Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

Avant-propos

Marie-Françoise Courel

Texte intégral

1Une trentaine d’années après le décès du père de Dainville, nombreux étaient encore ceux qui, l’ayant connu, pouvaient témoigner de l’importance et de l’originalité de son œuvre. Or la cartographie est, de longue date, un des domaines de prédilection de l’U.M.R. PRODIG, qui s’est enrichi en 1998 d’un nouveau thème d’étude méthodologique : l’exploitation scientifique des cartes anciennes. L’organisation d’un colloque consacré à son œuvre revenait tout naturellement à notre unité de recherche.

2Le projet fut confié à Catherine Bousquet-Bressolier, géomorphologue et cartographe de formation, dont les compétences en matière de cartographie ancienne ne sont plus à démontrer. Ayant connu le père de Dainville, elle déploya toute son énergie pour mener à bien cette entreprise, comme elle l’avait fait pour l’organisation d’autres colloques scientifiques sur la cartographie ancienne : L’œil du cartographe en 1992 et Le paysage des cartes en 1998. Elle obtint (non sans difficultés) les soutiens nécessaires : tout d’abord du CNRS et de la Direction des Archives de France, puis de l’École des chartes. La section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE et la Société d’histoire religieuse de la France apportèrent aussi leur participation. Le colloque avait un patronage prestigieux en la personne de Marc Fumaroli et son comité scientifique réunissait : Jean Robert Armogathe, Frédéric Barbier, Patrick Gautier-Dalché, Jean-Michel Leniaud, Bruno Neveu, Monique Pelletier, Marc Venard et moi-même. L’École des chartes fut aussi associée à l’organisation en la personne de Bernard Barbiche. Le colloque compta plus de 150 participants, un succès qui reflète l’attachement à la personnalité de François de Dainville.

3Le volume qui est donné aujourd’hui s’acquitte du devoir de mémoire dû à ce grand savant, tout d’abord par les témoignages de ceux qui l’ont connu. Dans une première partie, Dominique Julia, Marie-Madeleine Compère, Gilles Palsky et Michel Hermans replacent les travaux du père de Dainville dans la perspective de l’historiographie contemporaine. La seconde partie regroupe des études qui s’inscrivent dans sa « postérité », œuvre de chercheurs qui ont puisé chez le savant une méthode de travail, une ouverture sur d’autres recherches : Michel Hermans, Catherine Bousquet-Bressolier, Ségolène de Dainville-Barbiche, Lucia Nuti et Françoise Vergneault. La troisième partie est consacrée à l’organisation de la recherche, une des préoccupations majeures du père de Dainville qui voulait toujours faciliter les travaux des chercheurs, comme le montre Marc Venard. La mise en œuvre des outils de travail proposés par Martine Illaire, Cécile Souchon et Marcel Watelet procède de cette même préoccupation. Enfin, le débat qui a conclu ces deux journées a été magnifiquement repris par Marc Venard dans sa postface.

4Je suis heureuse que ce colloque ait eu l’audience qu’il mérite, et que l’École des chartes, après lui avoir offert son soutien financier, accepte aujourd’hui d’en publier les actes dans une de ses collections.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site