Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Des presses humanistes au service du vernaculaire ? Le cas Vascosan (vers 1500-1577)

Michel Magnien

Résumé

Michel de Vascosan imprime à Paris de 1532 à 1577, voilà une exceptionnelle longévité (quarante-cinq ans). À son catalogue, outre des centaines d’éditions de classiques grecs et latins, on découvre les noms de contemporains aussi illustres que Budé, Bourbon, Macrin, Scaliger, Peleder du Mans, Ronsard, Du Bellay, Amyot, Le Roy, Vigenère, dont il a souvent été le premier éditeur. Tout d’abord uniquement imprimeur et diffuseur de textes gréco-latins, il a, au tournant des années 1540, accompagné la défense et l’illustration de la langue française en proposant de plus en plus de traductions, voire d’ouvrages originaux en langue vulgaire, le grand symbole de cette entreprise demeurant Amyot. À la différence d’un Robert Estienne ou d’un Plantin, Vascosan symbolise, incarne même ce mouvement qui va permettre à la France de passer en deux générations d’une littérature se pratiquant avant tout en latin à une littérature en langue vulgaire. En humaniste lucide, non content d’accompagner, il encourage l’évolution culturelle et intellectuelle de son pays en lançant à partir de 1550 un vaste programme de traductions en français des grands textes de l’Antiquité, mais aussi d’œuvres originales en vernaculaire.

Texte intégral

1Non sans manifester son goût habituel du paradoxe, au bout du livre III des Essais, Montaigne oppose expérience personnelle et savoir livresque non dominé :

[...] j’allegue aussi volontiers un mien amy, que Aulugelle, et que Macrobe : et ce que j’ay veu, que ce qu’ils ont escrit. Et comme ils tiennent de la vertu, qu’elle n’est pas plus grande, pour estre plus longue : j’estime de mesme de la verité, que pour estre plus vieille, elle n’est pas plus sage. Je dis souvent que c’est pure sottise, qui nous fait courir après les exemples estrangers et scholastiques : Leur fertilité est pareille à cette heure à celle du temps d’Homere et de Platon. Mais n’est-ce pas, que nous cherchons plus l’honneur de l’allegation, que la verité du discours ? Comme si c’estoit plus d’emprunter, de la boutique de Vascosan, ou de Plantin, nos preuves, que de ce qui se voit en nostre village [...] (Essais, III, 13, p. 1129 de l’édition Pléiade).

2Pour apprécier à sa juste valeur la stature acquise dans le dernier quart du XVIe siècle par le gendre et successeur de Josse Bade, il me semble important qu’au moment où l’auteur des Essais entend évoquer, au sein même de sa « librairie », la production imprimée la plus estimable et estimée de son temps, deux noms d’imprimeurs humanistes se glissent sous sa plume, celui du grand Christophe Plantin (1514-1589), l’architypographe de Philippe II, et notre Michel de Vascosan, imprimeur du roi à partir de 1561.

  • 1 « Printers whose books were aimed at a steadily growing academie clientèle and who themselves were (...)

3Le premier vit encore au moment où Montaigne rédige ce passage, l’autre est mort depuis une dizaine d’années ; il s’agit en fait de deux imprimeurs cultivés et réputés pour la qualité de leurs éditions, laquelle résulte de deux facteurs au moins. Il faut découvrir le premier en amont, dans la qualité de l’établissement des textes qu’ils impriment, assurée grâce au choix initial de bons manuscrits, parfois collationnés avec soin quand il y en a plusieurs, et par de grands et incontestables savants – Arias Montano ou Lipse pour Plantin ; Latomus, Jacques-Louis d’Estrebay, Pierre Galland ou Turnèbe pour Vascosan – ou grâce à la reprise d’éditions antérieures sûres et soignées (les éditions aldines en particulier, ou les éditions de Josse Bade, du moins pour les débuts de Vascosan). Le second facteur est d’ordre matériel et non plus intellectuel : c’est, en aval, la qualité du produit proposé à la vente ; l’élégance, voire la beauté de l’exemplaire imprimé, grâce à l’achat de bons papiers, l’utilisation de superbes polices de caractères, grâce aussi au soin avec lequel les épreuves sont relues, parfois là encore par de véritables savants. Bref, pour reprendre l’expression de Colin Clair, il s’agit de « scholar printers »1.

  • 2 Voir son adage n° 1001, « Festina lente » : Atqui ejus nominis lenocinio sordidi quidam typographi (...)
  • 3 Quid enim vel Typographi, vel Bibliopolae multi praeter pecuniae aceruos curant ? Quid praeter cor (...)

4On se représente le plus souvent les imprimeurs de la Renaissance comme des hommes voués corps et âme à la diffusion de la culture et du savoir. Cette vision léguée par l’historiographie du XIXe siècle ne correspond qu’en faible partie à la réalité : les imprimeurs et libraires étaient avant tout des gens d’argent, des marchands, et leur principale – sinon parfois unique – motivation était le profit. Il fallait donc gagner du temps, imprimer vite, le plus vite possible pour répondre à la demande du commanditaire, à l’attente du public, sans toujours se soucier de la qualité du produit fini. On connaît les diatribes d’Erasme2 ou de Dolet3 contre les typographes du temps, ne songeant qu’au profit, corrompant les textes au lieu de les transmettre une fois amendés. Mais il se trouve que parmi cette vaste corporation d’hommes qui visent avant tout un prompt retour sur investissement, on rencontre ceux qui, cumulant savoir et conscience professionnelle, font l’honneur du métier, les Alde à Venise, les Froben à Bâle, les de Tournes ou Gryphe à Lyon. Pour ce qui est de Paris, fions-nous au témoignage d’un contemporain, ancien étudiant de la Montagne Sainte-Geneviève qui les a fréquentés :

  • 4 Noël Du Fail, Les Contes et discours d’Eutrapel [...], Rennes, 1585, chap. XXXI ; rééd. Célestin H (...)

Eutrapel dit que, lors que maistre Jan Ricaut, Jan Boucher, Jan Reffait, Caillard, Dom Bertrand Touschais, Dom Jacques Mellet, tous savans pedagogues, l’envoioient, et ses compagnons aussi, querir quelques livres chez Collinet [Simon de Colines], Robert Estienne son gendre, Vascosan, Wechel, libraires de Paris, il ne falloit aucunement disputer ne contester du pris : car autant en avoit bon marché l’enfant comme le plus crotté et advisé maistre aux arts de l’Université ; et estre le vray moien de s’enrichir, gagner petit et souvent4.

5Où l’on trouve encore Vascosan en bonne compagnie. Manifestement, comme Robert Estienne, comme Simon de Colines ou Chrétien Wechel, Vascosan savait ne pas se montrer trop âpre au gain : il avait l’intelligence – ou la sagesse – de demander le juste prix pour ses éditions de qualité, d’où son succès, puis sa réputation – laquelle lui a survécu, on le voit grâce à Montaigne et à Du Fail.

  • 5 Pour les deux premiers voir infra, p. 142, puis p. 153-156 ; pour Baïf, voir n. 48.

6Vascosan a travaillé à Paris de 1532 à 1577. Quarante-cinq années d’exercice, donc. C’est assurément pour un imprimeur une exceptionnelle longévité. S’il est loin d’avoir atteint la production de Plantin (plus de deux mille quatre cents éditions) à qui Montaigne l’associe, les quelque six cent cinquante éditions sorties de ses presses placent son atelier parmi les officines parisiennes les plus actives : à titre de comparaison, son beau-père Josse Bade aura produit sept cent huit éditions de 1503 à 1535, en l’espace de trente-trois ans, en dix années de moins donc, si l’on tient compte du fait que Vascosan a connu quatre années blanches (1564, 1570, 1571 et 1573). A son catalogue, outre des centaines d’éditions de classiques grecs et latins, on découvre les noms d’humanistes aussi illustres que Budé, Jules César Scaliger, Sepulveda, Salmon Macrin, Joachim Périon, Jean Martin, Guillaume Postel, Turnèbe, Jacques Peletier du Mans, Ronsard, Du Bellay, Amyot, Louis Le Roy, Biaise de Vigenère, dont il a souvent été le premier imprimeur ; c’est bien le cas des trois poètes les plus importants de la Pléiade : Ronsard, Du Bellay et Baïf5. Durant ces quarante-cinq années de production, l’intelligence avec laquelle, à un moment charnière de son histoire, Vascosan a épousé, accompagné le développement et l’essor intellectuels de la Renaissance française paraît réellement fascinante.

  • 6 Voir Charles Du Bus, « Vie et œuvres de Michel de Vascosan imprimeur à Paris (de 1532 à 1577) », d (...)

7Dans un premier temps, il s’agira de retracer à grand traits la vie et la carrière de Vascosan en y distinguant quatre grands moments, selon une périodisation différente de celle proposée par Charles Du Bus dans sa thèse de l’École des chartes6. Puis j’effectuerai trois stations, donnerai trois coups de projecteur sur trois années équidistantes, marquant trois périodes et trois postures bien différentes : l’année 1539, qui nous permettra d’envisager l’imprimeur débutant au service des collèges ; puis l’année 1549, marquée par l’irruption de l’actualité littéraire en langue vernaculaire ; l’année 1559 enfin, qui voit la publication du Plutarque d’Amyot, emblématique des grands chantiers de vulgarisation des trésors de l’Antiquité.

I. — LA CARRIÈRE DE VASCOSAN

1. Origine et formation

  • 7 Voir Georges Lepreux, Gallia typographica, série parisienne, 1.1, 1re partie, Paris, 1911, p. 514- (...)
  • 8 Voir C. Du Bus, Vie et œuvres..., fol. 2, n. 1.

8Georges Lepreux l’a remise en cause7 mais, selon une longue tradition qui remonte à La Caille au moins, Vascosan serait né à Amiens, où son père était fourbisseur ; son nom tel qu’on le connaît aujourd’hui est sans doute une retraduction en français de son nom latinisé Vascosanus, comme c’est le cas pour celui du professeur de grec au Collège royal Jacques Thousat, dont le nom latin Tusanus a été retraduit en Toussain. Le patronyme de notre Michael Vascosanus était sans doute Wasconsains ou Vaconsains, noms qui se lisent entre 1464 à 1546 au moins dans les archives d’Amiens8.

  • 9 Jean-Pierre de Varade : voir Philippe Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens [...], Paris, (...)
  • 10 Possum longe maiora de vestra in me liberalitate constantia et fide polliceri : qui a pueritia sin (...)

9Le jeune garçon a sans doute quitté sa ville natale de bonne heure pour venir chercher fortune à Paris. Là, il trouve un protecteur en la personne de Jacques de Varade, conseiller au parlement de Paris, qui appartient à une famille milanaise installée à Paris à la fin du XVe siècle, où l’on compte également un libraire-juré9. Dans une épître dédicatoire de 1552 placée en tête de la grande édition in-2° de Tite-Live, Vascosan reconnaît que Jacques de Varade l’a élevé comme son fils et prétend le remercier par cette dédicace10.

  • 11 Du Bus a relevé sur le Livre du recteur (BNF, lat. 9952, fol. 78) un Karolus de Vaconsanus Ambiane (...)
  • 12 Voir par exemple l’épître Lectori, datée du 1er janvier 1549, en tête de l’édition partagée avec O (...)
  • 13 Voir C. Du Bus, Vie et œuvres..., fol. 3.

10On ne sait s’il prit ses grades universitaires11, mais il est sûr que Vascosan reçut une éducation soignée et poussée, qu’il pouvait écrire un bon latin (dont témoignent nombre de ses épîtres au lecteur) et qu’il savait sans doute le grec. Ses préfaces12 montrent qu’il était par lui-même capable d’établir des textes anciens et d’en donner des éditions précises, dont il a dû relire, au moins pour certaines, les épreuves. On ignore tout autant où il fit son apprentissage et dans quel atelier se déroula son initiation aux métiers du livre. Toujours est-il que nous trouvons une première trace de lui en 1527, où un document le désigne comme libraire-juré de l’Université13 ; puis le silence se fait de nouveau sur lui et ce n’est que cinq ans plus tard, en novembre 1532, que son nom réapparaît, sur une page de titre cette fois. Il est probable que son protecteur, Jacques de Varade, héritier de la charge paternelle de libraire-juré, a beaucoup fait pour l’introduire parmi les gens du livre. Les historiens de l’imprimerie des XVIIIe et XIXe siècles le font exercer comme imprimeur à partir de 1530 ; nous n’avons pourtant rencontré aucun ouvrage sorti de ses presses cette année-là, ni la suivante.

2. La première période : les débuts humanistes (1532 à 1542)

  • 14 Sur cet exemplaire, voir la notice n° 12 de Passeurs de textes. Imprimeurs, éditeurs et lecteurs h (...)

11Le premier livre que nous lui connaissons est, très symboliquement, une édition grecque, le recueil d’expressions attiques de Thomas Magister, Phrynichos et Manuel Moschopoulos, un petit in-8° en grec de deux cent soixante-seize feuillets (BNF, R. 36378) qui paraît en décembre 1532. L’année suivante, Vascosan publie déjà quinze ouvrages, des classiques, dont une édition in-2° des Tusculanes (bibliothèque Sainte-Geneviève, Fol. X 179 (5))14, des ouvrages scolaires comme la grammaire grecque de Nicolas Clenart (Washington), des manuels d’éloquence latine, des traités de dialectique tout à fait récents, celui de Johannes Caesarius (BNF, R. 30386) et surtout le De inventione dialectica de Rudolph Agricola (BM Troves, Sc. et A. 12900), mais aussi des inédits, titres qui montrent une ouverture à l’actualité littéraire, comme les Nugae de Nicolas Bourbon (BNF, Yc. 13221) ou les Nova epigrammata de Jules César Scaliger (BNF, Yc. 7851).

12Son adresse typographique, qui ne changera jamais, en dépit de ce qu’on peut lire ici ou là, se situe dès l’origine au cœur du quartier des imprimeurs, non loin du collège de Cambrai ; il s’agit de la maison à l’enseigne de la Fontaine, sise rue Saint-Jacques, à un emplacement qui correspondrait aujourd’hui à l’angle des rues Saint-Jacques et des Écoles (le terrain de l’actuel Collège de France).

13C’est juste avant ou juste après ses débuts d’imprimeur que Vascosan se marie. Une union assurément déterminante, capitale même, puisqu’il épouse Catherine Bade, l’une des quatre filles de l’imprimeur humaniste parisien le plus prestigieux du moment : Josse Bade (1462-1535). Ce mariage le place de plain-pied avec l’aristocratie des typographes : son beau-frère est en effet Conrad Bade (qui trouvera refuge à Genève en 1550) ; ses belles-sœurs seront, elles, mariées à trois autres imprimeurs ou libraires très importants : Jean de Roigny, Jacques Du Puy, et surtout Robert 1 Estienne. Son beau-père ne tarde pas à mourir (en décembre 1535) et pendant quelques années, de 1536 à 1539, Vascosan imprimera, comme son beau-frère Jean de Roigny, avec qui il partage quelques impressions, in aedibus Ascensionis ou ad praelum Ascensianum (figures n° 1 et 2).

Figure n° 1. Guillaume Budé, Commentarii linguae graecae, Paris, Josse Bade, 1529, page de titre. BM Bourges, GF 531.

Figure n° 2. Guillaume Budé, De studio, Paris, Michel de Vascosan, 1536, page de titre. BM Bourges, D 1612 bis.

14De cette union naîtront cinq enfants dont seule l’aînée, Jeanne, paraît avoir atteint l’âge adulte ; c’est elle qui épousera Fédéric Morel. Devenu veuf vers 1551, Vascosan se remariera avec Robine Coing, elle-même veuve.

  • 15 Surtout à partir de juin 1551, lorsque l’article 8 de l’édit de Chateaubriand rend obligatoire la (...)

15Sans doute en raison de différends avec les maris de ses belles-sœurs, Vascosan cesse après 1540 d’utiliser la marque de Bade. Et, fait inouï et unique dans la profession, en contradiction avec tous les règlements de la librairie15 qui exigeaient que tout imprimeur ou libraire fît figurer sur les livres qu’il fabriquait ou diffusait son adresse typographique et sa marque, Vascosan sera l’imprimeur sans marque. A une époque qui aime la surcharge et les richesses maniéristes, il opte pour un dépouillement absolu de ses pages de titre, où seule s’exhibe la perfection de son travail typographique (figures n° 3 et 4).

Figure n° 3. Jean Du Tillet,
Chronicon de regibus Francorum, Paris,
Michel de Vascosan, 1548, page de titre.
BM Orléans, E 2731.

Figure n° 4. Antonio de Guevara,
Décade contenant tes vies des empereurs,
Paris, Michel de Vascosan, page de titre, 1556.
BM Orléans, E 1734.

16On peut penser qu’en cela, il a été influencé par la très belle typographie germanique, telle qu’on la pratique alors à Bâle, où des imprimeurs comme Froben puis Herwagen placent parfois leur marque au colophon, laissant leur page de titre vierge de toute image (figure n° 5).

Figure n° 5. Archimède, Opera, Bâle, Johannes Herwagen, 1544, in-2°, page de titre.
BM Bourges, B 1654.

  • 16 Henri-Jean Martin, La naissance du livre moderne [...], Paris, 2000, p. 354-355.

17Un procédé que dans son ultime ouvrage, Henri-Jean Martin avait très justement appelé « le mode graphique » de « solennisation de la page de titre », pour l’opposer au second, mode « monumental »16, qui a, lui, recours à des dispositifs empruntés à l’architecture et aboutira à la fin du siècle à ces grands frontispices saturés de symboles qui font le bonheur des spécialistes de l’iconographie. Ici, seuls comptent la beauté des caractères, l’utilisation concertée de différentes polices, le jeu entre haut de casse et bas de casse, l’équilibre des pavés imprimés et des blancs typographiques, leur centrage rigoureux et le découpage soigné des différents éléments du titre qui créent une harmonie, source de beauté. Henri-Jean Martin met en relation cette pratique, aussi dépouillée qu’ostentatoire de la part du typographe, avec les recherches humanistes sur les inscriptions et les balbutiements de la science épigraphique, qui avaient permis de prendre conscience de la force « d’expressivité des écritures d’apparat antique », conscience très marquée aussi dans les programmes des entrées – qui se multiplient alors –, parmi lesquelles celle de Henri II à Paris en 1549.

18La première période d’activité de Vascosan, qui couvre les dix années de 1532 à 1542, est celle des vastes programmes de publication de textes antiques à usage scolaire, en particulier une foule d’éditions de Cicéron sur lesquelles je reviendrai. Vascosan, qui ne publie pour lors que des textes latins et grecs, à l’exclusion de tout texte en langue vernaculaire, donne en 1538 une première édition in-2° de l’Institution oratoire de Quintilien (BNF, Rés. X. 340) ; mais il fera bientôt appel, pour une nouvelle grande édition au même format, à Pierre Galland, le principal du collège de Boncour, qui en tête de l’ouvrage adressera cet éloge de Vascosan à son ami et protecteur l’évêque Pierre Du Chastel :

  • 17 Pierre Galland à Pierre Du Chastel, en tête de M. Fabii Quintiliani, Oratorii eloquentissimi, De I (...)

Idque eo feci lubentius, rogante et multis precibus praeter caeteros à me contendente Vascosa no nostro, huius Academiae Typographo praestantissimo, cui in hoc genere denegare quicquam magnopere inhumanum iudicabam. Eia est enim hominis in arte typographica excellens industria, in conquirendis uetustis exemplaribus, conferendis et castigandis diligentia, in doctos homines, quorum opera utitur, liberalitas, in omnes beneuolentia, ut generosos eius conatus non adiuuare, studioque honestissimo non obsequi, nefas esse existimem17.

3. La deuxième période : l’acmé (1543-1557)

  • 18 Voir mon étude : « Dolet éditeur de Georges de Selve et le rôle de Pierre Bunel : un évangélisme c (...)
  • 19 Voir Nicolas Bourbon, Nugae (Bagatelles) 1533, éd. Sylvie Laigneau-Fontaine, Genève, 2008, p. 944- (...)

19La période suivante marque une entrée progressive de textes en langue vernaculaire dans le catalogue de la maison à la Fontaine, le premier ouvrage en français imprimé par Vascosan étant, onze ans après ses débuts, un superbe in-2° livrant en 1543 la traduction de huit Vies parallèles de Plutarque, due à Georges de Selve (bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, R. ra 624). Du français certes ; mais, on le constate, Vascosan ne renonce pas pour autant à l’Antiquité et donne toujours à ses publications, même en langue vernaculaire, une forte coloration humaniste. La personnalité du traducteur n’est pas indifférente non plus. Il s’agit d’un personnage éminent, ambassadeur du roi en Italie puis en Allemagne, qui a choisi de renoncer aux séductions de la vie de cour pour aller résider, au grand dam de sa famille, dans son évêché de Lavaur, où il est mort deux années plus tôt18. Cette publication d’un prélat partisan des réformes, dont le secrétaire et l’intime était Pierre Bunel, poursuivi dès 1529 pour hérésie, place Vascosan dans la mouvance réformée. Or en mai 1533, Nicolas Bourbon en témoigne19, il avait hébergé dans sa demeure Carinus (Ludwig Kiel), fort lié à Johannes Sturm et qui, depuis 1531 au moins, ne faisait pas mystère de ses opinions réformées.

  • 20 Eugénie Droz, « Notes sur Théodore de Bèze – III Lex salica (1539-1540) », dans Bibliothèque d’hum (...)
  • 21 Comme l’atteste dès 1539 l’épître dédicatoire à Du Tillet de l’Expositio sur l’évangile de saint J (...)
  • 22 Voir Toshinori Uetani, « Eléments biographiques sur Jean Martin », dans Jean Martin, un traducteur (...)
  • 23 Dans Jacques Peletier du Mans, Œuvres poétiques, Paris, Vascosan pour Gilles Corrozet et Galliot D (...)
  • 24 Voir infra, p. 153 et suivantes.

20Durant les années 1540, se constitue en effet progressivement un véritable cénacle humaniste autour des presses de Vascosan, réunissant des hommes qui travaillent souvent pour son atelier : Guillaume Postel, Jacques-Louis d’Estrebay, et bien sûr Théodore de Bèze – Bèze qui, à partir de 1539, comme l’a établi Eugénie Droz20, se retrouve secrétaire d’un auteur maison, l’historien Jean Du Tillet21. Jean Martin, le grand traducteur, protégé du cardinal Robert de Lénoncourt, est également, avec Denis Sauvage, l’hôte de Vascosan, qui les héberge parfois chez lui22. Il ne faut surtout pas oublier un autre hôte, qui habitera chez Vascosan de mars 1547 à l’été 1548, Jacques Peletier du Mans, le maître à penser de la future Pléiade, qui surveille alors l’impression de ses Œuvres poétiques et qui entraîne dans son sillage jusque dans l’atelier de Vascosan un jeune poète encore inconnu, Pierre de Ronsard. Vascosan donnera ainsi dans le même recueil les premiers vers jamais imprimés de Ronsard, l’ode Des beautez qu’il voudroit en s’amie23, avant de prendre en charge une partie de ses premiers ouvrages24.

21Ce cénacle de la rue Saint-Jacques est hardi dans la pensée, amateur de réformes et d’innovations, qu’elles soient orthographiques, littéraires ou, bien entendu, religieuses. Et après que ce cercle aura été dispersé à la suite des poursuites engagées par la Chambre ardente, mise en place par Henri II à la fin de 1547, Peletier, qui a trouvé refuge à Bordeaux puis à Poitiers, rappellera et célèbrera non sans nostalgie les journées durant lesquelles tous ces jeunes gens réunis dans la maison de la Fontaine refaisaient le monde et la littérature :

  • 25 Jacques Peletier du Mans, Dialogue de l’ortografe e prononciacion Françoese [...] (éd. or. Poitier (...)

[...] l’annee e le moes que le trecretien roe Françoes ala de vie a trepas [...] je me dechargé de la Principauté du College de Bayeus, an l’Vniuersite de Paris, a dire la verite souz intancion de m’an aler voer le païs [...]. Conbien que quelque antreprise que j’usse fete, si ne fût il an mon pouuoer de lesser Paris, d’un an e demi apres : etant par dousse force retenu es liens de tant de sortes de compagnies d’honneur, de vertu, de familiarite, e de recreacion. E me retiré tout premieremant chez l’Imprimeur Vascosan par ocasion, qui etoet de metre sus la presse c assister a l’impression de mes Euvres Poétiques [...]. Ce qui m’augmenta l’ocasion de prandre ce logis, fut que la dedans se tenèt Ian Martin, l’un de ceus que j’é introduiz an ce Dialogue : qui auons fét compagnie l’un a l’autre tout un tans, an tele fruicion de joyeuse honnétete que […] je me voudroe résoudre a useer ma vie avec lui a la survivance de nous deus. [...]. E a fere ce grand conte de lui, me tenoet compagnie meinz autres personnages d’estime qui le venoét voer de jour en jour, lequez je ne nomme ici. Mes j’è bien lieu de nommer Teodore Debeze : lequel eyant logis sien propre e commode, toutefois ut anuie de s’aprocher de nous : e méme de venir ferre sa table avec nous, la ou nous fumes tout un Yuer, continuans non seulemant les propos que nous soulions tenir Ian Martin e moe, mes ancores an refrechissans e inuantans de jour an jour de tous nouueaus aueques lui25 [...].

  • 26 Michel Simonin, Pierre de Ronsard, Paris, 1990, p. 117-119.

22Dans sa biographie de Ronsard, Michel Simonin a ainsi pu parler des « années Vascosan » du poète26, sur lesquelles il avait attiré l’attention de la critique, souhaitant qu’on approfondisse la question, trop négligée pour l’instant à ses yeux, de l’influence de ce cercle sur l’élève de Dorat.

  • 27 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Isabelle Pantin, p. 167.
  • 28 Sur ce « bel in-folio, soigneusement mis en page et avec illustration originale d’une grande quali (...)

23Durant cette seconde période, le catalogue de Vascosan s’ouvre beaucoup aux sciences et au droit. Il devient l’éditeur attitré d’Oronce Fine, puis de son successeur Vimercati27 ; il publie la traduction par Jean Martin du Cinquième livre d’architecture de Serlio (1547 ; BNF, Rés. g. V. 409) ; plus tard, il imprime même le premier traité astronomique jamais rédigé en français : les Institutions astronomiques de Jean-Pierre de Mesmes28 (1557 ; bibliothèque de l’Arsenal, Sc. 8755). En droit, il publie les grands juristes français Eguinaire Baron (1556 et 1562 ; BNF, F. 24313 et F. 1205-1208) et François Connan (1553 et 1558 ; bibliothèque Mazarine, 8282, et BNF, F. 1117).

24L’imprimeur est alors au sommet de son art, ses impressions sont des monuments de typographie : il a abandonné le caractère romain un peu gras hérité de Josse Bade (fig. n° 6), pour des caractères inspirés de ceux de Claude Garamont, puis réellement gravés par lui (fig. n° 7).

Figure n° 6. Scaliger, Nemesis,
Paris, Michel de Vascosan, 1535,
dédicace.
Collection particulière.

Figure n° 7. Plutarque, Vies,
Paris, Michel de Vascosan, 1567, fol. K 3,
première page de la Vie de Paul-Emile (p. 863).
Collection particulière.

25La qualité exceptionnelle des produits issus de la maison à la Fontaine est consacrée par une faveur rarement accordée par le roi. Un privilège général est conféré à Vascosan le 11 février 1554 pour toute la production à venir :

  • 29 Acte rédigé par le maître des requêtes de l’hôtel, René Baillet, et signé Mahieu le 11 février 155 (...)

Sçavoir faisons que nous bien aduertis des grands labeurs, peine et trauaux que nostre bien amé Michel de Vascosan Imprimeur et libraire iuré en nostre Uniuersité de Paris a prins depuis vingt deux ans à imprimer continuellement en toutes langues et disciplines tous les meilleurs liures, et les plus utiles [...] et aussi qu’il fait ordinairement conferer auec plusieurs et diuers exemplaires, tant escrits [...] à la main que imprimez, par les hommes doctes de nostre dict Royaume, tous les liures lesquelz il pretend mettre en impression et lumiere, le tout à l’honneur de Dieu, augmentation de la Foy chrestienne et au grand profit de nous et de tout le bien public. Pour ces causes et autres à ce nous mouuans, à fin de l’inciter à faire de bien en mieux, et fleurir en nostredit Royaume, et que tous les bons liures viennent en euidence, Avons à iceluy Vascosan de nostre certaine science, propre mouuement, grace speciale, pleine puissance et auctorité, ordonné et octroyé, donnons et octroyons par ces presentes priuilege pour le temps et terme de dix ans, pour tous les liures que ledict Vascosan imprimera cy apres, lesquels n’auront esté auparauant imprimez en nostredict Royaume : Et six ans pour ceux lesquels par la collation de plusieurs et diuers exemplaires et par le labeur, diligence, et industrie dudit Vascosan, et des hommes doctes, de grande literature et experience et probité et integrité, auront esté remis, restituez, et illustrez de notables corrections, emendations et annotations, à commencer du iour et date de la premiere impression de chacun desdits liures [..,]29.

4. La troisième et dernière période (1557-1577)

  • 30 Il ne lèguera pas moins de quatre maisons à sa fille et à son gendre, alors qu’il n’avait acquis l (...)
  • 31 Ibid., p. 159.
  • 32 Sur les rapports entre Scaliger et Vascosan (qui placera en tête de l’ouvrage une lettre à lui adr (...)

26La troisième et dernière période marque un net ralentissement de l’activité de Vascosan et compte même quatre années blanches (1564, 1570, 1571 et 1573). Ayant fait fortune30, vieillissant, il a marié sa fille Jeanne avant novembre 155231 à un jeune humaniste distingué, élève de Jacques Toussain, Fédéric Morel (1523-1583), sur l’atelier duquel il s’appuie de plus en plus à mesure des années. Après avoir formé Fédéric Morel et travaillé avec lui pendant cinq ans, il décide en 1557 de l’installer un tout petit peu plus à l’est, au clos Bruneau, dans la maison des Ciseaux d’or., qui devient la maison du Franc Meurier. Les deux hommes travaillent tout d’abord en collaboration ; le premier ouvrage qu’ils partagent est les Exotericae exercitationes de Scaliger32, un superbe in-4° grand de marges de plus de cinq cents feuillets (BNF, R. 8514). Comme les témoignages sur le déroulement du travail au sein des ateliers typographiques ne sont pas si nombreux, il faut noter que cette impression a été recommandée puis surveillée de près par un auteur maison, Jean de Maumont. Ce grand helléniste, ami de Scaliger, mais surtout lié à Amyot (avec qui il échange en 1564 l’abbaye de Bellozane), donne sur les presses vascosaniennes des traductions françaises de saint Justin (1559 ; bibliothèque Sainte-Geneviève, Fol. CC 17) et de l’historien grec Zonaras (1561, in-2° ; BNF, J. 775). Du soin avec lequel Jean de Maumont a suivi cette impression des Exercitationes, témoigne la lettre suivante qu’il envoie le 14 mars 1557 depuis l’atelier même de Vascosan à Scaliger, alors que les feuilles de son ouvrage sont en train d’être tirées :

  • 33 Lettre de Jean de Maumont à Scaliger, dans I. C. Scaligeri Epistolae et Orationes, Leyde, François (...)

Si quid errorum in libris tuis hisce ad Cardanum, cum erunt editi, repeñes, crede, quod scio, crede, e typis, ubi operarii mercede dant operam, nihil unquam prodiisse emendatum absolute : sed errata tamen eius esse generis, quae lector quiuis inter legendum facile emendare queat, et quae alioqui nullam inde notam suo inurant auctori. Certe qui in officina Vascosani libris praeest homo est doctissimus, atque diligentissimus, et qui cum in locum incidit obscurum, non grauatur me adire atque consulere, qui manum tuam et litteram hominis valde minutim lineas ducentis diutina iam consuetudine, aut amor voluntateque adeo mihi fecifamiliarem, uti nihil obijciatur lectu difficile33.

27Enfin, alors même que le rythme des publications s’amenuise, vient la consécration suprême : le 2 mars 1561, Vascosan est nommé imprimeur royal avec, outre la charge habituelle de diffuser par le biais de son atelier les édits et ordonnances royaux, la mission, qui correspond mieux à ses talents, de publier les manuscrits rares accumulés depuis quarante années dans la bibliothèque du roi à Fontainebleau :

  • 34 Transcrit d’après Denys l’Aréopagite, Opera omnia quae extant, trad. J. Périon, Paris, Vascosan, 1 (...)

Scauoir faisons que nous, considerans que nostre cher et bien amé Michel de Vascosan, imprimeur demeurant en nostre ville de Paris a, puis 25 ans en ça, employé tout son temps, estude, biens et industrie, à mettre en lumière tous les plus beaux et rares livres qu’il a peu trouver en toutes langues, art et sciences, et avec tel soing et diligence que ce qui est sorty de luy se trouve si bien, fidelement et correctement imprimé que chacun peut voir le proffit et utilité qui en est venu, non seulement à nostre royaume, mais aussi à toute la Chretienté. Au moyen de quov ayant aduisé que pour faire imprimer aucuns livres tant de nostre librairie à Fontainebleau, que d’ailleurs, et aussi les choses touchans les affaires d’éstat de nostre Royaume, que nous voulons estre mises en lumiere, ne sçaurions choisir personnage qui soit pour y faire meilleur deuoir que ledict de Vascosan. Iceluy [...] auons retenu et retenons [...] pour par ledit Vascosan imprimer toutes lettres d’édits, ordonnances, remonstrances des estats, resolutions données sur icelles, propositions, apologies et autres choses qui toucheront les affaires de nostre royaume [...] et semblablement tous livres Ebrieux, Grecs, Latins, et François, que luy ferons bailler de nostredite librairie et autres, qui n’ont jusques icy esté imprimez [...]34.

28Vascosan laisse son gendre travailler et s’illustrer : Fédéric Morel deviendra l’éditeur attitré de Michel de l’Hospital, par exemple ; il publiera Du Bellay, Philibert Delorme ; Montaigne lui confiera l’édition des Œuvres françaises et latines de La Boétie en 1570-1571. Vascosan lui abandonne visiblement les impressions en grec : après 1557 et l’impression d’une édition bilingue établie par Frédéric Jamot de La prise d’Ilion de Tryphiodore (BNF, Rés. Yb. 702), il est notable que plus aucun texte composé en grec ne sort de ses presses. Mais il semble se réserver les morceaux de choix, comme le Henrici secundi elogium (BNF, fol. Lb31. 103). Il s’agit d’un superbe in-2°, toujours marqué par la même austère beauté typographique, empli de fines gravures sur cuivre et de superbes lettrines gravées pour l’occasion (voir fig. n° 8 et 9). Ce magnifique tombeau plurilingue, réuni par l’historiographe du feu roi, Pierre de Paschal, contient des pièces des meilleurs poètes du temps, comme Du Bellay et Dorat. Autre chantier de conséquence que Vascosan se réserve : les grandes traductions de Claude de Seyssel et de Louis Le Roy et, bien sûr, celles d’Amyot dont nous reparlerons.

Figures n° 8 et 9. Henrici secundi elogium, Paris, Michel de Vascosan,
faux titre (fol. C 1) et lettrine H (fol. 2A 1).
Collection particulière.

  • 35 AN, Y 3461, fol. 114v ; voir Philippe Renouard, Documents sur les imprimeurs, libraires, cartiers, (...)

29En 1564-1565, Vascosan se trouve en procès avec ses neveux, les héritiers de Robert Estienne, mort à Genève en 1559. Nommé leur tuteur, il avait en effet fait main basse sur l’ensemble du matériel typographique du beau-frère de sa première épouse, matériel qu’un arrêt du parlement de Paris l’oblige à leur restituer en janvier 156535. Ce procès recouvre aussi sans doute des conflits confessionnels : en compagnie de Robert Estienne, un autre de ses beaux-frères, Conrad Bade avait gagné Genève dès 1550, d’où il avait publié des textes violemment anticatholiques comme Les satyres chrestiennes de la cuisine papale (1560). Un autre confrère parisien qui comme lui avait été favorable à la Réforme, André Wechel, ne tardera pas à gagner Francfort.

  • 36 Deux instructions et trois Epistres faictes et envoyées au Clergé et peuple de Valence et de Dye p (...)
  • 37 Voir Alain Dubois, « Bibliographie des œuvres de Claude d’Espence », dans Un autre catholicisme au (...)
  • 38 Traicté de l’expresse parole de Dieu, 1560 (BM Amiens, TH 6668 A) ; rééd. 1562 (bibliothèque Saint (...)

30Or, en dépit de ses sympathies réformistes, voire un temps luthéranisantes, Vascosan est, lui, resté à Paris. Et même s’il publie encore dans les années 1560 les œuvres de grands dignitaires ecclésiastiques fort mal en cour à Rome comme Jean de Monluc, soupçonné d’hérésie36, ou encore Claude d’Espence37, il finit par donner des gages à la réaction catholique en imprimant dès 1551 le gros traité latin contre « l’hérésie pseudo-évangélique » de Pierre Lizet (BNF, D. 8559), dont on connaît le zèle au sein de la Chambre ardente. Dix ans plus tard, Vascosan publiera la traduction française des traités antiprotestants de l’évêque polonais Stanislas Hosius38 ou encore, en 1562, une traduction d’un texte de Tertullien à laquelle le théologien Audebert Maceré donne le titre Defenses contre les heretiques (bibliothèque Mazarine, 21838).

31Dans sa dédicace, adressée depuis le collège de Navarre le 25 mai 1562 au cardinal de Lorraine, Audebert Maceré affirme avoir entrepris cette traduction pour éclairer les catholiques et les garder de l’erreur, chose des plus nécessaires à une époque « qu’il semble que Satan soit deslié, et que ce soit le temps auquel Jesus-Christ a predit que, s’il estoit possible, les esleuz mesme soyent deceuz ». L’année suivante, le même Maceré publie, toujours sur les presses de Vascosan, une traduction française d’un autre texte de Tertullien, De la couronne du soldat (bibliothèque de l’Arsenal, 8 T 34553) ; dans sa préface, datée du 1er janvier 1563, il compare les « reformateurs extraordinaires » à des alchimistes, « car en voulant tirer la quinte essence » de la religion, « ils ont trompé tout le monde et se sont ruinez ». On peut donc penser qu’à la différence d’autres membres de la famille Bade, Vascosan, en acceptant d’imprimer pareils ouvrages, a en définitive fait passer les affaires avant la religion...

32Produisant avec les années de moins en moins sous son nom, Vascosan meurt avant le 17 mai 1577, date à laquelle la maison de la Fontaine passe en héritage à Jeanne et Fédéric Morel. Au milieu de l’année 1578, Fédéric quitte d’ailleurs la maison du Franc Meurier pour cette maison de la Fontaine et remplace dès lors sur ses éditions la marque du Mûrier par celle de la Fontaine. Ainsi les éditions issues de cette prestigieuse adresse typographique rejoignent-elles enfin la norme et la légalité et portent désormais cette marque de la fontaine à la double vasque, qui fut encore jusqu’à la fin du siècle, Fédéric II Morel succédant à son père en 1581, le symbole de la plus haute exigence typographique (figure n° 10).

Figure n° 10. Guy du Faur, seigneur de Pibrac,
Gnomica ex gallicis tetrastichis latina disticha facta, trad. Jacques Guijon,
Paris, Fédéric Morel, 1584. BM Blois, I 785.

II — TROIS POINTS FIXES : 1539, 1549, 1559

1. 1539 : l’imprimeur débutant au service des collèges

  • 39 Un excellent exemple, un exemplaire des Cynégétiques (BNF, Rés. S. 587) qui a servi de support à l (...)

33On l’a vu, jusque vers 1550, Vascosan s’est illustré, dans la continuité des productions de son beau-père Josse Bade, comme imprimeur humaniste ; il s’est consacré presque exclusivement à l’édition de textes grecs et latins. Durant une quinzaine d’années en effet, il se fait pour spécialité de publier des ouvrages à destination d’un public avant tout scolaire ou universitaire. Il produit ainsi en série les éditions des classiques inscrits au programmes des collèges parisiens, destinés à être commentés en cours ; il débite de petits manuels de grammaire, de rhétorique ou de dialectique ; autant d’ouvrages le plus souvent imprimés au format in-4°, qui, vendus en blanc, offrent la dimension de pages et de marges la mieux adaptée à la prise de notes durant la praelectio39. En cela, il ne se distingue guère de ses confrères, comme Robert Estienne, Chrétien Wechel ou Jean Loys Tiletan, qui au même moment débitent parfois pour un marché identique les mêmes titres, établis par les mêmes érudits (Latomus, Omphalius, Estrebay, François Du Bois, etc.).

  • 40 Voici les vingt et un ouvrages recensés pour l’année 1539 : Bède le Vénérable, In sanctum Iesu Chr (...)
  • 41 Cicéron, De partitione oratoria Dialogus, commentaires de Jacques-Louis d’Estrebay, in-4 ; Oratio (...)
  • 42 Comme ce colophon, non relevé par Du Bus parmi ses pièces justificatives, consiste en une adresse (...)

34Ses sept premières années d’activité sont presque exclusivement occupées par des publications d’ordre rhétorique – entendue au sens large, c’est-à-dire impliquant aussi la dialectique. En 1539 par exemple, pour opérer notre première station40, on relève huit discours et deux traités de rhétorique de Cicéron (auxquels il faut joindre le Dialogue des orateurs de Tacite) et deux invectives du Pseudo-Cicéron. Si l’on excepte les deux publications du début de la liste, qui donnent une dimension théologique toujours présente au catalogue, même si elle est loin d’être dominante – et ce dès 1532, avec l’impression de sermons de Laurent de Novae (bibliothèque de l’Arsenal, 4 T 1296) –, l’immense majorité des publications de 1539 se trouve centrée autour du corpus cicéronien, y compris les nouveautés de librairie comme les deux traités de Giovanni Ferrerio et celui de Johannes Sturm. Cicéron, rien que Cicéron pourrait-on dire ; pour nous en persuader un peu plus, rappelons que les sept impressions repérées pour l’année 1537 ne sont que des éditions de discours ou de traités composés par Cicéron41, et de savants commentaires sur ce corpus, à l’instar de cette édition des Philippiques, comptant près de trois cents feuillets présentant un quintuple commentaire, reprise d’une ancienne édition de Josse Bade, dont le travail philologique est salué au colophon42, mais intégrant aussi de récentes scholies de Johannes Sturm, et même, au dernier moment, sur trois cahiers ajoutés après ce colophon, de Christoph Hegendorf.

35En 1539, le livre V de Tite-Live (BM Orléans, E 1768) et le Florus au format in-4° (BM Orléans, E 5485) correspondent eux aussi assurément au programme de certains collèges. Seule semble rompre avec le microcosme de la Montagne Sainte-Geneviève cette Histoire de France de Paolo Emili (BNF, Rés. fol. L35. 23). Dans une longue dédicace latine à François Ier, Vascosan explique qu’il a complété l’ouvrage, inachevé à la mort de l’auteur, grâce à l’obligeance de Pierre Danès, ambassadeur du roi à Venise. Accompagnée de la Chronique de Du Tillet, bientôt assortie du complément rédigé par Arnoul Le Ferron, cette histoire deviendra un des best-sellers de Vascosan : elle sera rééditée sans discontinuer – et même pour partie traduite en français par Simon de Monthières (1556 ; BNF, 4° L35. 25) –, de 1539 à la fin de sa carrière, puisque le dernier ouvrage qu’il publiera, juste avant de disparaître en 1577, sera une nouvelle édition, ou plutôt émission, de cette Histoire (BNF, Rés. fol. L35. 32).

36Ce qui semble pour lors caractériser son activité d’éditeur est son désir de livrer au public les textes anciens les plus corrects possible. Il le confesse, non sans une certaine ingénuité, dans la première préface qu’il ait jamais donnée, en tête de sa première impression grecque, le lexique de Thomas Magister, dès novembre 1532 donc :

  • 43 Vascosan à Nicolas Strabon (Paris, 30 novembre 1532), verso de la page de titre des Dictiones Atti (...)

Etsi mihi nunquam dubium fuit, mi doctis. Nicolae, magnam et duram esseprouinciam latinos libros imprimere, durissimam graecos praesertim emendate : id et si facilius sit tibi existimare, quam mihi scribere : non possum tamen non confiteri ipsius rei experientiam opinionem meam longe vicisse, ubi nunc datum est tempus in quo laborem experiar ; et diligentiam meam publice ostendam. Aggressus sum rem quidem difficilem et sumptuosam curarumque plenam. Sed me ipse consolabor hac re maxime si tibi gratas esse has lucubrationes meas videro : et prodiisse omnibus audiero. En emitto selectiones atticae linguae Tomae Magistri [...]43.

  • 44 Hoc quicquid est, tuum esse uolo, ut si quid forte boni portet, hanc quoque tibi gratiam debeat le (...)

37Mais ce souci d’exactitude et de correction typographiques semble l’avoir accompagné toute sa carrière durant : on se rappelle Pierre Galland louant plus haut ses scrupules et son désir de travailler à partir des meilleurs manuscrits. Dans une lettre-préface un peu antérieure qu’il lui adresse en tête de son édition de l’invective à Octave, Jacques-Louis d’Estrebay incitait lui aussi le lecteur à remercier Vascosan de n’avoir « jamais épargné ses deniers afin de pouvoir collationner les ouvrages les plus soignés, tant grecs que latins, venus de partout »44. De fait, certaines mentions qu’il faut bien lire, chez certains de ses confrères, comme des publicités mensongères renvoient sur ses propres pages de titre à une réalité (nous soulignons) :

M. Fabii Quintiliani, [...] Institutionum oratoriarum libri XII, singulari cum studio tum judicio doctissimorum virorum ad fidem vetustissimorum codicum recogniti ac restituti, in-2° (1542 ; BNF, Rés. J. 269).

C. Julii Caesaris rerum ab se gestarum Commentarii : de bello gallico libri VIII, de bello civili Pompeiana libri III ; de bello Alexandrino liber I ; de bello Africo liber I ; de bello Hispaniensi liber I, omnia collatis vetustis exemplaribus tam scriptis quam impressis accurate emendata [...], in-2° (1543 ; BNF, X. 749).

Luciani Samosentis Opera, quae quidem exstant, Omnia a Graeco sermone in Latinum conuersa, nunc postremum multo diligentius et melius quam ante, ad Graecum exemplar correcta et emendata [...], in-2° (janvier 1546 ; BNF, Z. 553).

M. T. Ciceronis Tusculanarum quaestionum libri V ad vetustiss. exemplar manu scriptum summa diligentia correcti et emendati, ac commentariis [...] Georgii Vallae, Philippi Beroaldi et Joachimi Camerarii, deinde Erasmi, [...] Jani Pagni ni et Pauli Manutii variis lectionibus et scholiis illustrati [...], in-4° (1549 ; BNF, Rés. R. 1316).

T. Livii Patauini Historiae Romanae Principis Decades tres cum dimidia, seu libri XXXV, ex XIIII decadibus selecti, longe quam hactenus ex collatione meliorum codicum, et doctiss. hominum indicio correctiores et emendatiores [...], in-2° (1552 ; bibliothèque de l’Arsenal, H 9242 bis).

2. 1549 : l’irruption de l’actualité littéraire en vernaculaire (Ronsard, Du Bellay)

  • 45 Voici les trente-deux éditions recensées pour 1549 : Alcinous, De doctrina Platonis, éd. Marsile F (...)

38En cette année 1549, on peut percevoir une évolution notable dans le catalogue de la maison à la Fontaine45 : à partir de 1548, Vascosan se met tout à coup à imprimer en grand nombre des textes du corpus aristotélicien, soit en langue originale (les années 1549-1550 sont celles où il publie le plus grand nombre d’éditions en grec), soit, surtout, en traduction latine. Toujours avec la complicité de Jacques-Louis d’Estrebay, bientôt relayé par Joachim Périon puis Nicolas de Grouchy, Vascosan imprime Aristote ou ses commentateurs antiques et modernes au rythme auquel naguère il publiait Cicéron : cinq traductions en 1549, huit éditions grecques ou traductions latines d’Aristote en 1550, autant en 1551, et jusqu’à quatorze en 1552. Tout comme il avait, dans les années 1530, mobilisé les meilleurs philologues pour donner des éditions fiables et commentées du corpus cicéronien, notre imprimeur a de même désormais recours aux meilleurs hellénistes pour divulguer la philosophie, mais aussi la patristique grecques.

  • 46 Et encore s’agit-il d’une proportion obtenue d’après les titres ; un calcul fait d’après le nombre (...)

39Cette montée en puissance de la pensée grecque ne doit toutefois pas masquer une autre évolution de sa production qui devient sensible en 1549 et sera déterminante pour les dernières années de la carrière de Vascosan : l’ouverture aux textes rédigés en langue vernaculaire. Jusqu’au début de 1549, la production de Vascosan s’élève à deux cent quatre-vingt-cinq éditions environ. Sur ce nombre déjà important il n’a, à partir de 1543, imprimé que onze textes en français ; or dans cette part infime (3,85 %)46, on compte fort peu d’ouvrages originaux, puisque la plupart d’entre eux se trouvent être des traductions du grec, du latin ou de l’italien, et se placent dans le droit fil d’une production marquée au sceau de l’humanisme.

  • 47 PremierLIVRE DE L’HONNESTE exercice du prince, à Madame la princesse de Navarre, Par Jehan Breche (...)

40J’ai déjà évoqué la première d’entre elles, la traduction de huit Vies de Plutarque due à Georges de Selve : sur un total de trente-sept ouvrages parus en 1543, il s’agit du seul ouvrage imprimé en langue vernaculaire. Parmi les vingt-deux éditions recensées pour 1544, on compte deux ouvrages en français : le premier texte original en langue vulgaire jamais donné par Vascosan, le Premier livre de l’honneste exercice du prince de Jean Brèche47, et une traduction du toscan, L’Arcadie de Sannazaro (bibliothèque de l’Arsenal, BL 4193). En 1545, sur dix-neuf ouvrages imprimés, Vascosan en donne deux, encore en français : les Azolains (BNF, Rés. Z. 2461) et la réédition de L’art poétique d’Horace dans la traduction versifiée de Peletier (BNF, Rés. p. Yc. 612). Aucun ouvrage en français l’année suivante, fort creuse il est vrai. 1547 semble marquer le réel démarrage de la production en langue vernaculaire, avec cinq ouvrages sur un total de vingt-deux, dont le premier recueil poétique d’importance (la plaquette de Jean Brèche ne comptait que seize folios), les Œuvres de Peletier du Mans déjà mentionnées. L’année 1548 ne voit qu’un seul ouvrage en français sur seize édités, les Instructions sur le fait de la guerre, attribuées à Langey dans les liminaires (BNF, fol. R. 527). Soulignons-le, Vascosan a jusque-là surtout publié les traductions de Jean Martin et les textes de Peletier, qui séjournent alors sous son toit. On peut penser qu’il s’est progressivement laissé convaincre par ses hôtes de la nécessité d’élargir son catalogue en l’ouvrant aux productions vernaculaires ; remarquons en outre qu’il s’agit souvent d’éditions partagées, soit avec Gilles Corrozet (pour L’Arcadie et Les Azolains), soit avec Galliot Du Pré (pour les Œuvres poétiques de Peletier et les Instructions [...], aujourd’hui attribuées au baron de Fourquevaux), comme si ses associés l’avaient eux aussi incité, non plus intellectuellement, comme l’auteur de la fameuse préface à l’Art poétique ou de la pièce A un poëte qui n’écrivoit qu’en latin, mais matériellement, par leurs offres d’association, à imprimer des ouvrages en langue vulgaire.

  • 48 Texte qui contient, au fol. A viii verso, la première pièce jamais imprimée de Baïf, un Sonnet pri (...)
  • 49 Il ne me semble pas impossible que l’Avantentrée du Roy trescrestien à Paris, par Pierre de Ronsar (...)

41En revanche, sur les trente et un ouvrages donnés en 1549, six le sont en français. On recense la réédition du traité militaire de Fourquevaux (bibliothèque de l’Arsenal, Sc. 11144) et deux traductions, l’une de Galien par Martin Grégoire (bibliothèque Sainte-Geneviève, 8° T. 142), l’autre d’un texte d’actualité, l’Oraison prononcée au sénat de Venise par Pierre de Paschal contre les assassins de Mauléon48 (bibliothèque de l’Arsenal, BL 1476). Mais on doit surtout relever trois œuvres originales d’actualité qui montrent que l’effervescence poétique marquant le début du règne de Henri II a aussi gagné la maison de la Fontaine. Il s’agit de trois minces plaquettes produites par les deux principaux acteurs de la nouvelle école, dont déjà les titres à la grecque, qui devaient résonner de manière bien étrange aux oreilles des contemporains, disaient la volonté de rupture : l’Epithalame d’Antoine de Bourbon, et Jaune de Navarre (BM Pau, EE 131) et l’Hymne de France (BNF, Rothschild 669) publiés en tout début d’année puis en novembre par un jeune poète inconnu qui signe encore Ronsart49 ; le Prosphoneumatique de Du Bellay, paru en juin (BNF, Rés. Ye. 4622).

  • 50 Michel Magnien, « Marguerite et les deux muses : la célébration poétique du mariage de Jeanne d’Al (...)

42J’ai souligné ailleurs50 l’importance du premier ouvrage jamais donné au public par Ronsard, puisque cette publication s’accomplit en parallèle, sur le même papier, dans le même format et avec la même élégante italique que le Coniugum Illustrissimi Antonii A Borbonio, Vindicinorum Ducis, et lanae, Navarrorvm Principis, Epithalamion (BM Pau, EE 131) de Nicolas Bourbon, pour lors en fin de carrière – ce sera d’ailleurs son ultime publication. D’où a surgi cette idée d’une célébration bilingue du premier mariage princier du nouveau règne ? D’une volonté concertée des deux plumes, ou d’une initiative de l’imprimeur ? Il est naturellement aujourd’hui impossible de le préciser, mais il est important de souligner que le projet se concrétise autour des presses d’un homme dont l’entregent est grand et qui côtoie alors tout ce que l’humanisme parisien compte d’excellent ou de notable : Vascosan. Grâce à lui, l’un des meilleurs poètes néo-latins du règne de François Ier accorde en un sens son patronage aux jeunes gens de la Brigade qui vont désormais mettre à exécution en français le programme esthétique et culturel que la génération antérieure s’était efforcée de réaliser dans la langue de Virgile et d’Horace. Il n’est pas sans importance que ce passage de relais s’accomplisse justement sur des presses aussi intrinsèquement humanistes que celles de Vascosan : il scellait ainsi l’union – qui devait marquer la production poétique des décennies suivantes – du latin et du vulgaire devenu docte, car dressé, pour les thèmes, les genres, voire l’expression ou lexique, sur le patron du premier.

3. 1559 : l’année du Plutarque d’Amyot, emblématique des grands chantiers de vulgarisation des trésors de l’Antiquité

  • 51 À moins qu’il ne faille attribuer à Vascosan l’impression des Quatre premiers livres des Odes de P (...)
  • 52 Qu’on en juge : Gasparo Contarini, De magistratibus Venetorum, in-4°. — Pierre Du Val, Psalme de l (...)

43Nous venons de souligner l’entrée tardive des publications en langue vernaculaire au catalogue de notre imprimeur humaniste. Ajoutons qu’en 1550, aucun des trente-huit titres publiés ne l’est en français51. Devant cet essor pour le moins hésitant de sa production en langue vulgaire, on voit que s’il est de nos jours surtout célébré comme l’éditeur d’Amyot, Vascosan est loin d’apparaître jusqu’à cette date comme un promoteur du vernaculaire. Or la décennie 1550-1560 se révélera sur ce plan décisive : les textes en français sortent alors de plus en plus nombreux de ses presses, qu’il s’agisse de textes d’actualité, comme l’anonyme Discours sur la roupture de la trefve en l’an M. D. LVI (BNF, 8° Lb31 63) attribué à Charles de Marillac par le P. Lelong, ou de la traduction de grands classiques comme le Timée de Platon par Louis Le Roy (1551 ; BNF, R. 8256), ou bien sûr de Plutarque. La publication de la grande traduction d’Amyot, tant attendue, marque d’ailleurs un seuil important puisque avec un seul ouvrage en latin, celui de Contarini, 1559 est, après vingt-huit ans d’exercice, la première année où les ouvrages rédigés en français sont plus nombreux à sortir des presses de Vascosan que les ouvrages latins52. Et jamais plus jusqu’en 1577 le nombre de textes latins ne dépassera celui des éditions de textes vernaculaires. On a vu comment, à partir de 1557, Vascosan renonce totalement à l’édition des textes en grec, qui constitue pourtant en quelque sorte l’emblème même de la typographie humaniste, pour l’abandonner à son beau-fils Fédéric Morel.

44Signe précurseur de ce renversement, à partir de 1556, Vascosan, qui n’avait jamais jusqu’alors composé que des préfaces en latin, se met à les rédiger en français. Et on ne le voit pas sans surprise, lui qu’on imaginait immergé dans les textes anciens, intervenir dans les querelles ou débats du temps, qu’il s’agisse de la lancinante question de la réforme orthographique ou du respect de l’alternance des rimes masculines et féminines :

  • 53 Voir Guillaume du Maine, Epistre en vers francois enuoyee de Rome sur la uenue de Monseigneur le M (...)

[...] il (l’auteur) m’a induit luy obtemperer à la priere qu’il m’a faicte, de vouloir plustost suyure l’ancienne et commune orthographe, que la nouuelle. Ce qu’il a mieulx aymé, à fin que cest essay en soit receu plus fauorablement : et quant à l’obseruation de la cadence finalle des syllabes, il n’y a point uoulu estre si superstitieux que cela nuysist en rien à la grauité de la sentence ou à la facilité et doulceur du langage, dont il a prié vous advertir [...]53.

45Ou qu’il s’agisse, de manière beaucoup plus surprenante (puisque personne n’ignore, au moins depuis les travaux de Nina Catach, le rôle déterminant qu’ont eu les typographes de la Renaissance dans la fixation de l’orthographe), de faire l’éloge de l’alexandrin qui, en ces années 1555-1556, va peu à peu prendre le pas sur le décasyllabe et se voir qualifié, par exemple par Ronsard dans ses Hymnes, de « vers héroïque ».

  • 54 Voir Guillaume du Maine, Le Laurier dedie à Madame seur unique du Roy ; duchesse de Berry. Auquel (...)

Aux Lecteurs – Messieurs, je vous ay bien uoulu aduertir, qu’en ce petit oeuure intitulé Le Laurier, l’aucteur a mieulx aymé user de uers Alexandrins pour comprendre plus de sentence en peu de langaige. Car il aduient souuent, qu’on peult autant mettre en deux d’iceulx, comme en trois des autres, ainsi que sçauent trop mieulx ceux qui en ont faict l’experience. Ces uers dictz Alexandrins, ont deux syllabes plus que les communs, qui n’en ont que dix. Et en les prononçant, les fault coupper par la moytié, c’est à dire après la sixieme syllabe, comme les autres sur la quetrieme, autrement ilz auroyent fort mauuaise grace. Mais prenant un peu garde à les bien prononcer, uous les trouuerez si graues, doulx et sententieux, qu’ilz uous plairont bien autant ou plus que les premiers. Et aurez occasion de les estimer en nostre langue Françoise, comme les Grecz et Latins ont faict leurs uers de six piedz, qu’ilz appellent heroiques, et en usent quand ilz escriuent quelque chose ardue, haulte, et difficile. le sçay bien que aucuns les trouueront du commencement un peu estranges, pour ne les auoir tant accoustumez comme les autres. Mais s’il leur plaist en lire une page ou deux, comme ie vous ay dict, l’usaige leur monstrera, qu’il est celuy qui peult bien addoucir toutes choses, faictes auec bonne raison, qu’en fin elles plaisent, et sont fort aggreables54.

  • 55 Robert Aulotte a en effet établi de manière certaine que Montaigne a utilisé la version non remani (...)

46De pareils avis au lecteur montrent bien que Vascosan n’est pas un humaniste coupé de la vie culturelle et littéraire de son temps, qu’il sait réagir à l’actualité et même désormais encourager l’illustration de la langue française, comme le montre le soutien sans faille qu’il a apporté alors à deux des plus grands traducteurs de l’époque : Louis Le Roy, qui confie aux presses vascosaniennes de grand recueils thématiques de textes grecs de philosophie politique ou d’éthique d’Aristote, d’Isocrate et de Xénophon (1551 et 1568), et bien entendu Jacques Amyot, qui donne en 1554 sa version française de Diodore de Sicile (bibliothèque Mazarine, 5547), bientôt suivie en 1559 de la grande édition in-2° des Vies parallèles de Plutarque (bibliothèque Sainte-Geneviève, Fol. I 45), puis en 1572 de celle des Moralia (BNF, Rés. J. 108-9) que Montaigne a tant lue et relue dès sa parution55 :

  • 56 Montaigne, Essais, II, 4, incipit (p. 382 dans l’édition Pléiade).

Je donne avec raison, ce me semble, la Palme à Jacques Amiot, sur tous nos escrivains François, non seulement pour la naïfveté et pureté du langage, en quoy il surpasse tous autres, ny pour la constance d’un si long travail, ny pour la profondeur de son sçavoir, ayant peu developper si heureusement un autheur si espineux et ferré [...] mais sur tout je lui sçay bon gré, d’avoir sçeu trier et choisir un livre si digne et si à propos, pour en faire present à son païs. Nous autres ignorans estions perdus, si ce livre ne nous eust relevé du bourbier : sa mercy, nous osons à cett’heure et parler et escrire ; les dames en regentent les maistres d’escoles : c’est nostre breviaire56.

47Où l’on voit un promoteur de la langue vulgaire – et quel promoteur ! – reconnaître que ces éditions d’Amyot ont joué un rôle de déclencheur, de désinhibiteur ; comme si grâce à elles la prose française avait tout à coup trouvé sa légitimité.

48Force est toutefois de reconnaître et de saluer une évolution conséquente chez notre imprimeur humaniste. Dans les années 1530, à la fin de sa dédicace de l’Histoire de Paolo Emili, il se félicitait de voir célébrer le roi de France dans le superbe latin livien de cet historien italien car cela ne fermerait aucune frontière à sa renommée : Porro, longe maior gloria fructus ex Patine quam Gallice scriptis percipi meo indicio potest, proterea quod Patina in omnibus fere gentibus leguntur, Gallica suis ferme finibus continentur. Et voilà que dans les années 1550, il publie des éloges de la traduction, tel ce fort et vibrant plaidoyer à l’adresse de la reine, placé par Antoine Allègre en tête de sa version française des Vies des empereurs d’Antonio de Guevara, qui articule de manière si symptomatique traduction et illustration de la langue nationale :

  • 57 Antoine Allègre, Decade, contenant les Vies des Empereurs, Traianus Adrianas Antonius Pius [...], (...)

En cest endroict les plus seueres iuges des oeuures d’autruy, qui ne treuuent rien à leur goust, si n’est Grec ou Latin, dresseront plaincte ou calumnie de ce qu’on trauaille tant pour le iourdhuy à mettre toutes bonnes choses en uulgaire François : mais pour respondre, ie leur remonstre, que les Princes et Gentilshommes (pour lesquels principalement est ceste œuure mis en lumière) ont esté, et sont tant occupez aux guerres et maniements des grandes affaires, qu’ils n’ont loysir, ny moyen d’employer le temps, pour apprendre les preceptes requis à l’intelligence desdictes langues. Par ainsi puis qu’il n’en sçauent autre, que la leur naturelle, c’est merite qui ne se peult assez louer, de leur traduire les bons liures des anciens, mesmement les uies de ceulx qu’ilz doiuent soigneusement regarder et imiter, qui ont esté Princes et Gentilshommes, comme eulx, à fin qu’en lisant leurs uertus, ilz les imitent le plus qu’ilz pourront, et leurs vices, ilz les fuyent. Peu importe en quel langage soit la bonne doctrine, pourueu qu’elle soit bien entendue. Les langues Grecque et Latine ont esté en pris et reputation, lors que les Empires ont esté grands et peuplez d’hommes sçauans. Qui trouuera donc mauuais, que soubs le fleurissant regne du grand Henry nostre Roy, et de uous, Madame, on face celebre et renommée nostre langue Françoise, qui a tant de doctes hommes en toutes sciences qui l’honorent ? Qui gardera que ce beau langage doulx et assez copieux, ne soit digne, comme les autres, et capable d’exprimer toutes les conceptions et inuentions des autheurs estrangiers ? Nostre siecle est tant fertile de gentils esprits, mesmement ce Royaume, qu’il n’a dequoy porter enuie aux passez : et de tant sera sa renommée plus fameuse, quand chacun s’efforcera à le faire fleurir en son propre et naturel langage. Et ne fault auoir esgard à ces supersticieux, qui empeschent sans raison, que les François ne jouyssent du bien des liures, qui nous est caché par faulte de les traduire en nostre uulgaire57.

  • 58 « Blaise de Vigenère et les débuts de la prose d’art française : sa doctrine d’après ses préfaces  (...)
  • 59 LE / Traicté de Ciceron de la meilleure / Forme d’Oratevrs. / Le sixième Liure des Commentaires / (...)

49Dans cette perspective, il faudrait – mais comme le travail a déjà été fait, et fort bien fait, par Marc Fumaroli dans sa thèse et surtout dans un article capital publié dans L’automne de la Renaissance58, nous passerons très vite – remarquer que Vascosan a été également le premier imprimeur de Biaise de Vigenère, ce savant humaniste. Marc Fumaroli a déterminé avec précision son rôle essentiel dans la définition et l’élaboration d’une prose d’art en France. Mais il faut noter l’intention affichée dès la page de titre de l’ouvrage que Vigenère a confié à Vascosan en 1575, qui a valeur de programme et de profession de foi59, puisque ce dossier de traductions diverses a été constitué, annonce la page de titre, « pour un essay de representer en nostre langue la diuersité des styles latins ». Autrement dit, la langue française est désormais si souple et si riche qu’elle peut prétendre rivaliser en nuances avec le latin.

  • 60 Voir à ce sujet l’ouvrage de Luce Guillerm, Sujet de l’écriture et traduction autour de 1540. La t (...)

50La préface rédigée dans sa superbe langue par Vigenère a aussi son importance, puisqu’elle renverse totalement le discours alors classique et même convenu des préfaces de traductions qui filaient à l’envi depuis cinquante ans au moins le vieux thème de la disgrâce du traducteur (il consent un travail énorme qui ne lui vaudra aucune reconnaissance, « puisque toujours l’honneur va à l’inventeur »60). Bien traduire, affirme maintenant Vigenère, c’est apprendre à bien écrire en sa langue :

  • 61 Blaise de Vigenère, Le Traicté de Ciceron de la meilleure forme d’oratevrs..., fol. 3v-4.

J’en parle certes selon ce que ma plume m’en a appris en les tournant : car il n’y a rien qui descoeuure, ne face mieux sentir ce que c’est d’un autheur, que quand on le transporte de sa langue en une autre. Pource que lors se voit apertement si le desmembrement des paroles aura rien esuanouy de la grace de son parler et de la grauité de ses sentences [...]. Pourtant l’exercice des traductions n’est pas de peu de fruict, car par mesme moyen on se ruze et affine tousiours d’avantage en plusieurs langues tout à un coup, et enrichit lon de plus la sienne de l’imitation des autres : ainsi qu’ont faict les latins de celle des grecs, et que nous pouuons faire de toutes deux. [...]. Soit donc ceste premiere piece [De optimo genere oratorum], comme pour une instruction et enseignement de la bonne forme de parler et escrire, qu’il [Cicéron] nous monstre sous ce mot d’Attique. Car combien que les vocables soient differents et les caracteres encore, les regles toutefois de leurs structures et assemblemens sont unes et semblables en toutes langues : et ne sont point les façons de bien dire autres aux Grecs et aux Latins, qu’aux François et aux Allemans : ne les vicieuses pareillement. Mais pour ce que ces deux nations ont emporté le pris en cest endroit sur toutes autres, il nous faut aussi parforcer de façonner nostre style sur celuy d’entre tous, qui de la voix et consentement des gens doctes est tenu pour le meilleur [...]61.

51En 1540, Étienne Dolet imprimait sur ses presses à Lyon La maniere de bien traduire d’une langue en aultre [...] ; en 1579, c’est au tour d’Henri Estienne de publier chez Mamert Patisson son Proiect du livre intitulé de la Precellence du langage François je viens d’évoquer le rôle tardif, mais bien réel, de Michel de Vascosan dans la défense et l’illustration de la langue française.

52Voilà donc trois imprimeurs, mais aussi trois humanistes qui, après avoir publié beaucoup de textes en latin, se sont tous trois posés en défenseurs de leur langue maternelle. Est-ce un paradoxe ? Faut-il parler de prise de conscience ou, pire, de revirement ? Non, c’est bien au contraire leur culture gréco-latine qui les a conduits, incités à méditer sur l’usage du latin dans un contexte contemporain. Soucieux d’illustrer leur pays – et c’est peut-être là que se situe la véritable rupture avec la première pensée humaniste, qui était universaliste et internationaliste : que l’on songe à Érasme posant en citoyen du monde –, ils ont en fait suivi le grand modèle constitué par Cicéron qui, comme il l’explique au début du De finibus (et ailleurs encore...), s’est refusé à rédiger ses traités philosophiques en grec, comme c’était alors la règle pour les Romains cultivés, et a souhaité le faire dans sa langue maternelle pour assurer ainsi le développement d’une grande littérature latine en prose.

53Et il me semble rien moins qu’indifférent que, forts de leur réputation et dotés de grands moyens de diffusion, des imprimeurs, incontestables humanistes, aient souhaité participer à ce mouvement qui aboutit à la montée en puissance d’une littérature en vernaculaire, laquelle trouvera son complet épanouissement – en vers comme en prose – en partie grâce à leur concours et leur soutien, au tout début du XVIIe siècle.

54Au départ uniquement imprimeur et diffuseur de textes gréco-latins, Vascosan a, au tournant de 1550, accompagné le grand mouvement de défense et d’illustration de la langue française en proposant de plus en plus de traductions, voire d’ouvrages originaux en français. Le grand symbole, ou l’incarnation emblématique, de son entreprise demeure Jacques Amyot, cet helléniste émérite à qui la France doit de lire Plutarque en français depuis quatre siècles et à qui elle se trouve peut-être aussi redevable des Essais – mais c’est une autre histoire...

  • 62 Histoire de la France littéraire, t. I : Naissances, renaissances. Moyen Âge – XVIe siècle, dir. M (...)

55Après avoir travaillé sur les rapports du latin et du français entre 1520 et 157062, je me suis peu à peu rendu compte que Vascosan, à la différence d’un Robert Estienne ou d’un Plantin, symbolise, incarne même ce mouvement qui va permettre à la France de passer en deux générations d’une littérature (au sens large) qui se pratique avant tout en latin (la poésie y compris, pour partie au moins) à une littérature en langue vernaculaire.

56Mieux, je me suis aperçu que Vascosan accompagne, mais aussi encourage ce mouvement : en humaniste lucide de l’évolution culturelle et intellectuelle de son pays, lui qui était dans les années 1530 et 1540 l’un des imprimeurs humanistes de la Montagne Sainte-Geneviève, va lancer à partir de 1550 un vaste programme de traductions en français des grands textes de l’Antiquité, mais aussi d’œuvres originales en vernaculaire.

  • 63 Du Bus avait recensé un peu plus de quatre cent cinquante éditions et rééditions ; les fiches Reno (...)

57Par sa longévité, sa productivité (plus de six cent quarante éditions ou rééditions à son actif63), par son autorité, par ses impulsions également, Michel de Vascosan a donc joué un rôle non négligeable dans l’évolution de notre littérature à une période charnière pour elle, les années 1530-1570.

Annexes

ANNEXE. TABLEAU DE LA PRODUCTION DE MICHEL DE VASCOSAN (1532-1577)64

Décades

Nombre d’éditions ou de rééditions

1532-1540

117

1541-1550

219

1551-1566

242

1561-1570

48

1571-1577

15

Acmé de la production : 1551 (quarante-trois ouvrages).
Quatre années blanches : 1564, 1570, 1571 et 1573.

Notes

1 « Printers whose books were aimed at a steadily growing academie clientèle and who themselves were men of letters, capable of furnishing critical editions of learned texts » (Colin Clair, A History of European printing, Londres/New York/San Francisco, 1976, p. 159).

2 Voir son adage n° 1001, « Festina lente » : Atqui ejus nominis lenocinio sordidi quidam typographi sic abutuntur, ut vix ab ulla civitate nobis veniant auctores impudentius depravati, nec ii sane quilibet, sed omnium primi, velut Aristoteles, M. Tullius et Quintilianus, ne quid querar de sacris voluminibus. Curatum est legibus, ne quis consuat calceum, ne quis faciat scrinium, nisi fuerit ab ejus opificii sodalitio comprobatus ; et tantos auctores, quorum monumentis etiam religio debetur, emittunt in vulgus adeo litterarum ignari, ut ne legere quidem possint, adeo ignavi, ut nec religere libeat, quod excuditur, adeo sordidi, ut citius patiantur sex milibus mensarum oppleri bonum librum quam paucis aureolis velint conducere, qui praesit castigationi.

3 Quid enim vel Typographi, vel Bibliopolae multi praeter pecuniae aceruos curant ? Quid praeter corradendos nummos isti hominum vulgo cordi esse putas ? Censen’ aut insigniter doctum, aut eximie diligentem unum aliquem ab istis vel tenuissima pecunia adhiberi, ut libris eorum vel praelegendis, et exacte castigandis : vel emendate excudendis vacet ? (Edenne Dolet, Commentariorum linguae latinae tomus secundus, Lyon, S. Gryphe, 1538, col. 467 ; Dolet s’insurge alors contre les imprimeurs parce qu’il a lu dans certaines éditions de Cicéron le barbarisme sainare).

4 Noël Du Fail, Les Contes et discours d’Eutrapel [...], Rennes, 1585, chap. XXXI ; rééd. Célestin Hippeau, 1.1, Paris, 1875, p. 167.

5 Pour les deux premiers voir infra, p. 142, puis p. 153-156 ; pour Baïf, voir n. 48.

6 Voir Charles Du Bus, « Vie et œuvres de Michel de Vascosan imprimeur à Paris (de 1532 à 1577) », dans Positions de thèses de l’École des chartes, 1906, p. 75-80 ; voir surtout les deux volumes de la thèse de l’Ecole des chartes demeurée manuscrite :Vie et œuvres de Michel de Cascosan, 1906, ms. (BNF, Rés. m. Q. 158 (1 et 2)). Avec l’encore utile « Vita M. Vascosani » de Michael Maittaire (dans Historia typographorum aliquot parisiensium vitas et libros complectens, Londres, 1717, p. 17-32 ; voir le catalogue, t. Il, p. 22-41), elle demeure l’étude la plus documentée sur notre imprimeur, en attendant le « fascicule Renouard » qu’Isabelle Pantin et moi-même nous sommes engagés auprès de Geneviève Guilleminot à rédiger. Elle nous a fourni les matériaux de base, dont les fameuses « fiches Renouard », sans lesquelles je n’aurais pu présenter ce travail, et je tiens à la remercier tout particulièrement ici.

7 Voir Georges Lepreux, Gallia typographica, série parisienne, 1.1, 1re partie, Paris, 1911, p. 514-515 et p. 540.

8 Voir C. Du Bus, Vie et œuvres..., fol. 2, n. 1.

9 Jean-Pierre de Varade : voir Philippe Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens [...], Paris, 1965, p. 419, et Annie Parent-Charon, Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle, Genève, 1974, p. 154.

10 Possum longe maiora de vestra in me liberalitate constantia et fide polliceri : qui a pueritia singulari vestrum omnium voluntate tanquam a parentibus, ita sunt in familiam vestram susceptus, atque ita liberaliter educatus, ut non solum ingratus, sed merito etiam impius viderer, nisi quando referenda non queo, at certe habenda praedicandaque gratia, paria vobiscum facere utcunque conarer. Itaque, clarissime Varadee, quum te etiam adolescens herum et praeceptorem habuerim, non alienum ab officio meo, nec a dignitate tua me facturum putaui, si meam incredibilem erga te observantiam et propensam animi mei voluntatem publias monumentis testarer [...] postremo ut si labor noster et industria literarum studiosis aliquam utilitatem afferat, omnes amplissimo nomini tuo id omne acceptum referant, cui omnia debeo » (T. Livii Patauini Historiae Romanae Principis Decades tres cum dimidia [...], Paris, Vascosan, 1552, fol. A i verso).

11 Du Bus a relevé sur le Livre du recteur (BNF, lat. 9952, fol. 78) un Karolus de Vaconsanus Ambianensis diocesis ayant prêté serment devant le recteur de la faculté des arts de Paris, P. Avril, le 15 décembre 1529 ; mais Charles n’est pas Michel.

12 Voir par exemple l’épître Lectori, datée du 1er janvier 1549, en tête de l’édition partagée avec Oudin Petit des Genialium dierum libri sex d’Alessandro Alessandri (bibliothèque Sainte-Geneviève, 8 Z 30 inv. 53), auxquels il prétend avoir apporté plus de quatre cents corrections : Ut igitur optime lector aliquid adiumenti rei literariae afferem, excudimus tibi quanta maxima fide et diligentia potuimus, genialium dierum libros sex Alexandri ab Alexandro Neaopolitani, viri adeo varia et multiplici eruditione instructi ut omnium fere artium liberalium disciplinam calluisse videatur. In quibus supra quadringenta loca emendauimus, propterea quod extrema manus authoris in illis desideratur.

13 Voir C. Du Bus, Vie et œuvres..., fol. 3.

14 Sur cet exemplaire, voir la notice n° 12 de Passeurs de textes. Imprimeurs, éditeurs et lecteurs humanistes dans les collections de la bibliothèque Sainte-Geneviève, dir. Yann Sordet, Turnhout, 2009, p. 107-112.

15 Surtout à partir de juin 1551, lorsque l’article 8 de l’édit de Chateaubriand rend obligatoire la présence d’une marque sur tout ouvrage imprimé sur le territoire français.

16 Henri-Jean Martin, La naissance du livre moderne [...], Paris, 2000, p. 354-355.

17 Pierre Galland à Pierre Du Chastel, en tête de M. Fabii Quintiliani, Oratorii eloquentissimi, De Institutione Oratoria libri XII [...], Paris, Vascosan, 1542 (BNF, X. 749). Sur cette édition et cette préface, voir Kees Meerhoff, « Pierre Galland : un mélanchthonien masqué », dans Autour de Ramus. Le combat, éd. Kees Meerhoff et Jean-Claude Moisan, Paris, 2005, p. 265-266, et id., « Galland contre Ramus : la dignité du philologue », dans La philologie humaniste et ses représentations dans la théorie et la fiction, dir. Perrine Galand-Hallyn, Fernand Hallyn et Gilbert Tournoy, t. II, Genève, 2005 (Romanica gandensia, 32), p. 506-508.

18 Voir mon étude : « Dolet éditeur de Georges de Selve et le rôle de Pierre Bunel : un évangélisme cicéronien ? », dans Études sur Etienne Dolet [...] publiées à la mémoire de Claude Longeon, dir. Gabriel-André Pérouse, Genève, 1993, p. 103-119.

19 Voir Nicolas Bourbon, Nugae (Bagatelles) 1533, éd. Sylvie Laigneau-Fontaine, Genève, 2008, p. 944-947, n° 570.

20 Eugénie Droz, « Notes sur Théodore de Bèze – III Lex salica (1539-1540) », dans Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. 24, 1962, p. 590-596.

21 Comme l’atteste dès 1539 l’épître dédicatoire à Du Tillet de l’Expositio sur l’évangile de saint Jean de Bède le Vénérable (bibliothèque Sainte-Geneviève, Fol. B 4192 Inv. 524). Vascosan y signale que Jean de Gagny a recopié ce manuscrit au sein de la Bibliothèque du roi, et il dédie cette édition à Du Tillet pour le remercier du complément qu’il a fourni à l’Histoire de France de Paolo Emili (BNF, Rés. fol. L35. 23).

22 Voir Toshinori Uetani, « Eléments biographiques sur Jean Martin », dans Jean Martin, un traducteur au temps de François Ier et de Henri II, Paris, 1999, p. 28-29.

23 Dans Jacques Peletier du Mans, Œuvres poétiques, Paris, Vascosan pour Gilles Corrozet et Galliot Du Pré, 1547 (bibliothèque de l’Arsenal, BL 6458 Rés.), fol. K 7v-K 8v (voir aussi, au fol. N 7v, le premier texte imprimé de Du Bellay...).

24 Voir infra, p. 153 et suivantes.

25 Jacques Peletier du Mans, Dialogue de l’ortografe e prononciacion Françoese [...] (éd. or. Poitiers, 1550), Lyon, Jean de Tournes, 1555 p. 32-34. Sur les liens entre les deux hommes, voir Natalie Zemon Davis, « Peletier and Beza part company », dans Studies in the Renaissance, t. 11, 1964, p. 188-222.

26 Michel Simonin, Pierre de Ronsard, Paris, 1990, p. 117-119.

27 Voir, dans cet ouvrage, la contribution d’Isabelle Pantin, p. 167.

28 Sur ce « bel in-folio, soigneusement mis en page et avec illustration originale d’une grande qualité » à plus d’un titre pionnier, voir Isabelle Pantin, « Jean-Pierre de Mesmes et ses Institutions astronomiques (1557) », dans Revue de Pau et du Béarn, t. 13, 1986, p. 167-182, et sa notice n° 19 dans Passeurs de textes..., p. 150-152.

29 Acte rédigé par le maître des requêtes de l’hôtel, René Baillet, et signé Mahieu le 11 février 1554 n. s., transcrit au bout des Vies des hommes illustres de Plutarque, trad. Amyot, 1559, in-2° (bibliothèque Sainte-Geneviève, Fol. I 45).

30 Il ne lèguera pas moins de quatre maisons à sa fille et à son gendre, alors qu’il n’avait acquis la maison mère de la Fontaine qu’en 1548 pour 1 200 livres (voir Joseph Dumoulin, Vie et œuvres de F. Morel, Paris, 1901 ; rééd. Genève, 1969, p. 154-157).

31 Ibid., p. 159.

32 Sur les rapports entre Scaliger et Vascosan (qui placera en tête de l’ouvrage une lettre à lui adressée par l’humaniste d’Agen), voir Michel Magnien, « Un humaniste face aux problèmes d’édition. J. C. Scaliger et les imprimeurs », dans Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. 44, 1982, p. 307-329.

33 Lettre de Jean de Maumont à Scaliger, dans I. C. Scaligeri Epistolae et Orationes, Leyde, François Rapheleng, 1600, p. 245.

34 Transcrit d’après Denys l’Aréopagite, Opera omnia quae extant, trad. J. Périon, Paris, Vascosan, 1565, in-2°, fol. 88v (bibliothèque de l’Arsenal, Th 3385). G. Lepreux, Gallia typographica..., t. I, 2e partie, documents p. 14-16, n° 33, donne le même texte à partir du dernier folio de l’édition in-2° de 1565 des Vies de Plutarque (BNF, J. 729).

35 AN, Y 3461, fol. 114v ; voir Philippe Renouard, Documents sur les imprimeurs, libraires, cartiers, graveurs [...] ayant exercé à Paris de 1450 à 1600, Paris, 1901, p. 92.

36 Deux instructions et trois Epistres faictes et envoyées au Clergé et peuple de Valence et de Dye par leur Evesque, 1556 (BM Amiens, TH 1953 A) ; rééd. 1557. Cleri Valentini et Dyensis reformatio restitutioque ex sacris Patrum conciliis excerptaper R. D. Joannem Monlucium, 1558 (BNF, D. 21143). Sermons de l’Evesque de Valence sur certains poincts de la Religion, recueillis fidelement, ainsi qu’ils ont esté prononcez ; Recueil des lieux de l’Escripture servant à descouvrir les fautes qu’on commet contre les dix Commandement de la Loy : prononcé mot à mot par l’Evesque de Valence, 1559 (BNF, D. 21114(2)). Sermons de l’evesque de Valence sur les articles de la foy et oraison dominicale. Plus quelques oraisons, tirées des prières de l’Eglise, 1561 (BNF, D. 80388(1)) ; rééd. 1565.

37 Voir Alain Dubois, « Bibliographie des œuvres de Claude d’Espence », dans Un autre catholicisme au temps des réformes ? Claude d’Espence et la théologie humaniste à Paris au XVIe siècle, dir. Alain Talion, Turnhout, 2010, p. 358-362 ; Vascosan publie quatre textes d’Espence pour la seule année 1561 avant de passer le relais à son gendre (ibid.., p. 424-425).

38 Traicté de l’expresse parole de Dieu, 1560 (BM Amiens, TH 6668 A) ; rééd. 1562 (bibliothèque Sainte-Geneviève) ; Des Sectes et heresies de nostre temps, 1561 (bibliothèque de l’Arsenal, H 15164).

39 Un excellent exemple, un exemplaire des Cynégétiques (BNF, Rés. S. 587) qui a servi de support à la prise de notes durant le cours donné sur Oppien par Turnèbe en 1549, a été fort bien étudié et présenté par Jean Letrouit : « La prise de notes de cours sur support imprimé dans les collèges parisiens au XVIe siècle », dans Revue de la Bibliothèque nationale de France, juin 1999, p. 47-56.

40 Voici les vingt et un ouvrages recensés pour l’année 1539 : Bède le Vénérable, In sanctum Iesu Christi secundum Iohannem euangelium expositio, in-2°. —Johannes Cassianus, Confessio Theologica, tribus partibus absoluta. Expositio missae Romanae, in-16. — Cicéron, Ad M. Brutum Orator, in-4° ; De partitione oratoria, commentaires de Jacques-Louis d’Estrebay, in-4° ; Epistola ad Octauium, commentaires de J.-L. d’Estrebay, in-4° ; In Sallustium, commentaires de François Du Bois, in-4° ; Actionum in Verrem Libri quatuor priores, commentaires de F. Du Bois, Christoph Hegendorf et Bartholomaeus Latomus, in-4° ; Oratio De prouinciis consularibus, in-4° ; Oratio pro Cn. Flanco, commentaires de F. Du Bois et B. Latomus, in-4° ; Oratio Pro Domo sua ad Pontifices, in-4° ; [Orationes tres] ad C. Caesarem, pro M. Marcello, in-4° ; Pro A. Licinio Archia poeta oratio, in-4°, Pro Q. Ligario oratio, commentaires de F. Du Bois, B. Latomus et Antonius Luschus, in-4° ; Pro rege Deiotaro oratio, commentaires de F. Du Bois, B. Latomus et A. Luschus, in-4°. — Paolo Emili, De Rebus gestis Francorum [...] libri Decem, in-2°. — Giovanni Ferrerio, Academica de animorum immortalitate, ex sexto M. T. Ciceronis de Republica libro, enarratio, in-4° ; Auditum visu praestare, contra vulgatum Aristotelis placitum Academica dissertatio, in-4°. — Florus, De gestis Romanorum libri quatuor, in-4°. —Johannes Sturm, In partitiones oratorias Ciceronis dialogi duo, in-4°. — Tacite, Dialogus an sui seculi oratores antiquioribus, et quare concedant, in-4°. — Tite-Live, Historiarum ab vrbe condita Decas prima. Uber quintus, in-4°.

41 Cicéron, De partitione oratoria Dialogus, commentaires de Jacques-Louis d’Estrebay, in-4 ; Oratio pro C. Rabirio perduellionis reo, commentaires de F Du Bois, in-4 ; Oratio pro lege Manilia, commentaires de F Du Bois, Jakob Omphalius et A. Luschus, in-4 ; Orationes tres ad C. Caesarem pro M. Marcello, pro Q. Ligario et pro Deiotaro rege, commentaires de F. Du Bois, B. Latomus et Philippe Melanchthon, in-4 ; Philippicae [...] quinque commentariis [...] et scholiis [...] et indice illustratae, éd. Josse Bade, commentaires de Francesco Matarazzo, Filippo Beroaldo l’Ancien, Georges de Trébizonde, C. Hegendorf et Johannes Sturm, in-4° ; Pro C. Rabirio Posthumo Oratio, commentaires de J. Tislinus, in-4° [daté de 1538 au colophon] ; Pro T. Annio Milone Oratio [et F. Du Bois, De arte dicendi in genere iudiciali Compendium], commentaires d’Asconius Pedianus, F. Du Bois, Philippe Melanchthon, B. Latomus et A. Luschus, in-4°.

42 Comme ce colophon, non relevé par Du Bus parmi ses pièces justificatives, consiste en une adresse au lecteur, et qu’il signale que cette édition résulte d’une collation opérée par Bade sur un manuscrit de la bibliothèque Saint-Victor, il semble utile de le transcrire ici : Habes lector studiose, M. Tullii Ciceronis Philippicas in M. Antonium Orationes, cum vetusto exemplari nobilissimae diui Victoris in suburbio Parisiensi bibliothecae collatas, et plurimis locis suae integritati restitutas : cum quinque Commentariis, Maturantii, Beroaldi, Trapezuntii, Sturmii et Hegendorphini : additis ubi operaeprecium visum, scholiis Ascensienis soceri nostri, quibus praesertim repositae literae et reponendae caussarum meminit. Boni itaque consule et vale ac profice.

43 Vascosan à Nicolas Strabon (Paris, 30 novembre 1532), verso de la page de titre des Dictiones Atticae de Thomas Magister (BNF, X. 6648). Même déclaration dans l’avis au lecteur qui referme cet ouvrage : Vascosan aurait souhaité adjoindre des errata, mais n’a pu le faire par manque de place : Quare nobis veniam dabis si quid inter legendum mendorum deprehendas. Id si feceris, dabimus operam porro ut optimos quosque autores quam emendatissimos in publicum emittamus, quibus studia tua in dies magis ac magis (quod unum spectamur) promoueamur. Vale.

44 Hoc quicquid est, tuum esse uolo, ut si quid forte boni portet, hanc quoque tibi gratiam debeat lector, qui iam plurimum debet eo nomine, quod in comparandis undique tersioribus libris, tum graecis, tum latinis, sumptibus nullis pepercisti [...], en tête de M. T. Ciceronis Epistola ad Octavium, Iacobi Lodoici Rhemi commentariis illustrata, Paris, Vascosan, 1541, in-4° (BM Lyon, 367806).

45 Voici les trente-deux éditions recensées pour 1549 : Alcinous, De doctrina Platonis, éd. Marsile Ficin, in-8°. — Alessandro Alessandri, Genialium dierum libri sex, in-8°. — Aristote, Rhetoricum libri III, en grec, in-8° ; De arte dicendi, éd. Ermolao Barbaro, in-8; De coloribus, éd. Simone Porzio, in-8; In tres priores libros [...] Ethikôn, éd. J.-L. d’Estrebay, in-4°; [avec Xénophon] OEconomica, in-4°. — Nicolas Bourbon, Conjugum [...] Antonii a Borbonio, in-8°. — Callimaque, Hymni, en grec, in-4°. — Cicéron, Tusculanarum quaestionum libri V, in-4; Epistolae ad Octavium, éd. J.-L. d’Estrebay, in-4°; Enarrationes partitionum oratorium per B. Latomum, in-4; De legibus, in-4°; Pro Milone, in-4°. — Dexippe, In defensionem praedicamentorum Aristotelis, in-8°. — Joachim Du Bellay, Prosphoneumatique au roi par I. D. B. A., in-8°. — Galien, Les Quatre premiers livres de la composition des médicaments, trad. Martin Grégoire, in-8°. — Théodore Gaza, Institutionum grammaticarum libri IIII, in-8°. — Grégoire de Nazianze, Orationes duae, en grec, in-4°. — Raymond de Pavie, sieur de Fourquevaux, Instructions sur le fait de guerre extraictes des livres de Polybe, Frontín [...], in-2°. — Horace, Epistolarum librili, in-4°. — Arnoul Le Ferron, De rebus gestis Francorum, in-8°. — Petrus Megangus, Grammatica in carmen [...] concinnata, in-4° ; Syntaxis certo quodam ordine, in-4°. — Nicandre, Alexipharmaca, éd. Jean de Gorris, in-8°. — Oppien, De Venatione, en grec, in-4°. — Ovide, Metamophoseon liber primus, in-4°. — Pierre de Paschal, Oraison prononcée au sénat de Venise, trad. Durban, in-8°. — Quintilien, De institutione oratoria libri XII, in-2 ; Declamationes, éd. P. Galland, in-2°. — Pierre de Ronsard, Epithalame d’Antoine de Bourbon, in-8 ; Hymne de France, in-8°.

46 Et encore s’agit-il d’une proportion obtenue d’après les titres ; un calcul fait d’après le nombre de feuilles tirées donnerait un pourcentage bien plus faible, les minces in-8° en langue vernaculaire pesant bien peu en volume d’impression face aux gros in-4° en latin débités alors en grand nombre sous l’enseigne à la Fontaine.

47 PremierLIVRE DE L’HONNESTE exercice du prince, à Madame la princesse de Navarre, Par Jehan Breche de Tours. M.D.XLIIII. On le vend à Paris en la rue sainct laques à lenseigne de la Fontaine, in-4°, 16 folios (A4 -D4 ; BNF, Rés. Yc. 371 bis). Est-ce parce qu’il s’agit du premier ouvrage original français imprimé par Vascosan que son adresse typographique constitue une sorte d’hapax dans toute sa production ?

48 Texte qui contient, au fol. A viii verso, la première pièce jamais imprimée de Baïf, un Sonnet pris sur le grec de Claude Rasmille : voir Jean Vignes, Jean-Antoine de Baïf, Paris/Rome, 1999, p. 37, n° 70.

49 Il ne me semble pas impossible que l’Avantentrée du Roy trescrestien à Paris, par Pierre de Ronsart, Vandomoys, dont le seul exemplaire connu porte le nom de Corrozet (BM Troyes, z.8.1377 Histoire ; voir Alfred Péreire, « Un exemplaire unique de Ronsard, l’Avantentrée [...] », dans Les trésors des bibliothèques de France, éd. Richard Cantinelli, t. I, Paris, 1925, p. 10-12), soit aussi issue des presses de Vascosan, à l’instar du pendant publié au même moment par Du Bellay, le Prosphoneumatique.

50 Michel Magnien, « Marguerite et les deux muses : la célébration poétique du mariage de Jeanne d’Albret par Nicolas Bourbon et Ronsard (1549) », dans Devis d’amitié. Mélanges en l’honneur de Nicole Cazauran, dir. Jean Lecointe, Catherine Magnien et Isabelle Pantin, Paris, 2002, p. 445-464.

51 À moins qu’il ne faille attribuer à Vascosan l’impression des Quatre premiers livres des Odes de Pierre de Ronsard Vandomois (Paris, chez G. Cavellat, 1550, in-8°), comme y invite Isabelle Pantin (voir Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle, d’après les manuscrits de Philippe Renouard. Fascicule Cavellat, Marnef et Cavellat, éd. Isabelle Pantin, Paris, 1986, p. 29-30, n° 21).

52 Qu’on en juge : Gasparo Contarini, De magistratibus Venetorum, in-4°. — Pierre Du Val, Psalme de la puissance de Dieu, in-4°. — Saint Justin, Les Euvres de saint J., trad. J. de Maumont, in-2°. —Justin, Les Histoires universelles de Trogue Pompée abbregees [...], trad. Claude de Seyssel, in-2°. —Jean de Monluc, Sermons [...] sur certains points de la Religion, in-8° ; Recueil des lieux de l’Escripture, servant à descouvrir lesfautes qu’on commet contre les dix commandemens de la loi, in-8°. — Plutarque, Vies des hommes illustres [...], trad. Jacques Amyot, 2 vol. in-2°. — François de Rabutin, Continuation des commentaires des dernieres guerres, in-8°. — Thucydide, L’Histoire de Thucydide Athenien [...], trad. Claude de Seyssel, in-2°. — Simon de Vallambert, De la Conduite du fait de chirurgie, in-8°.

53 Voir Guillaume du Maine, Epistre en vers francois enuoyee de Rome sur la uenue de Monseigneur le Mareschal de Brissac, Paris, Vascosan, 1556, in-8° (BNF, Rés. Ye. 372), fol. A verso.

54 Voir Guillaume du Maine, Le Laurier dedie à Madame seur unique du Roy ; duchesse de Berry. Auquel sont traitees bien amplement les louanges de l’estude et l’utilité qui en vient [...], Paris, Vascosan, 1556, in-4° (BNF, Rés. Ye. 374), verso de la page de titre.

55 Robert Aulotte a en effet établi de manière certaine que Montaigne a utilisé la version non remaniée des Morales (Amyot et Plutarque. La traduction des Moralia au XVIe siècle..., Genève, 1965, p. 258, n. 1).

56 Montaigne, Essais, II, 4, incipit (p. 382 dans l’édition Pléiade).

57 Antoine Allègre, Decade, contenant les Vies des Empereurs, Traianus Adrianas Antonius Pius [...], Paris, Vascosan, 1567, in-8°, 2e éd. [éd. or. Vascosan, mai 1556, in-4° ; voir, figure n° 4], p. 6 et 7, dédicace à Catherine de Médicis.

58 « Blaise de Vigenère et les débuts de la prose d’art française : sa doctrine d’après ses préfaces », dans T’automne de la Renaissance 1580-1630. XXIIe colloque d’études humanistes, Tours, 2-13 juillet 1979, dir. Jean Lafond et André Stegmann, Paris, 1981, p. 31-51 ; réimpr. dans id., La diplomatie de l’esprit, Paris, 1994, chap. II, p. 23-58.

59 LE / Traicté de Ciceron de la meilleure / Forme d’Oratevrs. / Le sixième Liure des Commentaires / de Caesar ; ov est faicte / mention des moeurs et façons défaire des / anciens Gaulois et Allemans. / et, / La Germanie de Cornelius Tacitus. / Le tout mis en François par le sieur de Vigenere, comme / pour un essay de representer en nostre langue la / diuersité des styles latins. / A Paris, / Par Michel de Vascosan, demeurant rue S. laques, / à l’enseigne de la Fontaine. / M. D. LXXV. / Avec privilege du roy. In-4°, 55 folios (BNF, Rés. R. 1325, recueil factice ayant appartenu à Claude Dupuy : Jérôme Delatour, Une bibliothèque humaniste au temps des guerres de Religion. Les livres de Claude Dupuy, d’après l’inventaire dressé par le libraire Denis Duval (1595), Paris/Villeurbanne, 1998 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 53), n° 266).

60 Voir à ce sujet l’ouvrage de Luce Guillerm, Sujet de l’écriture et traduction autour de 1540. La traduction del’Amadis de Gaule [...], Paris, 1988, et celui de Glyn. P. Norton, The Ideology and Language of Translation in Renaissance Trance and their Humanist Antecedents, Genève, 1984.

61 Blaise de Vigenère, Le Traicté de Ciceron de la meilleure forme d’oratevrs..., fol. 3v-4.

62 Histoire de la France littéraire, t. I : Naissances, renaissances. Moyen Âge – XVIe siècle, dir. Michel Zink et Frank Lestringant, Paris, 2006, chap. I-1 : « Le français et la latinité, de l’émergence à l’illustration (XVe-XVIe siècles) », p. 36-77.

63 Du Bus avait recensé un peu plus de quatre cent cinquante éditions et rééditions ; les fiches Renouard en signalent une bonne centaine de plus. Grâce au Catalogue collectif de France et aux divers catalogues collectifs en ligne, beaucoup d’éditions scolaires qui ont subsisté en petit nombre sont aujourd’hui réapparues. Mais il est probable que le total de six cent quarante impressions donné par le tableau récapitulatif (voir annexe) est en deçà de la réalité, puisque nous avons comptabilisé seulement les éditions dont nous avons pu consulter un exemplaire ou dont nous avons pu repérer au moins un représentant pourvu d’une cote dans une bibliothèque, en laissant de côté les éditions aujourd’hui introuvables signalées par la tradition bibliographique, de Gesner et La Croix du Maine à Brunet ou Buisson.

64 Tableau réalisé d’après les fiches de Philippe Renouard conservées à la Réserve de la BNF, recoupées avec les catalogues accessibles en ligne. Sont décomptés ici tous les ouvrages imprimés par Vascosan, même les éditions partagées, à partir du moment où un des exemplaires conservés au moins porte son adresse typographique. N’ayant bien entendu pas eu toutes les éditions en main, et les catalogues en ligne ne fournissant pas toujours la pagination des ouvrages, il nous a malheureusement été impossible de faire un calcul par faces de feuille imprimées, qui aurait été beaucoup plus sûr et parlant : les années où les ouvrages sont les plus nombreux sont aussi celles où les petits formats sortent en plus grand nombre...

Table des illustrations

Légende Figure n° 1. Guillaume Budé, Commentarii linguae graecae, Paris, Josse Bade, 1529, page de titre. BM Bourges, GF 531.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure n° 2. Guillaume Budé, De studio, Paris, Michel de Vascosan, 1536, page de titre. BM Bourges, D 1612 bis.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Figure n° 3. Jean Du Tillet,Chronicon de regibus Francorum, Paris,Michel de Vascosan, 1548, page de titre.BM Orléans, E 2731.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure n° 4. Antonio de Guevara,Décade contenant tes vies des empereurs,Paris, Michel de Vascosan, page de titre, 1556.BM Orléans, E 1734.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Figure n° 5. Archimède, Opera, Bâle, Johannes Herwagen, 1544, in-2°, page de titre.BM Bourges, B 1654.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure n° 6. Scaliger, Nemesis,Paris, Michel de Vascosan, 1535,dédicace.Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure n° 7. Plutarque, Vies,Paris, Michel de Vascosan, 1567, fol. K 3,première page de la Vie de Paul-Emile (p. 863).Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Figures n° 8 et 9. Henrici secundi elogium, Paris, Michel de Vascosan,faux titre (fol. C 1) et lettrine H (fol. 2A 1).Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure n° 10. Guy du Faur, seigneur de Pibrac,Gnomica ex gallicis tetrastichis latina disticha facta, trad. Jacques Guijon,Paris, Fédéric Morel, 1584. BM Blois, I 785.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/537/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540