Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en page du livre religieux (XIIIe-XXe siècle)

 | 
Annie Charon
, 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet

Mise en page et mise en texte dans les manuscrits de la Somme le Roi

Anne-Françoise Leurquin-Labie

Texte intégral

  • 1 Album de manuscrits français du XIIIe siècle. Mise en page et mise en texte, par M. Careri, F. Fery (...)

1L’enquête que je présente ici est un prolongement du travail mené depuis plusieurs années par la Section Romane de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, travail qui vient d’aboutir à la publication d’un Album consacré à la mise en page et la mise en texte de manuscrits français du XIIIe siècle1. En commençant ce travail, nous nous demandions si la diversification des textes romans et des genres littéraires se reflétait dans leur présentation matérielle, et comment. L’analyse de trois des plus anciennes copies de la Somme le Roi dégageait deux particularités de ce texte par rapport aux autres manuscrits présentés dans l'Album : un respect de la structure du texte inhabituel pour une œuvre en langue vernaculaire et une certaine régularité du format et de la mise en page, qui laissait pressentir une sorte de mise en page type. J’ai donc voulu étendre l’enquête aux autres copies de l’œuvre, pour contrôler cette hypothèse. Les chiffres, résultat de l’analyse d’environ quatre-vingts manuscrits de la Somme le Roi, confirment l’impression d’un modèle de mise en page, auquel se plient la plupart des copies anciennes, et dégagent les grandes lignes d’une évolution chronologique. Un deuxième volet de cette étude, consacré à la structure et au découpage du texte lui-même, ainsi qu’à la manière dont ces éléments sont mis en valeur visuellement, montre les modèles qui influent sur la Somme le Roi.

  • 2 Edition critique en préparation, par Édith Brayer, avec la collaboration d’Anne-Françoise Labie-Leu (...)
  • 3 Dans environ un tiers des manuscrits, la Somme le Roi est copiée seule. Dans les autres cas, on la (...)
  • 4 Mise à part l’exceptionnelle diffusion du Roman de la Rose, peu de textes atteignent, comme la Somm (...)

2La Somme le Roi2 est un manuel d’instruction morale et religieuse à l’usage des laïcs, rédigé à la requête du roi Philippe III le Hardi par son confesseur le frère dominicain Laurent. L’ouvrage, achevé en 1280 et intitulé plus tard seulement Somme le Roi, a connu un immense succès : des différentes versions qui en ont circulé, on a conservé plus de cent manuscrits ou fragments3, ce qui classe l’œuvre de frère Laurent parmi les « best-sellers » de la langue d’oïl au Moyen Age, même si on est loin des trois cents manuscrits du Roman de la Rose4. Et c’est sans compter les manuscrits disparus, notamment l’exemplaire de dédicace au Roi.

  • 5 Huitième branche d’avarice, chapitre 36, § 184 ss.

3Pourquoi la Somme le Roi a-t-elle eu tant de succès ? Certes, le parrainage du Roi lui a conféré un caractère presque officiel et en a assuré la promotion à la Cour. Mais la diversité des manuscrits et l’existence de nombreux exemplaires très simples montrent que l’entourage du Roi n’est pas le seul à avoir lu cet ouvrage. La vraie raison du succès est dans le texte lui-même : simple, clair, très pédagogique, il fourmille de conseils appropriés à la situation des laïcs. L’essentiel de l’ouvrage est constitué d’un traité des vices et des vertus. Frère Laurent a voulu écrire un manuel pour faciliter l’examen de conscience du pénitent avant la confession, mais aussi un guide pour la vie quotidienne. Il engage le lecteur à la pratique d’une bonne vie chrétienne, en lui indiquant comment fuir les vices et pratiquer les vertus dans son état laïque, voire dans son métier. Ainsi, dans le chapitre consacré à l’avarice, une des branches, adressée aux commerçants, condamne la tricherie sur les poids et mesures ou la tromperie sur la marchandise5. Laurent y fustige notamment le tavernier qui remplit les chopes de mousse, le drapier qui présente ses tissus dans une échoppe mal éclairée, le scribe qui vend un modèle d’écriture et en copie un plus facile sur les pages suivantes.

CARACTERISTIQUES DES MANUSCRITS

  • 6 Les informations que j’ai pu regrouper ne sont pas toujours exhaustives. Selon que j’ai eu les volu (...)

4Une étude de quatre-vingts manuscrits de la Somme le Roi antérieurs au XVIe siècle permet d’en dégager quelques caractéristiques et de discerner des évolutions. Les chiffres6, qui sont le résultat d’une analyse strictement matérielle, peuvent nous indiquer des tendances générales. Mais réduire des manuscrits médiévaux à une série de chiffres est un exercice aléatoire : parce que les datations sont presque toujours approximatives ; parce que les mesures peuvent varier d’un feuillet à l’autre ; parce que les dimensions actuelles des volumes ne sont plus celles d’origine lorsque les manuscrits ont été rognés pour des reliures successives. En outre, ce travail de dissection isole des composantes qui sont significatives ensemble. C’est donc avec prudence qu’on analysera les chiffres, et on se gardera d’établir une typologie trop systématique.

  • 7 Sous le titre « Somme des vices et des vertus » ; Paris, Antoine Vérard, non datée, datable entre o (...)

5Le succès de la Somme le Roi a-t-il été ponctuel ou durable ? Quatorze des manuscrits sont datés ou datables des vingt dernières années du XIIIe siècle, ou du tournant entre XIIIe et XIVe siècles. C’est dire si l’engouement a été immédiat et vif. Mais il ne s’est pas démenti par la suite : quarante et une copies datent du XIVe siècle et vingt-cinq du XVe. C’est donc un succès de longue durée que celui de la Somme le Roi, mais un succès qui prend fin avec le Moyen Age : je n’ai repéré qu’une seule édition au XVIe siècle7.

6Dans quel milieu la Somme a-t-elle été diffusée ? Les manuscrits sont de toutes origines, du volume de luxe très décoré (comme Londres, Brit. Libr. Add 54180 — enluminé par Honoré —, Reims, Bibl. mun. 570 et 571 ou Paris, Mazarine 870) à la copie la plus simple, juste ornée de rubriques monochromes (comme Douai, Bibl. mun. 455/2 ou Paris, Sainte-Geneviève 2897). Mais chaque période a sa tendance dominante, et une évolution se dessine au fil des siècles. Au XIIIe siècle, la proportion de copies de luxe est importante, et la Somme semble s’être répandue essentiellement dans les milieux de la Cour, dans l’ombre du parrainage royal. En revanche au XVe, les copies luxueuses se font rares et la proportion de manuscrits modestes est bien plus élevée. Cette évolution n’est d’ailleurs pas propre à la Somme le Roi ; elle correspond à un phénomène général et est liée au développement des copies exécutées par des non-professionnels.

  • 8 C. Bozzolo et E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Age. Trois essais de codicol (...)

7Comment se présentent ces manuscrits ? Leur mise en page évolue-telle aussi de façon plus ou moins sensible au fil des siècles ? Quel lien y a-t-il entre la mise en page et le luxe des copies ? Trois critères ont été pris en compte pour éclairer ces questions : les dimensions des manuscrits, le nombre de colonnes par page, le nombre de lignes par colonne. Voyons tout d’abord les dimensions. De façon générale, les manuscrits de la Somme le Roi sont de format moyen, plutôt petit. Selon les critères définis par C. Bozzolo et E. Ornato8, les deux tiers sont des volumes « petits » ou « petit-moyens » ; un tiers est de format « moyen-grand » ; aucun volume n’est « grand ». Si l’on tient compte de la seule hauteur, la moitié des soixante-douze manuscrits mesurés (soit trente-cinq) mesure moins de 25 cm ; parmi ceux-ci, quinze sont vraiment des volumes de poche, puisqu’ils n’atteignent même pas les 20 cm de hauteur. Vingt-neuf autres se situent entre 25 et 30 cm, et six seulement entre 30 et 32 cm. On est frappé également par la quasi-absence des copies du XIIIe siècle parmi les volumes de plus de 25 cm : trois seulement, Londres, Brit. Libr. Add. 28162, Paris, Bibl. nat. de France, fr. 938 et Chantilly, Musée Condé 684, respectivement de 253, 260 et 280 mm de hauteur. À l’inverse, un seul volume du XVe siècle mesure moins de 20 cm.

8On pourrait penser que les copies de luxe correspondent aux manuscrits de grand format, plus aptes à mettre en valeur la décoration. En fait, il n’en est rien. Il n’y a pas de lien entre les dimensions des volumes et leur luxe. Certains des plus petits exemplaires sont des copies de grand luxe, issues de l’entourage royal (Paris, Mazarine 870). Et si la taille des manuscrits augmente au fil des siècles, les grands volumes du XVe siècle sont dans leur majorité modestes et peu décorés.

9Le nombre de colonnes montre une évolution inverse. Aux XIIIe et XIVe siècles, les copies sur deux colonnes prédominent largement (deux tiers au XIIIe, trois quarts au XIVe siècle) ; mais la proportion s’inverse au XVe siècle (moins d’un tiers). C’est donc paradoxalement dans les plus petits volumes qu’on trouvera deux colonnes, dans les plus grands une seulement. Le nombre de lignes par page, quant à lui, a tendance à augmenter : neuf exemplaires du XIIIe siècle sur onze (soit 82 %) contiennent un maximum de 30 lignes par page ; la proportion est nettement plus faible pour les manuscrits du XIVe siècle (dix-huit volumes sur trente-sept, soit 49 %) et diminue encore au XVe, avec onze manuscrits sur vingt-cinq, soit 44 %. Il serait tentant de mettre en rapport l’augmentation des dimensions et celle du nombre de lignes écrites. Mais les chiffres montrent qu’il n’y a pas de lien systématique entre ces deux éléments. A nombre de lignes égal, des manuscrits présentent une grande différence de hauteur : ainsi, deux volumes de 26 lignes (Paris, Bibl. nat. de France, fr. 1824 et fr. 942) mesurent respectivement 163 et 235 mm, deux volumes de 30 lignes (Metz, Bibl. mun. 665 et Paris, Bibl. nat. de France, fr. 1040) 174 et 305 mm.

10On peut toutefois dégager, de façon très schématique, une progression générale, des manuscrits du XIIIe siècle, soignés, de petit format et à deux colonnes jusqu’aux copies du XVe siècle, plus simples, de plus grand format et à longues lignes.

  • 9 Chiffre donné à partir de quatre-vingt-deux manuscrits, du Lancelot en prose, par Geneviève Hasenoh (...)
  • 10 « Per una tipología dei manoscritti epici », dans L’épopée médiévale. Actes du congrès, de la Socié (...)
  • 11 Les critères sont ceux de C. Bozzolo et E. Ornato, cf. supra note 8.

11Lorsqu’on resserre l’analyse autour des copies de la fin du XIIIe siècle ou du tournant entre XIIIe et XIVe siècles, les chiffres sont plus parlants encore : 60 % ont en commun d’être des volumes de moins de 25 cm de hauteur, copiés sur deux colonnes de 30 lignes maximum. Comparons avec d’autres genres littéraires : le décalage est complet avec les manuscrits de romans arthuriens de la même époque, qui mesurent tous plus de 30 cm (36 cm de hauteur moyenne pour les manuscrits du Lancelot en prose9) et contiennent généralement autour de 40 lignes par page, mais parfois jusqu’à 60 lignes. En revanche, on peut rapprocher ces données de la typologie des manuscrits épiques établie par Maria Careri10. Elle dégage deux regroupements principaux, mettant en rapport nombre de lignes et dimensions du volume (hauteur + largeur) : « moyens-grands » manuscrits (491 à 670 mm) à deux colonnes d’environ 40 lignes et « petits » manuscrits11 de moins de 32 cm, copiés sur deux colonnes d’environ 30 lignes. Ce second groupe correspond, grosso modo, au modèle des copies de la Somme le Roi, même si ces dernières sont de dimensions légèrement supérieures aux manuscrits épiques, réputés de petit format.

  • 12 Op. cit.,. p. XVIII-XXIII. Cette fonctionnalité était déjà évoquée par Geneviève Hasenohr dans Mise (...)
  • 13 Ce volumineux recueil arthurien de la seconde moitié du XIIIe siècle alterne, dans une même justifi (...)

12L'Album de manuscrits français du XIIIe siècle12 a souligné la fonctionnalité des choix de mise en page. Le nombre de colonnes est lié à la fois aux dimensions du volume et à la forme du texte : ainsi, dans le ms. 472 du Musée Condé à Chantilly13, les octosyllabes sont copiés sur trois colonnes, la prose sur deux seulement. La présentation de la prose à deux colonnes permet d’améliorer la lisibilité en coupant des lignes trop longues. En revanche, lorsqu’elle isole des séquences trop courtes, elle risque d’entraver la lecture et la compréhension ; aussi les copistes l’évitent-ils en général en ce cas. Les plus petits exemplaires de la Somme le Roi ne semblent pas répondre à ces soucis fonctionnels. La justification est particulièrement étriquée (76 mm dans le manuscrit Bibl. nat. de France, fr. 1824 ou 84 mm pour le manuscrit Sainte-Geneviève 2898), et l’étroitesse des colonnes (à peine plus de 30 mm dans le manuscrit Bibl. nat. de France, fr. 1824) morcelle le texte, d’autant plus que le module d’écriture n’est pas spécialement petit (2 mm pour la panse des lettres). Pourtant les copistes n’abrègent pas de façon drastique, et limitent les coupures en fin de ligne (toutes les quatre ou cinq lignes seulement dans Bibl. nat. de France, fr. 1824 et Mazarine 870). Le résultat est qu’il n’y a que cinq à sept syllabes par ligne, ce qui hache le texte et gêne considérablement la lecture. Pourquoi alors adopter si massivement ce schéma à deux colonnes, mal adapté au format des petits volumes ? Cela pourrait correspondre à une sorte de mise en page type de la Somme le Roi au XIIIe siècle. L’étude de la structure et du découpage du texte lui-même, et plus spécialement de la manière dont les divisions du texte sont mises en valeur visuellement, apporte des éléments d’explication, en montrant les influences qui s’exercent sur la Somme le Roi.

LE TEXTE ET SA STRUCTURE

13La Somme le Roi se compose de cinq traités. Les deux premiers, très brefs, sont des explications du Pater et du Credo. Les trois suivants, beaucoup plus développés, constituent un traité des vices et des vertus.

14Le discours de frère Laurent est très clair. Il témoigne même d’un esprit parfaitement méthodique. Laurent organise sa matière, la subdivise, la numérote. Usant d’un vocabulaire végétal, il construit, comme le montre ce schéma de l’architecture de la Somme le Roi, toute une arborescence de troncs, branches, rameaux (deux niveaux que frère Laurent appelle indifféremment branchetes, rainsiaux ou rainselez) et feuilles, qui se poursuit au-delà du cadre de ce tableau, car certaines subdivisions sont elles-mêmes divisées.

  • 14 Dans ce traité, les subdivisions fonctionnent toutes sur le chiffre sept, chiffre sacré, union de D (...)

Traité

Chapitre

Titres

Subdivisions

1

Les 10 commandements

10, correspondant aux commandements

2

Les 12 articles de la foi

12, correspondant aux articles du Credo

3

Traité des vices

3.1

Des 7 péchés mortels

3.2

Orgueil

7 rameaux : Déloyauté (3 ramifications), Dépit, Arrogance, Ambition, Vaine Gloire, Hypocrisie, Folle vergogne

3.3

Envie

3 branches : envie de cœur, de bouche, en œuvre

3.4

Ire

4 branches : colère contre soi, contre Dieu, contre sa maisnie, contre son prochain (7 rameaux)

3.5

Acédie

3 branches de 6 rameaux chacune : Mauvais commencement, Mauvais amendement, Mauvaise fin (en tout 18 rameaux)

3.6

Avarice

10 branches : Usure (7 manières), Larcin (4 larrons), Rapine, Chalonge (mauvais procès, 7 manières), Sacrilège, Simonie, Malignité, Avarice des marchands, Mauvais métiers, Mauvais jeux

3.7

Luxure

2 branches : luxure de cœur (5 rameaux), luxure de corps (14 rameaux selon la condition sociale des pécheurs)

Péchés de bouche, subdivisés en :

3.8

Gourmandise

5 branches : Manger avant l’heure, sans mesure (huit régimes de vie sont examinés), trop ardemment, trop noblement ; curiosité des gourmands

3.9

Péchés de langue

10 branches, chacune subdivisée en

7 : Paroles oiseuses, Vantardise, Losenge (flatterie), Détraction, Mensonge, Parjure, Content (querelle), Murmure, Rébellion, Blasphème

4

Éloge de la vertu

4.0

Apprendre à bien mourir

4.1

Apprendre à haïr péché

4.2

Apprendre à bien faire

4.3

Comment on vient à bonne vie

4.4

Les petits biens

4.5

Les moyens biens

4.6

Le vrai bien

4.7

Les biens honorables

6 biens honorables

4.8

Les biens profitables

4.9

Les biens délectables

2 manières

5

Traité des vertus14

5.0

Le jardin des vertus

7 branches de l’arbre, 7 ruisseaux de la fontaine, 7 pucelles qui y puisent

5.1

La Patenôtre

7 pétitions de la Patenôtre

5.2

Les 7 dons du Saint Esprit

7 vertus dans lesquelles on progresse en 7 étapes ; 7 branches ou manières où chaque vertu se montre

15Cette arborescence rigoureuse risquait d’être un peu complexe pour des lecteurs laïcs, plus habitués aux romans et aux fabliaux qu’aux traités théologiques. Or, Laurent ne veut pas perdre ses lecteurs en route. Il les guide donc pas à pas. Impossible de s’égarer dans ses développements, tant il met de conscience à toujours informer son lecteur — par son discours ou par des titres systématiques — de l’endroit où il se trouve, dans telle branche de telle vertu ou de tel vice, et de ce qui va suivre.

16Les deux exemples qui suivent, choisis dans le traité des vices, témoignent de la pédagogie de frère Laurent. Le premier est extrait du chapitre 32 sur le péché d’orgueil :

17 Li premiers chiez de la beste est Orgueuz, li seconz est Envie, li tierz Ire, li quarz Peresce, [……] Dont chescuns de ces sept se devise en mout de parties.

  • Et premierement dirons du pechié d’Orgueil, car ce fu li premiers pechiez.. Ici vient un commentaire général sur l’orgueil.

    • Des branches d’orgueil. Cist pechiez se devise et s’espant en tant de parties que a paines les porroit l’en nombrer. Mes sept principaus parties i a qui sont ausint comme sept branches qui issent et nessent d’une mauvese racine. Dont la premiere branche d’orguil est Desloiautez, la seconde est Despiz, la tierce est Seurquidance [……] mes chescune de ces sept branches a mout de petiz rainselez.

    • La premiere branche. La premiere branche d’orgueil qui est desloiautez se devise en trois branchetes, dont la premiere est mauvese, la seconde pire, la tierce est tres pesme ; l’une est vilenie, l’autre forsenerie, La tierce renoierie.

    • Vilenie generaument est en touz pechiez...

    • La seconde branche. La seconde branche qui est de desloiauté, qui nest d’orgueil, est forsenerie...

18Une semblable structure en cascade articule la plupart des chapitres. Ainsi, le chapitre consacré aux péchés de langue (chapitre 39) est introduit par un titre « Dou pechié de langue ». Quelques lignes d’introduction s’achèvent sur l’annonce des branches qui seront traitées : « nous moustrerons dis branches chevetaines qui de cest arbre nessent, et ces dis branches pouons nous ainsinc nomer : oiseuses, vantance, losenge, detraccion, mençonges, parjuremenz, contenz, murmure, rebellion, blaspheme ». Chacune de ces branches s’ouvre sur un titre, suivi d’une brève définition et de l’annonce des subdivisions, qui sont elles-mêmes présentées sans ambiguïté.

19Dou pechié de contenz. Ceste branche se devise en sept rainselez dont li premiers est estriver, li seconz tencier, li tierz ledengier, li quarz maudire, li quinz reproiche et reprover, li sisiesmes menacier, li septiesmes descorde souciter.

  • Et quant il commencent a estriver...

  • Tençons est quant il se desmentent...

  • Aprés ce viennent les ledenges : c’est quant...

  • Après viennent les maudiçons, c’est quant...

20Après avoir commenté les sept rameaux du péché de content, frère Laurent aborde la branche suivante :

21 De murmure. Souvent le veons avenir que cil qui n’ose respondre ne tender, que il commence a murmurer entre ses denz et grondir ; pour ce, aprés le tender metons nous le pechié de murmure... Cist pechiez si a deus branches, que li uns murmure contre Dieu, li autres contre homme.

  • Contre homme regne cist pechiez en mout de manieres, comme...

  • 15 Cf. Album..., op. cit., p. 125 et 133, notices des manuscrits Paris, Bibl. nat. de France, fr. 342 (...)

22Le lecteur, dès qu’il ouvre un manuscrit de la Somme le Roi, avant même d’aborder la lecture, en perçoit à l’œil l’architecture. En effet, des éléments décoratifs — lettrines de diverses tailles et pieds-de-mouche — viennent souligner visuellement les articulations du discours. Le repérage dans le texte est facilité par cette double pédagogie du sens et de la vue, qu’emploient, à des degrés différents, tous les manuscrits, des plus proches de frère Laurent aux plus tardifs. Mais mettent-ils tous en valeur les mêmes éléments ? Construisent-ils tous une architecture identique ? La question n’est pas absurde. Le copiste de textes vernaculaires jouit d’une certaine liberté, tant dans le découpage du texte que dans des variantes textuelles. Ainsi, si l’on compare plusieurs manuscrits du Lancelot en prose, on constate que les débuts de chapitres et même ceux des principales charnières du roman, soulignées par des miniatures, ne coïncident pas toujours15.

23Or, tous les manuscrits de la Somme le Roi, quels que soient leur date, leur origine, leur format et leur luxe, respectent la structure et les articulations mises en place par frère Laurent, et les soulignent peu ou prou par des éléments décoratifs. Cependant les moyens mis en œuvre — et en particulier le nombre de niveaux hiérarchiques et leur ornementation — varient bien évidemment selon la richesse des manuscrits. Si l’architecture est identique, le vocabulaire décoratif est multiple.

  • 16 Toutefois, je me garderais d’affirmer que ce cas n’existe pas, car je n’ai pas examiné tous les exe (...)

24Les exemplaires les plus soignés ou les plus luxueux marquent par quatre éléments d’importance dégressive les quatre niveaux de la structure du texte : le début de l’œuvre, celui des traités, celui des chapitres (3.1, 3.2, etc.), les subdivisions inférieures. Dans la grande majorité des manuscrits, les chapitres 5.2 à 5.9 du cinquième traité (les dons du saint Esprit) sont placés visuellement sur le même plan que les traités eux-mêmes. Parfois, les quatre niveaux décoratifs sont répartis différemment : le début de l’œuvre et celui des traités sont ornés de la même façon ; un deuxième niveau souligne le début des chapitres, un troisième celui des branches et des subdivisions principales à l’intérieur des chapitres, un quatrième, enfin, celui des subdivisions inférieures. Il y aurait donc place pour cinq niveaux hiérarchiques différents, mais aucun des vingt-cinq manuscrits dont j’ai étudié la structure décorative n’en présente plus de quatre16.

25Dans la plupart des manuscrits de luxe, les deux niveaux supérieurs associent une miniature en pleine page et une initiale de grand module — historiée, ornée ou simplement filigranée. Le troisième niveau est marqué par des lettrines d’un modèle moins riche, le dernier en général simplement par des pieds-de-mouche. Les manuscrits de Lille, Bibl. mun. 116, Londres, Brit. Libr. Add. 54180, Paris, Mazarine 870 et Arsenal 6329, Saint-Petersbourg F.v.XVII.I ou Valencia, Bibl. univ. 863 ont adopté ce modèle. Si l’utilisation de quatre motifs décoratifs différents est d’ordinaire l’apanage des copies de luxe de la Somme le Roi, on peut toutefois les trouver dans des manuscrits modestes, comme le ms. 264 de la Bibliothèque municipale d’Angers, dont la décoration simplement monochrome emploie des initiales filigranées de deux modules différents pour le début de l’œuvre et celui des traités, des initiales simples pour les chapitres et des pieds de mouche. Mais ce cas reste exceptionnel. Dans les manuscrits les plus pauvres, on ne trouve qu’un modèle de lettrine, qui souligne indifféremment toutes les divisions jusqu’aux branches, le niveau inférieur étant marqué par des pieds-de-mouche : c’est le cas des manuscrits 2897 et 2899 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, qui ne présentent que des initiales filigranées sur deux unités de réglure. Entre les deux extrêmes — quatre niveaux décoratifs très différenciés et un module unique — tous les cas de figure sont possibles : trois niveaux d’initiales qui ne se distinguent que par une légère différence de taille, comme dans Londres, Brit. Libr. Cotton Cleopatra A.V, deux types d’initiales (ornées et filigranées) dans Chantilly, Musée Condé 135, des initiales monochromes mais de deux tailles différentes dans le manuscrit de Chantilly, Musée Condé 134, le niveau inférieur étant, en outre, dans certains manuscrits, souligné par des pieds-de-mouche.

26Lorsqu’il est réduit à un seul modèle de lettrine, l’élément visuel ne permet plus au lecteur de repérer à quel niveau il se trouve dans l’architecture du texte, mais attire simplement son attention sur la présence à cet endroit d’une division, d’une articulation. Au texte alors — c’est-à-dire à l’éventuel titre rubriqué et à l’introduction de frère Laurent — de prendre le relais pour guider le lecteur.

LA MISE EN PAGE DE LA SOMME LE ROI ET LE MODÈLE DES SOMMES LATINES

27La construction très rigoureuse que frère Laurent donne à son manuel n’est pas sans rappeler les textes latins scolastiques et une autre Somme, la Somme théologique de Thomas d’Aquin. Frère Laurent n’est pas dominicain pour rien : il est évident qu’il est plus habitué à la théologie latine qu’aux livres profanes en langue vernaculaire. Il a été formé à la méthode scolastique de la divisio ; il est rompu au jeu des divisions, subdivisions, arguments et réfutations, introduits dans les recueils de Quaestiones et chez Thomas d’Aquin par les expressions stéréotypées Primo, secundo, respondeo, item, sed contra ou ad primum, ad secundum, etc.

28Un même esprit de système se reflète dans le découpage méthodique de la Somme le Roi. Mais le vocabulaire employé est différent. D’une part parce que les formules stéréotypées qui introduisent les subdivisions des traités latins ne suffiraient pas aux lecteurs laïcs de frère Laurent pour se repérer dans l’argumentation. Aussi Laurent décortique-t-il la structure, resituant chaque nouvel élément dans l’arborescence : La seconde branche qui est de desloiauté qui nest d’orgueil, est forsenerie ; la fureur est fille de déloyauté et petite-fille d’orgueil. Le vocabulaire est différent, d’autre part, parce que la pédagogie n’est pas la même : il n’est pas question ici de disputatio, de débat contradictoire ; il est question d’édification. Laurent construit une somme de savoir religieux à l’usage des laïcs. S’il utilise, tout comme les auteurs des Sommes latines, des mots récurrents pour matérialiser l’armature de son texte, ceux-ci numérotent les éléments de sa construction, en soulignent les raccords. Parmi les mots les plus fréquemment employés, figurent les termes de numération : on relève, dans la Somme le Roi, 106 occurrences de li premier, la premiere et 40 occurrences de premierement, 96 occurrences de li secons, la seconde. Le mot aprés revient 248 fois (aprés quant on..., après viennent..), pour introduire la branche, le rameau ou la feuille suivante d’un vice ou d’une vertu. Quant aux explications et aux exemples pratiques, ils sont annoncés par car (759 occurrences), et pour ce (112 fois), ainsi (90 cas) ou c’est a dire (88 fois). Les occurrences d’autres termes d’articulation sont négligeables, à l’exception de mes (160 fois), qui introduit un balancement ou une alternative, et de or (119 fois). C’est donc un vocabulaire tout aussi stéréotypé que celui des Sommes latines, et aussi systématique dans son usage, qu’emploie frère Laurent.

  • 17 Jean Châtillon, « Désarticulation et restructuration des textes à l’époque scolastique (XIe-XIIIe s (...)

29De même, le principe de souligner graphiquement les articulations est employé dans les manuscrits de la Somme théologique comme dans ceux de la Somme le Roi. Mais ici encore, le trait est plus appuyé pour les laïcs. Si les manuscrits de la Somme théologique marquent également les subdivisions des articles par des majuscules ou des signes conventionnels comme le pied-de-mouche, ceux-ci sont en général peu visibles — comme on peut le constater sur une page du manuscrit Paris, Bibl. nat. de France, lat. 15783, de la fin du XIIIe (cf. ill. 1). On peut, avec Jean Châtillon, penser que « le lecteur devait avoir quelque peine à en reconstruire l’armature et à en repérer toutes les articulations »17. Dans les manuscrits de la Somme le Roi — au moins dans ceux du XIIIe et du début du XIVe siècle — ces aides à la lecture sont très visibles, de plus grand format, bien dégagées par un léger espace, fréquemment relevées par un filigrane ou une bande d’I (cf. ill. 2, manuscrit Paris, Bibl. nat. de France, fr. 1824 et manuscrit Mazarine 870).

30Les méthodes — on le voit — sont les mêmes dans la Somme théologique et la Somme le Roi : annoncer dans le texte les articulations et les subdivisions ; les souligner par un élément visuel. Pourtant, le contraste entre les manuscrits est flagrant. C’est que chacun s’adapte à son public : la Somme théologique est destinée à la lecture personnelle et silencieuse, souvent une consultation de travail, de lettrés ; il importe pour eux d’embrasser d’un coup d’œil la plus grande portion possible de texte, pour sauter d’une division à l’autre. Les pages sont grandes et denses, donc copiées à deux colonnes, sur un grand nombre de lignes (50 dans le ms. Bibl. nat. de France, lat. 15783) et dans une écriture de petit module. A l’inverse, le public de la Somme le Roi est moins familier de l’écrit ; il pratique sans doute la lecture à haute voix, plus lente ; il n’est pas entraîné à la compréhension des traités théologiques. Il faut donc le guider tout au long du raisonnement : les mots d’articulation sont utiles, mais insuffisants, d’où l’annonce développée, systématique et répétée, très pédagogique, des subdivisions du texte. Il ne faut pas le noyer dans des pages trop compactes ou trop denses, d’où les petits formats, le petit nombre de lignes, l’abondance et la visibilité d’éléments graphiques et décoratifs qui permettent le repérage visuel des subdivisions. On pourrait évoquer l’image d’un puzzle et comparer la Somme théologique avec un puzzle de mille pièces, et la Somme le Roi avec un petit puzzle pour enfant : le principe d’emboîtage des pièces est identique, leur taille et la complexité du dessin sont différents. S’adressant à des débutants, le second doit être facile : les pièces sont plus grosses, leurs raccords plus visibles.

1. Somme théologique (Bibliothèque nationale de France, lat. 15783)
Dimensions : 328 x 229 mm
Justification : 229 X 154 mm

2. La Somme le Roi (Bibliothèque nationale de France, fr. 1824)
163 mm

  • 18 Geneviève Hasenohr, « Vers une nouvelle esthétique », dans Mise en page, mise en texte, op. cit., p (...)

31Ce sont autant de techniques pédagogiques adaptées au public visé, techniques que frère Laurent colle sur une structure scolastique. Cet héritage expliquerait en partie l’emploi des deux colonnes, si peu approprié aux exemplaires de poche du XIIIe siècle, et qui semble être une mise en page-type des plus anciennes copies de la Somme le Roi. Le choix de deux colonnes, en dépit des difficultés induites tant pour le copiste, qui doit jongler entre abréviations et coupures de mots, que pour l’utilisateur dont la lecture est hachée, serait une trace du projet de créer un modèle simplifié de Somme théologique, en quelque sorte une Somme pour débutants. Mais le modèle scolastique seul n’explique pas l’usage des deux colonnes. L’influence des goûts esthétiques du temps joue sans doute aussi : au début du XIVe siècle, il n’est pas rare de voir des copies de luxe de petit format d’œuvres en prose, dont les colonnes sont moins larges qu’une colonne standard préparée pour des octosyllabes18. À l’inverse, si, au XVe siècle, les copies modestes de la Somme le Roi sont écrites à longues lignes dans des volumes de format légèrement plus grand, c’est qu’elles sont souvent transcrites par des non-professionnels ; or, une mise en page à deux colonnes est plus difficile à mettre en œuvre parce qu’elle est plus contraignante.

32Ce sont donc plusieurs influences qui se conjuguent dans la Somme le Roi : la formation dominicaine de son auteur et l’esthétique du temps. Plusieurs éléments aussi peuvent concorder pour expliquer le respect inhabituel de la structure du texte : le rythme très marqué donné par frère Laurent, difficile à modifier sans transformer profondément la structure de l’œuvre ; le caractère relativement normatif de l’enseignement religieux (à un moindre degré, bien sûr, que la Bible ou le code législatif).

Notes

1 Album de manuscrits français du XIIIe siècle. Mise en page et mise en texte, par M. Careri, F. Fery-Hue, F. Gasparri, G. Hasenohr, G. Labory, S. Lefèvre, A.-F. Leurquin, C. Ruby, Rome, Viella, 2001. Voir, en particulier, les notices 45, 46 et 47 consacrées à trois manuscrits de la Somme le Roi : Paris, Mazarine 870, Bibl. nat. de France, fr. 1824 et Sainte-Geneviève 2899.

2 Edition critique en préparation, par Édith Brayer, avec la collaboration d’Anne-Françoise Labie-Leurquin, à paraître dans la collection de la S.A.T.F.

3 Dans environ un tiers des manuscrits, la Somme le Roi est copiée seule. Dans les autres cas, on la trouve surtout dans des recueils thématiques, moraux ou religieux, où elle côtoie des traités sur les vices, les tribulations de l’âme, des enseignements, des sermons, des vies de saints. Ce sont la plupart du temps des recueils de cinq ou six textes au maximum.

4 Mise à part l’exceptionnelle diffusion du Roman de la Rose, peu de textes atteignent, comme la Somme Le Roi, la centaine de témoins conservés : le Testament de Jean de Meun, la Bible historiale complétée, les Grandes chroniques de France, les Chroniques de Froissart. Viennent ensuite dans l’échelle des plus grands succès : Lancelot en prose et Tristan en prose (plus de 80 manuscrits.), suivis, avec plus de 60 manuscrits, par la quatrième traduction de la Consolation de Philosophie de Boèce, l’Arbre des batailles d’Honoré Bovet, le Livre de bonnes meurs de Jacques Legrand, le Trésor de Brunet Latin, l'Image du monde de Gossuin de Metz, Sidrac, la traduction par Nicolas de Gonesse et Simon de Hesdin des Facta et dicta memorabilia de Valère-Maxime, celle des Décades de Tite-Live par Pierre Bersuire, et celle du De casibus de Boccace par Laurent de Premierfait. Je remercie Frédéric Duval, qui prépare actuellement une anthologie des textes français les plus lus à la fin du Moyen Age, d’avoir bien voulu me communiquer ces chiffres.

5 Huitième branche d’avarice, chapitre 36, § 184 ss.

6 Les informations que j’ai pu regrouper ne sont pas toujours exhaustives. Selon que j’ai eu les volumes en main, que je les ai consultés sur microfilm ou que je n’ai pu travailler qu’à partir de la bibliographie, les données recueillies sont de type différent, ce qui explique les variations des chiffres totaux, sans influer sur les analyses.

7 Sous le titre « Somme des vices et des vertus » ; Paris, Antoine Vérard, non datée, datable entre octobre 1499 et juillet 1503, petit in-4°, caractères gothiques, 103 ff., 34 longues lignes par page ; cf. Brunet V, 436-437 et MacFarlane 151. Il en existe un exemplaire à la Bibliothèque nationale de France (Rés D 5007, n° L 66 du catalogue des incunables) et un à la Bibliothèque Mazarine (Rés. 12235). Pour sa part, Jean Dagens (Bibliographie chronologique de la littérature de spiritualité et de ses sources, 1501-1610, Paris, 1952) ne répertorie aucune édition de la Somme le Roi pour le XVIe siècle. Si l’impression de Vérard semble le seul exemple français, on connaît en revanche quatre éditions d’une traduction partielle en néerlandais : Delft 1481, Hasselt, 1481, Harlem 1484, s.l. 1481, cf. Brunet, ibid. La Bibliothèque nationale de France possède celle de 1484 (L67 du catalogue des incunables). Le chiffre de quatre éditions paraît disproportionné ; on est en droit de se demander s’il ne s’agit pas plutôt d’émissions visant à rajeunir des exemplaires invendus, ou — pour les trois éditions de 1481 — d’une édition partagée. Seul, l’examen d’exemplaires permettrait de résoudre cette question.

8 C. Bozzolo et E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Age. Trois essais de codicologie quantitative, Paris, 1980, p. 218. Sont appelés Petits les manuscrits de taille (hauteur + largeur) inférieure à 320 mm. ; Petit-moyens ceux de taille comprise entre 321 et 490 mm. ; Moyen-grands ceux compris entre 491 et 670 mm. ; Grands ceux de taille supérieure à 670 mm.

9 Chiffre donné à partir de quatre-vingt-deux manuscrits, du Lancelot en prose, par Geneviève Hasenohr, « Traductions et littérature en langue vulgaire », dans Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, H.-J. Martin et J. Vezin dir., Paris, 1990, p. 229-352, en particulier p. 265 et suiv.

10 « Per una tipología dei manoscritti epici », dans L’épopée médiévale. Actes du congrès, de la Société Rencesvals, 2001, Poitiers, 2002 (Collection Civilisation médiévale).

11 Les critères sont ceux de C. Bozzolo et E. Ornato, cf. supra note 8.

12 Op. cit.,. p. XVIII-XXIII. Cette fonctionnalité était déjà évoquée par Geneviève Hasenohr dans Mise en page, mise en texte, cf. supra note 9.

13 Ce volumineux recueil arthurien de la seconde moitié du XIIIe siècle alterne, dans une même justification, deux colonnes de prose de 72/73 mm de large et trois colonnes d’octosyllabes de 41 à 49 mm de large. Cf. Albam..., op. cit., p. 18-20.

14 Dans ce traité, les subdivisions fonctionnent toutes sur le chiffre sept, chiffre sacré, union de Dieu et de l’homme.

15 Cf. Album..., op. cit., p. 125 et 133, notices des manuscrits Paris, Bibl. nat. de France, fr. 342 et 344. A. Micha le notait également à propos, notamment, des manuscrits Bibl. nat. de France, fr. 342 et 1430, dans « Les manuscrits du Lancelot en prose », dans Romanía, t. 81, 1960, p. 145-187.

16 Toutefois, je me garderais d’affirmer que ce cas n’existe pas, car je n’ai pas examiné tous les exemplaires et parce que, par ailleurs, le début de l’œuvre a été mutilé dans plusieurs manuscrits.

17 Jean Châtillon, « Désarticulation et restructuration des textes à l’époque scolastique (XIe-XIIIe siècle) », dans La notion de paragraphe, textes réunis par R. Laufer, Paris, Éd. du C.N.R.S., 1985, p. 23-40, en particulier p. 38.

18 Geneviève Hasenohr, « Vers une nouvelle esthétique », dans Mise en page, mise en texte, op. cit., p. 349-352.

Table des illustrations

Légende 1. Somme théologique (Bibliothèque nationale de France, lat. 15783)Dimensions : 328 x 229 mmJustification : 229 X 154 mm
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende 2. La Somme le Roi (Bibliothèque nationale de France, fr. 1824)163 mm
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

Auteur

Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (C.N.R.S.).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

 
Mise en page des calendriers réformés (mi-XVIe - fin