des lieux différents, ou plusieurs moments du temps pour une même scène. L’image porte des lettres qui permettent d’identifier scènes et personnages. Ces lettres renvoient à l’explication, disposée en deux colonnes sous l’image. Texte et images délivrent leur message sans cryptage, sans artifice, comme une bande dessinée, comme une légende. Influencés par les désiderata des pères jésuites, les graveurs ont donc modifié leur mise en page. Le résultat étant satisfaisant, ils en réutiliseront le principe. Elles sont devenues comme la matrice d’un vaste corpus de livres édifiants à l’origine d’un nouveau style de littérature emblématique.

  • 36 Karel Porteman, op. cit., p. 16.

26De ce corpus émergent les ouvrages du père Ian David (1546-1613). Cet ardent jésuite, auteur de nombreux pamphlets de polémique contre les protestants parus anonymement ou sous un pseudonyme, est aussi, comme l’affirme Karel Porteman « le père de la littérature emblématique des Pays Bas du sud »36. Il a développé de manière très vivante la technique des exercices spirituels dans plusieurs livres sortis des presses du très célèbre Jean Moretus Plantin : Veridicus Christianus (1601), Occasio arrepta (1603), Paradisius sponsi et sponsae (1607). Ces trois ouvrages, doublés d’éditions vernaculaires, sont illustrés d’images curieuses comportant une subscriptio en latin, en néerlandais et en français. Chaque image comprend plusieurs scènes, souvent sans lien apparent, identifiées par des lettres qui renvoient au corps du texte. Quant à la subscriptio trilingue, elle condense de manière mnémonique le sens de l’allégorie développée dans l’image.

  • 37 Duodecim specula Deum aliquando videre desideranti concinnata, Auctore P. Ioanne David Societatis (...)
  • 38 Voir Werner Waterschoot, « Joannes David Editing ‘Duodecim Specula’« , The Jesuit and the emblem t (...)
  • 39 Waterschoot op. cit. p. 357 dit « Balthasar has suggested that the trilingual subscriptio should b (...)

27En 1610, le père David fait paraître un quatrième livre, Duodecim Specula, toujours sur les presses plantiniennes37. Cet ouvrage, qui fait référence à l’optique, s’organise différemment des premiers. Les spécialistes s’accordent à penser qu’il marque une étape de la mise en forme des livres anversois. Une correspondance entre l’auteur et l’éditeur permet de suivre l’élaboration du livre qui conduit à l’adoption d’une nouvelle mise en page38. Balthazar Moretus abandonne pour les Duodecim specula le principe de la subscriptio en trois langues originellement prévue, et qui pourtant, de son propre aveu, était un moyen d’élargir la vente des ouvrages en latin. Le thème des images avait été soigneusement choisi par le père David. Le graveur Théodore Galle, avec qui le père a déjà travaillé, respecte scrupuleusement ses indications. Seule la subscriptio latine est conservée. Dans l’espace laissé libre est insérée une sorte de légende en deux colonnes comme chez le père Nadal, où de grandes capitales (référant à l’image) proposent un ordre de lecture et une explication39. Le choix de cette solution permet donc une lecture directe de l’image curieuse et de sa signification sans avoir à lire les passages du corps du texte où renvoyaient, dans les précédents livres, les lettres de l’image. Pour réduire les erreurs d’interprétation, le père David demande à revoir toutes les images pour en modifier, si besoin, les subscritiones.

  • 40 L’ouvrage est dans la lignée de Adnotationes et meditationes... du père Jérome Nadal paru à Anvers (...)

28Les Douze Miroirs nécessitent une lecture dominée par la prégnance de l’image expliquée, le texte du livre apparaît comme un subtil développement qui théâtralise le colloque intérieur des exercices sous forme d’un dialogue entre le Désir et l’Ame40. Cette démarche se fait en douze séquences illustrées, où le lecteur, en considérant les propriétés physiques du miroir cher à la physique curieuse, entre dans la contemplation de scènes spirituelles.

29Le lecteur est d’abord arraché au monde de tous les jours (miroir commun), et saisit de plus en plus la malice de son péché. Il contemple tour à tour le miroir de la fausseté, le miroir ardent, celui de la complaisance, de l’aliéné et enfin celui de sa propre bassesse. Après cette progression descendante où l’âme pénitente a pu regarder avec horreur les fruits du péché, le lecteur est entraîné dans un irrésistible mouvement ascendant. Son âme est inondée de miséricorde au miroir du Purgatoire, elle contemple Jésus et Marie au miroir exemplaire, elle pénètre les mystères de Dieu au miroir énigmatique, pour parvenir enfin au miroir de la vision béatifique. L’ouvrage se termine par une louange à Dieu, à la bienheureuse Vierge Marie et à l’ange gardien.

30L’ordre du livre obéit donc à une dynamique décroissante puis croissante. Dans les cinq premiers dialogues intérieurs, un texte des Saintes Écritures (mis en italique) aide le lecteur à se mettre en présence de Dieu. Ce texte support devient moins mile à partir du 6e miroir (Speculum propriae vilitatis). Le lecteur est suffisamment préparé. Les références scripturaires sont éparses dans le texte du dialogue pour ancrer ou recentrer la méditation. La succession des images approfondit et élargit les concepts examinés.

31Ces images insolites comportent par ailleurs une dynamique propre. Composées en plusieurs registres, leur ordre de lecture est donné comme nous l’avons dit, par des lettres disposées en deux colonnes. Analysons plus en détail l’une d’entre elles : la 3e qui correspond au miroir ardent (fig. 3). A est un objet, un miroir concave, en B nous apprenons que c’est Archimède qui s’en sert pour embraser le navire ennemi, un autre objet une lentille C est capable de concentrer les rayons lumineux pour allumer le brasier. L’enfant D qui se pique aux orties fait basculer l’image dans l’ordre des créatures, et conduit à la seconde colonne et à une lecture métaphorique, le dragon Basilicus E tue par son regard. Sur la diagonale à l’opposé, en F tout en haut, les yeux de la femme impudique sont les miroirs des pires brûlures. Conséquence G/H le cœur de l’homme, pris dans le regard impudique de la femme et le souffle du démon, est réduit en cendres. La phrase qui couronne cette légende résume le cheminement fait par la lecture de l’image : « La flamme vole, dit-elle, l’éther palpite, toi, prends la fuite, le monde est en flammes, tout d’ailleurs est plein de miroirs qui vomissent le feu. » L’ordre de lecture mélange les plans de l’image : ce qui semble le plus éloigné n’est pas le plus anodin.

32Que ce soit dans la thèse de statique de Ciermans ou dans les douze miroirs de David, l’image pique la curiosité du lecteur, utilise et flatte son savoir pour le conduire à l’essentiel.

Figure 3 : Ian David, Duodecim specula, 1610, le miroir ardent (collection particulière).

  • 41 Alfred Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays Bas, Bruxelles, Hayez, 19 (...)

33Il n’est pas rare que les auteurs aient recouru aux concepts mathématiques pour imager certaines abstractions, comme le fait un autre jésuite, Guillaume Van Hees (1601-1690)41, dans son petit livre Emblemata Sacra de Fide, Spe, Charitate, paru à Anvers chez Balthasar Moretus Plantin, en 1636.

34Van Hees, est entré dans la compagnie de Jésus en 1617. C’est un esprit d’une vaste culture, un génie de l’éloquence classique, qui dirigea durant une vingtaine d’années la sodalité latine du collège de Bruxelles, un grand prédicateur attaché à la cour de l’archiduc Léopold et aussi un supérieur de la maison professe d’Anvers apprécié des novices. Il communiquait son goût pour les grands classiques, pour la philosophie, pour les mathématiques.

35Ce bel esprit était aussi l’architecte à qui l’on doit entre autres, l’église Saint Michel de Louvain.

  • 42 Voir Peter Paul Rubens 1577-1640, Katalog II Maler mit dem Grabstichel. Rubens und die Druckgraphi (...)

36Les Emblemata sacra reflètent l’ensemble des qualités de son auteur par la précision des textes, la profondeur des concepts, et surtout par la sobriété de l’image qui contraste avec la production contemporaine. L’ouvrage débute par trois textes illustrés chacun d’une vignette. La première face à l’avis au lecteur, est une allégorie des vertus théologales, la seconde exprime par une figure composée de trièdres la Trinité, la troisième résume ces vertus auxquelles se soumet « étant infime créature, un nom tout petit », le simple monogramme de l’auteur ! Le livre comprend 117 emblèmes en tout. Chaque partie s’ouvre sur un emblème, puis 41 autres illustrent la Foi, 30 l’Espérance et 40 la Charité. Si l’on considère le détail des emblèmes de la Foi, l’on constate que 7 fois de suite, un emblème référant à la musique alterne avec un emblème référant à l’optique, puis cette alternance est rompue. Les images deviennent nettement métaphoriques et de complexité croissante ; 35 des 41 vignettes font clairement référence à un objet mathématique (au sens large c’est à dire incluant la musique, l’optique et la physique). Ces emblèmes ont été dessinés par l’anversois Erasme Quellin (1607-1678), un élève de Rubens. Quant à la gravure, elle est l’œuvre de Christophe Jeger ( ?-1652), un des plus grands graveurs de l’entourage de Rubens et le seul qui grava pour lui sur bois42.

37Les vignettes sans encadrement qui constituent les emblèmes, sont d’une gravure très sobre, qui met en valeur la typographie et la mise en page du texte.

38L’emblème ouvrant la première partie, la Foi, exprime les attributs de Dieu le père. Il s’agit d’une représentation de la quadrature du cercle (fig. 4). La devise est une phrase de la première épître de Pierre : « Par la foi vous serez gardés dans la perfection de Dieu, de la Divinité de Dieu le père immense qui contient tout ». Comment traduire cette perfection divine, sinon par la figure géométrique la plus parfaite ? Le cercle est le symbole de l’éternité. Les figures régulières successives, triangle (trine comme les vertus théologales), carré (comme les vertus cardinales), et polygones réguliers de plus en plus complexes concrétisent les étapes du cheminement humain vers Dieu, le tout parfait. La perfection divine est cependant inaccessible, tout comme la quadrature du cercle reste insoluble.

39La page de texte explicatif qui fait face à la vignette joue sur la typographie, en faisant ressortir les mots omnium et uno, ce qui rehausse la transcendance de Dieu père :

Dieu père de Tout,
Fondateur, conservateur, gardien.
Tout
De manière incompréhensible
Inscrit en personne dans la Trinité.
Principe, Commencement et Fin.
Le terme et la mesure.
[Tout] Qui est embrassé par la seule Foi,
Quand la raison et la nature ne comprennent pas.
Suppliant, je fais sainte
Cette Foi emblématique,
Par la Foi la plus excellente,
Au moyen du cercle à l’image de la Divinité

Figure 4 : Guillaume Van Hees, Emblemata sacra, 1636, emblème ouvrant la première partie, la Foi (collection particulière).

Figure 5 : André Tacquet, vignette du titre des Element Geometríœ planœ ac solidœ, 1654 (bibliothèque des facultés jésuites, Centre Sèvres).

40Ces quelques lignes résument admirablement la théologie de la transcendance divine et la primauté de la Foi. Le lecteur peut en méditer chaque mot. L’emblème quant à lui ramène l’humain à sa finitude face à la perfection, car, malgré leurs efforts, les savants du temps n’ont pas réussi à résoudre la quadrature du cercle.

  • 43 Elementa Geometriae plana ac solida, quibus accedunt selecta Archimede Theoremata, la première édi (...)

41Parmi eux, un jésuite a passé des années de sa vie à tenter de le faire. C’est le père André Tacquet (1612-1660). La vignette du titre de sa Géométrie parue en 165443, vignette que l’on retrouve sur les éditions ultérieures ressemble fort à l’emblème de Van Hees (fig. 5). Ici n’ont été tracés que les polygones débutant la quadrature, mais l’inscription qui l’entoure est éclairante :

Hunc omne principium, tunc refer excitum,
« De là : tout principe. Là ramène ce qui est suscité »

  • 44 D’après Sommervogel, t. 4, 1904, col. 336 (Thesesphilosophicae)... praeside Reverendo Patre Guilie (...)

42La similitude des deux vignettes n’est certainement pas fortuite. Le père Van Hees a enseigné aux scolastiques du collège de Louvain et nous savons qu’il a formé le jeune Tacquet puisqu’il a présidé la soutenance de ses thèses de philosophie44 et l’a vu ensuite se distinguer singulièrement en mathématiques.

43Or en 1640, année du centenaire de la fondation des jésuites et du cours commémoratif de Ciermans à Louvain, année où Tacquet commence sa théologie après avoir professé le grec et la poésie au collège de Bruges, sort des presses plantiniennes de Balthazar Moretus Imago Primi Saeculi Societatis Iesu, somptueux ouvrage de prestige in-folio sur l’histoire de l’ordre. Il est richement illustré de 126 images emblématiques enchâssées dans de magnifiques encadrements à la grotesque. Les libraires, en plagiant les images d’un livre aussi prestigieux, s’en appropriaient un peu la gloire, et celle-ci rejaillissait aussi sur le lecteur !

  • 45 En 1650, Philippe Eugène, comte de Hornes et d’Herlies, soutient sa thèse sous le titre Dissertati (...)

44Bon nombre d’ouvrages de piété, mais pas seulement, paraissent donc dans ce style à Anvers. Une douzaine d’années après la publication de ce monument, tandis que Tacquet occupe la chaire de mathématiques du collège de Louvain à la suite du père Ciermans, on retrouve de ces images emblématiques richement encadrées pour illustrer les thèses d’importants élèves45.

  • 46 BM Lyon, 125673.

45Mais au lieu de se borner à l’expression allégorique de la matière mathématique, ces thèses sont constituées de poèmes qui magnifient plus le personnage que sa science. Ainsi, la brochure commémorant la thèse de Théodore d’Immerselle, comte de Bouchout le 3 septembre 1652, dédiée à l’archiduc Léopold Guillaume et offerte par l’académie des nobles belges46. Elle comprend deux poèmes rédigés en vers décasyllabes où les tous les mots qui comprennent des M,D,C,L et I, forment la numération latine de l’an 1652 répétée par séquences, un bel exercice de chronogramme ! une élégie et un poème en alexandrins, dédiés à Immerselle. Les matières astronomie, arithmétique, musique et fortification sont traitées sous forme d’emblemata avec une devise, un motto et un poème. L’image est enserrée dans un encadrement à la grotesque très semblable à ceux des Imago Primi Soeculi. La devise de l’astronomie (fig. 6) est : Mathematicè arcana detegenti (pour percer les secrets des mathématiques), le motto : industria pandit (l’industrie laborieuse ouvre la voie, allusion à la lunette) est suivi d’un poème de huit vers en alexandrins :

Cynthia (Diane), toi qui repousses les ténèbres nocturnes par ta lumière,
Pourquoi incriminerai-je avec raison ce que ton orbe contient
Ne rougis pas te dis-je : tu n’es pas sans défaut parmi tous les astres,
Cinthia tu ne scintilles pas non plus de pure lumière.
Ce que je découvrirai veux-tu le savoir ? L’industrie laborieuse ouvre la voie Et enseigne ce qui se cache de vice en ton orbe...

Figure 6 : Thèse de mathématiques de Théodore d’Immerselle, emblème de l’astronomie (bibliothèque municipale de Lyon).

46Un impressionnant placard (97,5 x 68 cm) immortalisait la soutenance dans une mise en scène théâtrale du portrait du dédicataire, l’archiduc Léopold Guillaume. Le rideau relevé dévoile la scène. Entouré de lauriers, le portrait de profil est placé sur un piédestal où sont adossées le Temps et l’Éternité. Le portrait est honoré par les allégories se rapportant à la thèse munies de leurs attributs. Elles le regardent toutes avec déférence, tandis que des putti leur tiennent le texte des arguments défendus. Au fond, les panneaux lambrissés du décor d’architecture dorique sont couverts des figures afférentes aux problèmes.

47Cependant, l’ensemble n’a plus guère de rapport avec le joli in 4° développant en 1624 les thèses de statique de Grégoire de Saint-Vincent dans son langage à double sens et ses images bizarres. Le professeur disparaît, c’est maintenant le dédicataire et l’élève qui sont magnifiés. Une certaine superficialité a gagné du terrain. Les bons mots, les jeux d’esprit, les chronogrammes se substituent aux raisonnements. Ces derniers ne figurent plus que sur le placard et d’une manière allusive. Ces images sont le signe d’une mutation profonde de la société. Le père de Dainville dans son œuvre non publiée s’est interrogé sur les modalités de cette transformation en F rance, n’ayant pas reçu en son temps l’écho qu’il aurait mérité.

48La pratique des exercices spirituels a donc conduit les jésuites à mettre en œuvre une pédagogie de l’image réellement novatrice. Elle reflète l’évolution de la société du temps. La montée en puissance de la bourgeoisie marchande a suscité un « humanisme nouveau » très pragmatique et brillant pour ses fils. Les grands textes classiques ne sont plus étudiés pour eux- mêmes, mais commentés. Les élèves ont plus le souci de prouver leur agilité à versifier en latin que de s’imprégner de l’exemple des grands rhéteurs, et le français fait son apparition dans les cours dictés dès avant les années 1640. Dans leurs thèses, les élèves démontrent désormais leur dextérité intellectuelle. Ils combinent avec adresse toutes les formes de gymnastique de l’esprit, images, emblèmes, chronogrammes, versification. Ils prouvent alors que, non seulement ils sont aptes aux mathématiques, mais que, maîtrisant la rhétorique, ils excellent aussi en toutes sortes de jeux et savent les mettre à profit pour leur propre gloire.

Notes

1 La Géographie des humanistes, Bordeaux, Beauchesne, 1940, et « L’enseignement des mathématiques de France du seizième siècle au dix-huitième siècle », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, 1954, t. VII, p. 6-21 et 109-123.

2 Antonella Romano, La Contre-Réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance. Rome, Ecole française de Rome, 1999, 691 p.

3 Le texte de l’édition princeps des Exercices spirituels de 1548 reste inchangé, il a été cependant vérifié en 1593 sur le manuscrit autographe. Le Directoire des exercices spirituels par contre, fait l’objet de retouches jusqu’en 1599. L’Ordo du collège de Messine de 1548 est la matrice de la Ratio studiorum éditée pour la première fois en 1586.

4 Voir Frederick Mc Leod, « L’utilisation de l’imagination dans les exercices ignatiens », Centrum Ignatianum Spiritalitatis, vol. XVIII, n° 54, 1987, p. 25-82, et Pierre-Antoine Fabre, Ignace de Loyola, le lieu de l’image, Paris, EHESS-J. Vrin, 1992.

5 La Préface de l’édition princeps de 1548 dit : « Pour ce qui concerne l’impression, je voudrais que tu reçoives, pieux lecteur, l’avis suivant : ce n’est pas pour ceux qui doivent seulement lire les Exercices, mais pour ceux qui doivent les faire, ou plutôt qui doivent les donner à d’autres, qu’une telle peine et un tel soin ont été dépensés. », Ignace de Loyola, Texte autographe des Exercices spirituels, Paris, Desclée de Brouwer-Bellarmin, 1986 (col. Christus, n° 60), p. 259-260.

6 Lucia Nuti, Ritratti di città, Venezia, Marsilio, 1996, chap. 1.

7 25e session, 2e partie, décret « sur les reliques et les images », Ch.J. Hefele (dir.) Histoire des conciles d’après les documents originaux, tome 10, 1'partie, Paris, Letouzey et Ané, 1938, p. 592-600. Le Concile insiste sur les grands avantages que l’on peut retirer de leur culte. Le 2e concile de Nicée avait déjà dit que « le vrai effet des images est d’élever les esprits aux originaux ».

8 Trois discours pour la religion catholique des miracles, des saincts, des images Au très chretien Roy de France et de Navarre, Henri IIII, Par Louis Richeome de la Compagnie de Jesus, A Bourdeaux, Par S. Millanges Imprimeur ordinaire du Roy, M.D.XC.VII., p. 453-454.

9 La peinture spirituelle ou l’art d’admirer aimer et louer Dieu en toutes ses œuvres et tirer de toutes profit salutere. Au très révérend père Aquaviva... Lyon, Pierre Rigaud, 1611.

10 Voie la récente édition : Ratio studiorum. Plan raisonné et institutions dans la Compagnie de Jésus, édition bilingue traduite par Léone Albrieux et Dolorès Pralon-Julia, annotée et commentée par Marie-Madeleine Compère. Présentation : Adrien Demoustier, Dominique Julia. Paris, Belin, 1997, 314 p. Voir aussi F.W. Kokomoor. « The Teaching of Elementary Geometry in the seventeenth century », ¡sis, vol. 10, n  33, 1928, p. 21-32. et vol. 11 (1), n° 35, 1928, p. 85-110

11 Pour les textes de 1540 à 1572 : Monumenta pedagogica Societatis Iesu mis à jour par L. Lukàks, 1965 (t. 1) et 1974 (t. 2 et 3). Pour l’ensemble de la période moderne jusqu’en 1832 (surtout sur les collèges germaniques) : G. Pachtler, Monumenta Germania poedagogica, t. 1 et 2 1887, t. 3 1890, t. 4 1894.

12 Le cursus philosophique dure trois années, la première est enseignée la logique, la seconde, la physique, la troisième et dernière, la métaphysique.

13 « Pendant la seconde année de philosophie, tous les philosophes entendront aussi en classe pendant trois quarts d’heure environ une prélection de mathématiques. En outre, si quelques-uns ont des aptitudes et de l’inclination pour cette étude, ils s’exerceront après le cours dans des leçons privées ». Règles du Provincial, n° 20, Ratio studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, Paris, Belin, 1997, p. 82.

14 Le père de Dainville notait, d’après le catalogue des classes pour 1627, que sur les 12 565 élèves instruits dans les 14 collèges de la province de Paris, il n’y a que 64 élèves répartis en deux classes de mathématiques l’une à Paris, l’autre à La Flèche. « L’enseignement des mathématiques au XVIIe siècle », XVIIe siècle, janvier 1956, n° 30, p. 62-68. Pour les provinces belges, Gilbert Dehon, op. cit., p. 149, note que l’étude de la dialectique en rhétorique évitait aux étudiants les deux années de philosophie et leur permettait d’accéder immédiatement aux offices de l’armée et de l’administration.

15 Les règles du professeur de mathématiques spécifient la durée du cours : trois quart d’heure où sont enseignés les Eléments d’Euclide. Deux mois plus tard, notions de géographie et autres matières y sont ajoutées, le même jour ou un jour sur deux. Chaque mois ou un mois sur deux au moins, un problème classique est résolu, et une répétition publique est organisée le samedi à la place de la prélection. Bien que ce ne soit pas spécifié, ces cours sont quotidiens sur 5 jours. Cf. Ratio studiorum. Plan raisonné et institutions dans la Compagnie de Jésus, Paris, Belin, 1997, p. 132.

16 Ce texte, souvent cité comme témoin de la civilité de cette époque, a eu un large succès. Après la première édition (Paris, T. Du Bray, in-4°) contrefaite dès 1631, il y en a au moins sept autres jusqu’en 1681. Existent aussi trois éditions comportant le texte traduit en espagnol en regard du texte français (1634, 1656, 1660).

17 D’après l’édition de 1658, chez Michel Bobin et Nicolas le Gras, p. 45.

18 Dainville a surtout vu le manuscrit de la Bibliothèque nationale de France, Ms latin 17 862, publié avec variantes : Le cours de mathématiques contenant cent figures une idee generale de toutes les parties de cette science... dédié à la noblesse, 3e édition, Paris, Simon Bernard, 1661.

19 La province belge, divisée en deux provinces (flandro-belge et gallo-belge) en 1612, avait obtenu un aménagement de la Ratio studiorum, et, selon la tradition du pays, de n’avoir que deux années de philosophie, la logique et la physique. Le cours de dialectique fut donné en rhétorique et non en philosophie ainsi ramenée à seulement deux années. Les mathématiques y étaient enseignées au cours de la seconde. En Province flandro-belge, le privilège de 1625 ramenait les vacances des philosophes à 15 jours entre le 9 septembre et le 10 octobre. Voir Charles Van de Vorst « Instructions pédagogiques de 1625 et 1647 pour les collèges de la Province Flandro-belge », Archivum historicum Societatis Iesu, vol. 19, 1950, p. 181-236 ; et aussi Gilbert Dehon, L’université de Douai dans la tourmente (1635-1765). Heurs et malheurs de la Faculté des Arts, Paris, Presses universitaires du Septentrion, 1998.

20 Cf. A. Quetelet, « Ciermans (Jean) », Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale des Sciences, des Lettres et Beaux-Arts de Belgique, tome 4, col. 112-115 et Orner Van de Vyver, « Ciermans (Cosmander) Jan », Nationaal Biografisch woordenboek, Brussel, Koninklijke Academien van België, 1977, tome 7, col. 138-148 (en néerlandais).

21 Repetitio Menstrua Quam de Geometricis, Astronomicis, Staticis Instituent Illustrissimi Domini D. Christophorus Rozdrasewski Comes in Rozdrazaw et. D. Leo Carolus Sapieha Comes in Grodek gubernator amerstinensis etc., D. Iacobus Rozdrazewski Comes in Rozdrazew etc. Praeside R.P. Ioanne Ciermans Societatis Iesu Mathesios Professore. In Collegio eiusdem Societatis. Lovanii XXV. Februarii. Anno M.DC.XXXIX. Figuras ad explicationem, demonstrationemq; Thesium necessarias exibeunt tabula, quâ picta, quâ delineata quiquaginta. S.l., Everardum de Witte, 4°, 16 p. non chiffrées. (Sommervogel, col. 1186) le livret comporte aussi les problèmes pratiques traités.

22 Repetitio menstrua quam de Cosmographicis et Geographicis Instituent Nobiles DD. D. Johannes Antonius Tucher D. Jacobus Hoens Praeside R.P. Johanne Ciermans Societatis Iesu Matheseos Professore in Collegio eiusdem Societatis. Lovanii Anno M.DC.XXXIX. Figuras ad explicationem, demanstrationemque thesium necessarias tabula picta exhibemus, s.l.n.d., 32 p. n. ch. La première partie traite de cosmographie, la seconde de géographie, les trois suivantes reprennent les thèmes débattus le 25 février.

23 On trouve une variante du frontispice (dessin de Ph. Fruitiers gravé par Jacob Neeffs) : Annus Positionum Mathematicarum Quas defendit ac demonstravit Perill : Dom D. Wolffgang. Philipp. Iacobus Unverzagt Baro de Ebenfurt. Praeside R.P. Iõe. Ciermans Sóctis Iesu. Anno M.DC.XLI. Il est plus rare et devait commémorer la séance. Les ouvrages sont souvent incomplets. L’exemplaire étudié (bibliothèque des facultés jésuites de Paris : C 426/32) est lacunaire de la dédicace à l’empereur Ferdinand III et des 1'et 2e semaines de juillet.

24 Voir Charles Van de Vorst : « Instructions pédagogiques de 1625 et 1647 pour les collèges de la Province Flandro-belge » Archivum Historicum Societatis Iesu, vol. 19, 1950, p. 181-236. On trouve de notables différences de la première partie de 1625 d’avec la ratio de 1599 : les vacances ont pour toutes les classes la même durée (15 septembre-début octobre). Il n’y a pas d’allusion à la classe de mathématiques. Voir la synthèse de Michel Hermans « Genèse de la pédagogie jésuite. Ses particularités dans la Province gallo-belge », Le Collège de Luxembourg. Du Collège des jésuites au Collège municipal 1603-1815, Josy Birsens dir., Luxembourg, Éditions Saint-Paul, 2003, t. 1, p. 39-61.

25 « Fabriquer une unique vis d’Archimède grâce à laquelle les forces de l’homme peuvent soulever vers le haut un poids quel qu’en soit l’importance » dit le texte.

26 Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Ms latin 17862 in-folio.

27 Voir Dainville, « L’enseignement des mathématiques du seizième siècle au dix-huitième siècle », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, 1954, t. 7 p. 6-21, 109-121, et « L’enseignement des mathématiques au dix-septième siècle », Bulletin de la société d’étude du XVIIe siècle, 1956, n° 30, p. 62-68, articles repris dans François de Dainville, L’Education des jésuites, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Éd. de Minuit, 1978.

28 Le texte dit instruimus machinam ce qui laisse supposer qu’une machine pour multiplier et diviser bien été construite. Elle devance donc celle de Pascal (1642) pour additionner et retrancher, laquelle était du même type que celle inventée par W. Schickard pour Kepler en 1623.

29 En 2002 Ralph Dekonink a soutenu à l’Université catholique de Louvain une thèse Des Imagines jésuites àl’Imago des jésuites. Statuts et fonctions de l’image dans la littérature spirituelle jésuite éditée à Anvers entre 1585 et 1640, qui devrait être publiée en 2004. Elle aborde statut, fonctions et usages de l’image spirituelle et leur évolution.

30 In-4° oblong, 23 p. frontispice compris, 20 fig. sur 10 feuillet non chiffrés. Les deux derniers feuillets sont les 12 paradoxes. Exemplaire décrit : CDRR Namur, Rés. varia 28-1624. Des exemplaires ont au titre une variante Defendenda... in Collegio Societatis Iesu Lovanii a Gualtero Van Aelst Antverpiensi... Van Aelst était l’autre défenseur. Voir H. Bosmans, « Sur les thèses de statique de Grégoire de Saint-Vincent », Annales de la Société scientifique de Bruxelles, 44'année, 1924-1925, p. 17-22.

31 Amorum emblemata Figuris meis incisa Studio Othonis Vani Baravo-Lugdunensis, Antverpiae, Venalia apud Auctorem, M.DC.IIX. Il connut un large succès et donna lieu à de nombreuses éditions. Van Veen a lui-même emprunté le format et certains emblèmes à Daniel Heinsius. On trouve à la même époque des ouvrages scientifiques illustrés de putti, comme le célèbre in-folio de François d’Aguilon, Opticorum libri sex, sorti en 1613 des presses plantiniennes de la veuve et des fils de J. Moretus à Anvers.

32 La traduction de ce passage nous a été aimablement communiquée par Patricia Radelet qui prépare avec Jean Dhombres une traduction des thèses de Grégoire de Saint-Vincent à paraître prochainement. Qu’ils en soient vivement remerciés.

33 Henri Bosmans, « Sur les thèses de statique de Grégoire de Saint-Vincent », Annales de la Société scientifique de Bruxelles, t. 44, 1924-1925, p. 17-22.

34 Cf. Karel Porteman, Emblematic exhibitions (affixiones) at the Brussel Jesuit College (1630-1685), Turnhout, Brepols, 1996, 200 p.

35 Il s’agit de Adnotationes et meditationes in Evangelia quae in sacrosancto missae sacrificio toto anno leguntur... qui sort en 1594-1595 à Anvers chez Martin Nutius, puis en 1607 sur les presses plantiniennes. L’histoire de l’exécution de ces planches est complexe. Voir M. Funck, Le Livre belge à gravures, Paris et Bruxelles, G. Van Oest, 1925, p. 366-367.

36 Karel Porteman, op. cit., p. 16.

37 Duodecim specula Deum aliquando videre desideranti concinnata, Auctore P. Ioanne David Societatis Iesu Sacerdote, Antverpioe, ex officina Plantiniana, Apud Ioannem Moretum. M.DC.X, 8 f. non chiffrés (comprenant le frontispice et une gravure), 184 p. incluant 11 gravures, 8 f non chiffrés (le dernier avec la marque de l’imprimeur au r°).

38 Voir Werner Waterschoot, « Joannes David Editing ‘Duodecim Specula’« , The Jesuit and the emblem tradition, selected papers of the Leuven international emblem conference, 18-23 August 1996, John Manning & Marc Van Vaeck (éd.), Turnhout, Brépols, 1999, p. 353-364.

39 Waterschoot op. cit. p. 357 dit « Balthasar has suggested that the trilingual subscriptio should be cut and that only Latin one should be retained [...] The different scenes in the pictures were to be marked by means of a consecutive alphabetical series of capitals. » Cette légende occupe l’espace laissé libre par les subscriptiones en langue vernaculaire supprimés.

40 L’ouvrage est dans la lignée de Adnotationes et meditationes... du père Jérome Nadal paru à Anvers, chez Martin Nutius en 1595. Lydia Salviucci Insolera le décrit dans La Spiritualité en images aux Pays Bas méridionaux dans les Livres imprimés des XVIe et XVIIe siècles, Louvain, Peeters, 1996, p. 135-208.

41 Alfred Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays Bas, Bruxelles, Hayez, 1927, t. 1, p. 555 n.5. Guillaume Van Hees dirigea la sodalité latine du collège de Bruxelles et fut prédicateur à la cour de l’Archiduc Léopold. Il avait gouverné les collèges d’Alost et de Gand, ainsi que la maison professe d’Anvers.

42 Voir Peter Paul Rubens 1577-1640, Katalog II Maler mit dem Grabstichel. Rubens und die Druckgraphik, Köln, Museen der Stadt, 1977, 128 p.

43 Elementa Geometriae plana ac solida, quibus accedunt selecta Archimede Theoremata, la première édition est parue à Anvers, chez Jacob Meursius, in-8°. Cette édition est dédiée au Comte de Hornes et d’Herlies.

44 D’après Sommervogel, t. 4, 1904, col. 336 (Thesesphilosophicae)... praeside Reverendo Patre Guilielmo Hesio, Societatis Iesu, Philosophiae Professore, Defendet Andreas Tacquet, eiusdem Soc... Sommervogel s’interroge sur l’année de soutenance qu’il situe entre 1631 et 1633. D’après Bosmans, « Le Jésuite mathématicien anversois André Tacquet (1612-1660) », De Gulden Passer, n.s. t. 3, 1925, p. 63-87, Tacquet était étudiant de physique en 1632-33. La soutenance se placerait donc en août 1633.

45 En 1650, Philippe Eugène, comte de Hornes et d’Herlies, soutient sa thèse sous le titre Dissertatio physico-mathematica de motu circuli et sphaera, quam praeside R.P. Andrea Tacquet Societatis Iesu matheseos professore... Lovanii 31 Ian. An. 1650, imprimé la même année à Louvain, chez Cornelius Coenesten, in-4° de 44 p., 1 pl. Nous n’avons pas eu la thèse sous les yeux, non plus que celle de l’année suivante soutenue par le même qui comportait optique, statique et art de la guerre.

46 BM Lyon, 125673.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Jean Ciermans, Disciplina mathematica... Vignette de la première semaine du mois de janvier consacré à la statique. Louvain, 1640 (Bibliothèque des facultés jésuites, centre Sèvres).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Figure 2. Le quatrième théorème des thèses de statique de Grégoire de Saint-Vincent Theoremata mathematica, 1624 (CDRR Namur).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Figure 3 : Ian David, Duodecim specula, 1610, le miroir ardent (collection particulière).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Figure 4 : Guillaume Van Hees, Emblemata sacra, 1636, emblème ouvrant la première partie, la Foi (collection particulière).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/615/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Figure 5 : André Tacquet, vignette du titre des Element Geometríœ planœ ac solidœ, 1654 (bibliothèque des facultés jésuites, Centre Sèvres).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/615/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Figure 6 : Thèse de mathématiques de Théodore d’Immerselle, emblème de l’astronomie (bibliothèque municipale de Lyon).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/615/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

Auteur

Née en 1944. Après un cursus littéraire et scientifique, elle opte pour la géographie, intègre l’École supérieure de cartographie géographique dont elle obtient le diplôme en 1970 et entre à l’EPHE (sciences de la vie et de la terre). Elle soutient en 1974 une thèse de géographie physique et participe aux travaux pionniers de son laboratoire en télédétection. De 1987 à 1989, elle dirige un programme de recherche du CNRS sur l’environnement fondé sur l’exploitation des cartes anciennes. Ceci la conduit à organiser en 1992 un colloque publié en 1995 sous le titre L’Œil du cartographe. Depuis, elle développe cette thématique à la section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE comme chargée de conférences et dans des manifestations scientifiques ou des expositions au sein de l’U.M.R. PRODIG.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search