Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Robert de Keysere, maître d’école gantois, imprimeur parisien ?

Alexandre Vanautgaerden

Résumé

La figure de Robert de Keysere, maître d’école et imprimeur originaire de Gand, né en 1470, est mal connue. Il fut pourtant, pour le célèbre humaniste Erasme de Rotterdam, un « passeur de textes » essentiel. Les deux hommes se sont sans doute rencontrés à Paris à la fin du XVe siècle. En 1511, Erasme dédie à Robert de Keysere la Contio de puero Iesu : l’étude des circonstances de cette dédicace conduit à découvrir l’activité du prelum Caesarum, officine associée au nom de Robert de Keysere, à laquelle on doit au moins douze éditions entre 1511 et 1514 et qui fut sans doute le principal lieu de travail et de rencontres d’Erasme lors de son séjour parisien au printemps 1511. Parmi les quatre éditions auxquelles les noms d’Erasme et de Robert de Keysere sont étroitement associés – dont la Contio et le De ratione studii –, il faut accorder une place toute particulière à l’édition princeps d’un texte voué à une grande fortune : l’Encomium moriae.

Note de l’auteur

Les références des lettres d’Érasme renvoient, sauf indication contraire, à l’édition établie par Percy Stafford Allen, Helen Mary Allen et Heathcote William Garrod, Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami denuo recognitum et auctum, Oxford, 1906-1947, 11 t. (et 1 t. d’index, Oxford, 1965) ; cette référence sera abrégée sous la forme « Allen ». La traduction française suit, à quelques modifications près, l’édition de La correspondance d’Érasme. Traduite et annotée d'après le texte latin de l’Opus epistolarum de P. S. Allen, H. M. Allen et H. W. Garrod, dir. Aloïs Gerlo, 12 t., Bruxelles, 1967-1984.

Texte intégral

1Après dix mois d’intense travail à Venise dans l’atelier d’Alde Manuce en 1508, Erasme continue son voyage en Italie puis décide de se rendre en Angleterre en août 1509. À cette époque, l’humaniste de Rotterdam alterne des périodes d’écriture et de publication. En 1509 et 1510, l’époque n’est plus aux imprimeurs mais à l’écriture. Au printemps 1511, Erasme a fait suffisamment provision d’œuvres nouvelles en Angleterre pour les imprimer et, par conséquent, envisager un voyage à Paris.

2Il a dans ses bagages cinq projets de publications, et non des moindres. L’Éloge de la folie, esquissé en franchissant les Alpes, a été développé dans la maison The Old Barge, dans laquelle Thomas More vient d’emménager avec sa jeune épouse dans un quartier de Londres, Bucklesbury, au milieu des vendeurs d’herbes et d’épices. Le domaine jouxte la Tamise, non loin de l’église Saint-Laurent, dont le curé est l’helléniste William Grocyn ; il est proche de la cathédrale Saint-Paul, dont John Colet vient d’être nommé doyen. C’est pour l’école humaniste fondée par Colet à l’ombre de la cathédrale qu’Érasme met au net deux traités scolaires, le De ratione et le De copia. La carrière d’agent littéraire d’Érasme se poursuit également et il se charge d’éditer un recueil de poèmes de son ami italien Andrea Ammonio. Pendant son séjour anglais, il continue d’améliorer ses Adages et prépare un nouveau manuscrit à partir de l’édition vénitienne réalisée dans l’officine d’Alde.

  • 1 Voir Allen, t. I, lettre 218,1. 13-14 : Hac de re tuas litteras exspectabo quas ad Iodocum Badium (...)
  • 2 Sur Robert de Keysere, voir Victor Vander Haeghen, « L’humaniste-imprimeur Robert de Keysere, et s (...)

3Dans l’esprit d’Erasme, imprimer à Paris, c’est reprendre la collaboration avec Josse Bade, entamée en 1505-1506 avant son voyage en Italie, ce dont témoigne une lettre écrite à Andrea Ammonio le 10 avril 1511 depuis Douvres : il y demande à son ami de modifier sa préface et le prévient qu’il attend ses instructions, qu’il transmettra à Bade1. En fait, si, en 1511, Erasme collabore à nouveau à Paris avec un imprimeur flamand, il ne s’agit pas de Josse Bade, comme on pouvait s’y attendre à la lecture de la lettre à Andrea Ammonio, mais de Robert de Keysere, humaniste gantois de bien moindre notoriété et dont il convient de retracer brièvement la carrière2.

  • 3 Lodovico Guicciardini la mentionne dans sa description des Pays-Bas en 1567. Voir V. Vander Haegen (...)

4Robert de Keysere naît avant 1470, comme Érasme. Il est issu d’une famille bourgeoise aisée de Gand. Son père fan, tonnelier, eut avec sa femme Kathelyne quatre enfants, parmi lesquels se distinguent le second fils, Robbrecht (dénommé généralement Robert dans la bibliographie, d’après son prénom latin francisé), et l’aînée des filles, Clara, connue comme peintre de manuscrits dès la fin du XVe siècle3. Son activité de miniaturiste lui rapportait des gains importants, qui lui permirent d’aider sa famille et de financer les études à Paris de son frère Robert, qui obtint ainsi le titre de magister. C’est probablement à Paris, entre 1495 et 1500, que se rencontrèrent pour la première fois Erasme et Robert de Keysere.

  • 4 Il revend la maison den Lintwoorme quand il quitte Gand, le 3 octobre 1508. Il loue également pour (...)
  • 5 Voir l’article de Marcel August Nauwelaerts, « Erasme et Gand », dans De gulden passer, 47e jaarga (...)
  • 6 Allen, t. I, lettre 175, Louvain, [septembre 1503]. Percy Stafford Allen propose cette datation gr (...)

5De retour à Gand dès 1500, ce dernier ouvrit une école latine dans une maison du XIIIe siècle, près de l’église Saint-Michel, à l’enseigne du Lynx (den Lintwoorme)4. Nous ne possédons pas de témoignage d’un voyage d’Érasme à Gand lors de son séjour aux Pays-Bas en 1503 et 15045, mais il existe une lettre d’Érasme au maître d’école Robert de Keysere, expédiée de Louvain, sans date, que l’on situe avec vraisemblance en 15036. Cette lettre ne fut publiée que huit ans plus tard, en 1511, comme dédicace au poème Contio de puero Iesu.

  • 7 Voir Desiderius Erasmus, Opera omnia, éd. Jean Leclerc, Leyde, 1703-1706. Pour le texte latin de l (...)
  • 8 Pour l’Expostulatio, il s’agit du poème numéroté 85 dans l’édition de Cornelis Reedijk, The Poems (...)

6La Contio est un discours qui devait être prononcé par un enfant, sous une représentation figurée du Christ, dans l’école de John Colet (Contio de Puero Iesu a puero in schola Coletica pronuntianda)7. Ce texte est suivi d’un poème sur un thème proche (Expostulatio Iesu cum homine) et de petits poèmes regroupés sous le titre de Carmina scholaria8. De prime abord, il est surprenant de trouver dans un livre si proche de l’univers anglais une dédicace qui nous replace dans l’univers bourguignon. Cela s’explique cependant si l’on étudie les dates de composition de ces œuvres.

7La Contio est une œuvre proche du De copia et du De ratione studii, composés pour l’école de Colet. Or ces ouvrages sont en réalité des mises au net d’œuvres rédigées bien des années plus tôt : le De copia naît à la fin du XVe siècle et la Contio obéit à une forme rhétorique identique à celle du Panégyrique pour Philippe le Beau, rédigé en 1503 (l’année de la dédicace à Robert de Keysere). Les éditeurs scientifiques des poèmes, Cornelis Reedijk et Harry Vredeveld, inclinent à dater la première rédaction des Carmina scholaria de 1499.

  • 9 James D. Tracy, « On the compositions dates of seven Erasmus’ writings », dans Bibliothèque d'huma (...)
  • 10 The Poems of Desiderius Erasmus..., n° 68-72. Sur la légende d’Érasme peintre, voir Jacques Chomar (...)
  • 11 Voir à ce sujet la thèse de Lucy L. E. Schlüter, Niet alleen. Een kunsthistorisch-ethische plaatsb (...)

8Dans un article de 1969, James D. Tracy a affiné cette datation et mis ces œuvres en relation avec l’école latine de Robert de Keysere à Gand pour les situer en 15039. Parmi ces poèmes figuraient en effet cinq épigrammes sur des peintures aujourd’hui disparues10. Une de ces pièces — Sub pictura vultus Christi — ne fait pas référence, comme il a été avancé, à une peinture exécutée par Erasme, mais elle aurait été composée, selon Reedijk, pour être placée en dessous d’une image du Christ, suspendue dans la classe de Robert de Keysere à Gand. Cette hypothèse séduisante ne peut malheureusement être étayée par aucun document. Elle correspond néanmoins à l’un des aspects de la pédagogie érasmienne. Pour l’humaniste, les œuvres d’art font partie du dispositif scolaire et permettent à l’enfant de dialoguer avec l’histoire sainte ; la peinture est un support tant pour ses prières que pour ses exercices de rhétorique. L’iconographie préférée d’Erasme est celle du Christ pédagogue, dont la sculpture accueille les hôtes au seuil de la villa dans le colloque Le banquet religieux11.

  • 12 L’édition de la Contio possède un colophon qui indique que l’ouvrage a été imprimé le 1er septembr (...)
  • 13 Allen, t. I, lettre 175,1. 8-9 : Ostendi nostris tuorum alumnorum scripturas ; 1. 11-13 : Mittam a (...)

9Il est donc possible de supposer que ces œuvres, écrites à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle, puis publiées en 151112, ont été offertes à Robert de Keysere. La lettre dédicace de la Contio suppose en effet un contact étroit entre Erasme et de Keysere : l’humaniste y montre à des amis des travaux réalisés par les élèves gantois et annonce qu’il va prochainement envoyer « quelque chose » à de Keysere afin de le récompenser de sa peine d’enseignant13. Ce « quelque chose » est-il un poème ? L’esquisse d’une des œuvres terminées en Angleterre ? Toujours est-il qu’il est moins étonnant qu’il n’y paraissait de voir l’édition princeps de ces œuvres publiée avec une dédicace à Robert de Keysere : ce dernier éditerait en fait la version finale d’œuvres esquissées pour son école quelques années auparavant.

  • 14 La découverte de cette édition forme la matière du second article de Maria Elizabeth Kronenberg. C (...)
  • 15 Allen, t. I, lettre 263,1. 8-10.

10En 1508, Robert de Keysere ferme son école latine et quitte Gand, sans doute pour retourner à Paris où il se retrouve, au plus tard en 1510, à la tête du collège de Tournai. Là, il préface une édition de L’âne d’or d’Apulée, qui paraît en novembre14. Dans les années 1511 à 1513, le nom de Robert de Keysere est lié à plusieurs entreprises éditoriales. Dans une lettre à Érasme en 1512, Josse Bade le mentionne, à la suite de Martens et Gourmont, parmi les imprimeurs qu’il ne désire pas léser : Nam si Enchiridion impressero, Theodoricum offendero ac laesero, si Moriam, Gromontium, si Caesariano prelo impressa, Caesarem […]15. Est explicitement mentionnée dans ce passage l’existence du prelum Caesareum, officine associée au nom de Robert de Keysere.

  • 16 Maria Elizabeth Kronenberg faisait commencer l’activité de cette officine à Gand en 1510, avant qu (...)
  • 17 Sur le De ratione, on trouve : Caius me extruxit Caesar dominator in orbe : hic virgo Catana vocor (...)

11Douze éditions peuvent être attribuées à cette officine, dont les productions se retrouvent à Paris et à Gand, à part égale, entre 1511 et 1514. Mais aucune de ces douze éditions ne porte, sur la page de titre, ni au colophon, le nom de Robert de Keysere16. Leur attribution au maître d’école gantois se fonde sur deux éléments : la mention dans les colophons d’une impression In prelo Caesareo ou la présence, sur la page de titre, d’une gravure montrant une pucelle portant les armes de Gand, devant une vue de la ville, accompagnée d’un poème renvoyant à la fondation historique de la ville par Jules César17. Bien qu’elle n’ait été utilisée que sur deux éditions, cette gravure est présentée comme la « marque » de Robert de Keysere (figure n° 1).

12Avec qui Robert de Keysere travaille-t-il à Paris ? Que peut-on dire du corpus des éditions qui lui sont attribuables ?

Figure n° 1. Érasme, Contio de puero Iesu, Paris, Robert de Keysere, 1er septembre 1511,
in-4°, fol. [a]. Gand, Universiteitsbibliotheek, 89 (1).

  • 18 Cette information se trouve dans le colophon : impressi sunt et venumdantur e regione collegii Ita (...)
  • 19 Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes desXIe et XVIe siècles, Paris, 1926-1928 (...)

13En arrivant à Paris, il finance en 1510 une édition de L'âne d'or d’Apulée. Cette édition porte au titre une marque qui n’a pas été identifiée par Renouard18 mais qui est une copie de celle de William Bretton, libraire à Londres (1506-1510), marque que Gilles de Gourmont emploiera plus tard19 (figure n° 2).

Figure n° 2. Marque de William Bretton, libraire à Londres.
Gand, Universiteitsbibliotheek.

14Or Gilles de Gourmont utilise le même matériel typographique que celui de cette édition d’Apulée. Une lettrine endommagée (un V) utilisée dans l’Apulée se retrouve en effet dans deux éditions contemporaines chez Gilles de Gourmont : l’édition princeps de la Moria en 1511 et l’édition du De copia en 1512. L’observation du matériel typographique permet ainsi d’affirmer que le maître d’école gantois collabore dès 1510 avec Gilles de Gourmont, avant l’arrivée d’Erasme à Paris.

15Le 20 octobre 1511, le libraire Jean Granjon édite un ouvrage de l’historien siennois Agostino Dati, auquel a été ajoutée une édition du De ratione studii d’Érasme. L’ouvrage est imprimé sur « les presses de César », par Joris Biermans de Bruges (voir figure n° 3).

Figure n° 3. Augustin Dati, Epistolae Pancarpie Erasmi De ratione studii Dicta septem sapientum celebria, Paris, Robert de Keysere expensis Jean Granjon [imprimé par Joris Biermans de Bruges], 20 octobre 1511, in-4°, fol. [A].
New York, Pierpont Morgan Library, 063849.

  • 20 Aegtdius Gourmontius imprimendas curavit in Caesareo prelo. Lutetiae Parisiorum.

16Le 20 novembre 1511, la même équipe (l’imprimeur brugeois Joris Biermans et le libraire parisien Jean Granjon) édite l’ouvrage de Francesco Mario Grapaldo, De partibus aedium libri II (figure n° 4). Le 7 décembre 1511, le libraire Jean Petit finance une édition de Poggio que l’on attribue au prelum Caesaream en raison du recours au même matériel typographique que celui employé pour le Grapaldo et pour les ouvrages d’Erasme. En 1511 encore paraissent deux autres éditions attribuées au prelum Caesareum grâce à la présence de la gravure représentant la Pucelle gantoise sur la page de titre, le De ratione (figure n° 5) et la Contio (figure n° 1) : il s’agit de l’édition qui contient la préface d’Erasme adressée à Robert de Keysere. Enfin, une édition sans date de Girolamo Aleandro signale sur la page de titre que Gilles de Gourmont a fait imprimer ces pages sur « la presse de César »20. L’édition est datée de 1512 par Brigitte Moreau, sur la base du séjour parisien de Joris Biermans, mais elle aurait tout autant pu être située en 1511.

Figure n° 4. Francesco Mario Grapaldo, De partibus aedium libri II, Paris, Jean Granjon [imprimé par Joris Biermans de Bruges], 20 novembre 1511, in-4°.
Gand, Universiteitsbibliotheek.

Figure n° 5. Erasme, De ratione studii • Andrea Ammonio, Ad Guglielmum Monioium Anglii carmen asclepiadeum, Paris, In praelo Caesario [Robert de Keysere] expensis Jean Petit, 1511, in-4°, fol. [a],
Gand, Universiteitsbibliotheek.

  • 21 Renouard donne un extrait de la lettre de Gervais Aumen dans Philippe Renouard, Bibliographie des (...)

17Le 7 janvier 1512, une édition des Argonautiques est à nouveau imprimée in prelo Caesareo pour le compte de l’imprimeur Josse Bade et du libraire Jean Petit. Y figure une préface de Gervais Aumen de Dreux adressée à de Keysere21.

18Gervais Aumen a été un familier d’Erasme lors de son séjour parisien en 1506 : on trouvait, dans l’édition princeps d’Euripide chez Bade, un (mauvais) poème de Gervais Aumen, qu’Érasme s’est empressé de faire disparaître lors de la réédition aldine en 1507. Dans cette dédicace, Gervais Aumen inscrit au sein du mouvement de renaissance des belles-lettres Robert de Keysere, qu’il retrouve à Paris, après un séjour en Angleterre. Aux côtés du Gantois, il cite le médecin bâlois Guillaume Cop, Guillaume Budé, l’historien italien Paolo Emili, le poète Fausto Andrelini, le médecin français Jean Ruel, ainsi que l’imprimeur Josse Bade et le libraire Jean Petit (qui ont édité récemment un Cicéron).

  • 22 Jean-François Flamand nous a fait justement remarquer, lors du colloque « Passeurs de textes », qu (...)

19Parlant de Robert de Keysere, il évoque son enthousiasme pour le grec les grandes dépenses qu’il a faites pour sa presse, et cite un écrit ironique (l’Hipponacteum praeconium) contre les contempteurs des belles-lettres22. Pourtant, si la presse de Robert de Keysere semble être à la disposition d’autres libraires et imprimeurs (Jean Granjon, Josse Bade, Gilles de Gourmont, Jean Petit), son nom n’apparaît jamais dans ces éditions. Cette absence pose problème : son statut de supérieur du collège de Tournai l’empêcherait-il de revendiquer son travail d’imprimeur ? Ou, plus simplement et plus radicalement : Robert de Keysere est-il bien imprimeur ?

  • 23 De retour à Gand, en 1513, il imprime pour le libraire Gilles de Vallo, avec son matériel parisien (...)

20Il est acquis que le matériel du prelum Caesaream lui appartenait. Une fois qu’il a quitté Paris, on ne trouve plus d’ouvrages imprimés avec son matériel typographique en France. Fin revanche, des livres imprimés avec ses caractères, ainsi que l’indication du prelum Caesareum, réapparaissent à Gand en liaison avec deux adresses qui lui sont attribuées : In lynce (c’est la maison à l’enseigne du lynx, den Lindtwoorme), et In pasterna, den Poterne23.

  • 24 L’attribution de la direction du collège parisien de Tournai à Robert de Keysere se basait sur l’i (...)

21Le lien entre les écoles, les universités et le développement de l’imprimerie à la Renaissance est connu. Erasme est exemplaire de ces humanistes proches de maîtres d’école tels que John Colet ou Robert de Keysere, qui lui réclament de « nouveaux textes » en accord avec leur nouvelle façon d’enseigner : le De ratione studii est avant tout un « programme des études ». Autour de ces écoles gravitent des imprimeurs qui s’occupent généralement de la reproduction pratique de ces textes. Dans l’espace géographique des Pays-Bas, il existe plusieurs cas d’imprimeurs qui se sont mis au service d’un maître d’école, comme Albert Paffraet à Deventer et Simon Corver à Zwolle. La figure de Robert de Keysere paraît néanmoins inédite dans le monde de l’imprimerie parisienne du début du XVIe siècle : c’est celle d’un maître d’école devenu supérieur d’un collège24 qui fait l’acquisition d’un matériel typographique pour son établissement et qui veille à rentabiliser son investissement en le mettant à disposition d’autres libraires-imprimeurs.

  • 25 Robert de Keysere n’a aucun lien de famille connu avec Arend de Keysere, ni avec son successeur à (...)
  • 26 Sur Arend de Keysere, voir Le cinquième centenaire de l'imprimerie dans les anciens Pays-Bas. Expo (...)
  • 27 Pieter doit déjà être actif à Gand comme libraire à partir de 1512, mais on ne trouve trace de son (...)

22Quand et pourquoi Robert de Keysere a-t-il acquis ce matériel ? À Paris, il ne manquait pas d’officines capables d’exécuter ses desseins, surtout s’il intervenait dans le financement. Ce n’était en revanche pas le cas dans sa ville natale. À Gand, après l’activité du prototypographe gantois Arend de Keysere25, qui s’achève en 1490, plus aucune officine n’est en activité jusqu’en 151326. Les livres que Robert de Keysere fait imprimer à Gand en 1514 font de lui le second imprimeur de cette ville, avant l’activité de Pieter de Keysere, qui débute en 151627. L’acquisition de ce matériel a peut-être été réalisée en prévision de son retour dans sa ville natale, en tenant compte du fait qu’il n’y trouverait pas d’officine à sa disposition.

  • 28 Dans le Dati, le colophon est le suivant : Impressum Parrhisijs cura et diligentia Georgi/Biermans (...)

23Par ailleurs, le nom de l’imprimeur Joris Biermans de Bruges apparaît à deux reprises dans des éditions imprimées sur le prelum Caesareum. À part la mention de son nom dans ces deux colophons en 1511 (les ouvrages de Dati et de Grapaldo)28, l’activité de ce Brugeois est inconnue. Son rôle n’est pas évident à comprendre : est-il le contremaître de Robert de Keysere ? Loue-t-il sa force de travail aux libraires qui impriment in prelo Caesareo ? Doit-on en faire l’un des imprimeurs d’Erasme ou le considérer comme un simple exécutant ? Bien que les renseignements manquent cruellement sur ce personnage, Joris Biermans doit être considéré comme un imprimeur, et non comme un simple exécutant. C’est le seul moyen d’expliquer sa présence dans les deux colophons, qui affirment expressément que l’ouvrage est imprimé avec soin par Biermans : Impressum Parisiis cura et diligentia Georgii Biermansii Brugensis [...]. Celui-ci travaille donc au moins pendant une année (en 1511), et peut-être en 1512, comme l’avance Brigitte Moreau sans citer de documents, avant de cesser son activité pour une raison inconnue.

  • 29 Voir la postface de Robert de Keysere au lecteur dans l’édition de L’âne d’or d’Apulée, fol. [R 6] (...)
  • 30 On ne possède aucune indication sur le lieu où était établi le prelum Caesareum. Deux hypothèses o (...)

24Ainsi Robert de Keysere quitte-t-il Gand en 1508 pour prendre la direction du collège de Tournai. À Paris, il finance des impressions (ce que nous apprend la dédicace de Gervais Aumen)29 et collabore à l’édition de différents travaux avec un libraire (Gilles de Gourmont) et un imprimeur (Joris Biermans). D’autres personnages du monde du livre (Jean Granjon, Josse Bade, Jean Petit) utilisent par ailleurs les « presses de César ». Par sa position intellectuelle, par ses investissements financiers, et peut-être par le fait que son collège abritait l’atelier de Joris Biermans30, Robert de Keysere a dû passer pour l’autorité principale, son nom devenant la marque de fabrique de l’officine, le prelum Caesareum, à l’instar du nom de l’officine de Josse Bade – le prelum Ascensianum. Au moment de quitter Paris pour Gand, il rachète le matériel de Joris Biermans, à moins que le matériel ne lui appartînt déjà.

  • 31 Dès 1510, le Gantois finance l’édition d’Apulée publiée par le Parisien ; en 1511 ou 1512 paraît à (...)

25Beaucoup d’incertitudes demeurent, mais ce qui semble évident, c’est que le prelum Caesareum est le principal lieu de travail (et de rencontre) d’Érasme lors de son séjour parisien au printemps 1511. Cette année-là, Érasme a la joie de voir apparaître son nom dans quatre livres différents, et les quatre sont à rapprocher du nom du maître d’école gantois. Trois y sont directement liés (le De ratione, la Contio et le volume de Dati qui contient une édition du De ratione) ; le quatrième est la fameuse édition princeps de l'Éloge de la folie, réalisée par Gourmont. C’est la seule qui ne sorte pas du prelum Caesareum, mais il existe de nombreux contacts entre Robert de Keysere et Gilles de Gourmont31. C’est fort probablement dans le cercle qui gravite autour de Robert de Keysere qu’Érasme rencontre Gilles de Gourmont et qu’il lui confie l’édition princeps de l’Eloge de la folie.

26Comment se présentent ces éditions parisiennes, en particulier l’édition princeps de la Moria ? L’édition de la Contio qui contient la dédicace d’Érasme à Robert de Keysere est un très bel ouvrage, qui est l’équivalent in-4° des in-2° humanistes de Bade. La mise en page est claire et aérée dans ces deux cahiers de six feuillets qui ne s’embarrassent pas de notes ou de commentaires.

27La page de titre contient la fameuse gravure de la Pucelle gantoise surmontée du titre (figure n° 1). La gravure (102 x 78 millimètres) occupe deux tiers de la page. La Vierge est représentée dans l’encadrement d’une fenêtre gothique, similaire aux encadrements des tableaux de l’époque. La Pucelle, dans un jardinet clos, est habillée de vêtements gothiques et soutient un écusson qui porte les armes de la ville de Gand, représentée à l’arrière-plan. Dans la partie inférieure de la gravure se trouve le distique qui rappelle l’origine prestigieuse de la ville. Le titre est composé en capitales romaines et forme un triangle, à l’italienne. Le contraste est marqué, comme il arrive souvent au début du XVIe siècle, entre l’aspect gothique de la gravure et la volonté humaniste de la mise en page.

28La lettre d’Érasme est disposée, seule, au verso du titre (figure n° 6). Comme elle est assez petite – elle compte quinze lignes sans le titre et forme un bloc de 59 x 88 millimètres –, le compositeur a augmenté la marge de tête, afin que le texte ne paraisse pas trop flotter en haut de la page. L’adresse est légèrement en retrait (Erasmus Ro. Caesari. SDP.) et le texte de la lettre commence au fer, sans alinéa rentrant ni lettrine.

Figure n° 6. Érasme, Contio de puero Iesu, Paris, Robert de Keysere, 1er septembre 1511, in-4°, fol. [a] verso. Gand, Universiteitsbibliotheek, 89 (1).

29Le texte de la Contio débute en haut du second folio, avec un titre de départ en bas de casse, légèrement en retrait, et une lettrine gothique décorée d’éléments floraux (figure n° 7). Le texte comporte trois parties et un épilogue. Le texte final occupe la moitié du folio b iij, laissé ensuite blanc. Au folio b iij verso débute le poème Expostulatio Iesu cum homine, dont le titre de départ est composé en forme de triangle, comme sur la page de titre (figure n° 8). Le compositeur a disposé les vers sur vingt-quatre lignes à la page, contre trente-huit pour la Contio, ce qui donne un effet très aéré.

Figure n° 7. Érasme, Contio de puero Iesu, Paris, Robert de Keysere, 1er septembre 1511, in-4°, fol. a ij. Gand, Universiteitsbibliotheek, 89 (1).

  • 32 Contio de puero Iesu. / Expostulatio Iesu ad mortales. / Carmina ad scholam pertinentia. / Kal sep (...)

30Au folio [b v] verso, le second poème, Imago pueri Iesu, est mis en page d’une façon similaire. Sur le dernier folio, [b vi] verso, sont composés une épitaphe – Epitaphium Scurrulae Temulenti Scazon – puis le colophon32 (figure n° 9).

Figures n° 8 et 9. Érasme, Contio de puero Iesu, Paris, Robert de Keysere, 1er septembre 1511,
in-4°, fol. [b iij] verso et fol. [b vi] verso. Gand, Universiteitsbibliotheek, 89 (1).

  • 33 Pour le texte de l'Epitaphium Scurrulae Temulenti Scazon, voir The Poems of Desiderius Erasmus..., (...)
  • 34 Cette identification a été mise en question par Marcel Bataillon, « La mort d’Henrique Caiado », d (...)
  • 35 Anthologie palatine, Paris, 1957, t. VII, 71.
  • 36 Pour le texte d’Hessus, voir Hymnus paschalis, Erfurt, Joachim Knappe, 1515, fol. B 2v à B 3v ; po (...)

31Tout comme la dédicace à Robert de Keysere pouvait surprendre de prime abord dans un volume lié à l’école de John Colet, cette épitaphe détonne, car elle nous renvoie au séjour italien, et elle est bien peu « chrétienne »33 puisqu’elle se lit comme une blague pour le poète et humaniste portugais Henrique (Hermicus) Caiado de Lisbonne, qui mourut à Rome en 150934. Erasme, qui avait rencontré Calado à Rome, décrit sa mort dans l’adage 3702 ; le poète semble avoir été exceptionnellement obèse. Le modèle de cette épitaphe se trouve peut-être chez celle que Gaetulicus écrivit sur la mort du satiriste grec Archiloque35. Dans l’adage 60, Erasme cite et traduit la fin de cette épitaphe qui fut imitée deux fois, par Helius Eobanus Hessus et par le dernier famulus d’Erasme, Gilbert Cousin36. Hessus a publié également son épitaphe satirique dans un volume consacré à des sujets religieux, afin d’éviter l’ennui. Le poème d’Erasme, qui est publié ici pour la première fois, sert bien d’aiguillon obligeant le lecteur à demeurer alerte.

32L’autre texte destiné à l’école de John Colet, le De ratione studii, est édité deux fois à Paris en 1511 : d’une part, en complément d’un recueil de lettres du poète siennois Agostino Dati (1420-1478) par l’imprimeur Joris Biermans de Bruges sur les « presses de César », pour le compte du libraire Jean Granjon (figure n° 3) ; de l’autre, dans une impression qui porte au titre la gravure de la Pucelle gantoise, avec les poèmes d’Andrea Ammonio (figure n° 5).

  • 37 Opera omnia..., t. 1/2, p. 90-91.
  • 38 Erasmi Rotterdami utriusque linguae doctissimi de ratione studii ac legendi interpretandique aucto (...)
  • 39 Erasme n’occupe que le premier cahier, avec le De ratione et sa dédicace « détournée » par William (...)
  • 40 Augustini Dathi Senensis Pancarpie epistolae in quihus maxime obseruantur eius elegantiarum praece (...)

33Il est difficile de déterminer laquelle de ces éditions est la princeps. Sur la base de variantes (peu nombreuses) dans le texte, Jean-Claude Margolin attribue la priorité à l’édition du libraire Granjon37 mais, si l’on observe le contenu des deux volumes et la façon dont sont rédigés leurs titres respectifs, il conviendrait de donner la priorité au volume orné de la Pucelle. Cet ouvrage, petit frère de l’édition princeps de la Contio, contient les poèmes d’Ammonio qu’Érasme s’était proposé d’éditer « chez Bade », dans sa lettre écrite de Douvres ; son De ratione y joue en outre le rôle titre (les poèmes d’Ammonio ne sont même pas mentionnés sur la première page)38, alors qu’il n’occupe que cinq pages dans un volume qui en compte quarante-huit39. À l’inverse, dans le volume de Granjon, la formulation du titre rejette Erasme au second plan40.

  • 41 Voir Allen, t. I, lettre 234,1. 40-41 : Si tua carmina veneunt Londini, rogo ut libetlum unum bue (...)

34Un autre argument confirme l’idée que l’édition ornée de la Pucelle est antérieure. Le volume pour Granjon porte sur le colophon la date du 20 octobre 1511. Or, à cette date, Erasme écrit de Cambridge à Andrea Ammonio pour lui demander de lui faire parvenir, dès que des livres seront arrivés à Londres, un exemplaire de ces poèmes. Les poèmes d’Ammonio seraient donc déjà imprimés ou en cours d’impression. Par conséquent, il est peu probable que cette édition soit postérieure à la sortie de l’ouvrage publié pour Granjon41.

  • 42 Sous les cotes Rés. D 80108 (2) et Rés. m yc 660.
  • 43 Dans la Contio : Imago pueri Iesu posita in ludo litterario quem nuper instituit Coletus. Dans le (...)

35Cela vaut la peine de remarquer, sans pouvoir en tirer de conclusions, que l’analyse du volume imprimé avec la gravure de la Pucelle est encore plus complexe que la description qui en est faite dans la bibliographie existante. De l’examen des deux exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France42, il ressort que le cahier a, le « cahier érasmien », n’a pas été imprimé avec le même matériel typographique que les cahiers b, c, d, e et f, qui contiennent les poèmes d’Ammonio. Les caractères romains du premier cahier sont sans rapport avec ceux employés dans les cahiers suivants. Il faut signaler aussi que la mise en page des trois poèmes érasmiens publiés à la suite du De ratione est totalement différente de leur composition typographique dans le volume de la Contio. Dans cette dernière, le titre est composé en capitales romaines en triangle sur quatre lignes, et les vers commencent tous au fer, sans alinéa rentrant. Dans le De ratione, non seulement la formulation du titre est différente43, mais la composition typographique des poèmes est aussi l’œuvre d’un autre compositeur : le titre est composé en bas-de-casse, avec un double cadratin (12 millimètres). Le poème 48, par exemple, Aliud, dont les quatre vers commencent en début de ligne, sans alinéa rentrant, dans la Contio, est composé dans le De ratione sous forme de distiques.

36Ce volume de quarante-huit pages a donc été imprimé à partir d’un matériel typographique appartenant à deux officines distinctes. Il n’a pas été possible jusqu’ici de relier le matériel typographique des cahiers b à f à une autre officine parisienne, mais l’enquête devrait être poursuivie. Par ailleurs, un lien existe entre le matériel typographique du cahier a du De ratione « à la Pucelle » et le De ratione imprimé par Joris Biermans pour Granjon, mais une autre officine collaborait avec Robert de Keysere, qui reste encore à identifier. Etant donné que le matériel typographique utilisé par Joris Biermans dans le prelum Caesaream est celui qui appartient (ou appartiendra à partir de 1513) à Robert de Keysere, il faut considérer qu’en 1511, celui-ci fait imprimer les textes qu’il désire publier simultanément dans plusieurs officines.

  • 44 Dans l’édition « à la Pucelle », la dédicace au verso du titre porte comme titre Erasmus Rotterdam (...)
  • 45 Ce Français d’origine modeste, nommé Vitré ou originaire de Vitré, enseigna à Calais entre deux sé (...)

37Ce qui complique encore un peu plus cette histoire, déjà passablement embrouillée, c’est la présence, dans les deux éditions du De ratione, en 1511, d’une dédicace « détournée » au profit de William Thaïe44. L’intention d’Érasme était de dédier l’ouvrage à un ancien étudiant, Thomas Grey, mais certains manuscrits d’Érasme (dont le De ratione) avaient été dérobés à Ferrare par un autre Anglais, William Thaïe. Ce dernier fit circuler le manuscrit du De ratione en substituant son nom dans la dédicace à celui de Thomas Grey. Or, ignorant le grec, William Thaïe ne comprit pas que le personnage cité dans la lettre dédicace, Leucophée (Leucophaeus), faisait référence d’une façon allusive à Thomas Grey. Érasme avait, comme il en a l’habitude, glissé un jeu de mots sur la signification de Grey en anglais (gris) et l’adjectif grec λενkóϕαιος qui désigne la couleur gris cendré. Quand Érasme s’aperçut de la fraude, il modifia le nom du dédicataire et choisit d’offrir son traité à Pierre Vitré, qui fut l’ami et peut-être le précepteur de Thomas Grey, après Érasme45.

38La présence de cette « mauvaise » dédicace donne à penser qu’Érasme n’a pas remis directement le texte du De ratione à Joris Biermans de Bruges ou à Robert de Keysere, mais qu’il est parvenu dans ces officines d’une façon subreptice. La version du De ratione reconnue par l’humaniste paraîtra une année plus tard, en 1512, chez Josse Bade.

  • 46 Allen, t. I, lettre 19,1. 6-9.

39Une autre édition, et non des moindres, vit le jour après ce séjour printanier d’Érasme, la princeps de l’Éloge de la folie. Dans son catalogue de 1523 à Johann von Botzheim, Érasme relate qu’il s’est amusé à rédiger sa Folie en revenant d’Italie, mais qu’il dédaignait cet ouvrage et n’a pas pris la peine de l’éditer. Cette tâche serait revenue à Richard Croke, qui s’en chargea pendant le séjour parisien d’Érasme : Moriam lusimus apud Thomam Morum, tum ex Italia reversi ; quod opus cum mihi sic esset contemptum, ut nec editione dignarer (nam aderam Lutetiae, cum per Richardum Crocum pessimis formulis depravatissime excuderetur) [...]46.

  • 47 Voir la notice sur cette édition dans la Bibliotheca Belgica, Bibliographie générale des Pays-Bas, (...)
  • 48 Allen, t. I, lettre 256,1. 25 : communis discipulus noster.

40Comme Percy Stafford Allen l’a noté, le nom de Richard Croke disparaît dans la seconde édition du Catalogus en 1524 (les mots Richardum Crocum sont remplacés par un indistinct nescio quos). Le procédé est fréquent chez l’humaniste : quand il ne désire pas assumer les dangers d’une publication qui pourrait poser problème, il reporte la responsabilité de l’édition sur un ami ou un famulus, afin de pouvoir la désavouer47. Dans une lettre de Girolamo Aleandro à Érasme en février 1512, Richard Croke est présenté comme étant leur disciple commun48. On a peine à imaginer qu’il se soit permis d’imprimer un texte si important, alors qu’Erasme était dans la même ville, sans l’assentiment de l’humaniste. Il faut considérer qu’Erasme est bien responsable de cette édition, même s’il charge cet étudiant anglais de surveiller l’impression dans l’officine et d’y jouer le rôle de correcteur. Ce faisant, l’humaniste teste les réactions du public en se réservant une possibilité de retrait, plutôt que d’assumer d’emblée sa pleine responsabilité en tant qu’auteur.

  • 49 On trouve des éditions qui portent la marque tantôt de Gilles de Gourmont (Dresde, Sächsische Land (...)
  • 50 Voir P. Renouard, Répertoire..., p. 177-179.

41L’édition de la Maria a été partagée entre les libraires Jean Petit et Gilles de Gourmont49. Erasme connaissait Jean Petit, qui avait financé en 1505 son édition des Annotations de Valla imprimé par Bade, et qui apparaissait comme le plus grand libraire sur le marché parisien. Quant à Gilles de Gourmont, il faisait partie d’une fratrie (avec Jean et Robert) dont les membres ont exercé à la fois séparément et en association les uns avec les autres. Gilles aura l’insigne honneur d’être le premier à imprimer (ou faire imprimer) des volumes entièrement en grec à Paris. On connaît peu de volumes, en dehors de ces impressions, qui portent son nom comme imprimeur : il s’adressait aux presses de ses frères ou à celles de Pierre Vidoue50.

  • 51 Allen, t. IV, lettre 1074, à Wolfgang Fabricius Capiton, [Louvain, février 1520], 1. 87-88.
  • 52 Érasme l’appelle Guillaume plutôt que Gilles. Voir Allen, t. IX, lettre 2577, à Jean Morin, Fribou (...)
  • 53 Voir P. Renouard, Répertoire..., p. 428-429.
  • 54 Allen, t. I, lettre 263, Josse Bade à Érasme, Paris, 19 mai 1512,1. 8-9.

42Gilles de Gourmont ne bénéficie d’aucune édition princeps reconnue par l’humaniste. Son nom ressurgit en 1520, car c’est chez ce libraire que l’adversaire d’Erasme, Edward Lee, édite ses Annotations contre les annotations d’Erasme au Nouveau Testament. Aucune trace de contact direct ne subsiste entre l’imprimeur et Erasme, qui le cite seulement au détour d’une lettre en 1520 comme l’éditeur du texte de Lee51. Une mention plus surprenante de son nom apparaît en 1531, au sujet de l’ouvrage de Scaliger contre l’humaniste. Erasme l’évoque (en se trompant sur son prénom), dans une lettre à Jean Morin, comme étant l’éditeur du pamphlet de l’Italien52. En réalité, l’ouvrage de Scaliger n’a pas été imprimé par l’un des frères Gourmont, qui cessent leur activité en 1522, mais par Pierre Vidoue, qui officie jusqu’en 154353. Le nom de ce dernier est significatif, car il imprime souvent pour Gilles de Gourmont. Erasme associait-il les deux noms dans son souvenir ? Il devait savoir que Vidoue travaillait pour Gilles de Gourmont et, apprenant que Vidoue avait imprimé le pamphlet, avait substitué au nom de l’imprimeur celui du commanditaire (supposé) réel. Toutefois, c’est bien à Gilles de Gourmont que Josse Bade attribue en 1512 la paternité de la Moria : Nam si Enchiridion impressero, Theodoricum offendero ac laesero, si Moriam, Gromontium [..,]54. Il semble donc que le projet éditorial a bien été celui de Gilles de Gourmont et non de Jean Petit, dont l’apport financier explique le partage du tirage de cette première édition.

Figure n° 10. Érasme, Moriae Encomium, Paris, Gilles de Gourmont pour Jean Petit, 1511, in-4°, fol. [a]. Gand, Universiteitsbibliotheek, Rés. 1305.

43Cette édition princeps de la Moria est d’une grande simplicité : au verso de la page de titre, on trouve la dédicace à Thomas More ; à partir du troisième folio, commence le texte de l’Éloge, accompagné de deux pages et demie d’errata à la fin du volume. L’ouvrage ne comporte pas de pièces annexes. La page de titre est composée d’un pavé en triangle pour le titre, sur deux lignes, et de la marque de l’imprimeur. Celle de Jean Petit est encadrée par quatre lignes en grec. Cette devise est si éloignée de la marque que la ligne du dessus donne l’impression de continuer le titre (figure n° 10). La dédicace débute au verso du titre avec une vedette en capitale, centrée, sur deux lignes (figure n° 11). Au début se trouve une lettre d’attente (sVperioribus) qui s’inscrit dans un carré de 15 millimètres de côté (trois lignes). Le texte est composé en bloc sur trente et une lignes. Il se termine sans effet au bas du folio a ij verso, sur la vingt-neuvième ligne.

Figure n° 11. Érasme, Moriae Encomium, Paris, Gilles de Gourmont pour Jean Petit, 1511, in-4°, fol. [a] verso-a ij. Gand, Universiteitsbibliotheek, Rés. 1305.

44La Moría commence au folio a iij (figure n° 12) avec un titre composé en triangle sur deux lignes (Encomium Moriae / Erasmi. Rot.). En dessous, également centrés dans la justification, les mots Stulticia loquitur. Le texte débute avec une lettre ornée, un V gothique, sur un fond criblé. Le bloc est endommagé dans sa partie droite.

Figure n° 12. Érasme, Moriae Encomium, Paris, Gilles de Gourmont pour Jean Petit, 1511, in-4°, fol. a ij verso-a iij. Gand, Universiteitsbibliotheek, Rés. 1305.

  • 55 Pour Clarence Miller, il est évident qu’Érasme n’a pas contrôlé cette édition et que l’on peut ret (...)

45Le texte est composé en bloc et contient du grec. Dès le verso apparaissent des manchettes, composées en romain, sur une justification de 14 millimètres (figure n° 14). Elles sont la plupart du temps en relation avec les passages imprimés en grec. Pour imprimer le grec, le compositeur semble avoir laissé dans un premier temps un espace blanc, car ces espaces sont souvent trop grands pour les lettres qui doivent le remplir (figure n° 13). Le texte se termine aux deux tiers du fol. [h iij]. Après une ligne laissée blanche vient l’explicit, centré dans la justification : Finis Moriae In gratiam Mori (figure n° 14). Après une autre ligne blanche commencent les errata, sans titre de départ, composés sur toute la justification. Il y a soixante-dix corrections, du premier folio au folio xlij. La dernière page est laissée blanche55.

Figures n° 13 et 14. Érasme, Moriae Encomium, Paris, Gilles de Gourmont pour Jean Petit, 1511, in-4°, fol. f iij et [h iij]. Gand, Universiteitsbibliotheek, Rés. 1305.

  • 56 Ce détail est connu par une lettre de Stephen Gardiner, écrite de Londres le 28 février 1526. Sur (...)
  • 57 Voici ici tout le passage auquel il est fait allusion: Ceterum sifas sit memoriam istam tuam optim (...)
  • 58 Voir l’introduction de son édition de la Mona, dans Opera omnia..., t. IV/3, p. 15-16.

46D’avril à juin 1511, Érasme résida à Paris chez un Anglais, Richard Eden, au faubourg Saint-Jean. Richard Eden logeait également un jeune homme, Stephen Gardiner, qui devint secrétaire de l’évêque Wolsey, puis évêque de Winchester. Dans une lettre amusante écrite en 1526, Stephen Gardiner rappelle au « prince des humanistes » que celui-ci raffolait des laitues cuites dans le beurre et le verjus qu’il lui préparait56. Cette lettre contient également un passage où l’évêque-cuisinier d’Érasme évoque des livres : et iam magnam librorum vim tibi comparasti tum Graecorum tum Latinorum57. L’emploi d’un parfait (comparasti) plutôt que d’un plus-que-parfait laisse entendre qu’Érasme venait d’acheter une grande quantité de livres, ce qui avait frappé le jeune homme. Sur la base de cette notation, Clarence Miller avance l’idée selon laquelle Érasme se rend à Paris non pour publier la Moria mais pour acheter des livres et discuter d’une nouvelle édition des Adages avec Josse Bade58. Cette hypothèse est cependant contredite par le fait que les textes qui s’échappent du coffre de l’humaniste au cours de ce printemps 1511, sont particulièrement nombreux. Passe encore pour le De ratione, dont le manuscrit de la première version est dans la nature depuis 1508 à la suite du vol de William Thaïe. Mais il est difficile d’imaginer, avec les différents inédits qu’il contient et sa composition à la fois savante et si ironique, se terminant par l’épitaphe comique, que le recueil de la Contio soit né tout à fait à l’insu de l’humaniste. De même, si la Moría est imprimée sous la direction de Richard Croke, elle a bien été composée à partir du manuscrit original d’Érasme. La dernière lettre écrite d’Angleterre à Andrea Ammonio témoigne bien de l’objectif d’Érasme, au moment d’embarquer depuis Douvres : se rendre en France pour éditer le recueil de poèmes de l’Italien. Pas moins de quatre éditions ou textes nouveaux d’Érasme paraissent en 1511 alors qu’il n’a plus rien édité depuis 1508 ; c’est beaucoup.

47Il est plus probable d’imaginer que, rencontrant à Paris son ancien ami gantois Robert de Keysere, Erasme se détourne un instant de Bade et qu’il confie au maître d’école d’abord le recueil de la Contio puis les poèmes d’Ammonio. Par une voie inconnue, Robert de Keysere tombe en possession du De ratione, qu’il décide d’imprimer et de joindre aux poèmes d’Ammonio. C’est enfin dans le cercle de Robert de Keysere que l’humaniste rencontre sans doute Gilles de Gourmont, avec qui le Gantois avait plusieurs fois collaboré, et qu’il lui confie la première version de la Moria.

48Les passeurs de textes ont des visages parfois inattendus. Robert de Keysere fait partie de ceux-là. Maître d’école, principal d’un collège, possédant une presse, participant à la vie culturelle parisienne dans les premières années du XVIe siècle, il joue un rôle très important dans la carrière d’Érasme quand ce dernier revient travailler en France après cinq années passées en Italie et en Angleterre. Si l’humaniste n’a pas encore trouvé de ce côté des Alpes une figure comparable à celle d’Alde, tout à la fois humaniste, imprimeur et animateur d’une académie, il peut compter sur des compatriotes comme Robert de Keysere, qui s’occupe de l’édition et de l’impression de ces textes, tout en l’introduisant dans des cénacles nouveaux. C’est sans doute grâce à ce passeur peu connu qu’Érasme en vint à confier à Gilles de Gourmont son chef d’œuvre, l’Éloge de la folie.

Notes

1 Voir Allen, t. I, lettre 218,1. 13-14 : Hac de re tuas litteras exspectabo quas ad Iodocum Badium mittes.

2 Sur Robert de Keysere, voir Victor Vander Haeghen, « L’humaniste-imprimeur Robert de Keysere, et sa sœur Clara la miniaturiste : XVe-XVIe siècles », dans Handelingen der Maatschappij van geschied-en oudheidkunde te Gent / Annales de la Société d’histoire et d’archéologie de Gand, t. 8,1908, p. 325-381 ; Paul Bergmans, Ces imprimeurs belges à l’étranger. Liste géographique des imprimeurs et libraires belges établis à l’étranger depuis les origines de l’imprimerie jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Gand, 1922, p. 121-122 ; Fernand Gratien Van Ortroy, Contribution à l’histoire des imprimeurs et des libraires belges établis à l’étranger, Paris, 1927, p. 67-71 ; les articles de Maria Elizabeth Kronenberg, « Robert de Keysere als drukker in Gent en in Parijs (1511-1544) », dans Het boek, t. 21, 1932-1933, p. 1-22, et ead., « Nog iets over Robert de Keysere, drukker in Gent en in Parijs », dans Het boek, t. 24,1936-1937, p. 41-55 ; Philippe Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie depuis l’introduction de l’imprimerie à Paris (1470) jusqu’à la fin du XVIe siècle avec un plan de Paris sous Henri II par O. Truschet et G. Hoyau, Paris, 1965, p. 64 ; Jeroom Machiels, « Robert en Pieter de Keysere als drukker », dans Archives et bibliothèques de Belgique, t. 46, 1975, p. 1-16, et Hilde de Ridder-Symoens, « Robert de Keysere of Ghent, d. 1532 », dans Contemporaries of Erasmus. A Biographical Register of the Renaissance and Reformation, éd. Peter G. Bietenholz, t. II, Toronto/Buffalo/Londres, 1985-1987, p. 258-259.

3 Lodovico Guicciardini la mentionne dans sa description des Pays-Bas en 1567. Voir V. Vander Haegen, « L’humaniste-imprimeur Robert de Keysere... », p. 350-353.

4 Il revend la maison den Lintwoorme quand il quitte Gand, le 3 octobre 1508. Il loue également pour six ans la maison de Pasteerne, située dans une partie du palais des comtes de Flandre. Robert de Keysere rachète sa maison den Lintrwoorne le 23 juillet 1513, quand il revient à Gand.

5 Voir l’article de Marcel August Nauwelaerts, « Erasme et Gand », dans De gulden passer, 47e jaargang 1969, Anvers, 1969 (repris dans Nationale Erasmus-herdenking, Handelingen/Bruxelles, 1970), p. 152-177, spécialement p. 154-155 et p. 160-161 pour les rapports entre Erasme et Robert de Keysere. La première visite certaine d’Erasme à Gand se situe en 1514 ; voir la lettre d’Erasme à William Blount, Bâle, 30 août 1514 (Allen, t. II, lettre 301, 1. 5-40), dans laquelle l’humaniste mentionne plusieurs personnes « qu’il connaissait déjà », dont Robert de Keysere.

6 Allen, t. I, lettre 175, Louvain, [septembre 1503]. Percy Stafford Allen propose cette datation grâce à la phrase : noctes diesque paro quaedam in principis adventum (1. 10-11), qui fait référence à la préparation du Panégyrique pour Philippe le Beau.

7 Voir Desiderius Erasmus, Opera omnia, éd. Jean Leclerc, Leyde, 1703-1706. Pour le texte latin de la Contio, voir ibid., t. V, col. 600D-608F ; pour une traduction anglaise, avec une introduction, voir Collected Works of Erasmus, éd. Emily Kearns, Toronto, 1989, t. XXIX, p. 56-70.

8 Pour l’Expostulatio, il s’agit du poème numéroté 85 dans l’édition de Cornelis Reedijk, The Poems of Desiderius Erasmus, Leyde, 1956, et numéroté 43 dans l’édition de Harry Vredeveld, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami recognita et adnotatione critica instructa notisque illustrata, Amsterdam, 1969-. Pour le poème, voir ibid., t. 1/7, n° 43 ; pour les Carmina scholaria, voir The Poems of Desiderius Erasmus..., n° 85, et Opera omnia..., t. 1/7, n° 44-48. Voir également l’article de James H. Rieger, « Erasmus, Colet and the schoolboy Jesus », dans Studies in the Renaissance, t. 9, 1962, p. 187-194.

9 James D. Tracy, « On the compositions dates of seven Erasmus’ writings », dans Bibliothèque d'humanisme et Renaissance, t. 31, 1969, p. 361-362.

10 The Poems of Desiderius Erasmus..., n° 68-72. Sur la légende d’Érasme peintre, voir Jacques Chomarat, « À propos d’Érasme et de la peinture : une légende ? », dans Latomus. Revue d’études latines, t. 32, 1973, p. 868-872, qui a clos le débat en montrant que cette fiction relevait d’une mésinterprétation de trois passages de son œuvre : le vers 95 du Carmen alpestre et les lettres 16 et 1239.

11 Voir à ce sujet la thèse de Lucy L. E. Schlüter, Niet alleen. Een kunsthistorisch-ethische plaatsbepating van tuin en huis in het Convivium religiosum van Erasmus, Amsterdam, 1995.

12 L’édition de la Contio possède un colophon qui indique que l’ouvrage a été imprimé le 1er septembre, sans préciser l’année. Mais à quelle date a été fondée la Saint Paul’s School pour laquelle il avait été composé ? Avant ou après le 1er septembre ? Le colophon de l’édition de Schürer qui reproduit cette édition est daté de juillet 1512. Comme l’école a été fondée en 1510, une date antérieure est exclue. Dans l’introduction de l’édition de ce texte dans Opera omnia..., Jean-Claude Margolin, se basant sur Allen qui s’appuyait lui-même sur les documents relatifs à la construction de l’école de John Colet, rejette la date de 1510 et adopte l’année 1511. Voir Opera omnia..., t. 1/2, p. 92; Robert Barlow Gardiner, The Admission Registers of St. Paul’s School, From 1748 to 1876. Edited with Biographical Notices and Notes on the Earlier Masters and Scholars of the School, from the Time of its Foundation, Londres, 1884, p. 7.

13 Allen, t. I, lettre 175,1. 8-9 : Ostendi nostris tuorum alumnorum scripturas ; 1. 11-13 : Mittam ad te brevi quaedam.

14 La découverte de cette édition forme la matière du second article de Maria Elizabeth Kronenberg. Cet ouvrage lui avait été signalé par le docteur D. J. H. ter Horst, qui l’avait repéré dans un catalogue de vente parisien en 1935 (chez Durtal) ; voir M. E. Kronenberg, « Nog iets over Robert de Keysere... », p. 41.

15 Allen, t. I, lettre 263,1. 8-10.

16 Maria Elizabeth Kronenberg faisait commencer l’activité de cette officine à Gand en 1510, avant que Robert de Keysere ne se rende à Paris. Cette hypothèse doit être abandonnée, car elle repose uniquement sur la présence de la gravure représentant la Pucelle gantoise sur la page de titre de l’édition de la Contio. Cette marque gantoise a pu être utilisée par un Gantois résidant à Paris, sans que cela localise à Gand la production de cet imprimeur. Le libraire Conrad Resch, imprimant à Paris, à l’enseigne de l’Escu de Bâle, affiche de manière similaire dans sa marque son lieu d’origine. Cornelis Reedijk conteste également l’attribution gantoise de M. E. Kronenberg, voir The Poems of Desiderim Erasmus..., p. 291-294, n° 85.

17 Sur le De ratione, on trouve : Caius me extruxit Caesar dominator in orbe : hic virgo Catana vocor : Blandunum helicon est ; sur la Contio : Me Caius extruxit Caesar dominator in orbe : Rlandunum est helicon : vocor hic b. virgo Caiana. L’abbaye bénédictine de Saint-Pierre se trouvait sur le mont Blandin. La légende de la fondation de Gand par César se lit dans une lettre de Pétrarque, datée d’Aix-la-Chapelle, le 21 juin 1333, dans laquelle il évoque la visite qu’il a effectuée à Gand. Voir M. A. Nauwelaerts, « Erasme et Gand »..., p. 161.

18 Cette information se trouve dans le colophon : impressi sunt et venumdantur e regione collegii Italorum in intersignio divae Agnetis.

19 Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes desXIe et XVIe siècles, Paris, 1926-1928, p. 366, n° 1137. Ronald B. McKerrow reproduit cette marque dans son ouvrage Printers’ and Publishers’ Devices in England and Scotland 1485-1640, Londres, 1913 (Illustrated Monographs, 16). Il en donne deux variantes ; la marque parisienne est copiée d’après la marque 18 b (voir figure n° 3).

20 Aegtdius Gourmontius imprimendas curavit in Caesareo prelo. Lutetiae Parisiorum.

21 Renouard donne un extrait de la lettre de Gervais Aumen dans Philippe Renouard, Bibliographie des impressions et des œuvres de Josse Badius Ascensius. Imprimeur et humaniste (1462-1535). Avec une notice biographique et quarante-quatre reproductions en facsimilé, t. III, Paris, 1908, p. 315, que Vander Haeghen avait reproduite entièrement dans son article « L’humaniste-imprimeur Robert de Keysere... », p. 337.

22 Jean-François Flamand nous a fait justement remarquer, lors du colloque « Passeurs de textes », que les études de Robert de Keysere dans le domaine des lettres grecques devaient être menées dans le milieu qui gravitait autour de la figure de l’helléniste Girolamo Aleandro, établi à Paris depuis 1508.

23 De retour à Gand, en 1513, il imprime pour le libraire Gilles de Vallo, avec son matériel parisien enrichi d’un nouveau caractère romain et d’une police grecque, semblable à celle employée par Gilles de Gourmont, un Introductorium iuvenum in artem grammaticam, pour le libraire Pieter de Keysere (peut-être son cousin, qui commence à imprimer en 1516). Il imprime également, sans date, des Epistolae proverbiales sive morales, ainsi qu’un ouvrage de Bellocasus (Primitiae). C’est la dernière parution d’un ouvrage avec son matériel et la mention In prelo Caesareo.

24 L’attribution de la direction du collège parisien de Tournai à Robert de Keysere se basait sur l’interprétation des sigles qui suivent son nom dans l’épître dédicatoire que lui adresse Gervais Aumen de Dreux : Robertus Caesari pri[ncipali] col[legii] Tor[nacensis]. Voir V. Vander Haeghen, « L’humaniste-imprimeur Robert de Keysere... », p. 335-337. L’identification avait été suggérée par Percy Stafford Allen. La souscription de la postface de Robert de Keysere au lecteur, dans l’édition d’Apulée de 1510, mentionne : Parrbi. Ex domo Tornada Idi. Novemb. Anno 1510. Olivier Pédeflous a eu l’amabilité de me signaler que les archives de l’université de Paris confirment cette interprétation. On peut lire, en effet, dans les registres 89 et 90, qui contiennent des certificats de scolarité (1512-1513), publiés par le père James K. Farge (Students and Teacbers at the University of Paris. The Generation of 1500, Leyde, 2006), les documents suivants. Dans le reg. 89, fol. 4 (Students and Teachers..., p. 8, n° 9E), dans le document certifiant la scolarité de Girardus Houfflin le 23 juillet 1512 : Magister Robertus Cesar, diocesis Tornacensis, in artibus magister, principalis collegii Tornacensis, certifficat de cursu artium, sicut dictus Tateret, quia fuerunt eiusdem lectionis sub eodem in dicto collegio Tornacensi. Ro[bertus] (paraphe :) Cesar ; et dans le reg. 90, fol. 27v (Students and Teacbers..., p. 435, n° 833A), dans le certificat de scolarité de Thomas Cambier demandé le 16 janvier 1513 : Recepi certificationes magistrorum [...] per quas constat magistrum Thomam Cambier, diocesis Cameracensis, in artibus magistrum, Parisius studuisse in artibus per triennium cum dimidio, videlicet per annum in collegio Tornacensi sub magistris Roberto Cesaris et Roberto Sudoris, sucessive regentibus in dicto collegio [...]. Des liens entre Robert de Keysere et Tournai sont attestés par ailleurs en 1518, année où il préconise la fondation d’une université dans cette ville. En 1523, on trouve dans les archives municipales mention de sa requête et de l’acceptation des autorités pour que le maître d’école y séjourne. Des cours ont été donnés dans la ville pendant un an ou deux, puis suspendus en 1525, suite à l’opposition de l’université de Louvain. Voir V. Vander Haeghen, « L’humaniste-imprimeur Robert de Keysere... », p. 347-349.

25 Robert de Keysere n’a aucun lien de famille connu avec Arend de Keysere, ni avec son successeur à Gand, Pieter de Keysere.

26 Sur Arend de Keysere, voir Le cinquième centenaire de l'imprimerie dans les anciens Pays-Bas. Exposition à la bibliothèque royale Albert Ier, 11 septembre-27 octobre 1975, éd. Georges Colin et Wytze Hellinga, Bruxelles, 1973, p. 346-354.

27 Pieter doit déjà être actif à Gand comme libraire à partir de 1512, mais on ne trouve trace de son activité d’imprimeur que du 24 avril 1516 au 5 novembre 1547. Voir J. Machiels, « Robert en Pieter de Keysere... », p. 19-20.

28 Dans le Dati, le colophon est le suivant : Impressum Parrhisijs cura et diligentia Georgi/Biermansii Brugensis, expensis Iohannis Granion. Anno Domini millesimo quingentesimo vndecimo 20 die mensis octobris. In praelo Caesareo. Dans le Grapaldo, on lit : Impressum Parrhisiis cura et diligentia Georgii Biermansii Brugensis expensis bannis Granion. Anno Domini quingentesimo vndeces imo 20 die mensis nouembris in praelo Caesareo. Certains auteurs lui attribuent les éditions imprimées avec le matériel du prelum Caesareum et la gravure de la Pucelle gantoise, en lieu et place de Robert de Keysere, mais sans explication ; c’est le cas, par exemple, de Harry Vredeveld dans son édition des Carmina, dans Opera omnia..., t. 1/7.

29 Voir la postface de Robert de Keysere au lecteur dans l’édition de L’âne d’or d’Apulée, fol. [R 6] : Venit igitur nunc ad a cade miam Parrhisinam A sinus aureus tandem a me magnis laboribus, maioribus molestiis, gravibus impensis perductus.

30 On ne possède aucune indication sur le lieu où était établi le prelum Caesareum. Deux hypothèses ont été avancées. La première consiste à implanter les presses dans la maison occupée jadis par un autre imprimeur qui portait le même nom, Pierre Caesar. Cet imprimeur n’a toutefois aucun lien de parenté avec Robert de Keysere, car il est originaire de Silésie. La seconde hypothèse consiste à localiser les presses au collège de Tournai, dirigé par Robert de Keysere, sur le modèle des presses de la Sorbonne.

31 Dès 1510, le Gantois finance l’édition d’Apulée publiée par le Parisien ; en 1511 ou 1512 paraît à nouveau, in prelo Caesareo, pour le compte de Gilles de Gourmont, une édition des Tabulae de Girolamo Aleandro, l’un des ouvrages pédagogiques les plus demandés pour l’étude du grec ; sur la page de titre, on trouve l’indication Aegidius Gourmontius imprimendas curavit in Caesareo prelo. Lutetiae Parisiorum.

32 Contio de puero Iesu. / Expostulatio Iesu ad mortales. / Carmina ad scholam pertinentia. / Kal sept.

33 Pour le texte de l'Epitaphium Scurrulae Temulenti Scazon, voir The Poems of Desiderius Erasmus..., n° 84 ; Opera omnia..., t. 1/7, n° 52.

34 Cette identification a été mise en question par Marcel Bataillon, « La mort d’Henrique Caiado », dans id., Etudes sur le Portugal au temps de l'humanisme, Coïmbra, 1952.

35 Anthologie palatine, Paris, 1957, t. VII, 71.

36 Pour le texte d’Hessus, voir Hymnus paschalis, Erfurt, Joachim Knappe, 1515, fol. B 2v à B 3v ; pour l’épitaphe de Cousin, voir Opera omnia..., t. 1/7, p. 206.

37 Opera omnia..., t. 1/2, p. 90-91.

38 Erasmi Rotterdami utriusque linguae doctissimi de ratione studii ac legendi interpretandique auctores opusculum. Le De ratione occupe les fol. a ij-[a iiij],

39 Erasme n’occupe que le premier cahier, avec le De ratione et sa dédicace « détournée » par William Thale (Allen, t. 1, lettre 66) ; à cela s’ajoutent les poèmes pour l’école de Colet, Imago pueri (Opera omnia..., t. 1/7, n° 46, 48 et 44).

40 Augustini Dathi Senensis Pancarpie epistolae in quihus maxime obseruantur eius elegantiarum praecepta nuper et nunquam antea Parrhisijs impressae. Vita Augustini Dathi a Thito Suttino habita. Tabula epistolarum continens argumenta earundem Praeterea Herasmi Roterodami ratio studii ac legendi interpretandique auctores iuuenibus apprime vtilis.

41 Voir Allen, t. I, lettre 234,1. 40-41 : Si tua carmina veneunt Londini, rogo ut libetlum unum bue mittas. La lettre porte seulement la date de 1511, mais elle se situe entre deux lettres à Ammonio, l’une datée du 16, l’autre du 27 octobre. Allen la date avec vraisemblance autour du 20 octobre.

42 Sous les cotes Rés. D 80108 (2) et Rés. m yc 660.

43 Dans la Contio : Imago pueri Iesu posita in ludo litterario quem nuper instituit Coletus. Dans le De ratione : Imago pueri Iesu posita in ludo litterario.

44 Dans l’édition « à la Pucelle », la dédicace au verso du titre porte comme titre Erasmus Rotterdamus Guilielmo Thaleio suo S. D. ; dans l’ouvrage imprimé pour Granjon, la dédicace se trouve au fol. [e vij], avec le même titre. Voir Allen, t. I, lettre 66.

45 Ce Français d’origine modeste, nommé Vitré ou originaire de Vitré, enseigna à Calais entre deux séjours à Paris, attaché successivement au collège Lombard et au collège de Navarre. Voir Allen, lettres 430 et 444, et James K. Farge, « Pierre Vitré », dans Contemporaries of Erasmus..., t. III, p. 407.

46 Allen, t. I, lettre 19,1. 6-9.

47 Voir la notice sur cette édition dans la Bibliotheca Belgica, Bibliographie générale des Pays-Bas, dir. Marie-Thérèse Lenger, Bruxelles, 1964-1975, E-838, qui enquête sur la datation de l’œuvre et de la dédicace, et qui émet également l’opinion qu’Érasme en est bien responsable. Pour connaître l’opinion contraire de Clarence Miller, voir Opera omnia..., t. IV/3, « Introduction », p. 14-16, ainsi que p. 40-41. Dans la défense de son texte adressée au théologien Martinus Dorpius en 1515, Erasme évoque également l’impression de la Moria et raconte que les amis qui l’avaient poussé à terminer la rédaction de ce texte l’avaient emporté en France et livré à l’impression d’après un exemplaire non seulement inexact, mais même tronqué – Deinde quorum instinctu scripseram eorundem opera deportatus in Galliam libellus formulis excusus est, sed ab exemplo non solum mendoso verum etiam mutilo. Voir Allen, t. I, lettre 337, à Martinus Dorpius, Anvers, [mai] 1515,1. 137-138. La même situation se présente pour plusieurs recueils épistolaires ; voir Christine Bénévent, La correspondance d’Erasme entre république des Lettres et lettres secrètes, thèse, université Paris XII, 2003, à paraître (Genève, 2013).

48 Allen, t. I, lettre 256,1. 25 : communis discipulus noster.

49 On trouve des éditions qui portent la marque tantôt de Gilles de Gourmont (Dresde, Sächsische Landesbibliothek ; Londres, British Library), tantôt de Jean Petit (Copenhague, Bibliothèque royale ; Gand, bibliothèque universitaire).

50 Voir P. Renouard, Répertoire..., p. 177-179.

51 Allen, t. IV, lettre 1074, à Wolfgang Fabricius Capiton, [Louvain, février 1520], 1. 87-88.

52 Érasme l’appelle Guillaume plutôt que Gilles. Voir Allen, t. IX, lettre 2577, à Jean Morin, Fribourg, 30 novembre 1531,1. 2.

53 Voir P. Renouard, Répertoire..., p. 428-429.

54 Allen, t. I, lettre 263, Josse Bade à Érasme, Paris, 19 mai 1512,1. 8-9.

55 Pour Clarence Miller, il est évident qu’Érasme n’a pas contrôlé cette édition et que l’on peut retenir l’assertion de l’humaniste qui affirmait que Richard Croke en avait été le (mauvais) correcteur. Selon ses remarques, cette édition a bien été imprimée d’après le manuscrit original d’Érasme, même s’il n’en a pas surveillé l’impression ; voir par exemple la lecture migaciores pour nugaciores, dans Opera omnia..., t. IV/3, p. 142,1. 319.

56 Ce détail est connu par une lettre de Stephen Gardiner, écrite de Londres le 28 février 1526. Sur les liens avec Wolsey, voir Allen, t. VI, lettre 1669. Voir également The Letters of Stephen Gardiner, éd. James Arthur Muller, Cambridge, 1933.

57 Voici ici tout le passage auquel il est fait allusion: Ceterum sifas sit memoriam istam tuam optimis quibusque rebus diligentissime adservandis a te destinatam ob rem quandam nugatoriam adpraeterita revocare, annon recordaris sederim abhinc annos, cum apud Edenum quendam Anglum, in vico sancti loannis Lutetiae tum divertentem, hospes esses, quo tempore primum Moriam edidisti, ni fallor, tuam, et iam magnam librorum vim tibi comparasti tum Graecorum tum Catinorum, fuisse id temporis cum Edeno illo puellum quendam, cui cottidie iubebas ut lactucas pararet tibi cum butyro et omphario coctas, atque illum tibi cibum ab eodem tam eleganter instructum diceres et numquam alias? (Allen, t. VI, lettre 1669,1.18-28). Traductiion : « Du reste s’il est permis de ramener dans le passé, pour un motif futile, la mémoire qui t’a été accordée pour accumuler précieusement les plus belles connaissances, ne te rappelles-tu pas qu’il y a seize ans d’ici, alors que tu étais l’hôte d’un Anglais nommé Eden qui résidait à Paris, au faubourg Saint-Jean, à l’époque où tu as fait paraître ta Moría si je ne me trompe, et où tu avais acquis une collection déjà considérable de livres grecs et latins, vivait alors en compagnie de cet Eden certain jeune garçon à qui tu commandais tous les jours de préparer des laitues cuites dans le beurre et le verjus, et que tu déclarais incomparable ce plat si finement apprêté par lui » (A. Gerlo, La correspondance d’Erasme..., p. 326,1. 22-32).

58 Voir l’introduction de son édition de la Mona, dans Opera omnia..., t. IV/3, p. 15-16.

Table des illustrations

Légende Figure n° 1. Érasme, Contio de puero Iesu, Paris, Robert de Keysere, 1er septembre 1511,in-4°, fol. [a]. Gand, Universiteitsbibliotheek, 89 (1).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Figure n° 2. Marque de William Bretton, libraire à Londres.Gand, Universiteitsbibliotheek.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure n° 3. Augustin Dati, Epistolae Pancarpie Erasmi De ratione studii Dicta septem sapientum celebria, Paris, Robert de Keysere expensis Jean Granjon [imprimé par Joris Biermans de Bruges], 20 octobre 1511, in-4°, fol. [A].New York, Pierpont Morgan Library, 063849.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Figure n° 4. Francesco Mario Grapaldo, De partibus aedium libri II, Paris, Jean Granjon [imprimé par Joris Biermans de Bruges], 20 novembre 1511, in-4°.Gand, Universiteitsbibliotheek.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure n° 5. Erasme, De ratione studii • Andrea Ammonio, Ad Guglielmum Monioium Anglii carmen asclepiadeum, Paris, In praelo Caesario [Robert de Keysere] expensis Jean Petit, 1511, in-4°, fol. [a],Gand, Universiteitsbibliotheek.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Figure n° 6. Érasme, Contio de puero Iesu, Paris, Robert de Keysere, 1er septembre 1511, in-4°, fol. [a] verso. Gand, Universiteitsbibliotheek, 89 (1).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Figure n° 7. Érasme, Contio de puero Iesu, Paris, Robert de Keysere, 1er septembre 1511, in-4°, fol. a ij. Gand, Universiteitsbibliotheek, 89 (1).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Figures n° 8 et 9. Érasme, Contio de puero Iesu, Paris, Robert de Keysere, 1er septembre 1511,in-4°, fol. [b iij] verso et fol. [b vi] verso. Gand, Universiteitsbibliotheek, 89 (1).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Figure n° 10. Érasme, Moriae Encomium, Paris, Gilles de Gourmont pour Jean Petit, 1511, in-4°, fol. [a]. Gand, Universiteitsbibliotheek, Rés. 1305.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure n° 11. Érasme, Moriae Encomium, Paris, Gilles de Gourmont pour Jean Petit, 1511, in-4°, fol. [a] verso-a ij. Gand, Universiteitsbibliotheek, Rés. 1305.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Figure n° 12. Érasme, Moriae Encomium, Paris, Gilles de Gourmont pour Jean Petit, 1511, in-4°, fol. a ij verso-a iij. Gand, Universiteitsbibliotheek, Rés. 1305.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Figures n° 13 et 14. Érasme, Moriae Encomium, Paris, Gilles de Gourmont pour Jean Petit, 1511, in-4°, fol. f iij et [h iij]. Gand, Universiteitsbibliotheek, Rés. 1305.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/525/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540