Version classiqueVersion mobile

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Résumés

Texte intégral

Robert de Keysere, maître d’école gantois, imprimeur parisien ? par Alexandre VANAUTGAERDEN

1La figure de Robert de Keysere, maître d’école et imprimeur originaire de Gand, né en 1470, est mal connue. Il fut pourtant, pour le célèbre humaniste Erasme de Rotterdam, un « passeur de textes » essentiel. Les deux hommes se sont sans doute rencontrés à Paris à la fin du XVe siècle. En 1511, Erasme dédie à Robert de Keysere la Contio de puero Iesu : l’étude des circonstances de cette dédicace conduit à découvrir l’activité du prelum Caesarum, officine associée au nom de Robert de Keysere, à laquelle on doit au moins douze éditions entre 1511 et 1514 et qui fut sans doute le principal lieu de travail et de rencontres d’Erasme lors de son séjour parisien au printemps 1511. Parmi les quatre éditions auxquelles les noms d’Erasme et de Robert de Keysere sont étroitement associés – dont la Contio et le De ratione studii –, il faut accorder une place toute particulière à l’édition princeps d’un texte voué à une grande fortune : l’Encomium moriae.

Les presses badiennes au service des détracteurs d’Érasme et de Jacques Lefèvre d’Étaples : un revirement idéologique ? par Louise KATZ

2Si l’on connaît bien l’enthousiasme de Josse Bade pour les travaux exégétiques humanistes et l’amitié qu’il nourrit pour les représentants de l’humanisme évangélique, ses liens étroits avec l’université de Paris et son rôle dans la diffusion des œuvres des théologiens de la Sorbonne sont généralement relégués au second plan. L’année 1526, en particulier, semble marquer un tournant dans la politique éditoriale de Josse Bade, qui s’implique par ses publications dans la lutte contre le luthéranisme. Bade va même jusqu’à prendre explicitement parti dans ses préfaces contre les travaux exégétiques d’Érasme. Au-delà de la prudence dictée par le contexte ou des considérations économiques réelles, ces choix éditoriaux reposent donc bien sur une véritable motivation idéologique. Cependant, ce revirement idéologique est loin d’être entier : les liens avec les humanistes évangéliques ne sont nullement rompus et le ralliement supposé aux théologiens de la Sorbonne reste pour le moins frileux. Le « cas » Josse Bade est donc encore loin d’être élucidé.

Paul Manuce : les débuts d’un imprimeur humaniste, par Raphaële MOUREN

3En 1533, l’imprimerie créée en 1494 par Alde Manuce et Andrea Torresano recommence à imprimer, après quatre ans d’interruption consécutive à la mort d’Andrea. Les fils de ce dernier sont désormais associés aux enfants d’Alde Manuce, devenus adultes, et particulièrement à Paul Manuce. Celui-ci, plus intéressé par une carrière d’humaniste que par le métier d’imprimeur, se sent forcé de reprendre le flambeau familial, accusant les Torresani d’avoir jeté l’opprobre sur son nom. Il tente dès 1533 de concilier les deux sous le regard de son maître, Gian Battista Egnazio, et des humanistes de toute l’Europe qui, par lettres, suivent de près l’activité de l’imprimerie aldine. Il commence par imprimer deux œuvres dont il a lui-même établi le texte : Pétrarque et les Lettres familières de Cicéron.

Choix éditoriaux et curiosités littéraires al segno de la Regina, par Chiara LASTRAIOLI

4L’activité des imprimeurs-libraires Domenico et Pietro de’ Franceschi, dont l’atelier était situé à Venise, « in Frezzaria », al segno de la Regina, nécessite à ce jour quelques recherches supplémentaires. Originaires de Brescia, les de’ Franceschi appartenaient à une famille d’imprimeurs dont l’activité perdurera jusqu’aux premières décennies du XVIIe siècle. Leur politique éditoriale, essentiellement orientée vers la diffusion d’ouvrages en langue vernaculaire et parfois même en dialecte, a donné lieu à une production trop souvent désignée comme populaire, ce qui n’est pas toujours vrai. Leur catalogue compte aussi bien de nombreuses plaquettes à l’usage de lecteurs moyennement alphabétisés qu’un certain nombre d’ouvrages littéraires édités par des polygraphes de renom, ainsi que plusieurs textes à caractère dévotionnel. Tout en se démarquant de leur célèbre homonyme siennois résidant à Venise, Francesco de’ Franceschi, les imprimeurs de l’atelier al segno de la Regina deviennent les promoteurs d’une culture hybride et parfois même transgressive. Ainsi, si le célèbre Francesco se spécialise dans l’édition érudite en vulgaire, privilégiant les ouvrages historiques, techniques, musicaux et scientifiques, Domenico et Pietro deviendront les passeurs d’une culture qui contrefait les modèles littéraires par le biais de la déformation parodique et de l’altération linguistique.

De « ceux qui de leur pouvoir aydent et favorisent au publiq » : Guillaume Rouillé, libraire à Lyon, par Élise RAJCHENBACH-TELLER

5La carrière du libraire Guillaume Rouillé à Lyon (de 1543 à 1589) est particulièrement longue et prolifique. Elle s’appuie sur l’élaboration d’une triple image : celle d’un libraire passeur de textes, intermédiaire privilégié entre la France et l’Italie où il a fait son apprentissage ; celle de l’auteur du Promptuaire des medalles, dans son édition originale de 1553 mais surtout dans son remaniement de 1577, successeur et prolongateur de l’action des médecins et juristes humanistes des années 1540-1550 ; celle, enfin, en 1561, de traducteur à même de transmettre la sagesse antique, qui a lu dans le texte de Cicéron (!) son devoir de libraire. Rouillé apparaît ainsi comme un libraire qui sait allier la diffusion des textes humanistes à un sens commercial remarquable et qui ne manque pas de se présenter comme le meilleur pourvoyeur d’ouvrages de la place lyonnaise. Conscient du rôle de la réclame et de l’image, qu’il appelle et met en scène, Guillaume Rouillé sait se façonner un portrait protéiforme qui l’inscrit dans deux sphères aux intérêts souvent contradictoires – celle du libraire et celle des auteurs et traducteurs –, qu’il s’emploie à concilier.

Comment Jean de Tournes (n’)est (pas) devenu un imprimeur humaniste, par Michel JOURDE

6Alors que, de son vivant, l’imprimeur et libraire lyonnais Jean de Tournes était célébré pour son savoir-faire professionnel, il est parfois présenté aujourd’hui comme un humaniste. L’article étudie d’abord l’histoire de ce déplacement, en mettant l’accent sur quelques étapes importantes : l’élaboration et la publication de la Bibliographie des de Tournes par Alfred Cartier, la réception d’un mémoire d’histoire familiale rédigé au début du XIXe siècle par Samuel de Tournes-Cannac. Il montre ensuite que ce déplacement peut être lu comme une interprétation, anachronique, de la relation, faite de solidarités et de conflits, qu’entretint Jean de Tournes avec les savants humanistes.

Des presses humanistes au service du vernaculaire ? Le cas Vascosan (vers 1500-1577), par Michel MAGNIEN

7Michel de Vascosan imprime à Paris de 1532 à 1577, voilà une exceptionnelle longévité (quarante-cinq ans). À son catalogue, outre des centaines d’éditions de classiques grecs et latins, on découvre les noms de contemporains aussi illustres que Budé, Bourbon, Macrin, Scaliger, Peleder du Mans, Ronsard, Du Bellay, Amyot, Le Roy, Vigenère, dont il a souvent été le premier éditeur. Tout d’abord uniquement imprimeur et diffuseur de textes gréco-latins, il a, au tournant des années 1540, accompagné la défense et l’illustration de la langue française en proposant de plus en plus de traductions, voire d’ouvrages originaux en langue vulgaire, le grand symbole de cette entreprise demeurant Amyot. À la différence d’un Robert Estienne ou d’un Plantin, Vascosan symbolise, incarne même ce mouvement qui va permettre à la France de passer en deux générations d’une littérature se pratiquant avant tout en latin à une littérature en langue vulgaire. En humaniste lucide, non content d’accompagner, il encourage l’évolution culturelle et intellectuelle de son pays en lançant à partir de 1550 un vaste programme de traductions en français des grands textes de l’Antiquité, mais aussi d’œuvres originales en vernaculaire.

Le style typographique des ouvrages scientifiques imprimés par Michel de Vascosan, par Isabelle PANTIN

8Les impressions mathématiques et astronomiques de Michel de Vascosan sont très minoritaires dans sa production. Echelonnées entre 1550 et 1557, représentatives des tendances les plus novatrices de la discipline (la mise au point de manuels plus modernes, la construction d’instruments, les recherches sur Euclide), elles constituent cependant un véritable ensemble. Vascosan a notamment travaillé pour Oronce Fine, dans les dernières années de la carrière de celui-ci ; lors de cette collaboration avec le lecteur royal en mathématiques, qui était aussi graveur et très intéressé par la mise en page de ses livres, un équilibre a été trouvé entre les contraintes et les codes propres au texte scientifique et le style typographique de l’imprimeur.

Charles Estienne, un médecin pédagogue ou un courtisan masqué ? par Bénédicte BOUDOU

9Enfant terrible de la famille Estienne, frère de Robert et ami de Lazare de Baïf, Charles est un touche-à-tout. Médecin dès 1542, il multiplie les éditions pédagogiques (comme son Térence, annoté en français) et s’intéresse aux sciences naturelles. Après 1551, il reprend l’imprimerie de son frère Robert, exilé à Genève, et édite les œuvres qu’il avait préparées, tout en publiant de nombreux livres en français qui s’en démarquent profondément, tels que le Recueil des anciens jeux et La guide des chemins de France. Dans ses quelque deux cents publications se lit le désir de traduire, rassembler et illustrer : il lui importe de donner aux élèves les moyens de parler latin avec « les choses quotidiennes qui les entourent ». Sans se dire jamais auteur, Charles Estienne se veut un passeur de connaissances au service de la jeunesse comme des grands (Charles de Lorraine), susceptibles de protéger cet homme aventureux. Sans prétention, ses livres sont des chemins vers la contemplation de la nature.

« Pour ce qu’un bien caché [...] ne peult proffiter à personne », « j’ay prins d’aultruy la pierre et le ciment » : Gilles Corrozet, auteur et libraire, passeur de textes, par Magali VENE

10Gilles Corrozet (1510-1568) s’est fait connaître dès 1525 comme auteur avant de devenir libraire à partir de 1535, sans jamais abandonner l’écriture. L’analyse de sa première décennie d’activité et de certains aspects de sa production ultérieure montre cependant qu’il n’a pas été un « auteur entré en librairie » mais toujours un « libraire qui écrit ». Le catalogue de ses éditions s’est construit selon les logiques classiques de la librairie du Palais, mais ses curiosités et talents littéraires lui ont donné une acuité et une réactivité remarquables. Quatre domaines novateurs, où se sont mêlées ses éditions et ses œuvres, ont été étudiés : les livres d’emblèmes, les romans, les recueils de sentences et le néo-platonisme mondain. On y perçoit toujours un talent réel pour repérer les textes à adapter, une attention fine aux modes et à l’actualité littéraires, ainsi qu’une aptitude au renouvellement des formes éditoriales. Des qualités « commerciales » mises au service d’un sincère désir de transmission.

Pratiques d’atelier et corrections typographiques à Paris au XVIe siècle : l’édition des œuvres de saint Bernard par Charlotte Guillard, par Rémi JIMENES

11L’édition des œuvres de saint Bernard publiées en 1551 par Charlotte Guillard s’inscrit au cœur d’une véritable guerre éditoriale qui oppose l’atelier parisien du Soleil d’or au libraire vénitien Giovanni della Speranza. Cette relation de concurrence engendre une émulation savante pour la découverte de nouveaux textes qui viendront s’ajouter au corpus des œuvres de saint Bernard. S’appuyant sur la découverte d’un exemplaire entièrement constitué d’épreuves corrigées, cette étude entreprend d’analyser dans le détail le processus de composition et d’impression du livre. Travail de recherche ponctuel, portant sur un objet a priori limité, cette étude permet néanmoins de décrire les gestes de composition et de correction, et d’affiner ainsi notre connaissance des conditions concrètes d’exercice de l’imprimerie à Paris au milieu du XVIe siècle.

Pierre Ramus et André Wechel : un libraire au service d’un auteur, par Geneviève GUILLEMINOT-CHRETIEN

12Après avoir confié la publication de ses œuvres à plusieurs éditeurs du quartier de l’Université, essentiellement Jean Bogard, Mathieu David et Louis Grandin, Pierre Ramus, suivi par son entourage du collège de Presles, s’adresse à partir de 1555 à la maison d’édition des Wechel, à la réputation bien établie. André Wechel aura jusqu’en 1572 la quasi-exclusivité de l’œuvre de Ramus, qu’il couvre avec ses propres privilèges royaux. Il le suit dans ses expériences orthographiques et surtout respecte les distinctions « i » / « j » et « u » / « v » introduites par le grammairien. Wechel contribue à la diffusion à l’étranger des écrits de Ramus en apportant ses éditions aux foires de Francfort ou en les déposant chez Christophe Plantin à Anvers, et met à la disposition du principal du collège de Presles son propre réseau de relations dans le monde flamand et germanique, où il transporte habituellement courrier et argent et aide les voyageurs de toutes conditions. Ramus partage avec Hubert Languet, en mission diplomatique pour l’électeur de Saxe, et André Wechel une commune appartenance à la Réforme, à l’écart de l’orthodoxie genevoise. Après la Saint-Barthélemy, Wechel, installé à Francfort, reste en rapport avec les anciens amis de Ramus, dont il continue à publier les traités. Dans cet échange permanent entre auteur et libraire, il est impossible de dire qui a le plus servi l’autre.

Le livre imprimé humaniste en Anjou et en Bretagne aux XVe et XVIe siècles, par Malcolm WALSBY

13Quelle a été la place du livre imprimé humaniste dans les provinces de l’Anjou et de la Bretagne au XVIe siècle ? Comment obtenait-on des livres ? L’imprimerie s’établit dès les années 1480 dans les provinces de l’ouest de la France – et l’on dénombre pas moins de six lieux d’impressions d’incunables en Bretagne et en Anjou. Mais l’implantation des presses demeura fragile et, malgré la présence de deux universités et de trois villes importantes, ce furent les libraires, et non les imprimeurs, qui permirent aux textes humanistes d’être lus. De fait, les lecteurs de ces deux provinces durent se contenter des livres humanistes importés de Paris, de Rouen et de Lyon mais aussi d’autres villes européennes. Quels furent les effets de cet éloignement des centres d’imprimerie humaniste ? Cette étude examine les preuves fournies par les collections patrimoniales et les inventaires de livres et analyse les liens commerciaux entre les libraires de l’ouest de la France et ceux de Paris et Lyon, pour tenter de comprendre comment le livre humaniste put, malgré toutes ces contraintes, prendre une place non négligeable dans les collections des lecteurs bretons et angevins.

Les imprimeurs genevois du XVIe siècle et l’humanisme, par Jean-François GILMONT

14Parmi les imprimeurs qui publient des éditions humanistes, il faut distinguer l’« humaniste imprimeur », c’est-à-dire l’humaniste authentique qui imprime des écrits classiques dont il est capable d’établir le texte, et l’« imprimeur humaniste » qui diffuse des textes classiques plus par intérêt économique que par souci de leur valeur intellectuelle. À cet égard, Genève connaît un éminent humaniste imprimeur, Henri II Estienne. La liste des publications qu’il a mises au point, tantôt des opera omnia, tantôt des anthologies, est impressionante. Fille comprend des auteurs grecs et latins, des ouvrages poétiques, tragiques, historiques, philosophiques, juridiques et même médicaux. Henri Estienne est pratiquement le seul imprimeur genevois à s’être engagé aussi loin dans cette voie. Son père Robert Estienne est aussi un humaniste, mais durant son séjour au bord du lac Léman, il s’est principalement occupé de la diffusion de la Réforme avec, entre autres, des éditions critiques de la Bible latine et française. Jean Crespin occupe un rang inférieur : il n’a pas produit lui-même d’éditions critiques, mais il connaissait le grec et l’hébreu depuis ses études universitaires à Louvain. Ses éditions visent plutôt un public scolaire. Les autres imprimeurs genevois qui ont signé des éditions d’auteurs classiques se sont contentés de reprendre des publications de collègues français, allemands ou anversois. Il s’agit de simples imprimeurs humanistes. La Saint-Barthélemy a marqué à Genève la fin de l’ère glorieuse des ouvrages de propagande religieuse orientés vers le public de langue française. Désormais, Genève dispose d’une belle industrie typographique. Pour continuer à la faire tourner, il a fallu la réorienter en produisant d’autres types d’ouvrages. Des éditions humanistes susceptibles d’être diffusées en pays germaniques et ailleurs en Europe ont retenu l’attention des libraires à côté de textes juridiques, médicaux ou historiques. Ces imprimeurs genevois travaillent tantôt à leur propre compte tantôt pour des libraires lyonnais. Les principaux imprimeurs qui ont tenté des publications humanistes sont Eustache Vignon, Jacques Berjon, Pierre de Saint-André et Jacob Stoer. Les auteurs humanistes ayant séjourné plus ou moins longtemps à Genève sont rares. Quelques-uns ont fourni des copies aux imprimeurs du cru : François Portus, présent à Genève de 1562 à sa mort en 1581, Isaac Casaubon, professeur de grec de 1581 à 1596, et, enfin, Joseph-Juste Scaliger, qui y fit une brève halte de 1572 à 1574. Le vulgarisateur et polygraphe Simon Goulart a aussi préparé quelques copies de textes de l’Antiquité.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search