Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Le style typographique des ouvrages scientifiques imprimés par Michel de Vascosan

Isabelle Pantin

Résumé

Les impressions mathématiques et astronomiques de Michel de Vascosan sont très minoritaires dans sa production. Echelonnées entre 1550 et 1557, représentatives des tendances les plus novatrices de la discipline (la mise au point de manuels plus modernes, la construction d’instruments, les recherches sur Euclide), elles constituent cependant un véritable ensemble. Vascosan a notamment travaillé pour Oronce Fine, dans les dernières années de la carrière de celui-ci ; lors de cette collaboration avec le lecteur royal en mathématiques, qui était aussi graveur et très intéressé par la mise en page de ses livres, un équilibre a été trouvé entre les contraintes et les codes propres au texte scientifique et le style typographique de l’imprimeur.

Note de l’auteur

Les mentions de Max Steck, Bibliographia euclideana, Hildesheim, 1981, et de Charles Thomas-Stanford, Early Editions of Euclid’s Elements (1926), éd. révisée, San Francisco, 1977, seront respectivement abrégées par « Steck » et « Thomas-Stanford ». Les mentions de Denise Hillard et Emmanuel Poulie, « Oronce Fine et l’horloge planétaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève », suivi de « Bibliographie des travaux d’Oronce Fine », dans Bibliothèque d'humanisme et Renaissance, t. 33, 1971, p. 311-349, seront abrégées sous la forme « Hillard-Poulle ».

Texte intégral

1Michel de Vascosan ne s’est jamais spécialisé dans l’édition scientifique : celles de ses impressions qui en relèvent constituent même une portion si réduite de son catalogue que l’on pourrait penser qu’elles n’y sont entrées que par le hasard des circonstances. Il s’agirait pourtant d’un jugement trop hâtif. Ces dix-huit impressions forment en effet un ensemble : elles se sont échelonnées au cours d’une période assez brève (entre 1550 et 1557) et semblent correspondre à une réelle orientation éditoriale (voir liste en annexe).

  • 1 Sur Oronce Fine, voir notamment Richard Peter Ross, Studies on Oronce Finé, 1494-1555, PhD, Columb (...)

2Dans les sciences du quadrivium, Vascosan a publié treize ouvrages différents, dans leur grande majorité imprimés pour la première fois. Ces ouvrages témoignent des efforts déployés alors à Paris, principalement autour du Collège royal, pour renouveler le savoir mathématique et sa diffusion, ce qui s’explique d’ailleurs par le fait qu’un bon nombre d’entre eux ont pour auteur Oronce Fine1.

3Dans les années 1550, ce premier titulaire de la chaire de mathématiques achevait sa glorieuse carrière (il mourut en 1555), en continuant à enrichir sa contribution personnelle à sa discipline : la mise au point de manuels d’enseignement, nouveaux pour leur richesse, leur précision, leur clarté et leur ouverture sur les disciplines pratiques (comme la cosmographie), ainsi que la conception d’instruments, la description de leur construction et l’explication de leur usage.

  • 2 Campanus a simplement révisé la traduction d’Adélard de Bath, faite à partir de l’arabe. La premiè (...)
  • 3 Première édition : Venise, Giovanni Tacuino, 1505 (Steck, n° III-3 ; Thomas-Stanford, n° 3). Sur l (...)
  • 4 Steck, n° III-29; Thomas-Stanford, n° 7.
  • 5 Les livres I à VI, les plus faciles, enseignent les bases de la géométrie, jusqu’aux proportions e (...)
  • 6 Ramus publia en 1545, chez Louis Grandin, un Euclide portatif pour l’enseignement des collèges, ré (...)
  • 7 Petrus Ramus, Arithmeticae libri tres, Paris, André Wechel, 1555, préface reprise dans les deux éd (...)
  • 8 Sur les rapports, chez Euclide, entre géométrie et arithmétique, compliqués parce que, dans la tra (...)

4D’autre part, toute une activité se déployait alors autour des Eléments d’Euclide. L’édition que Fine lui-même en avait donnée (Simon de Colines, 1536) ne constituait pas un progrès décisif par rapport aux précédentes : celle de Lefèvre d’Étaples, imprimée par Henri Estienne en 1516, qui permettait de confronter la version ancienne de Campanus2 et celle de Bartolomeo Zamberti3, et surtout la première édition du texte grec, éditée par Simon Grynaeus et imprimée par Johann Herwagen, à Bâle, en 15334. Fine s’était contenté d’utiliser le travail de Grynaeus en lui reprenant les intitulés des propositions en grec et, au lieu d’adopter une présentation synoptique, comme Lefèvre, il avait corrigé, ici et là, la version de Zamberti d’après celle de Campanus. D’autre part, son ouvrage ne comprenait que les six premiers livres, les seuls à être enseignés ordinairement5, tout comme celle que Jacques Peletier du Mans publierait en 1557. Mais Euclide faisait aussi l’objet d’un travail approfondi, consistant d’une part à revenir sur l’interprétation de ses livres les plus difficiles, et de l’autre à reconsidérer leur organisation d’ensemble. Ramus, devenu lecteur royal en 1551, s’intéressait à ces questions depuis le milieu des années 15406. Son enseignement portait alors sur « l’éloquence et la philosophie », selon l’intitulé de sa chaire au Collège royal, mais il orientait déjà ses disciples dans cette direction. La préface à l’arithmétique qu’il publia en septembre 15557 contient notamment une critique de l’ordre des Éléments qui, selon lui, ne se conforme pas à la logique, ne respectant ni la méthode, ni la nécessaire séparation disciplinaire par une claire distinction entre géométrie et arithmétique8 :

  • 9 « L’arithmétique est une science à part, de même la géométrie est une science à part : c’est pourq (...)

Arithmetica scientia est separata : Geometria item scientia est separata : Itaque praeceptis utraque catholicis separari, et naturâ prior praecedere, posterior sequi debuit. Quid igitur in elementis est factum? Arithmetica, quae naturâ prior est nominatim septimo, octavo, nono libris sequitur: Geometria, quae posterior est superioribus libris magnam partem antecedit [...]. Atque haec elementa licet a primis usque hominibus repetita, tamen hunc in modum et proposita et collocata ab Euclide, existimantur: Quem virum mathematica singularum propositionum scientia tanquam singularem et prope divinum suspicio equidem et admiror [...]: At logica recte et ex ordine docendi prudentia, parem efficere nequeo9.

  • 10 Sur ce livre, voir la notice d’Isabelle Pantin dans Passeurs de textes. Imprimeurs et libraires à (...)
  • 11 Voir Robert T. Gunther, The Astrolabes of the World, t. II, Oxford, 1932, p. 353-354, n° 205; Fran (...)
  • 12 Voir Hillard-Poulle et la notice d’I. Pantin dans Passeurs de textes…, p. 172-175.
  • 13 Steck, n° III-52; Thomas-Stanford, n° 13. Cette traduction est parue en 1550. En 1552, Pierre de M (...)
  • 14 Steck, n° III-53 ; non répertorié dans Thomas-Stanford.

5Les orientations qui viennent d’être énumérées se retrouvent toutes dans la production de Vascosan. Pour ce qui est de l’enseignement, il a imprimé des éditions ou rééditions révisées de manuels d’arithmétique, de géométrie et de cosmologie. Il est encore plus remarquable que les traités de la sphère en français d’Oronce Fine et de jean-Pierre de Mesmes10 soient parus chez lui, car ils constituaient de vraies nouveautés. Du côté des instruments, on distingue principalement le traité de l’astrolabe de Juan de Rojas, le premier à développer entièrement la construction d’un planisphère faisant appel à une projection orthogonale11, mais le De speculo ustorio de Fine (Sur la construction d’un miroir ardent) et l’instrument pour le calcul des heures inégales, décrit par le même auteur dans son De duodecim coeli domiciliis12, ont aussi une relative originalité. Enfin, s’agissant des recherches euclidiennes, on trouve le travail érudit du savant helléniste Pierre de Montdoré sur le redoutable livre X des Eléments13 et un fascicule assez singulier, Euclidis elementa quaedam arithmetica14. Ce dernier ouvrage, probablement conçu pour un cours, est anonyme et ne comporte aucune préface. On constate seulement qu’il correspond assez exactement aux préoccupations exprimées par Ramus dans le texte cité plus haut. Son auteur a extrait des Eléments toutes les propositions pouvant se rapporter à la théorie des nombres et les a remises en ordre selon le plan d’un traité d’arithmétique.

6Même si l’on se méfie de la notion de politique éditoriale, qui expose à l’anachronisme, les ouvrages scientifiques publiés par Vascosan constituent un ensemble cohérent : ils donnent une image assez fidèle de l’activité des mathématiciens français, sur les trois fronts alors privilégiés : l’enseignement, la facture et l’usage des instruments, et (de façon beaucoup plus modeste) les recherches humanistes visant à une meilleure connaissance des mathématiques grecques.

7Il est plus difficile de répondre à une autre question : trouve-t-on dans ces ouvrages l’expression d’un style typographique particulier ? Dans une large mesure, ils ont, tout simplement, le style typographique de Vascosan. Ils possèdent, comme les autres livres sortis de cet atelier, des titres qui tirent leur élégance de la distribution spatiale des caractères, avec un usage souvent audacieux du blanc central, et des mises en page aussi sobres que géométriquement harmonieuses. Ce style s’affirme pleinement quand le contenu du livre n’a pas obligé à recourir à plus d’artifice, en imposant une signalisation sophistiquée ou une illustration trop abondante. Il faut dire que le « style Vascosan » était compatible avec le modèle le plus traditionnel des traités de mathématiques. Celui-ci faisait alterner des énoncés de propositions et des démonstrations, souvent d’un seul tenant, facilement logeables dans les carrés ou rectangles typographiques affectionnés par notre imprimeur, et il se contentait de schémas assez petits pour s’encastrer à l’intérieur des pavés de texte ou dans les marges. Cette tradition avait évolué, notamment sous l’influence des imprimeurs allemands qui avaient utilisé, dès le tout début du XVIe siècle, des figures plus nombreuses et surtout plus grandes – mode qu’Oronce Fine avait importée et adaptée en France. Mais Vascosan pouvait parfaitement faire honneur à cette modernité sans se renier, comme le prouve sa mise en page du De speculo ustorio de Fine, imprimé en 1551 (figure n° 1).

Figure n° 1. Oronce Fine, De speculo ustorio, Paris, Michel de Vascosan, 1551, fol. 6v-7.
Cambridge, University Library, M.9.50 (2).

8L’Euclide de Pierre de Montdoré est un exemple encore plus pur du style de Vascosan, cette fois sous sa forme la plus dépouillée, car le livre X d’Euclide demande seulement d’exprimer des quantités par des lignes ou de très simples figures (figure n° 2).

  • 15 L’édition de Grynaeus de 1533 présente cette disposition des figures (qui sera ensuite largement a (...)

9Cependant, les livres de mathématiques avaient leurs contraintes particulières, qui restreignaient la liberté de l’imprimeur. Tout d’abord, ils se répartissaient, pour la plupart, entre différents genres, possédant chacun leurs normes de présentation, qu’il s’agisse, par exemple, des traités d’arithmétique, de géométrie ou de cosmologie. Les Eléments d’Euclide, imprimés à Venise à partir de 1482, à Paris à partir de 1516, chez Henri Estienne puis Simon de Colines, ou encore à Bâle chez Johann Herwagen à partir des années 1530, conservent, malgré la différence des caractères, une certaine parenté, au moins dans la disposition générale de leurs pages. La principale innovation, à cet égard, semble être due à Herwagen, qui introduisit l’habitude d’encastrer les figures dans le texte, au lieu de les laisser dans les marges, selon la pratique la plus courante des manuscrits et des premiers imprimés15.

Figure n° 2. Euclide, Euclidis Elementorum liber decimus, trad. Pierre de Montdoré, Paris, Michel de Vascosan, 1550, fol. 9v-10. Cambridge, University Library, M.9.50 (3).

10Ainsi, lorsque Vascosan imprima le Geometricum opus de Charles de Bovelles (1557), dernier avatar d’un traité qui avait déjà connu plusieurs moutures, il reprit les mêmes figures et une mise en page comparable à celles qu’avait proposées Regnault Chaudière pour la Geometrie practique du même Bovelles en 1551. Le changement se limitait à l’emploi exclusif du romain, à la suppression des pieds de mouche et à un jeu plus franc sur la taille des caractères et l’usage du blanc. Cela suffisait, sans doute, à affirmer un style, au sens le plus général du terme, mais n’impliquait aucune réflexion nouvelle sur la mise en page d’un livre de géométrie.

  • 16 Certains sont restés inédits, comme le Liber singularis de alchymiae praxi (1542 ; BNF, lat. 7169 (...)

11Un autre facteur limitait notablement la liberté des imprimeurs-metteurs en texte. Les auteurs des livres de sciences concevaient souvent à la fois le texte et l’illustration de leurs ouvrages. De plus, comme, dans leurs disciplines démonstratives, l’ordonnancement de la présentation pouvait faire sens, il devait leur arriver plus souvent qu’aux autres de ne pas fournir de simples manuscrits mais de véritables maquettes. Oronce Fine, dont le rôle auprès de Vascosan a été essentiel, avait ainsi coutume de réaliser des manuscrits entièrement mis en forme, souvent jusqu’aux titres courants, qu’il offrait à ses dédicataires et qui parfois, sans que ce soit la règle16, devenaient la base d’une édition imprimée.

  • 17 BNF, lat. 7415, folioté 9-11 et 14-17 sans lacune ; Hillard-Poulle, n° 90. Cette copie comprend le (...)
  • 18 Harvard, Houghton Library, ms. typ. 57. Voir Illuminated and Calligraphie Manuscripts. An Exhibiti (...)

12Dans deux cas, une comparaison est possible entre des manuscrits autographes antérieurs à la collaboration de Fine avec Vascosan et des impressions réalisées par cet imprimeur. On a ainsi conservé une copie partielle, datée de 1548, du De speculo ustorio finalement paru en 155317. Mais le second exemple est plus probant. Il s’agit du manuscrit de dédicace à Henri II de la traduction de la Sphaera (1549)18. L'impression, qui a eu lieu deux ans plus tard, a un lien évident avec ce manuscrit ou l’un de ses frères. On remarque, tout d’abord, que l’orthographe assez archaïque du titre du manuscrit, L’esphere du Monde, a influé sur celle de l’imprimé, où on lit LESPHERE DV MONDE, avec une petite espace entre la première et la deuxième lettre, ce qui a parfois dérouté les catalogueurs. Les notices de la Bibliothèque nationale de France, par exemple, donnent pour titre : La sphere du monde. Pour l’illustration, d’autre part, le manuscrit reproduit une grande partie des figures précédemment imprimées dans la version latine du texte ; il en supprime ou en corrige certaines et en introduit d’autres, notamment une superbe horloge solaire (fol. 27) et un gnomon pour mesurer les ombres (fol. 52v).

  • 19 Sur révolution de l’iconographie du traité de Fine, depuis sa première apparition dans la Protomat (...)

13Les éditions de Vascosan de 1551-1552 et 1555, aussi bien en latin qu’en français, ont repris la nouvelle iconographie (figure n° 3)19. S’agissant, en revanche, de la mise en texte proprement dite, la conclusion est beaucoup moins nette : le manuscrit utilise, par exemple, des pieds de mouche intralinéaires pour indiquer les divisions du texte, procédé entièrement abandonné par Vascosan.

Figure n° 3. Oronce Fine, De Mundi Sphaera, Paris, Michel de Vascosan, 1555, fol. 18.
Cambridge, University Library, M.9.49 (1).

14Vascosan a aussi été l’imprimeur de Juan de Rojas, probable auteur des figures de son traité de l’astrolabe (à moins qu’il n’ait utilisé des dessins de Hugo Helt). Quant à Jean-Pierre de Mesmes, il a obtenu pour ses Institutions astronomiques un privilège dont les termes suggèrent qu’il a veillé lui-même à la qualité visuelle du livre (d’autant qu’il en assumait les frais) :

  • 20 Jean-Pierre de Mesmes, Les institutions astronomiques, Paris, Vascosan, 1557.

[...] iceluy exposant desireroit que lesdictes Institutions fussent imprimees correctement et en beaux characteres : ce que ne peult estre faict sans y exposer une bonne somme de deniers, encores que iceluy exposant ayt luy mesmes pourtraict les figures propres à la matiere de son œuvre20.

15La collaboration avec Fine est l’élément à envisager en premier quand on étudie la brève phase scientifique de la carrière de Vascosan. Entre 1534 et 1544, le mathématicien avait travaillé presque exclusivement avec Simon de Colines. Puis il y eut une longue interruption dans ses publications, qui ne reprirent qu’en 1550. Cette année-là, des rééditions de quelques-uns de ses précédents ouvrages parurent chez Regnault Chaudière, successeur de Colines, qui était mort en 1546. Pour des livres nouveaux, il fallut attendre 1551, et cette fois le partenaire privilégié était devenu Michel de Vascosan, qui n’avait pourtant guère d’expérience préalable dans ce champ disciplinaire. Cela dura jusqu’en 1556, un an après la mort de Fine, dont Vascosan imprima le tombeau, puis les inédits, dans un recueil préparé par son fils (De rebus mathematicis hactenus desideratis). Guillaume Cavellat devint ensuite l’éditeur principal (quoique non exclusif) de l’œuvre du défunt lecteur royal. Vascosan cessa complètement de participer à sa publication, et cet abandon fut bientôt suivi de son complet retrait du domaine scientifique.

  • 21 Les institutions ont un privilège de juin 1556 et une dédicace de décembre 1556, mais ce livre ava (...)

16Il est donc tentant de supposer qu’il s’était surtout investi dans ce domaine parce que Fine lui avait offert une collaboration intéressante, et avait peut-être facilité ses contacts avec d’autres auteurs qui, comme lui, proposaient des ouvrages novateurs. Vascosan avait sans doute pu rencontrer Jean-Pierre de Mesmes21 grâce aux liens qu’il entretenait, par ailleurs, avec le milieu littéraire proche de la cour, mais il reste vraisemblable que Fine ait été un intermédiaire décisif. Lecteur royal, il jouissait d’une autorité reconnue dans toute l’Europe, notamment dans le domaine des instruments, et régnait depuis des années sur le livre scientifique parisien.

  • 22 Voir Juan de Rojas, Commentarium in astrolabium, Paris, Vascosan, 1551, fol. b 2, et p. 201 et 225 (...)
  • 23 Promiseram jam olim tibi cum Lovanii essem invictiss. Caesar haec ipsa commentaria, sed propter ad (...)

17Il n’en demeure pas moins que Fine n’a pas été le premier mathématicien à travailler avec Vascosan. Avant lui, il y eut l’humaniste Pierre de Montdoré, qui appartenait au même milieu que les auteurs habituels de l’imprimeur, et surtout Juan de Rojas, dont l’entrée en scène est plus énigmatique. Cet auteur espagnol du traité de l’astrolabe le plus important depuis l’Eluddatio astrolabii de Johannes Stoeffler (Oppenheim, 1513) n’aurait pas dû, normalement, s’adresser à une officine parisienne dépourvue de toute expérience en matière de traités illustrés d’instruments. Son livre est paru avec un privilège du Parlement accordé à Vascosan mais sans privilège impérial, bien qu’il soit dédié à Charles Quint. Il ne comporte pas d’autres liminaires qu’une série de dédicaces de l’auteur à l’empereur (la principale, et celles qui ouvrent les livres II à VI). On y trouve de précieuses informations sur Juan de Rojas, qui dit avoir travaillé à Louvain, dans l’entourage de Gemma Frisius auquel il a emprunté la matière de tous ses chapitres sur l’arpentage, et en collaboration étroite avec Hugo Helt, le véritable concepteur de son astrolabe22. Il avait, précise-t-il, depuis longtemps promis son ouvrage à son dédicataire, mais une grave maladie l’avait mis en retard, tout en l’obligeant à regagner l’Espagne23. Rien n’explique la raison pour laquelle l’impression a eu lieu à Paris. Il est tentant d’imaginer qu’Oronce Fine a pu participer à l’entreprise, mais cela reste pure hypothèse.

18La collaboration du lecteur royal avec Vascosan, dont les origines nous échappent, demande à être mieux cernée, étant donné le rôle majeur que Fine a joué dans le domaine de l’édition scientifique. Inventeur de ce que l’on pourrait appeler un style parisien, il avait su mettre au point un genre intermédiaire entre ceux des manuels scolaires et des ouvrages réservés aux spécialistes pointus. Ce style se reconnaissait par un format (avec une préférence pour l’in-2°, puis l’in-4°), par une illustration abondante et recherchée et par une disposition typographique qui permettait des subdivisions à la fois claires et sophistiquées. Il atteignit son stade le plus abouti dans la discipline préférée de Fine, la cosmographie jointe à l’usage des instruments.

  • 24 Gemma Frisius, De Principiis astronomiae et cosmographiae, 1re éd., Louvain, Joannes Grapheus, 153 (...)
  • 25 La Theorique des cielz mouvemens et termes practiques des sept planetes nouvellement redigée en la (...)
  • 26 La numérotation de repérage était cependant courante dans les commentaires, pour faciliter la corr (...)
  • 27 Orontii Finei Delphinatis, liberalium disciplinarum Professoris Regii, Protomathesis, Paris, Gérar (...)
  • 28 Par exemple au fol. A 1 dans l’Arithmetica practica.
  • 29 Par exemple aux fol. O 2-O 2v dans la Cosmographia.
  • 30 Par exemple au fol. G 2v dans la Geometria.

19Ce style n’existait pas à Paris avant Fine. Les ouvrages astronomiques supervisés par Lefèvre d’Étaples et imprimés par Wolfgang Hopyl puis par Henri Estienne en sont assez éloignés : ils se contentent de petits schémas géométriques, sans rien emprunter au domaine de l’iconographie des instruments. D’autre part, il ne se répandit pas ailleurs qu’à Paris. On ne retrouve pas le même ensemble de caractéristiques dans les traités de cosmographie de Gemma Frisius ou Apian, ni dans la Sfera de Piccolomini24. La paternité peut en être attribuée à Oronce lui-même, et non pas aux libraires et imprimeurs avec lesquels il a travaillé. En effet, il est apparu avant qu’il ne rencontre Colines. Dans sa traduction de Peurbach25, imprimée par Simon Du Bois en 1528, apparaissent déjà des subdivisions fines, en paragraphes et sous-paragraphes, accompagnées de numéros en marge, qui n’étaient nullement usuelles26. La Protomathesis de 1532, qui a servi de matrice à presque toute l’œuvre ultérieure de Fine27, propose un système de divisions encore plus abouti. Dans les quatre traités que renferme le volume, on trouve des blancs aldins associés à des numéros en marge28, des pieds de mouche dans des blancs à l’intérieur des lignes, ou associés à des passages à la ligne, voire des sauts de ligne, avec parfois des lignes en capitales pour attirer l’attention29 et des alinéas avec numérotation30, l’ensemble étant, tout au long, balisé aussi par des manchettes.

  • 31 Sur cette question, voir Isabelle Pantin, « Mise en page, mise en texte et construction du sens da (...)

20Durant la période « Colines », ce système s’est perpétué, voire perfectionné. Fidèle au pied de mouche intralinéaire, l’imprimeur n’hésitait pas à combiner plusieurs procédés dans la même page. Ainsi, dans le De quadratura circuli de Fine (1544), le repérage est parfois assuré à la fois par des manchettes, par des passages à la ligne avec pieds de mouche et numérotation en marge pour indiquer les sections importantes, et enfin par de véritables alinéas qui introduisent des sortes de paragraphes secondaires31.

  • 32 Oronce Fine, In eos quos de Mundi sphoera conscripsit libros, ac in Planetarum theoricas, Canonum (...)

21Vascosan a, lui aussi, accepté la façon dont Fine souhaitait subdiviser et baliser ses textes, même s’il a évité les pieds de mouche, comme le disparate dans les caractères, et préféré jouer sur les blancs séparateurs. Il a même franchement joué le jeu, acceptant, par exemple, que les marges de sa dernière édition de la Sphaera (1555) se chargent d’abondantes manchettes, alors que la précédente (1551) n’en avait pas. Son édition des Canones de Fine (1553)32 montre par exemple sa capacité à admettre un usage étendu des paragraphes, accompagnés ou non de numérotation selon leur statut hiérarchique. La page peut donner l’impression d’une homogénéité et d’une continuité parfaites, alors qu’elle comporte un schéma de grande taille (et de non moins grande lisibilité), des blancs et différentes tailles de caractères, l’italique étant même utilisée à l’intérieur des démonstrations pour mieux faire ressortir les lettres du schéma (figure n° 4). La qualité de l’illustration, alliant la clarté géométrique avec certaines des séductions de la représentation artistique (comme la perspective ou les détails réalistes), fait aussi partie de ce style.

Figure n° 4. Oronce Fine, Canonum Astronomicorum Libri II, Paris, Michel de Vascosan, 1553, fol. O 1.
Cambridge, University Library, M.9.49 (3).

22Doit-on aller plus loin et avancer que le passage chez Vascosan a permis à Fine de mener jusqu’à la perfection la forme de livre, qui porte sa marque ? Il semble, en tout cas, que le mathématicien ait dû à son dernier imprimeur l’adoption définitive du format in-4°, le plus approprié à sa recherche d’une juste mesure entre la somme et le manuel. Ce format permettait, entre autres, d’obtenir la meilleure proportion entre la taille des figures préférée par Fine et la page de texte.

23Les grands manuels de Fine, tous issus de la Protomathesis de 1532, sont nés in-2°. Ceux d’entre eux qui ont eu plusieurs rééditions, l’Arithmetica practica et la Sphaera, sont d’abord, du temps de Colines, restés dans ce format. Cependant, Fine en a aussi publié des abrégés au format in-8°, destinés aux étudiants. Ainsi, l’arithmétique a été trois fois réimprimée par Colines, dont une fois en petit format :

  • Arithmetica practica, libris quatuor absoluta [...] Recens ab Authore castigata, aucta et recognita, hoc est, in nativum splendorem (quem priorum impressorum amiserat incuria) summa fidelitate restituta, Paris, Colines, 1535. ln-2° (Hillard-Poulle, n° 10);
  • Arithmetica practica, libris quatuor absoluta [...] ex novissima authoris recognitione, amplior, emendatior facta. Aeditio tertia, Paris, Colines, 1542. In-2° (Hillard-Poulle, m 13);
  • Arithmetica practica in compendium per authorem ipsum redacta, multisque accessionibus locupletata, Paris, Colines, 1544. In-8° (Hillard-Poulle, n° 17).

24La Sphaera a connu un sort semblable, à cette différence près que les deux versions ont été imprimées presque simultanément par Simon de Colines, et surtout que le passage à l’abrégé a entraîné l’abandon de sa première forme, celle d’un texte accompagné d’un commentaire, l’un et l’autre étant typographiquement distingués :

  • Orontii Finei [...] De mundi sphaera, sive Cosmographia, primave astronomiae parte libri V : inaudita methodo ab Authore renovati, propriisque tum commentariis et figuris, tum demonstrationibus et tabulis recens illustrati [...], Paris, Colines, 1542. In-2° (Hillard-Poulle, n° 14) ;
  • Orontii Finei [...] De mundi sphaera, sive Cosmographia, primave astronomiae parte libri V, ab ipso auctore recogniti, aucti, ac prorsus renovati : seorsumque in studiosorum gratiam absque commentariis recenter impressi, Paris, Colines, 1542. In-8° (HillardPoulle, n° 15).

25Dans l’ère Vascosan, seule la version lisse et continue, c’est-à-dire simplifiée, des ouvrages est retenue, mais en évitant toute allusion à des abrègements ou des suppressions. Bien au contraire, il est question d’amélioration et d’augmentation.

  • Orontii Finei [...] De Arithmetica practica, libri quatuor : Ab ipso authore vigilanter recogniti, multisque accessionibus recens locupletati [...], Paris, Vascosan, 1555. ln-4° (Hillard-Poulle, n° 32) ;
  • Sphaera mundi, sive Cosmographia quinque libris recens auctis et emendatis absoluta [...], Paris, Vascosan, 1551. In-4° (Hillard-Poulle, n° 26) ;
  • De Mundi sphaera, sive Cosmographia, libri V ab ipso authore demo castigati, et marginalibus (ut vocant) annotationibus recens illustrati [...], Paris, Vascosan, 1555. In-4° (Hillard-Poulle, n° 33).

26Ce n’était pas publicité pure. En investissant son nouveau format, Fine était effectivement entré dans un nouveau processus de correction et d’amplification, en lien avec la nouvelle idée qu’il se faisait de ses livres. Par rapport aux versions in-2°, la perte en substance était effectivement faible et le gain en clarté typographique évident, comme le suggère la comparaison entre une grande arithmétique de Colines et une moyenne de Vascosan (figures n° 5 et 6).

Figure n° 5. Oronce Fine, Arithmetica, Paris, Simon de Colines, 1542, fol. 52.
Cambridge, University Library, Eee. 122 (1).

27Même s’il est difficile de distinguer exactement l’apport propre de Vascosan de celui du lecteur royal, nous pouvons donc admirer la manière dont l’imprimeur a su s’approprier un nouveau type de livre scientifique, en lui conférant la dernière touche d’élégance et, surtout, l’équilibre dont il manquait encore. C’est grâce à lui que la manière un peu fleurie – et encore assez germanique – du mathématicien a finalement atteint sa quintessence. Cela n’apparaît nulle part aussi bien que dans le livre posthume qui réunit ses dernières œuvres. Dans le De rebus mathematicis hactenus desideratis (1556), Vascosan, aidé du fils de l’auteur et de son disciple, Antoine Mizauld, a su intégrer les illustrations de Fine dans une mise en page vraiment sienne. Par une sorte d’hommage, il a même utilisé deux des ornements chéris de Fine : le fleuron, associé à la figure, et le pied de mouche. Un modèle épuré de ce dernier contribue en effet à distinguer les titres des problèmes, imprimés en romain avec un blanc à gauche (quand les démonstrations sont en italiques), ainsi que la première ligne qui suit (imprimée en romain et en capitales).

Figure n° 6. Oronce Fine, Arithmetica, Paris, Michel de Vascosan, 1555, fol. 54v-55.
Cambridge, University Librare, M.6.5 (2).

28Les fins de pages ou de sections jouent aussi souvent de la diminution harmonique des longueurs des lignes pour des effets purement graphiques. Vascosan rétablit donc ainsi son art dans tous ses droits, sans sacrifier la rigueur fonctionnelle exigée par le propos démonstratif, mais en se reposant sur l’affinité profonde entre mathématiques et typographie.

Annexes

ANNEXE. LES LIVRES SCIENTIFIQUES IMPRIMÉS PAR MICHEL DE VASCOSAN

1550

– Juan de Rojas, Illustris viri D. Ioannis de Roías commentarium in Astrolabium. In-4°. Edition originale.

– Euclide, Euclidis Elementorum liber decimus, trad. Pierre de Montdoré. In-4°. Edition originale.

1551

– Oronce Fine, De speculo ustorio, ignem ad propositam distantiam generante, Liber unicus. In-4°. Édition originale.

– Oronce Fine, Sphaera mundi, sive Cosmographia quinque libris recens auctis et emendatis. In-4°. Édition revue.

– Oronce Fine, Lesphere du monde [...] composee nouvellement en françois. In-4°. Édition originale.

– Juan de Rojas, Illustris viri D. Ioannis de Rolas commentarium in Astrolabium. In-4°. Réédition (voir sous 1550).

1552

– Euclide, Liber decimus, trad. Pierre de Montdoré, 1552. Émission (voir sous 1550).

– Oronce Fine, Lesphere du monde,proprement dite cosmographie. In-4°. Émission (voir sous 1551).

– Oronce Fine, Sphaera mundi, sive Cosmographia quinque libris recens auctis et emendatis. In-4°. Émission (voir sous 1551).

1553

– Oronce Fine, De duodecim caeli domiciliis, et horis inaequalibu. In-4°. Édition originale.

– Oronce Fine, In eos quos de Mundi sphaera conscripsit libros, ac in Planetarum theoricas, Canonum Astronomicorum Libri II. In-4°. Édition originale.

1554

– Euclide, Euclidis elementa quaedam arithmetica. In-4°. Édition originale.

1555

– Oronce Fine, De Mundi sphaera, sive Cosmographia, libri V ab ipso authore denuo castigati, et marginalibus (ut vocant) annotationibus recens illustrati. In-4°. Édition revue.

– Oronce Fine, De Arithmetica practica, libri quatuor : Ab ipso authore vigilanter recogniti, multisque accessionibus recens locupletati [...]. In-4°. Édition revue.

– Thomas Fargaeus, Orontii Finaei, regii mathematicorum apud Lutetiam professoris, tumidus latine, graece & gallice. auctore Thoma Fargaeo Vellaunio. In-4°. Édition originale.

1556

– Oronce Fine, De rebus mathematicis, hactenus desideratis, LibriIIII. In-2°. Édition originale.

1557

– Charles de Bovelles, Caroli Bouilli Samarobrini Geometricum opus, duobus libris comprehensum. In-8°. Nouvelle mouture d’une géométrie qui a connu plusieurs avatars.

– Jean Pierre de Mesmes, Les Institutions astronomiques. In-2°. Édition originale.

Notes

1 Sur Oronce Fine, voir notamment Richard Peter Ross, Studies on Oronce Finé, 1494-1555, PhD, Columbia University, 1971; The Worlds of Oronce Fine. Mathematics, Instruments and Print in Renaissance France, éd. Alexander Marr, Donington, 2009.

2 Campanus a simplement révisé la traduction d’Adélard de Bath, faite à partir de l’arabe. La première édition de cette traduction, déjà accompagnée de figures, avait été imprimée à Venise par Erhard Ratdolt en 1482 ; voir Steck, n° 11-1 ; Thomas-Stanford, n° 1.

3 Première édition : Venise, Giovanni Tacuino, 1505 (Steck, n° III-3 ; Thomas-Stanford, n° 3). Sur l’édition de Lefèvre d’Étaples (Paris, Henri Estienne, 1516), voir Steck, n° III-14 ; Thomas-Stanford, n° 6.

4 Steck, n° III-29; Thomas-Stanford, n° 7.

5 Les livres I à VI, les plus faciles, enseignent les bases de la géométrie, jusqu’aux proportions entre les grandeurs. Sur l’édition de Fine (Paris, Simon de Colines, 1536), voir Steck, n° III-31 ; Thomas-Stanford, n° 8.

6 Ramus publia en 1545, chez Louis Grandin, un Euclide portatif pour l’enseignement des collèges, réédité en 1549 par Thomas Richard (Steck, n° III-43 et III 48 ; Thomas-Stanford, n° 27 et 29). Steck signale aussi une édition Thomas Richard de 1541 (n° 111-29), ce qui semble une erreur. Sur Ramus et les mathématiques, voir Timothy J. Reiss, « From trivium to quadrivium : Ramus, method and mathematical technology », dans The Renaissance Computer. Knowledge Technology in the First Age of Print, éd. Neil Rhodes et Jonathan Sawday, Londres, 2000, p. 45-58 ; Isabelle Pantin, « Ramus et l’enseignement des mathématiques », dans Ramus et l'Université, éd. Kees Meerhoff et Michel Magnien, Paris, 2004, p. 71-86; Robert Goulding, « Method and mathematics: Peter Ramus’s histories of the sciences », dans Journal of the History of Ideas, t. 67, 2006, p. 63-85.

7 Petrus Ramus, Arithmeticae libri tres, Paris, André Wechel, 1555, préface reprise dans les deux éditions des Collectaneae praefationes de Ramus : Paris, Denis Duval, 1577, et Marbourg, Paul Egenolph, 1599.

8 Sur les rapports, chez Euclide, entre géométrie et arithmétique, compliqués parce que, dans la tradition grecque, la distinction entre nombre et grandeur n’a pas toujours été nette, voir Euclide, Éléments, éd. Bernard Vitrac, t. II, Paris, 1994, p. 529 et suivantes, et, sur le cas très complexe du livre X, ibid., t. III, 1998, p. 14-18.

9 « L’arithmétique est une science à part, de même la géométrie est une science à part : c’est pourquoi, selon les principes universels, l’une et l’autre devraient être séparées, et que la première par nature vienne d’abord, que la seconde suive. Or que se passe-t-il dans les Éléments ? L’arithmétique qui par nature est première est nommément en position seconde, [se trouvant] dans les livres VII, VIII et IX ; la géométrie, qui est postérieure, la devance pour une grande part, en occupant les premiers livres [...]. Et l’on pense que ces Éléments, que l’on pourrait cependant faire remonter jusqu’aux premiers hommes, ont pourtant été formulés et rassemblés de cette façon par Euclide : un homme qu’assurément j’admire et révère comme singulier et presque divin pour la science mathématique de ses propositions singulières [...] ; mais je ne pourrais faire de même pour ce qui est de la prudence logique qui consiste à enseigner droitement selon l’ordre » (Petrus Ramus, Collectanae praefationes, Marbourg, 1599, p. 123-125).

10 Sur ce livre, voir la notice d’Isabelle Pantin dans Passeurs de textes. Imprimeurs et libraires à l’âge de l'humanisme, t. II : Imprimeurs, éditeurs et lecteurs humanistes dans les collections de la bibliothèque Sainte-Geneviève, éd. Yann Sordet, Paris, 2009, p. 150-152 ; voir aussi ead., « Jean Pierre de Mesmes et ses Institutions astronomiques (1557) », dans Revue de Pau et du Béarn, t. 13, 1986, p. 167-182.

11 Voir Robert T. Gunther, The Astrolabes of the World, t. II, Oxford, 1932, p. 353-354, n° 205; Francis Maddison, Hugo Helt and the Rojas Astrolabe Projection, Coïmbra, 1966; Anthony J. Turner, The Time Museum. Time Measuring Instruments, t. I : Astrolabes, Astrolabe Related Instruments, Rockford, 1985, p. 161-165, et la notice d’I. Pantin dans Passeurs de textes..., p. 168-171.

12 Voir Hillard-Poulle et la notice d’I. Pantin dans Passeurs de textes…, p. 172-175.

13 Steck, n° III-52; Thomas-Stanford, n° 13. Cette traduction est parue en 1550. En 1552, Pierre de Montdoré devait être nommé maître de la Librairie du roi, après Guillaume Budé et Pierre Du Chastel. Voir Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, 1988, p. 44-45.

14 Steck, n° III-53 ; non répertorié dans Thomas-Stanford.

15 L’édition de Grynaeus de 1533 présente cette disposition des figures (qui sera ensuite largement adoptée). L’édition d’Estienne de 1516, comme les éditions vénitiennes, ont leurs schémas en marge.

16 Certains sont restés inédits, comme le Liber singularis de alchymiae praxi (1542 ; BNF, lat. 7169 ; Hillard-Poulle, n° 81) ou le De astrolabio sive planispherio (1553 ; BNF, lat. 7415, fol. 1-24 ; Hillard-Poulle, n° 84) qui figurait cependant en 1551 dans la liste jointe par Fine à son édition d’Euclide pour annoncer ses ouvrages en préparation. Quant à L'art et manière de trouver certainement la longitude de tous lieux proposez sur la terre par le cours et mouvement de la lune, et aultrezment que par les eclipses d'icelle en tout temps que Ion vouldra. Item la composition et usaige d’ung singulier Metheoroscope geographique (1543 ; BNF, fr. 1337, fol. 1-14 ; Hillard-Poulle, n° 83), dédié à François Ier, il n’a été imprimé qu’en latin, en 1544, à la suite de la Quadratura circuli. Voir Robert Brun, « Maquettes d’éditions d’Oronce Finé », dans Mélanges Hermann de La Fontaine Verwey, éd. Sape Van der Woude, Amsterdam, 1966, p. 36-42.

17 BNF, lat. 7415, folioté 9-11 et 14-17 sans lacune ; Hillard-Poulle, n° 90. Cette copie comprend le titre et les propositions 6 à 8.

18 Harvard, Houghton Library, ms. typ. 57. Voir Illuminated and Calligraphie Manuscripts. An Exhibition Held at the Fogg Art Museum and Houghton Library, February 14-April 1, 1955, Cambridge (Mass.), 1955, n° 126, pl. 65; William Henry Bond et Christopher Urdhal Faye, Supplément to the Census of Medieval and Renaissance Manuscripts in the United States and Canada, New York, 1962, p. 256; Paul Oskar Kristeller, Iter Italicum. A Finding Listof Uncatalogued or Incompletely Catalogued Humanistic Manuscripts of the Renaissance in Italian and Other Librarles, t. V, Londres/Leyde, 1963-1997, p. 232. Voir les reproductions de six pages (titre, fol. 2, 7v, 8v, 27 et 52v) sur le site http://pds.lib.harvard.edu/pds/view/3680643.

19 Sur révolution de l’iconographie du traité de Fine, depuis sa première apparition dans la Protomathesis de 1532, voir Isabelle Pantin, « The astronomical diagrams in Oronce Finé’s Protomathesis (1532). Founding a French tradition? », dans journal of the History of Astronomy, t. 41, 2010, p. 287-310.

20 Jean-Pierre de Mesmes, Les institutions astronomiques, Paris, Vascosan, 1557.

21 Les institutions ont un privilège de juin 1556 et une dédicace de décembre 1556, mais ce livre avait été commencé plusieurs années auparavant. Jean-Pierre de Mesmes fréquentait le milieu des mathématiciens parisiens, ainsi que celui des jeunes poètes proches de Ronsard et de Du Bellay, depuis le début des années 1550.

22 Voir Juan de Rojas, Commentarium in astrolabium, Paris, Vascosan, 1551, fol. b 2, et p. 201 et 225-226.

23 Promiseram jam olim tibi cum Lovanii essem invictiss. Caesar haec ipsa commentaria, sed propter adversam valetudinem, qua tunc temporis eo usque laboravi, ut exanimis fere in patriam redire coactus sim, hucusque promissum persolvere nobis non licuit (ibid., fol. b 2).

24 Gemma Frisius, De Principiis astronomiae et cosmographiae, 1re éd., Louvain, Joannes Grapheus, 1530 ; Petrus Apian, Cosmographicus liber, 1re éd., Anvers, Joannes Grapheus, 1533 ; Alessandro Piccolomini, La Sfera, 1re éd., Venise, 1540. Tous ces manuels ont connu de nombreuses rééditions.

25 La Theorique des cielz mouvemens et termes practiques des sept planetes nouvellement redigée en langaige François, avec les figures, Paris, Simon Du Bois pour Jean Pierre, 1528, in-2°.

26 La numérotation de repérage était cependant courante dans les commentaires, pour faciliter la correspondance entre les passages du texte principal et ceux de la glose. Lefèvre d’Étaples l'utilise, par exemple, dans son commentaire à la Sphaera de Sacrobosco, imprimé pour la première fois par Johannes Higman pour Wolfgang Hopyl en février 1495 n. s.

27 Orontii Finei Delphinatis, liberalium disciplinarum Professoris Regii, Protomathesis, Paris, Gérard Morrhy et Jean Pierre, 1532, in-2°.

28 Par exemple au fol. A 1 dans l’Arithmetica practica.

29 Par exemple aux fol. O 2-O 2v dans la Cosmographia.

30 Par exemple au fol. G 2v dans la Geometria.

31 Sur cette question, voir Isabelle Pantin, « Mise en page, mise en texte et construction du sens dans le livre moderne. Où placer l’articulation entre l’histoire intellectuelle et celle de la disposition typographique », dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t.120, 2008, p. 342-361.

32 Oronce Fine, In eos quos de Mundi sphoera conscripsit libros, ac in Planetarum theoricas, Canonum Astronomicorum Libri II, Paris, Michel de Vascosan, 1553.

Table des illustrations

Légende Figure n° 1. Oronce Fine, De speculo ustorio, Paris, Michel de Vascosan, 1551, fol. 6v-7.Cambridge, University Library, M.9.50 (2).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/539/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure n° 2. Euclide, Euclidis Elementorum liber decimus, trad. Pierre de Montdoré, Paris, Michel de Vascosan, 1550, fol. 9v-10. Cambridge, University Library, M.9.50 (3).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/539/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Figure n° 3. Oronce Fine, De Mundi Sphaera, Paris, Michel de Vascosan, 1555, fol. 18.Cambridge, University Library, M.9.49 (1).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/539/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure n° 4. Oronce Fine, Canonum Astronomicorum Libri II, Paris, Michel de Vascosan, 1553, fol. O 1.Cambridge, University Library, M.9.49 (3).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/539/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Figure n° 5. Oronce Fine, Arithmetica, Paris, Simon de Colines, 1542, fol. 52.Cambridge, University Library, Eee. 122 (1).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/539/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Figure n° 6. Oronce Fine, Arithmetica, Paris, Michel de Vascosan, 1555, fol. 54v-55.Cambridge, University Librare, M.6.5 (2).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/539/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540