Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Les presses badiennes au service des détracteurs d’Érasme et de Jacques Lefèvre d’Étaples. Un revirement idéologique ?

Louise Katz

Résumé

Si l’on connaît bien l’enthousiasme de Josse Bade pour les travaux exégétiques humanistes et l’amitié qu’il nourrit pour les représentants de l’humanisme évangélique, ses liens étroits avec l’université de Paris et son rôle dans la diffusion des œuvres des théologiens de la Sorbonne sont généralement relégués au second plan. L’année 1526, en particulier, semble marquer un tournant dans la politique éditoriale de Josse Bade, qui s’implique par ses publications dans la lutte contre le luthéranisme. Bade va même jusqu’à prendre explicitement parti dans ses préfaces contre les travaux exégétiques d’Érasme. Au-delà de la prudence dictée par le contexte ou des considérations économiques réelles, ces choix éditoriaux reposent donc bien sur une véritable motivation idéologique. Cependant, ce revirement idéologique est loin d’être entier : les liens avec les humanistes évangéliques ne sont nullement rompus et le ralliement supposé aux théologiens de la Sorbonne reste pour le moins frileux. Le « cas » Josse Bade est donc encore loin d’être élucidé.

Texte intégral

1Un an avant la mort de Josse Bade, en 1534, Antoine Augereau, accusé d’avoir imprimé les placards de la fameuse affaire du même nom, est exécuté. En 1546, Étienne Dolet paiera à son tour de sa vie son engagement religieux. Ces deux célèbres exemples rappellent le rôle majeur joué par les imprimeurs de la première moitié du XVIe siècle dans la diffusion des idées religieuses qui allaient nourrir les déchirures du siècle et les dangers auxquels leur fonction les exposait. L’importance de l’imprimeur Josse Bade, qui fit sortir de ses presses plus de sept cents impressions entre 1503, date de la création de son officine, le praelum Ascensianum, et 1535, année de sa mort, invite à s’interroger sur le rôle qu’il joua dans la diffusion des idées religieuses.

  • 1 R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius avec Érasme et Lefebvre d’Étaples », dans Bib (...)
  • 2 Ibid., p. 71.

2Si l’on connaît bien l’enthousiasme de Josse Bade pour les travaux exégétiques humanistes et l’amitié qu’il nourrit pour les représentants de l’humanisme évangélique, ses liens étroits avec l’université de Paris et son rôle dans la diffusion des œuvres des théologiens de la Sorbonne sont généralement relégués au second plan. Pourtant, dès 1949, R. Wiriath avait abordé le problème en étudiant les rapports de Josse Bade avec Érasme et Lefèvre d’Étaples. Il avait consacré à cette question un court article de cinq pages dans les Notes et documents de la Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, dans lequel il montrait comment l’hostilité avait succédé à l’amitié entre l’imprimeur et les deux humanistes1. Selon lui, l’affaire était claire : Josse Bade avait délibérément pris parti contre Lefèvre et Erasme et « combat[tait] en eux l’esprit luthérien »2.

3Sans remettre tout à fait en cause la thèse soutenue par Wiriath, il me semble que le « cas Josse Bade » est plus complexe qu’il ne l’a présenté. Je me propose donc de réexaminer et de repréciser les points qu’il a abordés, en les développant et en les replaçant dans un contexte plus large. Je reviendrai dans un premier temps sur les liens tissés par Bade avec les humanistes évangéliques et sur l’influence que ces derniers exercèrent sur sa production éditoriale. Je présenterai ensuite le corpus des œuvres signalant une prise de distance avec les humanistes évangéliques, avant d’étudier les différentes raisons qui ont pu pousser Josse Bade à ces choix éditoriaux.

I. — LE TEMPS DE L’HUMANISME ÉVANGÉLIQUE

  • 3 Pour le texte de ces préfaces, voir Philippe Renouard, Bibliographie des impressions et des œuvres (...)
  • 4 Ibid., t. III, p. 275.
  • 5 Ibid., t. II, p. 492.

4Au cours de sa carrière lyonnaise auprès de l’imprimeur Johannes Trechsel, Josse Bade s’est chargé de la publication des œuvres majeures de la théologie scolastique. Il compose pour ces éditions des épîtres paratextuelles dans lesquelles il exprime sa profonde admiration pour les théologiens du Moyen Age. Dès 1494, il écrit des préfaces pour le Dialogue de Guillaume d’Ockham, ainsi que pour les Questions sur les livres des sentences et pour le traité Sur le pouvoir du souverain pontife, du même auteur, respectivement publiés en 1495 et 14963. En 1497, il rédige encore deux autres préfaces pour les éditions des questions de Pierre Tartaret sur les six livres des Éthiques d’Aristote4 et pour Les questions sur les quatre livres des sentences de Robert Holkot5. Cependant, à l’exception des Quaestiones morales de Tartaret, qu’il imprime encore en 1504 pour les frères de Marnef, Josse Bade, après son installation à Paris, ne semble plus guère s’intéresser à l’édition des maîtres de la scolastique.

  • 6 R. Wiriath a cite in extenso cette préface et en a donné une traduction dans son article ; voir R. (...)

5En effet, pendant les premiers temps de sa carrière parisienne, Josse Bade paraît pleinement acquis aux idées défendues par les tenants de l’humanisme évangélique et s’enthousiasme pour leurs travaux exégétiques. Dès 1505, peu après avoir fondé sa propre imprimerie, il publie, à l’instigation d’Erasme, les Annotations au Nouveau Testament de Lorenzo Valla. Il joint à cette édition un important appareil paratextuel, constitué de l’épître dédicatoire d’Erasme à Christophe Fischer et de trois pièces de sa composition : une épître à Erasme, un avis au lecteur, ainsi que des distiques adressés au même Christophe Fischer. Plus encore que l’épître à Érasme, dans laquelle Bade loue avec insistance le travail de Valla6, l’avis au lecteur, placé au dernier folio de l’ouvrage, rend compte de l’adhésion entière de Bade à un renouveau dans l’étude des textes sacrés :

  • 7 P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 344. Ma traduction : « Tu possèdes ainsi (...)

Habes itaque, lector optime, opus bonae eruditionis plenissimum, longeque magis quam quibusdam visum est pium ac utile. Quid enim magis pium ac non pertinaciter errantibus erroris causas ostendere ? Quidve utilius quam divinas scripturas e fontibus haurire, et ad eos, si qui dissiliant, rivos ipsos redigere ? Consules igitur boni et aequi7.

6Il s’agit bien ici d’un discours caractéristique de l’humanisme évangélique. Ceux qui ne puisent pas à la source des textes sacrés commettent des erreurs qu’il convient de rectifier. A l’instar d’Erasme ou de Lefèvre, qui prônent tous deux un retour aux sources des lettres sacrées, Josse Bade fait sienne la devise ad fontes. Cependant, dans les distiques qui suivent cet avis, Bade fait déjà entendre quelques-unes de ses réserves à l’égard de l’œuvre de Valla :

  • 8 P. Renouard, Bibliographie des impressions...., t. III, p. 345. Traduction : « Cependant Valla, sa (...)

Plura tamen doctus cum primis Valla tulisset
Si mordax sanctis abstinuisset avis.
Qui tamen interdum si sit mordentior aequo
Non potuit palpans tantum abolere nepbas :
Consulet ergo boni lector non invidus atque
Perleget ante novum quam lacerabit opus8.

7Bade reproche à Valla d’avoir tenu des propos trop virulents et son « mordant » à l’égard même des « saints aïeux », qui ternit quelque peu son entreprise. Dès la découverte des travaux exégétiques humanistes, Josse Bade adopte donc envers eux une attitude critique et son enthousiasme, quoique réel, n’est pas sans faille.

  • 9 R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 66.
  • 10 P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 94.
  • 11 Ibid., t. II, p. 486.

8Malgré ces réserves, l’intérêt de Bade pour l’humanisme évangélique et les travaux de ses principaux représentants est durable. En effet, Josse Bade, comme l’a noté R. Wiriath, « n’a pas donné moins de vingt-trois impressions d’ouvrages d’Erasme », auxquelles « il faudrait en ajouter treize autres où Erasme a eu part, soit comme instigateur, soit comme traducteur »9. Il collabore également avec Jacques Lefèvre d’Etaples, moins étroitement il est vrai : Lefèvre corrige et compose une préface pour l’édition badienne de l’œuvre d’Onasander en 150410 et participe, en 1510, à celles d’Hégésippe et de la Guerre des Juifs de Josèphe, traduite en latin par Ambroise11.

  • 12 Ibid., t. III, p. 172. Comme en maints paratextes, les distiques composés par Bade constituent ici (...)
  • 13 Pour le texte de cette épître, voir ibid., t. III, p. 397-399. Une traduction de ce texte a égalem (...)
  • 14 P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 82. Comme l’avait déjà remarqué R. Wiria (...)
  • 15 Ibid., t. Il, p. 358: Jacobo Fabro, viro undequaque eruditissimo ac extra omnem ingenii ac doctrin (...)
  • 16 A propos de ces louanges, voir R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 68.
  • 17 Pour la liste exhaustive des dédicataires de Josse Bade, on se reportera à P. Renouard, Bibliograp (...)

9Les paratextes composés par Josse Bade attestent la régularité de ses rapports avec les deux humanistes et l’admiration qu’il porte à leurs travaux. En 1505, Josse Bade dédie à Lefèvre quelques distiques dans son édition des œuvres de Plutarque traduites en latin par Guillaume Budé12. En 1510, il lui adresse une préface fort élogieuse pour la traduction latine des Fragments de l’Iliade13 et le loue dans l’épître paratextuelle au Rosetum exercitiorum de Jean Mombaer14, puis à nouveau en 1514 dans l’épître paratextuelle au Praeconium sanctissimum crucis de Marco Dandolo, dans laquelle il fait état des encouragements que lui a prodigués Lefèvre pour publier l’œuvre15. Il éprouve également une grande révérence pour Erasme, qu’il exprime notamment dans l’épître paratextuelle de son édition des Parabolae en 1516 et dans celle de son édition des œuvres de Caton de 152316. À ces louanges destinées aux chefs de file de l’humanisme évangélique, il convient d’ajouter les nombreuses autres adressées aux proches des deux humanistes. On trouve ainsi, parmi les dédicataires de Josse Bade, Guillaume Briçonnet pour l’édition d’Hégésippe, Guillaume Petit auquel est adressée une série d’épîtres entre 1509 et 1516, Louis de Berquin pour l’édition des œuvres de Politien en 1512 et pour celles d’Aulu-Gelle en 1517, ainsi que Pierre Gilles d’Anvers et Beatus Rhenanus, amis dévoués du Rotterdamois, pour ne citer que les personnages les plus importants et les plus emblématiques17.

  • 18 À noter que l’édition des Opera de Nicolas de Cues en 1514, ainsi que celle des Proverbia et de la(...)
  • 19 Pour le détail de ces éditions, voir ibid., t. II, p. 220-224.

10Cette collaboration amicale et régulière avec les deux humanistes influence notablement la production de l’officine badienne. En effet, durant ces années, Josse Bade va s’attacher notamment à la publication de travaux qui avaient suscité l’intérêt marqué de Lefèvre, comme ceux de Nicolas de Cues (1514) et de Raymond Lulle18, ainsi que ceux d’un de ses fidèles disciples, Charles de Bovelles19. L’intérêt que Josse Bade porte à l’humanisme évangélique dépasse ainsi largement la simple admiration vouée à Erasme et à Lefèvre. Josse Bade se lie avec leurs proches et met ses presses au service de leurs intérêts littéraires et intellectuels.

II. — LES PREMIÈRES DIVERGENCES ET LA LUTTE CONTRE LE LUTHÉRANISME

  • 20 Pour une synthèse sur cette querelle, on pourra consulter l’article d’Arlette Jouanna, « Querelle (...)
  • 21 Sur cette édition, voir R Renouard, Bibliographie des impressions..., t. II, p. 475.
  • 22 Sur ces éditions, ibid., t. II, p. 443-445.
  • 23 Sur cette édition, ibid., t. II, p. 153.
  • 24 À noter que cette querelle embarrasse aussi les théologiens du collège de Montaigu. L’Écossais Joh (...)
  • 25 Pour le texte de cette préface, on se référera à P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. (...)
  • 26 Pour le détail de cette édition, voir P. Renouard, Bibliographie des impressions ..., t. Il, p. 14 (...)

11Pourtant, dès 1518, Josse Bade commence à publier des ouvrages dirigés contre Lefèvre et Erasme, les deux chefs de file du mouvement qui l’avaient tant enthousiasmé. Les premiers ouvrages prennent parti contre Lefèvre dans la querelle des trois Madeleines et des trois Maries20. Cette année-là, Josse Bade publie la réfutation de Marc de Grand Val, chanoine de l’abbaye de Saint-Victor, intitulée Ecclesiae catholicae non tres Magdalenas sed unicam colentis apología seu defensiorum21, puis en 1519 deux traités de John Fisher, prélat humaniste anglais, évêque de Rochester, les De unica Magdalena libri tres et la Confutatio secundae disceptationis per Jacobum Fabrum Stapulensem habitae […]22, auxquels il faut ajouter la Scholastica declaratio de unica Magdalena de Noël Béda23. Erasme lui-même se trouve embarrassé dans cette affaire et finit par se ranger à l’avis de John Fisher, un proche de Thomas More, lui-même grand ami de l’humaniste batave. Guillaume Petit, confesseur du roi François Ier, invité par ce dernier à se prononcer sur les écrits de Lefèvre, se déclare, quant à lui, en faveur de Lefèvre et affirme l’orthodoxie de son ouvrage sur les trois Madeleines. Le front de l’humanisme évangélique connaît avec cette affaire ses premières dissensions24. Cependant, l’heure est encore aux querelles amicales et les différents partis pris n’entraînent pas de rupture entre les humanistes. Ainsi en est-il entre Josse Bade et Jacques Lefèvre d’Étaples. Si Bade prend clairement parti contre Lefèvre – il honore même Fisher d’une épître dédicatoire en 1519 dans son édition des œuvres de Bède le Vénérable25 – les relations entre les deux hommes ne semblent pas en être altérées. En effet, en décembre 1520 sort des presses de Bade une édition des œuvres de Basile le Grand dans une traduction d’Argyropoulos26. Cette traduction avait été envoyée de Rome à Bade par Lefèvre, auquel Bade rendra hommage dans l’épitre paratextuelle composée pour cette publication.

  • 27 Pour le détail de cette édition, ibid., t. II, p. 402-403.
  • 28 Ibid., t. II, p. 154-155.

12À partir de 1521, Josse Bade met ses presses au service de la lutte contre le luthéranisme en publiant la Determinatio facultatis Parisiensis super doctrina Lutheriana27. Cependant, ce n’est qu’à partir de 1526 que Josse Bade semble véritablement prendre ses distances avec les deux représentants de l’humanisme évangélique. Cette année-là, pour la première fois, il publie les célèbres Annotations contre Jacques Lefèvre d’Etaples et Erasme de Noël Béda28.

  • 29 Ibid, t. II, p. 484-485.
  • 30 Ibid., t. III, p. 165-166.
  • 31 Ibid., t. II, p. 155-156.
  • 32 Ibid., t. II, p. 485.
  • 33 Ibid., t. II, p. 187-194.

13En 1527 et 1528, il imprime deux ouvrages d’un autre théologien de la Sorbonne, Jérôme d’Hangest, De libero arbitrio in Lutherum et De possibili praeceptorum divinorum impletione in Lutherum29. En 1529, il imprime successivement la Responsio d’Alberto Pio30, pour laquelle il rédige même une préface, l’Apología adversus clandestinos Lutheranos de Béda31, un nouvel ouvrage de Jérôme d’Hangest, l’Adversus Antimarianos propugnaculum32, ainsi que l’ouvrage d’un juriste, Jean Bertaud, dirigé contre les luthériens, l’Encomium trium Matiarum cum earundem cultus defensione adversus Lutheranos, édition qui contient également une longue préface fort élogieuse composée par Bade33.

  • 34 Ibid., t. III, p. 165-166.
  • 35 Ibid., t. II, p. 403-404.
  • 36 Ibid, t. II, p. 485.
  • 37 Ibid., t. III, p. 389-390.
  • 38 Ibid., t. II, p. 263.

14En 1531, il poursuit également l’impression d’ouvrages dirigés contre les travaux exégétiques de l’humaniste batave avec la publication d’un nouvel ouvrage de Pio, Tres et viginti libri in locos lucubrationum variarum D. Erasmi quos censet ab eo recognoscendos et retractandos34, et de nouvelles censures de la faculté de théologie35. La même année, deux nouveaux ouvrages engagés contre le luthéranisme sortent encore de ses presses, le De academiis in Lutherum36 de Jérôme d’Hangest et le Tomus primus doctrinalis fidei ecclesiae catholicae contra Witclevistas et Hussitas, eorumque sectatores37 de Thomas Waldensis. Enfin, en 1534, paraissait un dernier ouvrage engagé contre l’hérésie, le traité Adversus omnes haereses, composé par Alonso de Castro38.

15Si, comme on l’a vu, la querelle des trois Madeleines ne constitue donc pas un réel revirement dans la politique éditoriale de Josse Bade, un tournant est bien pris à partir de l’année 1526. Les choix éditoriaux de Josse Bade semblent témoigner de son engagement dans la lutte contre le luthéranisme ainsi que d’une méfiance à l’égard des travaux des humanistes évangéliques et de ceux d’Erasme en particulier.

III. — LA POLITIQUE ÉDITORIALE EN QUESTION

  • 39 Pour le détail de ces éditions, on se reportera respectivement ibid., t. III, p. 353-354, et t. II (...)

16Ce revirement peut-il pour autant être considéré comme signifiant ? En effet, ce n’est pas la première fois que Josse Bade fait des choix qui peuvent sembler contradictoires, mettant en question l’existence d’une véritable politique éditoriale. Josse Bade se montre ainsi capable d’éditer quasi simultanément un traité et celui qui le réfute. Il imprime en 1512 l’ouvrage de Thomas de Vio, intitulé Auctoritates papae et concilii sive ecclesiae comparata, mais également en 1513 le Codex vesperiarum par Marc de Grand Val, qui réfute les thèses de Thomas de Vio39.

  • 40 Pour le détail de ces éditions, voir P. Renouard, Bibliographie des éditions de Simon de Colines ( (...)

17À la même époque, l’imprimeur Simon de Colines adopte lui aussi une attitude ambiguë dans la diffusion des idées religieuses de son temps : il publie les ouvrages religieux d’Érasme comme l’Enchiridion en 1523 et les Colloques en 1527, alors même que sort de ses presses en 1526 un traité composé par Josse Clichtove mettant en cause les travaux d’Erasme, le Propugnaculum Ecclesiae adversus Lutheranos40.

18Dans ces circonstances, il apparaît donc difficile de déterminer la ligne suivie par ces imprimeurs humanistes dans le domaine religieux et même d’affirmer qu’ils ont obéi à une véritable politique éditoriale. Cette contradiction dans les choix éditoriaux a pu laisser penser que les imprimeurs qui, à l’instar de Josse Bade et de Simon de Colines, étaient titulaires de l’office de libraire-juré de l’université de Paris, furent soumis à des pressions plus ou moins directes de cette université.

IV. —JOSSE BADE, LIBRAIRE-JURÉ DE L’UNIVERSITÉ DE PARIS

  • 41 P. Renouard, Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle, t. II : Baaleu-Banville, Paris, 196 (...)
  • 42 Denis Pallier, « L’office de libraire-juré de l’université de Paris pendant les guerres de religio (...)

19Aux environs de l’année 1516, Josse Bade devient libraire-juré de l’université de Paris. C’est à cette date, en effet, qu’apparaît pour la première fois la mention bibliopola academiae Parisiensis sur la page de titre de son édition des Opera de Quintilien41. Sur les obligations comme sur les avantages exacts inhérents à cette charge, nous ne possédons pas beaucoup d’éléments précis. D’après la synthèse fournie par Denis Pallier42, nous savons que les avantages offerts par l’Université à ses libraires-jurés n’étaient pas des moindres. En théorie, suivant les lettres patentes de Charles VI du 20 juin 1411, l’Université a seule compétence pour instituer les libraires, qui détiennent presque exclusivement la prérogative de vendre des livres. Cependant, cette compétence de l’Université semble avoir été largement contournée puisque, d’après le répertoire de Philippe Renouard, on recense, au milieu du XVIe siècle, plus de trois cents libraires en exercice à Paris. Néanmoins, l’Université apporte à ses vingt-quatre libraires-jurés une importante protection. Ces derniers bénéficient du droit de commitimus, c’est-à-dire le droit de plaider devant la juridiction de la prévôté de Paris, ainsi que de larges exemptions d’impôts. La crainte de perdre cette protection si riche de bénéfices a-t-elle pu influencer la politique éditoriale de Josse Bade ?

  • 43 Ibid., p. 57.
  • 44 Voir P. Renouard, Bibliographie des éditions de Simon de Colines...
  • 45 Josse Bade imprime pour la première fois les œuvres d’Origène en 1512, pour lui et Jean Petit. Il (...)

20L’Université était en mesure de révoquer ses libraires au motif de faute grave. Denis Pallier cite ainsi l’exemple d’Oudin Petit, devenu protestant, dont l’office est déclaré vacant en 1 56743. Cependant, la simple impression d’ouvrages de nature hétérodoxe ne semble pas avoir constitué pour l’Université un motif de révocation et les libraires-jurés pouvaient jouir d’une certaine liberté dans leurs choix éditoriaux. En effet, un rapide aperçu de la production éditoriale de Simon de Colines, libraire-juré depuis le 4 décembre 1522 en remplacement de Wolfgang Hopyl, suffit à montrer que les libraires-jurés pouvaient faire des choix qui ne recueillaient pas l’approbation de l’Université. Simon de Colines imprime ainsi les ouvrages de Lefèvre, de Briçonnet, d’Érasme et même de Melanchthon, l’inspirateur de Luther44. Josse Bade imprime quant à lui les œuvres d’Origène, auteur qui paraissait des plus suspects aux théologiens de la Sorbonne45.

  • 46 R. Wiriath écrit à propos des Annotations contre Erasme et Lefèvre de Noël Béda, qui avait reçu l’ (...)

21Si les libraires-jurés possédaient ainsi une relative liberté quant à leurs publications, on ne sait cependant rien avec certitude, contrairement à ce que laisse entendre R. Wiriath46, des éventuelles pressions ou incitations dont aurait pu user la faculté de théologie pour les pousser à imprimer les décrets officiels et les œuvres des théologiens de la Sorbonne.

V. — LE RÔLE DU PARLEMENT DE PARIS

22Le parlement de Paris constitue une autre juridiction dont le rôle prépondérant dans le monde de la librairie, notamment en matière de privilèges, aurait pu influencer les choix éditoriaux de Josse Bade. En effet, si la Chancellerie est habilitée au premier chef à délivrer les privilèges, en son absence, son action est souvent palliée par le parlement de Paris.

  • 47 James K. Farge, Le parti conservateur au XVIe siècle. Université et parlement de Paris à l'époque (...)
  • 48 Pour une synthèse sur la vie de Louis de Berquin, on se reportera à La France de la Renaissance... (...)
  • 49 Données établies d’après le registre des privilèges dressé par Elizabeth Armstrong, Before Copyrig (...)

23Or, on connaît la position largement « conservatrice » de cette administration, pour reprendre la terminologie employée par James K. Farge47, administration qui joua un rôle décisif dans les procès et la condamnation de Louis de Berquin, pour ne citer qu’un exemple célèbre48. Cependant, il est peu vraisemblable que le parlement de Paris ait influencé de manière décisive les choix éditoriaux de Bade. En effet, le Parlement ne constituait pas le seul recours en matière de privilèges : Josse Bade, qui entretient de bonnes relations avec le lieutenant civil Louis Ruzé, protecteur des humanistes et ami de Guillaume Budé, fait, entre 1516 et 1526, deux fois plus appel à la Prévôté qu’au parlement de Paris pour obtenir des privilèges49.

VI. — JOSSE BADE CONTRE ÉRASME

24Outre ces analyses factuelles, les épîtres paratextuelles composées par Josse Bade pour ses éditions des œuvres d’Alberto Pio de 1529 et de 1531 invitent à valider l’hypothèse d’un revirement idéologique de l’imprimeur. En effet, Bade va jusqu’à prendre explicitement parti contre Erasme, comme en témoigne la préface à l'In locos Erasmi lucubrationum retractandos de 1531 :

  • 50 P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 167. « Le très illustre comte de Carpi, (...)

Illustrimus Carporum comes, Albertus et re et nomine Pius, heroicisque virtutibus et literis optimis praeter caeteros mortales praeditus et ornatus ob easque summa laude dignissimus, tametsi gravi eoque fere perpetuo morbo, grandique aetate confectus, non cessavit tamen in supremam usque diem et pietati et catholica consulere fidei, hosque luculentissimos libros ob duas praecipue causas conscripsit, alteram ut liquido probaret quod in paraenetica ad D. Erasmum scripserat epistola, plurima esse ab illo emissa quae et ecclesiasticae dignitati et catholicae derogarent fidei, alteram ut rursus benigne monendo et modeste docendo illum ad locos in tot lucubrationibus ispius suspectos ac male sonantes retractandos induceret. Quos quidem libros, cum sint ad pietatem colendam et haeresim lutheranam devitandam accomodatissimi, quanta maxima potui et fide et accuratione coimpressi [...]50.

25Dans cette épître, non seulement Bade donne un éloge appuyé de Pio, mais il relie aussi clairement l’œuvre anti-érasmienne de Pio à la lutte contre l’hérésie luthérienne. Les choix éditoriaux de Josse Bade ne sauraient donc s’expliquer uniquement par une politique éditoriale hasardeuse, ni par les éventuelles pressions de l’université de Paris ou du Parlement.

26Au-delà de la prudence dictée par le contexte ou des motivations économiques réelles, il y avait bien derrière ces choix éditoriaux une véritable motivation idéologique. L’imprimeur aurait-il donc changé radicalement d’opinion dans l’espace des vingt années qui séparent la première édition des Annotations au Nouveau Testament de Lorenzo Valla et celle des Annotations contre Erasme et Lefèvre d’Etaples de Noël Béda ?

VII. — LA PRÉFACE AUX PHILIPPIQUES DE CICÉRON

  • 51 R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 69.

27Comme l’avait déjà remarqué R. Wiriath, la préface aux Philippiques de Cicéron, datée du 6 octobre 1529, constitue un document important pour comprendre l’attitude a priori paradoxale de Josse Bade51. Josse Bade commence, en effet, par rappeler l’importance qu’il attache aux connaissances philologiques pour l’étude des textes sacrés :

  • 52 P. Renouard, Bibliographie des impressions ..., t. II, p. 323. « Mon opinion, en effet, et ma ferm (...)

[...] visum enim mihi, fermeque persuasum erat ut quisque optime hebraice, graece aut latine sciret, ita ad divinorum eloquiorum intellectionem esse et fuisse saepe aptissimum ; argumentoque non futili fuere persuasionis nostrae antesignani defensores, graeci : Basilius, Gregorius, Chrysostomus, Didymus, pluresque alii latini : Hilarius, Hieronymus, Ambrosius, Augustinus, sexcentique alii. Neque enim fieri potest ut qui literas interiores et dicendi rationem caluerit, divinarum etiam literarum arcana, licet sybillino compendio et aenigmate involuta, non longe verius ac literarum imperitus accipiat52

28En 1529, Josse Bade est donc toujours persuadé de l’apport de la philologie humaniste à l’étude des textes sacrés. Cependant, il poursuit sa démonstration :

  • 53 Ibid., t. II, p. 323. « Il ne s’ensuit pas, cependant, qu’il faille considérer comme pieux et cath (...)

Non tamen continuo si quis literas norit et pius et catholicus est habendus ; litera enim et scientia ut vas electionis dicit, accedit et inflat, spiritus autem et charitas aedificat ; hoc est ut ego quidem nunc interpretor, qui sine Spiritus sancti inspiratione, qua Ecclesiae nostrae proceres illuminati sunt, soli literarum innituntur peritiae facile in errorem decidunt, confidunt enim frustra se posse divina priusquam credant intelligere, cum scriptum sit : « Nisi credideretis, non intelligeris ». Error igitur talium non literarum peritiae, sed ipsorum imputandus est superbiae. Tam enim intellectus noster a spiritu sancto non directius, quam sensus corporalibus illecebris irretitus in errorem labitur53.

29Après avoir pris la défense des philologues, Josse Bade leur coupe, pour ainsi dire, la parole, puisque seuls les chefs de l’Église (Ecclesiae proceres), dont l’intelligence est dirigée par l’Esprit saint (Spiritus sancti inspiratione), seraient susceptibles de pouvoir interpréter correctement les textes sacrés. On retrouve ainsi sous la plume de Bade l’un des arguments employés par Béda dans sa préface aux Annotations contre Lefèvre et Érasme pour justifier son entreprise :

  • 54 Noël Béda, Annotationum Natalis Bedae doctoris theologi parisiensis in lacobum Fabrum Stapulensem (...)

Dolenter sane intuebar pestilentem hanc doctrinam, assidua novorum librorum editione in dies altius radices mittere, invectamque Ecclesiae factionem per istos homines (qui solis humanitatis ac linguarum praesidiis instructi, sacra omnia edisserere sunt aggressi) in non parvam animarum iacturam maiores semper vires suscipere54.

30Pour Bade comme pour Béda, son anagramme, la connaissance seule des belles-lettres est donc insuffisante pour comprendre et expliquer les textes sacrés. Cela faisait au moins un point, sur lequel, semble-t-il, s’entendaient l’imprimeur et le syndic de la Sorbonne.

VIII. — LE REVIREMENT EN QUESTION

  • 55 R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 66.
  • 56 Renseignements empruntés à Erasme..., article « Origène », p. CLVVIII. Pour le détail de cette édi (...)
  • 57 Pour le détail de cette édition, voir ibid., t. II, p. 26.

31Cependant, le revirement supposé de Josse Bade n’est pas aussi tranché que R. Wiriath l’a dépeint dans son article. Si, comme ce dernier l’a remarqué, Josse Bade n’a plus donné d’impressions d’ouvrages composés par Érasme après 152455, le Rotterdamois n’est pas absent pour autant du catalogue de l’imprimeur. Bade imprime ainsi en février 1530 sa traduction latine d’un fragment grec du Commentaire d’Origène sur l’évangile selon saint Matthieu, qui avait même suscité la réprobation de More et Fischer56, et, en octobre 1534, son édition des commentaires aux lettres de saint Paul par saint Ambroise57. Après avoir publié et explicitement soutenu les détracteurs d’Érasme, Bade continue de mettre sous ses presses les travaux exégétiques de l’humaniste batave. La désaffection de l’imprimeur pour l’œuvre de l’humaniste est donc loin d’être totale.

  • 58 Érasme, Opus epistolarum Des. Erasmi Roterodami, t. VI, 1525-1527, éd. Percy Stafford Allen et Hel (...)

32Par ailleurs, on constate que les relations entre Bade et des érasmistes convaincus ne sont nullement rompues à cette période. Il en est ainsi de Germain de Brie, dont Josse Bade imprimera la traduction des œuvres de Jean Chrysostome, sortie de ses presses le 7 août 1526, soit un peu plus de deux mois seulement après la parution des Annotations contre Lefèvre et Érasme de Noël Béda. La même année, Brie fera d’ailleurs allusion à cette édition dans une lettre à Erasme58. Brie y déplorait certes le nombre de fautes de l’impression, mais excusait Josse Bade, qui venait alors de perdre son fils aîné, correcteur dans son officine. Cette lettre prouve, au demeurant, que Brie pouvait encore à l’époque évoquer le nom de Bade et afficher son choix de lui avoir confié ses travaux sans craindre d’exaspérer Erasme en l’entretenant d’un personnage importun.

  • 59 Jérôme d’Hangest est mentionné dans l’épître paratextuelle à la Contemplatio melliflua de Martin L (...)
  • 60 Pour le texte de cette préface, voir ibid., t. III, p. 166.

33De l’autre côté, le soutien porté par Bade aux théologiens ne semble pas des plus entiers. En effet Josse Bade, autrefois fier de montrer à ses lecteurs ses affinités avec les grands représentants de l’humanisme évangélique, ne se montre guère pressé d’afficher ses liens avec les théologiens de la faculté. On ne trouve ni épître paratextuelle adressée à un théologien de la Sorbonne, ni éloge de ces derniers sous la plume de Bade, exception faite d’une timide assertion sur Jérôme d’Hangest dans une épître adressée à Louis de Bourbon, son protecteur59. Josse Bade semble même embarrassé à plus d’un titre par cette collaboration. En effet, alors qu’il prend habituellement soin de citer ses illustres pourvoyeurs de textes comme Erasme et Guillaume Petit, ou encore les moines de l’abbaye de Saint-Victor, Josse Bade tait pudiquement les noms des personnes qui lui ont transmis l’Ad Erasmum responsio de Pio derrière l’expression pour le moins imprécise amicorum quorumdam60.

  • 61 Sur ce sujet, on consultera Isabelle Diu, « Medium typographicum et respublica litteraria : le rôl (...)

34À cette discrétion douteuse, il faut ajouter le renvoi inhabituel chez Bade au privilège royal obtenu pour l’impression de l’In locos Erasmi lucubrationum retractandos du même Pio. En effet, à la simple mention usuelle du privilège61 s’ajoute ici une allusion au privilège royal dans le corps même de l’épître paratextuelle qu’elle clôt :

  • 62 P. Renouard, Bibliographie des impressions ..., t. III, p. 167. « Enfin, le Roi très chrétien des (...)

Astipulante nobis et quasi manum e sublimi porrigente christianissimo Francorum rege Francisco primo, qui ob labores et impendia per nos in eis imprimendis facta hanc nobis gratiam hocque concessit privilegium62.

35Bade semble ainsi éprouver le besoin de justifier son choix éditorial par le soutien du roi incarné dans le privilège qui lui est accordé. Ces différents éléments tendent à prouver combien le revirement supposé de Bade est loin d’être évident : s’il publie contre les humanistes évangéliques, les liens avec eux ne sont pas pour autant rompus et le ralliement supposé aux théologiens de l’université de Paris est pour le moins frileux.

36Si la tradition critique, qui voit en Josse Bade un imprimeur pleinement acquis aux idées de l’humanisme évangélique, a trop ignoré les publications « anti-humanistes » de l’imprimeur, le mouvement de réaction inverse qui fait de Bade un imprimeur « conservateur », engagé dans la lutte contre le luthéranisme, au point de tourner le dos à ses propres collaborateurs et amis, paraît, quant à elle, quelque peu réductrice.

37À une époque où les positions adoptées par les humanistes eux-mêmes sont parfois difficilement saisissables, le rôle joué par Josse Bade dans la diffusion des idées religieuses s’avère des plus ambigus. Impliqué clairement dans la lutte contre le luthéranisme, Josse Bade ne rompt pas totalement les liens avec les humanistes évangéliques contre lesquels il publie et qu’il va même jusqu’à attaquer explicitement. Le cas de Josse Bade est donc loin d’être élucidé et, en l’absence d’études plus approfondies, il convient de se garder de conclusions hâtives.

Notes

1 R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius avec Érasme et Lefebvre d’Étaples », dans Bibliothèque d'humanisme et Renaissance, t. 11, 1949, p. 66-71.

2 Ibid., p. 71.

3 Pour le texte de ces préfaces, voir Philippe Renouard, Bibliographie des impressions et des œuvres de Josse Badins Ascensius, imprimeur et humaniste, 1462-1535, t. III, 1908, Paris, p. 86-88 et p. 90-93.

4 Ibid., t. III, p. 275.

5 Ibid., t. II, p. 492.

6 R. Wiriath a cite in extenso cette préface et en a donné une traduction dans son article ; voir R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 67.

7 P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 344. Ma traduction : « Tu possèdes ainsi, excellent lecteur, une œuvre très riche d’un savoir de qualité et qui a semblé de loin plus pieuse et plus utile que certaines. Qu’y a-t-il en effet de plus pieux que de montrer à ceux qui se trompent sans s’obstiner les causes de leurs erreurs ? Ou qu’y a-t-il de plus utile que de puiser les divines écritures aux sources et de ramener à ces mêmes cours d’eau ceux qui s’en écarteraient ? Fais-lui donc un bon et juste accueil ». Au vers 3, Philippe Renouard a transcrit quis, j’ai corrigé en qui d’après le texte de l’exemplaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève, conservé sous la cote 4 B 866 INV 1258 RES.

8 P. Renouard, Bibliographie des impressions...., t. III, p. 345. Traduction : « Cependant Valla, savant de premier rang, aurait obtenu davantage si, / Habitué à mordre, il avait épargné les saints aïeux. / Cependant, tout mordant qu’il pût être et parfois plus que de droit, / Il ne put, en l’effleurant seulement, mettre fin à l’impiété : / Le lecteur de bonne foi fera donc bon accueil à ce nouvel ouvrage / Et le lira en entier avant de le mettre en pièces ».

9 R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 66.

10 P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 94.

11 Ibid., t. II, p. 486.

12 Ibid., t. III, p. 172. Comme en maints paratextes, les distiques composés par Bade constituent ici une sorte de complément au paratexte auctorial, puisque l’épître dédicatoire de Budé était adressée à Lefèvre d’Étaples.

13 Pour le texte de cette épître, voir ibid., t. III, p. 397-399. Une traduction de ce texte a également été donnée par M. Lebel, Josse Bade, dit Badins, 1462-1535, Louvain, 1988, p. 31-34.

14 P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 82. Comme l’avait déjà remarqué R. Wiriath, Josse Bade range Lefèvre parmi les « hommes aussi pieux que lettrés » (non minus pietate quam litteratura praeditos).

15 Ibid., t. Il, p. 358: Jacobo Fabro, viro undequaque eruditissimo ac extra omnem ingenii ac doctrinae aleam posito.

16 A propos de ces louanges, voir R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 68.

17 Pour la liste exhaustive des dédicataires de Josse Bade, on se reportera à P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. 1, p. 181-194.

18 À noter que l’édition des Opera de Nicolas de Cues en 1514, ainsi que celle des Proverbia et de la Philosophia amoris de Lulle en 1516, contiennent une épitre dédicatoire de Lefèvre. Pour le détail de ces éditions, voir P. Renouard, bibliographie des impressions..., t. II, p. 356-357, et t. III, p. 44-48.

19 Pour le détail de ces éditions, voir ibid., t. II, p. 220-224.

20 Pour une synthèse sur cette querelle, on pourra consulter l’article d’Arlette Jouanna, « Querelle des trois Madeleines et des trois Maries », dans La France de la Renaissance. Histoire et Dictionnaire, dir. Arlette Jouanna, Philippe Hamon et Dominique Biloghi, Paris, 2001, p. 1024-1026.

21 Sur cette édition, voir R Renouard, Bibliographie des impressions..., t. II, p. 475.

22 Sur ces éditions, ibid., t. II, p. 443-445.

23 Sur cette édition, ibid., t. II, p. 153.

24 À noter que cette querelle embarrasse aussi les théologiens du collège de Montaigu. L’Écossais John Mair, proche de Béda, qui y enseigne la logique, se rangera ainsi aux côtés de Lefèvre. Sur ce sujet, voir Pierre Caron, Noël Béda, Paris, 2005, p. 89 et suivantes, ainsi que l’introduction à cet ouvrage par Arnaud Laimé, « Le diabolique docteur et les saints érudits », ibid., p. 47.

25 Pour le texte de cette préface, on se référera à P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. II, p. 148-150. Maurice Lebel a donné une traduction de cette préface ; voir M. Lebel, Josse Bade..., p. 185-188.

26 Pour le détail de cette édition, voir P. Renouard, Bibliographie des impressions ..., t. Il, p. 145-147.

27 Pour le détail de cette édition, ibid., t. II, p. 402-403.

28 Ibid., t. II, p. 154-155.

29 Ibid, t. II, p. 484-485.

30 Ibid., t. III, p. 165-166.

31 Ibid., t. II, p. 155-156.

32 Ibid., t. II, p. 485.

33 Ibid., t. II, p. 187-194.

34 Ibid., t. III, p. 165-166.

35 Ibid., t. II, p. 403-404.

36 Ibid, t. II, p. 485.

37 Ibid., t. III, p. 389-390.

38 Ibid., t. II, p. 263.

39 Pour le détail de ces éditions, on se reportera respectivement ibid., t. III, p. 353-354, et t. II, p. 474.

40 Pour le détail de ces éditions, voir P. Renouard, Bibliographie des éditions de Simon de Colines (1520-1546), Paris, 1894, respectivement p. 49, 96-97 et 80.

41 P. Renouard, Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle, t. II : Baaleu-Banville, Paris, 1969, p. 8, et P. Renouard, Bibliographie des impressions.. t. III, p. 197.

42 Denis Pallier, « L’office de libraire-juré de l’université de Paris pendant les guerres de religion », dans Bulletin du bibliophile, n° 1, 2002, p. 47-69. Tous les renseignements cités concernant l’office de libraire-juré sont empruntés à cet article.

43 Ibid., p. 57.

44 Voir P. Renouard, Bibliographie des éditions de Simon de Colines...

45 Josse Bade imprime pour la première fois les œuvres d’Origène en 1512, pour lui et Jean Petit. Il en redonnera une édition, encore partagée avec Jean Petit, en 1519 (ou en 1520 n. st.), ainsi qu’une autre en 1522, partagée avec Jean Petit et Conrad Resch. Le 25 février 1530 (ou 1531 n. st.), Josse Bade donnera encore une impression du Fragmentum Origenis in Matthaei capita [...]. Pour le détail de ces éditions, voir P. Renouard, bibliographie des impressions ..t. III, p. 94-99. Cet argument avait déjà été mis en avant par Mark Crâne dans sa thèse de doctorat, A. Conservative Voice in the French Renaissance. Josse Bade (1462-1535), université de Toronto, 2005, p. 159. La faculté de théologie de Paris s’engagea entre 1522 et 1527 contre la publication des œuvres d’Origène, en réaction à la parution de l’« Apologie de J. Merlin en faveur d’Origène ». La faculté de Paris sort perdante de ce duel. Renseignements empruntés à l’article « Origène », dans Erasme, dir. Claude Blum, André Godin, Jean-Claude Margolin et Daniel Ménager, Paris, 1992, p. CLVWII-CLXXXIV.

46 R. Wiriath écrit à propos des Annotations contre Erasme et Lefèvre de Noël Béda, qui avait reçu l’approbation de la faculté : « Cette approbation n’obligeait pas Josse Bade, en qualité de libraire-juré de l’Université, à publier ce volume. C’est volontairement qu’il l’a fait » (R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 68).

47 James K. Farge, Le parti conservateur au XVIe siècle. Université et parlement de Paris à l'époque de la Renaissance et de la Réforme, Paris, 1992.

48 Pour une synthèse sur la vie de Louis de Berquin, on se reportera à La France de la Renaissance..., p. 633-635.

49 Données établies d’après le registre des privilèges dressé par Elizabeth Armstrong, Before Copyright. The French Book-Privilege System, 1498-1536, Cambridge, 1990, p. 208-295. Sur les privilèges de Josse Bade, voir aussi Annie Parent-Charon, « La pratique des privilèges chez Josse Bade (1510-1535) », dans Printers and Readers in the Sixteenth Century, Turnhout, 2005 (Bibliología, 21), p. 15-26.

50 P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 167. « Le très illustre comte de Carpi, Albert, pieux par ses actes et par son nom, pourvu et orné plus que tous les autres mortels de vertus héroïques et d’une grande culture, et pour cette raison tout à fait digne des plus grandes louanges, bien qu’affaibli par les attaques constantes d’une maladie grave, ne cessa pas cependant, jusqu’à son dernier jour, d’avoir le souci de la piété et de la foi catholique, et il écrivit ces ouvrages de grande valeur pour deux principales raisons ; l’une était de prouver avec toute certitude ce qu’il avait écrit dans sa lettre d’avertissement à D. Érasme, qu’il avait avancé un très grand nombre de choses contraires à la dignité ecclésiastique et à la foi catholique ; l’autre, de l’amener en renouvelant ses bienveillants avertissements et en l’instruisant sans prétendon, à retoucher les passages, qui dans un si grand nombre de ses écrits, étaient suspects et malsonnants. Ces livres étant tout à fait propres à développer la piété et à combattre l’hérésie luthérienne, je les ai imprimés en un même recueil avec la plus grande fidélité et le plus grand soin que j’ai pu » (R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 70, traduction modifiée).

51 R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 69.

52 P. Renouard, Bibliographie des impressions ..., t. II, p. 323. « Mon opinion, en effet, et ma ferme conviction, c’est que plus on connaît l’hébreu, le grec et le latin, plus on est, et on a toujours été, apte à comprendre les paroles divines. Et une preuve, qui n’est pas sans autorité, de notre conviction, ce sont nos protecteurs de premier rang, les Grecs Basile, Grégoire, Chrysostome, Didyme et une quantité d’autres, et les Latins Hilaire, Jérôme, Ambroise, Augustin et une foule d’autres. Car il ne se peut pas que le fervent adepte de la littérature de qualité et de l’art de bien dire ne comprenne pas aussi les secrets des lettres divines, tout enveloppés qu’ils sont de concision sybilline, avec beaucoup plus de vérité que l’ignorant des lettres » (M. Lebel, Josse Bade..., p. 120-121).

53 Ibid., t. II, p. 323. « Il ne s’ensuit pas, cependant, qu’il faille considérer comme pieux et catholique quiconque est versé dans les lettres ; il arrive, en effet, comme le dit saint Paul, que le savoir littéraire et la science affadissent et enflent (d’orgueil), tandis que l’illumination de l’esprit et la charité sont source d’édification ; c’est-à-dire, du moins comme je le comprends à présent, que ceux qui, sans l’inspiration du Saint-Esprit, dont sont éclairés les chefs de notre Eglise, s’appuient sur les seules connaissances littéraires, tombent facilement dans l’erreur, car c’est en vain, en effet, qu’ils comptent pouvoir, sans croire au préalable, comprendre les choses divines, puisqu’il est écrit : “À moins de croire, vous ne comprendrez pas”. Il faut donc imputer l’erreur que commettent ces gens-là, non pas à leur connaissance d’une telle littérature, mais à leur orgueil. Car l’intelligence, non dirigée par l’Esprit saint, tombe dans l’erreur aussi bien que les sens pris au filet des leurres de la chair » (M. Lebel, Josse Bade ..., p. 121, traduction modifiée).

54 Noël Béda, Annotationum Natalis Bedae doctoris theologi parisiensis in lacobum Fabrum Stapulensem libri duo [...], Paris, Josse Bade, s. d. [1526], fol. a i verso. Cité et traduit par Marie-Madeleine de La Garanderie, Christianisme et lettres profanes, 1515-1555. Essai sur les mentalités des milieux intellectuels parisiens et sur la pensée de Guillaume Budé, Lille, 1976, p. 179 : « Je voyais avec tristesse cette doctrine empoisonnée plonger de jour en jour des racines de plus en plus profondes par la publication constante de livres nouveaux, et la faction introduite dans l’Église par ces hommes (qui, sans autre secours que les études d’humanités et de langues, ont entrepris d’expliquer tous les textes saints) prendre toujours de nouvelles forces au péril des âmes ».

55 R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 66.

56 Renseignements empruntés à Erasme..., article « Origène », p. CLVVIII. Pour le détail de cette édition, voir P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 99.

57 Pour le détail de cette édition, voir ibid., t. II, p. 26.

58 Érasme, Opus epistolarum Des. Erasmi Roterodami, t. VI, 1525-1527, éd. Percy Stafford Allen et Helen Mary Allen, Oxford, 1926, p. 375-378, lettre 1733.

59 Jérôme d’Hangest est mentionné dans l’épître paratextuelle à la Contemplatio melliflua de Martin Le Maistre en avril 1519. Pour le détail de cette édidon et le texte de cette épître, voir P. Renouard, Bibliographie des impressions..., t. III, p. 57.

60 Pour le texte de cette préface, voir ibid., t. III, p. 166.

61 Sur ce sujet, on consultera Isabelle Diu, « Medium typographicum et respublica litteraria : le rôle de Josse Bade dans le monde de l’édition humaniste », dans Le livre et l’historien. Etudes offertes en l’honneur du professeur Henri-Jean Martin , éd. Frédéric Barbier, Annie Charon, François Dupuigneret-Desroussilles et al., Genève, 1997, p. 115.

62 P. Renouard, Bibliographie des impressions ..., t. III, p. 167. « Enfin, le Roi très chrétien des Français, François Ier s’est associé à notre entreprise à la manière de quelqu’un qui d’en haut tend une main secourable : eu égard aux peines et aux dépenses qu’il nous en a coûté pour imprimer ces traités, il nous a concédé cette faveur et ce privilège » (R. Wiriath, « Les rapports de Josse Badius Ascensius... », p. 70).

Auteur

École pratique des hautes études

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540