Version classiqueVersion mobile

Diplomatique et diplomatie

 | 
Olivier Poncet

La diplomatique des traités médiévaux et modernes : une évidence manifeste ?

Olivier Poncet

Résumé

Les traités, entendus au sens très large de convention entre une ou plusieurs parties, provisoires ou définitifs, contiennent, comme en concentré, une grande part des enjeux de la diplomatique des actes. La dilatation à l’époque moderne entendue au sens large, ici du xive siècle aux feux déclinants de l’Europe napoléonienne, constitue une relative originalité dans le paysage des études de diplomatique. Les traités font l’objet d’attentions particulières, d’abord dans l’acheminement progressif vers la décision de les conclure, ensuite dans leur genèse rédactionnelle jusqu’à leur ultime validation, enfin dans leur tradition, pour reprendre un terme diplomatique, ou, pour mieux dire, dans leur réception et dans leur publicité et leur diffusion. Si l’on veut bien restituer à l’histoire diplomatique sa dimension rituelle, servie par une économie précise des gestes et des paroles, des écrits et des symboles, il n’y a aucun doute : la diplomatique des traités est aussi une contribution à l’anthropologie des relations internationales.

Texte intégral

  • 1 La scène a été filmée par des opérateurs américains, présents avec cent soixante-dix représentants (...)

1La scène se passe le matin du dimanche 2 septembre 1945 sur le cuirassé américain USS Missouri, navire amiral de la 3e flotte américaine ancré en baie de Tokyo, où doit avoir lieu la ratification de la reddition sans conditions du Japon aux forces alliées dans le Pacifique1.

2En présence des représentants de l’empereur du Japon Hirohito, les représentants des Alliés signent l’acte de capitulation en deux exemplaires destinés l’un aux États-Unis et l’autre au Japon lui-même. Après la signature du général Douglas MacArthur (1880-1964) en tant que commandant suprême des forces alliées, les personnes suivantes signent les actes de capitulation au nom de chacune des puissances alliées. Sur l’exemplaire destiné au Japon, le représentant du Canada, le colonel Lawrence Moore Cosgrave (1890-1971), appose son paraphe sous son nom, qui a été dactylographié avec les noms des autres signataires au bas de l’acte. Or il aurait dû signer au-dessus. Toutes les signatures suivantes s’en trouvent donc décalées et, lorsque vient le tour du dernier signataire, le représentant de la Nouvelle-Zélande, celui-ci est contraint de signer hors de toute mention de son nom. Quand les représentants japonais reçoivent l’acte qu’on leur remet à l’issue de cette séance, ils font alors remarquer que cette situation n’est pas diplomatiquement acceptable et qu’il leur faut en référer à leurs mandants. Mais MacArthur et les autres signataires s’en sont déjà allés pour fêter l’événement sur le pont supérieur. Le chef d’état-major du commandant suprême, le général Richard K. Sutherland (1888-1961), prend alors l’initiative de corriger l’exemplaire japonais à la main : il raye les noms dactylographiés et leur substitue les noms de ceux qui ont effectivement signé à ces emplacements. Et ce sera tout. Cet exemplaire est aujourd’hui conservé au magnifique musée d’Edo-Tokyo, au Japon, où il est exposé et parfaitement visible de chaque visiteur.

3Nous ne saurons jamais si la bourde du signataire canadien dans l’opération de validation du traité avait réellement des chances de suspendre la fin officielle des combats dans le Pacifique en 1945. Le stylo-plume d’un général américain réactif a coupé court à toute discussion en la matière. On aura beau jeu de soutenir que la résolution du problème relève du génie pragmatique que l’on prête volontiers au peuple américain et que n’aurait pas renié Mr Otis peint par Oscar Wilde dans Le fantôme de Canterville. Mais comment ne pas voir également – ou davantage – que cette façon brutale de bousculer l’ordonnancement initial du document manifestait avec éclat l’humiliation profonde du Japon, rappelé ainsi à sa condition de vaincu absolu quelques semaines après le cauchemar nucléaire d’Hiroshima et de Nagasaki ?

  • 2 Robert-Henri Bautier, « Leçon d’ouverture du cours de diplomatique à l’École des chartes (20 octobr (...)

4De la diplomatique à la diplomatie, il n’y a que deux lettres. L’allitération confine ici bien souvent à la confusion, jusqu’à l’absence même de différenciation dans les épithètes dérivées de ces deux mots. L’honnête homme peut n’y voir nulle malice, le pédagogue peut s’en agacer, quoique l’art de la redite soit une constante du bon apprentissage. Le savant a décidé à présent de s’en accommoder et même de s’en amuser, au sens où l’on se donne un nouveau terrain de jeu. Rien de plus sérieux cependant que l’objet qui réunit les contributions de l’ouvrage que l’on va lire. Pour extraordinaire qu’il soit, l’épisode cité plus haut a la vertu de l’exemplum. Il rappelle que la diplomatique, la diplomatique des traités en particulier, n’est après tout qu’un reflet des rapports de force et de la culture des sociétés dans lesquelles elle se développe et évolue. Robert-Henri Bautier, décédé quelques mois avant la journée d’étude au cours de laquelle les textes suivants ont été proposés, aurait peut-être apprécié ce détour par une période de l’histoire au cours de laquelle il forgea sa vocation d’archiviste et de diplomatiste : « Le diplomatiste cependant ne doit pas seulement viser à être le pourvoyeur des sciences voisines : il ne doit pas oublier que la science qu’il professe s’insère dans l’histoire de la civilisation »2.

  • 3 Sur l’approche structurale de la documentation archivistique, voir Carlo Laroche, Que signifie le r (...)

5Cet ouvrage est né en partie d’une judicieuse remarque de Roseline Claerr, ingénieur de recherche au CNRS (Centre Roland-Mousnier), qui nous a fait nous pencher, avec Lucien Bély, professeur d’histoire moderne à l’université Paris-Sorbonne, sur les liens entre diplomatie et diplomatique. Il a été décidé de restreindre volontairement le propos à une partie seulement de la documentation sécrétée par l’activité diplomatique. Les traités, entendus au sens très large de convention entre une ou plusieurs parties, provisoires ou définitifs, nous ont paru devoir contenir, comme en concentré, une grande part des enjeux de cette diplomatique. On pourra regretter de ne pas mieux évoquer l’immense patrimoine archivistique sur lequel veillent avec science, et même science de diplomatistes, les personnels des Archives diplomatiques. Pour autant, si les traités peuvent se comprendre par eux-mêmes, ils ne sont pleinement analysés dans leur dimension génétique (pour reprendre une nouvelle fois un vocabulaire plus coutumier de nos collègues de langue allemande) qu’à la condition de s’aider des documents qui leur sont structurellement liés3.

  • 4 Michael Hochedlinger, Aktenkunde. Urkunden- und Aktenlehre der Neuzeit, Vienne-Munich, 2009 (Histor (...)
  • 5 Olivier Poncet, « Défense et illustration de la diplomatique de l’époque moderne », dans Archiv für (...)
  • 6 Die Friedensverträge mit Frankreich und Schweden, t. I, Urkunden, éd. Antje Oschmann et Konrad Repg (...)

6Les traités : rien de plus orthodoxe. Ce sont bien d’Urkunden qu’il s’agit et de non de simples Akten, pour reprendre la distinction chère à nos amis et collègues allemands et autrichiens4. Pourtant, l’objet retenu pour nos études est rien moins que surprenant. D’abord, il est rare que les historiens s’intéressent aux traités sous cet angle et, quand ils recourent aux analyses de la diplomatique, ils le font comme M. Jourdain faisait de la prose. Ensuite, la dilatation à l’époque moderne entendue au sens large, ici du xive siècle aux feux déclinants de la Révolution française, constitue bien une relative originalité dans le paysage des études de diplomatique. Au vrai, ce choix chronologique n’est pas si étonnant lorsqu’on connaît les traits désormais anciens de l’école de diplomatique française5. Les traités sont tout à la fois la traduction des efforts des diplomates, le résultat souvent des combats sanglants des armées des protagonistes et quelquefois l’expression des attentes de populations éventuellement touchées par le conflit. Ils font l’objet d’attentions particulières, d’abord dans l’acheminement progressif vers la décision de les conclure, ensuite dans leur genèse rédactionnelle jusqu’à leur ultime validation, enfin dans leur tradition, pour reprendre un terme diplomatique, ou, pour mieux dire, dans leur réception et dans leur publicité et leur diffusion. À cet égard, la publication des Acta Pacis Westphalicae, consacrés aux traités de paix avec la France et la Suède, doublée d’une version en ligne des traités de Westphalie, constitue un modèle du genre6.

  • 7 La contribution prononcée lors de la journée d’étude du 28 janvier 2011 par Géraud Poumarède (« Les (...)

7Les huit études qui composent ce recueil7 illustrent les diverses facettes de cette problématique sans toutefois en tarir les ressources, aussi inépuisables que les situations particulières auxquelles des actes ont cherché à donner des solutions. Chacune d’entre elles adopte un point de vue dominant qui n’éteint pas les autres questionnements posés à la documentation considérée. C’est au nom de cet aspect privilégié qu’elles ont été artificiellement ventilées dans les trois parties qui découpent le propos de cet ouvrage : l’esprit d’une époque de traités envisagés dans leur globalité (« Évolutions du Moyen Âge au Consulat ») ; la transposition écrite des conventions arrêtées entre les signataires à travers la genèse des actes (« Les mots des traités : de la diplomatie à la diplomatique ») ; enfin, la sortie des traités du cercle des négociateurs et scribes pour atteindre à la réception et à la diffusion de leur contenu (« La tradition des traités »).

8S’il est abusif de reconnaître au Moyen Âge la mise par écrit des traités – les stèles égyptiennes, araméennes ou grecques contiennent bon nombre de textes de cette nature qui font le bonheur des philologues, des historiens de l’art et des historiens –, Olivier Guyotjeannin, dans son ample examen des traités franco-anglais des xive et xve siècles, montre à quel point les chancelleries de la fin du Moyen Âge ont pris acte de l’émergence de la diplomatie et fait évoluer les instruments finaux de la négociation vers une modernité avérée. Précisément, l’étude fine de quelques actes (bien) choisis du règne de Henri II conduite par Roseline Claerr s’attache à discerner la part de continuité et la part de rupture vécues par la monarchie française de la Renaissance, soumise à une intense activité diplomatique dans une Europe en complète mutation. Le bouleversement vécu par le continent est encore plus net à l’époque de la Révolution française, qui s’impose et qui impose des textes relativement homogènes à ses divers interlocuteurs à l’époque du Directoire et du Consulat : Marc Belissa revisite ainsi à l’aune de cette documentation singulière que sont les traités ce que fut la relation spéciale de la France sans roi avec une Europe encore largement monarchique.

9Revenant, après R. Claerr, sur le traité du Cateau-Cambrésis, véritable monument de négociation et de rédaction diplomatique de la modernité étatique et princière en Europe au xvie siècle, Bertrand Haan donne à voir la petite et la grande histoire de ces textes célébrissimes, étudiés et discutés par des générations de diplomates et d’hommes d’État avant de devenir les gibiers favoris des historiens de l’école méthodique. Il y fait la part du conjoncturel, de la responsabilité humaine pour tout dire, et du structurel, autrement dit les principes, qui sont autant juridiques que de formulaires de chancellerie, que bouscule nécessairement la réalité historique. Négocier avec ses sujets, est-ce encore négocier ? Bernard Barbiche affronte cette difficile question avec les armes affûtées du diplomatiste pour élever le regard vers une monarchie plus contractuelle qu’on ne l’a dit, que n’aurait pas renié un Claude de Seyssel et qui semble en décalage, au temps des guerres de Religion, avec les idées alors prônées par les tenants d’un pouvoir politique fort et impérieux. Et il n’est pas certain que la discussion d’État à État simplifie considérablement les choses, comme le montre fort bien Guido Braun, qui s’attache, avec moult détails, à démonter les clauses de la cession des Trois-Évêchés et de l’Alsace à la France en 1648 : comment transférer des droits que l’on n’a plus de fait et comment redonner, temporairement, des droits que l’on a conquis depuis des décennies ? La science et la conscience des diplomates du temps, secondés au besoin par d’érudits historiens comme Théodore Godefroy, sont tout simplement dignes d’admiration et révélatrices de l’ambiance des bella diplomatica.

  • 8 Henri-Jean Martin, La naissance du livre moderne (xive-xviie siècle). Mise en page et mise en texte (...)

10Si la conception, la rédaction et la souscription d’un traité recèlent mille chausse-trappes qui rendent constamment incertaine son issue, sa mise en œuvre juridique constitue un enjeu politique de première importance dans le cadre des États modernes. Qui aurait pu imaginer qu’une cour souveraine de magistrats parisiens puisse avoir son avis sur des traités aussi attendus, aussi longtemps débattus et finalement aussi vite souscrits que le furent les traités de la fin de la guerre de Succession d’Espagne ? Madeleine Haehl et Françoise Hildesheimer, au terme d’une plongée documentaire et historiographique, restituent les termes de cette privation de débats imposée au parlement de Paris, privation qui révèle la nature même du pouvoir royal dans la France des années 1710. O. Guyotjeannin et à sa suite tous les auteurs de ce recueil l’ont montré : les traités sont porteurs d’une imagerie intellectuelle, d’une vision du monde mais aussi d’un message politique à destination des populations directement intéressées ou seulement concernées par l’acte ainsi souscrit. Avec l’imprimerie et avec le succès des grandes conférences et congrès de paix du xviie siècle, Rémi Mathis le montre bien dans la dernière contribution de ce volume, la diffusion d’exemplaires multiples relaie puissamment dans chaque pays les efforts des diplomates pour polir et faire aboutir les textes qu’ils ruminent. La leçon d’une histoire du livre complète, qui fasse une place honnête à la matérialité des supports imprimés telle que l’a revendiquée Henri-Jean Martin8, apporte ainsi sa touche ultime à la modernité de la diplomatique des traités.

  • 9 Konrad Repgen, « Kriegslegitimationen in Alteuropa. Entwurf einer historischen Typologie », dans Hi (...)
  • 10 Bertrand Haan, L’amitié entre princes : une alliance franco-espagnole au temps des guerres de Relig (...)

11Le choc entre l’enjeu que représentent les actes officiels de la diplomatie et la maîtrise absolue de leurs détails rédactionnels infimes peut parfois sembler de l’ordre de la dissuasion du faible au fort. Chaque contribution de ce recueil le démontre à satiété, un mot, une expression, une signature, un sceau peuvent susciter des tensions politiques et mobiliser des intelligences de premier ordre. Si l’on veut bien restituer à l’histoire diplomatique sa dimension rituelle, servie par une économie précise des gestes et des paroles, des écrits et des symboles, il n’y a aucun doute : la diplomatique des traités est aussi une contribution à l’anthropologie des relations internationales que L. Bély dessine, avec d’autres, depuis plusieurs années. Chez nos collègues allemands, manifestement plus tentés par cette voie de recherche, la formalisation des déclarations de guerre à l’âge moderne a fait l’objet d’études et de synthèses récentes9. Conclure, clore une période de conflit, parer à un nouveau conflit ou préparer ce dernier sur un mode défensif sont autant d’occasions de mettre en scène des objectifs géostratégiques que recouvrent les notions d’alliance, voire d’amitié10 entre les princes et leurs États.

  • 11 Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen (...)
  • 12 Nicolas Offenstadt, « Archives, documents, sources », dans Historiographies. Concepts et débats, di (...)

12Il s’agit enfin d’un chapitre, ou plutôt d’un fragment de chapitre, d’une histoire de l’écrit. Celle-ci connaît un renouvellement important depuis plusieurs années, par l’effort des médiévistes principalement et sous l’effet d’une attention plus grande portée à ce que l’on nomme écrit ordinaire, documentaire, pratique ou pragmatique11. Il ne s’agit pas d’un retour à une érudition pour l’érudition, hors de propos, mais bien de l’identification d’un champ de recherche propre, où l’écrit est érigé en objet historique à part entière. Histoire des classements, histoire de l’écriture, histoire des formes textuelles, histoire matérielle de l’écrit, etc., tous ces biais disciplinaires sont familiers à l’École des chartes, où l’on tisse sans difficulté, et depuis longtemps, des liens forts entre eux. Le présent recueil reprend à son compte les présupposés méthodologiques de cette historiographie, les porte avec volontarisme sur une période – l’âge moderne – minorée dans ce type de travaux et les ouvre à un domaine, l’histoire politique et diplomatique ordinairement, qui y tient une place des plus réduites. Un tel renversement de perspective appelle naturellement la plus grande vigilance sous peine de ne jamais remonter après cette « plongée documentaire »12. C’est qu’en effet l’historien de l’écrit, et le diplomatiste en particulier, ne doit pas, ne peut pas perdre de vue qu’il est un historien, comme le rappelait R.-H. Bautier voilà plus de cinquante ans. À cet égard, ce volume se donne aussi comme une forme d’hommage à ce savant curieux et passionné.

Notes

1 La scène a été filmée par des opérateurs américains, présents avec cent soixante-dix représentants de la presse internationale à cet acte conclusif du second conflit mondial. Elle a servi de support à un documentaire diffusé le 15 août 2007 sur la chaîne de télévision ARTE (Tokyo. Le jour où la guerre s’arrêta, réal. Serge Viallet, Point du Jour international, 2005). L’USS Missouri n’a été retiré du service qu’en 1992 et est aujourd’hui un navire-musée ancré à Pearl Harbor.

2 Robert-Henri Bautier, « Leçon d’ouverture du cours de diplomatique à l’École des chartes (20 octobre 1961) », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 119, 1961, p. 194-225 (reproduit dans id., Chartes, sceaux et chancelleries. Études de diplomatique et de sigillographie médiévales, 2 t., Paris, 1990 [Mémoires et documents de l’École des chartes, 34], t. I, p. 3-33), p. 219.

3 Sur l’approche structurale de la documentation archivistique, voir Carlo Laroche, Que signifie le respect des fonds? Esquisse d’une archivistique structurale, Paris, 1971 (La gazette des archives, suppl., 73).

4 Michael Hochedlinger, Aktenkunde. Urkunden- und Aktenlehre der Neuzeit, Vienne-Munich, 2009 (Historische Hilfswissenschaften), p. 13-14.

5 Olivier Poncet, « Défense et illustration de la diplomatique de l’époque moderne », dans Archiv für Diplomatik, t. 52 (2006), p. 395-416.

6 Die Friedensverträge mit Frankreich und Schweden, t. I, Urkunden, éd. Antje Oschmann et Konrad Repgen, t. II, Materialien zur Rezeption, éd. Guido Braun, Antje Oschmann et Konrad Repgen, t. III, Materialien zur Erschliessung und Register, éd. Antje Oschmann, 3 t., Münster, 1998, 2007 et 2007 (Acta Pacis Westphalicae, Serie III, Abteilung B : Verhandlungsakten, 1/1-3). Le texte des traités est consultable, dans une version très scientifiquement annotée, à l’adresse suivante : www.pax-westphalica.de/ipmipo/index.html.

7 La contribution prononcée lors de la journée d’étude du 28 janvier 2011 par Géraud Poumarède (« Les grands recueils de traités du xviiie siècle et le droit des gens ») n’a malheureusement pas pu être jointe à ce volume.

8 Henri-Jean Martin, La naissance du livre moderne (xive-xviie siècle). Mise en page et mise en texte du livre français, Paris, 2000.

9 Konrad Repgen, « Kriegslegitimationen in Alteuropa. Entwurf einer historischen Typologie », dans Historische Zeitschrift, t. 241, 1985, p. 27-49 ; Hermann Weber, « Zur Legitimation der französischen Kriegserklärung von 1635 », dans Historisches Jahrbuch, t. 108, 1988, p. 90-113 ; Bernd Klesmann, Bellum Solemne. Formen und Funktionen europaïscher Kriegserklärungen des 17. Jahrhunderts, Mayence, 2007 (Veröffentlichungen des Instituts für europaïschen Geschichte Mainz, Abteilung für Universalgeschichte, 216) ; Anuschka Tischer, Offizielle Kriegsbegründungen in der Frühen Neuzeit. Herrscherkommunikation in Europa zwischen Souveränität und korporativem Selbstverständnis, Munich/Berlin, 2012 (Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit, 12).

10 Bertrand Haan, L’amitié entre princes : une alliance franco-espagnole au temps des guerres de Religion, 1560-1570, Paris, 2010 (Le Nœud gordien).

11 Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », dans Annales HSS, 2008-2, p. 245-269.

12 Nicolas Offenstadt, « Archives, documents, sources », dans Historiographies. Concepts et débats, dir. Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt, 2 t., Paris, 2010 (Folio Histoire, 179-180), t. I, p. 68-78, à la p. 77.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search