Version classiqueVersion mobile

La mise en page du livre religieux (XIIIe-XXe siècle)

 | 
Annie Charon
, 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet

Controverse, exposé des motifs, cheminement de la conscience repentante : la mise en page de quelques récits de conversion aux XVIIe et XVIIIe siècles

Yann Sordet

Texte intégral

  • 1 Voir sur le sujet les analyses typologiques établies par Henri-Jean Martin, « Les mises en texte d (...)
  • 2 On peut renvoyer aux enquêtes de Marie-Élisabeth Ducreux sur les entreprises de reconquête menées (...)
  • 3 H.-J. Martin, « Introduction », dans Mise en page et mise en texte..., non pag.

1Les observations qui suivent reposent sur la prise en compte d’un enjeu à la fois théologique, spirituel et politique — la conversion — et d’un corpus — la production livresque qui traite de la question de la conversion à l’époque moderne, et plus particulièrement les relations et rapports publiés de conversions effectives. On pourrait du reste avancer que la conversion à la religion catholique, apostolique et romaine constitue la visée implicite ou explicite de l’ensemble de la littérature et de l’édition tridentines, que la forme choisie soit celle de l’exposé dogmatique, de la controverse, du guide spirituel, de l’oraison, de la séduction, de la relation d’exempla, etc.1 La question de la conversion par le livre a déjà été étudiée, notamment sous l’angle de la confiscation/destruction du livre incriminé dont la possession et la lecture identifient l’hérésie ou la mécréance, puis de la substitution/imposition du livre nouveau2. Ce n’est pas tant la question du corpus qui nous intéressera ici, que celle, pour reprendre le mot d’Henri-Jean Martin, du « livre tel qu’en lui-même »3 : à savoir la manière dont la conversion effective passe dans le livre par les relations qui en sont faites, et la capacité de ces éditions, par des dispositifs de mise en texte et en pages particuliers, à être investies elles-mêmes de la fonction d’instrument de conversion.

2La conversion authentique et authentifiée est, en effet, un événement précieux pour l’Église et les auteurs catholiques, parce qu’elle manifeste dans le monde l’intervention de la grâce — une grâce que le Concile de Trente vient de redéfinir par le menu — et, d’autre part, parce qu’elle peut servir de pierre de touche de la reconquête catholique. Rien d’étonnant donc à ce que les auteurs ecclésiastiques et les instances intellectuelles et éditoriales de la Contre-Réforme aient pris en charge le discours dogmatique sur la conversion certes, mais aussi — et c’est à quoi on va s’intéresser ici — le discours sur les conversions intervenues et attestées.

  • 4 Ces deux derniers genres ravivés et « actualisés » après le concile de Trente par les récits prése (...)
  • 5 Signalons enfin la capacité du récit de conversion à devenir un genre ou, à tout le moins, un moti (...)

3La conversion — en tant que procès spirituel et méthode de direction — est relativement bien unifiée à l’époque moderne sur le plan du dogme. Mais les textes et les ouvrages relatant des conversions composent un ensemble diversifié, à la fois sur le plan textuel et sur le plan bibliographique. Il ne peut s’agir d’un genre cohérent de la bibliographie religieuse (comme peuvent l’être les traités d’oraison méthodique ou tel type de livre liturgique). On trouvera, en effet, des récits de conversion individuelle ou collective dans les Écritures, dans les vies de saints martyrs, fondateurs, évangélisateurs et prosélytes, dans les confessions, autobiographies ou biographies des Pères de l’Église et des clercs en général depuis le Haut Moyen-Age4, des récits de conversion enchâssés dans les rapports de missions d’évangélisation extra-européennes. Pour l’époque moderne, on dispose plus spécialement de récits de conversion de protestants à partir du XVIe siècle, à partir du XVIIe siècle de relations de conversion d’individus rassemblés dans la catégorie du « libertin », et, enfin, des gens de mauvaise vie dont les conversions sont rapportées par des occasionnels5.

4Sur le plan religieux, chacun de ces types de conversion pose des questions particulières, difficilement isolables d’un contexte historique et théologique précis : la conversion ne recouvre pas les mêmes enjeux, ni ne sollicite les mêmes instances lorsque le converti est une personne ou une collectivité, lorsque le converti ou en instance de l’être est le « Juif », le « Protestant », le « Libertin », le « Païen », le « Sauvage », le « Criminel », etc. Ce qui nous intéressera ici, c’est plutôt la forme que prennent les récits de conversion en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, et plus particulièrement deux types de récits concernant des conversions individuelles non contraintes — ou du moins présentées telles, qui sont, du reste, les seules conversions proprement dites du point de vue du dogme et de la spiritualité catholique : à savoir la conversion du Protestant « revenant » à la foi catholique, et la conversion du libertin conduit par un directeur de conscience, en ne retenant que les éditions qui se présentent expressément comme des récits de conversion. Ces deux types de relations publiées dans la France des XVIIe et XVIIIe siècle, ont quatre particularités communes :

  • Elles sont écrites et publiées alors que la doctrine de la conversion vient d’être précisée par le concile de Trente (notamment sur les plans de l’implication spirituelle personnelle du converti, et des responsabilités respectives de l’individu et de la grâce).
  • Contrairement à la plupart des récits évoqués plus haut, elles font l’objet d’une diffusion éditoriale (manuscrite ou imprimée) contemporaine ou de peu postérieure à la conversion réelle qu’elles relatent.
  • Elles ont pour fonction non seulement de rendre compte, de justifier, de narrer, de faire foi d’une conversion, mais aussi, comme en attestent souvent explicitement les pièces liminaires, de susciter et orienter des conversions futures ; elles relèvent à ce titre de l’arsenal éditorial post-tridentin6 et sur ce plan des intentions éditoriales l’étude de la mise en page peut s’avérer éclairante.
  • Le Protestant et le libertin ont également en commun d’accorder un égard particulier au livre et à la lecture. Pour l’un comme pour l’autre, du point de vue de l’Église catholique, c’est bien souvent un ensemble de livres et de lectures qui ont fortifié, puis signalé l’hérésie ou l’impiété. Contrairement à d’autres hérésies ou d’autres impiétés qui se dispensent du livre, leur position de rejet ou de défi par rapport à l’Église et à la religion catholique et romaine repose sur certains textes, sur une certaine pratique de la lecture, et sur une confiance générale au livre. On ne s’étonnera pas, ainsi, de la place des livres à l’intérieur du récit même de la conversion (les éditions que le Protestant repenti s’engage à abandonner en abjurant sa foi, celles dont un prédicateur ou controversiste lui démontre la « fausseté », les livres que le libertin brûle sur le conseil de son directeur de conscience, les lectures recommandées dans le cours de la pénitence (au premier chef l'Imitation de Jésus-Christ). On supposera aisément, par ailleurs, que le livre — un autre livre — sera capable de servir l’adhésion à la religion présentée comme vraie et salutaire, s’entend la catholique, apostolique et romaine, et que le récit de conversion puisse être ce livre.
  • 7 Session IV, chap. 5, 6 et 7 ; Session VI, chap. I et canon 5, 793-815 ; Enciclopedia cattolica, Ro (...)

5Quelques mots, avant l’examen de ces éditions, sur la doctrine de la conversion telle que l’a définie et publiée le concile de Trente (1545-1563)7 : passage de l’état de péché (aversio a Deo) à celui de grâce (conversio ad Deum), qu’il s’agisse d’une première accession à la foi catholique ou d’une reconquête de celle-ci, la conversion ne peut être le fait du seul effort humain ; une intervention divine dispose préalablement l’individu dans la voie de la conversion. Celle-ci suppose l’action prévenante de Dieu, tout en réclamant la coopération de l’homme — à qui est reconnue la capacité soit de céder soit de résister aux sollicitations de la grâce, cette dernière seule étant insuffisante pour obtenir la justification. Les actes du concile décrivent dans le détail le procès de conversion de l’adulte en état de péché : sous l’impulsion de la grâce, l’âme, éclairée, se reconnaît pécheresse, accorde de son propre chef confiance à la miséricorde divine, et accède par un travail de pénitence à la justification, qui signifie rémission des péchés et infusion de la grâce sanctifiante dans l’âme. On rappellera trois éléments de cette doctrine :

  • A ses deux extrémités, en quelque sorte, se situent deux tentations hérétiques. L’hérésie pélagienne, d’abord, qui attribue à l’homme seul l’initiative de sa foi et donc de sa conversion (le concile de Trente sur ce point renouvelle les condamnations du Concile de Carthage de 418 et du second Concile d’Orange en 529). L’autre hérésie, inverse, est représentée par le luthérianisme et le calvinisime, qui exagèrent les conséquences de la faute originelle et nient le libre-arbitre en la matière pour ne reconnaître que la grâce. Sur ce point, le jansénisme va renouveler les positions protestantes en privilégiant l’intervention de la grâce.
  • Pour l’Église catholique, si la grâce initiale, indispensable, est un événement d’ordre surnaturel et déterminant, elle peut intervenir après un stimulant extérieur (une prédication, une lecture, un exemplum), et c’est là que le récit de conversion peut s’avérer instrument apostolique.
  • La conversion est un mouvement de modification qui affecte à la fois l’intelligence et la volonté, et qui s’inscrit dans le temps : pour un pénitent déjà engagé dans la voie de la conversion, le récit publié peut ainsi être un guide.

6L’effort de conversion de protestants à partir des XVIe et XVIIe siècles se signale par son ampleur et par l’intervention de différentes instances à la fois politiques et religieuses. L’entreprise est donc a priori peu comparable aux conversions de libertins, beaucoup plus ponctuelles, même si, comme on le verra, à partir de la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle la conversion du libertin devient presque un programme à part entière de l’Église (constat de l’extension du phénomène, publication de manuels).

  • 8 Que l’on songe aux sermons virulents de Jean Boucher ou de Jean Porthaise, dont la portée fut à la (...)

7Le récit de conversion du protestant au début du XVIIe siècle court le risque de la suspicion, à cause des conversions simulées, et du fait que les notions de « simulacre » de conversion et de conversion feinte ou nulle ont constitué une part non négligeable des arguments de la controverse religieuse à l’époque8. Cette suspicion explique une double tendance, observable dans le contenu textuel comme dans la forme typographique, des publication de relations de conversion :

  • le souci de rendre compte avec fidélité, de dire le vrai, d’informer (assurer de la réalité) ;
  • le souci de justifier, de fournir des preuves formelles de l’événement (assurer de la formalité).
  • 9 Narré ample et fidelle de l’heureuse conversion de Pierre Marcha... ministre de la religion preten (...)

8Les titres, qu’il s’agisse de pages de titre ou de simples titres de départ pour les plus modestes de ces publications, insistent ainsi sur la vérité du récit, sur sa transparence (« narré fidèle », « récit véritable »)9. S’y ajoutent deux choix de présentation qui servent la même volonté : la forme du « canard », de la plaquette occasionnelle d’information ; la forme de la lettre éditée (avec ses mentions de date, protocole et eschatocole) qui confère un principe de réalité au récit.

9Observons quelques-unes de ces publications, à commencer par un récit présenté comme anonyme de la conversion d’un gentilhomme : La conversion du sieur de Vallié, gentilhomme de la Haute Gascongne, avec la Déclaration des raisons qui l'ont meu à abjurer l’heresie de Calvin, & à s’unir à l’église catholique, apostolique et romaine (Paris, Antoine Estienne, 1618, 73 p. in-8°). La forme textuelle est celle d’un dialogue entre le sieur Vallié et l’évêque de Dardanie : ce titre désigne comme on le sait Nicolas Coeffeteau (1574-1623), prédicateur ordinaire du roi qui fut nommé évêque titulaire de Dardanie en 1617, controversiste de grand talent littéraire qu’on peut supposer être l’auteur du récit de cette conversion et l’instigateur de sa publication. Le texte se développe comme une controverse orientée vers sa résolution. On apprend que Vallié « se résolut d’entrer à bon escient en la recherche de la verité » et « s’est sagement resolu... d’ouir les docteurs catholiques sur les poincts de la religion qui sont aujourd’huy contestez entre les deux partis » (p. 9). De fait le texte est disposé pour manifester un échange théologique, les sources justifiant l’une et l’autre positions étant signalées en manchettes et parfois même s’affrontant de façon spéculaire dans l’espace de la double page, comme aux pages 40-41, où l’on trouve d’un côté les références à saint Augustin, aux évangiles de Matthieu, Marc et Luc, et à l’Epître aux Corinthiens, de l’autre côté Luther et Melanchton. Une malice de mise en page est peut-être à l’origine du choix qui a consisté à placer les évangélistes, cités en français, du côté d’Augustin et non de la Réforme (ill. 1).

10Le second récit sur lequel nous nous arrêterons affecte la forme de la lettre publiée : il s’agit d’une relation qui connaît deux publications simultanées en 1630, avec quelques différences mineures, l’une à Paris sous le titre de La conversion de Monsieur Poylevé, cy-devant premier arboutant de la religion pretendüe reformée de Limoges ; converty à la foy catholique, apostolique et romaine. Envoyée à Monseigneur le vicomte de Rochechouart... (Robert Quenet, 15 p. in-8), l’autre à Limoges sous le titre de Lettre de monsieur Bertrand chanoine en l’eglise cathédrale de Limoges à Monseigneur le vicomte de Roche-Chouart... sur la conversion de feu Monsieur Poylevé, cy-devant premier arc-boutant du petit troupeau de la prétendue église réformée, errant dans Limoges (Antoine Marliac, 1630, 23 p. in-8). L’auteur est un clerc, du chapitre cathédral de Limoges, dénommé Bertrand. Dans les deux cas, il s’agit d’une publication modeste ; le texte a grossièrement la même disposition dans les deux éditions, la page imprimée mime également la source épistolaire, en isolant typographiquement un protocole (« Monsieur, »), un eschatocole (« votre très humble etc. »), une signature en fin à droite et les dates de lieu et temps en bas à gauche. En annexe à la relation est donnée la déclaration même d’abjuration du converti, datée du 6 août 1630. Celle-ci a toutes les formes de l’édition diplomatique : du texte (en romain) sont distinguées les mentions de formalité (en italique), et le dispositif de l’acte est imprimé en lettres capitales (« J’ABJURE ET DÉTESTE »). On a donc conféré au récit la forme typographique d’un rapport officiel, pourvu de ses mentions de formalité et disposant en annexe d’une attestation d’abjuration qui a toutes les formes typographiques de la pièce justificative juridique (ill. 2).

1. Manchettes au service de la controverse. La conversion du sieur de Vallié, Paris, Antoine Estienne, 1618. 8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)

2. Acte d’abjuration en « pièce justificative ». La conversion de M. Poylevé, Paris, Robert Quenet, 1630. 8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)

11Ce dispositif scrupuleux de mise en page se comprend mieux lorsqu’on prend connaissance des objectifs avancés par le chanoine, qui l’ont « emeu à mettre ce narré sous la presse pour le faire voir au public » (p. 5) :

  1. « satisfaire au juste désir tant de ses concitoyens que de plusieurs autres... qui vouloient sçavoir au vray les circonstances de cette conversion » ;
  2. « pour dissiper quelques fausses persuasions de quelques religionnaires qui... ne peuvent s’imaginer que cette conversion ayt esté vraye, non disimulée & exempte de contraincte ».

12Ce double objectif — servir l’information et l’attestation — explique la double tentation formelle du document : la lettre-canard (plaquette informative sur un papier de faible qualité, agrémentée d’un fleuron en titre et d’un petit bandeau typographique, d’impression peu soignée et rapide car strictement contemporaine de l’abjuration elle-même) ; l’acte authentique.

13Notre auteur avance toutefois une troisième raison, plus discrètement formulée et qui semble moins déterminante dans l’intention éditoriale : « Dieu veuille que ce peu que j’en remarqueray serve d’esguillon à ceux qu’il [le converti] a eu pour confleres dans l’heresie pour les inciter à rechercher soigneusement la vérité, qu’il a heureusement rencontrée » (p. 6). C’est accorder à la seule manifestation du fait attesté la vertu de pouvoir convaincre et de conduire à la conversion.

  • 10 Sur le rôle des assemblées du clergé, qui au cours des XVIe et XVIIe siècles en sus de leurs attri (...)

14Certains auteurs ecclésiastiques ont rédigé et publié eux-mêmes plusieurs récits de conversion de protestants. C’est le cas de François Véron (1575-1649), infatigable controversiste qui en cette première moitié du XVIIe siècle parcourt le royaume comme missionnaire, conduit des conférences publiques avec les ministres calvinistes, et occupe la cure de Charenton pendant dix ans (1638-1648). Ce zèle, et le fait que plusieurs assemblées du clergé de France se soient engagées à payer les frais d’impression de ses ouvrages sur le sujet, justifient pleinement la place de Véron au cœur de nos interrogations, et laissent presque supposer un véritable programme éditorial10. Signalons encore que, vers la fin de sa vie, Véron s’attaquera au jansénisme, ce qui n’est pas insignifiant étant donné certaines positions communes aux Protestants et aux jansénistes sur le dogme de la conversion.

  • 11 A titre indicatif, un pointage rapide nous fait repérer, pour le XVIIe siècle français, trente-cin (...)

15Sur près de quatre-vingts œuvres de controverse laissées par Véron, quinze traitent directement de la question de la conversion. Parmi ces ouvrages, neuf sont des récits de conversions réelles, édités entre 1625 et 1643. Une des particularités de ces éditions est qu’elles tendent à prendre la forme, originale, d’exposés de « motifs ». Le terme est à prendre au sens juridico-argumentatif qui est alors le sien : les « motifs » sont des raisons d’agir, susceptibles, en la matière, de justifier la résolution de se convertir et l’acceptation des sollicitations de la grâce11. La première occurrence du mot « motif » dans le titre d’un récit de conversion de Véron semble dater de 1623 : Les Justes motifs de la conversion de M. le Baron de Sainct-Angel et de Madame sa femme (Paris, J. Mestais, 1623, 40 p. in-8). Les motifs eux-même, au nombre de quatre, font l’objet d’une numérotation en manchette (ill. 3). Les articulations de l’argumentaire sont ainsi originalement soulignées, dans la mise en page, par un élément du contenu même de cet argumentaire. Le système toutefois n’est pas très rigoureux, car en manchette figurent deux autres données, plus classiques : les sources (renvoi à un concile, à un passage des Écritures, à la page d’une édition imprimée de la Bible) et les explications en expansion du texte. Véron est un théologien controversiste, son récit est truffé de citations, ses argumentaires sont référencés, le tout en manchette. Or, on assiste, en observant d’autres récits de conversion publiés par Véron, à une évolution qui fait passer l’élément de balisage du discours — le motif numéroté — de la manchette à la capitulation, à l’intérieur même de la justification, le transformant, de simple indice périphérique de repérage marginal, en facteur même de séquentialisation du texte.

16La formule est presque achevée dans une édition de récit de conversion de protestant de 1643, qui est la dernière publiée par Véron : Les justes motifs de la conversion à la religion catholique du marquis d’Andelot, fils de Mgr le Mareschal de Chastillon, représentez à la royne mère régente ([Paris], 1643, 48 p. in-8) (ill. 4).

17La conversion narrée est celle de François Dandelot, jeune noble issu d’une famille protestante célèbre (il est le petit-fils de Coligny). Dandelot s’est converti en 1622, puis est entré à l’Oratoire sous la direction de Bérulle, et a été reçu dans la confrérie du Saint Sacrement. Le récit connaît deux éditions, l’une sans lieu ni date, mais qu’on suppose de 1643 car elle fait référence à la première année de la régence ; l’autre publiée à Paris par Louis Boulanger en 1643, avec cette note imprimée au titre : « Ce livret peut servir à tout catholique pour presser chaque dévoyé de sa connaissance à se convertir, et chaque séparé à se résoudre soy-mesme... Pour cela... j’ay imprimé avec toute cette estendue et pour la seconde fois cette conversion, modèle pour plusieurs autres et forte confirmation des catholiques en leur religion ». L’intention est confirmée dans l’épître de dédicace à la régente : « Je vous la présente, à ce que de vostre main royale elle passe en d’autres, & que les justes motifs de cette conversion, bien considérés, obligent les cœurs généreux de la noblesse française dévoyée de la foy et religion catholique de ses ancêtres, à y retourner ». Le texte du récit lui-même est organisé en motifs numérotés, qui constituent autant de paragraphes ; le numéro du motif (« Premier motif § 1 »), centré et séparé du texte par deux lignes blanches, tient lieu de capitulation. La disparition des manchettes est complète. Cette organisation rigoureuse sert une rhétorique typographique nouvelle orientée vers la clarté et la démonstration rationnelle simplifiée. Le souci « juridique » et formel est toujours là car Véron cite par exemple les articles de la confession de Dandelot, mais dans le corps du texte, en italique ; le controversiste est toujours là car on retrouve les citations des réformateurs, mais cette fois dans le texte, leur source étant précisée à la suite. Notons cependant que ce système cohérent et simple de la succession de motifs ayant fonction de capitulation, souffre encore deux petites incohérences : le motif 5 est le seul à être précisé par un argument en italique ; le paragraphe 9, au lieu de composer en soi un neuvième et dernier motif, a pour titre : « Divers autres motifs ».

3. Motifs numérotés en manchette. François Véron, Les justes motifs de la conversion du sieur de Vallié, Paris, J. Mestais, 1623. 8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)

4. Organisation du texte en motifs numérotés. François Véron, Les justes motifs de la conversion à la religion catholique du marquis d’Andelot, [Paris], 1643. 8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)

18Le motif est érigé en véritable et rigoureux système de capitulation « après » Véron, mais sans doute grâce à lui ; on en trouve un exemple dans une édition de 1659 : Fidelle et succinte relation de la conference faite, entre monsieur Drelincourt ministre de Charenton, & le sieur Patizé champenois. Avec les motifs de la conversion d’Abraham Riez à la foi catholique, apostolique et romaine : ouvrage tres-propre à convaincre tous les calvinistes (Paris, François Noël, 1659, in-8°). Le texte est organisé en trois motifs (« premier [-troisiesme] motif »), uniformément présentés.

19D’autres récits de conversion de Protestants ont été mis en page sous forme de « listes ». En témoigne un document imprimé sous le titre de La liste et les noms des personnes qui ont fait publiquement abjuration de l’heresie pendant l’année 1664 dans la ville & faux-bourgs de Paris. Avec les principaux motifs qui ont obligé la pluspart d’iceux à faire cette noble action (Paris, Nicolas Bessin, 1665, in-8°). Cette liste avait presque vocation à être une publication périodique, une espèce d’annuaire, car elle est publiée au moins pendant deux années de suite, pour l’an 1664 et pour l’an 1665 (ill. 5). Le texte est organisé par paroisses d’abjuration (le nom de paroisse, en capitales italiques, tient lieu de capitulation). A l’intérieur de ce dispositif se suivent de courts paragraphes, chacun formant à lui seul une attestation circonstanciée de conversion. Le nom du converti est imprimé en caractères italiques : les informations fournies sont en général l’état, le lieu de naissance, éventuellement l’âge du converti, accompagnés d’un court récit de la conversion comprenant parfois un petit exposé des motifs. La mise en page confirme donc le titre de ce document et révèle que, davantage qu’une collection de récits, cette édition est non seulement un état, un annuaire ou un tableau de recensement dont la disposition semble toute administrative, mais également un catalogue, qui se présente comme tel dans l’uniformité des paragraphes, dans la visibilité du nombre de « numéros », dans le classement par paroisses.

5. La liste et les noms des personnes qui ont fait publiquement abjuration de l’hérésie pendant l’année 1664... Paris, Nicolas Bessin, 1665. In-8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)

20Les rédacteurs de cette liste (l’avant-propos, sous forme de lettre « à messieurs de la religion prétendue réformée » est signé « Brissart et Treppier ») justifient leur intention éditoriale par la même raison apostolique que celle rencontrée dans les récits de conversion : « il n’y a que la pure charité chrestienne qui nous presse et nous force de vous présenter cette liste de vos freres convertis... vous pouvez tous faire le mesme à leur exemple, nous vous y exhortons ». Il faut donc croire que la rhétorique typographique de l’inventaire, la démonstration des faits catalogués, ont également pu être pensées comme des instruments de conversion.

  • 12 R. Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Nouv. éd. Paris, Genève (...)

21Si les relations de conversions de protestants continuent d’être publiées sous diverses formes jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, à partir de la seconde moitié du XVIIe, les « libertins » font l’objet d’une nouvelle catégorie de récits de conversion. Ils constituent, en fait, un réel défi — c’est Pintard qui en écho à Brémond a présenté le libertinage érudit comme « l’envers du siècle des saints »12 —, celui de l’intelligence incrédule, qui impose aux auteurs et directeurs de conscience catholiques de nouvelles formes de réponse et de prise en charge.

  • 13 Libertins du XVIIe siècle, I, éd. J. Prévôt, Paris, Gallimard, 1998 (Bibliothèque de la Pléiade, 4 (...)
  • 14 Libertins..., p. LXVI.
  • 15 On connaît par exemple La pénitence de Théophile, écrite en vers par Théophile de Viau à la Concie (...)
  • 16 On peut évoquer à ce sujet la question de l’attribution du récit de conversion de la duchesse de L (...)

22Rappelons simplement les difficultés d’utilisation du mot « libertin », qui fait dès l’origine l’objet de définitions polémiques ; la réalité intellectuelle et personnelle qu’il recouvre va de l’incrédule au débauché, de l’esprit fort au philosophe matérialiste, du cynique à l’érudit, du déiste à l’athée13. Nous retiendrons ici une définition large : le libertin est celui qui manifeste aux yeux de l’Église un excès de liberté en matière de morale ou de religion, et qui tend à justifier son immoralité. On notera du reste que pour certains auteurs du Siècle des saints, la suspicion de libertinage est susceptible de toucher tous les « gens du monde ». Le défi que représente le libertin tient aussi à son statut d’intellectuel, de lecteur. Comme le dit Jacques Prévôt, « l’écrivain libertin vit dans le sentiment aigu de sa fonction critique »14. Ainsi, le fait que, dans le récit de sa conversion, le libertin se fasse « souffler la parole » par son directeur de conscience, que son « je » perde de sa légitimité a priori, fait partie de sa pénitence. Car, malgré certains doutes suggérés par artifice éditorial (et entretenus par une tradition bibliographique romantique), la narration de la conversion est quasi toujours le fait du confesseur ou d’un directeur de conscience, très rarement celle du pénitent, qui a accepté avec humilité la « perte » de sa parole. La pénitence individuelle, rédigée à la première personne, semble en effet plutôt rare hors d’un contexte littéraire15. Les récits de conversion de libertins et « gens du monde » diffusés aux XVIIe et XVIIIe siècles sont principalement des ouvrages de spiritualité rédigés par les directeurs et « promoteurs » de ces conversions, ce qui explique qu’il puisse s’agir de récits maîtrisés et orientés16.

  • 17 N. Feuillet, Conversion admirable de Mons. Chanteau. Tout ce qui s’est passé depuis sa conversion (...)
  • 18 N. Feuillet, Histoire abrégée de la conversion de M. Chanteau, écrite par feu M. Feuillet..., Pari (...)
  • 19 A. Hurel, Les orateurs sacrés à la cour de Louis XIV, Paris, 1872, t. 1, p. 330.

23Le récit sur lequel on s’arrêtera ici est peu connu. Il s’agit de la relation de la conversion et de la pénitence du libertin Antoine Chanteau (1620-1668), depuis 1661 jusqu’à sa mort, sous la conduite du prédicateur Nicolas Feuillet (1622-1693). Chanteau était cousin germain de Lefèvre de Caumartin, le président au Parlement de Paris que Colbert fit nommer garde des sceaux en 1666. Le récit de cette conversion a d’abord fait l’objet d’une diffusion manuscrite17 avant de connaître, à partir de 1703, plusieurs éditions imprimées, signe d’une diffusion et d’un succès confirmés par Moreri : « petit ouvrage qui a été si répandu, et qu’on lit tous les jours avec tant d’édification ».18 Le dimanche des Rameaux 1661, Chanteau assiste, par égard pour sa mère et malgré lui, à un sermon sur la fausse pénitence prononcé en l’église Saint-Nicolas des Champs par Nicolas Feuillet. Ce dernier, chanoine de Saint-Cloud, avait la réputation d’un orateur et moraliste sévère, proche des jansénistes : prédicateur zélé, c’est en quelque sorte un parangon du convertisseur de ces années 1660, marquées par un raidissement du jansénisme, spécialement sur cette matière pour lui de première importance. Boileau l’évoque en ces termes à la Satire IX : « laissez à Feuillet réformer l’univers » — et précise en note : « fameux prédicateur fort outré dans ses prédications ». Les deux hommes s’étaient notamment croisés en juin 1670 auprès d’Henriette de France, la duchesse d’Orléans, pour lui rendre les derniers sacrements19.

  • 20 Henri Brémond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de r (...)

24Le texte de la relation nous dit quels furent les faits. En 1661, date du début de sa conversion, Chanteau avait passé quarante ans d’une « vie toute païenne » ; « plongé dans le crime & dans la débauche depuis plusieurs années il s’étoit abandonné à l’excès & au déreglement de ses passions ». Il était non seulement un mondain jouisseur, mais également un esprit fort : en présence de prêtres « son plaisir étoit de combattre tout ce qu’ils disoient » ; « il appuioit son impiété de raisonnemens subtils » et tournait en ridicule les prédicateurs les plus habiles. Comme il le dit lui-même, cité dans ce récit : « il y a quantité d'années que je fais la guerre à Dieu ». Le procès de sa conversion et de sa pénitence est conforme au dogme tridentin, mais la relation est fortement teintée de jansénisme ; l’intervention d’une grâce efficace et gratuite due à la seule miséricorde divine y apparaît déterminante. Touché par la grâce à l’occasion du sermon de 1661, Chanteau cède aux larmes, aux soupirs et au désir de se convertir ; un premier confesseur « lui ordonna de brûler tous les méchans livres qu’il avoit chez lui, ce qu’il fit aussitôt ». A l’issue d’une confession générale, il obtient absolution et communion, mais c’est alors qu’une rencontre avec Feuillet lui laisse entrevoir que ce nouveau repos de l’âme est trompeur, que sa conversion est précipitée, fausse et inachevée. Il doit recommencer à se préparer à une confession générale, par six mois d’un examen de conscience accompagné de contrition, d’exercices spirituels ; il est conduit par Feuillet à chasser l’amour-propre jusque dans ses œuvres de charité ; il médite la Fréquente communion d’Antoine Arnauld (sept éditions depuis la première en 1643), et son confesseur l’invite à lire chaque jour « quelque chose de l'Imitation de Jesus-Christ ». Après ces six mois seulement intervient la vraie confession générale, qui dure trois jours et précède la justification. Chanteau meurt le 23 mai 1667, à quarante-sept ans. Après la communion et l’extrême onction, le dernier acte est constitué par le respect et l’écho que cette conversion rencontre dans le monde. Le rigorisme de Feuillet, on l’a vu attesté par ses contemporains, apparaît exceptionnel ; pour cette raison et pour ses positions théologiques, son récit de la conversion de Chanteau offrait aux yeux de l’abbé Brémond un « beau cas de jansénisation totale »20.

25Voyons quelles formes éditoriales a connues cette relation. Rédigée par Feuillet qui en transmet à sa mort (1693) le manuscrit original à l’un de ses neveux, elle avait fait l’objet d’une diffusion manuscrite, par voie de copies. On ne sait pas qui — Feuillet étant mort en 1693 — a décidé et entrepris la publication imprimée, qui obtient un privilège daté du 1er octobre 1702. L’avertissement des éditions imprimées précise les intentions de cette diffusion, d’abord manuscrite puis imprimée : « Quelques personnes de considération aïant été touchées de la conversion de M. Chanteau, prièrent M. Feuillet d’en conserver la mémoire à la postérité, & de mettre par écrit tous les motifs d’une conversion si éclatante. [...] Persuadé qu’un récit pur & simple d’une telle conversion pourrait servir à l’édification des fidèles, il la mit par écrit d’une manière simple & naïve, sans art & sans affectation ». On retrouve là les desseins apostoliques qui sous-tendent la relation et l’édition du récit de conversion. Ce prosélytisme par l’exemple est, du reste, comme mis en abyme à l’intérieur même du récit, puisque la conduite du libertin pénitent et l’évidence de sa conversion suscitent celle d’un de ses amis, le comte de Marsilly. Sur ce modèle interne au récit, la diffusion de cette relation est partant susceptible de susciter elle-même d’autres conversions dans le monde, de la part de lecteurs amenés à s’approprier le livre. Dessein conforté par un nouveau dispositif à partir de l’édition de 1705 : « l’on a mis dans cette nouvelle édition le Sermon de Monsieur Feuillet sur la vraie et la fausse pénitence qui commença la conversion de M. Chanteau ». Cette nouvelle annexe n’a pas seulement une fonction documentaire, elle témoigne de l’ambition latente, de la part de l’éditeur, de renouveler le miracle de la conversion en reproduisant l’événement qui a servi de catalyseur à celle de Chanteau : renouveler et multiplier par le livre diffusé le pouvoir de ce sermon du dimanche des Rameaux 1661.

26Si l’on compare un « exemplaire » de l’édition manuscrite avec un exemplaire d’une édition imprimée, à l’échelle du volume, on observe une même organisation générale en deux parties, d’abord le récit de la conversion, ensuite des pièces complémentaires : dans le manuscrit, des exercices de dévotion, dans l’imprimé, le sermon de 1661. Contrairement à l’imprimé, le manuscrit ne fait l'objet d’aucune « présentation » (ni page de titre ni pièce liminaire introductive précisant les circonstances de la rédaction ou les ambitions de la relation). On supposera que, même s’il s’agit d’un manuscrit « édité » (coquilles corrigées, réglure et rubrication, omissions réparées en marge), les copies devaient circuler de main en main dans un cercle restreint composé de lecteurs qui s’attendaient à lire un texte en partie connu, pré-identifié, déjà recommandé. Sur le plan de la mise en page, dans le corps principal du texte (le récit de conversion), le manuscrit comme l’imprimé ne présentent aucun élément de structuration interne explicite, et aucun élément périphérique de repérage (du type manchette, index, table, liste des chapitres, table des matières ou des lieux communs).

27On note seulement la présence, sur le manuscrit, de quelques mots ponctuellement rubriqués, qui semblent de deux natures :

  • Des mots qui peuvent occuper n’importe quelle position, du point de vue de la syntaxe ou de la page. La rubrication de ces mots (« 42 ans » — l’âge de Chanteau lorsqu’il commence soudainement sa conversion —, « Dieu », « Jesus-Christ », etc.) a une fonction déictique.
  • Quelques groupes de mots situés en tête d’alinéa. La rubrication a alors une fonction de séquentialisation, qui peut être temporelle ou dialogique. Dans le premier cas, elle sert alors la scansion du récit (la conversion est un processus) : « le samedy suivant Monsieur Chanteau... », « un jour... », « le lendemain Monsieur Chanteau... », « le soir... » ; dans le second, elle marque alors les passages d’une voix à l’autre lorsque les dialogues entre le pénitent et son directeur de conscience sont insérés dans le texte.

28La seconde partie, dans le manuscrit, compose un recueil de petits guides spirituels et d’exercices de dévotion, qui ont en commun de faire l'objet d’une mise en page « pratique » : consignes spirituelles numérotées en rouge et constituant chacune un petit paragraphe aux premiers mots rubriqués ; couples de questions en rouge et de réponses en noir ; Horloge spirituel dont les vingt-quatre invocations sont numérotées en marge. L’ensemble du volume constitue ainsi un livre de piété composite qui incorpore un récit de conversion : il faut donc croire que ce dernier, en tant que corps principal du recueil, a lui aussi été conçu pour avoir une fonction pieuse.

29Dans l’édition imprimée de 1705, l’alinéa remplace la rubrication, dans les deux cas de « balisage » structurant recensés (temporel et dialogique) (ill. 6). Les seuls reliefs présents dans la continuité typographique du récit sont quelques mots imprimés en haut de casse (« Jesus Christ ») ou en italique (citations bibliques). Les seules césures sont constituées par un « exercice pour passer chrétiennement la journée » — une suite de consignes du directeur de conscience formulées en style direct — et quelques lettres éditées dans le cours du récit ; ces pièces sont insérées dans la narration, distinguées par une ligne de section et un titre italique.

6. Nicolas Feuillet, Histoire abrégée de la conversion de Monsieur Chanteau, Paris, L. Coignard et G. Vandive, 1705. In-12 (Bibliothèque Sainte-Geneviève)

30Un dernier élément de mise en page vient enrichir ce dispositif continu : les guillemets, qui désignent une formulation au style direct ; il est intéressant de noter que seul le premier échange du confesseur avec Chanteau dispose de ces guillemets, et que c’est principalement le discours de Chanteau relatant sa mauvaise vie antérieure, qui est ainsi mis à distance, désigné comme discours oral sans intermédiaire, et qui ne saurait ainsi se situer au même niveau d’énonciation que le reste du récit de conversion. Les deux discours, celui du libertin et celui du confesseur, ne sont donc pas sur le même plan ; il ne saurait y avoir controverse ni dispute argumentée par pro et contra comme dans la théologie scholastique ; il y a plutôt capture du discours du libertin par la relation du directeur. Dans le reste du récit, le « narrateur » est Feuillet lui-même, et son discours direct n’est pas mis entre guillemets : le lecteur pourra d’autant plus aisément se sentir concerné par un « vous » qui s’adressait initialement à Chanteau. L’édition tend donc à confondre dans une même personne l’interlocuteur de Feuillet et son lecteur.

  • 21 Pour reprendre en les détournant des concepts de l'informatique documentaire et de la technologie (...)

31Pour résumer, ce récit de conversion imprimé ne dispose pas de structuration numérique, de capitulation, et encore moins d’arguments qui ponctueraient le déroulement de la conversion, alors même que celle-ci suit une procédure « canonique » (état de péché, surprise de la grâce, rencontre ecclésiastique, première confession, rencontre avec un directeur de conscience, révélation de la conversion inachevée, pénitence, examen de conscience, confession générale authentique, justification). Le seul réel élément typographique de mise en page est l’alinéa, qui ne fait que rythmer la chronologie de la narration, les étapes — non extérieurement explicitées — du mouvement de la conversion vers la vraie justification du pénitent. Cette mise en page insiste donc sur la linéarité du texte, sur sa continuité, et partant impose un mouvement uniforme de la lecture. Elle ne propose, en somme, ni lecture aléatoire, ni lecture « discrète »21 ; le lecteur n’est pas amené à se diriger sur des entrées balisées que le volume l’aurait invité à repérer (par exemple : capitulation explicitée par un argument, à partir d'un index des capitulations), mais seulement à effectuer une lecture continue. Ce récit de conversion n’est pas non plus construit dans l’espace de la page comme une controverse argumentée. C’est dans ce sens qu’on peut comprendre un passage de l’avertissement : « on a fait reflexion qu’il etoit plus a propos d’y conserver cette simplicité pleine d’onction, que d’y introduire une politesse etrangere, & qu’il valoit mieux toucher le cœur que de plaire à l’esprit ». Le récit de conversion a cependant bien une valeur démonstrative, celle-ci recourant non pas à la rhétorique scolastique, mais au simple exposé narratif. Le temps de la lecture a son importance, qui seul permet d’épouser le mouvement de la conversion et le développement de la conscience pénitente.

32D’autres ouvrages consacrés à la conversion et à la pénitence des hommes du monde, qu’il s’agisse de manuels d’oraison ou de traités théologiques, disposent de mises en page singulièrement différentes. Le traité du père Rémi Desmonts (1703-1787), Le libertinage combattu par le témoignage des auteurs profanes (Charleville, Pierre Thesin, 1747, 2 vol. in-12), est intéressant à plus d’un titre : d’abord parce que l’auteur, membre de la congrégation de Saint-Vanne, y prend acte de l’existence du « parangon » libertin (« il semble que ce mal n’a jamais tant prévalu qu’aujourd’hui », Préface, p. I), ensuite parce qu’il entend le combattre par la méthode scolastique et par l’érudition, ou plus exactement fournir un arsenal instrumental à l’intention des confesseurs. Il produit donc une somme qu’il structure pour qu’on puisse s’y repérer. Le texte est organisé en chapitres, articles et paragraphes identifiés par un argument italique en manchette, la table complète de l’ensemble figurant en tête du volume. Les argumentaires sont également mis en relief par des manchettes (« objections » / « solutions », « difficultés » / « réponse à la première [-seconde] difficulté », etc.). Les sources sont identifiées en notes de bas de page.

  • 22 H.-J. Martin, Mise en page et mise en texte..., p. 394.

33Autre ouvrage, d’un genre un peu différent, pour servir à la conversion, celui de l’abbé Jérôme Besoigne, organisé en deux parties : Principes de la pénitence et de la conversion, ou Vie des pénitens. Principes de la justice chrétienne ou Vie des justes... (1re édition Paris, de Saint et Saillant, 1762, 2 t. in-12). Le modèle implicite de ce type de publication reste le Guide des pécheurs de Louis de Grenade, qui enseigne tout ce que le chrétien doit faire depuis le commencement de sa conversion jusqu’à la justification et « fin de la perfection ». Publié pour la première fois en français en 1574, constamment réédité au XVIIe siècle, c’est, comme le rappelle Henri-Jean Martin, « l’ouvrage le plus lu au Siècle des Saints »22. L’ouvrage de Besoigne est structuré en chapitres (titre en italique) et articles (en romain, avec un « sommaire » en manchette). Ponctuellement les sources figurent également en manchettes, et l’attendue table des « titres » (chapitres) et des « sommaires » (articles) figure en fin. Tout est ainsi fait pour faciliter l’accès discret. Au milieu se trouvent également six pages qui permettent de conduire un examen de conscience : les affirmations que le pécheur est invité à peser en son âme et conscience sont listées et disposées en « versets » (« je me suis enyvré / j’ai lu de mauvais livres / j’ai fait des concussions... »), le tout classé par commandement, comme l’étaient déjà, avec le « mécanisme » supplémentaire que l’on sait, les éditions de la Confession coupée du P. Leutbrewer au XVIIe siècle. L’avertissement le confirme, Besoigne entend produire un viatique en forme de manuel : « ce sera donc une grande commodité pour un pénitent qui travaille à sa conversion de trouver dans un seul volume tout ce qui est généralement à savoir pour lui. Il aura à la main par ce moyen un directoire général pour se conduire depuis le commencement jusqu’à la fin de l’œuvre : ce sera, s’il m’est permis d’user de ce terme, un protocole de pénitence ». Il s’agit donc non pas d’un instrument de référence comme le traité de Desmonts, mais d’un manuel pratique, mis en livre et en page pour servir le pénitent déjà engagé dans sa conversion.

  • 23 Cf. la place reconnue aux jansénistes « à l’origine des mises en texte moderne », H.-J. Martin, «  (...)

34La question de l’efficacité de ces différents textes, de ces différentes mises en page est évidemment extrêmement délicate. Comment pourrait-elle, du reste, être mesurée ? Toutefois, si trop de distances séparent les récits de conversion du protestant de ceux du libertin ou du « simple » pénitent pour nous dispenser de les comparer, il est incontestable, au vu de la production éditoriale conservée, qu’ils ont représenté un enjeu bibliographique pour les auteurs et les autorités catholiques. Sur le plan de la mise en page, les récits de conversion des premiers manifestent la prégnance des formes de l’attestation et de la controverse, avec l’originalité que représente la mise en place du « motif » comme élément d’organisation du texte. C’est sans doute que la conversion des protestants était entreprise politique et ecclésiastique, et que l’abandon des principes de leur foi ancienne avait besoin d’être formalisée pour être exploitée. La conversion du libertin ou de l’homme du monde est en soi différente : ils n’abandonnent pas un dogme et des pratiques anciennes pour un dogme et des pratiques nouvelles, ils effectuent un itinéraire spirituel qui les amène à « quitter le monde » ; il n’est pas insignifiant de trouver sur leurs pas, dans leur entourage et à l’origine de la « publication » de leurs récits, les tenants d’une spiritualité rigoureuse et personnelle, plus intériorisée, laquelle ne saurait se manifester par les seuls actes (au sens diplomatique et juridique), mais seulement par un itinéraire spirituel ne pouvant être restitué et suggéré que dans le temps de la narration, d’un énoncé unique imposant une lecture continue. D’où, du moins à travers l’exemple analysé, le choix d’une mise en page moderne, dégagée des carcans de la scolastique et de l’argumentation théologique traditionnelle, libérée même des formes imprimées de l’oraison. Dans le cas de Chanteau, le contexte janséniste évident de la rédaction et de la diffusion du récit peut n’être pas étranger à cette mise en page23. Si certaines mises en page des relations de conversion révèlent des tentatives de convaincre (par un exposé des motifs), de toucher et d’émouvoir, cette forme de récit suggère, peut-être avec plus de force, la volonté de conduire vers et dans la conversion. Il reste à définir la place du livre et de la lecture comme déclencheurs d’une entreprise de conversion — place que la doctrine augustinienne n’accorde qu’à la seule grâce.

Notes

1 Voir sur le sujet les analyses typologiques établies par Henri-Jean Martin, « Les mises en texte des livres religieux au Siècle des saints », dans Mise en page et mise en texte du livre français : La naissance du livre moderne (XIVe-XVIIe siècles), Paris, Éditions du Cercle de la librarie, 2000, p. 388-413.

2 On peut renvoyer aux enquêtes de Marie-Élisabeth Ducreux sur les entreprises de reconquête menées par l’Église et le pouvoir autrichiens sur le Protestantisme tchèque après la guerre de Trente ans : « Le livre et l’hérésie, modes de lecture et politique du livre en Bohême au 18e siècle », dans Le livre religieux et ses pratiques : Etudes sur l’histoire du livre religieux en Allemagne et en France à l’époque moderne, éd. H. E. Bödeker, G. Chaix, P. Veit, Göttingen, Vandenhoeck und Rupert, 1991 (Veröftentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 101), p. 131-154. Voir également ead., « Lire à en mourir : livres et lecteurs en Bohême au XVIIIe siècle », dans Les usages de l’imprimé, dir. R. Chartier, Paris, Fayard, 1987, p. 253-294.

3 H.-J. Martin, « Introduction », dans Mise en page et mise en texte..., non pag.

4 Ces deux derniers genres ravivés et « actualisés » après le concile de Trente par les récits présents dans les vies, autobiographies ou œuvres diverses des saints de la Contreréforme ; ainsi le récit de la conversion du capucin anglais Benoît de Canfeld (1562-1611), auteur de livres de spiritualité de grande diffusion, est-il publié avec sa Reigle de perfection à partir de l’édition de 1621 (Paris, Chastellain).

5 Signalons enfin la capacité du récit de conversion à devenir un genre ou, à tout le moins, un motif littéraire à partir du XVIIIe siècle, que l’on songe à Laclos...

6 Pour un rappel sur la manière dont l’Église crée de toutes pièces une littérature spirituelle pour favoriser la renaissance du sentiment religieux, et ramener et attacher en son sein les brebis égarées, voir D. Pallier, « Les réponses catholiques », dans Histoire de l'édition française, t. 1, Paris, Promodis, 1982, p. 327-347.

7 Session IV, chap. 5, 6 et 7 ; Session VI, chap. I et canon 5, 793-815 ; Enciclopedia cattolica, Rome, Città del Vaticano, 1948-1954, t. IV, col. 491-493 ; Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, dir. M. Viller et ai, Paris, Beauchesne, 1932-1995, t. II, col. 1932-1995.

8 Que l’on songe aux sermons virulents de Jean Boucher ou de Jean Porthaise, dont la portée fut à la fois politique et religieuse : J. Boucher, Semions de la simulée conversion et nullité de la prétendue absolution de Henry de Bourbon, prince de Béarn, à S. Denys en France, le dimenche, 25 juillet 1593... prononcez en l'église S. Merry à Paris, Paris, G. Chaudière, R. Nivelle et R. Thierry, 1594, in-8° ; J. Porthaise, Cinq sermons ès quels est traicté tant de la simulée conversion du roy de Navarre, que du droict de l’absolution, Paris, Guillaume Bichon, 1594, in-8°. Récurrence dont on pourrait prendre la mesure en pointant des termes comme « feinte », « simulée », « fausse », etc., dans les titres signalés par L. Desgraves, Répertoire des ouvrages de controverse entre Catholiques et Protestants en France (1598-1685), Genève, Droz, 1984-1985 (Histoire et civilisation du livre, 14-15).

9 Narré ample et fidelle de l’heureuse conversion de Pierre Marcha... ministre de la religion pretendue réformée... Faite en l’eglise de S. Ouen, le jour de Noël dernier, en la présence de Sa Majesté Très Chrestienne..., Paris, Joseph Cottereau, 1618.

10 Sur le rôle des assemblées du clergé, qui au cours des XVIe et XVIIe siècles en sus de leurs attributions financières interviennent sur les questions doctrinales (réception du concile de Trente, lutte contre le Protestantisme et contre le jansénisme), voir P. Blet, Le clergé de France et la monarchie. Étude sur les assemblées générales du clargé de 1615 à 1666, Rome, 1959, 2 vol. , et B. Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, 2e éd., Paris, 2001, p. 98.

11 A titre indicatif, un pointage rapide nous fait repérer, pour le XVIIe siècle français, trente-cinq éditions de relations de conversion publiées en français qui ont le mot « motif » dans le titre.

12 R. Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Nouv. éd. Paris, Genève, Slatkine, 1983.

13 Libertins du XVIIe siècle, I, éd. J. Prévôt, Paris, Gallimard, 1998 (Bibliothèque de la Pléiade, 450), p. XI-XIII.

14 Libertins..., p. LXVI.

15 On connaît par exemple La pénitence de Théophile, écrite en vers par Théophile de Viau à la Conciergerie en novembre 1623 ou février 1624, et imprimée pour la première fois en 1624, Les libertins du XVIIe siècle..., p. 33-36.

16 On peut évoquer à ce sujet la question de l’attribution du récit de conversion de la duchesse de La Vallière (1644-1710). Publié une première fois en 1680 (Réflexions sur la miséricorde de Dieu, par une dame pénitente, Paris, A. Dézallier, 1680, in-12), ce récit connut au moins douze éditions avant la fin du XVIIIe siècle — signe d’un succès de ces textes qui ne peut être attribué à la seule qualité de la pénitente, ancienne maîtresse de Louis XIV. Il a été montré que ce récit n’est pas tant la transcription par la duchesse, à son usage, du manuscrit de ses réflexions rédigé avant son entrée au Carmel en 1674, que la relation d’un directeur de conscience ; et qu’il s’agit moins d’une confession que d’une « invitation à se convertir pour une mondaine », cf. Marcel Langlois, « La conversion de Mademoiselle de La Vallière et l’auteur véritable des Réflexions », dans Académie des sciences morales et politiques, séance du 19 avril 1928, 1928, p. 132-150. L’avertissement aux Réflexions précise explicitement un dessein éditorial que nous sommes désormais habitués à retrouver dans bien des récits de conversion : « nous [...] avons [...] sujet d’admirer aujourd’hui [la pénitence] d’une Dame que la miséricorde de Dieu est allée chercher depuis quelques temps dans la corruption du siècle et parmi les plaisirs criminels du monde, pour en faire un miracle de pénitence [...] Quoique nous ayons déjà plusieurs livres sur cette matière, on ne peut s’empêcher de proposer celui-ci comme le modèle de la plus profonde pénitence et des sentimens du cœur le plus tendre qu’il se puisse voir. Fasse le ciel que ceux qui les lisent en soient autant penetrez que cette sainte âme, et que ceux qui l’ont suivie dans ses péchés, puissent aussi Limiter dans sa pénitence et faire un bon usage du temps que la miséricorde de Dieu leur donne pour penser sérieusement à leur salut ». Derrière cette théorie de l’efficience de l' exemplum, Langlois a cru deviner la plume de Bossuet.

17 N. Feuillet, Conversion admirable de Mons. Chanteau. Tout ce qui s’est passé depuis sa conversion jusqu’à sa mort, réd. ap. 1667 et av. 1693, Papier, 218 p., Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 4275.

18 N. Feuillet, Histoire abrégée de la conversion de M. Chanteau, écrite par feu M. Feuillet..., Paris, L. Coignard et G. Vandive, 1703, in-12, 2 rééd. ibid., 1705, et 7 rééd. ibid., 1706.

19 A. Hurel, Les orateurs sacrés à la cour de Louis XIV, Paris, 1872, t. 1, p. 330.

20 Henri Brémond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion, Paris, A. Colin, 1967-1971, 11 t. et 1 vol. d’index [1re éd. Paris, 1923], t. IV : La conquête mystique : l’Ecole de Port-Royal, p. 302.

21 Pour reprendre en les détournant des concepts de l'informatique documentaire et de la technologie des réseaux : à l’inverse d’un réseau à accès continu, un réseau est à accès discret lorsque cet accès est rendu possible par un nombre déterminé de points d’entrée, identifiés comme tels, et qui sont en même temps des éléments de segmentation de l’itinéraire, Réseaux et territoires : Significations croisées, dir. Jean-Marc Offner et Denise Pumain, Paris, 1996.

22 H.-J. Martin, Mise en page et mise en texte..., p. 394.

23 Cf. la place reconnue aux jansénistes « à l’origine des mises en texte moderne », H.-J. Martin, « Les chemins de la novation », Mise en page et mise en texte..., p. 451.

Table des illustrations

Légende 1. Manchettes au service de la controverse. La conversion du sieur de Vallié, Paris, Antoine Estienne, 1618. 8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende 2. Acte d’abjuration en « pièce justificative ». La conversion de M. Poylevé, Paris, Robert Quenet, 1630. 8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 3. Motifs numérotés en manchette. François Véron, Les justes motifs de la conversion du sieur de Vallié, Paris, J. Mestais, 1623. 8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 4. Organisation du texte en motifs numérotés. François Véron, Les justes motifs de la conversion à la religion catholique du marquis d’Andelot, [Paris], 1643. 8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/576/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende 5. La liste et les noms des personnes qui ont fait publiquement abjuration de l’hérésie pendant l’année 1664... Paris, Nicolas Bessin, 1665. In-8° (Bibliothèque Sainte-Geneviève)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/576/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 6. Nicolas Feuillet, Histoire abrégée de la conversion de Monsieur Chanteau, Paris, L. Coignard et G. Vandive, 1705. In-12 (Bibliothèque Sainte-Geneviève)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/576/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search