Version classiqueVersion mobile

La mise en page du livre religieux (XIIIe-XXe siècle)

 | 
Annie Charon
, 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet

Au service de la science. Quelques réflexions sur la mise en livre des ouvrages d’érudition

Luc Jocqué

Texte intégral

  • 1 On pourrait distinguer l’auteur moderne par opposition à l’auteur historique, l’éditeur de texte d (...)

1Respecter le texte et les intentions de l’auteur est le but qui doit réunir tous ceux qui participent au processus de la mise en livre, à commencer par les maisons d’édition. C’est d’autant plus vrai pour celles qui se proposent de publier les textes d’auteurs qui ne peuvent plus plaider leur cause1 Je voudrais évoquer quelques aspects de ce travail et, en particulier, le cas d’une maison d’édition qui donne la place d’honneur à la source, au texte, au document, en sachant que ce ne sont que les matériaux primaires conduisant à la véritable érudition. Il n’est pas mauvais qu’un éditeur s’arrête un moment pour réfléchir et débattre de ses activités dans une perspective un peu plus large, lui qui ne cesse de multiplier les menues décisions et subit la pression permanente des impératifs commerciaux.

2Voyons qui sont les acteurs de ce jeu.

3Je constate souvent que les futurs auteurs se présentent souvent avec une certaine timidité, s’attendant à des exigences insurmontables de la part des éditeurs. Or, une édition critique est d’abord le résultat d’un processus long et exigeant dans lequel s’est engagé l’auteur.

4Il est évident qu’une maison d’édition a le droit d’exiger qu’un livre d’érudition soit bon au plan scientifique, fait selon les normes courantes de la discipline. C’est pourquoi l’éditeur engage souvent, pour la collection, un comité de lecture qui sera garant de la qualité de ce qu’il a l’intention de publier. Il arrive pourtant que l’auteur éprouve le rapport de lecture comme un examen supplémentaire et que l’avis du comité de lecture soit mal perçu. En fait, la direction d’une collection a une double finalité : elle doit évaluer le sérieux scientifique de l’ouvrage offert et veiller à l’application des normes de la collection. Cette exigence peut sembler exagérée et être une source de conflit, mais c’est l’intérêt du lecteur comme celui de l’éditeur que la collection soit d’un niveau constant, homogène pour le contenu comme pour la présentation extérieure. Elle doit être fiable pour l’acheteur comme pour le lecteur. Les auteurs ont aussi tendance à confondre le rôle des éditeurs avec celui des imprimeurs qui font travailler des équipes d’opérateurs de saisie des textes, de traitement de texte et de mise en page. Dans le passé, les éditeurs disposaient souvent de leur propre imprimerie et la frontière entre les deux activités n’était pas très claire, mais aujourd’hui l’éditeur est celui qui cherche le meilleur résultat au meilleur prix. Dans ces conditions qui est le vrai metteur en livre ?

  • 2 Voir l’avant-propos de Ch. Gouriou, Mémento typographique, Paris, 1973, p. III-V.

5La mise en livre me semble le résultat d’une collaboration étroite entre ces trois partenaires : fauteur, d’abord, dont on suppose qu’il est celui qui a la meilleure connaissance du texte ; l’éditeur, aidé par ces premiers lecteurs que sont les membres du comité de lecture ; l’imprimeur, enfin, ou plutôt le compositeur typographe qui est l’opérateur technique capable d’apporter des solutions à certains problèmes jugés insurmontables par l’auteur et l’éditeur. Les uns et les autres ont des préoccupations différentes et l'éditeur est obligé de chercher un équilibre entre les contraintes économiques et esthétiques. Du produit final dépend sa marque de qualité, son avenir, donc. « La typographie est singulièrement plus riche que la dactylographie » et son prix est raisonnable si les trois partenaires collaborent. Malheureusement, fauteur n’a souvent que très peu de notions concernant la typographie ; or, celle-ci peut offrir souplesse et richesse, mais s’avère souvent délicate ; le code typographique est très différent selon les pays et, fréquemment, la logique et le bon sens s’effacent devant la tradition2.

6Depuis que l’ordinateur se trouve sur le bureau de chaque auteur, celui-ci a cru, pendant un certain temps du moins, qu’il pouvait être son propre éditeur, tout comme on pense couramment que mettre un texte sur l’internet équivaut à une édition. Opérant avec des moyens peu professionnels comme la P.A.O., qui essaie d’approcher la qualité des compositions réalisées par les typographes, l’auteur fait la mise en page de son ouvrage et fournit à l’éditeur des pages qui ressemblent parfois à des monstruosités bricolées, indignes d’être publiées. L’optimisme des années 80 s’est estompé et je suis personnellement convaincu qu’un encodage fait par l’auteur, soutenu par les directives précises de l’éditeur, puis la conversion des fichiers faite de manière professionnelle par un imprimeur bien équipé, atteindra un résultat plus satisfaisant qu’une mise en page opérée par l’auteur lui-même.

  • 3 Rien n’est plus compliqué que la coupure des mots, différente dans toutes les langues. Peu de dict (...)
  • 4 La définition de « typographie » par H. H. Walther (Lexikon der Buchkunst und Bibliophilie, Leipzi (...)
  • 5 Voir l’avant-propos du Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, p. 3.
  • 6 Les Monumenta Germaniae Historica, une collection de sources se rapportant à l’histoire médiévale (...)
  • 7 Une dizaine de types de présentations différentes pour une édition critique a été reproduite dans (...)

7Nous sommes parfois étonnés que les auteurs, même ceux de livres d’érudition, même les éditeurs de textes, supposés, par la nature de leur travail, porter beaucoup d’attention aux détails, livrent des textes si peu soignés : divisions et sous-divisions du texte incorrectes, ponctuation nonchalante etc. Les règles de typographie, comme la proscription d’une coupure de mot à la fin d’une page impaire par exemple, ont tendance à ne plus être observées3. Peut-être est-ce le symptôme d’une société dominée par l’informatique, qui privilégie la rapidité, pratique quotidiennement le « couper / coller » et offre une information brute pour la consultation plus que pour la lecture. Or, quand le compositeur dispose d’une copie parfaitement mise au point et que nul problème ne le distrait de la reproduction fidèle du texte, il peut réserver toute son attention à la qualité de sa présentation. Il existe encore des auteurs, bibliothécaires, lecteurs surtout — ceux-ci sont nombreux heureusement — qui, sans être des bibliophiles, apprécient la belle typographie4. Ils sont prêts à payer un certain prix, que justifient, pour les éditions critiques destinées à rester pendant plusieurs générations, la qualité du papier, l'impression soignée et la complexité de la typographie due aux apparats. La qualité d’une bonne typographie se mesure à sa capacité à séduire le lecteur et à faciliter la lecture. Comme les règles du savoir-vivre, les règles du savoir-lire s’adaptent aux nouvelles techniques de communication5. Mais le livre d’érudition doit avant tout servir la science. Le confort du chercheur et du lecteur doit être prioritaire ; cela exige une mise en livre fonctionnelle plutôt que le recours à des artifices de toutes sortes, à des tours de force typographiques ; le confort de consultation tient parfois à de petits détails. Un exemple, parmi beaucoup d’autres : la numérotation des lignes d’un texte en édition critique se fait, de préférence, par entités logiques, livre ou chapitre, et non par page ; l’opération est techniquement très difficile car la première ligne de la page est rarement la première ligne d’un livre ou d’un chapitre, mais cela facilite le renvoi à un passage donné. Certaines éditions de texte sont allées très loin dans la présentation de l’analyse textuelle. Ainsi, l’utilisation, dans le texte courant, d’un corps de texte réduit pour le passage emprunté aux sources, comme dans les Monumenta Germaniae Historica, est un vrai chef d’œuvre typographique et se justifie parfois pour distinguer certaines couches du texte6. On peut cependant se demander si cela augmente le confort du lecteur7.

  • 8 En fait, notre alphabet et notre système de ponctuation manquent de possibilités pour faire appara (...)
  • 9 L’entreprise de la Vetus latina, fondée en 1945 en l’abbaye bénédictine de Beuron en Allemagne, a (...)

8Une édition critique ne doit pas être non plus un ersatz des manuscrits sur lesquels elle se fonde ; une publication moderne ne doit pas reprendre la présentation d’un texte médiéval glosé. Une édition critique a pour but de transformer l’information présente dans les textes manuscrits, dans un format structuré et pratique8. Critique textuelle et technique d’édition critique y concourent. C’est pourquoi auteur, éditeur et compositeur typographe doivent collaborer étroitement. Il y a des projets qui ont une mise en page particulièrement sophistiquée, comme l’édition de la Vetus Latina9. Le texte et les apparats contiennent une mine d’informations et reflètent un haut degré d’érudition. C’est une bénédiction pour les spécialistes, mais un cauchemar pour le lecteur ou celui qui en a besoin pour une consultation ponctuelle.

  • 10 Pour certains textes, des centaines de manuscrits ont survécu. Leur recherche et leur collation pr (...)
  • 11 R. B. C. Huygens, Ars edendi. Introduction pratique à l’édition des textes latins du moyen âge, Tu (...)
  • 12 Depuis 1953, le Corpus Christianorum publie, en plusieurs collections, des éditions de texte d’aut (...)

9Faut-il publier des éditions critiques pour les seuls spécialistes, pour les collègues éditeurs de textes eux-mêmes ? Je ne le crois pas. Il faut donc se garder d’une présentation trop complexe. Et cela met directement en cause les apparats critiques. Est-il justifié de les maintenir ? Sans aucun doute, car ils offrent les fondements du texte, établi à partir des variantes textuelles collationnées sur les manuscrits ; c’est une étape incontournable de l’établissement du texte qui se réalise par des efforts laborieux, parfois héroïques de la part des éditeurs de texte10. Il serait donc impardonnable de vouloir se débarrasser de cette information. Cependant, aux yeux d’un représentant d’une maison d’édition, il semble tout de même un peu contradictoire que la partie la moins consultée — il n’y a pas de doute à ce sujet — engendre le coût le plus élevé. D’autres types d’informations font l’objet d’une faible consultation, comme les notes marginales. Certaines éditions font figurer dans la marge droite les références à des éditions antérieures, ce qui aide au repérage de passages cités d’après celles-ci. De même pour les index : il faut de bons index utilisables11. Par exemple, le Corpus Christianorum publie à la fin de chaque volume un index des citations bibliques12. Mais, finalement, qui s’en sert ? Pourtant, le cumul de ces index ouvre un vaste champ de recherches, mais je connais très peu d’études qui aient vraiment utilisé ces milliers de références.

  • 13 Un excellent exemple, surtout pour un public francophone, est les Sources chrétiennes, collection (...)

10Enfin, on peut s’interroger sur le rôle de la traduction au moment où décline la connaissance des langues classiques. Le risque est que la traduction soit lue à la place du texte en langue originelle, qu’on cite le texte original sans l’avoir lu ou même comparé avec la traduction sur laquelle on a travaillé. La traduction, faut-il le dire, est toujours une interprétation ; elle ne veut pas être plus qu’un outil supplémentaire pour comprendre et interpréter le texte dans sa langue d’origine, même si elle a mobilisé le talent, l’art même, d’un traducteur et l’habileté du compositeur pour la proposer en face du texte original et offrir au lecteur un confort maximal13.

11Je terminerai par une question qui reste ouverte : l’édition électronique remplacera-t-elle, à long terme, le livre ? Si les hésitations sont justifiées pour les textes littéraires, elles le sont peut-être moins dans le domaine de l’érudition. D’ailleurs, un très grand nombre de textes grecs et latins existent déjà sur support électronique. Le plus souvent, ils ne sont pas annotés, mais l’on peut penser que cela ne saurait durer.

12Si l’on considère que les éditions de textes anciens sont destinées à être consultées de façon ponctuelle plutôt qu’à être lues in extenso, comme on le fait pour les dictionnaires et les encyclopédies, l’édition électronique est idéale pour ce genre de textes. Il faut néanmoins veiller à ce que les éditions critiques ne deviennent pas de purs ouvrages de référence, avec les risques que cela comporte, celui des fausses corrélations par exemple. En effet, le repérage de sources ou de textes parallèles, devenu facile grâce à l’informatique, peut conduire à une explosion des apparats de sources, chargés de « fausses » sources, de parallèles accidentels. Est-ce que l’expression « die ac nocte » est à considérer comme une source biblique parce qu’on la trouve plusieurs fois dans la Bible ?

  • 14 Quelques réserves en ce qui concerne l’utilisation de l’ordinateur par l’éditeur de texte, ont été (...)

13Hormis ce danger, on ne peut ignorer que l’informatique est une bénédiction pour l’auteur comme pour l’éditeur. La préparation du manuscrit et celle de la mise en livre deviennent plus faciles pour les deux parties. L’auteur peut modifier son texte jusqu’à la dernière minute avant de déposer son manuscrit et l’éditeur tire bénéfice du nombre limité des corrections. En revanche, la préparation d’une publication est beaucoup plus complexe qu’on ne l’imagine. Il ne suffit aucunement de rassembler quelques fichiers pour arriver à un produit électronique, justement parce que la comparaison du contenu devient si facile qu’on a besoin d’un temps supplémentaire pour le contrôle, et un contrôle d’une certaine façon beaucoup plus intense que pour un livre imprimé14.

  • 15 Paraphrase d’une expression énoncée par P. Tombeur dans les discussions à l’occasion du colloque s (...)
  • 16 Voir Ch. Gouriou, op. cit., p. III.

14On ne saurait assez souligner que la qualité d’un produit électronique doit être irréprochable, ce qui implique des investissements importants de la part de l’auteur et de l’éditeur. Le grand nombre de textes, de langues, de données de toutes sortes que l’on trouve sur l’internet peut, à première vue, sembler avantageux, mais le danger d’une certaine pollution est tout à fait réel. Payant ou non, il y a très peu de bon, un peu de médiocre et surtout beaucoup de mauvais15. Dans cette perspective, l’éditeur a un rôle important à jouer et ce que disait le moraliste Jean de La Bruyère demeure vrai : « C’est un métier de faire un livre »16 ; qu’il soit électronique n’y change rien.

Notes

1 On pourrait distinguer l’auteur moderne par opposition à l’auteur historique, l’éditeur de texte de la maison d’édition appelée également l’éditeur.

2 Voir l’avant-propos de Ch. Gouriou, Mémento typographique, Paris, 1973, p. III-V.

3 Rien n’est plus compliqué que la coupure des mots, différente dans toutes les langues. Peu de dictionnaires offrent des précisions à ce sujet. Certains manuels typographiques, très sévères, défendent toute division de mots en bout de ligne. Voir Ch. Gouriou, op. cit., p. 98-101 ; Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Paris, 1990, p. 60-62.

4 La définition de « typographie » par H. H. Walther (Lexikon der Buchkunst und Bibliophilie, Leipzig, 1987, p. 342) : « bewusste, asthetisch ansprechende und kommunikatorisch erfolgreiche Gestaltung eines zu druckenden Werkes. »

5 Voir l’avant-propos du Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, p. 3.

6 Les Monumenta Germaniae Historica, une collection de sources se rapportant à l’histoire médiévale de l’Allemagne et des régions qui ont subi son influence, paraît, en de nombreuses sous-collections, depuis 1826.

7 Une dizaine de types de présentations différentes pour une édition critique a été reproduite dans 1’Appendix II : Some Types of Scholarly Edition, dans : B. C. Greetham, Textual Scholarship. An Introduction, New York-Londres, 1994, p. 383-417.

8 En fait, notre alphabet et notre système de ponctuation manquent de possibilités pour faire apparaître les associations de textes conçues dans l’esprit de l’auteur, pour autant qu’il est possible de les conjecturer.

9 L’entreprise de la Vetus latina, fondée en 1945 en l’abbaye bénédictine de Beuron en Allemagne, a pour but de publier le texte de la Bible ancienne telle qu’elle a circulé avant et, jusqu’à l’époque carolingienne, en même temps que la Vulgate.

10 Pour certains textes, des centaines de manuscrits ont survécu. Leur recherche et leur collation prennent beaucoup de temps. La collation de manuscrits est une affaire méticuleuse pour les éditeurs de texte, qui doivent éviter des fautes de formes (paléographie) et de fond (philologie).

11 R. B. C. Huygens, Ars edendi. Introduction pratique à l’édition des textes latins du moyen âge, Turnhout, 2001, p. 70-72.

12 Depuis 1953, le Corpus Christianorum publie, en plusieurs collections, des éditions de texte d’auteurs chrétiens de l’époque patristique et du Moyen Age.

13 Un excellent exemple, surtout pour un public francophone, est les Sources chrétiennes, collection de textes chrétiens assurée depuis 1942 par les soins de l’Institut du même nom à Lyon.

14 Quelques réserves en ce qui concerne l’utilisation de l’ordinateur par l’éditeur de texte, ont été formulées, à juste titre, par P. Tombeur, Pratiques éditoriales et critères scientifiques ?, dans : Verhalende bronnen : repertoriëring, editie en commercialisering, éd. par L. Milis, V. Lambert et A. Kelders, Gand, 1996, p. 51-66, particulièrement p. 61-62. Voir aussi P. Tombeur, « Science et inconscience : Les éditions critiques. Propositions et esquisse d’une dynamique provisoire », dans H. G. Senger éd., Philologie und Philosophie. Beitrâge zur VII. Internationalen Fachtagung der Arbeitsgemeinschaft philosophischer Editionen (12-14 März 1997, München), p. 144-182, particulièrement p. 175-180.

15 Paraphrase d’une expression énoncée par P. Tombeur dans les discussions à l’occasion du colloque sur les Pères de l’Église organisé à Paris en septembre 2001.

16 Voir Ch. Gouriou, op. cit., p. III.

Auteur

Corpus Christianorum — Brepols Publishers.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search