Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Charles Estienne, un médecin pédagogue ou un courtisan masqué ?

Bénédicte Boudou

Résumé

Enfant terrible de la famille Estienne, frère de Robert et ami de Lazare de Baïf, Charles est un touche-à-tout. Médecin dès 1542, il multiplie les éditions pédagogiques (comme son Térence, annoté en français) et s’intéresse aux sciences naturelles. Après 1551, il reprend l’imprimerie de son frère Robert, exilé à Genève, et édite les œuvres qu’il avait préparées, tout en publiant de nombreux livres en français qui s’en démarquent profondément, tels que le Recueil des anciens jeux et LA guide des chemins de France. Dans ses quelque deux cents publications se lit le désir de traduire, rassembler et illustrer : il lui importe de donner aux élèves les moyens de parler latin avec « les choses quotidiennes qui les entourent ». Sans se dire jamais auteur, Charles Estienne se veut un passeur de connaissances au service de la jeunesse comme des grands (Charles de Lorraine), susceptibles de protéger cet homme aventureux. Sans prétention, ses livres sont des chemins vers la contemplation de la nature.

Note de l’auteur

Dans cet article, les références à La France des humanistes, t. IV : Robert Estienne et Charles Estienne. Des imprimeurs pédagogues, éd. Bénédicte Boudou et Judit Kecskeméti, Turnhout, 2009 (Europa humanística) seront abrégées sous la forme « Robert Estienne et Charles Estienne ».

Texte intégral

I. — RAPPEL BIOGRAPHIQUE

  • 1 Henri-Jean Martin, La naissance du livre moderne, XIVe-XVIIe siècle. Mise en page et mise en texte (...)
  • 2 Hélène Cazes, « Charles Estienne », dans Centuriae latinae II. Cent une figures humanistes de la Re (...)

1Fils cadet d’Henri I Estienne et de Guionne Viart, Charles Estienne est un peu l’enfant terrible de la dynastie stéphanoise : il est souvent défini négativement, par opposition à son frère aîné Robert, imprimeur du roi et éditeur des grandes bibles en français, latin, grec et hébreu. Henri-Jean Martin disait, en 2000, que sa biographie restait à écrire1. Depuis, Hélène Cazes a cherché à brosser de lui un portrait surtout intellectuel2. Le personnage de Charles est difficile à saisir et échappe aux classements. Je chercherai à définir quel imprimeur il a été et quels publics il a visés. Je m’appuierai pour le faire non pas sur des documents notariaux ou des archives historiques mais exclusivement sur les textes qu’a rédigés Charles Estienne. Ce parti pris réduit sans doute la portée de mon étude, qui se veut essentiellement littéraire.

2L’ensemble des publications de Charles Estienne présente une diversité qui frôle le désordre : un Recueil des anciens jeux y côtoie une Grammaire de Despautère et la Guide des chemins de France. Tantôt Charles Estienne s’adresse à des adolescents, tantôt il écrit pour des bourgeois, marchands ou voyageurs, ou des gentilshommes propriétaires terriens. Dans les préfaces, assez nombreuses, dont il accompagne ses éditions de textes, il s’exprime avec plus de prodigalité que Robert, souvent très retenu. Ses préfaces ne sont pas pour lui l’occasion de mettre en scène son existence, ce qui ne manque pas de surprendre à notre époque d’hypertrophie du moi où tout est prétexte à confession, mais il y évoque volontiers non tant sa méthode (comme le philologue Robert) que la finalité qu’il s’assigne et les lecteurs auxquels il destine ses parutions.

  • 3 Qui a cédé en 1526 à Robert Estienne son imprimerie rue Jean-de-Beauvais, en face de l’école de Déc (...)
  • 4 Tels que les Rudimenta de Despautère, ou encore les Principes et premiers élémens de la langue lati (...)

3Traçons rapidement l’itinéraire biographique de Charles Estienne. Comme bien des humanistes, il séjourne en Italie dans les années 1530. Il aurait suivi les cours de philosophie classique de Lazaro Buonamici, à Venise, où il se lie d’amitié avec Paul Manuce, et il rencontre Lazare de Baïf ainsi que son secrétaire à l’époque, Pierre Bunel. Lazare de Baïf lui confie l’instruction de son fils, Jean-Antoine de Baïf, future étoile dans le ciel des sept poètes de la Pléiade. C’est dans ce contexte amical et pédagogique qu’une fois rentré à Paris, il entreprend l’édition, chez Simon de Colines3, de petites compilations de son ami Lazare de Baïf (De re hortensi, De re navali), qui rassemblent les connaissances sur un sujet particulier : les vêtements, les vases, la navigation. Charles Estienne est donc d’abord un éditeur sans imprimerie qui se cherche une légitimité dans les publications pédagogiques (grammaires et dictionnaires)4.

  • 5 Chez François I Estienne et Simon de Colines.
  • 6 Pendant ce temps, des épreuves de quatre planches anatomiques (le livre en comptait soixante-deux a (...)
  • 7 Voir La dissection des parties du corps humain divisée en trois livres, faictz par Charles Estienne (...)
  • 8 La médecine et les médecins en France à l'époque de la Renaissance, dir. Ernst Wickersheimer, Genèv (...)

4Se considère-t-il comme un éditeur intellectuel (et non comme un mechanicus) ? Toujours est-il que l’imprimerie n’est pas pour lui un travail à part entière comme elle l’a été pour Robert. Dans la préface du livre intitulé Sylva, frutetum, collis (1538)5, il se dit d’ailleurs occupatissimus. On sait qu’élève de Jacques Dubois (ou Sylvius), il a étudié la médecine, et qu’il est reçu docteur en médecine le 8 mai 1542. Ses publications témoignent de cette nouvelle orientation et, dès 1539, un traité de sa main, le De dissectione, illustré de planches dessinées par Etienne de La Rivière, est publié aux deux tiers quand La Rivière dépose une plainte au parlement de Paris contre Charles Estienne et Simon de Colines, réclamant la reconnaissance de ses droits d’auteur et l’interdiction de l’impression en cours. Le procès dure6, parce que n’étant que barbier, Etienne de La Rivière n’a pas l’autorité pour s’opposer à un médecin (Charles Estienne) ni à un imprimeur spécialisé dans les termes médicaux (Colines). En 1545, le parlement de Paris autorise enfin Charles Estienne à publier le livre sous son nom, à la condition qu’il indique au frontispice que la composition et la déclaration des figures viennent de La Rivière7. L’année suivante, Charles Estienne traduit cette Dissection qui, selon Wickersheimer, « reflète le mieux l’anatomie de la Renaissance »8. Entre 1544 et 1547, il enseigne officiellement (la botanique et la physiologie) et, parallèlement à ce travail scientifique, continue de s’intéresser aux éditions pédagogiques. En 1541, il propose une édition scolaire de l’Andrie de Térence, qu’il donne en latin avec des annotations et traductions en français et, l’année suivante, il assortit sa traduction de la pièce d’un traité sur la comédie. Entre 1547 et 1550, Charles Estienne réédite Térence et Baïf, il propose des Principes et éléments de la langue latine en 1549, une comédie traduite de l’italien, Les abusez, et il signe de son nom (c’est la première fois) un livre médical qui traite des régimes alimentaires, le De nutrimentis. Pendant cette période, il apparaît comme un touche-à-tout dilettante : auteur de livres de médecine, de botanique et de diététique, il publie l’ouvrage de Pierre Belon sur les poissons, mais aussi des livres d’histoire, et témoigne d’un goût prononcé pour la comédie.

  • 9 Qu’il évoque dans ses Réponses aux censures des théologiens de Paris, 1552. Voir Robert Estienne et (...)
  • 10 « On comprend facilement que Charles Estienne, qui avait tout fait pour obtenir le titre d’imprimeu (...)
  • 11 Mais aussi l’édition hébreu-latin en 1557-1558 des Petits Prophètes, suivie d’Habacuc commenté par (...)
  • 12 Robert Estienne et Charles Estienne, p. 407.
  • 13 Voir Chantal Liaroutzos, Le pays et la mémoire. Pratiques et représentations de l’espace français c (...)
  • 14 Jean Maumont le dénonce à Joseph-Juste Scaliger.
  • 15 Sur la fortune des éditions et des traductions de ce livre, voir C. Liaroutzos, Le pays et la mémoi (...)

5À partir de 1551 commence pour Charles Estienne une carrière éditoriale double : en effet, son frère Robert décide de quitter la France après des démêlés avec la Sorbonne9 pour s’exiler à Genève. Charles se trouve alors à la tête de l’imprimerie Estienne ; on ne sait trop si Robert l’en a chargé ou si c’est lui qui s’est assigné ce rôle. Toujours est-il que le titre de typographus regius pour le grec passe de Robert Estienne à Adrien Turnèbe, auquel Charles doit remettre le matériel10. En même temps qu’il est destitué de ce titre prestigieux, Charles Estienne endosse une lourde responsabilité. D’un côté, il fait paraître les éditions qu’a préparées Robert (Appien, le Dictionarium latinogallicum), et bien sûr les bibles en latin (1552, 1553, 1558 et 1559), mais aussi en hébreu, en 1555. En 1556, il joint même la Genèse, qu’il a préparée, aux quatre autres livres du Pentateuque qu’avait préparés Robert en 154311. Mais il ne publie aucune bible française. D’un autre côté, c’est dans l’atelier de Robert qu’il fait désormais paraître de plus en plus de livres en français (La guide des chemins de France, le Recueil des jeux) et de textes d’actualité, comme le Discours de la guerre de Malte, de Nicolas de Villegagnon (1553). Il se comporte un peu alors comme le cadet d’un grand imprimeur. S’il assume l’héritage de l’érudit humaniste qu’a été son frère, il infléchit également sa propre production éditoriale dans le sens de la modernité, comme l’indique la préface de l’Abbrégé de l’histoire des montes et ducz de Milan de Paolo Giovio : « Ce que plus donne de récréation à l’esprit las et travaillé de continuelles et importantes charges, semble Monseigneur, que c’est l’histoire : laquelle est d’autant plus plaisante et aggréable, qu’elle approche de nostre temps »12. Il tend à s’approprier certains des travaux de Robert comme le Dictionariolum (1552) et sa préface au Thesaurus cicéronien (1556) est ambiguë, puisqu’il dit se fonder non seulement sur ses publications de Cicéron mais sur celles de Robert. En réalité, il s’appuie surtout sur ces dernières. Dans le même temps, il rassemble les diverses compilations de Lazare de Baïf, leur ajoute des explications en français et réunit ses travaux sur l’arboriculture et la connaissance des plantes dans le Praedium de 155413. Ces sommes révèlent le souci de synthèse de Charles Estienne et son goût encyclopédique. Dans les années 1556, son neveu Robert II Estienne lui intente un procès : Charles a contracté des dettes et compromis l’héritage de ses neveux. De 1556 à 1561, il subit deux saisies sur ses biens, il est montré du doigt comme un oncle indigne et dilapidateur14 et le parlement de Paris ordonne des mesures contre lui. En 1561, il est emprisonné au Châtelet par ses créanciers et, en 1564, l’année même de sa mort (en prison, semble-t-il), c’est son gendre Jean Liébault qui publie son dernier ouvrage, Agriculture et maison rustique. Ironie du sort : le livre connaît un succès immédiat et sera réédité une quinzaine de fois avant le tournant du siècle15.

6Malgré leur diversité, ces quelque deux cents publications donnent à lire trois tendances qui permettent de caractériser le ou les publics visés par Charles Estienne : il est enclin à traduire en français un texte étranger, il a tendance à proposer des synthèses et a, enfin, un penchant pour l’illustration.

II. — TROIS TENDANCES : TRADUIRE, RASSEMBLER, ILLUSTRER

1. Traduire

  • 16 Voir Harold W. Lawton, Térence en France au XVIe siècle, Paris, 1926, p. 426, et id., « Charles Est (...)
  • 17 H. W. Lawton déplore que cette préface d’Estienne n’ait pas reçu la place qui lui revenait dans la (...)
  • 18 Lyon, Juste et Pierre de Tours, 1543.
  • 19 H.-J. Martin, La naissance du livre..., p. 418.

7Cette inclination à la traduction se manifeste dès 1541, année où Charles Estienne propose une édition scolaire bilingue de l’Andrie de Térence : le texte latin de chaque scène, en italiques, est suivi d’une constructio qui prend le texte phrase après phrase, en donne de petits commentaires latins, traduit la phrase et ajoute des explications. Les vers sont séparés, le texte français vise moins à l’élégance qu’à l’exactitude, puisqu’il s’adresse aux adolescents16. L’année suivante, Charles fait paraître une traduction de la même pièce et donne une longue préface « en laquelle est déclairée la manière que les anciens ont observée en leurs Comédies »17. Il précise « ce que les anciens appelloient fable, tragédie, Satyre, Comédie vieille, et Comédie nouvelle ; En quelz lieux, premièrement se jouoyent les Tragédies et Comédies », s’intéresse aux « jeux scéniques en général, et acteurs et joueurs d’iceulx ; [aux] aornementz et vestementz des joueurs scéniques », etc. On retrouve l’année suivante cet intérêt pour les conditions matérielles de la représentation dans sa traduction des Intronati, ou Comédie du sacrifice18. Il y a là innovation, comme le souligne Henri-Jean Martin, puisque Charles Estienne pose « les véritables problèmes que pouvait soulever l’impression d’une pièce de théâtre »19. Après avoir publié les Paradoxes d’Ortensio Lando en italien (1543), il en donne, dix ans plus tard, une traduction dont il a éliminé les « paradoxes » sur les avantages d’une femme malhonnête (XI) et sur la dépréciation du Décaméron de Boccace (XXVII-XXX). Ces traductions, qui révèlent le souci de s’adresser à un public élargi, sont l’aboutissement d’un itinéraire éditorial qui va du latin au français, à partir de 1553, en passant par des textes dans les deux langues.

2. Rassembler

  • 20 H. Cazes interprète cette tendance en disant que pour Charles, « chaque science est une appréhensio (...)
  • 21 C. Liaroutzos, Le pays et la mémoire..., p. 267.
  • 22 « La publication du Praedium marque une étape dans la sensibilité du public cultivé : au moment où (...)

8Autre point fort de la production de Charles Estienne, la tendance à la synthèse. Il rassemble la totalité des connaissances répertoriées par les Anciens dans les domaines de l’horticulture, de l’arboriculture et de l’agriculture. C’est ainsi qu’il publie cinq traités : Seminarium (1536), Vinetum (1537), Sylva, frutetum, collis (1538), Pratum, lacus, arundinetum (1543) pour mettre à la disposition du public le plus large ces connaissances disséminées qu’il a compilées. Le Vinetum présente les différentes sortes de vignes et les outils pour la viticulture, le Sylva, frutetum, collis (1538) recense les différents types de forêts, énumère les arbres exotiques que connaissaient les Anciens et fait l’inventaire des sous-bois20. Le Praedium de 1554 présente « ces connaissances sous une forme pratique », expose simultanément des « techniques, parfois opposées, empruntées aux divers auteurs » et les confronte « avec certaines pratiques modernes »21. Abandonnant les préoccupations morales ou philosophiques qui étaient parfois celles des Anciens, Estienne procède au classement par rubriques qui « rend [...] [son] traité plus utilisable par ses contemporains »22.

  • 23 Nihil hic esse, quod non a probatissimis authoribus desumptum sit, quorum etiam nomina non tacebimu (...)
  • 24 La guide des chemins de France, Paris, 1552, p. 5.
  • 25 Jean-Claude Margolin, « Science, humanisme et société : le cas de Charles Estienne », dans Parcours (...)
  • 26 Claude-Gilbert Dubois, La conception de l’histoire en France au XV siècle, Paris, 1977, p. 15.

9Ces synthèses sont l’occasion d’embrasser la totalité du savoir qu’ont laissé les Anciens : le Seminarium, fondé sur une compilation de Pline, Varron, Columelle, mais aussi d’Ermolao Barbaro et de Jean Ruel, s’intéresse à la diversité des arbres et donne un lexique de leurs noms et de ceux des fruits : De Latrinis et Graecis nominibus arborum, fruticum, herbarum, piscium et auium liber : ex Aristotele, Theophrasto, Dioscoride, Galeno, Aerio, Paulo Aegineta, Actuario, Nicandro, Athenaeo, Oppiano, Aeliano, Plinio, Hermolao Barbaro et Joanne Ruellio : cum Gallica eorum nominum appellatione. Elles permettent encore à Estienne de réunir les connaissances des Anciens aux nouvelles connaissances acquises. Dans sa préface au Seminarium (1536), Charles Estienne insiste sur le fait que « tout vient ici d’excellents auteurs » et qu’il a puisé chez les Anciens comme chez les modernes23. Ta guide des chemins de France (1552) souligne la variété des sources dont il s’est servi : messagers, marchands, pèlerins24. Enfin, il s’applique à confronter ces connaissances livresques avec la réalité quotidienne25, et Claude-Gilbert Dubois a pu dire de lui qu’il incarnait le passage d’une curiosité de spécialiste à un désir culturel de masse26.

  • 27 Voir Elizabeth Armstrong, Robert Estienne Royal Printer. An Historical Study of the Elder Stephanus (...)

10Esprit pragmatique, Charles Estienne a besoin de toucher les choses pour les comprendre. S’il édite les traités de Baïf sur les vases, la navigation, les vêtements, le jardin, c’est parce qu’ils traitent de domaines concrets, tirés de l’expérience pratique, qui sont l’occasion de compiler ce qu’ont écrit les Anciens sur le sujet, mais aussi (ou surtout) de « donner aux élèves les moyens de parler latin avec les choses quotidiennes qui les entourent »27.

3. Illustrer

  • 28 Elles ont servi à d’autres médecins. Voir n. 6.
  • 29 Isabelle Pantin, « Les problèmes de l’édition des livres scientifiques : l’exemple de Guillaume Cav (...)

11Afin d’accrocher l’attention de son public en sollicitant son intérêt pour des choses concrètes, Charles Estienne mise enfin sur l’illustration. Il accompagne le De re vestiaria de Baïf du traité d’Antonio Telesio sur les couleurs, parce que les couleurs servent d’illustration aux vêtements. C’est grâce aux descriptions qu’en ont données les historiens « tant graecz que latins » que sont encore présentés les jeux anciens comme les comédies, leur organisation dans l’espace et le temps, leur forme et leur manière. Professeur de médecine, il destine à ses étudiants son traité De dissectione, qui comporte soixante-quatre planches, afin d’illustrer l’anatomie du corps humain28 et de la faire comprendre par l’œil qui embrasse tout simultanément. L’esprit a besoin du support de l’image. Il faut voir et faire voir de près, car il ne s’agit pas seulement de récréer ou de séduire le lecteur, mais aussi de l’aider à comprendre tel ou tel problème29.

  • 30 H.-J. Martin, La naissance du livre moderne..., p. 419.
  • 31 « Mais je croy Monseigneur, puis que la vifve voix ou lecture de telle description, donne si grand (...)
  • 32 Ibid., p. 412.

12La traduction de Térence en 1542, qui divise le texte en cinq actes et vingt-huit scènes, fait précéder chaque scène de la juxtaposition de petits bois gravés dont chacun représente l’un des personnages présents30. Même chose dans la pièce Gli ingannati (1543), qu’il divise en actes et en scènes, introduites par le même type de gravures. En 1553, le traité De aquatilibus de Belon accompagne la description des êtres aquatiques de leur « pourtraictz », et l’Abbrégé de l’histoire des vicontes et ducz de Milan, extrait de Paolo Giovio en 1552, insiste sur le plaisir que procurent les portraits de personnages historiques31. La description peut accompagner l’illustration. C’est ce qui se passe dans la Dissection, où elle « est en sorte bastie et construicte comme si lesdictes parties estoyent encor de present exposées devant voz yeulx ». Elle peut aussi s’y substituer, comme dans La guide des chemins de France, qui se dit cartographie32.

  • 33 Nam quum superioribus hisce mensibus animi causa in Antonianum tuum me imitasses ; quam prato mihi (...)

13De façon générale, l'auteur-éditeur cherche à imiter la nature en la décrivant, soit par le tableau qu’en dessinent les mots, soit par la constitution d’inventaires qui tentent d’épuiser le réel. Pour remercier le président du parlement de Rouen, Etienne Tournebulle, du séjour qu’il a passé dans son domaine « antonien », Charles déclare, dans la préface de son Pratum (1543), vouloir lui remettre sous les yeux de beaux lieux naturels33. Le Sylva, frutetum, collis (1538) (comme déjà le Seminarium en 1536) propose des taxinomies : Estienne explique :

  • 34 Je reprends ici les résumés que Judit Kecskeméti et moi-même avons faits des préfaces de Charles Es (...)

[...] les différents types de forêts, l’usage que nous en faisons, les espèces de glands et de galles, et tout ce qui pousse dans les forêts. [...] Pour finir, dans la partie « forêt » de ce livre, le lecteur trouvera les arbrisseaux sous le titre « endroit rempli d’arbrisseaux ». A cela s’ajoute, avec la partie « colline », un inventaire de toutes les autres plantes qui poussent dans les forêts ou sur les collines, selon des auteurs dignes de confiance34.

III. — LES DESTINATAIRES DE CHARLES ESTIENNE

14Ces tendances à traduire, rassembler et illustrer relèvent évidemment d’un souci pédagogique, celui-là même qui a poussé le précepteur de Jean-Antoine de Baïf dans la carrière de l’imprimerie. Il souhaite instruire ses lecteurs, qu’il désigne souvent comme des adolescents.

1. Un public d’adolescents

  • 35 De vasculis (1535) : atque eius animum ad puerorum studium inclinarint : quemadmodum sane de hoc li (...)
  • 36 De re hortensi libellus [...], 1535, dans Robert Estienne et Charles Estienne, p. 321.
  • 37 De re hortensi (1535) : Nihil enim est, quod aeque iuuenis animum commendet, atque earum rerum cogn (...)
  • 38 Ais autem, puerilibus nugis plus aequo insistere : puerilia scilicet existimas ea praecepta, quae t (...)

15Éditeur de Lazare de Baïf puis de la Dissection – en latin comme en français – destinée à ses étudiants en anatomie, Charles Estienne dit obéir aux prières des adolescents qu’il veut motiver à l’étude35 : cogunt me adolescentulorum quorundam, bonarum, ita me detis amet, literarum studiosorum preces : vt hortorum non solum herbas, sed etiam violas, frutices, et huiuscemodi caetera breui compendio describant36. Il insiste sur la nécessité de donner aux jeunes esprits de quoi se nourrir37. Cette insistance peut cependant être interprétée comme une réponse à des critiques ou à des objections : peut-être a-t-on reproché à Charles Estienne de publier les compilations de Baïf de préférence à des grammaires. Charles justifie alors le contenu de ces traités par la finalité qu’il se propose, et la préface du De re vestiaria libellus (1535) souligne l’utilité de la connaissance des vêtements. L’éducation est une chose sérieuse, et rien n’est frivole quand il s’agit d’enseigner aux enfants. Plus tard, il saisit encore l’occasion de se démarquer de Mathurin Cordier, qui avait qualifié de puérils les Disticha Catonis (1542)38. L’ardeur que déploie Charles Estienne à se défendre de publier des bagatelles ou des textes puérils ressemble à une quête de légitimité. Imprimeur sans atelier, il a besoin d’une caution forte, que lui fournit le sérieux d’une finalité pédagogique.

  • 39 Magnum enim est, adolescentem paternis non solum moribus, sed etiam ingenio adsequendo ita studere, (...)
  • 40 Jean-Claude Margolin, « Science, humanisme et société... », p. 426.
  • 41 Quid enim aliud est philosophum esse, quam ea, quae in nostrum usum terra marique diuagantur, natur (...)

16Est-il cependant avant tout un pédagogue ? Dans une réédition de 1539 du De re hortensi, en s’adressant à son neveu, Henri II Estienne, Charles Estienne définit le bon pédagogue, dont Jacques Toussain est l’exemple : il t’enseignera, dit-il, « non seulement l’élégance dans les deux langues, mais aussi les bonnes mœurs »39. Essayons de vérifier si Charles Estienne remplit ces conditions, pour mettre à l’épreuve l’authenticité de sa pédagogie. Il cherche à enseigner l’élégance dans les deux langues quand il publie par exemple son Térence bilingue en 1541, les Premiers éléments de la langue latine (1549) en français et en latin, et le De latinis et graecis nominibus arborum. Mais il me semble que Charles prend progressivement des distances avec cette tâche, quand il préfère les textes en français qu’il adresse à des lecteurs curieux de tout, mais pressés parce que très occupés. Quant aux bonnes mœurs, il les oublie ou en tout cas place au-dessus d’elles la beauté de la nature, dont la diversité invite à la contemplation. C’est dans ce but que Charles Estienne offre son « petit jardin » (réédition du De re hortensi de 1539) à son neveu Henri adonné à l’étude (peut-être trop, aux yeux de son oncle), ce qui conduit Jean-Claude Margolin à parler d’une « érudition de plein air »40. Un peu plus tard (1553), quand il publie l’Histoire naturelle de Pierre Belon, Charles Estienne explique : « Qu’est-ce qu’être philosophe sinon contempler la nature, admirer son utilité, le plaisir qu’elle nous procure, et ce qui en elle manifeste l’admirable ingéniosité de son créateur ? »41.

2. Un lectorat plus large

  • 42 [...] vt semper fuit admodum magna ingeniorum varietas, quorum qui exactam rationem habere cupiat, (...)
  • 43 C. Liaroutzos, Le pays et la mémoire..., p. 310.

17À cela s’ajoute que ce public d’élèves n’est jamais dissocié des autres lecteurs : dès 1535, la première parution du De re vestiaria met l’accent sur la diversité des esprits auxquels pense Charles42. Au fil des publications se décèle un changement de public et, à partir de 1551, Charles Estienne ne s’adresse plus à des adolescents mais à des aristocrates ou des bourgeois, propriétaires terriens ou voyageurs. Au discours du précepteur se substitue celui du vulgarisateur souhaitant « proposer un type de savoir qui reçoive en quelque sorte une sanction immédiate par l’usage pratique que l’on en fait », qui « permette de connaître le monde selon un mode qui évite de s’égarer dans d’impossibles spéculations »43 ; La guide des chemins de France en est un bon exemple.

  • 44 Sed qui, fieri potest, vt unus homo tot libris, qui de rebus adeo diuersis a grauissimis authoribus (...)

18De façon plus intéressante encore, Charles Estienne publie certains textes préparés par Robert comme le Dictionarium latinogallicum (1552) et les introduit par une préface qui en modifie le public et ressemble à un détournement. Le dictionnaire est ainsi adressé non pas aux érudits mais à des hommes pressés : « Qui peut lire tout seul les textes écrits par les grands auteurs ? Quel travail faudra-t-il pour transcrire tous ces volumes, quel argent suffira à les acheter ? »44. 11 faut faciliter la tâche des hommes auxquels leurs occupations ne laissent guère le temps de lire. Les Œuvres complètes de Cicéron, préparées elles aussi par Robert, sont accompagnées d’index d’un nouveau style :

  • 45 Praeterea quotus quisque est, qui vel peregre omnes tomos secum gestet, vel unico volumine compacto (...)

Comme personne ne peut voyager avec tous les volumes à la fois, j’ai estimé plus commode que le lecteur puisse consulter séparément le vocabulaire de la Rhétorique, des Discours, des Lettres et de la Philosophie. Enfin, j’ai mis dans le dernier index tout ce qui relève de la « bonne sève » de Cicéron [...]45.

  • 46 « Infailliblement messieurs, la parfaicte cognoissance et bonne conduicte en procez ne se trouve es (...)

19Il y ajoute les anecdotes aux sentences (selon le modèle des dictionnaires de langues). C’est ce même public que vise l’Abbrégé de Paolo Giovio, dont le titre est déjà révélateur : sa « brièfveté du langaige [est] principalement utile à ceulx, qui pour leurs grandz et continuelz empeschementz, ont à espargner le temps : et en peu d’heure, désirent sçavoir beaucoup de choses bien grandes, et de non moindre profit ». De même, le Paradoxe du plaider semble répondre aux préoccupations d’hommes d’affaires toujours menacés de procès46.

3. Les motivations de Charles Estienne

  • 47 Robert Estienne consacre aux annotations de la Bible le plus clair de son temps (en 1546, il publie (...)
  • 48 In primis enim Terentii verba passim in commentario mutilata et confusa, ubique instaurata sunt : a (...)
  • 49 Nihil enim in hacforensi vita cogitari prope modum potest, cuius latine pronuntiandi non multos hic (...)
  • 50 Noli putare, Lector, quem tibi proponimus libellum, commentarium esse tantum, sed quandam potius in (...)
  • 51 Là où Robert précise, quand il écrit en français, que « cet apparat critique en français s’adresse (...)
  • 52 Jean-Jacques de Mesmes (1490-1569) est maître des requêtes et président au parlement de Provence. D (...)
  • 53 Sic illud sane non minore admiratione dignum esse iudicabis, quod vir Consularis [...], tantum otii (...)

20La visée de ce public plus large peut s’expliquer de deux façons qui ne s’excluent pas l’une l’autre. La première explication, très tentante, découle d’une comparaison des publications des deux frères imprimeurs. Une simple comparaison de dates fait mesurer tout ce qui sépare les deux frères. Les années 1539-1545 sont pour Robert celles de la publication de la Bible de Vatable47 et de la Dissection de Charles. L’exemple de Térence est particulièrement parlant : Robert le publie en 1529, il en donne une édition philologique ; il a restitué les mots mutilés du commentaire de Donat48 et rétabli toutes les expressions déformées. Plus tard, en 1533 et 1536, il reprend l’explication métrique qu’Érasme a donnée des vers de Térence. Mais, s’adressant implicitement à des savants et à des érudits, il ne traduit pas le comique latin, comme le fait son frère. Charles ne chercherait-il pas à compenser les lacunes qu’impliquent, à ses yeux, les choix de Robert ? À élargir son public ? Tandis que, publiant les Forensia de Budé, Robert met l’accent sur la description latine des traditions et institutions49, Charles souligne l’utilité immédiate que le lecteur peut tirer des Diuersis regulis iuris antiqui (1557) : « Ce petit livre ne contient pas seulement des commentaires : il t’ouvre les portes des règles de droit »50. Alors que Robert Estienne s’adresse aux érudits et aux lecteurs royaux plus qu’aux étudiants, Charles complète ce que dit Robert : il écrit beaucoup de ses préfaces en français51, il s’adresse aux hommes actifs tels que Jean-Jacques de Mesmes (dédicataire du Seminarium en 1540), nobles ou bourgeois de robe soucieux de tirer profit de la terre52. Et là où Robert Estienne, pourtant grand éditeur de Cicéron, refuse, dans son Thesaurus de 1536, le culte du seul Cicéron, Charles abandonne l’étude de la latinité pour louer en Cicéron un homme qui peut servir de modèle à ses lecteurs puisqu’il a pris le temps, tout en s’occupant à des tâches importantes, d’écrire avec sagesse pour dire comment conduire une vie heureuse53.

  • 54 Ibid., p. 264.

21Mais si Charles vise un autre public que son aîné, c’est aussi qu’il a besoin de protecteurs : depuis l’affaire de la Dissection, il est menacé de procès (par Etienne de La Rivière, puis par Robert II Estienne, par d’autres encore peut-être). Contrairement à Robert qui ne dédie aucune de ses publications à un grand et dont les Réponses aux censures des théologiens de Paris expliquent qu’il n’a pas les moyens de suivre la cour, à laquelle il préfère son travail intellectuel54, Charles Estienne semble avoir fréquenté la cour et avoir sollicité des secours. En 1550, en publiant le De nutrimentis, il passe outre les critiques qui le visent et dédie son ouvrage à Guillaume de Bailly. En 1561, la préface au Dictionarium historicum ac poeticum laisse entendre qu’il est jalousé parce qu’il bénéficie de la faveur du roi Charles IX. Il dédie plusieurs des ouvrages qu’il publie au cardinal de Lorraine (Dictionarium latinogallicum en 1552, Belon en latin puis en français), et à Anne de Montmorency l’Abbrégé de Giovio. Il a besoin de la protection de grands comme Pierre Belon, qu’il loue dans sa préface au Traité sur les poissons et dont il dit :

  • 55 C’est moi qui souligne.

[...] il entend beaucoup moins à la gloire et à l’honneur extérieur, qu’à ton singulier profit et utilité : et ne tiendra point à luy, tant qu’il vivra (s’il est quelque peu soulagé des amateurs de bons esprits : car ses entreprinses font de grands fraiz qu’il ne te face bien tost veoir choses plus haultes et plus louables55.

22On pourrait même avancer l’hypothèse qu’à l’heure où son frère choisit avec fracas de s’installer à Genève, Charles signe une sorte de pacte patriotique en publiant sa Guide des chemins de France.

  • 56 Les Paradoxes, 1553, dans Robert Estienne et Charles Estienne, p. 414.

23Ce besoin de courtiser a cependant dû lui peser. Il exprime son goût pour la liberté incidemment, quand il dit avoir traduit en prose Térence pour ne pas s’aliéner « soubz la subjection du vers ». Cette liberté, il la réclame aussi comme éditeur : il a écrit La guide des chemins de France « par passetemps à la requeste de ses amis », un passe-temps d’homme aussi occupé que le sont ses lecteurs. Le mot « plaisir » est très souvent employé dans ses préfaces, qu’il s’agisse de l’histoire de la comédie ou de celle des jeux. La Comédie du sacrifice, en 1543, est traduite « au moins en telle sorte (quoy que rude, et mal polie) que vous en pourriez prendre quelque plaisir par fois, s’il vous vient en fantasie d’en lire une, ou deux scènes par passetemps ». C’est ce plaisir encore que Charles Estienne apprécie dans les Paradoxes, car « la diversité des choses resjouit plus l’esprit des hommes que ne fait tousjours et continuellement voir ce qui leur est commun et accoustumé »56. Mais le plus grand plaisir, ce sont la nature et la terre qui l’offrent. Si l’Agriculture et maison rustique loue l’agriculture parce que :

[...] entre toutes les sciences qui se peuvent contempler et exercer des hommes, nulle ne me semble estre, qui plus esveille l’esprit humain, qui ravisse plus les sens, qui engendre plus grande admiration des effects de nature, qui apporte plus grand plaisir et récréation à l’esprit las et travaillé, qui soit plus utile et nécessaire à la vie des hommes [...] en laquelle non seulement nous voyons à l’œil, manions et traitions avec les mains, les œuvres de nature, mais (qui plus est) nous y descouvrons l’incompréhensible puissance et grandeur de Dieu, qui d’un petit pépin, grain, noyau, et menue plante, fait naistre herbes, arbres, et fruits infinis : nous y recognoissons reluire naifvement les rayons et marques de la bonté et bénéficence du grand Seigneur et Créateur envers ses créatures, qui des choses venants de la terre, nourrit, soustient et entretient nostre vie humaine : nous y prenons un plaisir merveilleux à veoir les arbres et herbes par certain temps sortir du sein et matrice de leur mère nourrice : Bref nous y apprenons la manière de vivre de nostre labeur, de noz acquests et revenus, de n’estre oysifs d’augmenter le nostre, de mespriser tous délices, plaisirs et autres telles vanitez, vrayes allumettes de tous vices.

24La terre, c’est encore le lieu où les grands peuvent se retirer pour goûter les plaisirs de la liberté, dit la préface du même livre, adressée à des grands seigneurs qui ont délaissé les théâtres et les honneurs pour se retirer sur leurs terres.

  • 57 Agriculture et maison rustique, dans Robert Estienne et Charles Estienne, p. 463.

25Alors qu’il est l’auteur de compilations et de traductions, comme celle des Paradoxes d’Ortensio Landi (1553), Charles Estienne ne se dit jamais auteur. L’ensemble de ses publications ne révèle pas non plus de respect particulier poulies écrivains, si l’on excepte les cas de Térence et de Cicéron. Il se veut essentiellement passeur de connaissances. Intermédiaire entre les grands et « toute sorte de gents rustiques » avec lesquels il a conversé, il est devenu « auteur oculaire et quasi practicien de nostre Agriculture Françoise »57. Tous ses livres sont des chemins vers la nature, dans la contemplation de laquelle il invite à trouver une source de plaisir, tout en faisant confiance à la langue française, qui vaut bien les langues anciennes, comme le disait déjà la Deffence et illustration de la langue françoise.

Notes

1 Henri-Jean Martin, La naissance du livre moderne, XIVe-XVIIe siècle. Mise en page et mise en texte du livre français, Paris, 2000, p. 418.

2 Hélène Cazes, « Charles Estienne », dans Centuriae latinae II. Cent une figures humanistes de la Renaissance aux Lumières [...], éd. Colette Nativel, Genève, 2006, p. 313-318.

3 Qui a cédé en 1526 à Robert Estienne son imprimerie rue Jean-de-Beauvais, en face de l’école de Décret, tandis que lui installait la sienne plus bas dans la rue, au Soleil d’or, en face du collège de Beauvais (James K. Farge, Le parti conservateur au XVIe siècle. Université et parlement de Paris à l’époque de la Renaissance et de la Réforme, Paris, 1992, p. 56, note).

4 Tels que les Rudimenta de Despautère, ou encore les Principes et premiers élémens de la langue latine, par lesquels tous jeunes enfans seront facilement introduicts à la congnoissance d'icelle.

5 Chez François I Estienne et Simon de Colines.

6 Pendant ce temps, des épreuves de quatre planches anatomiques (le livre en comptait soixante-deux au total) portant le nom de Jollat et la marque du graveur Geoffroy Tory ont été expédiées en Allemagne et utilisées par Johann Eichmann (1500-1560), professeur d’anatomie à Marbourg, qui fait paraître un Artzney-spiegel empruntant à Charles Estienne la représentation du système vasculaire. En 1543, de son côté, André Vésale publie à Bâle, chez Oporinus, sa Fabrica humani corporis, qui s’inspire également de cette représentation, ce qui explique que Charles se plaigne du vol que lui fait subir le retard de son livre.

7 Voir La dissection des parties du corps humain divisée en trois livres, faictz par Charles Estienne, [...].Avec les figures et déclaration des incisions composées par Estienne de lui Rivière [...], éd. Pierre Huard et Mirko D. Gmerk, Paris, 1965.

8 La médecine et les médecins en France à l'époque de la Renaissance, dir. Ernst Wickersheimer, Genève, 1970, p. 182.

9 Qu’il évoque dans ses Réponses aux censures des théologiens de Paris, 1552. Voir Robert Estienne et Charles Estienne, p. 246.

10 « On comprend facilement que Charles Estienne, qui avait tout fait pour obtenir le titre d’imprimeur pour le grec à la place de son frère et qui avait renoncé à l’exercice de sa profession (la médecine) pour se faire imprimeur et conserver à ses neveux le patrimoine de leur père, ait mis peu de bonne volonté à se défaire en faveur de Turnèbe des caractères qu’il avait conservés, et qu’il se soit complu à accumuler fuites et délais » (Philippe Renouard, Les Grecs du roi, Paris, 1901).

11 Mais aussi l’édition hébreu-latin en 1557-1558 des Petits Prophètes, suivie d’Habacuc commenté par David Kimhi et François Vatable en 1559.

12 Robert Estienne et Charles Estienne, p. 407.

13 Voir Chantal Liaroutzos, Le pays et la mémoire. Pratiques et représentations de l’espace français chez Gilles Corrozet et Charles Estienne, Paris, 1998, p. 267 : « La publication du Praedium marque une étape dans la sensibilité du public cultivé : au moment où l'agriculture de l’Europe occidentale tend à devenir une agriculture d’économie de marché, l’intérêt pour les textes des Anciens se déplace des érudits vers un plus grand nombre, en même temps que les considérations historiques, philologiques ou linguistiques commencent à être relayées par des préoccupations plus concrètes. Le Praedium présentait ces connaissances sous une forme pratique. L’exposé simultané de techniques, parfois opposées, empruntées aux divers auteurs et leur confrontation avec certaines pratiques modernes, l’abandon des préoccupations morales ou philosophiques qui étaient parfois celles des Anciens, le classement par rubriques pouvaient rendre le traité d’Estienne plus utilisable par ses contemporains ».

14 Jean Maumont le dénonce à Joseph-Juste Scaliger.

15 Sur la fortune des éditions et des traductions de ce livre, voir C. Liaroutzos, Le pays et la mémoire..., p. 311.

16 Voir Harold W. Lawton, Térence en France au XVIe siècle, Paris, 1926, p. 426, et id., « Charles Estienne et le théâtre », dans Revue du XVI siècle, t. 14, 1927, p. 336-347.

17 H. W. Lawton déplore que cette préface d’Estienne n’ait pas reçu la place qui lui revenait dans la réforme de la comédie et les efforts de la Pléiade, de Jodelle en particulier ; voir id., Térence en France..., p. 429.

18 Lyon, Juste et Pierre de Tours, 1543.

19 H.-J. Martin, La naissance du livre..., p. 418.

20 H. Cazes interprète cette tendance en disant que pour Charles, « chaque science est une appréhension particulière et partielle du grand ouvraige divin » (« Charles Estienne »..., p. 317).

21 C. Liaroutzos, Le pays et la mémoire..., p. 267.

22 « La publication du Praedium marque une étape dans la sensibilité du public cultivé : au moment où l’agriculture de l’Europe occidentale tend à devenir une agriculture d’économie de marché, l’intérêt pour les textes des Anciens se déplace des érudits vers un plus grand nombre, en même temps que les considérations historiques, philologiques ou linguistiques commencent à être relayées par des préoccupations plus concrètes » (ibid.., p. 267).

23 Nihil hic esse, quod non a probatissimis authoribus desumptum sit, quorum etiam nomina non tacebimus : et quibus intelligendis haud minorem operam adhibere debebunt iuuenculi, quam ipsis rebus. Nam et quae ad antiquorum morem spectabant in arborum culturae vocabulis, et ipsarum cognominibus, quaeque ab antiquis sumi debuerunt, ea me hercule a Plinio, Varrone Columella Theophrasto desumpta sunt (Robert Estienne et Charles Estienne, p. 327).

24 La guide des chemins de France, Paris, 1552, p. 5.

25 Jean-Claude Margolin, « Science, humanisme et société : le cas de Charles Estienne », dans Parcours et rencontres. Mélanges de langue, d’histoire et de littérature françaises offerts à Enea Raimas, 1.1, Paris, 1993, p. 423-441, ici p. 430.

26 Claude-Gilbert Dubois, La conception de l’histoire en France au XV siècle, Paris, 1977, p. 15.

27 Voir Elizabeth Armstrong, Robert Estienne Royal Printer. An Historical Study of the Elder Stephanus, Cambridge, 1954; rééd. Abingdon, 1986, p. 92.

28 Elles ont servi à d’autres médecins. Voir n. 6.

29 Isabelle Pantin, « Les problèmes de l’édition des livres scientifiques : l’exemple de Guillaume Cavellat », dans Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, 1988, p. 240-252.

30 H.-J. Martin, La naissance du livre moderne..., p. 419.

31 « Mais je croy Monseigneur, puis que la vifve voix ou lecture de telle description, donne si grand contentement aux bons esprits, qu’encor plus le plaisir leur en doibt accroistre, quand l’histoire est accompaignée des pourtraicts et figures, prinses après le naturel de ceulx, desquels les faicts sont en icelle récitez. Car communément le visage est le mirouer du cueur : et n’advient guères, que l’un l’autre se desmentent. Par cela, voit un homme de bon jugement, comme les faicts de celuy qui est ainsi pourtraict et représenté, rapporte à ce, que sa propre face monstroit et enseignoit : et en adjouste plus de foy à celuy qui en a escript » (Robert Estienne et Charles Estienne, p. 407).

32 Ibid., p. 412.

33 Nam quum superioribus hisce mensibus animi causa in Antonianum tuum me imitasses ; quam prato mihi omnia quae illic essent spectaculofuerint, tu ipse testis esse potes, a quo totius obiurgatusfui, cum in eam vocem prae nimia exhilaratione persaepe prorumperem, me fundum instructiorem atque ornatiorem nunquam reperisse (ibid., p. 378).

34 Je reprends ici les résumés que Judit Kecskeméti et moi-même avons faits des préfaces de Charles Estienne, dans Robert Estienne et Charles Estienne. En voici le texte latin : Sylua quid sitprimum docebimus, nostro more, quaeque eius genera, quoque pacto in nostrum usum reducantur. Inde ad glandium, gallarum et pilularum differentias procurremus, vt postea glandiferas arbores primo, deinde reliquas, quae passim in omnibus syluis crescunt, explicemus [...] vt etiam exoticas et externas arbores ab antiquis cognitas, et quarum multa fit a bonis authoribus mentio, a nobis accipiatis. Postremo vero, frutices et herbas fruticantes in ea syluae nostrae parte explicabimus quam frutetum [...] appellare licebit. Cui hoc potissimum monticulum siue collem subnectemus, et herbas reliquas omnes, quae tum in syluis, tum etiam in montibus (nam raros sine arboribus montes repetías) succrescunt, exponemus : ex authorum approbaticorum sententia. Atque haec tandem erit nostri instituti dispositio (ibid., p. 333).

35 De vasculis (1535) : atque eius animum ad puerorum studium inclinarint : quemadmodum sane de hoc libello, vt de priore quoque, diligenter a nobis factum est (ibid., , p. 320).

36 De re hortensi libellus [...], 1535, dans Robert Estienne et Charles Estienne, p. 321.

37 De re hortensi (1535) : Nihil enim est, quod aeque iuuenis animum commendet, atque earum rerum cognitio, quibus quotidie animum pascit : perinde atque optimum est, eum, qui tritico assidue vescitur, panis nomen non ignorare (p. 321). Il le dit également dans Sylva, frutetum, collis (ibid., p. 332).

38 Ais autem, puerilibus nugis plus aequo insistere : puerilia scilicet existimas ea praecepta, quae tamen (ob grauitatem) nomine Catonis inscripta vides : atqui quantopere contenderis vt ea tibifamiliaria, nostra opere fierent, non est opus commemoratione. Liceat autem Riuerio meo per amorem dicere quod volet. Ego praecepta Catonis de moribus longe grauiora esse censeo, quam et puerilia dicantur (ibid., p. 348).

39 Magnum enim est, adolescentem paternis non solum moribus, sed etiam ingenio adsequendo ita studere, vt iam ab ineunte aetate foelicem omnibus ingenii sui expectationem relinquat (ibid., p. 336).

40 Jean-Claude Margolin, « Science, humanisme et société... », p. 426.

41 Quid enim aliud est philosophum esse, quam ea, quae in nostrum usum terra marique diuagantur, naturae artificia ita contemplari, ut ex his non solum utilitatem ac voluptatem quandam, sed et multo magis summi illius authoris ac conditoris nostri longe admirabilem industriam percipiamus ? (Robert Estienne et Charles Estienne, p. 410).

42 [...] vt semper fuit admodum magna ingeniorum varietas, quorum qui exactam rationem habere cupiat, varie quoque se gerat ne cesse est. Id cum diligentius perspiceremus, atque audiremus quotidie nonnullos conquerentes, quod Lazarus Bayfius, vir alioqui grauiss[imus] non aeque pueris atque eruditioribus consuluisset (ibid. p. 318).

43 C. Liaroutzos, Le pays et la mémoire..., p. 310.

44 Sed qui, fieri potest, vt unus homo tot libris, qui de rebus adeo diuersis a grauissimis authoribus ad hunc usque diem scripti sunt, perlegendis sufficere unquam possit ? Atqui nemo eorum authorum est qui sua non habeat, sibique peculiaria quaedam vocabula. [...] Quis autem labor describendis aut sumptus coemendis omnium authorum voluminibus satis fuerit ? (Robert Estienne et Charles Estienne, p. 406).

45 Praeterea quotus quisque est, qui vel peregre omnes tomos secum gestet, vel unico volumine compactos in bibliotheca contineat. ? Profecto vt diuersa est singulorum in scribendo ratio, atque earum de quibus scribitur rerum differentia, quae te quoque in diuersa trahere possit : sic libris Rhetoricis seorsum, item Orationibus ; post autem Epistolis, atque extremum Philosophicis libris separatos rerum ac vocabulorum indices adnotare commodius fuit (ibid., p. 432).

46 « Infailliblement messieurs, la parfaicte cognoissance et bonne conduicte en procez ne se trouve es esprits gros et mal polis » (ibid., p. 419).

47 Robert Estienne consacre aux annotations de la Bible le plus clair de son temps (en 1546, il publie même seulement les annotations, en grand format et en caractères grecs).

48 In primis enim Terentii verba passim in commentario mutilata et confusa, ubique instaurata sunt : ab ipsaque interpretatione sic discreta, vt statim legentium oculis sese offerant. Deinde caetera omnia in distinctionibus suis illustrata, vt nunc citra offendiculum et legi, et intelligi possint : cum in vulgatis codicibus nihil non esset undique perturbatum. Praeterea non modo verba plurima, et expositiones, sed etiam integrae paginae, quae prius inuersae, et suo loco motae fuerant, in sedes proprias reuocatae sunt (Robert Estienne et Charles Estienne, p. 55).

49 Nihil enim in hacforensi vita cogitari prope modum potest, cuius latine pronuntiandi non multos hic habeas et varios modos [...]. Huc accedit quod quicquidfere motibus institutisque nostris continetur, hoc in libro quasi tabula quadam Apellea, non tenuiter adumbratum, sed omnibus latinae Linguae coloribus expressum cernere et intueri liceat : vt siquis rationem nosse velit, quam in iure dicendo, aut alias decernendo, cum minorum magistratuum subsellia, tum ipsa curiarum supremarum, quae Parlamenta vocamus, tribunalia sequuntur, is omnem hic promptam et expositam habeat (ibid., p. 182).

50 Noli putare, Lector, quem tibi proponimus libellum, commentarium esse tantum, sed quandam potius in regulas iuris accessionem (ibid., p. 450).

51 Là où Robert précise, quand il écrit en français, que « cet apparat critique en français s’adresse aussi aux savants » (ibid., p. 242).

52 Jean-Jacques de Mesmes (1490-1569) est maître des requêtes et président au parlement de Provence. D’après C. Liaroutzos, Le pays et la mémoire..., p. 266, il incarne idéalement ce nouveau public de la noblesse ou de la bourgeoisie de robe, ces propriétaires de terres à la campagne soucieux d’en tirer le meilleur profit.

53 Sic illud sane non minore admiratione dignum esse iudicabis, quod vir Consularis [...], tantum otii ex dimenso suo veluti unciatim suis posteris comparserit, vt de rebus ad bene beateque viuendum pertinentibus, tam docte tamque sapienter disceptaret (Œuvres complètes de Cicéron, 1555, cité dans Robert Estienne et Charles Estienne, p. 440).

54 Ibid., p. 264.

55 C’est moi qui souligne.

56 Les Paradoxes, 1553, dans Robert Estienne et Charles Estienne, p. 414.

57 Agriculture et maison rustique, dans Robert Estienne et Charles Estienne, p. 463.

Auteur

Université d’Amiens TRAME (LA 4284)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540