Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mise en page du livre religieux (XIIIe-XXe siècle)

 | 
Annie Charon
, 
Isabelle Diu
, 
Élisabeth Parinet

Introduction. Cinq études sur les livres religieux

Pierre Petitmengin

Texte intégral

1En 1526 le fougueux dominicain alsacien Thomas Murner publie un de ses pamphlets les plus violents, Der lutherischen evangelischen Kirchen Dieb und Ketzer Kalender, un calendrier où figurent Judas, Luther, Mahomet, Néron et bien d’autres réprouvés. C’était la réponse à celui sorti des presses de Christoph Froschauer, où les saints avaient cédé la place à des figures de l’Ancien et du Nouveau Testament. La page de titre due à Holbein, en montrant les « papistes » en route vers les enfers, ne laissait aucun doute sur l’inspiration protestante de ce calendrier de combat. L’histoire des calendriers réformés genevois et français est moins flamboyante, mais tout aussi instructive. Elle constitue l’une des cinq « études de cas » réunies dans ce recueil, qui permet d’éclairer des aspects choisis de la production religieuse francophone, dans la longue durée (fin XIIIe-début XXe siècle). M. Engammare y montre le tournant survenu au milieu du XVIe siècle, quand paraissent le Booke of common prayer, le Calendarium historicum du luthérien Paul Eber, et l’Ephemeris historica imprimée à Genève par Jean Crespin : premier exemple du calendrier historial des Églises réformées, qui va paraître en français à partir des années 1560 et se maintenir jusqu’à la Révocation de l’Édit de Nantes. On découvre avec étonnement tout ce que peuvent nous apprendre ces modestes fascicules de 8 ou 16 pages : par leur typographie (où s’opposent les caractères romains et italiques), par leur contenu (biblique à Genève, il célèbre en France les grands moments de l’histoire de la Réforme), et par leurs prudences mêmes.

2Les autres études, elles aussi menées dans l’esprit du maître-ouvrage d’Henri-Jean Martin, La naissance du livre moderne, mise en page et mise en texte du livre français (XIVe-XVIIe siècles), Paris, 2000, expliquent comment un texte ou un type de texte s’est, si l’on peut dire, incarné dans des livres et dans leur mise en page. Elles reposent soit sur des dépouillements quasi exhaustifs — ainsi pour les manuscrits de la Somme le Roi, un des best-sellers de la littérature en langue d’oïl (A.-F. Leurquin), ou pour les innombrables catéchismes en images parus entre le Concordat et la Grande Guerre (I. Saint-Martin) — soit sur des prélèvements judicieusement effectués parmi les ouvrages des auteurs spirituels espagnols traduits dans la France baroque (E. Bury) ou les récits de conversion de protestants ou de libertins aux XVIIe et XVIIIe siècles (Y. Sordet). Chacun de ces types de texte a pour vocation de donner une « instruction religieuse », qu’il s’agisse de fournir aux laïcs un traité des vices et des vertus ; de satisfaire la soif de lectures spirituelles qu’avait fait naître le succès des œuvres de sainte Thérèse d’Avila et de saint Ignace de Loyola ; de justifier la réalité et l’authenticité de conversions dont le « récit véritable » doit entraîner de nouveaux retours à la foi catholique ; de promouvoir enfin un nouveau type d’enseignement par les yeux, où l’illustration séduira l’enfant et marquera de façon durable son imagination.

3Tous ces livres, qui ne sont point d’érudition, se prêtent à une lecture linéaire, et parfois sautillante. On peut feuilleter comme un album le Grand catéchisme en images de la Bonne Presse, ou butiner sans ordre préétabli les Fleurs des Vies des saints du P. de Ribadeneira. En revanche on est saisi et presque fasciné par la rhétorique typographique avec laquelle le P. Véron, sj, présente, comme autant de chapitres, les vrais motifs de la conversion à la religion catholique de tel illustre protestant. La meilleure synthèse entre l’argumentation et la mise en page, entre le discours et les repères visuels, est sans doute fournie par certains manuscrits de la Somme le Roi : la structure arborescente du traité, où vices et vertus se succèdent en cascade — de troncs en branches, en rameaux et en feuilles — est soulignée à la fois par une signalisation sans faille à l’intérieur du texte (où chaque niveau comporte titre, définition et annonce des subdivisions) et par des éléments décoratifs hiérarchisés ; initiales de grand module, lettrines et pieds de mouche. Ainsi le lecteur est-il assuré de ne pas se perdre dans la forêt de la vie morale.

4Les contributions rassemblées ici n’ont, heureusement, pas une telle structure scolastique. Par la variété de leurs thèmes et la diversité de leurs approches, leurs auteurs, aussi savants que pédagogues, savent captiver et instruire le lecteur et lui faire découvrir des terres inconnues. Lege lector, laetaberis.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540