Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Comment Jean de Tournes (n’)est (pas) devenu un imprimeur humaniste

Michel Jourde

Résumé

Alors que, de son vivant, l’imprimeur et libraire lyonnais Jean de Tournes était célébré pour son savoir-faire professionnel, il est parfois présenté aujourd’hui comme un humaniste. L’article étudie d’abord l’histoire de ce déplacement, en mettant l’accent sur quelques étapes importantes : l’élaboration et la publication de la Bibliographie des de Tournes par Alfred Cartier, la réception d’un mémoire d’histoire familiale rédigé au début du XIXe siècle par Samuel de Tournes-Cannac. Il montre ensuite que ce déplacement peut être lu comme une interprétation, anachronique, de la relation, faite de solidarités et de conflits, qu’entretint Jean de Tournes avec les savants humanistes.

Note de l’auteur

Je remercie Pierre Aquilon, Christine Bénévent et Gisèle Besson pour l’aide précieuse qu’ils m’ont apportée durant l’élaboration de cet article.

Texte intégral

  • 1 Natalie Zemon Davis, Le retour de Martin Guerre, Paris, 1982 ; rééd. Paris, 2008, p. 179.
  • 2 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, 1re éd. 1958 ; rééd. Paris, 1999, p. 21 (...)
  • 3 Natalie Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », dans Histoire de l’édition fra (...)
  • 4 Natalie Zemon Davis, The Return of Martin Guerre, Harvard, 1983, p. 104.
  • 5 Henri-Jean Martin, « Jean de Tournes », dans id., Mise en page et mise en texte du livre français. (...)

1Dans une réédition récente du livre que Natalie Zemon Davis a consacré en 1982 à l’affaire Martin Guerre, on lit que le manuscrit de l’Admiranda historia de Guillaume Le Sueur parvint en 1561 entre les mains de « Jean de Tournes, le célèbre humaniste libraire-imprimeur de Lyon »1. L’expression paraît d’autant plus étrange que ce sont justement les travaux de Natalie Zemon Davis qui ont le mieux contribué à montrer que Jean de Tournes n’avait guère sa place parmi ceux que Lucien Febvre et Henri-Jean Martin avaient décrits, en 1958, comme des « humanistes imprimeurs », c’est-à-dire des « savants et écrivains [...] amenés à se faire à leur tour imprimeurs et libraires »2. On se souvient en revanche que l’un des articles grâce auxquels Natalie Davis a fait mieux connaître la figure de Jean de Tournes est intitulé « Le monde de l’imprimerie humaniste »3. Alors, « humaniste imprimeur » ou « imprimeur humaniste » ? Vérifions donc dans l’original : « Jean de Tournes, the celebrated humanist printer of Lyon »4. « Printer » était bien le substantif et « humanist » l’adjectif, mais la traductrice n’a sans doute pas vu de différence entre un humaniste imprimeur, c’est-à-dire un savant devenu imprimeur, et un imprimeur humaniste, c’est-à-dire un imprimeur mettant son art au service des savants de son temps. Dire, comme Henri-Jean Martin, que Jean de Tournes était le « prince des metteurs en page »5, cela supposait d’analyser les choix typographiques de ce dernier comme l’héritage, dans une large mesure, des redécouvertes humanistes du XVe siècle, ou comme la mise en pratique de certaines valeurs centrales de l’humanisme, par exemple celle de la correction dans la transmission des textes ; mais Henri-Jean Martin n’aurait pas songé à faire de Jean de Tournes lui-même un humaniste.

  • 6 Jacques Peletier du Mans, « A Tournas Corbin Bourdelœs Salut », dans id., Dialogue de l’Ortografe (...)
  • 7 Gabriel Simeoni, Illustratione de gli epitaffi et medaglie antiche, Lyon, J. de Tournes, 1558, p.  (...)
  • 8 Mireille Huchon, Louise Labé, une créature de papier, Genève, 2006, p. 37 ; Jean-François Gilmont, (...)
  • 9 Jean-Dominique Mellot et Elisabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs-libraires (vers 1500-vers 1810) (...)

2À la décharge de la traductrice, il faut reconnaître que la différence entre les deux expressions manque un peu de netteté et qu’elles paraissent souvent plus ou moins interchangeables. Or ce flou me semble avoir favorisé un déplacement considérable dans les discours tenus sur Jean de Tournes, si l’on essaie de les envisager dans la longue durée. Les contemporains de Jean de Tournes ne célébrèrent jamais son savoir mais toujours son savoir-faire, sa « diligence » dans son « métier » ou son « état », selon une expression que l’on retrouve sous les plumes de deux savants qui l’ont fréquenté de près. Jacques Peletier du Mans en 1555 : « Jan de Tournes [...] homme de toute dilig’ance e de nule épargné an choses de son etat »6. Gabriel Simeoni en 1558 : « il mio stampatore Giovanni di Tornes, huomo diligentissimo nel suo mestiero, e da bene »7. Aujourd’hui, à la suite d’un déplacement historiographique que je vais tenter de décrire, le diligent homme de métier a cédé la place au savant et à l’humaniste. Dans d’importantes publications récentes, il est ainsi dit de Jean de Tournes qu’il fut d’abord correcteur che2 Sébastien Gryphe en même temps qu’Étienne Dolet8, avant de devenir lui-même imprimeur et libraire et d’être « également auteur, éditeur intellectuel et préfacier de nombreux ouvrages sortis de ses presses »9. Les sources connues disent pourtant tout autre chose. Chez Sébastien Gryphe, il ne fut pas correcteur, mais un compositeur parmi d’autres, appartenant donc au monde des compagnons, peut-être le meilleur d’entre eux, mais tout de même un compagnon, comme il l’a écrit lui-même en 1545 :

  • 10 « A non men virtuoso, che dotto M. Mauricio Scaeva, Giovan di Tournes suo affettionatissimo, S. », (...)

Gia dodeci anni sono, e piu, signor mio, che da prima conmiciai a pratticar’ nella casa dil S. Gryphio, e dal principio fui un di quelli compositori, che s’aiutorno a comporre insu la stampa le divine opere di Messer’ Luigi. Alamani, gentilhuomo tanto honorato in Francia, quanto celebrato in Italia : laquai cosa mi mosse non solamente ad aprezar’, ma ancora ad amar’, e a compiacermi molto in questa lingua Toscana, di modo, qu’alhora dissegnai di continuar’in questo volgare, como le mie faculta visi offeriranno10.

  • 11 Natalie Zemon Davis, Protestantism and the Printing Workers of Lyons. A Study in the Problem of Re (...)
  • 12 Un groupe de chercheurs achève actuellement, sous ma direction, l’édition de ces écrits : Guillaum (...)

3Aucune source ne permet de penser qu’avant la création de son propre atelier en 1542, il en soit venu à occuper chez Gryphe des fonctions de correcteur, et si les fonctions de compositeur et de correcteur pouvaient être assurées par une seule personne dans les petits ateliers lyonnais du XVIe siècle, ce n’était certainement pas le cas chez Gryphe. Si nous croyons ce que nous dit de Tournes – et il n’y a pas de raison d’en douter –, c’est bien l’exercice d’un métier, la fonction dans l’atelier, qui fait accéder au savoir, et non l’inverse. Ce savoir demeure d’ailleurs tout relatif, comme en témoignent les fautes et les maladresses de cette petite page d’italien, dont certaines seront d’ailleurs corrigées dans les éditions postérieures. Comme l’écrivait Natalie Zemon Davis en 1959: « Jean I improved his education while working as a journeyman for Gryphe and later from his own proofreaders »11. Une fois son atelier créé, il n’est pas devenu pour autant un auteur : Jean de Tournes n’a signé aucun livre et aucun indice ne permet de lui en attribuer avec certitude ; il ne se présente pas lui-même et n’est présenté par personne comme l’éditeur intellectuel de quelque ouvrage que ce soit. Quant à la quarantaine de pièces liminaires qu’on peut lui attribuer et qui constituent « les écrits de Jean de Tournes », elles ne peuvent être considérées comme des préfaces qu’avec beaucoup de précaution : il serait plus juste de dire qu’elles entrent dans des dispositifs préfaciels, mais en évoquant généralement moins, pour leur part, le contenu du livre que les conditions de sa publication12.

  • 13 Henri-Jean Martin, « L’apparition du livre à Lyon », dans Le siècle d’or de l’imprimerie lyonnaise (...)
  • 14 Voir la communication de Gérard Morisse et la mienne dans les actes du colloque Etienne Dolet, Lyo (...)
  • 15 Natalie Zemon Davis, « Women in the crafts in sixteenth-century Lyon », dans Feminist Studies, t.  (...)
  • 16 AD Rhône, 3E 3765, fol. 105v-106.
  • 17 Voir Alfred Cartier, Bibliographie des éditions des de Tournes imprimeurs lyonnais, 2 t., Paris, 1 (...)

4On devine que les raisons de ce déplacement historiographique, et donc des distorsions qui parfois l’accompagnent, sont d’abord à chercher dans les incertitudes de la documentation : on ignore beaucoup de choses sur le parcours de Jean de Tournes avant 1542 et même après. Quels sont ses liens de parenté avec les orfèvres nommés de Tournes identifiés à Lyon à la fin du XVe siècle ? Quelle fut sa vie entre 1504, date supposée de sa naissance, et 1532, lorsqu’il composait chez Gryphe les Opere toscane de Luigi Alamanni ? Les réponses données à ces questions demeurent des conjectures. Henri-Jean Martin écrivait, en 1972, qu’on « aimerait connaître » également la source du financement qui permit à de Tournes de créer son propre atelier en 154213. Le colloque qui s’est tenu à Lyon en novembre 2009 a permis d’élaborer des hypothèses nouvelles sur les relations entre de Tournes et Etienne Dolet et sur la création successive de leurs ateliers, dans le contexte d’intense réorganisation de l’imprimerie lyonnaise suite à la grave crise sociale des années 1539 à 154114. Un document découvert par Natalie Davis15 offre un renseignement précieux à ce sujet : il s’agit de l’acte, daté du 21 février 1540, établi dans la maison même de Sébastien Gryphe, par lequel Michelette Gibollet, veuve de Georges de Luire, « blanchisseur de murs et maisons » (c’est-à-dire artisan peintre), fait don d’une maison à sa fille Odette de Luire et à son gendre « Jean de Tournes imprimeur »16 : c’est donc grâce à une transmission familiale caractéristique de ce milieu d’artisans que Jean de Tournes put disposer de son premier atelier, celui du quartier de la rue Thomassin – mais cela ne règle évidemment pas la question du financement du matériel de l’atelier. Pour ce qui concerne les années suivantes, dans la mesure où les archives de l’atelier ont mal survécu aux pillages de 1562 et 1567, puis au départ de son fils pour Genève en 1585, l’essentiel de la documentation sur de Tournes se trouve dans les cinq cent cinquante livres qu’il a publiés entre 1542 et sa mort, en 156417.

  • 18 AM Lyon, 1GG1, fol. 15v ; 1GG1, fol. 22v-23 ; 1GG1, fol. 30 (cités par A. Cartier, Bibliographie…, (...)
  • 19 Voir A. Cartier, Bibliographie..., p. 141-142.
  • 20 Voir privilège du 13 avril 1558, dans Le Premier Volume de l’Histoire et Cronique de Messire Jeban (...)
  • 21 Voir A. Cartier, Bibliographie..., p. 141-142.

5Les quelques documents conservés par ailleurs témoignent essentiellement de l’ascension sociale d’un artisan et commerçant, passé de la situation de compagnon « imprimeur » (1540) à celle de « mestre imprimeur »18 (1543) puis à celle d’« imprimeur et libraire »19 (1555), enfin, à partir de 1558, à la revendication du titre d’« imprimeur du roi » à Lyon20. On sait aussi qu’en 1551, il a quitté la maison qui venait de sa belle-famille pour une plus riche demeure « à quatre arcz de bouticque », celle de la rue Raisin (à l’emplacement de l’actuelle rue Jean-de-Tournes), maison à l’enseigne des Deux Vipères21. C’est alors apparemment son gendre et associé Guillaume Gazeau qui continue d’habiter dans la première maison.

  • 22 Sous la cote AUDCOR/00000C. Durant ces vingt années de correspondance, l’impossibilité de mettre a (...)

6Ces incertitudes de la documentation ont été en quelque sorte aggravées par les circonstances particulièrement troublées qui furent celles de l’élaboration et de la publication de la bibliographie des de Tournes, qui parut en 1937. Cette bibliographie est généralement attribuée au Genevois Alfred Cartier, mais une bonne partie de l’enquête historique, dans les fonds d’archives et dans les bibliothèques, fut assurée par Julien Baudrier lui-même, le maître d’œuvre de la Bibliographie lyonnaise, qui bénéficiait en outre de documents déjà réunis par son père Henri. La correspondance entre Cartier et Baudrier, conservée au musée de l’Imprimerie à Lyon22, témoigne de cette circulation d’informations et des malentendus qu’elle suscita parfois entre deux savants qui s’admiraient mutuellement mais qui ne travaillaient pas du tout au même rythme et sans doute pas tout à fait selon les mêmes objectifs. D’année en année, pendant vingt ans, Baudrier s’impatienta de voir Cartier reporter sans cesse la publication de ce qui aurait dû être une série complémentaire de la Bibliographie lyonnaise. Baudrier mourut le premier, en 1915, alors que l’ouvrage n’était pas achevé. Lorsque Cartier mourut à son tour en 1921, c’est alors Marius Audin qui tenta de publier le dossier, par l’intermédiaire du neveu d’Alfred Cartier pour la partie demeurée à Genève, et grâce au beau-frère de Baudrier pour l’autre partie.

  • 23 Alan Marshall, « Marius Audin, Stanley Morison et la publication des Livret typographiques et de l (...)

7Alan Marshall a raconté dans un article la suite de l’aventure23 : Audin se lance dès 1923 dans l’entreprise en s’alliant à Stanley Morison, le grand savant anglais. Divers collaborateurs, à Londres et à Lyon, sont sollicités pour des compléments et des vérifications ; on trouve un financier, John Holroyd Reece, qui s’engage à faire paraître l’ouvrage mais qui va faire attendre les deux éditeurs pendant une dizaine d’années, mettant leur patience et même leur amitié à rude épreuve. Une des causes de retard fut l’intervention, en 1933, d’un correcteur zélé qui avait décidé, contre l’avis de Marius Audin, de lisser tout ce qui lui paraissait incohérent dans le dossier. C’est seulement en 1937, après que Reece eut racheté les éditions des Bibliothèques nationales, que le livre put paraître – une cinquantaine d’années, donc, après sa mise en chantier.

  • 24 A. Cartier, Bibliographie…p. 6-110 et p. 113-157. C’est cette présentation qui a permis ensuite, p (...)
  • 25 L’épître liminaire de la Physionomie naturelle (1550), adressée par Antoine Du Moulin à Maurice Sc (...)
  • 26 Insignium aliquot virorum icones, Lyon, J. de Tournes, 1559, fol. A 2.

8Dans sa préface, Marius Audin décrit rapidement ces circonstances mais il en minore très nettement les effets, effets que tous les utilisateurs de cette bibliographie ont pu relever : de très nombreuses références ne sont pas établies (certaines archives sont cotées de la manière suivante : « Copie sans indication de source – A[lfred] C[artier] » ou « Fiche sans référence. –J[ulien] B[audrier] ») ; les notices de Marius Audin et d’Eugène Vial tendent à présenter comme résolues les questions biographiques sur lesquelles avaient buté Cartier et Baudrier alors qu’ils n’apportent pas de pièces décisives au dossier24 ; on repère aussi des contradictions pures et simples entre les différentes strates de l’ouvrage ou des lapsus non corrigés, qui consistent parfois, justement, en des attributions indues à Jean de Tournes. Ce dernier devient ainsi l’auteur d’épîtres liminaires signées par d’autres25 et même du petit recueil de portraits antiques de 1559 intitulé Insignium aliquot virorum icones, alors que c’est son fils qui le signe explicitement dans l’épître dédicatoire par les initiales I. T. F. (Ioannes Tornaesius Filius) en expliquant qu’il a travaillé à partir de gravures inexploitées par son père26.

  • 27 Jean II de Tournes, « A la noblesse françoise », dans Les Six premiers livres des éléments géométr (...)

9Le fait même d’avoir réuni la bibliographie des deux Jean de Tournes, le père et le fils, a sans doute contribué à superposer quelque peu ces deux figures et à estomper les différences entre leur situation sociale et culturelle : Jean II de Tournes, qui reprit l’atelier de son père en 1564, à vingt-cinq ans, devint bien un auteur ou un humaniste, modeste certes, traducteur de l’italien et de l’espagnol, signataire de quelques notes savantes dans une édition de Pétrone ; mais, grâce à l’activité de son père, il avait reçu une formation dont ce dernier n’avait sans doute pu bénéficier dans sa jeunesse. Le fils a raconté par exemple les leçons de mathématiques qu’adolescent, il recevait de Jacques Peletier au début des années 155027 : le bon accueil réservé par le père aux savants, en bon entrepreneur qu’il était, s’est traduit pour le fils par des conditions de formation intellectuelle particulièrement favorables. Témoignent de cette formation les premières interventions du fils dans les livres publiés par l’atelier familial, à partir de 1555, alors qu’il a seize ans, puisque toutes concernent des ouvrages latins, ce qui souligne le contraste avec les débuts strictement vernaculaires de la production paternelle. Sur ces différents points, la Bibliographie, telle qu’elle a été publiée, ne permet pas de différencier suffisamment la situation du père de celle du fils et, de ce point de vue, elle a sans doute contribué au déplacement historiographique dont je parlais.

  • 28 Jacques Augustin Galiffe, Notices généalogiques sur les familles genevoises depuis les premiers te (...)

10L’origine de ce déplacement est toutefois plus ancienne et il me semble qu’on peut la dater assez précisément. C’est au XIXe siècle que Jean de Tournes est devenu un humaniste, un « homme de savoir », et l’instrument de cette métamorphose est un mémoire manuscrit rédigé en 1803 par Samuel de Tournes-Cannac, lointain héritier genevois des deux Jean. Ce mémoire, conservé alors à Genève, fit l’objet de plusieurs communications savantes dans les décennies qui suivirent28 et, en particulier, il fut à l’origine d’un article du Genevois Gustave Revilliod, publié par le Bulletin du bibliophile en 1856 :

  • 29 Gustave Revilliod, « Notes sur la famille des de Tournes et en particulier sur Jean Ier et Jean II (...)

Jean de Tournes naquit à Lyon en 1504 : il reçut de son père une éducation aussi soignée que le permettoit la médiocrité de sa fortune, mais il la perfectionna lui-même par son goût pour les belles-lettres, et par sa grande facilité pour apprendre les langues étrangères. Ce fut par une suite de ces dispositions que, dans l’âge de choisir une profession, il préféra celle d’imprimeur qui, dans ces temps voisins de l’invention de la typographie, étoit d’autant plus considérée, qu’elle ne pouvoit être exercée que par des savants : on étoit loin alors de la regarder, ainsi qu’on le fait de nos jours, comme un art purement mécanique ; le titre d’imprimeur devenoit un brevet de science29.

11Par contraste avec le monde de l’édition industrielle du XIXe siècle, les grands imprimeurs de l’âge d’or ne pouvaient donc être que de grands savants. Or le mémoire de Samuel de Tournes, qui entendait évidemment célébrer le fondateur de la dynastie, ne disait pas tout à fait cela :

  • 30 Samuel de Tournes-Cannac, « Notice sur Jean de Tournes, Ier de nom » et « Notice sur Jean de Tourn (...)

Jean de Tournes n’a pas publié d’ouvrage qui puisse le faire ranger dans la classe des savants, car nous ne citerons pas comme tel l’abrégé des vies de quelques hommes illustres, qu’il composa pour mettre au bas de leurs portraits gravés, et qui parut l’année 1559 in-8° sous le titre d’Insignium aliquot virorum Icones cum eorumdem vita a Iohanne Tornasio collecta, car il est incertain à nos yeux si ce petit ouvrage est de lui ou de son fils, et, dans aucun cas, il ne mériterait qu’on en fisse mention, mais on ne peut douter qu’il ne fut homme de lettres dans toute l’étendue dont cette expression est susceptible ; il possédait toutes les connaissances qui distinguèrent les célèbres imprimeurs de son temps ; il savait le grec, le latin, l’espagnol et l’italien, et les meilleurs auteurs dans toutes ces langues lui étaient familiers. [...] Jean de Tournes, second fils de Jean premier, naquit à Lyon en 1539 ; il fut, suivant l’opinion de tous les écrivains typographiques, moins habile imprimeur mais plus savant que son père30.

  • 31 Guillaume Borluyt, Historiarum memorabilium ex Exodo sequentibusque libris descriptio, Lyon, J. de (...)

12La nuance est importante : Jean de Tournes n’était pas « un savant », mais un « homme de lettres » (il parle également d’un « amateur curieux »), par la « familiarité » qui était la sienne avec les auteurs de toutes langues. En insistant sur l’intérêt et le talent de son ancêtre pour les langues, Samuel de Tournes a assurément en tête le passage du Petrarca déjà cité, mais aussi, sans doute, les grandes séries polyglottes que publia de Tournes dans les années 1550. Plus loin dans son article, Revilliod glose de nouveau ce même passage, en le rapprochant, grâce à une analyse un peu truquée, d’un témoignage de l’humaniste flamand Guillaume Borluyt31, qu’il attribue par erreur à Guillaume Paradin :

  • 32 G. Revilliod, « Notes... », p. 923.

Jean de Tournes possédoit toutes les connaissances qui distinguoient les célèbres imprimeurs de son temps : il savoit le grec, le latin, l’espagnol et l’italien : les meilleurs auteurs dans toutes ces langues lui étoient familiers. Voici l’éloge que fait de lui Paradin : « Je fis par hasard connoissance avec Jean de Tournes ; quel homme, bons dieux, fut plus distingué par l’accueil qu’il faisoit aux gens de lettres, par sa compassion pour les indigents, sa bonté envers les siens, sa droiture et sa douceur envers tout le monde ! »32.

13Le collage est abrupt : faire bon accueil aux gens savants comme aux indigents (ce que dit Borluyt, en jouant sur les mots humanitas et humanior disciplina), ce n’est pourtant pas « posséder soi-même toutes les connaissances » (ce que dit Samuel de Tournes) et encore moins se sentir doté d’un « brevet de science » (ce que dit Revilliod).

  • 33 Voir Aimé Vingtrinier, Histoire de l’imprimerie à Lyon de l’origine jusqu’à nos jours, Lyon, 1894, (...)

14À travers ces menues réécritures dues à l’air du temps et aussi parfois à la négligence, on voit disparaître les nuances propres à la situation des « hommes de lettres » du XVIe siècle : la différence de situation entre un savant devenant imprimeur et un technicien du livre consacrant sa vie au livre, y compris au livre savant, les compétences bien distinctes d’un correcteur d’imprimerie et d’un compositeur d’imprimerie, tout cela est devenu, en 1850, sinon incompréhensible, du moins secondaire. Dans les décennies suivantes, et souvent à partir de l’article de Revilliod, on vit se multiplier, sous la plume d’autres historiens du livre lyonnais – ceux-là mêmes que Baudrier, dans sa correspondance, appelle les « fumistes » –, les passages enflammés qui tendent à confondre dans une même célébration les savants et ceux qui les accueillaient et les publiaient33.

  • 34 Voir n. 30.

15Jusque-là, pourtant, jusqu’au XIXe siècle, les choses avaient été claires : le parallèle, repris par Samuel de Tournes34, entre un père meilleur typographe et moins savant et un fils plus savant mais moins bon typographe, se rencontre dans une annotation de La Monnoye qui visait à rectifier une notice d’Adrien Baillet vantant, sans distinguer le père et le fils, les mérites de « Jean de Tournes » par comparaison avec ses deux héritiers du XVIIe siècle, Antoine et Samuel :

  • 35 Adrien Baillet, Jugemens des savans sur les principaux ouvrages des auteurs, revus, corrigés et au (...)

Jean de Tournes l’Ancien n’ayant jamais passé pour homme de lettres, celui dont il est ici parlé, ne peut être que Jean de Tournes son fils, savant à la vérité, mais qui n’a pas à beaucoup près aussi bien imprimé que son père35.

  • 36 Jean-François Née de La Rochelle, Vie d'Étienne Dolet, imprimeur à Lyon dans le XVIe siècle. Avec (...)

16De la même manière, en 1779, le répertoire des « libraires et imprimeurs auteurs » publié par Jean-François Née de La Rochelle36 fait figurer Jean II de Tournes mais ne songe pas à dire un mot du père. La figure de ce dernier n’est pas alors celle d’un auteur, d’un érudit, d’un humaniste, mais bien d’un homme exerçant son métier avec « diligence », comme l’avaient écrit Peletier et Simeoni, très grand technicien et brillant entrepreneur, par ailleurs homme de bien, particulièrement respectueux du savoir d’autrui, qu’il se chargeait de transformer en livres. C’est donc au XIXe siècle, dans une perspective historiographique de célébration et dans un contexte de modification sociologique de la production des livres, que cette figure s’est déplacée vers le domaine de l’auctorialité savante et de la légitimité humaniste.

17Cependant, il me semble qu’il est aussi nécessaire de voir dans ce déplacement subi par la figure de Jean de Tournes un effet lointain des ambivalences de sa propre situation : certes, Jean de Tournes n’a jamais cherché à passer pour un humaniste ou un savant qui serait devenu imprimeur ; en revanche, il a sans doute souhaité, à un moment donné de son parcours, devenir ce que nous appelons aujourd’hui un imprimeur humaniste, du moins un imprimeur des humanistes, un passeur de textes, comme l’avaient été autour de lui, chacun à sa manière, Dolet et Gryphe.

  • 37 Voir Peter Sharratt, Bernard Salomon, illustrateur lyonnais, Genève, 2005.

18Il est capital de prendre ici en considération la chronologie. Les vingt-deux ou vingt-trois années pendant lesquelles Jean de Tournes dirigea l’atelier peuvent être racontées comme une série de conquêtes de nouveaux publics. On a souvent décrit la manière dont il s’imposa progressivement sur le marché des livres illustrés, en particulier grâce à l’extraordinaire talent de son collaborateur Bernard Salomon37. Il était naturel que, parmi ces nouveaux publics, figure à un moment donné celui des ouvrages antiquisants et du savoir humaniste. À ce sujet, je me contenterai ici de poser deux jalons, à travers deux livres qui m’ont paru pouvoir témoigner de ce parcours, de son amplitude et aussi de ses limites, deux livres qui ont également l’intérêt de contenir une intervention de Jean de Tournes lui-même, donc un commentaire de sa propre situation.

19Le premier de ces ouvrages est Le livre de Marc Aurele d’Antonio de Guevara, publié en in-16 en 1544. Il s’agit de la révision d’une traduction de Bertaut de La Grise parue pour la première fois à Paris chez Galliot du Pré, en 1531, trois ans après la publication de l’original castillan à Séville. De Tournes publie alors sous son nom depuis deux ans et ses vingt-cinq premières publications ont présenté deux caractères affirmés : le choix exclusif du français et la dimension chrétienne, que l’on peut dire, selon les cas, érasmienne, évangélique ou déjà réformée. Au dos de la page de titre du Livre de Marc Aurele figure l’avis suivant, intitulé « J. de T. au lecteur », qui est l’une des premières interventions signées par Jean de Tournes :

  • 38 « J. de T. au lecteur », dans [Antonio de Guevara], Le Livre de Marc Aurele Empereur, et eloquent (...)

Reveu avons bien et fidelement
Ce present Œuvre, aussi verifié
Au Castillan, au Latin proprement,
Donc tu en peux estre certifié
Amy Lecteur. Le sens vivifié
Est, pour certain, et plus intelligible
Qu’au paravant, et non tant corruptible,
Parquoy content en le lisant seras.
Ly donc, Amy, cest Œuvre tant duysible,
Plus y liras et moins las en seras38.

  • 39 A. Cartier, Bibliographie..., p. 186.
  • 40 Ibid., p. 36 (Sen. 1).
  • 41 [Antonio de Guevara], loi Livre doré de Marc Aurele Empereur, et éloquent orateur. Traduit de vulg (...)
  • 42 Pour l’année 1544, Du Moulin signe ses interventions dans trois des onze publications tournésienne (...)

20Dans l’emploi du « nous », Alfred Cartier voulait voir la signature par l’individu Jean de Tournes de la révision de la traduction39 ; il semble beaucoup plus sûr d’y voir l’expression d’une identité collective, l’expansion, au verso de la page de titre, de l’identité d’atelier qui apparaît au recto dans l’adresse « Par Jean de Tournes » et dans la marque dite « au senestrochère »40, qu’il utilise depuis 1542. En 1550 paraîtra une nouvelle révision du même texte, explicitement signée cette fois par le Mâçonnais Antoine Du Moulin41, qui, en cette même année 1544, commence justement à réaliser et parfois à signer des travaux de ce genre pour Jean de Tournes42.

  • 43 Voir Augustin Redondo, Antonio de Guevara (1480 ?-1545) et l’Espagne de son temps. De la carrière (...)

21Il faut, par ailleurs, s’interroger sur ce qui est dit ici du travail accompli. On reconnaît sans mal, dans ce dizain, le lexique qui nourrit si souvent au XVIe siècle les titres eux-mêmes : le nouveau livre vaut mieux, en termes de plaisir et de profit, que ceux qui l’ont précédé, parce qu’il offre un accès plus sûr au sens original. Il s’agit d’un usage publicitaire de la relation aux sources textuelles qui caractérise la philologie humaniste, usage publicitaire qui peut témoigner d’une pratique authentique, mais qui ne suffît pas à garantir cette dernière. Dans ce cas précis, si l’on comprend bien en quoi a pu consister la vérification sur l’original espagnol, la chose est moins claire quant au latin : le Livre de Marc Aurele est en réalité une sorte de biographie imaginaire de l’empereur philosophe, que Guevara présente – mais fictivement – comme fondée sur des sources antiques qu’il aurait découvertes dans une bibliothèque florentine43. Les sources latines réelles, comme l’Histoire auguste, ne fournissant guère qu’un vague canevas, il est à craindre que cette vérification « au latin » soit restée du domaine de l’idéal, et donc de la publicité.

22Ce petit abus de langage nous place devant ce qui fut sans doute, pour Jean de Tournes imprimeur et libraire, le premier mode de relation aux sources antiques : une valorisation, d’ascendance humaniste, mais qui épouse toutes les formes possibles de l’adaptation, non seulement celle de la traduction, mais aussi les autres formes de vulgarisation, à un public plus vaste et moins spécialisé. L’identité éditoriale de Jean de Tournes repose, dans les premières années, sur cette primauté de l’adaptation sur la source. Certains de ses choix, même après 1550 – non seulement le désir d’asseoir la légitimité du vulgaire, mais aussi le goût pour les abrégés, y compris ceux qui nous paraissent les plus improbables – témoignent d’une fidélité à ces premiers principes, principes qui lui permettaient, notons-le, de se situer non pas en concurrence avec son ancien maître et, semble-t-il, toujours ami Sébastien Gryphe, mais dans une relation de complémentarité.

  • 44 D. Magni Ausonii Burdigalensis Poëtae, Augustorum praeceptoris, virisque Consularis opera, Tertiae (...)
  • 45 D. Magni Ausonii [...] opera..., fol. A 2 : Cum antea mihi nihil in vita prius, aut potius unquam (...)
  • 46 Sur la publication et la réception de ce livre, voir Henri de La Ville de Mirmont, Le manuscrit de (...)
  • 47 Voir Léopold Oranger, « Étienne Charpin (1567) prêtre de Lyon. A propos d’un livre de la bibliothè (...)
  • 48 D. Magni Ausonii [...] opera..., fol. A 2: oblato mihi Ausonii fere integro poëmate. Sur l’histoir (...)
  • 49 D. Magni Ausonii [...] opera..., fol. A 2v : curaui etiam ut doctorum hominum censuram subiret.
  • 50 Voir Michel Magnien, « Robert Constantin (ca. 1530-1605) éditeur de jules-César Scaliger », dans E (...)

23Le deuxième livre qui nous servira de jalon paraît quatorze ans plus tard, en 1558. Il s’agit d’une édition in-8° des œuvres d’Ausone. À cette date, il est courant que de Tournes publie des ouvrages en latin, sans que ceux-ci ne deviennent jamais majoritaires dans sa production. D’une part, à partir de 1547, le latin est apparu dans le prolongement de telle ou telle politique éditoriale : par exemple, dans la série des publications bibliques, dans les collections d’ouvrages illustrés ou dans la fidélité à des auteurs comme Antoine Du Moulin ou Jacques Peletier, auteurs bilingues dont de Tournes a publié d’abord divers ouvrages vernaculaires puis, ponctuellement, tel ou tel livre en latin. D’autre part, la croissance de la production de l’atelier a entraîné à l’évidence une diversification de l’activité : les années 1557-1558, par exemple, voient paraître une série d’ouvrages en latin liés aux études grecques, dont plusieurs traductions dues à Arnoul Le Ferron. Mais l’Ausone de 1558 est doté d’un poids singulier, dont témoigne l’important paratexte, qui s’ouvre sur un avis : Typographus lectori44. L’histoire du livre y est racontée du point de vue du libraire-imprimeur, de celui « qui n’a eu dans sa vie que le souci d’imprimer fidèlement dès que possible ce dont [il] comprenait que ce serait agréable au lecteur, et ce quoi qu’il dût [lui] en coûter de dépenses ou de labeurs »45. Les noms des autres intervenants n’apparaissent ni sur la page de titre ni dans cet avis, mais les différents éléments du paratexte permettent de reconstituer le scénario de cette publication, scénario confirmé par d’autres sources, en particulier par le témoignage d’Élie Vinet, humaniste bordelais et grand spécialiste français d’Ausone46. Résumons : un ecclésiastique lyonnais, Etienne Charpin47, qui est en relation avec Vinet, propose aux autorités religieuses locales de financer, à la gloire de l’Eglise, la publication d’un manuscrit ancien contenant les œuvres d’Ausone, manuscrit conservé à l’abbaye de l’île-Barbe (« m’a été apporté le poème d’Ausone dans sa quasi-totalité »48). Le travail d’édition est assuré par Charpin lui-même, avant d’être « soumis à la censure d’hommes savants »49, à savoir, en particulier, Robert Constantin, humaniste alors de passage à Lyon50.

  • 51 A. Cartier, Bibliographie..., p. 358 : Constantini est epistola, qui omnia corrumpit [...]. Tarum (...)

24Voilà donc Jean de Tournes devenu non pas humaniste imprimeur, puisqu’il ne prétend pas être intervenu directement dans le travail sur Ausone, mais bel et bien imprimeur humaniste. Sébastien Gryphe est mort deux ans plus tôt, le voici ressuscité. Or l’accueil réservé au livre montre que n’est pas Sébastien Gryphe qui veut et qu’il ne suffit pas d’écrire son nom en latin sur une page de titre pour se voir reconnaître une quelconque légitimité en ces matières. En effet, d’une part l’apport constitué par cette édition sera très vite contesté par les spécialistes d’Ausone, et en particulier par Élie Vinet, qui remerciera poliment pour l’envoi du livre mais se fera envoyer directement le manuscrit afin de refaire le travail. D’autre part, ces conflits de légitimité, habituels dans les échanges humanistes, ne peuvent qu’atteindre durement la figure de l’imprimeur-libraire elle-même. Dans un exemplaire du livre conservé à Zurich et décrit par Alfred Cartier, on lit en marge de l’avis Typographues lectori une annotation de Joseph-Juste Scaliger, concurrent direct d’Elie Vinet en matière d’édition d’Ausone, qui indique que cet avis ne peut avoir été rédigé que par Robert Constantin qui, de toute façon, est un philologue incapable51. Quoi que prétende Scaliger, cet avis était fait pour être lu comme étant de Jean de Tournes et nul ne peut dire, sauf à laisser parler tel ou tel préjugé, qui a réellement tenu la plume pour le rédiger. Soit, par préjugé, on considère, comme Joseph-Juste Scaliger, qu’un ancien compagnon d’imprimerie sans formation humaniste n’est pas capable de rédiger une page de ce genre ; dans ce cas, il faut admettre que le nom Ioannes Tornaesius figurant sur la page de titre était parvenu à intégrer une compétence d’humaniste, non pas sous la forme d’une aptitude personnelle, mais sous celle d’une solidarité pratique liée à la vie de l’atelier – autrement dit, Charpin ou Constantin auraient prêté leur plume. Soit, toujours par préjugé, on considère qu’après trente ans de fréquentations savantes, un homme comme Jean de Tournes pouvait s’être doté des compétences nécessaires pour tenir lui-même la plume pour cette page de latin ornée de citations grecques ; mais dans ce cas, il faut admettre qu’une telle promotion l’exposait à de rudes mises en cause, comme celle de Scaliger. Dans les deux hypothèses, on voit que les solidarités à l’œuvre dans l’élaboration et dans la publication des livres ne pouvaient prétendre résoudre en entier les conflits profonds concernant la légitimité culturelle de certains acteurs de cette publication.

  • 52 Sur ces enjeux, voir Michel Jourde, « Intertextualité et publicité : publier selon Jean de Tournes (...)

25Ces quelques jalons ne suffisent pas à décrire dans leur ensemble les relations de Jean de Tournes avec l’imprimerie humaniste : il faudrait prendre en compte bien d’autres éléments, pour faire la part de l’humanisme à la fois dans la politique éditoriale affichée par de Tournes et dans la réalité de ses publications52. Mais ils permettent de mettre en avant les notions de conflit et de solidarité. Celles-ci s’opposent à une idée que l’on rencontre parfois dans les études littéraires seiziémistes : celle d’un milieu qui serait celui de l’élaboration des livres, milieu homogène, voire indistinct, qui partagerait les mêmes compétences, les mêmes savoirs et savoir-faire. Cette idée se heurte à deux données fondamentales : d’une part, comme on l’a vu, l’extraordinaire dynamique des parcours individuels ou collectifs – ici, à la fois le parcours de l’homme Jean de Tournes et celui de son atelier – ; d’autre part, la diversité des compétences et des intentions en jeu dans l’élaboration des livres. Si cette diversité est riche de solidarités, elle est tout autant porteuse de conflits.

  • 53 Voir n. 31.

26Le lexique des hommages rendus de son vivant à Jean de Tournes, pour banal qu’il soit, doit cependant être pris au sérieux : il nous offre une image de cette diversité, image évidemment idéalisée, à travers la thématique de 1’« accueil » – c’est par ce mot que Gustave Revilliod traduit l’humanitas dont parle Borluyt53 –, c’est-à-dire de la reconnaissance à autrui de compétences que l’on n’a pas soi-même. C’est sans doute le fils et successeur qui, dans un hommage posthume, a trouvé la meilleure formule pour définir 1’« affectionné desir » qui animait son père :

  • 54 Jean [II] de Tournes, « L’imprimeur au lecteur », dans Suetone Tranquile De la vie des XII. Cesars (...)

L’affectionné desir que feu mon pere porta tousjours au bien publiq, et singulièrement à la Republique literaire, feit qu’ordinairement il eut en sa maison personnages doctes et excellens en toutes disciplines, qui pussent, par leur jugement, et ayde des vieux parchemins, corriger les fautes qui se trouvoyent aux livres imprimés : traduire du grec et du Latin ceux que nos François hallenoyent d’avoir en leur langue : et, pour le dire en un mot, le secourir de leur savoir en tout ce qu’il pouvoit conjecturer devoir apporter plaisir et proffit à ceux qui cherissent les Muses54.

27Ce qu’il attribue à son père ne relève donc ni d’un savoir disciplinaire, ni du jugement philologique, mais de l’accueil des savants (« il eut en sa maison ») et de la conjecture, celle qui consiste à imaginer comment peuvent s’agencer en un livre – et en un catalogue – des compétences et des intentions diverses. La « diligence dans le métier » trouve ici sa version la plus intellectualisée : la compétence de typographe et d’entrepreneur s’allie à l’accueil des savants pour se prolonger en une idée du « bien publiq », en une pensée de la publication. On peut alors considérer que les quelques pages que Jean de Tournes a voulu signer de son nom ou du nom de son métier (« imprimeur », typographus, « stampatore », « printer ») dans les livres qu’il a publiés ne visaient pas à faire de lui un auteur mais à offrir quelques traces écrites de cet art de la « conjecture ».

Notes

1 Natalie Zemon Davis, Le retour de Martin Guerre, Paris, 1982 ; rééd. Paris, 2008, p. 179.

2 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, 1re éd. 1958 ; rééd. Paris, 1999, p. 211.

3 Natalie Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », dans Histoire de l’édition française, t. I, éd. Roger Chartier, Henri-Jean Martin et Jean-Pierre Vivet, Paris, 1983, p. 255-277.

4 Natalie Zemon Davis, The Return of Martin Guerre, Harvard, 1983, p. 104.

5 Henri-Jean Martin, « Jean de Tournes », dans id., Mise en page et mise en texte du livre français. 1 La naissance du livre moderne (XIVe-XVIIe siècle), Paris, 2000, p. 294 (voir également p. 227-231).

6 Jacques Peletier du Mans, « A Tournas Corbin Bourdelœs Salut », dans id., Dialogue de l’Ortografe e Prononciation Françoise, departi an deus Livres, Lyon, J. de Tournes, 1555, fol. i 8v.

7 Gabriel Simeoni, Illustratione de gli epitaffi et medaglie antiche, Lyon, J. de Tournes, 1558, p. 154. Simeoni remercie son imprimeur de lui avoir communiqué une médaille antique « trovata in un suo giardino, lungo il Rodano ». Dans la version française du texte, le donateur n’est pas nommé : « Et comme il avient que l’une chose suit l’autre, ayant desjà assez grand bruit d’aymer, et amasser toutes choses rares et antiques, Ion m’apporta une assez grande medaille de Traianus » (Les Illustres Observations antiques du seigneur Gabriel Symeon florentin, Lyon, J. de Tournes, 1558, p. 127).

8 Mireille Huchon, Louise Labé, une créature de papier, Genève, 2006, p. 37 ; Jean-François Gilmont, « Le “protestantisme” des libraires et typographes lyonnais (1520-1560) », dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. 101, 2006, p. 988-1013, spécialement p. 1002.

9 Jean-Dominique Mellot et Elisabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs-libraires (vers 1500-vers 1810), nouv. éd., Paris, 2004, p. 527-528.

10 « A non men virtuoso, che dotto M. Mauricio Scaeva, Giovan di Tournes suo affettionatissimo, S. », dans Il Petrarca, Lyon, J. de Tournes, 1545, fol. a 2. (« Voilà déjà plus de douze ans, Monsieur, que j’ai commencé à pratiquer mon métier dans l’atelier de Sébastien Gryphe ; dès le commencement, j’ai été de ceux qui ont composé sur la presse les divines œuvres de M. Luigi Alamanni, gentilhomme aussi honoré en France que célébré en Italie : c’est ce qui m’a fait non seulement apprécier, mais encore aimer la langue toscane et y prendre goût, au point de vouloir continuer à pratiquer cette langue vulgaire, dans la mesure où mes capacités me le permettraient » ; trad. Agnès Rees).

11 Natalie Zemon Davis, Protestantism and the Printing Workers of Lyons. A Study in the Problem of Religion and Social Class During the Reformation, PhD, University of Michigan, 1959, p. 155.

12 Un groupe de chercheurs achève actuellement, sous ma direction, l’édition de ces écrits : Guillaume Berthon, Michèle Clément, Elsa Kammerer, Eléonore Langelier, Élise Rajchenbach-Teller, Agnès Rees et Guillaume de Sauza. Le présent article doit beaucoup au travail de chacun d’eux.

13 Henri-Jean Martin, « L’apparition du livre à Lyon », dans Le siècle d’or de l’imprimerie lyonnaise, Paris, 1972, p. 31-111, spécialement p. 91.

14 Voir la communication de Gérard Morisse et la mienne dans les actes du colloque Etienne Dolet, Lyon, 26-27 novembre 2009, éd. Michèle Clément, Genève, 2012.

15 Natalie Zemon Davis, « Women in the crafts in sixteenth-century Lyon », dans Feminist Studies, t. 8, 1982, p. 46-80.

16 AD Rhône, 3E 3765, fol. 105v-106.

17 Voir Alfred Cartier, Bibliographie des éditions des de Tournes imprimeurs lyonnais, 2 t., Paris, 1937 ; Sybille von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au XVIe siècle, t. IX, Baden-Baden/Bouxwiller, 2004. Une mise à jour de la bibliographie tournésienne est prévue dans le cadre du projet électronique BEL 16 (Bibliographie des éditions lyonnaises du XVI siècle).

18 AM Lyon, 1GG1, fol. 15v ; 1GG1, fol. 22v-23 ; 1GG1, fol. 30 (cités par A. Cartier, Bibliographie…, p. 140).

19 Voir A. Cartier, Bibliographie..., p. 141-142.

20 Voir privilège du 13 avril 1558, dans Le Premier Volume de l’Histoire et Cronique de Messire Jeban Froissart, Lyon, J. de Tournes, 1559, fol. 1. Sur le sens de cette expression dans le contexte lyonnais, voir Marius Audin, L’imprimeur du roi, Lyon, 1925.

21 Voir A. Cartier, Bibliographie..., p. 141-142.

22 Sous la cote AUDCOR/00000C. Durant ces vingt années de correspondance, l’impossibilité de mettre au clair la généalogie des de Tournes est un leitmotiv. Cartier à Baudrier, 18 mai 1894 : « Le chiendent, c’est d’établir le pont » entre Jean et les de Tournes des archives du XVe siècle. Baudrier à Cartier, 19 janvier 1915 : « La généalogie de cette famille n’est pas facile à établir, dans le début, avec les documents connus à ce jour ».

23 Alan Marshall, « Marius Audin, Stanley Morison et la publication des Livret typographiques et de la Bibliographie des de Tournes », dans Bulletin du bibliophile, 1994, p. 369-385.

24 A. Cartier, Bibliographie…p. 6-110 et p. 113-157. C’est cette présentation qui a permis ensuite, par exemple, à Henri-Jean Martin d’avancer des analyses sur les origines sociales de Jean I de Tournes, très éloignées des idées de Baudrier et de Cartier. Martin parle d’une « bonne famille bourgeoise » (« L’apparition du livre à Lyon »..., p. 89) en se fondant sur la situation de « notaire » (ce qui peut désigner un simple clerc) qui est celle d’un de Tournes en 1471, qu’il considère, sans preuve, comme le grand-père de l’imprimeur.

25 L’épître liminaire de la Physionomie naturelle (1550), adressée par Antoine Du Moulin à Maurice Scève, devient ainsi une « épître de Jean de Tournes à Maurice Scève » (A. Cartier, bibliographie..., p. 141).

26 Insignium aliquot virorum icones, Lyon, J. de Tournes, 1559, fol. A 2.

27 Jean II de Tournes, « A la noblesse françoise », dans Les Six premiers livres des éléments géométriques d’Euclide, avec les demonstrations de Jaques Peletier du Mans, Genève, J. II de Tournes, 1611, fol. 2 : « Ce je ne commence pas maintenant à cognoistre, l’ayant appris et remarqué dés l’aage de quatorze ans, lorsque ledit Peletier me lisoit, en la maison de mon pere, les Demonstrations de Theon et de Champagne sur ces six premiers livres ».

28 Jacques Augustin Galiffe, Notices généalogiques sur les familles genevoises depuis les premiers temps jusqu'à nos jours, t. III, Genève, 1836, p. 186-189.

29 Gustave Revilliod, « Notes sur la famille des de Tournes et en particulier sur Jean Ier et Jean II, les deux typographes, d’après un manuscrit conservé dans la famille de Genève », dans Bulletin du bibliophile, 12e série, sept. 1856, p. 917-930, spécialement p. 917-918.

30 Samuel de Tournes-Cannac, « Notice sur Jean de Tournes, Ier de nom » et « Notice sur Jean de Tournes 2nd de nom » (1803), édité dans « Les Jean de Tournes imprimeurs lyonnais », éd. Marius Audin, dans Revue du Lyonnais, t. 13,1924, p. 5-43, spécialement p. 25 et 27. L’auteur de ce mémoire déclare se fonder sur des archives familiales aujourd’hui disparues, et en particulier sur un journal tenu par Jean II Comme l’avaient remarqué Cartier et Baudrier, lorsque les informations qu’il contient peuvent être recoupées avec des sources d’archives, on constate qu’elles sont le plus souvent fiables. Mais sur certains points de la biographie de Jean I (notamment sa formation dans l’atelier des Trechsel), ce mémoire demeure l’unique source.

31 Guillaume Borluyt, Historiarum memorabilium ex Exodo sequentibusque libris descriptio, Lyon, J. de Tournes, 1558, fol. A 2v : Incidi itaque in Ioannem Tornaesium, istum (Dii boni) quanta humanitate in humanioris disciplinae professores ! in egenos pathia ! familiaritate in suos ! integritate et clementia in omnes !

32 G. Revilliod, « Notes... », p. 923.

33 Voir Aimé Vingtrinier, Histoire de l’imprimerie à Lyon de l’origine jusqu’à nos jours, Lyon, 1894, p. 209-229 : « Mais aussi quels hommes que ces érudits, ces artistes, ces penseurs qui écrivaient avec tant d’élégance et de pureté en français, en italien, en latin, étudiaient si profondément toutes les questions qui agitaient le monde » (p. 210). Baudrier parle ainsi de Vingtrinier dans une lettre à Cartier du 17 décembre 1903 : « un brave homme, mais aussi un autre fumiste en bibliographie ». Voir également Marius Audin, « L’imprimerie à Lyon », dans Revue du Lyonnais, 1923, p. 1-122 : « Savant comme Gryphius, encore plus habile que lui, Jean de Tournes fut à Lyon l’émule véritable des Alde, de Robert Estienne et de Vascosan » (p. 40). Dans les lignes qui suivent, toutefois, Audin prend soin de redéfinir ce savoir par son essence typographique : « devant ces pages splendides [...], on comprend que c’est ainsi qu’il faut imprimer, ainsi et pas autrement. Sans doute, c’est ainsi, mais, comme on dit, il fallait le savoir, et il n’y avait que Jean de Tournes, chez nous, pour “le savoir” avec autant de grâce et de maîtrise à la fois ».

34 Voir n. 30.

35 Adrien Baillet, Jugemens des savans sur les principaux ouvrages des auteurs, revus, corrigés et augmentés par M de La Monnoye, Paris, 1722, p. 376. Voir également Michael Maittaire, Annales typographici ab anno M.D.XXXVI. ad annum M.D.LVII. continuati, t. III, La Haye, 1725, p. 493-494 : Hic Johannes secundus patrem superavit quidam doctrina, sed typographica arte minime acquavit.

36 Jean-François Née de La Rochelle, Vie d'Étienne Dolet, imprimeur à Lyon dans le XVIe siècle. Avec une notice des libraires et imprimeurs auteurs que l'on a pu découvrir jusqu'à ce jour, Paris, 1779, p. 197.

37 Voir Peter Sharratt, Bernard Salomon, illustrateur lyonnais, Genève, 2005.

38 « J. de T. au lecteur », dans [Antonio de Guevara], Le Livre de Marc Aurele Empereur, et eloquent orateur, Traduict de vulgaire Castillan en François, parR. B. de la Crise, Secrétaire de Monseigneur le Reverend. Cardinal de Grant mont. Fidelement reveu et verifié sus les exemplaires latins, et Castillan, dont ha esté extraict ledict livre, Lyon, J. de Tournes, 1544, fol. 1v.

39 A. Cartier, Bibliographie..., p. 186.

40 Ibid., p. 36 (Sen. 1).

41 [Antonio de Guevara], loi Livre doré de Marc Aurele Empereur, et éloquent orateur. Traduit de vulgaire Castillan en François, par R. B. de La Grise [...]. Fidelement reveu et verifié sus les exemplaires Latins, et Castillans par Antoine du Moulin Masconnois, Lyon, J. de Tournes, 1550.

42 Pour l’année 1544, Du Moulin signe ses interventions dans trois des onze publications tournésiennes : le Recueil des œuvres de feu Bonaventure Des Periers, le Recueil de diverses histoires de Johann Boemus et le Manuel d’Epictete.

43 Voir Augustin Redondo, Antonio de Guevara (1480 ?-1545) et l’Espagne de son temps. De la carrière officielle aux œuvres politico-morales, Lille, 1978 (thèse, université Paris III, 1974), spécialement p. 465-522.

44 D. Magni Ausonii Burdigalensis Poëtae, Augustorum praeceptoris, virisque Consularis opera, Tertiae ferè patiis complemento auctiora, et diligentiore quam hactenus, censura recognita. Cum Indice rerum memorabilium, Lyon, J. de Tournes, 1558, fol. A 2-A 3.

45 D. Magni Ausonii [...] opera..., fol. A 2 : Cum antea mihi nihil in vita prius, aut potius unquam fuerit optime lector, quam ut quae tibi grata fore intelligebam, ea quam primum fideliter excuderem quibusuis etiam impensis aut laboribus.

46 Sur la publication et la réception de ce livre, voir Henri de La Ville de Mirmont, Le manuscrit de l’Ile-Barbe (Codex Leidensis Vossianus latinus 111) et les travaux de la critique sur le texte d'Ausone. L’œuvre de Vinet et l’œuvre de Scaliger, 3 t., Bordeaux/Paris, 1917-1919; Anthony Grafton, Joseph Scaliger A Study in the History of Classical Scholarship, t. I: Textual Criticism and Exegesis, Oxford, 1983, p. 123-133.

47 Voir Léopold Oranger, « Étienne Charpin (1567) prêtre de Lyon. A propos d’un livre de la bibliothèque de Montbrison », dans Bulletin de la Diana, t. 32, 1953, p. 43-50 ; Claude Longeon, Les écrivains foréziens du XIIe siècle. Répertoire biobibliographique, Saint-Etienne, 1970, p. 125-129.

48 D. Magni Ausonii [...] opera..., fol. A 2: oblato mihi Ausonii fere integro poëmate. Sur l’histoire de ce manuscrit, voir Anne-Marie Turcan-Verkerk, « L’Ausone de Iacopo Sannazaro : un ancien témoin passé inaperçu », dans Italia medioevale e umanista, t. 43, 2002, p. 231-312.

49 D. Magni Ausonii [...] opera..., fol. A 2v : curaui etiam ut doctorum hominum censuram subiret.

50 Voir Michel Magnien, « Robert Constantin (ca. 1530-1605) éditeur de jules-César Scaliger », dans Esculape et Dionysos. Mélanges en l’honneur de jean Céard, Genève, 2008 (Travaux d’humanisme et Renaissance, 439), p. 1045-1063.

51 A. Cartier, Bibliographie..., p. 358 : Constantini est epistola, qui omnia corrumpit [...]. Tarum uersatus est in lectione veterum codicum. Sur les relations entre Constantin et Scaliger, devenues exécrables en raison de disputes concernant l’héritage éditorial de Jules César Scaliger, voir M. Magnien, « Robert Constantin... », p. 1046, 1050 et 1061. Anthony Grafton a cependant confirmé le jugement de Vinet et de Scaliger en parlant, à propos de l’Ausone de Charpin, Constantin et de Tournes, d’un texte « poorly edited » (Joseph Scaliger..., p. 128).

52 Sur ces enjeux, voir Michel Jourde, « Intertextualité et publicité : publier selon Jean de Tournes (1542-1564) », dans French Studies, t. 45, 2011, p. 315-326.

53 Voir n. 31.

54 Jean [II] de Tournes, « L’imprimeur au lecteur », dans Suetone Tranquile De la vie des XII. Cesars. Traduit par George de ta Boutiere Autunois, Lyon, J. II de Tournes, 1569, fol. A 4v.

Auteur

École normale supérieure de Lyon UMR 5037

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540