Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

« Pour ce qu’un bien caché [...] ne peult proffiter à personne », « j’ay prins d’aultruy la pierre et le ciment ». Gilles Corrozet, auteur et libraire, passeur de textes

Magali Vène

Résumé

Gilles Corrozet (1510-1568) s’est fait connaître dès 1525 comme auteur avant de devenir libraire à partir de 1535, sans jamais abandonner l’écriture. L’analyse de sa première décennie d’activité et de certains aspects de sa production ultérieure montre cependant qu’il n’a pas été un « auteur entré en librairie » mais toujours un « libraire qui écrit ». Le catalogue de ses éditions s’est construit selon les logiques classiques de la librairie du Palais, mais ses curiosités et talents littéraires lui ont donné une acuité et une réactivité remarquables. Quatre domaines novateurs, où se sont mêlées ses éditions et ses œuvres, ont été étudiés : les livres d’emblèmes, les romans, les recueils de sentences et le néo-platonisme mondain. On y perçoit toujours un talent réel pour repérer les textes à adapter, une attention fine aux modes et à l’actualité littéraires, ainsi qu’une aptitude au renouvellement des formes éditoriales. Des qualités « commerciales » mises au service d’un sincère désir de transmission.

Texte intégral

Gilles Corozet est nommé
Celluy qui a faict ces huyt mettres,
Entre les clercz non renommé
Car il n’est pas fondé es lettres.

  • 1 Philippe Renouard, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, t. III : 1521 (...)
  • 2 Sur Gilles Corrozet, en attendant la parution prochaine du volume Corrozet rédigé par Magali Vène (...)

1Voici comment se présente pour la première fois, avant un huitain glissé dans un Floralier traduit de Valère Maxime par Guillaume Michel publié à Paris en 15251, un jeune homme de quinze ans qui devait devenir une figure très originale des lettres et du livre français au XVIe siècle, en menant une double carrière d’auteur et de libraire2.

  • 3 P. Renouard, Inventaire chronologique…, t. IV : 1531-1535, éd. Brigitte Moreau, Paris, 1992, n° 12 (...)

2C’est en août 1535 qu’on l’identifie officiellement comme libraire, lorsqu’il inscrit son adresse (« a Paris, dans la grande salle du Palais de Justice ») sur la page de titre de sa première édition connue, autoédition en fait puisqu’il publie son propre traité des Antiques erections des Gaules, un catalogue des récits de fondations plus ou moins légendaires des villes de France3.

  • 4 P. Renouard, Inventaire chronologique..., t. III, n° 1336.
  • 5 Ibid., n° 1972.
  • 6 P. Renouard, Inventaire chronologique..., t. IV, n° 392.

31525-1535 : une décennie durant laquelle il s’est fait connaître comme un auteur prolifique. Il compose plusieurs plaquettes de vers (pièces de circonstance ou propos amoureux), mais se fait surtout adaptateur de textes variés. Un traité d’héraldique de la fin du XVe siècle, le Blason de toutes armes et escutz du héraut Sicile, devient ainsi sous sa plume, en 1527, le Blason des couleurs, « livre tres utille et subtil pour sçavoir et congnoistre d’une et chascune couleur la vertu et propriété »4. Vers 1530, il signe aussi la mise en prose du Rommant de Richart, filz de Robert le Diable, et une augmentation de l'Apollonius de Tyr5. Il compile enfin en 1532 La fleur des antiquitez de Paris, inaugurant un sujet qu’il ne cessera de perfectionner toute sa vie, devenant le premier véritable historien de la ville6.

  • 7 François de La Croix du Maine et Antoine Du Verdier, Les bibliothèques françoises, éd. Rigoley de (...)

4Pour signer ses premières productions, Gilles Corrozet utilise souvent le pseudonyme d’« Indigent de sapience », rappelant qu’« il n’est pas fondé es lettres ». La Croix du Maine, auteur en 1584 de sa première notice biobibliographique, bien renseigné comme il le reconnaît par son fils Galliot Corrozet, rapporte qu’« encore qu’il n’eust été entretenu aux estudes, toutesfois, ayant un grand jugement et esprit esmerveillable, il n’a laissé d’apprendre les langues, latine, italienne et espagnole »7.

  • 8 P. Renouard, Inventaire chronologique..., t. IV, n° 912.
  • 9 Ibid., n° 323.

5Il est déjà reconnu dans un petit cercle littéraire. Ainsi, en 1534, à la fin de sa Louenge et excellence des bons facteurs qui bien ont composé en rime8, Pierre Grognet cite quelques-uns de ses contemporains, et parmi eux Gilles Corrozet qui, dit-il, « promptement / compose bien parfaitement ». Immédiatement après vient un autre poète, avec lequel Corrozet a entretenu une véritable amitié : Michel d’Amboise, bâtard d’une grande famille de France, que de constants malheurs avaient conduit à se choisir le pseudonyme d’« Esclave fortuné ». En 1532, sortant de la Conciergerie où il a été emprisonné pour dettes, Amboise a trouvé auprès de Corrozet encouragements et appuis pour faire publier ses Epistres veneriennes9 : c’est, déclare-t-il dans sa préface, « par la priere d’ung jeune filz Apollonien qui promet aux suyvans ung merveilleux et tres abondant fruyt de son labourieux esprit, appelé par surnom Corrozet » qu’il a repris ses œuvres de jeunesse.

  • 10 Michael Screech, « Emblems and colours : the controverse over Gargantua’s colours and devices », d (...)

6En 1535, au moment de son entrée en librairie, Gilles Corrozet apparaît donc comme un polygraphe autodidacte et prolixe, dont certaines œuvres ont été très appréciées (en témoignent les nombreuses rééditions du Blason des couleurs et de La fleur des antiquitez de Paris). Ces deux traités ont même été lus par Rabelais, qui y fait clairement référence dans Gargantua, mais pour en ridiculiser avec verve les théories fantaisistes10.

I. — UN AUTEUR ENTRÉ EN LIBRAIRIE, OU UN LIBRAIRE QUI ÉCRIT ?

7Gilles Corrozet serait-il donc avant tout un jeune écrivain enthousiaste, désireux de transmettre ses propres œuvres et des textes proches de ses goûts littéraires ? Une hypothèse d’auteur entré en librairie presque romantique, et donc parfaitement anachronique et improbable dans l’économie et l’organisation des métiers du livre, aux règles fixées dès le premier tiers du XVIe siècle. Le temps des aventuriers et des savants est révolu et les entreprises, soumises aux dures lois du commerce, se transmettent très largement en famille. Il était donc difficile de croire en l’existence d’un météore des lettres devenu un grand libraire du Palais. Et de fait, des recherches en archives ont permis d’établir que Gilles Corrozet, premier d’une dynastie active dans l’édition jusqu’au milieu du XVIIe siècle, était par sa mère le petit-fils du libraire Pierre Le Brodeur, installé au Palais depuis 1517 au moins. C’est sans doute Le Brodeur, disparu vers 1540, qui a favorisé son installation, bien que les documents manquent pour le prouver tout à fait. Il est donc fort possible qu’entre 1525 et 1535, Corrozet ait été apprenti puis compagnon libraire chez son grand-père.

8Si les archives font défaut, les livres en revanche apportent d’autres indices permettant une relecture de cette première décennie de la carrière de Corrozet. Le Floralier de 1525 et le Blason des couleurs de 1527 ont ainsi été publiés par Pierre Le Brodeur, qui a sans doute encouragé les aptitudes littéraires de son petit-fils. Les quelques plaquettes de vers évoquées plus haut sont parues sans adresse, ce qui ne permet pas d’apprécier entièrement les appuis dont le jeune homme a bénéficié au début de sa carrière ; nul doute cependant que sa promptitude à composer (louée par ses contemporains) le distinguait aux yeux des libraires comme un précieux pourvoyeur de textes, notamment dans le domaine très concurrentiel des occasionnels, où Corrozet ne se privera pas d’exercer ses talents durant toute sa carrière.

  • 11 P. Renouard, Inventaire chronologique…, t. III, n° 1903.
  • 12 Ibid., n° 1775.
  • 13 P. Renouard, Inventaire chronologique..., t. V : 1536-1540, éd. Brigitte Moreau, Geneviève Guillem (...)

9Ses capacités de remanieur ont aussi très vite attiré l’attention d’une autre personnalité du Palais : Denis Janot, qui débutait alors sa carrière d’imprimeur-libraire avec une série de romans de chevalerie (spécialité familiale qui remontait à son grand-père, Jean I Trepperel). Vers 1529, il publie La terrible et merveilleuse vie de Robert le dyable, dont l’adaptateur est resté inconnu11. Sans doute peu après paraît Le rommant de Richart sans paour duc de Normandie, lequel fut filz de Robert le dyable, dont Corrozet se déclare « simple translateur », bien qu’il ait étoffé la version incunable d’épisodes tirés des Chroniques de Normandie. La complémentarité des titres n’est pas fortuite : le second ouvrage a vraisemblablement été entrepris pour relayer un premier succès de librairie et fidéliser un public auquel les aventures de Richard n’étaient pas familières car peu diffusées par l’imprimerie. Encore plus éclairant est l’exemple de l’Apollonius de Tyr que Corrozet rédige au même moment pour Janot : sa source ne se trouve dans aucune des versions de ce roman de l’Antiquité latine très populaire au Moyen Age, mais dans un court chapitre du Violier des histoires rommaines, paru justement chez Janot en 152912. Le récit a été considérablement étoffé d’épisodes dramatiques et sentimentaux, avec des digressions historiques sur les villes d’Antioche et de Tyr, où l’on pressent l’auteur de La fleur des antiquitez de Paris et des Antiques érections des Gaules. À ces deux « histoires d’armes et d’amours », il faut probablement ajouter la modernisation du Trésor de la cité des dames (ou Livre des trois vertus) de Christine de Pizan (un texte qui n’avait plus été publié depuis 1503), parue chez Janot en 1536 avec un seizain de Corrozet13. C’est sans doute aussi chez Janot que Corrozet rencontre deux auteurs attitrés de l’atelier, Pierre Grognet et Michel d’Amboise, qui deviendront comme on l’a vu ses amis. Et lorsqu’à son tour il devient véritablement auteur avec La fleur des antiquitez de Paris (1532), c’est tout naturellement à Janot qu’il donne son ouvrage. Mais lorsqu’il étend trois ans plus tard la recette à succès de cette compilation historique au recueil des Antiques erections des Gaules, s’il reste fidèle à Janot pour l’impression, il diffuse désormais seul son livre.

  • 14 Voir l’article classique de Michel Simonin, « Peut-on parler de politique éditoriale au XVIe siècl (...)

10Cette nouvelle analyse montre finalement que Corrozet est, dès le début de sa carrière, un libraire qui écrit, avec des objectifs et des méthodes qui sont ceux de son milieu, cette librairie du Palais conditionnée par la recherche continuelle de la nouveauté, parce que privée de la vente sûre et régulière des ouvrages liturgiques ou pédagogiques faisant la fortune de certaines officines de la rive gauche. Les plus puissants des libraires du Palais pouvaient certes bénéficier eux aussi d’une sorte de rente, constituée par les recueils d’actes royaux, coutumes et formulaires nécessaires aux juristes fréquentant les différentes chambres. Mais aux juristes comme à la foule des chalands visitant les boutiques en tous genres installées dans l’enceinte du Palais, il fallait aussi des livres de loisirs (auteurs classiques en traduction française, littérature moralisante et de spiritualité, romans et poésies, histoire, « vie pratique », occasionnels) ; en ce domaine, la rapidité et l’originalité faisaient toute la différence14.

II. — LE CATALOGUE D’UN CURIEUX

11Le catalogue des éditions de Gilles Corrozet (un peu moins de deux cents publications entre 1535 et 1568) s’inscrit pleinement dans ce contexte du Palais, mais ses goûts et talents littéraires lui ont donné dans certains domaines une acuité et une réactivité remarquables, que sa propre production en tant qu’auteur (une cinquantaine de titres, en général autoédités) est venue heureusement compléter.

12Les publications ne sont cependant qu’une partie de l’activité d’un libraire, et les archives n’ont malheureusement pas livré l’inventaire du fonds de Gilles Corrozet, qui aurait donné de sa boutique (et sans doute aussi de ses lectures) une image plus précise. C’est pourquoi l’analyse qui va suivre de certains rayons de cette boutique ne peut être qu’incomplète.

13Avant de l’étudier plus en détail, il est frappant de constater que tout ce qui fera l’originalité de ce catalogue était en place dans la production littéraire du jeune Gilles Corrozet pendant cette décennie 1525-1535. Tout d’abord, un réel talent pour repérer des textes (anciens ou très récents, comme dans le cas du Violier ; français ou étrangers ; le plus souvent imprimés mais parfois manuscrits), susceptibles d’être modernisés, adaptés, augmentés, traduits ou compilés pour paraître ainsi sous de nouveaux atours. Ensuite, une attention fine aux modes et à l’actualité littéraires : ainsi ses augmentations au traité d’héraldique du héraut Sicile s’inscrivent-elles dans la vogue des poèmes traitant de la symbolique des couleurs, très à la mode alors à la cour de François Ier. Enfin, une aptitude au renouvellement des formes éditoriales : le Blason des couleurs est ainsi le premier exemple d’une édition populaire de ces traités d’héraldique qui, aux débuts de l’imprimerie, étaient plutôt des ouvrages de luxe.

14À ce flair et à ces talents de commerçant, il convient d’ajouter aussi des qualités personnelles : un désir sans doute sincère de faire partager sa propre soif de connaissances, désir toujours imprégné du lieu commun horatien de l’utile dulci, ainsi qu’une attention bienveillante aux nouveaux talents, comme en témoigne son amitié avec Michel d’Amboise, qui ne se démentira pas jusqu’à la mort de celui-ci en 1547.

15Les aspects les plus originaux et novateurs de la production de Gilles Corrozet sont ceux où se mêlent ses éditions et ses œuvres et où il travaille seul ou en très petite association, sous la protection d’un privilège. Car à l’inverse, une caractéristique de ses pratiques éditoriales est d’avoir dans d’autres cas participé à de larges compagnies (parfois jusqu’à douze confrères) pour des publications partagées d’ouvrages classiques tombés dans le domaine public. Il lui fallait dégager sur ces productions sans risque les capitaux nécessaires au financement de projets plus hasardeux et personnels. La grande majorité de ces publications originales se concentre dans la décennie 1540, particulièrement créative pour Gilles Corrozet.

16Nous aborderons successivement quatre domaines dans lesquels, doté de cette double facette d’auteur et de libraire, il a développé une activité toute personnelle de passeur de textes : les livres d’emblèmes (ou, stricto sensu, la littérature para-emblématique, mêlant intimement images et textes brefs) ; les romans (le plus souvent traduits de l’italien ou de l’espagnol) ; les collections de sentences et de proverbes (qualifiés aussi plus savamment de gnomiques ou parémiologiques) ; et enfin, les écrits à caractère néo-platonicien.

1. Littérature emblématique

  • 15 Les blasons domestiques, Paris, [Denis Janot] pour lui-même ( ?) et pour Gilles Corrozet, 1539 ; H (...)

17La littérature emblématique est une partie bien connue de l’activité de Gilles Corrozet, grâce aux travaux de Stephen Rawles, Alison Saunders et Alison Adams. C’est un domaine dans lequel il s’est à première vue exprimé presque uniquement en tant qu’auteur, car sur les sept livrets dont il signe les vers entre 1539 et 154815, deux seulement portent aussi son adresse de libraire : Les blasons domestiques de 1539 et Le tableau de Cebes de 1543.

18Il est cependant difficile de croire que le grand service que rendait Corrozet à ses collègues imprimeurs en légendant de ses vers leurs séries de bois gravés (les transformant ainsi en séduisants petits livres plaisant aux dames et aux artistes) n’ait pas été rétribué. Une somme d’argent peut-être, ou plutôt la livraison d’exemplaires destinés à sa boutique. Pour Corrozet, les archives et préfaces sont restées muettes mais le témoignage d’un autre auteur d’emblèmes nous éclaire sur les circonstances de composition de ces livrets. Voici en effet ce qu’écrit Barthélemy Aneau dans son Imagination poétique parue en 1551 à Lyon chez Macé Bonhomme :

[...] estant un jour en [la] maison [de Bonhomme], [je] trouvay quelques petites figures pourtraictes et taillees ; demandant a quoy elles serviroyent, [il] me respondit : « A rien, pour n’avoir point d’inscriptions propres a icelles ». Alors [...] je luy promis que de muetes et mortes, je les rendroie parlantes et vives, leur inspirant ame par vive poesie.

19Une des premières créations de Gilles Corrozet, les quatrains français des Historiarum Veteris Testamenti icones, semble s’être déroulée dans un contexte lyonnais, puisque la première édition qu’on en conserve est celle des frères Trechsel et Frellon de 1539. On s’explique cependant mal l’apparition du débutant qu’est alors Corrozet sur ce marché extérieur où opéraient d’autres poètes comme Jean de Vauzelles, et il est assez vraisemblable de supposer l’existence d’une première édition parisienne perdue en 1538-1539 (peut-être chez Pierre Regnault) contenant ces quatrains et copiant les bois lyonnais parus une première fois sans légendes en 1538. Les textes de Corrozet auraient alors été immédiatement repris à Lyon, sans que l’on sache s’il y eut un accord en bonne et due forme. On remarque cependant que dans les rééditions de ce recueil, il y a bien une série lyonnaise et une série parisienne où les textes évoluent différemment, et l’on est tenté de penser que Corrozet n’intervint que sur les éditions parisiennes.

  • 16 Voir Stephen Rawles, Denis Janot, Parisian Printer and Bookseller (1529-1544). A Bibliographical S (...)
  • 17 Sur cette édition, dont on ne connaît qu’un seul exemplaire en collection publique, voir Magali Vè (...)

20La littérature emblématique est d’ailleurs à ses débuts avant tout une affaire des bords de Seine, et il faut souligner qu’avec Denis Janot (encore lui), Corrozet a écrit là un chapitre important de l’histoire du livre parisien au XVIe siècle. La première publication à Paris des Emblemes d’Alciat (en 1534, chez Chrétien Wechel) a semble-t-il eu une influence déterminante sur Janot et l’a convaincu de tenter l’aventure des livres illustrés. Après le temps nécessaire pour se procurer un fonds de bois gravés (et il fit les choses en grand, puisqu’on estime qu’à la fin de sa carrière en 1545, il en possédait un millier16), Janot se lance en 1536 : cette année-là, il publie plusieurs éditions illustrées, notamment l’Hecatomphile traduite d’Alberti, accompagnée de la première collection imprimée connue des Blasons anatomiques du corps feminin (pièces rimées, avec des dérives scabreuses, par Marot et ses amis à partir de 1535)17. C’est dans ce contexte éditorial et littéraire brûlant qu’il faut replacer la première collaboration « emblématique » entre Corrozet et Janot, les Blasons domestiques (1539), variation « honneste » du genre, « invention joyeuse et moderne » à laquelle est significativement jointe une diatribe, Contre les blasonneurs des membres.

  • 18 Stephen Rawles, « Corrozet’s Hecatomgraphie: where did the woodcuts come from and where did they g (...)
  • 19 Gilles Corrozet, L’Hecatongraphie (1544) et les Emblemes du Tableau de Cebes (1543), éd. Alison Ad (...)

21Stephen Rawles a bien montré comment Janot a rentabilisé son fonds de bois gravés avec un taux de réutilisation très élevé. Certains textes de Corrozet ont clairement été commandés dans ce but : les Emblemes complétant Le tableau de Cebes (1543)18, ou La tapisserie de l’eglise chrestienne (1544), dont la plupart des bois sont réutilisés dans une édition contemporaine des Harmoniae evangelicae d’Osiander. Corrozet travaillait donc le plus souvent pour répondre à des logiques commerciales, sur des bois qui n’avaient pas été spécialement gravés pour illustrer son propos et sur des sujets déjà bien connus comme les Fables d’Esope (d’après les recueils des humanistes Martinus Dorpius et Heinrich Steinhöwel) ou Le tableau de Cebes (d’après la traduction française de Geoffroy Tory parue en 1529). Il faut souligner pourtant que malgré ces contraintes, c’est dans ces recueils que Corrozet a composé certains de ses plus beaux vers et adopté le ton de moraliste aimable dont il ne se départira plus. L’édition critique de l’Hecatongraphie donnée par Alison Adams a aussi montré l’étendue des références que Corrozet sait manier dès 1540, puisant dans un fonds de lieux communs humanistes19.

22Après la mort de Janot en 1545, Corrozet poursuit quelque temps la collaboration avec ses successeurs, sa veuve Jeanne de Marnef et son second mari Etienne Groulleau. Mais les rééditions que ce dernier donne en 1548 de l’Hecatongraphie et des Fables sont beaucoup moins harmonieuses que les originales, tout comme le nouveau Second livre des fables. D’autre part, à partir de 1546, Groulleau a recours, pour la rédaction des vers qui légendent ses bois gravés, aux services d’un autre poète, Jean Maugin. Et puis la mode change : à partir des années 1550, la littérature emblématique gagne les bords de la Saône, et l’inspiration de Corrozet se porte ailleurs.

2. Romans

23Dès 1530, dans les deux adaptations de romans de chevalerie qu’il rédige pour Denis Janot, Gilles Corrozet montre qu’il a bien compris l’évolution du genre, en délaissant les éléments guerriers et symboliques au profit des épisodes sentimentaux.

24Il faut dire qu’en 1525 a éclaté au Palais une véritable bombe éditoriale avec la publication par Galliot Du Pré de la traduction française de la Carcel de amor de Diego de San Pedro, qui lance à Paris la vogue du roman sentimental. Ensuite, pendant plus d’une décennie, les libraires rivalisent pour publier les autres romans alors célèbres en Italie, textes proprement italiens (de Boccace, Alberti ou Caviceo) ou castillans récemment traduits en italien (de Flores, Rojas ou San Pedro). Gilles Corrozet, alors libraire débutant, reste hors jeu.

  • 20 L’entreprise sera ensuite « capturée » par Sertenas et son imprimeur Groulleau. Voir Michel Simoni (...)

25En 1540, Denis Janot (toujours lui) lance la deuxième manche de cette partie avec la grande aventure éditoriale des Amadis, traduits de Rodriguez de Montalvo. Il renouvelle le style de ces publications avec un modèle luxueux, in-2° et très illustré. Surtout, le texte d’Herberay des Essarts, de grande qualité, s’inscrit dans un contexte culturel de plus en plus affirmé de valorisation de la langue française par le biais de la traduction. Curieusement, Janot n’associe pas à l’entreprise des Amadis son complice Corrozet20.

  • 21 Le Philocope, trad. Adrian Sevin, Paris, Denis Janot pour lui-même, Gilles Corrozet et Jean André, (...)

26Deux ans plus tard cependant, Corrozet fait imprimer par Janot, sur le modèle prestigieux et avec certains bois des Amadis, la première traduction française complète du Filocolo de Boccace21. La traduction est signée par Adrian Sevin, mais un état particulier d’une pièce liminaire, présent dans un très petit nombre d’exemplaires, permet d’affirmer que Corrozet a pris une part active à l’établissement du texte : la copie de Sevin devait présenter quelques obscurités ayant nécessité le recours à l’original italien, et Corrozet remercie sur ce point pour son aide un certain Raymond Sac, marchand parfumeur au Palais originaire du nord de l’Italie, cité par Emile Picot dans son étude sur les Français italianisants (1906), et dont les archives montrent qu’il occupait un étal très voisin de celui de Corrozet. C’est sans doute auprès de ce Raymond Sac – et de Michel d’Amboise – que notre libraire a appris l’italien.

27Car cette décennie 1540 est incontestablement pour lui celle de la découverte de la littérature narrative italienne, à laquelle il fait une place d’honneur dans son catalogue, mêlant encore une fois opportunisme commercial et goûts personnels : associé à Michel de Vascosan, il publie encore deux autres traductions romanesques importantes, par Jean Martin, celles de l’Arcadia de Jacopo Sannazaro (1544) et des Asolani de Pietro Bembo (1545). Cette fois, le format est plus maniable (in-8°) et l’ouvrage moins luxueux (pas d’illustrations).

28Gilles Corrozet sait aussi dénicher des textes romancés dans le legs de l’Antiquité. Il publie ainsi en 1545, sous le titre accrocheur de Devis amoureux, la traduction française par Philibert de Vienne des quatre derniers livres des Amours de Leucippé et Clitophon d’Achille Tatius, auteur grec du IIe siècle. Une nouvelle fois, point n’est besoin d’aller bien loin pour trouver la source : la traduction latine, par Luigi Annibale Della Croce, venait de paraître à Lyon, chez Sébastien Gryphe, dans un contexte beaucoup plus savant.

29A cette liste déjà importante de publications, Gilles Corrozet ajoute trois autres titres constituant une sorte de collection, qui est sa contribution la plus originale au genre du roman sentimental : il crée en effet un nouveau modèle de livre en proposant en 1546 une édition bilingue italien/français de l'Historia di Aurelio e Isabella, roman écrit d’abord en espagnol par Juan de Flores mais plus connu dans sa version italienne, attribuée à Lelio Manfredi ; suivent sur le même modèle, en 1547, la Deiphira de Leon Battista Alberti (en italien et en français) et, en 1552, la Carcel de amor de Diego de San Pedro (en espagnol et en français). Pour les textes italiens de Flores/ Manfredi et d’Alberti, il s’agit de la première édition française, recopiée de l’une des nombreuses éditions transalpines, sans doute facilement accessibles en France. Quant au texte espagnol de San Pedro, il venait d’apparaître sur le marché parisien, en 1548, dans une édition de Regnault et Claude Chaudière.

30Le bilinguisme est alors une idée neuve, au moins en ce qui concerne les langues vernaculaires, et de fait, ces trois titres figurent parmi les tout premiers dans le Répertoire des ouvrages bilingues imprimés dans les pays de langue française placé par Nicole Bingen à la suite de son Maître italien (Bruxelles, 1987). Leur caractère didactique n’est souligné qu’au titre du dernier d’entre eux, la Carcel de amor., imprimée « en deux langages [...] pour ceulx qui vouldront apprendre l’un par l’autre ». Mais nul doute que dès 1546, Gilles Corrozet a conscience de créer un outil d’apprentissage d’un genre nouveau, alors qu’il n’existait encore que quelques sommaires Vocabulaires. Il était bien placé pour le savoir, lui qui avait vraisemblablement appris l’italien de manière empirique. Et il est très significatif que Corrozet publie aussi en ces mêmes années la première grammaire de l’italien parue hors de la péninsule, celle de Jean-Pierre de Mesmes, « composée en françoys » en 1549, qui est aussi la première grammaire d’une langue vernaculaire publiée en France. Le choix de l’éditeur s’était sans doute naturellement imposé à l’auteur.

  • 22 M. Vène, « À propos d’une traduction retrouvée... ».

31Dans la collection bilingue de Gilles Corrozet, les textes sont présentés sans mention d’auteur ni de traducteur, à l’exception de la Deiphira, dont la page de titre donne le nom d’Alberti et précise que l’histoire « jadis traduitte d’italien en nostre langue » a été « nouvellement reveue et r’amendée ». Dans cette dernière formule est bien résumé le travail éditorial à la source des trois publications de la collection, travail que l’on peut attribuer sans hésitation à Corrozet lui-même. Dans tous les cas, on a pu établir que le texte français s’appuyait sur une traduction française antérieure : pour le texte de Juan de Flores, celle de Jean Beaufilz, parue en 1529 sous le titre de Jugement d'amour ; pour le texte de Diego de San Pedro, celle de François Dassy, en vers, parue en 1525 ; et pour le texte d’Alberti, celle d’un inconnu, parue en 1539 et récemment redécouverte dans un exemplaire unique acquis par la Bibliothèque nationale de France22. Le travail d’adaptation et de modernisation a été différent selon la source : la langue de Dassy était notamment beaucoup plus archaïque que celle des deux autres traducteurs et a nécessité une véritable réécriture, de la rime vers la prose ; dans les deux autres cas, le texte restait tout à fait lisible et a été largement réutilisé tel quel, sauf lorsqu’il s’écartait trop de l’italien et nuisait à l’objectif de parfaite correspondance visé par Corrozet dans ces éditions en miroir ; il a alors retraduit directement des passages et opéré quantité de petites modifications visant à une parfaite correspondance lexicale et syntaxique. L’effet de ce travail sur le texte a été renforcé par une présentation soignée, fractionnant la page en petites unités visuelles aisément comparables entre le verso et le recto des feuillets, de l’une à l’autre langue.

3. Collections de sentences et de proverbes

  • 23 Jean Vignes, « Pour une gnomologie : enquête sur le succès de la littérature gnomique à la Renaiss (...)

32Parallèlement à ces travaux narratifs, Gilles Corrozet n’a jamais cessé de pratiquer le genre bref. Dans la droite ligne de ses livrets d’emblèmes et de fables, il a ainsi composé des recueils de dits, proverbes et sentences, de cette littérature dite gnomique ou parémiologique en laquelle la critique voit désormais un filon non négligeable de la tradition humaniste, mesurant son importance à son exceptionnel succès éditorial. Un recueil gnomique peut se définir assez simplement comme « un texte qui rassemble de manière discontinue des énoncés brefs et dignes de mémoire, dont la connaissance est supposée aider le lecteur dans la conduite de sa vie personnelle » ; c’est aussi « un moyen commode de se constituer un fonds de citations susceptible d’enrichir et d’orner un discours ou un texte »23, une fonction rhétorique que recherchait particulièrement une partie de la clientèle de Gilles Corrozet, les juristes du Palais.

33Les recueils de Corrozet s’inscrivent donc dans le vaste ensemble gnomique, où ils se distinguent cependant, comme toujours, par le statut de libraire de leur auteur. Dans ce registre de la compilation par excellence, celui-ci a en effet su repérer et transformer avec habileté un matériau existant. Ainsi, son Conseil des sept sages de Grece (1544) reproduit mot pour mot les cent quarante-sept sentences latines placées par Erasme à la suite de son commentaire des Disticha de Dionysius Cato, qui rencontraient depuis leur première parution en 1515 un très grand succès. Corrozet leur ajoute un apparat en français : une traduction sous la forme d’un distique, un commentaire en prose et une notice biographique pour chacun des sept sages. Étoffées encore de quelques Enseignements moraulx (des poèmes d’inspiration religieuse), les sentences érasmiennes commencent alors une nouvelle et longue carrière.

  • 24 Niccolò Liburnio, Elegantissime sentenze […] di molti savii et preclari principi, regi et philosop (...)
  • 25 Nicole Bingen, « La Bonne response à tous propos (1547) et ses lecteurs (Jean-Antoine de Baïf, Pie (...)
  • 26 Pour laquelle nous remercions vivement Monica Breazu, qui prépare un répertoire des devises et ana (...)
  • 27 De Charles Estienne, Corrozet publie en 1542, en association avec Denis Janot et André Roffet, la (...)

34Bon italianisant comme nous l’avons vu, Gilles Corrozet a aussi accès à des sources originales sous la forme de recueils gnomiques transalpins. Son coup de génie est de leur transposer le modèle bilingue expérimenté dans les romans : il ajoute ainsi à leur fonction morale une dimension didactique nouvelle. Comme il le déclare clairement dans le sous-titre, les sentences de Liburnio, qu’il a traduites et arrangées par lieux communs, sont imprimées « en deux langages, Italien et Françoys, l’un correspondant a l’autre, pour ceulx qui les desirent apprendre »24. Arrêtons-nous aussi sur la Bonne response a tous propos (1547), le deuxième recueil gnomique français/italien publié par Gilles Corrozet, car il pose d’intéressants problèmes : Nicole Bingen a montré que l’attribution traditionnelle à l’imprimeur anversois Jean Bellère, d’après une édition tardive de 1610, était fautive25 ; la traduction du Liburnio – ouvrage comparable – étant dûment signée par Gilles Corrozet, elle n’a pas hésité à lui donner aussi celle de la Bonne response, sans relever la présence à la fin du texte d’une devise, « Chanter en lyesse », qui laisse supposer l’intervention d’un autre collaborateur. Le caractère possiblement anagrammatique de cette devise par ailleurs inconnue autorise une lecture convaincante26 : en effet, Chanter en lyesse est l’exacte permutation de Charles Estyenne, qui pourrait bien être aussi l’auteur de l’avis au lecteur traitant de la diversité des langues anciennes et modernes, dont le registre savant ne ressemble pas à celui de Corrozet. Il pourrait s’agir là d’une collaboration entre les deux hommes27 car dans d’autres passages mis en vers, on peut reconnaître en revanche l’habileté d’un rimeur chevronné comme Corrozet.

  • 28 Magali Vène, « Auteur et libraire : le cas Gilles Corrozet [sur ses Divers propos memorables de 15 (...)

35Après ces adaptations d’un seul titre, Gilles Corrozet fait en 1556 pour les Divers propos memorables des nobles et illustres hommes de la Chrestienté, sans doute son recueil gnomique le plus ambitieux, un travail de compilation original28. Il y revendique de manière assez novatrice la modernité de ses sources, car il aborde là un sujet non antique. Un peu gêné quand même par ces « nouvelles autorités » non frappées du cachet de l’ancienneté, il fait figurer à la fin de son texte une liste alphabétique de soixante-quatorze « Noms des livres et autheurs desquels ont esté extraits les propos contenuz en ce présent livre ».

  • 29 Gabriel-André Pérouse (« Prestiges et miracles de l’Italie dans les Propos memorables de Gilles Co (...)

36Mais à y regarder de plus près, cette liste n’est pas un outil de référence, dans la mesure où nul renvoi n’y est fait à partir des propos eux-mêmes (on ne trouve notamment aucune référence bibliographique en manchette). En fait, elle peut être considérée comme une sorte de catalogue de libraire, dont elle adopte d’ailleurs la présentation traditionnelle. L’intérêt commercial pour Corrozet n’était pas mince car ces livres récents (ou dont il existait du moins une édition récente) pouvaient sans doute être achetés dans sa boutique, dont une des spécialités était justement l’histoire contemporaine. On y relève même quelques-unes de ses publications. L’identification complète des titres de cette bibliographie permettra sans doute de confirmer cette hypothèse29. Derrière cette attitude mercantile se dessine aussi nettement une image de Gilles Corrozet au travail : un libraire qui écrit... en lisant les livres de sa boutique.

4. Néo-platonisme

  • 30 Voir Les fleurs de poesie françoyse, Hecatomphile, éd. Gérard Defaux, Paris, 2002.

37En lien étroit avec sa sensibilité et sa culture poétique et italianisante, Gilles Corrozet joue un rôle important dans la transmission en France de la philosophie néo-platonicienne de Marsile Ficin, ou plutôt de l’adaptation mondaine de celle-ci opérée dans les écrits de Bembo, Castiglione, Caviceo ou Equicola. À partir de 1534 et de la publication chez Galliot Du Pré du recueil des Fleurs de poesie françoyse à la suite de l’Hecatomphile d’Alberti, ce courant influence fortement le renouvellement des thèmes du lyrisme amoureux30.

38Encore une fois, Denis Janot est associé à l’entreprise, qui ouvre un nouveau champ de publications au modèle de livre qu’il a mis au point : de séduisants petits volumes en français, à la typographie et à l’illustration soignées, destinés sans doute à un public majoritairement féminin. A ses côtés, et pour la plupart des titres qui vont suivre, il est légitime d’imaginer Corrozet dans un rôle de « directeur de collection ». Ainsi, dès 1536, Corrozet rédige pour Janot, associé à Charles Langelier, une pièce liminaire dans le Philologue d’honneur de Claude de Cuzzi, un texte qui s’inspire des Asolané de Bembo et du Libro di natura d’amore d’Equicola, encore inédits en français.

  • 31 D’après André-Jean Festugière, La philosophie de l’amour de Marsile Ficin et son influence sur la (...)
  • 32 Du Commentarium de Ficin rédigé entre 1469 et 1475, Symphorien Champier avait proposé une première (...)
  • 33 En 1541 également, Corrozet entre dans une vaste association pour publier la sixième édition des t (...)
  • 34 Michael Screech, « An interpretation of the Querelle des Amyes », dans Bibliothèque d’humanisme et (...)
  • 35 Robert Cottrell, « Le déplacement d’Éros par Antéros dans L’amye de court de La Borderie », dans A (...)

39Janot et Corrozet sont surtout les éditeurs (et peut-être ce dernier est-il aussi le traducteur31) de la première véritable version française du texte fondamental du néo-platonisme mondain : le commentaire par Ficin du Banquet de Platon. Publiée en septembre 1541 sous le titre de Diffinition et perfection d’amour, cette traduction/adaptation, bien que partielle, a une grande importance32. Elle précède de peu la célèbre querelle des Amyes, dont on peut dire qu’elle éclate vraiment dans la boutique de Gilles Corrozet. En effet, sans doute dès la fin de l’année 1541, celui-ci, bon commerçant, n’hésite pas à publier, en association avec Denis Janot et Vincent Sertenas, L'amie de court de Bertrand de La Borderie33. Protestation contre la doctrine de l’amour platonique, ce texte, tout en partant des positions de Castiglione, les délaisse pour une conception moins idéale et dresse le portrait d’une femme qui n’hésite pas à exploiter toutes les ressources à sa disposition pour obtenir le plaisir et la liberté. Après y avoir vu la satire de la courtisane cynique et dépravée34, la critique s’est faite plus nuancée35, laissant entrevoir une héroïne féministe avant la lettre, disciple de Christine de Pizan, aux propos nourris d’une liberté évangélique dont on a retrouvé les traces dans plusieurs personnages du théâtre de Marguerite de Navarre. Cependant, le livre de La Borderie déclenche immédiatement la riposte des platoniciens dont le porte-parole est Antoine Héroet, qui fait paraître en 1542 La parfaicte amye (Lyon, Pierre de Tours).

40Après la mort de Janot, Corrozet trouve en 1545 avec Michel de Vascosan un nouveau et prestigieux partenaire pour publier un autre texte important : la première traduction française, par Jean Martin, des Asolani de Pietro Bembo, qui reçoit un sous-titre clair et accrocheur, « De la nature d’amour ». Corrozet et Vascosan, détenteurs du privilège, publieront la deuxième édition corrigée en 1547.

  • 36 Paris, [Jeanne de Marnef, veuve de Denis Janot,] pour Gilles Corrozet, 2 avril 1546.
  • 37 Seule une édition lyonnaise de ce poème a été retrouvée, à la suite des Cent considerations d’amou (...)

41Au-delà de la polémique et des stratégies commerciales, Gilles Corrozet, dans son œuvre personnelle, s’est montré constamment réceptif aux conceptions ficiniennes de l’« amour pur », qui lui ont inspiré quelques-uns de ses plus beaux vers. Ainsi, dès 1540, dans certains emblèmes de l’Hecatomgraphie (comme Amour accompagné de vertu) ; en 1543 dans un long poème intitulé La volupté vaincue, qu’il place après son Tableau de Cebes ; en 1546 dans le Compte du rossignol, adapté d’un chapitre du Libro del peregrino de Caviceo36 ; et en 1548 dans une Satire contre fol amour37.

42Au terme de ce parcours, que retenir de cette figure de libraire et polygraphe touche-à-tout et parfois insaisissable ?

43Gilles Corrozet n’est certes pas un grand nom de l’humanisme, mais il en a sans conteste embrassé avec naïveté et fraîcheur le plus grand idéal : mettre à jour et transmettre les connaissances, pour le bien commun. Il a su appliquer à cette mission son habileté et ses techniques d’homme du livre, et il faut reconnaître en lui un acteur important de la transmission et de l’adaptation en français de genres et de matériaux à l’origine caractéristiques de la culture humaniste : livres d’emblèmes, fables, littérature gnomique, néo-platonisme.

  • 38 Tous les paratextes de Gilles Corrozet seront édités dans le volume à paraître de la collection «  (...)
  • 39 Niccolò Liburnio, Elegantissime sentenze [...] Les tres elegantes sentences [...], éd. et trad. Gi (...)
  • 40 Aesopus, Les fables [...] mises en rithme françoise, éd. Gilles Corrozet, Paris, Denis Janot, 1542 (...)

44Dans les préfaces qu’il a placées dans ses livres (fait significatif, uniquement lorsqu’il en était l’auteur)38, il brode sur les lieux communs de la mémoire et de l’autorité, de l’abeille industrieuse, de l’utile dulci, de la varietas et de l’ekphrasis. On y perçoit à chaque ligne cet « esprit esmerveillable » que lui attribuait déjà La Croix du Maine. De ces pièces et pour conclure, nous retiendrons aujourd’hui deux sentences résumant bien l’état d’esprit de ce passeur de textes convaincu : « pour ce qu’un bien caché [...] ne peult proffiter à personne »39, « j’ay prins d’aultruy la pierre et le ciment »40.

Notes

1 Philippe Renouard, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, t. III : 1521-1530, éd. Brigitte Moreau, Paris, 1985, n° 903.

2 Sur Gilles Corrozet, en attendant la parution prochaine du volume Corrozet rédigé par Magali Vène dans la collection « Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle, d’après les manuscrits de Philippe Renouard », voir ead., « Gilles Corrozet (1510-1568), libraire parisien, poète, historien : un esprit de la Renaissance », dans Ecole nationale des chartes. Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1996pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, 1996, p. 297-306 ; ead., « Corrozet (Gilles) », dans Dictionnaire des lettres françaises. Le XVIe siècle, dir. cardinal Georges Grente, éd. Michel Simonin, Paris, 2001, p. 300-302.

3 P. Renouard, Inventaire chronologique…, t. IV : 1531-1535, éd. Brigitte Moreau, Paris, 1992, n° 1274.

4 P. Renouard, Inventaire chronologique..., t. III, n° 1336.

5 Ibid., n° 1972.

6 P. Renouard, Inventaire chronologique..., t. IV, n° 392.

7 François de La Croix du Maine et Antoine Du Verdier, Les bibliothèques françoises, éd. Rigoley de Juvigny, t. I, Paris, 1772, p. 288.

8 P. Renouard, Inventaire chronologique..., t. IV, n° 912.

9 Ibid., n° 323.

10 Michael Screech, « Emblems and colours : the controverse over Gargantua’s colours and devices », dans Mélanges d’histoire du XVIe siècle offerts à Henri Meylan, Genève, 1970 (Travaux d’humanisme et Renaissance, 110), p. 65-80 ; Gérard Defaux, Rabelais agonistes : du rieur au prophète. Etudes sur Pantagruel, Gargantua, Le quart livre, Genève, 1997 (Études rabelaisiennes, 32), p. 432-447 ; Richard Cooper, « Rabelais, Corrozet et les origines légendaires de Paris », dans Hommage à Claude Faisant (1912-1988), Nice, 1991, p. 151-162.

11 P. Renouard, Inventaire chronologique…, t. III, n° 1903.

12 Ibid., n° 1775.

13 P. Renouard, Inventaire chronologique..., t. V : 1536-1540, éd. Brigitte Moreau, Geneviève Guilleminot et Monica Breazu, Paris, 2004, n° 74.

14 Voir l’article classique de Michel Simonin, « Peut-on parler de politique éditoriale au XVIe siècle ? Le cas de Vincent Sertenas, libraire du Palais », dans Le livre dans l'Europe de la Renaissance, dir. Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin, Paris, 1988, p. 264-283.

15 Les blasons domestiques, Paris, [Denis Janot] pour lui-même ( ?) et pour Gilles Corrozet, 1539 ; Historiarum Veteris Testamenti icones ad vivum expressae, unà cum brevi sed quoadfieri potuit dilucida earundem et latina et gallica expositione, Lyon, Melchior et Gaspard Trechsel pour Jean II et François Frellon, 1539 ; Hecatomgraphie, c'est à dire les descriptions de cent figures et histoires, contenantes plusieurs appophtegmes, proverbes, sentences et dictz tant des anciens que des modernes, Paris, Denis Janot pour lui-même, 1540 ; Les fables du tres ancien Esope Phrigien premierement escriptes en graec et depuis mises en rithme françoise, Paris, Denis Janot pour lui-même, 1542 (2e éd., Paris, Denis Janot, 1544) ; Le tableau de Cebes de Thebes, Paris, Denis Janot pour lui-même et pour Gilles Corrozet, 1543 ; La tapisserie de l’eglise chrestienne et catholique, Paris, Denis Janot pour lui-même, 1544 ; Le second livre des fables d’Esope Phrigien ancien poete grec, escrites en prose et vers françois, avec leurs argumens, Paris, Etienne Groulleau pour lui-même, 1548.

16 Voir Stephen Rawles, Denis Janot, Parisian Printer and Bookseller (1529-1544). A Bibliographical Study, thèse, 2 t., Warwick, 1976, dactyl. (consultable à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France).

17 Sur cette édition, dont on ne connaît qu’un seul exemplaire en collection publique, voir Magali Vène, « À propos d’une traduction retrouvée (la Deiphire de 1539), nouveaux éléments sur la diffusion française au XVIe siècle des écrits sur l’amour de Leon Battista Alberti ( Deifira et Ecatonfilea) », dans Albertiana, t. 10, 2007, p. 142, n° I.4.

18 Stephen Rawles, « Corrozet’s Hecatomgraphie: where did the woodcuts come from and where did they go? », dans Emblematica, t. 3, 1988, p. 31-64.

19 Gilles Corrozet, L’Hecatongraphie (1544) et les Emblemes du Tableau de Cebes (1543), éd. Alison Adams, Genève, 1997.

20 L’entreprise sera ensuite « capturée » par Sertenas et son imprimeur Groulleau. Voir Michel Simonin, « La disgrâce d’Amadis », dans Studi francesi, t. 82, 1984, p. 1-33.

21 Le Philocope, trad. Adrian Sevin, Paris, Denis Janot pour lui-même, Gilles Corrozet et Jean André, 1542.

22 M. Vène, « À propos d’une traduction retrouvée... ».

23 Jean Vignes, « Pour une gnomologie : enquête sur le succès de la littérature gnomique à la Renaissance », dans Seizième siècle, t. 1, 2005, p. 176.

24 Niccolò Liburnio, Elegantissime sentenze […] di molti savii et preclari principi, regi et philosophi greci et latini. Les tres elegantes sentences [...] de plusieurs sages princes, roys et philosophes grecz et latins, éd. et trad. Gilles Corrozet, Paris, pour Gilles Corrozet, 1546.

25 Nicole Bingen, « La Bonne response à tous propos (1547) et ses lecteurs (Jean-Antoine de Baïf, Pierre de L’Estoile et d’autres) », dans La lecture littéraire, t. 7, 2003, p. 95-116.

26 Pour laquelle nous remercions vivement Monica Breazu, qui prépare un répertoire des devises et anagrammes des auteurs du XVIe siècle.

27 De Charles Estienne, Corrozet publie en 1542, en association avec Denis Janot et André Roffet, la Premiere comedie de Terence, intitulée l’Andrie, accompagnée du Brief recueil de toutes les sortes de jeux qu'avoient les anciens Graecz et Romains. Nous nous proposons d’étudier prochainement cet avis au lecteur de la Bonne response, qu’il faudra peut-être considérer comme un addendum à La France des humanistes, t. IV : Robert Estienne et Charles Estienne. Des imprimeurs pédagogues, éd. Bénédicte Boudou et Judit Kecskeméti, Turnhout, 2009 (Europa humanistica).

28 Magali Vène, « Auteur et libraire : le cas Gilles Corrozet [sur ses Divers propos memorables de 1557] », dans Passeurs de textes. Imprimeurs, éditeurs et lecteurs humanistes dans les collections de la bibliothèque Sainte-Geneviève [exposition, Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève, 30 mars-30 juin 2009], éd. Yann Sordet, Turnhout, 2009, p. 58-67.

29 Gabriel-André Pérouse (« Prestiges et miracles de l’Italie dans les Propos memorables de Gilles Corrozet (1556) », dans Mélanges à la mémoire de Franco Simone, t. I : France et Italie dans la culture européenne, chap. I : « Moyen Âge et Renaissance », Genève, 1980, p. 541-554) a fait les identifications uniquement pour les œuvres italiennes ou ressortissant de la littérature et de l’histoire italiennes. Nous souhaitons établir bientôt une édition critique de l’ensemble de la liste.

30 Voir Les fleurs de poesie françoyse, Hecatomphile, éd. Gérard Defaux, Paris, 2002.

31 D’après André-Jean Festugière, La philosophie de l’amour de Marsile Ficin et son influence sur la littérature française au XVIe siècle, Paris, 1941.

32 Du Commentarium de Ficin rédigé entre 1469 et 1475, Symphorien Champier avait proposé une première traduction française anonyme, incomplète et en désordre, dans son recueil intitulé La nef des dames vertueuses (Lyon, Jacques Arnoullet, 1503), souvent réédité. Antoine Héroet compose ensuite en 1536 L'androgyne de Platon, un poème directement inspiré du Commentarium, qui ne paraît qu’en 1542 dans le recueil La parfaicte amye. La traduction complète ne sera établie et publiée que cinq ans après la Diffinition et perfection d’amour : Le Commentaire de Manille Ficin [...] sur le Banquet d’amour de Platon, faict françois par Symon Silvius, dit jean de La Haye, valet de chambre de [...] Marguerite de France, royne de Navarre, Poitiers, Jean et Enguilbert de Marnef, 1546.

33 En 1541 également, Corrozet entre dans une vaste association pour publier la sixième édition des très misogynes Controverses des sexes masculin et fœminin de Gratien Du Pont (parues pour la première fois à Toulouse en 1534).

34 Michael Screech, « An interpretation of the Querelle des Amyes », dans Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. 21, 1959, p. 103-130.

35 Robert Cottrell, « Le déplacement d’Éros par Antéros dans L’amye de court de La Borderie », dans Anteros. Actes du colloque de Madison (Wisconsin), mars 1994, dir. Ulrich Langer et Jan Miernowski, Orléans, 1994, p. 117-136.

36 Paris, [Jeanne de Marnef, veuve de Denis Janot,] pour Gilles Corrozet, 2 avril 1546.

37 Seule une édition lyonnaise de ce poème a été retrouvée, à la suite des Cent considerations d’amour de Guillaume de La Perrière publiées à Lyon chez Jacques Berjon. Il est possible qu’une première édition parisienne en plaquette (et pour Gilles Corrozet) ait été perdue.

38 Tous les paratextes de Gilles Corrozet seront édités dans le volume à paraître de la collection « Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle d’après les manuscrits de Philippe Renouard ».

39 Niccolò Liburnio, Elegantissime sentenze [...] Les tres elegantes sentences [...], éd. et trad. Gilles Corrozet, Paris, pour Gilles Corrozet, 1546, fol. A 2v.

40 Aesopus, Les fables [...] mises en rithme françoise, éd. Gilles Corrozet, Paris, Denis Janot, 1542, fol. A 3.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540