Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

L'œuvre dans l'historiographie

François de Dainville et l’histoire de la cartographie : orientations traditionnelles et thématiques nouvelles

Gilles Palsky

Texte intégral

1La communauté des historiens retient plus volontiers, dans l’œuvre de François de Dainville, ses contributions à l’histoire religieuse ou à l’histoire de l’éducation. Son apport en tant qu’historien de la cartographie n’a pas fait l’objet jusqu’à présent d’une analyse globale. Il est vrai que ce domaine de spécialité, en France, reste peu fréquenté et peu structuré. Il est vrai également que les écrits du père de Dainville en la matière, malgré quelques rééditions, sont difficiles d’accès et souvent mal connus. Mon propos est de replacer cette œuvre dans le contexte général de l’évolution de l’histoire de la cartographie en France, et de faire ainsi ressortir ses liens avec une certaine tradition de recherche, que l’on pourrait qualifier de « classique », remontant à la seconde moitié du XIXe siècle. Par bien des aspects, les travaux de F. de Dainville restent cependant une référence très contemporaine. La seconde partie de cet article mettra en évidence la personnalité et l’actualité des travaux du père jésuite. Les thèmes qu’il aborde, que l’on peut rapporter à sa sensibilité de géographe et de cartographe, ainsi que son approche problématique des cartes anciennes, reliant les documents à leur contexte social et culturel, en font incontestablement un précurseur, qui malheureusement ne fit guère école dans les milieux universitaires.

L’HISTOIRE DE LA CARTOGRAPHIE EN FRANCE DE JOMARD À GALLOIS

  • 1 Les études concernant cette période pionnière de l’histoire de la cartographie et ses protagoniste (...)
  • 2 Cité par M. Pelletier, « Jomard et le Département des Cartes et Plans », Bulletin de la Bibliothèq (...)

2L’histoire de la cartographie se construit au XIXe siècle, à partir des travaux d’Edme-François Jomard, du vicomte de Santarém et de Joachim Lelewel, qui conduisent en parallèle, après 1840, des projets d’atlas de fac-similés de cartes anciennes1. Ces entreprises ont pu être reliées à l’essor de la géographie ainsi qu’à la constitution de fonds spécialisés de cartes anciennes dans les grandes bibliothèques européennes. Rappelons à ce propos que Jomard participe en 1821 à la réunion de fondation de la Société de Géographie de Paris. Il stigmatise « l’ignorance de la plus grande partie de la population française en matière de géographie »2 et conçoit le projet d’une collection spécialisée dans les cartes et les « objets géographiques ». Ce dépôt de géographie, qui deviendra le cabinet des cartes de la bibliothèque royale, est créé par une ordonnance du 30 mars 1828, et Jomard en devient le directeur en janvier 1829. Le rapport de ces événements au développement de l’histoire de la cartographie paraît direct : les premiers travaux sur les cartes anciennes trouvent place dans des revues de géographie, ainsi le Bulletin de la Société de Géographie, les Annales des Voyages ou plus tard la Revue de Géographie, le Bulletin de Géographie historique et descriptive. Leurs auteurs sont la plupart du temps membres des sociétés de géographie. Enfin les collections institutionnelles servent de support aux premiers travaux descriptifs : inventaires, catalogues et monographies. Pourtant, d’autres éléments peuvent éclairer le mouvement d’intérêt pour les cartes anciennes. Il doit aussi être rapproché du développement sous la Restauration et la Monarchie de Juillet d’une histoire érudite s’appuyant sur la philologie et l’archéologie. Il s’inscrit dans une politique plus générale de conservation des archives, une attention nouvelle portée au patrimoine ainsi qu’une manie antiquaire et archéologique caractéristique des premières décennies du XIXe siècle.

3Les premiers recueils de fac-similés sont publiés entre 1842 et 1852. L’histoire de la cartographie repose encore assez peu sur des études écrites.

  • 3 E.F. Jomard, Sur la publication des Monuments de la géographie, Paris, L. Martinet, 1847, p. 12.
  • 4 E.F. Jomard, Les Monuments de la géographie ou recueil d’anciennes cartes européennes et orientale (...)

4Santarém et Lelewel accompagnent leurs atlas d’essais historiques, mais Jomard n’écrit rien. Son atlas, les Monuments de la Géographie, déroule un récit visuel et immédiat, qui rend inutile, selon son auteur, la formulation d’un discours historique : « En effet », écrit-il, « quand [l’idée] sera réalisée entièrement, on verra en quelque sorte la géographie raconter elle-même son histoire par ses propres ouvrages, par ses productions graphiques de toute sorte »3. Jomard promet pourtant au frontispice de son atlas une étude complémentaire : « La seconde partie, en un volume de format inquarto, qui sera publié séparément, contiendra les recherches et un texte explicatif mis en ordre, complété et suppléé par M. d’Avezac »4. Le texte en question n’est jamais publié. Son auteur pressenti, Marie Armand Pascal d’Avezac de Castera-Macaya (1799-1875), est pourtant bien le premier personnage qui mérite sans conteste la qualification d’historien de la cartographie. Pascal d’Avezac fait carrière au ministère de la Marine, comme conservateur des archives, puis directeur des Colonies. Il est membre de la Société de Géographie de Paris, qu’il préside même à plusieurs reprises après 1858. Ses premières contributions en histoire de la cartographie datent des années 1840, dans le Bulletin de la Société de géographie. Il rédige de nombreuses notices sur des cartes et globes associés à la période des découvertes. Ces articles reflètent bien une époque pionnière, celle de « l’invention » des documents cartographiques manuscrits, du Moyen Âge et de la Renaissance, dans les collections publiques ou privées d’Europe. L’approche reste essentiellement descriptive et comparative. Il s’agit le plus souvent, à partir de listes de toponymes, d’établir des filiations entre les cartes, de déterminer des familles de documents inspirés d’un même modèle ou puisant aux mêmes sources.

5La période 1860-1910 correspond en France à un premier véritable épanouissement de l’histoire de la cartographie. Les derniers travaux de d’Avezac sont relayés par les contributions d’Ernest-Théodore Hamy (1842-1908) et de Gabriel Marcel (1844-1909). Le premier est anthropologue, professeur au Muséum d’histoire naturelle et fondateur en 1878 du Musée d’ethnographie du Trocadéro. Il est aussi membre de l’Institut et de l’Académie de médecine, américaniste, biographe de plusieurs naturalistes voyageurs du XVIIIe siècle et grand spécialiste des cartes portulans des XIVe-XVIe siècles, dont il est d’ailleurs collectionneur. Ses travaux en histoire de la cartographie s’échelonnent entre 1877 et 1902. Il est conduit vers cette spécialité par ses études ethnologiques qui le font s’intéresser à l’histoire de la découverte des populations décrites, puis aux cartes figurant la découverte. Gabriel Marcel, un temps professeur de géographie commerciale à l’Association philotechnique (1877-1879), est quant à lui bibliothécaire, directeur de la section des cartes et plans de la bibliothèque nationale après 1881. Il édite de nombreux atlas de fac-similés, rédige les biographies de géographes-cartographes peu connus, tels Dom Guillaume Coutans ou Louis Boulengier d’Albi, ainsi que des notes sur plusieurs globes et cartes (le « globe vert », la carte de Picardie de Jean Jolivet, la carte des chasses du roi...).

  • 5 C’est-à-dire antérieurs à l’établissement d’une école française de géographie régionale, issue des (...)

6Outre ces deux spécialistes, les contributeurs ne manquent pas après 1875-1880 : archivistes, érudits membres des sociétés savantes, spécialistes de certaines aires de civilisation, en particulier orientalistes ou américanistes, historiens des colonies, des techniques, des voyages, militaires et religieux... Enfin les géographes pré-vidaliens5 sont nombreux à concourir à l’histoire de la cartographie : Malte-Brun, Eugène Cortambert, Vivien de Saint-Martin et surtout Ludovic Drapeyron, associent les cartes anciennes au progrès des connaissances géographiques, tout en menant une double entreprise de mémoire : celle de la géographie « moderne », qu’ils pratiquent, et celle de la représentation du territoire national.

  • 6 Anonyme, « Recueil de portulans publiés par M. Gabriel Marcel », Revue de géographie, t. 19, 1886, (...)

7Les caractères de cette histoire de la cartographie classique ne peuvent être détaillés ici. Ils seront évoqués plus loin à propos de l’œuvre du père de Dainville. Résumons-les simplement en citant ces propos d’un auteur anonyme de la Revue de géographie (sans doute Drapeyron) en 1886 : « il faut donc étudier de près tous ces antiques documents, les classer par dates et par écoles, juger de l’influence qu’ils ont pu avoir les uns sur les autres, démêler les parties originales, attribuer à chaque cartographe sa valeur spéciale d’après ses travaux, ses connaissances et son sens critique »6.

APRÈS 1910. LE DÉCLIN ?

8Entre 1910 et 1970, la plupart des auteurs qui se penchent sur l’histoire de la géographie en général, et l’histoire de la cartographie en particulier, le font en déplorant le déclin de ce domaine d’études. Clause de style ou réalité ? Le début du siècle correspond encore à un intérêt assez vif pour le sujet. La période est marquée par la personnalité du géographe Lucien Gallois, qui tient une chronique régulière dans les Annales de géographie et publie de nombreux articles sur l’évolution de la cartographie française ou les portulans. Au niveau international, l’histoire de la cartographie est abordée lors des congrès internationaux de géographie. À Genève, en 1908, on institue une commission pour la reproduction des cartes anciennes, dont fait partie Gabriel Marcel. La commission est renouvelée à Rome, en 1913, et intègre Lucien Gallois. Le thème est encore présent lors des congrès du Caire (1925), de Cambridge (1928), Paris (1931), Varsovie (1934) et Amsterdam (1938). On relève plusieurs communications françaises d’histoire de la cartographie lors de ces rencontres, signées de Charles de La Roncière, Charles Du Bus ou Yann Goblet.

  • 7 M.-V. Ozouf-Marignier, « Géographie et histoire », A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain (dir.), Encyclo (...)
  • 8 M. de La Roncière, « Obituary. R.P. de Dainville (1909-1971) », Imago Mundi, vol. 26, 1972, p. 71.

9Les décès de Charles Du Bus (1940), puis de Lucien Gallois et de Charles de La Roncière (1941) semblent bien clore un cycle. Après la guerre, de nombreux géographes prônent une évolution vers la géographie du présent. La problématique géographique « rejette le passé et le temps », une tendance qui va en s’accentuant dans les années 1960- 19707. Le champ de l’histoire de la cartographie n’est pourtant pas déserté : on peut relever de nombreuses études rédigées par des archivistes, des carto-bibliothécaires, des hydrographes ou ingénieurs géographes. Cependant, François de Dainville va s’affirmer rapidement comme « le maître incontesté » de cette branche des recherches8. En regard de travaux dispersés et souvent limités sur le plan théorique, lui seul construit une œuvre conséquente et cohérente, en prise avec la réflexion historique de son temps, celle de l’école des Annales. Bien qu’il puisse apparaître comme marginal dans l’université française, il est aussi l’un des rares à proposer un enseignement sur l’histoire de la cartographie occidentale, à l’École des chartes, à la IVe section de l’École pratique des hautes études, puis, peu avant sa mort, à la Sorbonne.

  • 9 La place de cette œuvre dans l’histoire de la géographie ainsi que sa portée contemporaine sont an (...)
  • 10 F. de Dainville, La Géographie des humanistes, Paris, Beauchesne, 1940, p. 12-13.
  • 11 Ibid., p. 52-53, 203-204 et 406-409.
  • 12 Ibid., chapitre VI, p. 375-394. Malgré son titre, le chapitre ne concerne que partiellement l’icon (...)
  • 13 Ibid., p. 383.

10La thèse principale de F. de Dainville, La Géographie des humanistes, est soutenue le 15 juin 1940 à Montpellier. Dans cet ouvrage majeur, l’auteur souhaite présenter la géographie pratiquée et enseignée par les jésuites aux XVIe et XVIIe siècles, mêler l’histoire d’un savoir et de ses voies de transmission, sur un mode apologétique vis-à-vis de la Compagnie de Jésus9. La cartographie est une dimension qui n’est pas omise dans ce travail : Dainville inclut dans sa présentation de l’environnement intellectuel des jésuites des développements sur la cartographie ptoléméenne et celle d’Oronce Fine10. Il présente les cartes comme sources de la géographie descriptive, outils de l’enseignement11. Il évoque encore leur place dans l’Hydrographie du père Fournier (1643) ou La science de la géographie du père Jean François (1652). Ces aspects n’occupent qu’une trentaine de pages au total dans une monographie qui en compte 565. Cependant, l’œuvre annonce bien certaines recherches futures, par ses orientations inhabituelles. Un chapitre du livre intitulé Images démontre la sensibilité de l’auteur aux aspects iconographiques et à leurs liens avec les mentalités12 : « A quoi songeait donc la dame ou le bourgeois lisant au coin du feu la dernière relation ou bien l’écolier ouvrant, son thème achevé, un manuel de géographie ? Quelles représentations éveillaient en leur esprit les lieux et les peuples en un siècle où n’existaient ni cartes postales, ni photos, ni cinéma ? Ce n’est pas en vain qu’on disait apprendre et savoir la carte. Avant tout ils pensaient, ils voyaient la carte qu’on leur avait enseigné à regarder longuement, parfois le globe. “Nos cartes et nos globes descouvrent à nos yeux, et des yeux font passer à notre imagination, et de celle-cy à nos esprits” toute la géographie (J. François, La science de la géographie, 1652, p. 345) »13.

  • 14 Ibid., p. IX.
  • 15 Ibid., p. XV.
  • 16 Les Extraits des notes de l’exposé du Professeur Sion, 5 pages dactylographiées, m’ont été aimable (...)
  • 17 Extraits des notes de l’exposé du Professeur Sion, 1940, p. 2.

11L’autre nouveauté épistémologique est considérable : F. de Dainville, dans son introduction, place la Géographie des humanistes sous le signe de l’évocation historique de « la vie même de la pensée humaine »14. Au-delà des sources directes de l’enseignement jésuite, son projet est de reconstituer un air du temps, un milieu intellectuel. L’inspiration en la matière vient des travaux de Pierre Duhem, Paul Tannery, Abel Rey. « Quelque suggestive que soit l’analyse des documents, elle n’évoque que très imparfaitement les réalités d’autrefois. Car il en est des œuvres géographiques des siècles passés comme des êtres vivants qu’examine le biologiste. Pour les comprendre, il faut connaître le milieu qui les a inspirées et nourries. Pourquoi à un moment donné tels problèmes se sont-ils posés de préférence à tels autres ? Pourquoi telle solution a-t-elle été retenue plutôt qu’une autre ? Quelle raison justifie cet élargissement des programmes ou ce changement apporté aux méthodes traditionnelles ?...15 ». Jules Sion, dans ses remarques lors de la soutenance de thèse16, est frappé par l’ampleur et la nouveauté du projet, et souligne combien l’érudition accompagne chez Dainville « de belles audaces et de grands desseins »17.

L’HISTOIRE DE LA CARTOGRAPHIE DE F. DE DAINVILLE : DES CARACTÈRES CLASSIQUES...

  • 18 « Ils avivaient leurs désirs apostoliques en contemplant des cartes » (Dainville, op. cit., 1940, (...)
  • 19 Les conséquences intellectuelles des découvertes sont en revanche abordées dans la Géographie des (...)
  • 20 D. Nordman, « Voyages et figures de territoires, aux origines de la cartographie moderne (à propos (...)
  • 21 Voir F. de Dainville : « Une carte mauriste de 1678 inconnue », Revue d’histoire de l’Église de Fr (...)

12La leçon d’histoire des sciences portée par la thèse de F. de Dainville n’est guère reçue, en géographie, avant la fin des années 1960. Lui-même va cependant la reprendre et la développer, dans son œuvre postérieure d’historien de la cartographie. Comme ces jésuites dont il a étudié l’enseignement, il a une prédilection pour les cartes18 et leur consacre l’essentiel de ses recherches à partir du milieu des années 1950. Ses centres d’intérêt ont peu à voir avec ceux d’un Jomard, d’un d’Avezac. Ses écrits concernent très peu les mappemondes médiévales, ou la cartographie des portulans. L’éclairage apporté par les cartes anciennes sur l’histoire des découvertes ne le préoccupe guère19. Il reste ainsi à l’écart de ces « débats sans fin et encombrés de parti pris sur les précédents et les titres historiques »20, caractéristiques d’une histoire classique qui reliait cartes anciennes, voyages et découverte. Son œuvre a cependant des traits communs avec celle des historiens de la cartographie qui le précèdent. Dainville est comme eux un inventeur de cartes, et ses trouvailles dans les bibliothèques et les centres d’archives documentent plusieurs monographies, sur tel ou tel document « inconnu » ou « inédit » (« Une carte mauriste de 1678 inconnue », « Deux cartes inconnues du Lyonnais », « Un ‘pourtraict’ inédit de Marseille »...)21.

13L’invention a toutefois changé de nature et d’échelle. Au siècle précédent, elle correspondait surtout au recensement de cartes manuscrites du Moyen Âge ou de la Renaissance dans les bibliothèques des capitales européennes. La mine de ces découvertes s’est épuisée dans les années 1920-1940. Dainville repère plutôt des documents de l’époque moderne, souvent conservés dans des dépôts d’archives locales.

  • 22 E de Dainville, « Le Premier atlas de France. Le théâtre françoys de M. Bouguereau », 1594, Actes (...)
  • 23 F. de Dainville, « L’évolution de l’atlas de France sous Louis XIII. Théâtre géographique du Royau (...)

14A la méthode de l’histoire classique, Dainville emprunte encore une démarche parfois fortement carto-bibliographique et généalogique : description érudite d’un document et de ses variantes, recherche de ses probables sources, puis de son influence sur les cartes postérieures. L’étude sur l’atlas de Maurice Bouguereau22 ou sur le Théâtre géographique du Royaume de France des Le Clerc23 en sont des exemples caractéristiques.

  • 24 F. de Dainville, « La Géographie des humanistes », Bulletin de l’Association des Géographes frança (...)
  • 25 M. de La Roncière, op. cit., 1972, p. 72.
  • 26 E. Chantriot, Les Cartes anciennes de la Champagne. Catalogue et observations critiques, Nancy, Be (...)
  • 27 A. Vacher, Le Berry. Contribution à l’étude géographique d’une région fançaise, Paris, Armand Coli (...)

15Dainville apparaît pourtant bien au premier chef comme un géographe faisant de l’histoire de la cartographie. Il avait « découvert les attraits » de la géographie au sortir du lycée, sous l’influence du professeur Jules Sion. « J’avais gardé envers cette science un faible » écrit-il en 194524. Géographe, il privilégie l’histoire de la cartographie du territoire français, renouant avec l’entreprise de mémoire et la quête des identités cartographiques territoriales engagées au XIXe siècle. Dans la lignée de Drapeyron ou Gallois, il reprend l’étude des monuments de la cartographie de la France, de Bouguereau, Oronce Fine ou Cassini. Il se penche aussi sur la cartographie régionale, s’appuyant souvent sur des documents inédits. Selon Monique de La Roncière, François de Dainville aurait conçu une méthode originale, l’approche des régions françaises à travers les ouvrages cartographiques successifs25. La monographie régionale d’histoire de la cartographie remonte en fait aux vidaliens : on la retrouve chez Emile Chantriot26 ou Antoine Vacher27. Dainville rejoint cette tradition, sans toutefois partir à la recherche des régions naturelles à travers les cartes anciennes, à la manière de Gallois dans Régions naturelles et noms de pays (1908). Guyenne, Dauphiné, Languedoc ou Alsace, Dainville prend pour cadre d’étude les anciennes provinces administratives du royaume de France. Par ailleurs, il propose beaucoup plus que de banales monographies-inventaires, comme nous le montrerons plus loin.

  • 28 A. Demangeon, Les Sources de la géographie de la France aux Archives nationales, Paris, Société No (...)
  • 29 L. Gallois, Régions naturelles et noms de pays. Étude sur la région parisienne, Paris, Armand Coli (...)
  • 30 F. de Dainville, « La carte de Cassini et son intérêt géographique », Bulletin de l’Association de (...)
  • 31 F. de Dainville, La Carte de Guyenne par Belleyme, 1761-1840, Bordeaux, Delmas, 1957.
  • 32 F. de Dainville, Cartes anciennes du Languedoc. XVIe-XVIIIe s., Montpellier, Société languedocienn (...)

16Un dernier trait rattache l’œuvre du père de Dainville à la tradition issue des géographes : il considère la carte comme une précieuse source pour la géographie historique, comme avant lui Albert Demangeon28 ou Lucien Gallois29. La carte ancienne permet de retracer la genèse des paysages actuels. Elle donne notamment accès à la géographie politique ou économique du passé. Ainsi la carte de Cassini renseigne-t-elle sur les limites, les sources d’énergie, les activités industrielles, la forêt, signale Dainville dès 195530. Il regrette que des « monceaux de cartes » soient négligés par la géographie humaine. Plusieurs travaux démontrent son souci constant de « l’intérêt géographique » du document ancien, ainsi l’ouvrage sur la carte de la Guyenne par Belleyme31. Dainville n’hésite d’ailleurs pas, dans ses écrits historiques, à évoquer la géographie présente, à comparer les répartitions contemporaines à celles d’autrefois. Il tient enfin à établir la parenté des préoccupations, entre « les hommes de science et de technique » des XVIIe et XVIIIe siècles, produisant des cartes ayant « la saveur des contacts avec la vie » et « les géographes d’aujourd’hui »32.

... ET DES ORIENTATIONS NOUVELLES

  • 33 F. de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France. Historique. Répertoire. Guide d’usage, Pa (...)
  • 34 F. de Dainville, op. cit., 1961, p. 106.
  • 35 Ibid., 105-151.

17François de Dainville fait accomplir à l’histoire de la cartographie un saut épistémologique considérable, en même temps qu’il attire l’attention sur de nouveaux objets d’étude. La première grande monographie d’histoire de la cartographie qu’il rédige, Cartes anciennes de l’Église de France33 est un véritable recueil de directions de recherches originales. Parmi celles-ci, l’histoire des techniques cartographiques (gravure, enluminure, impression), la diffusion des documents et leur aloi, les acteurs politiques et sociaux de la cartographie, les « marges » des documents (ornements, cartouches). Il en est de même pour la plupart des monographies provinciales, dans lesquelles Dainville propose de nombreux développements de portée générale. Dans Cartes anciennes du Languedoc, XVIe - XVIIIe s., Dainville introduit ainsi son historique de l’Atlas du Languedoc, décidé par les États en 1722 : « Ce projet, par suite de circonstances diverses, va s’étendre sur soixante années. Grâce à trois volumineuses liasses d’archives non inventoriées du fonds des États, il est possible d’en suivre toutes les péripéties, qui constituent un chapitre important de l’histoire de la cartographie française et des progrès de ses techniques »34. Les pages qui suivent détaillent les étapes d’un levé topographique au XVIIIe siècle, depuis la fabrication des instruments jusqu’à la livraison des minutes, et montrent l’articulation du levé languedocien avec l’entreprise générale de la carte de Cassini35. Dainville sait camper, autour du document cartographique « inerte », les circonstances de son élaboration, les acteurs et les projets, les décisions, les coûts, les techniques, les opérations. Seuls les enjeux politiques et institutionnels de ces cartographies des provinces restent en points de suspension. Dainville constate le rôle des institutions provinciales, mais il ne propose pas de réflexion approfondie sur les rapports entre cartographie et pouvoir.

18On se rend compte aisément, en relisant François de Dainville, que sa pensée a nourri l’essentiel de la recherche française contemporaine en histoire de la cartographie. Les auteurs d’aujourd’hui proposeraient sans doute des lectures très diverses de l’apport du père jésuite, selon leurs propres orientations de travail. Pour ma part, je privilégierai dans son oeuvre la mise en évidence de deux importantes pistes d’études : les cartes spéciales, et les symboles cartographiques.

LES CARTES SPÉCIALES

  • 36 Voir G. Palsky, « Cartes topographiques et cartes thématiques au XIXe siècle », D. Ramada Curto, A (...)
  • 37 L. de Dangeau, Nouvelle méthode de géographie historique, Paris, A. Lambin, 1697.
  • 38 G. Palsky, Des chiffres et des cartes. La cartographie quantitative au XIXe siècle, Paris, Comité (...)
  • 39 L’adjectif est employé par Augustin Lubin dans le Mercure Géographique ou le guide des curieux des (...)
  • 40 F. de Dainville, op. cit., 1956, p. 273.
  • 41 F. de Dainville, « Cartes des places protestantes en 1620, dessinées à la fin du règne de Louis XI (...)

19Au-delà des cartes topographiques ou hydrographiques, F. de Dainville aborde à plusieurs reprises une cartographie spéciale, analytique, montrant la distribution d’un phénomène particulier, nous dirions aujourd’hui une cartographie thématique. Ses écrits démontrent qu’il est conscient de la spécificité de cette catégorie de cartes, et du nouveau modèle d’intelligibilité du monde qu’elles introduisent36. Les premières cartes thématiques qui retiennent son intérêt sont bien entendu les cartes religieuses. Non pas les cartes topographiques dans un cadre religieux, comme les cartes de diocèses, mais bien les cartes à thème religieux, absolument absentes des études antérieures. Ainsi dans Cartes anciennes de l’Église de France, Dainville mentionne les cartes de l’Abbé Louis de Dangeau, publiées en 1697, notamment celles qui figurent l’administration ecclésiastique37. Ces représentations, nous l’avons montré par ailleurs38, se classent parmi les premiers exemples de cartes « singulières »39 du XVIIe siècle. Leur particularité n’échappe pas à F. de Dainville, qui écrit : « l’Abbé de Dangeau joignait à une vaste érudition des qualités pédagogiques singulières. Ses cartes ne représentant qu’un seul objet sont peu chargées et par le fait même plus lisibles »40. Dainville revient à quelques reprises sur la cartographie religieuse, tant comme historien que comme cartographe, puisqu’il dirige la sous-commission de cartographie ecclésiastique créée lors du congrès international des Sciences historiques de Rome (1955), en charge de la préparation d’un atlas d’histoire religieuse. En 1968, il tire de l’oubli quatre cartes manuscrites conservées à la bibliothèque de Grenoble, représentant les places de sûreté protestantes en 1620. À nouveau, il en repère le caractère inattendu et l’intérêt : « Il importe, enfin, de souligner qu’en un temps où les “géographes” ne s’adonnaient que rarement à la cartographie thématique, les thèmes religieux ou politico-religieux aient été les premiers à retenir leur choix. N’est-ce point là un trait révélateur de l’histoire des mentalités ?41 »

  • 42 F. de Dainville, op. cit., 1961, p. 82-85.
  • 43 F. de Dainville, « Cartes du sel. Les sels de l’Atlantique », dans M. Mollat (éd.), Le rôle du sel (...)
  • 44 44. F. de Dainville, op. cit., 1961, p. 102.
  • 45 45. F. de Dainville (avec la collaboration de Françoise Grivot), Le Langage des géographes ; termes (...)

20La cartographie spéciale retient encore plusieurs fois l’attention du père de Dainville, hors du thème religieux. Ce sont par exemple les cartes fiscales, des fermes et gabelles, mentionnées dans l’étude sur la cartographie du Languedoc42, puis à nouveau abordées dans un article de 196843. Les cartes de « géographie naturelle » font aussi l’objet de mentions particulières. Elles occupent un chapitre de la monographie de 1961 (« Recherches d’histoire naturelle »), dans lequel Dainville signale notamment une carte des vents de la province dessinée par Jean Astruc (fig. 1) : « Cette originale représentation graphique, dès 1737, des mouvements de l’atmosphère, est, sans aucun doute, la première carte météorologique du Languedoc et l’une des plus anciennes représentations des vents terrestres. Elle dénote chez son auteur, en ce domaine comme en d’autres, un esprit très moderne »44. Dans Le Langage des géographes45, plusieurs termes du glossaire sont accompagnés de développements sur les cartes spéciales des vents, des courants marins ou de la végétation au XVIIIe siècle.

Figure 1 : Jean Astruc, Carte des vents qui sont propres à la province de Languedoc, Montpellier, 1737. (Extrait de F. de Dainville, Cartes anciennes du Languedoc, Montpellier, Société languedocienne de géographie, 1961, planche XV, opp. p. 103).

  • 46 F. de Dainville, « Les bases d’une cartographie industrielle de l’Europe au XIXe siècle », dans L’ (...)
  • 47 H.G. Funkhouser, « Historical development of the graphical representation of statistical data », O (...)
  • 48 A. d’Angeville, Essai sur la statistique de la population française, Bourg, 1836. Réimpression Par (...)
  • 49 F. de Dainville, op. cit., 1972, p. 32.
  • 50 Colonel H. Berthaut, La carte de France, 1750-1898. Étude historique, 2 tomes, Paris, Service géog (...)

21Dainville relève un dernier thème à l’occasion d’un colloque sur l’industrialisation en Europe tenu en 1970 : la statistique économique ou démographique. Dans une communication intitulée « Les bases d’une cartographie industrielle de l’Europe au XIXe siècle »46, le père jésuite esquisse l’histoire des représentations quantitatives, en se fondant probablement sur l’article classique de H.G. Funkhouser47. Il signale les premières « cartes teintées » (cartes par paliers de valeur croissante, dites aussi cartes choroplèthes) dessinées en France par le baron Charles Dupin ou Adolphe d’Angeville, dont l’Essai sur la statistique de la population française de 1836 vient alors tout juste d’être réédité, avec une préface d’Emmanuel Le Roy Ladurie48. Il s’attache enfin aux cartes économiques préparées par les ingénieurs, qu’il a pu découvrir à la bibliothèque de l’école des ponts et chaussées. Il décrit avec précision l’extraordinaire ensemble de cartes de l’ingénieur Charles-Joseph Minard sur les flux de voyageurs et de marchandises, publiées entre 1845 et 1870 (exemple en fig. 2). Il évoque les successeurs de Minard, et notamment Emile Cheysson, qui dirige la publication des Albums de statistique graphique du ministère des travaux publics (1878-1899), « documentation visuelle de très grande valeur »49. Dainville voit dans ces cartes une mine pour l’historien, mais aussi un moment méconnu de l’histoire de la cartographie. Il ne cède pas au préjugé esthétique habituel, qui fait porter les études sur les cartes les plus décoratives, c’est-à-dire antérieures à 1800 pour l’essentiel. Dainville est séduit par l’étrange beauté de cette première cartographie statistique, et souligne combien la cartographie de son temps en est tributaire. Il étend par là même l’histoire de la cartographie à la période contemporaine, ce que seul avant lui le général Berthaut avait fait, au terme de son étude sur la cartographie topographique50. Les études sur le XIXe siècle cartographique vont rester rares par la suite, jusqu’à l’aube des années 1980.

UNE HISTOIRE DU LANGAGE GRAPHIQUE

  • 51 F. de Dainville, « Le signe de ‘justice’ dans les cartes anciennes », Revue historique de droit fr (...)
  • 52 F. de Dainville, op. cit., 1968.

22Un autre trait important des recherches de F. de Dainville est son attachement au langage, aux symboles de la carte. Pour reprendre des catégories de la linguistique, on pourrait dire qu’avant 1950 importe surtout le « signifié », le contenu ou l’information des documents cartographiques. Dainville propose à plusieurs reprises une approche historique du signe graphique, du « signifiant ». Cet intérêt est manifeste dès ses premiers écrits consacrés spécifiquement aux cartes. Dans Cartes anciennes de l’Église de France se repèrent les premiers tableaux comparatifs de « caractères géographiques », tableaux à double entrée qui indiquent horizontalement l’objet géographique représenté et verticalement une succession chronologique de cartes désignées par nom d’auteur, ce qui permet de repérer l’évolution des symboles (exemple en fig. 3). Dainville reprend souvent ce procédé par la suite, par exemple dans son étude du signe de justice dans les cartes anciennes51 ou dans celle portant sur les « cartes du sel »52. C’est dans Le Langage des géographes qu’en est fait l’usage le plus systématique.

Figure 2 : Charles-Joseph Minard, Carte figurative et approximative des mouvements des voyageurs sur les principaux chemins de fer de l’Europe en 1862. Planche h.-t., Appendice à la carte des chemins de fer de l’Europe en 1862, suivi de Considérations sur les chemins de fer, Paris, E. Thunot, 1867 (collection particulière).

Figure 3 : Tableau des signes conventionnels ecclésiastiques utilisés par les géographes aux XVIIe et XVIIIe siècles extrait de F. de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France. Historique. Répertoire. Guide d’usage, Paris, J. Vrin, 1956, p. 202.

  • 53 F. de Dainville, op. cit., 1964, p. X.
  • 54 Cité par Dainville, op. cit., 1964, p. VIII.
  • 55 F. de Dainville, op. cit., 1968, p. 25.
  • 56 F. de Dainville, « De la profondeur à l’altitude. Des origines marines de l’expression graphique d (...)
  • 57 F. de Dainville, « De la profondeur à l’altitude. Des origines marines de l’expression graphique d (...)
  • 58 F. de Dainville, op. cit., 1959, p. 197.
  • 59 F. de Dainville, op. cit., 1964, p. 324-337.
  • 60 « On peut rencontrer sur une carte des signes d’objets et des signes de qualité qui se présentent (...)
  • 61 Ibid., p. 326.
  • 62 Ibid., p. 330-331.

23En effet, cette monographie se veut un glossaire historique, mais aussi une approche des signes de la carte. Cette curiosité fournit d’ailleurs la clé du titre : « nous disons langage et non pas langue, car nos géographes ne s’expriment pas seulement par des mots, mais encore par des signes et par des couleurs. Nous nous sommes proposés de rassembler dans cet ouvrage, avec les termes dont ont fait usage les auteurs, proprement leur langue ou vocabulaire, les lettres, écritures et figures par lesquelles ils ont tenté de représenter ou de suggérer la réalité, et des remarques sur les couleurs dont ils se sont servis pour rendre plus expressive cette réalité et en faciliter l’intelligence »53. Les tableaux de signes sont multipliés dans l’ouvrage, comme pour suppléer à l’absence fréquente de légende sur les cartes anciennes. Dainville imite son coreligionnaire, le père Augustin Lubin, qui concevait en 1678 son Mercure géographique pour guider le curieux dans une lecture des cartes qu’il jugeait rebutante, car « on y voit mots que l’on n’entend point, des lignes que l’on ne connaît pas, des figures que l’on ne comprend pas »54. Il y a cependant chez Dainville davantage qu’un inventaire graphique. Il propose à mon sens les premières formes d’une réflexion que l’on pourrait qualifier de « sémiologie historique ». Celle-ci est parfois rapide, et s’apparente à de simples remarques descriptives. Dans Cartes du sel par exemple, Dainville estime que « les « géographes » ne se sont guère fatigués à élaborer des signes : les salins sont habituellement évoqués par les compartiments géométriques de leurs jas, parfois par les longs prismes rectangulaires des camelles. Greniers et chambres à sel sont, le plus souvent, désignés par une petite levée, accompagnée d’un G ou d’un C. »55 Mais l’auteur va beaucoup plus loin dans d’autres travaux. En 1957, il présente lors d’un colloque d’histoire maritime une communication sur l’origine et les développements de la courbe de niveau. L’article qui en est issu56 réédité par deux fois et traduit en anglais57, reste un classique. Il est sans doute le premier exemple d’histoire d’une méthode de représentation. Dainville explique, fait rarissime, le moment de l’institution du signe, lorsqu’au XVIIe siècle s’inscrivent sur les cartes marines « les laisses de haute et basse mer, qui sont proprement les premières courbes de niveau »58. Cette genèse, avec le recul, jette des éclairages nouveaux sur les notions de symboles « concrets » ou « abstraits ». Dainville montre ensuite le développement du procédé de la courbe de niveau en hydrographie fluviale et maritime, son transfert dans la cartographie terrestre, sous l’influence d’officiers du corps du génie, sa pérennisation dans la topographie militaire. La méthode graphique est sans cesse rapportée à un état technique et scientifique. Elle en dérive, ainsi lorsque les mesures barométriques autorisent des relevés d’altitudes plus précis. Elle inspire aussi certaines idées, puisque Philippe Buache dessine en 1737 une Carte physique et profil du canal de la Manche par isobathes, dont il se sert ensuite pour construire sa théorie des épines dorsales sous-marines, formant la charpente du globe. Cette réflexion sur le signe est poursuivie dans Le Langage des géographes, qui se conclut par des « vues de synthèse » pénétrantes sur les termes du vocabulaire géographique, mais aussi sur les signes et les couleurs59. Dainville emprunte à la cartographie théorique une classification des signes en « points-lignes-zones »60, puis essaie de dégager des tendances générales d’évolution. Celle-ci conduirait du figuratif vers le signe conventionnel, selon « un travail de généralisation abstraite »61, et du signe en élévation (i.e. en perspective) vers le signe en projection zénithale. Dainville relève encore l’évolution spontanée, du XVIe au XVIIIe siècle, vers une certaine uniformisation de ce langage graphique. La fin du chapitre aborde les codes de couleurs et leurs transformations. Dainville met en rapport les conventions de couleurs et les conceptions théologiques et cosmologiques. Il enracine l’usage des couleurs en cartographie dans la culture d’une société, rompant avec l’idée naïve d’un code de couleurs « naturelles »62.

  • 63 Ibid., p. 337.
  • 64 F. de Dainville, Les Chiffres vous parlent ; géographie et statistiques, Paris, Baillière & Fils, (...)
  • 65 J. Bertin, Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris/La Haye, Mouton, P (...)
  • 66 F. de Dainville, « Problèmes de cartographie historique des Églises », Cahiers d’Histoire (Comité (...)

24À la fin du Langage des géographes, Dainville évoque notre époque « avide d’images et de signes »63. Les curiosités du père jésuite épousent le mouvement des idées de son temps, en particulier l’intérêt croissant pour la communication visuelle. Il manifeste très tôt sa sensibilité au langage graphique, puisqu’il publie dès 1937 un petit opuscule pédagogique destiné à aider les élèves géographes à visualiser leurs données par cartes et diagrammes64. Mais sans doute cette sensibilité s’est-elle développée avec une particulière acuité à l’École pratique des hautes études, où Dainville côtoie Jacques Bertin, nommé directeur du laboratoire de cartographie à l’initiative de Lucien Febvre. Dainville, qui se veut cartographe du fait religieux, connaît bien cette cartographie moderne impulsée par Bertin et ses collaborateurs. Il en évoque les principes bien avant la publication du traité fondamental de Bertin, la Sémiologie graphique, en 196765. Dans un article de 1964, « Problèmes de cartographie historique des Églises », Dainville reprend très précisément la conception de Bertin de la carte comme un langage « monosémique » : « La carte n’est pas, comme le dessin d’art, un thème offert à la libre interprétation du spectateur qui y voit, selon son tempérament, un message différent ; elle est une image, dont la signification doit être précise et semblable pour tous »66. Il plaide pour une cartographie historique efficace, qui suive les principes de la grammaire graphique de Bertin, dont il résume les résultats. Il imagine plusieurs cartes religieuses construites selon ces règles, pour montrer des répartitions ou des évolutions dans le temps.

*

  • 67 Ibid., p. 39.
  • 68 Ibid., p. 42.

25François de Dainville unit l’expérience de l’historien de la cartographie et celle du géographe cartographe, ce qui explique sans doute certaines orientations originales de ses recherches. Cette double expérience, Dainville l’associe à « deux langages » des cartes qui se rencontrent en lui, qu’il a tous deux fréquentés et utilisés : celui des cartes anciennes, idéographique ou conventionnel, qui « sollicite l’effort de l’intelligence »67, puisque la carte se lirait alors comme un document textuel, et celui des cartes modernes (c’est-à-dire bertiniennes) qui exploite les réflexes perceptifs, provoque l’esprit par le choc visuel. « L’un plus intellectuel, l’autre sensoriel »68, écrit-il. La rencontre avec les idées de Bertin provoque donc une sorte de schizophrénie chez notre auteur, qui ancre la carte ancienne dans le fait culturel, et se convainc dans le même temps de l’existence d’une cartographie moderne qui reposerait sur des principes universels de signification. Une telle dichotomie n’est pas sans faiblesses théoriques. La recherche de l’efficacité visuelle n’est pas un principe neuf de la cartographie, et par ailleurs, la cartographie moderne ne s’abstrait pas du monde idéologique : le réflexe perceptif n’est-il pas lui aussi un « construit » ?

  • 69 N. Broc, Les Montagnes vues par les géographes et les naturalistes de langue française au XVIIIe s (...)

26Dainville n’a que peu de disciples immédiats. Ce n’est qu’à la fin des années 1960 que son travail rencontre les préoccupations de géographes redevenus soucieux de l’histoire et de l’épistémologie de leur discipline. En 1966, Numa Broc soutient à Montpellier sa thèse de 3e cycle sur la montagne au siècle des Lumières, dirigée par Dainville69. Philippe Pinchemel fonde en 1967 le centre Géohistoire et crée à la Sorbonne, avec Michel Mollat du Jourdin, le certificat d’histoire de la géographie et de géographie historique. En 1968, Dainville se joint à la commission d’histoire de la géographie de l’Union géographique internationale, née lors du congrès de New-Delhi, qui rassemble notamment Pinchemel, Kish, Freeman, Broc, Babicz ou Buttimer. C’est enfin Philippe Pinchemel qui prend la succession du père de Dainville, après sa mort en 1971, pour diriger la thèse d’État de Numa Broc, La Géographie des philosophes. Les retrouvailles de Dainville et de la géographie sont donc tardives, mais son œuvre fait le lien avec la fin du siècle, qui voit réaffirmer avec force l’intérêt d’une étude des cartes selon leur contexte de production et la fécondité d’une histoire qui envisage, au-delà de l’objet carte, les processus cartographiques, tant intellectuels que techniques.

Notes

1 Les études concernant cette période pionnière de l’histoire de la cartographie et ses protagonistes sont rares. On trouve quelques informations utiles dans N. Broc, « Histoire et historiens de la géographie. Notes bio-bibliographiques (milieu du XVIIIe siècle-1914) », dans Comité des travaux historiques et scientifiques, Bulletin de la Section de Géographie, t. 84, Histoire et épistémologie de la géographie, Paris, Bibliothèque nationale, 1981, p. 71-116 ; J.B. Harley, « The Map and the Development of the History of Cartography », J.B. Harley, D. Woodward (éd.), History of Cartography vol. 1 : Cartography in Prehistoric, Ancient, and Medieval Europe and the Mediterranean, Chicago, University of Chicago Press, 1987, p. 1-42.
Citons également des travaux qui portent spécifiquement sur les premiers atlas de facsimilés : H. Wallis, A.H. Sijmons, « Explanatory notes », dans Atlas de Santarem. Facsímile of the final edition. 1849, Amsterdam, R. Muller, 1985, p. 5-79; A. Godlewska, « Jomard: the geographic imagination and the first great facsímile atlases », J. Winearls (éd.), Editing early and historical Atlases. Papers given at the 29* Annual Conférence on Editorial Problems, University of Toronto, 5-6 november 1993, Toronto, Buffalo et Londres, University of Toronto Press, 1995, p. 109-135.

2 Cité par M. Pelletier, « Jomard et le Département des Cartes et Plans », Bulletin de la Bibliothèque nationale, t. 4, 1979, p. 20.

3 E.F. Jomard, Sur la publication des Monuments de la géographie, Paris, L. Martinet, 1847, p. 12.

4 E.F. Jomard, Les Monuments de la géographie ou recueil d’anciennes cartes européennes et orientales, Paris, Duprat et al., 1842-1862.

5 C’est-à-dire antérieurs à l’établissement d’une école française de géographie régionale, issue des travaux de Paul Vidal de La Blache et de ses élèves.

6 Anonyme, « Recueil de portulans publiés par M. Gabriel Marcel », Revue de géographie, t. 19, 1886, p. 312.

7 M.-V. Ozouf-Marignier, « Géographie et histoire », A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain (dir.), Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, 1995, p. 84-85.

8 M. de La Roncière, « Obituary. R.P. de Dainville (1909-1971) », Imago Mundi, vol. 26, 1972, p. 71.

9 La place de cette œuvre dans l’histoire de la géographie ainsi que sa portée contemporaine sont analysés par D. Nordman, « La géographie des jésuites (en relisant François de Dainville) », L. Giard (éd.), Les Jésuites à la Renaissance, Paris, PUF, 1995, p. 221-236.

10 F. de Dainville, La Géographie des humanistes, Paris, Beauchesne, 1940, p. 12-13.

11 Ibid., p. 52-53, 203-204 et 406-409.

12 Ibid., chapitre VI, p. 375-394. Malgré son titre, le chapitre ne concerne que partiellement l’iconographie : les huit premières pages abordent des aspects de vocabulaire géographique.

13 Ibid., p. 383.

14 Ibid., p. IX.

15 Ibid., p. XV.

16 Les Extraits des notes de l’exposé du Professeur Sion, 5 pages dactylographiées, m’ont été aimablement transmises par le professeur Jean-Pierre Bardet. Merci à Daniel Nordman de m’en avoir signalé l’existence.

17 Extraits des notes de l’exposé du Professeur Sion, 1940, p. 2.

18 « Ils avivaient leurs désirs apostoliques en contemplant des cartes » (Dainville, op. cit., 1940, p. 106). Plusieurs témoins directs évoquent le père de Dainville, dans sa cellule de la résidence jésuite, rue Monsieur, entouré de ces cartes qui le fascinaient et l’enthousiasmaient.

19 Les conséquences intellectuelles des découvertes sont en revanche abordées dans la Géographie des humanistes et dans quelques articles postérieurs.

20 D. Nordman, « Voyages et figures de territoires, aux origines de la cartographie moderne (à propos de quelques ouvrages récents) », Historiens et Géographes, n° 313, mars 1987, p. 855.

21 Voir F. de Dainville : « Une carte mauriste de 1678 inconnue », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 43, 1957, p. 343-347 ; « Deux cartes inconnues du Lyonnais, Forez et Beaujolais 1596-1623 ( ?) », Cahiers d’Histoire (Comité historique de l’Université de Lyon) n° 9, 1964, p. 121-135 ; « Un ‘pourtraict’ inédit de Marseille à la fin du 16'siècle », Provence historique n° 78, 1969, p. 366-368.

22 E de Dainville, « Le Premier atlas de France. Le théâtre françoys de M. Bouguereau », 1594, Actes du 85e Congrès national des sociétés savantes, Chambéry-Annecy, 1960, Paris, Imprimerie Nationale, 1961, p. 1-50.

23 F. de Dainville, « L’évolution de l’atlas de France sous Louis XIII. Théâtre géographique du Royaume de France des Le Clerc, 1619-1632 », Actes du 87e Congrès national des sociétés savantes, Poitiers, 1962, Paris, Imprimerie nationale, 1963, p. 2-51.

24 F. de Dainville, « La Géographie des humanistes », Bulletin de l’Association des Géographes français 169-170, mars-mai 1945, p. 57-64.

25 M. de La Roncière, op. cit., 1972, p. 72.

26 E. Chantriot, Les Cartes anciennes de la Champagne. Catalogue et observations critiques, Nancy, Berger-Levrault, 1905.

27 A. Vacher, Le Berry. Contribution à l’étude géographique d’une région fançaise, Paris, Armand Colin, 1908.

28 A. Demangeon, Les Sources de la géographie de la France aux Archives nationales, Paris, Société Nouvelle de Librairie et d’Édition, 1905.

29 L. Gallois, Régions naturelles et noms de pays. Étude sur la région parisienne, Paris, Armand Colin, 1908.

30 F. de Dainville, « La carte de Cassini et son intérêt géographique », Bulletin de l’Association des Géographes français n° 251-252, 1955, p. 138-147.

31 F. de Dainville, La Carte de Guyenne par Belleyme, 1761-1840, Bordeaux, Delmas, 1957.

32 F. de Dainville, Cartes anciennes du Languedoc. XVIe-XVIIIe s., Montpellier, Société languedocienne de géographie, 1961, p. 216.

33 F. de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France. Historique. Répertoire. Guide d’usage, Paris, J. Vrin, 1956.

34 F. de Dainville, op. cit., 1961, p. 106.

35 Ibid., 105-151.

36 Voir G. Palsky, « Cartes topographiques et cartes thématiques au XIXe siècle », D. Ramada Curto, A. Cattaneo, A. Ferrand d’Almeida (dir.), La Cartografía europea tra primo Rinascimento e fine dell’Illuminismo, Florence, Olschki/Biblioteca nazionale centrale di Firenze, 2003, p. 275-289.

37 L. de Dangeau, Nouvelle méthode de géographie historique, Paris, A. Lambin, 1697.

38 G. Palsky, Des chiffres et des cartes. La cartographie quantitative au XIXe siècle, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1996, p. 20-32.

39 L’adjectif est employé par Augustin Lubin dans le Mercure Géographique ou le guide des curieux des cartes géographiques, Paris, C. Remy, 1678, 222. Dans ce sens initial, il désigne des cartes qui figurent un seul phénomène.

40 F. de Dainville, op. cit., 1956, p. 273.

41 F. de Dainville, « Cartes des places protestantes en 1620, dessinées à la fin du règne de Louis XIII », Journal des Savants, octobre-décembre 1968, p. 229.

42 F. de Dainville, op. cit., 1961, p. 82-85.

43 F. de Dainville, « Cartes du sel. Les sels de l’Atlantique », dans M. Mollat (éd.), Le rôle du sel dans l’histoire, Paris, Sorbonne Recherches, 1968, p. 21-36.

44 44. F. de Dainville, op. cit., 1961, p. 102.

45 45. F. de Dainville (avec la collaboration de Françoise Grivot), Le Langage des géographes ; termes, signes et couleurs des cartes anciennes. 1500-1800, Paris, Picard, 1964.

46 F. de Dainville, « Les bases d’une cartographie industrielle de l’Europe au XIXe siècle », dans L’industrialisation en Europe au XIXe siècle, cartographie et typologie. Colloques internationaux du CNRS, Lyon, 1970, Paris, Bibliothèque nationale, 1972, p. 15-33.

47 H.G. Funkhouser, « Historical development of the graphical representation of statistical data », Osiris 3 (1), novembre 1937, p. 269-404. Dainville, mort en 1971, n’a pu achever la rédaction de son article, et la plupart des références en sont absentes.

48 A. d’Angeville, Essai sur la statistique de la population française, Bourg, 1836. Réimpression Paris/La Haye, Mouton, 1969.

49 F. de Dainville, op. cit., 1972, p. 32.

50 Colonel H. Berthaut, La carte de France, 1750-1898. Étude historique, 2 tomes, Paris, Service géographique de l’Armée, 1898 et 1899.

51 F. de Dainville, « Le signe de ‘justice’ dans les cartes anciennes », Revue historique de droit français et étranger 1, 1956, p. 113-114.

52 F. de Dainville, op. cit., 1968.

53 F. de Dainville, op. cit., 1964, p. X.

54 Cité par Dainville, op. cit., 1964, p. VIII.

55 F. de Dainville, op. cit., 1968, p. 25.

56 F. de Dainville, « De la profondeur à l’altitude. Des origines marines de l’expression graphique du relief terrestre par cotes et courbes de niveau », dans M. Mollat (dir.), Le navire et l’économie maritime du Moyen Age au XVIIIe siècle, travaux du deuxième colloque international d’histoire maritime, tenu les 17 et 18 mai 1957, Paris, SEVPEN, 1959, p. 195-213.

57 F. de Dainville, « De la profondeur à l’altitude. Des origines marines de l’expression graphique du relief terrestre par cotes et courbes de niveau », International Yearbook of Cartography, 1962, p. 151-162.
F. de Dainville, « From the Depths to the Heights. Concerning the Maritime origins of the Cartographic Expression of Terrestrial Relief by Numbers and Contour Lines », Surveying and Mapping 30, 1970, p. 389-403.

58 F. de Dainville, op. cit., 1959, p. 197.

59 F. de Dainville, op. cit., 1964, p. 324-337.

60 « On peut rencontrer sur une carte des signes d’objets et des signes de qualité qui se présentent sous la forme de lignes, de lieux et de surfaces. » (Ibid., p. 325.)

61 Ibid., p. 326.

62 Ibid., p. 330-331.

63 Ibid., p. 337.

64 F. de Dainville, Les Chiffres vous parlent ; géographie et statistiques, Paris, Baillière & Fils, 1937.

65 J. Bertin, Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris/La Haye, Mouton, Paris, Gauthier-Villars, 1967.

66 F. de Dainville, « Problèmes de cartographie historique des Églises », Cahiers d’Histoire (Comité historique de l’Université de Lyon) n° 9, 1964, p. 35.

67 Ibid., p. 39.

68 Ibid., p. 42.

69 N. Broc, Les Montagnes vues par les géographes et les naturalistes de langue française au XVIIIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 1969.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Jean Astruc, Carte des vents qui sont propres à la province de Languedoc, Montpellier, 1737. (Extrait de F. de Dainville, Cartes anciennes du Languedoc, Montpellier, Société languedocienne de géographie, 1961, planche XV, opp. p. 103).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Figure 2 : Charles-Joseph Minard, Carte figurative et approximative des mouvements des voyageurs sur les principaux chemins de fer de l’Europe en 1862. Planche h.-t., Appendice à la carte des chemins de fer de l’Europe en 1862, suivi de Considérations sur les chemins de fer, Paris, E. Thunot, 1867 (collection particulière).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Figure 3 : Tableau des signes conventionnels ecclésiastiques utilisés par les géographes aux XVIIe et XVIIIe siècles extrait de F. de Dainville, Cartes anciennes de l’Église de France. Historique. Répertoire. Guide d’usage, Paris, J. Vrin, 1956, p. 202.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteur

Né en 1958, est agrégé de géographie. Spécialiste d’histoire de la cartographie, il est maître de conférences à l’Université de Paris XII Val de Marne, fait partie de l’UMR 8504 Géographie-cités, et de l’équipe EGHO. Les résultats essentiels de sa thèse (1990, Université de Paris 1) ont été repris dans Des Chiffres et des cartes, la cartographie quantitative en France au XIXe siècle (1996, CTHS). Ses recherches actuelles portent sur la période contemporaine, du XIXe siècle aux années 1970. L’œuvre du père de Dainville occupe une place importante dans le mémoire d’habilitation à diriger les recherches qu’il achève actuellement sous la direction de M. Jean-Louis Tissier.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search