Version classiqueVersion mobile

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Les imprimeurs genevois du XVIe siècle et l’humanisme

Jean-François Gilmont

Résumé

Parmi les imprimeurs qui publient des éditions humanistes, il faut distinguer l’« humaniste imprimeur », c’est-à-dire l’humaniste authentique qui imprime des écrits classiques dont il est capable d’établir le texte, et l’« imprimeur humaniste » qui diffuse des textes classiques plus par intérêt économique que par souci de leur valeur intellectuelle. À cet égard, Genève connaît un éminent humaniste imprimeur, Henri II Estienne. La liste des publications qu’il a mises au point, tantôt des opera omnia, tantôt des anthologies, est impressionante. Fille comprend des auteurs grecs et latins, des ouvrages poétiques, tragiques, historiques, philosophiques, juridiques et même médicaux. Henri Estienne est pratiquement le seul imprimeur genevois à s’être engagé aussi loin dans cette voie. Son père Robert Estienne est aussi un humaniste, mais durant son séjour au bord du lac Léman, il s’est principalement occupé de la diffusion de la Réforme avec, entre autres, des éditions critiques de la Bible latine et française. Jean Crespin occupe un rang inférieur : il n’a pas produit lui-même d’éditions critiques, mais il connaissait le grec et l’hébreu depuis ses études universitaires à Louvain. Ses éditions visent plutôt un public scolaire. Les autres imprimeurs genevois qui ont signé des éditions d’auteurs classiques se sont contentés de reprendre des publications de collègues français, allemands ou anversois. Il s’agit de simples imprimeurs humanistes. La Saint-Barthélemy a marqué à Genève la fin de l’ère glorieuse des ouvrages de propagande religieuse orientés vers le public de langue française. Désormais, Genève dispose d’une belle industrie typographique. Pour continuer à la faire tourner, il a fallu la réorienter en produisant d’autres types d’ouvrages. Des éditions humanistes susceptibles d’être diffusées en pays germaniques et ailleurs en Europe ont retenu l’attention des libraires à côté de textes juridiques, médicaux ou historiques. Ces imprimeurs genevois travaillent tantôt à leur propre compte tantôt pour des libraires lyonnais. Les principaux imprimeurs qui ont tenté des publications humanistes sont Eustache Vignon, Jacques Berjon, Pierre de Saint-André et Jacob Stoer. Les auteurs humanistes ayant séjourné plus ou moins longtemps à Genève sont rares. Quelques-uns ont fourni des copies aux imprimeurs du cru : François Portus, présent à Genève de 1562 à sa mort en 1581, Isaac Casaubon, professeur de grec de 1581 à 1596, et, enfin, Joseph-Juste Scaliger, qui y fit une brève halte de 1572 à 1574. Le vulgarisateur et polygraphe Simon Goulart a aussi préparé quelques copies de textes de l’Antiquité.

Note de l’auteur

Dans cet article, les références à l’ouvrage La France des humanistes, t. II : Henri II Estienne, éditeur et écrivain, éd. Judit Kecskeméti, Bénédicte Boudou et Hélène Cazes, Turnhout, 2003 (Europa humanística) seront abrégées sous la forme « H. Estienne ». Les anciens ouvrages genevois seront cités par un renvoi à la base de données GLN15-16 (www.ville-ge.ch/bge/gln), signalant les ouvrages imprimés à Genève, Lausanne et Neuchâtel aux XVe et XVIe siècles. La référence sera abrégée par la mention « GLN », accompagnée d’un chiffre indiquant le numéro de la fiche. Elle apparaît entre parenthèses dans le texte ou est renvoyée en note quand elle est accompagnée d’autres références bibliographiques.

Texte intégral

1La distinction qui sert de fil rouge à cette communication est celle qu’Alexandre Vanautgaerden propose entre l’« humaniste imprimeur » et l’« imprimeur humaniste », entre l’imprimeur qui est un authentique humaniste et connaît bien la matière qu’il imprime et celui qui publie des textes dont il mesure sans doute la valeur intellectuelle, mais plus encore l’intérêt économique.

  • 1 Pour approfondir cette esquisse, je me permets de renvoyer à mon ouvrage : Le livre réformé au XVI(...)

2La situation de l’imprimerie genevoise au XVIe siècle est assez particulière. Jusqu’à l’arrivée de Farel à Genève et au passage de la cité lémanique à la Réforme, Genève est très marginale au point de vue typographique. Avec le passage à la Réforme et l’installation définitive de Calvin en 1541, l’imprimerie connaît une croissance d’abord lente puis, après 1550, extrêmement impressionnante. La production est entièrement orientée vers la propagande religieuse destinée aux pays francophones. Mais avec les guerres de religion, la situation change. D’une part les protestants français parviennent à se ménager quelques places fortes pour concurrencer la production genevoise. D’autre part, le conflit rend difficile la diffusion des imprimés. La Saint-Barthélemy constitue un coup fatal pour cette production religieuse de langue française. Les imprimeurs genevois se trouvent alors à la tête d’un outil bien huilé. Il leur faut donc trouver de nouveaux débouchés. Des imprimeurs se tournent alors vers l’humanisme, plus par opportunité que par goût personnel. Au moment de proposer le sujet de cette communication, je pensais que l’humanisme occupait une place prépondérante dans cette reconversion de l’imprimerie genevoise. Or les éditeurs genevois proposent aussi beaucoup de textes juridiques, médicaux, historiques et parfois de théologie scolastique1.

I. — HENRI ESTIENNE

  • 2 Voir H. Estienne.

3Si on limite le terme « humaniste » exclusivement à la culture classique, il n’y a qu’un seul imprimeur genevois qui mérite d’être cité, mais quel imprimeur ! 11 s’agit d’Henri II Estienne. Ce fin humaniste est obligé par le testament de son père de rester à Genève, subissant ainsi un carcan religieux trop pesant à son goût, car il n’est guère attiré par les publications religieuses. En début de carrière, il achève des travaux commencés par son père. Puis il se plonge dans la production d’ouvrages classiques dont il établit les textes. Le volume publié par l’Institut de recherche et d’histoire des textes permet de se faire une première idée de l’importance exceptionnelle de son travail2. Estienne cultive de multiples genres dans le domaine de l’humanisme. Tantôt il donne une version nouvelle, tantôt il choisit la version qui lui semble la meilleure en y ajoutant ses remarques.

  • 3 GLN, n° 2153 ; H. Estienne, n° 22.
  • 4 GLN, n° 2029, 2346 et 1565 ; H. Etienne, n° 8, 51 et 63.
  • 5 GLN, n° 2327, 3318 et 3375 ; H. Estienne, n° 44 et 150.

4Il accorde une place importante à la poésie tant grecque que latine. Il s’intéresse à la poésie lyrique avec Pindare en 15603. Il multiplie les éditions de tragédies grecques, celles d’Eschyle en 1557, un choix de tragédies en 1567 et celles de Sophocle en 15684. Il publie Homère une première fois dans l’anthologie des Poetae graeci heroici en 1566, puis dans une édition isolée de 15885.

  • 6 GLN, n° 2553, 2564 et 3023 ; H. Estienne, n° 97, 98 et 133.
  • 7 GLN, n° 1965, 2297, 2561 et 2572 ; H. Estienne, n° 5, 45 et 96.
  • 8 GLN, n° 2026, 2132, 3510, 2195, 2254, 2322, 24111, 2438, 2878,3470 et 3740 ; H. Estienne, n° 7, 19, (...)
  • 9 GLN n° 2890, 2217, 2343, 2402 et 3629 ; H. Estienne, n° 29, 58, 75, 165 et 124.
  • 10 GLN, n° 2041, 2215, 2405 et 2690 ; H. Estienne, n° 13,28 78 et 108.
  • 11 GLN dé, n° 2797 ; H. Estienne, n° 117.
  • 12 GLN, n° 2249 et 2340 ; H. Estienne, n° 35 et 50.
  • 13 GLN, n° 2030 ; H. Estienne, n° 11.
  • 14 GLN, n° 2434 et 2435 ; H. Estienne, n° 83 et 120 ; Hélène Gazes, « Le rameau et les couronnes. Deux (...)
  • 15 Martine Furno, « Doctrina vel disciplina. Tensions et évolutions des dictionnaires latins humanist (...)
  • 16 GLN, n° 5649 et 5727 ; H. Estienne, n° 134 et 136.

5Les poètes latins sont représentés par Horace et Virgile en 1574, ce dernier revu en 15836. Henri Estienne accorde aussi une place à la poésie religieuse avec des paraphrases des psaumes, en particulier celles de George Buchanan et de Théodore de Bèze : une édition collective en 1556, Buchanan en 1566, Jean de Serres en 1575 et Théodore de Bèze en 15767. Les historiens de l’Antiquité sont présents avec des éditions de leurs Opera omnia. Je me limite aux auteurs dont Estienne a revu lui-même le texte : Ctesias en 1557, Appien en 1560, Xénophon en 1561, Thucydide en 1564, Hérodote en 1566 (complété en 1570), Plutarque en 1572, Hérodien en 1581, Dion Cassius en 1591 et Memnon en 15948 Les orateurs grecs sont présents avec Thémistius en 1562 et Polémon en 1567. En 1570, Estienne propose des Condoms sive orationes ex graecis latinisque historicis excerptae. Isocrate retient son attention en 1593. Il s’intéresse aussi aux échanges épistolaires avec Pline le Jeune en 15799 Parmi les philosophes, Estienne propose un choix de textes d’Aristote et de Théophraste et les Sermones de Maxime de Tyr en 1557, Sextus Empiricus en 1562 et Diogène Laërce en 1570. Il ne faut pas oublier son Platon de 157810, sur lequel je reviens tout de suite. Henri s’est aussi intéressé au droit ancien. Une de ses publications originales en la matière est son anthologie sur les sources du droit : Juris civilis fontes et rivi, publiés en 158011. L’ouvrage ne contient pas seulement des extraits de la jurisprudence antérieure à Justinien, mais encore une comparaison entre les lois mosaïque et romaine. De la même manière, il propose dans deux volumes le résultat de ses lectures des auteurs anciens concernant la médecine avec son Dictionarium medicum de 1564 et les Medicae artis principes de 156712 À la suite de son père Robert, il se préoccupe d’instruments de travail. Son Ciceronianum lexicon se situe en début de carrière et affirme clairement sa filiation par rapport aux travaux paternels13. Le Thesaurus linguae graecae paru en 1572 constitue son chef-d’œuvre en la matière. Il en annonce une première fois la publication en 1557 sous la signature de son père, puis de nouveau en 1558 sous sa propre responsabilité14. En raison de son caractère entièrement tourné vers l’érudition, Henri refuse d’ajouter à son Trésor un complément pédagogique comme l’avait fait son père dans son Thesaunts linguae latinae. En revanche, comme son père, il écarte l’ordre purement alphabétique des items pour regrouper les termes dérivés autour du terme souche15. Les travaux de grammairiens et de philologues sont aussi représentés par ses éditions d’Aulu-Gelle en 1585 et de Macrobe en 158516.

  • 17 GLN, n° 2379, 2250 et 2488 ; H. Estienne. n-66, 34 et 84.

6Toute cette production foisonnante combine deux types d’ouvrages, les Opera omnia d’une part et les anthologies de l’autre. J’en ai déjà signalé quelques-unes. J’y ajoute celle des comiques grecs en 1569, les fragments des anciens poètes latins et les éloges des vertus en 157317.

  • 18 Olivier Reverdin, « Le Platon d’Henri Estienne », dans Museum helveticum, t. 13,1968, p. 239-250.

7Avant de quitter Henri Estienne, quelques mots de son Platon. L’ouvrage est pratiquement prêt en 1575, mais il n’est achevé qu’en 1578. Les difficultés financières dans lesquelles Estienne se débat à cette époque expliquent en partie ce retard. Mais il y a surtout les discussions avec Jean de Serres. Le projet comporte deux volets : un texte grec soigneusement revu par Estienne et une traduction latine confiée à Jean de Serres. Cette dernière ne satisfait pas l’éditeur. Mais qui trouve grâce à ses yeux ? Jean de Serres ne se laisse pas faire. La solution du conflit est assez originale : la version latine est publiée avec un double appareil de notes ; dans la marge intérieure, Estienne souligne ses points de désaccord et, de son côté, Jean de Serres lui répond dans la marge extérieure18.

  • 19 H. Cazes, « Le rameau et les couronnes... », p. 204-209.

8Ce Platon contient un autre élément curieux : la marque typographique. Son usage est, à ma connaissance, unique. La position du personnage et le verset inscrit dans le phylactère renvoient nettement à François II Estienne. L’impression a sans doute été réalisée par ce dernier à un moment où son frère se trouvait à Paris19. Cette constatation permet de suggérer que l’exposé devrait proposer un volet économique sur les difficultés financières qu’Henri Estienne connaît tout au long de sa carrière. C’est un savant, pas un marchand. Il vit du mécénat plus que de la vente de ses ouvrages. Et pourtant à voir la survie étonnante de sa production typographique, il faut conclure que ses ouvrages se sont bien vendus...

II. — ROBERT ESTIENNE

  • 20 Elizabeth Armstrong, Robert Estienne Royal Printer, Cambridge, 1954 ; éd. révisée, Appelford, 1986

9Durant son séjour genevois, Robert Estienne consacre l’essentiel de ses forces à la diffusion de la Réforme20. Il obtient rapidement le monopole des gros commentaires exégétiques de Calvin dans leur version latine. Son œuvre s’est surtout développée dans la ligne de l’humanisme chrétien. Robert s’occupe du texte latin de la Bible et, nouveauté par rapport à la période parisienne, de sa version française.

  • 21 Ibid., p. 300-301.
  • 22 Max Engammare, « Les héritiers d’Hugues de Saint-Cher. Les concordances verbales bibliques latines (...)

10Le déplacement de Paris à Genève modifie profondément les conditions de son travail biblique. Comme le fait remarquer Elizabeth Armstrong21, à Genève, il n’a plus accès aux sources et ressources documentaires dont il disposait à Paris. Par contre, il est libre de se détacher de la Vulgate et d’utiliser les versions françaises interdites par la Sorbonne, celles de Lefèvre d’Étaples et d’Olivétan. En latin, il publie une Bible en 1556-1557. Il y joint une nouvelle version latine au texte de la Vulgate, qu’il imprime en petits caractères pour souligner sa valeur secondaire. Pour l’Ancien Testament et les Apocryphes, il propose la traduction de Pagnino qu’il a révisée personnellement. Pour le Nouveau Testament, il fait appel à Théodore de Bèze. Ces volumes viennent compléter les Concordantiae bibitorum utriusque Testamenti de 1555 (GLN, n° 2021 et 1939). Ce travail, pour lequel il demande déjà en 1551 une autorisation d’imprimer, est profondément original, non seulement dans la récolte des termes indexés, mais encore dans l’organisation du répertoire : références aux versets selon la numérotation qu’il a introduite à partir de 1552, fusion en un seul alphabet des mots qui se déclinent ou se conjuguent avec les indéclinables22.

  • 23 GLN, n° 456-457 ; Max Engammare, « Cinquante ans de révision de la traduction biblique d’Olivétan  (...)

11La Bible française qui paraît en 1560 après la mort de Robert propose un Ancien Testament revu par l’éditeur et un Nouveau Testament revu par de Bèze et Calvin. D’après Max Engammare, le travail d’Estienne n’est pas très important : « le texte de l’Ancien Testament n’est que peu amendé par le grand humaniste »23.

12Il faut aussi souligner le souci pédagogique de Robert Estienne. Il publie à Genève une série de manuels scolaires concernant le latin, le grec, l’hébreu, mais aussi le français. Contrairement à son fils Henri, il vise autant la jeunesse studieuse que le public érudit.

III. —JEAN CRESPIN, EUSTACHE VIGNON ET SES HÉRITIERS

  • 24 Jean-François Gilmont, Jean Crespin. Un éditeur réformé du XVIe siècle, Genève, 1981.

13Avec Jean Crespin, on quitte la catégorie des humanistes imprimeurs pour rester cependant dans un groupe intermédiaire d’hommes cultivés qui ne sont pas étrangers au monde des lettres, sans pour autant y travailler personnellement. Licencié utriusque juris de l’université de Louvain, Jean Crespin y a vraisemblablement fréquenté le Collegium trilingue. Sa connaissance du grec ne fait pas de doute. Il a aussi des notions d’hébreu. Il est symptomatique de constater qu’il est plus attiré par les lettres grecques que latines24.

  • 25 Homère, Ilias, Genève, Crespin, 1559, fol. a 2 ; GLN, n° 1654 ; Jean-François Gilmont, Bibliograph (...)
  • 26 GLN, n° 1738 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 67/8.
  • 27 GLN, n° 1776 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 70/7.
  • 28 GLN, n° 1761 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 69/5.
  • 29 GLN, n° 1753 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 69/1.

14Mais ses publications d’Homère et d’anciens poètes grecs se recommandent moins par la qualité du texte que par leur format. Crespin est le premier à imprimer Homère dans un format in-16 « facile à consulter chez soi, en rue et même à la campagne »25. Il y ajoute des index, ce qui en fait des manuels scolaires fort commodes. Son Iliade de 1559 propose une version latine trouvée dans les manuscrits récoltés par Guillaume Budé et un index alphabétique des matières, aide que Crespin ajoute régulièrement à ses publications. Il ne donne cependant pas le nom de l’érudit qui l’a assisté. Il ne revient à son projet d’édition de poètes grecs qu’en 1567 avec l’Odyssée. Cette fois, il prétend sa version latine supérieure aux précédentes grâce au travail d’un studiosus quidam qu’il ne nomme pas26. La réédition de l’Iliade de 1570 est préfacée par François Portus27. Était-il déjà intervenu dans les éditions précédentes ? C’est peu probable. Cette série de poètes grecs édités dans un format réduit comporte encore un recueil d’anciens poètes publié en 156928. Cette fois, Crespin énumère ses principaux collaborateurs : François Portus, Biaise Marcuard et Claude Aubéry. Il passe pudiquement sous silence le nom d’Henri Estienne. Il conviendrait de déterminer dans quelle mesure Crespin a utilisé discrètement deux éditions récentes d’Estienne, les Pœtae graeci principes de 1566 et les Comicorum gpaecorum sententiae de 1569. Le recueil de rhéteurs grecs publié en 1569 est explicitement signé par François Portus29.

  • 30 GLN, n° 1574, 1687, 1709 et 1711 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 54/10, 62/4, 66/4 et 66/5.

15Crespin s’intéresse aussi à la lexicographie. En 1554, il publie un Lexicon graecolatinum revu par Claude Baduel à partir de notes de Guillaume Budé. Il remet l’ouvrage sous presse avec l’aide de Robert Constantin et en donne enfin une version allégée – ou plutôt deux versions parallèles – en 156630. Il existe aussi une série de petits manuels scolaires concernant le latin, le grec et l’hébreu. Il y a même des ABC français. Bref, Crespin a une connaissance personnelle du monde de l’Antiquité, mais il n’est pas à même d’établir une édition critique.

16Son gendre et successeur, Eustache Vignon, qui a été orienté vers le commerce, n’a aucune formation intellectuelle. Aussi gère-t-il ses éditions sans sensibilité spéciale pour l’humanisme. Il réédite régulièrement les petites éditions manuelles d’auteurs grecs lancées par Crespin. Comme travaux nouveaux, il publie en 1586 un traité de poésie latine de Pierre d’Airebaudouze du Cest et en 1587 la Géographie de Strabon revue par Isaac Casaubon ainsi que la correspondance de Symmaque préparée par Jacques Lect (GLN, n° 2274, 3267 et 3268).

17Vignon disparaît en 1588. Comme ses trois héritiers sont mineurs, la gestion de la firme est d’abord confiée à Jacob Stoer et Jacques Chouët. Fin 1591, Pyramus de Candolle, qui épouse la fille aînée d’Eustache, devient le tuteur des trois enfants avec son beau-frère Jacques de La Court. Sous la houlette de Pyramus de Candolle, la firme Vignon publie une série d’auteurs classiques, mais il s’agit généralement de reprises d’éditions antérieures, réalisées plusieurs fois en collaboration avec d’autres éditeurs genevois : l’histoire de l’empire grec de Nicétas en 1593, les Opera de Cicéron en 1594 et 1596, celles de Plaute en 1595 et, en français, la Vie des hommes illustres de Plutarque et les Œuvres de Tacite, toutes deux en 1594 (GLN, n° 3640, 3702, 3855, 3810, 6454 et 3749). Cette pratique consistant à reprendre des éditions circulant déjà sur le marché est assez fréquente chez les libraires genevois de la fin du siècle. D’ailleurs, plusieurs éditions citées sont réalisées en collaboration avec des confrères genevois.

IV. — LES COMMANDES LYONNAISES D’ANTOINE GRYPHE PASSÉES À JACQUES BERJON

18Une autre pratique est extrêmement courante à Genève dans le dernier quart du siècle : l’édition de textes anciens commanditée par des éditeurs lyonnais. Plus de la moitié de la production de Jacques II Berjon, actif de 1580 à 1591, est consacrée à des auteurs de l’Antiquité.

19Dans une communication inédite, Alain Dufour a attiré l’attention sur une demande introduite par Jacques Berjon auprès du Conseil de Genève le 28 janvier 1584. Le secrétaire a noté comme suit son intervention :

  • 31 Genève, Archives d’État, Registres du Conseil, t. 79, fol. 12. Les différentes éditions peuvent êt (...)

Jaques Berjon imprimeur a presenté requeste tendante à luy permettre l’impression de plusieurs livres cy après mentionnés. A esté arresté qu’on le luy permet sans prejudice des aultres imprimeurs. Les œuvres sont : Aulus Gellius, Ausonius, Macrobius, Petrus Crinitus, Polidorus Virgilius, Romae, Valerius Maximus, Suetonius, Cornelius Tacitus, Diodorus Siculus, Diogenes Laertius, Dionisius Halicarnasseus, Caesarum Vitae, Justinus historicus, Senecae Tragoediae, Hieronimus Vida, Terentius, Virgilius, Horatius, Ciceronis Epistolae, Officia, Orationes, Ciceronis Rhetorica, Philosophia, Epistolae ad Atticum, Commentaria Caesaris, Quintus Curtius, Claudianus, Ovidius de Fastis, Metamorphosis, Salustius, Appianus, Epitome Epithetorum Textoris, Dialogi Textoris, Plinii Clarorum Virorum Epitome in prosodiam Syntaxis Pantaleonis, Herodotus, Nonius Marcellus, Marcelius Ficinus, Fenestella, Isocratis ad Demonicum latine, Homeri opera lat., Plautus, Quintilianus31.

20Cela constitue une liste d’une quarantaine d’ouvrages. Les vingt-cinq éditions retrouvées au nom d’Antoine Gryphe sont de petit format. Il s’agit de publications destinées aux étudiants.

V. — PIERRE DE SAINT-ANDRÉ

21La firme Saint-André accorde aussi une place importante aux auteurs de l’Antiquité, offrant le plus souvent des rééditions. Il y a tout d’abord des textes déjà édités à Genève comme ceux de Jules César Scaliger, les Poetices libri septem repris en 1581, en 1586 et en 1594 (GLN, n’2893, 3199 et 3746), le commentaire du De insomniis d’Hippocrate en 1581 (GLN, n° 6824), ses Poemata de 1591, qui reproduisent l’édition en partie inédite de 1574 (GLN, n° 2264), son De causis linguae latinae en 1580,1584 et 1597, qui copie l’édition lyonnaise de 1540 (GLN, n° 2817, 3071 et 3933).

22D’autres éditions copient des modèles surtout français, comme les œuvres de Cicéron préparées par Denis Lambin, parues de 1577 à 1584 (GLN, n° 2621, 2622, 2708, 2781 et 3054), Plaute, procuré par le même érudit en 1581 et 1587 (GLN, n° 2889 et 3259), un Galien de 1579 reprenant l’édition de Lalamant parue à Autun l’année précédente (GLN, n° 2741), et les Satyres de Perse, Juvénal et autres de 1590 reprenant une édition parisienne de Robert II Estienne de 1585 (GLN, n° 3425).

23Le Salluste de 1574 est une reprise de l’édition qui était sortie chez jean Bellère à Anvers en 1573 (GLN, n° 2522). Le Cassandra de Lycophron paru en 1590 reprend une édition bâloise d’Oporinus de 1566 ou parisienne de Morel de 1584 (GLN, n° 3426). Il y a également les travaux de chronologie d’Abraham Bucholzer, datant de 1594 et 1596, qui avaient déjà paru à Görlitz (GLN, n° 3696, 3895 et 6100).

24Parmi les éditions originales, plusieurs portent la marque, partielle ou totale, de Joseph-Juste Scaliger. C’est le cas du Quae extant de Marcus Verrius Flaccus de 1575, qui propose des notes et des corrections de cet humaniste (GLN, n° 2549). L’édition de Pline l’Ancien de 1582 comporte des éléments d’annotations qui sont nouveaux. Ils proviennent de Joseph-Juste Scaliger et de Juste Lipse (GLN, n° 2359). Les Astronomica veterum scripta isagogica de 1589 sont également une création du même Scaliger (GLN, n° 3379).

25En 1593, Pierre de Saint-André publie plusieurs œuvres proposées par le Danois Niels Krag ou Nicolaus Craig. On y trouve son étude De republica Lacaedemoniorum, avec en complément quelques textes d’Héraclide du Pont et de Nicolas de Damas que Krag a traduits en latin (GLN, n° 3606, 3623 et 3641). Je ne sais pas par quelle voie ce Danois en est arrivé à proposer ses textes à Genève.

VI. —JACOB STOER

  • 32 Alain Dubois, « Imprimerie et librairie entre Lyon et Genève (1560-1610). L’exemple de Jacob Stoer (...)

26Puisque Jacob Stoer a fait l’objet d’une présentation par son spécialiste, Alain Dubois, il n’est pas nécessaire de m’y attarder longtemps. J’ai cependant voulu lui faire une place, dans la mesure où l’étude d’Alain Dubois met en lumière un libraire-imprimeur qui est à ses débuts un fabriquant de livres au service de libraires plus fortunés mais qui parvient avec le temps à gagner son autonomie financière et par là éditoriale32. Quelques lignes sous-tendent son travail : la préférence du latin par rapport au grec et le souci de publier des traductions françaises d’auteurs classiques. L’Epitome vitarum Plutarchi parue en 1573 dans un format in-16 pourrait être le résultat d’une initiative de Stoer (GLN, n° 2479). En revanche, les autres éditions classiques parues avant 1601 sont toujours réalisées en collaboration avec d’autres libraires.

27Les Vies des hommes illustres du même Plutarque sont financées par le Parisien Jacques Du Puys en 1574-1575 et ses Œuvres morales et meslées le sont par Jacques Du Puys et François Le Preux en 1575-1576 (GLN, n° 5608, 6412, 2595, 6477, 6459 et 6478). Les Institutiones oratoriae de Quintilien le sont par Louis Cloquemin en 1580 (GLN, n° 2808 et 2817), les Œuvres de Tite-Live traduites par Antoine de La Faye sont financées par Claude Juge en 1582 (GLN, n° 2950). Aristote est publié pour le compte d’Antoine de Harsy en 1584 et celui de Barthélemy Vincent en 1588 (GLN, n° 3038 et 6717). Les Epistres familieres de Cicéron de 1585 sont imprimées pour Sébastien Gryphe (GLN, n° 6203). Les Vies des hommes illustres de Plutarque revues par Simon Goulart en 1593 sont imprimées en collaboration avec Guillaume Laimarié (GLN, n° 3643 et 3744). Cette énumération montre autant la permanence du travail en collaboration avec d’autres libraires que la dispersion des contacts pris par Jacob Stoer.

VII — FRANÇOIS PORTUS

28Une autre approche du phénomène des passeurs de textes consiste à s’interroger sur la politique éditoriale des érudits. Pour la période qui nous intéresse, trois hellénistes émergent : François Portus, Isaac Casaubon et Joseph-Juste Scaliger. J’y ai joint un vulgarisateur, Simon Goulart.

  • 33 Mario Emilio Cosenza, Biographical and Bibliographical Dictionary of the Italian Humanists and of (...)

29Le Crétois François Portus se réfugie à Genève en 1562 pour des raisons religieuses33. Chargé de l’enseignement du grec jusqu’à sa mort, en 1581, il collabore avec Jean Crespin dans son projet de petites éditions manuelles de poètes grecs. Crespin avait commencé en 1559 avec son Iliade, avant l’arrivée de Portus, et l’édition de l'Odyssée en 1567 ne semble pas avoir bénéficié de l’appui du Crétois. En revanche, le recueil des plus anciens rhéteurs grecs est explicitement signé par Portus en 1569 (GLN, n° 1753 etl754). Il collabore aussi à la seconde édition des œuvres d’Homère en 1570 (GLN, n° 1776 et 1777).

  • 34 Olivier Reverdin, « Figures de l’hellénisme à Genève », dans Homère chez Calvin, Genève, 2000, p.  (...)

30Olivier Reverdin, qui connaissait bien les hellénistes de Genève, estime que les relations entre Henri Estienne et François Portus étaient plutôt froides et que le Crétois préférait travailler avec Crespin34. Il n’empêche que le nom de Portus apparaît dans plusieurs éditions d’Estienne entre 1567 et 1581, date de sa mort. Il ne s’agit pas de larges collaborations, mais de l’utilisation par Estienne de notes érudites. C’est le cas pour le recueil des Tragadiae selectae de 1567 (GLN, n° 2346), l’édition de Synesios de Cyrène de 1568 (GLN, n° 2362), le recueil des Conciones sive orationes exgraecis latinisque historicis excerptae de 1570 (GLN, n° 2402). Il y a aussi des traces du travail de Portus dans le Xénophon de 1581 (GLN, n° 2895). Des travaux de François Portus sont encore publiés après sa mort chez différents imprimeurs genevois, mais ces interventions sont le fait du fils et héritier de l’helléniste.

VIII. — ISAAC CASAUBON

  • 35 L’Europe des humanistes..., p. 103 ; Hélène Parenty, Isaac Casaubon helléniste. Des studia humanit (...)

31Isaac Casaubon devient rapidement un helléniste de qualité35. Il succède à Portus à la chaire de grec de l’Académie de Genève en 1581, alors qu’il n’a que vingt-trois ans. Il occupe ce poste jusqu’en 1596, date de son départ pour Montpellier. En 1586, il épouse en secondes noces Florence Estienne, fille d’Henri. Ces relations familiales n’ont pas eu de gros effets sur ses choix éditoriaux.

32Si l’on considère les éditions d’auteurs anciens dont Casaubon est l’architecte principal, rien n’indique une politique concertée de sa part. Il faut cependant croire que l’initiative de ces éditions vient de lui plutôt que des libraires-imprimeurs. Citons ses notes sur Diogène Laërce de 1583 publiées par Jean Le Preux (GLN, n° 2986), l’édition de Strabon parue en 1587 chez Eustache Vignon (GLN, n° 3267), celle de Polyen imprimée par Jean de Tournes en 1589 (GLN, n° 3383), son Aristote imprimé par Guillaume de Laimarié pour un libraire lyonnais, Jacques Bubonius, inconnu par ailleurs (GLN, n° 3406 et 6437).

33Le Théophraste de 1592 sort des presses de François Le Preux (GLN, n° 3562), le Suétone de 1595-1596 de celles de Jacques Chouët (GLN, n° 3818, 3878 et 6779) et enfin l’Athénée de 1597 de celles de Jérôme Commelin (GLN, n° 3942).

34Il y a un peu plus de cohérence dans les éditions qui sont complétées par des notes venant de Casaubon. Toutes sortent des presses d’Henri Estienne : Pindare en 1586 (GLN, n° 3197), Dicéarque en 1589 (GLN, n° 3393), Pline en 1591 (GLN, n° 3491), Diogène Laërce en 1593 (GLN, n° 3609).

IX. —JOSEPH-JUSTE SCALIGER

  • 36 M. E, Cosenza, Biographical and Bibliographical Dictionary…, t. IV, p. 3213-3218 ; L’Europe des hu (...)

35La présence du fils de Jules César Scaliger à Genève est assez brève. Elle se situe autour de la Saint-Barthélemy, de 1572 à 1574. Scaliger noue des relations étroites avec Isaac Casaubon, mais les deux hommes ne se sont jamais rencontrés36. Les écrits humanistes de Scaliger imprimés à Genève sont rares. Ils datent tous de son bref séjour dans cette ville, plus exactement de 1573. Scaliger donne à Henri Estienne des notes sur Empédocle pour son édition de la Poesis philosophica et l’aide à corriger certains textes annexes du Homeri et Hesiodi certamen (GLN, n° 2480 et 2466). Il lui procure aussi une édition des Opera de Varron (GLN, n° 2487). Une seule autre édition originale de sa plume paraît à Genève, les Astronomica veterum scripta isagogica graeca et latina, publiées par Pierre de Saint-André en 1589 (GLN, n° 3379).

X. — SIMON GOULART

  • 37 Leonard Chester Jones, Simon Goulart, sa vie et son œuvre, 1543-1628, Genève, 1916, en attendant l (...)

36Je termine l’aperçu avec un humaniste vulgarisateur et polygraphe, Simon Goulart37. Sa révision de la traduction des écrits de Plutarque, les Œuvres morales et meslées et les Lies des hommes illustres, ont connu un grand succès. Les ouvrages paraissent chez Antoine Chuppin en 1581 et chez Jérémie Des Planches en 1583 (GLN, n° 2891 et 3016). Comme Chuppin se détourne de l’édition vers 1587, les rééditions de 1587 et de 1593 sortent d’autres presses sans que l’on puisse discerner par quel biais la transmission se fait.

37Dans le domaine de l’histoire de l’Antiquité, Goulart publie en grec et en latin l’Imperii graeci historia de Nicétas Choniate en 1593 chez les héritiers Vignon (GLN, n° 3640) et les six volumes des Historiae Augustae chez François Le Preux, de 1592 à 1595 (GLN, n° 3548, 5658, 3757, 3720, 3572, 2758 et 3759). Il est aussi le responsable d’une édition latine de Polybe parue chez Stoer en 1597 (GLN, n° 3931). Autant que je sache, Goulart est un auteur qui répond aux demandes des libraires plutôt que de prendre l’initiative du choix des sujets qu’il traite. Il le fait néanmoins en suivant quelques lignes qui lui sont propres.

38Si l’on excepte les Estienne et dans une moindre mesure Jean Crespin, la politique d’édition des érudits comme des imprimeurs genevois du XVIe siècle en matière d’humanisme n’est pas très cohérente. Les humanistes ne montrent guère de préférence marquée pour tel ou tel libraire. Ils ont tendance à papillonner. De même, les libraires-imprimeurs sont généralement plus attirés par les manuels scolaires de bon rendement que par les éditions de nature philologique.

39Cette exploration de l’édition humaniste genevoise m’a prouvé les limites de mon site GUV. Il ne suffit pas de signaler les éditions dans ce domaine : il convient encore d’en préciser l’originalité, depuis l’édition princeps jusqu’à la simple copie, en passant par les éditions partiellement revues ou augmentées. Il me reste donc du pain sur la planche.

Notes

1 Pour approfondir cette esquisse, je me permets de renvoyer à mon ouvrage : Le livre réformé au XVIe siècle, Paris, 2005 et à la base de données RIECH, qui propose des notices succinctes sur tous les imprimeurs et éditeurs genevois du XVIe siècle : http://dbservl-bcu.unil.ch/riech/intro.php.

2 Voir H. Estienne.

3 GLN, n° 2153 ; H. Estienne, n° 22.

4 GLN, n° 2029, 2346 et 1565 ; H. Etienne, n° 8, 51 et 63.

5 GLN, n° 2327, 3318 et 3375 ; H. Estienne, n° 44 et 150.

6 GLN, n° 2553, 2564 et 3023 ; H. Estienne, n° 97, 98 et 133.

7 GLN, n° 1965, 2297, 2561 et 2572 ; H. Estienne, n° 5, 45 et 96.

8 GLN, n° 2026, 2132, 3510, 2195, 2254, 2322, 24111, 2438, 2878,3470 et 3740 ; H. Estienne, n° 7, 19, 157, 24, 25, 38, 47, 79, 82 123, 154 et 167.

9 GLN n° 2890, 2217, 2343, 2402 et 3629 ; H. Estienne, n° 29, 58, 75, 165 et 124.

10 GLN, n° 2041, 2215, 2405 et 2690 ; H. Estienne, n° 13,28 78 et 108.

11 GLN dé, n° 2797 ; H. Estienne, n° 117.

12 GLN, n° 2249 et 2340 ; H. Estienne, n° 35 et 50.

13 GLN, n° 2030 ; H. Estienne, n° 11.

14 GLN, n° 2434 et 2435 ; H. Estienne, n° 83 et 120 ; Hélène Gazes, « Le rameau et les couronnes. Deux oliviers aux titres de Henri Estienne (1530-1598) », dans La page de titre à la Renaissance [...], éd. Jean-François Gilmont et Alexandre Vanautgaerden, Turnbout, 2008, p. 199-200.

15 Martine Furno, « Doctrina vel disciplina. Tensions et évolutions des dictionnaires latins humanistes, 1502-1636 », dans Les instruments de travail à la Renaissance, dir. Jean-François Gilmont et Alexandre Vanautgaerden, Turnhout, 2010, p. 82.

16 GLN, n° 5649 et 5727 ; H. Estienne, n° 134 et 136.

17 GLN, n° 2379, 2250 et 2488 ; H. Estienne. n-66, 34 et 84.

18 Olivier Reverdin, « Le Platon d’Henri Estienne », dans Museum helveticum, t. 13,1968, p. 239-250.

19 H. Cazes, « Le rameau et les couronnes... », p. 204-209.

20 Elizabeth Armstrong, Robert Estienne Royal Printer, Cambridge, 1954 ; éd. révisée, Appelford, 1986.

21 Ibid., p. 300-301.

22 Max Engammare, « Les héritiers d’Hugues de Saint-Cher. Les concordances verbales bibliques latines aux XVe et XVIe siècles », dans Les instruments de travail à la Renaissance..., p. 122-126.

23 GLN, n° 456-457 ; Max Engammare, « Cinquante ans de révision de la traduction biblique d’Olivétan : les bibles réformées genevoises en français au XVIe siècle », dans Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. 53, 1991, p. 361.

24 Jean-François Gilmont, Jean Crespin. Un éditeur réformé du XVIe siècle, Genève, 1981.

25 Homère, Ilias, Genève, Crespin, 1559, fol. a 2 ; GLN, n° 1654 ; Jean-François Gilmont, Bibliographie des éditions de jean Crespin, 1550-1572, Verviers, 1981, n° 59/8.

26 GLN, n° 1738 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 67/8.

27 GLN, n° 1776 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 70/7.

28 GLN, n° 1761 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 69/5.

29 GLN, n° 1753 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 69/1.

30 GLN, n° 1574, 1687, 1709 et 1711 ; J.-F. Gilmont, Bibliographie..., n° 54/10, 62/4, 66/4 et 66/5.

31 Genève, Archives d’État, Registres du Conseil, t. 79, fol. 12. Les différentes éditions peuvent être identifiées comme suit : Aulus Gellius, GLN, n° 3097 ; Macrobius, GLN, n° 3129 ; Petrus Crinitus, GLN, n° 3107 ; Polidorus Virgilius, GLN, n° 6215 ; Valerius Maximus, GLN, n° 6218 ; Suetonius, GLN, n° 6202 ; Cornelius Tacitus, GLN, n° 3073 ; Diogenes Eaertius, GLN, n° 3114 ; Senecae Tragoediae, GLN, n° 6198 ; Hieronimus Vida, GLN, n° 6214 ; Terentius, GLN, n° 6407 ; Virgilius, GLN, n° 6210 ; Horatius, GLN, n° 6217 et 6720 ; Ciceronis Epistolae, GLN, n° 6205 ; Ciceronis Orationes, GLN, n° 6207 ; Ciceronis Rhetorica, GLN, n° 6208 ; Ciceronis Philosophia, GLN, n° 6204 ; Ciceronis Epistolae ad Atticum, GLN, n° 6206 ; Commentaria Caesaris, GLN, n° 6212 ;Quintus Curtius, GLN, n° 6199 ; Ovidius de Fastis, GLN, n° 6865 ; Ovidii Metamorphosis, GLN, n° 6211 ; Salustius, GLN, n° 6200 ; Appianus, GLN, n° 6866 ; Epitome Epithetorum Textoris, GLN, n° 6867. Les autres éditions n’ont pu être identifiées.

32 Alain Dubois, « Imprimerie et librairie entre Lyon et Genève (1560-1610). L’exemple de Jacob Stoer » dans Bibliothèque de l'École des chartes, t. 168, 2010, p. 447-516.

33 Mario Emilio Cosenza, Biographical and Bibliographical Dictionary of the Italian Humanists and of the World of Classical Scholarship in Italy, 1300-1800, t. IV, Boston, 1962, p. 2947-2948 ; Monique Mund-Dopchie, La survie d’Eschyle à la Renaissance. Editions, traductions, commentaires et imitations, Louvain, 1984, p. 217-238 ; L’Europe des humanistes (XIVe-XVIIe siècles), dir. Jean-François Maillard, Judit Kecskeméti et Monique Portalier, Paris/Turnhout, 1995, p. 356.

34 Olivier Reverdin, « Figures de l’hellénisme à Genève », dans Homère chez Calvin, Genève, 2000, p. 34-37.

35 L’Europe des humanistes..., p. 103 ; Hélène Parenty, Isaac Casaubon helléniste. Des studia humanitatis à la philologie, Genève, 2009.

36 M. E, Cosenza, Biographical and Bibliographical Dictionary…, t. IV, p. 3213-3218 ; L’Europe des humanistes..., p. 382-383.

37 Leonard Chester Jones, Simon Goulart, sa vie et son œuvre, 1543-1628, Genève, 1916, en attendant les actes du colloque sur Simon Goulart, qui s’est tenu à Genève en décembre 2005.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search