Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Le livre imprimé humaniste en Anjou et en Bretagne aux XVe et XVIe siècles

Malcolm Walsby

Résumé

Quelle a été la place du livre imprimé humaniste dans les provinces de l’Anjou et de la Bretagne au XVIe siècle ? Comment obtenait-on des livres ? L’imprimerie s’établit dès les années 1480 dans les provinces de l’ouest de la France – et l’on dénombre pas moins de six lieux d’impressions d’incunables en Bretagne et en Anjou. Mais l’implantation des presses demeura fragile et, malgré la présence de deux universités et de trois villes importantes, ce furent les libraires, et non les imprimeurs, qui permirent aux textes humanistes d’être lus. De fait, les lecteurs de ces deux provinces durent se contenter des livres humanistes importés de Paris, de Rouen et de Lyon mais aussi d’autres villes européennes. Quels furent les effets de cet éloignement des centres d’imprimerie humaniste ? Cette étude examine les preuves fournies par les collections patrimoniales et les inventaires de livres et analyse les liens commerciaux entre les libraires de l’ouest de la France et ceux de Paris et Lyon, pour tenter de comprendre comment le livre humaniste put, malgré toutes ces contraintes, prendre une place non négligeable dans les collections des lecteurs bretons et angevins.

Note de l’auteur

Dans cet article, les références à The Universal Short Title Catalogue (http://arff.ac.uk) seront abrégées sous la forme « USTC ».

Texte intégral

  • 1 Ian Maclean, « The market for scholarly books and conceptions of genre in Northern Europe, 1570-16 (...)

1Les historiens du mouvement humaniste se sont surtout intéressés aux centres les plus foisonnants, où les auteurs échangeaient leurs idées et faisaient imprimer leurs textes. Cette approche nous a permis de mieux comprendre la genèse d’une édition et les buts de l’auteur, de l’éditeur et de l’imprimeur-libraire. D’autres recherches nous ont dévoilé les pratiques commerciales des producteurs des livres humanistes. Ainsi, des sources telles que les ventes des foires de Francfort ont permis de démontrer le succès continu de l’imprimé humaniste à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle1. Mais pour apprécier la portée de la pensée humaniste, on se doit de regarder au-delà de la création et de la production des ouvrages imprimés qui firent le renom de leurs auteurs. Pour comprendre comment le livre humaniste put s’exporter au-delà des grands centres d’imprimerie comme Paris et Lyon, il faut se poser la question cruciale de l’accès au livre. Comment un lecteur curieux de province pouvait-il se procurer des éditions érudites des auteurs antiques ou des écrits d’humanistes contemporains ? Pour répondre à cette question, nous étudierons ici la présence de l’imprimé humaniste dans le cadre de deux régions voisines mais très différentes : l’Anjou et la Bretagne.

2Au XVIe siècle, la province d’Anjou était dominée par la ville d’Angers, où une université existait depuis le XIVe siècle. Sise tout près de la Loire, la ville profitait de la présence fréquente des souverains français séjournant dans les châteaux situés en amont. Pour ce qui est de la Bretagne, son rattachement à la France en 1532 permit de nombreux changements administratifs dont, sous le règne d’Henri II, l’ouverture d’un parlement qui s’installa définitivement à Rennes. La Bretagne avait aussi sa propre université, qui avait été fondée à Nantes en 1461. Les villes d’Angers, de Nantes et de Rennes avaient toutes des populations supérieures à vingt mille habitants au XVIe siècle. On avait donc là un lectorat potentiel important, formé de juristes, d’enseignants, d’étudiants et de bourgeois, le tout augmenté d’une noblesse nombreuse. Ensemble, ces deux régions formaient un terrain propice à la vente du livre humaniste. Mais quelle était la présence du livre humaniste dans ces contrées de l’ouest de la France ?

3Pour répondre à cette question, il convient tout d’abord de regarder de près le rôle des presses locales. L’imprimerie s’établit très tôt dans ces régions. On ne dénombre pas moins de six lieux d’impression d’incunables en Bretagne et en Anjou. Mais l’implantation des presses demeura fragile. Pour bien comprendre la portée du livre humaniste, il est nécessaire de se pencher sur la place occupée par les libraires grâce auxquels ces textes pouvaient être lus. De fait, les lecteurs de ces deux provinces durent souvent se contenter des livres humanistes importés de Paris, de Rouen et de Lyon, mais aussi d’autres villes européennes. Quels furent les effets de cet éloignement des centres d’imprimerie humanistes ? Nous examinerons les preuves fournies par les notes manuscrites présentes dans les livres parvenus jusqu’à nous ainsi que les inventaires de quelques collectionneurs contemporains. Nous nous attarderons aussi sur les liens commerciaux entre les libraires de l’ouest de la France et ceux de Paris et Lyon pour tenter de comprendre comment le livre humaniste put, malgré toutes ces contraintes, prendre une place non négligeable dans les collections des lecteurs bretons et angevins.

I. — IMPRIMERIE ET HUMANISME DANS L’OUEST

4Les presses firent leur apparition très tôt dans le duché de Bretagne et dans la province d’Anjou. Le premier ouvrage publié à Angers dont nous avons pu retrouver la trace fut sans doute imprimé en 1476 par l’atelier de Jean de La Tour et de Johannes Morelli. En Bretagne, on vit apparaître trois presses de manière presque simultanée. Les premiers ouvrages furent imprimés à Bréhan-Loudéac, au centre du duché, en 1484, puis à Rennes à l’est et à Tréguier sur la côte nord, en 1485. Ces débuts semblaient donc fort encourageants, et au cours de la période incunable, on recense encore deux autres centres de production : Lantenac et Nantes. Si certaines presses s’étaient installées dans de gros bourgs ou de petites villes dans lesquelles il était peut-être difficile de survivre sur le long terme, la présence de l’imprimerie dans les trois grandes villes de Rennes, Nantes et Angers, aurait pu annoncer le développement d’un essor durable. Il n’en fut rien. L’enthousiasme initial de la période des incunables se solda par la production en tout et pour tout d’une cinquantaine d’éditions et, au cours des années qui suivirent, les presses quittèrent l’Anjou et la Bretagne. En fin de compte, l’implantation de l’imprimerie avait été fort superficielle.

5Dans des lieux tels que Bréhan-Loudéac ou Lantenac, la disparition des presses dans les dernières décennies du XVe siècle fut définitive. À Tréguier, il n’y eut aucun livre imprimé dans la ville entre 1513 et 1677. Mais même les grandes villes subirent ce phénomène de recul. À Nantes, aucun ouvrage ne fut imprimé entre 1518 et 1572, un intervalle de plus d’un demi-siècle. A Rennes, l’absence d’imprimeur ne dura qu’un peu moins longtemps : après le départ de Pierre Bellescullée en 1486, il fallut attendre l’arrivée de Jean Baudouyn en 1524, presque quarante ans plus tard. Et même après ce retour des presses dans le duché, la production demeura fort modeste pendant plus d’une décennie. Ce ne fut qu’avec l’apparition de Jean Georget à la fin des années 1530 et l’introduction d’une seconde presse dans la ville que la production rennaise prit vraiment de l’ampleur.

  • 2 Voir l’analyse faite par William Kemp : « L’entrée de François Ier à Angers le dimanche 6 juin 151 (...)

6Pour ce qui est d’Angers, l’impression à intervalles plus ou moins réguliers de quelques modestes éditions ne doit pas non plus induire en erreur. Un exemple illustre bien l’absence de presse active en Anjou. L’entrée de François Ier dans la ville en 1518 fut l’occasion de célébrations mémorables et le libraire angevin jean Alexandre voulut commémorer l’événement en produisant une petite plaquette décrivant l’accueil qui avait été fait au nouveau monarque. Mais pour ce faire, Alexandre fut obligé de faire envoyer le texte à Paris, où il fut imprimé par les soins de la veuve Trepperel et de Jean Jehannot. L’in-4° de vingt-quatre pages qui en résulta fut ensuite envoyé à Angers pour être vendu dans la ville2.

7Pour chaque texte écrit dans ces régions, on devait donc organiser son envoi et sa production dans une autre ville, où le contrôle éditorial et artistique de l’auteur ou du libraire était quasiment inexistant. Même si toute l’opération pouvait s’effectuer rapidement, il est évident que la relative complexité du système qui devait être mis en place freinait l’impression spontanée d’œuvres éphémères. En fait, après le départ de Jean de La Tour et de Johannes Morelli, le seul atelier angevin dont nous sommes en mesure de confirmer l’existence avant 1562 est celui de l’imprimeur Richard Picquenot. La pauvreté de la production imprimée de la ville est d’ailleurs soulignée par le fait que son activité semble s’être limitée à un corpus imprimé de neuf ouvrages. Nous pouvons donc conclure à une faiblesse des presses, en particulier pendant la première moitié du XVIe siècle.

  • 3 Aristote, Le secret des secretz, Bréhan-Loudéac, Robin Fouquet et Jean Grès, [1484] ; BNF, Rés. H (...)

8Quelle fut la place des livres humanistes dans le corpus des ouvrages imprimés en Bretagne et en Anjou aux XVe et XVIe siècles ? En tout, nous avons pu identifier près de cinq cents ouvrages imprimés dans ces deux régions pendant cette période. La grande majorité de ces œuvres ne peuvent nullement être qualifiées d’humanistes. Ces impressions avaient surtout trait à la jurisprudence, à la législation royale, à la religion ou aux circonstances politiques houleuses des guerres de religion. On accorda somme toute peu de place au livre humaniste. Une fois cette constatation faite, on se doit néanmoins de rappeler que le premier ouvrage dont on cite traditionnellement l’impression à Angers fut une édition de la Rhétorique de Cicéron. Pareillement, les textes publiés par les premiers imprimeurs bretons à Bréhan-Loudéac comprenaient des œuvres classiques comme Le secret des secrets, qui était alors attribué à Aristote3.

  • 4 Le secret des secretz Paris, [Antoine Caillaut], vers 1484 ; BM Besançon, Inc. 763 ; USTC, 70838.

9La production d’œuvres classiques n’était donc pas étrangère aux presses angevines ou bretonnes. L’examen de leur contenu nous permet d’évaluer la préparation et la publication du texte et d’analyser l’approche adoptée pour ces éditions. L’exemple du Secret des secrets que nous venons de citer est instructif. Ce qui frappe en premier le lecteur est l’aspect du volume. Le texte se présente d’un seul tenant, sans glose, préface, ni note. La typographie gothique est serrée, de taille uniforme, sans lettres ornées. Tout indique qu’il s’agit d’un ouvrage de tradition médiévale plutôt qu’empreint d’humanisme. Un examen du texte confirme rapidement ces suspicions. L’édition n’est, en effet, ni complète ni érudite. À l’image de l’édition parisienne imprimée par Antoine Caillaut, cette version bretonne ne contient en fait qu’un bref passage du Secret des secrets4. Le texte se limite à un cahier de six feuillets au format in-4° et se borne à reprendre le court extrait dédié à l’analyse de la physionomie. Les seuls ajouts au texte principal sont l’en-tête sur la première page et un sizain imprimé à la suite du colophon.

  • 5 Sur les adaptations et traductions du texte avant la venue de l’imprimerie, voir Jacques Monfrin, (...)

10Le texte lui-même est une paraphrase de l’écrit d’origine avec des phrases maladroites qui, par exemple, commencent par « Item le philosophe nous ensaigne [...] ». Le tout semble basé sur des traductions approximatives qui circulaient alors sous forme manuscrite5. L’édition ne présente donc aucun caractère humaniste ; elle visait clairement un public dont les prétentions intellectuelles restaient bien limitées. Plus que d’une fenêtre sur le monde antique, il s’agissait d’un manuel approximatif destiné à ceux qui voulaient juger le caractère de ceux qu’ils rencontraient d’après leur seule apparence physique. D’une certaine façon, cette édition du Secret des secrets ne sert qu’à confirmer les pires soupçons de certains historiens sur le développement culturel de ces régions de l’Ouest.

  • 6 Aulus Persius Flaccus, Satyrae sex emendatissimae, Rennes, chez Guillaume Chevau et Pierre Le Bret (...)
  • 7 Selon les indications manuscrites, Etienne Maillard aurait annoté le texte en 1559. On retrouve un (...)

11Mais il ne faut céder ni à la facilité ni à la caricature. En contraste marqué avec ces éditions incunables aux limites évidentes, les presses de l’Ouest produisirent aussi des œuvres d’inspiration humaniste. Ces ouvrages ne sont pas aussi nombreux que les textes juridiques et religieux qui émanaient des presses locales, mais ils existaient bel et bien. Ainsi, on peut se pencher sur l’exemple des satires de Perse imprimées à Rennes en 15566. Tout comme l’incunable que nous venons d’examiner, il s’agit d’un ouvrage de taille modeste : l’édition en question ne comporte que quatre cahiers de quatre feuillets, soit seize feuillets imprimés en format in-4". Mais c’est bien là le seul point commun entre ces deux éditions. L’apparence physique des satires est à l’opposé de celle du Secret des secrets. Le texte est imprimé en caractères romains ; il est interligné, ce qui laisse une ample place aux commentaires des lecteurs. L’ouvrage reprend, par ailleurs, bon nombre des caractéristiques visuelles des éditions poétiques parisiennes de la même époque. Le mot de l’imprimeur adressé au lecteur au verso de la page de titre démontre de manière plus concrète ce changement de mentalité et cette approche plus humaniste. L’importance accordée à la qualité de l’ouvrage domine le court paratexte écrit en latin. L’imprimeur souligne la valeur des vers de Perse pour les adolescents, ce qui rappelle le lien de proximité entre humanisme et enseignement. L’intérêt et la valeur humaniste et pédagogique du texte sont, par ailleurs, accentués par l’examen du seul exemplaire connu de cette édition. Cette plaquette conservée à la bibliothèque municipale de Nantes est couverte d’abondantes annotations latines de la main d’un notable local, Etienne Maillard7.

  • 8 Voir par exemple Nicolas Debaste, Les passions d’amour, Rennes, chez Robert Godecart, 1586, dont o (...)
  • 9 Léon Maître, « Une procédure universitaire au collège de Nantes contre le monopole des libraires a (...)

12La courte introduction qui précède le texte de cette édition latine est signée Rhedonis ex typographia nostra et marque clairement l’autorité intellectuelle de l’imprimeur. La place de l’imprimeur en tant qu’éditeur de l’ouvrage était chose commune, particulièrement en province où l’on dénombre une grande quantité d’éditions contenant des avis de l’imprimeur (Typographies lecton). Cet imprimé met l’accent sur la présence d’un marché de livres scolaires qui favorisait la production locale d’ouvrages humanistes et suscitait l’intérêt des imprimeurs. La popularité de tels textes est difficile à déterminer. Cette édition n’est connue que par un exemplaire unique, ce qui nous amène à nous interroger sur l’existence probable d’un certain nombre d’éditions similaires dont tous les exemplaires auraient été détruits ou perdus. L’utilisation intensive dont faisaient l’objet ces textes à destination d’une population étudiante favorisa leur disparition. Cette hypothèse est, par ailleurs, confortée par le fait que d’autres écrits d’auteurs liés à l’enseignement dans ces provinces ne nous sont parvenus qu’en un unique exemplaire8. Pareillement, les démêlés judiciaires d’un imprimeur nous informent que les étudiants de l’université de Nantes achetaient des livres imprimés à Angers et à Nantes dans le cadre de leurs études. Par ailleurs, on sait aussi qu’au XVIe siècle, ils faisaient imprimer leurs thèses dans ces deux villes, bien qu’aucun exemplaire ne semble avoir survécu9.

13Les presses de ces régions faisaient donc une place aux travaux humanistes. Alais on aurait tort de limiter le rayonnement humaniste dans l’Ouest à une simple arithmétique des livres imprimés dans cette région. La fragilité de l’implantation des imprimeurs ne doit pas, en effet, conduire l’historien à conclure qu’il s’agit là de contrées reculées. Il ne faut pas confondre géographie des centres d’imprimerie et accès au livre imprimé. L’absence des presses dans certaines régions pendant de longues décennies aux XVe et XVIe siècles ne voulait aucunement dire que le livre imprimé y était rare ou difficile à obtenir. On peut même arriver à la conclusion contraire : la fragilité et les difficultés des presses dans ces régions étaient en fait une conséquence de la vitalité du réseau de libraires et de leur trop grande proximité commerciale avec les grands centres d’imprimerie français.

II — L’ÉDITEUR ET LE LIBRAIRE

14Le rapport entre l’imprimeur et le libraire était complexe, mais on doit en esquisser les traits principaux tant il est fondamental pour l’accès au livre. L’apparition du libraire précède celle de l’imprimeur et même celle du livre imprimé. Mais ce fut avec le développement de l’imprimé que le nombre de libraires commença à croître de manière significative. Son rôle faisait de lui l’interlocuteur privilégié de ceux qui avaient des contacts avec le monde du livre. Il représentait une partie essentielle du développement de la culture de l’imprimé dans l’Ouest. Ceci était d’autant plus vrai que c’était souvent le libraire et non l’imprimeur qui était cité sur la page de titre des livres qu’il avait commandités ou qu’il distribuait. Si l’on peut identifier sept imprimeurs actifs au XVIe siècle à Angers, on sait que vingt-huit libraires avaient fait afficher leur nom ou adresse sur la première page d’un ouvrage. Ce rapport de forces de quatre libraires pour un imprimeur masque en réalité une relation encore plus inégalitaire : de nombreux libraires se satisfaisaient en effet du rôle de débiteurs de livres et n’apparurent jamais sur la première page des ouvrages qu’ils vendaient. Ainsi les libraires étaient-ils bien plus nombreux que les imprimeurs. Pour le lecteur humaniste, le libraire était le protagoniste le plus visible du monde du livre et celui qui occupait la place la plus importante dans la communauté locale.

  • 10 Sur les Macé, voir Léopold Delisle, Catalogue des livres imprimés ou publiés à Caen avant le milie (...)
  • 11 Les loables coustumes du pays et duche de Bretaigne, Rouen, pour Richard Macé, Jean Macé à Rennes (...)

15Mais si le libraire était la figure de proue, il jouait aussi un rôle vital dans le processus de création et de distribution du livre. Le personnage central du livre imprimé en Bretagne au cours du premier quart du XVIe siècle était Jean Macé. Les Macé s’étaient lancés dans la vente de livres en Normandie et certains membres de la famille devinrent Libraires à Caen et à Rouen10. Jean Macé s’installa à Rennes au tout début du XVIe siècle et se mit rapidement à importer de nouvelles éditions normandes. Seul ou avec d’autres libraires, Macé commandita une centaine d’éditions différentes au cours de sa carrière. Les impressions regroupaient des ouvrages destinés uniquement à un lectorat breton et des œuvres au succès plus large comme le très populaire Propriétaire des choses de Barthélemy l’Anglais11. A Caen, ce fut le frère de Jean Macé, Robert, qui devint le libraire attitré de l’université et s’associa à d’autres libraires tels Michel Angier à Caen et Charles de Bougne à Angers. Ensemble, ces libraires normands, bretons et angevins commanditèrent de nombreux ouvrages qu’ils firent surtout imprimer dans des ateliers situés à Rouen et à Caen.

  • 12 Jacobus de Voragine, La vie et legende des sainctz et sainctes, pour Michel et Girard Angier et Ja (...)
  • 13 Vocabularius perutilis utriusque juris tam civilis quam canonici, Rouen, Pierre Olivier pour Miche (...)
  • 14 Missale ad usum insignis ecclesie Briocensis, Rouen, pour Michel Angier à Caen et Bertrand Jago à (...)

16Ceci permit aux Macé de diviser les coûts associés à l’impression d’un livre et de partager les difficultés liées à des ventes peu élevées. Ainsi, une édition de la Légende dorée de Jacques de Voragine n’impliqua pas moins de sept libraires, le colophon déclarant que l’ouvrage avait été imprimé « pour Michel et Girard ditz Angier et Jacques Berthelot libraires et relieurs de l’université de Caen pour Jehan Mace, Sulpis le Franc, Julien et Jacques ditz Macez aussi libraires demourans à Rennes ». Le coût élevé de production du fort in-2° avait sans doute incité les libraires à partager le risque12. Leur stratégie commerciale leur permettait également d’assurer la distribution des volumes à un large lectorat. En s’associant avec d’autres libraires, ils pouvaient vendre chaque édition dans plusieurs villes simultanément. C’est dans cette optique qu’en 1512, un dictionnaire de termes juridiques fut imprimé à Rouen par Pierre Olivier pour un groupe constitué d’un libraire de Caen (Michel Angier), de deux libraires angevins (Clément Alexandre et Charles de Bougne) et d’un libraire rennais (Jean Macé)13. Ces associations ne se limitaient pas non plus aux grandes villes et incluaient parfois des libraires tels que Bertrand Jago, qui tenait sa boutique à Moncontour, en Bretagne14.

  • 15 Cura clericalis, Caen, Laurent Hostingue pour Michel Angier, [1525] ; BNF, Rés. D 80016 ; USTC, 11 (...)
  • 16 Coustumes de Bretaigne, [Paris], pour Philippe Bourgoignon à Angers, Nantes et Rennes, 1553 (1554 (...)

17Cette présence continue et le grand nombre d’éditions auxquelles Jean Macé était associé peuvent nous conduire à nous demander quel était le rôle réel de ce libraire dans le processus de préparation et de publication d’un texte. Le fait qu’il ne fit imprimer que deux ouvrages à Rennes même peut nous faire penser qu’il n’était qu’un élément annexe d’un regroupement de libraires. Mais il n’en est rien. Les textes eux-mêmes nous montrent qu’il était impliqué de près dans la publication des ouvrages. Dans une édition du Cura clericalis, l’éditeur de l’œuvre, Thomas Meeterius, explique comment Jean Macé l’avait contacté et lui avait proposé d’en faire une édition nouvelle15. Un libraire pouvait donc assumer la responsabilité de commanditer, d’organiser et de contrôler l’édition d’un texte, même si l’ouvrage était imprimé dans une autre ville. Un autre exemple de ce phénomène nous est donné par le rôle similaire joué par Philippe Bourgoignon à Angers quelques années plus tard. Dans une édition des coutumes de Bretagne, le privilège du roi reconnaissait la manière dont il avait « fait revoir et corriger » un texte qu’il fit imprimer ailleurs16.

  • 17 Virgile, Deux livres de l’Eneide a scavoir le quatrième et sixième, Paris, Fédéric Morel, 1560 ; B (...)

18Les ambitions de ces libraires dépassèrent parfois ce qu’ils pouvaient accomplir. Bourgoignon, dans ce même privilège, obtint le droit de faire imprimer le sixième livre de l’Énéide de Virgile, « traduict en vers françois par Joachim Du Bellay ». Mais il semble qu’il n’eut pas l’occasion de mettre à profit ce privilège exclusif pour un texte produit par un traducteur originaire de la région. Ce fut en fin de compte Fédéric Morel, à Paris, qui en publia une édition en 1560, un an après que Bourgoignon eut cessé de commanditer des œuvres17. Cet ouvrage soulignait aussi les ambitions humanistes de certains libraires provinciaux. Mais tous les livres vendus par des libraires angevins et bretons n’étaient certainement pas teintés d’humanisme. Le libraire rennais George Cleray, par exemple, était connu pour son amour immodéré des chansons de geste et des livres de chevalerie. Sa marque, une gravure sur bois de saint Georges terrassant le dragon, rappelait simultanément son prénom et ce goût pour l’exploit chevaleresque. L’auteur breton Noël du Fail se moqua de la façon dont ce penchant avait causé préjudice au bon fonctionnement et au profit de sa boutique :

  • 18 Noël du Fail, Propos rustiques, éd. Gabriel-André Pérouse et Roger Dubuis, Genève, 1994, p. 307-30 (...)

Georges Cleray n’avoit garde, aux jeux et comédies de Saint-Thomas, jouer autre personnage que d’un roi, d’un empereur, ou de quelque prologue ; que s’il eût voulu, en sa négociation et marchandise, se charger de Donais, Cato pro pueris, lequel fut composé par un moine de Clairvaux, comme il se vérifie aux Mémoires de Fouque l’Abbéi, Capitaine de Fougères, de Rudimens et Despautères, et autres petits et menus livrets, comme faisoient ses voisins, il eût bien davantage profité qu’en la vente des Amadis, Lancelot, Tristan de Léonnois, Ponthus, et autres chevaliers errants Bretons, la lecture desquels me met le cœur au talon, desquels sa boutique étoit autant bien garnie que autres de deçà les monts18.

19Sans anecdotes de ce type ou d’inventaires contemporains, déterminer le contenu des boutiques des libraires est impossible. Mais si l’on ne peut savoir exactement quels livres étaient à la disposition des lecteurs de l’Ouest, on peut identifier les réseaux commerciaux de certains libraires. Ceci nous permet de comprendre quels étaient les ouvrages faciles à obtenir dans la région.

20Les libraires de Bretagne et d’Anjou faisaient affaire avec des marchands et artisans dont les boutiques se trouvaient dans des villes où l’imprimerie était florissante. Les documents d’archive démontrent la place importante occupée par les imprimeurs et les libraires de Paris, Lyon, Rouen et Genève. Les archives municipales de Nantes conservent les comptes d’une famille de marchands espagnols, les Ruiz, qui exportaient des livres de Lyon et de Paris vers Burgos et l’Espagne. Ces comptes témoignent du rôle joué par les libraires de villes provinciales (et notamment à Orléans, Bourges et Nantes) dans l’acheminement des livres. Cette fonction d’intermédiaires démontre la cohésion du réseau de libraires et la vitalité du couloir de la Loire en tant que chemin du négoce du papier et du livre. Dans ce contexte, la domination du livre lyonnais est frappante ; les grands éditeurs de cette ville – les Giunta, Rouillé et autres Senneton – fournissaient une quantité impressionnante d’ouvrages destinés à l’exportation vers la péninsule ibérique. Il est inconcevable que ces livres aient transité entre les mains des libraires sans également les approvisionner. À cet égard, une recherche effectuée sur les collections patrimoniales constituées des ouvrages saisis dans les établissements monastiques locaux au moment des confiscations révolutionnaires est instructive. Elle démontre une plus grande proportion d’imprimaturs de Lyon dans le couloir ligérien que dans les collections équivalentes des bibliothèques des villes de Rennes, Le Mans ou Caen.

  • 19 Annie Parent-Charon, Les métiers du litre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, 1974, p. 147 (...)

21La vitalité des échanges commerciaux avec les autres villes est également démontrée par d’autres sources. Pour Paris, on peut se reporter aux contrats et accords des libraires bretons et angevins avec des imprimeurs et libraires parisiens dans les fonds du minutier central des Archives nationales19. Pour ce qui est des villes plus lointaines telles que Genève, l’examen des sources est moins probant ; sans doute la nature illégale d’une grande partie de ces ventes rendait-elle ces opérations plus délicates et moins susceptibles de faire l’objet de minutes notariales et autres contrats de droit. En revanche, les archives anversoises nous fournissent un document fascinant qui souligne la pénétration du livre humaniste à Nantes à la fin du XVIe siècle.

  • 20 Voir à ce sujet Denis Pallier, « La firme plantinienne et le marché français pendant la Ligue : le (...)
  • 21 « Facture d’ung tonneau de livres envoyé à Nantes », [1593] (Anvers, musée Plantin-Moretus, archiv (...)

22Au cours des guerres de la Ligue, Théodore Reinsart entreprit de distribuer une partie de la production de la presse plantinienne dans le royaume de France20. Reinsart avait identifié une opportunité commerciale. Les réseaux habituels des libraires provinciaux avaient été bouleversés par la guerre civile et, dans de nombreuses villes, les libraires peinaient à s’approvisionner. Reinsart chercha à leur fournir des livres qu’il obtenait à Anvers, comme nous l’indique, fort heureusement, l’énumération du contenu d’un tonneau envoyé à Nantes, conservée au musée Plantin-Moretus21. L’inventaire dressé par Reinsart rappelle la domination des ouvrages en langue latine dans le négoce international du livre. Plus de 90 % des ouvrages que le libraire comptait vendre à Nantes étaient en latin, le reste (à une exception grecque près) était en français. Au-delà de la langue, ce document permet aussi l’analyse des titres énumérés, du nombre de volumes envoyés, de leur prix et de leur format. On peut alors présenter le tableau suivant :

  • 22 Cette édition de Juste Lipse, Epistolica institutio, excepta e dictantis ejus ore, anno 1587 mense (...)

23L’importance statistique des œuvres humanistes est frappante et dépassait celle des ouvrages religieux. On notera par exemple que Reinsart pensait vendre autant d’exemplaires du Politica de Juste Lipse que de bibles latines. La différence de prix des volumes est intéressante : les ouvrages religieux (qui étaient parfois copieusement illustrés) coûtaient en moyenne quatre fois plus cher qu’un texte humaniste. Par ailleurs, les ouvrages humanistes étaient souvent préparés dans des formats variés pour répondre aux attentes différentes de potentiels clients nantais. Ceci permettait de proposer des écrits humanistes à des prix très bas. L’Epistolica institutio de Juste Lipse, qui fut publiée au format in-8°, valait un vingtième de florin par volume. Même si cette édition était de taille plutôt modeste (quarante-quatre pages), elle permettait au lecteur breton d’avoir accès aux écrits de l’un des humanistes les plus célèbres de son temps à un prix abordable22. Reinsart cherchait à séduire tous les lecteurs, quels que soient leurs revenus. À cette fin, il emporta plusieurs exemplaires de deux éditions du De constantia de Juste Lipse, l’une en in-4°, l’autre en in-8°.

  • 23 Voir par exemple le Saturnalium sermonum libri duo, qui de Gladiatoribus, [Anvers], ex officina pl (...)

24Parmi les ouvrages humanistes, on peut distinguer deux types de textes : des éditions d’auteurs antiques tels que Plaute, Suétone et Juvénal, et celles d’auteurs contemporains comme Marc-Antoine Muret et Jean Tixier de Ravisi. La valeur attachée aux éditions de textes classiques était en moyenne beaucoup plus faible que celle des humanistes récents. Ceci était peut-être dû en partie à la concurrence plus forte à laquelle les impressions plantiniennes devaient faire face. Mais ce fut sans doute surtout une conséquence du format des livres. Parmi les formats in-16 et in-24, nous recensons vingt-trois éditions d’auteurs antiques et un seul texte d’un humaniste du XVIe siècle. On ne sait malheureusement pas si ces ouvrages humanistes se vendirent bien à Nantes. La partie de la correspondance de Reinsart qui a survécu fait part de nombreux succès dans des villes privées de livres mais ne mentionne pas le cas de Nantes. Néanmoins, on notera que l’on retrouve certains des titres évoqués dans cet inventaire dans les fonds de la bibliothèque municipale de Nantes. Ces éditions portent toutes la marque ou l’adresse de la firme plantinienne23.

25Les grands centres francophones de production imprimée profitaient donc de la demande du lectorat breton et angevin. Mais on ne devrait cependant pas en conclure que leur domination excluait totalement les volumes imprimés ailleurs.

26La preuve de la présence de livres venus de tout le continent dans l’Ouest nous est fournie par l’examen des collections bretonnes et angevines du XVIe siècle.

III. — LE LIVRE HUMANISTE DANS LES COLLECTIONS DE L’OUEST

  • 24 François Hotman, C. Julii Caesaris de Bello Gallico commentarii, Lyon, Barthélemy Vincent, 1573 ; (...)
  • 25 Voir la dédicace au « sieur de la Chapeliere, Belligan, etc. conseiller du roi et president en sa (...)

27Les collections bretonnes du XVIe siècle sont relativement méconnues. Nous ne possédons aucun corpus d’inventaires après décès et il n’existe pas d’étude approfondie sur la question. De manière anecdotique, on peut examiner les dédicaces des ouvrages imprimés dans les grands centres d’imprimerie. C’est ainsi que l’on trouve une édition des commentaires de François Hotman sur la Guerre des Gaules de Jules César dédiée par l’auteur à Guy XIX, comte de Laval, qui détenait de nombreux comtés, baronnies et autres terres en Bretagne24. On notera également des dédicaces d’ouvrages humanistes à des juristes comme Jean Bonvoysin, président de la cour de parlement de Bretagne25. Mais il est bien plus révélateur d’analyser les annotations de provenance sur les volumes eux-mêmes. Grâce aux quelques mots que les possesseurs griffonnaient parfois sur les pages liminaires ou finales d’un volume, il nous est possible d’établir une liste non exhaustive des livres humanistes qui ont intégré des collections locales au cours du XVIe siècle. Le travail de repérage pour ce type d’analyse est long et, inévitablement, lacunaire. Il permet néanmoins de sortir de l’anonymat des collections intéressantes.

  • 26 Pour de plus amples informations sur cette collection, voir mon livre The Printed Book in Brittany (...)

28Ainsi peut-on identifier de nombreux livres portant l’inscription « Cucé », dont la majeure partie se trouve à la bibliothèque municipale de Rennes. Il s’agit des livres de René de Bourgneuf, seigneur de Cucé et de La Touche-Abelin, près de Rennes. Ce juriste de premier ordre amassa, au cours de ce siècle, une bibliothèque considérable qui fut léguée au couvent des Cordeliers. J’ai pu identifier plus d’une centaine de volumes grâce aux annotations manuscrites, dont un grand nombre d’ouvrages humanistes26. Il possédait dix-neuf livres en langue grecque, dont cinq issus des presses d’Henri Estienne à Genève. Il appréciait également les impressions érudites des ateliers bâlois, ayant accumulé trente-sept titres différents comprenant des ouvrages de Beatus Rhenanus et d’Ange Politien. La nature cosmopolite de cette collection est par ailleurs soulignée par l’identification d’éditions imprimées dans des lieux aussi éloignés que Königsberg et Cracovie à l’Est ou Florence et Rome au Sud.

  • 27 Santé Pagnino, Thesaurus linguae sanctae ex R David Kimchi, [Paris], Robert Estienne, [1548] ; BM (...)
  • 28 Voir les annotations manuscrites sur l’exemplaire du Catonis disticha moralia cum scholiis, Lyon, (...)

29D’autres inscriptions suggèrent également que les ouvrages humanistes pouvaient être obtenus sans grande difficulté dans l’Ouest. Le docteur en théologie et moine carme rennais Didier Richard indiquait parfois aussi son nom sur la page de titre des ouvrages qu’il possédait. On sait ainsi qu’au cours de la seconde moitié du siècle, il avait acheté un exemplaire du Thesaurus de Sante Pagnino en hébreu et en latin, imprimé à Paris27. Les textes édités par les humanistes n’étaient pas exclusivement lus dans les grandes villes de ces provinces. A Vitré, par exemple, on trouve une édition des très populaires Distiques de Caton par Érasme28. Au-delà de ces cas isolés, mais significatifs, nous pouvons aussi examiner le contenu de l’une des grandes collections de livres imprimés du XVIe siècle : celle de Bertrand d’Argentré.

  • 29 Inventaire de la librairie de messire Bertrand d’Argentré, 1582 (BM Rennes, Ms. 568).

30L’inventaire de sa bibliothèque nous donne un aperçu d’une collection telle qu’elle se présentait du vivant de son possesseur. Ce grand juriste et historien acquit près de trois mille volumes au cours de sa vie. En 1582, Argentré en fit dresser l’inventaire, ce qui nous permet de discerner parmi eux les titres humanistes29. Même si l’énumération est plutôt lapidaire, il est possible d’établir que plus de cent quarante des ouvrages cités étaient entièrement ou partiellement en grec. La vaste majorité des livres était en latin, avec comparativement peu d’ouvrages en français. La collection faisait la part belle aux textes antiques, avec notamment de nombreuses éditions d’Aristote, de Cicéron, d’Homère et de Platon. On remarque que pour certains auteurs comme Plutarque, Argentré avait réuni des éditions du même texte en grec, en latin et en français. Il collectionnait aussi les ouvrages d’humanistes comme Erasme, Lorenzo Valla, Théodore Gaza et Marsile Ficin. Il est également intéressant de noter que les seuls noms d’éditeurs précisés dans cet inventaire sont ceux de grands éditeurs humanistes (Estienne, Plan tin, Aide et Gryphe). La variété et la quantité étonnantes des ouvrages humanistes dans la collection de Bertrand d’Argentré démontrent la facilité avec laquelle on pouvait avoir accès à ces éditions érudites.

  • 30 Pierre Aquilon, « Quatre avocats angevins dans leurs librairies (1586-1592) », dans Le livre dans (...)
  • 31 Ibid., p. 512.

31Les archives de l’Anjou nous offrent une perspective complémentaire. Les inventaires des bibliothèques angevines sont de teneur différente de ceux que nous venons d’évoquer. Si nous avons des exemples tirés de collections éparpillées et des données provenant de deux grandes bibliothèques bretonnes, nous ne possédons pas d’inventaires après décès qui nous fourniraient une vision globale de collections plus modestes. C’est pourquoi je me permets de faire quelques remarques sur les bibliothèques des quatre avocats angevins mises en lumière par Pierre Aquilon dans le colloque qui se tint à Tours il y a maintenant plus de vingt-cinq ans30. Comme Pierre Aquilon l’avait fort bien fait remarquer dans son introduction, la valeur des ouvrages professionnels mettait en avant l’importance des volumes juridiques dans ces quatre collections. Néanmoins, on aurait tort de minimiser les ouvrages classiques et humanistes, dont la présence est remarquable. La présence des neuf volumes des œuvres complètes d’Érasme dans la bibliothèque de l’un des avocats a, en effet, de quoi surprendre. Dans la collection de l’un d’entre eux – Etienne Gaultier –, les livres classés dans la section « humanités » représentaient près du tiers de la valeur de l’ensemble de la collection31.

32Il est également intéressant de noter la présence d’œuvres en grec et même en hébreu. On peut émettre quelques doutes quant à l’aptitude des avocats à lire ces langues avec facilité : les trois livres qui contiennent de l’hébreu étaient voués à l’apprentissage de cette langue. Mais leur présence dans des collections de juristes souligne la réussite des idéaux humanistes dans ces provinces. Ce constat est d’autant plus intéressant qu’il ne s’agit pas de bibliothèques de grande renommée, comme c’est le cas pour les deux collections bretonnes sur lesquelles nous nous sommes penché. Dans son article, Pierre Aquilon a recensé quatre collections de taille moyenne qui, ensemble, représentaient un peu plus de sept cents ouvrages. Il range plus de deux cents de ces volumes dans les catégories « humanités » et « histoire ». Ces inventaires nous apprennent que ces juristes ne cherchaient pas simplement à établir des collections professionnelles ; il y avait une réelle soif de posséder des volumes humanistes.

33Le lecteur en Anjou et en Bretagne dépendait en grande partie de la production des grands centres d’imprimerie pour avoir accès au livre humaniste. Le développement d’un réseau dense de libraires dans les décennies qui suivirent l’implantation de l’imprimerie en France facilita grandement la distribution des livres. Les grands imprimeurs et libraires de Lyon et de Paris se rendirent très vite compte qu’il existait une forte demande pour leurs volumes. Leur réussite commerciale est attestée par l’étude des marques de provenance et des inventaires des riches collections angevines et bretonnes. L’engouement pour l’imprimé s’étendait en particulier aux textes humanistes dont on trouve de nombreux exemplaires, que ce soit pour les éditions vernaculaires, latines ou même grecques, voire hébraïques.

Notes

1 Ian Maclean, « The market for scholarly books and conceptions of genre in Northern Europe, 1570-1630 », dans id., Learning and the Market Place. Essays in the History of the Early Modern Book, Leyde, 2009, p. 9-24.

2 Voir l’analyse faite par William Kemp : « L’entrée de François Ier à Angers le dimanche 6 juin 1518 : éditions et récits », dans Vérité et fiction dans les entrées solennelles à la Renaissance et à l'âge classique, dir. John Nassichuk, Québec, 2009, p. 87-106.

3 Aristote, Le secret des secretz, Bréhan-Loudéac, Robin Fouquet et Jean Grès, [1484] ; BNF, Rés. H 506 (3) ; USTC, 70837.

4 Le secret des secretz Paris, [Antoine Caillaut], vers 1484 ; BM Besançon, Inc. 763 ; USTC, 70838.

5 Sur les adaptations et traductions du texte avant la venue de l’imprimerie, voir Jacques Monfrin, « La place du Secret des secrets dans la littérature française médiévale », dans Pseudo-Aristotle, The Secret of Secrets. Sources and Influences, dir. William Francis Ryan et Charles Bernard Schmitt, Londres, 1982, p. 73-113.

6 Aulus Persius Flaccus, Satyrae sex emendatissimae, Rennes, chez Guillaume Chevau et Pierre Le Bret, 1556 ; BM Nantes, 24843 ; USTC, 111641.

7 Selon les indications manuscrites, Etienne Maillard aurait annoté le texte en 1559. On retrouve un maître Etienne Maillard, auditeur des comptes à Nantes, en 1580. Voir Georges Durville, « Les anciens fiefs de Nantes du Xe siècle à la Révolution », dans Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, t. 39,1898, p. 128.

8 Voir par exemple Nicolas Debaste, Les passions d’amour, Rennes, chez Robert Godecart, 1586, dont on ne connaît qu’un seul exemplaire, conservé à la BM Rennes, Rés. 11365 ; (TTC, 57412.

9 Léon Maître, « Une procédure universitaire au collège de Nantes contre le monopole des libraires au XVIe siècle », dans Annales de Bretagne, t. 22, 1907, p. 224-238.

10 Sur les Macé, voir Léopold Delisle, Catalogue des livres imprimés ou publiés à Caen avant le milieu du XVIe siècle, suivi de recherches sur les imprimeurs et les libraires de la même ville, Caen, 1903-1904 ; réimpr. Amsterdam, 1969 ; Michel Duval, « Les libraires normands en Bretagne au XVIe siècle », dans Nouvelle revue de Bretagne, t. 7, 1953, p. 375-385.

11 Les loables coustumes du pays et duche de Bretaigne, Rouen, pour Richard Macé, Jean Macé à Rennes et Michel Angier à Caen, 1514 ; BM Limoges, Rés. T 140 ; USTC, 55556. Bartholomaeus Anglicus, Le proprietaire des choses tres utile et proffitable aux corps humains, Rouen, pour Richard Macé, François Regnault à Paris, Jean Macé à Rennes et Michel Angier à Caen, 1512 ; BM Épernay, Chandon V 1093 ; USTC, 57636.

12 Jacobus de Voragine, La vie et legende des sainctz et sainctes, pour Michel et Girard Angier et Jacques Berthelot à Caen et Jean Macé, Sulpice le Franc, Julien et Jacques Macé à Rennes, vers 1527 ; BNF, Rés. H 1064 ; USTC, 73466.

13 Vocabularius perutilis utriusque juris tam civilis quam canonici, Rouen, Pierre Olivier pour Michel Angier à Caen, Clément Alexandre et Charles de Bougne à Angers et Jean Macé à Rennes, 1512 ; BM Rouen, Inc. p 123 ; USTC, 112413.

14 Missale ad usum insignis ecclesie Briocensis, Rouen, pour Michel Angier à Caen et Bertrand Jago à Moncontour, 1543 ; BM Le Mans, TH 8° 1786 ; USTC, 111272.

15 Cura clericalis, Caen, Laurent Hostingue pour Michel Angier, [1525] ; BNF, Rés. D 80016 ; USTC, 112443.

16 Coustumes de Bretaigne, [Paris], pour Philippe Bourgoignon à Angers, Nantes et Rennes, 1553 (1554 n. s.) ; BM Rennes, 76807 (1) ; USTC, 22563.

17 Virgile, Deux livres de l’Eneide a scavoir le quatrième et sixième, Paris, Fédéric Morel, 1560 ; BM Toulouse, 169 J 1080 (1) ; USTC, 29088. Cette édition faisait partie d’un projet bien plus vaste pour mettre en lumière les œuvres de Joachim Du Bellay.

18 Noël du Fail, Propos rustiques, éd. Gabriel-André Pérouse et Roger Dubuis, Genève, 1994, p. 307-308.

19 Annie Parent-Charon, Les métiers du litre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, 1974, p. 147-148.

20 Voir à ce sujet Denis Pallier, « La firme plantinienne et le marché français pendant la Ligue : les voyages du libraire Théodore Reinsart en France (1591-1596) », dans De gulden passer, t. 61-63, 1983-1985, p. 117-135.

21 « Facture d’ung tonneau de livres envoyé à Nantes », [1593] (Anvers, musée Plantin-Moretus, archives n° 323, fol. 52).

22 Cette édition de Juste Lipse, Epistolica institutio, excepta e dictantis ejus ore, anno 1587 mensejunio. Adjunctum est Demetrii Phalerei ejusdem argumenti scriptum, Leyde, ex officina plantiniana, François Rapheleng, 1591, se trouve à la BNF, Z 13345 ; USTC, 423035.

23 Voir par exemple le Saturnalium sermonum libri duo, qui de Gladiatoribus, [Anvers], ex officina plantiniana, 1590 (BM Nantes, 55065 ; USTC, 422914) ; Juste Lipse, Ad C. Cornelium Tacitum Curae secundae, Leyde, ex officina plantiniana, François Rapheleng, 1591 (BM Nantes, 39053 ; USTC, 422672). Voir également le volume in-16 des Epistolae familiares de Cicéron, édité par Paul Manuce, [Anvers], ex officina plantiniana, par la veuve Plantin et Jan Moretus, 1592 (BM Nantes, 32916 ; USTC, 430663).

24 François Hotman, C. Julii Caesaris de Bello Gallico commentarii, Lyon, Barthélemy Vincent, 1573 ; British Library, C.80.f.7.

25 Voir la dédicace au « sieur de la Chapeliere, Belligan, etc. conseiller du roi et president en sa cour de Parlement à Rhenes en Bretagne », dans Le tresor des morales de Plutarque, Paris, chez Jean Poupy, 1577 ; BM Alençon, Z N 10, fol. à 2-à 8 ; USTC, 1430.

26 Pour de plus amples informations sur cette collection, voir mon livre The Printed Book in Brittany, 1480-1600, Leyde, 2011, chap. VI.

27 Santé Pagnino, Thesaurus linguae sanctae ex R David Kimchi, [Paris], Robert Estienne, [1548] ; BM Rennes, 14494 ; USTQ 150097.

28 Voir les annotations manuscrites sur l’exemplaire du Catonis disticha moralia cum scholiis, Lyon, Sébastien Gryphe, 1529 ; BM Vitré ; USTC, 122018.

29 Inventaire de la librairie de messire Bertrand d’Argentré, 1582 (BM Rennes, Ms. 568).

30 Pierre Aquilon, « Quatre avocats angevins dans leurs librairies (1586-1592) », dans Le livre dans l'Europe de la Renaissance. Actes du XVIIIe colloque international d’études humanistes de Tours, dir. Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin, Paris, 1988, p. 502-549.

31 Ibid., p. 512.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/548/img-1.jpg
Fichier image/, 61k

Auteur

Université de Saint Andrews

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540