Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Paul Manuce : les débuts d’un imprimeur humaniste

Raphaële Mouren

Résumé

En 1533, l’imprimerie créée en 1494 par Alde Manuce et Andrea Torresano recommence à imprimer, après quatre ans d’interruption consécutive à la mort d’Andrea. Les fils de ce dernier sont désormais associés aux enfants d’Alde Manuce, devenus adultes, et particulièrement à Paul Manuce. Celui-ci, plus intéressé par une carrière d’humaniste que par le métier d’imprimeur, se sent forcé de reprendre le flambeau familial, accusant les Torresani d’avoir jeté l’opprobre sur son nom. Il tente dès 1533 de concilier les deux sous le regard de son maître, Gian Battista Egnazio, et des humanistes de toute l’Europe qui, par lettres, suivent de près l’activité de l’imprimerie aldine. Il commence par imprimer deux œuvres dont il a lui-même établi le texte : Pétrarque et les Lettres familières de Cicéron.

Note de l’auteur

Les mentions de l’ouvrage d’Annaclara Cataldi Palau, Gian Francesco d’Asola e la tipografía aldina. La vita, le edizioni, la biblioteca dell’ Asolano, Gênes, 1998, seront abrégées dans cet article sous la forme « ACP ». Les notices des éditions de l’imprimerie Manuce y sont données en annexe, aux pages 653-666. Les références aux lettres de Paul Manuce renvoient à la numérotation établie dans Ester Pastorello, L’epistolario Manuziano. Inventario cronologico-analitico 1483-1597, Florence, 1957 (Biblioteca di bibliografía italiana, 30), abrégé sous la forme « EM ». L’ouvrage The Aldine Press. Catalogue of the Ahmanson-Murphy Collection of Books by or Relating to the Press in the University Los Angeles, Incorporating Works Recorded Elseubere, Berkeley, 2001, sera abrégé sous la forme « AhmansonMurphy ». Enfin, « Edit16 » renvoie à la bibliographie rétrospective des livres publiés en Italie ou en italien au XVIe siècle : http://editl6.iccu.sbn.it.

Texte intégral

  • 1 Les travaux de dépouillement et d’étude des sources pour l’histoire de l’imprimerie Manuce du viva (...)

1Paul, fils de l’imprimeur Alde Manuce, commence en 1533 une double carrière. Cette année-là en effet, il relance avec ses oncles Gian Francesco et Federico Torresano d’Asola l’imprimerie familiale, qui n’avait plus réussi à imprimer de livres depuis la mort en 1529 de son cofondateur, son grand-père Andrea Torresano. L’imprimerie, dirigée en collaboration entre les fils d’Alde Manuce et leurs oncles, édite jusqu’en 1536 des livres sous la raison sociale in aedibus haeredum Aldi Manutii, et Andreae Asulani ou « nelle case delli heredi d’Aldo Romano, et Andrea socero »1.

2Paul Manuce n’est pas un homme comme les autres : il est le fils de l’imprimeur le plus célèbre de l’époque. Cette particularité, on s’en doute, influence sa vie et sa carrière. Il s’en réclame dans toute sa production éditoriale, en utilisant généralement comme adresse bibliographique : PAVLVSMANVTIVS ALDI F.

  • 2 Comme le relève Neil Harris, « Ombre della storia del libro italiano », dans Miscellanea Marciana, (...)

3Son père déjà était loin de n’être qu’un artisan imprimeur. Alde Manuce fut un véritable érudit, qui avait reçu une formation de haut vol à Rome puis à Ferrare : il avait suivi les cours de Gaspare da Verona, de Domizio Calderini et de Battista Guarino. Mais Alde Manuce n’a jamais cherché à devenir un humaniste professionnel, à occuper une chaire à l’université ou à faire financer ses travaux humanistes par un prince. Il a été précepteur – ce qui a sans doute joué un rôle ensuite dans sa politique éditoriale2 – puis imprimeur. En ouvrant ses presses avec son associé Andrea Torresano, dont il épousa ensuite la fille, il se spécialisa immédiatement dans le livre grec, décidé à éditer un ensemble cohérent et complet d’auteurs grecs.

  • 3 Voir le catalogue dans ACP, p. 597-652.

4Paul Manuce est né en 1512 ; il a trois ans quand son père meurt. A la mort d’Alde, c’est son associé du premier jour, Andrea Torresano d’Asola, qui continue de faire fonctionner l’imprimerie, avec ses deux fils Gian Francesco et Federico. Les Torresano mènent entre 1515 et 1529 une politique ambitieuse d’impressions grecques (rappelons la bible des Septante en 1518) et de best-sellers : ils sont ainsi les premiers imprimeurs du Courtisan de Baldassare Castiglione. Ils éditent parallèlement un grand nombre de livres latins3.

5Andrea Torresano meurt à son tour en 1529. Des désaccords se font alors jour entre les héritiers des deux fondateurs des presses aldines, les deux fils Torresano et les trois fils Manuce, désormais adultes. Ils parviennent à surmonter ces désaccords momentanément en faisant fonctionner à nouveau l’imprimerie en 1533, après une interruption de presque quatre ans.

  • 4 ACP, p. 309.

6Mais si les Torresano et les Manuce réussissent à publier des livres à la même adresse, l’accord entre eux n’est même pas de façade : leur mésentente s’affiche dans les épîtres dédicatoires dès 1533. Après 1536, date de la mort de la mère de Paul (sœur des Torresano), la situation se dégrade et l’entente vole en éclats. Un procès, dont on sait peu de chose, a pour objet de les départager sur la question cruciale de savoir qui peut utiliser de manière exclusive les caractères aldins et récupérer les actifs du capital. Un accord est finalement conclu la même année4. La société continue d’éditer des livres sous des adresses diverses jusqu’en 1540, année où les Torresano se lancent dans l’édition à leur propre compte ; l’imprimerie de Paul Manuce, seul à la barre avec son frère Antoine, augmente alors énormément sa production, sous le nom de Aldi filius systématiquement présent sur ses livres. Paul Manuce fait fonctionner les presses pendant près de quarante ans, publiant plus de six cents éditions.

  • 5 Voir, sur la question du nom donné à ce type de production humaniste, Raphaële Mouren, « La uariet (...)
  • 6 L’édition de Démosthène sera étudiée dans Raphaële Mouren, « Comment être humaniste et imprimeur ? (...)

7À la différence de son père, qui avait lancé le projet d’éditer les principaux textes de l’Antiquité grecque, Paul Manuce publie essentiellement des livres latins, qu’il accompagne régulièrement de commentaires dont il est lui-même l’auteur, et des livres en italien, en proportion moindre. Son père était l’auteur d’une grammaire grecque ; Paul, lui, écrit beaucoup plus de textes. Il s’agit essentiellement de commentaires destinés à accompagner des éditions d’auteurs antiques. Il nomme généralement ces commentaires scholia, réservant le nom de uariae lectiones aux listes de variantes qu’il donne parfois en fin de volume sans les accompagner du moindre commentaire5. Il prépare l’édition scientifique de plusieurs auteurs latins ; un livre grec peut lui être attribué, le traité Du sublime du Pseudo-Longin en 1555 – dont il signe la préface en grec –, ainsi peut-être que l’édition en trois volumes de Démosthène parue l’année précédente, d’après ce qu’indique son titre6.

  • 7 C’est ce que déduit Ester Pastorello de la lettre de Paul Manuce au cardinal Benedetto Accolti, 14 (...)
  • 8 Paolo Manuzio à Andrea Loredan, Rome, 7 avril 1552 (EM, n° 489), lettre citée dans E. Pastorello, (...)
  • 9 Antiquitatum Romanarum Pauli Manutii liber de legibus : Index rerum memorabilium, Parisiis, apud B (...)
  • 10 Sur Bernardo Torresano, voir ACP, p. 361-366.
  • 11 Annie Parent-Charon, Les métiers du livre à Paris au XIIe siècle (1535-1560), Genève, 1974 (Histoi (...)

8En dehors de ces éditions commentées, Paul Manuce écrit quelques livres : il semblerait qu’il ait eu le projet d’un traité d’archéologie romaine, peut-être à partir de 15377. En 1557, il édite l’Antiquitatum Romanarum Pauli Manutii liber de legibus. Il a demandé, pour ce livre de droit romain, de l’aide au spécialiste de la question, l’Espagnol Antonio Agustín8. Il en sort une édition vénitienne, au format in-2°, ainsi que, la même année, une édition parisienne au format in-8° à Paris, chez Bernardo Torresano, comme il le fait souvent9 : plusieurs ouvrages publiés à Venise par Paul Manuce sortent simultanément à Paris, à l’adresse de Bernardo Torresano, fils de Gian Francesco, qui francise son nom en Turrisan10. Il se trouve en effet que pendant toutes ces années, même au plus fort de leurs désaccords, les Manuce et les Torresano sont restés associés pour vendre des livres à Paris11.

9Paul Manuce est un spécialiste indiscutable de Cicéron. En tout, plus de cent livres publiés par lui sont des textes ou des commentaires de Cicéron, parmi lesquels bien entendu on trouve des réimpressions et rééditions non corrigées, mais aussi des rééditions du texte et de ses propres commentaires retravaillés et enrichis. Ces nombreuses éditions montrent en tout cas le succès qu’elles rencontrent, entraînant la réédition fréquente de ses livres. Il faut toutefois rapprocher ce succès des ouvrages proposés par d’autres imprimeurs, qui font paraître eux aussi de nombreux livres de cet auteur. Le marché du Cicéron est alors, d’un point de vue commercial, extrêmement rentable, sous toutes ses formes : œuvres complètes, volumes par genres, avec ou sans commentaires, en un ou plusieurs volumes, mélanges de commentaires récents et plus anciens, etc.

  • 12 La bibliographie des livres imprimés par Paul Manuce pour l’académie vénitienne a été établie dans (...)
  • 13 Francesco Barberi, Paolo Manuzio e la Stamperia del popolo romano (1561-1570), Rome, 1942 ; réimpr (...)

10Pendant deux ans, Paul Manuce ajoute à son activité d’imprimeur et d’éditeur scientifique la charge d’imprimeur de l’Accademia veneziana, créée en 1558 et dont les travaux s’arrêtent dès l’année suivante12. Il occupe aussi la chaire d’éloquence que crée l’académie. Il a l’idée de partir à Rome dès cette époque, et sans doute même bien avant, d’après ce que nous apprennent sa correspondance et ses épîtres dédicatoires. Il s’y rend finalement en 1561, et y meurt en 1574. Il y a été appelé par le pape pour créer et faire fonctionner une imprimerie pontificale, qui prend bientôt le nom de Stamperia del popolo romano, lorsque le pape, pour éviter d’assumer les frais de fonctionnement et les salaires de l’imprimerie, offre celle-ci à la ville de Rome13.

11En 1533, Paul Manuce entreprend simultanément (mais non sans préparation) deux métiers différents : une carrière d’imprimeur et une activité d’éditeur scientifique, d’humaniste. Pourquoi devenir imprimeur, pourquoi devenir philologue ? De ce qu’il écrit lui-même, il ne se destinait pas au métier d’imprimeur.

  • 14 Tite-Live n’est accompagné d’aucune pièce liminaire nouvelle, il est donc difficile de déterminer (...)

12Entre mars et décembre 1533, dix livres sortent des presses familiales : la moitié sont des textes antiques (Cicéron et la Rhétorique à Herennius, Ovide, Tite-Live et les agronomes latins), les cinq autres livres sont d’auteurs italiens (Baldassare Castiglione, Pétrarque, Giovanni Pontano, Galeazzo Capella et Iacopo Sannazaro). Sept de ces dix livres au moins sont des reprises d’éditions données précédemment par la même maison. Les principaux héritiers des deux fondateurs, Paul Manuce et Gian Francesco Torresano, se partagent le travail. Le fils d’Andrea Torresano prend en charge les rééditions de Tite-Live, des agronomes latins et de Sannazaro, la deuxième édition corrigée du Courtisan ainsi que celle d’Ovide, partiellement mise à jour, et un nouveau livre, l’Anthropologia de Galeazzo Capella14. Quatre éditions peuvent être attribuées à Paul, qui en prend la responsabilité de deux manières, soit en jouant le rôle de responsable éditorial au sein de la maison d’édition, partageant ainsi le travail avec ses deux oncles, soit en menant intégralement à bien la préparation du texte, c’est-à-dire en étant l’éditeur scientifique d’un texte latin antique, en qualité d’humaniste et de philologue :

  • la réédition corrigée de Pétrarque, déjà paru aux presses aldines. Le livre est accompagné d’une épître dédicatoire adressée par Paul à Gian Bernardino Bonifacio, marquis d’Oria. On sait par une lettre que Paul y travaillait depuis mai 1531 au moins15 ;
  • la réédition des Carmina de Pontano. Les poèmes sont accompagnés de l’épître de l’édition de 1513, à laquelle s’ajoute une épître aux studiosi non signée, mais attribuée à Paul Manuce par Annaclara Cataldi Palau grâce à une étude stylistique du texte16 ;
  • la Rhétorique à Herennius, accompagnée des traités cicéroniens de rhétorique, inaugure la nouvelle marque typographique au nom des deux familles17 ;
  • les Lettres familières de Cicéron.
  • 18 Fecit meum erga uos perpetuum studium, et animi propensio quaedam eximia, ut cum haberem clarissim (...)

13Le recueil des traités de rhétorique cicéroniens n’est qu’une réédition du livre sorti en 1514, déjà repris en 1521, comme l’indique la présence de la préface originelle adressée par son père Alde à Andrea Navagero : Aldi P. M. ad Andream Naugerium patritium Venetum, compatrem, in libros de arte rhetorica praefatio. Quelques pages plus loin, le titre du bref avant-propos que Paul y ajoute n’est pas anodin : Paulus Manutius Aldi F. studiosis S. D. Il indique ainsi à quel public il s’adresse : le même public qui fut celui de son père, celui des érudits et de ceux qui étudient les auteurs antiques, comme il le dit clairement dans cette épître18. Paul Manuce n’établit sa propre édition des traités oratoires de Cicéron et de la Rhétorique à Herennius qu’en 1546 ; il l’accompagne alors d’une épître adressée à l’ambassadeur du roi François Ier à Venise.

  • 19 La paternité de l’édition des Lettres familières est donnée à Navagero par Antonio Francini, colla (...)
  • 20 Ibid.

14Proche collaborateur de l’imprimerie Manuce, Andrea Navagero avait préparé pour elle l’édition des lettres familières de Cicéron19. Son édition des traités oratoires est alors encore inédite, et les Manuce envisagent pendant quelque temps, en 1533, de se lancer dans une édition des œuvres complètes ; ils renoncent finalement, par manque de forces ou d’organisation, mais aussi parce qu’ils se fâchent avec les héritiers de Navagero. Le choix de cette édition de Navagero pour la réouverture de l’imprimerie est très certainement lié à ce projet, qui n’est pas encore abandonné20.

15De ces premiers pas de Paul Manuce, la pièce maîtresse, en 1533, est sans conteste l’édition des Lettres familières, qu’il prend en charge à tous les points de vue : il est à la fois l’éditeur scientifique du texte, qu’il a établi lui-même, et l’éditeur/imprimeur chargé de mener à bien l’impression. Cette nouvelle édition est dédicacée à Maffeo Leoni, un Vénitien, et nous apprend beaucoup.

16Ce qui est extraordinaire, et fort utile pour nous, c’est la liberté de parole dont les imprimeurs-libraires de la maison aldine font preuve dans les épîtres dédicatoires des livres qu’ils éditent à partir de 1533. Celles-ci nous apprennent pourquoi Paul s’est lancé dans le métier d’imprimeur, et ce qui l’intéresse réellement.

  • 21 Cette lettre est en partie éditée et longuement analysée dans ACP, p. 297-298.
  • 22 Quae [typographia] quidem iuuandi nos ratio ut ex eaparte summam animo meo iucunditatem afferebat, (...)

17Dans la longue épître à Maffeo Leoni qui ouvre les Lettres familières, Paul Manuce dit beaucoup sur lui-même21. Après avoir fait l’éloge de l’art typographique, il affirme que le métier d’imprimeur a été négligé par sa famille, ce en quoi ils méritent la critique. Il attaque ensuite de manière à peine voilée les Torresano. Sans donner leur nom, il écrit qu’il ne peut pas supporter les critiques portées contre ses frères et lui, étant donné que ce qui s’est produit ne peut être mis sur son compte. La gloire qui fut celle de son père Alde et qui devait retomber, par droit d’héritage en quelque sorte, sur ses fils a été ternie et obscurcie, sans qu’ils y soient pour rien. Paul a donc décidé, écrit-il, d’effacer la tache mise sur son nom et de se consacrer au métier qui a été celui de son père. Lui, en réalité, est bien davantage intéressé par l’étude (studiis nostris) que par le métier pratique d’imprimeur – bien plus attiré par l’otium que par le negotium22. Les sous-entendus utilisés par Manuce, par exemple à propos de « ce qui s’est produit », restent en partie à déchiffrer.

  • 23 [...] gloriam [...] primum sibi maximam, deinde nobis etiam, quos ille genuit.

18Dès le début de cette épître, il est manifeste que les rapports entre les Manuce et les Torresano ne sont pas ceux d’une famille unie. Il faut pourtant garder en tête que Paul avait trois ans quand son père est mort ; il a grandi dans la maison de son grand-père Torresano, avec ses deux oncles Gian Francesco et Federico. Il peut donc paraître étrange que, dans sa première production imprimée, il n’ait pas un mot pour rappeler le travail de la famille Torresano au sein des presses aldines dont ces mêmes Torresano, Andrea, Gian Francesco et Federico, avaient assuré la survivance en les faisant fonctionner et en maintenant l’entreprise rentable. Il fait certes des allusions à ceux qui ont administré l’entreprise quand il était enfant, mais elles ne sont pas très aimables. Il pense que la typographie a été laissée à l’abandon et négligée, mais il n’en porte pas la responsabilité. Il a décidé, dit-il, d’intervenir en personne pour laver la tache qui ternit la renommée et la gloire que son père avait acquise, pour lui comme pour ses fils. Il affirme avec orgueil être l’héritier d’Alde, non seulement en soi (rei), mais aussi de son nom (cuius non modo rei, sed etiam nominis haeredes essemus), ce qui est une façon d’exclure les Torresano de cet héritage23.

  • 24 Aldo patre defuncto, cum ego vix primam lucis usuram hausissem, omnis rei typographicae cura ad eo (...)

19Paul Manuce aborde cette question dans une lettre destinée à être imprimée et il s’en ouvre aussi en privé à Girolamo Seripando, professeur de théologie, futur cardinal et nonce apostolique. Dans une lettre envoyée le 8 mars 1534, un an après la réouverture de l’imprimerie, Manuce explique à nouveau les raisons qui l’ont conduit à se lancer dans la carrière d’imprimeur : c’est la colère qui est la sienne, en voyant où en est réduite l’officine, qui l’y a poussé24.

20Ces deux lettres sont le signe qu’après quinze années pendant lesquelles l'imprimerie a fonctionné grâce à Andrea et Gian Francesco Torresano, la reprise de la production, avec un fils adulte d’Alde, se fait dans des conditions profondément modifiées. L'imprimerie a, pendant que Paul était enfant, publié plusieurs dizaines de livres, sous la responsabilité de personnes dont il discute et conteste désormais l’autorité. La maison a gardé sa réputation après la mort d’Alde, mais elle a changé de nom : elle est maintenant, dans les conversations et dans les correspondances – y compris celle d’Erasme –, la typographie asolane. Ceci, précisément, était sans doute difficile à supporter pour Paul, qui fait presque systématiquement apparaître le nom de son père à côté du sien dans ses pages de titre pendant toute sa carrière et réussit en peu de temps à redonner son nom à la maison familiale.

21Paul Manuce décrit dans cette épître des Lettres familières le travail de préparation de l’édition. Il y a travaillé deux ans et huit mois, avec l’aide efficace de Gian Battista Egnazio, et il a collationné douze manuscrits. Cette longue période passée à préparer l’édition – cette méthode de travail consistant à comparer les témoins subsistants du texte – et même la présentation de ce travail préparatoire dans l’épître dédicatoire correspondent exactement à ce que ferait tout humaniste à l’époque. Il ne s’agit pas de préparer un texte pour combler une rupture de stock, ni de faire travailler un correcteur humaniste sur un nouveau texte ou une réédition ; il s’agit d’une entreprise scientifique consistant à établir au mieux le texte des auteurs antiques.

  • 25 Mitto, quae petis omnia, praeter unam Petrarchae paginam [...] (Paul Manuce à Vincenzo Ricci ; EM, (...)
  • 26 Tiziana Sterza, « Paolo Manuzio editore a Venezia », dans Acme, t. 61, 2008, p. 123-168, aux p. 13 (...)

22Dans la préface de Pétrarque, Paul Manuce précise de la même façon qu’il a travaillé de nombreux mois pour la préparation du texte. Il y œuvrait déjà en mai 1531, date à laquelle il en envoie une page à l’un de ses amis25. On peut comparer ce temps de préparation à celui qui sera nécessaire pour les œuvres philosophiques de Cicéron, sorties en 154126. Paul prend donc tout le temps qu’il lui faut pour préparer l’édition du texte au mieux ; on peut penser toutefois que le temps passé à travailler à ses deux premiers livres a peut-être été encore allongé par les difficultés que rencontrait la maison d’édition en 1531 et 1532.

  • 27 Ces deux lettres sont signalées et étudiées dans ACP, p. 287-288 ; elles ont été plus longuement é (...)

23Le texte que Paul Manuce décide d’éditer, les Lettres familières – et généralement toute l’œuvre de Cicéron – attire l’attention des plus grands humanistes de l’époque. On conserve deux lettres de Viglius van Aytta à Bonifacius Amerbach, datées de janvier et février 1533, en réponse à une lettre d’Amerbach qui demandait si les imprimeurs de Venise (et en particulier, même s’il n’en dit mot, les plus célèbres d’entre eux, les Aide) étaient en train de préparer une édition de Cicéron27.

  • 28 Viglius van Aytta à Bonifacius Amerbach, Padoue, 15 janvier 1533, éditée dans Die Amerbachkorrespo (...)
  • 29 De Ciceronis negotio serius fortassis admoneo. Sed qui possum aliter, cum tardissime tuae literae (...)

24Van Aytta, qui se trouve à Padoue, n’obtient pas d’informations précises. L’imprimerie asolane, écrit-il, n’arrive à rien produire de bon : rien de ce qui est entrepris n’est mené à son terme, sans que l’on sache si c’est par manque de moyens ou par incurie28. La rumeur parle d’une édition à venir des Lettres familières de Cicéron, parce que la librairie aldine n’en a plus un seul exemplaire à vendre. Les Familières avaient en effet été publiées par Alde Manuce en 1502 puis en 1512, et réimprimées par Gian Francesco d’Asola en 1522. Mais en 1533, alors qu’en quatre ans les imprimeurs n’ont réussi à sortir aucun livre, van Aytta pense qu’il ne faut pas espérer que l’imprimerie communique des annotations ou des corrections au texte, car les éditeurs cachent bien leurs travaux en cours29.

  • 30 De Cicerone edendo, ita me deus amet, nescio, quid tibi scribere debeam, adeo incerta hic sunt omn (...)

25Quelques jours plus tard, van Aytta écrit à nouveau à Amerbach, car il a obtenu des informations supplémentaires : le projet est encore incertain. Les Asulani avaient décidé dans un premier temps d’imprimer les œuvres complètes de Cicéron, mais ils se sont arrêtés aux Lettres familières et il n’est même pas certain qu’ils mèneront ce livre à bien, car la maison est complètement inactive. Le bruit court que les imprimeurs Giunta préparent eux aussi une édition de Cicéron, et ils pourraient disposer de corrections au texte, mais il n’est pas sûr non plus qu’ils mèneront l’entreprise à son terme30.

  • 31 Un des problèmes est celui de la disponibilité du travail de Navagero, comme on l’a vu plus haut. (...)
  • 32 Viglius van Aytta à Bonifacius Amerbach, Padoue, 15 janvier 1533, dans Die Amerbacbkorrespondenz.. (...)
  • 33 [...] gloriae tenebras offudisse uideretur, quam antea pater Aldus, dum laboranti rei literariae o (...)

26Les Manuce et les Giunta envisagent donc parallèlement d’imprimer les œuvres complètes de Cicéron, car il ne s’en trouve plus à la vente. Les Torresano-Manuce renoncent rapidement pour diverses raisons, mais les Giunta réussissent, après deux ans de préparation, à mettre en vente en 1536 un Cicéron en quatre volumes in-2° accompagnés d’un volume de commentaires ; ils utilisent le travail de Navagero, complété par celui d’un jeune humaniste promis à une longue carrière, Piero Vettori31. Cet échange de lettres entre Amerbach et van Aytta nous permet de voir qu’une grande attention continue à être portée aux projets de cette maison d’édition : les humanistes de l’époque considèrent toujours les presses aldines, que van Aytta nomme Aldi officina et Asulana taberna32, comme centrales et incontournables – contrairement à ce qu’a l’air de penser Paul Manuce lorsqu’il parle de la « gloire paternelle ternie »33 – et à même de produire des éditions nouvelles dont on pense qu’elles seront importantes et apporteront une amélioration au texte.

  • 34 Qua in re non negabo, imo etiam et fatebor ingenue, et praedicabo libenter : siquid utilitatis meu (...)
  • 35 Atque huiusce mei consilii tantum abest ut mepoenitat, ut etiam doctissimo uiro Baptistae Egnartio (...)

27Paul Manuce s’est lancé dans sa nouvelle carrière avec le soutien d’hommes qui admirent le travail de son père, dans des conditions difficiles. Il cite dans l’épitre dédicatoire aux Lettres familières de Cicéron son ancien maître, Gian Battista Egnazio, qui, dit-il, l’a beaucoup aidé ; la réussite de ce livre doit lui être attribuée entièrement34. Il dit aussi que c’est Egnazio qui lui a conseillé de prendre le même chemin que son père35.

  • 36 Ibid., p. 59-61.
  • 37 Paulus Manutius Aldi filius moderatissimus iuuenis, et literarum studiis ac honestissimis moribus (...)

28Gian Battista Egnazio, qui enseigne à Venise, fréquente l’imprimerie aldine depuis fort longtemps. En 1513, Alde lui a dédicacé un livre, un recueil de discours des orateurs grecs. Il a lui-même pris en charge la préparation scientifique d’éditions aldines, en particulier celle de Dioscoride en 1518. Après la mort d’Alde, il continue de préparer pour l’imprimerie les éditions de divers livres latins (dès 1515, Lactance et Aulu-Gelle) ; il est très lié à Gian Francesco d’Asola, dont il loue les qualités dans les épîtres dédicatoires et qu’il considère comme le digne héritier d’Alde Manuce. À la mort de ce dernier, il est question qu’Egnazio prenne sa place, mais il refuse finalement36. Egnazio a été le maître de Paul Manuce ; le Polonais Georg von Logau (Georgius Logus) loue la qualité de sa formation dans les Poetae tres egregii publiés en 1534, dont il adresse l’épître liminaire à Anton Fugger. C’est, dit-il, Egnazio qui a conseillé Paul et l’a aidé à devenir un érudit et modeste jeune homme, héritier des qualités de son père37.

  • 38 D’après une lettre de Viglius van Aytta à Érasme de septembre 1532, éditée dans Opus epistolarum D (...)
  • 39 Ibid. Ester Pastorello avait toutefois pu déterminer qu’en 1536, les frères Manuce habitaient chez (...)
  • 40 Lazarus Bonamicus Asulani fauet, Bembo ista humiliora negocia non sunt curae. Pietro Bembo a trava (...)

29Egnazio, ami d’Alde Manuce puis de Torresano, s’est éloigné de ce dernier après 1529 ; Lazaro Buonamici a offert aux imprimeurs de le remplacer pour la préparation d’éditions38. Egnazio accueille peut-être alors chez lui Paul Manuce et ses frères, dont il assure l’instruction39. Van Aytta, dans sa lettre du 22 février 1533 à Bonifacius Amerbach, que nous avons déjà signalée, répète ce qu’il avait écrit à Erasme six mois plus tôt : Lazaro Buonamici, dit-il, s’est définitivement rangé du côté des Torresano – ce qui implique qu’un autre parti s’est formé autour de Paul Manuce. Quant à Pietro Bembo, conclut-il, il ne s’abaisse pas à ces questions40.

  • 41 Asulani nostri salutem tibi suauissimam dicunt, qui in restituenda literariare mirum in modum insu (...)
  • 42 Fuerunt etiam adiumento doctissimi aliquot uiri, et de nostris studiis optime meriti : ex quibus I (...)

30Toutefois, les rapports sont compliqués entre ces membres et familiers de l’imprimerie aldine, qui se connaissent depuis plusieurs dizaines d’années. En septembre 1532, Viglius van Aytta écrit à Erasme qu’Egnazio ne supporte plus les Torresano. L’année suivante pourtant, Egnazio écrit à son tour à Erasme, depuis l’imprimerie aldine (Venetiis, Aldinam officinam), en disant le plus grand bien des Torresano et en le saluant de leur part41. Cette lettre laisse supposer des rapports apaisés, comme pourraient le confirmer les remerciements de Paul Manuce à Lazaro Buonamici dans l’épître dédicatoire des Lettres familières la même année. Paul Manuce y remercie d’autres érudits : Giovanni Pierio Valeriano Bolzanio et Benedetto Lampridio42.

31Paul Manuce, ayant travaillé pendant deux ans pour préparer l’édition des Lettres familières, a fait un choix qui n’est pas simplement celui de l’humaniste sélectionnant le texte qui l’intéresse (ou qu’il va étudier en cours, lorsqu’il est aussi enseignant), mais déjà celui de l’imprimeur choisissant avec soin un livre à éditer dans l’objectif de le vendre. Le jeune imprimeur commence donc sa carrière dans les meilleures conditions, sous l’égide d’humanistes vénitiens reconnus et sous l’œil attentif et bienveillant des humanistes de toute l’Europe prêts à étudier avec intérêt son travail d’imprimeur.

Annexes

ANNEXE. NOTICES BIBLIOGRAPHIQUES DES ÉDITIONS CITÉES

1502

- M. T. C. EPISTOLAE FAMILIARES. [VENETIIS IN AEDIB. ALDI, MENSE APRILI M.DII.]. In-8°, [268] fol.
[Ahmanson-Murphy, n° 55; Edit16, CNCE 12160.]

1512

− M. T. C. EPISTOLAE FAMILIARES ACCVRATIVS RECOGNITAE. M.D.XII. Index etiam ad inueniendum, quota nam charta habeantur singulae quaeque epistolae. [VENETIIS APVD ALDVM ET ANDREAM SOCERVM.]. In-8°, 267, [4] fol. Marque A5.
[Ahmanson-Murphy, n° 107; Edit16, CNCE 12185 (1 ill.).]

1513

− Λόγoι τoυτωνὶ των ῥητóρων. Orationes horum rhetorum. Aἰσχíνoν. Aeschinis. Λνσίον. Lysiae. Aλκιδάµαντος. Alcidamantis. Aντισθένονς. Antisthenis. ∆ηµάδoν. Demadis. Aνδoκíδoν. Andocidis. Iσαíoυ. Isaei. ∆εινάρχoυ. Dinarchi. Aντιϕῶvτoς. Antiphontis. Λυκoύργoυ. Lycurgi. Γoργìoυ. Gorgiae. Λεσβώνακτoς. Lesbonactis. Hρὼδoυ. Herodis. Eτι αἰσχìνoυ βιoς. Item Aeschinis vita. Λυσìoυ βιoς. Lysiae vita. In-2°. Marque A3c.
Vol. 2: Λoγoι τoυτωνι των Pητopων. Aνδoκίδoυ Iσαíoυ ∆εινάρχoυ Aντιϕῶvτoς Λυκoύργoυ Γoργίoυ. Λεσβώνακτoς. Hρῶδoυ. ORATIONES INFRASCRIPTORVM RHETORVM. Andocidis. Isaei. Dinarchi. Antiphontis. Lycurgi. Gorgiae. Lesbonactis. Herodis. [Venetiis, apud Aldum & Andream Socerum, mense Aprili M.D.XIII], In-2°. Marque A3c.
Vol. 3: Iσoκρατoυς λoγoι. Aλκιδαµαντoς, κατασoϕιστωv. Γoργιoυ. Eλεvης, ἐγκωµιov. Aριστειδoυ ∏αναθηικoς. Toυ αὐτoυ. Pωµης ἐγκωµιoν. ISOCRATIS ORATIONES. ALCIDAMANTIS CONTRA DICENDI MAGISTROS. GORGIAE DE LAVDIBVS HELENAE. ARISTIDIS DE LAVDIBVS ATHENARVM. EIVSDEM DE LAVDIBUS VRBIS ROMAE. [VENETIIS, APUD ALDUM ET ANDREAM SOCERUM, MENSE APRIL. M.D.XIII] [VENETIIS IN AEDIBVS ALDI, ET ANDREAE SOCERI IIII NONARVM MAII M.D.XIII], In-2°. Marque A3b au titre et A3c au colophon.
[Ahmanson-Murphy, n° 112 ; Edit16., CNCE 37441 (4 ill.).]

1515

L. Coelü Lactantii Firmiani diuinarum institutionumLibri septem. De ira Dei, Liber I Deopificio Dei, Liber I, Epitome in libros suos liber acephalos. Phoenix. Carmen de DominicaResurrectione, [VENETIIS, IN AEDIBVS ALDI, ET ANDREAE SOCERI, MENSE APRILI M.D.XV.]. In-8°. Marque A2.
[Ahmanson-Murphy, n° 132 ; Editi16, CNCE 45472 (3 ill.).]

− AVLV GELLII NOCTIVM ATTICARVM LIBRI VNDEVIGINTI, [VENETIIS, IN AEDIBVS ALDI, ET ANDREAE SOCERI, 1515], In-8°. Marque A2.
[Ahmanson-Murphy, n° 138 ; Editi16, CNCE 72554 (2 ill.) et CNCE 20605 (2 ill.).]

1518

− ∆IOΣKOPIAEΣ. DIOSCORIDES. [VENETIIS, IN AEDIBVS ALDI ET ANDREAE SOCERI, MENSE IVNIO M.D.XVIII]. In-4°. Marque A2.
[Ahmanson-Murphy, n° 167 ; Edit16, CNCE 17257 (1 ill.).]

1522

− M. T. C. EPISTOLAE FAMILIARES ACCVRATIVS RECOGNITAE. M.D.XXII. Index, quo sigillatum omnes epistolae, & a quibus scribantur, inueniri possunt. Tralatio dictionum graecarum in latinum, non ante impressa, [VENETIIS, IN AEDIBVS ALDI, ET ANDREAE ASVLANI SOCERI M.D.XXII. MENSE IVNIO]. In-8°, 267, [5] fol. Marque A2.
[Ahmanson-Murphy, n° 210 ; Edit16, CNCE 12216.]

1533

− TITI LIVII PATAVINI DECADIS QVINTAE LIBRI QVINQUE, [VENETIIS IN AEDIBVS HAEREDVM ALDI MANVTII ROMANI, ET ANDREAE ASVLANI SOCERI, MENSE MAIO, M.D.XXX1II.]. In-8°, [136] fol. Marque A10.
[ACP, n° 124 ; Ahmanson-Murphy, n° 260 ; Edit16, CNCE 28629 (3 ill.).]

− IL PETRARCA, [Impresso in Venegia, nelle case delli eredi d’Aldo Romano, è d ‘Andrea Asolano, nell’ anno M.D.XXXIII, del mese di Giugno]. In-8°, [228] fol. Marque A11.
[Ahmanson-Murphy, n° 261; Edit16, CNCE 27211.]

− QVAE HOC VOLVMINE CONTINENTVR. Annotationes in omnia Ouidij opera, index fabularum, & caeterorum, quae insunt hoc libro secundum ordinem alphabeti. OVIDII METAMORPHOSEON LIBRI XV. [VENETIIS, IN AEDIBVS HAEREDVM ALDI, ET ANDREAE SOCERI MENSE SEPTEMBRI, M.D.XXXIII]. In-8°, [32], 204 fol. Marque Al 1.
Vol. 2 : P. Ouidij Nasonis uita per ALDVM ex ipsius libris excerpta. HEROIDVM EPISTOLAE. AMORVM LIB.III. DE ARTE AMANDI LIB. III. DE REMEDIO AMORIS LIB. III. DE MEDICAMINE FACIEI. NVX. SOMNIVM. Pulex & Philomena quamuis Ouidij esse dicantur, non magis tamen ipsius sunt, quam Sabini tres illae, quae illi ascributur, epistolae. Nequid tamen desyderari à nobis posset : haec etiā adiunximus. [VENETIIS IN AEDIBVS HAEREDVM ALDI, ET ANDREAE SOCERI, MENSE IANVARIO. M.D.XXXIII.]. In-8°, [12], 172 fol. Marque A11.
Vol. 3 : CLA. PTOLEMAEI INERRANTIVM Stellarum significationes per Nicolaum Leonicum è graeco translatae. XII. Romanorum menses in ueteribus monimentis Romae reperti. Sex priorum mensium digestio ex sex Ouidii Pastorum libris excerpta. P. OVIDII NASONIS FASTORVM LIB. VI. TRISTIVM LIB. V DE PONTO LIB. IIII. IN IBIN AD LIVIAM, [VENETII IS IN AEDIBVS HAEREDVM ALDI, ET ANDREAE SOCERI, MENSE DECEMBRI. M.D.XXXIII.]. In-8°, 21, 227 fol. Marque A11.
[ACP, n° 120 ; Ahmanson-Murphy, n° 266 ; Edit16, CNCE 27209 (2 ill.).]

− LIBRI DE RE RVSTICA. M. CATONIS. LIB. I. M. TERENTII VARRONIS. LIB. III. L. IVNII MODERATI COLUMELLAE. LIB. XII. Eiusdem de arboribus liber separatus ab alijs. PALLADII LIB. XIII. De duobus dierum generibus : simulque de umbris & horis, quae apud Palladium. Index omnium fere rerum, quae in his lebris scitu dignae leguntur. Index graecarum dictionum. Enarrationes priscarum uocum per ordinem literarum digestae. MDXXXIII. [VENETIIS IN AEDIBVS HAEREDVM ALDI, ET ANDREAE SOCERI, MENSE DECEMBRI, M.D.XXXIII.]. In-4°, [350] fol. Marque A11.
[ACP, n° 128 ; Ahmanson-Murphy, n° 264; Edit16, CNCE 27203 (2 ill.).]

− ACTII SYNCERI SANNAZARII DE PARTV VIRGINIS LIBRI III. EIVSDEM DE MORTE CHRISTI LAMENTATIO. Et quae in sequenti pagina continentur. MDXXXIII. [Venetijs in aedibus haeredü Aldi, & Andreae Soceri. M.D.XXXIII.]. In-8°, [104] fol. Marque A10.
[ACP, n° 129 ; Ahmanson-Murphy, n° 265 ; Editi6, CNCE 27215 (2 ill.).]

− IL LIBRO DEL CORTEGIANO DEL CONTE BALDESAR CASTIGLIONE. Hassi nel priuilegio, & nella gratia ottenuta dalla Illustrissima Signoria, che in questa, ne in niun’ altra città del suo dominio si possa im=primere, ne altroue impresso uen=dere questo libro del Corte-giano per X. Anni sot=to le pene in esso contenute. [IN VENETIA NELLE CASE DELLI HEREDI D’ALDO ROMANO, ET D’ANDREA D’ASOLA SVO SVOCERO, NELL’ANNO M.D.XXXIII. DEL MESE DI MAGGIO]. In-8°, [220] fol. Marque A10.
[ACP, n° 123 ; Ahmanson-Murphy, n° 259 ; Editi6, CNCL 10063.]

− L’ANTHROPOLOGIA DI GALEAZZO CAPELLA SECRETARIO DELL’ILLVSTRISSIMO SIGNOR DVCA DI MILANO. Hassi nel priuilegio, & nella gratia ottenuta dalla Illustrissima Signoria, che in questa, ne in niun’ altra città del suo dominio si possa imprimere, ne altroue impresso uendere questo libbro dellAnthropologia per anni xx. Sotto le pene in esso contenute. M.D.XXXIII. [In Venetia nelle case delli heredi d’Aldo Ro-mano, & d’Andrea d’Asola, nell’anno M.D.XXXIII del mese di Genaro], ln-8°, [76] fol. Marque A11.
[ACP, n° 121 ; Ahmanson-Murphy, n° 257 ; Edit16, CNCE 9089.]

− IN HOC VOLUMINE HAEC CONTINENTVR. Rhetoricorum ad C. Herennium lib. IIII. M. T. Ciceronis de inventione lib. II. Eiusdem de oratore ad Quintum fratrem lib. III. Eiusdem de claris oratoribus, qui dicitur Erutus: lib. I Eiusdem Orator ad Brutum lib. I. Eiusdem Topica ad Trebatium lib. I. Eiusdem oratoriae partitiones lib. I. Eiusdem de optimo genere oratorum praefatio quaedam. Index rerü notabiliu, quae toto opere continentur, per ordine alphabeti Varietas lectionü, quā ex diversorū exeplariü collatione collegimus. [VENETIIS IS AEDIBVS HAEREDVM ALDI MANVTII ROMANI, ET ANDREAE ASVLANI SOCERI, MENSE MARTIO M.D.XXXIII]. In-4°, [16], 245 fol. Marque A5b.
[ACP, n° 122; Ahmanson-Murphy, n° 258; Edit16, CNCE 12232.]

− M.T.C. EPISTOLAE FAMILIARES NVPER ACCVRATIVS ET RECOGNITAE, ET EMENDATAE. Verba graeca latinis expressa. Varietas locorum. Index, quo sigillatim omnes epistolas, & a quibus, aut ad quos scribantur, inuenire facile licet. M.D.XXXIII. Nequis alius Venetijs, aut alio Venetae ditionis loco hos impune Ciceronis libros imprimat, Senatus Veneti decreto causum est. [Venetijs, in aedibus haeredam Aldi Manutij, & Andreae soceri, mense octobri, M.D.XXXIII.]. In-8°. Marque A11.
[ACP, n° 127 ; Ahmanson-Murphy, n° 263 ; Edit16, CNCE 12231.]

1534

− HOC VOLUMINE CONTINENTVR Poëtae tres egregij nunc primum in lucem editi, Gratii, qui Augusto Principio floruit, de venatione Lib. I. P. Ovidii Nasonis Halieuticôn liber acephalus. M. Aurelij Olympij Nemesiani Cynegeticôn Lib. I. Eiusdem carmenbucolicum. T. Calphurnij Siculi Bucolica, Adriani Cardinalis venatio. M.D.XXXIIII. Non sine priuilegio. [Venetiis, in aedibus haeredum Aldi Manutii, & Andreae soceri, M.D.XXXIIII, Mense Februario.]. In-8°, [6], 46 (numérotés par erreur 47) fol. Marque A11 1.
[ACP, n° 130 ; Ahmanson-Murphy, n° 267 ; Edit16, CNCE 21645 (1 ill.).]

1546

− RHETORICORVM AD C. HEREN NIVM LIBRI IIII. INCERTO AVCTORE. CICERONIS De Inuentione libri II. De Oratore, ad Q. fratrem libri III. Brutus, siue, de claris oratoribus, liber I. Orator ad Brutum, Topica ad Trebatium, Oratoriae partitiones, Initium libri de optimo genere oratorum. CORRIGENTE PAVLO MANVTIO, ALDI FILIO. [VENETIIS, M.D.XLVI. VENETIIS, APVD ALDI FILIOS. M.D.XLVI. MENSE SEPTEMBRI]. In-8°, 179 fol. Marque B2.
[Ahmanson-Murphy, n° 346 ; Edit16, CNCE 12274. Contient les 3 titres suivants, qui forment trois unités bibliographiques indépendantes réunies sous un titre commun.]

− DE CLARIS ORATORIBVS, CICERONIS LIBER, QVI INSCRIBITVR BRVTVS. Variae lectiones ex antiquis libris, & ex ingenio. CORRIGENTE PAVLO MANVTIO, ALDI FILIO. VENETIIS, M.D.XLVI. [APVD ALDI FILIOS. VENETUS, M.D.XLVI.]. In-8°, 56 fol. Marque B2.
[Ahmanson-Murphy, n° 346 ; Edit16, CNCE 12274.]

− ORATOR CICERONIS AD M. BRVTVM. CORRIGENTE PAVLO MANVTIO, ALDI FILIO. VENETUS, M.D.XLVI. [APVD ALDI FILIOS. VENETIIS, M.D.XLVI.]. In-8°, 48 fol. Marque B2.
[Ahmanson-Murphy, n° 346; Edit16, CNCE 12274 (2 ill.).]

− DE ORATORE, CICERONIS AD Q. FRATREM LIBRI III. CORRIGENTE PAVLO MANVTIO, ALDI FILIO. [VENETIIS, M.D.XLVI. APVD ALDI FILIOS. VENETIIS, M.D.XLVI.]. In-8°, 137 (numérotés par erreur 136) fol. Marque B2.
[Ahmanson-Murphy, n° 346 ; Edit16, CNCE 12274 (2 ill.).]

1555

− ∆ιoνυσιoυ Λoγγινoυ περι ὑψoυς λoγoυ, DIONYSII LONGINI DE SUBLIMI GENERE DICENDI. In quo cum alia multa praeclare sunt emendata, tum veterum poetarum versus, qui, confusi commixtique cum oratione soluta, minus intelligentem lectorem fallere poterant, notati atque distincti, Venetiis, apud Paulum Manutium, Aldi F. In-4°, 23, [24] fol.
[Ahmanson-Murphy, n° 487 ; Edit16, CNCE 16227.]

1557

− ANTIQUITATUM ROMANARUM Pauli Manutii liber de legibus, index rerum memorabilium. Antiquitatum Romanarum Pauli Manutii Liber de legibus. Index rerum memorabilium, Venetiis. In-2°, [4], 80, [2] fol.
[Ahmanson-Murphy, n° 525 ; Edit16, CNCE. 28025 (1 ill.). Il existe deux états différents, le cahier A ayant été recomposé : voir les descriptions de la bibliographie Edit16.]

Notes

1 Les travaux de dépouillement et d’étude des sources pour l’histoire de l’imprimerie Manuce du vivant de Gian Francesco Torresano menés par A. Cataldi Palau, qui rendent son ouvrage extrêmement précieux, ont permis cette étude.

2 Comme le relève Neil Harris, « Ombre della storia del libro italiano », dans Miscellanea Marciana, t. 20, 2005-2007 : The Books of Venice / Il libro veneciano, dir. Lisa Pon et Craig Kallandorf, Venise/New Castle (Del.), 2008, p. 455-516, aux p. 491-492.

3 Voir le catalogue dans ACP, p. 597-652.

4 ACP, p. 309.

5 Voir, sur la question du nom donné à ce type de production humaniste, Raphaële Mouren, « La uarietas des philologues au XVIe siècle : entre varia lectio et uariae lectiones », dans La varietas à la Renaissance. Actes de la journée d'études organisée par l'Ecole nationale des chartes, Paris, 27 avril 2000, dir. Dominique de Courcelles, Paris, 2001 (Études et rencontres de l’École des chartes, 9), p. 5-31.

6 L’édition de Démosthène sera étudiée dans Raphaële Mouren, « Comment être humaniste et imprimeur ? Erreurs et hésitations de Paolo Manuzio », dans La bibliofilia, t. 115, 2013.

7 C’est ce que déduit Ester Pastorello de la lettre de Paul Manuce au cardinal Benedetto Accolti, 14 novembre 1547 (EM, n° 419), éditée dans Lettere di Paolo Manuzio copíate sugli autografi esistenti nella biblioteca Ambrosiam, éd. Antoine-Augustin Renouard, Paris, 1834, n° CXVII. Voir aussi E. Pastorello, « Due lezioni di Paolo Manuzio sulla moneta romana », dans Lettere italiane, t. 14,1962, p. 193-203, à la p. 195.

8 Paolo Manuzio à Andrea Loredan, Rome, 7 avril 1552 (EM, n° 489), lettre citée dans E. Pastorello, « Due lezioni di Paolo Manuzio... », p. 193.

9 Antiquitatum Romanarum Pauli Manutii liber de legibus : Index rerum memorabilium, Parisiis, apud Bernardum Turrisanum, via Iacobaea, in Aldina bibliotheca, 1557, in-8°, 288 pages.

10 Sur Bernardo Torresano, voir ACP, p. 361-366.

11 Annie Parent-Charon, Les métiers du livre à Paris au XIIe siècle (1535-1560), Genève, 1974 (Histoire et civilisation du livre, 6), p. 154-156 ; ead., « Nouveaux documents sur les relieurs parisiens du XVIe siècle », dans Revue française d'histoire du livre, t. 36, 1982, p. 389-408 ; le dossier a été repris dans ACP, p. 353-360.

12 La bibliographie des livres imprimés par Paul Manuce pour l’académie vénitienne a été établie dans Ahmanson-Murphy.

13 Francesco Barberi, Paolo Manuzio e la Stamperia del popolo romano (1561-1570), Rome, 1942 ; réimpr. Rome, 1985 ; Anna Maria Giorgetti Vichi, Annali délia Stamperia delpopolo romano (1570- 1598) Rome, 1959.

14 Tite-Live n’est accompagné d’aucune pièce liminaire nouvelle, il est donc difficile de déterminer qui, au sein de l’imprimerie aldine, a pris en charge la préparation de cette édition.

15 Paolo Manuzio à Vincenzo Ricci, Venise, 26 mai [1531] (EM, n° 258). Citée dans ACP, p. 275.

16 ACP, p. 294.

17 La page de titre porte la marque n° 5 de Harry George Fletcher 111, New Aldine Studies. Documentary Essays on the Life and Work of Aldus Manutius, San francisco, 1988, reproduite dans ACP, p. 715.

18 Fecit meum erga uos perpetuum studium, et animi propensio quaedam eximia, ut cum haberem clarissimos uiros uel multos, quibus nuncupationem operis huius ob eorum in nos officia deberi merito cognoscerem, nulli tamen maluerim hanc primam industriam in excudendo nostram, quam uobis ipsis esse dicatam. Quanquam cum etiam diligentius mecum cogito, non uideo quibus conuenientibus quam uobis, idest literariae reip. Uniuersae recentes hi foetus officinae nostrae consecrari debeant (ACP, p. 295).

19 La paternité de l’édition des Lettres familières est donnée à Navagero par Antonio Francini, collaborateur des imprimeurs Giunta, dans une lettre à Piero Vettori. Voir Raphaële Mouren, « L’auteur, l’imprimeur et les autres : éditer les œuvres complètes de Cicéron (1533-1540) », dans Écrivain et imprimeur. Actes du colloque international, université du Maine, 8-9 octobre 2009, dir. Alain Riffaud, Rennes, 2010, p. 123-146.

20 Ibid.

21 Cette lettre est en partie éditée et longuement analysée dans ACP, p. 297-298.

22 Quae [typographia] quidem iuuandi nos ratio ut ex eaparte summam animo meo iucunditatem afferebat, quod a maioribus nostris (ut diximus) reperta, secuto quoque nostro maximum decus, ac ornamentum peperit : sic contra, dolorem nunc baud sane mediocrem exhibet : quod a nobis aliquandiu neglecta, praesertim eo tempore, quo retinenda diligentius fuerat : fortasse aliquam uulgo non optime de nobis existimandi materiem dedit. Quod ego tamen ipsum aequiore animo ferrem, et tanquam in transcursu dissimulare possem, nisi aliena haec culpa non nullas auitae nostrae laudi, et gloriae tenebras offudisse uideretur, quam antea pater Aldus, dum laboranti rei literariae opem fert, primum sibi maximam, deinde nobis etiam, quos ille genuit, haud minimam quaesierat. Qui certe cum optimis artibus, et studiis tantum attulerit praesidii, quantum hodie studiosi fere omnes intelligunt, dignus omnino uideri poterat, cuius non modo rei, sed etiam nominis haeredes essemus. Atque haec quidem causa potissimum effecit, ut ad delendam inustae notae maculam, in hanc me rationem darem: cum alioqui magis animus ad otium, aut institutum aliquod nostris studiis accomodatius inclinaret. Accedebant uero, ut in hanc opinionem aliquando defoenderem, praeter domesticum patris exemplum tam illustre, cuius ad imitationem uidebam me uel in primis et hominum expectatione non nulla, et quasi iure quodam haereditario non obscure uocari, assiduae quoque multorum hominum, et eorum illustrium adhortationes, quos ego semper cum mei amantiss. tum mearum fortunarum stndiosiss. intelexissem.

23 [...] gloriam [...] primum sibi maximam, deinde nobis etiam, quos ille genuit.

24 Aldo patre defuncto, cum ego vix primam lucis usuram hausissem, omnis rei typographicae cura ad eos quasi per manus venit, qui sanguine coniuncti, voluntate dissimiles, cum augere domesticam hanc laudem et deberent, et possent, in medio, quod aiunt, nostrae gloriae famaeque cursu defecerunt. Ex illo tempore omnia, ut inquit ille, in peius ruere, ac retro sublapsa referri. Non enim quidem (licet) in hac parte libere loqui, quae ad alios tota pertinet ; et tamen haec ipsa cogitanti mihi ita stomachus interdum movetur ; ut paene fronti feriam. Itaque feci dolore inflammatus, quod nullae rationes aliis persuadere satis potuissent, meque in has occupationes, in quibus adhuc versor penitus repugnate natura conieci. Nunc in eam curam incumbo, ut cum ab hoc instituto brevi discedere certum sit, prius aliquid in apertum referam, quod superiorum temporum offensam emendare commode possit (Paolo Manuzio à Girolamo Seripando, Venise, 8 mars 1534; EM, n° 282; cité dans ACP, p. 305).

25 Mitto, quae petis omnia, praeter unam Petrarchae paginam [...] (Paul Manuce à Vincenzo Ricci ; EM, n° 258 ; cité dans ACP, p. 294).

26 Tiziana Sterza, « Paolo Manuzio editore a Venezia », dans Acme, t. 61, 2008, p. 123-168, aux p. 134-135, cite à ce propos une lettre de Paul Manuce à Iacopo Griffoli, Venise, automne 1539 (EM, n° 315).

27 Ces deux lettres sont signalées et étudiées dans ACP, p. 287-288 ; elles ont été plus longuement étudiées dans R. Mouren, « L’auteur, l’imprimeur et les autres... ». Bonifacius Amerbach (1495-1562) est le fils de l’imprimeur Johann Amerbach et un ami d’Erasme. Voir Hans-Rudolf Hagemann, Die Rechtsgutachten des bonifacius Amerbach. Basler Rechtskultur zur Zeit des Humanismus, Bâle/Francfort, [1997].

28 Viglius van Aytta à Bonifacius Amerbach, Padoue, 15 janvier 1533, éditée dans Die Amerbachkorrespondenz t. IV : Die Briefe aus den Jahren 1531-1536, éd. Alfred Hartmann, Bâle, 1953, lettre 1704, p. 176-177. Sur Viglius van Aytta ou Zuichemus (1507-1577), voir Michael Erbe, dans Contemporaries of Erasmus. A Biographical Register of the Renaissance and Reformation, t. III, dir. Peter Gerard Bietenholz et Thomas Brian Deutscher, Toronto/Buffalo/Londres, 1987, p. 393-395.

29 De Ciceronis negotio serius fortassis admoneo. Sed qui possum aliter, cum tardissime tuae literae sint redditae ? De illo Uenetiis excudendo nihil compertum adhuc habeo, quanquam parturire aliquid Ciceronianos sepe audiui. Sed Aldi officina hoc tempore sepius abortum facit ac pleraque concipit atque etiam incipit, que tamen – nescio an inopia an incuria ad exitum nunquam perueniunt. Si quid tamen expiscari potero, faciam te breui certiorem. Tantum nunc est rumor de epistolis excudendis, quarum amplius Asulanae tabernae exemplaria non suppetunt. Ut adnotata uel emendata communicent, nec sperare audeo nec postulare a quoquam istorum; adeo suis incubant. Citius uero aliquid nanciscar, si de editione apud istos nihil meminero (Viglius van Aytta à Bonifacius Amerbach, Padoue, 15 janvier 1533, éditée dans Die Amerbachkorrespondenz..., t. IV, lettre 1704).

30 De Cicerone edendo, ita me deus amet, nescio, quid tibi scribere debeam, adeo incerta hic sunt omnia. Asulani, qui totum imprimere dudum statuerant, ad solas epistolas delapsi sunt, nec scio, an illas etiam absolututri sint; adeo ea friget officina. Iuntae Florentini uulgo dicuntur idem moliri et magno quidem apparatu seduloque apud doctos uenantur, quo editionem quam magis uenalem efficiant, ut habent quasdam Nauagerii emendatione in Ciceronem; sed an hoc institutum executuri sint, affirmare non possum. [...]. Solum monachum habeo Io. Chrysostomum nomine, qui aliquandiu abfuit ; alioqui fortassis per illum aliquid exploratius habere potuissem. Hic olim communicauit hasce emendationes in epistolas ad Atticum, quae per scriptorem quendam meum indiligenter sunt exceptae, nec Bebelii celeritas relegere me passa est (Viglius van Aytta à Bonifacius Amerbach, Padoue, 22 février 1533, éditée dans Die Amerbachkorrespondenz..., t. IV, p. 187-189, lettre 1719). Le « moine du nom de Jean Chrysostome » est Panfilo Zanco, chanoine régulier mort en 1566.

31 Un des problèmes est celui de la disponibilité du travail de Navagero, comme on l’a vu plus haut. Voir R. Mouren, « L’auteur, l’imprimeur et les autres... », p. 130.

32 Viglius van Aytta à Bonifacius Amerbach, Padoue, 15 janvier 1533, dans Die Amerbacbkorrespondenz..., t. IV, lettre 1704.

33 [...] gloriae tenebras offudisse uideretur, quam antea pater Aldus, dum laboranti rei literariae opem fert, primum sibi maximam, deinde nobis etiam, quos ille genuit, haud minimam quaesierat : voir n. 22.

34 Qua in re non negabo, imo etiam et fatebor ingenue, et praedicabo libenter : siquid utilitatis meus hic labor M. Tulli studiosis est allaturus, id uni praecipue Egnatio acceptum a me ferri iure optimo debere. Cui uiro etiam si omnia praestem officia, quae possim ; minus tamen faciam, quam debeam, aut uelim. Ille mihi primum ad eas artes iter ostendit, a quibus bene, beateque uiuendi ratio proficiscitur. Ille nos ad consuetudinem paterni et ueteris instituti, et ad conseruationem antiqui nominis excitauit, uel (ut uerius dicam) impulit. Ille consiliis, ille authoritate, ille codicibus antiquissimis adiuuit. Denique omnia signa dedit cum humanitatis egregiae, tum amoris in me singulari.

35 Atque huiusce mei consilii tantum abest ut mepoenitat, ut etiam doctissimo uiro Baptistae Egnartio nunquam satis dignas gratias habere mihi uidear, cuius hortatu, atque praeceptis confirmatus, hoc ipsum, quidquid erat operis, suscepi : unde uelpraecipuam utilitatem mihi ipsi comparatam sentio (cité dans ACP, p. 195).

36 Ibid., p. 59-61.

37 Paulus Manutius Aldi filius moderatissimus iuuenis, et literarum studiis ac honestissimis moribus egregie ornatus, paternaeque uirtutis et instituti haeres, et imitator instaurauit : in qua re conficienda summi et praeclarissimarum artium doctrina celeberrimi et instructissimi Ioannis Baptistae consilio, opera, et industria plurimum se fatetur adiutum [...] (cité dans ACP, p. 195-196).

38 D’après une lettre de Viglius van Aytta à Érasme de septembre 1532, éditée dans Opus epistolarum Des. Erasmi Roterodami, éd. Percy Stafford Allen, Helen Mary Allen et Heathcote William Garrod, t. X, Oxford, 1941, lettre 2716, p. 96-102. Cette lettre est signalée et étudiée dans ACP, p. 283-286. Lazaro Buonamici occupe à cette époque la chaire de grec et de latin à Padoue. C’est un ami de Pietro Bembo. Voir Francesco Piovan, Per la biografía di Lazaro Bonamico. Ricerche sul periodo dell’insegnamento padovano (1530-1552), Trieste, 1988.

39 Ibid. Ester Pastorello avait toutefois pu déterminer qu’en 1536, les frères Manuce habitaient chez leurs oncles : E. Pastorello, « Di Aldo Pio Manuzio : testimonianze e documenti », dans La bibliofilia, t. 52, 1950, p. 178-187, aux pages 186-187. Voir aussi ACP, p. 285.

40 Lazarus Bonamicus Asulani fauet, Bembo ista humiliora negocia non sunt curae. Pietro Bembo a travaillé pour les Alde. Il suit aussi de près le travail des imprimeurs Giunta sur Cicéron : voir R. Mouren, « L’auteur, l’imprimeur et les autres... », p. 133-134.

41 Asulani nostri salutem tibi suauissimam dicunt, qui in restituenda literariare mirum in modum insudant. Themistium graecum sunt aggressi; ubi primum absolutus fuerit, ad te mittam [...] (Gian Battista Egnazio à Érasme, Venise, 13 octobre 1533 ; Opus epistolarum Des. Erasmi..., t. X, lettre 2871, p. 305-306).

42 Fuerunt etiam adiumento doctissimi aliquot uiri, et de nostris studiis optime meriti : ex quibus Ioannem Pierium Valerianium, Lazarum Bonamicum, et Benedictum Lampridium [...]. Giovanni Pierio Valeriano Bolzanio (1477-1558) est le neveu d’Urbano Bolzanio, auprès duquel il se forme enfant à Venise. Il est surtout connu pour sa grammaire grecque. Son oncle lui fait rencontrer Alde Manuce. Il passe une parue de sa vie à Rome, à la cour pontificale, où il obtient une chaire d’éloquence à l’université pontificale. Il fait partie des humanistes qui entourent le pape Léon X Médicis. Benedetto Lampridio est un humaniste crémonais, qui a été stipendié par Paolo Cortesi (l’auteur du De cardinalatu), professeur au collège grec de Rome (où se sont retrouvés des imprimeurs grecs comme Zacharias Calliergès) ; précepteur des enfants de Federico Gonzaga, duc de Mantoue, traducteur de la Poétique d’Aristote, il est lié au milieu humaniste vénitien.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540