Version classiqueVersion mobile

La mise en page du livre religieux (XIIIe-XXe siècle)

 | 
Annie Charon
, 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet

Les livres de spiritualité traduits de l’espagnol en France au début du XVIIe siècle

Emmanuel Bury

Texte intégral

  • 1 Voir V. Martin, Le Gallicanisme et la réforme catholique (1563-1615), Paris, 1919.
  • 2 C. Mazouer, éd., L’Age d’or de l’influence espagnole. La France et l’Espagne à l’époque d’Anne d’A (...)
  • 3 A. Cioranescu, Le Masque et le visage : du baroque espagnol au classicisme français, Genève, Droz, (...)

1La question des livres de spiritualité traduits de l’espagnol dans la France du premier XVIIe siècle conduit à croiser plusieurs problèmes : tout d’abord, celui de la Contre-Réforme et de son introduction en France : on sait que la résistance « politique » fut longtemps maintenue (au nom du Gallicanisme, entre autres1), ce qui induit naturellement une curiosité pour les autres voies d’accès de celle-ci, plus indirectes : les écrits de spiritualité et l’introduction de la mystique notamment. Cette question se greffe sur celle, non moins délicate, des rapports entre la France et l’Espagne pendant les premières décennies du siècle : un important colloque du Centre Méridional de Rencontres sur le XVIIe siècle, en 1990, à Bordeaux, avait tenté de brosser l’image de cet « âge d’or de l’influence espagnole » (c’est-à-dire l’époque d’Anne d’Autriche, 1615-1666)2 ; à ce propos, on peut renvoyer aussi au livre d’Alexandre Cioranescu, Le Masque et le visage, qui avait tenté une synthèse sur le même sujet quelques années auparavant3. Enfin, au croisement de ces deux aspects, le rôle des traducteurs retient naturellement l’attention du chercheur, tant pour des questions d’esthétique de la langue française que pour la question cruciale des influences intellectuelles.

2Ces trois axes croisent naturellement l’histoire du livre : discret mais constant témoignage des pratiques intellectuelles de ces époques révolues, l’objet livre est en effet un point focal intéressant pour observer ces différents champs. Dans ce cadre, la question du livre religieux fait difficilement l’économie de l’influence espagnole, et pose naturellement la question des traductions : d’où l’orientation de cette étude. On comprendra qu’il ne s’agit pas ici d’une enquête exhaustive, mais seulement de l’examen de quelques ouvrages, afin de poser quelques jalons pour une enquête qui demanderait beaucoup plus de temps et de place, et surtout parce qu’il est toujours très dangereux de se risquer à toute généralisation hâtive dans ce genre d’enquête.

  • 4 H.-J. Martin, Livre, pouvoir et société à Paris au 17 e siècle, Genève, Droz, 1969, notamment p. 1 (...)
  • 5 S. François de Sales « Traité de L'Amour de Dieu » und seine spanischen Vorlaüfer, Cristobal de Fo (...)
  • 6 A. Vermeylen, Sainte Thérèse en France au XVIIe siècle, 1600-1660, Louvain, 1958.
  • 7 Sur le rôle déterminant de Jean de Brétigny (Jean de Quintanadueñas, 1556-1634), qui découvrit l’œ (...)

3Le cadre d’ensemble est bien connu : il suffit de renvoyer par exemple à Henri-Jean Martin, qui consacre quelques pages denses à « la pénétration de la spiritualité espagnole », dans Livre, pouvoir et société à Parid4. Il insiste notamment sur la présence massive de Louis de Grenade, aux côtés de Sainte Thérèse d’Avila et de Jean de la Croix. Cela est confirmé par l’étude de Manfred Tietz sur les sources espagnoles du Traité de l’Amour de Dieu de S. François de Sales, qui donne aussi de nombreux éléments5, notamment à propos de la diffusion, aux côtés du même Louis de Grenade, de Diego de Estella ou de Cristobal de Fonseca. Les chiffres avancés dans ces études, après ceux qu’on a pu préciser à propos de la diffusion de sainte Thérèse d’Avila attestent l’énorme activité éditoriale que provoque la littérature spirituelle d’origine espagnole dans les années 1601-16406 : H.-J. Martin insiste d’ailleurs sur le rapport spécifiquement français qui lie le livre et l’essor du Carmel, en comparaison de son succès en Espagne et en Italie (qui fut surtout le fait de fondations successives). De fait, en France, l’effort d’un Jean de Brétigny7, parallèle à celui de Mme Acarie — qui fonde l’Ordre en 1602 — fut avant tout un effort éditorial : tout d’abord avec l’édition des œuvres de la sainte (1588), puis avec la traduction française de celles-ci, en 1601, chez le libraire Guillaume de La Noue. Comme le notait Jean Delumeau naguère :

  • 8 Le Catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, P.U.F., 1971, p. 84 (Nouvelle Clio).

L’histoire religieuse et celle des mentalités ne peuvent négliger ce fait quantitatif : jamais autant de livres de spiritualité — souvent de petits formats et en langue vulgaire — jamais autant d’éloges de la Vierge n’avaient été mis en circulation.8

4En parallèle à cet effort quantitatif, il convient de prendre en compte l’évolution qualitative qui accompagne cette tendance : pour mieux comprendre les enjeux théologiques et spirituels de la Réforme catholique, il s’agissait de promouvoir aussi de nouvelles formes du livre, plus aptes à rendre compte et à diffuser les nouveaux savoirs sur l’Écriture. Il convient de citer ici une nouvelle fois J. Delumeau, à propos de la diffusion de la théologie :

  • 9 Ibid., p. 85.

La positive ne cherche pas à raisonner sur les vérités nécessaires au salut, mais à fortifier l’amour de Dieu et la croyance par le contact avec la Bible, les écrits des Pères et l’histoire chrétienne. Elle se diversifia rapidement en exégèse ou étude de l’Écriture, patristique ou étude de l’enseignement commun des Pères de l’Église, patrologie ou étude des Pères comme personnages et comme écrivains, histoire des dogmes et histoire ecclésiastique.9

5La promotion de ces nouveaux types de savoir détermine une précision dans la connaissance des textes bibliques qui explique notamment l’effort systématique de « référence », si frappant dans les marges des livres que nous étudions, même lorsqu’il s’agit d’une traduction française. L’abondance des références patristiques devient elle aussi plus courante, ce qui est le fruit de l’essor de cette science depuis plus d’un siècle. Il n’est donc pas étonnant que les formes spécifiques du livre savant contaminent le livre de dévotion.

  • 10 Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France, I, L’Humansime dévot (1580-16 (...)
  • 11 Port-Royal et l’Oratoire, « Chroniques de Port-Royal », Paris, Bibliothèque Mazarme, 2001, p. 9-12
  • 12 Comme le note Bremond, lorsqu’il fait l’éloge de la haute culture incarnée alors par la Sorbonne : (...)
  • 13 Cf. supra, n. 7.

6Au demeurant, comme le notait déjà Henri Bremond en 1929 dans son Histoire littéraire du sentiment religieux, à propos de 1’« humanisme dévot », l’influence des « hautes études religieuses » (qui est le titre d’un de ses chapitres) sur les livres de dévotion est telle qu’« il est parfois difficile de dire si elles [les œuvres dévotes] s’adressent de préférence aux dévots ou aux savants10 ». Enfin, si l’on adopte le point de vue d’une « sociologie » de la dévotion, c’est-à-dire si l’on s’interroge sur les milieux d’où rayonne ce renouveau spirituel du premier dix-septième siècle français, on fait le constat frappant d’une porosité entre les milieux intéressés à la nouvelle dévotion : en tête du tout récent ouvrage collectif consacré à Port Royal et l’Oratoire11, Jean Lesaulnier dresse un tableau saisissant des « convergences » entre l’abbaye de Port-Royal (réformée en 1608-1609 sous l’impulsion d’Angélique Arnauld) et la congrégation de l’Oratoire nouvellement fondée par Bérulle (en 1611, sur le modèle de l’Oratoire italien de saint Philippe Néri) ; ensuite, lorsqu’il évoque le salon de Mme Acarie, le même auteur nomme des figures aussi diverses que Bérulle, Benoît de Canfield (capucin), le P. Coton (s.j.), André Duval (docteur en Sorbonne12), Jean de Brétigny (Quintanadueñas) — qui a tant fait pour l’édition et la diffusion de saint Thérèse13 — mais aussi René Gaultier, Avocat général au Grand Conseil, type même du laïc dévot dont l’activité incessante de traduction sera déterminante pour la réception du Carmel en France. C’est de ce milieu là que partent les livres qui nous intéressent ici — et c’est en bonne part à ce milieu qu’ils s’adressent : noblesse de robe dévote, ecclésiastiques plus ou moins mondains, famille des grands prélats (Lesaulnier cite notamment Mme de Maignelay, sœur de l’évêque de Paris Jean-François de Gondi). Cela pose bien sûr le problème connexe du public destinataire de ces livres de dévotion et de spiritualité.

7Toujours est-il que, dans ce cadre, « savoir et sentir » comme écrivait Bremond, « s’appellent et s’enrichissent l’un l’autre » : le caractère savant, dans la forme et dans le contenu, de certains ouvrages que nous allons voir va tout à fait dans le sens de ces analyses. Cela est assurément lié à une volonté de dégager une doctrine commune à tous ces écrits, au fil du texte, volonté qui apparaît globalement dans ce genre d’ouvrages. Méditation et commentaire sont ici étroitement liés : cela entraîne sans doute une augmentation du poids relatif de l’écrit et du livre dans l’exercice spirituel. Pour citer une nouvelle fois Bremond :

  • 14 Op. cit., p. 225.

Lettrés, théologiens et dévots, on s’explique dès lors que l’idée leur soit venue de composer ces œuvres de haute vulgarisation religieuse [...] qui ne sont, à proprement parler, ni de simples essais littéraires, ni des traités scientifiques, ni des livres de piété, mais qui satisfont tout ensemble les amateurs, les savants et les âmes saintes.14

  • 15 Sur la physionomie intellectuelle de J. Baudoin, voir E. Bury, « Jean Baudoin (1584-1650), témoin (...)
  • 16 Sur la production « espagnole » de Baudoin, voir E. Bury, « Jean Baudoin, traducteur de l’espagnol (...)
  • 17 A. Cioranescu, Bibliographie de la littérature française du dix-septième siècle, Paris, C.N.R.S., (...)
  • 18 Primera Parte de las Postrimerías del Hombre, Madrid, L. Sanchez, 1603 : vol. Infol. de 6 ff. - 96 (...)
  • 19 H.-J. Martin, Histoire et pouvoirs de l’écrit, p. 290.

8Le premier traducteur qui retiendra ici notre attention est Jean Baudoin (1584-1650), bien connu comme traducteur prolifique et membre de l’Académie française dès sa création15 ; à côté d’une abondante production, tant dans le domaine antique (Esope, Lucien, Salluste, Tacite, Sénèque, entre autres) que dans les domaines vernaculaires (Sidney, Bacon, Le Tasse, Garcilaso de La Vega, Davila), Baudoin se distingue par la continuité de son intérêt pour les ouvrages de spiritualité espagnols16. Un de ses premiers travaux, qui est aussi sa première traduction à partir du castillan, est La Lice Chrestienne, ouvrage de Pedro de Oña, paru à Madrid chez Louis Sanchez en 1603, sous le titre de Las Postrimerías del Hombre (Les fins ultimes de l’homme)17. Cette traduction est dédiée à Marie de Médicis par un certain F. Crozat, de l’Ordre de Notre-Dame de la Mercy (celui-là même auquel appartenait P. de Oña). L’édition espagnole de 160318 s’ouvre sur un frontispice architectural qui encadre le titre ; les pages de texte sont encadrées de filets et se présentent avec deux colonnes (47 lignes/page), encadrées elles aussi (et séparées par un double filet vertical au milieu) (ill. 1). L’ouvrage est annoté abondamment en marge : il semble bien qu’on ait affaire à un véritable livre savant ; les citations latines sont nombreuses dans le corps du texte, et elles sont rendues visibles par l’usage des italiques ; les références sont données en marge (ce qui suppose la consultation et la vérification des textes d’origine chez les lecteurs les plus savants). Le texte est suivi d’un Index et d’une table des Capitudos y discursos, ainsi que d’un index des lieux cités de l’Écriture (Index Locorum Scripturae quae in toto hoc opere sparsim continentur et explicantur) : on peut donc consulter ce livre de façon ponctuelle et « technique » (constitution de « lieux » pour un discours, usage à fin de direction morale, etc.) ; le format, les apparats et les index sont en effet, comme le rappelle H.-J. Martin, les caractéristiques des ouvrages que l’on interroge « sans les lire »19.

  • 20 La Lice Chrestienne, ou l’Amphitheatre de la vie, et de la mort, Paris, E. Foucaut, 1612 (exemplai (...)
  • 21 9 ff. non pag. : al, p. de titre ; a2, « à la reine Régente » (2 ff.) ; a3, « au lecteur chrétien  (...)

9La traduction de Baudoin se présente sous une forme légèrement différente20 : le format est in-quarto21, avec des pages de 44 lignes, dotées de marges larges qui permettent de contenir les notes ; l’abondante annotation encadre le texte, parfois sous forme de hache (ill. 2). Le latin cité dans l’original demeure cité dans le corps du texte traduit, avec des références et des citations additionnelles en marge. Des manchettes numérotées et imprimées en italiques soulignent les articulations du texte : on lit par exemple, à la p. 78 : « VII Il n’y a point de vray amy en ce monde. », ce qui suit l’original espagnol. Dans la plupart des cas le texte de la manchette est repris comme entrée dans la table des matières, pratique coutumière à l’époque. Le titre courant (« L’amphithéâtre // de la vie et de la mort ») ne permet pas d’identifier la section exacte que l’on a sous les yeux. Dans l’ensemble, la mise en texte demeure fidèle à l’original, avec un corps de texte dense, truffé de citations latines ; comme en espagnol, on a affaire ici à un ouvrage savant, à l’évidence plus tourné vers les facultés noétiques et vers l’usage technique que vers la méditation, vers le « savoir » que vers le « sentir », pour reprendre l’expression de Bremond. On pourrait même ajouter que la présentation et la mise en page plus sobre que l’original espagnol, qui était un in-folio de prestige, orientent nettement vers le livre savant.

1. Pedro de Oña, Las Postrimerías del Hombre, Madrid, 1603, 2° (Bibliothèque nationale de France)

10Baudoin traduit en 1628 les Sermons de Cristobal de Avendaño : cette traduction est parue chez le libraire Gaspard Methuras, qui publie la même année une autre traduction du même auteur, due à Barthélémy Milet. Ces travaux sont une des nombreuses traces de l’essor que connaît alors le Carmel en France. La page de titre se présente comme suit :

11Sermons // pour // les festes les//plus solemnelles// des Saincts// Composez par le R.P.M.F.// christophle d’avendaño // de l’Ordre de Nostre Damedes Carmes & par// luy-mesme preschez à la Cour de Madrid// traduits de l’Espagnol // en François par I. B // [vignette] // A Paris // Chez Gaspard Methuras, ruë sainct// Iacques // ------- // M. DC. XXVIII. // Avec privilege du Roy

  • 22 Il est donc possible que la traduction de Du Bosc ait déjà été publiée dès 1629, mais aucun exempl (...)

12Le traducteur est à peine signalé par ses initiales, ce qui dénote peut-être son appartenance à une véritable équipe de traducteurs regroupés autour d’un libraire ; nous avons déjà dit que Barthélémy Milet traduit, la même année, les Sermons pour les dimanches et jetes de l’Avent du même Avendaño ; lorsque cette traduction sera rééditée en 1636 (à la fois chez Rouillard et chez Methuras), on retrouvera Baudoin en compagnie de Milet et du P. Du Bosc, qui traduit les Sermons divers sur les principales fêtes de l’année : l’ouvrage indique que ce dernier avait obtenu l’approbation des docteurs dès janvier 1629 et le privilège est daté du 14 février 162922.

2. Pedro de Oña, [Las Postrimerías del Hombre, trad. par Jean Baudouin sous le titre de] La Lice chrestienne ou l’Amphithéatre de la vie et de la mort, Paris, 1612, 4° (Bibliothèque nationale de France)

  • 23 Outre les ouvrages déjà cités d’A. Cioranescu et de H.-J Martin, cf. J. Simon, Bibliografía de Lit (...)
  • 24 Il s’agit d’une des 37 éditions françaises que L. Aubineau signalait dans ses Notices littéraires (...)

13L’année précédente (1628), les Sermons sur les Évangiles du Caresme, du même Avendaño, avaient été traduits par Jean Dumas (Paris, chez Jean Boulenger) : ils seront réédités eux aussi en 1635. Cette activité de traduction des textes du Carmel entre 1628 et 1636 est donc très nette23 : on voit ainsi des vagues, sans doute orchestrées à la fois par les libraires et par le milieu dévot, qui assurent une diffusion constante des textes de la spiritualité nouvelle. Les liens de J. Baudoin avec les dévots, même s’ils sont difficiles à établir, faute de documents, seraient attestés en tout cas par son ultime production dans ce domaine, qui est la mise à jour de la traduction du Flos Sanctorum du P. Ribadeneira : il reprend en fait la traduction qu’en avait donnée René Gaultier en 160924.

  • 25 A. Cioranescu, Le Masque..., p. 218-219 : « La patente royale de fondation du premier couvent fut (...)
  • 26 Voir A. Cioranescu, Le Masque..., p. 216-217.
  • 27 Ibid., p. 216 ; l’auteur signale que la première édition connue de cette traduction date de 1609, (...)

14Cela nous amène naturellement à cet autre traducteur émérite des ouvrages de spiritualité espagnols à cette époque : René Gaultier. A. Cioranescu a insisté sur le rôle décisif de celui-ci dans l’introduction du Carmel en France25 ; pour la question qui nous intéresse, son activité fut beaucoup plus spécifique que celle d’un Jean Baudoin, en ce qu’il demeure un traducteur spécialisé dans la dévotion. Il est souvent mentionné comme le traducteur de saint Jean de la Croix (avec la première traduction française du Cantique d’Amour divin, Paris, 1622, in-8°), mais une simple liste des autres ouvrages qu’il a traduits suffit à indiquer l’ampleur et la spécialisation de son activité : il traduit Cristobal de Fonseca en 1613 (Sermons sur les dimanches et festes de l’année, Paris, 2 vol. in-8°), et surtout, il diffuse les ouvrages du jésuite Luis de La Puente (La Guide spirituelle, Paris, 1612, in-4°, réédité en 1613, De la perfection du chrestien en tous ses estais, Paris, 1638, 4 tomes en 2 vol. in-4°, De la perfection chrestienne es estais de continence et religion, Paris, 1617, in-4° (t. III-IV), Très excellentes meditations sur tous les mysteres de la foy, Paris, 1612, 2 tomes en 1 vol. in-4°, La Vie du Père Baltasar Alvares, Paris, 1628, in-8°) ; après Baudoin, il traduit le frère Angel Manrique {La Vie de la Vénérable mère Anne de Jesus, Paris, 1636, in-8°), et il convient de citer aussi ses traductions d’Antonio Molina (Exercices spirituels de l’excellence... de l’oraison mentale, Paris, 1631, in-8° — réédité à Paris, en 1637, à Lyon, en 1650 — et L’Instruction des prêtres, Paris, 1624, in-8° — réédité à Lyon, en 1627, à Rouen, en 1629). Il joua enfin un rôle déterminant dans la diffusion de l’œuvre du franciscain saint Pierre d’Alcantara (canonisé en 1622), dont le Traité de l’oraison et meditation, (publié pour la première fois à Paris, en 1606), connut treize rééditions, dont dix dans la traduction de Gaultier26. Enfin, comme nous l’avons déjà dit, Gaultier fut l’introducteur en France de l’œuvre de Pedro de Ribadeneira, dont il donna la première version française des Fleurs des Vies des saints et des fêtes de toute Tannée, qui devait connaître un succès sans précédent durant tout le siècle, tant son propos convenait à tous les états, comme le rappelle Cioranescu27. Il traduit d’ailleurs en 1616 le Nouveau manuel de prières du même Ribadeneira (Rouen, 1616, in-12).

  • 28 Sur la valeur des formats, voir H.-J. Martin, Histoire et pouvoirs de l’écrit, op. cit., p. 290-29 (...)
  • 29 Le Masque et Le visage..., p. 213 : « Durant le XVIIe siècle, on compte en France 210 éditions de (...)

15Du point de vue de la mise en texte, on constate d’abord la grande diversité des formats pratiqués : de l’ in-folio des Fleurs des Vies des saints à l’in-12 du Traité de l’oraison de saint Pierre d’Alcantara, tous les formats, c’est-à-dire tous les usages possibles, sont représentés28. L’in-4°, ce « brillant second de l’in-folio » (selon l’expression de H.-J. Martin), est présent notamment pour les ouvrages du jésuite Luis de La Puente, qui est un des auteurs les plus populaires et les plus diffusés au XVIIe siècle, après Louis de Grenade et sainte Thérèse, si l’on en croit Cioranescu29. V in-8° ou 1’in-12 semblent mieux adaptés à l’exercice spirituel (Molina, 1631) ou à la prière, comme l’attestent le Manuel de Ribadeneira (1616), ou le Traité d’Alcantara (1606).

  • 30 Nous avons consulté l’exemplaire de la B.N.F. : D 50472. Manual de Oraciones, para el Uso y aprove (...)

16Dans le cas du Nouveau manuel de prières de Ribadeneira, le format de la traduction française apparaît pourtant comme un « agrandissement », par rapport au format original, qui est un in-16 de très petites dimensions ! L’édition du Manual de oraciones30 s’ouvre sur la liste d'errata (fol. *1v°), puis après l’extrait du privilège et l’extrait de la censura (fol. *2 r°-v°), on lit une note sur Pavent et sur les quatre temps (fol. *3 r°) suivie d’une table des fêtes mobiles (pour les années 1611-1630, fol. *3v°- *4r°) ; au verso du fol. *4, malgré le petit format, on trouve une gravure représentant la Vierge et l’Enfant Jésus ; après le calendrier des fêtes, classées mois par mois (fol. *5r°-**8v°), on peut lire la table des prières (Tabla de las Oraciones, fol. ¶17v°). Une épître dédicatoire (fol. ¶8 : A Doña Ana Manrique, Condessa de Puñonrostro) et une adresse au « lecteur chrétien » (fol. ¶¶3V°) complètent ces pièces liminaires. Le corps du texte est en romain, avec 19 lignes/page, ce qui donne, vu le format, une mise en page très compacte, d’autant plus sensible qu’il y a très peu d’alinéas. Un des seuls points de repère commode pour l’œil du lecteur est la réclame qui figure en bas de chaque page. Apparemment nous avons bien affaire ici à un livre dont chaque section (chaque prière) doit se lire continûment, de bout en bout ; le format de poche en fait un compagnon de la méditation personnelle.

  • 31 Nouveau Manuel de Prières..., Rouen, Richard Lallemant, 1616 : exemplaire consulté, B.N.F. D 50474
  • 32 ã8-A-T12-V6-X4 : [16 p. non paginées]-465 p.-table [10 p.]. Achevé d’imprimer : 21 mars 1616.
  • 33 Cf. l’édition de Madrid, 1611, fol. 1-4.

17La traduction française parue à Rouen en 161631 se présente un peu plus aérée, même si le format demeure très petit ; c’est un in-12 de 481 pages (ill. 3)32 ; la page de titre comporte un titre encadré par un frontispice monumental (malgré la taille de l’ouvrage), qui représente la Vierge et l’Enfant Jésus au centre du fronton, avec le Pape agenouillé à sa gauche et le roi de France à sa droite, encadrés par deux statues de saints sur piédestal (on reconnaît saint Pierre à gauche). Comme l’indique la page de titre, le traducteur ne reprend pas la table des oraisons en tête du volume, mais la place à la fin. Il ne traduit pas l’épître originale, mais adresse une épître originale à « Madame Eleonor de Bourbon, abesse de Font Evraut » (fol. ã24). L’usage de bandeaux en haut de page (avant les épîtres liminaires : par exemple, fol. ã4v°-ã8r° : « Au lecteur chrétien », précédé d’un bandeau constitué de petits fleurons), et les lettrines initiales donnent un air quasi monumental à ces pages liminaires, malgré le petit format. La pagination commence à partir de l’Introduction pour les oraisons qui s’ensuivent, (p. 1-4)33, et les titres courants donnent le titre de l’oraison en cours : l’ouvrage est donc clair et maniable (ill. 4), et il implique la même lecture continue que l’original espagnol (bloc de texte continu, très peu d’alinéas).

3. Padre Pedro de Ribadeneyra, Nouveau Manuel de prières, Rouen, Richard Lallemant, 1616, in-16 (Bibliothèque de la Sorbonne)

18Le format et la présentation du Traité de l’oraison et méditation de Pierre d’Alcantara sont similaires. La page de titre se présente ainsi :

  • 34 Il ne s’agit pas de « R. Gag », comme le note avec étonnement le catalogue imprimé de la B.N. (sou (...)

Traicté
DE L’ORAISON
et méditation.
Composé en Espagnol par Pierre d’Alcantara, Religieux de l’Ordre S. François, & nouvellement traduit par R.G., A.G.34.
[vignette : I.H.S.]
A Paris,
Chez la Vefve Guillaume de La Nouë
rue sainct Iacques, au nom
de iesus
1606

  • 35 Exemplaire consulté : B.N.F. D 48050, voir p. 18, 28, 38, 47, 54 ; p. 18, 28, 63 : le même grand V (...)
  • 36 Sur l’usage progressif de l’alinéa au XVIIe siècle, notamment dans la littérature spirituelle, voi (...)

19L’ouvrage comporte 264 pages (cahiers A12-L12) de 23 lignes/page ; il ne comporte pas de table des matières, mais l’usage du titre courant permet de se retrouver clairement au fil des pages : on lit en effet, sur la page de gauche : Traité de l’Oraison, puis, sur la page de droite, on trouve le titre du chapitre, et/ou le cas échéant, la précision du jour de la méditation (Et Medit. Pour le Lundy,... pour le Mardy, etc.). Le découpage en chapitres est très lisible, avec une première partie qui compte 12 chapitres (p. 8-210) et une deuxième partie (p. 211-263), intitulée De la dévotion, qui en compte 5 (malgré un titre courant récurrent et aberrant, p. 257 et 261 : « chapitre 6 »). Dans le troisième chapitre de la première partie, où l’on passe en revue les méditations selon les jours de la semaine, l’usage des lettrines (plus ou moins grandes selon la place) souligne le premier alinéa de chaque jour de la semaine35. Dans l’ensemble du texte, les alinéas36 sont réguliers et fréquents (1 à 2 par page) ; des lignes horizontales séparent les sous-parties des chapitres (notamment le découpage par jours). La maniabilité et la lisibilité, ainsi qu’un certain souci d’élégance, caractérisent donc cet ouvrage, conçu comme le compagnon quotidien de la méditation du dévot. L’absence de table dénote toutefois, comme pour les ouvrages précédents, une lecture continue, page après page, facilitée par les repères adressés au regard du lecteur (alinéas, lettrines, filets, titres courants).

  • 37 Exemplaire consulté : B.N.F. D 7458.

20En revanche, l’in-4° domine, nous l’avons dit, pour les ouvrages à teneur plus savante : c’est notamment le cas pour les traductions des livres de Luis de La Puente. Ainsi, La Guide Spirituelle, traduite par Gaultier et publiée en 1612 chez la veuve de Guillaume de La Noue37 se présente sous la forme d’un bel in-4° ; comme l’indique explicitement la page de titre, le découpage en quatre traités est précisé dès le recto de celle-ci. L’épître dédicatoire suit immédiatement (fol. a2), « A Madame la Marquise d’Ancre », avec une grande lettrine de 8 lignes à l’initiale ; le texte en est en italiques. La table des chapitres (fol. a3-a5 v°) est suivie de l’approbation des docteurs et de l’extrait du privilège du Roi (9 décembre 1611). La pagination commence à partir du cahier suivant (A) : épître « au lecteur » (p. 1), « prologue » (p. 2-6). L’ensemble fait 593 pages, chacune comportant 47 lignes (une colonne), et il est suivi d’une « table des principaux points qui sont contenus en ce livre » (non paginée, fol. Pp2,-Qq4v°). L’usage de bandeaux à l’initiale des chapitres (et de la table), les lettrines et un fleuron final en font un livre sobrement orné. Les chapitres sont nettement séparés par un filet horizontal et sont précédés d’un argument de quelques lignes (imprimé en italiques) ; les paragraphes sont numérotés et intitulés. Les alinéas correspondent aux articulations du discours (marquées par les liens logiques) et les références marginales identifient les textes cités et allégués en plein texte. Le savoir présent est donc nettement signalé et maîtrisé de manière visuelle, avant toute lecture détaillée et suivie, ce qui dénote un livre de consultation ponctuelle autant que de lecture suivie. Dans cette maîtrise globale, le rôle du titre courant est déterminant : ici, le titre du traité figure sur la page de gauche, et l’indication de l’ordre du traité et du chapitre en cours sur la page de droite. On lit, par exemple, aux pages 200-20 :

« De la lecture sacree & meditationi// Traicté second. Chap. III »

21La table des matières donne des entrées détaillées, qui contextualisent la référence ; par exemple, à l’entrée « adoration », on peut lire :

Adoration de Dieu. Combien elle est necessaire à l’entree de l’oraison, p. 60 ; en quoy consiste l’interieure, & comment elle se fait en esprit & verité, p. 62, & p. 401 : de l'adoration exterieure, p. 66.

22Une entrée comme Amour de Dieu occasionne trente-huit renvois (ce qui fait 41 lignes de texte !). La simple lecture de l’index donne ainsi toute une série de leçons de spiritualité, de « mots d’ordre » pour la méditation ; elle soutient à la fois la manipulation aisée du livre et la mémorisation des lieux importants.

  • 38 Exemplaire consulté : B.N.F. D 33218 : signatures a8-e4-A8-4Z8.

23La traduction du même texte par François de Rosset, parue la même année chez le libraire R. Foüet, présente des similitudes, même si le format est plus petit (in-8°) : l’ouvrage est pourvu d’un frontispice, la page de titre se présente sous forme d’argument38 ; la table détaillée des sommaires « contenus en ce livre » (fol. a8-e4) suit l’épître « au lecteur dévot » (fol.a3-a5v°), l’approbation et l’extrait du privilège (fol. a6-a7v° : 21 mars 1612). Le texte occupe les pages 1 à 1475 (faussement paginée 7415 !). Comme dans la traduction due à Gaultier, le texte est suivi d’une « table des principaux points contenus dans ce livre » (signalée par le titre courant : « table des matières », elle occupe tout le cahier 4A8).

24Le texte se présente sur 34 lignes par page ; les divisions du texte (présentées dans l’introduction) sont identiques à celles proposées par Gaultier. Les chapitres sont séparés nettement, par des bandeaux de fleurons, et des filets séparent les sections. Les sommaires sont imprimés en italiques, et les paragraphes sont numérotés ; on retrouve donc cette même maîtrise « visuelle » qui était instaurée dans l’édition in-4°. La régularité des alinéas, les lettrines placées à l’initiale des sections et des chapitres contribuent à cette lisibilité. De même, les références marginales (imprimées en italiques) sont facilement repérables ; dans le corps du texte, certaines citations sont imprimées elles aussi en italiques. Le travail typographique semble donc bien conçu comme un secours efficace au maniement de l’ouvrage, autant que comme un ornement élégant. Le titre courant demeure, cependant, beaucoup plus elliptique que dans l’édition due à Gaultier (on lit simplement en haut de page : « La Guide spirituelle »). L’in-8° remplit ici les mêmes fonctions que l’ in-4°, à quelques détails près : nous sommes nettement dans le cadre du livre savant, qui se consulte ponctuellement, à propos de telle ou telle question de spiritualité ou de direction de conscience.

  • 39 Exemplaire consulté : B.N.F. 16° D 2580 (3) ; signatures : a-e8 ; i2 ; A8-4 E8 ; 4 F2.

25Prenons un dernier exemple : celui d’une traduction de Louis de Grenade, encore due à Gaultier, que l’on peut comparer à une autre traduction du même auteur, due à Belleforest, et publiée une vingtaine d’années plus tôt. Le premier ouvrage contient les Œuvres spirituelles et dévotes du R.P.F. Louis de Grenade, parues à Paris, chez Jean Jost, en 163539 : le petit format (in-16) n’empêche pas un certain souci de l’ornementation : les pages liminaires sont ornées de bandeaux de fleurons (en tête de la page de l’épître dédicatoire, a2, en tête de la page qui contient l’approbation des docteurs, a4, et de celle qui contient l’extrait du privilège, a4v°). La première page de texte s’ouvre avec un bandeau de fleurs et une lettrine à l’initiale (ill. 4). Chaque page comporte 29 lignes ; le texte est imprimé en caractères moyens, très lisibles ; la mise en page très régulière et l’usage d’alinéas fréquents, la précision du titre courant (la page de gauche précise l’ordre du traité : « [Troisieme] traicté du Memorial // de la vie Chretienne ») permettent une manipulation aisée et un repérage facile dans le cours du texte. On trouve un bandeau en tête de chaque traité (il y en a sept en tout), et une lettrine ornée à l’initiale de chaque chapitre ; ceux-ci sont séparés par un filet horizontal, et sont dotés d’un titre précis. Les manchettes marginales sont rares, mais les références scripturaires sont indiquées régulièrement. Les longues citations sont imprimées en italiques dans le corps du texte. L’absence d’index dénote un usage direct du corps de l’ouvrage, et une lecture plus continue que celle supposée pour les ouvrages précédents. L’ornementation, même légère, et la discrétion du paratexte savant nous situent plutôt du côté du livre « mondain », qui correspond bien à la dévotion « aisée » qu’incarne la spiritualité jésuite dans la France des années 1620-1640.

4. Louis de Grenade, Œuvres spirituelles et dévotes, trad. René Gaultier, Paris, Jean Jost, 1635, in-16 (Bibliothèque nationale de France)

  • 40 Voir M. Simonin, Vivre de sa plume au XVIe siècle, ou la carrière de François de Belleforest, Genè (...)
  • 41 On notera une erreur, reproduite dans le texte : la table indique le début du chapitre IV, fol. 24 (...)

26Si on compare cette édition à celle d’un autre ouvrage du même Louis de Grenade, le Traité de l’Oraison et Méditation, édition tardive (ou réédition ?) d’une traduction de François de Belleforest (1530-1583), apparemment inédite avant 160840, on voit l’évolution du genre : le volume est in-80, le privilège date du 15 janvier 1585 (fol. i4v°) ; les pages liminaires (fol. a1[-8]-i4) contiennent l’épître dédicatoire (à Louis de Mainte-Terne, fol. a4-a5), l’avertissement au lecteur (a5v°-e4v°) et la table des chapitres (e5-e7) ; suivent une « exhortation du P. Bernard de Fresnede » (évêque de Cuenca) et un prologue et argument (fol. e8-i1). Le volume comporte 496 pages numérotées (a8-qqq6) et une table des matières non paginée (qqq7-sss8). L'épître est imprimée en italiques, et elle est précédée d’un bandeau, avec un titre centré, en cul-de-lampe, et une belle lettrine à l’initiale. L’avertissement est imprimé en caractères romains, avec un titre en italiques (précédé d’un bandeau) et une lettrine initiale. Le soin de la mise en page dénote le souci de donner à voir un texte élégant et séduisant : une grande lisibilité caractérise tout le volume. La table des chapitres (en romain, 33 lignes/page) est précédée d’un bandeau, le titre est centré en cul-de-lampe, et chaque section est présentée par un alinéa « négatif » (avec le n° de folio indiqué en bout de ligne, à droite). Le début de chapitre est indiqué, puis les numéros des paragraphes suivants à l’intérieur du chapitre41 ; notons que les pièces liminaires suivent précisément celles de l’original espagnol. L’usage alterné des caractères romains et de l’italique semble très concerté (les sous-titres se dégagent ainsi nettement du corps du texte) ; le corps du texte principal, en romain, comporte 33 lignes par page. L’usage de lettrines initiales, les citations mises en italiques, les références aux citations abrégées en marge (en romain), et les alinéas nombreux indiquent que le texte est construit typographiquement pour être suivi, repéré et relu avec aisance ; de nombreuses manchettes attirent l’attention sur les passages remarquables (par exemple, fol. 26, on lit « Belle similitude ») ; ces manchettes sont pour la plupart reprises dans l’index final (cf. par exemple, la mention de l'« humilité, vertu admirable », qui se lit, au fol. 31, et qu’on retrouve dans la table, fol. rrr6 r°, avec renvoi à la page « 22b »). Ici, la présence de nombreux éléments décoratifs (bandeaux, lettrines, etc.), qui sont aussi des points de repère précieux pour l’œil du lecteur, va de pair avec futilité pratique des éléments paratextuels : on demeure aux confins de la pratique savante et de la lecture mondaine.

27Cela doit attirer notre attention sur le fait que l’usage du livre « savant », même dans un contexte mondain, reste lié, sans aucun doute, au goût de la possession d’un « objet-livre » prestigieux, et élégant, dans la mesure où la pratique du livre, dans les premières décennies du XVIIe siècle, demeure la marque d’une valeur culturelle remarquable : le fait même d’accéder à la spiritualité par la voie « individuelle » de l’écrit est un indice du caractère exceptionnel de ce type de culture à l’orée du siècle « classique », et explique sans doute les réserves que la culture du Grand Siècle conservera constamment à l’égard des formes individuelles de spiritualité, jusqu’à la crise majeure du quiétisme, à la fin du siècle.

28Ces quelques exemples, qui font pressentir la nécessité d’une étude méthodique et à plus grande échelle, indiquent à la fois la parenté très nette de ces différents ouvrages entre eux, et les nuances qu’il faut apporter en revenant toujours à l’examen ponctuel d’éditions singulières : j’insisterai toutefois, pour conclure, sur cette parenté. Elle est sensible en effet du côté des traductions, ce qui n’étonne guère quand on constate la relative homogénéité des groupes de traducteurs, et la spécialisation de certains libraires dans ce domaine. Mais on peut déceler aussi une certaine parenté, malgré des cultures nationales différentes, du livre spirituel de la Contre Réforme, en Espagne, en France, aux Pays-Bas (cf. les éditions anversoises de Louis de Grenade)... L’étude de la circulation des modèles reste sans doute à faire.

29Cela explique enfin, en bonne part, la vigueur de ce qu’on a appelé, en France, le « Siècle des Saints », car s’il est vrai que ce travail intensif de traduction indique l’effort d’une élite éclairée pour rénover la spiritualité, il permet aussi de comprendre comment, au fil du siècle, les débats théologiques et spirituels pourront rencontrer tant d’échos dans le public « mondain » : la diversité des formats utilisés, la quantité des rééditions sont autant d’indices de la manière dont a pu se constituer la « compétence » du public, et permet de mieux saisir « l’horizon d’attente » des lecteurs auxquels s’adressera bientôt Pascal, et en général toute la production imprimée des jésuites et des jansénistes.

30Les historiens du livre nous ont appris à prendre en compte cette dimension essentielle de l’histoire culturelle : c’est donc en me reconnaissant leur modeste élève que je tiens, pour conclure, à les remercier de tout ce qu’ils nous ont appris à percevoir dans la matérialité de cet objet complexe.

Notes

1 Voir V. Martin, Le Gallicanisme et la réforme catholique (1563-1615), Paris, 1919.

2 C. Mazouer, éd., L’Age d’or de l’influence espagnole. La France et l’Espagne à l’époque d’Anne d’Autriche, 1615-1666, Mont-de-Marsan, Editions InterUniversitaires, 1991, notamment B. Chedozeau, « Influences espagnoles et jeux politico-religieux en France (1620-1650) », p. 395-399.

3 A. Cioranescu, Le Masque et le visage : du baroque espagnol au classicisme français, Genève, Droz, 1983.

4 H.-J. Martin, Livre, pouvoir et société à Paris au 17 e siècle, Genève, Droz, 1969, notamment p. 132-135.

5 S. François de Sales « Traité de L'Amour de Dieu » und seine spanischen Vorlaüfer, Cristobal de Fonseca, Diego de Estella, Luis de Granada, S. Teresa de Jesus und Juan de Jesus Maria, Wiesbaden, 1973, notamment p. 82-87, p. 94-96, avec un inventaire de traductions à l’échelle européenne.

6 A. Vermeylen, Sainte Thérèse en France au XVIIe siècle, 1600-1660, Louvain, 1958.

7 Sur le rôle déterminant de Jean de Brétigny (Jean de Quintanadueñas, 1556-1634), qui découvrit l’œuvre de la sainte lors de ses voyages en Espagne dès 1582, et qui couvrit en partie les frais de l’édition espagnole (1586), avant de l’introduire en France (à partir de 1593), voir Cioranescu, op. cit., p. 218-219.

8 Le Catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, P.U.F., 1971, p. 84 (Nouvelle Clio).

9 Ibid., p. 85.

10 Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France, I, L’Humansime dévot (1580-1660), Paris, Bloud et Gay, 1929, p. 218.

11 Port-Royal et l’Oratoire, « Chroniques de Port-Royal », Paris, Bibliothèque Mazarme, 2001, p. 9-12.

12 Comme le note Bremond, lorsqu’il fait l’éloge de la haute culture incarnée alors par la Sorbonne : « on parlait alors d’André Duval et de Gamache, comme nous parlions hier de Villemain et aujourd’hui de M. Bergson », ouv. cité, p. 222, note 1.

13 Cf. supra, n. 7.

14 Op. cit., p. 225.

15 Sur la physionomie intellectuelle de J. Baudoin, voir E. Bury, « Jean Baudoin (1584-1650), témoin de la culture baroque et pionnier du classicisme », XVIIe siècle, n° 216 (2002, 3), p. 393-396.

16 Sur la production « espagnole » de Baudoin, voir E. Bury, « Jean Baudoin, traducteur de l’espagnol », [in] L’Age d’or de l’influence espagnole..., cité supra, p. 53-63 ; cf., pour le domaine fictionnel, G. Hautcoeur : « Jean Baudoin traducteur des nouvelles espagnoles », XVIIe siècle, n° 216 (2002, 3), p. 433-444.

17 A. Cioranescu, Bibliographie de la littérature française du dix-septième siècle, Paris, C.N.R.S., 1965-1966, signale une autre traduction cette même année, du F. Angel Manrique, Laurea Evangelica (Barcelone, 1608) : Le laurier de L’Évangile... mis en français par J.B. Paris, E. Foucaut, 1612. In-8°, pièces limin., 564 p. (B.N.F. : 16° D 1091).

18 Primera Parte de las Postrimerías del Hombre, Madrid, L. Sanchez, 1603 : vol. Infol. de 6 ff. - 963 p. (A-4D6 ; 4E8 ; 4F-4L6).

19 H.-J. Martin, Histoire et pouvoirs de l’écrit, p. 290.

20 La Lice Chrestienne, ou l’Amphitheatre de la vie, et de la mort, Paris, E. Foucaut, 1612 (exemplaire consulté : B.N.F. D 5541).

21 9 ff. non pag. : al, p. de titre ; a2, « à la reine Régente » (2 ff.) ; a3, « au lecteur chrétien » ; [a4] approbation des docteurs ; e1-[e4] : table des chapitres (avec indication de fol. [sic]), 547 p., table des matières (8 ff. non pag Zzz2v°-Aaaa4.) ; signatures : A4 ; 2 A-2 Z4 ; 3 A-3Z4 ; 4 A4.

22 Il est donc possible que la traduction de Du Bosc ait déjà été publiée dès 1629, mais aucun exemplaire conservé ne l’atteste, à notre connaissance.

23 Outre les ouvrages déjà cités d’A. Cioranescu et de H.-J Martin, cf. J. Simon, Bibliografía de Literatura Hispanica, à l’article « Avendaño » (VI, n° 1308-1369).

24 Il s’agit d’une des 37 éditions françaises que L. Aubineau signalait dans ses Notices littéraires de 1859 (p. 256-277 : « Le P. de Ribadeneira et les traducteurs français de la Fleur des Saints »).

25 A. Cioranescu, Le Masque..., p. 218-219 : « La patente royale de fondation du premier couvent fut enregistrée au Parlement de Paris le premier octobre 1602 : pour établir ce couvent, René Gaultier fit deux voyages en Espagne : c’est au cours de son second voyage (1604) qu’il connut Ribadeneira et qu’il revint en France avec le Flos Sanctorum, qu’il devait traduire. »

26 Voir A. Cioranescu, Le Masque..., p. 216-217.

27 Ibid., p. 216 ; l’auteur signale que la première édition connue de cette traduction date de 1609, et il rappelle ensuite l’histoire complexe des rééditions et des augmentations de cette œuvre.

28 Sur la valeur des formats, voir H.-J. Martin, Histoire et pouvoirs de l’écrit, op. cit., p. 290-292.

29 Le Masque et Le visage..., p. 213 : « Durant le XVIIe siècle, on compte en France 210 éditions de Luis de Granada, 109 de sainte Thérèse, 101 de Luis de La Puente, 81 de Ribadeneira. »

30 Nous avons consulté l’exemplaire de la B.N.F. : D 50472. Manual de Oraciones, para el Uso y aprovechamiento de La gente devota. Escrito por el Padre Pedro de Ribadeneyra de la Compaña de Iesus, Año IHS 1611. Con Privilegio. Madrid. En la Imprenta Real. ; Cahiers *-**8-¶-¶¶8 ; A-Yy8 [manque le dernier feuillet] in-16 : 32 ff. non pag., 359 feuillets foliotés (1-359).

31 Nouveau Manuel de Prières..., Rouen, Richard Lallemant, 1616 : exemplaire consulté, B.N.F. D 50474.

32 ã8-A-T12-V6-X4 : [16 p. non paginées]-465 p.-table [10 p.]. Achevé d’imprimer : 21 mars 1616.

33 Cf. l’édition de Madrid, 1611, fol. 1-4.

34 Il ne s’agit pas de « R. Gag », comme le note avec étonnement le catalogue imprimé de la B.N. (souligné par [sic]), repris dans OPALE PLUS, mais bien de René Gaultier, Avocat Général : « R. G. A. G ».

35 Exemplaire consulté : B.N.F. D 48050, voir p. 18, 28, 38, 47, 54 ; p. 18, 28, 63 : le même grand Vorné, initiale de « vous » (« vous penserez... ») ; p. 54 : un V plus petit (cf. p. 97).

36 Sur l’usage progressif de l’alinéa au XVIIe siècle, notamment dans la littérature spirituelle, voir H.-J. Martin, Le livre français sous l’Ancien Régime, Paris, Promodis, 1990, p. 255-256.

37 Exemplaire consulté : B.N.F. D 7458.

38 Exemplaire consulté : B.N.F. D 33218 : signatures a8-e4-A8-4Z8.

39 Exemplaire consulté : B.N.F. 16° D 2580 (3) ; signatures : a-e8 ; i2 ; A8-4 E8 ; 4 F2.

40 Voir M. Simonin, Vivre de sa plume au XVIe siècle, ou la carrière de François de Belleforest, Genève, Droz, 1992 (« Travaux d’Humanisme et de Renaissance », 268).

41 On notera une erreur, reproduite dans le texte : la table indique le début du chapitre IV, fol. 247 et fol. 276 : la première mention renvoie en fait au chap. III.

Table des illustrations

Légende 1. Pedro de Oña, Las Postrimerías del Hombre, Madrid, 1603, 2° (Bibliothèque nationale de France)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende 2. Pedro de Oña, [Las Postrimerías del Hombre, trad. par Jean Baudouin sous le titre de] La Lice chrestienne ou l’Amphithéatre de la vie et de la mort, Paris, 1612, 4° (Bibliothèque nationale de France)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende 3. Padre Pedro de Ribadeneyra, Nouveau Manuel de prières, Rouen, Richard Lallemant, 1616, in-16 (Bibliothèque de la Sorbonne)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende 4. Louis de Grenade, Œuvres spirituelles et dévotes, trad. René Gaultier, Paris, Jean Jost, 1635, in-16 (Bibliothèque nationale de France)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search