Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Choix éditoriaux et curiosités littéraires al segno de la Regina

Chiara Lastraioli

Résumé

L’activité des imprimeurs-libraires Domenico et Pietro de’ Franceschi, dont l’atelier était situé à Venise, « in Frezzaria », al segno de la Regina, nécessite à ce jour quelques recherches supplémentaires. Originaires de Brescia, les de’ Franceschi appartenaient à une famille d’imprimeurs dont l’activité perdurera jusqu’aux premières décennies du XVIIe siècle. Leur politique éditoriale, essentiellement orientée vers la diffusion d’ouvrages en langue vernaculaire et parfois même en dialecte, a donné lieu à une production trop souvent désignée comme populaire, ce qui n’est pas toujours vrai. Leur catalogue compte aussi bien de nombreuses plaquettes à l’usage de lecteurs moyennement alphabétisés qu’un certain nombre d’ouvrages littéraires édités par des polygraphes de renom, ainsi que plusieurs textes à caractère dévotionnel. Tout en se démarquant de leur célèbre homonyme siennois résidant à Venise, Francesco de’ Franceschi, les imprimeurs de l’atelier al segno de la Regina deviennent les promoteurs d’une culture hybride et parfois même transgressive. Ainsi, si le célèbre Francesco se spécialise dans l’édition érudite en vulgaire, privilégiant les ouvrages historiques, techniques, musicaux et scientifiques, Domenico et Pietro deviendront les passeurs d’une culture qui contrefait les modèles littéraires par le biais de la déformation parodique et de l’altération linguistique.

Note de l’auteur

Toutes les références des marques typographiques dans cet article, ainsi que les reproductions de celles-ci, sont celles du site internet Edit16 (http://edit16.iccu.sbn.it).

Texte intégral

  • 1 Voir Marcello Brusegan, « Franceschi, Domenico e Pietro de’ », in Dizionario dei tipografi e degli (...)
  • 2 Lorenzo Baldacchini, dans l’article « De’ Franceschi Francesco » du Dizionario biografico degli It (...)
  • 3 « I La bottega tuttavia continuó la sua attività tipografico-editoriale almeno fino al 1587 sotta (...)
  • 4 Il s’agit de la marque typographique identifiée en tant que Z1204 dans Edit16 (http://editl6.iccu. (...)
  • 5 Il s’agit de Zaccaria, Giovanni Antonio et Giacomo, qui tenaient une boutique al segno della Pace,(...)

1L’activité éditoriale de l’atelier connu sous le nom de l’enseigne de la Regina est encore aujourd’hui en grande partie inexplorée. Des informations lacunaires et en partie contradictoires sur la famille d’imprimeurs qui géra pendant cinq décennies cette entreprise vénitienne ne facilitent pas les recherches sur la production et la politique éditoriale de cet atelier situé « in Frezzaria », une rue qui côtoie la place Saint-Marc. C’est grâce à Domenico de’ Franceschi, le fondateur de l’entreprise, que les presses de la Regina démarrent leur activité en 1557. Selon certains auteurs, Domenico serait originaire de la ville de Brescia1 ; d’autres pensent qu’il est lié à la famille de Francesco de’ Franceschi, un imprimeur-libraire siennois qui s’était établi à Venise à la fin des années 15602. Cette deuxième hypothèse paraît devoir être écartée en raison de l’emploi ostensible et systématique par les deux Franceschi d’adresses et d’enseignes différentes, parfois préférées par Domenico à la mention du patronyme, afin de bien distinguer l’activité de son atelier de celle du Siennois. Selon Marcello Brusegan, Domenico de’ Franceschi était le fils d’un dénommé Francesco, dont on ne sait pratiquement rien ; Domenico travailla jusqu’à sa mort, survenue vers 1574, avec son frère Pietro qui, avant le mois d’avril 1575, reprit l’activité pour un court laps de temps, puisqu’il mourut vraisemblablement en 1576. L’entreprise passe alors aux héritiers de Domenico et Pietro qui, dans la plupart des éditions parues entre 1576 et la fin du siècle, figurent comme « nipoti » ou tout simplement heredis. Ces mentions désignent donc les fils de Domenico, qui étaient évidemment les neveux de Pietro, mais aussi les héritiers légaux entrés dans la famille de’ Franceschi par voie de mariage. On connaît les prénoms de plusieurs héritiers3, dont Bernardino, qui signe personnellement au moins six éditions en utilisant l’une des marques de ses aïeux sans pour autant faire mention de l’adresse4, attitude rarement adoptée par les autres héritiers, qui tenaient à éviter l’homonymie avec les membres de la famille du Siennois Francesco de’ Franceschi , qui eut lui aussi plusieurs descendants5.

2Dans la mesure où l’identification de l’atelier par ses marques typographiques et par l’adresse « in Frezzaria » permet de comprendre le jeu des alliances et des divorces entre les différents collaborateurs internes et externes à l’atelier, il s’avère nécessaire de résumer brièvement l’usage des marques utilisées par ces imprimeurs, avant de traiter de leur production.

3Domenico de’ Franceschi utilise, en moins de vingt ans, quatre marques différentes, aujourd’hui disponibles sur la base de données Edit16. Celle qui porte le code U299 représente la Vertu assise, couronnée comme une reine, portant un livre et un sceptre, dans un cadre figuré (figure n° 1).

4Sur la marque U343, la Vertu couronnée, inscrite dans un ovale, est une nouvelle fois assise (figure n° 2), tandis qu’en U478, elle associe à ses attributs habituels (le sceptre et le livre) quelques instruments musicaux et scientifiques (figure n° 3).

Figures n° 1, 2 et 3. Marques typographiques de Domenico de’ Franceschi, U299, U343 et U478.

5Dans U248, la reine-Vertu apparaît deux fois : en haut de la page de titre gravée, elle est assise sur un trône ; au centre de la gravure, dans un ovale, elle figure sur un bateau en compagnie de l’allégorie de la Fortune (figure n° 4)

Figure n° 4. Marque typographique de Domenicho de’ Franceschi, U248.

6Pietro, frère de Domenico, utilisera la marque U299 et deux nouvelles marques : Z1204 (figure n° 5) et V333-Z1205 (figure n° 6).

Figures n° 5 et 6. Marques typographiques de Pietro de’ Franceschi, Z1204 et V333-Z1205.

7Quant aux héritiers de Domenico et Pietro, lorsqu’ils publient de façon collective, ils utilisent les marques déjà connues (V333-Z1205, U299 et Z1204). Bernardino adopte à son tour la marque Z1204 et la suivante, U446, de facture beaucoup plus archaïque, déjà utilisée par Bernardino Pasini, un imprimeur actif à Rimini autour de 1576-1577 (figure n° 7).

Figure n° 7. Marque typographique Bernardino de’ Franceschi, U446.

8Dans les éditions que j’ai pu consulter en France et en Italie, la mention de l’adresse al segno de la Regina apparaît souvent, parfois en association avec le nom de l’un des membres de la famille Franceschi – et cela surtout dans les opuscules de quelques cahiers in-8° –, ou encore couplée avec la marque typographique. Les éditions de Bernardino ne font pas état de cette adresse, ce qui laisserait penser que son atelier se situait dans un autre endroit de la ville. Il n’est pas exclu que Bernardino ait décidé, à un certain moment, de se séparer des autres héritiers de Domenico.

  • 6 In Venetia, appresso Girolamo Foglietti, al segno della Regina, 1618 [i. e. 1598].
  • 7 In Venetia, in Frezzaria, al segno della Regina, 1599.
  • 8 Voir à ce propos Chiara Lastraioli, « La dévotion comme instrument de rentabilité ? », notice de l (...)

9Une autre marque est associée à la mention al segno de la Regina dans les années 1598-1599 ; il s’agit de U344, adoptée par Girolamo Foglietti, mari de la sœur de Pietro junior, pour la réédition des Commentari di C. Giulio Cesare, con le figure in rame degli alloggiamenti, de’ fatti d’arme, delle circonuallationi delle città, e di moite altre cose notabili descritte in essi. Faite da Andrea Palladio per facilitare a chi legge, la cognition dell’historia6, un ouvrage publié pour la première fois en 1574 par « Pietro e nipoti » (figure n° 8). Cette marque est également utilisée pour l’une des nombreuses éditions du Rosario della gloriosa Vergine Maria. Di nuouo stampato, con nuoue & belle figure adornato d’Alberto da Castello7, dont on a récemment exposé, à la bibliothèque Sainte-Geneviève, l’exemplaire édité en 15798.

  • 9 L’historien et poète Cristoforo Scanello, dit Cieco da Forli, financera deux fois l’édition d’Il s (...)
  • 10 I quattro libri dell’architettura di Andrea Palladio. Ne’ quali, dopo un breue trattato de’ chique (...)
  • 11 I quattro libri dell’architettura di Andrea Palladio. Ne’ quali, dopo un breue trattato de’ cinq ue (...)

10Comme beaucoup d’imprimeurs vénitiens, les de’ Franceschi publièrent des ouvrages pour le compte d’auteurs9, pour d’autres libraires ou en association avec des collègues, surtout lorsque le coût de certaines entreprises s’avérait élevé. C’est le cas de la deuxième édition des Quattro libri dell’architettura di Andrea Palladio de 158110 un in-2° illustré publié pour la première fois par Domenico en 1570. Pour cette nouvelle édition, réalisée en collaboration avec Bartolomeo Carampello, la page de titre portant les deux marques typographiques vraisemblablement dessinées par Palladio fut gravée une nouvelle fois (U900, figure n° 9)11.

Figure n° 8. Marque typographique de Girolamo Foglietti, U344.

Figure n° 9. Marque typographique al segno de la Regina, U900.

  • 12 Benvenuto Stracca, D. Benuenuti Stracchae I. C. clariss. patritii Anconitani, equitis comitisque I (...)
  • 13 Gaspar de Laorte, Conforto de gli afflitti ; doue si tratta dei frutti, & rimedij delle tribulatio (...)
  • 14 In fine: « In Venetia, Apuresso [sic] Camillo / Franceschini. A instantia di M. / Bartolamio Caram (...)
  • 15 Voir les éditions suivantes : Ludovico Ariosto, Orlando furioso. Con gli argomenti in ottaua rima (...)

11Carampello finança également, en 1580 et en 1582, deux autres volumes en latin12 et son nom figure aussi dans une rare édition de 1579 de l’un des best-sellers de l’époque, l’ouvrage de Gaspar de Loarte, Conforto de gli afflitti ; doue si tratta dei frutti, & rimedij delle tribulationi [...]13. Cette édition constitue au reste un vrai casse-tête éditorial car, si les notes typographiques de la page de titre renvoient effectivement à l’atelier de la Regina, le colophon affirme que le livret a été imprimé par Camillo Franceschini14, un imprimeur originaire de Padoue qui n’a rien à voir avec les Franceschi. Toujours autour de 1580, les héritiers de Domenico et Pietro ont à leur tour recours aux services d’autres typographes, tels qu’Orazio Gobbi et les héritiers de Melchiorre Sessa15. À l’occasion de la collaboration avec Gobbi, ils décident de faire dessiner une nouvelle marque (V335), dont l’usage reste toutefois sporadique (figure n° 10).

12 Edit16 fournit également la reproduction d’une autre marque sur laquelle figure la reine-Vertu (Z1206 ; figure n° 11), qui s’inspire largement de celle inscrite dans le cadre de la page de titre de l’Architettura de Palladio. Toutefois, aucune notice bibliographique n’est associée à cette gravure, ce qui laisse pour l’instant ouverte la question de l’attribution de cette image à l’un des membres de la famille Franceschi.

Figure n° 10. Marque typographique al segno de la Regina, V335.

Figure n° 11. Marque typographique Virtus et Fortuna, Z1206.

  • 16 Pour exercer le métier de libraire à Venise, il fallait être immatriculé dans le registre de la co (...)

13Les archives vénitiennes fournissent quelques détails supplémentaires quant aux alliances et aux stratégies familiales mises en œuvre par les Franceschi, ainsi que sur les ouvriers formés dans leur atelier. Dans l’un des fascicules conservant les actes de la corporation des libraires, imprimeurs et relieurs, on découvre par exemple que Girolamo Foglietti, beau-frère de Pietro, s’approprie le titre d’héritier en 1598 en exhibant un testament de Pietro, ce qui laisserait penser que les descendants directs de ce dernier ont tous disparu ou bien ont démarré une activité indépendante16.

  • 17 « Et illico / Compare f. Giacomo Ghedini, libraro alla Fede, e dimandao come esercita Tarte, che è (...)
  • 18 « [...] et più, pero non produsse fede alcuna », ibid., fol. 81 [4 mai 1588].

14En 1578, l’un des ex-ouvriers de l’entreprise, Giacomo Ghedini, tenant boutique à l’enseigne de la Fede, demande à être inscrit dans les cartulaires de la profession en tant qu’imprimeur indépendant, moyennant les frais d’entrée dans la guilde17. Dix ans plus tard, un autre typographe formé dans l’atelier de la Regina postule en tant que libraire avec beaucoup moins de succès : en mai 1588, Antonio delli Rossi affirme « [esser] stato garzone con il q. m. Zuanne Griffo per anni 6., et haver servito per lavorante alla bottega della Regina anni X », mais comme il ne peut pas produire des documents attestant de cette expérience, sa candidature est refusée18.

  • 19 Ibid., fol. 103 [16 décembre 1594].

15Six ans plus tard, un certain Zannatonio di Rossi, qui a « servito li heredi dela Regina »19’, produit les mêmes arguments que le précédent plaignant et arrive à se faire accepter dans la corporation. Évidemment, la politique d’installation de nouveaux imprimeurs dans la Sérénissime variait selon la conjoncture économique et le gré du conseil de la corporation, qui devient de plus en plus exigeant vis-à-vis des nouveaux candidats susceptibles de devenir des concurrents en puissance.

  • 20 La bibliothèque Mazarine possède un exemplaire de l'édition de 1581 ayant appartenu a Vittorio Alf (...)
  • 21 Orazio Toscanella, I luochi communi di tutta l’opera del Furioso, dim. Lodouico Ariosto ; per ordi (...)

16Le catalogue de Domenico de’ Franceschi, le fondateur de l’entreprise, est constitué d’une cinquantaine d’éditions et apparaît assez équilibré par rapport à celui de ses héritiers. On remarque en effet une certaine variété tant dans les choix éditoriaux que dans l’aspect matériel des ouvrages produits. Si le domaine le plus représenté est celui des écrits dévotionnels, sans doute en raison des multiples rééditions du Rosario della gloriosa Vergine d’Alberto da Castello, publié au moins quatre fois, la littérature est bien représentée par une dizaine de volumes. Cette section est des plus homogènes, car Domenico ne choisit que des ouvrages en vers, avec une claire préférence pour les textes épiques : l’Orlando furioso de Ludovico Ariosto côtoie la Gigantea de Girolamo Amelonghi, le Burracchio de Giovanni Battista Dragoncino et l’Attila flagellum dei. La publication complète de l’œuvre poétique de l’Arioste, dont paraissent également les Satires et les Rimes, est en quelque sorte agrémentée par la parution du Discorso della s. Laura Terracina. Sopra il principio di tutti i canti di Orlando Furioso20, ce qui laisserait penser à un projet « ariostesco » très cohérent, portant tant sur les œuvres poétiques du Ferrarais que sur les commentaires ; à la mort de Domenico, son frère Pietro continuera ce dessein en publiant I luochi communi di tutta l’opera del Furioso d’Orazio Toscanella21.

  • 22 « Da segnalare, come momento saliente della biografía di F. D., il processo che questi subi il 9 l (...)
  • 23 Voir Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 14, fasc. 1, « Contro stampatori e librai dal (...)
  • 24 Mot illisible.
  • 25 Certains passage du document se révèlent difficiles à déchiffrer ; quant au Paolo Motta (ou da Mot (...)
  • 26 Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 14, fasc. 1, « Contro stampatori e librai dal 1551 (...)
  • 27 Ibid., folio non numéroté.
  • 28 Certains auteurs identifient Giovanni della Speranza avec Giovanni Francesi, un imprimeur d’origin (...)

17En général, les livres dévotionnels et les œuvres poétiques édités par Domenico ne sont jamais des principes et semblent répondre à une demande précise du marché aussi bien vénitien que péninsulaire. Par ailleurs, on a le plus grand mal à déceler dans cette production les indices d’une quelconque « amoralité », pourtant attestée par une action intentée par le Saint-Office en 1558, qui débouchera sur une condamnation du fondateur de l’imprimerie et sur la destruction de tous les exemplaires de deux ouvrages saisis, dont les titres restent pour l’heure mystérieux en raison de leur mention générique dans les actes22. La procédure instruite contre Domenico de’ Franceschi le 8 juillet 155823 concerne la publication des deux historie, vraisemblablement des opuscules à caractère grivois parus sans mention du typographe. Interrogé par les juges afin de savoir s’il était bien l’imprimeur de l’« Istoria intri [...]24 » et de l’« Istoria nuova piacevole » d’un certain Paulo Motta25, le prévenu répond qu’il est bien responsable de l’édition de ces opuscules qu’il a fait imprimer par un « magistro Alexandro stampador » ayant son imprimerie à Santa Maria Formosa, sans se soucier outre mesure du privilège et de la permission des inquisiteurs. Questionné sur les raisons de cet abus, il répond qu’il s’agissait de « cosa da poco importanza anzi cose da rider » et qu’il avait cru « guadagnar et cavarne qualche bizo [e] perché son poveretto le ho fatto stampar »26. Pour minimiser la gravité de sa faute, Domenico invoque à sa décharge le fait que les deux ouvrages étaient déjà parus chez Agostino Bindoni et Matteo Pagano, dont les ateliers se trouvaient justement « in Frezzaria », et que jamais il n’aurait imprimé sans autorisation un ouvrage manuscrit, c’est-à-dire inédit. L’un de ses concurrents directs, Matteo Pagano, sera à son tour condamné par le Saint-Office quelques semaines plus tard (le 20 août 1558) pour s’être exonéré de la permission des Supérieurs (« Superiori »)27. La condamnation de Pagano est vraisemblablement liée à la dénonciation de Franceschi, lors de sa comparution devant les inquisiteurs pour la publication des historie, car à l’occasion de l’action contre Pagano est condamné également Giovanni della Speranza, dont la boutique, située à Santa Maria Formosa, côtoyait justement celle d’Alessandro, le prestataire de Domenico28.

  • 29 Historia noua, piaceuole la quale tratta delle malitie delle donne e le pompe che cercano adornars (...)
  • 30 Historia noua epiaceuole da intendere, la quale tratta dele malitie dele donne & dele pompe che ce (...)
  • 31 Historia nona e piaceuole da intendere, la quale traita de le malitie delle donne, & de le pompe c (...)
  • 32 Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 14, fase. 1, « Contro stampatori e librai dal 1551 (...)
  • 33 L’Arétin aurait écrit le Lamento d’una cortigiana ferrarese avant 1525 et la première édition de c (...)

18Il est possible d’identifier au moins l’un des deux ouvrages incriminés : il devrait s’agir de l’Historia nova e piacevole da intendere, la quale traita de le malitie delle donne, une pièce dont subsistent trois éditions différentes, qui ne portent aucune mention typographique29. À deux occasions, cet ouvrage a été imprimé avec d’autres pièces poétiques : l’histoire « dela mal maritata »30 et Un lamento di una cortigiana ferrarese, qual per havere il mal francese si condusse andare in carretta31. S’il est difficile d’affirmer avec certitude que Domenico fut l’éditeur de cette dernière édition, il est probable qu’il ait pu produire une plaquette similaire, car les censeurs font référence à une « Istoria nuova piacevole et alia incipienti invocatione »32, ce qui pourrait renvoyer à la plainte (« lamento ») de la vieille courtisane. Cette dernière pièce retient depuis des décennies l’attention de la critique, puisqu’il semblerait que son auteur soit le sulfureux Pietro Aretino33.

19L’habitude de publier dans une seule plaquette des pièces originales avec d’autres œuvres déjà éditées et bien connues du public était fréquente à cette époque, surtout lorsqu’il s’agissait de compositions ludiques ou grivoises adressées à un marché populaire. Dès le milieu du siècle, toutefois, même à Venise, on exerçait un contrôle plus strict sur cette production licencieuse et les imprimeurs évitaient de signer ces plaquettes qui, quoique bon marché, permettaient d’approvisionner les caisses de leurs entreprises. Comme beaucoup de ses collègues, Domenico dut en fabriquer plusieurs et sa renommée d’imprimeur d’opuscules populaires subsiste – hélas – encore aujourd’hui et cela au mépris de l’évidente variété de son catalogue.

20En 1573, Pietro et Domenico eurent à nouveau affaire au Saint-Office, toujours pour avoir imprimé des livres sans le placet des inquisiteurs. Cette fois-ci, il s’agissait d’ouvrages de genres très différents, notamment à caractère religieux, ce qui était une initiative périlleuse à une époque où le contrôle des censeurs se faisait plus pressant. Les documents en notre possession font état de la convocation de Pietro de’ Franceschi, qui avait sans doute déjà pris les rênes de l’entreprise familiale :

  • 34 Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 156, fasc. 1, document non numéroté, fol. [51]. Le (...)

Die sabbatj 31, oct. 1573.
Comparuit vocatus in Sancto Officio Piero di Francesco stampador libraro alla Regina in Frezzaria. Et domandato si ha stampato la Epistola della Dominica, Vendetta d’amore, Le sette allegrezze délia Madonna, Et li segni Thaù rispose : « È vero de i segni Thaù, che mi havete mostrato al presente. Le altre cose sono state stampate nella nostra bottega, et è vero, che da tempo havemo stampato anco li segni Thau ». Deinde subiunxit : « Io ho havuto da Modena pole no esser tre giornj le medesime cose, che mi havete mostrato, Et non solamente le se stampano nella nostra stamparia : ma anchor da quel della Fede in Frezzaria, che è Francesco de Them° [?], Marco Bindoni sta a S. Salvador, et Vincenzo Viani ni sta a Santa Maria Formosa, et non so chi altri le stampano ».
Quibus habitus fuit ei preceptus, che debba presentar tutte le Epistole, Le sette allegrezza [sic], Vendetta d’Amor cosi stampate da lui come da altri. Et successive Domini mandarunt citari pro die martis processu Francisci ad insigne fidei et Marcum Bindoni Impressores librorum34.

  • 35 S. l. n. d., in-8°.
  • 36 Voir surtout Marcello Brusegan, « Farri, Giovanni, Domenico, Onofrio e Giovanni Antonio (1540-1603 (...)
  • 37 Du Français Vincent Vaugris, mieux connu en tant que Vincenzo Valgrisi, on connaît plusieurs ensei (...)
  • 38 Giovan Battista Verini, Crudeltà d’amore, nuovamente composta per Giovambatista Verini, [...] alla (...)

21L’identification des ouvrages mentionnés dans ce document n’est pas des plus aisées, car les exemplaires imprimés par Pietro de’ Franceschi et les autres libraires mis en cause par ce dernier furent vraisemblablement saisis, puisque aucune édition ne semble subsister à ce jour. Il existe toutefois des éditions portant des titres similaires, parfois antérieures, parfois postérieures à 1573, telles que La epistola della s. dominica35, imprimée au cours des années 1530, dont on conserve un exemplaire à la Biblioteca universitaria alessandrina de Rome. De même, les censeurs semblent faire allusion à un ouvrage de l’humaniste et homme d’église Agostino Beaziano, Le sette allegrezze et cinque passioni d’amore, dont une édition postérieure fut publiée en 1590, à Trévise, par Angelo Mazzolini. Le renvoi elliptique à un ouvrage de « li segni Thaù » ne permet, pour le moment, que des conjectures fantaisistes ouvrant peut-être sur des pistes de recherche plus solides. La lettre tau apparaît aussi bien dans l’alphabet grec que dans l’alphabet hébraïque ; elle pourrait donc renvoyer à une composition dévotionnelle se référant aux significations symboliques de la dernière lettre de l’alphabet hébraïque – adoptée par les premiers chrétiens et par saint François en tant que signe de la Résurrection – ou à un ouvrage sur la cabale, ou encore – mais c’est moins probable – à la (ré)édition d’un manuel sur les lettres grecques et/ou hébraïques, tel que l’anonyme Graecum Alphabetum [...] adiectum est Hebraicum Alphabetum, publié à Venise par Domenico Farri après 1555. Les indices étant vraiment minces, il est difficile d’en dire davantage, d’autant plus qu’une édition utilisant des caractères hébraïques serait une sorte d’hapax dans le catalogue de la Regina. Une chose est en revanche certaine : dans ces années-là, les Farri étaient connus pour leurs éditions en hébreu, car ils possédaient le matériel typographique et un réseau d’imprimeurs et « consultants » juifs auxquels ils avaient recours systématiquement36, ce qui n’était pas le cas de l’atelier de la Regina. Enfin, une quelconque relation entre la mention « li segni Thaù » et la production de l’imprimerie de Vincenzo Valgrisi, dont l’une des enseignes et plusieurs marques typographiques arboraient un serpent enroulé autour de la lettre tau, semble à exclure37 ; le texte de la censure étant suffisamment clair en ce sens, c’est bien d’un ouvrage précis qu’il est question dans ces lignes. Tout aussi obscure, l’allusion à une composition intitulée « vendetta d’amor » pourrait renvoyer aussi bien à un texte littéraire, tel que le Crudeltà d’amor de Verini38, qu’à un ouvrage à caractère mythologique ou confessionnel.

  • 39 Ce dernier fit l’objet d’un procès pour hérésie. Voir Alfredo Cioni, « Agostino e Stefano Bindoni  (...)
  • 40 Voir Michele Jacoviello, « Proteste di editori e librai veneziani contro l’introduzione della cens (...)

22Comme l’avait fait son frère en 1558, Pietro invoque à sa décharge la circulation de ces compositions non seulement à Venise, mais également dans d’autres territoires non sujets à l’autorité des inquisiteurs de la Sérénissime – en l’occurrence à Modène. Les libraires mis en cause sont Francesco da Salo, tenant boutique à l’enseigne de la Fede, « in Frezzaria », qui fut l’un des associés de ce Matteo Pagano dont il était déjà question dans l’action en justice de 1558 ; puis Marco Bindoni, le fils du célèbre Agostino et frère de Stefano39, et Vincenzo Viani, l’un des héritiers d’Alessandro Viani, travaillant avec son frère Bernardino. Les inquisiteurs procèdent de la même façon qu’en 1558 : ils ordonnent la saisie de tous les exemplaires édités par les de’ Franceschi et par leurs collègues, ainsi que la comparution de Francesco da Salò et de Marco Bindoni. Cette pratique de délation n’est pas une prérogative des imprimeurs de la Regina. Les actes du Saint-Office regorgent de dénonciations croisées concernant la plupart des imprimeurs-libraires vénitiens. Ces imputations multiples sont rarement anonymes ; au contraire, elles sont souvent le fait de concurrents et d’ex-collaborateurs devenus de vrais « francs-tireurs ». A partir du milieu du XVIe siècle, sous l’impulsion des censeurs, les prévenus s’adonnent à ce qui peut paraître un jeu de massacre à l’encontre d’autres collègues, bien qu’on découvre, dans les actes contemporains de la corporation, que les comparutions devant le Saint-Office, les saisies et les condamnations ne débouchaient pas sur des procès de grande envergure et ne ternissaient pas nécessairement la réputation des membres de la profession. La lecture de ces documents permet la reconstruction partielle de scénarios complexes et parfois contradictoires ; elle sous-entend également l’existence de réseaux d’imprimeurs, d’alliances entre typographes, libraires et autres gens du métier, afin de contrer la concurrence de groupes rivaux, éventuellement en les dénonçant aux inquisiteurs. Cela n’empêche pas l’affirmation d’une certaine autonomie de la profession vis-à-vis des pressions de la censure, grâce à l’activité de la corporation des imprimeurs-libraires et au contrôle qu’elle exerçait sur ses membres40.

  • 41 Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 156, fase. 1, document non numéroté, daté du 21 mar (...)
  • 42 Enrica Benini Clementi, « Il processo del gioielliere veneziano Alessandro Caravia », dans Nuova m (...)

23Les deux actes de censure contre Domenico et Pietro de’ Franceschi témoignent non seulement de l’efficacité réelle des saisies opérées par les inquisiteurs, car aucun exemplaire des impressions mentionnées – qu’il ait été imprimé dans leur atelier ou chez les concurrents – n’a pu être identifié avec certitude, mais aussi de l’étendue des lacunes engendrées par ces saisies. Il est en effet plus que vraisemblable que, outre les quatre-vingts éditions que l’on peut aujourd’hui attribuer aux deux frères, une série d’ouvrages imprimés sans privilège et sans la permission des supérieurs, et sans doute privés de notes typographiques, soient sortis des presses de la Regina. Certains volumes ont dû être confisqués et détruits lors des procédures intentées contre des libraires commercialisant ces ouvrages ; d’autres ont peut-être fait l’objet de condamnations générales, comme à l’occasion de la mise au ban du Decameron, dont tous les exemplaires furent retirés du marché en 157341, tandis que d’autres « silent prints » ne retenant pas l’attention des censeurs subsistent encore, mais résistent aux premiers repérages systématiques. De même, sur la base de la documentation existante, il est difficile de déterminer les sujets de ces éditions et leurs caractéristiques : si le manuscrit de la première censure fait état d’opuscules divertissants – vraisemblablement des in-8° de peu de prix –, dans le deuxième cas, on ne peut que supposer la publication de quelques textes religieux qui ne semblent pas nécessairement hétérodoxes. Bien plus dangereuse du point de vue confessionnel apparaît en revanche l’opération éditoriale menée, en 1587, par les héritiers de’ Franceschi. Ceux-ci publient La verra antiga de Castellani, Canaruoli e Gnatti, con la morte de Giuco e Gnagni, in lengua brava d’Alessandro Caravia, un texte poétique en langue « zerga » qui valut à son auteur un procès pour hérésie en 1557-155942. Dédié à Pietro Aretino, le texte fut rédigé autour de 1550 et dissimulait, sous les « lazzi » et les jeux carnavalesques des deux personnages principaux, Giurco et Gnagni, un message religieux d’inspiration réformée. Imprimée en 1550 sans mention de l’imprimeur, La verra fut publiée dans sa version intégrale, c’est-à-dire non expurgée par l’auteur, en 1587, alsegno de la Regina. Malheureusement, de cette dernière édition ne subsiste aujourd’hui aucun exemplaire et les témoignages de son existence figurent dans des manuscrits lacunaires :

  • 43 E. Benini Clementi, Riforma religiosa e poesia popolare..., p. 102.

Il successo del poemetto [La verra] del resto è confermato dalle varie edizioni posteriori che se ne ebbero. Si ha notizia indiretta di una ristampa della Verra anche nelle carte di un codice marciano disperso, in parte trascritto da Bartolomeo Gamba, in cui si cita un « libro stampato in Frazzeria all’insegna della Regina, il mille cinquecento ottantasette » e se ne trascrivono due ottave. Si tratta probabilmente dell’edizione princeps, del tutto distinta dal rimaneggiamento anónimo dell’operetta del Caravia, intitolato La guerra de’ pugni fra Castelai e Nicoloti nell’anno 1521, nel quale vennero completamente rimosse le affermazioni ereticali presentí nell’originale43.

  • 44 Voir Alessandro Caravia, Naspo Bifaro, nouamente ristampao. Con la-fonta del lamento chel fa per h (...)

24Noyée dans la profusion de plaquettes dialectales et à sujet comique produites par les héritiers de’ Franceschi, dont plusieurs du même Caravia44, cette édition dut retenir l’attention des inquisiteurs qui procédèrent vraisemblablement à la saisie de tous les volumes. Il est difficile de comprendre les raisons de la publication tardive d’un ouvrage en partie inspiré par le Beneficio di Cristo, qui avait déjà fait l’objet de censure. Nos imprimeurs-libraires auraient-ils oublié le procès retentissant intenté contre Caravia ou bien entendaient-ils sciemment diffuser des théories réformées à une époque où le risque de poursuites de la part du Saint-Office était plus que probable ?

  • 45 Gasparino Barzizza, Vocabularium brene, Venetiis, apud Dominicum de’ Francisci, 1567, in-8°; Anton (...)
  • 46 Venetiis, apud Petrum de Francisciis, 1576, in-4°.
  • 47 Orazio Toscanella, Applicamento de iprecetti délia inuentione, dispositione, et elocutione, che pr (...)

25D’autres genres éditoriaux figurent dans le catalogue des frères de’ Franceschi. Une partie de leur production semble conçue à l’intention d’un public de clercs, fonctionnaires et marchands friands d’ouvrages de lexicographie, de rhétorique et de grammaire. Si Domenico ne publie que deux ouvrages de ce genre, le Vocabularium breve de Gasparino Barzizza (1567) et le Grammaticae opus d’Antonio de Nebrija (1565)45, son frère éditera dans son sillage un luxueux in-2° d’épistolographie latine et italienne d’Orazio Toscanella, l’un des auteurs phares de la maison, dont on publie également l’Oratio Ciceronis pro T. Annio Milone, ab Horatio Tuscanella examinata46, mais aussi un dialogue sur l’orthographe de Girolamo Ruscelli et le Vocabulista ecclesiastico de Giovanni Bernardo Forte47.

  • 48 Voir par exemple les plaquettes parues pendant la guerre contre les Turcs (Rocco Benedetti, Ad urb (...)
  • 49 Dialogo de tutte le cose notabili che sono in Venetia cioè, pittori & pitture, scultore & vsanze a (...)
  • 50 Sur Francesco Sansovino, voir surtout Elena Bonora, Ricerche su Francesco Sansovino : imprenditore (...)

26Les entreprises qui impliquent d’authentiques chantiers éditoriaux, pour lesquels la collaboration entre auteur et imprimeur s’avérait fondamentale, n’appartiennent pas à cette catégorie, ni à celle des rares occasionnels publiés à la suite d’événements majeurs de l’histoire de la Sérénissime48. Deux auteurs choisirent ces imprimeurs pour la publication de textes originaux : Francesco Sansovino et Andrea Palladio. Le premier prépare pour Domenico la publication d’une sorte de guide topographique et artistique de la ville de Venise qui aura un succès remarquable ; il s’agit du Dialogo de tutte le cose notabili che sono in Venetia [...] paru en 156549, puis 1566, 1568 et 157050. Quant à Palladio, il confie aux presses des Franceschi ses livres d’architecture, dont les planches sont gravées par l’auteur. Le traité est distribué d’abord en 1570, en deux volumes distincts, chacun constitué de deux livres, puis en un seul volume (figures n° 12, 13, 14 et 15).

Figures n° 12 et 13. Andrea Palladio, I quattro libri dell’architettura [...], in Venetia,
Appresso Domenico de’ Franceschi, 1570, page de titre et verso du dernier feuillet.
Paris, bibliothèque Mazarine, 2° 4792.

Figures n° 14 et 15. Andrea Palladio, I quattro libri dell’architettura [...],
In Venetia, Appresso Bartolomeo Carampello, 1581, page de titre et verso du dernier feuillet.
Heidelberg, Universitätsbibliothek, T 2153 RF1S.

  • 51 Sur les modifications apportées à l’édition Carampello de 1581, voir surtout Fernando Rigon, « Le (...)

27Ce traité, qui eut une vaste fortune européenne jusqu’au XIXe siècle, grâce aux nombreuses traductions et adaptations, est bien connu des historiens de l’architecture et il n’y a pas lieu d’y revenir ici. La beauté de cet in-2° occulte par ailleurs les difficultés techniques, mais sans doute aussi financières que la réalisation d’un tel ouvrage impliquait. Il en va de même pour la (ré)édition de 1581, dans laquelle, afin de pouvoir réutiliser la totalité des gravures et des décors typographiques, on n’a pas touché à la disposition des planches et des ornements, ce qui implique une nouvelle composition du texte respectant la distribution initiale de l’écrit dans chaque page51.

  • 52 Voir Christopher L. C. E. Witcombe, Copyright in the Renaissance. Prints and the Privilegio in Six (...)
  • 53 Voir C. L C. E. Witcombe, Copyright in the Renaissance..., p. 265.
  • 54 I... Puppi, Palladio, Introduzione alle Architetture..., p. 82.
  • 55 « Se è possibile che le acqueforti edite ne 1575 siano state eseguite a ridosso di quella data, i (...)
  • 56 Exposition « Andrea Palladio incisore », réalisée par ViArt, Vicence, 18 octobre-9 novembre 2008.
  • 57 Voir L. Puppi, Palladio. Introduegone aüe Architetture..., p. 85, et J. R. Hale, « Andrea Palladio (...)

28Palladio collaborera aussi avec Pietro de’ Franceschi pour la publication d’un volume qui revêt un intérêt tout particulier en raison de la nouveauté du projet éditorial : il s’agit des commentaires italiens au De bello gallico de Jules César. Pour cette œuvre, Palladio demande et obtient de la Sérénissime un privilège exclusif52, une démarche relativement rare car la demande de privilège était en général une prérogative des imprimeurs-libraires. D’autres ateliers avaient publié maintes fois des commentaires de ce texte, mais aucune édition n’avait été illustrée. Pour I Commentari di C. Giulio Cesare [...], Palladio reprend à son compte la traduction de Francesco Baldelli, parue vingt ans plus tôt chez Giolito et désormais tombée dans le domaine public53, et l’enrichit d’une série d’illustrations représentant la disposition des armées impériales dans les différents champs de bataille. L’insertion de cartes et des plans de bataille témoigne des intérêts à la fois philologiques, pratiques et didactiques de cette entreprise et sont en partie redevables à l’intérêt que Palladio vouait à l’architecture militaire et urbaine. On sait que les gravures ont été en partie produites par les fils de Palladio, Leonida et Orazio, décédés en 1572, mais c’est au père que revient le mérite de la conception de l’ouvrage et des deux essais qui ouvrent les commentaires54. La conception et réalisation de ce volume furent sans doute contemporaines de l’élaboration des livres d’Architettura55 ; les deux projets répondaient d’une part à des nécessités d’autopromotion de Palladio dans les milieux vénitiens et, d’autre part, à l’intérêt grandissant de la Sérénissime pour l’art de la militia et les édifices défensifs. Récemment exposées à Vicence56, les gravures des Commentari ont fait l’objet de nouvelles recherches qui témoignent non seulement de la solide formation humaniste de l’architecte, qui eut pour maître l’humaniste Gian Giorgio Trissino et songeait à cette époque à une édition de Polybe57, mais aussi d’une approche à la fois technique et de divulgation « [utile] per conoscere, et ridurre in luce moite delle più nobili memorie dell’antichità » (figure n° 16 et 17).

29Quant aux sources iconographiques, elles sont sans doute à rechercher chez ses contemporains : Abraham Ortelius, Georg Braun et Pirro Ligorio.

  • 58 La vera effigie de gli dodici primi imperatori ritratti dalle loro antiche medaglie, Vinetia, per (...)
  • 59 Excussum Venetijs, 1570 (Venetijs, apud Dominicum de’ Franciscis, 1570), in-8°.
  • 60 Venettis, apud Petrum de’ Franciscijs, 1575, in-8°.
  • 61 Thomas Philologus physicus eques. Malum Galkcum, depila tinam, mguatiuam, dentatiuam, nodos, vlcer (...)
  • 62 Vinetia, appresso Domenico de’ Franceschi, 1569 ; voir à ce propos Le Liber de virtutibus herbarum (...)
  • 63 In Venetia, appresso Pietro de Franceschi, 1574.

30D’autres ouvrages ambitieux figurent dans les catalogues de Domenico et Pietro de’ Franceschi ; in primis l’anonyme La vera effigie degli dodiciprimi imperatori, un recueil de portraits des empereurs anciens presque introuvable58. Puis paraissent, par les soins de Pietro, les œuvres latines d’un personnage méconnu, esprit singulier, l’astrologue et médecin Tommaso Giannotti Rangoni, mort depuis longtemps à l’époque de la parution de ses De vita principis, et Venetorum commoda semper : consilium (1570)59 et De microcosmi affectuum, maris, foeminae, hermaphroditi, gallique miseria (1575)60, un texte en latin et en grec moderne contenant un traité presque inconnu sur la syphilis qui sera publié encore deux fois sous des titres différents61. À un public plus large sont en revanche destinées les traductions en langue vulgaire de livres de sciences naturelles, tels que la version italienne du Liber aggregationis attribué à Albert le Grand, Delle virtù delle herbe et di animali, et pietre pretiose, et di molte marauigliose cose del mondo62 et le Dialogo meteorologico di Tomaso Tomai [...] Nel quale [...] se ragiona di molti meravigliosi effetti dalla natura prodotti [...]63.

Figures n° 16 et 17. Andrea Palladio, I commentari di C. Giulio Cesare, con le figure in rame degli aloggiamenti,defatti d’arme, delle circonuallationi delle città, e di molte altre cose notabili descritte in essi. Fatte da Andrea Palladio per facilitare a chi legge, la cognition dell’historia,
In Venetia, Appresso Pietro de’ Franceschi, 1575
[in fine : Appresso Pietro de’ Franceschi, & nepoti, 1574].
Florence, Biblioteca nazionale centrale.

  • 64 Rinaldo di Montalbano, Inuamoramento de Rinaldo net quale si contiene il suo nascimento, e tutte l (...)

31Or la plupart des critiques qui ont étudié la production des deux Franceschi, Domenico et Pietro, affirment que leur atelier fabriquait essentiellement des « stampe popolari », c’est-à-dire des ouvrages de quelques feuillets, à bas prix, parfois anonymes, en toscan ou en dialecte, et de facture très simple. Au vu de ce que nous venons de démontrer, cela s’avère partiellement faux. De fait, farces, anthologies poétiques en dialecte, « cantari », recueils de chansons et ballades diverses publiées par les de’ Franceschi (héritiers compris) ont épisodiquement attiré l’attention des historiens du folklore et du théâtre, des linguistes et dialectologues, ainsi que des musicologues, tandis que la production à sujet dévotionnel, lexical, artistique, médical ou botanique nécessite encore une enquête sérieuse et systématique. D’autres facteurs aggravent ce défaut de perspective : on confond trop souvent la production des frères Domenico et Pietro avec celle de leurs descendants et cela non seulement à cause des données biographiques lacunaires, mais aussi par un effet rétroactif quelque peu pervers. Tout dépend en outre de ce qu’on entend par « edizione popolare » : certaines plaquettes, bien qu’à l’apparat typographique simple et de peu de prix, véhiculent des connaissances qui n’ont rien de populaire, ce qui conduit à corriger substantiellement le jugement sur la politique éditoriale de cet atelier, du moins jusqu’à 1576. Seulement quelques opuscules figurant dans le catalogue de Domenico semblent destinés à un public peu alphabétisé et peut-être seule une édition « popolare » est présente dans celui de Pietro, l’Innamoramento de Rinaldo64. Il en va de même pour la vingtaine d’impressions faites par Pietro et ses neveux.

  • 65 Les héritiers Franceschi publièrent plusieurs plaquettes poétiques dont les textes pouvaient être (...)
  • 66 Francesco da Firenze, Libro chiamato Persiano. Il qual fu figliolo de Altobello quai tratta de Car (...)

32La politique éditoriale change en revanche à la mort de ce dernier. Lorsque ses héritiers reprennent en main l’affaire, ils orientent la production de l’atelier dans une direction nouvelle : tout en rééditant les best-sellers de la maison, le Roland furieux de l’Arioste, le rosaire d’Alberto da Castello et les Quattro libri dell’architettura de Palladio, ils préfèrent imprimer une multitude d’opuscules in-8° sous la simple mention al segno de la Regina. L’enseigne devient alors la marque distinctive d’un atelier qui voue ses efforts à la diffusion de pièces versifiées, chansons plaisantes, occasionnels divers à caractère astrologique ou hagiographique, « opere nove » en toscan, vénitien, napolitain, « bergamasco », ainsi que des rares recueils de « stances » et ballades qui pourront être mises en musique65. Si les marques typographiques se font rares sur ces plaquettes, en raison du peu d’espace disponible, la plupart des opuscules ont une page de titre illustrée, comme dans l’édition de Francesco da Firenze, Ubro chiamato Persiano66 (figures n° 18 et 19).

Figures n° 18 et 19. Francesco da Firenze, Libro chiamato Persiano.
Il qual fu figliolo de Altobello quai tratta de Carlo Magno imperatore, & de tutti li paladini.
Et come Persiano fece moite aspre bataglie. Et di nuouo de bellissime historié adornate a li luochi suoi quai neli altri non vi sono, In Venetia, in Frezzaria al segno della Regina, 1587.
Sienne, Biblioteca comunale degli Intronati, Q 082.

  • 67 Il s’agit du recueil factice coté Rés. Yd. 1467-1493 qui s’ouvre par La laude di Macharoni, con un (...)

33Parmi les quatre-vingt-dix éditions identifiées à ce jour, plus de quarante sont anonymes et présentent un réel intérêt pour les spécialistes de littérature populaire et dialectale. Le petit nombre d’exemplaires conservés fait aussi le bonheur des collectionneurs et cela depuis des lustres, comme en témoigne un recueil conservé à la Bibliothèque nationale de France dans lequel on a relié vingt-six pièces dont au moins vingt-cinq sont sorties de l’atelier de la Regina entre 1576 et 1593 environ, et parmi lesquelles figurent plusieurs unica67. À l’évidence, la production des héritiers n’a rien d’humaniste et même la divulgation des savoirs « hauts » est exclue de leur catalogue. On observe toutefois avec intérêt la coexistence d’éléments d’une grande modernité et de caractères presque désuets. L’atelier diffuse encore des compositions poétiques façonnées sur des modèles dérivés du Moyen Age, tels que les chants de la tradition « canterina », inspirés le plus souvent des épisodes des chansons de geste. En même temps, cet atelier fait une place d’honneur à la culture littéraire et théâtrale citadine, une culture très vivante dont les aspects performatifs et linguistiques les plus innovants alimenteront le théâtre de la « commedia dell’arte » du siècle suivant.

34Dans une ville comme Venise, où le taux d’alphabétisation n’était pas négligeable et où la diffusion de produits culturels grandissait grâce à un accès à la lecture des classes plus modestes, on consommait en quantité des ouvrages véhiculant des messages apparemment contradictoires : les contenus dévotionnels cohabitent avec les farces et autres divertissements poétiques, mais l’imaginaire qui semble enchanter plus que tout autre les Vénitiens est aussi – pour étrange que cela puisse paraître – celui d’une noblesse mythique et à jamais révolue. Les plaquettes anonymes produites à cette époque par les héritiers de’ Franceschi et par leurs concurrents débordent d’aventures romanesques moyenâgeuses et de saints chevaliers, tandis que, sur un autre front, celui de l’autolégitimation par la culture de toutes les classes composant le complexe puzzle vénitien, la littérature dialectale et performative, dite – hélas – populaire, renforce le sentiment d’appartenance et alimente la revendication, celle-ci typiquement vénitienne, d’une fière supériorité tout insulaire à l’époque où la Sérénissime amorce son déclin.

Notes

1 Voir Marcello Brusegan, « Franceschi, Domenico e Pietro de’ », in Dizionario dei tipografi e degli editori italiani, dir. Marco Menato, Ennio Sandal et Giuseppina Zappella, t. I, Milan, 1997, p. 448-450.

2 Lorenzo Baldacchini, dans l’article « De’ Franceschi Francesco » du Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 1925-, affirme que : « Numerosi furono gli altri de’ Franceschi che esercitarono attività connesse con il mondo del libro. Li troviamo in varie parti dell’Italia, anche se non possiamo stabilire il grado di parentela col de’ Franceschi. Un fratello potrebbe essere Domenico, libraio a Pesaro e tipografo a Venezia dal 1557 al 1587, all’insegna della Regina (notevole una sua edizione dell’Architettura del Palladio del 1570). In Frezzeria alla stessa insegna lavorò anche per un breve periodo Pietro, forse un altro fratello (1573-1576), del quale ricordiamo una edizione in volgare delle opere di Cesare (1575) e che compare nel ‘76 come editore a Pesaro. Per una sola edizione è conosciuto Girolamo (senese), che esercitò il mestiere di libraio a Firenze » (Dizionario biografico degli Italiani..., t. III, 1988, p. 30-35, ici p. 34). D’autres héritiers de Francesco le Siennois auraient travaillé à Palerme, Rome et Sienne (ibid., p. 34). Selon Brusegan, en revanche, le Siennois eut six enfants, trois filles et trois fils, dont les prénoms (Zaccaría, Giovanni Antonio et Giacomo) ne correspondent pas à ceux des propriétaires de l’atelier al segno de la Regina (voir Marcello Brusegan, « Franceschi, Francesco de’ ed eredi », dans Dizionario dei tipografi..., p. 450-453, spécialement p. 450).

3 « I La bottega tuttavia continuó la sua attività tipografico-editoriale almeno fino al 1587 sotta la guida di anonimi eredi e successivamente, pur non pubblicando più alcun titolo, sotto la direzione di altri due de’ Franceschi : Prospero (1591-1593) e Pietro junior (1594-1597). Alla morte di quest’ultimo, avvenuta il 30 gennaio 1597, la bottega passô al legittimo erede, Girolamo Foglietti » (ibid., p. 449).

4 Il s’agit de la marque typographique identifiée en tant que Z1204 dans Edit16 (http://editl6.iccu.sbn.it).

5 Il s’agit de Zaccaria, Giovanni Antonio et Giacomo, qui tenaient une boutique al segno della Pace, paroisse de San Zulian ; voir Marcello Brusegan, « Francesco de’ Franceschi », dans Dizionario dei tipografi..., p. 450-453. Vers 1582, un autre Franceschi, prénommé Francesco et originaire de Padoue, imprime un ouvrage de Sabba Castiglione (Ricordi ouero ammaestramenti di monsig. Sabba Castiglione, cavalier gierosolimitano. Ne i quali con prudenti, e christian i discorsi si ragiona di lutte le materie honorate, che si ricercano à un vero gentilhuomo, In Venetia, appresso Francesco de’ Franc, padouano, 1582, in-8°) et emploie une marque typographique utilisée par Bolognino Zaltieri (Z9-V511-A138), représentant un alambic sur le réchaud et le « motto » Aut utile aut iucundum aut utrunque.

6 In Venetia, appresso Girolamo Foglietti, al segno della Regina, 1618 [i. e. 1598].

7 In Venetia, in Frezzaria, al segno della Regina, 1599.

8 Voir à ce propos Chiara Lastraioli, « La dévotion comme instrument de rentabilité ? », notice de l’ouvrage d’Alberto da Castello, Rosario della gloriosa Vergine Maria, 1579, dans Passeurs de textes. Imprimeurs, éditeurs et lecteurs humanistes dans les collections de la bibliothèque Sainte-Geneviève, dir. Yann Sordet, Turnhout, 2009, p. 186-188.

9 L’historien et poète Cristoforo Scanello, dit Cieco da Forli, financera deux fois l’édition d’Il secondo libro, dell’Eneida di Virgilio. Ridotto da m. Alessandro Guarniello romano in ottaua rima [...], d’abord en 1574 (In Venetia, appresso Pietro de’ Franceschi i Frezzaria al segno della Regina, 1574), puis en 1579 (In Vinetia, ad instantia di Christofolo Cieco da Forli [al segno della Regina], 1579).

10 I quattro libri dell’architettura di Andrea Palladio. Ne’ quali, dopo un breue trattato de’ chique ordini, et di quelli auertimenti che sono piu necessari nel fabricare ; si traita delle case priuate, delle vie, de i ponti, delle piazze, de ixisti, et de’ tempij, In Venetia, [al segno della Regina,] appresso Bartolomeo Carampello, 1581, in-2°.

11 I quattro libri dell’architettura di Andrea Palladio. Ne’ quali, dopo un breue trattato de’ cinq ue ordini, et di quelli auertimenti, che sono piu necessarij nel fabricare ; si tratta delle case priuate, delle vie, de i ponti, delle piazze, de i xisti, e de’ tempij, In Venetia, appresso Dominico de’ Franceschi, 1570, in-2°. Une note présente à la fin de la fiche bibliographique fournie par Edit16 fait état de l’existence d’une contrefaçon de cette édition datant de 1768 environ. Carampello ne commencera à éditer in proprio qu’autour de 1593 et sur sa marque figure l’allégorie de la Patience (voir les marques U169 et V305-Z939).

12 Benvenuto Stracca, D. Benuenuti Stracchae I. C. clariss. patritii Anconitani, equitis comitisque In egregii i. c. Aymonis Crauettae responsa annotationes, Venetiis, apud Bartholomaeum Carampellum, ad signum Reginae, 1580, in-4° ; Paolo Grisaldi, Decisiones fidei catholicae, ex Sacrarum Scripturarum ; sanctorum conciliorum ; Patrum, doctorum scholasticorum fontibus, ac Sanctorum gestis deductae. Et in vno alphabetico ordine collectae. Opera r. p.f Pauli Grysal di Perusini ord. praedic, philosophiae, ac Sacrae Theologiae lectoris Rom. Prou, Venetijs, [Bernardino de’ Franceschi ?,] apud Bartholomaeum Carampellum, 1582, in-8°.

13 Gaspar de Laorte, Conforto de gli afflitti ; doue si tratta dei frutti, & rimedij delle tribulationi [...] Composto nuouamente per il r. p. Gaspar Loarte, In Venetia, appresso Bartholamio Carampello, al segno della Regina, 1579 (In Venetia, appresso Camillo Franceschini, a instantia di m. Bartolamio Carampello), in-12.

14 In fine: « In Venetia, Apuresso [sic] Camillo / Franceschini. A instantia di M. / Bartolamio Carampello ». J’ai consulté l’exemplaire conservé à la Biblioteca nazionale centrale di Firenze, qui porte sur la page de titre deux ex-libris, celui d’une certaine Angiola Vittoria et celui d’un dénommé Giovanni Capitani. Au verso de la page de titre, le nom d’Angiola Vittoria est biffé et on lit les deux annotations qui suivent : « Questo libro è di carta / chi è orbo non lo / guarda, sei piacessi / a qualcheduno sene / vadia a comperare / uno [...] » ; « e se alcun lo volessi / pigliar spada e pugnale / li converra portare chi uol / sapere il mio nome cassato / Gio. Capitani son chiamato ».

15 Voir les éditions suivantes : Ludovico Ariosto, Orlando furioso. Con gli argomenti in ottaua rima di Lodouico Dolce, & con le allegorie a ciascun canto di Thomaso Porcacchi, In Venetia, appresso Horatio de Gobbi, 1580, in-8° (au fol. 234, autre page de titre : Cinque canti di messer Lodouico Ariosto [...], In Venetia, [al segno della Regina], appresso Oratio de Gobbi, 1580) ; Giacomo della Marea, Confessione del beato frate Iacomo della Marca, dell’Ordine, & osseruantia di santo Francesco, In Venetia, in Frezzaria al segno della Regina, 1578 (2e éd. In Venetia, appresso gli heredi di Marchiò Sessa, 1582, in-8°). Pietro avait déjà eu recours à l’aide d’imprimeurs vénitiens et padouans ; voir Bonaventura da Bagnorea, In Li brum Sapientiae, et Lamentationes Ieremiae prophetae pia et erudita expositio [...] per loan nem Balainium accuratissime recognita, Venetiis, [Francesco Salvioni,] 1574 (Venetiis, apud Georgium Angelerium, sumptibus Petri de’ Franciscij, 1574), in-8° ; Stefano Gionta, Il fioretto delle croniche di Mantona, di nuouo ristampato con la gionta di molte cose, done di uede l’origine di essa citta con la maggior parte delle cose notabile occorse in lei, tanto di guerra come di pace. Raccolto per Stephano Gionta mantouano, Stampato in Padoua, per Lorenzo Pasquati, 1574 (In Venetia, appresso Pietro de’ Franceschi, 1574), in-8°.

16 Pour exercer le métier de libraire à Venise, il fallait être immatriculé dans le registre de la corporation (« arte »). Lorsque le conseil de l’« arte » des libraires demande à Girolamo Foglietti « come esercitava Tarte nostra, il quale rispose “Come herede del q. Piero di Franceschi libraro alla Regina”. Et gli fu detto che mostrasse detta Pretentione di heredità. Il quale rispóse “Volentieri”, et presenté) il testamento del detto q. Piero di Franceschi in Bergamina di mano di D. Gio. Patt[...] de Tomasi Nodaro Pubblico di Venetia et il tener dei quale al passo è questo : “Lasso Tinviamento et Tinsegna della mia Bottega a m. Girolamo Foietto mio Cognado. Il resto de tutti, et cadauni mei beni raggioni, et attioni di qualunche sorte che ho, et potessi haver lasso al sudetto m. Girolamo mio Cognato et a madama Susana mia sorella di dividere tra loro egualmente, con questo che detto ne segue dia ducati Cinque per una volta sola alladicta Laura mia Ameda ». Archivio di Stato di Venezia, Arti b 163, Libreri, stapatori Ligadori, Registri atti 1578-1659, fasc. 2, fol. 23. Ce document est également mentionné par Brusegan dans sa notice biographique « Foglietti, Girolamo », dans Dizionario dei tipografi…, p. 442.

17 « Et illico / Compare f. Giacomo Ghedini, libraro alla Fede, e dimandao come esercita Tarte, che è stato garzone di m. Domenico, e Pietro alla Regina, e che non si facci di lui peggio, che negli altri e si contento pagar i unq. Ducati et ben intrada, e fu accettato », Archivio di Stato di Venezia, Arti b 163, Libreri, stampatori Ligadori, Registri atti 1578-1659, fase. 1, fol. 9 [1er juin 1578].

18 « [...] et più, pero non produsse fede alcuna », ibid., fol. 81 [4 mai 1588].

19 Ibid., fol. 103 [16 décembre 1594].

20 La bibliothèque Mazarine possède un exemplaire de l'édition de 1581 ayant appartenu a Vittorio Alfieri, Il Discorso delta L aura Terracina ; sopra il principio di tutti i Canti di Orlando Furioso. Di nuouo con somma diligentia corretto, & ristampato, In Venetia, in Frezzaria al Segno della Regina, 1581, marque typographique Z1204, ex-libris manuscrit : « Vittorio Alfieri Parigi 1788 », cote 41882.

21 Orazio Toscanella, I luochi communi di tutta l’opera del Furioso, dim. Lodouico Ariosto ; per ordine di alfabeto da Oratio Toscanella cauati. In Venetia, appresso Pietro de i Franceschi, 1574 (Pietro de i Franceschi, & nepoti), in-4°, ill. Sur cet ouvrage, voir surtout Lina Bolzoni, « Dall’Ariosto al Camillo al Dont. Tracce di una versione sconosciuta del Teatro », dans Rinascimento, nouvelle série, t. 22,1982, p. 215 et suivantes.

22 « Da segnalare, come momento saliente della biografía di F. D., il processo che questi subi il 9 luglio 1588 [sic-, lire 1558] da parte del tribunale del Sant’Uffizio veneziano per la pubblicazione di due opere amorali delle quali era stato promotore. La causa si concluse con la condanna dell’imputato alla consegna, per la distruzione, di tutte le copie da lui detenute » (M. Brusegan, « Franceschi, Domenico e Pietro de’« ..., p. 449).

23 Voir Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 14, fasc. 1, « Contro stampatori e librai dal 1551 al 1558 », folio non numéroté. Domenico affirme avoir imprimé vingt quaderni (cahiers) et avoir encore chez lui un nombre indéfini d’exemplaires qu’il sera obligé d’apporter aux trois membres du tribunal.

24 Mot illisible.

25 Certains passage du document se révèlent difficiles à déchiffrer ; quant au Paolo Motta (ou da Motta) auquel on fait allusion dans le texte, nous n’avons pu l’identifier pour l’instant.

26 Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 14, fasc. 1, « Contro stampatori e librai dal 1551 al 1558 », folio non numéroté.

27 Ibid., folio non numéroté.

28 Certains auteurs identifient Giovanni della Speranza avec Giovanni Francesi, un imprimeur d’origine française qui serait mort en 1571. Aucune mention des deux historie ne figure à ce jour dans les catalogues d’Agostino Bindoni et de Matteo Pagano.

29 Historia noua, piaceuole la quale tratta delle malitie delle donne e le pompe che cercano adornarsi. Nuoua mente stampata, s. 1. n. d., in-8° (Venise, Biblioteca Marciana). Quelques années plus tard, les héritiers feront paraître la même pièce sous le titre Opera nuova sopra le malitie, & pompe che cercano fare le donne. Nuovamente scoperte dal gobbo de Rialto, In Venetia, in Frezzaria a segno della Regina, 1583, in-8°) (voir l’exemplaire conservé à la BNF, Rés. Yd. 1485).

30 Historia noua epiaceuole da intendere, la quale tratta dele malitie dele donne & dele pompe che cercano fare. Aggiuntoui queda dela mal maritata. Nouamente stampata, s. 1. n. d., in-8° (Rome, Biblioteca apostólica vaticana).

31 Historia nona e piaceuole da intendere, la quale traita de le malitie delle donne, & de le pompe che cercano fare. Con vn lamento di vna cortigiana ferrarese, qual per hauere il mal francese, si condusse andare in carretta. Nuouamente stampata, s. l. n. d., in-8° (Rome, Biblioteca dell’Accademia nazionale dei lincei e corsiniana).

32 Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 14, fase. 1, « Contro stampatori e librai dal 1551 al 1558 », folio non numéroté.

33 L’Arétin aurait écrit le Lamento d’una cortigiana ferrarese avant 1525 et la première édition de ce texte est celle imprimée à « Perugia, per Cosmo da Verona, detto Bianchino dal Leone », avant 1530. Voir à ce propos Giovanni Aquilecchia, « Per l’attribuzione e il testo del Lamento d’una cortigiana ferrarese », dans Tra latino e volgare. Per Carlo Dionisotti, Padoue, 1974, p. 3-25, repris dans id., Schede di italianistica, Turin, 1976, p. 127-151. Voir aussi Danilo Romei, « Cortigiane honeste e (dis)honeste nei libri italiani del Cinquecento », dans Otium. Antisociété et anticulture. Actes de la journée d’étude de Tours, 24 octobre 2008, éd. Maria Teresa Ricci, en ligne : http://www.nuovorinascimento.org/n-rinasc/atti/pdf/otium,pdf.

34 Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 156, fasc. 1, document non numéroté, fol. [51]. Le même fascicule conserve une convocation datée du 1er décembre 1571 (fol. 34-35v) dans laquelle on rappelle à de nombreux imprimeurs-libraires l’obligation de demander un privilège aux pères théologiens afin qu’ils puissent lire et éventuellement expurger les œuvres avant parution. Parmi les imprimeurs convoqués figure « M. Domenego di Franceschi » (fol. 35).

35 S. l. n. d., in-8°.

36 Voir surtout Marcello Brusegan, « Farri, Giovanni, Domenico, Onofrio e Giovanni Antonio (1540-1603), dans Dizionario dei tipografi..., p. 424-428.

37 Du Français Vincent Vaugris, mieux connu en tant que Vincenzo Valgrisi, on connaît plusieurs enseignes, dont la plus célèbre fut sans doute celle dite d’Erasmo. Les deux autres, le serpent et le signe tau, figurent aussi dans ses marques typographiques (voir Edit16, marques V498, ZI 035, Z1034, Z1036-A130, U17, U28, U72, Z1037, U186, U257, U259, U320 et U517). Sur les démêlés de cet imprimeur-libraire avec l’Inquisition, voir Giovanni Sforza, « Riflessi della Controriforma nella Repubblica di Venezia. VIL L’introduzione dell’Indice di Paolo IV. VIII. Il processo contro il libraio Vincenzo Valgrisi », dans Archivio storico italiano, t. 93/2, 1935, p. 173-186.

38 Giovan Battista Verini, Crudeltà d’amore, nuovamente composta per Giovambatista Verini, [...] alla sua diva, et a essempio di tuttigli amanti, Venetia, appresso D. de’ Franceschi in Frizzaria, al segno della Regina, 1567, in-8° (voir l’exemplaire de la BNF, Yd. 6811).

39 Ce dernier fit l’objet d’un procès pour hérésie. Voir Alfredo Cioni, « Agostino e Stefano Bindoni », dans Visionario biografico degli Italiani..., t. X, 1968, p. 496-498, et Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 14, fasc. « 1547-1570 Vincenzo Valgrisio e Zaccaria Zennaro Bernardin Bosello Alvise Valvassor Zuan Guarisco ».

40 Voir Michele Jacoviello, « Proteste di editori e librai veneziani contro l’introduzione della censura sulla stampa a Venezia (1543-1555) », dans Archivio storico italiano, t. 151, 1993, p. 27-56 ; Paul F. Grendler, L’Inquisizione romana e l’editoria a a Venezia, 1540-1605, Rome, 1983.

41 Archivio di Stato di Venezia, Santo Uffizio, b 156, fase. 1, document non numéroté, daté du 21 mars 1573, fol. 48-50, dans lequel figure l’intimation de ne pas imprimer ni vendre le Decameron. Au fol. 49v figure la mention « M. Piero de’ Francesco. All’insegna délia Rezina ».

42 Enrica Benini Clementi, « Il processo del gioielliere veneziano Alessandro Caravia », dans Nuova mista storica, t. 65, 1981, p. 628-652. Tous les renseignements sur l’editio princeps de La verra sont extraits d’Enrica Benini Clementi, Riforma religiosa e poesia popolare aVenezia nel Cinquecento. Alessandro Caravia, Florence, 2000, chap. 111, et de l’introduction de Zampieri à Alessandro Caravia, lui guerra dei pugni ovvero La verra antiga de Castellani, Canaruoli e Gnatti, con la morte de Giurco e Gnagni, in lengua brava, éd. Marino Zampieri, Venise, 1992, p. 7 et suivantes.

43 E. Benini Clementi, Riforma religiosa e poesia popolare..., p. 102.

44 Voir Alessandro Caravia, Naspo Bifaro, nouamente ristampao. Con la-fonta del lamento chel fa per hauersepentio de hauer sposao Cate Bionda Bitiota, in Venetia, appresso Bernardin de’ Francesco, 1582, in-12; [autre édition] In Venetia, in Frezzaria al segno délia Regina, 1587, in-12.

45 Gasparino Barzizza, Vocabularium brene, Venetiis, apud Dominicum de’ Francisci, 1567, in-8°; Antonio de Nebrija, Grammaticae opus, Venezia, Domenico de’ Franceschi, 1565, in-24.

46 Venetiis, apud Petrum de Francisciis, 1576, in-4°.

47 Orazio Toscanella, Applicamento de iprecetti délia inuentione, dispositione, et elocutione, che propia6 quattro virtù dell’oratione, con tutte le cose, che fauno perfetta l’oratione. Et specialmente la virtù dell'ornamento ridotto anco in prattica. Le tauole de i tre generi de dire, con la prattica. Tre vie per imparare ad esercitarsi in scriuere epistole. Sinonimiposti sotto regole : et alcune auuertenze pertinenti all’imitatione, In Venetia, appresso Pietro de’ Franceschi, 1575, in-2° ; Girolamo Ruscelli, Dialogo oue si ragiona élia ortografía ; cioe del modo di regolatamente scriuere [...] Canato nonamente dalle scritture di Al. Girolamo Ruscelli, etgiontoui le sottoscrittione, et soprascnttione di componimenti de littere, In Venetia, appresso Pietro de’ Franceschi, 1574, in-8° ; Giovanni Bernardo Forte, Vocabulista ecclesiastico, latino e vulgare, utile e necessario a molti, ln Venetia, appresso Pietro de’ Franceschi, et nepoti, 1576, in-8°.

48 Voir par exemple les plaquettes parues pendant la guerre contre les Turcs (Rocco Benedetti, Ad urbemVenetiarum tempore belli aduersus Turcas psalmus, [Venezia, Domenico de’ Franceschi,] 1570, in-4° ; Pietro Buccio, Oratione di Pietro Buccio bresciano [...] sopra la vittoria christiana, contra turchi, ottenuta l’anno felicissimo MDLXXI. il settimo d’ottobre, In Venetia, appresso Domenico de’ Franceschi , 1571) ou cette ordonnance imprimée sous forme d’affiche sous l’impulsion de la république de Venise, De mandato dei serenissimo Principe, & per deliberatione dell'eccellentiss. Senato. Li clarissimi signori Sopraproneditori & Proueditori alla sanità. Fanno publicamente à beneficio universale, publicar, & propalar ilpresente rimedio preseruatino dal male contagioso dato manifestato alla serenissima signoria dall’eccellente m. Ascanio Oliuieri medico al Lazaretto l’ecchio [...], [explicit : Stampata da Pietro de’ Franceschi, 1576 ?].

49 Dialogo de tutte le cose notabili che sono in Venetia cioè, pittori & pitture, scultore & vsanze antiche, fabriche e palazzi, no mi delle parocchie, tutti li corpi san ti in qual chiesa si trouino, discrittion delpopo et vittuarie. Con la prima origine della edification di questa città, In Vinetia, appresso Domenico de’ Franceschi, in Frezzaria all’insegna della regina, 1565, in-8°, editio princeps.

50 Sur Francesco Sansovino, voir surtout Elena Bonora, Ricerche su Francesco Sansovino : imprenditore, librario e letterato, Venise, 1994, et Paul F. Grendler, « Francesco Sansovino and Italian popular history, 1560-1600 », dans Stndies in the Renaissance, t. 16, 1969, p. 139-180.

51 Sur les modifications apportées à l’édition Carampello de 1581, voir surtout Fernando Rigon, « Le lettere iniziali “parianti” nei Quattro libri dell’architettura », dans Annali di architettnra, t. 8, 1996, p. 145-158. Le succès des Quattro libri dell’architettura fut tel que, au XVIIIe siècle, on en fit même une contrefaçon. Voir dans Edit16 la notice bibliographique relative à une édition de 1768 environ : I quattro libri de dell’architettura di Andrea Palladio [...], In Venetia, appresso Dominico de’ Franceschi, 1570 [i. e. Venise, Pasquaii, 1768 ?]. Voir également Deborah Howard, « Four centuries of literature on Palladio », dans The journal of the Society of Architectural Historiam, t. 39, 1980, p. 224-241, spécialement p. 229. Toujours utiles, l’étude de Lionello Puppi, « Il trattato del Palladio e la sua fortuna in Italia e all’estero », dans Bollettino CASA, t. 12, 1970, p. 257-272, et la base de données Architectura, dir. Frédérique Lemerle et Yves Pauwels, en ligne : http://architectura.cesr.univtours.fr.

52 Voir Christopher L. C. E. Witcombe, Copyright in the Renaissance. Prints and the Privilegio in Sixteenth-Century Venice and Rome, Leyde/Boston, 2004, p. 265. A ce propos, Lionello Puppi ajoute : « Abbiamo, indietro, preso atto che del dossier delle tavole illustrative de I commentari recano in frontespizio la data 1575 ; convien pero adesso precisare che il colofon porta il millesimo 1574, che è coerente con l’iter de la supplica e concessione della licenza di stampa da parte del veneto Senato, awiato alla fine, appunto, del 1574 e con il rilascio del privilegio il 4 gennaio di quell’anno da parte di Emanuele Filibereto di Savoia cui Andrea s’era del pari rivolto » (Palladio. Introductione alle Architetture e al Pensicro teorico, Venise, 2005, p. 84).

53 Voir C. L C. E. Witcombe, Copyright in the Renaissance..., p. 265.

54 I... Puppi, Palladio, Introduzione alle Architetture..., p. 82.

55 « Se è possibile che le acqueforti edite ne 1575 siano state eseguite a ridosso di quella data, i disegni che esse riproducono debbono essere stati predisposti da Andrea nel corso di quattrocinque lustri, configurando un iter, non tanto parallelo quanto awiato simultáneamente verso la fine degli anni quaranta a quello approdato nel 1570 al traguardo prowisiorio de I quattro libri, in obbedienza all’“instituto” etico di un impegno volto a giovare a contemporanei mettendoli a parte, e “riducendo in luce” “le più nobili memorie dell’antichità” » (ibid., p. 85).

56 Exposition « Andrea Palladio incisore », réalisée par ViArt, Vicence, 18 octobre-9 novembre 2008.

57 Voir L. Puppi, Palladio. Introduegone aüe Architetture..., p. 85, et J. R. Hale, « Andrea Palladio, Polybius and Julius Caesar », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutos, t. 40,1977, p. 240-255.

58 La vera effigie de gli dodici primi imperatori ritratti dalle loro antiche medaglie, Vinetia, per Domenico de’ Franceschi, 1565, in-8° (Pesara, Biblioteca Oliveriana).

59 Excussum Venetijs, 1570 (Venetijs, apud Dominicum de’ Franciscis, 1570), in-8°.

60 Venettis, apud Petrum de’ Franciscijs, 1575, in-8°.

61 Thomas Philologus physicus eques. Malum Galkcum, depila tinam, mguatiuam, dentatiuam, nodos, vlcera [...] sanans, ligni indi, atquae, vini, sublimati [...] seminis indi, ac additorum mundi noui, reliquorum, modos omnes, & facultates explicat. Tertiaimpressio, Venedis, apud Petrum de’ Francisciis, 1575, in-8°. Sur l’auteur, voir surtout Erasmus Weddingen, « Thomas Philologus. Ravennas. Gelehrter, Wohltäter und Mäzen », dans Saggi e memorie di storia dell’arte, t. 9,1974, p. 7-76; et l’article « Tommaso Giannotd Rangoni », dans Franco Gabici et Fabio Toscano, Scienziati diRomagna, Milan, 2007, p. 24-30.

62 Vinetia, appresso Domenico de’ Franceschi, 1569 ; voir à ce propos Le Liber de virtutibus herbarum, lapidum et animalium (Liber aggregarionis). Un texte à succès attribué à Albert te Grand, éd. Isabelle Draelants, Florence, 2007.

63 In Venetia, appresso Pietro de Franceschi, 1574.

64 Rinaldo di Montalbano, Inuamoramento de Rinaldo net quale si contiene il suo nascimento, e tutte le battaglie, che luifece. Nuouamente stampato [...], in Venetia, appresso Pietro de’ Franceschi, in Frezzaria, all’insegna della Regina, 1575.

65 Les héritiers Franceschi publièrent plusieurs plaquettes poétiques dont les textes pouvaient être chantés ; voir à ce propos Herculana Una nova canine in lingua rustica, su l’aere di S. Herculano ; Col lamento de gli Mercadanti. Con alquante Canzoni Napolitane; Nuovamente poste inluce, Venetia, In Frezzaria al segno della Regina, s. d., in-8°. Voir aussi Yifat Fellner Simpson, « The popular herculana in sixteenth-century Venetian text and music », dans British Postgraduate Musicólogy, t. 7, 2005, en ligne: http: //www.bpmonline.org.uk/bpm7/simpson.html.

66 Francesco da Firenze, Libro chiamato Persiano. Il qual fu figliolo de Altobello quai tratta de Carlo Magno imperatore, & de tutti li paladini. Et come Persiano fece moite aspre bataglie. Et di nuouo de bellissime historie adornate a li luochi suoi quai neli altri non visono, In Venetia, in Frezzaria al segno della Regina, 1587, in-8°.

67 Il s’agit du recueil factice coté Rés. Yd. 1467-1493 qui s’ouvre par La laude di Macharoni, con un capitolo di M. Francescho Petrarca, trasmutato in lingua Bergamasca. Con li secreti del Zacagni de Val Pelosa, tradotti in lingua da Berghem, In Venetia, In Frezzaria al segno della Regina, 1583, in-8°. Le volume contient aussi une plaquette parue « in Venetia a la Fede », sans doute une édition de Matteo Pagano.

Table des illustrations

Légende Figures n° 1, 2 et 3. Marques typographiques de Domenico de’ Franceschi, U299, U343 et U478.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Figure n° 4. Marque typographique de Domenicho de’ Franceschi, U248.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figures n° 5 et 6. Marques typographiques de Pietro de’ Franceschi, Z1204 et V333-Z1205.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Figure n° 7. Marque typographique Bernardino de’ Franceschi, U446.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Figure n° 8. Marque typographique de Girolamo Foglietti, U344.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure n° 9. Marque typographique al segno de la Regina, U900.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Figure n° 10. Marque typographique al segno de la Regina, V335.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Figure n° 11. Marque typographique Virtus et Fortuna, Z1206.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figures n° 12 et 13. Andrea Palladio, I quattro libri dell’architettura [...], in Venetia,Appresso Domenico de’ Franceschi, 1570, page de titre et verso du dernier feuillet.Paris, bibliothèque Mazarine, 2° 4792.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Figures n° 14 et 15. Andrea Palladio, I quattro libri dell’architettura [...],In Venetia, Appresso Bartolomeo Carampello, 1581, page de titre et verso du dernier feuillet.Heidelberg, Universitätsbibliothek, T 2153 RF1S.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figures n° 16 et 17. Andrea Palladio, I commentari di C. Giulio Cesare, con le figure in rame degli aloggiamenti,defatti d’arme, delle circonuallationi delle città, e di molte altre cose notabili descritte in essi. Fatte da Andrea Palladio per facilitare a chi legge, la cognition dell’historia,In Venetia, Appresso Pietro de’ Franceschi, 1575[in fine : Appresso Pietro de’ Franceschi, & nepoti, 1574].Florence, Biblioteca nazionale centrale.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Figures n° 18 et 19. Francesco da Firenze, Libro chiamato Persiano.Il qual fu figliolo de Altobello quai tratta de Carlo Magno imperatore, & de tutti li paladini.Et come Persiano fece moite aspre bataglie. Et di nuouo de bellissime historié adornate a li luochi suoi quai neli altri non vi sono, In Venetia, in Frezzaria al segno della Regina, 1587.Sienne, Biblioteca comunale degli Intronati, Q 082.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/531/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteur

Centre d’études supérieures de la Renaissance (UMR 7323)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540