Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Introduction : le tribut d’une vie de savant et de prêtre

Catherine Bousquet-Bressolier

Texte intégral

  • 1 Sa carrière est évoquée ici par Dominique Julia, et l’on trouvera sa bibliographie dans le recueil (...)

1Le 15 janvier 1971 disparaissait François Oudot de Dainville1. Ceux qui l’ont côtoyé ont gardé en mémoire le souvenir d’un homme d’apparence sévère, imposant, mais pleinement à l’écoute d’autrui. Sous ces dehors rugueux se cachait une profonde bonté, même parfois une courtoisie délicieuse, surprenante chez un homme de son état et de son âge, envers ses jeunes interlocuteurs. Comment ne pas être intimidé par ce regard scrutateur où il n’y avait pourtant nulle condescendance et ne pas être troublé de cette particulière attention ?

2Les tout jeunes gens que nous étions en ces années qui précédèrent la tourmente de 1968, peuvent regretter aujourd’hui de n’avoir attendu du grand savant que ses précieux conseils. Cependant le père de Dainville n’autorisait aucun compromis avec ce qui n’était pas bon ou vrai, et cela contribuait sans doute à le rendre encore plus imposant, encore plus distant. S’il prodiguait avec libéralité les recommandations nécessaires à nos recherches, il perçait aussi les secrets inavoués de nos légèretés, et parfois osait une mise en garde paternelle, mais tranchante, souvent mal comprise, contre les faiblesses de l’esprit du temps.

  • 2 Au verso de son image est inscrite la formule d’actions de grâce de la messe qui ouvre la préface  (...)
  • 3 Cf. F. de Dainville, Livre d’heures du maître, Paris, Beauchesne, 1956. On y lit son admiration po (...)

3Les quelques lignes de ce portrait laissent transparaître l’homme que fut François de Dainville, un chevalier recevant tout d’en haut, comme sur son image d’ordination2, mais un chevalier dans une époque où le combat pour les valeurs nobles de son idéal semblait déjà bien difficile3. François de Dainville était un homme rude, exigeant envers lui-même et les autres, un montagnard en route pour les cimes, oublieux de lui-même et tourné vers le ciel.

4Ces qualités, cet amour de la montagne qui facilite le dépassement de soi quand on est enfant, il les doit certainement aux excursions organisées par son père, rigoureux et probe chartiste, que des documents de famille, des carnets de croquis de jeunesse, dévoilent plein d’un humour facétieux. Entre un paysage, le plan et l’élévation d’un bâtiment, y apparaît, croquée en quelques traits, l’attitude d’une jolie femme compulsant les archives, ou cueillant des fruits, ce au grand dam de sa jeune épouse !

5Le général Philippe de Dainville laisse entendre combien toute la fratrie a été profondément marquée par les qualités humaines de tels parents. Assurément, la double vocation de François, de prêtre et de géographe-historien, ce goût pour les papiers d’archives qu’il a brassés tout jeune, en sont le fruit. Les sources directes, l’observation, permettent une approche sensible de l’existence qu’il pourra cultiver dans la Compagnie de Jésus.

  • 4 Les lignes citées figurent au verso de son image mortuaire.

6Une phrase écrite pendant sa retraite de 1943 campe la nature de cette vocation : « Attrait et aptitudes me ramènent toujours à ce coin du champ du Père, la formation des instituteurs, des maîtres de l’école française, à tous les degrés, libre et publique. »4 Il y resta toujours attaché puisqu’il faisait chaque année un camp de loisir, de formation et de réflexion avec de jeunes professeurs.

  • 5 Les circonstances de la rédaction de ce texte choisi pour figurer sur l’image mortuaire du père de (...)

7L’érudition de François de Dainville a toujours été tournée vers autrui et jamais parcimonieuse. Je dirais même, avec le recul, que cela a dû être pour lui un chemin d’humilité et d’abandon, aidant le prêtre, dans l’esprit de la Compagnie de Jésus, à se conformer à l’exemple du Christ. « Aucune science n’est profane si elle est conduite dans le but de libérer l’esprit humain, car l’esprit humain est mystérieusement participant de la ressemblance divine, et libérer l’esprit de vérité, c’est lui permettre d’être accueillant à Dieu. » Cette note, il l’avait « jetée » en août 1970 à la demande de son supérieur le père Ribes pour qu’il puisse « amorcer son oraison du lendemain »5. Ce chemin difficile avait été tracé par une éducation exemplaire du caractère, où l’on ne composait pas avec l’honneur, la droiture et le désintéressement.

8Dès l’après-guerre, les travaux de François de Dainville se départissent d’une approche quelque peu hagiographique de la Compagnie de Jésus pour s’ouvrir à d’autres disciplines et s’infléchir nettement vers le quantitatif. Il faut dire que l’ordre dans lequel François avait choisi d’entrer, ad majorem Dei gloriam, était déjà, dans les années 1950, ébranlé par une crise où toutes les valeurs qu’il avait faites siennes étaient contestées. Amplifiées par le Concile, les remises en question eurent raison de son directeur aux Etudes, le père Bruno Ribes qui quitta la Compagnie. Le père François de Dainville était quant à lui resté indéfectiblement attaché à sa soutane de prêtre.

  • 6 Cf. Les Chiffres vous parlent, Géographie et statistique, Paris, J.-B. Baillère, 1937, son premier (...)
  • 7 Cf. Le Langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes 1500-1800, Paris, Pic (...)

9De ces déchirements visibles et des blessures qui ont pu en découler, il ne semble guère rester de trace dans l’oeuvre du savant. Celui-ci a multiplié les contacts avec des personnalités magnifiquement diverses. Il se mettait en retrait, oeuvrait pour tous, dans le droit fil de sa vocation de jésuite : « libérer l’esprit de vérité, c’est lui permettre d’être accueillant à Dieu ». Il permettait à chacun de s’engager dans une voie personnelle. Il n’avait fait qu’en ouvrir l’accès. Aussi ne s’étonnera-t-on pas qu’il ait souvent laissé des recherches en suspens, abandonnant à d’autres la liberté d’oeuvrer selon leur voie propre et de jouir d’une recherche « achevée ». Et pourtant, quelle surprenante nouveauté dans ces explorations de domaines jusqu’alors restés en friche ! Il a réellement été un novateur. C’est particulièrement vrai de la cartographie, qu’il a utilisée si tôt comme méthode de recherche pour concrétiser à l’oeil et quantifier la distribution spatiale de faits de société6 et aussi de l’histoire de la cartographie, dont il a montré le langage par l’établissement d’une nomenclature des signes et des termes7. Cette nouveauté découle incontestablement du caractère humaniste de ses recherches. Ne croisent-elles pas toujours des données tirées des champs variés de connaissances d’ordinaire étudiées séparément, comme le théâtre, le livre et l’imprimerie, la psychologie de la forme... en un mot, de tout ce qui agit sur les sens pour comprendre, en fidèle disciple de saint Ignace. Cet humanisme n’était-il pas un moyen privilégié pour ouvrir les intelligences et « libérer l’esprit de vérité » ?

  • 8 Études, t. 341, p. 485-509. Dans cet article, il témoigne p. 494 des derniers moments du père de D (...)

10Juste avant que la leucémie n’emporte le père de Dainville, Bruno Ribes vint le voir alors qu’il avait été transporté contre sa volonté dans un service de réanimation. L’interne avait eu peur, sans savoir que, par cette décision, il ôtait au prêtre la possibilité de vivre sa mort. François de Dainville trouva la force d’arracher son masque respiratoire pour le dire au père Ribes : « On me frustre de ma mort. » Bruno Ribes, qui avait prononcé l’homélie de ses obsèques, écrivait trois ans plus tard pour la revue Etudes un article intitulé « Éthique, science et mort »8, longue réflexion sur le sort des malades en fin de vie où il relate ce douloureux moment, et témoignage de cette « libération de l’esprit humain » qui, pour François de Dainville, transcendait toute recherche scientifique.

  • 9 Bruno Ribes, Homélie pour les funérailles du père de Dainville.

11A qui veut, le père de Dainville fit ce don précieux. « Il sut inviter ceux qu’il dirigeait à cheminer avec lui jusque dans les profondeurs ou s enracinait sa propre probité »9. Il nous a transmis le goût pour une recherche noblement conduite, et j’espère que les textes qui constituent ce volume attesteront notre dette intellectuelle à sa mémoire.

Notes

1 Sa carrière est évoquée ici par Dominique Julia, et l’on trouvera sa bibliographie dans le recueil d’articles réunis par Marie-Madeleine Compère L’Éducation des jésuites (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Éditions de Minuit, p. 537-549.

2 Au verso de son image est inscrite la formule d’actions de grâce de la messe qui ouvre la préface : « Nos tibi semper et ubique gratias agere ».

3 Cf. F. de Dainville, Livre d’heures du maître, Paris, Beauchesne, 1956. On y lit son admiration pour le « trésor de prières des maîtres et des écoliers d’autrefois » (p. 10), pour les attitudes vigoureusement symboliques : « Dans les écoles du diocèse de Paris, maîtres et écoliers accueillaient le nouveau à genou, au milieu de la classe, en récitant pour lui une prière convenable ». Se dessine aussi un réel désir de les voir renaître : « Pourquoi ne rendrait-on pas à la rentrée toute sa signification spirituelle en rénovant ces rites. » (p. 17).

4 Les lignes citées figurent au verso de son image mortuaire.

5 Les circonstances de la rédaction de ce texte choisi pour figurer sur l’image mortuaire du père de Dainville, ont été rapportées par le père Ribes dans l’homélie qu’il a prononcée lors de la messe de funérailles (Bibliothèque des jésuites, Vanves, N13/26).

6 Cf. Les Chiffres vous parlent, Géographie et statistique, Paris, J.-B. Baillère, 1937, son premier ouvrage.

7 Cf. Le Langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes 1500-1800, Paris, Picard, 1964. Les archives de l’atelier de cartographie qu’il avait créé à l’EPHE viennent d’être déposées à la Bibliothèque nationale de France.

8 Études, t. 341, p. 485-509. Dans cet article, il témoigne p. 494 des derniers moments du père de Dainville.

9 Bruno Ribes, Homélie pour les funérailles du père de Dainville.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

Auteur

Née en 1944. Après un cursus littéraire et scientifique, elle opte pour la géographie, intègre l’École supérieure de cartographie géographique dont elle obtient le diplôme en 1970 et entre à l’EPHE (sciences de la vie et de la terre). Elle soutient en 1974 une thèse de géographie physique et participe aux travaux pionniers de son laboratoire en télédétection. De 1987 à 1989, elle dirige un programme de recherche du CNRS sur l’environnement fondé sur l’exploitation des cartes anciennes. Ceci la conduit à organiser en 1992 un colloque publié en 1995 sous le titre L’Œil du cartographe. Depuis, elle développe cette thématique à la section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE comme chargée de conférences et dans des manifestations scientifiques ou des expositions au sein de l’U.M.R. PRODIG.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search