Version classiqueVersion mobile

La mise en page du livre religieux (XIIIe-XXe siècle)

 | 
Annie Charon
, 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet

Variations sur le texte et l’image dans les albums et manuels d’instruction religieuse (1800-1914)

Isabelle Saint-Martin

Texte intégral

  • 1 L’Ami du Clergé, 1901, p. 1024.

« Où est le temps où nous apprenions notre catéchisme dans un repoussant petit volume imprimé avec des têtes de clous sur du papier d’emballage ! Aujourd’hui que les livres classiques se parent de toutes les coquetteries, pourquoi les catéchismes seuls garderaient-ils leur air rébarbatif1 ? »

  • 2 Voir, pour l’historique du genre, Elisabeth Germain, Langages de la foi à travers l’histoire. Appr (...)
  • 3 Ces réflexions, ordonnées ici autour de la question de la mise en page, s’appuient, avec des exemp (...)

1S’intéresser à la mise en page des manuels d’instruction religieuse peut surprendre. L’abrégé de la doctrine chrétienne par demandes et réponses, tel qu’il s’est répandu depuis les Réformes, est, en effet, au XIXe siècle un genre consacré de longue date2, et ces petits opuscules à trois sous relèvent d’une édition de masse bien éloignée de tout souci de bibliophile. Si dans l’édition religieuse traditionnelle, qui reparaît dès le Concordat, la forme des manuels diocésains varie peu, certains catéchismes privés, en revanche, tirent parti de la vulgarisation de nouvelles techniques de reproduction et rivalisent alors avec les albums récréatifs pour enfants. Les lois scolaires des années 1880 vont, par réaction, susciter la parution de nouvelles formes éditoriales3 qui font éclater le cadre habituel du petit manuel et associent textes et gravures en s’inspirant tant de la tradition de la prédication par l’image que de l’intérêt marqué, dans la pédagogie de la Troisième République, pour 1’« enseignement par les yeux ».

LE MANUEL DIOCÉSAIN : DE L’ÉDITION « ORNÉE DE GRAVURES » AU « PETIT CATÉCHISME ILLUSTRÉ »

  • 4 Voir par exemple le Catéchisme du diocèse de Troyes, nouvelle édition, 1817.
  • 5 Voir parmi d’autres exemples, l’édition du diocèse de Moulins en 1860.
  • 6 Voir parmi d’autres exemples, l’édition du diocèse de Besançon de 1899.
  • 7 Voir Jean-Claude Dhôtel, Les Origines du catéchisme moderne d’après les premiers manuels imprimés (...)
  • 8 Voir Dominique Julia, « Livres de classe et usages pédagogiques », dans Histoire de l’édition fran (...)
  • 9 Cf. Michel Mélot, L’Illustration, histoire d’un art, Paris, Skira, 1984.
  • 10 Catéchisme ou abrégé de la foi catholique dressé par l’ordre de Mgr François de Harlay, représenté (...)
  • 11 Catéchisme ou abrégé de la Foi et la doctrine chrétienne à l’usage du diocèse de Bayeux..., orné d (...)
  • 12 Catéchisme ou abrégé de la foi... illustré par Mme Élise Boulanger, gravé par Jules Colignon, Pari (...)
  • 13 De fait, le sens du mot illustration comme « représentation graphique (dessin, figure, image, phot (...)
  • 14 Catéchisme illustré à l’usage du diocèse de Paris, Lettre d’approbation datée du 14 novembre 1854.

2Approuvé par l’évêque pour « être seul enseigné dans son diocèse », le manuel de catéchisme se doit de disposer d’une édition bon marché, en général très fruste, en un temps où la grande majorité des enfants se préparent à la première communion. Ce couronnement, s’il n’est pas suivi d’un catéchisme de persévérance, est bien souvent l’ultime étape d’une préparation religieuse dont la formulation modèle la présentation. A l’instar des ouvrages scolaires dont ils se rapprochent, les manuels diocésains sont divisés non seulement en trois parties, les « trois nous devons » qui selon le plan le plus répandu, tel celui du diocèse de Paris, distinguent Credo (« ce que nous devons croire »), commandements (« ce à quoi nous devons obéir ») et sacrements (« les moyens du salut que nous devons observer »), mais encore en chapitres, ou en leçons, terme le plus courant au XIXe siècle4. Chaque leçon correspond à un point de doctrine et se trouve hiérarchisée par des marques typographiques distinctes qui ordonnent l’apprentissage. Le titre apparaît soit en italique soit plus tard en caractère gras5, et l’italique peut alors être réservé à la demande6. Dans une grande majorité des cas, demandes et réponses sont identifiées par les lettres D. et R. Ce questionnement à l’origine de type « socratique », puis renversé en interrogation du maître vers l’élève, marque un enseignement fondé sur la mémoire et la récitation. Dans cet ordonnancement contraint, l’introduction d’images offre un relatif espace de liberté, très mesuré encore au début du siècle, alors qu’aux XVIe et XVIIe siècles, outre certains catéchismes royaux7, quelques éditions illustrées étaient utilisées notamment dans les collèges jésuites8. L’évolution des titres rend compte des étapes de l’histoire du livre et de l’image9. Au début du siècle et jusque dans les années 1830, les formulations héritées des livres à gravures telles qu’elles se sont constituées depuis le XVIe siècle sont encore en usage. Le catéchisme de Paris en 1804 est ainsi « représenté par figures » gravées par François-Anne David10, celui du diocèse de Bayeux11 en 1836, « orné de gravures ». Une des premières mentions du terme « illustration » apparaît ici dans l’édition Didot pour le diocèse de Paris qui, en 1842, précise que cet abrégé de la foi catholique dressé par l’ordre de Mgr François de Harlay... est « illustré par Madame Élise Boulanger ». Il ne s’agit en fait que des encadrements et culs de lampe qui figurent également chez l’éditeur de livres romantiques Curmer, dans une édition non datée, mais sans doute très proche, du même ouvrage, accompagnée cette fois de neuf planches hors-texte12. Dans ces deux exemples toutefois, la référence aux images n’intervient qu’après le titre, dans les mentions complémentaires ; de même pour la nouvelle « édition illustrée » du diocèse de Bayeux parue en 1843. Mais le manuel proposé par l’abbé Lambert, en 1834, chez Belin, Le Prieur et Morizot s’intitule bien : Catéchisme illustré à l’usage du diocèse de Paris, démarche qui, dans l’édition religieuse, paraît encore assimilée à une mode récente13, puisque l’archevêque de Paris, félicitant l’auteur, précise : « Vous avez exprimé le désir d'illustrer, comme on dit, le catéchisme de mon diocèse et d’y joindre une suite de dessins représentant divers sujets religieux14. »

  • 15 Le Jugement dernier, par exemple, qui figure en tête de la leçon sur le Jugement de l’édition de 1 (...)
  • 16 Voir René Hélot, « Les recueils de Vignettes et de Fleurons polytypes de J. Besnard et de P. Durou (...)
  • 17 Léon Boivin, « La technique du livre illustré moderne », dans Congrès national du livre, t. I, Rap (...)
  • 18 Alexandre de Berny a développé, dans la seconde moitié du XIXe siècle, une importante entreprise d (...)
  • 19 Voir par. exemple le catalogue Spécimen général (s.d.) des fonderies Deberny et Peignot, alors 18, (...)
  • 20 Voir, parmi de nombreux exemples, le Catéchisme à l’usage du diocèse de Besançon, 1899.
  • 21 Voir Marie Balmary, « Les Lois de l’homme », dans Études, août 1991, p. 45-58.

3Ces exemples, qui recourent à un artiste spécifique, relèvent d’une édition de semi-luxe, tandis que les rares mentions de gravures dans le tout-venant des éditions diocésaines renvoient à l’usage du réemploi. S’y retrouvent notamment des bois de Sébastien Leclerc qui circulent en feuille volante depuis le XVIIe siècle15 ou une illustration uniformisée par le choix de sujets pris dans les catalogues d’ornements typographiques et de vignettes du graveur Du Rouchail16 et reproduits par polytypage. Les espaces de l’image se modifient. Ainsi les gravures sur bois, hors-texte au format à l’italienne accompagnées de leur propre légende dans l’édition de 1836 du diocèse de Bayeux, disparaissent dans celle de 1843 pour laisser place aux bandeaux en tête de chapitre, bordés d’un fin encadrement qui annonce l’illustration de manuels scolaires. En effet, tout comme ses voisins des disciplines profanes, le petit manuel diocésain n’est couramment illustré qu’à partir des années 1880 et surtout 189017. Encore est-ce bien souvent une illustration stéréotypée au sens propre du terme. Ces gravures au procédé photomécanique se retrouvent indifféremment d’un diocèse à l’autre, prises par exemple dans les choix de sujets du catalogue de la fonderie Deberny18 qui jusque dans les années 195019, reproduit les dessins des frères Joseph et Louis Beuzon. Peintres prolifiques, ils fournissent la majeure partie des thèmes bibliques et des sacrements dans un style académique. Pour pauvres et répétitives qu’elles soient, ces vignettes qui forment le frontispice des différentes parties du manuel, et vont parfois jusqu’à rythmer chaque leçon, ont au moins le mérite d’appeler par les principaux événements de la vie de Jésus ou quelques sujets de l’Ancien Testament à une évocation de l’histoire sainte laquelle, complément du catéchisme, est alors souvent réduite à un abrégé de quelques pages en tête du livret. L’exemple du Décalogue (ill. 1) en témoigne. La remise de tables de la Loi à Moïse ouvre le chapitre des commandements20 ; une telle citation qui met en scène une relation directe de l'homme à Dieu confère une valeur spécifique à cette leçon en insistant sur la morale et l’observance de la loi qui semble alors bénéficier tout particulièrement de l’appui de la Révélation. Sans doute s’agit-il d’une lecture fort sélective de la Bible dont quelques scènes sont mises à l’appui du contenu catéchétique, mais qu’en est-il si toute référence est absente ? La lettre du manuel ne fait pas ici allusion à l’épisode de l’Exode et rappelle en une ligne la figure de Moïse. Or, « la relation dans laquelle on reçoit une loi est aussi décisive pour le sens de cette loi que son contenu21 », l’image de Moïse recevant les tables de la Loi d’un Dieu tonnant et barbu, pour peu originale et réductrice à bien des égards qu’elle puisse être, ne double pas seulement le texte. Elle donne le référent dans lequel il prend sens et vaut sans doute mieux que l’omission de l’événement fondateur, qui reviendrait à ériger ces commandements en un absolu pris hors de tout contexte, comme une loi qui s’impose par elle-même.

1. Catéchisme à l’usage du diocèse de Besançon, 1899, 155 mm (Collection privée)

  • 22 Henri et Jules Desclée, cousins des fondateurs de la Société de Saint-Jean l’Evangéliste pour l’en (...)
  • 23 Catalogue avec prix des publications de la Société de Saint-Jean L’Evangéliste, Desclée, Lefebure (...)
  • 24 Voir parmi d’autres exemples : Troyes 1893 et 1909, Valence 1889, 1893, 1909, Bordeaux 1909...

4D’autres types d’illustration existent en particulier dans les éditions rattachées à la Société Saint-Augustin, Desclée de Brouwer et Cie, qui ont une imprimerie à Lille et partagent le goût de la Société de Saint-Jean pour le retour à l’inspiration médiévale22. Cette dernière a l’ambition, pour ses éditions de livres de prières, de retrouver une ornementation du texte qui donne « le cachet que l’on admire dans les livres anciens ». En cela « l’art y revêt un caractère strictement typographique : les vignettes font corps avec le livre, et ne sont pas prises au hasard et reliées à côté du texte. Elles résument par le dessin ce que le texte sacré développe en ses lignes23 ». Ce qui vaut pour les gravures sur bois qui ornent les belles éditions de la Société de Saint-Jean, inspire, de façon plus fruste et stéréotypée, les modestes livrets catéchétiques parus chez Desclée de Brouwer24 où le dessin au trait et le fond imitant l’effet de la gravure au criblé s’inscrivent dans l’héritage du style néo-gothique (ill. 2).

  • 25 L'Ami du Clergé, 1901, p. 1024.
  • 26 Extrait du catalogue général, septembre 1906, p. 106.
  • 27 Inspirées des gravures du Cor Iesu Amanti. Sur la diffusion de ce type d’ouvrages gravés, voir Jea (...)

5Plus éclectique est le choix de l’éditeur Lethielleux qui offre en 1900 pour le diocèse de Paris, un catéchisme illustré par un panorama de l’art chrétien à travers plus d’une centaine de reproductions de tableaux de maître. Saluée par L’Ami du Clergé : « on se demande pourquoi nous signalons à nos lecteurs des cinq parties du monde l’apparition d’un Catéchisme diocésain ! C’est parce que nous voudrions les voir tous réimprimés avec pareille élégance d’impression et de typographie25 », cette édition donne naissance à un tout autre projet, le Nouveau catéchisme en images du même éditeur. Publié en 1909, il rassemble une quarantaine de fascicules parus depuis 1906 ; aussi trouve t-on pour chaque sujet une gravure en pleine page, couverture initiale, placée désormais en belle page dans le livre, puis, au verso, un bref résumé de la leçon, suivi de douze gravures, réparties sur six pages, accompagnées de légendes. Au lieu d’une illustration qui ponctue le texte, c’est la doctrine chrétienne qui se trouve décomposée en « une série de tableaux artistiques26 ». Le choix des six cent dix sujets associe aux reproductions d’art des scènes de la vie du chrétien puisées dans les inévitables séries de Deberny ainsi que le réemploi de gravures anciennes, telles les images du cœur de Jésus dont on trouverait l’origine dans les estampes des Wierix27 (ill. 3). Réédité jusque dans les années 1930 et très abondamment diffusé, cet exemple, dès son titre, s’inscrit dans un univers de référence qui n’est plus seulement celui de l’opuscule diocésain. Il apporte, dans le format courant d’un manuel, une réponse éditoriale au succès croissant d’une autre catégorie d’ouvrages, les albums et séries de tableaux de catéchèse.

2. Catéchisme à l’usage du diocèse de Troyes, 1909, 160 mm (Collection privée)

DU LIVRE À L’ALBUM : CHOIX DES COMPOSITIONS

6A la différence du terme « illustré », la mention de catéchisme « en images » n’apparaît dans les titres qu’en 1862, pour un ouvrage publié par l’abbé Couissinier chez Schulgen, éditeur engagé dans la diffusion des gravures nazaréennes de la Société de Düsseldorf, bien éloigné des dynasties provinciales ayant l’approbation de l’évêché pour publier les ouvrages diocésains. L’expression semble connaître assez vite une fortune relative puisque, dès 1868, on la retrouve chez l’abbé Lambert pour un Catéchisme et paroissien en images et polyglotte..., puis en 1872 avec les différentes éditions du catéchisme de l’abbé Leboux. Dans les années 1880, les nombreuses publications du jésuite Vasseur reprennent cette formulation C’est enfin le titre que retient la Maison de la Bonne Presse, dès 1882, lorsqu’elle lance en souscription son Grand Catéchisme en images qui sera achevé en 1893. Puis c’est un Grand Album d’images pour l’explication du catéchisme que donne Tolra en 1899, tandis que l’Album des familles publié en 1901 par l’Imagerie Salésienne a pour sous-titre Grand Catéchisme populaire en images, et que la Librairie des catéchismes propose en 1907, un Grand catéchisme des familles en images...

  • 28 Voir Ségolène Le Men, « Le romantisme et l’invention de l’album pour enfants », Le Livre d’enfance (...)
  • 29 Grandes Images catholiques composées, exécutées et publiées par les soins du R.P. Lacoste ; A. Col (...)
  • 30 Voir pour les usages de la lithographie, Corinne Bouquin, « Influence des relations entre éditeurs (...)
  • 31 Pour cet exemple, voir I. Saint-Martin, Voir. Savoir. Croire... op. cit.
  • 32 Alexandre-Désiré Collette, peintre graveur et lithographe, né à Arras en 1814, mort à Paris en 187 (...)
  • 33 Album des familles. Grand Catéchisme populaire en images, texte par Y. d’Isné, ill. de Félix Lacai (...)

7Le terme d’« album » est encore neuf dans le champ de la catéchèse alors que le choix des titres courants reste marqué par le vocabulaire du XVIIe ou du XVIIIe siècle où les connotations didactiques dominent ; en témoigne la récurrence de formules du type : Ce qu’il faut savoir pour..., Abrégé de la doctrine, manuel... tandis qu’« album » renvoie à une forme éditoriale qui se répand en France entre 1820 et 1850 et s’inscrit dans une double appartenance : celle des livres pour amateurs d’estampes et celle des distractions pour les enfants. Le dictionnaire de Landais en 1834 indique parmi les sens du mot, celui de « recueil de différents morceaux choisis de peinture ou de dessins réunis en un livret ». Dérivé de cette forme anthologique, un usage plus précisément lié à l’enfance apparaît dans la définition du Nouveau Larousse illustré de 1897 : « Titre donné à des recueils ou des choix de morceaux tirés de divers auteurs et destinés à la jeunesse28 ». Si dans le domaine religieux, ces titres paraissent encore nouveaux, ce qu’ils désignent l’est moins ; ces ouvrages ont en commun un grand format de quarante ou soixante centimètres, l’abondance des gravures et le découpage de chaque leçon en une page, lorsqu’il n’y a pas de verso, ou une double page. L’un ou l’autre choix ont pour effet de rythmer l’apprentissage en autant de séquences visuelles dans lesquelles la mise en page participe de la mémorisation de la leçon, telle une succession de frontispices, introduisant à l’exposition des différents points du dogme. Ces planches peuvent être réunies en album ou séparées en une série de tableaux qui se prêtent à un enseignement collectif à l’instar des tableaux de missions et des Images morales. Or, déjà les Grandes Images catholiques29 du jésuite Charles Lacoste (1861), répondaient à cette double présentation en détaillant la doctrine chrétienne en quarante grandes lithographies (65 cm sur 45) diffusées à la feuille ou reliées. Les avatars de ces estampes mettent en évidence la spécificité de ces compositions complexes au regard d’une simple édition illustrée. A titre d’exemple, le cinquième commandement, qui défend le meurtre, associe en une glose d’images différentes scènes : au centre s’opposent le duel et la réconciliation, véritable conduite du chrétien, dans le bas l’exception que constitue une « guerre légitime » ou une « agression violente », dans le lointain, un suicide, en haut du tableau, le triangle rayonnant et à droite, Caïn et Abel, figures de l’interdit biblique (ill. 4). C’est le texte qui apparaît ici en vignettes, réduit à de petits médaillons, tandis que les différents sujets se répondent pour commenter la leçon. Une vingtaine d’années plus tard, ces estampes se retrouvent, sans mention de leur origine, dans l’édition plus classique, parue à Lille en 1887, d’un Catéchisme complet illustré de 300 dessins. Si l’ouvrage offre encore une grande place aux gravures, invitant ici le texte à prendre place dans l’espace ménagé par le réemploi de la scène militaire (ill. 5), il ne peut, dans le format d’une vingtaine de centimètres, reprendre la richesse de composition d’un dialogue de scènes. Plus simplement décorative, la mise en images n’est alors qu’« illustration » et non argumentation visuelle de la leçon. Dans la série des grandes estampes, la pratique de réserves et de cartouches destinés à l’impression typographie permet de lier texte et images30 de plusieurs manières en suivant le cadre des différents décors que le dessinateur fait varier au gré des leçons. Aux allégories classiques, telle la planche consacrée aux vertus théologales et cardinales placées dans une architecture feinte, qui rappelle les frontispices des traités d’éloquence jésuites du XVIIe siècle31, succèdent les compositions plus romantiques et les décors néogothiques. Ainsi, pour le sacrement du mariage, un pavé de texte apparaît sur la droite puis un verset biblique figure, dans un cartouche, sous chacune des étapes du chemin du chrétien qui se déroule, de bas en haut, sur la bordure gauche de la page (ill. 6). Le dessinateur lithographe, Collette32, avait auparavant participé à l’illustration d’un ouvrage intitulé La Connaissance des styles de l’ornementation [...], ce qui explique sans doute, qu’en feuilletant l’album, le lecteur puisse voir défiler un vaste choix de décors. Cependant, si l’on s’en tient à la disposition du texte, la variété est plus grande encore et celui-ci s’imbrique de façon plus souple dans la technique des pages habillées par le texte que développent, par exemple, les albums de la chromotypographie salésienne au début du XXe siècle. La diversité des formes d’insertion du commentaire dans chaque planche en témoigne : dans la leçon sur Moïse33, les colonnes du texte s’ouvrent, telle la Mer rouge, pour faire émerger le sujet central de l’enfant sauvé par la fille de Pharaon, et devenant, dès l’image suivante, guide de son peuple (ill. 7).

3. Nouveau cathéchisme en images, Paris, Lethielleux, 1927 (Collection privée)

4. C. Lacoste, s.j., Grandes Images catholiques, 1861, 650 X 450 mm (Collection privée)

DU TEXTE À L’IMAGE : DIVERSITÉ DES PARCOURS

  • 34 Les Petits Zouaves du catéchisme (10e édition de l'Album des écoles catholiques), Paris, Librairie (...)
  • 35 Je remercie Max Engammare de m’avoir signalé une forme d’antécédent dans les Biblische Summarien d (...)

8A la différence des exemples précédents, les nombreux albums du jésuite Adolphe Vasseur, publiés entre 1870 et 1900 ou encore le Grand catéchisme de la Bonne Presse achevé en 1893, séparent plus nettement textes et gravures. Lancé dans une entreprise prolifique de prédication par l’image, le père Vasseur, dont les dessins circulent ensuite chez différents éditeurs, compose de vastes agencements de sujets en tableaux muraux d’un mètre quarante de haut, repris en gravures dans des manuels de toutes dimensions. Si les opuscules in-18 sélectionnent des détails et y ajoutent le commentaire de la leçon, on trouve aussi sous un format d’une vingtaine de centimètres, une version réduite de son grand « Triptyque de la religion » en dépliant34 (ill. 8). De très nombreuses petites scènes s’étagent dans des dispositifs qui rappellent les lancettes d’une verrière médiévale. La complexité de ces compositions inciterait à douter de leur efficacité didactique. Devant ces mises en page surchargées, que pouvaient retenir ou comprendre de jeunes élèves ? En fait, plus qu’à l’apprentissage, ces grandes planches sont destinées à la récitation et à la mémorisation. Disposées en tableau, à la manière d’une encyclopédie de la doctrine chrétienne, toutes les leçons du catéchisme se trouvent ici rassemblées en une synthèse visuelle où chaque case correspond à un contenu dogmatique précis, dont elle n’est pas, pour autant, l’illustration au sens strict du terme. Ce jeu de mémoire se complique souvent, en effet, d’une forme d’intertexte biblique, lorsqu’à chacun des commandements, des sacrements ou des œuvres de miséricorde temporelles et spirituelles est associé un épisode de l’Ancien ou du Nouveau Testament. Décryptant l’ exemplum, le commentaire de l’élève, qui désigne chaque scène à l’aide de la baguette du « montreur d’images » représenté naguère dans les estampes populaires, fait resurgir à la fois la narration scripturaire et l’exposé dogmatique que celle-ci illustre aux deux sens du terme35.

5. Cathéchisme complet illustré de 300 déssins, Lille, 1887, 190 mm (Collection privée)

6. C. Lacoste, s.j., Grandes Images catholiques, 1861, 650x450 mm (Collection privée)

7. Album des familles. Grand catéchisme populaire en images, Paris, [1901-1903], 400 X 300 mm (Collection privée)

  • 36 Catéchisme en images, Paris, Maison de la Bonne Presse (37,5 X 26 cm).
  • 37 Le Pèlerin, 17 nov. 1884, n° 411, p. 751.

9Si le Grand catéchisme en images de la Bonne Presse ne reprend pas le principe d’une composition synoptique de l’ensemble de la doctrine chrétienne, il témoigne bien, en revanche, d’une profonde réflexion sur les effets de la mise en page. Composé de soixante-huit chromolithographies de quarante-huit sur soixante-six centimètres, parues entre 1884 et 1893, puis reprises en gravures sur bois dans un album publié en 190836 et réédité jusque dans les années 1940, il a connu une très grande diffusion en France et dans les pays de mission. Traduit en de multiples langues, le texte de la leçon apparaît sur la page de gauche et c’est la belle page, à droite, qui est réservée à l’image. La disposition du commentaire, en deux colonnes, ne varie pas, elle fait apparaître une rubrique « explication du tableau » plus ou moins détaillée selon les cas, mais seuls, la typographie du titre et le filet d’encadrement seront modernisés, dans l’édition de 1932, par une forme plus dépouillée. Les gravures vont, elles aussi, traverser les décennies sans modification ; en revanche, la variation de leur agencement rythme subtilement la composition du volume. Si le panneau d’introduction évoque les frontispices à la cathédrale de l’édition romantique, le Credo se développe en majorité à partir d’une suite d’images-tableaux à sujet unique. Les sacrements s’inscrivent dans une composition ternaire de style retabulaire tandis que les commandements associent à une scène principale deux sujets en soubassements ; enfin, la dernière partie « Prières, fins dernières et œuvres de miséricorde » est plus disparate et joue du rappel d’anciennes compositions. Ainsi la prière du Pater répartit autour d’un axe central, consacré au sacrifice du Christ, des scènes vétérotestamentaires qui suivent une concordance typologique inspirée des Biblia Pauperum (ill. 9). A l’instar d’une architecture d’église, la structure de l’ouvrage distribue les compositions selon leur genre associant à l’autel majeur et aux retables, les éléments fondamentaux du dogme, et développant les commandements comme le cycle narratif d’une vaste nef. L’éditeur et maître d’œuvre, le père Vincent de Paul Bailly, reprend la métaphore architecturale, de longue tradition dans l’histoire du livre, pour évoquer « le monument du Catéchisme en images [qui] ouvre ses splendides portiques37 ». La comparaison entre les dessins originaux et la version finale précise cet intérêt porté à la mise en page. L’éditeur a notamment le souci de structurer davantage l’agencement souple des sujets qui pouvait faire le charme des esquisses, mais nuisait à la clarté de la lecture. Ainsi, pour les compositions multiples des Commandements (ill. 10), il cherche à distinguer plus nettement les scènes en leur affectant un « étage » précis dans le tableau, alors qu’elles s’inséraient les unes dans les autres ou étaient séparées seulement par des effets de perspectives. Cette délimitation stricte des espaces est toujours soulignée soit simplement par une épaisse ligne dorée soit par un bandeau ornemental composé de rinceaux ou d’entrelacs faisant varier feuilles d’acanthe, de lierre ou de vigne, joint selon les cas à des éléments d’architecture.

8. A. Vasseur, s.j., Les Petits Zouaves du cathéchisme, Paris, s.d., 210 mm (Collection privée)

  • 38 Paul Veyne dans « Conduite sans croyance et œuvres d’art sans spectateurs », Diogène, 1988, p. 143 (...)
  • 39 Le Fascinateur, octobre 1906, p. 312.
  • 40 Manuel du catéchiste, publié par les Frères des Écoles chrétiennes, 1907, p. 133.

10L’exemple de la Bonne Presse permet de retrouver à la fois la variété des dispositifs visuels, rencontrée déjà dans les Grandes images du père Lacoste, et l’ordre des tableaux du père Vasseur. Diversité et cohérence semblent les effets attendus d’une mise en page réussie dont la clé serait la valeur mnémonique. La richesse du décor ne cherche pas seulement à rendre l’album toujours plus séduisant sans autre but que le plaisir des yeux. Cette motivation — certainement présente et nécessaire puisque le charme des images doit agir au sens fort du terme — s’accompagne d’une réflexion d’ordre pédagogique sur la nature de l’enseignement par les yeux. Outre le plaisir visuel, ces ornementations permettent d’affirmer l’identité d’une planche, et par là d’une leçon, contribuant à les distinguer clairement les unes des autres, et à éviter l’effet de lassitude qui conduit l’œil à passer un tableau sans le voir. Loin d’avoir une approche naïve de la vertu de toute représentation, les auteurs de ces albums paraissent très conscients des limites de l’impact visuel. Pas plus qu’ils ne croient véritablement à un effet d’auto-enseignement ou à une fonction didactique naturelle, ils ne surestiment le pouvoir d’une image. Ils savent que la valeur d’exposition peut atteindre un seuil, à partir duquel elle est inversement proportionnelle à son efficacité mnémonique38. Ce qui se trouve continuellement présent à la vue « s’use » et ne marque plus l’esprit. C’est pourquoi le père Bailly parvient à trouver quelque supériorité à ses tableaux ou à ses projections lumineuses sur la prestigieuse référence du vitrail : « dans une verrière, l’image qui doit être comme un enseignement reste immobile, toujours la même pendant des siècles, les yeux trop accoutumés à la voir ne la méditent pas39 ». Et les Frères des Écoles chrétiennes soulignent dans leur manuel de 1907, que « dans une collection, chaque image doit par son effet d’ensemble se différencier nettement de toutes les autres40 ».

9. Cathéchisme en image, 1908, 375 mm (Collection privée)

10. Grand cathéchisme en images, 1893, 480 x660 mm (Collection privée)

  • 41 Manuel du catéchiste, édition abrégée, 1909, p. 64.
  • 42 Question qui ne peut être rappelée ici, voir la synthèse et l’édition de textes de Daniele Menozzi (...)
  • 43 Voir Frances Yates, The Art of memory, London, 1966 (trad. française, Paris, Gallimard, 1975).

11Ainsi les variations de formes et de décors participent-elles non seulement de la construction du message, mais encore de son efficacité. Le pouvoir supposé de ces tableaux tient à la façon dont ils se distinguent les uns des autres pour mieux marquer l’esprit, à l’agencement des scènes et à leur particularité visuelle. De telles remarques, si l’on se souvient que le père Bailly avait pris soin d’isoler plus clairement les différents sujets et d’en marquer spatialement et graphiquement les limites, évoquent les procédés des anciens « arts de la mémoire », ce qui vient renforcer l’expression que l’on trouve sous la plume encore des Frères des Écoles chrétiennes lorsqu’ils présentent les images comme « le moyen intuitif par excellence ». En effet, alors que : « ...comparaisons et paraboles parlent à l’imagination, les images parlent aux yeux [...]. Elles localisent les idées, présentent à notre vue quantité d’objets inconnus, donnent de la vie et du coloris aux descriptions41 ». Localiser les idées, l’expression suggère parfaitement le travail du visuel sur la mémoire. La force mnémonique de l’image ou du tableau ne s’obtient pas seulement en plaçant plus fréquemment sous les yeux les scènes dont le fidèle doit se rappeler, ainsi que le suggéraient les arguments inspirés des écrits de Grégoire le Grand ou de Bonaventure42, mais aussi en leur donnant un « lieu », procédé dont l’effet recherché est tout autre et qui fait écho aux usages inspirés de la rhétorique cicéronienne43.

  • 44 Evangelicae historiae imagines (publié par le P. Ximenez), Anvers, Martin Nutius, 1593.
  • 45 Cette évolution fait écho, d’une certaine manière, à celle qu’avaient connu les frontispices des l (...)
  • 46 Grand Catéchisme des familles en images d’après les grand maîtres... Texte par l’auteur du Catéchi (...)

12Les avatars de ces tableaux permettent de suivre l’évolution des liens entre mise en page et pédagogie visuelle. Les dispositifs polyptyques hérités des gravures anciennes — et l’on pourrait en certains cas trouver des parentés formelles entre ces planches de la Bonne Presse des années 1880 et un best-seller de la gravure de dévotion tel que les Imagines44 du père Nadal, que l’éditeur connaissait bien pour les avoir rééditées encore en plaque de lanterne magique — paraissent à l’orée du XXe siècle trop chargés et complexes45. Les projections lumineuses, dont l’usage s’est répandu dans l’instruction tant profane que religieuse, contribuent à ce changement. L’image fugitive qui prend forme sur la toile ne peut supporter la multitude de détails qui demandent une étude minutieuse. Dans les années 1910, la Bonne Presse en prend conscience en retirant de son catalogue les plaques de la série du père Nadal et en proposant son Grand Catéchisme selon un découpage simplifié des tableaux, supprimant certains dialogues de scènes qui faisaient pourtant la richesse de son argumentation didactique. Dans le même temps, un éditeur concurrent propose un album46 « d’après les grands maîtres » dont l’illustration, toujours à sujet unique, reprend, en fait, en majeure partie, une édition des Figures de la Bible publiée par Bernard Picart au début du XVIIIe siècle. Destinée aux familles, cette présentation de semi-luxe, avec ses grandes chromotypographies en pleine page, fait le lien entre la tradition de l’instruction par l’image et le bel album de vulgarisation artistique.

  • 47 Voir E. Germain, Langages de la foi..., op. cit.
  • 48 Rapport de M. l’abbé Thellier de Poncheville, Congrès diocésain de Paris, 1907, p. 398.

13A travers ces quelques exemples, la forme usuelle du livre apparaît dans l’édition de grande diffusion au XIXe siècle, comme une étape dans la chaîne plus diversifiée des processus éditoriaux qui vont de l’estampe traditionnelle de grand format à la plaque de lanterne magique, en passant par le manuel ou l’album. Les petits opuscules bon marché se voient concurrencés, ou surtout complétés, par d’autres supports catéchétiques qui jouent bien souvent de l’inventivité de la forme pour compenser le caractère figé du contenu. Derrière le recours à l’emprunt ou au remploi, et dans l’éclectisme du XIXe siècle, se lit aussi un désir de séduction et de fascination, pour faire en sorte que la première communion ne soit pas la dernière, comme le déplorent nombre de prélats tout au long du siècle47. Pour cela, pédagogues et catéchètes veulent non seulement plaire, mais encore imprimer de façon durable l’imagination de l’enfant. Mise en page et mise en image, toutes ces marques sensibles du texte, viennent rythmer le souvenir de la leçon, accompagnent et habitent la mémoire du fidèle dans l’espoir que, rappelle le Congrès diocésain de Paris en 1907, « quand les définitions abstraites du catéchisme péniblement plaquées sur leur cerveau s’y seront desséchées et décollées [il leur demeure] au fond de l’âme quelques bienfaisantes visions que nous aurons mises en réserve48 ».

Notes

1 L’Ami du Clergé, 1901, p. 1024.

2 Voir, pour l’historique du genre, Elisabeth Germain, Langages de la foi à travers l’histoire. Approche d’une étude des mentalités, Paris, Fayard-Mame, 1972.

3 Ces réflexions, ordonnées ici autour de la question de la mise en page, s’appuient, avec des exemples différents, sur des éléments d’un corpus dont on trouvera une analyse plus large dans I. Saint-Martin, Voir, savoir, croire. Catéchismes en images et Tableaux de la foi (XIXe-XXe siècles), à paraître aux éditions Honoré Champion.

4 Voir par exemple le Catéchisme du diocèse de Troyes, nouvelle édition, 1817.

5 Voir parmi d’autres exemples, l’édition du diocèse de Moulins en 1860.

6 Voir parmi d’autres exemples, l’édition du diocèse de Besançon de 1899.

7 Voir Jean-Claude Dhôtel, Les Origines du catéchisme moderne d’après les premiers manuels imprimés en France, Paris, Aubier, 1967 ; Henri-Jean Martin (dir.), Jean-Marc Chatelain, Isabelle Diu, Aude Le Dividich [et al.], La Naissance du Livre moderne. Mise en page et mise en texte du livre français (XIVe-XVIIe siècle), Paris, Cercle de la Librairie, 2000, en particulier p. 391 et suivantes.

8 Voir Dominique Julia, « Livres de classe et usages pédagogiques », dans Histoire de l’édition française, sous la direction de Henri-Jean Martin et Roger Chartier, Paris, Promodis, 1984, t. II, p. 480 et suivantes.

9 Cf. Michel Mélot, L’Illustration, histoire d’un art, Paris, Skira, 1984.

10 Catéchisme ou abrégé de la foi catholique dressé par l’ordre de Mgr François de Harlay, représenté par figures gravées par David, Paris, s.d. [1804], in-8°, 12 planches gravées, chez David, graveur.

11 Catéchisme ou abrégé de la Foi et la doctrine chrétienne à l’usage du diocèse de Bayeux..., orné de 48 gravures, Margerie, 1836.

12 Catéchisme ou abrégé de la foi... illustré par Mme Élise Boulanger, gravé par Jules Colignon, Paris, L. Curmer, s.d.

13 De fait, le sens du mot illustration comme « représentation graphique (dessin, figure, image, photographie) généralement exécutée pour être intercalée dans un texte imprimé », ne s’impose en France qu’entre 1835 et 1839, voir Ségolène Le Men, « Illustration : histoire de l’art et histoire du livre », Encyclopaedia Universalis, corpus, 1990, p. 919-927.

14 Catéchisme illustré à l’usage du diocèse de Paris, Lettre d’approbation datée du 14 novembre 1854.

15 Le Jugement dernier, par exemple, qui figure en tête de la leçon sur le Jugement de l’édition de 1843 à Bayeux en est une exacte reprise. Voir pour des exemples dans l’imagerie, Nicole Garnier, L’Imagerie populaire française, t. 1, Paris, Éd. de la Réunion des musées nationaux, 1990, p. 342.

16 Voir René Hélot, « Les recueils de Vignettes et de Fleurons polytypes de J. Besnard et de P. Durouchail » (les deux graphies existent) dans Bulletin de la Société archéologique, historique et artistique Le Vieux Papier, 1937, p. 165-177.

17 Léon Boivin, « La technique du livre illustré moderne », dans Congrès national du livre, t. I, Rapports et vues, Paris, Cercle de la Librairie, 1917, p. 148-151, rappelle que si Firmin Gillot a pris ses premiers brevets pour l’établissement de ses clichés en zinc vers 1850, ce n’est qu’à partir de 1886 que la similigravure entre dans l’impression courante et surtout à la suite de l’introduction en France des glaces américaines quadrillées mécaniquement (1893).

18 Alexandre de Berny a développé, dans la seconde moitié du XIXe siècle, une importante entreprise de typographie et propose également des planches de « silhouettes et sujets d’illustration » dans son catalogue.

19 Voir par. exemple le catalogue Spécimen général (s.d.) des fonderies Deberny et Peignot, alors 18, rue Ferus à Paris, qui offre encore, à la rubrique « silhouettes et sujets », p. 34-35, les mêmes illustrations de Beuzon. La firme cesse son activité en 1972.

20 Voir, parmi de nombreux exemples, le Catéchisme à l’usage du diocèse de Besançon, 1899.

21 Voir Marie Balmary, « Les Lois de l’homme », dans Études, août 1991, p. 45-58.

22 Henri et Jules Desclée, cousins des fondateurs de la Société de Saint-Jean l’Evangéliste pour l’encouragement de l’Art chrétien, s’associent en 1877 à Alphonse de Brouwer et créent à Bruges l’imprimerie Saint-Augustin.

23 Catalogue avec prix des publications de la Société de Saint-Jean L’Evangéliste, Desclée, Lefebure et Cie, éditeurs pontificaux, Tournai, Belgique, Paris, Rome, Lille, 1885, p. II.

24 Voir parmi d’autres exemples : Troyes 1893 et 1909, Valence 1889, 1893, 1909, Bordeaux 1909...

25 L'Ami du Clergé, 1901, p. 1024.

26 Extrait du catalogue général, septembre 1906, p. 106.

27 Inspirées des gravures du Cor Iesu Amanti. Sur la diffusion de ce type d’ouvrages gravés, voir Jean-Marc Chatelain, Livres d’emblèmes et de devises : une anthologie : 1531-1735, Paris, Klincksieck, 1993. Elles seront rééditées encore par Charles Letaille en 1845, voir L’Image de piété en France, 1814-1914, exposition au musée-galerie de la Seita, Paris, 1984 (catalogue par Michel Albaric, o.p., Catherine Rosenbaum-Dondaine, Jean-Pierre Seguin).

28 Voir Ségolène Le Men, « Le romantisme et l’invention de l’album pour enfants », Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, Jean Glenisson et S. Le Men (dir.), Bordeaux, Société des Bibliophiles de Guyenne, 1994, p. 145-175.

29 Grandes Images catholiques composées, exécutées et publiées par les soins du R.P. Lacoste ; A. Collette, inv. & del., Paris, Bertin, 1861.

30 Voir pour les usages de la lithographie, Corinne Bouquin, « Influence des relations entre éditeurs et imprimeurs lithographes dans la genèse de l’illustration des livres au XIXe siècle », dans Le Livre et l’historien. Études offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin, Genève, Droz, 1997.

31 Pour cet exemple, voir I. Saint-Martin, Voir. Savoir. Croire... op. cit.

32 Alexandre-Désiré Collette, peintre graveur et lithographe, né à Arras en 1814, mort à Paris en 1876.

33 Album des familles. Grand Catéchisme populaire en images, texte par Y. d’Isné, ill. de Félix Lacaille, Paris, Librairie Salésienne [1901-1903].

34 Les Petits Zouaves du catéchisme (10e édition de l'Album des écoles catholiques), Paris, Librairie catholique de l’Œuvre de Saint-Paul, s.d., 96 p., ill., 21 cm. Dans cet exemple, la troisième page du dépliant a été déchirée.

35 Je remercie Max Engammare de m’avoir signalé une forme d’antécédent dans les Biblische Summarien de Konrad Rotenburger (1630), qui donnent une vignette par chapitre biblique, voir Max Engammare, « Apports zurichois étonnants et remarquables à l’histoire des Figures de la Bible (Bilderbibeln) 1530-1780 », dans Die Zürcher Reformation : Ausstrahlungen und Rückwirkungen, Bern, Peter Lang, 2001.

36 Catéchisme en images, Paris, Maison de la Bonne Presse (37,5 X 26 cm).

37 Le Pèlerin, 17 nov. 1884, n° 411, p. 751.

38 Paul Veyne dans « Conduite sans croyance et œuvres d’art sans spectateurs », Diogène, 1988, p. 143, souligne ainsi la faiblesse de l’argumentation didactique à propos des décors d’église, dont on percevrait bien plus une atmosphère générale qu’un message précis.

39 Le Fascinateur, octobre 1906, p. 312.

40 Manuel du catéchiste, publié par les Frères des Écoles chrétiennes, 1907, p. 133.

41 Manuel du catéchiste, édition abrégée, 1909, p. 64.

42 Question qui ne peut être rappelée ici, voir la synthèse et l’édition de textes de Daniele Menozzi, Les Images. L’Eglise et les arts visuels, Paris, Cerf, 1991.

43 Voir Frances Yates, The Art of memory, London, 1966 (trad. française, Paris, Gallimard, 1975).

44 Evangelicae historiae imagines (publié par le P. Ximenez), Anvers, Martin Nutius, 1593.

45 Cette évolution fait écho, d’une certaine manière, à celle qu’avaient connu les frontispices des livres passant d’une juxtaposition d’éléments symboliques à un modèle pictural, voir La Naissance du livre moderne..., op. cit., p. 354-363.

46 Grand Catéchisme des familles en images d’après les grand maîtres... Texte par l’auteur du Catéchisme populaire d’après la méthode historique, Paris, Librairie des Catéchismes, 1907 (3 vol).

47 Voir E. Germain, Langages de la foi..., op. cit.

48 Rapport de M. l’abbé Thellier de Poncheville, Congrès diocésain de Paris, 1907, p. 398.

Table des illustrations

Légende 1. Catéchisme à l’usage du diocèse de Besançon, 1899, 155 mm (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 2. Catéchisme à l’usage du diocèse de Troyes, 1909, 160 mm (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 985k
Légende 3. Nouveau cathéchisme en images, Paris, Lethielleux, 1927 (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 4. C. Lacoste, s.j., Grandes Images catholiques, 1861, 650 X 450 mm (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 5. Cathéchisme complet illustré de 300 déssins, Lille, 1887, 190 mm (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 6. C. Lacoste, s.j., Grandes Images catholiques, 1861, 650x450 mm (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 7. Album des familles. Grand catéchisme populaire en images, Paris, [1901-1903], 400 X 300 mm (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 8. A. Vasseur, s.j., Les Petits Zouaves du cathéchisme, Paris, s.d., 210 mm (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 9. Cathéchisme en image, 1908, 375 mm (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 10. Grand cathéchisme en images, 1893, 480 x660 mm (Collection privée)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/578/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search