Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Postérités

Le livre liégeois. Stratégies éditoriales au début du XVIIe siècle

Michel Hermans S.J.

Texte intégral

  • 1 « L’usage du Bref discours (1608) dans La Naissance de l’humanisme moderne. Analyse et raisons d’un (...)
  • 2 F. de Dainville, « L’auteur du ‘bref discours’ sur les écoles de la Compagnie », Archivum Historicu (...)

1Nous avons vu l’importance du Bref discours dans l’œuvre de F. de Dainville1. Ce texte, qui est en fait un extrait de la Vie du B. Ignace de Loyola imprimée à Arras en 1607, est l’œuvre de Pierre de Ribadeneira (1526-1611)2. Il a été publié de manière anonyme sur les presses de Léonard Streel à Liège, en 1608. Il va nous servir de fil conducteur pour esquisser la politique éditoriale des jésuites liégeois.

  • 3 Sur l’importance des écrivains jésuites belges de 1585 à 1640, voir J. Andriessen, « L’apostolat de (...)

2Très vite les jésuites se sont résolument engagés dans ce nouveau mode de communication que représentait le livre. L’importance de l’imprimerie dans les anciens Pays-Bas et des écrivains jésuites belges n’est plus à prouver3. L’étude de l’édition liégeoise montre que l’impression de textes d’auteurs jésuites étrangers débouche sur un réseau étendu de traducteurs et de diffuseurs. Ces livres veulent offrir à un large public des œuvres pédagogiques qui promeuvent le catholicisme post-tridentin, dans un territoire situé aux frontières de l’ère d’influence de la réforme protestante. Organisée autour du collège jésuite, l’édition liégeoise rayonne depuis la ville, vers le diocèse et jusqu’aux anciens Pays-Bas.

LE RESEAU DES TRADUCTEURS DE LA PROVINCE GALLO-BELGE

3Nous ignorons le nom du traducteur du Bref Discours. A le rechercher voici que tout un réseau de traducteurs possible est mis à jour.

  • 4 F. de Dainville émet l’hypothèse que l’éditeur de Liège et le traducteur d’Arras pourraient se conf (...)
  • 5 A. Labarre, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIe siècle, t. 15 : Artoi (...)
  • 6 Sur le collège d’Arras, voir P. Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre s (...)
  • 7 Sommervogel, t. 2, col. 474-476 ; A. de Bil, « Buzelin (Jean) », Dictionnaire d’histoire et de géog (...)
  • 8 F. De Vriendt, « Le père Charles Malapert s.j. (1581-1630), un savant montois au temps de l’apogée (...)
  • 9 Le nombre croissant de collèges et de personnel, et l’étendue du territoire rendent difficile le go (...)
  • 10 Archives jésuites de la Province de Belgique méridionale (Bruxelles) : Catalogi provinciae belgicae (...)

4Il peut s’agir, selon toute vraisemblance, de la même personne qui traduisit le chapitre sur « l’institution des écoles » de la biographie arrageoise d’Ignace de Loyola (1607)4. L’épître de cet ouvrage est dédicacée par les jésuites d’Arras à Philippe de Caverel, abbé de Saint-Vaast et bienfaiteur du collège5. Le traducteur est-il pour autant un membre du collège d’Arras ? Plusieurs jésuites qui y résident entre 1605 et 16086 sont répertoriés parmi les écrivains : Jean Buzelin (1572-1629), professeur d’humanités de 1602 à 16067 ; Antoine Laubegeois (1572-1626), préfet des études de 1602 à 1607 ; Charles Malapert (1581-1630), professeur d’humanités de 1603 à 1606, futur mathématicien8 ; Philippe Du Trieu (1580-1645), professeur d’humanités de 1606 à 1608, auteur du Manuductio ad logicam, sive Dialectica, manuel de dialectique en usage dans la province gallo-belge9. Cependant aucun n’est connu comme traducteur et aucun jésuite en provenance d’Arras n’arrive à Liège entre 1605 et 160810.

  • 11 A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays-Bas, t. 2, Bruxelles, Marcel H (...)
  • 12 CI. Falla, L’Apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648), Liège, Faculté de Philosophie et Lettres (...)
  • 13 Sur les rapports entre cet abbé et les jésuites, voir L. Vos, Louis de Blois, abbé de Liessies (150 (...)
  • 14 André Schott a traduit deux œuvres : la Vita P Jacobi Laynis [1604] et le Catalogus scriptorum reli (...)
  • 15 Le liégeois, Jean d’Heur, réside à Liège de 1584 à 1585 et de 1598 à 1603. Il fit édité à Liège, en (...)
  • 16 Gaspar de Quartemont réside au collège de Liège de 1586 à 1595. P. Guérin, Les Jésuites du collège (...)
  • 17 Het leven vanden S.P. Ignatius van Loyola, Ypres, 1611 et 1613 ; Anvers 1622. Sommervogel, t. 2, co (...)
  • 18 Generale legende der Heylighen, Anvers, 1619, 1629, 1641. Sommervogel, t. 7, col. 202.
  • 19 Tractaet vande tribulatie, Anvers, 1635.
  • 20 Sommervogel, t. 1, col. 831-841 ; A. Hamy, Bibliographie audomaroise de la Compagnie de Jésus, Sain (...)
  • 21 J. Buzelin, Triumphus quo S. S. Victorem ; V. Cepari, La vie du Bienheureux Louys de Gonzague, Doua (...)
  • 22 Cette traduction a été insérée dans Narré de ce qui s’est passé. E.-M. Rivière, Corrections et addi (...)
  • 23 Cité par E. Soil, Les maisons de la Compagnie de Jésus à Tournai, Bruges, DDB, 1889, p. 203.
  • 24 The Life of B. Father Ignatius of Loyola, traduit de l’édition espagnole de 1594, publiée à Saint-O (...)
  • 25 Forcés d’émigrer, les catholiques britaniques créent sur le continent des établissements dont plusi (...)
  • 26 Kurtzer Innhalt des Lebens Des Ehr- und Glorwürdigen Patris Ignatii von Loyola, Ersten Stiffters de (...)
  • 27 Voir l’ouvrage récent : J. Birsens (éd.), Du collège jésuite au collège municipal (1603-1815), 400 (...)

5Les jésuites d’Arras ont pu faire appel à un confrère d’un autre collège. Quelques jésuites belges s’illustrent comme traducteur, surtout en patrologie et en ascétisme11. Ils traduisent des ouvrages espagnol, italien, latin, grec, flamand ou français en latin, grec, flamand ou français. En patrologie, signalons le liégeois, Pierre Halloix (1571-1656), qui se consacre aux écrivains ecclésiastiques des deux premiers siècles12. En ascétisme, les traducteurs belges contribuent à la diffusion de traités d’auteurs jésuites, principalement des espagnols, – Alphonse Rodriguez (1538-1616), Louis de La Puente (1554-1624), Jacques Alvarez de Paz (1560-1620), Jean-Eusèbe Nieremberg (1595-1658) et Ribadeneira –, des italiens, – Robert Bellarmin et Luc Pinelli (1542-1607) –, et l’allemand, Jérémie Drexel (1581-1638). Ils traduisent également des ouvrages d’écrivains non jésuites, notamment des œuvres de Louis de Blois, abbé de Liessies, dont la lecture est recommandée au noviciat des jésuites13. Pour la première moitié du XVIIe siècle, nous avons répertorié sept jésuites belges traducteurs d’ouvrages de Ribadeneira. Trois transposent de l’espagnol en latin : André Schott (1552-1629)14, Jean d’Heur [Oranus] (1544-1603)15, et Gaspar de Quartemont (1577-1624)16. Trois le font en flamand : Jean David (1545-1613)17, Héribert Rosweyde (1569-1629)18, et Charles Van Houcke (1593-1650)19. Un s’attache à le rendre en français : Antoine de Balinghem (1571-1630)20, un des auteurs ascétiques les plus féconds de la gallo-belge. Ce dernier traduit également en français des œuvres de Jean Buzelin, de Virgile Cepari (1564-1631)21, de Louis de La Puente et une lettre d’Antoine Laubegeois sur les fêtes en l’honneur de la béatification d’Ignace de Loyola à Coïmbre en 160922. En 1610, il reçoit 72 florins des magistrats de la ville de Tournai « pour ses bons devoirs et offices tant en l’institution de la jeunesse, composition de bons, saints et pieux livres, que par prédications et bonnes doctrines »23. Sur le territoire des anciens Pays-Bas, les jésuites publient également des versions anglaises et allemandes d’œuvres de Ribadeneira. Parmi celles-ci, signalons une traduction anglaise de la vie d’Ignace par Michel Walpole (1570-1625)24, éditée à Saint-Omer25 en 1616 et un abrégé en langue allemande de la vie d’Ignace édité en 1612 à Luxembourg26 où les jésuites viennent d’ouvrir un collège en 160327.

  • 28 1re édition à Bordeaux en 1616, édition à Douai en 1626. A. Labarre, Répertoire bibliographique des (...)
  • 29 A. Labarre, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIe siècle, t. 15, p. 83.
  • 30 Signalons Henry de Sponde (1568-1643), évêque de Pamiers (1626-1639), auteur d’une traduction d’une (...)
  • 31 La bibliographie des œuvres de M. d’Esne est donnée dans Messager des sciences historiques ou Archi (...)
  • 32 Ces deux ouvrages sont publiés, le premier en 1613, le deuxième en 1614, par Guillaume de la Rivièr (...)

6Des jésuites français s’illustrent également dans la traduction d’œuvres de Ribadeneira dont certaines sont publiées dans les anciens Pays-Bas. Ainsi François Favard (ca 1562-1644) traduit la première version française de la Vie d’Ignace, publiée à Avignon en 1599 et reprise à Arras en 1607 dans une édition augmentée. François Solier (1558-1628) a à son actif trois ouvrages : La Vie du Reverend Pere François de Borgia [Verdun, 1596], La vie du R.P. Laynez [1597], et le Traicté de la tribulation [Douai, 1599]. Pierre Du Jarric (1566-1617/18) traduit Le paradis de l’ame d’Albert le Grand sur base de la traduction espagnole de Ribadeneira28. Jacques Gaultier (1562-1636) semble être le traducteur d’un ouvrage intitulé Les Vies des bien-heureux peres de la Compagnie de Iesus Ignace de Loyola et édité à Arras en 161529. Des écrivains non jésuites s’adonnent également à la traduction de livres de Ribadeneira. Parmi ceux-ci30, le Seigneur de Bétencourt, Michel d’Esne (1540-1614), évêque de Tournai (1597-1614), débute en 1595 avec la vie de François de Borgia, poursuit en 1597 avec celle de Jacques Laínez et d’Alphonse Salmerón. Déjà en 1594, il a traduit la vie d’Ignace de Loyola composée par Jean-Pierre Maffei (1538-1603). En 1613, il réédite l’ensemble de ces biographies en un seul volume31. Proche des jésuites, il aide à la création et à l’augmentation de leurs bibliothèques de Tournai, Douai et Lille. René Gaultier (1560-1638), avocat général au Grand Conseil puis conseiller d’État, est l’auteur de nombreuses traductions d’œuvres spirituelles, surtout d’auteurs espagnols dont deux de Ribadeneira : Les Fleurs des vies des saincts et des festes de toute l’année et un Nouveau manuel de prière32.

  • 33 Sur les 24 éditions françaises de Ribadeneira, 9 sont imprimées à Douai [1596, 1597, 1599, 1603, 16 (...)

7Quant aux lieux d’éditions, nous constatons que les traductions françaises d’œuvres de Ribadeneira, répertoriées sur le territoire des anciens Pays-Bas entre 1590 et 1640, sont publiées uniquement dans l’espace francophone. Ils se répartissent en sept villes : Douai, Arras, Valenciennes, Lille, Liège, Tournai et Namur33. Quatre sont le siège d’un diocèse (Arras, Liège, Tournai et Namur), une est un centre universitaire (Douai), et une est le centre administratif des jésuites de la province gallo-belge (Lille).

8S’il reste difficile de trancher la question du traducteur, nous pouvons constater qu’il existe bel et bien un réseau de traducteurs jésuites et non jésuites dans les Pays-Bas. Parmi les noms que nous venons d’évoquer, se distinguent le jésuite, A. de Balinghem, et l’évêque de Tournai, Michel d’Esne, pour le nombre important de traductions françaises dont ils sont auteurs. La répartition géographique des divers lieux d’impression des traductions françaises des textes de Ribadeneira, trace dans le nord de la France et la Wallonie actuelle, la nébuleuse des centres de production éditoriale jésuite de la province gallo-belge.

LES STREEL ET L’IMPRIMERIE LIÉGEOISE

La dynastie Streel

  • 34 Invité par le magistrat à venir exercer à Liège, Waltère ou Gauthier Morberius (Morbiers), imprimeu (...)
  • 35 Catherine est veuve en premières noces de Gilles Ouwerx. Une des autres filles de Gauthier Morberiu (...)
  • 36 Th. Gobert, « L’imprimerie à Liège sous l’ancien régime », p. 25-26.
  • 37 Th. Gobert, Liège à travers les âges. Les rues de Liège, t. 2, Liège, Georges Thone éditeur, 1925, (...)
  • 38 Warachtich verhael, vade groote tyrannye en wreetheyt des groeten Turcqs,..., Ghedruct tot Luyck by (...)
  • 39 La plupart des historiens donnent « 1653 » comme date de décès. À partir de 1654, Léonard Streel ne (...)

9De la fin du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle, des Streel exercèrent le métier d’imprimeur à Liège. Ils appartiennent à une même famille. Elle n’a fait jusqu’à présent l’objet d’aucune étude. Léonard Streel senior est né à Leew près de Saint-Trond. Il est le gendre du premier imprimeur de la cité de Liège, Gauthier Morberius qui exerça de 1558 à 159534. Celui-ci laissa un testament par lequel il donnait en héritage son imprimerie à son fils Caries. Mais comme ce dernier était sourd-muet, l’entreprise est confiée à Léonard Streel, second époux de Catherine Morberius35, une des trois filles de Gauthier, avec obligation d’entretenir Caries36. En 1590, Léonard Streel est cité comme libraire, résidant en amont de la maison de l’Épervier, aux environs du palais, à l’enseigne de Saint-Sébastien, derrière l’église Saint-Pierre37. En 1593 ou 94, il édite en flamand le récit du massacre turc contre les chrétiens qui s’est perpétré en octobre 159338. Durant sa carrière, il obtient plusieurs privilèges pour l’impression exclusive d’ouvrages et devient imprimeur juré des princes-évêques de Liège, Ernest de Bavière (1581-1612) et Ferdinand de Bavière (1612-1650). Nous ignorons la date de son décès39.

  • 40 Registre paroissial N.-D. des Fonts, 1592. Voir aussi J. Brassinne, « L’imprimerie à Liège jusqu’à (...)
  • 41 Henri Hoyoux ou Hovius fut éditeur-libraire de Morberius, puis à partir de 1596, imprimeur jusqu’en (...)
  • 42 Cet ouvrage sera édité très régulièrement. Il fut successivement publié par Léonard Streel, la veuv (...)
  • 43 Catherine Streel est baptisée à l’église Notre-Dame-aux-fonts de Liège, le 12 septembre 1635 et meu (...)

10Son fils, Léonard Streel, né à Liège en 159240, épouse Hélène Hoyoux, fille de l’imprimeur Guillaume Hovius41. Il exerce également le métier d’imprimeur. En 1635, sous le nom de L. Streel junior, il édite l’Anatomie de l’âme et des opérations divines du capucin Constantin de Barbanson (1582-1631). Il entame l’impression du fameux Almanach attribué à Mathieu Laensbergh dont le plus ancien connu date de 163642. En 1636, il s’installe à la rue Souverain Pont, à l’enseigne du Paradis Terrestre. Le 16 décembre 1650, il reçoit le privilège d’imprimeur du prince-évêque, Maximilien-Henri de Bavière (1650-1688). Il meurt en 1653. Il eut deux enfants : Guillaume-Henri, futur imprimeur, et Catherine qui épousera le notaire Gérard-Jean Douffet, neveu du peintre liégeois, Gérard Douffet (1594-1660)43.

  • 44 Son testament est publié dans Th. Gobert, « L’imprimerie à Liège sous l’ancien Régime », p. 118-124 (...)

11A la mort de Léonard Srreel junior, sa veuve reprend l’imprimerie et la publication jusqu’à son décès en 1690. Elle déménage à l’enseigne de la Trirème, dans la rue Gérardrie. Guillaume-Henri Streel, son fils, exerce également le métier d’imprimeur de 1654 à 1710. Avec sa mère, il reçoit le privilège d’imprimeur, octroyé le 2 novembre 1688 par le prince-évêque, Jean-Louis d’Elderen (1688-1694). À partir de 1679, il transporte son imprimerie dans la maison du Paradis Terrestre qu’il a sans doute hérité de son oncle, Jean-Matthias Houyoux, mort en novembre 1679. En 1710, encore célibataire, il décède à Liège44. Il n’aura pas de successeur dans la famille Streel, même si en 1713, on édite sous le nom des « héritiers de Guillaume-Henry Streel ». C’est Guillaume Barnabé qui reprend l’imprimerie.

La production de Léonard Streel

  • 45 A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, p. 211 ; Liège : ses bons métiers, ses premiers imprimeurs,(...)
  • 46 C’est un jésuite liégeois, Jean Leunis (1532-1584), qui fonda à Rome en 1563 la première Congrégati (...)
  • 47 Sommervogel, t. 4, col. 1817-1818.
  • 48 François Véron (1578-1649) fait ses études au Collège jésuite de Paris. Il entre dans la Compagnie (...)
  • 49 Sur la probable influence de cet ouvrage sur Descartes, voir M. Hermans et M. Klein, « Ces Exercice (...)
  • 50 L’auteur en est le jésuite Martin Couvreur (1576-1648) qui fut notamment instructeur du Troisième A (...)

12Durant sa carrière, L. Streel publie des ouvrages en latin, en français et en flamand, « pour la plupart didactiques et religieux »45. Parmi les livres sortis de ses presses, nous voudrions attirer l’attention sur une publication destinée aux sodalités. En 1599, L. Streel édite un Manuale sodalitatis sive exercitium spirituale Christianae Pietatis pour les congrégations mariales de Liège46. En 1600, il sort une deuxième édition revue et augmentée47. Celle-ci est à l’origine d’une version remaniée et publiée par François Véron à Pont-à-Mousson, en 1608, sous le titre de Manuale sodalitatis48. En 1610, celui-ci réédite, à La Flèche, le manuel additionné de quatre chapitres. À cette époque, il est professeur de philosophie et préfet des congrégations mariales au collège jésuite de cette ville. Le jeune René Descartes y est élève. Parmi les lectures spirituelles des élèves et donc de Descartes, il est très probable qu’a figuré ce Manuale sodalitatis de Véron49. Le Manuale sodalitatis connut d’autres éditions à Liège : en 1624, en français chez Arnold de Corswarem ; en 1629, chez le même, une réédition de la version de 1600 avec des ajouts du texte de Pont-à-Mousson et des extraits du De bono Sodalitatis Partheniae du jésuite Jean Bourgeois (1574-1653) ; en 1744, paraît encore à Liège une édition du Manuale sodalitatis. À noter également qu’en 1629, Jean Ouwerx imprime à Liège un petit livret destiné à la sodalité de la Visitation de Huy, l’Esclavage des dévots de la B. V. Marie50.

  • 51 Cette traduction est la version française résumée de l’Algebra de Clavius publié à Rome en 1608. El (...)
  • 52 Sur ces trois auteurs, voir C. Le Paige, « Notes pour servir à l’histoire des mathématiques dans l’ (...)

13La production de L. Streel est cependant diversifiée. Parmi les éditeurs liégeois de son époque, il est un des rares à publier des ouvrages de mathématique : en 1604, l’Institution de l’arithmétique de l’abbé liégeois Gilles Guillon (1575-avt 1618) ; en 1612, la traduction par le même Guillon de l’Algèbre51 du mathématicien jésuite Christophe Clavius (1538-1612) ; en 1616, le Nouveau épitome d’arithmétique du liégeois Jean Gallé (1600-1676) ; en 1630, Y Arithmetica calamo, calculo et creta prompte exercendae ratio de Jean Tielens, chanoine de l’église Saint-Denis à Liège52.

  • 53 L.-E. Halkin, « Lancelot de Casteau », dans La Vie wallonne, t. 44, 1970, p. 409-417.
  • 54 Vocabulaer van nieuws ghecorrigeert, zeer profijtelijck voor de gene die begeren fransoys ende duyt (...)
  • 55 Stadtbibliothek de Trèves. L’auteur, Noël de Berlaimont ou de Barlaimont, probablement originaire d (...)

14En 1604, L. Streel édite le plus ancien traité de gastronomie qui parût à Liège, L’Ouverture de cuisine, rédigée par Lancelot de Casteau, maître cuisinier des princes-évêques de Liège53. En 1628, il publie un vocabulaire qui a marqué l’histoire de la didactique des langues en Europe, le Vocabulaire... pour ceux qui désirent d’apprendre à parler françois & flamen54 du « maître d’école à Anvers », Noël de Berlaimont55. Déjà en 1553, Morberius en avait fait paraître une édition à Anvers. Henri Hovius l’édita à Liège sous le titre de Colloques ou dialogues avec un dictionnaire en sept languages en 1589, 1597, 1600 et 1610.

  • 56 Nous avons dénombré 68 ouvrages imprimés à Liège par L. Streel de 1594 à 1635. 21 ont un lien avec (...)
  • 57 Privilège reçu le 16 novembre 1610, confirmé le 21 mai 1613, par Ferdinand de Bavière.
  • 58 Henricus Bavarus Imperator..., cité par Sommervogel, t. 4, col. 1811, n° 3.
  • 59 Action de la Conversion du Bien-heureux Ignace de Loiola, cité par Sommervogel, t. 4, col. 1811, n° (...)

15Toutefois, la production liée à la présence jésuite constitue presqu’un tiers du fonds de librairie de L. Streel56. De 1599 à 1635, celui-ci a à son actif l’impression régulière d’ouvrages d’auteurs jésuites et de livres destinés au collège : en 1599, le Manuale sodalitatis que nous avons déjà cité ; en 1601, un livre de controverse de Jacques Gretser (1562-1625) ; en 1603 un livre de spiritualité de Luc Pinelli ; en 1608, le Bref discours-, en 1609, les Indulgences concedées le 25 juin 1573 par N. Pere le Pape Gregoire XIII, à l’instance de la Compagnie de Jésus, et un livre d’hagiographie de Jean Halin ; en 1610, un ouvrage du théologien belge Léonard Lessius (1554-1623) ; en 1610, le Bref recueil de huit exercices, de Jean Halin57 et un récit de miracle fait par Ignace de Loyola ; en 1611, un livre sur la confession traduit par Antoine de Balinghem ; en 1612, deux rééditions d’hagiographie ; en 1613, une pièce de théâtre58 ; en 1614, deux ouvrages d’hagiographie, l’un de Jean du Monceau et l’autre de Ribadeneira ; en 1622, une pièce de théâtre destinée au collège de Ruremonde ; en 1626, en co-édition avec Jean Ouwerx, une vie de Robert Bellarmin par Sylvestre de Saint-Pierre ; en 1628, une traduction flamande d’un livre d’A. de Balinghem ; en 1629, une pièce pour le collège anglais de Liège et une pour le collège de Maestricht ; en 1635, une oraison funèbre prononcée au collège anglais de Liège. Par contre, L. Streel ne publie aucun manuel scolaire pour le collège wallon. Cependant, il imprime quelques pièces de théâtre ou de festivité : en 1610, une action sur la conversion d’Ignace59, une version française et une version flamande de Miracle accompli par Ignace ; en 1622, un programme de fête pour la canonisation d’Ignace de Loyola.

  • 60 Lambert de la Coste fut éditeur et libraire à Liège de 1589 à environ 1609. Il fut en relation avec (...)
  • 61 Jean de Glen, originaire de Liège, fut libraire, éditeur et graveur à Liège (1597-1631). Il fit par (...)
  • 62 Jaspar Osterman, éditeur à Liège, fit imprimer, en 1594, un manuel d’oraisons chez Léonard Streel. (...)

16C’est entre 1608 et 1614, que L. Streel imprime le plus de publications liées à la Compagnie de Jésus. Cependant son champ de production ne se cantonne pas à cette institution. Il travaille également aux frais d’autres commanditaires, tels les libraires Lambert de La Coste60, Jean de Glen61 et Jaspar Osterman62.

  • 63 Jean Voes fut libraire et éditeur à Liège de 1590 à 1599. Il était l’époux de Catherine Hovius, fil (...)
  • 64 A. Corswarem publie en 1601 les Annales qui relatent les œuvres des jésuites au Japon, en Chine ; e (...)
  • 65 Sur Henri Hovius ou Houyoux et ses descendants : Liège : ses bons métiers, ses premiers imprimeurs,(...)
  • 66 P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 366.

17Léonard Streel n’est pas l’unique imprimeur des jésuites. Il partage les parts de marché de l’édition jésuite avec d’autres : Gaultier Morberius, Henry Hovius et son fils Guillaume, Christian Ouwerx senior et ses fils Christian et Jean. Deux autres imprimeurs éditent exceptionnellement pour la Compagnie de Jésus : Jean Vœs63 et Arnold de Corswarem64. Morberius est le premier à imprimer des ouvrages de jésuites. Parmi la soixantaine de livres de piété, liturgiques ou littéraires, d’ordonnances, et de traités qu’il publie entre 1560 et 1595, il édite, pour la Compagnie de Jésus, des catéchismes, des ouvrages destinés aux sodalités et des livres de pastorale pour le clergé. Quelques-unes de ces productions sont réalisées à la demande du libraire Henry Hovius65. Une fois sa propre maison d’édition créée, celui-ci, et à sa suite ses descendants, obtient le marché des manuels scolaires destinés au collège jésuite. Mais à partir de 1615, les Hovius devront partager ce commerce avec les Ouwerx. Parmi tous ces imprimeurs, Jean Ouwerx se taille la plus grande part : entre 1615 et 1640, il publie plus de cinquante ouvrages pour la Compagnie de Jésus. Son fils unique, Christian Ouwerx (1614-1666), entrera dans la Compagnie de Jésus66.

LE COLLÈGE WALLON DES JÉSUITES ET LA LIBRAIRIE LIÉGEOISE

Le collège wallon de Liège

18Le collège wallon de Liège ouvre officiellement ses portes le 30 avril 1582 et dispose, à partir de 1601, de l’ensemble des classes d’humanités. Très rapidement le nombre des élèves s’élève passant de 500 en 1585 à 600 en 1588, 650 en 1595, 700 en 1597, 1000 en 1600, 1100 en 1616. Des collèges de la gallo-belge, il est le plus important par le nombre d’étudiants en humanités et le restera jusqu’à la suppression de l’Ordre. En justifiant l’ajout du chapitre sur « l’institution des écoles » [Arras, 1607], les jésuites d’Arras soulignent l’intérêt de cette partie pour les parents et les précepteurs « qui ont charge d’enfans pour les faire veoir combien il importe de les bien nourrir et sainctement eslever ». Tout comme le collège de Liège, celui d’Arras est important. La publication tant de « l’institution des écoles » que du Bref discours participe d’une stratégie qui vise à convaincre du bien-fondé de l’enseignement des humanités par les jésuites. De même, l’usage de la langue française marque le souhait des éditeurs de ne pas réserver ce texte à une élite intellectuelle latiniste, mais d’atteindre un public plus large.

Les jésuites de Liège en situation d’oppositions

  • 67 F. Des Montaignes [pseudonyme du jésuite Louis Richeome], La Vérité défendue pour la religion catho (...)
  • 68 Ils seront accusés d’être mêlés à l’assassinat du bourgmestre de Liège, Sébastien La Ruelle, le 16 (...)

19La publication du Bref discours par les jésuites à Liège se fait sur fond de tensions. En 1596, ils éditent la réponse de Louis Richeome (1544-1625) à une attaque anti-jésuite67. Dans la première moitié du XVIIe siècle, des luttes internes opposent les partisans du prince-évêque, les Chiroux, et les démocrates, les Grignoux. Malgré leur souci de rester en dehors de ces conflits, les jésuites de Liège seront considérés comme proche du prince-évêque68.

  • 69 À partir de 1605, plus aucun jésuite n’enseigne la dialectique ni la théologie aux séminaristes de (...)
  • 70 P. Guérin, « Oppositions de l’Université de Louvain à l’enseignement supérieur des jésuites à Liège (...)
  • 71 P. Guérin, « Compléments sur les jésuites anglais », Cercle historique de Fléron, décembre 1997, p. (...)

20À plusieurs reprises, les jésuites s’efforcent d’établir à Liège un enseignement de niveau universitaire. Ils rencontrent l’opposition de l’Université de Louvain : en 1599, celle-ci s’inquiète de l’ouverture au collège wallon de Liège d’un cours de dialectique destiné aux séminaristes69 ; en 1613, faisant appel à l’Archiduc Albert, elle réagit à l’inauguration d’un cours de philosophie. Ce cours sera supprimé à la suite des menaces de fermeture à l’encontre de l’université de Douai70. En 1624, la nouvelle proposition du recteur Jacques Deulin (1582-1655) est jugée imprudente et désapprouvée par le préposé général Mutius Vitelleschi71.

  • 72 Voir l’ébauche de P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 100-101.

21Nous pourrions rajouter les nombreux procès, les querelles jansénistes, les relations tendues avec certains membres du clergé séculier comme régulier. La situation des jésuites liégeois varie entre amitié et haine72.

La principauté de Liège

  • 73 Les jésuites s’installèrent à Huy en 1616. Après plus de trente années d’efforts, ils purent ouvrir (...)
  • 74 P. De Jonghe et P. Guérin, « Installation progressive des jésuites à Huy », p. 44.
  • 75 A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus, t. 1, p. 158-164.
  • 76 F. Jacquet-Ladrier, « Les jésuites et Namur au XVIIe siècle », Les Jésuites à Namur 1610-1773. Méla (...)

22La production de livres à Liège dépasse le cadre de la cité épiscopale. Celle-ci est le centre de la principauté et du diocèse. Son aire d’influence s’étend sur une partie actuelle des provinces de Liège, du Limbourg, de Namur, de Luxembourg et du Hainaut. Il comprend quelques communes du Brabant et la ville de Maestricht lui est adjointe avec un statut particulier. Des villes comme Dinant, Huy et Saint-Trond appartiennent à la Principauté. C’est ainsi que les premières œuvres connues des collèges jésuites de Maestricht, de Dinant, et de Huy73 sont éditées à Liège. En 1596, le père Jean Thunes (1567-1605), prédicateur à Liège, se procure chez le libraire liégeois, Jaspar Osterman, des livres nécessaires à l’École dominicale de Huy dont il a la responsabilité74. Le collège de Namur imprime ses premiers livres à Liège. D’autre part, l’intérêt des jésuites de la Principauté de Liège pour une édition du Bref discours est contemporain de l’ouverture des collèges de Dinant et de Namur : il faudra convaincre les parents et éducateurs de l’importance d’un solide enseignement chrétien, fidèle à la tradition ecclésiale, et obtenir des revenus pour ouvrir des collèges. En effet, le premier collège ouvert par les jésuites à Dinant en 1563 a dû fermer ces portes en 1575 faute des ressources promises par la ville75. Il sera refondé en 1608 et subsistera jusqu’à la suppression de l’Ordre en 1773. De Dinant, les jésuites établirent un collège à Namur en 1610. Déjà de 1572 à 1610, ils exercent régulièrement en provenance de Dinant ou de Liège des apostolats ponctuels76.

  • 77 E. Put, « Les fondations dans les Pays-Bas et dans la Principauté de Liège », Les Jésuites dans les (...)
  • 78 En 1612, la Gallo-belge comptait 14 collèges et 568 membres. En 1632, elle atteint son apogée avec (...)
  • 79 A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus, t. 1, p. 438-440.
  • 80 L’endettement du collège de Mons, un des mieux pourvu de la Gallo-belge, est particulièrement éclai (...)

23La publication du Bref discours se situe en plein essor de la Compagnie de Jésus aux Pays-Bas et dans la Principauté de Liège. Durant le règne des archiducs (1598-1621), le nombre d’implantations passe de 17, en 1598, à 43 en 162177. Le premier tiers du XVIIe siècle correspond à l’âge d’or des jésuites de la province gallo-belge78. L’acceptation d’un grand nombre de novices engendre de nombreuses difficultés financières. Régulièrement le Préposé général met en garde contre l’admission d’un trop grand nombre de candidats compte tenu du manque de revenus79. La situation financière de la province belge, puis de la flandro-et la gallo-belge, se détériorera au long du XVIIe siècle. Les collèges connurent l’endettement quasiment jusqu’à la suppression de l’Ordre80. Cette situation éclaire d’une autre perspective la parution du Bref discours et notamment les dernières pages que ce livre consacre aux bienfaiteurs et aux revenus. L’épître de la Vie du B. pere Ignace de Loyola (1607) n’est-il pas dédicacée à Philippe de Caverel, grand bienfaiteur du collège d’Arras ?

  • 81 A. Labarre, « Les catalogues de Balthazar Bellère à Douai, 1598-1636 », Gutenberg-Jahrbuch, 1980, p (...)
  • 82 Voir R. Birn, « De Liège à Paris : la route du livre à l’aube du XVIIIe siècle », dans R. Mortier e (...)

24L’édition liégeoise ne se restreint pas au territoire de la principauté. Elle s’exporte dans les Pays-Bas et en France. Ainsi l’éditeur douaisien, Balthazar Bellère, propose à la vente en 1613-1615 trois ouvrages imprimés à Liège81. Au XVIIIe siècle, Liège compte parmi les centres d’imprimerie qui ont joué un rôle important dans la diffusion du livre clandestin en France82.

LA PRODUCTION JÉSUITE LIÉGEOISE

  • 83 P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 42-44.
  • 84 G. Vanpaemel, « La diffusion du cartésianisme », dans R. Halleux, C. Opsomer et J. Vandersmissen (é (...)
  • 85 Voir G. Rousseaux, Catalogue chronologique des ouvrages des anciens collèges jésuites de Liège cons (...)

25Jusqu’à présent, peu d’études portent sur l’impact des écrits jésuites à Liège. Pourtant il semble non négligeable. Pierre Guérin a consacré de brefs articles sur l’un ou l’autre jésuite écrivain, ou sur un aspect de l’édition jésuite : censure des livres, suppression, etc.83 La science chez les jésuites anglais à Liège au XVIIe siècle a fait l’objet de recherches84. Les ouvrages en provenance de la bibliothèque des jésuites de Liège et conservés à Liège nous sont connus85.

  • 86 Ces chiffres sont établis sur base des bibliographies de U. Capitaine et X. de Theux de Montjardin (...)
  • 87 Parmi ceux-ci, plusieurs résidèrent à Liège : Zacharias Rotz au collège wallon de 1598 à 1601 et en (...)

26Un rapide sondage, pour la période 1566 à 1622, permet de comptabiliser plus de 100 ouvrages édités à Liège en lien avec la Compagnie de Jésus86. Sur les 30 auteurs jésuites, on dénombre 11 qui appartiennent à la province belge87, 5 espagnols, 4 français, 3 italiens, 3 allemands, 2 hollandais membres de la province de Germanie supérieure, et 2 portugais.

27L’ensemble de la production peut se classer en 6 catégories.

  • 88 Il composa une pratique de la doctrine chrétienne en douze leçons. Il fut revu par Léonard Lessius (...)

28Un premier type se compose d’ouvrages consacrés à la catéchèse, tels ceux des jésuites Pierre Canisius (1521-1597), Robert Bellarmin et Zacharie Rotz (1522-1605)88.

  • 89 François Coster (1532-1619), jésuite belge, érigea la première congrégation du collège de Douai en (...)

29Une deuxième catégorie est destinée aux sodalités. Outre les Manuale sodalitatis sortis des presses de L. Streel, Morberius imprime deux livres de François Coster (1532-1619), la Bulla super forma juramenti professionis fidei (1579) et le Piarum et christianorum institutionum libri tres (1585)89.

  • 90 Controversiste, né à Annonay, préfet des études durant dix-sept ans, professeur de philosophie et d (...)
  • 91 En 1583, paraît la première édition, reprise et complétée à Douai en 1589. Imprimé une première foi (...)
  • 92 Il sera réédité en 1603, en 1609, chez Henry Hovius.
  • 93 Il sera réédité en 1622 chez Guillaume Hovius.
  • 94 Th. Gobert, « L’imprimerie à Liège sous l’ancien régime », p. 57. Le 29 décembre 1679, le prince-év (...)

30Une troisième série comprend les manuels scolaires et les pièces de théâtre destinés aux collèges : en 1593, l’Aldi Manutii Elegantiae dans l’édition de Jacques Gaultier90, accommodation française du recueil italolatin d’Alde Manuce91 ; en 1596, l’Institutum linguae graecae de Jacques Gretser92 ; en 1598, les Rudimenta linguae graecae du même Gretser, en 1608, l’Institutionum dialecticarum de Pierre Fonseca (1528-1599) ; en 1611, le De arte rhetorica d’Aristote de Cyprien Soarez (1524-1593)93. Jusqu’au 4 mars 1615, le privilège d’imprimer les manuels scolaires destinés au collège jésuite de Liège appartient uniquement aux imprimeurs Hovius, Henry et son fils Guillaume. À partir de cette date, le prince-évêque, Ferdinand de Bavière, partage le privilège entre deux familles d’imprimeurs, les Ouwerx à qui il autorise la publication des livres de rhétorique et de syntaxe, et les Hovius qui gardent l’édition des ouvrages des classes de poésie, de grammaire et de rudiments94. En 1617, Guillaume Hovius imprime les Authores classis pœticae in Collegiis Societatis Jesu provinciae Belgicae.

  • 95 J. de Guibert, La Spiritualité de la Compagnie de Jésus, p. 264 ; I. Iparraguirre, Répertoire de sp (...)

31Un quatrième type comprend les ouvrages de théologie. Parmi ceux-ci, des livres de controverses : la Vérité défendue pour la religion catholique (1596) de François des Montaignes alias Louis Richeome ; l’Abrégé des apologies et défenses de Saint Thomas et de Saint Bonaventure (1601) de Jacques Gretser ; le Panarion (1617) de Jean Busée (1547-1611) ; des livres d’ascèse et de spiritualité : les Remèdes contre les sept péchés mortels (1579) de Gaspar Loarte (1498-1578), le Gerson de la perfection religieuse (1603) de Luc Pinelli (1542-1607)95 ; l’Exercice de la présence de Dieu (1607) de François Arias (1533-1605) ; la Vie chrétienne ou méthode sûre pour choisir un état (1616) de Théophile Bernardin (1570-1625) ; des livres destinées à la pratique sacramentelle, notamment la confession.

32Une cinquième catégorie concerne les livres d’hagiographie : ceux-ci concernent tant des saints vénérés dans la Principauté que des saints de la Compagnie de Jésus, comme Ignace de Loyola, François Xavier, Louis de Gonzague.

33Une dernière catégorie reprend les écrits d’histoire : des Annales regroupant des récits et lettres en provenance du Japon, de la Chine et du Mogor ; la collaboration de Gilles Boucher (1576-1665) aux Gesta pontificum Leodiensium (1613).

  • 96 Ce Directorium dont la première édition parut à Louvain en 1554, connaîtra 45 éditions latines. Il (...)
  • 97 Première édition en 1557 à Rome. Il sera édité à Liège en 1591, 1600, 1613, 1621. Sur cet auteur et (...)
  • 98 Éditions à Liège en 1609, 1610, 1612, 1621, 1624.
  • 99 Éditions à Liège en 1609 et 1611. I. Iparraguirre, Répertoire de spiritualité, p. 115-116.
  • 100 Éditions à Liège en 1620, 1621, 1623, 1627.

34Plusieurs ouvrages connaissent des rééditions : le Breve directorium ad confessarii de Jean Polanco (1517-1576) qui, dans un souci d’une plus grande unité apostolique de l’Ordre, fut composé à l’initiative d’Ignace de Loyola pour les jésuites confesseurs96 ; le Methodus ad eos adiunvandos qui moriuntur également de Polanco et destiné à aider les jésuites dans le ministère des mourants ; le De frequenti usu sacramenti Eucharistiae de Christóbal Sánchez de Madrid (1503-1573)97 ; la Vie de Monsieur Sainct Servais, évêque de Maestricht, par Jean Halin (1546-1613)98 ; les Demandes et reponces touchant l’importance de la contrition sans doute de Ricard Haller et dans une traduction d’Antoine de Balinghem99 ; la Brefve histoire de l’invention & miracles de l’Image Nostre-Dame-de-Foy de Pierre Bouille (1576-1641)100.

  • 101 En 1654, on édite chez Baudouin Bronckart à Liège une oeuvre destinée au collège de Dinant. Sommerv (...)
  • 102 Les œuvres destinées au collège de Maestricht et signalées par Sommervogel sont d’abord publiées à (...)
  • 103 La première oeuvre connue destinée au collège de Namur est une tragédie publiée à Liège en 1616 che (...)
  • 104 En 1620, J. Ouwerx imprime une pièce de théâtre destinée au collège de Ruremonde, l’Historie van Ba (...)
  • 105 P. Bouille, Brefve histoire de l’invention et miracles de l’image Nostre Dame de Foy, trouvée en un (...)

35Plusieurs livres sont édités explicitement à l’usage d’autres collèges : Dinant101, Maestricht102, Namur103, Huy et Ruremonde104. Ils concernent surtout des pièces de théâtre, mais aussi des « panégyriques » pour la fête de la canonisation d’Ignace, des écrits destinés aux sodalités et une œuvre d’hagiographie sur le culte de Notre-Dame de Foy près de Dinant105.

  • 106 Ernest de Bavière, ancien élève des jésuites (Munich) crée à Liège un séminaire épiscopal que son p (...)
  • 107 M.L. Polain, Recueil des ordonnances de la Principauté de Liège, deuxième série : 1507-1684’, t. 1, (...)
  • 108 Par exemple en 1671 et 1681. M.L. Polain et S. Bormans, Recueil des ordonnances de la Principauté d (...)

36La politique éditoriale de la Compagnie de Jésus de cette époque s’inscrit dans la suite du Concile de Trente et rejoint la stratégie des princes-évêques. La censure dépend de l’accord du prince-évêque et de son conseil. Sous les règnes d’Ernest de Bavière et de Ferdinand de Bavière, et au long du XVIIe siècle, les permis d’éditer et les censures sont conformes au Concile de Trente106. Le 21 mars 1589, Ernest de Bavière, dans un mandement pour le maintien de la foi catholique, défend d’éditer sans l’imprimatur ou de vendre aucun livre sans l’autorisation des censeurs ecclésiastiques. Ce mandement sera renouvelé le 23 octobre 1598107. Plusieurs autres seront édictés durant le XVIIe siècle108. La publication du Bref discours ne dément point cette stratégie en soulignant l’importance donnée à une éducation humaniste et chrétienne.

  • 109 Sur la bibliothèque du collège wallon : C. Opsomer-Halleux, « Nouveaux matériaux pour l’histoire de (...)
  • 110 Bernard Olivier (1544-1605), originaire de Péruwelz (Hainaut belge), maître ès arts, bachelier en t (...)
  • 111 Henri de Sommai (1534-1619) fut reçu par Ignace de Loyola dans la Compagnie de Jésus en 1551. Il fu (...)
  • 112 P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 27-28.
  • 113 S. Van Damme, « Sociabilité et culture urbaines. Le rôle du collège de la Trinité à Lyon (1640-1730 (...)

37La production éditoriale élevée est confirmée par l’importance de la bibliothèque du collège wallon109. Deux ans avant la fondation du collège, les jésuites reçoivent d’un chanoine un premier fonds de livres. Les premiers préfets de la bibliothèque sont des jésuites renommés : en 1583, Bernard Olivier110 et en 1586, le dinantais, Henri de Sommai111. De 1691 à 1712, on dénombre jusqu’à trois préfets de bibliothèque : un pour la bibliothèque commune, un pour la majeure des élèves, et un pour la mineure des élèves112. Même si le collège wallon de Liège est loin de jouer le rôle de celui de la Trinité à Lyon113, il apparaît comme un lieu de rayonnement intellectuel et de production de savoir tant à Liège que dans la Principauté.

38Le fil conducteur qu’a été le Bref discours nous a permis d’ébaucher la politique éditoriale de la Compagnie de Jésus sur le territoire de la Principauté de Liège et même plus largement sur une partie de la province belge. Liège se révèle comme un des centres importants de production d’ouvrages jésuites. Celle-ci est intimement liée aux nécessités du temps et participe, en particulier, au renouveau humaniste et religieux, en confortant la réforme post-tridentine. Cette production répond au succès grandissant de la pédagogie jésuite, mais révèle aussi les oppositions croissantes auxquelles sont confrontés les jésuites. Ces tensions se cristallisent sur les centres de rayonnement que sont les collèges.

39Le manque de ressources financières entraîne la Compagnie de Jésus dans une politique réaliste d’ouverture de collèges. Fonder de nouvelles institutions exige de vérifier la solidité de l’engagement financier des bienfaiteurs, et de les assurer du bien-fondé de leur donation. Dans un tel contexte, le livre se révèle comme un instrument précieux pour la stratégie de communication des jésuites. Il faut aussi pérenniser le soutien des donateurs, pour consolider durablement le collège. Il faut donc convaincre les parents, les précepteurs et les lecteurs de la pertinence de l’éducation humaniste pour s’en faire des alliés sûrs. Nombreux sont dès lors les imprimeurs et libraires qui tentent d’obtenir une part du marché du livre jésuite. Nous espérons que cette esquisse de la stratégie éditoriale des jésuites et des libraires au XVIIe siècle, dans un contexte où les deux parties ont à compter avec leurs commanditaires, suscitera la curiosité des chercheurs.

Notes

1 « L’usage du Bref discours (1608) dans La Naissance de l’humanisme moderne. Analyse et raisons d’un abandon », dans ce livre, p. 101-119. La recherche sur le Bref discours nous a amené à nous interroger sur la place de l’édition jésuite à Liège. Les pages qui suivent se veulent un essai.

2 F. de Dainville, « L’auteur du ‘bref discours’ sur les écoles de la Compagnie », Archivum Historicum Societatis Iesu, t. 16, 1947, p. 182-185.

3 Sur l’importance des écrivains jésuites belges de 1585 à 1640, voir J. Andriessen, « L’apostolat de la plume, les activités intellectuelles et artistiques », Les Jésuites dans les Pays-Bas et la Principauté de Liège (1542-1773), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 1991, p. 61-73.

4 F. de Dainville émet l’hypothèse que l’éditeur de Liège et le traducteur d’Arras pourraient se confondre en un même père : id., « L’auteur du ‘bref discours’ », p. 185.

5 A. Labarre, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIe siècle, t. 15 : Artois, Flandre, Picardie, Baden-Baden & Bouxwiller, Éditions Valentin Koerner, 1987, p. 71.

6 Sur le collège d’Arras, voir P. Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, t. 1, Enghien-Wetteren, 1949, col. 342-362 ; M.-M. Compère et D. Julia, Les collèges français 16e-18e siècles, t. 2, Paris, INRP – CNRS, 1988, p. 57-69.

7 Sommervogel, t. 2, col. 474-476 ; A. de Bil, « Buzelin (Jean) », Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 10, col. 1450.

8 F. De Vriendt, « Le père Charles Malapert s.j. (1581-1630), un savant montois au temps de l’apogée des jésuites », J. Lory, A. Minette, J. Walravens (éd.), Les Jésuites à Mons 1584-1598-1998. Liber memorialis, Mons, Association Royale des anciens élèves du Collège Saint-Stanislas, 1999, p. 107-135.

9 Le nombre croissant de collèges et de personnel, et l’étendue du territoire rendent difficile le gouvernement de la province belge. Pour tenter de résoudre cette difficulté, on divise, en 1612, la province belge en créant deux nouvelles provinces, la flandro-belgica et la gallo-belgica. La flandro-belge comprend le territoire de langue flamande (Flandre belge, Flandre française et mission de Hollande) et la gallo-belge le territoire de langue française (Nord de la France, Wallonie et Grand-Duché de Luxembourg). Le collège d’Arras appartient à la province belge, puis gallo-belge jusqu’en 1640.

10 Archives jésuites de la Province de Belgique méridionale (Bruxelles) : Catalogi provinciae belgicae ante divisionem-. 1605-1607, 1609 ; P. Guérin, Les jésuites du collège wallon de Liège durant l’ancien régime, t. 1, Liège, Société des bibliophiles liégeois, 1999, p. 177-187.

11 A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays-Bas, t. 2, Bruxelles, Marcel Hayez, 1927, p. 497-502 et 511-516.

12 CI. Falla, L’Apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648), Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, 1983.

13 Sur les rapports entre cet abbé et les jésuites, voir L. Vos, Louis de Blois, abbé de Liessies (1506-1566). Recherches bibliographiques sur son œuvre, s.l., Brepols, 1992, p. 105-124.

14 André Schott a traduit deux œuvres : la Vita P Jacobi Laynis [1604] et le Catalogus scriptorum religionis Societatis Jesu [Anvers, 1613]. Sommervogel, t. 6, col. 1731. Sur l’attribution de l’édition revue et augmentée du Catalogue, voir J. Fabri, « L’art bibliographique à un tournant : le ‘Catalogus’ de Ribadeneira », De Gulden Passer, 41, 1963, p. 94-127 ; T. Van Houdt, « The Making of a Jesuit Author Leonardus Lessius (1554-1623) and His Printers », dans M. de Schepper et F. de Nave (éd.), Ex officina plantiniana Moretorum. Studis over het drukkersgeslacht Moretus, Anvers, Vereeniging der Antwerpsche Bibliophielen, 1996, p. 405-409.

15 Le liégeois, Jean d’Heur, réside à Liège de 1584 à 1585 et de 1598 à 1603. Il fit édité à Liège, en 1601, les Annales du Japon, de la Chine et de Mogor... l’an 1598 et 99. P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 118-119 ; Sommervogel, t. 6, col. 1733. Jean d’Heur traduisit deux livres de Ribadeneira : le Princeps Christianus adversus N. Machiavelum [Cologne, 1603] dont l’attribution est contestée par J. Fabri, « L’art bibliographique à un tournant », p. 97, n 2 [attribution à André Schott] et le de Tribulationibus huius deculi, Cologne, 1604.

16 Gaspar de Quartemont réside au collège de Liège de 1586 à 1595. P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 122-123. Il traduit en latin une vie d’Ignace par Ribadeneira [Ypres, 1612].

17 Het leven vanden S.P. Ignatius van Loyola, Ypres, 1611 et 1613 ; Anvers 1622. Sommervogel, t. 2, col. 1852.

18 Generale legende der Heylighen, Anvers, 1619, 1629, 1641. Sommervogel, t. 7, col. 202.

19 Tractaet vande tribulatie, Anvers, 1635.

20 Sommervogel, t. 1, col. 831-841 ; A. Hamy, Bibliographie audomaroise de la Compagnie de Jésus, Saint-Omer, H. D’Homont, 1900, p. 5-8 ; E. Lamalle, « Balinghem (Antoine de) », Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 6, col. 387-388. Au moment de la parution du Bref discours, il réside à Tournai. Il traduisit deux livres de Ribadeneira : le Traité de la Religion que doit vivre le prince chrétien, Douai, 1610 et le Narré de ce qui s’est passé en la poursuite de la canonisation du bien-heureux P. Ignace de Loyola, Tournai, 1610.

21 J. Buzelin, Triumphus quo S. S. Victorem ; V. Cepari, La vie du Bienheureux Louys de Gonzague, Douai, 1608. Sommervogel, t. 1, col. 834.

22 Cette traduction a été insérée dans Narré de ce qui s’est passé. E.-M. Rivière, Corrections et additions à la Bibliothèque de la Compagnie de Jésus. Supplément au ‘De Backer – Sommervogel’, Toulouse, 1911, 1er fasc., col. 228. Sommervogel, t. 4, col. 1554-1555.

23 Cité par E. Soil, Les maisons de la Compagnie de Jésus à Tournai, Bruges, DDB, 1889, p. 203.

24 The Life of B. Father Ignatius of Loyola, traduit de l’édition espagnole de 1594, publiée à Saint-Omer en 1616 et 1622. L’édition de 1616 a été rééditée en 1976, à Ilkley, Scolar Press, dans la série English recusant literature, 1558-1640, vol. 300.

25 Forcés d’émigrer, les catholiques britaniques créent sur le continent des établissements dont plusieurs se trouvent sur les provinces jésuites belges : Louvain, Gand, Saint-Omer, Watten et Liège. Ces fondations appartiendront aux provinces belges jusqu’en 1619.

26 Kurtzer Innhalt des Lebens Des Ehr- und Glorwürdigen Patris Ignatii von Loyola, Ersten Stiffters der Religion der Societet IESU nach Pedro Ribadeneira, relié en un volume avec le manuel des règles de la sodalité mariale des bourgeois de Luxembourg et une instruction pour bien suivre la messe. Voir J. Birsens, « Die Bruderschaften der Jesuiten in Luxemburg im 17.-18. Jahrhundert », Hémecht. Revue d’histoire luxembourgeoise, 49, 1997, p. 349-350.

27 Voir l’ouvrage récent : J. Birsens (éd.), Du collège jésuite au collège municipal (1603-1815), 400 Joer Kolléisch - Innovation comme tradition, t. 1, Luxembourg, Éditions Saint-Paul, 2003.

28 1re édition à Bordeaux en 1616, édition à Douai en 1626. A. Labarre, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIe siècle, t. 4 : Douai, Baden-Baden, Éditions Valentin Koerner, 1982, p. 280-281.

29 A. Labarre, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIe siècle, t. 15, p. 83.

30 Signalons Henry de Sponde (1568-1643), évêque de Pamiers (1626-1639), auteur d’une traduction d’une vie d’Ignace de Loyola éditée en 1608 à Paris et en 1610 à Liège et à Tournai.

31 La bibliographie des œuvres de M. d’Esne est donnée dans Messager des sciences historiques ou Archives des Arts et de la Bibliographie de Belgique, Gand, 1861, p. 281-288. Voir aussi Biographie nationale, t. 6, Bruxelles, Bruglait-Christophe & Cie, 1878, col. 696-698.

32 Ces deux ouvrages sont publiés, le premier en 1613, le deuxième en 1614, par Guillaume de la Rivière, l’éditeur de la Vie du B.P. Ignace de Loyola, en 1607. A. Labarre, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIIe siècle, t. 15, p. 81-82. Sur les traductions de R. Gaultier, voir Dictionnaire de spiritualité, t. 6, col. 145-146.

33 Sur les 24 éditions françaises de Ribadeneira, 9 sont imprimées à Douai [1596, 1597, 1599, 1603, 1610, 1626, 1630, 1631, 1633], 4 à Arras [1607, 1613, 1614, 1615] et à Tournai [1599, 1610, 1610, 1613], 3 à Liège [1608, 1610, 1614], 2 à Valenciennes [1613, 1615], 1 à Namur [1618] et à Lille [1624].

34 Invité par le magistrat à venir exercer à Liège, Waltère ou Gauthier Morberius (Morbiers), imprimeur à Anvers (1553-1555), le fit en 1558. Il fut successivement imprimeur juré des princes-évêques de Liège, Robert de Berghes (1560-1564), Gérard de Groesbeek (1564-1581) et Ernest de Bavière (1581-1592). J. Daris, Histoire du diocèse de Liège pendant le XVIe siècle, Liège, 1884, p. 202 ; Th. Gobert, « L’imprimerie à Liège sous l’ancien Régime », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. 47, 1922, p. 24-26, 55-56 ; J. Stiennon, « L’œuvre des premiers imprimeurs liégeois (1560-1600) », GutenbergJahrbuch, 1957, p. 175-177 ; A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et éditeurs des XVe et XVIe siècles [...] de la Belgique actuelle, La Haye, Ñieuwkoop – B. De Graaf, 1975, p. 154-155. Son testament a été publié dans U. Capitaine, « Recherches l’introduction de l’imprimerie dans les localités dépendant de l’ancienne principauté de Liège et de la province actuelle de ce nom », dans Le Bibliophile belge, t. 2, 1867, p. 376-381.

35 Catherine est veuve en premières noces de Gilles Ouwerx. Une des autres filles de Gauthier Morberius, Marie épousa Christian Ouwerx le vieux, libraire, imprimeur (1581-1612), et ils eurent deux enfants : Christian Ouwerx le jeune, imprimeur de 1612 à 1664 et Lyncken. Christian Ouwerx le vieux épousa en secondes noces Catherine Duchesne dont il eut un fils Jean, imprimeur à Liège de 1615 à 1643. A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, p. 166-167.

36 Th. Gobert, « L’imprimerie à Liège sous l’ancien régime », p. 25-26.

37 Th. Gobert, Liège à travers les âges. Les rues de Liège, t. 2, Liège, Georges Thone éditeur, 1925, p. 260, n 6.

38 Warachtich verhael, vade groote tyrannye en wreetheyt des groeten Turcqs,..., Ghedruct tot Luyck by Leenaert Strele na de copye van Ceule. X. de Theux de Montjardin, Bibliographie liégeoise, Bruges, DDB, 21885, col. 24 donne la date de 1593 ; U. Capitaine, Bibliographie liégeoise. XVIe siècle, Bruxelles, 1852, p. 35 mentionne 1594.

39 La plupart des historiens donnent « 1653 » comme date de décès. À partir de 1654, Léonard Streel ne publie plus et c’est la veuve Léonard Streel qui reprend l’impression. Cependant en 1635, on note la présence d’un Léonard Streel le jeune. Dans les années qui suivent, on ne retrouve plus le qualificatif de « jeune ». Lequel des Léonard Streel disparaît de l’imprimerie liégeoise ? Nous penchons pour la disparition de L. Streel senior.

40 Registre paroissial N.-D. des Fonts, 1592. Voir aussi J. Brassinne, « L’imprimerie à Liège jusqu’à la fin de l’Ancien Régime », Histoire du livre et de l’imprimerie en Belgique des origines à nos jours, t. 5, Bruxelles, Éditions Musée du livre, 1929, p. 22-23 ; A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, p. 211-212.

41 Henri Hoyoux ou Hovius fut éditeur-libraire de Morberius, puis à partir de 1596, imprimeur jusqu’en 1611. Son fils Guillaume lui succède et travaille jusqu’en 1623. Il s’est installé en Gérardrie à l’enseigne du Paradis terrestre. Sa veuve et des héritiers reprennent le travail à partir de 1630. Elle a une fille Hélène, femme de Léonard Streel, et deux fils Henri et Jean-Mathias (+1679). Henri rachète en 1665 le commerce de la veuve Bronckart et installe son imprimerie place des Jésuites, au Saint-François-Xavier. J. Stiennon, « L’oeuvre des premiers imprimeurs liégeois (1560-1600) », Gutenberg-Jahrbuch, 1957, p. 177-178.

42 Cet ouvrage sera édité très régulièrement. Il fut successivement publié par Léonard Streel, la veuve Léonard Streel, Guillaume-Henri Streel. Puis il passa dans les mains de Guillaume Barnabé. Sur l’Almanach de Mathieu Laensbergh, voir C. Opsomer, « L’almanachnach de Mathieu Laensbergh et les savoirs médiévaux », Bulletin de la Société des bibliophiles liégeois, t. 24, 2001, p. 113-141.

43 Catherine Streel est baptisée à l’église Notre-Dame-aux-fonts de Liège, le 12 septembre 1635 et meurt le 7 juin 1678. Avec son mari, elle fit testament le 24 mai 1678. Gérard-Jean Douffet est baptisé le 22 juillet 1622 à Notre-Dame-aux-Fonts et meurt le 14 avril 1692. Voir P.-Y. Kairis et Cl. Bosson, « Un tableau liégeois énigmatique : le portrait dit de Gérard Douffet, de son épouse et de Bertholet Flémal », Bulletin de la Société royale Le Vieux-Liège, t. 10, p. 354-365, ici p. 362-363.

44 Son testament est publié dans Th. Gobert, « L’imprimerie à Liège sous l’ancien Régime », p. 118-124. Il lègue au collège wallon 500 florins brabant et au collège anglais 20 volumes.

45 A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, p. 211 ; Liège : ses bons métiers, ses premiers imprimeurs, Liège, Vaillant-Carmanne, 1980, p. 24-34.

46 C’est un jésuite liégeois, Jean Leunis (1532-1584), qui fonda à Rome en 1563 la première Congrégation mariale. Sur les Congrégations mariales, voir L. Chatellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987.

47 Sommervogel, t. 4, col. 1817-1818.

48 François Véron (1578-1649) fait ses études au Collège jésuite de Paris. Il entre dans la Compagnie de Jésus en 1595. Il enseigne les humanités, la philosophie et la théologie morale. Controversiste de renom, il quitte la Compagnie en 1620 et devint curé de Charenton. P. Duclos, « Véron (François) », dans le Dictionnaire de spiritualité, t. 16, 1992, col. 470-473. Sommervogel, t. 8, col. 603-605 donne une liste des éditions de son Manuale.

49 Sur la probable influence de cet ouvrage sur Descartes, voir M. Hermans et M. Klein, « Ces Exercices spirituels que Descartes aurait pratiqués », Archives de philosophie, t. 59, 1996, p. 427-440.

50 L’auteur en est le jésuite Martin Couvreur (1576-1648) qui fut notamment instructeur du Troisième An à Huy (1622-1626). C’est sans doute au père Philippe de Berlaymont (1576-1637) qu’il faut attribuer la diffusion de cet opuscule à la sodalité de la Visitation de Huy. P. Delattre, « Le saint esclavage forme de dévotion envers la B.V. Marie. Un opuscule de 1629 », Revue d’ascétique et de mystique, 1954, p. 348-360.

51 Cette traduction est la version française résumée de l’Algebra de Clavius publié à Rome en 1608. Elle est le seul livre d’algèbre imprimé à Liège avant le XIXe siècle. E. Sauvenier-Goffin, Les Sciences mathématiques et physiques à travers le fonds ancien de la bibliothèque de l’université de Liège, t. 2 : les XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1961, p. 69.

52 Sur ces trois auteurs, voir C. Le Paige, « Notes pour servir à l’histoire des mathématiques dans l’ancien Pays de Liège », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. 21, p. 493-503.

53 L.-E. Halkin, « Lancelot de Casteau », dans La Vie wallonne, t. 44, 1970, p. 409-417.

54 Vocabulaer van nieuws ghecorrigeert, zeer profijtelijck voor de gene die begeren fransoys ende duytsch te leeren spreken. Vocabulaire de nouveau corrigé, fort profitable pour ceux qui desirent d’apprendre à parler françois & flamen, Liège, Léonard Streel, 1628.

55 Stadtbibliothek de Trèves. L’auteur, Noël de Berlaimont ou de Barlaimont, probablement originaire de Velaines, près de Tournai, est mort vers 1530-1531. Il eut un petit-fils, Noël, maître d’école à Anvers en 1580. Il rédigea vers 1530 un vocabulaire flamand-français dont le plus ancien conservé date de 1536. Aux deux langues originelles, les éditeurs vont en ajouter d’autres : l’allemand, l’espagnol, l’italien, le latin, l’anglais, le portugais, le breton, le bohème, le polonais. Le manuel de Berlaimont connut plus de 100 éditions. H.L.V. De Groote, « De zestiende-eeuwse Antwerpse schoolmeesters », Bijdragen tot de geschiedenis inzonderheid van het oud hertogdom Brabant, 1967, p. 195.229, 1968, p. 16 ; M. C. Timelli, « Noël de Berlaimont », W. Frijhoff et A. Reboullet (éd.), Histoire de la diffusion et de L’enseignement du français dans le monde, numéro spécial de janvier 1998 de Le Français dans le monde, p. 21-22 ; J.-A. Caravolas, La Didactique des langues, vol. 1, t. 1 : Précis d’histoire 1450-1700, Montréal–Tübingen, Presses de l’Université de Montréal–Gunter Narr Verlag, 1994, p. 257

56 Nous avons dénombré 68 ouvrages imprimés à Liège par L. Streel de 1594 à 1635. 21 ont un lien avec les jésuites. Ces chiffres sont établis sur base des bibliographies de U. Capitaine et X. de Theux de Montjardin complétées par quelques références trouvées dans des catalogues informatisés de bibliothèques.

57 Privilège reçu le 16 novembre 1610, confirmé le 21 mai 1613, par Ferdinand de Bavière.

58 Henricus Bavarus Imperator..., cité par Sommervogel, t. 4, col. 1811, n° 3.

59 Action de la Conversion du Bien-heureux Ignace de Loiola, cité par Sommervogel, t. 4, col. 1811, n° 2.

60 Lambert de la Coste fut éditeur et libraire à Liège de 1589 à environ 1609. Il fut en relation avec l’officine plantinienne à Anvers (1589-1609) et fit imprimer par Léonard Streel un livre en 1600. A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, p. 115.

61 Jean de Glen, originaire de Liège, fut libraire, éditeur et graveur à Liège (1597-1631). Il fit paraître trois ouvrages chez Léonard Streel. A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, p. 74.

62 Jaspar Osterman, éditeur à Liège, fit imprimer, en 1594, un manuel d’oraisons chez Léonard Streel. A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, p. 166.

63 Jean Voes fut libraire et éditeur à Liège de 1590 à 1599. Il était l’époux de Catherine Hovius, fille de Guillaume Hovius. A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, p. 238.

64 A. Corswarem publie en 1601 les Annales qui relatent les œuvres des jésuites au Japon, en Chine ; en 1609, un catéchisme destiné au collège jésuite de Liège. Arnold est le neveu de l’imprimeur Pierre de Heer qui concurrença Morberius pour obtenir des parts de marché à Liège. Il débute sa production en 1598 et édite surtout des textes religieux en latin, français et flamand. Il se retire en 1632. A. Rouzet, Dictionnaire des imprimeurs, p. 48 ; Liège : ses bons métiers, ses premiers imprimeurs, p. 23-24.

65 Sur Henri Hovius ou Houyoux et ses descendants : Liège : ses bons métiers, ses premiers imprimeurs, p. 14-22.

66 P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 366.

67 F. Des Montaignes [pseudonyme du jésuite Louis Richeome], La Vérité défendue pour la religion catholique. En la cause des jésuites. Contre le plaidoyé d’Antoine Arnaud, Henry Hovius, 1596. Cette édition est faite aux frais des jésuites de Liège. Voir C. Sutto, « Le père Louis Richeome et le nouvel esprit politique des jésuites français (XVIe-XVIIe s.) », G. et G. Demerson, B. Dompnier, A. Regond (éd.), Les Jésuites parmi les hommes aux XVIe et XVIIe siècles, Actes du Colloque de Clermont-Ferrand (avril 1985), Clermont-Ferrand, 1987, p. 175-184.

68 Ils seront accusés d’être mêlés à l’assassinat du bourgmestre de Liège, Sébastien La Ruelle, le 16 avril 1637. Voir A. Poncelet, « Sébastien La Ruelle et les jésuites de Liège », Bulletin de la Société des bibliophiles liégeois, t. 8, 1909, p. 179-215 ; P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 309-310.

69 À partir de 1605, plus aucun jésuite n’enseigne la dialectique ni la théologie aux séminaristes de Liège. P. Guérin, « Professeurs au séminaire épiscopal de Liège de 1598 à 1604 », dans Cercle historique de Fléron, 1996/3, p. 67-72.

70 P. Guérin, « Oppositions de l’Université de Louvain à l’enseignement supérieur des jésuites à Liège au XVIIe siècle », dans LIIe Congrès de la Fédération des Cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique. Cinquième Congrès de l’Association des Cercles francophones, Herbeumont 22-25 août 1996, Actes, t. 1, Namur, 1996, p. 120-122.

71 P. Guérin, « Compléments sur les jésuites anglais », Cercle historique de Fléron, décembre 1997, p. 47. Voir également P. Guérin, « Révoltes et déplacements de jésuites à Liège durant l’ancien régime », Cercle historique de Fléron, décembre 1998, p. 92-100 ; L. Halkin, « Les origines du collège des jésuites et du séminaire de Liège », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. 51, 1926, p. 83-191. Sur la tentative d’érection d’une province liégeoise en 1649, voir L. Halkin, « Documents inédits relatifs au projet d’érection d’une province liégeoise de la Compagnie de Jésus (1646-1650) », Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liège, t. XXXV, 1949, p. 29-76.

72 Voir l’ébauche de P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 100-101.

73 Les jésuites s’installèrent à Huy en 1616. Après plus de trente années d’efforts, ils purent ouvrir un collège en 1649. P. De Jonghe et P. Guérin, « Installation progressive des jésuites à Huy de 1616 à 1649 », Annales du Cercle hutois des sciences et beaux-Arts, t. 44, 1990, p. 43-122.

74 P. De Jonghe et P. Guérin, « Installation progressive des jésuites à Huy », p. 44.

75 A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus, t. 1, p. 158-164.

76 F. Jacquet-Ladrier, « Les jésuites et Namur au XVIIe siècle », Les Jésuites à Namur 1610-1773. Mélanges d’histoire et d’art publiés à l’occasion des anniversaires ignatiens, Namur, PUN, 1991, p. 41-53, ici p. 42.

77 E. Put, « Les fondations dans les Pays-Bas et dans la Principauté de Liège », Les Jésuites dans les Pays-Bas et la Principauté de Liège (1542-1773), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 1991, p. 24.

78 En 1612, la Gallo-belge comptait 14 collèges et 568 membres. En 1632, elle atteint son apogée avec 889 jésuites.

79 A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus, t. 1, p. 438-440.

80 L’endettement du collège de Mons, un des mieux pourvu de la Gallo-belge, est particulièrement éclairant. Voir M. Hermans, Les Jésuites à Mons aux XVIIe-XVIIIe siècles. Perspectives économiques et alimentaires, mémoire de licence en histoire, Université catholique de Louvain, 1988, p. 77-88.

81 A. Labarre, « Les catalogues de Balthazar Bellère à Douai, 1598-1636 », Gutenberg-Jahrbuch, 1980, p. 153.

82 Voir R. Birn, « De Liège à Paris : la route du livre à l’aube du XVIIIe siècle », dans R. Mortier et H. Hasquin (éd.), Le livre à Liège et à Bruxelles au XVIIIe siècle, Bruxelles, Éditions de l’ULB, 1987, p. 11-37. Sur l’édition liégeoise au XVIIIe siècle, voir notamment les travaux de D. Droixhe : id. et alii (éd.), Livres & Lumières au pays de Liège (1730-1830), Liège, Desoer édition, 1980 ; id., Le Marché de la lecture dans la Gazette de Liège à l’époque de Voltaire. Philosophie et culture commune, Liège, Éditions Vaillant-Carmanne, 1995 ; id., « “Elle me coûte dix mille écus”. La contrefaçon des œuvres de Molière offerte par l’imprimeur Bassompierre à Marmontel », Revue française d’histoire du livre, 2002, p. 125-164.

83 P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 42-44.

84 G. Vanpaemel, « La diffusion du cartésianisme », dans R. Halleux, C. Opsomer et J. Vandersmissen (éd.), Histoire des sciences en Belgique de l’Antiquité à 1815, Bruxelles, Crédit communal, 1998, p. 270-272 ; C. Opsomer, « Un foyer d’études sous l’Ancien Régime : le collège des jésuites anglais de Liège », Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, t. 12, 2001, p. 11-39.

85 Voir G. Rousseaux, Catalogue chronologique des ouvrages des anciens collèges jésuites de Liège conservés à la bibliothèque du grand Séminaire, Liège, 1992-1993 ; F. Vanhoorne, A propos de la bibliothèque des jésuites en Isle, Mémoire de licence complémentaire en science du livre, Liège, 1993 ; N. Haesenne-Peremans, « Les éditions du XVIe siècle à l’université de Liège. Essai de typologie », Bulletin de la société royale Le Vieux-Liège, n° 265, t. 13, 1994, p. 82-98.

86 Ces chiffres sont établis sur base des bibliographies de U. Capitaine et X. de Theux de Montjardin complétées par quelques références trouvées dans des catalogues informatisés de bibliothèques.

87 Parmi ceux-ci, plusieurs résidèrent à Liège : Zacharias Rotz au collège wallon de 1598 à 1601 et en 1604 ; Jean d’Heur au collège wallon de 1583 à 1584 et de 1598 à 1603 ; Jean Halin au collège wallon de 1599 à 1613 ; Jean de Monceau au collège wallon de 1606 à 1608 ; Gilles de Monin au collège wallon de 1606 à 1610 et de 1615 à 1618 ; Jean Roberti au collège wallon de 1621 à 1646 ; Pierre Bouille au collège wallon de 1619 à 1622 comme recteur ; Gilles Boucher au collège wallon de 1609 à 1614, 1627 à 1632 comme recteur, de 1654 à 1655 ; Théophile Bernardin au collège wallon de 1615 à 1617 comme instructeur du Troisième An.

88 Il composa une pratique de la doctrine chrétienne en douze leçons. Il fut revu par Léonard Lessius et parut d’abord en français à Liège en 1598, puis en flamand toujours à Liège en 1598.

89 François Coster (1532-1619), jésuite belge, érigea la première congrégation du collège de Douai en 1572 et celle de Cologne en 1575. Il écrivit plusieurs ouvrages destinés aux congrégations. A. De Bil, « Costerus (Coster, Decoster François) », Dictionnaire de spiritualité, t. 2, col. 2417-2418.

90 Controversiste, né à Annonay, préfet des études durant dix-sept ans, professeur de philosophie et de théologie à Tournon et Lyon, mort comme recteur de Grenoble. A. Boland, « Gaulthier (Jacques) », Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 20, col. 59-60 ; H. Beylard, « Gaultier (Jacques) », Dictionnaire de biographie française, t. 15, col. 765-766.

91 En 1583, paraît la première édition, reprise et complétée à Douai en 1589. Imprimé une première fois à Liège en 1593, il sera réédité à Liège chez Henry Hovius en 1607.

92 Il sera réédité en 1603, en 1609, chez Henry Hovius.

93 Il sera réédité en 1622 chez Guillaume Hovius.

94 Th. Gobert, « L’imprimerie à Liège sous l’ancien régime », p. 57. Le 29 décembre 1679, le prince-évêque accorde aux imprimeurs Hovius le privilège exclusif d’imprimer et de vendre les manuels des jésuites : Manuel Alvarez (1526-1582) pour le latin, Jacques Gretser pour le grec, Philippe Du Tieu pour la dialectique, François Soarez et Jacques Hautin (1599-1671) pour la rhétorique, et Pierre Canisius pour le catéchisme. P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 2, p. 429.

95 J. de Guibert, La Spiritualité de la Compagnie de Jésus, p. 264 ; I. Iparraguirre, Répertoire de spiritualité ignatienne. De la mort de s. Ignace à celle du P. Aquaviva (1556-1615), Rome, I.H.S.I., 1961, p. 85.

96 Ce Directorium dont la première édition parut à Louvain en 1554, connaîtra 45 éditions latines. Il fait partie de la bibliothèque du clergé dans la seconde moitié du XVIe siècle.

97 Première édition en 1557 à Rome. Il sera édité à Liège en 1591, 1600, 1613, 1621. Sur cet auteur et son ouvrage, voir J.-F. Gilmont, Les Écrits spirituels des premiers jésuites, p. 256-259.

98 Éditions à Liège en 1609, 1610, 1612, 1621, 1624.

99 Éditions à Liège en 1609 et 1611. I. Iparraguirre, Répertoire de spiritualité, p. 115-116.

100 Éditions à Liège en 1620, 1621, 1623, 1627.

101 En 1654, on édite chez Baudouin Bronckart à Liège une oeuvre destinée au collège de Dinant. Sommervogel, t. 3, col. 84.

102 Les œuvres destinées au collège de Maestricht et signalées par Sommervogel sont d’abord publiées à Liège la plupart par Jean Ouwerx (1615, 1618, 1619, 1622) et une par Léonard Streel (1629). Les autres le seront à Maestricht à partir de 1682. Sommervogel, t. 5, col. 291-292.

103 La première oeuvre connue destinée au collège de Namur est une tragédie publiée à Liège en 1616 chez Jean Ouwerx. Le premier ouvrage connu destiné au collège de Namur et publié à Namur est de 1639. Sommervogel, t. 5, col. 1557-1558.

104 En 1620, J. Ouwerx imprime une pièce de théâtre destinée au collège de Ruremonde, l’Historie van Barlaam ende Josaphat coninck van Indien..., écrite par Jean Damascène.

105 P. Bouille, Brefve histoire de l’invention et miracles de l’image Nostre Dame de Foy, trouvée en un chesne à Foy lez-Dinant, l’an 1609, J. Ouwerx, 1620. Une traduction latine sans doute dûe à Antoine de Balinghem a été publiée à Douai en 1620. Ce culte sera répandu dans le monde entier par les jésuites et notamment par les missionnaires.

106 Ernest de Bavière, ancien élève des jésuites (Munich) crée à Liège un séminaire épiscopal que son prédécesseur n’a pu établir et autorise l’ouverture par les jésuites des collèges d’humanités dans tout le diocèse. Ferdinand de Bavière, quant à lui, lutte contre le protestantisme.

107 M.L. Polain, Recueil des ordonnances de la Principauté de Liège, deuxième série : 1507-1684’, t. 1, Bruxelles, 1869, p. 113-114.

108 Par exemple en 1671 et 1681. M.L. Polain et S. Bormans, Recueil des ordonnances de la Principauté de Liège, deuxième série : 1507-1684, t. 3, Bruxelles, 1872, p. 362, 393.

109 Sur la bibliothèque du collège wallon : C. Opsomer-Halleux, « Nouveaux matériaux pour l’histoire des bibliothèques liégeoises », Bulletin de la société royale Le Vieux-Liège, n° 267, t. 13, 1994, p. 212-214 ; P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 26-27.

110 Bernard Olivier (1544-1605), originaire de Péruwelz (Hainaut belge), maître ès arts, bachelier en théologie, fut prédicateur, confesseur et préfet de bibliothèque à Liège (1583), recteur du collège de Valenciennes (1584-1593), adjoint du provincial Georges Duras (1593-1598), provincial de Belgique (1598-1605). Il décède à Paris le 25/11/1605.

111 Henri de Sommai (1534-1619) fut reçu par Ignace de Loyola dans la Compagnie de Jésus en 1551. Il fut le premier supérieur de la résidence de Dinant (1563-1566), supérieur de la mission de Liège (1567-1575), prédicateur et bibliothécaire à Liège (1586-1592). Il édita des œuvres de saint Augustin, saint Albert le Grand, Thomas a Kempis.

112 P. Guérin, Les Jésuites du collège wallon, t. 1, p. 27-28.

113 S. Van Damme, « Sociabilité et culture urbaines. Le rôle du collège de la Trinité à Lyon (1640-1730) », dans M.-M. Compère et Ph. Savoie (éd.), L'Établissement scolaire, numéro de la revue Histoire de l’éducation, n° 90, 2001, p. 90-99.

Auteur

Né en 1962 est archiviste de la province jésuite de Belgique méridionale (Bruxelles) et aumônier aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix (Namur). Il enseigne comme professeur invité d’histoire de l’Église au Centre international d’études de la formation religieuse Lumen Vitae (Bruxelles). Auteur de plusieurs articles sur l’histoire des jésuites, il a coordonné deux ouvrages (Namur – Bruxelles, Presses universitaires de Namur – Éditions Lessius) : avec P. Sauvage : Bible et histoire. Écriture, interprétation et action dans le temps et avec É. Ganty et P. Sauvage : Tradition jésuite. Enseignement, spiritualité, mission, parus respectivement en 2000 et 2002.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search