Version classiqueVersion mobile

Lire, choisir, écrire

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Christine Silvi

Imaginaire et connaissance des nations barbares en Italie au xvie siècle

Susanna Gambino-Longo

Texte intégral

  • 1 Giovan Battista Ramusio, Navigationi et viaggi, Venise, L. A. Giunti, 1550 (1re éd.).
  • 2 On citera ici Rosario Romeo, Le scoperte americane nella coscienza italiana del Cinquecento, Milan, (...)

1Lorsque l’on parcourt des œuvres d’érudition italiennes de la fin du xve siècle et d’une bonne partie du xvie siècle qui proposent des descriptions ethnographiques, force est de constater que l’intérêt géographique des Italiens est encore fortement tourné vers les frontières traditionnelles et classiques de l’œkoumène. En dehors du cénacle vénitien animé par Giovan Battista Ramusio, l’auteur du célèbre recueil Navigationi et viaggi 1, l’écho des découvertes géographiques de l’époque, pourtant bien souvent menées par des Italiens à la solde des rois d’Espagne, de France ou du Portugal, laisse, au cours des premières décennies du siècle, philosophes et intellectuels italiens plutôt indifférents. Même le troisième volume de l’anthologie de Ramusio, entièrement consacré au Nouveau Monde et publié à partir de 1556, apparaît comme rapidement obsolète : les vifs débats, qui font rage ailleurs en Europe atlantique sur le statut des Américains, leur prétendue infériorité, les conséquences retentissantes par rapport à la diffusion de la descendance de Noé et de la parole de Dieu, n’atteindront de manière marquante la péninsule qu’à la fin du siècle, avec la nouvelle vague post-tridentine d’ouvrages. Ce constat n’est pas nouveau : l’imposante littérature critique sur le Nouveau Monde et son impact sur les consciences européennes n’a cessé de souligner que les intellectuels, philosophes et érudits de la péninsule ne consacrent que très distraitement leur attention à ce que l’on découvre au-delà de l’océan2. Il n’est donc pas surprenant que la définition de « nation barbare » à la Renaissance italienne soit encore largement tributaire de la définition romaine classique et que la mise en place de modèles ethnographiques ne révèle pas de différences radicales par rapport au corpus des géographes et des encyclopédistes anciens.

2Du reste, la géographie par cercles concentriques demeure inchangée : au centre se trouve Rome, la domina gentium, la mère civilisatrice, autrefois capitale de l’Empire, désormais foyer d’irradiation de la foi chrétienne, tandis que la barbarie absolue est cantonnée aux extrémités du monde. Entre les deux, des étapes intermédiaires, d’un potentiel civilisable, une sorte d’échelle graduée de la civilisation, le long de laquelle court le passage de l’état sauvage à l’état civilisé. Cette modélisation d’une progression du centre vers les extrêmes de la civilisation est transmise notamment par Strabon et les géographes de la propagande romaine.

3Mon enquête se propose d’aborder les différentes représentations du barbare, sur la période qui précède immédiatement l’expédition colombienne jusqu’au milieu du siècle suivant – des représentations qui véhiculent encore puissamment ce schéma ancien, que ce soit la fascination hérodotéenne pour le barbare ou la mesure du civilisable, qui impose une vocation civilisatrice de Rome. Dans le dialogue entre géographes et ethnographes classiques se glissent timidement les récits de voyage des contemporains : avant que l’on assiste à un impact décisif de ces derniers sur l’imaginaire et sur la littérature, les cosmographies et chorographies ici présentées proposent une vulgarisation du savoir sur les peuples lointains (réels ou imaginaires) qui ne sait pas encore arrêter son choix de sources, mais qui transmet une idée toujours fascinante du savoir en tant que complétude et universalité.

I. — Usages du mot « barbare »

  • 3 Chez Guichardin, Histoire d’Italie, liv. IX, chap. iv, et liv. X, chap. vi (plusieurs éditions sont (...)
  • 4 Voir André Chastel, « Polémiques. Italiens et barbares », dans id., Le sac de Rome 1527 : du premie (...)
  • 5 Lodovicus Cœlius Rhodiginus, Lectionum antiquarum libri XXX […], Bâle, A. et A. Froben, 1566, chap. (...)

4Ces affirmations se précisent dans un premier sondage, très superficiel, sur l’usage des mots « barbaro » et « barbarie » au xvie siècle. Chez les historiens qui relatent les chroniques des guerres d’Italie, l’expression « libérer l’Italie des barbares » est très fréquente3. Le barbare est le Français ou l’Allemand envahisseur, le lansquenet protestant qui déferle sur le pays ; l’émotion suscitée par le sac de Rome de 1527, inquiétant retour de l’histoire, exaspère l’opposition entre ce barbare du Nord des Alpes et l’Italien / Romain. Les substantifs associés sont ceux de la tradition : feritas, rabies, la violence, la rage aveuglante, la bestialité des agissements et la cruauté injustifiée4. La fureur des Scythes, nation barbare par excellence, est proverbiale, c’est l’attribut même de leur barbarie, et la rabies scitica attire l’attention de ceux qui tentent d’en définir le sens5.

  • 6 Sperone Speroni, Dialogue des langues [Dialogo delle lingue], éd. Mario Pozzi, trad. Gérard Genot e (...)

5Un autre usage du mot « barbare » à l’époque que nous considérons se rencontre dans les textes portant sur la très italienne question de la langue. Les multiples tentatives d’établir des hiérarchies entre langues nobles et langues imparfaites justifient, chez les archaïsants, le regret du grec et du latin, tandis que les partisans de la noblesse de l’italien vernaculaire relèvent ses progrès : de langue barbare à ses origines, produit de la corruption et de la contamination des langues non latines, elle aurait atteint l’élégance et le raffinement du grec et du latin. Au-delà des enjeux idéologiques de la défense de la langue vernaculaire, et plus généralement de la querelle de la langue, ces pragmatiques de divers bords, parmi lesquels Sperone Speroni, constatent que, bien que barbare à ses débuts, la langue toscane, comme tout phénomène humain, est parvenue à se relever de l’état primitif et aurait atteint le même degré de perfection stylistique et expressive, donc de civilisation, que le latin et le grec : « Ché se la origine di lei fu barbara da principio, non volete voi che in ispazio di quattrocento o cinquecento anni sia divenuta cittadina d’Italia »6. Cette structure explique le regard porté sur les barbares du passé, comme les éloges du règne barbare de Théodoric, l’admiration que certains vouent à Attila et à ses capacités militaires ou l’évocation de la splendeur des villes lombardes.

II. — Connaissance des barbares

6La description du barbare du nord de l’Europe, bien que souvent issue d’une expérience directe et d’un processus de transmission du savoir novateur sous maints points de vue, est emblématique de la puissance des modèles anciens. Les exemples, qu’on proposera par la suite, témoignent d’une observation des sociétés encore primitives menée selon des schémas d’évaluation très flexibles.

  • 7 Enea Silvio Piccolomini, Commentarii, éd. Luigi Totaro, Milan, 1984 ; réimpr. Milan, 2004.
  • 8 Ibid., p. 26 : « quibus [le pain et le vin] expositis, maior admiratio barbaros tenuit, qui neque v (...)

7Le premier exemple proposé est tiré des Commentarii 7 d’Æneas Silvius Piccolomini, futur pape Pie II. Peu avant 1449, il se rend en mission en Écosse et évalue le niveau de civilisation de la population rencontrée, s’appuyant sur des critères que l’on retrouve chez les ethnographes anciens. Pour rejoindre cette région, il faut franchir une espèce de désert, de « no man’s land », la lande, qui marque la frontière réelle et symbolique entre civilisation et barbarie, et qui occupe la même fonction narrative que les déserts énumérés par l’acribie descriptive des géographes. Le pain de cette peuplade est abominable, ils ne boivent pas de vin, les femmes s’offrent librement à l’étranger (de surcroît ici homme d’Église). Piccolomini n’est toutefois pas sans remarquer que ces barbares observent « le civilisé » avec la même stupeur que lui8.

  • 9 Paolo Giovio, Opera, t. IX : Dialogi et descriptiones, éd. Ernesto Travi et Mariagrazia Penco, Rome (...)
  • 10 Ibid., p. 119, pour la description des Irlandais : « Verum inculta gens, ignara luxus, et peregrini (...)

8Un siècle plus tard, la Descriptio Britanniæ, Scotiæ, Hyberniæ et Orchadum 9 de Paul Jove (1548) nous offre un exemple significatif de vulgarisation du savoir chorographique sur les contrées reculées, dans lequel le dialogue avec les sources et le regard de l’écrivain « civilisé » sur des sociétés primitives contemporaines est révélateur. En fait, dans les intentions de Jove, ce petit ouvrage devait s’inscrire dans un vaste projet de cosmographie, jamais abouti, destiné au grand public, avec des informations géomorphologiques concises, quelques données politiques et surtout des curiosités, obtenues, semble-t-il, par les récits de militaires écossais rencontrés à Milan. L’image traditionnelle du barbare du Nord, déjà connue par Tacite, ce mélange d’admiration et de crainte, d’un peuple rustre et vertueux, se contentant de peu et à la nourriture primitive (lait, produits de la chasse, etc.), mais au demeurant belliqueux10, se superpose au primitivisme associé à des peuples christianisés de longue date.

9Cela est d’autant plus frappant pour une contrée encore plus éloignée, les îles Shetland, l’île de Thule des anciens. Dans cette région au climat hostile mais sublime, on découvre pourtant un mode de vie proche de l’innocence édénique, marqué par un primitivisme dur, où la foi chrétienne se manifeste dans des formes de pureté évangélique :

  • 11 Ibid., p. 124 : « Au-delà des îles Orkneys, on trouve d’autres îles qui s’appellent Shetland : les (...)

Sunt et aliæ ultra Orchadas insulæ, quas Scethlandias vocant ; earum incolæ seminudi atque inopes, ovis avium et solis prope piscibus sese alunt. Iustitia et pace gaudent, et quum divitiarum atque luxuriæ nomina numquam audierint, in summaque egestate et in perpetuis brumæ tenebris vivant, fere omnes incredibili naturæ fœlicitate ad summam senectutem perveniunt. Deum adorant, et sacrorum causa quotannis circa solstitium sacerdos ad eos e Pomonia traiicit, natosque eo anno infantes Baptismatis fonte perfundit, sacra solemnia celebrat, indeque speluncis atque tuguriis eorum sancta aspergine collustratis, acceptisque ex durato pisce decumis, abunde ditatus ad Orchadas revertitur11.

  • 12 Ibid., p. 124 : « Ultra Scethlandias ad dextram aliæ quoque parvæ, et ob id innumerabiles insulæ, i (...)

10Au fur et à mesure que le regard du narrateur s’approche des extrêmes, le fabuleux emboîte le pas aux données certaines. Jove poursuit sa relation en guidant son lecteur vers la droite (Ultra Scethlandias ad dextram), signe évident qu’il travaille avec une carte sous les yeux ; la charge émotionnelle de la description de cette myriade de petits rochers disséminés dans l’océan dépasse les limites d’une représentation pragmatique et, bien que les cosmographes modernes aient permis d’identifier le cap extrême de la Norvège, inconnu des antiques, l’imaginaire et le fabuleux l’emportent12.

11Cette transition du savoir ancien à la cosmographie moderne anticipe la transition à une autre forme de primitivisme, parfaitement contraire à la première : en effet, à quelques lieux de ces habitants des Shetlands vivant dans la foi et la charité, existeraient sur les côtes norvégiennes des barbares n’ayant aucun trait d’humanité. Dans cette description, assez complexe, l’on retrouve plusieurs modèles ethnographiques du passé et, exceptionnellement, du présent :

  • 13 Ibid., p. 125 : « L’on prétend que, sur les côtes les plus septentrionales et enneigées de la Norvè (...)

In extremis porro et nivosis Norvegiæ litoribus homines feros monstroso aspectu, et prælongis undique setis et crinibus copertos, maximeque horribiles versari tradunt, qui terribili garritu pro sermone utantur, minoresque plantas admiranda vi manibus revellant, in oceano quoque et fluviis mirifice corripiendis piscibus urinentur, et per glaciem et duratas nives firmo vestigio stantes, in corticibus arborum, praestisque innixi contis decurrant, ut feras consectentur. Ab his eiectos in litus peregrinos homines per noctem, quod perosi lucem in tenebris maxime grassentur, fustibus interimi devorarique asseverant immanium canibalum more, quorum insulas ea saevitia infames, Columbus Ligur hispanica classe provectus, in occidente repererit, quum felici ausu alterum nobis orbem aperiret. Has Scythia atroces belluas aetate nostra conspexere Scotorum legati, a Ludovico rege Galliæ redeuntes : vixque eas militari vigilia virtuteque post insignem metum effugere, quum e Morino litore in altum arrepti, trasnversis tempestatibus ad inhospitum Norvegiæ litus pervenissent13.

Les ambassadeurs du récit peinèrent à se faire croire, mais, ajoute Jove, l’histoire récente nous prouve que ces types de contrées existent et qu’il ne s’agit pas de fables.

12L’intérêt de cette description de la Norvège est clair. La barbarie de ses habitants se définit pour ainsi dire « à l’ancienne » : ils sont poilus – rappelons que le Romain / civilisé se rase –, ils détestent la lumière (symbolisme évident de l’opposition lumière /ténèbres), et ce disant, Jove fait l’impasse sur une information courante à propos des peuples du Nord : le fait qu’ils vivent dans une nuit qui dure plusieurs mois. Puis viennent l’endurance et la prestance physique, que l’auteur ne peut pas s’empêcher d’admirer, et enfin l’anthropophagie. Or, cette dernière marque de barbarie, bien qu’il en existe de multiples exemples chez les cosmographes antiques, connaît un modèle criant, à la mode, les « Caribes », mais Jove en retient un topos tout à fait générique et banal ; il s’en tient, encore en 1548, à un éloge de circonstance de Christophe Colomb, assez inconsistant pour cette date et qui est une des rarissimes allusions au Nouveau Monde chez cet auteur.

13La non-civilisation / barbarie aux marges de l’Europe se définit entre ces deux excès : une existence de brutes, une prestance physique épatante (résistance au froid, à la fatigue, au jeûne, etc.) qui souligne la ressemblance avec les bêtes, mais des comportements violents, cruels, contraires aux règles de l’humanitas ; ou alors, à l’opposé, une vie édénique et innocente, même lorsque le voyageur y voit enfreindre les lois chrétiennes de la chasteté (Piccolomini hésite avant de refuser la proposition sexuelle des jeunes femmes écossaises, dans laquelle il ne voit pas véritablement un mal, mais éventuellement l’ignorance des lois éthiques), une pureté originelle où la tentation de l’or et les malheurs qui en découlent sont inconnus, où la pratique du troc et l’ignorance de l’argent témoignent d’une existence dans laquelle les biens et les besoins primaires sont largement satisfaits. Le contraire de la civilisation est offert par ses deux variantes.

  • 14 Les ouvrages De procuranda Indorum salute et Historia natural y moral de las Indias ne paraîtront p (...)

14Sortir de la barbarie, voilà une étape déterminante du progrès humain. Bien avant la publication des ouvrages de José de Acosta14, la civilisation est l’effet de l’évangélisation. Le regard de Piccolomini sur les frontières de la chrétienté implique la préoccupation de les rendre sûres : l’impact de la menace turque et les vaines (et provocatrices) tentatives du pape pour convertir le souverain turc à la foi du Christ sont à associer à ce double principe. Cela est clair lorsque Piccolomini aborde la question d’un autre peuple, barbare aux temps des Romains mais devenu une nation magnifique et puissante, les Germains. En 1457, dans une lettre qui entend justifier l’imposition de la dîme en Allemagne et qui fera école tout au long du xvie siècle, le pape évoque le passage de la barbarie à la civilisation et ses enjeux :

  • 15 E. S. Piccolomini, Epistola CCCLXIX Martino Mayer excusatio contra murmur gravaminis Germanicae nat (...)

ritu barbaro, vestibus usus laceris. Venationi tantum agrorum culturæ dedisse operam feroces quidem homines et belli appetentes, sed argenti prorsumde inopes, quibus nec vini usus erat. […] Verum hanc mutationem quis fecit in vobis nisi religio Christi. Cultus quippe Christianæ religionis a vobis barbariem omnem expulit, atque ita expolivit, ut iam Græci ipsi barbari, vos autem recti Latini appellari mereamini15.

Le changement est tel que ceux qui auraient connu l’Allemagne à l’époque des Romains ne la reconnaîtraient plus, avec ses vignes, la magnificence de ses villes et de ses produits. Le plus grand éloge pour un peuple est ainsi d’être appelé Latin, une latinité exportée par la religion de Rome, mais le but ultime de l’argumentaire du pape est que la dîme ne soit que l’expression de la reconnaissance obligée d’un peuple à l’égard de son sauveur-civilisateur.

III. — Imaginer le barbare

15Considérons maintenant un autre ensemble de textes, à vocation encyclopédique, dont les cosmographies universelles et les compilations érudites. L’on y débat de la fiabilité des sources antiques et on la vérifie par les témoignages des contemporains, ce qui n’empêche pas d’inclure les fabulosa et mirabilia, toujours scrupuleusement énumérées et dont la valeur est garantie par leur origine antique. Loin d’entrer en conflit, les deux types de source sont imbriqués, confrontés dans un mélange foisonnant de savoir ancien et moderne, de passé et de présent.

  • 16 E. S. Piccolomini, In historia rerum ubique gestarum locorumque descriptionem, dans Opera
  • 17 Pour les sources de l’ouvrage voir Nicola Casella, « Enea Silvio a difesa dell’occidente cristiano  (...)

16Je renvoie d’abord à la cosmographie de Pie II, écrite entre 1458 et 1461, In historiam rerum ubique gestarum locorumque descriptionem 16, qui décrit l’Europe et l’Asie et qui demeure, pour une bonne partie du xvie siècle, un ouvrage de référence. Plus particulièrement, la description de l’Asie y est subordonnée à la pression des événements historiques : la chute de Constantinople, l’expansion turque, la défense de la chrétienté, incitent le pape cosmographe à focaliser son attention sur les origines du peuple turc et de ce phantasme européen que sont les peuples guerriers de la steppe asiatique17. Ainsi, les informations concernant les Scythes, les Massagètes, les Hyperboréens, les Arimaspes ou les Essédones, bien que présentées le plus souvent dans un mélange traditionnel des cosmographes de l’Antiquité, sont-elles fonctionnelles pour la compréhension et l’appréhension du phénomène turc. Ce mélange nonchalant de peuples fabuleux ou disparus depuis l’Antiquité s’explique, bien entendu, par une connaissance somme toute défaillante des populations autrefois soumises à l’Empire mongol, avec qui l’Occident chrétien avait toujours entretenu de bonnes relations, à la fois pour s’assurer le passage en Extrême-Orient et pour tenter d’endiguer la diffusion de l’Islam.

  • 18 E. S. Piccolomini, In historia rerum…, p. 289 : « Massagetis mos fuit singulis, uxores singulas duc (...)
  • 19 Après une importante circulation manuscrite et l’editio princeps du De varietate fortunæ, parue sou (...)
  • 20 Pour cette question, voir les remarques de Ramusio et ses « corrections » en toponomastique, en par (...)

17Par exemple, la description des Massagètes, glorieux vainqueurs de Cyrus, est accompagnée d’un mélange de fascination et d’horreur, transmis par une tradition qui remonte au moins à Hérodote : les Massagètes s’accouplent librement, n’ont aucune notion du commerce et de l’argent, mais sont des guerriers redoutables et courageux18, des qualités qui se seraient ensuite transmises aux gens qui peuplent les régions de la mer Noire au temps de Pie II. La démarche de Piccolomini est donc de citer Ptolémée, Solin, Diodore, Strabon, plus rarement Hérodote, en tant que piliers d’un savoir à transmettre et dont la fiabilité est établie par la tradition. Cependant, il n’hésite pas à mesurer ce corpus à l’aune des affirmations d’un voyageur moderne, Niccolò de’ Conti. Ce Vénitien avait accompli, entre 1415 et 1439, un voyage extraordinaire aux Indes, dans les îles du Sud-Est asiatique et s’était aussi engagé dans le nord de l’Indochine, croyant avoir touché les provinces chinoises parcourues par Marco Polo un siècle et demi auparavant. Le récit de Niccolò de’ Conti est relayé par Poggio Bracciolini (dans le livre IV du De varietate fortunæ), qui n’est pas toujours un scribe discret, et connaîtra un succès grandissant, surtout pour la narratio ethnographique sur les us et coutumes des peuples de l’Inde19. Le Pape remarque toutefois des incongruences entre le savoir des géographes et les descriptions du voyageur. Sans doute sous l’influence du célèbre récit de Marco Polo sur la magnificence de la cour de Kubilaï Khan, Conti et le Pogge décrivent deux villes du Catay, Pékin et Nankin (Gambaleschia et Nemptai dans le texte), capitales de l’Empire mongol en Chine et sous la domination du Grand Khan. À l’époque du voyage de Conti, pourtant, cette région n’était plus contrôlée par les princes mongols mais par la dynastie Ming (depuis 1368) et était totalement fermée aux étrangers. La description assez détaillée et la comparaison avec les villes italiennes, que nous présentons ici, a donc été élaborée soit en s’appuyant sur les récits de voyageurs rencontrés à la frontière, soit en interpolant le récit de Marco Polo, que le Pogge refuse ostensiblement de citer20. Malgré la présence de cette erreur, Pie II cite le passage dans le détail, en accordant une certaine autorité à sa source, bien qu’avec une mise à distance, exprimée par quod si credimus :

  • 21 E. S. Piccolonimi, In historia rerum…, chap. xv, p. 291 : « Dans les deux villes, il [Niccolò de’ C (...)

In utraque civitate domus, palatia, templa, cæteraque urbium ornamenta, Italicis similia esse affirmat : homines modestos atque urbanos, et multis divitiis affluenteis, quod si credimus magna profecto morum mutatio facta est, ab his quos antiqui prodiderunt, qui Scythas ferme omneis pastorales esse affirmaverunt et prope modum intractabileis21.

  • 22 Ibid., p. 419, où les habitants sont définis comme semiferos homines.

Ce qui intéresse dans ce passage, qui règle la question de la supposée « erreur » des cartographes – ou du voyageur ? –, est de voir comment le savoir moderne, en dialogue avec le savoir ancien, aide l’auteur à fixer les critères de progrès d’une civilisation. Autrefois habitées par les barbares par excellence, les Scythes, ces contrées sont désormais en tout semblables à l’Italie, modèle absolu de civilisation. Un temple, une fortification qui ressemblent à ceux que l’on voit dans les villes italiennes, la mansuétude des gens, témoignent d’un progrès indéniable, d’un niveau de raffinement reconnu. Dans un autre passage, la préférence de Piccolomini va nettement à une source moderne, le témoignage de l’hérétique Jérôme de Prague, qu’il a connu personnellement et qui serait, selon lui, plus digne de foi que les cosmographes de l’Antiquité. Jérôme avait en effet tenté une mission d’évangélisation sur la côte baltique et c’est par lui que Piccolomini a appris les étranges idolâtries de la Livonie – comme l’adoration du marteau qui libère le soleil de sa prison–, ou le langage animal de ses habitants22.

18En l’absence de ces ajustements par le savoir moderne, la représentation du barbare suit les schémas traditionnels. Nous avons pu le constater chez le pape cosmographe, mais nous retrouvons également ce phénomène dans les compilations encyclopédiques du siècle suivant, notamment celles de Ludovico Ricchieri, dit Cœlius Rhodiginus, et de Lilio Gregorio Giraldi. La démarche ethnographique reste, à quelques détails près, quasiment inchangée : les coutumes des peuples éloignés sont évaluées et décrites selon leur rapport à la nourriture, une économie agricole ou nomade, leurs techniques militaires et les habitudes matrimoniales et sépulcrales. Nous pouvons les détailler comme suit :

– Le nomadisme (identifié avec les peuplades scythes) et les attributs qui lui sont liés, le char qui le symbolise, leur seul bien et refuge.
– L’économie pastorale, l’élevage de troupeaux transhumants et la nourriture qui en dérive : le lait, en particulier, est un symbole de nomadisme et de primitivisme, lié à un niveau inférieur de l’état agricole. À celui-ci s’oppose le vin, un symbole fort de civilisation, car il exige du savoir-faire et une importante manipulation : on souligne les réactions des barbares visités à la découverte du vin, ou la mauvaise qualité du vin dans les régions. Autres signes alimentaires : se nourrir de viande crue ; des procédés rudimentaires dans la cuisson du blé.
– Le communisme sexuel : la non-reconnaissance du lien du mariage, l’accouplement libre.
– Les prouesses dans les batailles, la maîtrise du cheval.
– La non-appréciation de l’or et des échanges commerciaux.
– Une religiosité rudimentaire, l’idolâtrie bizarre, ne reconnaissant que partiellement l’existence du divin.
– Les coutumes funéraires.

19Il faut également rappeler la persistance tout au long de cette période des schémas élaborés selon la théorie des climats. L’explication courante, codifiée depuis Hérodote et Hippocrate, du rôle du climat dans la détermination du caractère des peuples, renvoie à la même terminologie : le barbare de type germanique serait donc une prouesse de la nature, vigoureux, apte au combat ; le barbare africain, au contraire serait faible, efœminatus ; enfin le barbare d’Orient pervers, mollis, entouré de luxe.

  • 23 L. Cœlius Rhodiginus, Lectionum antiquarum…, chap. xx, p. 651 : « Quos esse viros Scytharum unoculo (...)
  • 24 Hérodote, Enquête, trad. Philippe-Ernest Legrand, Paris, 1997, IV, 183 et 187.
  • 25 L. Cœlius Rhodiginus, Lectionum antiquarum…, p. 723 : « Troglodytas Æthiopum inenarrabili pedum cel (...)

20Bien entendu, l’élément savoureux est constitué par les détails curieux dont ces textes sont particulièrement friands : les Arimaspes, le peuple monstrueux borgne du nord-est de la Scythie, auraient, selon Cœlius Rhodiginus, réellement existé, ce qui prouve qu’Hérodote avait raison. Pour le démontrer, Cœlius Rhodiginus se hasarde à une explication scientifique sur l’œil unique23. Quant aux Troglodytes de Libye, ou à la grande diversité de mœurs des barbares africains, il s’agit là d’un sujet qui puise à pleines mains dans le livre IV d’Hérodote et sa description de la Libye. Le même Rodigino la reprend à la lettre, mais sans citer la source24 : ce peuple, étonnant pour sa rapidité, se nourrit de reptiles et de lézards, se soigne avec l’urine et brûle les veines des tempes des enfants afin de prévenir les maladies. Signe majeur de barbarie, leur voix inarticulée émet des sons semblables à ceux des chauves-souris25. Petit raccourci : Hérodote décrivait deux peuplades différentes de Libye, Rodigino les fond en une seule.

  • 26 Cité également par E. S. Piccolomini, In historia rerum…, chap. xiii.
  • 27 Lilio Gregorio Giraldi, De sepulchris et vario sepeliendi ritu, dans Operum quae extant omnium […] (...)

21Mais ce sont surtout les coutumes funéraires qui représentent l’élément clé de la tractation ethnographique, et si les rites autour de la mort sont symptomatiques du degré de piété d’une société, ils indiquent également leur niveau de civilisation, mesuré sur la religiosité. Ainsi, les barbares particulièrement barbares jettent les corps des vieillards aux fauves, dévorent le corps des parents défunts ou boivent dans leur crâne, comme les Issédones26 ; les barbares légèrement humanisés rient aux éclats et fêtent la mort comme un passage à un état plus heureux : c’est le cas des Thraces et des Troglodytes27. Toutefois, les habitudes funéraires des Scythes, auxquels Hérodote avait attaché tant d’importance, sont au cœur du débat : dans la mesure où la barbarie se définit par le dédain face au corps du défunt, sont-ils vraiment barbares ? Dans plusieurs ouvrages, dont le De sepulchris et vario sepeliendi ritu de Lilio Gregorio Giraldi (1533), on rapporte la célèbre phrase du roi des Scythes Idanthyrsos à Darius, qui l’accusait de lâcheté et de fuir l’ennemi :

  • 28 Hérodote, Enquête…, IV, 126.

Si je ne te livre pas bataille immédiatement, c’est parce que nous n’avons ni ville ni cultures qui nous obligeraient, de peur de les voir prises ou saccagées par l’ennemi à livrer bataille en hâte. S’il faut absolument en venir vite là, nous avons des tombes où reposent nos ancêtres : allons, trouvez-les, et essayer d’y toucher ! Vous verrez bien alors si nous combattrons pour elles ou si nous refuserons encore de nous battre28.

Cet argument, chez Giraldi, ouvre donc la question sur le lien entre barbarie et respect des ancêtres : le Scythe est barbare pour son immanitas ou sa rabies, mais ce grain de civilisation que constitue le culte des défunts est une raison à elle seule de combattre et de mourir :

  • 29 L. G. Giraldi, De sepulchris…, p. 643 : « On comprend que les droits de sépultures ont toujours été (...)

Sepulchrorum jura semper sacra habita, non modo Graecis ipsis et romanis, sed et judeis et barbaris quoque nationibus. […] Scythæ quoque qui immaniores cæteris habentur, cum Darius Hystaspis eos bello lacesseret, eisque a Persis objiceretur quod prælium detrectarent, inter alia quae responderunt, Sunt (dixere) paterna nostra sepulchra, quae cum inveneritis, agite, tentate illa labefactare, tunc certe intelligetis, simus vobiscum nos pro paternis sepulchris pugnaturi nec ne : interea nisi nos ratio traxerit, praelium non conferemus. Ex quibus facile cognoscere possumus, quo cultu ac reverentia apud barbaros Scythas essent sepulchra, si nulla alia ratione ad prælium trahi poterant29.

On remarquera, dans ce passage, que l’humaniste oppose d’un côté les Grecs et les Romains, de l’autre côté les Juifs et les barbares. Autrement dit, il associe le barbare au non chrétien. En cette première moitié du Cinquecento, marquée, pour les Italiens, davantage par la menace turque que par la découverte de l’Amérique, la conscience de l’altérité culturelle passe aussi par la frontière religieuse. Le barbare n’est pas seulement dans le passé, dans une préhistoire de l’humanité, il n’est pas non plus aux extrémités fabuleuses et inaccessibles du monde. Il est avant tout idolâtre.

IV. — Le barbare d’Occident

  • 30 Giuseppe Nenci, « L’occidente barbarico », dans Hérodote et les peuples non grecs, Genève, 1990 (En (...)
  • 31 Aldo Albonico, Il mondo americano di Giovanni Botero […], Rome, 1990 ; et Romain Descendre, « Une g (...)

22Question cruciale dans l’exégèse d’Hérodote et des géographes anciens30, le barbare d’Occident de l’Antiquité est un peuple sans nom, sans visage, sans villes ni fleuves à dénombrer. Le premier impact des récits de voyage outre-Atlantique entrouvre sur un imaginaire mêlant éléments fabuleux et mythiques. Pour rencontrer une analyse circonstanciée d’une barbarie d’Occident, il faut attendre l’œuvre de Giovanni Botero, le Relazioni universali 31 (1591-1596), la grande cosmographie de la Contre-Réforme. Elle est divisée en quatre parties : les deux premières décrivent d’abord la géomorphologie, l’économie et l’organisation politique des états d’Europe, d’Asie et d’Afrique, la troisième est consacrée aux religions du monde et aux régions à évangéliser, ce qui constitue l’aspect le plus militant de l’œuvre, enfin, la quatrième partie est entièrement consacrée au Nouveau Monde. C’est ici que Botero trace une sorte d’histoire de la civilisation humaine, appliquée aux différentes nations américaines, des Tupimambas aux Aztèques. Voilà un Italien qui s’interroge sur des témoignages modernes irréfutables – les lettres de jésuites missionnaires et d’ambassadeurs – et qui se propose de diffuser au grand public cette matière. Botero s’emploie à donner un cadre théorique à la question, à l’apparence insoluble, de l’évolution des civilisations humaines, et cela avec l’ambition de fonder une géographie moderne, pour laquelle il proclame la nécessité de balayer les critères de la cosmographie ancienne et humaniste. Malgré cette ambition novatrice, et malgré l’influence exercée par le De procuranda indorum salute de José de Acosta, cette nouvelle cosmographie de l’évangélisation militante, qui mesure le monde à l’aune des truchements missionnaires, demeure néanmoins encore subrepticement tributaire des catégories figées par l’Antiquité :

  • 32 Giovanni Botero, Relationi universali […] della quarta parte delle Relationi universali, Venise, G. (...)

Gli scrittori danno nome di Barbari, à quei popoli, i cui costumi si dilungano dalla ragione, e dalle vita commune : definitione che se fosse vera, il nome de’ barbari converrebe (quanto alla seconda particella) più a’ Greci e a’ Latini, che al resto delle genti. […] diciamo dunque che barbari si debbono stimar quelli, le cui maniere e costumi si dilungano straordinariamente dalla critta ragione. Il che aviene o per fierezza d’animo, o per ignoranza, o per rozezza di costumi32.

  • 33 Voir A. Albonico, Il mondo Americano…, p. 177.
  • 34 R. Descendre, L’État du monde : Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genève, 2009, (...)

Une partie de la critique a affirmé que cette phrase était une reprise très fidèle du texte de José de Acosta33, tandis qu’une étude récente prouve que la source de Botero remonterait au moins à Thomas d’Aquin34, réduisant ainsi l’impact de l’ouvrage d’Acosta ; en tout état de cause, à partir de la tripartition des peuples non européens, Botero infléchit et enrichit la théorie de la civilisation dans un ordre à la fois synchronique et diachronique. Il n’en demeure pas moins que les seuls critères de la relation au divin et de la religiosité sont pour Botero, de toute évidence, insuffisants pour instruire une théorie de la civilisation solide. Voilà alors le retour en force des vieilles et indémodables catégories ethnographiques : la manipulation de la nourriture, la sexualité, les habitations, et ainsi de suite.

  • 35 G. Botero, Relationi universali…, p. 64. On ne sera pas sans rappeler la doctrine de Machiavel sur (...)

23Le mot clé est alors le terme « fierezza », qui renvoie à la fois à la sauvagerie et à la férocité. Botero définit les trois types de « fierezza ». Le premier concerne la religiosité. Il définit d’abord par la sauvagerie en matière de religion, qui comprend en premier lieu ceux qui ne connaissent pas le divin, qui n’ont pas de goût à la religion mais qui se laissent séduire par les sorciers, tout en craignant des objets aussi banals qu’un char (par exemple les Brésiliens). À un niveau supérieur, Botero cerne ensuite une certaine forme de religion, ou pour mieux dire de superstition, qui n’a aucun fondement et ressemble plutôt à des rêves de l’imagination ; puis vient le polythéisme, sans conception d’un créateur unique, et, quatrième degré, une religion avec un panthéon pyramidal (il cite comme exemple les Mexicains et les Incas). La « fierezza » se définit ensuite par un deuxième élément, le rapport à la nourriture. Un signe en est la méconnaissance des techniques agricoles : ces barbares se nourrissent des produits spontanés de la terre, ce qui accroît leur sauvagerie, selon Botero, puisqu’un aliment non manipulé transmettrait sa nature sauvage à l’homme. Autre barbarie alimentaire, celle-ci plus évidente, l’anthropophagie, et Botero ne se prive pas de citer les exemples les plus sanglants des rites cannibales. Troisième signe de « fierezza » : la nudité, la vergogne étant l’un des premiers sentiments humains (Adam a honte et cherche à se couvrir). Certains barbares américains ne cachent même pas leur sexe, d’autres s’habillent uniquement du nombril jusqu’aux genoux ; les soins qu’ils témoignent à leur apparence sont la peinture du corps et le port de bijoux aux narines, aux lèvres, etc. D’autres encore, afin d’afficher leur bestialité, s’habillent avec des peaux d’animaux, dont les très exotiques peaux de veau de mer. La barbarie de l’habitat est elle aussi décrite en suivant une gamme : les très barbares n’utilisent aucune « industria » (savoir-faire ou habileté) pour construire leurs habitations. Ils se contentent de ce que leur offre la nature : une grotte, un tronc d’arbre… ; le degré supérieur serait le modèle nomade, dont il n’existe pas d’exemple proprement américain. Botero évoque alors les Arabes et les Tartares, qui ne se fixent pas en un lieu, mais dont l’habitation, en l’occurrence un char couvert ou une tente, garde sa forme et son identité. Les degrés de civilisation varient selon que les nations s’organisent en habitats urbains ou ruraux. Remarquable retournement de la tradition sur les Scythes : selon Botero, les Tartares « campestri » (peut-être la traduction des Scythes georgôi d’Hérodote) seraient désormais plus nobles que les Tartares nomades. Rappelons que, depuis Hérodote, les Scythes royaux sont représentés comme les seigneurs de la steppe, dominateurs des peuplades sédentaires. En revanche, l’analyse assez détaillée des formes de gouvernement, qui conclut la tractation sur la barbarie, renvoie à un corpus vaste, mais assez aisément identifiable, avec les doctrines des institutions politiques de la Renaissance, notamment la thèse de l’émergence, dans une société primitive, de chefs politiques à partir d’individus qui se démarquent des autres par leurs capacités rhétoriques : « alcuni huomini di maggior capacità e discorso »35. Ainsi, au Nouveau Monde, les « barbarissimi » vivent-ils sans loi ni chef ; l’étape suivante est la mise en place d’une législation et d’un « leadership » uniquement en temps de guerre, qui sont ensuite annulés en temps de paix. Les nations dotées d’une forme de gouvernement (république ou monarchie), comme le Pérou, sont classées parmi les plus avancées.

  • 36 Ibid., p. 66 : « Non è già lecito usar con questi per ciò la violenza e ‘l ferro, ma ben la verga e (...)

24Une fois déclinés les signes distinctifs de la barbarie, Botero passe à la justification de l’évangélisation forcée des terres du Nouveau Monde. Les arguments de l’universalisme de la Contre-Réforme sont tous évoqués, le Pontife romain ayant pour mission d’annoncer l’Évangile au monde entier et d’endiguer les menaces hérétiques qui se multiplient du côté turc et du côté protestant. Mais c’est ici que l’on remarque une entorse à cette logique implacable, car l’auteur admet de façon implicite l’existence d’une idolâtrie civilisée. En effet, les obstacles à l’évangélisation des terres conquises par les Espagnols seraient, affirme Botero, autant la barbarie décrite que la stupidité. C’est cette dernière qui justifie, selon l’auteur, le recours à la force et à la violence, afin de mater les populations, de les réduire à la raison par le fer ou par le bâton36. Enfin, la clé du succès de cette « charitable » évangélisation serait l’imposition d’une hiérarchie politique christianisée (un prince chrétien), pour éviter que ces nations ne retombent dans l’idolâtrie : avec leurs propres rois, elles ne pourront pas persévérer dans la foi.

25Par cette représentation d’une barbarie qu’il faut réprimer et asservir, malgré l’intrusion sporadique du savoir du passé, Botero referme la page d’une époque où un sujet aussi sensible que les frontières chronologiques et spatiales entre barbarie et civilisation était encore abordé avec l’outillage méthodologique et les grilles du savoir hérités de l’Antiquité, perçus comme toujours valables et rassurants. Reste encore ouverte la question de savoir s’il existe une spécificité italienne dans la vulgarisation de la représentation du barbare : les grandes cosmographies que nous avons évoquées, en ouverture et clôture de cette époque, sembleraient le prouver, notamment par la prétention de leurs auteurs à être les héritiers culturels de Rome.

Notes

1 Giovan Battista Ramusio, Navigationi et viaggi, Venise, L. A. Giunti, 1550 (1re éd.).

2 On citera ici Rosario Romeo, Le scoperte americane nella coscienza italiana del Cinquecento, Milan, 1954 ; réimpr. Bari, 1989 ; Federica Ambrosini, Paesi e mari ignoti : America e colonialismo nella cultura veneziana, Venise, 1982 (Miscellanea di studi e memorie, 20).

3 Chez Guichardin, Histoire d’Italie, liv. IX, chap. iv, et liv. X, chap. vi (plusieurs éditions sont disponibles, mais l’édition de référence reste celle de Silvana Seidel Menchi, Turin, 1971) ; chez Benedetto Varchi, Storia fiorentina, Cologne, P. Martello, 1721 (1re éd.), liv. I, chap. lxxxviii, et liv. II, chap. cliv, et d’autres.

4 Voir André Chastel, « Polémiques. Italiens et barbares », dans id., Le sac de Rome 1527 : du premier maniérisme à la Contre-Réforme, Paris, 1984 (Bibliothèque illustrées des histoires, 2), p. 161-205 ; et aussi Denys Hay, « Italy and barbarian Europe », dans Italian Renaissance Studies, éd. Ernest F. Jacob, Londres, 1960, p. 48-68.

5 Lodovicus Cœlius Rhodiginus, Lectionum antiquarum libri XXX […], Bâle, A. et A. Froben, 1566, chap. xxiv : « Scythas esse iracundos, nominis argumento comprobari potest : quando non aliunde gentis appellatio profluxisse creditur, quam quod irascit signat. Quanquam non latet, ab Herculis filio Scytha nuncupatos tradi a plerisque ; abs quo Herodoto auctore Scytharum propagati reges ».

6 Sperone Speroni, Dialogue des langues [Dialogo delle lingue], éd. Mario Pozzi, trad. Gérard Genot et Pierre Larivaille, Paris, 2001 (Bibliothèque italienne, 6), p. 11 : « Car si son origine a été barbare dans les débuts, pourquoi ne voulez-vous pas qu’en l’espace de quatre ou cinq cents ans elle ait acquis droit de cité en Italie ? »

7 Enea Silvio Piccolomini, Commentarii, éd. Luigi Totaro, Milan, 1984 ; réimpr. Milan, 2004.

8 Ibid., p. 26 : « quibus [le pain et le vin] expositis, maior admiratio barbaros tenuit, qui neque vinum prius neque panem album viderant ».

9 Paolo Giovio, Opera, t. IX : Dialogi et descriptiones, éd. Ernesto Travi et Mariagrazia Penco, Rome, 1984.

10 Ibid., p. 119, pour la description des Irlandais : « Verum inculta gens, ignara luxus, et peregrinis illecebris incorrupta, aratrum magnopere fastidit, ligonem recusat, sudoremque omnem praeter bellicum refugit, quo uno nihil fere, praeter decus, quaerendum existimat. Contenti siquidem pecore, lacte, caseo et favis, pisce item, aucupio, venationeque… ».

11 Ibid., p. 124 : « Au-delà des îles Orkneys, on trouve d’autres îles qui s’appellent Shetland : les habitants sont à demi nus et sans ressources, ils se nourrissent d’œufs, d’oiseaux et de poissons. Ils vivent dans la paix et la justice, ils n’ont jamais entendu parler des mots de richesse et de luxure, ils vivent en grande pauvreté et dans les ténèbres éternelles des brumes ; presque tous parviennent à un âge très avancé, grâce à une chance inouïe de la nature. Ils adorent Dieu et une fois par an, vers le solstice, un prêtre de Pomonia [la « main island », aujourd’hui Kirkwall] se rend chez eux traversant la mer, et trempe les enfants nés pendant l’année dans les fonts baptismaux ; il célèbre les rites religieux solennellement, puis asperge d’eau bénite les cabanes, puis, après avoir accepté un poisson en dîme, il retourne aux Orchades ».

12 Ibid., p. 124 : « Ultra Scethlandias ad dextram aliæ quoque parvæ, et ob id innumerabiles insulæ, immanium scopulorum effigie, toto eo Oceano se diffundunt, quo horrentia gelu et tenebris Norvegiæ litora quatiuntur ; non longe enim abest illud extremum Norvegiorum caput, quod antiquis incognitum, recentiores Cosmographi Nodrosium appellant ». Quant à l’identification moderne du cap Nord, Jove fait sans doute allusion à la publication à Venise, en 1539, de la Carta Marina d’Olaus Magnus, qui permit d’améliorer la cartographie de l’Atlantique du Nord.

13 Ibid., p. 125 : « L’on prétend que, sur les côtes les plus septentrionales et enneigées de la Norvège, vivent des hommes sauvages, à l’aspect monstrueux, couverts de chevelure et de poils très longs, incontestablement horribles ; ils s’expriment avec un terrible babillage à la place du langage, ils sont capables d’arracher par la force admirable de leurs mains des petits plants, ils plongent dans l’océan et dans les fleuves pour capturer les poissons, puis, ils sont capables de rester immobiles dans la glace et les neiges permanentes lorsqu’ils guettent une proie. On affirme que des voyageurs jetés sur ces rivages pendant la nuit ont été tués à coups de bâton ; ces gens en fait détestent la lumière et sortent surtout la nuit, puis ils les dévorent, à la manière des féroces cannibales, tant décriés à cause de leur cruauté, dont les îles ont été découvertes par Colomb le Ligure, mené par une flotte espagnole, qui nous a ouvert, par son heureuse audace, un autre monde. Ces brutes atroces de la Scythie de notre temps ont été observés par des ambassadeurs écossais, qui revenaient d’une mission auprès de roi Louis de France ; ils parvinrent, après un grand effroi, à s’en échapper grâce à leur vigilance et leur adresse militaire, alors qu’entraînés en haute mer depuis la côte belge, ils parvinrent aux rivages inhospitaliers de la Norvège ».

14 Les ouvrages De procuranda Indorum salute et Historia natural y moral de las Indias ne paraîtront pas avant 1596 en Italie : José de Acosta, De natura […] sive de procuranda Indorum salute, Cologne, A. Mylii, 1596 ; et id., Historia naturale e morale delle Indie […], Venise, B. Basa, 1596.

15 E. S. Piccolomini, Epistola CCCLXIX Martino Mayer excusatio contra murmur gravaminis Germanicae nationis, dans Opera omnia […], Bâle, H. Petri, 1551, p. 836 : « Vous, les Germains, étiez un peuple aux rites barbares, habitués à vous vêtir de loques. Les hommes plutôt sauvages et assoiffés de guerre se consacraient uniquement à la chasse et l’agriculture, mais ils ne comprenaient pas l’usage de l’argent, ni du vin. […] C’est uniquement la religion du Christ qui a provoqué en vous un grand changement. C’est la religion chrétienne qui a éradiqué la barbarie et cela tellement bien que vous méritez désormais d’être appelés Latins ».

16 E. S. Piccolomini, In historia rerum ubique gestarum locorumque descriptionem, dans Opera

17 Pour les sources de l’ouvrage voir Nicola Casella, « Enea Silvio a difesa dell’occidente cristiano », dans Enea Silvio Piccolomini : uomo di lettere e mediatore di culture [actes du colloque international, Bâle, 2005], dir. Maria Antonietta Terzoli, Bâle, 2006, p. 55-70. Pour les rapports entre sa cosmographie et la cartographie de l’époque, voir Alessandro Scafi, « Pio II e la cartografia : un papa e un mappamondo fra Medioevo e Rinascimento », dans Enea Silvio Piccolomini : Pius II Poeta Laureatus Pontifex Maximus [actes du colloque international, Rome, 2005], dir. Manlio Sodi et Arianna Antoniutti, Rome, 2007, p. 239-264.

18 E. S. Piccolomini, In historia rerum…, p. 289 : « Massagetis mos fuit singulis, uxores singulas ducere, neque tamen alienis abstinebant, cum quibus suspensa e curru pharetra in propatulo coibant. Foeda gens et brutis simillima, apud quem genus mortis maxime optimum iudicabatur, ut senio confecti, in frustra caederentur, et cum carnibus ovillis promiscue ederentur : eos qui morbo decederent, ut impios abijcientes : tamquam dignos, qui a feris devorarentur. Equites ac pedites inter eos optimi fuere, arcu, gladio, thorace ac securi aenea utentes. […] Insularum cultores, herbarum radices edebant, et agrestes fructus, ex quibus pocula exprimebant. Vestis erat arboris cortex, qui paludes inhabitabant, piscibus vescebantur, phocarum coria e mari prodeuntium induebant. Montani pomis sylvestribus alebantur non aussi oves occidere, cum paucas haberent, eisque lactis et lanae gratia parcerent. Bellicosi homines quavim simplices et in contractando minime versuti ».

19 Après une importante circulation manuscrite et l’editio princeps du De varietate fortunæ, parue sous le titre India recognita, Milan, U. Scinzenzeler, 1492, le voyage de Niccolò de’ Conti est inclus, en traduction italienne, dans le recueil de Giovan Battista Ramusio, Navigationi et viaggi, éd. Marica Milanesi, Turin, 1978-1988, t. III, p. 781-820. Pour l’édition moderne du Pogge, Poggio Bracciolini, De l’Inde, les voyages en Asie de Niccolò de’ Conti, éd. Michèle Guéret-Laferté, Turnhout, 2004.

20 Pour cette question, voir les remarques de Ramusio et ses « corrections » en toponomastique, en particulier G. B. Ramusio, Navigationi et viaggi…, p. 799-800 et l’introduction de M. Guéret-Laferté à P. Bracciolini, De l’Inde…, p. 35-51.

21 E. S. Piccolonimi, In historia rerum…, chap. xv, p. 291 : « Dans les deux villes, il [Niccolò de’ Conti] affirme avoir vu des maisons, des palais, des temples et d’autres beaux monuments urbains, tout à fait semblables aux villes italiennes : les hommes sont modestes et civilisés, sont très riches, d’après quoi, il faut croire qu’il y a eu un grand changement de mœurs, par rapport à ce que nous transmettent les anciens, à savoir que les Scythes étaient tous des bergers nomades et plutôt intraitables ».

22 Ibid., p. 419, où les habitants sont définis comme semiferos homines.

23 L. Cœlius Rhodiginus, Lectionum antiquarum…, chap. xx, p. 651 : « Quos esse viros Scytharum unoculos, Herodotus scribit, ita nuncupatos, quia illarum gentium vocabulo arima unum signat, spu vero oculum. Sed quod mirum sit, videtur auctor idem alibi fabulosum arbitrari, qui tamen versus quosdam […] ».

24 Hérodote, Enquête, trad. Philippe-Ernest Legrand, Paris, 1997, IV, 183 et 187.

25 L. Cœlius Rhodiginus, Lectionum antiquarum…, p. 723 : « Troglodytas Æthiopum inenarrabili pedum celeritate mirantur rerum conditores. Non articulatior illis vox : verum qualis in verspertilionibus inauditur, stridor. Cibus non aliunde, quam ex serpentibus lacertis ve ac omnino reptili genere ».

26 Cité également par E. S. Piccolomini, In historia rerum…, chap. xiii.

27 Lilio Gregorio Giraldi, De sepulchris et vario sepeliendi ritu, dans Operum quae extant omnium […] tomi duo, Bâle, T. Guarin, 1580, p. 640. Les funérailles de rois scythes sont décrites p. 654-655. Pour les Éthiopiens dits Macrobii, qui gardent leurs morts dans le crystal afin de ne pas oublier leur visage, il cite Hérodote, Enquête…, I, 3, et Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, trad. Yvonne Vernière, Paris, 1993, III, 9. Seul rite funéraire sur lequel Giraldi exprime son avis, celui des Troglodytes (p. 659 : « Troglodytarum sepultura pene ridicula videri »), dérivé de Diodore de Sicile, Bibliothèque historique…, III, 34. Pour l’allégresse funéraire des Thraces, voir Hérodote, Enquête…, IV, 94-95 ; et V, 3-5.

28 Hérodote, Enquête…, IV, 126.

29 L. G. Giraldi, De sepulchris…, p. 643 : « On comprend que les droits de sépultures ont toujours été sacrés, non seulement chez les Grecs et les Romains, mais aussi chez les Juifs et les barbares. Même les Scythes, que l’on estime si cruels, lorsque Darius fils d’Hystaspis les incitait à la bataille et leur reprochait d’éviter l’affrontement avec les Perses, répondirent : Nous avons les tombes des nos ancêtres, allez les chercher et essayez d’y toucher ! Vous verrez bien alors si nous combattrons pour elles. Mais avant cela, à moins que nous ne trouvions une raison, nous ne livrerons pas bataille. On peut facilement reconnaître quel culte et quel respect étaient voués aux tombes par les Scythes barbares, puisque c’était la seule raison qui les aurait poussés au combat ».

30 Giuseppe Nenci, « L’occidente barbarico », dans Hérodote et les peuples non grecs, Genève, 1990 (Entretiens sur l’Antiquité classique, 35), p. 301-318.

31 Aldo Albonico, Il mondo americano di Giovanni Botero […], Rome, 1990 ; et Romain Descendre, « Une géopolitique pour la Contre-Réforme : Le Relazioni universali de Giovanni Botero », dans PRISMI, t. 6 : Esprit, lettre(s) et expression de la Contre-Réforme en Italie à l’aube d’un monde nouveau [actes du colloque international, Nancy, 2003], dir. Bruno Toppan et Denis Fachard, 2005, p. 47-59.

32 Giovanni Botero, Relationi universali […] della quarta parte delle Relationi universali, Venise, G. Angelieri, 1599, p. 60-69, « Della varietà de’ Barbari e del modo di predicar l’Evangelio » : « Les écrivains appellent barbares ces peuples dont les mœurs s’éloignent de la raison et de la vie commune : si cette définition fût exacte, le nom de barbares conviendrait (du moins pour la seconde partie) davantage aux Grecs et aux Latins qu’à d’autres gens. […] Nous dirons donc qu’il faut considérer comme barbares ces gens dont les manières et mœurs s’éloignent de façon extraordinaire de la raison, soit par leur sauvagerie d’esprit, soit par ignorance, soit par la rudesse de leurs mœurs ».

33 Voir A. Albonico, Il mondo Americano…, p. 177.

34 R. Descendre, L’État du monde : Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genève, 2009, chap. viii.

35 G. Botero, Relationi universali…, p. 64. On ne sera pas sans rappeler la doctrine de Machiavel sur la naissance des formes politiques primitives, dans Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, liv. I, chap. ii.

36 Ibid., p. 66 : « Non è già lecito usar con questi per ciò la violenza e ‘l ferro, ma ben la verga e ‘l freno, perché non sono fieri e bestiali come lupi o tigri, ma sciocchi e stupidi, come pecore e somieri, e questi hanno più bisogno di minacce che di battiture e di paura che di forza ».

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search