Version classiqueVersion mobile

Diplomatique et diplomatie

 | 
Olivier Poncet

Troisième partie. La tradition des traités

Faire lire la paix : édition et diffusion des traités diplomatiques français

(xvie-xviiie siècle)

Rémi Mathis

Résumé

La plupart des traités de paix signés sous l’Ancien Régime font l’objet d’une diffusion sous la forme de livrets imprimés, ce qui permet à une large population de prendre connaissance de leur contenu. La publication de ces textes se fait de plus en plus systématique au fil du temps, accompagnée d’un enrichissement progressif de leur mise en page et de l’adoption de codes typographiques qui facilitent leur consultation. Ces éditions respectent scrupuleusement le texte original, présentent une mise en forme d’une grande sobriété et sont souvent issues de milieux proches du pouvoir royal, voire de l’Imprimerie royale elle-même. À la lisière de la publication officielle à une époque de structuration de la diplomatie française, les éditions de traités demeurent des outils destinés à des praticiens et n’acquièrent jamais le statut de publication de prestige qui aurait pu être le leur.

Texte intégral

1Les traités de paix conclus par le pouvoir royal comprennent des clauses qui ont des conséquences directes sur la vie des populations – des élites parisiennes et provinciales aux habitants des villes et villages dont le statut est modifié par ces textes. Certains désirent donc connaître avec exactitude les termes de l’accord signé par les plénipotentiaires du souverain français. Parallèlement, ces grands textes qui scandent la période moderne sont à relier à la politique de diffusion et de mise en valeur des actions du roi. Étudier les éditions des traités de paix revient donc à se demander quel est leur lectorat, quel en est le contenu exact, comment elles sont diffusées ; bref, à définir le statut éditorial et politique de textes dont l’importance pratique et stratégique est immense. Ceci demande un double décentrage par rapport aux approches précédentes. Il ne s’agit pas de traiter d’actes originaux mais d’imprimés reproduits à un grand nombre d’exemplaires, parfois en diverses versions – ce qui pose la question de leur rapport à l’original –, destinés à assurer la publicité des traités dans des cercles autres que directement politiques et administratifs. Car ces traités peuvent intéresser quantité de juristes, de robins, de curieux désireux de comprendre les enjeux de ces questions et d’anticiper les modifications induites par leur application.

2C’est pourquoi les traités sont, dès les débuts de l’époque moderne, publiés et diffusés. Les raisons en sont politiques, certes : il s’agit de faire connaître les nouvelles dispositions de manière pragmatique et de proclamer auprès du plus grand nombre la gloire du roi, capable de rendre la paix à la France voire à l’Europe ou au monde – un « roi de paix ». Mais également pratiques : nombre de personnes éprouvent le besoin ou l’envie de connaître les détails des textes signés. Or il est difficile de diffuser un texte long et complexe comme celui d’un traité. La forme de l’imprimé s’impose donc naturellement – ce qui ne fait que constituer le prolongement de la publication des textes juridiques du roi.

  • 1 À l’exception notable de volumes sur la paix de Westphalie (1648) : Verhandlungsakten. Band I. Die (...)
  • 2 Daniel Séré, La paix des Pyrénées. Vingt-quatre ans de négociations entre la France et l’Espagne, 1 (...)

3Malgré l’importance de l’enjeu, la question de la diffusion et des formes qu’elle peut prendre est assez peu abordée par les historiens1. Pour prendre un unique exemple, révélateur du peu de cas fait de ces documents, dans son ouvrage La paix des Pyrénées. Vingt-quatre ans de négociations entre la France et l’Espagne2, Daniel Séré s’arrête pendant près de vingt pages sur l’exécution de la paix et ses conséquences directes mais ne souffle mot de la publication du traité ; tout juste deux publications françaises et une espagnole sont-elles signalées dans la bibliographie.

4Il ne s’agit nullement ici de prétendre à l’exhaustivité d’une étude portant sur trois siècles mais seulement de défricher la question afin de déterminer le statut de ces imprimés – sont-ce des documents de travail ou des publications de prestige ? – en lien avec leur présentation physique, elle-même à rapprocher des originaux, et avec leur lectorat supposé. Il nous a pour cela semblé important de présenter rapidement les changements qui se font jour au cours des trois siècles de la période moderne, permettant de mettre en perspective les procédés de mise en livre des textes puis de nous intéresser aux procédures de publication.

I. — Trois siècles de traités, trois siècles de publication et de diffusion

5Notre corpus est constitué des traités signés par la France avec une puissance étrangère au cours des trois siècles de la période moderne. Comme le but n’est pas de donner une étude définitive du phénomène mais seulement de placer quelques bornes et que, d’autre part, nous parlons de publications au caractère sinon officiel, du moins intéressant le roi et l’État, nous nous sommes permis de nous limiter aux fonds de la Bibliothèque nationale de France (donc de la Bibliothèque royale) pour définir notre corpus. Le développement des publications suit d’une manière générale celui du pouvoir royal et de son caractère administratif.

6Au cours du xvie siècle, les exemplaires sont assez rares – ce qui est également le cas des originaux. Il existe cependant des éditions pour la plupart des traités, y compris ceux des guerres d’Italie.

7Un des premiers traités que conserve la Bibliothèque nationale de France est celui de Madrid du 14 janvier 1526 (n. st.). La présentation en est encore extrêmement fruste, la page de titre ne comporte pas de zone d’adresse, les articles ne sont pas numérotés. Le texte est donc court et très peu travaillé en vue de sa publication : la mise en livre est minimale (voir fig. 1).

  • 3 Armand Baschet, Histoire du dépôt des archives des Affaires étrangères, Paris, 1875 ; Léopold Delis (...)

8Le xviie siècle constitue sans doute l’époque où la publication est la plus organisée. Ces changements accompagnent la structuration de l’État moderne : les procédures sont plus précises et les actions plus systématiques. Il ne semble pas que la systématisation de la publication des traités ait directement à voir avec les modifications qui se font jour au sein du département des Affaires étrangères puisque ce dernier s’organise assez tardivement et assez faiblement par rapport à celui de la Guerre ou au contrôle général des finances. Pour prendre l’exemple des archives, ce n’est pas avant Croissy (à partir de 1679) qu’une politique de collecte et de conservation est mise en place de manière systématique – même si des actions ponctuelles existent auparavant3. Or, les traités sont publiés de manière systématique bien avant, à une époque où le fonctionnement des bureaux est encore très artisanal. On peut donc penser que, en cela comme en d’autres occasions, le secrétaire d’État des Affaires étrangères n’a que peu de poids et que les décisions sont directement prises par le pouvoir royal, dans la ligne de la publication d’autres textes de nature juridique.

9La forme des traités se modifie au cours du xviiie siècle, en même temps que l’usage qui en est fait. Les livres deviennent au moins autant les outils d’ostentation de la gloire du souverain que des outils de travail. Ce sont des ouvrages de luxe, d’assez grand format – généralement in-quarto –, et ils constituent des publications pleinement officielles, presque systématiquement publiées sous l’égide de l’Imprimerie royale. La contrepartie est qu’ils deviennent plus rares, en tout cas dans les collections de la Bibliothèque nationale de France : on n’y trouve que quatre exemplaires du traité de Paris (1763) pour près d’une dizaine d’exemplaires du traité des Pyrénées (1659). La mise en page devient plus élaborée, de même que la typographie, ce qui n’est certes pas propre aux traités de paix mais revêt en l’occurrence une grande importance – avec notamment l’usage du romain pour le français et de l’italique pour les langues étrangères, dont l’usage n’était pas encore systématique au xviie siècle.

  • 4 Préliminaires de la paix, avec le traité définitif et quelques autres pièces qui y ont rapport, Lil (...)

10Parallèlement apparaissent des publications non officielles qui jouent sur la curiosité d’une plus grande partie de la population non seulement pour les traités de paix mais également pour les conférences et les processus menant à leur signature : comprenant, en plus du texte proprement dit, un récit des préliminaires, elles peuvent prendre la forme d’un journal4.

11Bien que la forme évolue de François Ier à Louis XVI, on note la permanence de certains enjeux tels que le choix, l’établissement et la présentation de ces textes.

II. — Mise en page et mise en texte

12La question fondamentale de la « mise en livre » des traités de paix se pose avec acuité dans la mesure où il s’agit de reproduire des textes officiels qui engagent de lourdes responsabilités. Les originaux prennent une forme très précise validée par un personnel spécialisé, ce qui ne peut être le cas de leurs équivalents imprimés – qui ne constituent pas des documents officiels, ne peuvent être entièrement contrôlés et connaissent des contraintes particulières.

  • 5 Articles du traitté de paix et de commerce entre le roy d’Angleterre et les Estats generaux des Pro (...)

13La première question est le choix des textes qui doivent être imprimés, puisque tous les traités ne sont pas également glorieux pour le roi de France. Pourtant, on trouve des imprimés pour tous les grands textes internationaux, y compris ceux qui sont signés à l’issue d’une guerre dont la France n’était pas un protagoniste (traité de Bréda, 31 juillet 16675). Le texte qui est donné est presque toujours le texte intégral. Il arrive cependant fréquemment que les diverses parties en présence signent des traités séparés. Auquel cas, on pourra trouver soit l’intégralité des textes, soit la partie concernant un pays en particulier (voir fig. 2).

  • 6 Articles du traité de paix entre le roy, le roy d’Espagne et Monsieur le duc de Savoye, Paris, Fréd (...)

14En tout état de cause, le texte imprimé semble systématiquement conforme à l’original. Quelques traces permettent même de déterminer l’origine du texte utilisé. La version imprimée du traité de Vervins6 (1598) est reprise sur le texte tel qu’il est diffusé par le roi. Le traité est en effet inclus dans un dispositif plus large comprenant une introduction et la mention de l’enregistrement au Parlement le 31 août 1598 (voir fig. 3 et 4).

15L’accès au texte du traité, en dehors des versions pirates qui se contentent de reprendre celui d’une précédente publication, implique une relation plus ou moins directe avec les milieux officiels, ce qui donne à ces écrits un statut parfois ambigu. Le texte (hors traité proprement dit) est ainsi écrit d’un point de vue français : le traité de Paris (1763) désigne donc Louis XV comme « le roi » par opposition au roi d’Espagne, celui de la Grande-Bretagne et celui de Portugal (voir fig. 5).

16L’existence de deux éditions d’un même traité confirme le soin avec lequel les éditeurs tentent de se conformer, le plus précisément possible, au texte officiel. Les deux textes sont exactement identiques : la seule différence provient d’habitudes locales ou personnelles des typographes (certains textes portent par exemple « suivant », d’autres « suyvant »), ou tient aux nécessités de la mise en page, avec des tildes placés en des endroits différents. Ces quelques disparités sont anecdotiques et rares car les deux compositeurs semblent véritablement essayer de se conformer à un original.

17La langue de la publication est le français, même s’il existe des traductions, voire, afin de s’assurer de la fidélité du texte, des versions bilingues (voir fig. 6).

18Le travail d’établissement ou d’édition du texte demeure minime, et ce dans un souci de précision. Les imprimeurs-libraires diffusent en effet réellement le texte des traités, sans vouloir en cacher les aspects les moins glorieux ni intervenir d’aucune sorte. On retrouve cette simplicité dans la présentation, puisque le travail d’édition est souvent réduit à sa plus simple expression. La présentation typique consiste en le seul texte du traité, dont les articles sont numérotés et séparés par des alinéas. Il n’y a généralement aucune note infrapaginale ou marginale, aucun commentaire, aucune explication, aucune remise en contexte et pas d’introduction. Le texte est donné dans sa nudité la plus absolue (voir fig. 7).

19Ce choix a des conséquences sur la lisibilité du texte dans la mesure où il ne sera compréhensible que par les personnes qui connaissent préalablement les acteurs et les lieux. Par conséquent, l’ouvrage vise soit des spécialistes de ces questions – en nombre très réduit –, soit des individus qui possèdent une bibliothèque leur permettant d’effectuer les vérifications nécessaires, en particulier sur les villes et villages dont il est question.

  • 7 Je n’ai trouvé qu’un unique cas.

20Il est très rare que des annexes soient proposées. Il arrive cependant7 que des estampes soient jointes afin de donner à voir l’organisation des lieux des négociations. Ces illustrations sont toutefois elles-mêmes ambiguës puisqu’une partie est utile à la compréhension du travail diplomatique tandis que l’autre est purement illustrative, comprenant par exemple des vues du village de Ryswick pour accompagner le texte des traités qui y ont été conclus les 20-21 septembre 1697 (voir fig. 8).

21Néanmoins, la plupart du temps, les annexes consistent en un certain nombre de textes liés aux négociations et qui permettent de remettre le texte du traité dans le contexte de la négociation. Le traité de Ryswick est ainsi accompagné d’une présentation des plénipotentiaires, des ratifications, des articles séparés… Au cours du xviiie siècle, la variété de ces annexes va grandissante, jusqu’à proposer une sorte de chronique de la négociation qui explicite les principaux enjeux afin d’exposer la généalogie du texte définitif (voir fig. 9).

22La constitution de ce qui va jusqu’à de véritables recueils répond à une vraie demande. En leur absence, on voit certains lecteurs les créer eux-mêmes sous la forme de recueils factices, destinés à rassembler le plus de documents possible. Louis-François Lefèvre de Caumartin, alors conseiller au parlement de Paris (plus tard maître des requêtes et intendant), possède ainsi un Recueil de plusieurs pièces en hollandois et en françois concernant la paix de Munster, toutes publiées entre 1647 et 1648 à La Haye et à Amsterdam, qui comprend quarante-trois pièces (voir fig. 10).

23Pour autant, cette mise en livre est-elle conditionnée par la forme du document original ou par les habitudes des imprimeurs-libraires de l’époque ? Il est certain que l’édition est largement contrainte par le faible nombre de feuillets occupés par le texte, ce qui laisse une liberté réduite dans la mise en page. Jusqu’à la fin du xviie siècle, sauf exception, les livres sont de petit format : ce sont généralement des in-octavo voire des in-12. Dès la paix de Vervins, les articles sont numérotés en chiffres romains, sans qu’ils portent de titre. Des lignes sont sautées entre la numérotation et le texte. Parfois, la numérotation est placée en bout de la dernière ligne de l’article précédent, sans sauter de ligne. Il arrive cependant que le format soit plus grand, ce qui permet de fournir de larges marges où le lecteur peut prendre des notes.

  • 8 Par exemple sur Traicté de la paix, conclu le trentiesme janvier de la presente année 1648, en la v (...)

24Selon les habitudes du temps, la typographie utilisée dépend de la langue, ce qui permet de rendre de manière codée les spécificités des cultures locales8. Au-delà, à l’échelle européenne, le matériel typographique dépend du lieu où le traité est publié et non pas des nations qui le signent.

25La présentation est extrêmement sobre et emploie un matériel typographique minimal, avec très peu de lettrines – souvent seulement au début de l’acte –, de bandeaux ou de culs-de-lampe. On retrouve la simplicité et la sobriété générale signalées plus haut : elles inclinent à penser que ces ouvrages sont avant tout des documents de travail et d’information et non des documents de prestige. Cet aspect se retrouve dans l’état des exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France puisque la plupart de ces textes ne sont même pas reliés et ont conservé leur brochage d’attente ; les quelques exemplaires reliés le sont en parchemin ou en veau, les reliures de prestige (maroquin, reliures aux armes) étant l’exception.

26Les renseignements sur la présentation physique du document original sont assez rares. Leur présence est cependant de plus en plus fréquente au fil du temps car les textes se font plus précis mais aussi parce que les publications sont alors plus officielles, ce qui permet d’avoir accès à l’original du traité dans sa forme physique, ce qui n’était pas forcément le cas auparavant. En particulier, on voit apparaître au cours du xviiie siècle les premières reproductions de marques de validation qui donnent à voir la légitimité du traité. Il est ainsi mentionné sur l’édition du traité de Paris de 1763 : « Scellé du grand sceau de cire jaune, sur lacs de soie bleue, tressés d’or, le sceau enfermé dans une boîte d’argent, sur le dessus de laquelle sont empreintes et gravées les armes de France et de Navarre, sous un pavillon royal, soutenu par deux anges » (voir fig. 11).

27On va même jusqu’à se rapprocher d’un fac-similé dans la mesure où des fers typographiques sont créés afin d’imprimer les signatures de certaines personnes et ainsi de donner à voir les signes de l’acceptation véritable du roi de Portugal ou le lieu où le sceau a été appendu sur l’original (voir fig. 12).

III. — Procédure de publication et réception de ces textes par le lecteur

  • 9 Articles du traicté de paix entre le roy, le roy d’Espagne et monsieur le duc de Savoye, Paris, che (...)
  • 10 Traicté et articles de paix, entre les couronnes de France et d'Espagne […], Paris, veuve J. Guille (...)
  • 11 BNF, 8-Lg6-243 (C) et 8-Lg6-243 (B).

28Il ne semble pas qu’il existe à l’origine une quelconque exclusivité sur la publication des traités. On trouve certes des impressions par un « imprimeur du roi » dès 1598 et le traité de Vervins9, mais la procédure de publication, en particulier l’exclusivité ou non, n’est pas claire. Les procédures deviennent plus précises au cours du siècle suivant, qui est celui de l’organisation grandissante du département des Affaires étrangères – bien qu’on trouve encore en 1648 des éditions françaises, qui ne semblent pourtant pas pirates10. En 1668 encore, le traité d’Aix-la-Chapelle est à la fois publié « par les imprimeurs et libraires ordinaires du roy » et par des libraires bien particuliers tels que Sébastien Mabre-Cramoisy11 (voir fig. 13 et 14).

  • 12 Henri-Jean Martin (« Guillaume Desprez éditeur de Pascal et de Port-Royal », Fédération des Société (...)
  • 13 Henri-Jean Martin, ibid. ; Guido Braun, La connaissance du Saint-Empire en France, du baroque aux L (...)
  • 14 Archives des Affaires étrangères, MD France 936, fol. 26-37v, mars 1673.
  • 15 Recueil de tous les actes, memoires et lettres qui ont servi pour la negotiation de la paix à Nimèg (...)
  • 16 AN, MC, lxxv, 194, transport, 27 mars 1679. La vente du privilège à l’imprimeur-libraire Frédéric L (...)
  • 17 Guido Braun, La connaissance…, p. 313-317 ; Mario Toscano, Storia dei trattati e politica internazi (...)

29À partir de 1678, alors qu’Arnauld de Pomponne est secrétaire d’État, les choses semblent changer. Les procédures d’attribution des privilèges deviennent beaucoup plus précises et c’est Frédéric Léonard, premier imprimeur du roi, qui en profite. Originaire des Pays-Bas, Léonard est un des principaux imprimeurs-libraires parisiens12, assez riche pour donner une dot de 120 000 livres ou acheter le château de Bois-Préau, assez influent pour que le dauphin signe le contrat de mariage de sa fille ou pour obtenir que Rigaud le portraiture13. Il n’en bénéficie cependant pas de manière directe : ce sont en fait les premiers commis du département des Affaires étrangères qui obtiennent le privilège, ce dernier étant revendu par acte sous seing privé à un imprimeur-libraire, parfois avec un intermédiaire. Le secrétaire d’État Arnauld de Pomponne semble inaugurer le système. Dès 1673, Louis Pachau, Jean Parayre et Pierre de Tourmont, les trois premiers commis du département, demandent la « permission de faire imprimer le traité de paix que Vostre Majesté pourra faire avec les Hollandois, ensemble tous autres actes concernants lad. paix qu’il conviendra de donner au public avant ou après la conclusion dud. traité »14, signe de leur confiance en la réussite de la conférence de Cologne ! Faute de traité à imprimer, la demande n’aboutit pas, mais le roi leur concède tout de même un brevet qu’ils font valoir pour obtenir un privilège valable pour les traités de Nimègue, contresigné par Pomponne, le 2 juillet 167815. Moins d’un an plus tard, ils s’en défont au profit de Jacques Geslin, le secrétaire privé de Pomponne, qui le rachète 6 000 livres16. Chacun des trois commis a donc gagné 2 000 livres plus un éventuel intéressement à la vente des ouvrages. La publication des traités prend place parmi les nombreux moyens d’accorder des gratifications ponctuelles aux serviteurs du roi. Bien que la somme soit officiellement fixée « suivant l’accord fait entre eux », on peut penser que la décision en revient au roi. Frédéric Léonard se voit alors attribuer un privilège plus large, grâce à la proximité qu’il entretient avec le pouvoir royal. À la suite du succès de son recueil de 1678, le privilège du 18 août de la même année lui attribue le droit de publier tous les traités en français, latin ou autres langues précédemment signés, ainsi que leur traduction, séparément ou en recueil – nonobstant les privilèges déjà accordés. Le choix des recueils qu’il publie, y compris de manière rétroactive, en commençant par celui de Westphalie, relève largement de choix commerciaux, mais il bénéficie clairement du soutien du roi, que ce soit financièrement (son inventaire après décès mentionne une dette de 30 000 livres du roi en sa faveur) ou pour l’accès aux textes dans les archives royales, la Bibliothèque royale ou les archives des chambres des comptes17.

30Ce système reposant sur un imprimeur-libraire privilégié semble disparaître au milieu du xviiie siècle quand les traités sont directement publiés par l’Imprimerie royale, désormais sans plus de mention de privilège.

  • 18 La contrefaçon de Cramoisy corrige l’oubli de numérotation de l’article VI de l’original du traité (...)

31Des contrefaçons de ces textes existent bien sûr parallèlement aux versions officielles et à celles produites à l’étranger – paradoxalement parfois meilleures que les originaux18.

32Ces ouvrages sont-ils de pure actualité ou peuvent-ils trouver un lectorat sur le long terme ? Il semble que la première hypothèse soit la bonne dans la mesure où ils paraissent toujours publiés dans des délais très brefs, toujours dans l’année de la signature du traité : des ventes plus étalées auraient certainement eu pour conséquence des rééditions plus tardives. Or cela ne se produit jamais, bien qu’on puisse trouver des reprises de certains textes dans des recueils thématiques quand leurs conséquences sont particulièrement importantes, tel cet exemple où certains articles du traité de Ryswick sont reproduits dans un recueil d’édits concernant le domaine du roi pour démontrer que les Hollandais ne sont pas soumis au droit d’aubaine (voir fig. 15).

IV. — Conclusion

33Les traités de paix semblent largement diffusés auprès d’un public qui peut en acquérir le texte original, bien qu’il soit évident que seule une minorité de personnes est concernée par une telle lecture. Cette minorité est cependant assez large pour que ces textes attirent imprimeurs étrangers et contrefacteurs.

34Quel que soit l’imprimeur, la qualité des textes est presque toujours assurée : la version diffusée est fidèle à l’originale et les coquilles rares. En revanche, la présentation est sommaire : ces livres sont de petits formats, pas toujours soignés, et ne sont pas luxueux ; ils s’adressent avant tout à des praticiens et ne constituent pas des publications de prestige – en tout cas jusqu’au xviiie siècle. La qualité s’accroît toutefois quand la procédure de publication est prise en main par le pouvoir royal afin de contrôler ces importantes données, jusqu’à en faire de véritables publications officielles.

35On ne peut que souhaiter une étude plus approfondie de la question, qui devrait passer par un recensement systématique de toutes les éditions en faisant appel à la bibliographie matérielle et par une recherche de la présence de ces traités dans les bibliothèques privées afin de mieux connaître leur réception et leur lectorat. Un traitement européen de la question semble nécessaire afin de pouvoir proposer des comparaisons entre pays.

Fig. 1. — Version imprimée du traité de Madrid (1526). BNF, réserve 4-Lg6-19.

Fig. 1. — Version imprimée du traité de Madrid (1526). BNF, réserve 4-Lg6-19.

Fig. 2. — Partie anglaise du traité de Ryswick (1697). BNF, 4-Lg6-342. Des publications semblables existent pour l’Espagne et le Portugal.

Fig. 2. — Partie anglaise du traité de Ryswick (1697). BNF, 4-Lg6-342. Des publications semblables existent pour l’Espagne et le Portugal.

Fig. 3. — Traité de Vervins (1598). Différence typographique entre le texte proprement dit et paratexte de la diffusion royale. BNF, 8-Lg6-60, p. 2-3.

Fig. 3. — Traité de Vervins (1598). Différence typographique entre le texte proprement dit et paratexte de la diffusion royale. BNF, 8-Lg6-60, p. 2-3.

Fig. 4. — Traité de Vervins (1598). Mention d’enregistrement au Parlement. BNF, 8-Lg6-60, p. 22.

Fig. 4. — Traité de Vervins (1598). Mention d’enregistrement au Parlement. BNF, 8-Lg6-60, p. 22.

Fig. 5. — Traité de Paris (1763). BNF, 4-Lg6-468.

Fig. 5. — Traité de Paris (1763). BNF, 4-Lg6-468.

Fig. 6. — Traité de Westphalie (1648). Version bilingue français/néerlandais. BNF, 4-Lg6-150.

Fig. 6. — Traité de Westphalie (1648). Version bilingue français/néerlandais. BNF, 4-Lg6-150.

Fig. 7. — Traité de Westphalie (1648). Mise en page typique d’un traité. BNF, 4-Lg6-149.

Fig. 7. — Traité de Westphalie (1648). Mise en page typique d’un traité. BNF, 4-Lg6-149.

Fig. 8. — Les lieux du traité de Ryswick. BNF, 4-Lg6, 342.

Fig. 8. — Les lieux du traité de Ryswick. BNF, 4-Lg6, 342.

Fig. 9. — Préliminaires de la paix d’Aix-la-Chapelle (1668), sous forme de journal. BNF, 8-Lg6-974, p. 13.

Fig. 9. — Préliminaires de la paix d’Aix-la-Chapelle (1668), sous forme de journal. BNF, 8-Lg6-974, p. 13.

Fig. 10. — « Recueil de plusieurs pièces en hollandois et françois concernant la paix de Münster ». BNF, M 8317-8360.

Fig. 10. — « Recueil de plusieurs pièces en hollandois et françois concernant la paix de Münster ». BNF, M 8317-8360.

Fig. 11. — Mention de sceau (1763). BNF, 4-Lg6-468, p. 50.

Fig. 11. — Mention de sceau (1763). BNF, 4-Lg6-468, p. 50.

Fig. 12. — Fac-similé d’une signature (1763). BNF, 4-Lg6-468, p. 50.

Fig. 12. — Fac-similé d’une signature (1763). BNF, 4-Lg6-468, p. 50.

Fig. 13. — Impression par les libraires et imprimeurs ordinaires du roi. BNF, 4-Lg6-243 (C).

Fig. 13. — Impression par les libraires et imprimeurs ordinaires du roi. BNF, 4-Lg6-243 (C).

Fig. 14. — Contrefaçon attestant la même impression sous la seule adresse de Sébastien Mabre-Cramoisy. BNF, 4-Lg6-243 (B).

Fig. 14. — Contrefaçon attestant la même impression sous la seule adresse de Sébastien Mabre-Cramoisy. BNF, 4-Lg6-243 (B).

Fig. 15. — Réimpression en 1735 de certaines clauses du traité de Ryswick (1697) dans un recueil thématique. BNF, F-21901, pièce 30.

Fig. 15. — Réimpression en 1735 de certaines clauses du traité de Ryswick (1697) dans un recueil thématique. BNF, F-21901, pièce 30.

Notes

1 À l’exception notable de volumes sur la paix de Westphalie (1648) : Verhandlungsakten. Band I. Die Friedensverträge mit Frankreich und Schweden. Teilband 2. Materialien zur Rezeption, éd. Guido Braun, Antje Oschmann et Konrad Repgen, Münster, 2007 (Acta Pacis Westphalicae, Serie III, Abt. B, I/2) [en particulier p. 1-164, toutes les éditions imprimées de 1648-1649] ; Verhandlungsakten. Band I. Die Friedensverträge mit Frankreich und Schweden. Teilband 3. Materialien zur Erschliessung und Register, éd. A. Oschmann, Münster, 2007 (Acta Pacis Westphalicae, Serie III, Abt. B, I/2). À l’exception également de quelques historiens des relations internationales tels que Mario Toscano en Italie et Guido Braun en Allemagne.

2 Daniel Séré, La paix des Pyrénées. Vingt-quatre ans de négociations entre la France et l’Espagne, 1635-1659, Paris, 2007 (Bibliothèque d’histoire moderne et contemporaine, 24).

3 Armand Baschet, Histoire du dépôt des archives des Affaires étrangères, Paris, 1875 ; Léopold Delisle, « Origine des archives du ministère des Affaires étrangères », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 35, 1874, p. 356-372.

4 Préliminaires de la paix, avec le traité définitif et quelques autres pièces qui y ont rapport, Lille, 1748 (BNF, 8-Lg6-974).

5 Articles du traitté de paix et de commerce entre le roy d’Angleterre et les Estats generaux des Provinces-Unies conclu à Breda le 31 juillet 1667, Paris, par les imprimeurs et libraires ordinaires du roy (BNF, 4-NI-83).

6 Articles du traité de paix entre le roy, le roy d’Espagne et Monsieur le duc de Savoye, Paris, Frédéric Morel, imprimeur ordinaire du roy, 1598 (BNF, 8-Lg6-60).

7 Je n’ai trouvé qu’un unique cas.

8 Par exemple sur Traicté de la paix, conclu le trentiesme janvier de la presente année 1648, en la ville de Munster en Westphalie, entre le tres-illustre et tres-puissant prince Philippe quatriesme de ce nom roy d'Espagne, etc. d’une part et […] les Estats generaux des Provinces Unies des Païs-Bas de l’autre part, La Haye, chez la veufve et heretiers de Hillebrandt Jacobssz de Wouw, 1648 (BNF, M-8514) : les pouvoirs des plénipotentiaires espagnols sont en caractères romains, ceux des Provinces-Unies en gothique.

9 Articles du traicté de paix entre le roy, le roy d’Espagne et monsieur le duc de Savoye, Paris, chez Frédéric Morel, imprimeur ordinaire du roy, 1598 (BNF, 8-Lg6-60).

10 Traicté et articles de paix, entre les couronnes de France et d'Espagne […], Paris, veuve J. Guillemot, 1650 (BNF, 4-Lg6-149).

11 BNF, 8-Lg6-243 (C) et 8-Lg6-243 (B).

12 Henri-Jean Martin (« Guillaume Desprez éditeur de Pascal et de Port-Royal », Fédération des Sociétés historiques de Paris et de l’Île-de-France. Mémoires, 1950 [paru en 1952], p. 205-228) le classe parmi les amis du jansénisme bien qu’il ne fasse nullement partie des quelques imprimeurs-libraires très proches de Port-Royal. Quand bien même ses sympathies auraient été augustiniennes, il n’y a aucun lien entre ces dernières et le fait qu’il obtienne l’impression des traités sous un ministre de la famille Arnauld.

13 Henri-Jean Martin, ibid. ; Guido Braun, La connaissance du Saint-Empire en France, du baroque aux Lumières, Munich, 2010 (Pariser historische Studien, 91), p. 313.

14 Archives des Affaires étrangères, MD France 936, fol. 26-37v, mars 1673.

15 Recueil de tous les actes, memoires et lettres qui ont servi pour la negotiation de la paix à Nimègue, Paris, 1678, privilège. Signe du peu de suspense pour l’obtention de ce privilège, l’acte sous seing privé qui désigne Léonard comme imprimeur est passé le 25 juin, c’est-à-dire une semaine avant que le roi signe son officialisation.

16 AN, MC, lxxv, 194, transport, 27 mars 1679. La vente du privilège à l’imprimeur-libraire Frédéric Léonard a eu lieu sous seing privé.

17 Guido Braun, La connaissance…, p. 313-317 ; Mario Toscano, Storia dei trattati e politica internazionale, t. I, Turin, 1963, p. 53.

18 La contrefaçon de Cramoisy corrige l’oubli de numérotation de l’article VI de l’original du traité d’Aix-la-Chapelle.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Version imprimée du traité de Madrid (1526). BNF, réserve 4-Lg6-19.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 2. — Partie anglaise du traité de Ryswick (1697). BNF, 4-Lg6-342. Des publications semblables existent pour l’Espagne et le Portugal.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Fig. 3. — Traité de Vervins (1598). Différence typographique entre le texte proprement dit et paratexte de la diffusion royale. BNF, 8-Lg6-60, p. 2-3.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Fig. 4. — Traité de Vervins (1598). Mention d’enregistrement au Parlement. BNF, 8-Lg6-60, p. 22.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 871k
Titre Fig. 5. — Traité de Paris (1763). BNF, 4-Lg6-468.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 738k
Titre Fig. 6. — Traité de Westphalie (1648). Version bilingue français/néerlandais. BNF, 4-Lg6-150.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Titre Fig. 7. — Traité de Westphalie (1648). Mise en page typique d’un traité. BNF, 4-Lg6-149.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 8. — Les lieux du traité de Ryswick. BNF, 4-Lg6, 342.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 9. — Préliminaires de la paix d’Aix-la-Chapelle (1668), sous forme de journal. BNF, 8-Lg6-974, p. 13.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 847k
Titre Fig. 10. — « Recueil de plusieurs pièces en hollandois et françois concernant la paix de Münster ». BNF, M 8317-8360.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Fig. 11. — Mention de sceau (1763). BNF, 4-Lg6-468, p. 50.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Fig. 12. — Fac-similé d’une signature (1763). BNF, 4-Lg6-468, p. 50.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Fig. 13. — Impression par les libraires et imprimeurs ordinaires du roi. BNF, 4-Lg6-243 (C).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 14. — Contrefaçon attestant la même impression sous la seule adresse de Sébastien Mabre-Cramoisy. BNF, 4-Lg6-243 (B).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Fig. 15. — Réimpression en 1735 de certaines clauses du traité de Ryswick (1697) dans un recueil thématique. BNF, F-21901, pièce 30.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4402/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 779k

Auteur

Bibliothèque nationale de France

© Publications de l’École nationale des chartes, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search