Version classiqueVersion mobile

Lire, choisir, écrire

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Christine Silvi

Le « Plasne », la « Salmandre », le « Daulphin » et le « Mauvis » : la vulgarisation des savoirs dans les traités d’histoire naturelle de Pierre Belon

Philippe Selosse

Texte intégral

Introduction : « vulgariser »

1Le concept de « vulgarisation des savoirs » à la Renaissance ne va pas de soi, dans la mesure où « vulgariser » n’est que sporadiquement employé à partir du xvie siècle – le mot ne passe principalement dans l’usage que dans la seconde moitié du xixe siècle, où il se conçoit dans une épistémè positiviste de règne de la science et de hiérarchie affirmée des savoirs. C’est par ailleurs un concept complexe, car « vulgariser » recouvre quatre pratiques différentes et partiellement convergentes, correspondant aux différents emplois du mot :

  1. rendre vulgaire ou commun, c’est-à-dire diffuser, faire connaître1 ;
  2. rendre vulgaire, c’est-à-dire compréhensible par le vulgaire, le peuple ;
  3. rendre en langue vulgaire (par l’écrit ou la parole) ;
  4. rendre (le savoir) vulgaire ; autrement dit, faire du savoir vulgaire une partie du savoir.
  • 2 On songe aux vers de Joachim Du Bellay, L’olive augmentee depuis la premiere edition […], Paris, G. (...)
  • 3 La date repère et symbolique en étant 1539 (ordonnance de Villers-Cotterêts).

Envisagées au xvie siècle, ces quatre pratiques ont toutes quelque chose de paradoxal. La diffusion (1er sens) des savoirs ne peut se faire qu’au sein d’un lectorat lettré, lequel est, à l’époque, particulièrement réduit. L’adresse au vulgaire (2e sens) est forcément limitée, dans la mesure où le peuple est souvent analphabète, ne maîtrise pas le code écrit et est rejeté par les lettrés2. La diffusion en langue vulgaire (3e sens) revient à abandonner le latin pour une langue, non pas plus partagée en nombre – au contraire, puisque le latin est entendu dans toute l’Europe lettrée – mais partagée par un autre groupe, plus restreint géographiquement et socialement. Au xvie siècle en effet, on parle majoritairement patois dans le peuple, latin parmi les « doctes lettrés » et, en France, le vulgaire français est plutôt un sociolecte, d’usage restreint et récemment imposé à la cour et dans les textes administratifs3 :

  • 4 Claude Longeon, Une province française à la Renaissance : la vie intellectuelle en Forez au xvie si (...)

[Le français] n’est pas le signe d’une vulgarisation du savoir, mais d’un transfert de la puissance : le monde des clercs qui parlait latin cède le pas au monde de la bourgeoisie administrative qui annexe le français pour en faire la marque de sa caste4.

  • 5 À l’époque moderne, la hiérarchie positiviste des savoirs dévalorise le savoir populaire en raison (...)

Quant à considérer que le savoir puisse résider dans la connaissance populaire (4e sens), cette idée trouve ses limites dans l’épistémè d’un xvie siècle qui pose généralement le savoir comme relevant de la spéculation des hautes choses, sur lesquelles le peuple ne se penche pas5. Un point de convergence entre « le » savoir et la connaissance populaire existe néanmoins dans l’attention portée aux mots et en particulier aux nomenclatures, et ce, depuis Isidore de Séville.

  • 6 Le corpus exploité ci-dessous comprend les ouvrages suivants : L’histoire naturelle des estranges p (...)

2En tenant compte de toutes les réflexions précédentes et en prenant comme corpus d’application l’œuvre de Pierre Belon6, nous verrons donc quels sont les modes de vulgarisation en œuvre en histoire naturelle, discipline où les nomenclatures végétales et animales sont en plein essor au xvie siècle. Après avoir resitué brièvement l’histoire naturelle dans l’épistémè de la Renaissance et examiné les situations respectives du français et du latin dans cette discipline, nous envisagerons les différents enjeux que recouvre « la » vulgarisation.

I. — Contexte épistémique

1. Renaissance et vulgarisation

  • 7 Telles les herborisations dans la région de Montpellier, faites par Matthias de Lobel et Pierre Pen (...)

3Pierre Belon appartient aux années 1530-1560, période charnière de « Renaissance » de l’histoire naturelle, au moment où les humanistes vont et viennent entre le texte et la nature, rompant avec la pratique de compilation médiévale qui circulait d’un texte à l’autre, dans un monde clos sur lui-même. Les auteurs font à présent attention aux realia, renouvellent les pratiques (mise au point d’herbiers, excursions sur le terrain7, voyages lointains d’observation…) et tentent d’articuler connaissances puisées dans la nature et connaissances livresques, en travaillant à identifier les plantes et animaux décrits par les Anciens ou à recenser les plantes ou animaux nouveaux et inconnus des textes des Anciens. La citation suivante de Leonhart Fuchs, un des « pères » de la botanique, exemplifie cette « Renaissance » de l’observation empirique :

  • 8 Leonhart Fuchs, Le nouvel herbier de 1543, éd. Klaus Dobat et Werner Dressendörfer, Cologne/Londres (...)

[Fuchs, en élaborant les statuts de l’université de Tübingen rappelle que le professeur] doit durant l’été se rendre souvent avec les étudiants en médecine dans les champs et les montagnes, observer attentivement l’aspect des plantes et leur en présenter une image vivante, et non, comme beaucoup avaient coutume de le faire jusqu’à maintenant, laisser la connaissance des plantes médicinales aux épiciers, aux hommes incultes et aux faibles femmes sans esprit8.

  • 9 Rembert Dodoens, Histoire des plantes, trad. fr. Charles de L’Escluse, Anvers, J. Loë, 1557, « Stud (...)
  • 10 Pedanii Dioscoridisanazarbei de medica materia libri VI, trad. lat. Jean Ruel, Paris, S. Colin, 153 (...)
  • 11 Voir par exemple l’édition de référence de Marcellus Vergilius.

4Les ouvrages résultant de cette nouvelle pratique sont destinés à des lectorats particuliers et bien définis, restreints aux seules personnes alphabétisées ou lettrées et excluant des catégories telles que les femmes, les ignorants, les marchands, les apothicaires, les analphabètes. C’est ce que soulignent aussi bien Fuchs dans la citation précédente que Dodoens critiquant par exemple « ces misérables médecins qui ont abandonné toute la connaissance botanique aux femmes, herboristes analphabètes ou apothicaires ignorants »9. La cible principale pour la diffusion du savoir en histoire naturelle se résume ainsi au petit groupe des médecins lettrés et c’est pour ces derniers que, par exemple, le De materia medica de Dioscoride10, texte fondamental qui traite aussi bien de plantes que d’animaux et qui constitue une véritable bible médicale à l’époque, est imprimé dans des éditions gréco-latines, avec l’original grec en regard de la traduction latine11. Mais le savoir est aussi diffusé à un autre public qui regroupe : en pratique, les non-lettrés – au sens de « ceux qui ne parlent pas grec » –, qu’ils soient médecins (parfois), étudiants en médecine, marchands ou apothicaires ; socialement, l’entourage amical des savants, généralement formé de bourgeois ; « économiquement », les personnages de la cour en tant que « patrons » ou mécènes, lesquels ne parlent majoritairement ni grec ni latin.

  • 12 Ainsi, pour les livres comprenant la traduction latine de Jean Ruel, les éditions très réputées de (...)

5Pour ce public de second rang, plus important en nombre, les langues choisies sont variées. Il s’agit généralement du latin, langue de diffusion, en tant qu’il est la traduction de la langue grecque peu pratiquée. C’est ainsi que Dioscoride est souvent donné en traduction latine, le texte original grec étant de plus en plus souvent abandonné dans les éditions au profit du seul texte en latin12. Tout aussi couramment, on trouvera des traductions en langues vernaculaires : allemand, italien, français…

  • 13 L. Fuchs, Le nouvel herbier…, « Vorred ».

Souvent et de manière très assidue, j’ai été pressé et prié de transposer en allemand mon herbier latin par ceux qui ne possèdent pas cette langue13

voire, simultanément, plusieurs langues savantes et vulgaires pour satisfaire tous les publics :

  • 14 Conrad Gesner, Catalogus plantarum […], Zurich, C. Froschouer, 1542, « Epistola ».

J’ai ajouté les traductions dans différentes langues que chacun utilise. Ruel a en effet beaucoup écrit en français, d’autres en allemand, certains encore en termes latins ou barbares – mais utilisés par les épiciers. J’ai aussi ajouté les noms en grec pour plaire aux érudits, pour que mon livre soit polychrestos, qu’il soit utile non seulement à une classe [i.e. celle des médecins ou experts en Res herbaria] et aux lettrés [i.e. qui pratiquent les bonas litteras] mais aussi aux débutants [i.e. étudiants en médecine]14.

  • 15 Pour de brefs éléments biographiques sur Pierre Belon, voir M. Barsi, L’énigme de la chronique de P (...)

6Pour préciser notre analyse, nous nous pencherons sur le cas particulier du vernaculaire français à travers l’exemple de Pierre Belon, comme nous l’avons annoncé. D’origine modeste, vite protégé par les plus grands (le cardinal de Tournon, entre autres), Pierre Belon est un voyageur, secrétaire, interprète, surtout féru d’histoire naturelle15, qui a publié la majorité de ses traités (sur les poissons, les oiseaux, les plantes) en langue vulgaire et fait le projet (resté inachevé) d’une édition de Dioscoride en français. Ces particularités expliquent que nous nous intéressions à son œuvre en nous demandant pourquoi et pour qui cet auteur a fait un choix si constant du français.

2. Complémentarité du français et du latin

  • 16 Les cèdres mentionnés par les textes de l’Antiquité sont en fait des genévriers. Voir Philippe Selo (...)
  • 17 P. Belon, Les obseruations…, p. 202.

7À première vue, le choix de la langue semble répondre chez Belon à des finalités claires, comme on peut le constater en comparant deux ouvrages importants publiés tous deux en 1553. Dans Les obseruations de plusieurs singularitez et choses memorables trouuées en Grece, Asie, Iudée, Egypte, Arabie, & autres pays estranges, Belon fait le récit d’un voyage qu’il a fait en 1546-1549, mandaté par le roi et financé par le cardinal de Tournon. Ce récit est rédigé en français et fait mention des « singularités » observées dans ces pays. Entre autres, Belon y parle pour la première fois du cèdre du Liban, qui n’a jusqu’alors jamais été observé par les occidentaux16. La description du cèdre du Liban est faite en trois lignes (allusion à sa grande taille et à ses fruits dressés vers le haut) et c’est presque toujours cette brièveté que suit Belon dans ses descriptions, en particulier pour les arbres résineux, « remettant à [les] specifier par le menu auec les arbres coniferes »17, c’est-à-dire dans son livre sur les arbres conifères. C’est en effet dans son autre ouvrage de 1553, De arboribus coniferis, véritable traité sur les résineux, qu’il décrit minutieusement chacun des conifères. Dans ce livre entièrement écrit en latin, Belon donne pour chaque plante une profusion de détails descriptifs (morphologie, usages humains, lieux de pousse…) et philologiques, en comparant entre elles les sources gréco-latines. C’est ainsi que pour le cèdre, il écrit plus de deux cents lignes, soit six pages, lui réservant un traitement bien supérieur à celui en français relevé dans Les obseruations de plusieurs singularitez.

8De cette comparaison, on peut déduire que le vulgaire français est la langue du voyageur-chroniqueur mandaté par les autorités royale et religieuse : c’est une langue de vulgarisation étroite pratiquée au sein de l’institution politique nationale, qui ne s’adresse ni aux universitaires ni aux experts. Le latin savant, en revanche, apparaît comme la langue de l’historien de la nature, une langue de vulgarisation plus large (Europe) destinée aux lettrés et aux botanistes – cette interprétation étant corroborée par le fait que le récit de voyage de Belon au Moyen-Orient, Les obseruations de plusieurs singularitez, sera traduit en latin par le botaniste Charles de L’Escluse en 1589, afin que le texte puisse être lu par tous les botanistes européens.

9Cependant, quand on étudie de plus près les motivations de l’usage du français, qu’elles soient explicites ou avouées à demi-mot, on s’aperçoit que cet usage n’est pas seulement déterminé par le type de lectorat mais procède d’un choix plus complexe répondant à des enjeux politiques, socio-économiques, scientifiques, philosophiques et linguistiques.

II. — Enjeux politiques et socio-économiques

10Le corpus de Belon met particulièrement en avant l’idée de nation et le rôle des autorités (royale, mécénale, scientifique), dessinant ainsi un ensemble d’enjeux assez cohérent qui entremêle le politique et le socio-économique.

1. Affirmation de la nation

  • 18 Voir la définition de « nation » dans un des premiers dictionnaires du milieu du xviie siècle (Dict (...)

11Diffuser dans la langue vulgaire, surtout depuis l’ordonnance de Villers-Cotterêts, a un rôle d’affirmation de la nation, au moment où émerge la conscience qu’il existe une entité géographique, délimitée par des frontières et caractérisée par une culture commune (la langue) et des institutions communes (les lois)18. Les préfaces, postfaces et les poèmes encomiastiques soulignent très fréquemment cette relation entre choix de la langue et bénéfice public pour la nation :

  • 19 P. Belon, L’histoire naturelle des estranges poissons…, « Epistre à Monseigneur de Chastillon ».

Laquelle histoire il m’a semblé bon mettre en nostre langue, desirant que soubs vostre authorité, a laquelle je l’ay dedié, plus de personnes en eussent plaisir19.

  • 20 P. Belon, Les obseruations…, « Epistre au cardinal de Tournon ».

D’autre part afin que nostre nation qui sçait quelle affection vous portes à l’utilité publique, se sente aucunement du fruict de ceste mienne peregrination, dont vous estes autheur : et qu’un bien est d’autant plus louable, qu’il est plus commun : j’ay traicté ceste mienne observation en notre vulgaire françois20.

  • 21 Nicolas Denisot, dans P. Belon, L’histoire de la nature…, « Phaleuces ».

Or je veux manifestement deuant tous / Protester, que la France doit te [Belon] marquer / Au sainct nombre de ceux, de ceux bien-heureux, / Qui ont pour le devoir publiq travaillé21.

On notera dans les citations précédentes l’affirmation récurrente qu’une diffusion plus large par le vulgaire français ne vaut qu’à l’intérieur de ladite nation ; sinon, Belon le dit lui-même, une diffusion très large vers d’autres nations se fait par le latin, hors de France :

  • 22 P. Belon, L’histoire de la nature…, « Postface ».

Plaise au lecteur prendre en gré, ce qu’aura approuvé de nostre observation en ceste langue : attendant qu’avec l’aide de Dieu, du roy, de monseigneur le cardinal de Tournon, & de monseigneur F. Olivier, chancelier de France (qui ont jusques à cy entretenu nostre estude, fondee sur la medecine) le rendions en autre langue, au mieux qu’il nous sera possible, pour le communiquer aux autres nations22.

2. Affirmation du pouvoir royal

12Diffuser dans la langue vulgaire contribue aussi à asseoir le pouvoir royal qui a mis cette langue en usage et qui a permis la « Renaissance » de l’histoire naturelle. Il n’y a pas de traité où Belon ne fasse l’apologie de François Ier, laquelle, par homophonie et homographie entre le vulgaire « françois » et le roi François Ier, implique l’usage du français :

  • 23 P. Belon, Les obseruations…, « Epistre au cardinal de Tournon ».

Les espritz des hommes qui auparavant estoyent comme endormiz et detenuz assopiz en un profond sommeil d’ancienne ignorance, ont commencé à s’esveiller, et sortir des tenebres, ou si long temps estoyent demeurez enseveliz : et en sortant, ont jecté hors et tiré en evidence toutes especes de bonnes disciplines : lesquelles à leur tant eureuse et desirable Renaissance, tout ainsi que les nouvelles plantes apres l’aspre saison de l’hyver reprennent leur vigueur à la chaleur du soleil, et sont consolées de la doulceur du printemps : semblablement ayants trouvé un incomparable mecenas, et favorable restaurateur si propice, n’arresterent gueres à pulluler et à produire leurs bourgeons : puis esmaillants leurs drajons, et couvrants leurs tiges de nouvelle verdure, et parvenues en leur saison d’esté gracieux, chascune s’est tresbien ornée de moult belles fleurettes : et ayant puis engendré le fruict delectable et d’inestimable bonté : n’y a eu celle qui n’en ait faict present pour le payement des primices du revenu à son souverain ornateur, et gracieux soleil : duquel le bening aspect les auoit toutes remises en vigueur. C’estoit le roy magnanime, tressage, trespuissant et prudent, François premier de ce nom […] liberal mecenas des hommes studieux de vertu23.

  • 24 Guillaume Aubert, sonnet « Au roy », dans P. Belon, Portraits d’oyseaux

13Ceux qui louent Belon ne s’y trompent pas, en assimilant le savoir introduit en France et développé en français par Belon, à un accroissement du prestige de la couronne : « Ainsi tousiours la couronne de France / Viue immortelle en ses rares discours [i.e. les traités de Belon] »24. Et c’est aussi la raison du choix de l’histoire naturelle en français du « Daulphin » (parmi quantité d’autres poissons) dont Belon fait un exposé… emblématique :

  • 25 C’est le Delphinus delphis L. de la taxinomie moderne. Dans la suite du texte, nous donnons toujour (...)
  • 26 P. Belon, L’histoire naturelle…, p. 4.

j’ay trouvé juste occasion de parler du Daulphin25 […] sachant bien qu’il soit un poisson qui tient le sceptre en la mer, et qu’on luy ait donné le second lieu es armoiries en France : et aussi qu’il soit en dignité, le premier apres les fleurs de lils26.

3. Obligation du client

14Diffuser dans la langue vulgaire relève aussi des obligations du client vis-à-vis de son patron dans le cadre des relations mécénales – rappelons que le voyage de Belon au Moyen-Orient était financé par le cardinal de Tournon et sous le patronage du roi de France. Cet aspect est bien marqué dans l’extrait précédent sur la « Renaissance » de l’histoire naturelle : Belon y parle du « payement des primices du revenu » et y fait plusieurs allusions à « mecenas ». Le client qu’est l’humaniste doit s’acquitter envers son patron, de la façon la plus gratifiante pour celui-ci, à savoir en français, en tant que cette langue est la langue instituée et que le latin est peu voire non dominé par les nobles protecteurs de la Cour – la traduction latine est prévue, mais en second, après la rédaction en vernaculaire :

  • 27 P. Belon, L’histoire de la nature…, « Epistre au roy [Henri II] ».

Et maintenant, Sire, que par vostre grace m’octroyez que soye nombré entre voz escoliers, desirant m’aquitter de mon devoir envers vous : apres avoir redigé par escrit, et mis en lumiere les choses memorables observees en mes voyages : ay aussi entreprins vous faire voir à part en sept livres, ce qu’ay trouvé es oyeaux digne de recit, l’ayant rendu en nostre langue, presque en mesme ordre et sentence de ce que (Dieu aidant) vous presenteray en latin : ayant mieux aimé vous faire premiërement voir ceux cy, esperant que prendrez quelquesfois plaisir en la lecture d’iceux27.

4. Amélioration de la langue vulgaire

15Diffuser en langue vulgaire, enfin, c’est améliorer et asseoir progressivement cette langue comme langue ayant valeur d’autorité scientifique. Jusqu’alors, seuls le latin et le grec constituent des langues de référence, tandis que le vulgaire se caractérise par son imperfection, comme l’écrit Belon à plusieurs reprises. C’est une langue abusive, qui débouche souvent sur une fausse science :

  • 28 P. Belon, Les obseruations…, fol. 1v.

Qu’on ne se doibt trop fier aux appellations des choses, encor qu’elles soyent vulgairement nommées, si elles ne sont bien correspondantes aux descriptions des anciens, et convenantes à la chose qu’on descript28.

16L’objectif de celui qui écrit en langue vulgaire est alors de rectifier ces erreurs qui, tant sur le plan scientifique que politique, affectent tout le royaume de France. Le cas du platane est exemplaire :

  • 29 Platanus orientalis D. C.
  • 30 P. Belon, Les obseruations…, fol. 3. Nous soulignons.

Car comme le vulgaire françois nommant le Plasne, a faict penser à plusieurs gents que ce soit le Platane, qui toutesfois est une espece d’Erable : tout ainsi peut advenir à une autre nation. Et de ceste appellation de Plasne combien qu’il n’en naisse une seulle plante en tout le pays du roy, ne cultivée ne sauvage, neantmoins je voy toute France estre abusée en sa commune appellation : car mesmement les gens doctes et autres gens d’auctorité, voyans que le Plasne porte la fueille comme vigne, et que la description de Platane soit de porter telles fueilles, ont conclud à vne seule merque que ledict Plasne est platanus, et toutesfois cela est faulx : car le Platanus29 porte des pillules rondes, grosses comme noix, pendantes en forme de grappe : ce que ne faict nostre Plasne, qui les porte à la façon d’un leure de faulconnier. Et afin de pouvoir monstrer à l’experience que nous n’en avons aucunement en tout le pays de France, j’en ay cy devant mis le pourtraict contrefaict au vif30.

17Traquer les abus d’appellations, c’est ainsi, entre autres, traquer une vision erronée de l’image du roi, à travers une mauvaise connaissance de son animal emblématique :

  • 31 Salamandra salamandra L.
  • 32 P. Belon, Les obseruations…, fol. 3v.

Et tout ainsi que nous imposons de faulx noms à quelques choses qui nous sont vulgaires, tout ainsi en avons nous aucunes moult communes, dont ignorons leur vray nom. Il n’y a paisant en Gascoigne qui ne la sçache nommer la Salmandre un Mirtil, en Savoye une Pluvine, au Maine un Sourd : et toutefois aucun ne scet que c’est la Salmandre31. Parquoy ne se fault donc fier aux noms vulgaires des provinces, pour exprimer les choses, qu’on n’ait premierement conferé et bien examiné les escriptz des autheurs32.

18Cette pratique de tri et de correction dans les appellations est indissociable politiquement et économiquement de l’incitation faite aux riches « mécènes » de cultiver en France des plantes exotiques, recommandation que Belon rédige une fois encore en vulgaire français, sous le titre : Les remonstrances sur le default du labours et culture des plantes (1558). Dans ce dernier ouvrage, Belon cherche à rehausser la « gloire », la « renommée » ou la « célébrité » de la France, en lui permettant par exemple de construire une flotte à peu de frais avec des arbres comme les platanes, dont la pousse naturelle et les grands troncs allègent grandement le travail en termes de culture et de construction navale. Faire connaître en français ce que recouvre réellement le nom « Platane » est ainsi la source de nouveaux enrichissements politiques et économiques.

19La fin de la citation précédente réaffirme l’imperfection de la langue vulgaire en regard de la langue de la science. Mais il est possible d’y remédier si, de même que les écrits de Belon sont placés sous l’autorité politique et économique de ses patrons, la nouveauté de la langue vulgaire est confortée par l’autorité scientifique des Anciens – et ce faisant, Belon retrouve l’attitude de ses contemporains, qui est de conférer les noms modernes vulgaires avec les anciens noms latins et grecs :

  • 33 P. Belon, L’histoire de la nature…, « Epistre au roy ».

sçachant que celuy qui ne donne que le seul nom moderne en sa langue, à un animal ou plante, que neantmoins l’on pourroit bien nommer de diction antique : j’ay cherché les moyens pour approuver ce que j’en nommeray en ceste nostre langue, par les appellations antiques : à fin que le nom moderne ne soit desestimé pour sa nouveaulte, ains soit rendu en sa majesté par vertu de l’antiquité33.

  • 34 Ibid., p. 5.

Mais fault noter qu’en tout ce discours, autant qu’il nous sera possible, rendrons les noms grecs et latins avec les françois à chaque oyseau, à fin que le moderne en ait plus d’authorité. Et pour ce qu’il a esté force de mettre aucunes dictions grecques, et quelques fois des clausules latines, ce lieu soit pour nous en excuser : car par tout avons fuy de inserer mots estranges, sinon ou n’avons sceu faire autrement34.

III. — Enjeux scientifiques

20L’imperfection du vulgaire s’explique souvent par une cause extérieure, en l’occurrence, le mépris des hommes savants pour les choses matérielles et vulgaires (communes) par leur fréquence, lesquelles sont restées nommées uniquement en langue vulgaire. Or, la « Renaissance » de l’histoire naturelle a introduit deux innovations : d’une part, le primat de l’observation et de l’expérience sensible ; d’autre part, le refus d’une science sélective. Tout est considéré comme digne de connaissance et porteur de « vérité » dans l’ordre de la Création divine, d’où la nécessité pour l’historien de la nature de puiser son savoir dans tout, y compris dans le vulgaire (commun) :

  • 35 L. Fuchs, De historia stirpium commentarii insignes […], Paris, J. Bogard, 1543, « Epistola dedicat (...)

je jugeais même que certaines [plantes] vulgaires ne devaient pas être omises, afin qu'elles ne soient pas oubliées un jour par la postérité, comme le plus grand nombre de celles de Dioscoride, trop connues de son siècle pour qu'il jugeât devoir les décrire, sont aujourd'hui ignorées des esprits les plus savants et les plus minutieux35.

  • 36 Hieronymus Bock, De stirpium […] commentariorum libri tres, trad. lat. David Kyber, Strasbourg, W.  (...)

[Avant le xvie siècle], les plantes allemandes et vulgaires […] étaient méprisées36.

21Belon reprend ces conceptions, en critiquant « l’homme savant » qui néglige ce qui est vulgaire, et par-là même néglige la Création divine dans sa diversité :

  • 37 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 1.

ceulx qui estimoyent que le principal devoir d’un philosophe estoit d’appliquer son esprit sur la congnoissance des choses hautaines, lesquelles il fault contempler par imagination, eussent pensé faire corvee de specifier une chose ja vulgaire & cogneuë de chasque villageois37.

  • 38 Ibid., p. 281.

Il nous est advenu en la cognoissance des oyseaux tout ainsi qu’en celle des herbes : car, comme les anciens se fussent desdaignez d’employer leur temps à descrire une plante par le menu, qui leur estoit vulgaire, comme peut estre un chou, tout ainsi une Corneille, pour estre trop vulgaire, n’avoit esté descrite38.

Ce que Belon critique surtout, c’est qu’en négligeant toutes les « choses vulgaires », que ce soit le « Daulphin » ou la « Corneille », le « Thym » ou la « Salmandre », l’homme savant laisse en l’état une connaissance souvent confuse et erronée :

  • 39 P. Belon, Les obseruations…, fol. 1v.

Mais pource que je voy plusieurs choses fort vulgaires en nostre usage, et desquelles encor que l’appellation en est si commune, qu’il ne se trouve homme ne femme qui ne les veulle maintenir pour celles qui sont ainsi nommées de nom vulgaire, lequel toutesfois leur estant faulsement attribué. J’ay bien voulu presentement me mettre en debvoir de monstrer qu’on a abusé en l’appellation de plusieurs choses moult vulgaires39.

22Ces conceptions conduisent Belon à redéfinir l’homme savant, d’une part, par son observation non discriminante de toutes les choses de la nature, y compris les vulgaires (communes) ; d’autre part, plus implicitement, par son expertise en langue vulgaire – le vulgaire étant approprié aux choses vulgaires. Le véritable historien de la nature s’oppose alors au lettré expert en langues savantes :

  • 40 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 2.

Il fault donc qu’on mette la definition d’un homme sçavant, et contemplatif, non comme le vulgaire pense, qui sçait un peu de grec, de latin, ou d’hebrieu, ou pour avoir traduit quelque livre d’une langue en autre, mais qui est expert en ce devoir [entendre et cognoistre toutes choses par raison ou par choses sensibles], duquel l’on peult asseoir certain et asseuré jugement en toutes choses, de ce qui est, ou n’est pas tel en l’estre et arbitre de nature40.

23Vulgariser, au sens d’employer le vulgaire français, c’est donc affirmer la nouvelle orientation de l’homme savant et de son objet (la science), en parfaite conformité avec l’épistémè de la Renaissance qui prescrit l’observation de toute la Création divine et l’hommage à celle-ci.

IV. — Enjeux philosophiques et linguistiques

24Parallèlement, on trouve chez Belon une théorie de la langue qui vient justifier le choix de la langue vulgaire. Une telle théorie est originale, car absente chez les autres historiens de la nature – du moins en existe-t-il une semblable, mais réservée à la langue latine savante, alors que Belon l’applique, lui, au vulgaire. Cette théorie est celle de la libre imposition des noms cependant déterminée par un rapport de « convenance », de « décence » ou de « correspondance » entre le mot et la chose, c’est-à-dire réglée selon un mode cratylien très net mêlant conventionnalisme et essentialisme :

  • 41 P. Belon, L’histoire naturelle…, fol. 8v.

estant libre a toutes nations d’imposer les noms aux choses qui leur estoient vulgaires, quand elles n’en avoient point : ils les cherchoyent le mieuls a propos qu’ils pouvoient inventer, correspondants a la chose nommee41.

  • 42 Dans ce dernier cas, Belon vise les problèmes de « polysémie taxinomique ». Ainsi, dans la langue c (...)

25Ce rapport de correspondance s’énonce en trois temps : le nom vulgaire doit être motivé par une différence essentielle ; la différence essentielle est fondée par l’observation et l’expérience ; mais cette différence est indépendante du nom, elle demeure que le nom soit correct, erroné ou employé abusivement – c’est là la thèse proprement conventionnelle. Ainsi le nom « Mauvis » correspond-il à une espèce de grive bien distincte, différence essentielle que corrobore l’expérience de l’élevage – et quand bien même le nom « Mauvis » serait appliqué à un oiseau différent de la grive ou désignerait de jeunes grives ou bien encore désignerait à la fois le genre des grives en général et une espèce de grive en particulier42, il n’en reste pas moins que l’espèce décrite et mal dénommée existe et reste distincte en soi :

  • 43 Turdus iliacus L.
  • 44 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 327-328. Nous soulignons.

Puys qu’avons ja specifié deux especes de Grives [= la grande Grive et la petite Grive], reste maintenant à parler de la tierce, qui est le Mauvis43, voulants que nostre discours suyve le commun parler françoys. Mais ce faisants pretendons monstrer que ne prendrons si grande licence en toutes les especes, que ne veuïllions bien nous accorder à la commune maniëre de parler : car si d’avanture en faisant telle distinction nommions un oyseau, Mauvis, comme separé de la Grive [au niveau générique], et que toutesfois il n’y eust difference sinon en grandeur, ce seroit abuser seulement du terme, & non de la chose : car la decription de celuy qu’aurions mal nommé demoureroit tousjours entiëre pour celuy à qui elle appartiendroit : et à fin de ne faire distinction des noms, qui signifient une mesme chose, mettrons pour exemple que Grive et Mauvis soyent synonimes, signifiants touts deux une mesme chose [au niveau générique], desquels toutefois l’on en fait distinction [au niveau spécifique]. Et si dauantage les petites Grives d’une annee estoyent dissemblables aux vieilles, et que pour en faire difference l’usage les distinguast de noms propres, les appellants Mauvis, ne fauldrions toutefois de suyvir telle distinction, et maintenir ceste espece cy pour Mauvis. Mais pour ce que sçavons pour avoir eslevé les petits de l’un et de l’autre, qu’il y à difference entre eux, avons bien voulu donner la description du Mauvis. Lon attribuë aussi plusieurs autres noms françoys à ce Mauvis. Il est nommé en nostre païs du Mans un touret, de diction correspondente au nom diminutif d’un Tours. Et pour ne nous arrester à telles appellations, voulants plus tost suyvre le vulgaire, dirons que le Mauvis seroit semblable à la petite Grive, n’estoit qu’il est plus mince, et plus jaulnastre sur l’orengé par le dessous, et principalement aux plis des aelles, ayant aussi des taches orengees en chasque costé du col. [Légende de la gravure :] Cichla Iliada en grec, Turdus Iliacus en latin, Mauvis, Trasle, et Touret en françoys44.

26On peut observer dans les différents cas étudiés par Belon la mise en application récurrente du cadre théorique précédemment décrit. Les appellations en vulgaire français sont considérées comme correctes :

(1) quand elles correspondent à une appellation antique – exemple en est donné par le « Mauvis » précédent ou par le « Merle au collier » de l’exemple suivant, qui ont tous deux des équivalents latins donnés en fin de texte :

  • 45 Turdus torquatus L.
  • 46 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 318.

Savoisiens, et touts autres peuples habitants entre les haultes montagnes, et principalement au territoire d’Ambrun, et vers Saint Jan de Moriënne, cognoissent une maniëre de Merle, qu’ils nomment Merle au collier45, qui est si frequent en ces lieux là, qu’on n’y voit autre oyseau plus commun. Lors que le veismes pour la premiëre fois, pensasmes bien que ce fust quelque chose de rare, luy voyant un collier gris, comme à la Perdris franche, et à la Cane petiëre masle. Mais voyants qu’aucuns paisans n’ignorent son nom, nous sembla bon enquerir si Aristote en avoit point fait de mention. Soudain trouvasmes qu’il les a cognuz, disant qu’on en trouve de tels en Grece. [Légende de la gravure :] Baos en grec, Merulæ species en latin, Merle au Collier en françoys46 ;

(2) quand elles suppléent l’absence d’appellation antique correspondante, comme dans le cas du « Pic de muraille », lequel est de plus bien nommé en toute conformité d’essence :

  • 47 Tichodroma muraria L.
  • 48 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 302-303.

cestuy-ci n’a autre lieu assigné à se poser pour vivre, que le long des murailles. Nous n’avons donc failly de le nommer Pic de muraille47, ne luy ayants trouvé autre nom ancien, ne moderne48.

27Les appellations en vulgaire sont en revanche abusives lorsque l’appellation antique est ignorée, c’est-à-dire lorsqu’on ne respecte pas l’autorité de l’usage ancien. Cela se produit :

(1) quand on renomme ce qui l’a déjà été, comme dans le cas du « Daulphin », dont le nom « Marsouin » est erroné mais dont la différence essentielle (chair semblable à celle du porc) demeure cependant fondée :

  • 49 P. Belon, L’histoire naturelle…, fol. 8v.

quand les pescheurs de nostre nation ont pris un Daulphin en leurs rivages en plaine mer, ignorants son nom francois, et ne le sachants exprimer par le nom ancien, ils luy en ont baillé un barbare, qu’ils avoient apprins des estrangiers. Et les estrangers luy inventerent un nom comme je diray. […] quand ils ont veu ce poisson dont ils avoient l’usage, estant haché en pieces, estre semblable a la chair d’un porceau, ils luy ont voulu bailler une diction correspondante a cela [= Marsouin], a fin, qu’il tint le nom de la chose a laquelle il ressembloit, luy baillant son etymologie de la mer et du porceau49 ;

(2) quand on utilise un nom qui renvoie à une réalité étrangère, ce qu’illustre le cas du nom « Thym » employé en français :

  • 50 P. Belon, Les obseruations…, fol. 1v-2. Nous soulignons.

Je veulx donc maintenir que nostre nation […] n’ha par ci devant eu la congnoissance de l’herbe de Thym, attendu que celle que nous cultivons en nos jardins, n’est ne Thym, ne espece de Thym, ains est espece de Serpoulet. […] Parquoy doncq’ je di que si les choses que nous nommons par noms propres, ne conviennent avec la description desdicts anciens, qu’il fault conclure que ce ne sont celles qu’ilz ont entendu. Nostre Thym m’en soit exemple, duquel l’appelation est si commune à touts, qu’il n’y à celuy de quelque condition qu’il soit, qu’il ne la sache appeler et nommer de nom de Thym, et neantmoins ce nom luy est faulsement donné. Car l’herbe que nous appellons Thym, n’est pas celle à qui ce nom puisse convenir, ains à une autre qui croist communement par le pays de Grece50.

  • 51 Comme me l’a fait remarquer Claude Thomasset, cette « thésaurisation » n’a rien d’exhaustif et quan (...)

28En conclusion, le cadre théorique de l’imposition des noms met en évidence une grande fréquence de noms abusifs – par ignorance du nom ancien (« Salmandre », « Daulphin »), usurpation (« Thym ») ou confusion (« Plasne ») – avec parfois quelques noms corrects (« Mauvis », « Merle au collier », « Pic de muraille »). Néanmoins, ce cadre ne justifie pas un retour à la langue savante latine mais sert au contraire de caution à l’utilisation du vulgaire français. Si la langue vulgaire reste toujours sous le poids et l’autorité des langues anciennes, elle se trouve valorisée, chaque fois qu’elle apparaît comme juste, tout comme peuvent l’être les savoirs empiriques et non spéculatifs du vulgaire. On retrouve chez Belon un peu de l’attitude d’un Conrad Gesner ou d’un Jean Ruel qui s’intéressent aux appellations populaires des sorciers, paysans, prostituées – à ce détail près, que Gesner insère les noms vulgaires dans un texte rédigé en latin et que Ruel, lui, latinise ces noms pour n’écrire son texte qu’en langue savante latine. Chez Belon, écrire en vulgaire, c’est ramasser tous les noms existants en français et dans les patois, selon un mouvement de « thésaurisation » qui rappelle celui des premiers ouvrages lexicographiques de la Renaissance (Estienne, Nicot…), dénommés « thresors »51 et eux aussi attachés au relevés des « dictions » :

  • 52 Corvus frugilegus L.
  • 53 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 281. Nous soulignons.

celle espece de Corbin, qu’on voit si frequent par les terres labourables avec le bec blanc, qu’on nomme en bon langage un Freux52, ou Graye, ou Grolle. N’en deplaise aux autres contrees de France, si disons que les paisans du Maine ont les dictions plus pures pour exprimer les oyseaux53.

  • 54 Qui s’observe aussi dans la place du latin par rapport au français dans les dictionnaires d’Estienn (...)
  • 55 En réalité, il s’agit en taxinomie moderne du Hibou petit-duc, Otus scops (L.).

29Dans cette « thésaurisation » des « dictions » vulgaires, un lien phonétique s’établit parfois entre appellations modernes (françaises) et anciennes (latines). L’étymologie joue alors un dans l’identification des plantes et animaux dénommés en vulgaire – mais avec un renversement notable54, puisque, jusque-là, cette étymologie latine n’était utilisée par les historiens de la nature à la Renaissance que dans le cadre de textes en latin, pour établir des concordances entre nomenclatures latines. Ainsi Belon établit-il un rapprochement « ethimologique » entre « Hullote » en français et « Ulula »55 en latin, à l’occasion duquel il présente cette règle :

  • 56 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 141.

Il advient souventes fois qu’une vulgaire diction Françoyse enseigne grandement à trouver l’antique appellation de quelque animal, et ayde beaucoup à en avoir la cognoissance : mais toutesfois faut diligemment considerer, si cela luy est bien attribué56.

30Précisons toutefois, pour finir, que la promotion du vulgaire se fait dans une perspective de respect des identités des « nations » : c’est pourquoi Belon condamne l’emprunt, qui ravale la langue vulgaire au rang de langue barbare. Ainsi, le terme de « Marsouin » est deux fois abusif, d’abord par rapport à l’appellation ancienne qui est alors ignorée, ensuite par rapport au vulgaire français – une nouvelle dénomination, sans être pour autant exacte, aurait été plus admissible sous la forme « Porceau de mer » :

  • 57 P. Belon, L’histoire naturelle…, fol. 9-9v.

Les Francois me semblent l’auoir nommé le plus mal que touts. Car combien que ceste voix, Porceau de mer, ainsi prononcee en nostre langue, et en latin Porcus marinus, convienne a un autre poisson qu’au Dauphin, comme je diray cy aprés : toutesfois il est plus tolerable aus autres nations qui le nomment en leur languaige vulgaire, que aus Francois le nommant de nom estrangier. Les Anglois le nomment en leur language [Porc pisch], et les Bretons aussi [Morhouch] : mais les Francois le nomment d’un nom [Marsouin] emprunte du language de flament ou bas alleman57.

Conclusions

31Chez Belon, vulgariser conjoint deux pratiques essentielles, la diffusion du savoir et la prise en compte du savoir vulgaire. Ces pratiques relèvent globalement de l’épistémè de la Renaissance : séparation entre, d’un côté, langue vulgaire française de diffusion institutionnelle et nationale, et d’un autre côté, langue savante latine de diffusion scientifique et européenne ; relation entre choix du vulgaire français et obligation vis-à-vis d’un mécène peu lettré ; ouverture nouvelle de l’observation aux « choses » communes, en relation à une pratique d’identification des « choses » nommées en vulgaire – par comparaison avec les noms et descriptions gréco-latins ; contribution au statut scientifique de la langue vulgaire, par tri et correction des noms français. Belon s’inscrit de la même façon dans son épistémè, lorsqu’il promeut linguistiquement le français vulgaire dans le cadre théorique de la dénomination cratylienne, habituellement utilisé pour raisonner sur le latin de la science, et lorsque, ce faisant, il détache progressivement le français du latin, participant du même mouvement que celui qui fait émerger une réflexion sur la langue française en soi dans les premiers dictionnaires et grammaires.

Notes

1 Ce serait le sens de la première attestation du mot en 1512 chez Jean Lemaire de Belges, selon le Trésor de la langue française informatisée (TLFi), consultable en ligne (http://atilf.atilf.fr/tlf.htm).

2 On songe aux vers de Joachim Du Bellay, L’olive augmentee depuis la premiere edition […], Paris, G. Corrozet, 1550, sonnet cxiv : « Arriere, arriere, ô mechant Populaire ! / O que je hay ce faulx peuple ignorant ! ».

3 La date repère et symbolique en étant 1539 (ordonnance de Villers-Cotterêts).

4 Claude Longeon, Une province française à la Renaissance : la vie intellectuelle en Forez au xvie siècle, Saint-Étienne, 1975, p. 102.

5 À l’époque moderne, la hiérarchie positiviste des savoirs dévalorise le savoir populaire en raison de sa méthode empirique et subjective de traitement des connaissances ; à la Renaissance, la dévalorisation fréquente du savoir populaire réside dans l’objet même de la connaissance et son caractère concret, pratique, individué et désacralisé (qui s’oppose au caractère abstrait, absolu, général et lié au divin de l’objet du vrai savoir).

6 Le corpus exploité ci-dessous comprend les ouvrages suivants : L’histoire naturelle des estranges poissons marins […], Paris, R. Chaudiere, 1551 ; Les obseruations de plusieurs singularitez et choses memorables […], Paris, G. Corrozet, 1553 ; Plurimarum singularium et memorabilium rerum obseruationes […], trad. lat. Charles de L’Escluse, Anvers, C. Plantin, 1589 ; Voyage au Levant (1553) : les observations de Pierre Belon du Mans […], éd. Alexandra Merle, Paris, 2001 ; De arboribus coniferis resiniferis, Paris, G. Corrozet, 1553 ; L’histoire de la nature des oyseaux […], Paris, G. Cavellat, 1555 ; Portraits d’oyseaux, animaux, serpens, herbes, arbres, hommes et femmes […], Paris, G. Cavellat, 1557 ; Les remonstrances sur le default du labour et culture des plantes et de la cognoissance d’icelles, Paris, G. Corrozet, 1558 ; De neglecta stirpium cultura […], trad. lat. Charles de L’Escluse, Anvers, C. Plantin, 1589 ; Monica Barsi, L’énigme de la chronique de Pierre Belon, avec édition critique du manuscrit Arsenal 4651, Milan, 2001 (Il filarete, 204).

7 Telles les herborisations dans la région de Montpellier, faites par Matthias de Lobel et Pierre Pena, Stirpium adversaria nova, Londres, T. Purfoot, 1570.

8 Leonhart Fuchs, Le nouvel herbier de 1543, éd. Klaus Dobat et Werner Dressendörfer, Cologne/Londres/Paris, 2001, p. 13.

9 Rembert Dodoens, Histoire des plantes, trad. fr. Charles de L’Escluse, Anvers, J. Loë, 1557, « Studiosis medicinae candidatis ».

10 Pedanii Dioscoridisanazarbei de medica materia libri VI, trad. lat. Jean Ruel, Paris, S. Colin, 1537 ; Pedacii Dioscoridæ anazarbei de materia medica, trad. lat. Marcellus Vergilius, Cologne, J. Soter, 1529 ; Dioscoridis libri octo, graece et latine, trad. lat. Jean Ruel, Paris, A. Birkmann, 1549 ; Pedanii Dioscoridis anazarbei, de medicinali materia, Lyon, B. Arnoullet, 1550.

11 Voir par exemple l’édition de référence de Marcellus Vergilius.

12 Ainsi, pour les livres comprenant la traduction latine de Jean Ruel, les éditions très réputées de Colin (1537) ou Arnoullet (1550) ne sont qu’en latin – celle de Birkmann (1549) est en grec et latin.

13 L. Fuchs, Le nouvel herbier…, « Vorred ».

14 Conrad Gesner, Catalogus plantarum […], Zurich, C. Froschouer, 1542, « Epistola ».

15 Pour de brefs éléments biographiques sur Pierre Belon, voir M. Barsi, L’énigme de la chronique de Pierre Belon

16 Les cèdres mentionnés par les textes de l’Antiquité sont en fait des genévriers. Voir Philippe Selosse, « La découverte par l’Occident des “hauts cèdres du Mont Liban” : quelle culture de l’Autre dans l’épistémè de la Renaissance ? », dans Francophonie, conflit ou complémentarité identitaire [actes du colloque international, 2007], t. II, dir. Georges Dorlian, Tripoli, 2008, p. 975-1005.

17 P. Belon, Les obseruations…, p. 202.

18 Voir la définition de « nation » dans un des premiers dictionnaires du milieu du xviie siècle (Dictionnaire de l’Académie françoise, 1694, Paris, J.-B. Coignard, t. II, p. 110) : « Tous les habitants d’un mesme Estat, d'un mesme pays, qui vivent sous mesmes loix, & usent de mesme langage ».

19 P. Belon, L’histoire naturelle des estranges poissons…, « Epistre à Monseigneur de Chastillon ».

20 P. Belon, Les obseruations…, « Epistre au cardinal de Tournon ».

21 Nicolas Denisot, dans P. Belon, L’histoire de la nature…, « Phaleuces ».

22 P. Belon, L’histoire de la nature…, « Postface ».

23 P. Belon, Les obseruations…, « Epistre au cardinal de Tournon ».

24 Guillaume Aubert, sonnet « Au roy », dans P. Belon, Portraits d’oyseaux

25 C’est le Delphinus delphis L. de la taxinomie moderne. Dans la suite du texte, nous donnons toujours en note l’équivalent taxinomique moderne, selon la nomenclature binominale linnéenne.

26 P. Belon, L’histoire naturelle…, p. 4.

27 P. Belon, L’histoire de la nature…, « Epistre au roy [Henri II] ».

28 P. Belon, Les obseruations…, fol. 1v.

29 Platanus orientalis D. C.

30 P. Belon, Les obseruations…, fol. 3. Nous soulignons.

31 Salamandra salamandra L.

32 P. Belon, Les obseruations…, fol. 3v.

33 P. Belon, L’histoire de la nature…, « Epistre au roy ».

34 Ibid., p. 5.

35 L. Fuchs, De historia stirpium commentarii insignes […], Paris, J. Bogard, 1543, « Epistola dedicatoria ».

36 Hieronymus Bock, De stirpium […] commentariorum libri tres, trad. lat. David Kyber, Strasbourg, W. Rihel, 1552, « Præfatio ». Ce mépris apparaît par exemple chez Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones […], Strasbourg, J. Schott, 1530, lorsqu’il s’oppose à son illustrateur Weiditz, désireux de reproduire des plantes indigènes dites « nues », c’est-à-dire anonymes et inconnues des apothicaires.

37 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 1.

38 Ibid., p. 281.

39 P. Belon, Les obseruations…, fol. 1v.

40 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 2.

41 P. Belon, L’histoire naturelle…, fol. 8v.

42 Dans ce dernier cas, Belon vise les problèmes de « polysémie taxinomique ». Ainsi, dans la langue courante, on parle génériquement de corbeaux pour désigner diverses espèces : corneilles, choucas et corbeaux « au sens strict ».

43 Turdus iliacus L.

44 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 327-328. Nous soulignons.

45 Turdus torquatus L.

46 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 318.

47 Tichodroma muraria L.

48 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 302-303.

49 P. Belon, L’histoire naturelle…, fol. 8v.

50 P. Belon, Les obseruations…, fol. 1v-2. Nous soulignons.

51 Comme me l’a fait remarquer Claude Thomasset, cette « thésaurisation » n’a rien d’exhaustif et quantité d’autres noms de merles ou de grives existent en Savoie, qui ne sont pas recensés par Belon. Mais Hélène Cazes et Isabelle Pantin soulignent (communications personnelles) que l’absence d’exhaustivité nomenclaturale s’explique par l’invocation, fréquente à la Renaissance, d’une brièveté qui vise à ne pas tout donner et à valoriser le savoir oral et non écrit – la même « inexhaustivité » s’observant dans les premiers traités d’astronomie, pour ménager une voie moyenne entre langue trop riche et langue trop pauvre.

52 Corvus frugilegus L.

53 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 281. Nous soulignons.

54 Qui s’observe aussi dans la place du latin par rapport au français dans les dictionnaires d’Estienne et Nicot.

55 En réalité, il s’agit en taxinomie moderne du Hibou petit-duc, Otus scops (L.).

56 P. Belon, L’histoire de la nature…, p. 141.

57 P. Belon, L’histoire naturelle…, fol. 9-9v.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search