Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

De « ceux qui de leur pouvoir aydent et favorisent au publiq »1 Guillaume Rouillé, libraire à Lyon

Élise Rajchenbach-Teller

Résumé

La carrière du libraire Guillaume Rouillé à Lyon (de 1543 à 1589) est particulièrement longue et prolifique. Elle s’appuie sur l’élaboration d’une triple image : celle d’un libraire passeur de textes, intermédiaire privilégié entre la France et l’Italie où il a fait son apprentissage ; celle de l’auteur du Promptuaire des medalles, dans son édition originale de 1553 mais surtout dans son remaniement de 1577, successeur et prolongateur de l’action des médecins et juristes humanistes des années 1540-1550 ; celle, enfin, en 1561, de traducteur à même de transmettre la sagesse antique, qui a lu dans le texte de Cicéron (!) son devoir de libraire. Rouillé apparaît ainsi comme un libraire qui sait allier la diffusion des textes humanistes à un sens commercial remarquable et qui ne manque pas de se présenter comme le meilleur pourvoyeur d’ouvrages de la place lyonnaise. Conscient du rôle de la réclame et de l’image, qu’il appelle et met en scène, Guillaume Rouillé sait se façonner un portrait protéiforme qui l’inscrit dans deux sphères aux intérêts souvent contradictoires – celle du libraire et celle des auteurs et traducteurs –, qu’il s’emploie à concilier.

Note de l’auteur

Les mentions de l’ouvrage d’Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherche sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, Lyon, 1895-1921 (réimpr. Genève, 1999), t. IX, seront abrégées dans cet article sous la forme « Baudrier ». Celles du livre de Sybille von Gültlingen, bibliographie des livres imprimés à Lyon au XVIe siècle, Baden-Baden, 1992– (douze tomes parus en 2009), le seront sous la forme « Gültingen ».

Texte intégral

  • 1 « Au lecteur », dans Les œuvres de M. T. Cicero : Les offices, le livre d'amitié, le livre de viei (...)
  • 2 Dominique de Colonia, Histoire littéraire de la ville de Lyon avec une bibliothèque des auteurs ly (...)

Guillaume Roville, dont Baillet a défiguré le nom, en le nommant Guillaume le Roüille, s’est rendu recommandable par ses belles éditions Latines, Italiennes et Françoises. Les portraits des hommes illustres, les figures des animaux et des plantes dont il orna quantité de ses éditions, sans épargner ni dépense, ni soin, les font aujourd’hui fort rechercher. Il a contribué peut-être plus que tout autre à mettre le public et les Libraires dans le goût de ce grand nombre de figures, dont nôtre siecle, excessif en tout, commence d’abuser aujourd’hui, et qui en rendant les Livres plus agreables, les rendent si chers, sans les rendre néanmoins plus utiles.
Au reste Guillaume Roville ne fut pas seulement un fameux Libraire ; il fut encore un sçavant homme et un excellent Citoyen. Son merite personnel le fit placer trois fois, en dix ans, parmi les Conseillers-Echevins de sa Patrie ; et il y eut pour Collegues deux hommes célébres parmi les gens de Lettres, Antoine Grolier, dont nous parlerons, et Nicolas de Lange dont nous avons déjà parlé2.

  • 3 « Rouillé » ou « Roville » ? Le débat n’est toujours pas clos. Pour notre part, nous adoptons de m (...)
  • 4 Baudrier, p. 124.
  • 5 Guillaume Rouillé épouse vers 1544 la fille de Vincent I de Portonariis. Voir Baudrier, p. 19-20.

1Lorsque, vers 1543, Guillaume Rouillé3 arrive à Lyon, il inaugure une carrière qui fera de lui l’un des plus productifs et soigneux acteurs du livre lyonnais, jusqu’à sa mort en 15894. Ses quarante-cinq années d’activité dans l’ancienne capitale des Gaules voient sortir de ses presses plus de huit cent trente éditions, plus qu’un Robert Estienne, un Sébastien Gryphe ou un Jean I de Tournes. Il arrive de Venise, de l’officine de Giolito de Ferrari, qui l’introduit certainement dans la maison des Portonariis à Lyon5.

  • 6 Ilaria Andreoli, « La storia in soldoni : il Promptuaire des medailles di Guillaume Rouillé », dan (...)
  • 7 Jean Dubu, « Le Promptuaire des medalles de Guillaume Rouillé », dans Il Rinascimento a Lione. Att (...)
  • 8 Catalogue of Books and Manuscripts, t.1: French XVth Century Books, éd. Ruth Mortimer, Philip Hofe (...)
  • 9 Natalie Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé, businessman and humanist », dans Editing Sixte (...)
  • 10 N. Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé... », p. 77, souligne que ces textes contemporains n (...)
  • 11 Voir le tableau présenté ibid., p. 81.
  • 12 Notons toutefois la présence de textes de Brucioli dans le catalogue. N. Zemon Davis, « Publisher (...)

2Cette première formation vénitienne le marque fortement : passeur de textes et de langue, d’un côté des Alpes à l’autre, Guillaume Rouillé se définit comme chaînon de deux cultures et de deux langues, et comme intermédiaire privilégié d’un transfert de livres et d’auteurs. Outre la longue notice que lui réserve le président Baudrier dans sa Bibliographie lyonnaise, les seules études spécifiquement consacrées, à notre connaissance, à Guillaume Rouillé sont trois articles d’Ilaria Andreoli6, de Jean Dubu7 et de Ruth Mortimer8, et surtout un article de Natalie Zemon Davis, précis et bien informé, datant de 19669. Natalie Zemon Davis y brosse le portrait d’un libraire averti, qui produit très peu de littérature, histoire et philosophie antiques (4,9 %), quelques historiens récents (6,7 %), un peu de philosophie contemporaine et autres traités d’éducation (4,1 %), une part non négligeable de littérature contemporaine (13,2 %)10, et surtout des ouvrages de droit (22 %), de médecine (17,8 %), de chirurgie, de pharmacie et de botanique (8 %)11. Enfin, il consacre une part conséquente de sa production à des ouvrages religieux assez orthodoxes (23,2 %)12. De cette étude ressort l’image d’un homme versé dans l’approche humaniste du droit et de la médecine : il privilégie Galien à Aristote en médecine et accorde la part belle, dans le domaine juridique, aux commentateurs français contemporains tels que Tiraqueau, Coras, Duaren ou Cujas.

3Il ne s’agit pas ici de refaire l’étude de Natalie Zemon Davis, qui propose une synthèse précieuse de la production et de la carrière de Guillaume Rouillé, mais de nous attacher plutôt à la posture et aux choix qu’adopte Guillaume Rouillé en tant que libraire, en étudiant en particulier quelques-unes des nombreuses préfaces qu’il distille dans ses productions médicales et juridiques ainsi que quelques autres textes de sa plume. C’est donc une approche d’abord littéraire que nous proposons ici, en nous consacrant au discours que déploie Rouillé sur lui-même et aux représentations qu’il génère. Libraire, mais parfois aussi éditeur et même auteur et traducteur, Guillaume Rouillé fait preuve d’une véritable conscience de son rôle d’intermédiaire, de passeur de textes, par le biais des éditions, des outils parfois nouveaux qu’il joint aux textes sortis de ses presses, ou encore des traductions qu’il propose au public.

4Dans les textes qu’il signe, Guillaume Rouillé se façonne un portrait : c’est ainsi que nous nous intéresserons à trois activités et à trois visages de Rouillé – libraire, auteur et traducteur – afin d’éclairer la fonction qu’il s’attribue dans la grande entreprise de transmission des textes et de la mémoire humanistes.

I. — UNE IDENTITÉ DE « PASSEUR » : LE. TRAVAIL DES PARATEXTES

  • 13 Sur Jean de Tournes, voir le catalogue d’Alfred Cartier, Bibliographie des éditions des de Tournes (...)
  • 14 Rouillé fait en particulier l’éloge de Giolito dans l’épître à Jerónimo de Urrea qui précède son é (...)

5En arrivant sur le marché lyonnais, Guillaume Rouillé doit faire face à un concurrent de taille, l’imprimeur jean de Tournes13, dont il tâche très rapidement de se distinguer. Pour ce faire, il s’appuie sur les étapes de sa carrière, qu’il commença semble-t-il à Venise, chez Giolito14, et qui fonde ainsi sa singularité. C’est en particulier autour des éditions des œuvres de Pétrarque que la démarche de Guillaume Rouillé se fait sentir. Dans l’épître qu’il place en tête de son édition et qu’il adresse à Luc’Antonio Ridolfi, le libraire rappelle avec une certaine satisfaction sa formation vénitienne et son privilège linguistique sur ses concurrents français et plus particulièrement lyonnais :

  • 15 « Après m’avoir incité à poursuivre l’entreprise, en me montrant combien j’avais en la matière une (...)

dapoi che mi confortasti à seguitare l’impressa, rimostrandomi come havevo magior commodità per cio fare, che non hanno molti altri impressori, si per intendere io (havendo passati molt’anni délia mia gioventù nel paese d’Italia) la detta lingua a forse meglio che la mia propria15.

  • 16 Luc’Antonio Ridolfi intervient très régulièrement dans l’officine de Guillaume Rouillé, en tant qu (...)
  • 17 Voir notre notice sur la préface de Jean de Tournes à son édition de Pétrarque, à paraître dans l’ (...)

6S’adressant en bon italien à un érudit reconnu et apprécié, Luc’Antonio Ridolfi16, Guillaume Rouillé met en scène sa double identité, française et italienne. Et c’est son rapport à la langue qui concentre cette double appartenance, puisque notre homme prétend mieux pratiquer la langue italienne que sa langue maternelle. L’épître toscane que Jean de Tournes fait figurer au début de sa propre édition de Pétrarque en 1545 était truffée de gallicismes17 ; celle de Guillaume Rouillé marque ainsi une revendication de propriété sur le domaine italien. Doué d’une appartenance professionnelle (il a travaillé chez Giolito à Venise), temporelle (il a passé de nombreuses années outre-monts), linguistique (il se dit parfaitement bilingue) ou encore amicale (avec Ridolfi notamment) avec l’Italie, Guillaume Rouillé, par sa double nature, peut poser une passerelle du domaine italien au domaine français, de l’officine de Giolito à sa propre boutique, et faire passer ainsi le livre toscan dans une cité française. Très rapidement dans sa carrière, Guillaume Rouillé fonde son activité sur une fonction de passeur de textes en construisant un ethos à la fois double et unifié.

7Guillaume Rouillé se présente ainsi comme chaînon culturel : il est l’acteur privilégié d’une migration des textes. Il est celui qui rend disponibles des textes qui, par leur éloignement géographique et éventuellement à cause du mauvais travail de ses congénères – c’est-à-dire de son voisin Jean de Tournes –, n’étaient pas accessibles au public français. Dans certains cas toutefois, l’éloignement géographique n’est pas la seule raison qui interdise l’accès aux textes. La langue est un barrage que Guillaume Rouillé se pique d’abattre, par la translation, cet acte de faire passer d’une langue à l’autre, quand le translateur se fait passeur. Notre libraire insiste régulièrement sur le fait qu’il est à l’origine de la translation et qu’il est celui qui rend les textes accessibles.

  • 18 Dans son avis au lecteur qui ouvre la Philosophie d'Amour de M. Leon Hebreu, Traduicte d'Italien e (...)

8Les traducteurs mêmes rappellent fréquemment le rôle décisif de Guillaume Rouillé, qui sollicite ses collaborateurs et leur donne toutes les garanties capables de les convaincre de s’atteler à la tâche. Parmi ces traducteurs reconnaissants, on trouve les noms de Denis Sauvage18 ou encore de Jean Poldo d’Albenas. Ce dernier conte, à l’orée de sa traduction des Dialogues sur certains points de la philosophie naturelle, et choses meteorologiques d’Antonio Brucioli, le rôle d’initiateur (et de solliciteur) de Guillaume Rouillé :

  • 19 « Le translateur au S. Guillaume Roville, libraire a Lyon, le 9 septembre 1555 », dans Dialogues s (...)

J’ay receu voz letres en Avril dernier, et Cardanus sur le Quadripartit de Ptolemee, et vous remercie et des letres, et du livre : si ne vous sçay je point de bon gré, cie ce que me dites estre tant suffisant à faire la translation de ces Dialogues d’Antoine Brucioli. Car, quant à ce, vous m’obligez tant, qu’a jamais ne vous seray solvable. Pource que, me cionnant telle louange (ou jour de ma vie je ne pourray attaindre) je suis contraint confesser, avoir receu de vous si grande obligation, que n’y ay peu satisfaire : mais je feray en cela, comme ceulx qui ne pouvans arriver au plus hault degré de perfection, ne sont à mespriser, s’ils taschcnt, s’elever jusques là, ou leurs forces les peuvent porter, et non plus avant. (...) quel espoir pouvés vous avoir de ma traduction ? Ne vous fiés pas trop à ce mien amy qui peult avoir, sauf son honneur, avancé parolle de moy, que ne consideriés aux trois points precedens. Toutefois pour ne le rendre du tout menteur vous privé de vostre attente, et moy ingrat et envers mon recommandateur et envers vous je vous envoye vostre livre translaté : j’entens les premiers XV. Dialogues [...]. Or il vous plaira les recevoir pour arre et gaige, de ce que pour vous je vouldrois faire. Au demeurant, vous pourvoirrés, s’il vous plait, que ceste translation, pour ne faire tort à Brucioli, soit cachée, si elle ne vous contente : ou si vous la publiés, qu’elle le soit correctement selon vostre coustume19.

9Guillaume Rouillé a une démarche dynamique d’éditeur de traductions de textes italiens qu’il ne se contente pas de recueillir : il est en effet très souvent à l’origine de leur élaboration. C’est aussi lui qui, fort d’un esprit critique et d’un jugement hors pair, à en croire Jean Poldo d’Albenas, sait faire le choix de publier ou non une traduction dont il évalue avec bonheur les qualités. Toutefois, si des défauts persistent, c’est aussi lui qui saura l’améliorer (ou la faire améliorer). Jean Poldo d’Albenas insiste sur la qualité, communément admise, des textes produits par Guillaume Rouillé, son commanditaire.

  • 20 Petit opuscule de Plutarque des vertus et notables faictz des femmes. Translaté d’Italien en Franç (...)

10Quand les textes ne viennent pas à lui, le libraire n’hésite pas, même, à les dérober, comme pour la traduction en italien de Boccace par Luc’Antonio Ridolfi en 1546 (qu’il fait à son tour traduire en français)20, et il se plaît, avec une certaine obstination et avec satisfaction, à afficher au début des ouvrages les efforts qu’il a dû fournir – sans se montrer toujours très honnête – pour procurer des traductions de ces textes venus de l’autre côté des Alpes. Guillaume Rouillé travaille activement à l’image qu’il veut donner de lui-même, au fil des paratextes et des préfaces disposés par ses soins ou par ceux des traducteurs avec lesquels il collabore.

11Passeurs de textes d’outre-monts, il prétend également, comme auteur et non plus exclusivement comme simple libraire, reconnaître et fixer la mémoire des grandes figures et travaux du dernier humanisme.

II. — LE TRAVAIL DE DIFFUSION : LE PROMPTUAIRE DES MEDALLES, DES GRANDS HOMMES AU GRAND LIBRAIRE

  • 21 La Première partie du promptuaire des medalles des plus renommées personnes qui ont esté depuis le (...)
  • 22 Prima parte delprontuario de la medaglie de piu illustri et fulgenti huomini et donne dal principi (...)
  • 23 Prima pars promptuarii iconum insigniorum a seculo hominum, subjectis eorum vitis, per compendium (...)
  • 24 Sur le Promptuaire des medalles, voir I. Andreoli, « La storia in soldoni... ».
  • 25 Baudrier, p. 207, citant La Croix du Maine, attribue la majeure partie des gravures à Georges Reve (...)

12En 1553, Guillaume Rouillé fait paraître son Promptuaire des medalles21 : il offre au public français, mais aussi italien22, voire européen (par la version latine du texte)23, un panel des grands hommes et des grands monarques jusqu’à ce jour24 dont il présente les portraits25, assortis de notices.

  • 26 Promptuaire des medalles des plus renommées personnes qui ont esté depuis le commencement du monde (...)

13La réédition de ce texte, en 157726, infléchit la donne, en accordant une place plus conséquente aux humanistes du siècle, qui ont contribué en particulier au développement de la médecine et à celui du droit durant le troisième quart du XVIe siècle. En ce sens, Guillaume Rouillé marque par ses choix une orientation très nette, qui rend hommage au mouvement humaniste contemporain. Il adjoint ainsi au second tome du Promptuaire de 1577 un appendice qui ajoute, parmi d’autres, une entrée pour Galien et une pour Hippocrate. Vingt-cinq ans après la première édition du Promptuaire des medalles, Guillaume Rouillé tire un bilan des travaux et des publications du siècle et marque une prédilection pour les travaux de l’humanisme.

14Le nouveau Promptuaire est en fait l’occasion pour le libraire de présenter la liste de ses publications et d’associer ainsi son nom à celui des humanistes qui ont fait briller les nouvelles approches du siècle en matière de droit et de médecine. C’est ainsi qu’il s’attache, pour le droit, à la figure de François Duaren :

  • 27 Avant et après le Promptuaire de 1577, Rouillé publie effectivement de nombreux ouvrages de Duaren (...)
  • 28 Soit la même année que la réédition augmentée du Promptuaire des medalles.
  • 29 Promptuaire des medalles..., 1577, t. II, p. 274. Nous soulignons.

François Duarin tres-excellent Jurisconsulte, qui estoit un peu devant nostre aage, sera à jamais loüé et estimé des hommes qui font cas de la science. Ce personnage a fait tout le temps de sa vie profession de Jurisprudence, et a tasché d’avancer les estudes d’icelles : ce qu’il a fait, comme testifient tant d’ouvrages par luy faits, principalement les doctes annotations sur le droit appellées le Cours de Duarin, imprimez à Lyon par Guillaume Rouville27, autheur de ce noble et excellent ouvrage et Promptuaire des Medaillés. Il a enseigné en la celebre université de Bourges [...]. Toutes les œuvres d’iceluy, augmentées, ont esté imprimées à Lyon en deux grands tomes par ledit Touillé Pan 157728. Il florissoit l’an de Christ 155629.

15Les termes mêmes de la notice que Guillaume Rouillé consacre à François Duaren explicitent la démarche du Promptuaire. Ce que retient l’auteur, c’est l’ambition du juriste « d’avancer les estudes [de la jurisprudence] ». Or, celui qui parachève ce mouvement « d’avance[ment] des estudes » et qui contribue ainsi à la diffusion de ce nouveau savoir juriste humaniste, c’est bien Guillaume Rouillé, qui se met en scène sous une double identité, celle du libraire transmetteur de textes et de travaux humanistes et celle de l’auteur (la revendication du titre est remarquable) de l’ouvrage que le lecteur a entre les mains. Guillaume Rouillé se présente comme transmetteur, fixateur et conservateur d’une mémoire. En tant qu’auteur, il a l’autorité pour extraire les figures remarquables d’une époque et les faire figurer dans le Promptuaire des medalles qui acquiert ainsi une valeur de monument : monument de l’humanisme mais aussi monument des productions de Guillaume Rouillé, le Promptuaire apparaît comme le prolongement du cours de Duaren.

  • 30 Ibid, p. 269.
  • 31 Ibid
  • 32 Ibid, p. 270.
  • 33 Ibid
  • 34 Ibid., p. 271. N. Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé... », p. 111, signale deux éditions d (...)

16Dans le domaine médical, la démarche est encore plus nette. Guillaume Rouillé consacre une notice aux médecins Pierandrea Mattiolli30, Antoine Donat31, André Vésale32, Jean Argentier de Chateauneuf33 et Guillaume Rondelet34. La présentation de ces médecins privilégie clairement une approche moderne de la médecine, qui favorise Galien face à la tradition aristotélicienne. C’est ce qui définit par exemple les travaux de Jean Argentier :

  • 35 Promptuaire des medalles..., 1577, t. 11, p. 270. Nous soulignons.

Jean Argentier de Chateauneuf Medecin trescelebre, a enseigné et fait profession de Medecine à Pise : il a escrit beaucoup de choses qui appartiennent à la parfaite congnoissance de la Medecine. Et pourtant avons nous trouvé expedient de le coucher au Catalogue des excellens personnages, encore que nous n’ayons peu recouvrer son effigie, a fin qu’un tel personnage ne soit privé de l’honneur qui luy appartient, combien qu’il soit assez honoré et rendu loüable par les escrits qu’il a faits. Il a escrit des consultations de Medecine, où de la maniere de s’assembler il a escrit des erreurs des anciens Medecins : de la Generation et de Putrefaction, contre Aristote : il a fait certaines gloses sur les Aphorismes d’Hippocrate : trois Commentaires sur l’art de Medecine de Galien : du Somme é Veille des esprits : du chaud Naturel, où sont pesées et examinées plusieurs opinions des autheurs anciens et modernes. Il florissoit l’an 155035.

  • 36 Sur Georges Reverdy, voir Estelle Leutrat, Les débuts de la gravure sur cuivre au XVIe siècle (152 (...)
  • 37 Voir « Apendix d’aucunes médaillés, ou effigies anciennes. Guillaume Roville au Lecteur », dans Pr (...)

17Prêt à déroger au principe de base de l’élaboration du Promptuaire des medalles, Guillaume Rouillé nous dit insérer une notice sur un médecin sans visage : c’est dire l’importance de notre homme et de ses partis pris scientifiques, qui privilégient en particulier Galien et s’opposent explicitement à Aristote. En fait, un portrait du médecin apparaît bien en haut de la page : l’horreur du vide a-t-elle amené Rouillé à commander un portrait imaginaire de Jean Argentier à Georges Reverdy36 ? Ou un portrait d’Argentier a-t-il été retrouvé et gravé in extremis, comme le furent les portraits des illustres anciens qui constituent l’appendice de la deuxième édition du tome II37 ?

18La notice précédente dans le Promptuaire, consacrée à Antoine Donat, s’attachait elle aussi à la prédilection du médecin pour la tradition de Galien :

  • 38 Ibid., p. 269.

Il a tousjours esté fidele observateur des opinions de ces deux lumières de Medecine, taschant de profiter aux hommes sages et d’esprit, en semant proprement la doctrine de ce bon vieillard, recueillant par un bon ordre les choses esparses et confusément traitées par Galien, l’interpretant clerement, et le defendant de toute contradiction38.

19Antoine Donat est présenté comme celui qui a rendu la leçon de Galien cohérente et accessible à ses contemporains. Or, dans cette transmission humaniste de la science du médecin grec, intervient un acteur fort inattendu, au cœur même de la notice consacrée à Antoine Donat :

  • 39 Ibid. Nous soulignons. Il s’agit du Donati Antonii ab altomari medici atque philosophi neapolitani (...)

Donat Antoine de haute Mer Philosophe et Medecin Napolitain, tresdocte personnage, a escrit une fort docte pratique en Medecine et plusieurs autres petits ouvrages, lesquelz espars confus et remplis de fautes, ont esté par luy amassez en un, reveuz et puis imprimez à Lyon par Guillaume Rouville39.

20En ce tout début de notice, l’enchaînement est admirable : le médecin réunit ses traités et c’est l’auteur même du Promptuaire, Guillaume Rouillé, qui les met en lumière. La structure syntaxique même de la phrase cultive une délicieuse ambiguïté, puisqu’elle laisse supposer que c’est le libraire qui a « revu » le texte d’Antoine Donat. Les travaux d’Antoine Donat, et par conséquent l’héritage de Galien, ne parviennent au public contemporain que grâce au travail de Guillaume Rouillé. Le libraire acquiert de ce point de vue un rôle presque équivalent à celui du médecin interprétant et compilant les textes de Galien, condition sine qua non de la transmission d’un texte antique privilégié par l’humanisme sur la leçon aristotélicienne. La démarche pourrait être ponctuelle. En fait, notre libraire se met régulièrement en scène comme dernier intermédiaire, décisif toutefois, dans la transmission de ces textes de médecine. Guillaume Rouillé ne se contente pas, ainsi, de publier, ni même de revoir le texte. Il le fait traduire, comme il le signale explicitement et largement dans la notice consacrée à Pierandrea Mattioli :

  • 40 Ibid., p. 269. Guillaume Rouillé publie un certain nombre d’ouvrages de Mattioli, avant et après l (...)

[...] ce qui rend les escrits plus accomplis et parfaits, et dignes de tomber entre les mains des hommes doctes et ingenieux, Guillaume Rouville a faict traduire en François par un personnage de grand scavoir, lesdits Commentaires et ensemble les illustres figures des simples qui y font besoing et dont il traite en sesdits Commentaires, en faveur de ceux qui n’entendent pas la langue Latine40.

  • 41 Contrairement à certains de ses confrères, Guillaume Rouillé ne publie pas, à notre connaissance, (...)

21Guillaume Rouillé a ainsi l'initiative qui rend accessibles les travaux de Mattioli. La traduction, de ce point de vue, est un choix que revendique le libraire, afin de rendre plus accessibles le texte et sa science à ceux qui ne connaissent pas le grec, ni le latin. Même lorsqu’il ne cite pas ses propres éditions, Guillaume Rouillé suggère implicitement au lecteur de se reporter aux ouvrages parus sous sa marque41, comme c’est le cas dans la notice consacrée à Jacques Dalechamps :

  • 42 Promptuaire des medalles..., 1577, t. I, p. 276. Nous soulignons.

Jaques Dalechamps natif de Caen en Normandie, Medecin de nostre temps sur tous celebres, apres avoir enseigné à Caen, à Cahors, à Montpelier et autres bonnes universitez : se retira à Lyon en l'an 1544, où il commença a exercer l’art de Medecine si heureusement, qu'en peu de jours il fut cogneu, comme il est encares l’un des plus doctes de nostre temps. Il a leu long temps la Chirurgie, et se sont faits souz luy de galans jeunes hommes audit art, il a composé un fort beau et docte livre de Chirurgie avec les instruments necessaires : il a traduit Galien en l’usage des parties, de Grec en François, en faveur et à la requeste de ses escoliers : il a escrit aussi un livre de la peste. Il a restauré Pline, et traduit doctement Athénée, et Theophraste, de Grec en Latin, qui se mettront bien tost en lumiere. Et a la vérité, outre la parfaite congnoissance qu’il a de Medecine, il est force de confesser qu’il est l’un des plus rares, en tout genre de bonnes lettres qui vive aujourd’huy, non seulement en France, mais en toute l’Europe. Il est de petite stature, grave et affable, de maniere qu’estant fort accessible et gracieux, il est aymé et honoré d’un chacun42.

  • 43 Les deux livres de la dissection des muscles, auteur Galien, [trad. Jacques Dalechamps], Lyon, Rou (...)
  • 44 De l’usage des parties du corps humain, livres XVII. Escripts par Claude Galien, et traduicts fide (...)
  • 45 Chirurgie Françoise recueillie par M. Jaques Dalechamps, Docteur medecin, et lecteur ordinaire de (...)
  • 46 Voir également Historia generalis plantarum, in libros XVIII. per certas classes artificiose diges (...)

22Le ton de cette notice rompt nettement avec celui des précédentes : le libraire et auteur du Promptuaire fait état d’une certaine intimité avec le médecin. Tous deux vivent à Lyon – ils y sont arrivés à peu près dans le même temps, dans la première moitié des années 1540. Guillaume Rouillé insiste sur cette proximité spatio-temporelle, en précisant que Jacques Dalechamps est « l’un des plus doctes de nostre temps », tout en esquissant l’identité des disciples du médecin, ces « galans jeunes hommes ». Les superlatifs et les hyperboles résonnent un peu différemment de ceux qui parsèment les autres notices et suggèrent une familiarité que confirme l’espace consacré dans la notice à la liste de ses divers travaux et surtout à la rapide prosopographie qui conclut le paragraphe. Dès lors, lorsque Guillaume Rouillé fait état des ouvrages de Pline et des doctes traductions d’« Athénée, et Theophraste, de Grec en Latin, qui se mettront bien tost en lumiere », le lecteur, qui a lu les notices précédentes et les exploits de notre libraire, identifie le contributeur probable à l’édition des travaux de Jacques Dalechamps. C’est, bien évidemment, Guillaume Rouillé qui a rendu et qui rendra accessibles ces textes. Effectivement, Antoine Du Verdier signale une édition, en 1564, des Deux livres de la dissection des muscles de Galien traduits par Jacques Dalechamps43. En 1566 avait également paru De l’usage des parties du corps humain44 de Galien, toujours dans la traduction de Jacques Dalechamps, suivie de la Chirurgie française45, qui propose même un portrait du traducteur par Pierre Eskrich46.

23Le Promptuaire des medalles apparaît ainsi, par sa partie consacrée en 1577 aux médecins et aux juristes, comme un monument des travaux humanistes des années 1540 et 1550, mais surtout comme une promotion du catalogue de notre libraire, dont le rôle actif dans la transmission des textes se trouve particulièrement valorisé. Parfois, Guillaume Rouillé renvoie à l’édition d’autres libraires et imprimeurs, comme les Parisiens Pierre L’Huillier et Guillaume Chaudière, dans la notice consacrée à l’explorateur et géographe André Thevet, ou encore à Charles Macé dans la notice qu’il consacre à Guillaume Rondelet :

  • 47 Il s’agit probablement de l’édition suivante : Methodus curandorum omnium morborum corporis humani (...)
  • 48 L’édition Rouillé date de 1575. Elle fait figurer une épître de Rouillé au lecteur qui présente Ro (...)
  • 49 Promptuaire des medalles..., 1577, t. II, p. 271.

Guillaume Rondelet, Docteur Medecin, lecteur du Roy et Chancelier en l’université de Montpelier a aquis grand honneur a enseigner. Il a fait plusieurs livres des Poissons de mer, avec les vrayes figures d’iceux, tant il a esté curieux d’augmenter et avancer ce qui appartient a la Medecine, voire mesmes és temps calamiteux. Il ne peut, estant prevenu de mort, faire imprimer sa Pratique ou maniere de guerir toutes les maladies du corps, et autres choses tres-utiles : mais depuis quelques sçavans Medecins l’ont fait imprimer à Paris le plus fidelement qu’il a esté possible, ensuivant la copie de l’auteur47, et depuis s’est trouvé quelque sçavant Medecin, autresfois grand amy dudict Rondelet, lequel a diligemment reveu et corrigé ceste Pratique et puis baillée à Guillaume Rouville a imprimer48, se fiant à la diligence d’iceluy, ledit Rondelet ne beut jamais de vin. Il florissoit à Montpellier environ l’an 155049

24Si la mort n’a pas permis à Guillaume Rondelet de faire imprimer son dernier ouvrage, d’autres ont cependant été plus prompts que Guillaume Rouillé à mettre en lumière le traité et à prendre ainsi le relais du médecin. Rouillé s’est ainsi vu coiffer sur le poteau mais, loin de s’avouer vaincu, il intègre cette concurrence dans la notice qu’il consacre à Rondelet pour valoriser sa propre démarche, fût-elle un peu tardive : le changement d’éditeur pour un savant médecin, toujours, mais surtout ami du défunt et par conséquent plus légitime dans sa fonction, assure à Rouillé une nouvelle avance sur son concurrent parisien. Et, suivant ce qui est désormais un topos de l’ethos du libraire, c’est le savant qui a élu Rouillé, « se fiant à la diligence d’iceluy », que n’égalait certainement pas celle du concurrent parisien !

25Toutefois, lorsque le nom de Rouillé cohabite avec celui d’autres libraires et imprimeurs, notre libraire ne se pose pas nécessairement dans une relation de concurrence. Rouillé figure le plus souvent dans ce cas en très bonne place au côté d’imprimeurs illustres, comme Henri Estienne lorsqu’il consacre une page entière à Paul d’Égine :

  • 50 Ibid., p. 307, fol. vv 2.

Il a escrit sept livres Grecs, restituez en leur intégrité par la conference des vieux exemplaires, et augmentez en quelques lieux par Hierosme Gemusee, imprimez à Basle pays de Soüisse : lesquels ont esté traduits par Jean Guintere [Johann Winter], et Aban Turin, et mesmes illustrez de beaux commentaires. Henry Estienne, a imprimé les livres d’Aeginiete en Latin, avec les autres livres des principaux Medecins. Et Guillaume Rouille la imprimé à Lyon avec doctes annotations, de M. Jaques Goupil, Medecin de Paris, et de M. Jaques d’Alechamps, Medecin de Lyon, tous deux des plus doctes de ce temps en toutes bonnes lettres50.

26Le nom de l’imprimeur ou du libraire bâlois est omis, seul subsiste celui d’Henri Estienne, qui vaut pour ses qualités humanistes avant tout et qui côtoie ainsi harmonieusement les noms des médecins et des traducteurs Hieronymus Gemusaeus (Hieronymus Geschmauss), Johannes Guinterius ou Winter (Jean Gonthier d’Andernach), Alban Turin (Alban Thorer), Jacques Goupil et Jacques Dalechamps. Rouillé est donc particulièrement bien entouré ! Notre libraire et auteur dresse son propre portrait sous les traits d’un prolongateur de l’action des médecins ou des juristes : son rôle dans la diffusion des textes est aussi fondamental que celui des compilateurs, traducteurs ou universitaires. Est-ce pour autant un rôle usurpé ? Pas nécessairement, lorsqu’on considère que Guillaume Rouillé contribue effectivement à la vaste activité translatrice de ces années.

III. — FACILITER L’ACCÈS AUX TEXTES : TRADUIRE ET ÉDITER

  • 51 Facture de l’Or. Trois Livres, par Jean Aurel Augurel, Traduit de Latin en Françoys, Lyon, Rouillé (...)
  • 52 Les trois Livres de la Chrysopée, c’est-à-dire, l’Art de faire l’Or, contenant plusieurs choses na (...)
  • 53 Les œuvres de M. T. Cicero : Les offices, le livre d'amitié, le livre de vieillesse, les Paradoxes (...)
  • 54 Epistres familiaires de Marc Tulle Cicero pere d’eloquence Latine, Latin et François, respondant l (...)

27Dans sa Bibliographie lyonnaise, le président Baudrier signale le fait que Guillaume Rouillé aurait produit un certain nombre de traductions qu’il n’aurait toutefois pas signées. Il est difficile, dès lors, d’évaluer le corpus. On lui attribue la première traduction française de la Chrysopoeia d’Augurelli, sous le titre de la Facture de l’or51 en prose et parue en 1548, un an avant la traduction en vers de François Habert52, ainsi qu’une traduction de Cicéron – publiée bien plus tard – qui nous intéressera ici. En 1560 et 1561 paraissent coup sur coup deux traductions de Cicéron chez Rouillé, la première de sa plume53, la seconde, bien connue, d’Étienne Dolet, dont il reconnaît les qualités54. Deux démarches distinctes mais complémentaires président à ces deux éditions. Dans celle de 1560, Guillaume Rouillé renvoie de manière assez topique, pour un traducteur, à la volonté de servir le public en rendant accessible un texte empli de sagesse :

  • 55 « Au lecteur », dans Les œuvres de M. T. Cicero... Transcription par Baudrier, p. 41.

Considerant souventefois a par moy, amy lecteur, combien meritent ceux qui de leur pouvoir aydent et favorisent au publiq, faisant chose qui soit proufitable autant aux pauvres comme aux riches, aux jeunes comme aux vieux, ceste consideration m’ha non seulement esmeu et incité, mais quasi contraint, chercher par tous movens a augmenter et multiplier le nombre de ceux de tant bon vouloir. Quoy cherchant, suis de bon heure tombé sur l’excellente lecture Ciceronienne de laquelle, outre un incredible et singulier proufit, ay senty plus de plaisir que ma plume ne t’en pourroit descrire et principalement es trois livres des Offices ou devoirs des hommes. Par lesquelz livres ajoustans beaucoup a ma bonne affection j’ay mesmes apprins qu’il estoit de mon devoir de te faire participant de tel plaisir et proufit. Pourquoy faire je te donne presentement iceux fidelement corretez et amendez ainsi que je les avoye remis en leur entier pour moy, en les conferant avec aultres translations françoises sans aucunement m’esloigner de l’original Latin. Encores te say-je present suivant ceux qui de tout temps les ont ainsi accompagnez des livres d’Amitié et de l’estat de Vieillesse, Paradoxes et Songe de Scipion, reveux en semblable diligence et sorte que d’iceux i ay recueilly sentences autoritez proverbes, propos joyeux, et ditz proprement usitez : lesquels ay reduitz en table et mis a la fin par ordre alphabetique. Or te disant a Dieu, je te prie le tout bien lire et par bon egard diligemment considerer, pour en user ainsi que leur doctrine se conformera a ce que tu es tenu d’ensuivre continuellement55.

  • 56 Voir N. Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé... », p. 90: « Where Rouillé acquired his learn (...)
  • 57 N. Zemon Davis rappelle — tout en la nuançant — la possible origine ramiste de ces outils que prop (...)

28Dans sa préface, Guillaume Rouillé (dont on ne sait où il a acquis sa formation de latiniste56) endosse le rôle de traducteur, qui se confond avec la fonction de libraire. Cette situation, assez marquante pour être soulignée, complète la posture qu’adopte Guillaume Rouillé dans le Promptuaire des medalles. Le libraire-auteur est aussi traducteur : il conjugue ainsi les fonctions et joue un rôle crucial dans la transmission des textes et de la mémoire des auteurs. Par ailleurs, il est aussi éditeur scientifique, en proposant au lecteur des outils pour circuler dans le texte et assimiler au mieux la sagesse de Cicéron : c’est la fonction de la table qu’il adjoint au texte57.

29Mieux : premier bénéficiaire de la sagesse cicéronienne grâce à la lecture du Livre des offices, Guillaume Rouillé puise chez le philosophe romain la justification de sa traduction et de son édition. Par la lecture du texte de Cicéron, qui expose les devoirs des hommes, Guillaume Rouillé est instruit de son devoir, en tant qu’homme suffisamment familier du latin pour le lire couramment et le traduire, mais aussi en tant que libraire, donc propagateur possible de la philosophie cicéronienne. Par un raccourci saisissant, Guillaume Rouillé inscrit dans le texte cicéronien, bien antérieur à l’âge de l’imprimerie, son devoir de traducteur et libraire : c’est dans le texte de Cicéron qu’il a lu son devoir, en tant que libraire, de diffuser la sagesse cicéronienne. Notre libraire-traducteur se présente bien comme le maillon d’une chaîne de sagesse, en tant que membre de « ceux qui de leur pouvoir aydent et favorisent au publiq ».

30Dès lors, traduire et éditer ne suffisent pas : Guillaume Rouillé est amené à élargir au maximum son public potentiel en ouvrant le panel des usages de la traduction. Dans l’édition de la traduction d’Étienne Dolet qui paraît l’année suivante, en 1561, le libraire propose une version bilingue :

  • 58 « L’imprimeur au lecteur », dans Les Epistres familiaires de Marc Tulle Cicero... , verso du titre (...)

Considerant, amy lecteur, que nul auteur n’est si souvent leu ne porte entre les mains que ce tresfameux et de tous hommes savans tresrenommé pere d’eloquence latine Cicero : avons imprimé de nouveau les livres dudict auteur qui se sont trouvez traduits en nostre langue françoyse, jougnant le latin et correspondant clause à clause et sentence à sentence. Et ce pour l’utilité tant de ceux qui travaillent pour apprendre la langue latine, sachant la francoyse, que de ceux qu’apprennent la françoyse par le moyen du langage latin : joint aussi ceux qui desirent veoir de pres la version, et ceux aussi qui bien souvent sont fort empeschez pour expliquer quelque passage, tenant en chasque main un livre, assavoir en l’une le latin, et en l’autre le francoys58.

  • 59 « [...] si j’ay travaillé pour acquérir los et bruict en la langue Latine, je ne me veulx efforcer (...)

31Le libraire complète ainsi sa démarche : non content de rendre à nouveau un texte accessible grâce à une excellente traduction, reconnue depuis une vingtaine d’années, il en complète l’acte d’édition par la prise en compte d’un public aux besoins divers. L’édition de Cicéron procurée par Guillaume Rouillé en 1561 est conçue pour partie comme un support d’apprentissage des langues latine ou française, sur le modèle du « petit latin » : dans ce cas, on peut supposer que l’édition était prévue pour avoir une diffusion géographique assez large puisqu’elle prétend s’adresser en partie à un public non francophone – malgré une préface rédigée en français. Pour une autre part, l’édition s’adresse à un public semi-érudit, qui lit le latin mais pas suffisamment pour y être pleinement à l’aise, et qui préfère ainsi avoir recours à une traduction française pour la lecture courante, tout en ayant le loisir de se reporter à la version originale. La démarche de Guillaume Rouillé rend compte d’une conscience du caractère imparfait de toute traduction, qui nécessite souvent un report au texte original. Elle se fait également l’écho des difficultés d’interprétation que peut rencontrer ponctuellement le lecteur. A cette date, en revanche, il semble que la promotion de la langue française, que revendiquait Etienne Dolet dans la préface originale de la traduction, ne soit plus d’actualité59. Contrairement aux nombreuses rééditions de la traduction d’Étienne Dolet, Guillaume Rouillé ne conserve pas la préface de l’érudit Orléanais et réoriente ainsi de manière quelque peu volontariste les enjeux de la publication d’une traduction bien connue et largement répandue.

32Guillaume Rouillé vise ainsi un public assez large, de l’amateur plus ou moins à l’aise avec la langue latine à l’apprenant de la langue latine ou même française : son lectorat est cultivé sans être pleinement érudit. L’intérêt de l’édition bilingue est qu’elle répond, faisant ainsi état du formidable sens commercial du libraire, à un horizon d’attentes particulièrement malléable, en multipliant les usages possibles du livre et en augmentant ainsi le nombre d’acheteurs potentiels.

  • 60 Natalie Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », dans Histoire de l'édition fra (...)

33Guillaume Rouillé apparaît ainsi comme un libraire sachant allier la diffusion des textes humanistes et un sens commercial remarquable : il ne manque pas une occasion de se présenter comme le meilleur pourvoyeur d’ouvrages de la place lyonnaise et se constitue un ethos de transmetteur essentiel, au même titre que les traducteurs ou les commentateurs qu’il publie. Ses choix éditoriaux n’entrent pas en contradiction avec ses intérêts commerciaux, qu’il sait favoriser : ainsi, ses éditions juridiques ouvrent le marché à une approche et à des auteurs que laissait de côté la Compagnie des libraires, qui s’attachait quant à elle à éditer le Corpus juris civilis, flanqué des commentaires des anciens glossateurs et commentateurs italiens60.

34L’étude de ses publications, qui s’étendent sur presque un demi-siècle, nécessite un travail approfondi, qui reste encore à faire. En instaurant depuis Lyon des réseaux étroits et dynamiques avec l’Italie et l’Espagne, mais également avec Paris (où il place son neveu) et d’autres centres français, Guillaume Rouillé est l’un de ces commerçants qui ont su conjuguer leurs intérêts pécuniaires et une certaine mission de diffusion des textes. Conscient du rôle de la réclame et de l’image, qu’il maîtrise et met en scène avec une délectation certaine, Guillaume Rouillé sait se façonner un portrait protéiforme qui l’inscrit dans deux sphères aux intérêts souvent contradictoires et qu’il s’emploie à concilier.

Notes

1 « Au lecteur », dans Les œuvres de M. T. Cicero : Les offices, le livre d'amitié, le livre de vieillesse, les Paradoxes, le Songe de Scipion, Lyon, Rouillé, 1560.

2 Dominique de Colonia, Histoire littéraire de la ville de Lyon avec une bibliothèque des auteurs lyonnois sacrés et profanes distribués par siècles, t. II, Lyon, 1728-1730 ; réimpr. Genève, 1970, p. 609-610.

3 « Rouillé » ou « Roville » ? Le débat n’est toujours pas clos. Pour notre part, nous adoptons de manière parfaitement arbitraire la forme Rouillé, bien que nous considérions sérieusement l’hypothèse d’une troisième forme du patronyme, « Ro(u)villé ». Dans une épigramme des Ruisseaux de Fontaine adressée par Charles Fontaine au libraire, le nom est coupé après la lettre o, ce qui laisse penser que la lettre suivante est un v. On trouve d’autres coupes de ce type dans les publications du libraire et la forme « Rouville » apparaît parfois dans le Promptuaire. Par ailleurs, le libraire orthographie son nom avec un accent aigu sur le e final sur la page de titre de la Circé de 1550 ainsi qu’à d’autres occasions. La forme italienne du patronyme, « Roviglio », reste cohérente avec la forme « Ro(u)villé ».

4 Baudrier, p. 124.

5 Guillaume Rouillé épouse vers 1544 la fille de Vincent I de Portonariis. Voir Baudrier, p. 19-20.

6 Ilaria Andreoli, « La storia in soldoni : il Promptuaire des medailles di Guillaume Rouillé », dans Storia per parole e per immagini, actes du colloque de Cividale del Friuli, 2003, dir. Mino Gabriele et Ugo Rozzo, Udine, 2006, p. 235-266. llaria Andreoli a également consacré son mémoire de DEA à l’imprimeur (non publié).

7 Jean Dubu, « Le Promptuaire des medalles de Guillaume Rouillé », dans Il Rinascimento a Lione. Atti dei congresso internationale, Macerata, 6-11 maggio 1985, dir. Antoni Possenti et Giulia Mastrangelo, t. I, Rome, 1988, p. 185-219.

8 Catalogue of Books and Manuscripts, t.1: French XVth Century Books, éd. Ruth Mortimer, Philip Hofer et William A. Jackson, Cambridge (Mass.), 1964, p. 572, n. 465. Cette étude et les précédentes s’inscrivent dans le domaine de l’histoire et de l’histoire de l’art, ce qui ne sera pas notre approche ici.

9 Natalie Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé, businessman and humanist », dans Editing Sixteenth Century Texts. Papers Giren at the Editorial Conference University of Toronto, October 1965, dir. Richard J. Schoeck, Toronto, 1966, p. 72-112. On consultera également llaria Andreoli, « “Lyon, nom et marque civile. Qui sème aussi des bons livres l’usage”. Lyon dans le réseau éditorial européen (XVe-XVIe) siècles) », dans Lyon vu/e d’ailleurs, 1245-1800, éd. Jean-Louis Gaulin et Susanne Rau, Lyon, 2010, p. 109-140.

10 N. Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé... », p. 77, souligne que ces textes contemporains ne sont pas français mais, pour leur très grande majorité, italiens : « More than 13 per cent of Rouillé’s editions were literary, but hardly any of them were written by his fellow-countrymen. Marot was the only French poet to whom he paid much attention. In contrast, he published Dante’s Commedia, Boccaccio’s Decameron, Petrarch’s Sonnets, Castiglione’s Courtiers, and Ariosto’s Orlando Furioso. He published them not once, but many times ».

11 Voir le tableau présenté ibid., p. 81.

12 Notons toutefois la présence de textes de Brucioli dans le catalogue. N. Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé... », p. 93, constate que « The area of Rouille’s publications which is hardest to relate to his personal interest is the religious [...]. Rouillé was a moderate, not just front humanist conviction, but from prudence; that his religious sensibilité was never deep, at least until he was an old man; and that the religious position he held was one of a simple biblical Christianity, which before 1561 leaned towards, but was never et committed to the Protestant cause and after that date was committed to a non-fanatical catholicism ».

13 Sur Jean de Tournes, voir le catalogue d’Alfred Cartier, Bibliographie des éditions des de Tournes, Paris, 1937 ; rééd. Genève, 1970, 2 t., ainsi que l’édition en cours des écrits de l’imprimeur, sous la direction de Michel Jourde.

14 Rouillé fait en particulier l’éloge de Giolito dans l’épître à Jerónimo de Urrea qui précède son édition espagnole de l’Orlando furioso : « Le seigneur Gabriel Giolito, homme, certes, digne de son estat, et qui a mis en lumière par ses impressions autant de beaux livres, principalement en la langue italienne et en l’espaignole, que autre qui soit pour le jour d’huy ». Par ce compliment inséré dans une traduction espagnole d’un éminent texte italien, Guillaume Rouillé laisse lire sa volonté de devenir le Giolito lyonnais.

15 « Après m’avoir incité à poursuivre l’entreprise, en me montrant combien j’avais en la matière une plus grande aisance, que n’ont beaucoup d’autres imprimeurs, à comprendre (ayant passé de nombreuses années de ma jeunesse en terre d’Italie) ladite langue et peut-être mieux que ma propre langue » (« Al nobile Lucantonio Ridolfi, gentilhuomo Fiorentino, Gulielmo Rovilio S. », dans Il Petrarca con nuove et brevi dichiarationi, Insieme una tavola di tutti i vocaboli, detti, et proverbi ; difficili diligentemente dichiarati, in Lyone, Gulielmo Rovillio, 1550, fol. a lv, p. 2). Voir également les épîtres de Rouillé insérées dans le Decameron de 1555 et dans le Dialogo dell’imprese de Paolo Jovio de 1559.

16 Luc’Antonio Ridolfi intervient très régulièrement dans l’officine de Guillaume Rouillé, en tant que traducteur ou conseiller éditorial, mais aussi en tant que pourvoyeur de fonds. En 1579 encore, sa banque se porte caution pour Rouillé auprès de libraires napolitains. Sur les relations de Rouillé et Ridolfi, en particulier à la fin des années 1540 et au début des années 1550, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat, « Mais devant tous est le Lyon marchant ». Construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551), Paris III – Sorbonne nouvelle, 2009, p. 167 et suivantes, spécialement p. 173 suivantes.

17 Voir notre notice sur la préface de Jean de Tournes à son édition de Pétrarque, à paraître dans l’édition des écrits de Jean de Tournes, sous la direction de Michel Jourde.

18 Dans son avis au lecteur qui ouvre la Philosophie d'Amour de M. Leon Hebreu, Traduicte d'Italien en Françoys, par le Seigneur du Parc Champenois, Lyon, Guillaume Rouillé, 1551, Denis Sauvage évoque sa réticence à faire œuvre de traduction alors que le travail du traducteur est si peu pris en compte et largement dévalorisé. Seules les sollicitations de Guillaume Rouillé ont pu le convaincre de reprendre son travail de traducteur : « La grande honnesteté de laquelle je [l’]ai veu user envers plusieurs suyvans les lettres, à mesmement envers moy, a tant peu, par dessus la fermeté de ma resolution, qu’à sa prière je vous ay desja traduit la Circé de Gello, et davantage, vous laisse maintenant aller la Philosophie d’Amour de M. Leon Hebreu ».

19 « Le translateur au S. Guillaume Roville, libraire a Lyon, le 9 septembre 1555 », dans Dialogues sur certains points de la philosophie naturele, et choses météorologiques, Pris des Dialogues d’Antoine Brucioli Italien, et mis en langue Françoyse, Lyon, Roville, 1556, fol. a 2, p. 3. Transcription de Baudrier, p. 227, corrigée sur l’exemplaire BNF, Rés. Z. 342. Jean Poldo d’Albenas est un fidèle de Guillaume Rouillé : en 1559, il lui confie son splendide Discours historial de l’Antiquité et illustre cité de Déismes, En la Gaule Narbonoise, Arec les portraitz des plus antiques et insignes bastimens dudit lieux, reduitz à leur vraye mesure et proportion, ensemble de l’antique et moderne ville, par Jean Poldo d’Albenas, Lyon, Guillaume Rouillé, 1560 (quelques exemplaires portent la date de 1559).

20 Petit opuscule de Plutarque des vertus et notables faictz des femmes. Translaté d’Italien en Françoys, Lyon, Guillaume Rouillé, 1546. Guillaume Rouillé récidive quelques années plus tard, pour le Double d’une lettre missive, envoyée par le seigneur Nicolas Nicolai, geographe du Roy, Lyon, Rouillé, 1550. Il publie également dans une de ses éditions de Pétrarque un Rimario prêté par Ridolfi sous la promesse qu’il ne devait pas paraître.

21 La Première partie du promptuaire des medalles des plus renommées personnes qui ont esté depuis le commencement du monde : avec brieve description de leurs vies et faicts, recueillie des bons auteurs, Lyon, Guillaume Rouillé, 1553 (Baudrier, p. 205-206). La traduction du texte, à partir du latin, est attribuée à Charles Fontaine, qui y signe un quatrain en l’honneur de Henri II (fol. 247v).

22 Prima parte delprontuario de la medaglie de piu illustri et fulgenti huomini et donne dal principio del Mondo infino alpresente tempo, con le lor vite in compendio, Lyon, Guillaume Rouillé, 1553 (Baudrier, p. 205).

23 Prima pars promptuarii iconum insigniorum a seculo hominum, subjectis eorum vitis, per compendium ex probatissimis autoribus desumptis, Lyon, Guillaume Rouillé, 1553 (Baudrier, p. 204-205).

24 Sur le Promptuaire des medalles, voir I. Andreoli, « La storia in soldoni... ».

25 Baudrier, p. 207, citant La Croix du Maine, attribue la majeure partie des gravures à Georges Reverdy.

26 Promptuaire des medalles des plus renommées personnes qui ont esté depuis le commencement du monde : Avec brieve description de leurs vies et faits, recueillie des bons auteurs. Seconde edition, en laquelle sont adjoustez les personnes plus insignes, depuis survenuy. Première partie, Lyon, Guillaume Rouillé, 1577, in-4°, 2 t. (Baudrier, p. 361).

27 Avant et après le Promptuaire de 1577, Rouillé publie effectivement de nombreux ouvrages de Duaren : Franc. Duareni Jureconsulti opera omnia tam recentia quam prius edita in jure civili, cum quibusdam aliis opusculis, quorum descriptio proxima pagina continetur, Lyon, Guillaume Rouillé, 1554, in-2° (Baudrier, p. 214 ; Gültlingen, n° 282). — Franc. Duareni Jureconsulti disputationum anniversariarum liber secundus, Lyon, Rouillé, 1554 (Baudrier, p. 214 ; Gültlingen, n° 284). — Franc. Duareni Jureconsulti commentarius in lib. XLV. Pandectarum, tit. De Verborum obligationibus, Lyon, Rouillé, 1554 (Baudrier, p. 214 ; Gültlingen, n° 283). — Franc. Duareni Jureconsulti opera omnia, quae in hunc usque diem edita extant in Jure Civili, Ab ipso nunc demum Auctore recognita atque aucta. Cum indice veborum et rerum locupletissimo, Lyon, Rouillé, 1558, in-2° (Baudrier, p. 244 ; Gültlingen, n° 409). — D. Francesci Duareni Jurisc. In lib. IIII. Codic. Et tertiam partem digest. Commentarii. Ejusdem, disputationum Anniversarium [...] Libri II. De jure accrescendi Lib. II. De jurisdictione et imperio Apologia adversus Eguinarium Baronem. De ratione docendi discendique juris Epistola. De plagiariis et scriptorum alienorum compilatoribus, In consuetudines feudorum Commentarius. De sacris Ecclesiae ministeriis ac beneficiis. Lib. IIII, Lyon, Rouillé, 1578, in-2° (Baudrier, p. 363 ; Gültlingen, n° 855). — D. Franrisci Duareni I. C. Celeberrimi, Omnia quae quidem hactenus extant opera, Nunc demum plurimis in Digesta seu Pandectas et Codicem Commentariis et Methodicis expositionibus, quae post ejus excessum, seu inter ejus membranas et in Bibliotheca sunt repertae, seu ab ejus intimis familiaribus datae et exhibitae, quae eo exceperant dictante, illustrata, et amplius tertia parte locupletata, ut ex titulorum Indice videri possit. In quibus quid sit hac editione praestitum, et de ratione dispositionis epistola ad Lectorem docebit. Cum Indicibus titulorum, et rerum et verborum locupletissimis, Lyon, Rouillé, 1578, in-2° (Baudrier, p. 363-364 ; Gültlingen, n° 854). — D. Francisci Duarenii C. celeberrimi, Omnia quae quidem hactenus extant opera, Nunc demum plurimis in Digesta seu Pandectas et Codicem Commentariis et methodicis expositionibus, quae post ejus excessum, seu inter ejus membranas et in Bibliotheca sunt repertae, sub ab ejus intimis familiaribus datae et exhibitae, quae eo exceperant dictante, illustrata, et amplius tertia parte locupletata, ut ex titulorum Indice videri poterit. In quibus quid sit hac editione praestitum, et de ratione dispositionis epistola ad Lectorem docebit. Cum Indicibus titulorum, et rerum et verborum locupletissimus, Lyon, Rouillé, 1579, in-2° (Baudrier, p. 370-371 ; Gültlingen, n° 868). — Domini Francisci Duareni jurisc. celeberrimi, omnia quae quidem hactenus extant opera, nunc demum plurimis in digesta seu Pandecta et Codicem Commentariis et methodicis expositionibus, quae post ejus excessum, seu inter ejus membranas et in Bibliotheca sunt repertae, seu ab ejus intimis familiaribus datae et exhibitae, quae eo exceperant dictante ; illustrata, et amplius tertia parte locupletata, ut ex titulorum Indice videri poterit. In quibus quid sit hac editione praestitum, et de ratione dispositionis Epistola ac Lectorem docebit. Cum Indicibus titulorum et rerum verborum locupletissimis. Tomus primus, Lyon, Rouillé, 1581, in-2° (Baudrier, p. 384 ; Gültlingen, n° 912). — In lib. IIII. codicis et in partem digest. commentariorum tomus alter., Lyon, Rouillé, 1581 (inconnu de Baudrier ; Gültlingen, n° 913). — D. Francesci Duareni I. C. celeberrimi omnia quae qiodem hactenus edita fuerunt opera [...], Lyon, Rouillé, 1583, in-2° (Baudrier, p. 387 ; Gültlingen, n° 932). — D. Francesci Duareni I. C. celeberrimi omnia quae quidem hactenus edita fuerunt opera, nunc demum plurimis in digesta seu Pandectas et Codicem Commentariis et methodicis expositionibus, quae post ejus excessum, seu inter ejus membranas et in Bibliotheca sunt repertae, seu ab ejus intimis familiaribus datae et exhibitae, quae oe exceperant dictante, illustrata, et amplius tertia parte locupletata : Quae vero huic postremae editioni numquam excusa accesserunt, stellula in Indice titulorum adnotavimus : Cum Indicibus titulorum et rerum et verborum locupletissimis, Lyon, Rouillé, 1584, in-2° (Baudrier, p. 392-393 ; Güldingen, n° 944).

28 Soit la même année que la réédition augmentée du Promptuaire des medalles.

29 Promptuaire des medalles..., 1577, t. II, p. 274. Nous soulignons.

30 Ibid, p. 269.

31 Ibid

32 Ibid, p. 270.

33 Ibid

34 Ibid., p. 271. N. Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé... », p. 111, signale deux éditions de Rondelet inconnues de Baudrier : Methodus curandorum omnium modiorum corporis humani in tres libros distincta, Lyon, Guillaume Rouillé, 1575 (Londres, Wellcome Library, A 5554 A) et 1576 (University of Aberdeen Library, pi 615 Ron 2). C’est certainement à ces éditions que renvoie Rouillé (voir citation p. 103). Après le Promptuaire, on trouve également un Gulielmi Rondeletii doct. medici et medicinae in schola monspeliensi professoris Regii et Cancellarii, Methodus curandorum omnium morborum corporis humani in tres libros distincta. Ejusdem de Dianoscendi morbis. De Febribus. De Morbo italico. De Internis et Externis. De Pharmaeopolarum officina. De Fucis. Omnia nunc in lucem castigatius edita, Lyon, Guillaume Rouillé, 1586 (Baudrier, p. 307).

35 Promptuaire des medalles..., 1577, t. 11, p. 270. Nous soulignons.

36 Sur Georges Reverdy, voir Estelle Leutrat, Les débuts de la gravure sur cuivre au XVIe siècle (1520-1565), Genève, 2007.

37 Voir « Apendix d’aucunes médaillés, ou effigies anciennes. Guillaume Roville au Lecteur », dans Promptuaire desmedalles..., 1577, t. II, fol. H 5 : « Ayant presque achevé et mis fin d’imprimer ce mien petit livre intitulé le Promptuaire des Médaillés. Il me fut donné demie douzaine de medalles [sic] antiques, de grands et illustres personnages, lesquelles je me deliberay de mettre sur la fin, mais comme une chose bonne en attire un autre encore meilleure, je me deliberay d’en rechercher plus grand nombre, et en faire un petit apendix, en attendant une autre seconde impression, en laquelle nous les mettrons (Dieu aidant) en leurs lieux et ordre selon les temps qu’ils ont fleury ».

38 Ibid., p. 269.

39 Ibid. Nous soulignons. Il s’agit du Donati Antonii ab altomari medici atque philosophi neapolitani. Omnia, quae hucusque in lucem prodierunt, Opera, nunc primum in unum collecta, et ab eodem Auctore diligentissime recognita et aucta : cum locis omnibus in margine additis Horum omnium Elenchum sexta pagina commonstrabit, Lyon, Rouillé, 1565, in-2° (Baudrier, p. 302).

40 Ibid., p. 269. Guillaume Rouillé publie un certain nombre d’ouvrages de Mattioli, avant et après le Promptuaire des medalles de 1577 : P Andreae Mattbioli Senensis medici opusculum, De Simplicium medicamentorum facultatibus secundum locos et genera. Accesserunt quoque Praefectiones quaedam huic opusculo admodum necessariae, quarum enarrationem Epistola ad Eectorem indicabit, Lyon, Rouillé, 1571, in-16 (Baudrier, p. 337-338 ; Gültlingen, n° 752). — Commentaires de M. Pierre André Matthiole medecin Senois, sur les six livres de Ped. Dioscoride Anazarbeen de la matière medicinale, Reveuz et augmentés en plus de mille lieux par l’autheur mesme, et enrichis pour la troisieme fois, d'un grand nombre de pourtraits, de plantes, et animaux tires au vif, plusqu’aux precedentes editions. Avec certaines tables medicinales, tant des qualités et vertus des simples medicamens, que des remedes pour toutes maladies, qui peuvent avenir au corps humain, comme aussi des sentences, mots et matieres traictees esdicts commentaires : Davantage y a sur la fin, divers pourtraits de fourneaux et alembics, pour distiller et tirer les eaux de toutes plantes, avec le moyen de les conserver en leurs naïves odeurs : Mis en François sur la derniere edition Latine de l’Autheur ; par Jean des Moulins Docteur en Medecine, Lyon, Rouillé, 1572, in-2° (Baudrier, p. 339 ; Gültlingen, n° 766). — Les Commentaires de M. Pierre André Matthiole médecin Senois sur les six livres de Ped. Dioscor. Anazarbeen de la matiere medicinale, Avec certaines tables medicinales, tant des qualités et vertus des simples medicamens, que des remedes pour toutes maladies, qui peuvent avenir au corps humain, comme aussi des sentences, mots et matieres traictees esdicts commentaires. Mis en François sur la derniere edition Latine de l’Autheur ; par Jean des Moulins Docteur en Medecine. Et de nouveau reveuz par iceluy et augmentés, et enrichis plusieurs pourtraicts plus qu’aux precedentes impressions : Ensemble une table Latine et Françoise des noms des herbes contenues esdicts commentaires, Lyon, Rouillé, 1578 (Baudrier, p. 362-363 ; Gültlingen, n° 857) et 1579 (Baudrier, p. 369 ; Gültlingen, n° 873), in-2°.

41 Contrairement à certains de ses confrères, Guillaume Rouillé ne publie pas, à notre connaissance, de catalogue officiel.

42 Promptuaire des medalles..., 1577, t. I, p. 276. Nous soulignons.

43 Les deux livres de la dissection des muscles, auteur Galien, [trad. Jacques Dalechamps], Lyon, Rouillé, 1564, format non indiqué (Baudrier, p. 299).

44 De l’usage des parties du corps humain, livres XVII. Escripts par Claude Galien, et traduicts fidellement du Grec en François, Lyon, Rouillé, 1566 (Baudrier, p. 307).

45 Chirurgie Françoise recueillie par M. Jaques Dalechamps, Docteur medecin, et lecteur ordinaire de ceste profession à Lyon, Avec plusieurs figures des instruments necessaires pour l’operation manuelle. La page 14. contient les principaux chefz de ce qui se discourt en cest Œuvre, Lyon, Rouillé, 1569, in-8° (Baudrier, p. 322 : édition rajeunie en 1570 ; Baudrier, p. 329-330).

46 Voir également Historia generalis plantarum, in libros XVIII. per certas classes artificiose digesta, Haec, plusquam mille imaginibus plantarum locupletior superioribus, omnes propemodum quae ab antiquis scriptoris, Graecis, Latinis, Arabibus, nominantur ; necnon eas quae in Orientis atque Occidentis partibus, ante seculum nostrum recognitis, repertae fuerunt, tibi exhibet. Habes etiam earundem plantarum pecularia diversis nationibus nomina : habes amplas descriptiones, e quibus singularum genus, formam, ubi crescant et quo tempore rigeant nativum temperamentum vires denique in medicina proprias cognosces. Adjecti sunt Indices, non solum Graeci et Latini, sed aliarum quoque linguarum, locupletissimi, Lyon, Rouillé, 1586, in-2° (Baudrier, p. 397-398). L’ouvrage présente un avis de Rouillé révélant qu’il a conçu l’idée de publier cet ouvrage dans une visite faite, il y a de longues années, aux collections amassées par Jacques Dalechamps (Baudrier, p. 398).

47 Il s’agit probablement de l’édition suivante : Methodus curandorum omnium morborum corporis humani in tres libros distincta. Ejusdem de dignoscendis morbis, de febribus, de morbo italico, de internis et externis, de pharmacopolarum officina, de fucis. Omnia nunc primum in lucem aedita et diligentissime castigata, Paris, Charles Macé, 1573, 1574 et 1575.

48 L’édition Rouillé date de 1575. Elle fait figurer une épître de Rouillé au lecteur qui présente Rondelet et le travail d’édition de l’ouvrage.

49 Promptuaire des medalles..., 1577, t. II, p. 271.

50 Ibid., p. 307, fol. vv 2.

51 Facture de l’Or. Trois Livres, par Jean Aurel Augurel, Traduit de Latin en Françoys, Lyon, Rouillé, 1548 (Baudrier, p. 144-145). Sur cette traduction, voir Marie-Madeleine Fontaine, « Banalisation de l’alchimie à Lyon au milieu du XVIe siècle et contre-attaque parisienne », dans Il Rinascimento a Lione… , t. I, p. 261-322, ainsi que La réception des écrits italiens en France à la Renaissance. Ouvrages philosophiques, scientifiques et techniques. Actes de la journée d’étude de Paris, institut culturel italien, 8 novembre 1997, dir. Alfredo Perifano, Paris, 2000, p. 35-36.

52 Les trois Livres de la Chrysopée, c’est-à-dire, l’Art de faire l’Or, contenant plusieurs choses naturelles, traduits de Jean Aurel Augurel, poète italien, par F. Habert de Berry, Paris, Vivant Gaultherot, 1549.

53 Les œuvres de M. T. Cicero : Les offices, le livre d'amitié, le livre de vieillesse, les Paradoxes, le Songe de Scipion, Lyon, Guillaume Rouillé, 1560 (Baudrier, p. 271). Le seul exemplaire connu est conservé à Besançon.

54 Epistres familiaires de Marc Tulle Cicero pere d’eloquence Latine, Latin et François, respondant l’un à l'autre : Le Françoys traduit par Estienne Dolet, natif d'Orléans, Lyon, Guillaume Rouillé (impr. François Gaillard), 1561 ; Saint-Gall, LL 5.41 (d’après Baudrier, p. 281). Par ailleurs, N. Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé... », p. 107, signale une édition de Cicéron de 1555 et une autre de 1557, inconnues de Baudrier : M. Tul. Ciceronis Sententiae Insigniores, Apophtegma Parabolae, seu similis, atque eiusdem aliquot piae sententiae. Omnia Petri Lagnerii [Pierre Lagnier] Compendiensis opera congesta. Una cum aliorum aliquot autorum utilissimis sententiis ab eodem. Lagnerio collectis :Quibus accesserunt, Lyon, Guillaume Rouillé, 1555 (Chicago, Newberry Library) et M. Tul. Ciceronis Sententiae insigniores, Apophtegmata, Parabolae, seu Similia, atque eiusdem aliquot piae sententiae : Quibus alias aliquot sutoribus, ut Terentio, Erasmo, sed praecipue ex Apophthegmatum libris, at aliis, quam utilissimas adierimus : Omnia Petri Lagnerii Compendiensis opera collecta, et congesta, Lyon, Guillaume Rouillé, 1557 (Harvard, Houghton Library).

55 « Au lecteur », dans Les œuvres de M. T. Cicero... Transcription par Baudrier, p. 41.

56 Voir N. Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé... », p. 90: « Where Rouillé acquired his learning is something of a mystery, since we know little of his movement from his birth in a small town of Touraine to his arrivai in Lyon. There is no sign of his having been to a university. Rather he was educated by his profession and the men he met in the course of it ».

57 N. Zemon Davis rappelle — tout en la nuançant — la possible origine ramiste de ces outils que propose Rouillé dans ses éditions et qui contribuent à la beauté ordonnée de l’objet livre: « Father Ong has suggested to us some important connections between the format of printed books in the XVIth century and popular Ramist thought, with its stress on the spatial organization of knowledge and easy method for learning. In some ways, Rouillé fits into this development » (ibid., p. 100).

58 « L’imprimeur au lecteur », dans Les Epistres familiaires de Marc Tulle Cicero... , verso du titre. Transcription de Baudrier, p. 41.

59 « [...] si j’ay travaillé pour acquérir los et bruict en la langue Latine, je ne me veulx efforcer moins (et ce pour plaisir, sans m’abastardir de l’aultre) à me faire renommer en la mienne maternelle Francoys » ; « Estienne Dolet au lecteur salut », dans Les Epistres familiaires de Marc Tulle Cicero, pere d’eloquence Latine. Nouvellement traduictes de Latin en Francoys par Estienne Dolet natif D’Orleans. Avec leurs sommaires ; et arguments, pour plus grande intelligence d’ycelles., Lyon, Etienne Dolet, 1542, fol. a 2. Transcription par Claude Longeon, dans Etienne Dolet, Préfaces françaises, éd. Claude Longeon, Genève, 1979, p. 111.

60 Natalie Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », dans Histoire de l'édition française, t. I : Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du XVIIe siècle, éd. Henri-Jean Martin et Roger Chartier, Paris, 1989, p. 306. Notons également que Rouillé fait pour certains textes le choix d’éditions maniables, dans de petits formats. Le public visé par les éditions médicales et juridiques était visiblement un public étudiant. Voir N. Zemon Davis, « Publisher Guillaume Rouillé... », p. 88-89, qui considère que ces éditions portatives pour étudiants finançaient les éditions admirablement illustrées et bien plus onéreuses que Guillaume Rouillé proposait par ailleurs.

Auteur

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 « Formes et idées de la Renaissance aux Lumières » (EA 174)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540