Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passeurs de textes

 | 
Christine Bénévent
, 
Anne Charon
, 
Isabelle Diu
, 
et al.

Introduction

Christine Bénévent, Annie Charon, Isabelle Diu et Magali Vène

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple la préface de Roger Chartier au livre de Ronald McKenzie, La bibliographie et la (...)
  • 2 Voir en particulier Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, dir. Henri-Jean Martin et Je (...)
  • 3 Cinquante ans d’histoire du livre, de L’apparition du livre (1958) à 2008. Bilan et projets, dir. (...)

1La Renaissance, même si elle s’inscrit dans la longue durée et que l’on prend en compte ses précurseurs médiévaux, est une période où s’élabore dans l’espace européen une culture conçue comme nouvelle : s’y conjuguent connaissances inédites, production savante et redécouverte des textes antiques. Or, comme l’ont inlassablement rappelé Roger Chartier et Henri-Jean Martin, un texte est toujours inscrit dans une matérialité, et la production du savoir suppose aussi celle de son support1. Les objets matériels qui concrétisent ce savoir permettent de le faire circuler en l’introduisant dans des circuits tant culturels que commerciaux. Le livre imprimé, trace écrite du savoir, duplicable à l’infini, offre simultanément la certitude d’une fixation de la pensée et la possibilité de son ample diffusion. Il s’affirme donc à la fois comme cristallisation et principal vecteur de ce renouveau des savoirs, dont il favorise une diffusion élargie. Parmi les acteurs essentiels de ce phénomène, les responsables de sa mise en forme matérielle, les imprimeurs-libraires, ont pendant longtemps été négligés, jusqu’aux travaux pionniers de Henri-Jean Martin, qui a fait des formes et des enjeux de la « mise en texte » le noyau des investigations menées par l’histoire du livre à la française2. Le rayonnement de cette approche a été célébré par les manifestations organisées en 2008 à l’occasion du cinquantenaire de L'apparition du livre, ouvrage fondateur de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, qui ont permis de mesurer l’ampleur du chemin parcouru3.

  • 4 Le livre dans l'Europe de la Renaissance. Actes du XXVIIIe colloque international d’études humanis (...)

2Il y a plus de vingt ans désormais, l’important colloque organisé à Tours à l’initiative de Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin abordait de manière très large la question de la place du livre en cette période charnière, tant du point de vue de la bibliographie matérielle que de l’approche sociologique et religieuse, s’interrogeant sur « les savoirs mis en texte » mais aussi sur les entreprises d’édition et les politiques éditoriales au XVIe siècle4.

  • 5 USTC, accessible en ligne depuis le 23 novembre 2011 à l’adresse www.ustc.ac.uk.
  • 6 Hendrik Désiré Louis Vervliet, The Paleotypography of the French Renaissance. Selected Papers on S (...)

3Depuis, la fécondité du champ ainsi ouvert a été illustrée par de nombreuses réalisations et initiatives, rendues possibles par le développement de puissants outils au service de la recherche. La connaissance de la production des imprimeurs et libraires qui ont joué le rôle de passeurs s’est considérablement élargie grâce aux multiples catalogues mis en ligne et aux entreprises bibliographiques comme, si l’on se cantonne au champ français, le Catalogue des incunables de la Bibliothèque nationale de France, les Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, l’inventaire des éditions parisiennes du XVIe siècle établi par la Bibliothèque nationale de France d’après les manuscrits de Philippe Renouard, le French Vernacular Book Project de l’université de Saint Andrews (désormais intégré dans un recensement mondial des éditions des XVe et XVIe siècles, l’Universal Short Title Catalogue5). Les bibliothèques numériques, comme Gallica, Europeana ou les Bibliothèques virtuelles humanistes du Centre d’études supérieures de la Renaissance, donnent par ailleurs accès à bon nombre de ces éditions. Au cours de ces vingt dernières années, Hendrik Désiré Louis Vervliet a réalisé de multiples travaux sur les caractères typographiques des « passeurs de textes » de la Renaissance française, qui, révisés et complétés, sont aujourd’hui accessibles aux chercheurs grâce à deux publications majeures : The Paleotypography of the French Renaissance (2008) et French Renaissance Printing Types. A. Conspectus (2010)6.

  • 7 Martin Lowry, The World of Aldus Manutius. Business and Scholarship in Renaissance Venise, Ithaca (...)
  • 8 Fred Schreiber, The Estiennes. An Annotated Catalogue of 300 Highlights of their Varions Presses, (...)
  • 9 L’activité et l’entourage de Plantin ont été reconstitués par Léon Voet dans The Golden Compasses,(...)
  • 10 Quid novi ? Sébastien Gryphe, à l'occasion du 450e anniversaire de sa mort, actes du colloque orga (...)
  • 11 Renaud Adam et Alexandre Vanautgaerden, Thierry Martens et la figure de l'imprimeur humaniste, une (...)
  • 12 Voir, entre autres, Jean Irigoin, Les débuts de la typographie grecque, Paris/Athènes, 1992 (Socié (...)
  • 13 Lyse Schwarzfuchs, Le livre hébreu à Paris au XVIe siècle. Inventaire chronologique, Paris, 2004 ; (...)
  • 14 Citons entre autres l’ouvrage que Jean-François Gilmont consacra à Jean Crespin : Jean Crespin. Un (...)
  • 15 Voir en particulier William H. Sherman, Used Books. Marking Readers in Renaissance England, Philad (...)

4Le rôle de certains imprimeurs, partenaires privilégiés des grands auteurs de la période humaniste, parfois soutenus de manière institutionnelle par le roi ou par l’Université, a été prépondérant pour la diffusion de textes majeurs dans divers champs de la pensée et du savoir comme les controverses religieuses, le droit, les auteurs de l’Antiquité classique. À ce titre, certaines grandes figures, pour n’en citer que quelques-unes, ont déjà fait l’objet d’importants travaux, notamment Aide Manuce7, Robert et Henri Estienne8, Christophe Plantin9, et plus récemment Sébastien Gryphe, dans le cadre du colloque lyonnais qui lui fut consacré en 200610, ou encore Thierry Martens, qui a fait l’objet d’une biographie à l’occasion du colloque que nous publions ici11. La fonction de passeurs assumée par des imprimeurs, peut-être tout autant que par des auteurs, a été particulièrement étudiée pour ceux qui se sont engagés dans la publication des textes grecs12 ou hébraïques13. Ceux pour qui la transmission des textes humanistes va de pair avec celle des idées réformées ont aussi retenu l’attention des chercheurs14. Enfin, la réception des choix éditoriaux et typographiques faits par les imprimeurs-libraires a été éclairée par les fécondes recherches qui ont été consacrées à l’histoire des bibliothèques et à celle des usages de l’imprimé, notamment grâce à l’examen des annotations15.

5Riche de ces enseignements et témoin de cette effervescence, le colloque qui s’est tenu à l’Ecole nationale des chartes et à la bibliothèque Sainte-Geneviève les 30 et 31 mars 2009, à l’initiative conjointe du Centre d’études supérieures de la Renaissance et de l’École nationale des chartes, a tenté de dresser un nouvel état de la question en centrant l’attention sur l’articulation, trop souvent perçue comme évidente, entre imprimerie et humanisme.

6Lucien Febvre et Henri-Jean Martin avaient pourtant d’emblée incité à la prudence, refusant d’associer trop rapidement l’imprimerie à l’innovation, et montrant en quoi elle avait pu, au contraire, être un facteur d’inertie dans l’évolution des savoirs. Passant de l’imprimerie à ceux qui l’incarnent, on note que les imprimeurs et les libraires, que nous avons appelés « passeurs de textes », occupent une place singulière, tant socialement que symboliquement, dans la communauté savante au XVIe siècle. Véritables médiateurs, ils figurent, aux côtés des auteurs, comme ceux qui recueillent un héritage (textes nouveaux ou textes anciens remis en lumière, traductions, commentaires) autant que comme ceux qui le transmettent. Passer le savoir, c’est produire ces objets par lesquels le savoir se donne ; c’est en permettre la circulation sociale, géographique, en s’installant, pour reprendre des termes empruntés à Pierre Bourdieu, au carrefour d’une « logique culturelle et d’une logique économique ».

7Il fallait aussi s’interroger sur l’identité et le statut des imprimeurs et libraires dans le champ particulier de la République des lettres au XVIe siècle. Quel rôle jouaient-ils par rapport aux auteurs ? Sollicitaient-ils, provoquaient-ils ou traduisaient-ils les souhaits des autres ? S’agissait-il pour eux de servir le savoir ou de conquérir de nouveaux publics ? Comment se situaient-ils à l’égard de l’humanisme ? Sous l’appellation commode d’« imprimeurs humanistes », se cachent en vérité des réalités et des stratégies très différentes : de l’humaniste imprimeur au marchand-libraire soucieux avant tout de profit, leur rapport à l’humanisme peut se déployer sur un large éventail – publications d’auteurs humanistes ou antihumanistes, publications de textes édités selon les méthodes philologiques nouvelles, choix audacieux ou conservatisme, parti pris de mise en texte et utilisation de matériel typographique innovant...

8Les participants au colloque ont également questionné le lieu de savoir singulier que construisent ces passeurs de textes, que ce soit dans leur officine, lieu de production du savoir, voire de rencontres érudites, ou par le biais de leurs réseaux, espaces de diffusion de ce savoir – réseaux aussi bien commerciaux que politiques et institutionnels, culturels ou encore académiques.

9Les différents contributeurs de cet ouvrage se sont penchés sur les stratégies déployées au regard de la nouvelle culture humaniste, soit par de grandes entreprises familiales, comme les presses vénitiennes al segno de la Regina, soit par des individus singuliers, qui parfois font partie de lignées d’imprimeurs, tels Paul Manuce, Guillaume Rouillé, Michel de Vascosan ou encore Gilles Corrozet, Charles Estienne et Jean de Tournes. Ils ont également examiné la manière dont s’inscrivent, dans le paysage culturel renouvelé de l’Europe, les imprimeurs et libraires de régions dans lesquelles la tradition de l’imprimerie est connue comme Lyon et Genève, ou moins explorée, comme l’Anjou et la Bretagne.

10Le présent volume s’ouvre sur des figures de précurseurs qui surent saisir le changement et donner leur chance aux textes humanistes au sein d’une production encore très traditionnelle. Alexandre Vanautgaerden met ainsi en lumière l’humaniste Robert de Keysere, originaire de Gand, établi en France. Cet intéressant personnage aux multiples facettes, principal du collège de Tournai à Paris, anime un cercle d’érudits et finance des presses, au point que son nom devient célèbre pour désigner une officine active dans la capitale au tout début du XVIe siècle, le prelum Caesareum. Son rôle important dans la carrière d’Erasme en fait l’archétype même du passeur.

11Du prelum Caesareum au prelum Ascensianum, il n’y a qu’un pas : toujours sur la place parisienne, Louise Katz s’interroge sur l’engagement de l’imprimeur à travers l’évolution des presses badiennes. Le cas emblématique de Josse Bade s’avère plus complexe et ambigu que ne l’a souligné jusque-là l’historiographie : faut-il voir en lui un soutien de l’humanisme évangélique ou de la théologie la plus orthodoxe ? La question reste posée. Avec la destinée de Paul Manuce, fils méconnu d’un imprimeur trop connu, destinée retracée par Raphaële Mouron, nous gagnons l’Italie, première patrie de l’humanisme. Dernier fils du grand Alde Manuce, qui a fourni à l’historiographie une sorte de modèle de l’imprimeur humaniste, Paul embrasse lui aussi une double carrière : celle d’un « humaniste imprimeur », auteur de commentaires philologiques et érudits, et celle d’un « imprimeur humaniste », passeur scrupuleux du corpus cicéronien, dont il publie en 1533 une édition des Lettres familières qui fera date.

12Nous atteignons ainsi le tournant du siècle, moment où l’humanisme n’est plus affaire de précurseurs, mais où tous les imprimeurs ne sont pas pour autant devenus humanistes. Dans une Italie tout en contrastes, Chiara Lastraioli nous permet d’examiner de manière détaillée la production, encore mal connue, de l’atelier vénitien al segno de la Regina. Considéré comme un producteur de « stampe popolari », ouvrages à bas prix, de facture très simple, cet atelier offre en réalité un catalogue bien plus riche, où voisinent livres de dévotion, œuvres poétiques comme celles de l’Arioste et ouvrages licencieux. Cet exemple nous permet de percevoir le complexe réseau d’alliances et de rivalités qui existait entre typographes de la Seigneurie dans la dernière moitié du XVIe siècle. De l’autre côté de la frontière, la ville de Lyon compte elle aussi de nombreuses figures emblématiques d’imprimeurs. Fin s’attachant à Guillaume Rouillé, Élise Rajchenbach trace le portrait d’un « passeur protéiforme » de textes et de langues, entre France et Italie ; ce grand imprimeur-libraire lyonnais conjugue aussi les fonctions de traducteur et d’auteur, et affiche dans ses préfaces une conscience aiguë de son rôle d’intermédiaire, « crucial dans la transmission des textes et la mémoire des auteurs ». Michel Jourde, quant à lui, remet en cause l’image traditionnelle du Lyonnais Jean de Tournes, en mettant à l’épreuve sa réputation d’imprimeur humaniste. À travers l’analyse des dispositifs préfaciels de ses éditions, il démontre comment, à la suite d’un déplacement historiographique faussant la perspective, cet imprimeur, « homme de métier », peut apparaître aujourd’hui comme un savant et un humaniste, alors qu’il a surtout été un « imprimeur des humanistes ».

13Il est temps alors de revenir à Paris, où fleurit désormais la génération qui a succédé à Josse Bade, et dont plusieurs membres ont noué alliance avec sa famille. C’est le cas de l’un de ses gendres, Michel de Vascosan. Deux contributions examinent sa production selon deux perspectives bien différentes. Michel Magnien montre comment la carrière de cet imprimeur d’une rare élégance – ses éditions, sans marque, d’un absolu dépouillement, restent immédiatement reconnaissables – épouse l’essor de la Renaissance française. Après des débuts marqués par un vaste programme d’éditions de textes antiques à usage scolaire, il se tourne vers l’édition en langue vernaculaire – il sera l’éditeur des grands poètes de la Pléiade – tout en conservant sa culture humaniste gréco-latine, dont témoigne la monumentale édition de Plutarque dans la traduction d’Amyot, parue en 1559. Isabelle Pantin se penche, de son côté, sur la production scientifique de ce même imprimeur : le bref moment où il se consacre à la publication d’ouvrages de sciences, entre 1550 et 1560, présente une rare cohérence et participe du renouvellement du savoir mathématique autour d’Oronce Fine et des Éléments d’Euclide ; Vascosan invente un style typographique, « juste mesure entre la somme et le manuel », en privilégiant une illustration abondante et une disposition typographique claire, premier exemple de l’affinité profonde entre mathématiques et typographie.

14Bénédicte Boudou s’intéresse pour sa part au personnage relativement méconnu de Charles Estienne ; dans cette dynastie de grands imprimeurs, il est plus difficile à cerner que son célèbre frère Robert, imprimeur du roi et éditeur de grandes bibles. Sa production « frôle le désordre » : elle oscille d’abord entre publications pédagogiques et médicales ; puis, à compter de l’exil de Robert à Genève, lorsque Charles reprend l’entreprise paternelle et son fonds humaniste, il infléchit ses éditions dans le sens de la modernité en publiant en français des textes d’actualité. En fait, plus que celle d’un humaniste, c’est une figure de précepteur et de vulgarisateur éclectique qui se dessine sous nos yeux. La figure du libraire-écrivain Gilles Corrozet, examinée par Magali Vène, est l’occasion de poser la question des nouveaux publics de l’humanisme : Corrozet est en effet un acteur important de la transmission et de l’adaptation en français de genres et de matériaux à l’origine caractéristiques de la culture humaniste (livres d’emblèmes, fables, littérature gnomique, néo-platonisme) ; il a consacré à cette mission de vrais talents littéraires, alliés à l’habileté et aux techniques d’un homme du livre. Grâce à Rémi Jimenes, nous pénétrons dans le quotidien d’un atelier, celui de Charlotte Guillard, veuve de Claude Chevallon, grand éditeur de patristique dans la lignée des éditions érasmiennes. En 1551, son officine réalise une nouvelle édition des œuvres de saint Bernard, fondée sur des manuscrits récemment découverts ; un exemplaire exceptionnel de cette édition, conservé à la bibliothèque municipale de Lyon, constitué d’épreuves corrigées, permet de connaître les signes de correction utilisés, la répartition du travail entre les correcteurs, bref, d’entrer dans le détail de la fabrication du livre humaniste. Enfin Geneviève Guilleminot-Chrétien examine les rapports entre Pierre Ramus et André Wechel qui, jusqu’en 1572, a la quasi-exclusivité de l’œuvre de Ramus, le suit dans ses expériences orthographiques et contribue à la diffusion de ses écrits à l’étranger.

  • 16 Cette contribution, augmentée d’importantes annexes bibliographiques, est devenue une étude complè (...)

15Adoptant une plus large focale, Malcolm Walsby explore les provinces d’Anjou et de Bretagne pour prouver que le livre humaniste se répand en France au-delà des grands centres d’imprimerie comme Paris ou Lyon. Il s’implante, par exemple, sur le terrain propice de villes universitaires ou parlementaires. Un important réseau de libraires, plus que l’implantation durable de presses d’imprimerie, facilite la pénétration de l’humanisme en province, ce que confirme l’examen d’inventaires de bibliothèques emblématiques. Lors du colloque, Alain Dubois a aussi abordé la question des circuits commerciaux de l’humanisme en s’intéressant aux relations pragmatiques nouées de 1575 à 1588 par l’imprimeur-libraire genevois Jacob Stoer avec les officines lyonnaises, qui représentaient pour lui une porte d’accès à l’Europe par-delà les fractures confessionnelles16. Avec Jean-François Gilmont, nous abordons pour finir le monde complexe des imprimeurs genevois : à partir de 1541, lors de l’installation définitive de Calvin dans la ville et son basculement dans la Réforme, l’imprimerie connaît un essor sans précédent, avec une production entièrement orientée vers la propagande religieuse. Mais, durant les guerres de religion qui rendent la diffusion de ces imprimés difficile, les imprimeurs se tournent vers l’humanisme, plus par opportunisme que par choix. La seule exception est constituée par Henri II Estienne, éditeur philologue, qui s’illustre dans divers genres littéraires.

  • 17 « Passeurs de textes II. Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance », colloque organisé pa (...)

16Les analyses qui suivent portent autant sur les catalogues des firmes d’imprimeurs que sur les choix effectués en lien avec des érudits humanistes, l’originalité des mises en texte, la minutie du travail des correcteurs, la visée de certaines éditions emblématiques, leur réception par différents publics. Elles cherchent à cerner au plus près les notions d’imprimeur humaniste et d’humaniste imprimeur, à les disposer dans la galaxie des passeurs de textes, où les gens du livre forment, au moins autant que les auteurs, une immense constellation. Les étoiles les plus brillantes de cette constellation ne doivent pas occulter leurs voisines, plus discrètes mais dont la présence est souvent décisive : si les contributions ici réunies en témoignent admirablement, elles révèlent aussi combien cette galaxie reste encore largement à explorer. De fait, la tâche a été poursuivie en 2011 par les participants au 54e colloque d’été du Centre d’études supérieures de la Renaissance, intitulé « Passeurs de textes II : gens du livre et gens de lettres à la Renaissance »17.

  • 18 À l’occasion du colloque, la bibliothèque Sainte-Geneviève a organisé, du 311 mars au 30 juin 2009 (...)

17Les éditrices du volume sont heureuses de pouvoir adresser leurs vifs remerciements à tous ceux qui ont contribué à la tenue du colloque et à la publication de ses actes : le Centre d’études supérieures de la Renaissance, UMR 7323 (Tours) ; l’École nationale des chartes (Paris) ; la bibliothèque Sainte-Geneviève (Paris)18 ; le musée de la Maison d’Erasme (Anderlecht) ; la Société française d’étude du seizième siècle (SFDES) et la Fédération internationale des sociétés et instituts pour l’étude de la Renaissance (FISIER) pour leur patronage ; le comité scientifique du colloque : Pierre Aquilon (CESR), Jacques Berlioz (Ecole nationale des chartes), Marie-Luce Demonet (CESR), Jean-François Gilmont (Académie royale de Belgique), Geneviève Guilleminot-Chrétien (Bibliothèque nationale de France), María Luisa López-Vidriero (Biblioteca del Palacio Real, Madrid), Yann Sordet (bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris), Paul Saenger (Newberry Library, Chicago), Alexandre Vanautgaerden (musée de la Maison d’Érasme) ; les présidents et présidentes de séances : Pierre Aquilon (CESR), Françoise Vielliard (Ecole nationale des chartes), Jacqueline Vons (CESR), Thierry Claerr (ministère de la Culture et de la Communication, service du Livre et de la Lecture, Paris), Marie-Luce Demonet (CESR) ; et Olivier Canteaut, responsable de la recherche et des éditions à l’Ecole nationale des chartes.

Notes

1 Voir par exemple la préface de Roger Chartier au livre de Ronald McKenzie, La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, 1991.

2 Voir en particulier Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, dir. Henri-Jean Martin et Jean Vezin, Paris, 1990, et Henri-Jean Martin et al., lut naissance du livre moderne. Mise en page et mise en texte du livre français (XIVe-XVIIe siècles), Paris, 2000.

3 Cinquante ans d’histoire du livre, de L’apparition du livre (1958) à 2008. Bilan et projets, dir. Frédéric Barbier et István Monok, Budapest, 2009 (des enregistrements audio sont également disponibles à l’adresse suivante : www.enssib.fr/bibliotbeque-numerique/notice-2044, lien vérifié le 14 avril 2012) ; La storia della storia del libro. 50 anni dopo L’apparition du Livre. Atti dei seminario internationale, Roma, 16 ottobre 2008, éd. Maria Cristina Misiti, Rome, 2009.

4 Le livre dans l'Europe de la Renaissance. Actes du XXVIIIe colloque international d’études humanistes de Tours [juillet 1985], dir. Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin, avec la collaboration de François Dupuigrenet-Desroussilles, Paris, 1988.

5 USTC, accessible en ligne depuis le 23 novembre 2011 à l’adresse www.ustc.ac.uk.

6 Hendrik Désiré Louis Vervliet, The Paleotypography of the French Renaissance. Selected Papers on SixteenthCentury Typefaces, Leyde/Boston (Mass.), 2008, 2 t. (Library of the Written Word, The Handpress World, 4), et id., French Renaissance Printing Types. A Conspectus, Londres/Newcastle (Del.), 2010.

7 Martin Lowry, The World of Aldus Manutius. Business and Scholarship in Renaissance Venise, Ithaca (NY), 1979; trad. fr. Le monde d’Alde Manuce. Imprimeurs, hommes d'affaires et intellectuels dans la Venise de la Renaissance, Paris, 1989.

8 Fred Schreiber, The Estiennes. An Annotated Catalogue of 300 Highlights of their Varions Presses, New York, 1982; Elizabeth Armstrong, Robert Estienne, RoyalPrinter. An HistoricalStudy of the Eider Stephanus, éd. revue, [Abingdon], 1986 (Courtenay Studies in Reformation Theology, 6); La France des humanistes, t. II: Henri II Estienne, éditeur et écrivain, éd. Judit Kecskeméti, Bénédicte Boudou et Hélène Cazes, Turnhout, 2003 (Europa humanistica).

9 L’activité et l’entourage de Plantin ont été reconstitués par Léon Voet dans The Golden Compasses, t. I : Christophe Plantin and the Moretuses. Their Lives and their World; t. II: The Management of a Printing and Publishing House in Renaissance and Baroque, Amsterdam/Londres/New York, 1969-1972.

10 Quid novi ? Sébastien Gryphe, à l'occasion du 450e anniversaire de sa mort, actes du colloque organisé à Lyon-Villeurbanne par la bibliothèque municipale de Lyon et l’ENSSIB, 23-25 novembre 2006, dir. Raphaële Mouren, Lyon, 2008.

11 Renaud Adam et Alexandre Vanautgaerden, Thierry Martens et la figure de l'imprimeur humaniste, une nouvelle biographie avec une liste de ses éditions et les adresses aux lecteurs signées par l'imprimeur, Turnhout/Paris, 2009 (Nugae humanisticae sub signo Erasmi, 11/1). Ouvrage publié à l’occasion de l’exposition conçue et réalisée par le musée de la Maison d’Erasme, 23 avril-28 juin 2009.

12 Voir, entre autres, Jean Irigoin, Les débuts de la typographie grecque, Paris/Athènes, 1992 (Société des études néo-hellénistiques) ; Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe siècle. Jean Loys. Ouvrage publié d'après les manuscrits de Philippe Renouard [...], dir. Marie-Josèphe Beaud-Gambier et Sylvie Postel-Lecocq, Paris, 1995.

13 Lyse Schwarzfuchs, Le livre hébreu à Paris au XVIe siècle. Inventaire chronologique, Paris, 2004 ; ead., L'hébreu dans le livre lyonnais au XVIe siècle. Inventaire chronologique, Lyon, 2008.

14 Citons entre autres l’ouvrage que Jean-François Gilmont consacra à Jean Crespin : Jean Crespin. Un éditeur réformé du XVIe siècle, Genève, 1981 (Travaux d’humanisme et Renaissance, 186), et celui que Claude Longeon publia sur Etienne Dolet, Bibliographie des œuvres d'Étienne Dolet. Ecrivain, éditeur, imprimeur, Genève, 1980 (Travaux d’humanisme et Renaissance, 174), récemment complété par Etienne Dolet, 1509-2009, éd. Michèle Clément, Genève, 2012 (Cahiers d’humanisme et Renaissance, 98).

15 Voir en particulier William H. Sherman, Used Books. Marking Readers in Renaissance England, Philadelphie, 2007, ainsi que le numéro du Bulletin du bibliophile consacré en 2010 aux « Annotations manuscrites dans les livres de la Renaissance ».

16 Cette contribution, augmentée d’importantes annexes bibliographiques, est devenue une étude complète des relations d’affaires tissées autour du livre entre Genève et Lyon : « Imprimerie et librairie entre Lyon et Genève (1560-1610). L’exemple de Jacob Stoer », dans Bibliothèque de l'École des chartes, t. 168, 2010, p. 447-516.

17 « Passeurs de textes II. Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance », colloque organisé par Christine Bénévent, Isabelle Diu et Chiara Lastraioli, Tours, 27 juin-1er juillet 2011. Actes à paraître aux éditions Brepols, collection « Études renaissantes ».

18 À l’occasion du colloque, la bibliothèque Sainte-Geneviève a organisé, du 311 mars au 30 juin 2009, une exposition dont le catalogue a été publié : Passeurs de textes. Imprimeurs, éditeurs et lecteurs humanistes dans les collections de la bibliothèque Sainte-Geneviève, dir. Yann Sordet, catalogue publié avec la collaboration de la Maison d’Érasme, Turnhout/Paris/ [Anderlecht], 2009.

Auteurs

© Publications de l’École nationale des chartes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540