Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Pierre Ramus et André Wechel : un libraire au service d’un auteur

Geneviève Guilleminot-Chrétien

Abstract

Après avoir confié la publication de ses œuvres à plusieurs éditeurs du quartier de l’Université, essentiellement Jean Bogard, Mathieu David et Louis Grandin, Pierre Ramus, suivi par son entourage du collège de Presles, s’adresse à partir de 1555 à la maison d’édition des Wechel, à la réputation bien établie. André Wechel aura jusqu’en 1572 la quasi-exclusivité de l’œuvre de Ramus, qu’il couvre avec ses propres privilèges royaux. Il le suit dans ses expériences orthographiques et surtout respecte les distinctions « i » / « j » et « u » / « v » introduites par le grammairien. Wechel contribue à la diffusion à l’étranger des écrits de Ramus en apportant ses éditions aux foires de Francfort ou en les déposant chez Christophe Plantin à Anvers, et met à la disposition du principal du collège de Presles son propre réseau de relations dans le monde flamand et germanique, où il transporte habituellement courrier et argent et aide les voyageurs de toutes conditions. Ramus partage avec Hubert Languet, en mission diplomatique pour l’électeur de Saxe, et André Wechel une commune appartenance à la Réforme, à l’écart de l’orthodoxie genevoise. Après la Saint-Barthélemy, Wechel, installé à Francfort, reste en rapport avec les anciens amis de Ramus, dont il continue à publier les traités. Dans cet échange permanent entre auteur et libraire, il est impossible de dire qui a le plus servi l’autre.

Full text

  • 1 Pierre Ramus, Orner Talon, Colletanae praefationes, epistolae, orationes, Paris, Denis Duval, 1577 (...)

J’ai reçu tes nombreuses lettres, auxquelles je n’ai cependant rien répondu, parce que nous n’avons trouvé personne qui aille de Paris à Fribourg[-en-Brisgau] : j’ai finalement décidé de répondre par l’intermédiaire de Wechel notre imprimeur1.

  • 2 Sur les Wechel à Paris, voir Geneviève Guilleminot-Chrétien, « Chrétien et André Wechel “libraires (...)

1Ces quelques mots d’une lettre de Pierre Ramus du 16 août 1572 à son correspondant Johannes Thomas Freigius, qu’il entretient ensuite de ses publications à venir, résument le rôle que tient auprès de Ramus son libraire parisien André Wechel : celui-ci n’est pas seulement son éditeur attitré depuis de longues années, mais il lui est aussi un relais indispensable avec le monde germanique. Or, si le nom de Wechel revient souvent dans les études consacrées à Ramus, leurs relations n’ont jamais été examinées, au moins pour la période parisienne antérieure à la Saint-Barthélemy2.

  • 3 Nous ne reviendrons pas ici sur la question de la paternité réelle de certains traités entre Talon (...)
  • 4 Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle. Ouvrage publié d’après les manuscrits de Philipp (...)
  • 5 Ibid., 1543, n° 165, 166 et 167 ; 1544, n° 198 (en association avec Orner Talon et Barthélemy Alex (...)
  • 6 Ibid., 1544, n° 198 et 199 (sans nom d’auteur, mais attribuable à Talon) ; 1545, n° 220 ; 1547, n° (...)

2Il convient de rappeler l’histoire éditoriale de Ramus, qui évolue en parallèle avec sa renommée et est inséparable de celle de son alter ego, Orner Talon3. Leurs premiers ouvrages paraissent chez Jean Bogard4, un libraire-imprimeur qui exerce de 1541 à 1548 au cœur du quartier de l’Université, rue Saint-Jean-de-Latran, à proximité du collège de Cambrai et de la rue Saint-Jacques. Attaché à la qualité de ses éditions, il peut faire office d’éditeur intellectuel et s’adresse à un public universitaire. Parmi les cent soixante et onze éditions recensées à son nom, on trouve les huit premières éditions de Ramus5 et cinq publications d’Omer Talon6. En publiant Ramus en 1543, il édite un auteur encore inconnu, mais qui se fait vite remarquer par le scandale de ses positions contre Aristote. Après la mort de Bogard en 1548, son beau-frère Martin Le Jeune, qui succède à son adresse, publie trois éditions de Ramus et de Talon.

  • 7 Ces libraires n’ont jamais fait l’objet d’études particulières. Nos remarques s’appuient sur l’ens (...)

3Ramus confie ensuite l’essentiel de son œuvre à Mathieu David, parfois associé à Louis Grandin et Jean de Roigny, ou à Louis Grandin seul7. Mathieu David est un petit libraire-imprimeur, qui exerce depuis 1544 et se consacre aux éditions scolaires et aux textes émanant du monde universitaire. Il entretient certainement des relations étroites avec les professeurs et les étudiants qui gravitent autour de Ramus : en 1547, il imprime les discours des frères François et Claude Lestrange, tenus au collège de Presles ; en 1548, ceux d’étudiants d’Omer Talon appartenant aux nations de France et de Picardie, au rang desquels figure Antoine Fouquelin ; en 1551, l’Oratio de Nicolas Charton, qui vient de prendre, avec les encouragements de Ramus et de Talon, la direction du collège de Beauvais. Sa production totale reste bien inférieure à deux cents titres.

  • 8 Imprimeurs et libraires parisiens..., t. V, 1547, n° 266 bis.
  • 9 Annie Parent-Charon, Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle, Genève, 1974, p. 135.

4De 1547 à 1553, David imprime dix-neuf ouvrages de Ramus et quatorze de Talon, dont un premier ouvrage en 1547 en édition partagée avec Bogard, qui avait obtenu un privilège du Parlement8. Malgré la qualité typographique de ses impressions, Mathieu David n’arrive pas à lancer réellement sa maison d’édition, sans doute par manque de ressources personnelles. En 1548, il s’associe avec un maître ès arts, Jacques Cailly, qui finance une partie de l’affaire et fournit le papier, tandis que David imprime et vend dans sa boutique. Le montage est défavorable à l’imprimeur, qui s’endette de plus en plus envers son associé jusqu’à la dissolution de la société en 15519. David ne publie plus que quelques titres jusqu’à la fin de son exercice, en 1558. L’officine de Louis Grandin est plus modeste encore : il commence en 1542 et exerce jusqu’en 1559, mais après les Institutionum de Ramus en 1554, il ne produit plus rien jusqu’en 1558.

  • 10 AN, X1A 1560, fol. 450 ; X1A 1562, fol. 90v ; X1A 1577, fol. 12v ; X1A 1576, fol. 273 ; cités d’ap (...)

5Pendant cette première décennie de son activité d’auteur, on ne sait rien des rapports personnels entre Ramus et ses éditeurs. Si ses éditions chez Bogard portent parfois au titre la mention d’un privilège, celui-ci ne figure pas à l’intérieur de l’ouvrage. Bogard insère dans les Brutinae quaestiones in Oratorem Ciceronis un extrait du privilège du Parlement qu’il a obtenu le 5 février 1547. Il reçoit aussi un privilège le 7 juin 1547 pour l’Academia d’Omer Talon. Ramus obtient ensuite pour lui-même quelques privilèges du Parlement : le 20 août 1547, un privilège de trois ans « pour faire imprimer par tel libraire qu’il lui plaira » les Institutionum dialecticarum libri tres, qu’il confie à Louis Grandin ; le 7 mai 1548, toujours pour trois ans, pour « un volume de dialectique par lui composé pour l’instruction des enfants en philosophie », les Animadversionum aristotelicarum libri XX, publié par Mathieu David et Jean de Roigny ; le 22 novembre 1553, à nouveau pour les Institutionum dialecticarum libri tres, une fois encore édité par Grandin en 1554. Talon, de son côté, obtient un privilège le 23 février 1553 pour ses explications du De oratore de Cicéron, qu’il remet à Charles Estienne10. Aucun contrat n’ayant été retrouvé, les conditions de cession restent inconnues.

6En 1554, les éditions de Pierre Ramus et d’Omer Talon se répartissent donc entre Mathieu David à peu près ruiné, Louis Grandin qui abandonne toute activité éditoriale et Charles Estienne, qui tente alors de maintenir l’adresse de l’Olive après le départ de son frère Robert pour Genève mais se débat dans les difficultés financières.

  • 11 Voir, dans ce volume, Michel Magnien, « Des presses humanistes au service du vernaculaire ? Le cas (...)
  • 12 Marie-Luce Demonet, « Le match Ramus-Turnèbe », dans Ramus et l’Université, Paris, 2004 (Cahiers V (...)

7Si Ramus favorise la fidélité à une officine et reste dans le monde limité des quelques rues autour des collèges, sa renommée et l’intérêt qu’il inspire hors de France ne cessent de croître, surtout après sa nomination comme lecteur royal en 1551. Il est donc naturel qu’il ait cherché un éditeur de plus grande envergure. Il aurait pu se tourner vers Michel de Vascosan, qui publie ses commentaires de Cicéron en 1550 et 1554, mais Vascosan, à ce moment, infléchit sa politique éditoriale et commence à délaisser le latin et les ouvrages scolaires au profit des traductions en français et des grands traités d’histoire11. Par ailleurs, Vascosan semble soutenir les adversaires de Ramus : il a publié en 1551 le Contra novam academiam Petri Rami oratio de Pierre Galland et en 1553, sous le nom de Léger Du Chesne, les Animadversiones d’Adrien Turnèbe, une violente attaque contre Ramus12. Ramus choisit de s’adresser à André Wechel, qui en 1554 hérite de son oncle Chrétien la librairie-imprimerie à l’enseigne du Cheval volant, située rue Saint-Jean-de-Beauvais, en face du collège de Beauvais, et mitoyenne de la maison des Estienne. Cette vieille officine parisienne a toujours fourni les manuels nécessaires à l’apprentissage des humanités, alphabets grecs et hébreux, grammaires, textes grecs au programme des collèges (Platon, Lucien, Démosthène, Hérodote...) débités en fascicules pour en alléger le coût. Elle est aussi réputée pour ses livres illustrés – Alciat, Dürer, Végèce – et ses nombreuses publications médicales, sans négliger l’enseignement du droit, mais n’accorde qu’une place limitée aux auteurs de langue française, essentiellement Claude Colet et Louis Meigret.

8Par sa capacité de production, elle se range parmi les principales maisons parisiennes de cette période. Chrétien Wechel n’atteint certes pas le niveau de Robert Estienne pour le travail d’établissement des textes et les ambitions éditoriales, mais se consacre plutôt à la pédagogie des disciplines humanistes. C’est aussi un endroit très vivant, ouvert sur l’étranger. André Wechel, qui est l’un des rares libraires parisiens à fréquenter régulièrement les foires de Francfort, va maintenir et même développer encore les relations étroites qu’entretenait son oncle avec les pays flamands et germaniques. En 1561, Hubert Languet écrit de lui qu’il s’occupe de presque toutes les affaires des Allemands à Paris.

9Enfin, la maison des Wechel est de longue date suspecte d’un point de vue religieux. Chrétien Wechel, après plusieurs perquisitions, a cessé de publier des adaptations françaises de petits traités de Luther et a fini par retirer les ouvrages pédagogiques d’Erasme et de Melanchthon de son stock, mais son réseau de relations inclut sympathisants et adeptes de certains courants réformés, à l’exclusion de Genève.

  • 13 Marie-Dominique Couzinet et Jean-Marc Mandosio, « Nouveaux éclairages sur les cours de Ramus et de (...)

10Dès 1554-1555, André Wechel donne un nouvel élan à l’entreprise. Il garde le matériel et les pratiques typographiques de son oncle mais modernise la présentation des livres en adoptant l’usage des bandeaux et en se procurant des lettrines à la mode, sans encadrement, blanches sur rinceaux blancs. Bien que renonçant à imprimer en hébreu, il publie toujours des auteurs classiques grecs et latins à usage scolaire, notamment Virgile et Cicéron, dont des éditions parues de 1554 à 1557 sont utilisées par Nicolas Nancel pour reporter soigneusement le cours de Ramus, qui consacre chaque jour une heure à commenter ces auteurs, à raison d’une page par leçon13

11Aucun document n’explique les circonstances de l’arrivée de Ramus dans la firme du Cheval volant, mais les possibilités de rencontre ne manquaient pas, à commencer par la proximité géographique : Wechel est installé en face du collège de Beauvais dont Talon est un temps le principal, et qui est mitoyen par la cour avec le collège de Presles.

  • 14 AN, Minutier central, LXXIII, 8, 24 novembre 1546, et LXXIII, 10, 31 août 1547.
  • 15 Peter Sharratt, « Nicolaus Nancelius, Petri Rami vita edited with an English translation », dans H (...)

12Des relations communes existent entre Ramus et Wechel, susceptibles d’être intervenues. Jacques Cailly, qui avait financé Mathieu David, connaissait aussi Chrétien Wechel, qui, en 1546, s’était porté caution pour lui auprès de Charles Estienne14. Johannes Sturm, dont Ramus suivit l’enseignement, est un vieil ami des Wechel. Mais l’intermédiaire le plus probable semble être Jean Quintín. Docteur en droit canon, professeur de droit, Quintín avait été choisi par Ramus pour le défendre lors de la confrontation avec Antonio de Gouvea en 1543 à propos d’Aristote. D’après les souvenirs de Nancel, c’était un ami intime de Ramus, qui allait souvent dîner chez lui. Ils étaient si proches que Quintín s’était permis de faire remarquer à Ramus ses défauts de tenue lorsqu’il enseignait15. Or Quintín est un personnage plus original que ses cours de droit canon ne le laisseraient supposer. Entré dans l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, il vit à Malte de 1531 à 1536. Passionné par sa découverte de l’île, il accumule lectures et observations directes et publie à son retour des ouvrages sur Malte. Revenu à Paris, il enseigne jusqu’à sa mort, en 1561, tout en participant activement à la vie de l’Eglise française : il est délégué du clergé aux états d’Orléans. Quintín est un auteur régulièrement publié par les Wechel à qui, de 1539 à 1561, il donne des traités de droit canon et des traductions commentées des canons de l’Église grecque. Il pourrait avoir introduit Ramus chez Wechel d’autant plus aisément qu’il habite dans la commanderie parisienne de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’enclos Saint-Jean-de-Latran. Or la maison qu’occupe Wechel appartient à la commanderie et communique par sa cour avec l’enclos.

  • 16 Colette Demaizière, « Le cardinal de Lorraine protecteur de Ramus », dans Le mécénat et l’influenc (...)
  • 17 Pierre Ramus, Traicté des façons et coustumes des anciens Gaulloys, Paris, André Wechel, 1559, ave (...)

13Cette question de l’ordre de Malte reste à étudier : Wechel publie à plusieurs reprises des auteurs appartenant à l’ordre, dont le plus connu est le bruyant chevalier Nicolas de Villegagnon, protégé du cardinal de Lorraine, tout comme Ramus16. François de Guise, frère du cardinal, est lui-même grand-prieur de l’ordre et compte parmi ses officiers Michel de Castelnau, qui profite de son séjour à Paris en 1559 pour traduire le Liber de moribus veterum Gallorum de Ramus17.

  • 18 Geneviève Guilleminot, « André Wechel et la Pléiade (1555-1559) », dans Australian Journal of Fren (...)

14En 1555, le renouveau de la maison d’édition s’affirme tout particulièrement. En quelques mois paraissent chez Wechel le Tombeau de Jean Brinon, où sont rassemblées des pièces de la Pléiade, les Hymnes de Pierre de Ronsard, les Quatre livres de l’amour de Francine de Jean-Antoine de Baïf, la Rhétorique de Fouquelin avec des exemples pris aux jeunes poètes français et la Dialectique de Ramus, dont les citations empruntées aux classiques latins sont traduites par Ronsard, Du Bellay et autres poètes contemporains. On ne sait pas plus ce qui amena les jeunes poètes chez Wechel, qu’ils quittent en 1559 à l’exception de Jodelle, qui lui fournit encore quelques pièces liminaires. Wechel ne publiera plus jamais de poésie18.

15Quelle que soit l’explication de l’arrivée de Ramus chez Wechel, à partir de 1555, Ramus et ses fidèles du collège de Presles lui confient toutes leurs œuvres. L’ensemble des éditions de Ramus, traités ou commentaires de Cicéron et de Virgile, y compris les petits ouvrages scolaires qui ne portent pas son nom, et ceux de ses proches, Orner Talon et Antoine Fouquelin, représente au moins soixante-dix-sept éditions de 1555 à 1572, sur une production totale de plus de trois cent soixante éditions. Il serait plus juste de parler des années 1555 à 1567, puisque aucun ouvrage de Ramus ne paraît à Paris entre 1568 et 1571 inclus, qui sont des années d’exil pour lui comme pour Wechel. Tous deux ne reprennent pleinement leur activité que fin 1571, et Wechel publie quatre traités de Ramus en 1572. Ramus représente ainsi entre un quart et un cinquième de l’activité éditoriale de Wechel. Il n’existe sans doute, chez les grands éditeurs parisiens du XVIe siècle, aucun autre exemple d’auteur accaparant une pareille place. Il serait intéressant de faire le compte en feuillets pour mieux situer la part exacte dans l’activité des presses. D’autres disciples de Ramus confient leurs œuvres à Wechel : quand, en 1557, le lecteur royal de mathématiques, Jean de la Pena, édite le texte grec et la traduction latine de deux traités d’Euclide, il indique qu’il a travaillé sur les manuscrits grecs que lui a procurés Ramus ; en 1558, c’est du collège de Presles qu’il signe son épître au lecteur pour l’édition grecque et la traduction latine du Sphaericorum libri tres de Théodose de Tripoli. De même, le Misopogon de l’empereur Julien est édité en grec et traduit en latin par Pierre Martini en 1566 ; l’épître à Odet de Châtillon, qui ne figure pas dans tous les exemplaires, précise qu’il a trouvé le manuscrit dans la bibliothèque de Ramus, son professeur. André Wechel publie aussi en 1564 l’Expositio et l’Additio d’Arnaud d’Ossat contre le De methodo de Jacques Charpentier.

  • 19 Voir les textes des privilèges en annexe.
  • 20 Elizabeth Armstrong, « Quelques privilèges du règne de Henri II », dans Parcours et rencontre. Mél (...)

16En l’absence de tout contrat d’édition, il convient de voir quelles informations peuvent être tirées des volumes eux-mêmes, et tout d’abord des privilèges. André Wechel n’en donne jamais le texte intégral, mais seulement un extrait, en français ou en latin selon la langue de l’ouvrage. Cet extrait ne figure pas sur toutes ses publications, mais généralement sur les plus conséquentes. Tous les privilèges sont au nom de Wechel, sans mention de cession de Ramus, de Talon ou de Fouquelin. Or quand le privilège est accordé à l’auteur, son nom apparaît toujours : c’est le cas chez Wechel pour Ronsard, Nicolas de Villegagnon, le médecin Jean Fernel ou encore Ambroise Paré. Wechel utilise donc ses propres privilèges. Ce sont toujours des privilèges royaux, ce qui est commercialement beaucoup plus intéressant, puisqu’ils couvrent tout le royaume, alors que Ramus, chez ses éditeurs précédents, n’avait bénéficié que de privilèges du parlement de Paris, donc limités au ressort du Parlement, ce qui explique certaines éditions lyonnaises. Enfin, ils sont chaque fois répétés dans plusieurs ouvrages. Wechel obtient ces privilèges le 13 septembre 1555, le 26 septembre 1556 et le 11 juin 155719. Les deux premiers sont utilisés surtout pour Ramus et Fouquelin, mais sans exclusivité : le privilège de 1555 couvre aussi le Nomenclator de Robert Constantin et le Gnomon de René Guillon. Mais le privilège essentiel dans la production d’André Wechel est celui du 11 juin 1557 : privilège général, il est exploité pour des publications d’auteurs variés jusqu’en 1572, où il apparaît encore dans la traduction latine de Xénophon donnée par Joachim Camerarius. Wechel l’adapte, indiquant une durée différente selon les cas20. Ramus et ses proches sont donc traités comme les autres auteurs et ne peuvent se prévaloir d’un privilège personnel dans leur négociation avec le libraire.

  • 21 Nina Catach, L’orthographe française à l’époque de la Renaissance, Genève, 1968, p. 128-133 et p.  (...)

17En arrivant chez André Wechel, Ramus trouve un atelier d’imprimerie qui a déjà travaillé pour Louis Meigret et accepté l’emploi de caractères spéciaux21. Il faut toutefois relativiser cette expérience : du point de vue de l’imprimeur, l’orthographe de Meigret ne demandait que deux caractères supplémentaires, le « e » cédille et le « n » tildé. L’apport réel de l’imprimeur est donc de consentir à ce qu’un compositeur s’applique à suivre exactement la copie fournie par l’auteur. Or les essais de Louis Meigret en 1550-1552 sont sans suite. En 1554, dans son Discours touchant la création du monde, toujours chez Wechel, Meigret se plaint amèrement :

Au demeurant, si le batiment de l’escripture vous semble autre et different de la doctrine qu’autrefoys je mis en avant, blamez en l’imprimeur, qui a préféré son gain à la raison : esperant le faire beaucoup plus grant et avoir plus prompt depeche de sa cacographie, que de mon orthographie.

18Meigret blâme la légèreté humaine :

A ceste cause je laisse le chois à l’imprimeur de telle escriture que bon luy semblera, me deliberant pour l’advenir de le souffrir tousjours de mesme [...].

19Si André Wechel se prête aux expérimentations orthographiques, il ne les suscite donc pas. Ramus n’use en fait de sa nouvelle orthographe que dans la Grammaire de 1562, et de façon plus limitée dans celle de 1572.

20L’emploi du « j » bas de casse apparaît en 1555 dans les Hymnes et dans l’Hymne de Bacus et en 1556 dans le Second livre des hymnes de Ronsard, mais il est abandonné dans les pièces poétiques de circonstance en 1558 et 1559. Les distinctions entre « i » et « j » et « u » et « v » introduites par Ramus sont sans doute plus significatives. Les caractères « u » et « j » existaient déjà en bas de casse, mais pas en capitales : l’imprimeur a donc dû faire graver ces deux caractères supplémentaires. La première occurrence dans un texte latin se rencontre dans les Rudimenta grammaticae en 1559 et dans les Scholae grammaticae de la même année avec un emploi encore irrégulier, mais elle passe presque inaperçue dans ces petits traités de grammaire latine. Le nouveau caractère « U » en capitale ne s’affiche qu’en 1560, au titre des Dialecticae libri duo et des Grammaticae libri quatuor. À partir de cette date, leur emploi devient régulier, mais cet usage reste limité aux œuvres de Ramus et de Talon et à l’édition de Julien par Pierre Martini, ce qui prouve bien l’appartenance de ce texte au clan. Il n’est toutefois jamais parfaitement maîtrisé par le compositeur : le « U » capitale est parfois oublié ou utilisé même quand il n’est pas dans le même corps que le reste de la composition, ce qui déséquilibre la ligne. On ne retrouve ces distinctions entre « i » et « j » et « u » et « v » dans aucun autre ouvrage publié par Wechel. Elles ne sont donc pas entrées dans les pratiques d’atelier, mais restent une particularité ou une exigence de Ramus. Cela montre en tout cas que Ramus, au moins à partir de 1559, est suffisamment en position de force dans la relation auteur-imprimeur pour imposer ses choix.

  • 22 P. Sharratt, « Nicolaus Nancelius... », p. 220-221 (N. Nancel, Petri Rami..., p. 42) : (réponse :)(...)
  • 23 Ibid., p. 224-225 (N. Nancel, Petri Rami..., p. 45).

21Ramus suit-il de près le travail des presses ? Nous disposons d’un seul témoignage, celui de Nicolas Nancel, son élève qui lui sert de secrétaire : à propos de l’Admonitio ad Adnanum Turnebum parue sous le nom d’Omer Talon en 1556, Nancel dit que Ramus écrivit cette réponse en deux ou trois jours, et que lui-même l’établit pour l’impression, la remit à l’imprimeur chez qui il passa la nuit pour poursuivre le travail nuit et jour22. Le témoignage est sans doute à prendre avec quelque précaution : Nancel se vante un peu de sa place auprès de Ramus et les règlements urbains n’autorisent certainement pas le travail nocturne. Cependant, Nancel affirme bien à un autre passage qu’il veillait à l’impression des œuvres de Ramus23.

  • 24 Voir le texte de l’épître de 1567 en annexe. W. J. Ong, Ramus and Talon Inventory..., p. 101, n° 7 (...)

22Du vivant de Ramus, André Wechel signe une seule épître au lecteur, qui figure en tête de la Rhetorica de Talon de 1567, où il soutient que la Rhetorica est bien de Talon, mais revue pour l’édition par Ramus (Talon était mort en 1562). Cette épître, qui donne des détails précis sur la place de la Rhetorica dans la progression de la pensée de Ramus, a sans doute été rédigée avec l’aide de Ramus, sinon composée par lui-même. Wechel réédite la Rhetorica de Talon à Francfort en 1575, avec une nouvelle épître dans laquelle il assimile le rôle de l’éditeur à celui de la sage-femme, soulignant que Ramus était célèbre pour son incessante révision de ses écrits24.

  • 25 Georg Willers, Die Messkataloge, Faksimiledruck, éd. Bernhard Fabian, t. I, Hildesheim/New York, 1 (...)
  • 26 Anvers, musée Plantin-Moretus, archives, registre n° 39, 2 octobre, 27 octobre et 9 novembre 1564.

23Il existe peu d’informations sur la vente des livres de Ramus. André Wechel a sa boutique de libraire, rue Saint-Jean-de-Beauvais, tenue sans doute le plus souvent par sa femme. Il vend aussi à Francfort, mais nous ne disposons pas de catalogue complet des foires pour cette période. On peut relever à la foire d’automne 1565 les Scholarum metaphysicarum libri quatuor et les Scholarum physicarum libri octo, à celle de l’automne 1566 l’édition de Julien par Martini, à l’automne 1567 le Proemium mathematicum et au printemps 1572 la Grammaire de 157225. Le seul élément tangible est la comptabilité de Christophe Plantin : en 1564, Wechel remet au libraire d’Anvers six exemplaires du De veris sonis literarum, quatre de la Grammatica et huit de la Dialectica. Ces chiffres correspondent aux quantités que Plantin prend habituellement à Wechel même si, dans la même commande, Plantin reçoit cent exemplaires de la Syntaxis linguae graecae de Joannes Varennius26.

24Ce témoignage des comptes de Plantin confirme qu’en passant chez Wechel, Ramus a gagné l’accès à un marché international, ce que montre aussi l’extrême dispersion des exemplaires des œuvres de Ramus aujourd’hui, qui sont plutôt mieux représentées dans les bibliothèques allemandes que dans les collections publiques françaises.

  • 27 P. Sharratt, « Nicolaus Nancelius... », p. 250-251 (N. Nancel, Petri Kami..., p. 62).
  • 28 Simon Proxenus a Sudetis, Commentarii de itinere Francogallico, éd. Dana Martínková, Budapest, 197 (...)

25Wechel permet aussi à Ramus d’entretenir des contacts toujours plus fréquents avec le monde germanique. Rencontrer Ramus fait partie du programme d’un voyage à Paris pour les étudiants allemands et suisses. Nancel remarque d’ailleurs la pratique de certains d’entre eux qui sollicitent une inscription dans leur album amicorum : Ramus y porte toujours sa devise labor omnia vincit27. Wechel et Ramus contribuent tous deux à l’accueil des jeunes étrangers : ainsi en 1563, Simon Proxenus, qui accompagne le jeune comte Julius de Schlik, écrit qu’il s’est rendu à une adresse que Ramus lui avait donnée par l’intermédiaire d’André Wechel28. En août 1572, Lucas Geizkofler, un jeune noble tyrolien, hébergé un temps par Wechel, va assister au cours de Ramus à qui il était recommandé.

  • 29 Charles-Pendrell Waddington, Ramus (Pierre de la Ramée), sa vie, ses écrits, ses opinions, Paris, (...)
  • 30 Ibid., p. 432. Jeanne Veyrin-Forrer, « Un collectionneur engagé, François Rasse des Neux, chirurgi (...)

26Parmi leurs relations communes, on trouve ainsi Thomas Platter. Quand, en avril 1557, à la fin de ses études de médecine à Montpellier, ce fils d’un libraire bâlois séjourne à Paris, André Wechel s’occupe de lui et le présente notamment aux médecins royaux. Lors de son voyage en Suisse, Ramus rencontre Thomas Platter, devenu un médecin réputé, et le salue régulièrement dans ses lettres en 157029. Johannes Sturm soutient Ramus lors de sa candidature à Strasbourg en 1568. Dans une lettre à Sturm en mars 1571, Ramus fait l’éloge du chirurgien du roi Nicolas Rasse, le frère de François Rasse des Neux, autre vieil ami de Chrétien et André Wechel ; Ramus lui-même avait offert un exemplaire du Liber de moribus veterum Gallorum à Nicolas Rasse des Neux30.

  • 31 Béatrice Nicollier-De Week, Hubert Languet (1518-1581). Un réseau politique international de Melan (...)

27Le moment essentiel dans l’ouverture de Ramus au monde germanique se produit sans doute lors de sa rencontre avec Hubert Languet, un Français, disciple de Melanchthon, qui fit toute sa carrière au service des princes allemands31. En mission diplomatique pour l’électeur Auguste de Saxe, il vient habiter chez André Wechel de mai à septembre 1560 et fréquente alors l’aristocratie et les protestants français, tout en s’introduisant aussi dans les milieux érudits parisiens. Il rencontre d’abord Adrien Turnèbe, Jean Dorat, François Baudouin et Charles de L’Ecluse, ces deux derniers étant aussi des proches de Wechel. Languet revient à Paris en juin 1561 et il assiste, comme Ramus, au colloque de Poissy. Tous deux se lient sans doute dès 1560.

  • 32 Ibid., p. 102 et p. 178, n. 128.

28Au fil des correspondances, on voit que Languet ne se contente pas d’être logé par Wechel à chacun de ses séjours à Paris, mais qu’une amitié profonde s’établit entre eux. Ils gèrent de nombreuses affaires ensemble, Wechel étant d’ailleurs indispensable pour les questions de transfert d’argent et l’organisation des voyages grâce à sa présence aux foires de Francfort. Par l’intermédiaire de Languet, Pierre Ramus reçoit des étudiants allemands appartenant à des familles influentes : Languet lui présente ainsi en 1565 Ludwig Camerarius, fils de Joachim Camerarius, célèbre médecin et savant de Leipzig, qui a pris pension chez Wechel et lui permet d’entrer en correspondance avec Joachim32.

  • 33 Ibid., p. 232.

29Quand Ramus quitte Paris en 1568, Languet voyage avec lui jusqu’à Strasbourg et le recommande aux Camerarius, par lesquels il entre en contact avec les savants allemands. Pendant son voyage, Ramus retrouve aussi Charles de Harlay, le fils d’Achille de Harlay, président au parlement de Paris ; Languet recommande chaleureusement le jeune homme à Camerarius, car c’est le président de Harlay qui a fait sortir Wechel de prison en avril 1569. À Bâle, Ramus rencontre un autre ami de Languet et de Wechel, Marco Perez, un riche marchand anversois, soutien du prince d’Orange, réfugié dans cette ville33.

  • 34 Ibid., p. 180.

30Enfin, les liens religieux entre Wechel et Ramus restent difficiles à préciser. La date du passage de Ramus à la Réforme est toujours discutée. Si Wechel ne se consacre pas à la propagande protestante directe et n’imprime pas lui-même d’ouvrages clandestins, son appartenance à la religion réformée est bien connue, puisqu’il est proscrit dès 1562. Ses visiteurs parisiens rencontrent chez lui des Allemands et des Suisses réformés ou des Français souvent liés à certains courants allemands ou simplement attachés à une réforme évangélique. Pierre Ramus, à son retour d’exil en 1570, s’engage ouvertement dans la Réforme, mais il s’oppose à Théodore de Bèze en soutenant des positions congrégationalistes, proches de celles de Jean Morély et de Hugues Sureau du Rosier. Languet connaît aussi de longue date Morély et soutient Sureau du Rosier, qui deviendra correcteur chez Wechel à Francfort34.

31En 1572, après des années d’errance, ce petit milieu parisien a retrouvé une vie intellectuelle brillante. Wechel a relancé sa maison d’édition, dont l’activité était arrêtée depuis 1569. Il publie notamment une traduction de Xénophon par Joachim Camerarius. Ramus lui donne le texte révisé de sa Grammaire, qu’accompagnent des vers de Jodelle, dont Wechel avait publié en 1558 le seul livre paru de son vivant, le Recueil des inscriptions. Wechel imprime aussi une nouvelle édition des Bucolica de Virgile commentée par Ramus, qui porte la mention Editio tertia : malgré les bouleversements des années précédentes, Ramus n’a pas perdu le fil de ses travaux.

32Languet, toujours logé chez Wechel, suit de près les événements politiques, effectue plusieurs missions auprès du roi et rend fréquemment visite à l’amiral de Coligny. Les jeunes aristocrates étrangers, venus certains pour assister aux noces du roi de Navarre, passent chez Wechel ou se font aider par Hubert Languet, tel Philip Sidney, le futur auteur de l’Arcadia. Ramus prépare, ainsi qu’il l’écrit à Freigius le 16 août, plusieurs ouvrages auxquels il travaille dans sa bibliothèque du collège de Presles.

33La Saint-Barthélemy met fin à cette effervescence. Ramus est tué, sa bibliothèque pillée, ses manuscrits disparaissent. Tous les étrangers quittent Paris. Wechel se cache avant d’organiser le transfert de sa maison d’édition à Francfort. On ne sait pas si Wechel eut le temps et l’occasion de faire partir le dernier message de Ramus avant le massacre, mais cette lettre fut pieusement conservée par son destinataire.

  • 35 Geneviève Guilleminot-Chrétien, « Fidélités à Ramus après la Saint-Barthélemy », dans Passeurs de (...)
  • 36 I. Maclean, « André Wechel at Frankfurt... », p. 173-178.

34André Wechel, à Francfort, va participer au véritable culte du souvenir qui se met en place autour de Ramus35. La lutte avec les libraires bâlois pour le marché éditorial de l’œuvre de Ramus devient acharnée pour des raisons économiques bien évidentes36. Wechel, dès la reprise de son activité en 1574, réédite les Dialecticae libri duo. L’émotion que ressent tout le groupe des anciens amis de Ramus s’exprime tout particulièrement avec la publication en 1576 de son dernier ouvrage inédit, les Commentarii de religione Christiana, dont Théophile de Banos, pasteur français à Francfort et ami proche de Wechel, finance l’édition. Banos rédige une vie de Ramus qui figure en tête de l’ouvrage et qui est très proche de celle composée par Freigius l’année précédente. Ces deux textes, à la limite de l’hagiographie, vont figer l’image de Ramus. Banos dédie son ouvrage au jeune aristocrate anglais Philip Sidney, qui avait connu Ramus et tout son milieu parisien.

35La même année à Paris, l’ancien serviteur de Wechel, le libraire-imprimeur Denis Duval, obtient un privilège pour les préfaces et épîtres de Ramus et Talon, ouvrage qui paraît en 1577 et qui comprend notamment la dernière lettre de Ramus à Freigius. Or cette édition est préparée par Nicolas Bergeron, ancien élève et exécuteur testamentaire de Ramus, resté en relation, avec Wechel. Wechel publie régulièrement Ramus, annonçant toujours d’autres éditions, jusqu’à sa propre mort en 1581, quelques mois avant celle d’Hubert Languet.

36Malgré son caractère emporté, Ramus ne se brouilla jamais avec Wechel et Languet. Peut-être ignora-t-il l’opinion de Languet qui, un jour, écrivit qu’il préférait l’écouter plutôt que le lire. Les relations entre eux ont vite dépassé les relations normales entre un auteur, même prolifique, et son libraire, sans que l’on puisse finalement dire qui a servi l’autre.

Annexes

ANNEXES

I. — PRIVILÈGE DU 13 SEPTEMBRE 1555

Source : Pierre Ramus, Dialectique, Paris, A. Wechel, 1555, fol. [fleuron] lv.

Extraict du privilege du roy

Il est permis à André Wechel, libraire juré en l’université de Paris, d’imprimer et exposer en vente certain livre par luy recouvré, intitulé Dialectique de Pierre de la Ramée, à Charles de Lorraine cardinal son mecene. Et defenses faictes à tous imprimeurs, libraires et autres marchanz quels qu’ilz soyent, d’imprimer, ou faire imprimer, ne mettre en vente, autres que ceulx qu’aura imprimé ledict Wechel, jusques à six ans prochainement venantz, à compter du jour que ledict livre sera achevé d’imprimer. Et ce sur peine de confiscation desdictz livres et d’amende arbitraire applicable au roy : ainsi qu’il appert et est plus aplain contenu par lettres et privilège dudict seigneur, donné à Paris le treziesme jour de septembre l’an de grace 1555, et de nostre regne le neufiesme, signé, par le Conseil, De Courlay, et seellé sur simple queue de cire jaulne.

II. — PRIVILÈGE DU 11 JUIN 1557

Source : Pierre Ramus, Harangue touchant ce qu’on faict les députéz de l’université, Paris, A. Wechel, 1557, fol. 32v.

Privilege

Par letres patentes du roy il est permis à André Wechel, imprimeur et libraire juré en l’université de Paris, d’imprimer et vendre ce livre intitulé Harangue touchant ce qu’ont faict les députez de l’université de Paris envers le roy, avec inhibitions et defences à tous autres imprimeurs et marchans, de non imprimer ny vendre en ce royaulme ledict livre de dix ans apres la premiere impression parachevée, sur peine de confiscation, et de mille livres parisis d’amende. Ensemble a ledict seigneur voulu qu’en inserant le contenu de ses letres patentes, ou l’extraict d’icelles, à la fin ou au commancement dudict livre, elles soyent tenues pour suffisamment signifiées, et venues à la notice et cognoissance de tous libraires et imprimeurs, tout ainsy que si lesdictes letres leur avoyent particulierement et expressement esté monstrées et signifiées, comme appert plus amplement par lesdictes letres patentes, données à Reims l’unziesme de juing 1557. Signées par le roy, le seigneur de Villemor, maistre des requestes ordinaire de l’hostel, present.

III. — ÉPÎTRE D’ANDRÉ WECHEL AU LECTEUR

Source : Orner Talon, Rhetorica, éd. Pierre Ramus, Paris, André Wechel, 1567, fol. A 2-A 3.

Andreas Wechelus Lectori S.

Habes (ingenue lector) Audomari Talaei de Rhetorica libros duos, quos author ipse correcturum se receperat, sicuti caeteros aliarum artium commentarios a se editos : sed mors corpore jam debilem atque infirmum, tamen aetati immatura, de correctione ipsa cogitantem oppressit. Itaque Petrus Ramus cum in liberalium artium cursum ingressus, ad Rhetoricam pervenisset, hos libellos in regia cathedra praelegit, fraterneque in omnes bene dicendi cupidos, sponsionis fidem impensa cumulataque emendatione praestitit. Artis praecepta plerisque partibus pressius ac limatius exposuit : exempla nonnullis locis splendidiora reposuit : facultatis autem universae et vim et gratiam ita graphice expressit, ut Rhetorica Rhetoricis, id est, suis ac legitimis ornamentis Rhetorice ornata, Rhetorica tandem esse videatur. Quare ut Petri Rami Dialecticam, Audomari Talaei praelectionibus amplissime demonstratam paulo ante tibi exhibuimus : ita nunc mutua diversi licet generis remuneratione, Audomari Talaei Rhetoricam, Petri Rami praelectionibus exornatam exhibemus. Fruere igitur animo liberali liberaliter oblatis tibi muneribus, tuique amantes ama.

Notes

1 Pierre Ramus, Orner Talon, Colletanae praefationes, epistolae, orationes, Paris, Denis Duval, 1577, p. 253-254 : Literas tuas frequentes accepi, quibus tamen nihil respondi, quia qui Lutetia Friburgum veniret, nemo nobis occurrit : statui tamen per Wechelum typographum nostrum tandem aliquando respondere, et amoris erga te mei gratam jucundamque memoriam declarare.

2 Sur les Wechel à Paris, voir Geneviève Guilleminot-Chrétien, « Chrétien et André Wechel “libraires parisiens” ? », dans Bibliología, t. 21 : Printers and Readers in the Sixteenth Century, Including the Proceedings from the Colloquium Organised by the Centre for European Culture, éd. Christian Coppens, 2005, p. 27-38. Sur les Wechel à Francfort, voir Robert John Weston Evans, The Wechel Presses. Humanism and Calvinism in Central Europe 1572-1627, Oxford, 1975 (Past and Present Society, supplément 2) ; Ian Maclean, « L’économie du livre érudit : le cas Wechel (1572-1627) », dans Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, 1988, p. 230-239 ; id., « André Wechel at Frankfurt, 1572-1581 », dans id., Learning and the Market Place. Essaye in the History of the Early Modern Book., Leyde/Boston, 2009, p. 163-225.

3 Nous ne reviendrons pas ici sur la question de la paternité réelle de certains traités entre Talon et Ramus, nous en tenant au nom de l’auteur porté au titre, ce qui ne change rien à notre propos. La bibliographie de Walter Jackson Ong, Ramus and Talon Inventor.. A Short-Title Inventory of the Published Works of Peter Ramus, 1515-1572, and of Omer Talon, ca. 1510-1562 […], Cambridge (Mass.), 1958, reste l’outil de base pour approcher l’œuvre de Ramus.

4 Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle. Ouvrage publié d’après les manuscrits de Philippe Renouard, t. V, Paris, 1991, p. 133-245.

5 Ibid., 1543, n° 165, 166 et 167 ; 1544, n° 198 (en association avec Orner Talon et Barthélemy Alexandre) ; 1545, n° 218 ; 1546, n° 244 et 245 ; 1547, n° 266.

6 Ibid., 1544, n° 198 et 199 (sans nom d’auteur, mais attribuable à Talon) ; 1545, n° 220 ; 1547, n° 266 bis et 267.

7 Ces libraires n’ont jamais fait l’objet d’études particulières. Nos remarques s’appuient sur l’ensemble de la documentation manuscrite, cahiers et fichiers, consacrée par Philippe Renouard à l’imprimerie et à la librairie parisienne du XVIe siècle, conservée à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France.

8 Imprimeurs et libraires parisiens..., t. V, 1547, n° 266 bis.

9 Annie Parent-Charon, Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle, Genève, 1974, p. 135.

10 AN, X1A 1560, fol. 450 ; X1A 1562, fol. 90v ; X1A 1577, fol. 12v ; X1A 1576, fol. 273 ; cités d’après Philippe Renouard, Documents sur les imprimeurs, cahier manuscrit (BNF, Réserve des livres rares), IIIe partie, p. 71-72 et p. 76.

11 Voir, dans ce volume, Michel Magnien, « Des presses humanistes au service du vernaculaire ? Le cas Vascosan (vers 1500-1577) », p. 133.

12 Marie-Luce Demonet, « Le match Ramus-Turnèbe », dans Ramus et l’Université, Paris, 2004 (Cahiers V. L. Saulnier, 21), p. 49-67.

13 Marie-Dominique Couzinet et Jean-Marc Mandosio, « Nouveaux éclairages sur les cours de Ramus et de ses collègues au collège de Presles d’après des notes inédites prises par Nancel », dans Ramus et l’Université..., p. 11-48.

14 AN, Minutier central, LXXIII, 8, 24 novembre 1546, et LXXIII, 10, 31 août 1547.

15 Peter Sharratt, « Nicolaus Nancelius, Petri Rami vita edited with an English translation », dans Humanística Lovaniensia, t. 24, 1975, p. 161-277. Sur Jean Quintin, ibid., p. 228-229 (Nicolas Nancel, Petri Rami [...] vita, Paris, Claude Morel, 1599, p. 48).

16 Colette Demaizière, « Le cardinal de Lorraine protecteur de Ramus », dans Le mécénat et l’influence des Guises [...], éd. Yvonne Bellenger, Paris, 1997, p. 365-380.

17 Pierre Ramus, Traicté des façons et coustumes des anciens Gaulloys, Paris, André Wechel, 1559, avec une épître de Michel de Castelnau à Jacques de Castelnau, évêque de Saint-Pons [Hérault], datée du 1er août 1559, et un avis du traducteur sur la francisation des noms propres.

18 Geneviève Guilleminot, « André Wechel et la Pléiade (1555-1559) », dans Australian Journal of French Studies, t. 17, 1980, p. 65-72.

19 Voir les textes des privilèges en annexe.

20 Elizabeth Armstrong, « Quelques privilèges du règne de Henri II », dans Parcours et rencontre. Mélanges de langue, d’histoire et de littérature françaises offerts à Enea Balmas, éd. Paolo Carile et al., 1.1, Paris, 1993, p. 29-35. Ce remploi d’un privilège général en modifiant chaque fois l’ouvrage et l’auteur concernés est trompeur : W. J. Ong, qui a bien noté cette répétition du privilège de 1557, l’a pris pour un privilège d’auteur.

21 Nina Catach, L’orthographe française à l’époque de la Renaissance, Genève, 1968, p. 128-133 et p. 455-458. Susan Baddeley, L’orthographe française au temps de la Réforme, Genève, 1993, p. 405-412.

22 P. Sharratt, « Nicolaus Nancelius... », p. 220-221 (N. Nancel, Petri Rami..., p. 42) : (réponse :) quam ego pari celeritate percurri, adpunxi, descripsi, et typis mandavi, apud Wechelum pernoctans, quo die nocteque opus urgerem.

23 Ibid., p. 224-225 (N. Nancel, Petri Rami..., p. 45).

24 Voir le texte de l’épître de 1567 en annexe. W. J. Ong, Ramus and Talon Inventory..., p. 101, n° 78, a confondu les épitres de 1567 et de 1575.

25 Georg Willers, Die Messkataloge, Faksimiledruck, éd. Bernhard Fabian, t. I, Hildesheim/New York, 1972, p. 64, 73, 88,120 et 431.

26 Anvers, musée Plantin-Moretus, archives, registre n° 39, 2 octobre, 27 octobre et 9 novembre 1564.

27 P. Sharratt, « Nicolaus Nancelius... », p. 250-251 (N. Nancel, Petri Kami..., p. 62).

28 Simon Proxenus a Sudetis, Commentarii de itinere Francogallico, éd. Dana Martínková, Budapest, 1979, p. 23.

29 Charles-Pendrell Waddington, Ramus (Pierre de la Ramée), sa vie, ses écrits, ses opinions, Paris, 1855, p. 425.

30 Ibid., p. 432. Jeanne Veyrin-Forrer, « Un collectionneur engagé, François Rasse des Neux, chirurgien parisien », dans ead., La lettre et le texte, Paris, 1987, p. 446, n. 106, et p. 457-458.

31 Béatrice Nicollier-De Week, Hubert Languet (1518-1581). Un réseau politique international de Melanchthon à Guillaume d’Orange, Genève, 1995 (Travaux d’humanisme et Renaissance, 293).

32 Ibid., p. 102 et p. 178, n. 128.

33 Ibid., p. 232.

34 Ibid., p. 180.

35 Geneviève Guilleminot-Chrétien, « Fidélités à Ramus après la Saint-Barthélemy », dans Passeurs de textes, imprimeurs, éditeurs et lecteurs humanistes dans les collections de la bibliothèque Sainte-Geneviève, dir. Yann Sordet, Turnhout, 2009, p. 68-73.

36 I. Maclean, « André Wechel at Frankfurt... », p. 173-178.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540