Version classiqueVersion mobile

Lire, choisir, écrire

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Christine Silvi

Écrire la terre, écrire le ciel : Guy Le Fèvre de la Boderie et Peletier du Mans, poètes de la terre et du ciel

Rosanna Gorris Camos

Note de l’auteur

Les textes cités sont reproduits de manière imitative.

À David et Daniel et à mes montagnes

Texte intégral

I. — « À Uranie entre toutes sacrée » : deux poètes sous le signe d’Uranie

  • 1 Sur le studiolo de Leonello d’Este, voir Jaynie Anderson, « Il risveglio dell'interesse per le Muse (...)
  • 2 Sur la nécessité d’ancrer le discours de la science dans une mise en scène fictionnelle, voir Jan M (...)
  • 3 Sur la notion de secrétaire à la Renaissance, voir Il segretario è come un angelo : trattati, racco (...)
  • 4 Sur l’Uranie de Peletier et de La Boderie, voir R. Gorris Camos, « Urania o come insegnare i segret (...)

1Dans le splendide cabinet du palais de Belfiore à Ferrare, les Muses, représentées selon les dispositions de l’humaniste Guarino Veronese, regardent leur duc et ses visiteurs. À côté de ses sœurs, Uranie, assise dans un trône émaillé de pierres précieuses et orné de motifs héraldiques (la haie tressée et la licorne), un livre de cosmographie à sa gauche, regarde le ciel et tient dans sa main un astrolabe1. Les Muses, comme les Sirènes, dit Homère, savent tout. Filles de Mémoire, elles se souviennent de tout, et ce n’est donc pas un hasard si les deux poètes du ciel et de la terre, Guy Le Fèvre de La Boderie et Peletier du Mans, se mettent en scène2 comme les secrétaires d’Uranie3. Ces deux secrétaires des étoiles, en effet, écrivent et publient en même temps deux poèmes scientifiques hantés par le même désir de connaissance, tourmentés par la peur d’être « insufisant de ces secrez », dans lesquels ils explorent la terre et le ciel à la recherche de leur vérité. Le poète kabbaliste et le mathématicien empruntent des voies parallèles, parfois divergentes, mais toujours à l’écoute des neuf sœurs et au service de dame Encyclopédie, car quand la poésie s’élève aux étages les plus hauts elle ne peut être séparée de la docte Uranie, la Muse des étoiles, de Dante, de Milton ou de Pontano4.

  • 5 Isabelle Pantin, La poésie du ciel en France dans la seconde moitié du xvie siècle, Genève, 1995 (T (...)
  • 6 Guy Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie des secrets de l’eternité, Anvers, C. Plantin, 1571 [L’ENCYC (...)
  • 7 Jacques Peletier, Le Parnase, dans L’amour des amours, éd. Jean-Charles Monferran, Paris, 1996, p.  (...)
  • 8 Sur le concept postélien d’émithologie, voir François Secret, « L’émithologie de Guillaume Postel » (...)

2Muse du début, du Bereshit, elle est si chère au poète de L’Encyclie – qui participe à l’accès de « fièvre uranienne »5 qui frappe les poètes de la seconde moitié du siècle – qu’il en fait la Muse de la « Lumiere dans l’Arche » et l’invite à « devaller ici bas »6. Protagoniste, avec le Secrétaire, de ce vol de l’Aigle jusqu’au « Pavillon », le Tabernacle où – « lumière arche divine » – elle est « enclose et unie », la Muse du ciel guide le « Secrétaire » et joue un rôle bien plus complexe que celui du Magister ou de la déesse hiérophante. Pour Guy, Uranie ne tient pas son « nom du ciel, pourtant que la sciance elle an manie »7 ; le nom dériverait, d’après la vraie science émithologique8 – de émeth (vérité) –, des mots hébreux or-lumière et aron-arche. Uranie résonne ainsi, selon la « langue des anges », des secrets de la lumière divine et des mystères de la « tente » ou « Pavillon », thèmes clés des kabbalistes chrétiens, de ce Tabernacle d’or et de pourpre, de lin et de hyacinthe, qui clôt, comme un splendide bijou rayonnant de lumière divine, L’Encyclie. C’est ainsi que le poète l’invoque dans le Premier Cercle :

  • 9 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, fol. 29.

Filleule du Ciel, qui vois de l’univers
Les Mysteres divins, et ois les Tons divers
Que dix Cercles tournés de roideur inégale
Font retentir la haut par égal intervalle :
Je t’appelle à mon aide, à toy j’ay mon recours9

  • 10 Ibid., fol. 240.

Descen mon Uranie et te monstre en ce lieu
vrayment LUMIERE ARCHE DE DIEU10.

3Or, Uranie lui permet non seulement de « sonder l’Eternité », mais aussi d’explorer les secrets de la Nature et de la divinité, de pénétrer « plus avant », de se « guinder dans le vuide », en une série d’acrobaties intellectuelles admirables qui unissent le parcours scalaire traditionnel aux spéculations de Cusanus :

  • 11 Ibid., fol. 81.

Pénètre plus avant : que ton ame qui guide
Ton œil au Firmament, se guinde dans le Vuide :
Outre passe le Temps, sonde l’Eternité,
Recherche l’Infini sur toute extrémité,
Egare-toy dedans, ton Ame s’évertüe,
Et ne cesse d’entrer au Jamais sans issue11.

  • 12 Ibid.

4L’esprit humain, conduit par cette fée, ose « mesurer l’Unité qui n’est point mesurée, / Sondant sa profondeur sans se pouvoir lasser / Bien qu’il ne puisse pas sa grandeur embrasser »12. La pensée tente l’impossible et tâche de sonder l’insondable en un mouvement ascensionnel vertigineux qui ne suit pas une trajectoire linéaire mais circulaire, « devuydant » le fil du savoir, « le rond des sciences », du niveau le plus bas jusqu’au plus haut, à l’aide de la Raison, car :

  • 13 Ibid., fol. 15.

L’on ne pourroit tordre
Ces cercles encerclés par mouvemens duisans
Sans une grand Raison ; vu que pour les entendre
Il nous faut tout l’Esprit et la Raison estendre13 ?

5Dans son Amour des amours, Peletier, « nageur de l’Er », explore également le ciel en compagnie d’Uranie qui l’entraîne dans la merveilleuse aventure de la science :

  • 14 J. Peletier, Le Parnase…, v. 185-192.

Afin que tu ne soes neuf
Parmi la celeste campagne,
Ecoute bien celle compagne,
Celle que tu voes de ces neuf
(E me va montrer Uranie)
Qui ce grand globe va portant,
Et qui tient nom du Ciel, pourtant
Que la science elle an manie14.

6Elle dispense au poète la science qu’elle « manie » dans un discours harmonieux, accompagnée par le « dous chant » de ses inséparables sœurs :

  • 15 Ibid., v. 225-232.

Letres, parler ingenious
Mesure, Histoere, Tragedie,
Harpe, Flutes, Cieus, Comedie
Bruient un Tout armonieus,
Qui de suavité ressamble
A celle la que vous depart
La keulhete des fleurs apart,
Et puis les fleurs toutes ansamble15.

II. — Le vol de l’Aigle : de la montagne des Muses à la montagne enchantée

  • 16 Voir I. Pantin, La poésie du ciel…, passim, et ead., « Microcosme et “Amour volant” dans l’Amour de (...)
  • 17 Sur Uranie, voir Platon, Le banquet, texte établi et trad. Paul Vicaire, Paris, 1992, 187d, où Eryx (...)
  • 18 Pierre de Ronsard, Œuvres complètes, t. VII, éd. Paul Laumonier, Genève, 1934, p. 150.
  • 19 Sur cette notion, voir Elide Casali, Le spie del cielo : oroscopi, lunari e almanacchi nell’Italia (...)
  • 20 J. Peletier, Le Parnase…, p. 117, v. 261-262.

7C’est ainsi le début du voyage céleste, le passage de la montagne des Muses, le Parnase, aux espaces sidéraux de l’Er, mais aussi le passage de l’amour terrestre à l’amour céleste et de la muse lyrique à la muse scientifique. L’Uranie est la transcription poétique du chant de la Muse et de ses enseignements : Uranie enseigne, explore, sa baguette à la main, les régions de l’Er, les météores et les planètes16. La Muse au compas et au globe céleste17 ouvre et découvre « les secrets des Astres »18 au poète qui, segretario delle stelle 19, transcrit « par une mesure intermise [c’est-à-dire en vers] / apres elle l’è recité / usant de la diversité /qui aus poetes est permise »20. Le Secrétaire d’Uranie transforme son chant en poésie des étoiles ; la poésie néopétrarquiste emprunte les voies du ciel et dévoile les mécanismes – repris d’Aristote et de Pontano, pour la plupart – de l’Er, de ses régions, du frimas et de la pluie, de la gelée et de la neige, des vents et des foudres, des planètes. Mais si le voyage initiatique commence sur la montagne des Muses, ce n’est pas un hasard.

  • 21 Voir Les montagnes de l’esprit : imaginaire et histoire de la montagne à la Renaissance [actes du c (...)
  • 22 Sur Marguerite de France, duchesse de Savoie, voir R. Gorris Camos, Marguerite de France, princesse (...)
  • 23 Platon, Le banquet…, 187d.
  • 24 J. Peletier, La Savoye, Annecy, J. Bertrand, 1572 [La Savoye / DE JAQUES / PELETIER / DU MANS, / A (...)
  • 25 La montagne est aussi caverne, qui cache dans son ventre minéraux, corps vivants, feux et pierres, (...)

8Lieu de la mémoire, de la nostalgie et du défi, la montagne a toujours stimulé l’imaginaire et la créativité de l’homme21 et du poète. Musa pensosa, alter ego de Pallas-Marguerite22 dédicataire des quatre saisons de l’année qui suivent l’Uranie, muse de l’amour « honnete, de l’amour celeste »23, elle retrouve dans La Savoye 24 et dans ses trois livres bleu, vert et noir, ainsi que sur le sommet de ses montagnes, ses sœurs pour découvrir au poète-secrétaire les secrets du cosmos, ensevelis dans ces immenses entrailles de la terre qui conservent la mémoire de l’origine du monde25 :

  • 26 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 1-16.

Vous, de la Grece hostesses anciennes,
Qui à present estes Savoisiennes,
Inspirez moi des dons de vostre Dieu,
Lesquelz je vien rechercher sur le lieu :
Pour mieux chanter l’admirable facture
Des bastimens ouvrez de la Nature,
Et les avis que vous m’avez donnez
Par les hautz Mons que j’ay environnez.
Et toy, sans qui point de los ne merite
Cete entreprise, ô franche MARGUERITE,
Illustre sang du Juppiter François,
Ici convient que Pallas tu me sois,
Et s’il y a Deesse plus prospere,
Representant et les Seurs et le Pere,
Vu que l’espoir d’icelles tu soutiens,
Et que l’esprit paternel tu retiens26.

  • 27 Les données astrologiques qui se trouvent dans le texte de Peletier sont globalement compatibles av (...)

9Le poète devient ainsi, sur les traces des anciens comme des hommes de science contemporains – de Gesner à Agricola, de Simler aux éphémérides de Stadius –, médecin et géologue, astrologue, mathématicien et astronome, zoologiste et gemmologiste, simpliste et orfèvre, pour dire et encercler dans ses vers son désir d’infini27 :

  • 28 Corrado Bologna, « Ascensioni dello spirito », dans Les montagnes de l’esprit…, p. 19-56, à la p. 3 (...)

Il minatore e l’astrologo, l’astronomo e il tagliatore, l’incastonatore e l’alchimista, l’orefice e il mercante, il matematico e il collezionista, il gemmologo e l’architetto, e il poeta che tutti loro intende imitare e sintetizzare : sono i protagonisti della faticosa, sterminata creazione d’una vana ma necessaria eternità scheggiata, di uno specchio lucente della vanitas vanitatum che riflette dalla terra al cielo la nostra voglia inesauribile di stelle, il nostro profondissimo desiderio d’infinito28.

  • 29 Il donne lui-même les dates de la genèse de son œuvre dans son texte. Voir les coordonnées astrolog (...)
  • 30 Voir R. Gorris Camos, « “Ses montz tres haultz haulsent notre desir” : Marguerite de Navarre, Pelet (...)

10Alors que Peletier, « le docte [qui] a vagué comme Ulysse », écrivait, entre 1570 et 157229, dans les montagnes de Savoie, son poème consacré à « ses monts treshaultz [qui] haulsent nostre desir »30 :

  • 31 J. Peletier, Oratio Pictavii in prælectiones mathematicas, Poitiers, 1579, p. 14.

En dernier lieu, j’ai écrit trois livres sur les Alpes que j’ai intitulé, « La Savoie », tandis que je pratiquais la médecine dans cette région : j’ai traité des questions du sous-sol et de géologie (subterranea ac fossitia complexus sum) ; puis des rivières, des torrents, des lacs, des neiges, des bruines, des tremblements de terre, des animaux des montagnes, enfin des plantes multiples31,

  • 32 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, « Epistre - Chant en forme d’epistre dedicatoire sur l’Ency (...)

le poète kabbaliste chrétien publiait, à Anvers, en 1571, chez Plantin, son imprimeur « esleu », L’Encyclie des secrets de l’eternité. Guy, poète « nautonnier », invite son Secrétaire à un magnifique voyage dans les traditions philosophiques les plus diverses, un voyage qui le conduira de la terre au ciel, des sphères au Port de l’Infini, en s’arrêtant, comme les « vaisseaus chargés d’or de joyaus et parfums precieux » qu’il nous montre dans son « Epistre »32, dans les îles du cosmos. Il évoque ainsi, de cercle en cercle, plantes, métaux, pierres, animaux, poissons, phénomènes atmosphériques, oiseaux, pour arriver aux secrets des astres et des planètes, jusqu’au Tabernacle.

  • 33 Ibid., fol. 6.
  • 34 Sur l’emploi des termes techniques, voir I. Pantin, « La Boderie et la preuve cosmologique : le poè (...)
  • 35 Voir sur le rêve, R. Gorris, « L’un guide Orfee : temi esoterici e cabbalistici nelle “Diverses Mes (...)
  • 36 L’exemplaire de L’Encyclie ayant appartenu à Desportes est conservé à la Bibliothèque Mazarine sous (...)
  • 37 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, fol. 18-19.
  • 38 Ibid., fol. 19.

11Guy, poète ingénieur, « la pelotte en la main »33, veut « sonder » les secrets de l’univers pour démontrer l’existence de Dieu (le verbe et le thème de la sonde sont récurrents dans le texte et dans le paratexte34). Il invite ainsi ses lecteurs à « voir » – le système visionnaire est l’un des plus fascinants de son œuvre, émaillée de songes et visions, dans des pages rythmées par le verbe « Voyez »35 – les secrets des choses, et le lecteur voit et « oyt » ainsi, dans des vers de grande beauté que Desportes souligne dans son exemplaire de L’Encyclie annoté et conservé à la Mazarine36, « les sapins sifler sur les montagnes », « les oyseaus planer, et raser les estangs, et l’Aigle tant connue / D’œil percer le Soleil, et des ailes la nue »37. Image magnifique du vol céleste que le Secrétaire accomplit avec Uranie, ce vol de l’Aigle qui monte jusqu’au « celeste manoir, grand et large cloistre tenant dans son Corps tout autre corps compris »38 est, ainsi que le kabbaliste vénitien Francesco Giorgio Veneto, traduit par La Boderie, le révèle, le symbole de :

  • 39 Francesco Zorzi, L’harmonie du monde : divisée en trois cantiques, […] traduict et illustré par Guy (...)

quelque divinité ou quelque influence ou prophète de la divinité comme disent les Hebrieus laquelle nous est familiere et domestique et qui nous conduit aus plus profonds cabinets et aux plus hauts secrets de la divinité : de laquelle Moyse chante au Cantique : Ainsi que l’Aigle fort vint exiler son nid 39.

12Mais, pour suivre ce vol de l’aigle, le lecteur doit apprendre à « devuyder » le fil replié, la « pelotte » des secrets encerclés dans ses vers et à « tourner » :

  • 40 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, fol. 14-15.

[…] de la Raison
Le Rouet esclarcy, et faites bas descendre
(Devuydant du cordeau toute la liaison.)
Là sonde jusqu’au fons tant que puissiez entendre
Combien profonde est l’eau et en quelle saison
Vous pourrez arriver à la cause Premiere
Et au port de salut comtempler la Lumiere40.

  • 41 Ibid., fol. 22.

[…] Devuydez les discours,
Qui comme en un rouet sont en mon Encyclie
Enfillez, et cueillis en meins cercles et tours ;
Au lieu de sonde, usez du fil que je replie,
Et vous n’en trouverez tous les replis si cours
(Comme j’estime et croy) que le plomb de la sonde,
Ne vous mostre combien la grand Mer est profonde41.

III. — « Puis la Merveille fit le Desir eveiller »

  • 42 Guy distingue, de façon traditionnelle, les sept orbes des sept planètes puis le huitième ciel, le (...)
  • 43 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 55.

13Alors que Guy remonte, de cercle en cercle, jusqu’au « Ciel estellé » et au dernier Ciel, l’Empirée42, Peletier, poète physicien qui explore les entrailles des montagnes, pénètre dans leur ventre, les ouvre pour en découvrir les mécanismes les plus profonds, leur système hydrographique, leurs métaux et leurs pierres précieuses et pour « sonder » lui aussi dans ces « crotz et circuiz caverneus »43, où la mémoire de la terre et des causes premières est jalousement conservée :

  • 44 Ibid., v. 17-24.

En ces partours que dire je propose,
Si grand suget, et si divers s’expose,
Que la Nature en confuse beauté
Le jugement de choisir a osté.
Car quand ce vient que l’ouvrage on contemple
Plein de façon, sans patron ni exemple,
On a de quoy les causes en tirer,
En quoy se plaire, et de quoy admirer44.

  • 45 Ibid., v. 597-610 : « Arreste toi, pour plus digne revue : / Voire et combien que l’aies vue, ou no (...)
  • 46 Voir J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges aveq quelques autres ecriz, dans Œuvres compl (...)
  • 47 J. Peletier, Louanges de la science, dans Œuvres poetiques intitulez Louanges…, liv. I, fol. 42.
  • 48 Dante, Inferno, XXVI.
  • 49 Dans le Purgatorio de Dante l'eau et les étoiles dominent et sont partout : ces deux mots reviennen (...)
  • 50 Voir Sophie Arnaud, La voix de la nature dans l'œuvre de Jacques Peletier du Mans (1517-1582), Pari (...)
  • 51 Voir sur ce silence, le livre III de La Savoye, v. 347-354 : « Mais aidez moi, ô Muses, à me taire, (...)
  • 52 Voir R. Gorris Camos, « Le Séraphin et la Sibylle », dans Les Muses secrètes : kabbale, alchimie et (...)

14À l’ombre de Dante et de son Ulysse – « sur toute chose [écrit Peletier], en ta mémoire attache / Le ferme cœur de ce Prince d’Ithache »45 –, Peletier, en poète savant dont le désir est comme éveillé par la « merveilh »46 – « La Merveille fit le Desir eveiller »47 –, explore cette « nova terra »48 qui, comme le Purgatorio, est « acqua e stelle »49. Ces deux éléments s’appellent l’un l’autre et semblent indiscernables dans le livre I, où l’eau, les fleuves et les fontaines merveilleuses baignent de leur couleur azurée les vers et le vert de la Savoie, ici plus bleue que verte. La merveille est la raison première de la quête du poète de Béatrice ; de même la « merveilh », que Peletier évoque systématiquement50, inspire le poète-périégète qui ne s’abandonne pas (ou presque pas – nous verrons que dans le livre III de La Savoye le mystère insondable apparaît, mais quand la description des signes célestes l’éloigne trop du domaine de la science naturelle, le poète choisit le silence51) aux aventureuses et fascinantes pérégrinations de Guy, en compagnie de la Muse Uranie, dans les palais de l’éternité et dans les secrets du Zohar 52.

  • 53 G. Le Fèvre de la Boderie, La Galliade…, I, v. 12-14 ; id., L’Encyclie…, fol. 81-82, 103-104, 116 e (...)
  • 54 J. Peletier, La suite de la science, dans Œuvres poetiques intitulez Louanges…, fol. 59.
  • 55 Voir S. Arnaud,La voix de la nature…, p. 157 ; J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez louanges…, p (...)
  • 56 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 213.
  • 57 Ibid.

15Pour le poète géomètre de la terre, la merveille ne se soustrait pas aux lois de la science et marque le début d’une démarche scientifique et rationnelle, d’une quête épistémologique, essentielle et vitale pour lui. Mais lui aussi s’arrête, s’incline à la merveille de la géométrie et, dans sa préface à L’Euclide, il écrit : « Qu’en est-il d’aussi admirable que depuis le point situé au milieu du cercle, que nous appelons centre, naissent autant de lignes. Qui s’interrompent à sa périphérie », ce que Guy, poète du cercle et du seul point, comme Dante, souscrirait avec l’enthousiasme qui lui est propre, mais qui ne trouve pour lui sa raison qu’en l’un : « c’est le rond infini que nous appellons Dieu, / Dont le centre est partout, et la circonference / N’est comprise de nul, fors de sa propre essence »53. Pour Peletier, Dieu est « Infini en efet. Fini en apparence, dont le cantre est partout, e la circonférance »54. L’influence de Nicolas de Cues est sensible55, mais si chez Guy le but est le binsica, l’union de l’homme à l’essence de Dieu, pour Peletier56, la question est plus complexe, tourmentée par le doute et le questionnement incessant : « Que se je [sais-je] si je suis de toe quelque ignicule ? »57. Dans La Savoye, il demande aussi dans sa prière fervente à la Nature :

  • 58 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 793-801.

Brief, si je suis de toi quelque parcelle,
Et de ton feu quelque vive estincelle,
Estant epoint des aguillons de toi,
Quand je te sen, je t’avise et je t’oi,
Qui as planté en moi selon ma sorte,
Ce qui de moi est possible qui sorte,
Entretien moi de ton mieus, et ton plus,
Si t’en rendrai le conte et le surplus :
Elargi moi, et donne pour reprendre58.

  • 59 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 213.

16Si le poète de L’Encyclie monte, non sans angoisse et doutes, jusqu’au sommet pour s’annuler dans l’éternité, Peletier se demande dans sa Louange de la science : « Car combien peut monter cete humble Humanité, / Qui ne fet que passer pres de l’Eternité ? »59. Chez Peletier dominent le doute et l’inquiétude, des sentiments que Guy connaît aussi, mais qu’il annule dans sa foi infinie en Dieu.

  • 60 Aristote, Métaphysique, 982b, I, ii, 9.
  • 61 Voir G. Le Fèvre de la Boderie, La Galliade, 1582, éd. François Roudaut, Paris, 1994, p. 163, n. 19
  • 62 Ibid., I, v. 23-24.

17Comme pour Dante dans son Convivio, « Sì come dice lo Filosofo [Aristote] nel principio de la Prima filosofia, tutti li uomini desiderano di sapere », nous désirons tous connaître. Ce désir naît justement, comme Peletier le répète dans ses Louanges, de l’étonnement devant les merveilles du monde, un émerveillement qui unit, dit Aristote60, le philosophe et le poète qui s’occupent de choses merveilleuses. Et comme Uranie, Muse de l’Arche61, qui débute son récit « apres que les torrents et flots impetueux / se furent retirez du sommet montueux »62, Peletier commence son exploration de la nova terra par ses eaux :

  • 63 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 217.

Qui à connu au vrei les fondemans et sources
Des Fonteines et Lacs ? des Fleuves et leurs courses ?
Ayans an leurs dousseurs, efet si diferant
De l’Ocean salé, qui les prand et les rand63 ?

18Or ces vers expriment les doutes épistémologiques qui concernent les questions abordées dans La Savoye. Le livre I est en effet traversé, inondé par l’eau :

  • 64 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 25-32.

Des hauz sommetz la raison s’imagine,
Pour quoy ilz sont des Fleuves l’origine :
Une eau sans air, tousjours va haut tendant :
Ayant pris l’air, tousjours va descendant :
Et court sans fin, tant qu’elle soit reçue
Au grant giron dont elle estoit issue :
Ainsi la Mer se vide et se remplit,
Et sa rondeur eternelle accomplit64.

  • 65 Voir Michel Jeanneret, « Eaux fortes », dans id., Perpetuum mobile : métamorphoses des corps et des (...)
  • 66 Sur Montaigne et l’eau, voir Valerio Cordiner, « Le salut par les eaux : le rêve italien de Michel (...)
  • 67 Voir Aristote, Météorologiques, 2 t., éd. et trad. Pierre Louis, Paris, 2002, I, xiii ; Pline, Hist (...)
  • 68 Les théories de Peletier évoquent les conceptions hydrologiques de Josias Simler et de ses prédéces (...)
  • 69 Voir aussi Scève, Microcosme, éd. Bertrand Guégan, Paris, 1927, I, 87-88, p. 195 ; Sénèque, Questio (...)
  • 70 Sur l’émerveillement que les lacs suscitent chez les explorateurs des montagnes, voir W. A. B. Cool (...)

19Peletier comme Leonardo65, comme Montaigne66, devient une sorte de « berger de l’eau » qu’il observe et contemple en promeneur solitaire, mais qu’il écoute aussi « resonner » dans le creux des rochers d’où, selon les théories anciennes67 reprises par Gesner, Simler et Cardan via Scaliger68, l’eau remonte. Gesner fait intervenir le feu intérieur aux montagnes qui vaporise l’eau venant de la mer69, laquelle devient fontaines, ruisseaux, torrents et ces « lacs parfons […] de merveille dignes » qui suscitent l’admiration infinie de Vadianus, de Gesner et de Simler70.

  • 71 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 63-93

Entre les Eaus de la Nature insignes,
Les Lacs parfons sont de merveille dignes
Les uns sont bas, entre les Mons compris,
Aucuns d’iceus les plus hauz lieux ont pris :
Des uns les eaus plus que d’autres utiles :
Les uns fecons, les autres infertiles :
Tous peu à peu hors leurs rives sortans,
Et sur leurs bors par ondes reflotans.
Quand en leurs fons tousjours plein se limitent,
De l’Ocean la nature ilz imitent :
Ilz ont des rocz, et des goufres parfons
Comme la Mer, où n’y a point de fons :
Par où les vens, qui sourdent, et s’augmentent,
Des floz ondeus comme en Mer les tormentent :
Et qui leurs tems et certains signes ont,
Si trop nouveaux les bateliers ne sont.
Et se croit bien que les Fleuves traversent
Par souz les Mons, et que les eaus se versent
De Lac en Lac : qui tousjours abondans,
Sont l’un à l’autre en leurs fons respondans71.

  • 72 Sur l’attention toute particulière accordée au matériau sonore et à l’« harmonie imitative » par Pe (...)
  • 73 Sur les théories macrocosmiques, voir Dudley B. Wilson, « The discovery of nature in the work of Ja (...)

20Le regard de Peletier n’est pas celui du géographe ou du voyageur, mais celui du poète du cosmos, du physicien, de l’homme de science qui veut transmettre son savoir à l’univers par ses vers, qui ondoient et évoquent les bruits de l’eau et du monde, dont la montagne se fait l’écho sonore72. La Savoye acquiert ainsi une dimension cosmique, elle devient un immense être vivant dont l’eau représente le flux vital, le sang, les fleuves, les veines de la terre73 :

  • 74 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 313-320.

Courantes Eaus, dont l’éternelle fuite,
Meintient son cours d’invariable suite,
Bien est le lieu fecond, dont vous saillez,
Vu qu’en courant jamais ne defaillez :
Bien grand l’ouvrier qui vous a assurées
Dans voz canauz, et de Rocz emmurées,
Pour affermir et de veines et d’os
A cete Terre et le ventre et le dos74.

  • 75 Voir V. Giacomotto-Charra, « Les visages de l’eau… », qui cite Platon, Timée 31c-32b, qui rend poss (...)
  • 76 Voir J. Peletier, « La Pluye », dans L’amour des amours…, p. 130.
  • 77 Voir R. Gorris Camos, Eau, acqua, eve…, p. 5-13.

21Élément de liaison, comme l’air, entre la terre et le ciel75, l’eau joue un rôle important pour le poète de l’Uranie, de la pluie et des météores, qui, tout en suivant comme Pontano la vulgate aristotélicienne, est fasciné par les problèmes dynamiques76. L’eau se trouve ainsi au centre de la contemplation de la Nature, de la cosmologie de Peletier, avec ses différentes facettes, physique, cosmologique, médicale, philosophique, théologique et esthétique. Eau pour vivre mais aussi eau pour mourir77, eau pour guérir (livre II) mais aussi eau pour tuer (livre III), l’eau dessine un cercle qui évoque, par analogie, l’unité du monde et son harmonie, son « accord sans fin » :

  • 78 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 241-248.

Ainsi les faitz de Nature procedent,
Et l’un à l’autre evidemment succedent.
Bien l’Air de l’Eau se doit faire aisément,
Puis qu’il s’en fait le plus gros Element :
Ainsi tousjours les quatre qui variant
Leur mistion, et tant se contrarient,
Font un accort sans fin, en s’embrassant,
Et par entr’eus les sustances brassant78.

  • 79 Voir J. Peletier, L’amour des amours…, p. 114 ; et S. Arnaud, La voix de la nature…, p. 82 et p. 15 (...)
  • 80 M. Jeanneret, Perpetuum mobile…, p. 72.

22Élément fondamental de cette « grand’cheine » du monde qui relie ou « antrenoue » le monde, l’eau est le miroir des conceptions physiques de Peletier79. Comme pour Leonardo, elle est l’« Élément moteur par excellence », « l’agent de grandes transformations de la morphologie terrestre »80 :

  • 81 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 453-456.

On voit les Rocz neantmoins qui se rompent,
Et par le tems se sechent et corrompent :
Ce qu’en un lieu la Nature defait,
De mesme suite ailleurs elle refait81.

  • 82 Ibid., liv. III, v. 130-134.

Et se venant tout ensemble confondre
Cete eau du Ciel, les rompoit par morceaus,
Et tout aval les portoit à monceaus.
Dont telement les terres en soufrirent,
Que par dessouz nouveaus conduiz s’ouvrirent82.

  • 83 Leonardo da Vinci, Carnets, Paris, 1992, I, p. 325-331.
  • 84 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 130-134.
  • 85 Voir par exemple l’éboulement dans J. Peletier, La Savoye, liv. I, v. 460 sq.

23Sa position est ambivalente : l’eau féconde la terre, mais, comme Leonardo dans ses notes83, le poète est également fasciné par sa puissance qui ravage la matière84, qui brise les montagnes et les déplace85. Il évoque, avec acharnement, par hyperboles et amplifications, tous les détails de son action dévastatrice qui semble répondre à la violence des hommes :

  • 86 Ibid., v. 485-496.

Les fortes Eaus, qui leurs courses alongent,
De jour en jour les Mons cavent et rongent :
Qui contreindront, à force de miner,
Le grand amas en fin de ruiner.
Que dirai plus ? les Montagnes n’echapent
L’effort cruel des hommes qui les sapent,
Pour arracher l’or au ventre caché,
Avec le fer, qui en fut arraché.
Et les Métaux, qui es mines demeurent,
Sont bons témoins des Rochers qui se meurent :
Dont le terrestre au long tems se mang’ant,
En autre corps plus fin se va chang’ant86.

24« Le macrocosme a ses convulsions », et l’Ulysse déçu, en bon médecin, en enregistre les symptômes. Il se confronte au chaos et ressasse visions et peurs des catastrophes imminentes ou passées, qui sont les blessures de la montagne – le thème de la blessure et des maladies, comme la peste, est obsédant. Le poète a dans les yeux le carnage, il cherche la paix dans les montagnes et il n’évite pas le pathos :

  • 87 Ibid., v. 189-194.

Furent raviz de ces ondes hideuses
Pères, enfants, et les mères piteuses.
Qui sur les ais des planchers abouché,
Qui sur le dos d’une poútre affourché :
Qui empongnoit un arbre en quelque sorte,
Mais l’arbre et tout, l’eau furieuse emporte87.

IV. — La Savoye heureuse : le livre vert

  • 88 Ibid., v. 30. Voir aussi ibid., v. 27-32 : « Une eau sans air, tousjours va haut tendant : / Ayant (...)

25Toutefois, la vision de Peletier fécondante de l’eau, matrice, « giron » de la terre88, va s’épanouir dans le livre II, le livre vert de la Savoye qui chante la « Savoie eureuse », une sorte de jardin des Alpes où le poète de l’eau devient le poète de ce « monde petit », miroir de la variété de l’univers où la neige laisse la place au vert des prairies :

  • 89 Ibid., liv. II, 497-500.

Ainsi Savoye est eureuse par elle,
En son assiete et force naturelle :
Eureuse ell’ est, pour les divers espriz,
Qui dedans elle ont origine pris89.

  • 90 Sur les positions religieuses de Peletier et sur ses rapports avec Bèze, voir Natalie Zemon Davis, (...)
  • 91 Sur ce corpus suisse, voir W. A. B. Coolidge, Josias Simler…, et la belle étude de M. M. Fontaine, (...)
  • 92 Voir Strabon qui dresse la liste des « éléments qui naissent des Alpes ».
  • 93 Conrad Gesner, De raris et admirandis herbis […], Zurich, A. et J. Gesner, 1555 [Conradi Gesneri me (...)
  • 94 C. Gesner, De raris et admirandis herbis […], Lyon, Roville, 1555.
  • 95 L’auteur de l’Historia animalium (1551-1589) et des Icones animalium publia aussi une Historia et i (...)
  • 96 Voir A. Serrai, Conrad Gesner…, p. 273.
  • 97 Sur les sources de Simler, notamment sur l’emploi de Gesner, voir W. A. B. Coolidge, Josias Simler(...)
  • 98 Voir Georgius Agricola, De re metallica, Bâle, H. Froben, 1556 ; et id., Bermannus : le mineur : un (...)
  • 99 M. M. Fontaine, « Une sauvagerie très humaine… », p. 269.
  • 100 Lire à ce propos l’importante Epistola ad Jacobum Avienum de montium admiratione, ibid., p. 278 sq. (...)

26Mais si Peletier, pour des raisons de prudence, se défend à plusieurs reprises d’avoir visité la Suisse et fréquenté les dangereux Genevois90, l’influence sur son œuvre des cosmographes, des théoriciens suisses de la montagne, médecins et zoologues, apothicaires et cartographes – Gesner, Simler, Aretius, J. Stumpf, Tschudi, Rhellicanus, etc.91 – est indéniable, surtout dans ce second livre traitant des « éléments qui naissent des Alpes »92 : plantes, animaux, arbres fruitiers, minéraux, pierres précieuses, sans oublier la chasse et les fromages. Ces longues énumérations doivent beaucoup aux immenses travaux de Conrad Gesner, auteur du De montium admiratione 93, imprimé avec un traité sur les fromages, le Libellus de lacte et operibus lactariis, mais aussi au De raris et admirandis herbis 94 (qui contient la description, par Jean du Choul, de son ascension au mont Pilate), et du De rerum fossilium, lapidum et gemmarum maxime, figuris et similitudinibus liber, mille pages consacrées aux minéraux, aux pierres et aux métaux qui se trouvent enfouis sous la terre ou qui se forment dans les organismes vivants (ambre, pierres, etc.)95. Des ouvrages qui, associés aux Epistolæ medicinales et aux autres œuvres de médecine et de botanique de Gesner, sont probablement à l’origine du livre III de la Savoie consacré aux signes prodigieux et aux remèdes pharmaceutiques auxquels le grand médecin suisse dédia la plupart de son intense activité de recherche et d’expérimentation, jusqu’à sa mort en 156696. Gesner et les autres – Tschudi, soldat et auteur de la carte De prisca ac vera Alpiæ retiæ descriptio, Josias Simler et son Commentaire sur les Alpes 97, Rhellicanus – démontrent que la montagne n’est pas rude et hostile mais bénéfique : une splendide corne d’abondance riche en eaux, minéraux, plantes, animaux, laits, fromages, fleurs, belle comme le paradis terrestre. Gesner invite l’homme à observer avec les yeux du corps et de l’âme le spectacle de ce paradis terrestre, de ces îles de beauté. La montagne est évidemment, pour ces savants réformés – sauf Tschudi –, un lieu de beauté non encore contaminée, de mœurs pures, en opposition à la nouvelle Babylone. Il est émouvant de voir ces hommes, qui étudient méthodiquement plantes et minéraux98, s’arrêter sur les émotions que la montagne éveille en eux : chaleurs, sensations de bonheur, de silence, délices, fraîcheur, lumières et ombres de la montagne enchantée sont évoqués avec une sorte de voluptas. Des lectures qui montrent intacte la beauté et la richesse, mais aussi la confiance de l’homme dans son rôle actif, dans son rapport direct avec la divinité. Marie Madeleine Fontaine, dans sa précieuse étude, « Une sauvagerie très humaine… », souligne finement comment le lecteur retrouve, dans le « corpus suisse de la montagne enchantée »99, les bonheurs, les beautés, les sensations de délice et les peurs qui font de l’œuvre de Gesner une sorte de summa sur la montagne, un Grand Livre dans lequel cet homme de science au savoir encyclopédique a rêvé de colliger toutes les connaissances de l’époque. Des laitages aux théories sur le feu, l’eau, les plantes et les rochers, Gesner et ses collègues n’oublient aucun aspect de la montagne et allient à la science, à leur vaste culture d’humanistes, l’évocation des sensations heureuses qui font des montagnes « des jardins suspendus de Babylone » où l’homme peut éprouver plaisir et liberté100.

  • 101 Pour une synthèse de cette évolution, voir R. Gorris Camos, « Letteratura e montagna », dans Montag (...)
  • 102 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 385-420.
  • 103 Ibid., v. 290.

27Ces textes révèlent un rapport capital entre la montagne réelle et la montagne pensée, et marquent une étape importante vers la conception esthétique de la montagne des siècles suivants101. Ces vrais curieux se sont interrogés sur tout : sur la formation des montagnes, sur leur nature et sur leur continuel renouvellement ; le circuit des eaux courantes de surface et souterraines, avec une prédilection pour les lacs d’altitude à l’immobilité inquiétante, au niveau anormalement stable, la neige et les avalanches. Ils s’étonnent, dès qu’ils sont au plus haut, des mouvements rapides et désordonnés des nuages qui leur semblent s’enfuir dans tous les sens, étonnement que Peletier partage quand il décrit les effets optiques, les visions trompeuses de nos sens102. Les sommets enneigés se transforment, sous la plume du poète de l’Amour des amours, en monts-clochers à la « teste pointue », en « Montagne ondeuse »103, en « mont-Geant », en « monts-nuages » qui se dressent dans l’azur du ciel :

  • 104 Ibid., v. 385-396.

Or avient il que ces Alpes chenues
A l’œil lointein ont semblance de Nue :
Car un corps clair, de près a autre egard,
Que quand il est distant et à l’ecart :
Et les couleurs, qui semblent bien natives
En l’Arc du ciel, ne sont que putatives :
Les Nues mesme ont leur convexité
Par apparence, et non par verité.
Car l’air moyen, par la vigueur solaire
Gros ou sutil, et l’espace oculaire,
Rendent ce sens, qui voit, ou pense voir,
Sur tous les sens facile à decevoir104.

28Sur ce passage, Louis Terreaux écrit :

  • 105 Note inédite de Louis Terreaux, que je remercie pour sa générosité.

Du vers 385 au vers 420, Peletier expose comment notre vue est souvent trompée suivant l’état de l’air, gros, c’est-à-dire lourd, épais, brouillé ou subtil, c’est-à-dire léger et clair. Le passage pourrait être rapproché de l’Apologie de Raymond Sebond où, dans la dernière partie, Montaigne envisage les imperfections des sens « ausquels gist le plus grand fondement es preuve de nostre ignorance ». Mais Peletier n’envisage pas cette conclusion, il constate, c’est tout. Les exemples qu’il donne sont empruntés à la météorologie : les sommets enneigés ressemblent de loin à des nuages ; les couleurs de l’arc-en-ciel n’ont pas de réalité ; les nuages peuvent apparaître convexes mais ne le sont pas. Le soleil semble pâle ou rouge, grand ou petit ; en réalité il ne change pas lui-même d’état. La lune paraît blême, rouge, orangée : elle ne l’est pas en soi, seule l’éclipse est réelle. Ronsard la qualifie aussi de « hydeuse » (Hymnes des daimons, v. 227). Du Bartas dit que le teint de la lune est alors « souillé » (Sepmaine, IV jour, v. 697). Sur la valeur des couleurs de la lune comparer avec Baïf, Le premier des météores : « Par elle le paisant (paysan), quand son Croissant éclere, / Cognoist pour tout le mois quel tems c’est qu’il doit faire : / S’il est rouge, le vent : s’il est blesme, de l’eau : / S’il est clair argenté, le tems serein et beau ». L’énumération de Peletier n’est pas aussi précise. Voir Virgile, Géorgiques, I, 424-437 et Pline, Histoire naturelle, XVIII, chap. xxxv (Du Pinet) : la lune « belle et claire » annonce le beau temps ; « rouge ou rousse », le vent ; « estent noire quand elle se leve », la pluie. Pour finir, nous apprenons que les sommets permettent d’observer « l’état auquel l’air se dispose », c’est-à-dire de prévoir le temps. L’air vapoureux se solidifie (« se congele »), mais là encore on peut se tromper. Il convient donc de juger « de près comme on le fait de loin » : la nuée est parfois comme une vapeur proche de la rosée. Et quand le nuage a atteint épaisseur, ou bien il se transforme en pluie, ou bien il se vaporise selon sa charge en humidité. Mais Peletier n’a pas l’explication scientifique105.

  • 106 Pour les passages sur l’avalanche, voir W. A. B. Coolidge, Josias Simler…, p. 106-107, 140.

29Ils découvrent rhododendrons, centaurées, anémones, gentianes ; ils croisent chamois, jalabres et marmottes, qu’ils décrivent dans leurs lettres et traités. C’est l’univers entier qui provoque leur admiration. C’est l’univers que Peletier fait résonner, par sa poésie sonore, dans les vers de La Savoye, summa du savoir ancien et moderne sur les montagnes, mais aussi abrégé du cosmos à travers lequel il évoque la Nature entière, ses lumières et ses ombres. Au récit en prose latine de l’avalanche de Stumpf, de Gesner et de Simler106, Peletier ajoute et fait retentir le son, il l’amplifie, pour dire l’horreur du « son hideus et horrible » et du « souflement terrible » de l’immense boule de neige :

  • 107 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 371-384.

Cete Lavanche au choir se vient ouvrir
Au heurt des rocz, et tout le val couvrir :
Ou (qui la foy de l’ouye surmonte)
Ce fais massif venu aval, remonte
Contre le Mont opposite estendu,
Prèsqu’aussi haut qu’il estoit descendu.
N’a t’on pas vu cete boule massive
Se rebondir d’une force excessive
Vers l’autre Mont ? Et avoir acrasez
Les vilag’ois es hauz lieus accasez ?
Et si le son est hideus et horrible,
Le souflement est bien aussi terrible,
Quand les tronsons des gros Sapins branchuz
Deracinez, du seul vent en sont chuz107.

30Sur ce passage, Louis Terreaux écrit :

  • 108 Note inédite communiquée par Louis Terreaux.

Cette description de l’avalanche est un des morceaux à effet de La Savoye. Par le mouvement de la phrase, le choix des mots, les sonorités, Peletier réussit à décrire avec justesse le phénomène de l’avalanche et à en traduire l’honneur. […] On pourrait penser que l’image de la boule et la remontée de l’avalanche relèvent de l’invention du poète. Il n’en est rien. Les spécialistes distinguent deux sortes d’avalanche : celle de neige humide et lourde qui glisse le long de la pente, et celle qui est faite de neige poudreuse. Celle-ci est plus spectaculaire. C’est elle que décrit Peletier. Elle affecte la forme d’un nuage qui peut atteindre 100 m de hauteur ; l’écrivain dit une « boule ». […] Enfin Peletier n’est pas sans noter le souffle formidable provoqué par une avalanche. Si le « son » est horrible, le souffle est « terrible » lui aussi, puisqu’il déracine de gros sapins qui se trouvent dans le voisinage de la coulée. Notons qu’il y a une étude détaillé de l’avalanche dans Josias Simler, Commentarius de Alpibus (1574), chap. xiv, paru en 1574108.

  • 109 J.-C. Monferran, « “Declique un cliquetis”… », p. 54.

31Dans cette tentative descriptive, Peletier utilise un procédé sonore qui cherche à rendre sa voix à la « Nature grande » qu’il invoque si souvent. « On peut donc [comme l’écrit Jean-Charles Monferran] aller jusqu’à dire que le primat accordé au sonore, que le goût pour l’“harmonie imitative”, relève du genre de poésie privilégiée par Peletier »109.

V. — « Un rare signe, fait quelque rare effet » : le livre noir ou l’écriture de l’abîme

  • 110 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 289 : « Montagne ondeuse ».
  • 111 Ibid., v. 282.

32Si déjà dans le livre I l’image de l’eau et de la nature s’assombrissait au fur et à mesure que l’on pénétrait dans le clos des hautes montagnes, la nature devient toujours moins rassurante et assume des formes inquiétantes, fuyantes, comme si la mer ou l’océan pénétraient dans les creux profonds des montagnes, comme si ces formes « ondeuses »110, « ces bruyantes ondées »111 emportaient avec fracas les rochers, « les Mons espais », « Bournes, rampars, Nature et sa police », mais aussi les vaines certitudes des hommes. Le poète se fait l’écho de l’Inferno de Dante :

  • 112 Dante, Inferno, XVI, v. 1-3.

Già era in loco onde s’udia ‘l rimbombo
De l’acqua che cadea ne l’altro giro,
Simile a quel che l’arnie fanno rombo […]112.

  • 113 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 297.
  • 114 Sur la littérature des signes célestes, voir Jean Céard, La nature et les prodiges : l’insolite au (...)

33Le « deluge afreux, epouvantable »113 et les autres catastrophes sont l’image de l’angoisse qui nous pousse avant, mais qui parfois nous paralyse et nous fait poursuivre la fuite ou nous fait nous réfugier dans le silence. La Savoie est le règne des ascensions de l’esprit, de l’harmonie cosmique et imitative des vers, mais on est loin de l’Arcadie : le serpent est dans la bergerie. Après la « Savoie heureuse », le livre noir, le livre des astres et des désastres, nous ramène à l’angoisse bien connue des signes célestes114, signes de mort et de disgrâce, prophètes de malheur :

  • 115 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 57-60.

N’est disgrace ancores avenue,
Qui n’ait eté d’un signe prevenue,
Si avisé fút l’esprit humein115.

  • 116 Le poète imite à plusieurs reprises dans ce livre Homère et Virgile.
  • 117 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 94.
  • 118 Ibid., v. 62, 66.

34Ce livre est un catalogue effrayant de « signes monstrueus », de « signes funestes » émaillant le ciel116, ébranlé par des vents « pleins de présages »117, d’orages118 évoqués par des vers à l’allure et à la ferveur épiques, violents comme une tempête de l’Odyssée.

  • 119 Sur les entrées des ducs de Nemours à Annecy, voir L. Terreaux, « Jacques Peletier et la Savoie », (...)
  • 120 G. Le Fèvre de la Boderie, Cantique sur la nouvelle estoille, ou apparence lumineuse qui s’est mons (...)
  • 121 Guy fait l’éloge de Gemma dans sa Galliade, I, v. 1859-1860. Sur les rapports entre Guy Le Fèvre et (...)
  • 122 Corneille Gemma, De naturae divinis characterismis ; seu Raris et admirandis spectaculis in Univers (...)
  • 123 Ibid., fol. 133. Théodore de Bèze avait déjà comparé la nova de 1572 à l’étoile de Bethléem dans un (...)
  • 124 Voir M. A. Granada, « Calculos cronologicos… », p. 411 ; J.-F. Maillard, « Postel et ses disciples (...)
  • 125 Voir J. Céard, La nature et les prodiges…, p. 365-373.

35Alors que pour Guy l’étoile de 1572, qui va paraître quelques mois après la fin de la rédaction de La Savoye – si l’on considère que l’un des derniers événements évoqués par le poète est l’entrée des Nemours-Savoie qui eut lieu en juin 1571119 –, dans son Cantique sur la nouvelle estoille, ou apparence lumineuse qui s’est monstrée au ciel depuis l’onze ou douzieme de novembre 1572, jusques à present 20. de Janvier 1574. Lequel cantique fut lu et presenté à tres-haut et tres-puissant prince monseigneur le duc d’Allençon fils et frere de roy, au Chasteau du Louvre à Paris 120, soit 416 vers dédiés à « l’astre nouveau qui redore le monde » et issus des spéculations de son maître « esleu » Postel et de Corneille Gemma121, concentre tous ses espoirs en une renovatio. Comme l’étoile de Bethléem annonçait la naissance du Christ, de même cette étoile, « corpus totus metaphysicon, ac supra naturam »122, révèle, selon Guy, le retour du Christ en nous, le Christ qui transforme la nuit en lumière – « noctem que hanc obscurissimam luce laetissima commutabit »123. Gemma marque d’ailleurs l’entrée des Sybillina oracula – traduits et publiés par S. Castellion, à Bâle, en 1546 ; la deuxième édition parut, toujours à Bâle, en 1555, avec le texte grec de Xystus Betuleius, qui l’avait publié à part en 1545 – dans la littérature des « novedades celestes »124. Une renovatio qui ne va pas avoir lieu, toutefois, sans crise et sans drame, et sans que les hommes ne comprennent que les péchés qu’ils ont commis par orgueil, comme les anges jadis, ont détruit à jamais l’harmonie du monde, la perfection première, et créé une sorte de désordre, de maladie du monde, de corruption, dont les signes évidents sont ces prodiges qui apparaissent avec fréquence125 :

  • 126 C. Gemma, De naturae divinis…, liv. I, 81.

Sed ex natura angelica superbiae scelus, ceu coniuratione in Deum facta, tandem ad homines dimanavit : unde solutus ilicet ordo ille pulcherrimus inter Deum, Angelos, stellas, et orbem sublunarem, universi faciem ornamenti parte praecipua spoliavit126.

  • 127 Ibid. : « Illa etenim chuseiè seiras si per delicta mortalium non ante convulsa tanquam abruptis an (...)
  • 128 Voir J. Céard, La nature et les prodiges…, p. 387, et les nombreuses références dans les œuvres de (...)
  • 129 C. Gemma, De naturae divinis…, liv. I, 75. Sur le débat théologique à l’intérieur de la faculté de (...)

36Le crime d’orgueil « angélique » a contaminé les hommes et provoqué la dissolution de l’ordre qui régnait dans toute sa perfection entre Dieu, les anges, les étoiles et l’orbe sublunaire. La « chaîne d’or » qui reliait les différentes parties du macrocosme s’est brisée127, le désordre et la maladie se sont instaurés dans le monde. Or, ces théories de Gemma – fidèle lecteur de Fracastor, Fernel, Cardan, Lemnius, Pomponazzi, Peucer et des néoplatoniciens (Psellos, Ficin, Charpentier)128, qui ne cache pas sa fascination pour les prodiges, pour tout ce qui sort de l’ordinaire –, sont bien probablement l’écho des débats théologiques de l’université de Louvain où plotinisme, augustinisme, néostoïcisme et platonisme christianisé s’allient pour souligner que les péchés de l’homme, sa nature vicieuse et corruptible, ont contaminé la matière du monde ; la société est troublée, comme une nouvelle Babel, par les guerres de religion, les schismes et la naissance de sectes nouvelles129.

  • 130 Gemma Frisius, Arithmeticæ praticæ methodus facilis per Gemmam Frisium, medicum ac mathematicii, ia (...)
  • 131 Voir J. Peletier, Commentarii tres : de dimensione circuli, de contactu linearum commentarium, de c (...)
  • 132 Voir S. Arnaud, « Les fictions astrales… » : la grandeur de l’astrologie réside pour lui dans la ca (...)
  • 133 Voir E. Casali, Le spie del cielo

37Ce livre noir émaillé de la lumière des étoiles est donc l’occasion pour Peletier de conjuguer toute sa science des astres, qui constitue pour lui qui publie, dès 1545, des annotations à l’Arithmeticæ praticæ methodus de Gemma Frisius130, la clef de voûte du savoir, le but final de l’être humain. La science des astres et son caractère conjectural131 répondent parfaitement à sa conception de la recherche scientifique. Sourd aux objections de Pic et des autres et aux querelles des astrologues132, Peletier intègre cette science à la philosophie naturelle agissant sur les éléments, les tempéraments humoraux mais aussi les actions humaines133. Déjà en 1547 il attaque « ceulx qui blament les mathematiques », car l’astrologie est pour lui la science de la mesure par excellence, dont il évoque, dans son De constitutione horoscopi, l’extrême beauté. Toutefois, même s’il l’approuve en tant que science « mathématique » dans La suite de la science, Peletier semble douter des capacités de l’homme à en interpréter les signes et les secrets :

  • 134 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 295.

Dans le Ciel spacieus sont les signes certeins
De ce qu’on fait ça bas : Mes ilz sont si hauteins,
Que l’Homme insufisant de ces secrez intimes,
S’et rangè a ceus la des Sustances infimes134.

38Il reste qu’un éloge final de l’astrologie achève les Louanges de la science :

  • 135 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 302.

Il n’est rien si propre à l’Homme, ne si dous,
Que d’aprandre et savoir : et le plus beau de tous,
Est aussi le plus haut : l’Astrologie est cele,
Prevoyant l’avenir, qui tout savoer excele :
E est cete excelance, einsi qu’un but final
De tous les autres Ars, le trofee e sinal :
Tel que l’Ame bien née, et hautement ravie,
Ne peut rien de plus grans aquerir an la vie135.

  • 136 L. Terreaux, « La Savoye de Jacques Peletier : à propos du Tiers livre », dans Studi di storia dell (...)
  • 137 J. Peletier, Oratio Pictavii…, fol. 297.

39Peletier, dans La Savoye, à la fin du livre II, se met en scène, comme dans un tableau flamand, en astronome contemplant, le 11 mars 1570, le ciel à midi (début du jour astronomique)136, et évoque et convoque toutes les planètes et les signes célestes pour « orner son poème » : « Sans ornements astronomiques, le poème ressemble à un corps sans vetements convenables ou à un jardin sans le moindre agrément »137. Il veut aussi dire tout son ébranlement, ses peurs et ses angoisses (« en malaise »), ses « fantasmes » que la « saison mauvaise » (non pas l’hiver, ainsi qu’on l’a écrit, mais les temps de guerre) lui inspirent :

  • 138 Il fait allusion au massacre de Wassy (mars 1562).
  • 139 Voir L. Terreaux, « La Savoye de Jacques Peletier… », p. 209 : « Ce passage indique les angles que (...)
  • 140 J. Peletier, La Savoye…, liv. II, v. 685-704. Le Soleil était repassé cinquante-deux fois dans le s (...)

Huit ans entiers des grans troubles Galliques138,
L’an que le Monde en tumultes belliques
Tout s’emouvoit, quand le froit hibernal
Passoit de loin l’Equinocce vernal
Chantoit ses vers, Peletier, en malaise,
Se revanchant de la saison mauvaise,
A contempler le Naturel decours,
Les faitz divins, et les humeins discours.
La livre avoit Saturne au lieu vintiéme139,
Et l’Eschanson, Juppiter au neuvième :
Le Dieu guerrier les vintehuit tenoit
Dans le Lion, et arrière venoit.
La Ciprienne avoit pris pour sa place,
En ses Poissons le quatorzième espace :
Dans le Mouton, des Dieus le messager
Au dixhuitiéme etoit lors passager :
En son Toreau élévée la Lune,
Avoit atteint l’ assiete vinteune,
Quand mon Soleil avoit fait par ses cours,
En son Mouton cinquante et deus retours140.

  • 141 Il est intéressant de remarquer que la paix de Saint-Germain – « droit sur le temps de cete tierce (...)
  • 142 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 17-20 : « Si vous pouvez d’ une si grand’ victoire, / Signeur (...)

40L’année 1570, en août, montrait une situation astrologique favorable à la paix141 : Mars étant en detrimentum à 23° 29’ Balance, regardait Stilbon-Mercure (qui était à 15° 41’) en formant avec lui un angle de 60° environ, aspect sextile, bénéfique, d’où la paix de Saint-Germain ; mais quand Saturne et Mars se retrouvent en Scorpion, le poète, après avoir évoqué la bataille de Lépante142, replonge dans son pessimisme :

  • 143 Ibid., v. 21-24.

Mais n’estant l’eur pareil en Mer et terre,
Preparez vous aus nouveaus faiz de guerre,
Lors que viendra l’animal veneneus [Scorpion]
Avec Phenon prendre ce Dieu heineus143.

  • 144 Louis Terreaux parle d’« obsession des signes prémonitoires » ; voir L. Terreaux, « La Savoye de Ja (...)
  • 145 Il évoque, ibid., à partir du v. 222, le tremblement de terre qui eut lieu à Ferrare. Sur les théor (...)
  • 146 Ibid., v. 115-116 : « Et que des Mons les eschafaus hauteins / Fussent Theatre aus spectateurs loin (...)
  • 147 La Savoie devient ainsi une sorte de théâtre de la ruine du monde. Sur la Nature comme lieu théâtra (...)
  • 148 J. Peletier, La Savoye…, liv. III :
    — v. 117 sq. : 21 novembre 1570, la situation astronomique anno (...)

41Le ton devient apocalyptique, les signes de disgrâce se multiplient144, et la Savoie est blessée, violée, bouleversée, par les plus terribles événements – la tempête du lac de Nantua et du lac de Silans, orages, crues de l’Arve et du Rhône, feux ardents, tremblements de terre145, éclairs orageux, feux sortant de terre – qui transforment le jardin des Alpes en un triste échafaud146 où règne un silence de mort147. Le poète-astrologue multiplie les horoscopes des catastrophes qui ébranlent la Savoie heureuse et la transforment en désert glacial. Le calendrier astrologique enregistre les dates-échelons (du 21 novembre 1570 au 21 juin 1572) de cette marche vers le désastre, dans l’attente, seul espoir, de la grande conjonction de 1583148. Les astres et leurs diverses configurations accèdent ainsi au statut de causes et déterminent des « efez » terribles et agissent sur ces phénomènes physiques :

  • 149 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 245-250.

Qui a tant pu causer d’humidité,
Etans les cinq es lieus d’aridité ?
Seroit ce point Juppiter, qui converse
Avec l’Enfant qui son Aiguiere verse ?
Et puis Saturne au Scorpion posé ?
Ou l’Orion au Soleil opposé149 ?

  • 150 J. Peletier, Commentarii tres […] De constitutione horoscopi…, fol. 51.
  • 151 Sur la théorie du Trigone, voir Julius Firminus Maternus, Mathesos liber, Venise, A. Manuce, 1499. (...)

42Le zodiaque « répand ses influx dans le monde inférieur et règle les cours des choses, tantôt par le naturel et la force innée des espèces, tantôt par leur mouvement et leur révolution : de fait au plus haut point par la position des astres et leurs diverses conjonctions »150. Les configurations astrales ou ces horoscopes de la tragédie illustrent cette physique qualitative. Le déluge d’eau dépend du Trigone aquatique (Poisson, Cancer, Scorpion)151 :

  • 152 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 251-254.

Seroit ce point le Trigone aquatique,
Qui veut ouvrer sa dernière pratique,
Ains que céder dedans douze ans exprès,
Au grand Trigone ardent, qui vient après152.

  • 153 Voir J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 355-390.

43Les astres sont donc susceptibles de déclencher des phénomènes physiques. La Savoye regorge de météores qui sont autant de « cas deplorables » : « glace horrible », « neiges importunes », débordements, feux ardents, révélant la valeur causale des configurations des astres qui les déterminent. Ces fléaux sont réintégrés à la chaîne logique et le poète, troublé pour avoir trop « révélé » (peste, sorcellerie…), achève sur une prière à Dieu pour qu’il lui « tienne la main » et le conduise dans un lieu de repos153. C’est par cette prière qu’il dépasse l’impasse. Il choisit la rhétorique du silence :

  • 154 Ibid., v. 347-354.

Mais aidez moi, ô Muses, à me taire,
Comme à parler, qui vous suis secretaire :
‟ Car l’eloquence, est en rien ne disant,
‟ Mieus meintefois, qu’en beaucoup devisant.
Noz survivans, oyans chose inaudite,
Estiméroint notre saison maudite,
Tant sont les cas de peu de foi pourvuz,
Si l’on ne croit à ceus qui les ont vuz154.

VI. — La pharmacie de Phébus : « à nouveaus maus, nouvelles medecines »

44Après l’évocation de l’entrée des ducs de Nemours du mois de juin, le poète astrologue laisse la place au poète-médecin qui connaît les secrets des simples :

  • 155 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 300.

Il seroet infini de dire les Vertuz,
Dont chaques Simples sont an Terre revetuz :
Qui la sante de l’Homme avancent, ou deleyent,
Et dont les sans Humeins s’annuient ou s’egueynt,
Tenant le tout des Cieus : Car ne le tenans pas,
Le haut se trouveroet inferieur au bas155.

  • 156 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 447-448.
  • 157 Pour L. Terreaux, « La Savoye de J. Peletier… », p. 207 : « le poème est divisé en deux parties app (...)
  • 158 Voir G. Ducourthial, « Pratiques magiques de la cueillette des plantes », dans Flore magique et ast (...)
  • 159 Ibid., p. 280-281.

45Cette « pharmacie de Phébus » « Qu’en ces hauz Mons, si noblement herbuz, / Qu’on les diroit boutiques de Phebus »156 n’est pas d’ailleurs sans un fort lien avec la première partie consacrée aux signes du ciel157. Le rapport entre l’astrologie et la botanique (on parle d’astrobotanique) est bien connu. En effet non seulement les astrologues étaient convaincus que la détermination du moment précis et du lieu pour la cueillette d’une plante était essentielle pour obtenir de ses propriétés la plus grande efficacité, mais ils croyaient que celle-ci dépendait aussi de la domination des planètes158. Les astrologues attribuaient, dans un système complexe et fascinant, à chaque planète des plantes ; à la Lune sont ainsi attribués l’aglaophanton, l’elenion, la lunaria, la paionia, la selenaria, le kunosbatos (rosa canina)159.

  • 160 C. Gesner, Historia plantarum et vires ex Dioscoride […], Bâle, R. Wynter, 1541 [HISTORIA PLAN-/TAR (...)
  • 161 C. Gesner, De raris et admirandis herbis
  • 162 C. Gesner, Historia plantarum…, fol. 92/214.
  • 163 Ibid., fol. 6 : « Aconitum ».
  • 164 C. Gesner, De raris et admirandis herbis…, fol. 18 : « Stellam terræ nonnulli herbam vocant, quæ vu (...)
  • 165 Ibid. : « […] in montibus humidis, in quibus multæ fontium venæ scaturiunt ».
  • 166 Ibid.
  • 167 Ibid. : « […] dissolvit incantationis, fugat dæmones ».
  • 168 Ibid. : « […] hoc vere est fumus venditare ». Ce sont les mêmes doutes que Grévin, autre protégé de (...)
  • 169 C. Gesner, De raris…, fol. 33 : « …mihi quidem in Sabaudiæ referta ».

46Peletier est, encore une fois, à l’écoute des grands savants suisses et notamment de Gesner, de son Historia plantarum 160 et de son De raris et admirandis herbis, publié pour la première fois à Zurich, en 1555, avec le récit de diverses ascensions au mont Pilate161. Il reprend beaucoup du grand savant suisse : enchaînements, comparaisons, fables et recettes. Par exemple, à propos du dictam / pouliot, Gesner évoque la même ressemblance entre les deux herbes162. Pour l’« aconiz », Gesner, souligne, comme Peletier, son emploi pour la chasse : « quibus ad venationem luporum utuntur infertæ siquidem, crudis carnibus et devoratæ, lupos enecant »163, et cite les mêmes bêtes que le poète de La Savoye. Mais au-delà de ces emprunts textuels, son Commentariolus sur l’herbe lunaire, où le médecin évoque « de aliis etiam rebus quæ in tenebris lucent », associe, comme Peletier dans le livre III de La Savoye, les signes du ciel et les plantes. Il consacre notamment la plupart de son traité sur les « choses qui brillent dans la nuit » à « l’étoile de la terre » et à toutes ses espèces164 ; il insère de longs passages tirés de manuscrits astrologiques grecs consacrés à la « lounaria » qui pousse sur les montagnes165, et vit en synchronisation avec la lune166. La pivoine, plante lunaire par excellence, non seulement brille dans la nuit comme une étoile perdue sur la terre, mais aussi chasse les spectres et les démons167 : l’homme de science, cependant, fait suivre aux théories des anciens ses doutes sur ces fables – il attaque les alchimistes, vendeurs de fumée168 – et s’appuie sur ses recherches en Suisse et en Savoie169, et sur celles des autres savants, comme Aldrovandi, ou Musa Brasavola, qui ont découvert les « vraies lunaires » : De Lunariis diversis ex recentioribus nobis incognitis.

  • 170 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 512 : « Ne sai pourquoi… ».

47Peletier170 reprend les doutes de Gesner, sa lunaria alpina est une « Lunaïre » qui doute, un peu mystérieuse mais qui a droit à un traitement plus long que celui des autres plantes qu’il invoque et convoque dans sa pharmacie de Phébus :

  • 171 Voir C. Gesner, Historia plantarum…, fol. 34, qui cite l’« herba gorissam, alii martagon » et la co (...)
  • 172 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 509-518.

Et la Lunaïre, à la feuille entrejointe,
Qui est grapue au plus pres de la pointe,
Belle pour vrei : les multiplicateurs,
Ne sai pourquoi, en sont grans amateurs :
Est-ce point celle (ou si l’auteur bruit erre,
Lui donnant nom ?) qui le cheval deferre
Passant dessus ? et, comme ancor’ le bruit
Accorde au nom, qui à la Lune luit ?
Et Martagon, entre les Liz nombrée171,
Des transmueurs ancor’ mieus celebrée172.

  • 173 Ibid., v. 594.
  • 174 Ibid., v. 626.
  • 175 Ibid., v. 637-648 : « Noz sens premiers l’alme Genie honorent, / Pour les beautez qui la terre colo (...)
  • 176 Voir aussi le « jardin médicinal » d'Antoine Mizauld dans les Phænomena, sive aeria ephemerides : o (...)

48Peletier herborise et nous le voyons chercher des simples, connus et inconnus, ces « Plantes Ancor’ sans nom », monter jusqu’aux alpages et s’enivrer du parfum des fleurs173, étudier les novedades terrestres, nouvellement trouvées174, les goûter175, les faire sécher et observer leurs effets, agir sans cacher sa difficulté à dire son hortum secretum, son jardin médicinal176 :

  • 177 L’angélique.
  • 178 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 554-562.

J’ai longuement par ces Mons recherchée
L’herbe à bon droit des expers tant preschée,
A qui de l’ange a été fait le nom177 :
Mais je ne sais s’elle s’y treuve, ou non :
Jure, le Mont, qui les Cantons confronte,
Nous en fournit une abondance promte.
Peust elle entiere autant se conserver,
Qu’ell’ peut de maus guerir et preserver :
Sa creuse tige, et sa rare sustance,
Contre le tems n’ont longue resistance178.

  • 179 Ibid., v. 563 : « L’herbe à bon droit des expers tant preschée, / A qui de l’ange a été fait le nom (...)

49Le poète, dans ces vers, est souvent hermétique179, comme Grévin dans son traité Des Venins s’amuse aux énigmes poétiques et choisit les herbes en fonction d’une sorte de poétique du nom, bien qu’il se défende de toute élégance :

  • 180 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 569-580.

Mais où me metz je, en chose si diffuse ?
Qui l’ornement du langage refuse ?
Là où peu sert l’oreille sans les yeus,
L’etude assez, mais l’epruve ancor’ mieus.
Par tout j’invoque, Apolon, ta puissance,
Pour de tes dons me faire jouissance :
Mais en ce lieu, tant ne veu m’amuser
A dire bien, qu’à bien faire et user :
Ici n’a grace un Vers suget au nombre,
Et des effetz il n’exprime qu’une ombre :
Fai moi ici plus ouvrer et savoir :
Ailleurs fai moi plus d’elegance avoir180.

50Les plantes après les démons : l’expérience le conforte et, après les visions troublantes du livre III, la « preuve » semble vouloir redonner confiance au savant, le consoler et le rassurer.

VII. — « Aristote a perdu son credit » ?

  • 181 Ibid., liv. III, v. 572 : « L’etude assez, mais l’epruve ancor’ mieus » ; v. 654-655 : « Et autres (...)
  • 182 A. Serrai, Conrad Gesner…, p. 25.
  • 183 Sur ces attaques aux théories aristotéliciennes sur l’immutabilité des cieux, voir Michel Lerner, T (...)
  • 184 Muñoz, Traicté du nouveau comete…, fol. 4.
  • 185 G. Le Fèvre de la Boderie, Cantique sur la nouvelle estoille…, v. 87.
  • 186 Ibid., v. 86.
  • 187 Ibid., v. 84-85. Pour une étude détaillée de ce sujet, voir R. Gorris-Camos, « La stella delle mara (...)
  • 188 « Crucis imaginem », C. Gemma, De naturæ divinis…, liv. II, 121 ; et G. Postel, De peregrina stella (...)
  • 189 Voir C. Gemma, De naturæ…, liv. II, 140.

51Si Peletier souligne donc l’importance de l’expérience, de la « vraye epreuve »181, comme son modèle suisse qui essayait sur lui-même les effets des herbes qu’il cueillait182, en même temps ces horizons qui s’élargissent, ces plantes nouvelles, l’inquiètent et le troublent. De la même façon, Guy n’hésite pas, dans son merveilleux Cantique sur la nouvelle estoille, à marcher sur les traces de Gemma et de Tycho Brahé et, plus tard, de Vigenère, et à mettre en doute l’autorité d’Aristote183. Il attaque, comme Muñoz qui, dans son Traicté du nouveau comete, avait mis en évidence avec netteté ce qu’il appelait « la debilité des raisons d’Aristote »184, la théorie aristotélicienne de l’immutabilité des cieux. L’argument est celui de la preuve par l’observation : comment, en effet, expliquer l’apparition de ce « feu prodigieux », si au ciel « rien ny croist, ny change ou diminue »185 ? « Aristote a perdu son credit »186, nous dit le poète : les instruments, « la preuve de l’œil », la « loy des diverses Apparences », tout prouve que cet astre, « grand et radieux », « est plus haut que la Circonference du Ciel lunaire »187. Mais comme Peletier, Guy est dans l’entre-deux : il reprend également, toujours dans son Cantique, et sans aucune hésitation, les visions de Gemma et de son maître « esleu » (Guillaume Postel), qui avaient vu, dans cet astre nouveau, ce « sydus novum », briller « l’image vray de la mystique Croix »188. Guy, influencé par les extraordinaires « hieroglyphes » que son ami Cornelius Gemma avait dessinés et publiés chez Plantin189, reprendra d’ailleurs cette image cruciforme dans sa série de sonnets visionnaires consacrés à la supernova de 1572, publiés dans ses Diverses meslanges poetiques de 1578.

 

52Courses des eaux, courses des astres, matière en mouvement, plantes nouvelles, étoiles nouvelles de la terre et du ciel, ces poèmes de la terre et du ciel sont le miroir, merveilleux et complexe, des inquiétudes de l’homme de science qui voit les conceptions scientifiques des anciens s’ébranler et « perdre leur crédit. » Les « plis et les bosses que l’eau dessine », les cataclysmes, les étoiles, les planètes, les simples deviennent les indices d’une activité de la matière prodigieuse qui inquiète, qui ébranle les sereines certitudes des hommes renaissants.

  • 190 Pétrarque, Familiarium rerum libri IV, I, éd. Michael Jakob et Maura Formica, Verbania, 1996 (Di mo (...)

53Si le vertige poétique de L’Encyclie s’annule dans le bruissement des ailes de l’ange, le Cantique sur le « Soleil de Paix », La Savoye s’achève sur une allusion intertextuelle à la plus célèbre des lettres des montagnes : « Et vont les hommes [écrit le poète du mont Ventoux dans une énumération, rythmée par l’anaphore “et”, qui recèle une sorte d’inventaire de l’univers] à admirer les monts très hauts et les grandes vagues de la mer et les longs cours des fleuves et l’immensité de l’Océan et les révolutions des astres mais ils délaissent eux-mêmes »190.

  • 191 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v 681-688.

Mais si l’aler et le voir, nous attise
“De veins obgetz tousjours la convoitise,
“Meilleur seroit du Berger le parti,
“Qui n’est jamais des Montagnes parti.
A tant par moi la Savoye chantée,
Apres l’avoir deus ans entiers hantée,
Et aiant vu cinquantecinq hyvers
Au Tems ailé je consacre mes ver191.

  • 192 Eschyle et Athénée citent ce mythe. Cette herbe servait, dit le Carmen de viribus herbarum, « pour (...)
  • 193 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, fol. 189 : « Anagrammatisme. À Nicolas Le Fevre de la Boder (...)
  • 194 Sur le langage des anges, voir Michel de Certeau, « Le parler angélique », dans id., Il parlare ang (...)

54Peletier savait-il que la plante de Kronos, l’aeizoon, l’« herbe d’eternité », assure la vie éternelle192 ? Mais, si « le Serafin nous guide au sommet de l’Eschelle [et] jusqu’à l’Eternel coule le Serafin »193, si l’Ange du grand conseil nous ouvre les portes du ciel, nous restons néanmoins « tout humains », enveloppés par ce voile de brume, cette « nuée » qui nous trouble et nous désespère. L’ange est passé, nous a frôlé de son aile, mais son langage demeure secret194, secret et brûlant comme la flamme sombre du Zohar. Il nous a pourtant dit qu’il faut se faire Verbum, être poietai, factores du Verbum, et qu’il y a un dire que nous ne sommes pas, un dire brûlant comme le Séraphin : celui du buisson, celui du secret.

Notes

1 Sur le studiolo de Leonello d’Este, voir Jaynie Anderson, « Il risveglio dell'interesse per le Muse nella Ferrara del Quattrocento », dans Le muse e il principe : arte di corte nel Rinascimento padano, Modène, 1991, t. II, p. 165-185 ; Roberto Bellucci et al., « Urania, Erato e le altre », ibid., p. 235-250 ; Musa pensosa : l’immagine dell’intellettuale nell’antichità, dir. Angelo Bottini, Milan, 2006 ; Walter F. Otto, Le muse e l’origine divina della parola e del canto, Rome, 2005.

2 Sur la nécessité d’ancrer le discours de la science dans une mise en scène fictionnelle, voir Jan Miernowski, « La poésie scientifique française à la Renaissance : littérature, savoir, altérité », dans What is Literature ? France 1100-1600, Lexington (Ky.), 1993, p. 85-99.

3 Sur la notion de secrétaire à la Renaissance, voir Il segretario è come un angelo : trattati, raccolte epistolari, vite paradigmatiche, ovvero come essere un buon segretario nel Rinascimento, dir. Rosanna Gorris Camos, Fasano, 2008.

4 Sur l’Uranie de Peletier et de La Boderie, voir R. Gorris Camos, « Urania o come insegnare i segreti del cosmo. “Urania polos docet et portenta polorum” (Guarino) », dans Elaborazioni poetiche e percorsi di genere : studi in onore di Dario Cecchettii, éd. M. Mastroianni, Alessandria, 2010, p. 445-478.

5 Isabelle Pantin, La poésie du ciel en France dans la seconde moitié du xvie siècle, Genève, 1995 (Travaux d’humanisme et Renaissance, 297), p. 201.

6 Guy Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie des secrets de l’eternité, Anvers, C. Plantin, 1571 [L’ENCYCLIE // DES SECRETS DE // L’ETERNITÉ. // A TRESHAULT ET TRES-//Illustre Prince Monseigneur le Duc // d’Allençon frere du Roy tres-chrestien // CHARLES neufiéme. // PAR GUY LE FEVRE DE // LA BODERIE // [marque typographique Compas d’or], // EN ANVERS, // De l’Imprimerie de Christofle Plantin, // Imprimeur du Roy catholique. // AVEC PRIVILEGE. (BNF, Rés. Ye 1052, ex. numérisé)]. Sur cet ouvrage, voir I. Pantin, La poésie du ciel…, passim ; R. Gorris Camos, « L’Encyclie des secrets de l’éternité ou les secrets d’Uranie », dans Les secrets : d’un principe philosophique à un genre littéraire [actes du colloque, Chicago, 2002], dir. Dominique de Courcelles, Paris, 2005, p. 297-336, et Sylviane Bokdam, « Un songe d’éclipse dans L’Encyclie des secrets de l’eternité », dans Esculape et Dionysos : mélanges en l’honneur de Jean Céard, dir. Jean Dupèbe et al., Genève, 2008 (Travaux d’humanisme et Renaissance, 439), p. 485-502.

7 Jacques Peletier, Le Parnase, dans L’amour des amours, éd. Jean-Charles Monferran, Paris, 1996, p. 113, v. 191-192.

8 Sur le concept postélien d’émithologie, voir François Secret, « L’émithologie de Guillaume Postel », dans Archivio di filosofia (umanesimo e esoterismo) [actes du colloque international, Oberhofen, 1960], Padoue, 1960, p. 381-437, et Jean-François Maillard, « “L’autre verité” : le discours émithologique chez les kabbalistes chrétiens de la Renaissance », dans Discours étymologiques [actes du colloque international, Bâle, 1988], dir. Jean-Pierre Chambon et Georges Lüdi, Tübingen, 1991, p. 1-19.

9 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, fol. 29.

10 Ibid., fol. 240.

11 Ibid., fol. 81.

12 Ibid.

13 Ibid., fol. 15.

14 J. Peletier, Le Parnase…, v. 185-192.

15 Ibid., v. 225-232.

16 Voir I. Pantin, La poésie du ciel…, passim, et ead., « Microcosme et “Amour volant” dans l’Amour des amours de Peletier du Mans », dans Nouvelle revue du xvie siècle, 1984, p. 43-54.

17 Sur Uranie, voir Platon, Le banquet, texte établi et trad. Paul Vicaire, Paris, 1992, 187d, où Eryximaque évoque l’amour honnête, l’amour céleste, l’amour de la muse Uranie ; Marsile Ficin, Commentaire sur le Banquet de Platon, trad. Marcel Raymond, Paris, 1978, Convivium, II, et id., Discours de l’honneste amour sur le Banquet de Platon […], Paris, J. Macé, 1578, II ; M. Raymond, L’influence de Ronsard sur la poésie française : 1550-1585, Genève, 1993, t. II, p. 267-268 ; et Guy Demerson, La mythologie classique dans l’œuvre lyrique de la « Pléiade », Genève, 1972, p. 421-22 et 441-443.

18 Pierre de Ronsard, Œuvres complètes, t. VII, éd. Paul Laumonier, Genève, 1934, p. 150.

19 Sur cette notion, voir Elide Casali, Le spie del cielo : oroscopi, lunari e almanacchi nell’Italia moderna, Turin, 2003 (Biblioteca Einaudi, 158).

20 J. Peletier, Le Parnase…, p. 117, v. 261-262.

21 Voir Les montagnes de l’esprit : imaginaire et histoire de la montagne à la Renaissance [actes du colloque international, Aoste, 2002], dir. R. Gorris Camos, Aoste, 2005.

22 Sur Marguerite de France, duchesse de Savoie, voir R. Gorris Camos, Marguerite de France, princesse des frontières : poésie, éthique et politique à la cour de la duchesse de Savoie, en préparation.

23 Platon, Le banquet…, 187d.

24 J. Peletier, La Savoye, Annecy, J. Bertrand, 1572 [La Savoye / DE JAQUES / PELETIER / DU MANS, / A Tresillustre Princesse Marguerite / de France, Duchesse de Savoye / et de Berry. / Moins et meilleur. / A ANECY, / Par Jaques Bertrand. / MDLXXII (BNF, Rés. Y 4684)].

25 La montagne est aussi caverne, qui cache dans son ventre minéraux, corps vivants, feux et pierres, lieu de mystérieuses transmutations aux connotations hermétiques. Chez Leonardo, fasciné par les entrailles de la Terre, la montagne est un symbole extraordinaire de la puissance de la nature, où se déchaînent les métamorphoses secrètes, archives de mouvements et de mutations (fossiles). Voir Paola Giacomoni, « Il grande corpo della madre terra », dans Montagna : arte, scienza, mito da Dürer a Warhol, dir. Gabriella Belli et al., Genève/Milan, 2003 ; Eugenio Pesci, La montagna del cosmo : per un’estetica del paesaggio alpino, Turin, 2000 (Tascabili, 4) ; Carlo Vecce, « Leonardo e le sue montagne », dans Les montagnes de l’esprit…, p. 89-105.

26 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 1-16.

27 Les données astrologiques qui se trouvent dans le texte de Peletier sont globalement compatibles avec les éphémérides de Stadius, fondées sur le système de Copernic, alors qu’elles sont incompatibles avec les éphémérides de Cyprien von Leowitz, Ephemeridum novum atque insignis opus ab anno Domini1556 usque in 1606 […], Ausbourg, P. Ulhart, 1557, fondées sur les tables alphonsines. Cependant, aucune des éditions des éphémérides de Stadius n’a été utilisée par Peletier, puisque la première de ces éditions, Ephemerides novae et exactae […] ad anno 1554 ad annum 1570 […], Cologne, A. Birckmann, 1556, ne couvre que les années 1554-1570, et pas les années suivantes, et que la deuxième de ces éditions, Ephemerides Leonnovthensis mathematici secundum Antwerpiae longitudinem, ab annno 1554 usque ad annum 1602, 2 t., Cologne, A. Birckmann, 1581, est trop tardive. Peletier a probablement utilisé une autre édition ou bien utilisé d’autres éphémérides, fondées sur le système de Copernic et les tables pruténiques ou bien il a dressé lui-même les horoscopes correspondant aux différents événements qu’il relate et il a utilisé pour ce faire les tables pruténiques.

28 Corrado Bologna, « Ascensioni dello spirito », dans Les montagnes de l’esprit…, p. 19-56, à la p. 33.

29 Il donne lui-même les dates de la genèse de son œuvre dans son texte. Voir les coordonnées astrologiques présentées par Peletier dans le livre III de La Savoye.

30 Voir R. Gorris Camos, « “Ses montz tres haultz haulsent notre desir” : Marguerite de Navarre, Peletier du Mans poètes de la montagne. Avec l’édition de l’épître Ses montz tres haultz haulsent nostre desir de Marguerite de Navarre (BNF, Ms. fr. 883, fol. 30-32) », dans Nature et paysage : l’émergence d’une nouvelle subjectivité à la Renaissance, dir. D. de Courcelles, Paris, 2007 (Études et rencontres de l’École des chartes, 24), p. 151-175.

31 J. Peletier, Oratio Pictavii in prælectiones mathematicas, Poitiers, 1579, p. 14.

32 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, « Epistre - Chant en forme d’epistre dedicatoire sur l’Encyclie des Secrets de l’Eternité à Tres-hault et tres-illustre Prince Monseigneur le duc d’Allençon frere du Roy Tres-chrestien Charles neufiesme », fol. 10-26.

33 Ibid., fol. 6.

34 Sur l’emploi des termes techniques, voir I. Pantin, « La Boderie et la preuve cosmologique : le poète ingénieur », dans ead., La poésie du ciel…, p. 94.

35 Voir sur le rêve, R. Gorris, « L’un guide Orfee : temi esoterici e cabbalistici nelle “Diverses Meslanges Poetiques” di Guy Le Fèvre de La Boderie », dans Le culture esoteriche nella letteratura francese, Fasano, 1989, p. 65-83, et S. Bokdam, « Un songe d’éclipse… ».

36 L’exemplaire de L’Encyclie ayant appartenu à Desportes est conservé à la Bibliothèque Mazarine sous la cote Rés. H 10860.

37 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, fol. 18-19.

38 Ibid., fol. 19.

39 Francesco Zorzi, L’harmonie du monde : divisée en trois cantiques, […] traduict et illustré par Guy Le Fèvre de La Boderie […], Paris, J. Macé, 1578, fol. 283.

40 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, fol. 14-15.

41 Ibid., fol. 22.

42 Guy distingue, de façon traditionnelle, les sept orbes des sept planètes puis le huitième ciel, le ciel des étoiles fixes affecté de deux mouvements, et le dernier ciel, l’Empirée. Il fait du Premier Mobile le dixième ciel : « Sous le premier Mobil les neuf Cieux vont tournant », et adopte la théorie des dix cieux ; voir Jean Pic de la Mirandole, Heptaplus, 841-842 ; F. Zorzi, L’harmonie du monde…, fol. 83 A ; Du Bartas, Sepmaine, II, 965-969. Les cieux sont 10, comme les 10 sephiroth. Voir F. Zorzi, L’harmonie du monde…, fol. a v : « Galgalim, les sferes celestes, ce que designe assez le mot Gligé, qu’il y adjouste incontinent, ce sont les annez. Et la raison pourquoy il les compare aux mains, n’est pas seulement pour regard du nombre dix, qui est commun tant aux doigts de la main, comme aux Cieux, mais aussi parce que toutes les appelle Aristote, aussi les œuvres, influences et effects de tout le monde univers sont attirez des sferes celestes ». Dans son poème, Sur la sphère des revolutions de Nicolas Copernic. Du latin de Corneille Gemma, il critique Copernic. Il assume toutefois une position critique envers Aristote après l’apparition de la nova de 1572. Voir G. Le Fèvre de la Boderie, Le cantique de la nouvelle estoile, Paris, 1574, éd., intr. et notes R. Gorris Camos, plus le traité retrouvé par R. Gorris Camos de Jean Gosselin, La declaration du comete ou estoille prodigieuse [Paris, 1572], Bruxelles, à paraître.

43 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 55.

44 Ibid., v. 17-24.

45 Ibid., v. 597-610 : « Arreste toi, pour plus digne revue : / Voire et combien que l’aies vue, ou non, / Va de tes yeus obeïr au renom. / Si tu l’as vue autrefois, c’est l’Aurore, / Qu’autant de fois qu’on la voit, on l’honore : / Si tu la vois or primes, c’est le fruit / Du long désir, qui surmonte le bruit. / Que si plus loin autre désir te pousse, / Comme de voir la couvoitise est dousse, / Bien, passe donq : mais porte tous tes sens, / Pour t’assurer au lieu où tu descens. / Sur toute chose en ta mémoire attache / Le ferme cueur de ce Prince d’Ithache ».

46 Voir J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges aveq quelques autres ecriz, dans Œuvres complètes, t. X, éd. S. Arnaud et al., dir. I. Pantin, Paris, 2005 (Textes de la Renaissance, 113), p. 224, v. 130.

47 J. Peletier, Louanges de la science, dans Œuvres poetiques intitulez Louanges…, liv. I, fol. 42.

48 Dante, Inferno, XXVI.

49 Dans le Purgatorio de Dante l'eau et les étoiles dominent et sont partout : ces deux mots reviennent comme un refrain.

50 Voir Sophie Arnaud, La voix de la nature dans l'œuvre de Jacques Peletier du Mans (1517-1582), Paris, 2005 (Bibliothèque littéraire de la Renaissance, 3-54), p. 157.

51 Voir sur ce silence, le livre III de La Savoye, v. 347-354 : « Mais aidez moi, ô Muses, à me taire, / Comme à parler, qui vous suis secrétaire : / Car l’éloquence, est en rien ne disant, / Mieus meintefois, qu’en beaucoup devisant. / Noz survivans, oyans chose inaudite, / Estiméroint notre saison maudite, / Tant sont les cas de peu de foi pourvuz, / Si l’on ne croit à ceus qui les ont vuz ».

52 Voir R. Gorris Camos, « Le Séraphin et la Sibylle », dans Les Muses secrètes : kabbale, alchimie et littérature à la Renaissance, dir. R. Gorris Camos, Genève, 2013, p. 96-150.

53 G. Le Fèvre de la Boderie, La Galliade…, I, v. 12-14 ; id., L’Encyclie…, fol. 81-82, 103-104, 116 et 306 ; id., Hymnes ecclésiastiques, Paris, R. le Mangnier, 1582, fol. 171v. Voir S. Arnaud, La voix de la nature…, p. 159.

54 J. Peletier, La suite de la science, dans Œuvres poetiques intitulez Louanges…, fol. 59.

55 Voir S. Arnaud, La voix de la nature…, p. 157 ; J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez louanges…, p. 213 ; Nicolas de Cues, De la docte ignorance [De docta ignorantia, 1440], trad., intr. et notes Jean-Claude Lagarrigue, Paris, 2010, II, 12 et III, 11. L’influence de Nicolas de Cues sur Peletier est traditionnellement admise par la critique. Voir Hans Staub, Le curieux désir : Scève et Peletier du Mans, poètes de la connaissance, Genève, 1967, p. 20.

56 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 213.

57 Ibid.

58 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 793-801.

59 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 213.

60 Aristote, Métaphysique, 982b, I, ii, 9.

61 Voir G. Le Fèvre de la Boderie, La Galliade, 1582, éd. François Roudaut, Paris, 1994, p. 163, n. 19.

62 Ibid., I, v. 23-24.

63 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 217.

64 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 25-32.

65 Voir Michel Jeanneret, « Eaux fortes », dans id., Perpetuum mobile : métamorphoses des corps et des œuvres de Vinci à Montaigne, Paris, 1997, p. 68.

66 Sur Montaigne et l’eau, voir Valerio Cordiner, « Le salut par les eaux : le rêve italien de Michel de Montaigne », dans Eau, acqua, eve : entre littérature, science et histoire, dir. R. Gorris Camos, Aoste, 2007, p. 25-45.

67 Voir Aristote, Météorologiques, 2 t., éd. et trad. Pierre Louis, Paris, 2002, I, xiii ; Pline, Histoire naturelle, éd., trad. et commentaires Jean Beaujeu, Paris, 2003 (1re éd. 1950), liv. II, 65 ; l’Ecclésiaste, I, 7.

68 Les théories de Peletier évoquent les conceptions hydrologiques de Josias Simler et de ses prédécesseurs suisses. Ce théologien et savant du canton de Zürich, dont le De Alpibus commentarius (1574) marque une date dans la connaissance des Alpes, dans le chapitre xvi, consacré à l’Hydrographie des Alpes, suit d’assez près Jules-César Scaliger, Exotericarum exercitationum liber quintus decimus : de subtilitate ad Hieronymum Cardanum. Simler s’inspire notamment de l’Exercitatio, XLVI ; voir William A. B. Coolidge, Josias Simler et les origines de l’alpinisme jusqu’en 1600, Grenoble, 1904 ; rééd. R. Godefroy, Grenoble, 1989, p. 222 : « Admirons donc l’œuvre du Dieu créateur, qui fait que sous la pression des couches supérieures les eaux du fond de la mer entrent dans les obscures profondeurs des montagnes, et jaillissent sur des crêtes élevées, après avoir perdu leur salure du cours de cette longue infiltration. C’est en vertu de ces principes que la nature produit sur les montagnes les plus élevées les sources, les fleuves et les lacs ; la fonte des neiges et les eaux pluviales les font croître et grossir d’une façon extraordinaire ». Alphonse Delbene, dans son Fragmentum descriptionis Sabaudiæ, a consacré de longs développements aux lacs du Bourget, d’Annecy, d’Aiguebelette, de Chevelu et Léman, mais ne fait pas allusion au grossissement des eaux. Du Bartas explique plus justement la formation des rivières par l’évaporation de l’eau des mers qui retombe sur la terre sous forme de pluie ; après avoir pénétré dans les « cavez boyaux », les boyaux creux de la terre, l’eau rejaillit des sources. Sur les conceptions de Du Bartas, voir Violaine Giacomotto-Charra, « Les visages de l’eau dans la Sepmaine de du Bartas », dans Equinoxes, t. 6, hiver 2005-2006.

69 Voir aussi Scève, Microcosme, éd. Bertrand Guégan, Paris, 1927, I, 87-88, p. 195 ; Sénèque, Questions naturelles, 2 t., éd. et trad. Paul Oltramare, Paris, 1972-1973 (1re éd. 1929), II, iv sq., et Aristote, Météorologiques…, II, ii, 355-620.

70 Sur l’émerveillement que les lacs suscitent chez les explorateurs des montagnes, voir W. A. B. Coolidge, Josias Simler…, p. 222 : « Ce qu’il faut le plus admirer dans le travail de la nature, c’est qu’il y a sur les plus hautes montagnes des lacs. Et que ces lacs ne sont pas constitués par les neiges ou les pluies, mais formés par des sources qui ne tarissent jamais ; et quoiqu’ils ne s’écoulent pas, mais se tiennent emprisonnés dans leur ceinture sans altérations et sans mouvement, cependant ils ne tarissent et ne diminuent jamais ». Gesner évoque, en 1555, le lac Pilate ; voir Marie Madeleine Fontaine, « Une sauvagerie très humaine : les montagnes de Conrad Gesner », dans Les montagnes de l’esprit…, p. 269-281, pièce annexe n. 15, p. 303, et surtout p. 310. Voir aussi ibid., p. 269-282, Vadianus qui, en 1522 déjà, décrit un lac inquiétant par son silence dans un creux marécageux et boisé, suspendu entre les sommets du mont Pilat, dans les Alpes du canton de Lucerne : « Ils sont en sueur quand ils parviennent enfin au bord du marécage. Là, la montagne semble se pencher vers ce lieu qui offre l’aspect d’un pâturage, formant une sorte de coupe aux bords immenses au-dessus de la vallée profonde. En son centre est suspendu un lac à peine recouvert de joncs et fermé tout près par une forêt effrayante et serrée ; et ce qui frappe d’une terreur religieuse celui qui y arrive, c’est le profond silence qui règne partout dans cette enceinte ».

71 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 63-93

72 Sur l’attention toute particulière accordée au matériau sonore et à l’« harmonie imitative » par Peletier, voir J.-C. Monferran, « “Declic un cliquetis” : la poésie sonore de Jacques Peletier du Mans », dans À haute voix : diction et prononciation aux xvie et xviie siècles [actes du colloque, Rennes, 1996], dir. Olivia Rosenthal, Paris, 1998 (Actes et colloques, 52).

73 Sur les théories macrocosmiques, voir Dudley B. Wilson, « The discovery of nature in the work of Jacques Peletier du Mans », dans Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. 16, 1954, p. 298-311, et Macrocosmo-microcosmo : scrivere e pensare il mondo nel Cinquecento tra Italia e Francia [actes du colloque international, Vérone, 2002], dir. R. Gorris Camos, Fasano, 2004.

74 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 313-320.

75 Voir V. Giacomotto-Charra, « Les visages de l’eau… », qui cite Platon, Timée 31c-32b, qui rend possible la coexistence entre les opposés et qui brise la tendance à la bipolarité du schéma des éléments. L’eau joue un rôle déterminant dans l’apparition des phénomènes météorologiques.

76 Voir J. Peletier, « La Pluye », dans L’amour des amours…, p. 130.

77 Voir R. Gorris Camos, Eau, acqua, eve…, p. 5-13.

78 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 241-248.

79 Voir J. Peletier, L’amour des amours…, p. 114 ; et S. Arnaud, La voix de la nature…, p. 82 et p. 150.

80 M. Jeanneret, Perpetuum mobile…, p. 72.

81 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 453-456.

82 Ibid., liv. III, v. 130-134.

83 Leonardo da Vinci, Carnets, Paris, 1992, I, p. 325-331.

84 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 130-134.

85 Voir par exemple l’éboulement dans J. Peletier, La Savoye, liv. I, v. 460 sq.

86 Ibid., v. 485-496.

87 Ibid., v. 189-194.

88 Ibid., v. 30. Voir aussi ibid., v. 27-32 : « Une eau sans air, tousjours va haut tendant : / Ayant pris l’air, tousjours va descendant : / Et court sans fin, tant qu’elle soit reçue / Au grant giron dont elle estoit issue : / Ainsi la Mer se vide et se remplit, / Et sa rondeur eternelle accomplit ».

89 Ibid., liv. II, 497-500.

90 Sur les positions religieuses de Peletier et sur ses rapports avec Bèze, voir Natalie Zemon Davis, « Peletier and Beza Part Company », dans Studies in the Renaissance, 1964, t. 11, p. 188-222 ; S. Arnaud, La voix de la nature…, p. 134-135. ; R. Gorris Camos, « “Le poète annonceur des secrets de Nature Universe” : Peletier du Mans e Guillaume Du Bartas poeti scientifici », dans A libro aperto : Rinascimento francese, dir. Anna Bettoni, à paraitre. La présence importante (onze éditions) des œuvres de Peletier parmi les livres des étudiants de la nation allemande de Padoue, est un signal qui pourrait révéler l’inclination religieuse de l’auteur. De même la publication, en 1572, par Josias Simler, dont les intérêts sont très proches de ceux de Peletier – il publie en 1559 un traité astronomique, De principiis astronomiæ libri duo, Zurich, Froschove, 1559, et il écrit la Vie de P. Martire Vermigli et de Gesner en 1566 –, d’un ouvrage de Bullinger, Adhortatio ad omnes in ecclesia Domini nostri Jesu Christi Verbi Dei ministros, ut contentiones mutuas deponant et hoc pravissimo et periculosissimo extremo seculo, solam veram in Christum fidem et vitæ emendationem simpliciter et unamini consensu mundo annuncient, Zurich, C. Froschove, 1572, est significative.

91 Sur ce corpus suisse, voir W. A. B. Coolidge, Josias Simler…, et la belle étude de M. M. Fontaine, « Une sauvagerie très humaine… », p. 269-281. Voir aussi L’invention du mont Blanc, éd. Philippe Joutard, Paris, 1985 ; E. Pesci, La montagna del cosmo…, p. 29 ; Giuseppe Garimoldi, Dall’orrido al sublime : la visione delle Alpi, Milan, 2002 ; Montagna : arte, scienza…, p. 82.

92 Voir Strabon qui dresse la liste des « éléments qui naissent des Alpes ».

93 Conrad Gesner, De raris et admirandis herbis […], Zurich, A. et J. Gesner, 1555 [Conradi Gesneri medici, de raris et admirandis herbis, quae sive quod noctu luceant, sive alias ob causas, lunariae nominantur, commentariolus et obiter de aliis etiam rebus quae in tenebris lucent ; ejusdem Descriptio montis Fracti, sive montis Pilati, juxta Lucernam in Helvetia. Jo. du Choul G. F. Lugdunensis, Pilati montis in Gallia descriptio. Jo. Rhellicani Stockhornias, qua Stockhornus mons altißimus in Bernensium Helvetiorum agro, versibus heroicis describitur, Tiguri, Andream Gesnerum F. et Jacobum Gesnerum fratres, 1555 (BNF, S 3491 et Rés. S 662 ; Gallica, NUMM-93851)]. Voir Alfredo Serrai, Conrad Gesner, éd. M. Cochetti, Rome, 1990 (avec une bibliographie de toutes ses œuvres par Marco Menato), p. 336. L’exemplaire conservé à la Biblioteca Angelica de Rome est annoté par Gesner en vue d’une future édition. Les textes sur la montagne que Gesner a réunis dans ce volume sont les suivants : a. C. Gesner, Lettre à Io. Chrysostomo Huoberus (Jean-Chrysostome Huber, médecin de Lucerne, qui a déjà fait l’ascension du mont Fractus ou Pilat), datée de Zurich, le 28 août 1555, p. 44 ; b. id., Ejusdem descriptio Montis Fracti, sive Montis Pilati, p. 45-60 ; c. Vadianus [ascension d’août 1518 au mont Fractus], p. 55-57, extrait des commentaires de son édition de Pomponius Mela ; d. Felix Malleolus de Zurich, Inter nobilem et rusticum dialogus, chap. xxxii (c. 1434 d’après Gesner), p. 60-62 ; e. C. Gesner, De cibis sive operibus lactariis quibus in monte refecti sumus, p. 62-63 ; f. id., De stirpibus diversis in eodem monte repertis, p. 63-66 ; g. id., De Morochtho lapide qui vel idem est cum illo quem jam descripsimus vel certé cognatus, et viribus iisdem, p. 66-67 ; h. Jean du Choul, Pylati Montis descriptio, p. 68-75 ; i. Johannes Rhellicanus (Johann Müller), Stockhornias, qua Stockhornus mons altissimus in Bernesium Helvetiorum agrorum versibus heroicis describitur [août 1536], p. 78-82 ; j. Hieronymi tragi de stirpium, 1552.

94 C. Gesner, De raris et admirandis herbis […], Lyon, Roville, 1555.

95 L’auteur de l’Historia animalium (1551-1589) et des Icones animalium publia aussi une Historia et interpretatio prodigii, quo cœlum ardere visum est per plurimas Germaniæ regiones […], ouvrage évoquant une aurore boréale qui, en 1561, trois jours après Noël, s’était montrée en Allemagne. Sur son intérêt pour les fossiles, voir infra.

96 Voir A. Serrai, Conrad Gesner…, p. 273.

97 Sur les sources de Simler, notamment sur l’emploi de Gesner, voir W. A. B. Coolidge, Josias Simler…, p. 135-147.

98 Voir Georgius Agricola, De re metallica, Bâle, H. Froben, 1556 ; et id., Bermannus : le mineur : un dialogue sur les mines, éd. Robert Halleux et Albert Yans, Paris, 1990.

99 M. M. Fontaine, « Une sauvagerie très humaine… », p. 269.

100 Lire à ce propos l’importante Epistola ad Jacobum Avienum de montium admiratione, ibid., p. 278 sq. Sur le texte de Gesner, voir W. A. B. Coolidge, Josias Simler…, « Appendices », n. 15.

101 Pour une synthèse de cette évolution, voir R. Gorris Camos, « Letteratura e montagna », dans Montagne d’Italia, Milan, 2002, p. 298-309.

102 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 385-420.

103 Ibid., v. 290.

104 Ibid., v. 385-396.

105 Note inédite de Louis Terreaux, que je remercie pour sa générosité.

106 Pour les passages sur l’avalanche, voir W. A. B. Coolidge, Josias Simler…, p. 106-107, 140.

107 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 371-384.

108 Note inédite communiquée par Louis Terreaux.

109 J.-C. Monferran, « “Declique un cliquetis”… », p. 54.

110 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 289 : « Montagne ondeuse ».

111 Ibid., v. 282.

112 Dante, Inferno, XVI, v. 1-3.

113 J. Peletier, La Savoye…, liv. I, v. 297.

114 Sur la littérature des signes célestes, voir Jean Céard, La nature et les prodiges : l’insolite au xvie siècle, Genève, 1996 ; I. Pantin, La poésie du ciel… ; Miguel Angel Granada, « Calculos cronologicos, novedades cosmologicas y espectativas escatologicas en la Europa del siglo xvi », dans Rinascimento : rivista dell’Istituto nazionale di studi sul Rinascimento, 2e série, t. 37, 1997, p. 357-435 ; E. Casali, Le spie del cielo… ; et O. Niccoli, Profeti e popolo nell’Italia del Rinascimento, Bari, 1987 (Biblioteca di cultura moderna, 947).

115 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 57-60.

116 Le poète imite à plusieurs reprises dans ce livre Homère et Virgile.

117 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 94.

118 Ibid., v. 62, 66.

119 Sur les entrées des ducs de Nemours à Annecy, voir L. Terreaux, « Jacques Peletier et la Savoie », dans Revue savoisienne, 1986, p. 99, et Sarah A. Stacey, Marc-Claude de Buttet (1529/31-1586), Paris, 2006, p. 139 sq. Un exemplaire de la plaquette de Du Buttet sur l’entrée de 1566 est conservé à l’Archivio di Stato di Torino, Biblioteca antica, I.VII.5 : SUR / LA VENUE DE / TRESILLUSTRE PRINCESSE / ANNED’ESTE / DUCHESSE DE NEMOURS / ET GENEVOIS / EN SA VILLE D’ANNESSI. / A CHAMBERI / DE L’IMPRIMERIE DE F. POMAR. In-4°, 5 fol. (non chiffrés) ; il s’agit de l’exemplaire offert par de Buttet à Pingon, comme en témoigne la note manuscrite : « Don de Marc Claude de Buttet autheur à son entier amy E. P. Pingon ». L’entrée que Peletier évoque a eu lieu fin juin 1571 : v. 391, « l’estival pointe », le solstice d’été. Sur le duc de Nemours, voir Matthew A. Vester, Jacques de Savoie-Nemours : l’apanage du Genevois au cœur de la puissance dynastique savoyarde au xvie siècle, Genève, 2008 (Cahiers d’humanisme et Renaissance, 85). Sur les années 1571-1576, voir id., « La demi-retraite de Jacques de Savoie, 1571-1576 », ibid., p. 236 sq. En février 1572 le couple fêta à Annecy le mariage de Mademoiselle de la Vernée, dame d’honneur d’Anne, avec « masques combatz e courre la bague » (Archivio di Stato di Torino, cote B. 99).

120 G. Le Fèvre de la Boderie, Cantique sur la nouvelle estoille, ou apparence lumineuse qui s’est monstrée au ciel depuis l’onze ou douzieme de novembre 1572 […] : Guy avait publié ce long poème dans sa traduction du traité de Muñoz, Traicté du nouveau comete, et du lieu ou ils se font […], Paris, M. le Jeune, 1574 [TRAICTE DU / NOUVEAU COMETE, ET DU LIEU / OU ILS SE FONT, ET COMME IL SE / verra par les Parallaxes combien ils sont loing / de la terre, et du Pronostic d’iceluy. / Composé premierement en Espagnol, par M. Hie-/ronyme Mugnoz, Professeur ordinaire de la lan-/gue Hebraïque et des Mathematiques, en l’uni-/versité de Valence. / Et depuis traduict en françoys par Guy le Fe-/vre de la Boderie. / Plus un Cantique sur ladicte Estoille ou Ap-/parence lumineuse. / A PARIS, / Chez Martin le Jeune, rue sainct Jean de La-/tran, à l’enseigne du Serpent. / M.D.LXXIIII. / AVEC PRIVILEGE. (BNF, V 47365 et V 21 090)]. Le Cantique se trouve aux fol. Lij-N, le poème est suivi de la traduction du Pseaulme 96 traduit selon l’Hébrieu et de deux sonnets sur l’astre nouveau. Deux autres sonnets sur le même sujet et dédiés « A Monsieur Desprez cappitaine des enfans de Paris » sont publiés, fol. Ai*. Le Cantique sera réédité dans les Hymnes ecclesiastiques de 1578, fol. 250v-258, avec des variantes importantes (suppression de la strophe 8 et ajout de deux strophes, après la strophe 9, ainsi que quelques variantes lexicales et de nombreuses variantes orthographiques). La « seconde édition par le commandement du roy » des Hymnes ecclesiastiques, publiée en 1582, toujours chez R. Le Mangnier, ne présente pas de variantes (sauf un pluriel).

121 Guy fait l’éloge de Gemma dans sa Galliade, I, v. 1859-1860. Sur les rapports entre Guy Le Fèvre et Gemma, voir F. Secret, « Cornelius Gemma et la prophétie de la Sibylle tiburtine », dans Revue d’histoire ecclesiastique, 1969, p. 423-431. Sur les milieux anversois fréquentés par Guy, voir R. Gorris Camos, « “Diverses Meslanges Poetiques” ou la composition des recueils poétiques de Guy Le Fèvre de La Boderie : du Compas d’or à la Vierge au luth », dans Le poète et son œuvre : de la composition à la publication [actes du colloque, Valenciennes, 1999], éd. Jean-Eudes Girot, Genève, 2003, p. 283-309.

122 Corneille Gemma, De naturae divinis characterismis ; seu Raris et admirandis spectaculis in Universo, Anvers, C. Plantin, 1575, liv. II, 129.

123 Ibid., fol. 133. Théodore de Bèze avait déjà comparé la nova de 1572 à l’étoile de Bethléem dans une épigramme publiée dans l’édition londonienne de Cyprian von Leowitcz, De conjunctionibus magnis […], Londres, T. Vautrollier, 1573 : « Quod si humane aliquid possunt praesciscere mentes, / talia scrutari nec mihi signa nefas, / Fallor ego, aut hic est parvam Davidis in urbem / duxit ab Eoo qui prius orbe Magos, / et qui nascenti pareluxit, nuntiat idem, / (euge) redux reducem rursum adesse deum ». Voir les perplexités de Tycho Brahé, Astronomiae instauratae progymnasmata […], Bohemiae, Pragae, 1602, II, 326, qui voit dans ces théories des fantaisies poétiques. Voir, sur les épigrammes de Bèze, M. A. Granada, « Calculos cronologicos… », p. 375, n. 47 ; et J. Céard, « Postel et l’“étoile nouvelle” de 1572 », dans Guillaume Postel, 1581-1981 [actes du colloque international, Avranches, 1981], dir. Guy Trédaniel, Paris, 1985, p. 352. Voir aussi Sheltco à Geveren, Of the end of this world, and second comming of Christ, a confortable and most necessarie discourse, for these miserable and dangerous daies, Londres, A. Maunsel, 1578, fol. 24 : « that Starre, which within these three yeeres shewed her selfe certaine monethes together, as the very messenger and warner of Gods commings to judgement: and the rather, because it seemed to be of the same nature and qualitie with that which foretolde the birth of Christ the King of the Jewes, unto the wise men ».

124 Voir M. A. Granada, « Calculos cronologicos… », p. 411 ; J.-F. Maillard, « Postel et ses disciples normands », dans Guillaume Postel…, p. 86, n. 33. Sur Cornelius Gemma, voir Cornelius Gemma : Cosmology, Medicine and Natural Philosophy in Renaissance Louvain, dir. Hiro Hirai, Pise, 2008.

125 Voir J. Céard, La nature et les prodiges…, p. 365-373.

126 C. Gemma, De naturae divinis…, liv. I, 81.

127 Ibid. : « Illa etenim chuseiè seiras si per delicta mortalium non ante convulsa tanquam abruptis ansulis disiluisset, suum quaeque servarent convenientem locum in universo, et praeter atuxiam omnem, postrema prioribus tam in effectuum, quam causarum genere consentirent ».

128 Voir J. Céard, La nature et les prodiges…, p. 387, et les nombreuses références dans les œuvres de Gemma.

129 C. Gemma, De naturae divinis…, liv. I, 75. Sur le débat théologique à l’intérieur de la faculté de Louvain, voir Tabitta van Nouhuys, The Age of Two-Faced Janus : the Comets of 1577 and 1618 and the Decline of the Aristotelian World View in the Netherlands, Leiden/Boston/Cologne, 1998, passim ; Edmond J. M. van Eijl, « Louvain’s Faculty of Theology during the 15th and 16th centuries », Louvain Studies, t. 5, printemps 1975, p. 219-233 ; Jacques Étienne, Spiritualisme érasmien etthéologiens louvainistes : un changement de problématique au début du xvie siècle, Louvain, 1956. Sur Robert Bellarmin à Louvain, voir Tommaso M. Biersack, « La conoscenza delle fonti protestanti nelle Lectiones Lovaniensis », dans Prospettiva della dottrina circa la predicazione e la grazia, RobertoBellarmino arcivescovo di Capua : teologo e pastore della Riforma cattolica [Actes des journées d’études, Capoue, 1988], Capoue, 1990, p. 159-187 ; Gustavo Galeota, Bellarmino contro Baio a Lovanio : studio e testo di un inedito bellarminiano [Sententiae D. Michaelis Baii a duobus pontificibus damnatae et a Roberto Bellarmino refutatae], Rome, 1966 ; M. Biersack, Initia Bellarminiana : diePradestinationslehre bei Robert Bellarmin S.I. bis zu Lowener Vorlesungen (1570-1576), Stuttgart, 1985 ; P. Godman, The Saint as Censor : R. Bellarmine between Inquisition and Index, Leiden/Boston/Cologne, 2000 ; et The Louvain Lectures of Bellarmine and the Autograph Copy of his 1616 Declaration to Galileo, éd. U. Baldini et G. V. Coyne, Cité du Vatican, 1984, passim. Guy séjourna à Louvain à plusieurs reprises ; voir ses poèmes dédiés à des professeurs de Louvain : « Aus Peres de la Societé de Jesus, à Louvain, Presage » ; « A Monsieur le Recteur d’icelle Societé au College de Louvain », c’est-à-dire au recteur Squipman, et un poème à Robert Bellarmin dans L’Encyclie…, fol. 254-255.

130 Gemma Frisius, Arithmeticæ praticæ methodus facilis per Gemmam Frisium, medicum ac mathematicii, iam recens ab ipso autore emendata, et amp ; multis in locis insigniter aucta, huc accesserunt Jacobus Peletarii Genomani annotationes, euisdem ite de fractionibus astronomicis compendium, et de cognocendis per memoriam calendis, idibus, nonis, festis mobilitii, et amp ; loco solis et amp ; luna in zodiaco, Paris, G. Richard, 1545. Voir I. Pantin, Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle : fascicule Cavellat, Marnef et Cavellat, Paris, 1986. Une traduction italienne par Orazio Toscanella a été publiée à Venise, Bariletto, 1567. La bibliothèque universitaire de Padoue possède plusieurs exemplaires des Annotationes, Paris, G. Cavellat, 1550, 1557 ; Cologne, M. Cholin, 1553, 1576 ; Paris, Marnef et veuve Cavellat, 1572 ; voir R. Gorris Camos, « “Le poète annonceur…” », et Irene Ruzzenente, Jacques Peletier du Mans (1517-1582), La Savoye : per un’edizione critica, Tesi di laurea specialistica, Facoltà di Lingue e Letterature Straniere dell’ Università degli Studi di Verona, 2007.

131 Voir J. Peletier, Commentarii tres : de dimensione circuli, de contactu linearum commentarium, de constitutione horoscopi commentarium, Bâle, J. Oporinum, 1563, « De constitutione horosocopi », « Praefatio », fol. 49 : « Nam et falsa hypothesis ad veri congnitionem ducit ». Sur « feindre » dans le sens de « représenter », Voir S. Arnaud, « Les fictions astrales de Jacques Peletier du Mans », dans Fiction du savoir à la Renaissance, 2004, p. 4, consultable en ligne (http://www.fabula.org/colloques/document99.php).

132 Voir S. Arnaud, « Les fictions astrales… » : la grandeur de l’astrologie réside pour lui dans la capacité que cette science possède de dépasser les polémiques.

133 Voir E. Casali, Le spie del cielo

134 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 295.

135 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 302.

136 L. Terreaux, « La Savoye de Jacques Peletier : à propos du Tiers livre », dans Studi di storia della civiltà letteraria francese : mélanges offerts à Lionello Sozzi, Paris, 1996 (Bibliothèque Franco Simone, 25), p. 204-239, à la p. 208 : « Peletier ne fait pas allusion au froid postérieur au point vernal, mais il expose la situation astronomique correspondant au 11 mars 1570, à midi, début du jour astronomique ».

137 J. Peletier, Oratio Pictavii…, fol. 297.

138 Il fait allusion au massacre de Wassy (mars 1562).

139 Voir L. Terreaux, « La Savoye de Jacques Peletier… », p. 209 : « Ce passage indique les angles que faisaient les planètes alors connues avec les différentes constellations du zodiaque et par rapport au centre de la terre : Saturne faisait un angle de 20° avec la Balance, Jupiter de neuf avec le Verseau, Mars de 28° avec le Lion et il retrogradait, Vénus de 14° avec ses Poissons, Mercure de 18° avec le Belier, la Lune de 21° avec le Taureau ».

140 J. Peletier, La Savoye…, liv. II, v. 685-704. Le Soleil était repassé cinquante-deux fois dans le signe du Bélier, premier signe du zodiaque. Peletier était né le 25 juillet 1517, à quatre heures du matin, il avait donc cinquante-deux ans et huit mois au printemps 1570. Il a été en Savoie, probablement deux ans, du printemps 1570 au printemps 1572. Voir id., Commentarii tres […] De constitutione horoscopi…, p. 68 ; et L. Terreaux, « La Savoye de Jacques Peletier… », p. 209-210.

141 Il est intéressant de remarquer que la paix de Saint-Germain – « droit sur le temps de cete tierce Paix » (ibid., v. 76) – fait déclencher un terrible orage « pareil d’horreur, et d’effrayable apresse » (ibid., v. 78) qui déracine les plantes, signe et présage que la paix n’est pas dans les cœurs des hommes.

142 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 17-20 : « Si vous pouvez d’ une si grand’ victoire, / Signeurs d’ Adrie, entretenir la gloire, / Bien vous pourront ceus de deça la Mer, / De leur repos pour auteur reclamer ».

143 Ibid., v. 21-24.

144 Louis Terreaux parle d’« obsession des signes prémonitoires » ; voir L. Terreaux, « La Savoye de Jacques Peletier… », p. 216.

145 Il évoque, ibid., à partir du v. 222, le tremblement de terre qui eut lieu à Ferrare. Sur les théories concernant les tremblements de terre, voir le ferrarais Annibale Romei, Dialogo diviso in due giornate, nella prima delle quali si tratta delle cause universali del terremoto e di tutte le impressioni et apparenze che, con stupor del volgo, nell’aria si generano ; nella seconda, del terremoto, della salsedine del mare, della via Lattea e del flusso e reflusso del mare s’assegano cause diverse d’Aristotele e da qualunque filosofo che sin ad hora ne habbi scritto, Ferrare, V. Baldini, 1587. Peletier se reporte à Aristote, Météréologiques…, II, viii, et fait allusion aux deux exhalaisons (sèche et humide), des Météréologiques, I, 9 et II, 4.

146 Ibid., v. 115-116 : « Et que des Mons les eschafaus hauteins / Fussent Theatre aus spectateurs lointeins ».

147 La Savoie devient ainsi une sorte de théâtre de la ruine du monde. Sur la Nature comme lieu théâtral, voir S. Arnaud, La voix de la nature…, p. 170-172 et M. M. Fontaine, « Une sauvagerie très humaine… », p. 275.

148 J. Peletier, La Savoye…, liv. III :
— v. 117 sq. : 21 novembre 1570, la situation astronomique annonce grandes pluies et crues de l’Arve et du Rhône (v. 145, et « le Rône ondeus », v. 150, « l’epouvantable Rône », v. 174, « Tout n’est qu’un Rône au large par les pleines », v. 187) ;
— v. 234 sq. : 24 avril 1571, Lune en Taureau et Saturne en Balance, nouvelle inondation de l’Arve ;
— v. 242 sq. : 24 mai 1571, la Lune se trouve en Gémeaux, nouvelle pleine de l’Arve ;
— v. 267 sq. : 26 janvier 1572, quadrature (angle de 90°, défavorable), entre le Soleil, à 15° 30’ Verseau, et Saturne à 15° 58’ Scorpion, retour des pluies et nouveau débordement du Rhône (v. 272), inondations à Chambéry (v. 277) et à Lyon (v. 280 ) ;
— v. 269 : 1572, une nouvelle année commence (« Dedans l’ Aquaire, après l’an, retourné ») ;
— v. 284 sq. : 28 février 1572, lien entre de nouvelles inondations et la situation astronomique, Mercure dans les Poissons et en opposition à la Lune.
Prodiges :
— v. 300 sq. : 2-4 mars 1571 et les jours suivants, des « feus ardens » tombent sur Annecy, conjonction entre Mercure, rétrograde et à 21° 51’ Poissons, et le Soleil, à 20° 52’ Poissons ; Mars, à 26° 19’ Poissons, est combustus ; Vénus aussi est en conjonction avec le Soleil ; Saturne est à 3° 45’ Scorpion ;
— v. 331 sq. : 11 mai 1571, prodige épouvantable, le feu sort de la terre avec un bruit violent ; sous le signe des Poissons, Vénus est en conjonction avec le Soleil et rétrograde et Mars prêt à sortir des Poissons est combustus ; à minuit, tremblement de terre quand la Lune est en conjonction avec la Bételgeuse ; le feu sort de terre à La Roche quand le Soleil entre en Gémeaux, ascendant 1° Balance ;
— v. 392 sq. : 21 juin 1571, entrée d’Anne d’Este et de Jacques de Nemours à Annecy. La conjunctio maxima, conjonction vraie de Saturne et Jupiter à 21° Poissons, devait avoir lieu, selon Stadius, le 28 avril 1583 ; la conjonction moyenne au début du Bélier, le 15 novembre 1583.
Voir E. Poulle, « L’astronomie de Postel », dans Guillaume Postel…, p. 345-348 ; et L. Terreaux, « La Savoye de Jacques Peletier… », p. 215.

149 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 245-250.

150 J. Peletier, Commentarii tres […] De constitutione horoscopi…, fol. 51.

151 Sur la théorie du Trigone, voir Julius Firminus Maternus, Mathesos liber, Venise, A. Manuce, 1499. Voir aussi L. Terreaux, « La Savoye de Jacques Peletier… », p. 226, n. 52.

152 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 251-254.

153 Voir J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 355-390.

154 Ibid., v. 347-354.

155 J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, p. 300.

156 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 447-448.

157 Pour L. Terreaux, « La Savoye de J. Peletier… », p. 207 : « le poème est divisé en deux parties apparemment sans lien. D’une part des pronostics désastreux, d’autre part une pharmacie qui est aussi une herborisation, “la plus ancienne que l’on puisse citer sur la Savoie” ». En réalité, le lien existe et Peletier même le souligne dans les v. 626-630 de La suite de la science où il met en évidence l’impact des astres sur les simples (J. Peletier, Œuvres poetiques intitulez Louanges…, v. 629, p. 300 : « Tenans le tout des Cieus »).

158 Voir G. Ducourthial, « Pratiques magiques de la cueillette des plantes », dans Flore magique et astrologique de l’Antiquité, Paris, 2003, p. 139-180, à la p. 139.

159 Ibid., p. 280-281.

160 C. Gesner, Historia plantarum et vires ex Dioscoride […], Bâle, R. Wynter, 1541 [HISTORIA PLAN-/TARUM ET VIRES EX / DIOSCORIDE, PAULO AEGI-/neta, Theophrasto, Plinio, et / recentioribus Graecis, iu/xta elementorum / ordinem, / PER CONTRADUM GES-/nerum Tigurinum / Una cum rerum et verborum locuple-/tissimo Indice. / BASILEAE, / APUD ROBERTUM / WYNTER / 1541 (BNF, Bibliothèque de l’Arsenal, 8° S 8005)]. On y trouve la plupart des plantes citées par Peletier, par exemple : Gentiane Illirique, fol. 115 ; Elebore, fol. 273 ; Absinte, fol. 2 ; Dictam / pouliot, fol. 92/214 ; Hysope, fol. 132 ; Narcisse, fol. 171 ; Lunaire-Martagon, fol. 61-62 et fol. 35 ; Androsemon, fol. 28 ; Solans, fol. 250 ; Asaron, fol. 30 ; Ciclam, fol. 68 ; Cacalie, fol. 44 ; Aconiz, fol. 6 ; Tamaris, fol. 165.

161 C. Gesner, De raris et admirandis herbis

162 C. Gesner, Historia plantarum…, fol. 92/214.

163 Ibid., fol. 6 : « Aconitum ».

164 C. Gesner, De raris et admirandis herbis…, fol. 18 : « Stellam terræ nonnulli herbam vocant, quæ vulgo Lunaria dicitur, folliculo rotundo semina incudentem, is noctu aperitur, et adeo radios Lunæ recipit, ut lucens stellae videatur. Loci incolæ ubi vident, ceu spectrum maleficum fugam declinat ».

165 Ibid. : « […] in montibus humidis, in quibus multæ fontium venæ scaturiunt ».

166 Ibid.

167 Ibid. : « […] dissolvit incantationis, fugat dæmones ».

168 Ibid. : « […] hoc vere est fumus venditare ». Ce sont les mêmes doutes que Grévin, autre protégé de Marguerite de Savoie, qui dans son Traité des venins (Anvers, Plantin, 1568), décrit de nombreuses plantes et utilise pour les évoquer des « énigmes » semblables à ceux que Peletier emploie – par exemple : fol. 181, « le nombril de Venus » ; fol. 182, « le Cheveil de Venus ». Grévin meurt à la fin de 1570, Peletier qui avait déjà été au Piémont comme précepteur du fils de Brissac, espérait-il prendre sa place à Turin ? Attendait-il à Annecy une invitation de la part de Marguerite ? Marguerite avait dans sa bibliothèque des exemplaires latins et français des Deux livres des venins dans les belles éditions plantiniennes : Biblioteca nazionale di Torino, P.nœud Savoie.III.228, Deux liures des venins, ausquels il est amplement discouru des bestes venimeuses, theriaques, poisons et contrepoisons : par Iaques Grevin […] Ensemble, Les oeuures de Nicandre, […] Traduictes en vers Francois, A Anuers, de l'imprimerie de Christofle Plantin, 1568 ; et Biblioteca nazionale di Torino, P.nœud Savoie.I.85, Iacobi Greuini Claromontani Bellouaci […] De venenis libri duo. Gallice primum ab eo scripti, et a multis hactenus Latini desiderati, et nunc tandem opera et labore Hieremiae Martij […] in Latinum sermonem, summa fide et diligentia, in rei medicae studiosorum vtilitatem atque commodum conuersi. Quibus adiunctus est praeterea eiusdem auctoris De antimonio tractatus, eodem interprete, vna cum rerum memorabilium, praecipue ad operis calcem, indice, Antuerpiae, ex officina Christophori Plantini, 1571. Sur la bibliothèque de Marguerite, R. Gorris Camos, « “Legge volentieri le cose della scrittura sacra” : alla ricerca delle biblioteche disperse di Renata e di Margherita di Francia », dans Biblioteche, bibliotecari, committenti e spazi tra Medioevo ed Età moderna [actes du colloque, Gubbio, 2008], à paraître, et ead., « La bibliothèque de la duchesse : de la bibliothèque en feu de Renée de France à la bibliothèque éclatée de Marguerite de France, duchesse de Savoie », dans Poètes, princes et collectionneurs : mélanges offerts à Jean Paul Barbier-Mueller, Genève, 2011, p. 473-525.

169 C. Gesner, De raris…, fol. 33 : « …mihi quidem in Sabaudiæ referta ».

170 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 512 : « Ne sai pourquoi… ».

171 Voir C. Gesner, Historia plantarum…, fol. 34, qui cite l’« herba gorissam, alii martagon » et la compare au lys comme J. Peletier, La Savoye, liv. III, v. 517.

172 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 509-518.

173 Ibid., v. 594.

174 Ibid., v. 626.

175 Ibid., v. 637-648 : « Noz sens premiers l’alme Genie honorent, / Pour les beautez qui la terre colorent : / Puis à loisir la forme faut noter : / Apres au gout la saveur rapporter, / Si salée est, ou insipide l’herbe, : / Dousse, amere, acre, austere, acerbe : / Quel tems les fait naítre, avancer, viellir : / Quele est la fleur, et la greine à cueillir : / Et si la force au secher diminue, / Ou s’elle augmente, ou s’elle continue. / Ainsi en art assemblant les raisons, / Par vreye epreuve un jugement faisons ».

176 Voir aussi le « jardin médicinal » d'Antoine Mizauld dans les Phænomena, sive aeria ephemerides : omnium auræ commotionum signa ab his quæ in cœlo aere, aqua et terra palam apparent […], Paris, R. et C. Chaudière, 1546 ; ou id., Alexikepus, seu auxiliaris et medicus hortus, rerum variarum, et secretorum remediorum accessione locupletatus, Paris, F. Morel, 1574.

177 L’angélique.

178 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 554-562.

179 Ibid., v. 563 : « L’herbe à bon droit des expers tant preschée, / A qui de l’ange a été fait le nom ».

180 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v. 569-580.

181 Ibid., liv. III, v. 572 : « L’etude assez, mais l’epruve ancor’ mieus » ; v. 654-655 : « Et autres dons, desquelz l’esperience / Nous à formé peu à peu la science ? ».

182 A. Serrai, Conrad Gesner…, p. 25.

183 Sur ces attaques aux théories aristotéliciennes sur l’immutabilité des cieux, voir Michel Lerner, Tre saggi sulla cosmologia alla fine del Cinquecento, Naples, 1992 (Lezioni della Scuola di studi superiori in Napoli, 14), p. 80-87. On retrouve ces attaques dans Muñoz, Traicté du nouveau comete…, fol. 2v, et plus tard chez Blaise de Vigenère, Traicté des comètes ou estoilles chevelues, apparoissantes extraordinairement au ciel, avec leurs causes et leurs effets, Paris, N. Chesneau, 1578, fol. 13-14.

184 Muñoz, Traicté du nouveau comete…, fol. 4.

185 G. Le Fèvre de la Boderie, Cantique sur la nouvelle estoille…, v. 87.

186 Ibid., v. 86.

187 Ibid., v. 84-85. Pour une étude détaillée de ce sujet, voir R. Gorris-Camos, « La stella delle maraviglie… », p. 560-562.

188 « Crucis imaginem », C. Gemma, De naturæ divinis…, liv. II, 121 ; et G. Postel, De peregrina stella quæ superiore anno primum apparere cœpit, Clariss. Virorum Corn. Gemmæ Lovaniensi Germani, et Gulil. Postelli Barentani Galli, ex philosophiæ naturali, mysticæque theologiæ penetralibus deprompta iudicia [dessin de Cassiopée sur son siège], fol. B. Deux exemplaires sont conservés à la BNF sous la cote D2 1565 et Rés. V 7828. Carlos Gilly, auquel on doit la redécouverte de ce ms., a établi que le De peregrina stella avait paru à Bâle, chez Perna, en 1573. Voir aussi M. A. Granada, « Guillaume Postel y “la restitucíon de todas las cosas” », dans « Calculos cronologicos… », p. 405-408.

189 Voir C. Gemma, De naturæ…, liv. II, 140.

190 Pétrarque, Familiarium rerum libri IV, I, éd. Michael Jakob et Maura Formica, Verbania, 1996 (Di monte in monte, 1), « La lettera del Ventoso », p. 17.

191 J. Peletier, La Savoye…, liv. III, v 681-688.

192 Eschyle et Athénée citent ce mythe. Cette herbe servait, dit le Carmen de viribus herbarum, « pour lutter contre les peurs qui nous assaillent et contre les démons ennemis, et les maléfiques sorcelleries des mortels et les funestes poisons. Tout un chacun l’appelle Dios ophrua ». L’asphodèle, plante que les astrologues grecs attribuaient à Kronos, entretient des relations privilégiées avec le monde souterrain. Plante de l’Enfer, elle protège des peurs nocturnes et délivre des possessions démoniaques.

193 G. Le Fèvre de la Boderie, L’Encyclie…, fol. 189 : « Anagrammatisme. À Nicolas Le Fevre de la Boderie frere de l’Autheur, sur son nom retourné ».

194 Sur le langage des anges, voir Michel de Certeau, « Le parler angélique », dans id., Il parlare angelico : figure per una poetica della lingua, éd. Carlo Ossola, Florence, 1989, p. 195-228 ; Andrea Tabarroni, « Il linguaggio degli angeli », dans Prometeo, t. 12, 1985, p. 88-93 ; Massimo Cacciari, L’angelo necessario, Milan, 1986 (Saggi, 34), p. 176-177.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search