Version classiqueVersion mobile

Lire, choisir, écrire

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Christine Silvi

Jacques Grévin (1538-1570) et la nomenclature anatomique française

Jacqueline Vons

Texte intégral

1Dans le cadre de ce volume sur la vulgarisation des savoirs du Moyen Âge à la Renaissance, je voudrais proposer une réflexion sur un des moyens de transmission du savoir anatomique à la Renaissance, qui est la traduction, à travers un exemple particulier, celui du médecin Jacques Grévin, traducteur de Vésale. Certes, d’autres moyens ont été mis en œuvre à cette époque pour montrer la disposition interne des organes du corps humain, pour expliquer le fonctionnement du corps ; il suffit de rappeler la place de l’iconographie dans les traités d’anatomie, la présence de planches légendées, les jeux lexicaux sur les ressemblances et les analogies entre ce qui est connu ou supposé connu du lecteur et l’élément ou la structure anatomique que l’auteur du livre veut décrire. Mais aucune de ces approches obliques du sujet ne peut se substituer à la nécessité de nommer le corps, c’est-à-dire d’adopter une terminologie commune, acceptée et comprise par les spécialistes.

2Un des aspects majeurs de l’œuvre de certains médecins de la Renaissance est la recherche d’une nomenclature anatomique qui s’impose au monde savant. Des médecins universitaires parlant et écrivant en latin décrivent donc un corps humain, qui est manipulé, opéré, saigné, autopsié même par des chirurgiens et des barbiers ; la connaissance manuelle que ces derniers ont du corps se double chez eux de dénominations populaires, imagées, voire d’un mélange de latin et de vernaculaire. Ambroise Paré, par exemple, désigne le coccyx par les termes de « caude » et « queue », la scapula par « paleron » et « omoplate », le cartilage xiphoïde par « fourchette », etc. La traduction de livres en latin à l’usage des chirurgiens qui ignorent la langue savante semble à première vue un cas de vulgarisation tout à fait banal, qui tendrait à supprimer la juxtaposition de ces deux savoirs, le livresque et le pratique, en rendant accessible aux moins cultivés un savoir jusqu’alors réservé aux spécialistes. Le présupposé de la méconnaissance de la langue savante chez le lecteur est donc un argument qui justifie l’entreprise de traduction de la part de l’auteur. Car le traducteur est aussi auteur, qui est confronté à une double exigence : ne pas trahir le contenu, trouver ou créer les mots pour dire ce contenu, s’ils font défaut dans la langue usuelle. La traduction est dans ce contexte philologique et scientifique une véritable gageure. Certains, comme Grévin, revendiquent avec force leur originalité dans le texte traduit et veulent démontrer l’égalité entre la langue vernaculaire et le latin des savoirs.

  • 1 Il fut protégé par la famille du gouverneur de Clermont, les Warty, notamment par Madeleine de Suze (...)
  • 2 Selon Grévin, Henri II lui aurait commandé cette pièce pour le mariage de Claude de France avec Cha (...)
  • 3 Jacques Grévin, Le théâtre de Jacques Grévin de Clermont en Beauvaisis. Ensemble les autres œuvres (...)

3Jacques Grévin (1538-1570) naquit à Clermont-en-Beauvoisis (aujourd’hui Clermont-de-l’Oise) dans une famille de marchands commerçants (son père était marchand drapier et mourut jeune). Il fut élevé par ses oncles, Jacques Grévin et Pierre de Prong1 avant d’entrer en 1550 au collège de Beauvais à Paris, où il eut pour maître Marc-Antoine Muret et pour condisciple Étienne Jodelle. En 1556, il obtint sa licence ès arts et prit une inscription à la faculté de médecine de Paris. Cependant, c’est comme auteur de théâtre et poète qu’il a été le plus souvent reconnu. En 1558, on représenta trois de ses pièces, une tragédie, César (jouée par les Confrères de la Passion), et deux comédies, Les esbahis et La trésorière (jouées par les Basochiens et les Enfans-sans-souci2) ; trois ans plus tard il donna la première édition de son Théâtre, illustré de son portrait en costume de médecin. Un « brief discours » adressé au lecteur est l’occasion pour l’auteur de défendre sa conception de la tragédie et de la comédie françaises3.

  • 4 Voir L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 1-5 ; bibliographie reprise et abrégée par J. Colombe, « J. Gr (...)
  • 5 L’Olimpe est un recueil composé en l’honneur de Nicole Etienne, fille du médecin Charles Estienne ; (...)
  • 6 Sur les relations de Grévin avec les poètes de la Brigade de Ronsard, voir J. Grévin, Théâtre compl (...)
  • 7 Sur les protecteurs et amis calvinistes de Grévin, voir J. Colombe, « Grévin… », p. 32 : Madeleine (...)

4Il se fit admettre et louer dans les cénacles littéraires par plusieurs pièces poétiques, Pastorales, Hymnes, divers poèmes à l’occasion de manifestations historiques et politiques4, Sonnets, réunis sous le titre d’Olimpe et publiées chez Robert Estienne en 15605. S’il se lia d’amitié avec plusieurs poètes et musiciens, tels Jodelle, Nicolas Ellain (médecin et poète), Du Bellay, Boileau, Baïf, Antoine de Talon, Charles d’Espinay, les musiciens La Morlaye et Antoine Bertran, le savant Daurat, Grévin dédia également des sonnets et des épithalames à des amis médecins : les noms de Maignon et de Rousselet (médecins parisiens), Charton (médecin et principal du collège de Beauvais), Florent Chrestien, son « amy singulier », Jacques Pons (médecin lyonnais), Antoine Lepois (médecin et numismate), Millet (médecin et président de thèse), Jean de Gorris (doyen de la Faculté de Paris) figurent dans la liste des dédicataires de pièces poétiques. Il fut célébré par Ronsard6 avant de se brouiller avec lui après la parution du Discours sur les misères de ce temps (1562) et de La remontrance au peuple de France (1563). Attaqués dans leur religion7, Grévin et Florent Chrestien, tous deux calvinistes, médecins et poètes, publièrent aussitôt une Responce aux calomnies, où Ronsard était mis en cause.

  • 8 Commentarii…, t. VII, fol. 42 : « M. Iacobus Grevin dioecesis Bellovacensis, in artibus magister pr (...)
  • 9 Voir J. Colombe, « Grévin… », p. 36-37, et L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 37-39. Ce départ précipi (...)
  • 10 Commentarii…, t. VII, fol. 62v et 66, mention du paiement d’une amende pour absence à un appel des (...)
  • 11 Fac-similé de sa signature dans Commentarii…, t. VII, fol. 93 [1563] à 114v, et dans L. Pinvert, Ja (...)
  • 12 Claude-Pierre Goujet se montre très sévère à l’égard de Jacques Charpentier, dans id., Mémoire hist (...)
  • 13 Voir Encyclopédie méthodique…, p. 717-719.

5Il avait cependant dû fournir l’acte de baptême nécessaire pour l’inscription à la faculté de médecine en 1556. Il obtint le baccalauréat en 1560, sous le décanat d’Antoine Tacquet8. La même année, il publia un recueil de sonnets, la Gélodacrye, avant de quitter précipitamment la France pour l’Angleterre9. En 1561, il obtint sa licence, donc la possibilité de pratiquer, en ayant soutenu une thèse le 14 juin10. Le 9 mars 1563, il présenta la thèse de vespéries, le 16 mars l’acte final, et reçut le bonnet doctoral sous la présidence de Millet, un mois après l’assassinat de François de Guise11. La signature de Grévin, nommé docteur-régent, figure de 1563 à 1567 sur les registres de la Faculté pour approbation de la reddition des comptes par le doyen sortant ; toutefois ses prises de position sur des points de doctrine religieuse et médicale lui valurent l’inimitié et l’hostilité de collègues de la faculté de médecine de Paris. En 1564 déjà, il avait eu des démêlés avec Jacques Charpentier, médecin et professeur de mathématique et de philosophie au Collège Royal, qu’il accusait de l’avoir calomnié12. Un ami de Charpentier avait pris la défense de ce dernier dans un libelle daté du 5 des calendes de décembre 1564, publié chez Guillaume Meje, sous un pseudonyme, Guymara de Ferrare ; la réplique de Grévin, en français et en vers, parut également avec la date de décembre 1564, chez Challot Billet à Paris, sous le titre Responce aux calomnies n’agueres malicieusement inventées contre J. G.13.

  • 14 Louis de Launay, né à Moulins, fut immatriculé à Montpellier le 16 novembre 1553, bachelier en 1554 (...)
  • 15 L’usage de l’antimoine resta interdit jusqu’en 1666. Voir L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 50-52.
  • 16 Les attaques contre l’« Empirique » sont violentes, tandis que Grévin s’entoure des approbations de (...)
  • 17 Il semblerait que Grévin fût l’auteur d’un livre publié anonymement en 1565 par Plantin, La premièr (...)

6En 1566, sous le décanat de Simon Piètre, il entra en conflit avec le médecin Louis de Launay, de la faculté de médecine de Montpellier. Celui-ci, exerçant à La Rochelle, avait dédié aux magistrats de cette ville en 1564 un petit livre sur La faculté et vertu admirable de l’antimoine avec reponce à certaines calomnies 14, auquel Grévin répondit vivement avec le Discours contre l’antimoine contre ce qu’en a escrit Loys de Launay, dédié à M. de Carnavalet, gouverneur du duc d’Anjou, futur Henri III. Il y présentait la substance comme un poison, et demandait aux magistrats d’en interdire la vente. La même année, le 3 août 1566, la Faculté condamnait officiellement l’usage de l’antimoine15. En 1567 Grévin fit paraître le Second discours contre l’antimoine. Pour servir d’apologie contre ce qu’a escrit M. Lois de Launay (Apologia aduersus Launetum Empyricum Rupellanum) 16, et s’exila pour la seconde fois, après la bataille de Saint-Denis. Accueilli en Angleterre par l’ambassadeur Jacques Bouchetel, il quitta Londres en octobre 1567 et rejoignit Christophe Plantin à Anvers17, chez qui il fit paraître plusieurs ouvrages, essentiellement des traductions en français : les Emblèmes de Sambucus, les Emblèmes d’Adrien le Jeune, le Traité des venins de Nicandre.

  • 18 Commentarii…, t. VII, fol. 172 : « Eodem di, D. Rousselet pro Ia. Greuino absente postulavit ut jur (...)
  • 19 Commentarii…, t. VII, fol. 187, en date du 10 novembre 1569 : « Quo die pro more recitata sunt nomi (...)
  • 20 On ignore tout de ses activités de « conseiller ». Il semble avoir été envoyé à Rome, comme le sugg (...)

7On ignore la durée de son séjour à Anvers et la date de son départ pour Turin. Une chose est certaine : il était absent à l’Assemblée annuelle de la faculté de médecine le 6 novembre 1568, jour où Jacques Charpentier inaugurait ses fonctions de doyen. Un de ses amis, Rousselet, présenta une requête de la part de Grévin demandant que les droits (iura) qui lui étaient dus soient payés à sa femme. La requête fut rejetée18, puisque Grévin ne s’était pas soumis à l’édit royal (Regis edictum) ni aux décrets de l’Université (Academiæ decreta) qui exigeaient une profession de foi dans la religion apostolique catholique et romaine de la part de tous les docteurs régents de l’Université19. Ceux qui ne prononcèrent pas le serment d’obédience à la religion catholique et qui, pour des motifs religieux, avaient dû quitter la ville (eoque nomine ab urbe aberant) furent rayés du tableau des docteurs régents (doctorum quos regentes uocant albo expungi). Jacques Grévin entrait dans ce cadre de figure. Il était déjà à Turin, où il avait suivi sa protectrice Marguerite de France. Elle l’avait nommé son médecin ordinaire et son conseiller20. Il y mourut le 5 novembre 1570.

 

  • 21 Jean de Gorris (1505-1577), Nicandri Theriaca, interprete Jo. Gorraeo (cum ejusd. annotationibus). (...)
  • 22 J. Grévin, Deux livres des venins, Anvers, Plantin, 1568. L’ouvrage fut ensuite traduit en latin pa (...)

8Le nom de Grévin est resté lié à son entreprise de traduction en français d’ouvrages médicaux grecs et latins. En 1568, il fit paraître la traduction de deux ouvrages en vers du Grec Nicandre (médecin et poète alexandrin du iiie siècle) : les Thériaques (description d’animaux venimeux et des remèdes contre eux) et les Alexipharmaques (petit traité de poisons et d’antidotes) que Jean de Gorris avait annotés et publiés en latin en 155721. La traduction de Grévin est précédée d’une longue Dissertation commentant les poèmes de Nicandre et s’accompagne d’un traité inédit sur des poisons inconnus du poète grec et d’une dédicace à Jean de Gorris22.

  • 23 André Vésale, Résumé de ses livres sur la fabrique du corps humain, éd., trad. et commentaire Jacqu (...)
  • 24 J. Grévin, Les portraicts anatomiques de toutes les parties du corps humain […], Paris, A. Wechel, (...)

9En octobre 1545, Thomas Gemini de Liège, Lysiensis (1510-1562), graveur, peintre et fabricant d’instruments scientifiques, qui se prétendait médecin et chirurgien, avait réalisé à Londres un ouvrage intitulé Compendiosa totius anatomes delineatio, ære exarata per Thomam Geminum (Représentation abrégée de toute l’anatomie, gravée sur cuivre, par Thomas Gemini), comprenant les planches du grand ouvrage d’André Vésale, De humani corporis Fabrica, et le texte de son Epitome ou Résumé, publiés en 1543 à Bâle chez Oporinus23. En 1564, Jacques Grévin donna une édition corrigée de l’ouvrage de Gemini, puis une seconde édition en 1565 ; toutes deux furent publiées chez Wechel, sous le titre Anatomes totius ære insculpta delineatio, cui addita est Epitome, innumeris mendis repurgata, quam de corporis humani fabrica conscripsit clariss. And[reas] Vesalius, comportant les six chapitres et l’énumération des parties du corps de l’Epitome (dans la version de Gemini plus exactement), accompagnés de commentaires de Jacques Grévin intercalés en caractères romains après chaque chapitre. En 1569, Jacques Grévin publia, toujours chez Wechel, une traduction française de la Delineatio, sous le titre Les portraicts anatomiques de toutes les parties du corps humain gravez en taille douce, par le commandement de feu Henry huictiesme, roy d’Angleterre, ensemble l’Abbrégé d’André Vesal et l’explication d’iceux, accompagnée d’une déclaration anatomique par Iacques Grevin de Clermont en Beauvoisis, medecin à Paris 24.

  • 25 Julien Pollux de Naucratis, Onomasticon, en dix livres, dédié à l’empereur Commode. Le texte précéd (...)
  • 26 A. Vésale, De humani corporis fabrica libri septem […], Bâle, J. Oporinus, 1543, liv. I, p. 166.

10C’est cette traduction qui fera l’objet de notre analyse centrée sur la nécessité pour le traducteur de créer une nomenclature anatomique en français et de définir les choix qu’il aura faits. Ces choix étaient d’autant plus difficiles que la terminologie anatomique latine était elle-même peu fixée. Il n’était guère étonnant qu’à la confusion des termes correspondît une confusion des notions pour lesquelles il existait soit un nombre considérable de synonymes, parfois chez un même auteur, soit une absence de nom. Aux traductions arabes des traités antiques grecs avaient succédé celles établies en latin directement sur le texte grec, qui n’avaient fait que multiplier les dénominations en faisant un large appel au lexique ou Onomasticon de Pollux, aux compilations de Rufus d’Éphèse ou d’Alexandre d’Aphrodisias récemment traduites en latin25. La connaissance anatomique du corps à l’époque de Vésale était essentiellement une connaissance de mots. Un exemple de cette anarchie lexicale est donné par Vésale lui-même dans les explications des trois grandes planches ostéologiques qui terminent le livre I de la Fabrica. Chaque os représenté est accompagné d’une liste des noms classés selon un ordre rigoureux, idque ita ut ordo hic uim quandam habeat : en premier lieu, le nom latin employé le plus souvent par Vésale dans l’exposé, ensuite le nom grec, les autres noms latins utilisés par des auteurs reconnus, puis les noms hébreux et leurs traductions arabes faites par Avicenne, d’autres noms encore, rencontrés soit chez des traducteurs latins à partir de l’arabe, soit dans des manuels écrits par des professeurs d’université ou par des chirurgiens contemporains26.

  • 27 A. Vésale, Résumé…, p. cxv-cxviii. Les études sur le vocabulaire anatomique latin sont peu nombreus (...)
  • 28 Voir Jacqueline Vons, « Le rôle de l’analogie dans la transmission d’un savoir scientifique : André (...)

11On constate également la déficience ou l’absence de terme exact, alors même que la description anatomique permet précisément de repérer telle ou telle structure ; cela s’observe surtout dans la description des muscles, qui n’ont généralement pas de nom, mais un numéro, et où foisonnent les descriptions imagées. Des transferts de proximité pouvaient également contribuer à la confusion des identifications : par exemple, le nom latin désignant l’épaule (humerus) a été appliqué par extension à la partie du bras comprise entre l’épaule et le coude, à l’os de cette partie, et finalement au membre entier, en concurrence avec le nom manus 27. Dans l’Epitome suorum de humani corporis fabrica librorum, Vésale s’était attaché à nommer les parties du corps en utilisant prioritairement le latin, pour se démarquer peut-être de la nomenclature galénique grecque. Lorsque le terme existait à l’époque antique, attesté par exemple chez Celse, il est repris par Vésale (par exemple le mot crus dans l’acception que lui donnait l’écrivain latin28) ; dans les autres cas, la dénomination se fait à partir de traductions littérales du grec (par exemple l’adjectif mammillaris traduisant le grec mastoïdes) ou de l’arabe (les termes dura membrana et tenuis membrana remplacent dura mater et pia mater, d’origine arabe) ; parfois il y a création lexicale (le corpus glandosum est une création pour désigner la prostate), le plus souvent fondée sur une comparaison et une analogie de formes. C’est à partir d’un consensus sur les dénominations que le texte descriptif peut être compris même par ceux qui ne voient pas l’objet décrit, ici le corps.

12Devant une situation aussi complexe, l’attitude adoptée par Grévin est intéressante à observer, parce qu’elle peut être – ou non – représentative de la fonction de traducteur dans le contexte scientifique, où le contenu doit en principe rester inchangé. L’ouvrage de Grévin comporte plusieurs textes adressés au lecteur qui justifient ses choix lexicaux, qui exposent les difficultés qu’il a rencontrées et le but qu’il s’est donné. En guise de préface ou de dédicace, nous rencontrons un très long texte intitulé : « Advertissement de I. Grévin au lecteur sur les noms françois imposez a quelques parties du corps humain » :

Ami lecteur, ce n’est point du jourd’huy que lon a commencé à traduire les bons livres des anciens et des modernes, tant pour enrichir nostre langue françoise, que pour trouver moyen de profiter à plusieurs, lesquels defavorisez des biens de fortune, et toutefois recompensez au double par un bon naturel, peuvent regaigner aux traductions Françoises ce qu’en leur jeune aage ils ont perdu pour n’avoir esté instruicts en la connaissance des langues. Car si nous voulons refeuilleter les livres qui ont esté mis en avant depuis le commencement du regne du grand Françoys, certainement nous trouverons de quoy nous contenter en partie : principalement en ce qui concerne l’histoire et la poësie, attendu que nostre France se peut vanter de n’estre point vaincue par quelques autres nations. Toutefois je suis contrainct de confesser qu’és choses qui concernent les arts, que nous nommons liberaux, elle ne s’est encore monstree telle que quelques autres, lesquelles ont ce bien aujourd’hui, non seulement d’avoir tous les livres des anciens Grecs et Latins traduicts en leur langage : mais aussi d’avoir eslevé des gentils esprits, qui n’ont laissé aucun sentier qu’ils n’aient couru diligemment, et remerqué [sic] si soigneusement de leurs naturelles enseignes qu’aujourd’hui ils se peuvent à bon droict vanté d’avoir cogneu le chemin qui conduict à la cognoissance de vertu. Or si en ceste partie il se peut alleguer quelque defaut, certes ce sera és choses qui concernent la philosophie naturelle : car en icelle nous confesserons que les François sont du tout apprentis, je dy ceux qui n’ont la cognoissance des langues estrangeres, pur lesquelles apprendre nous sommes contraincts passer le plus beau de nostre aage, autant que de nous hazarder de saluer l’une de ces belles sciences, desquelles nous pourrions gouster les douceurs avec le laict de notre jeunesse, si, estant traictees en noste langage, nous n’estions assubjectis aux parolles des estrangers. Je ne dy pas que la cognoissance des langues ne soit à louer : mais elle ne nous serait necessaire, si ce qu’elles contiennent, estoit tissu par une main françoise.

  • 29 J. Grévin, Les portraicts…, « Advertissement », fol. *ij.

Ayant donques deliberé d’aider en partie, voire d’enrichir, s’il m’est possible, nostre langue, j’ay choisi ce qui m’a semblé estre convenable à ma profession, à scavoir le traicté de l’une des parties de la medecine, laquelle est aujourd’huy la plus requise et necessaire, d’autant qu’elle est communement exercee par gens nullement ou bien peu versez és langues grecques ou latines, lesquels toutefois ne seront moins à priser en ceste partie, advenant que leur art leur soit expliqué aussi familierement, comme il est à ceux qui l’ont appris en autre langage. Parquoy à fin que mon bastiment entrepris soit de telle duree, que la grandeur de la science que j’y veux loger et traicter le merite, j’ay voulu commencer mon fondement par la pierre, qui est seule suffisante de soustenir un tel œuvre. Et pour autant que ceux qui se sont efforcez de bastir par avant moy, ont si bien desguisé leur matiere, qu’il semble que le tout ne soit faict que de pierres empruntees d’ailleurs : j’ay tellement deliberé pour ne tomber en ce vice, de fouyr noz carrieres françoises, que s’il est possible, je ne serai contrainct de mettre en œuvre ny le porphyre de Grece, ny le marbre d’Italie. Et à celle fin que cecy ne soit du tout estrange, à ceux qui ont accoustumé les vieux mots, j’ay bien voulu proposer ce petit advertissement pour descharger ceux qui liront ce traicté anatomique. Je feray donques une brefve collation de noz mots françois, accommodez par nous avec les grecs et latins, lesquels on escorche ordinairement, à celle fin que ceux qui se sont accoutumez aux uns, puissent faire leur profit des autres, et qu’ils voyent quelle raison nous avons eu d’ainsi les tourner29.

  • 30 Il serait intéressant de comparer le lexique des Portraicts avec celui proposé dans les Dialogues p (...)
  • 31 J. Grévin, Les portraicts…, fol. ijv : « Ce que lon a iusques a maintenant nommé aponeurose et ener (...)

Cet « Advertissement » s’inscrit résolument dans une défense de la langue française dans les « arts », c’est-à-dire dans les sciences et techniques, et dans la philosophie naturelle. Grévin choisit la discipline qu’il connaît le mieux, la sienne, et s’adresse à ceux qui la pratiquent mais ignorent les langues savantes et étrangères. Il semble à première vue que ce soit là l’affirmation claire et nette d’une volonté de vulgariser le savoir. Mais dans le refus des « pierres empruntées ailleurs », dans le désir de « fouir des carrieres françaises », et d’enrichir la langue française, se lit aussi une revendication nationaliste qui veut donner à la langue française un statut égal à celui des langues anciennes. La portée polémique et politique de ce discours est évidente, et est illustrée par une série d’exemples : les cinq pages suivantes présentent, sur deux colonnes, les termes français classés par ordre alphabétique, qui ont été retenus par Grévin de préférence aux termes grecs et latins, accompagnés d’explications, de justifications de choix, de correspondances ponctuelles avec des termes grecs, des synonymes latins ou vulgaires30. Il faut cependant constater objectivement qu’après le français, la langue retenue est le grec, les mots latins utilisés par Vésale n’étant que rarement mentionnés, voire même inclus dans la série des termes utilisés par ceux qui, selon l’auteur, « écorchent le latin ». On observe aussi que le mot français commun l’emporte souvent sur le mot savant. Ainsi, l’« aponevrose » (terme d’origine grecque) et l’« énervation » (d’origine latine) ont été remplacés par « allonge nerveuse »31 ; les termes « conduit », « tuyau » et « canal » sont utilisés pour désigner les vaisseaux (vasa), la « taie » traduit le terme « membrane » (membrana), la « greve » désigne la jambe et l’os de la jambe (c’est à dire le tibia aujourd’hui), et la « sousgreve » le second os (la fibula).

13L’ouvrage présente ensuite une série de planches anatomiques copiées de l’Epitome et de la Fabrica et accompagnées de leurs explications, puis le texte descriptif de l’Epitome, avec un commentaire de l’auteur, sous le titre « L’Abrégé de l’anatomie d’André VESAL [sic] », suivi d’une « Brefve declaration des parties du corps humain tant simples que composées par Jacques Grevin de Clermont en Beauvoisis, medecin à Paris ». Le livre se termine par un chapitre « Méthodique division et dénombrement de toutes les parties du corps », constitué d’un tableau, et deux chapitres très brefs, l’un intitulé « Les noms des parties exterieures du corps, lesquelles apparoissent sans aucune decouppure [sic] », l’autre « Bref denombrement de tous les oz du corps ».

14La « Brefve declaration des parties du corps humain tant simples que composées » est un texte de dix pages, composé à partir des notes et des commentaires des éditions précédentes en latin, qui prétend proposer une nouvelle description du corps humain selon une disposition de la matière anatomique qui affinerait la méthode de Vésale. À partir des définitions des parties simples et des parties composées, l’auteur énumère et compte systématiquement les structures qu’il a pu identifier comme telles dans le corps (les os, mais aussi toutes les jointures osseuses, les tendrons ou cartilages, les liens ou ligaments) avant de revenir dans les derniers chapitres à une description topographique localisée et ponctuelle des organes et des différentes facultés (ou esprits), selon un ordre traditionnel a capite ad calcem, qui ne tient compte ni des nécessités imposées par l’ordre de la dissection, ni de la « fabrique » du corps, de sa reconstruction selon les critères vésaliens. Grévin décrit l’organe de la faculté animale (description du cerveau), puis ceux de la faculté vitale (description du cœur et du poumon), et de la faculté naturelle (estomac, foie, intestins), suivis des organes sexuels masculins et féminins. Cette « Brefve declaration » est annoncée par une « Préface au lecteur », très courte, mais peu conventionnelle. Si le traducteur rend hommage à l’auteur de l’Epitome, s’il va jusqu’à reprendre la formule finale de la lettre au lecteur placée sur la page de titre du traité anatomique latin, il défend aussi une conception nouvelle du traducteur et de l’originalité de son travail par rapport au modèle :

  • 32 J. Grévin, Les portraicts…, fol. C ij.

Je ne suis point tant eslongné de raison ni tant presomptueus, que je ne sache bien et que je recongnoisse quant et quant la grande diligence d’André Vesal [sic] en la dissection des corps humains, et en la soigneuse remerque [sic] des parties d’iceux. Car je le revere comme l’un des plus doctes des plus diligens et plus exercitez en ceste partie de nature. Ce n’est donques pour adjouster à sa diligence ou pour supplier à quelque defaut, que j’ay mis en avant ceste declaration des parties tant simples que composees : mais bien pour relever le lecteur d’un empeschement qu’il eust peu trouver en plain chemin de cest abregé : ou plus tost de la peine qu’il eust eu d’aller rechercher dans un grand volume et en plusieurs parolles ce que je luy donne en bref : car certainement l’excellence et perfection de ces figures anatomiques me sembloyent meriter non seulement une simple histoire des noms, des lieux ou des parties du corps, ou de l’assiette quelles ont en iceluy : mais aussi une explication naturelle, ou pour le moins une sommaire demonstration d’icelles, telle que je la donneray cy après des parties tant simples que composees. En quoy faisant, si d’aventure l’on trouve que je n’ay en tout et par tout ensuivy l’opinion de Vesal, je prie le lecteur de penser que tout ainsi que Vesal a escrit librement sa sentence, souventefois contraire à celle des anciens : ainsi librement j’ay escrit, ce qui m’a semblé approcher plus pres de la vérité. Au reste ceux qui voudront diligemment collationner l’explication des characteres mise aux figures, avec les figures mesmes, certainement ceux la pourront recongnoistre combien nous avons racoustré [sic] de lieux lesquels estoyent depravez en l’explication premierement imprimee et adjoustee à ces mesmes figures. Ce que je prie le lecteur prendre en aussi bonne part, que de bonne affection je l’ai fait, affin de profiter en quelque sorte à nostre Republique32.

15Mais dès lors que la traduction s’annonce comme une création, de nouvelles questions se posent ; sur le plan lexical, il est relativement facile de repérer les registres de langue dans lesquels Grévin puise les mots qu’il utilise et dont il revendique le choix (« j’ai donné le nom », « je nomme », écrit-il à maintes reprises dans l’« Advertissement au lecteur »). Plus inquiétante dans un texte scientifique est l’affirmation que le traducteur a sciemment modifié « l’opinion » de l’auteur original, c’est-à-dire que le changement de terme peut signifier un changement de sens non indiqué (correction, précision, etc.) par rapport à la réalité anatomique.

  • 33 Alexandre Lunel, La maison médicale du roi, xvie-xviiie siècle : le pouvoir royal et les profession (...)

16Mais pour qui Grévin traduit-il ? Quel public vise-t-il ? Il s’adresse, affirme-t-il, aux lecteurs qui n’ont pu étudier en leur jeune âge les langues anciennes, mais qui pratiquent la médecine. Observation qui est loin d’être négligeable (même si la rhétorique en semble déjà commune) dans le contexte précis de l’enseignement de la médecine en France dans le dernier quart du xvie siècle, où l’on voit les statuts des différentes professions médicales entrer dans une phase de profondes modifications, dans un climat qu’il faut bien reconnaître comme peu harmonieux : si des rapprochements ont lieu dans les domaines des savoirs médicaux, les polémiques et les attaques ad personam, parfois très violentes, traduisent la crainte ou le dépit de voir certains privilèges être remis en cause, voire disparaître33. Tout cela met à mal l’idée d’une progression linéaire d’une médecine s’enrichissant progressivement de découvertes. Le travail de Grévin, médecin, est donc tout à fait intéressant dans une perspective d’ouverture vers un public cultivé, mais n’appartenant pas au monde médical.

17La « Briefve declaration » se termine par un vaste tableau : « Méthodique division et dénombrement de toutes les parties du corps humain », classant et hiérarchisant les connaissances développées dans les pages précédentes, témoignage d’une revendication d’un statut scientifique pour la médecine, qui trouvera son épanouissement dans les classifications d’un La Framboisière et d’un Sydenham par exemple.

Annexe

Exemples de traductions de termes anatomiques de Vésale par Grévin

18J’ai comparé les termes anatomiques latins relevés dans l’Epitome de Vésale et leur(s) traduction(s) dans les Portraicts de Grévin, non pas tous les termes mais ceux pour lesquels le médecin français explique ses choix et pour lesquels il propose des variantes que j’ai référencées en notes. J’ai gardé l’ordre des différents chapitres de l’Epitome, et classé les noms au fur et à mesure de leur apparition dans chaque chapitre, en distinguant dans la mise en page les parties essentielles et les éléments de ces parties. Ces dénominations sont reprises dans la Fabrica, mais sont souvent présentées dans des listes plurilinguistiques, dans un ordre défini par Vésale, comme en témoigne l’introduction aux légendes des trois grandes planches ostéologiques qui terminent le livre I de la Fabrica :

  • 34 A. Vésale, De humani corporis fabrica…, p. 166.

Je placerai d’abord les noms que j’utilise principalement dans toute la trame de l’exposé, ensuite les noms grecs, puis (s’ils existent) d’autres noms latins acceptés par des auteurs réputés, afin que cet ordre ait un certain sens. Viendront ensuite les termes hébreux, mais aussi dans certains cas, des termes arabes provenant presque tous d’un traducteur juif d’Avicenne, et ceci grâce à l’éminent médecin, mon ami intime, le juif Lazare de Frigeis (avec qui j’ai l’habitude de travailler sur Avicenne)1. J’ai pensé qu’il fallait transcrire ces noms avec des caractères latins, parce que la plupart d’entre eux se rencontrent dans les livres des Arabes donnés en latin ; et il me paraît juste aussi d’indiquer ensuite d’autres noms, qu’on rencontre parfois chez les traducteurs latins des Arabes, avec ceux que nous lisons chez des maitres de la scolastique (comme ils aiment être appelés) et dans les livres écrits par des médecins de notre époque pratiquant l’art de la chirurgie ; ces noms méritent d’être pris en compte soigneusement au même titre que ceux reçus par les autorités latines34.

On constate que le premier terme de la liste mentionnée dans la Fabrica est celui qui figure dans l’Epitome. Cela est un argument supplémentaire pour justifier le travail de Vésale en vue de simplifier et d’unifier une terminologie anatomique au moins sur le plan de la pédagogie.

19Voici, à titre d’exemple, la nomenclature des organes génitaux dans l’Epitome (chapitre VI) de Vésale et dans les Portaicts, qui témoigne bien du travail lexical de Grévin.

  • 35 J. Vons, « Jacques Grévin (1538-1570) traducteur de Vésale. Questions de nomenclature anatomique », (...)

20L’étude complète, trop volumineuse pour être publiée ici dans son intégralité, est disponible en ligne sur le site du programme de recherches « Formes du savoir. 1400-1750 », Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine35.

6.1. Viri instrumenta

Duo testes

21Grévin : deux couillons

Vasa seminalia

22Grévin : conduicts semenciers, dits spermatiques pour le vulgaire

  • 36 J. Grévin, Portraicts…, « Advertissement », fol. *ij b et *iij a. La rubrique suivante porte deux t (...)

« Conduict, tuyau ou canal et conduicts semenciers. Ce que vulgairement et improprement on nomme vaisseau doit estre nommé conduict, tuyau ou canal. Car le mot de vaisseau en François ne se peut adapter à une chose qui sert seulement de conduicte, comme font les veines et arteres, ains seulement à ce qui reçoit et tient en soy ou de l’eau, ou de l’autre humidité. Ce seroit parler trop improprement qui nommeroit les tuyaux des fontaines vaisseaux : ausquels [sic] toutefois les veines et arteres ont leur usage et action semblable envers le sang, que les tuyaux des fontaines envers l’eau d’icelles. Ainsi j’ay nommé conduicts ou tuyaux semenciers ce que jusques à maintenant on a nommé vaisseaux spermatiques, par lesquels la semence est portee ; sperme est Grec, et semence est François »36.

Seminalis uena

23Grévin : veine semanciere

6.2. Mulieris instrumenta

Vterus

24Grévin : amary

25Duo anguli uitulorum fronti cornua producturæ similantes

  • 37 Voir J. Grévin, Portraicts…, « Déclaration anatomique », p. 27 : « Quant est des cornes que l’on a (...)

26Grévin : deux anglets rebouchés semblables au front d’un veau qui commence à pousser ses cornes37

27Duo testes

28Grévin : deux couillons, didymes

29Vteri ceruix

30Grévin : col de l’amary

31Colliculæ alæ

  • 38 J. Grévin, Portraicts…, « Déclaration anatomique », p. 27, distingue deux membranes appelées par le (...)

32Grévin : chairs cuirasseuses38

Mamilla

33Grévin : mammelle

34Papilla

35Grévin : petit bout

6.3. Fœtus

Fœtus

36Grévin : enfant estant dedans le ventre

37Tria inuolucra

38Grévin : trois enveloppoirs de l’enfant, arriere-fais (nom donné par les femmes)

39Vnus uulgo secundæ appellatus

40Grévin : secondine (nom vulgaire)

41Membrana farciminis imagini assimilata

42Grévin : farciere, comparable à une farce dont on remplit quelque viande

  • 39 J. Grévin, Portraicts…, « Advertissement », fol. *ij et *iij v.

« La farciere est l’un des trois enveloppoirs de l’enfant pendant qu’il est au ventre de la mere. Les Grecs le nomment Allantoïde, c'est-à-dire farciere, non qu’elle soit semblable à ce que les cuisiniers nomment farce, mais bien à un boyau, duquel on avoit accoustumé anciennement de faire de la farce, qui estoit quelque chose semblable à noz saucisses »39.

43Membrana agnina dissectionis proceribus appellata

44Grévin : aigneliere (nom donné par les anatomistes)

Notes

1 Il fut protégé par la famille du gouverneur de Clermont, les Warty, notamment par Madeleine de Suze, belle-fille du gouverneur. Pour la biographie de Grévin, voir Jacques Colombe, « Portraits d’ancêtres. Jacques Grévin », dans Hippocrate : revue d’humanisme médical, t 16, 1949, p. 1-48 ; Lucien Pinvert, Jacques Grévin (1538-1570) : étude biographique et littéraire, Paris, 1899. Pour les aspects médicaux (études, carrière et œuvres), voir Éloy, Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne, Mons, 1778, p. 385-386 ; Encyclopédie méthodique de médecine par une société de médecins, t. VI, Paris, 1793, p. 717-719. Les deux ouvrages sont disponibles sous forme numérisée sur le site de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine et d’odontologie de Paris (désormais BIUM).

2 Selon Grévin, Henri II lui aurait commandé cette pièce pour le mariage de Claude de France avec Charles II, duc de Lorraine le 22 janvier 1558. La représentation en fut différée.

3 Jacques Grévin, Le théâtre de Jacques Grévin de Clermont en Beauvaisis. Ensemble les autres œuvres poëtiques dudict auteur, Paris, 1561, « Brief discours pour l’intelligence de ce théâtre » ; édition consultée : J. Grévin, Théâtre complet et poésies choisies, notice et notes L. Pinvert, Paris, 1922, p. 5-9. L’ouvrage est précédé d’une dédicace à Mme Claude de France, duchesse de Lorraine.

4 Voir L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 1-5 ; bibliographie reprise et abrégée par J. Colombe, « J. Grévin… », p. 17-18 : « Regrets de Charles d’Autriche » (abdication de Charles Quint en 1558), « Hymne à Monseigneur le Dauphin » (mariage avec Marie Stuart en 1558), « Paix faite entre le roi Henri II et Philippe roi d’Espagne » (paix de Cateau-Cambrésis, en 1559), « Pastorale » (mariages de Marguerite de France avec Emmanuel-Philibert de Savoie, et d’Elisabeth de France avec Philippe II, 1560). On lui attribue aussi un opuscule en vers anonyme, Poème sur l’histoire des François et hommes vertueux de la maison de Medici, publié en janvier 1567 chez Robert Estienne.

5 L’Olimpe est un recueil composé en l’honneur de Nicole Etienne, fille du médecin Charles Estienne ; elle épousa Jean Liébault, également médecin, déclaré bachelier en 1558 dans les Commentaires de la faculté de médecine de Paris. Voir Commentarii, ms. BIUM, t. VII, fol. 10, et Commentaires de la faculté de médecine de Paris (1516-1560), éd. Marie-Louise Concasty, Paris, 1964, p. 613 ; Éloy, Dictionnaire…, p. 390.

6 Sur les relations de Grévin avec les poètes de la Brigade de Ronsard, voir J. Grévin, Théâtre complet…, p. x-xii.

7 Sur les protecteurs et amis calvinistes de Grévin, voir J. Colombe, « Grévin… », p. 32 : Madeleine de Suze était la fille de Claude de Villiers de l’Isle Adam, incarcéré au Châtelet après les incidents du 4 septembre 1557 ; ce fut elle qui recommanda Grévin à Marguerite de Savoie. Philippe de Warty, ami de Grévin, succéda à son père dans ses fonctions de gouverneur de Clermont en 1553 ; sa sœur Françoise avait épousé Galiot de Crussol, tué pendant la Saint-Barthélémy. À la faculté de médecine, Grévin se lia avec Florent Chrestien, précepteur d’Henri de Navarre.

8 Commentarii…, t. VII, fol. 42 : « M. Iacobus Grevin dioecesis Bellovacensis, in artibus magister probauit quatuor annos sui studii, quatuor schedulis non registratis ». La liste des bacheliers ayant fait la preuve du tempus studendi est établie à la date du samedi 23 mars 1560. L. Pinvert, Jacques Grévin…, cite un extrait du texte mais se trompe de feuillet. Voir Commentaires…, p. 639. Le 16 novembre 1560, lors de la reddition des comptes, le nom de Grévin figure parmi ceux des nouveaux bacheliers dans deux listes de recettes : « alia recepta ab iisdem admissis ad principium pro bursis bacchalaureatus X lb. et X s., et alia recepta ab iisdem nouis bacchalaureis qui non tenentur soluer registrum », Commentarii…, t. VII, fol. 47 et 48v ; Commentaires…, p. 645, 647.

9 Voir J. Colombe, « Grévin… », p. 36-37, et L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 37-39. Ce départ précipité, semble-t-il, eut lieu après la saisie d’exemplaires d’un libelle dirigé contre le cardinal de Lorraine, L’epistre envoiée au Tigre de la France, chez Martin Lhomme (éditeur de Grévin) et de la condamnation à mort de ce dernier. Grévin fut accueilli par la reine Élisabeth d’Angleterre, à qui il dédia un long poème, Le chant du cigne, en janvier 1560 (ancien calendrier) ; voir BNF, lat. 17075, fol. 87-92, cité par L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 39.

10 Commentarii…, t. VII, fol. 62v et 66, mention du paiement d’une amende pour absence à un appel des noms : « quod in tempore non responderint ».

11 Fac-similé de sa signature dans Commentarii…, t. VII, fol. 93 [1563] à 114v, et dans L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 48

12 Claude-Pierre Goujet se montre très sévère à l’égard de Jacques Charpentier, dans id., Mémoire historique et littéraire sur Le Collège Royal de France, Paris, A. M. Lottin, 1758 (réimpr. Genève, 1971), t. I, p. 150-165.

13 Voir Encyclopédie méthodique…, p. 717-719.

14 Louis de Launay, né à Moulins, fut immatriculé à Montpellier le 16 novembre 1553, bachelier en 1554, licencié en 1556, et docteur en 1557. Voir Louis Dulieu, La médecine à Montpellier, t. II, Avignon, 1979, p. 394, qui signale que les biographes de ce médecin le font généralement naître à La Rochelle. Sur la querelle de l’antimoine, à laquelle prirent part les médecins de la Faculté de Paris contre ceux de Montpellier et les paracelsiens, voir Bernard Joly, Rationalité de l’alchimie au xviie siècle, Paris, 1992 ; sur le débat entre de Launay et Grévin, voir B. Joly, « L’ambiguïté des paracelsiens face à la médecine », dans Galen on Pharmacology: Philosophy, History and Medicine [actes du colloque international, Lille, 1995], dir. Armelle Debru, Cologne/Leiden/New York, 1997, p. 301-322.

15 L’usage de l’antimoine resta interdit jusqu’en 1666. Voir L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 50-52.

16 Les attaques contre l’« Empirique » sont violentes, tandis que Grévin s’entoure des approbations de médecins célèbres et de poèmes de ses amis (Florent Chrestien et François Thory). Les historiens ne s’accordent pas sur les dates : Éloy, Dictionnaire…, donne deux émissions du texte, l’une à Toulouse en 1566, l’autre à Paris en 1567. L’Encyclopédie méthodique…, ne signale que l’édition de 1567. La BIUM possède l’édition parisienne de 1567.

17 Il semblerait que Grévin fût l’auteur d’un livre publié anonymement en 1565 par Plantin, La première et la seconde partie des dialogues français pour les jeunes enfants ; voir l’étude de L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 52-63, en part. p. 59 (analyse du chap. « Des divers noms imposez aux parties du corps », pour l’étude du niveau de langue dans la terminologie anatomique de base).

18 Commentarii…, t. VII, fol. 172 : « Eodem di, D. Rousselet pro Ia. Greuino absente postulavit ut jura omnia uxori persoluerentur ; sed quum hic abesse videretur, quod a vetere religione catholica et romana, ad cuius professionem omnes Regis edicto et Academiæ decretis tum inuitabantur, animo abhorreret, hoc illi denegatum est, nisi prius is cuius nomine hoc postulabatur, conceptis verbis iuraret in eam fidei catholicæ et romanæ formulam, quam universa Academia a theologorum ordine acceperat nobisque præscripserat. Cum vero D. Le Conte pro suo in eamdem religionem animo adiecisset æquum videri, ut idem statueretur de iis doctoribus medicis qui præsentes in urbe nondum erant professi, placuit hos ad id vocari : quod si recusarent omnibus nostri ordinis fructibus priuari, imo doctorum quos regentes uocant albo expungi ». Voir L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 67.

19 Commentarii…, t. VII, fol. 187, en date du 10 novembre 1569 : « Quo die pro more recitata sunt nomina eorum qui pro doctoribus regentibus habeantur, ex decreto facultatis expunctis omnibus qui religionem apostolicam catholicam et romanam noluerunt profitari eoque nomine ab urbe aberant ». Soixante-trois docteurs-régents ont apposé leur signature. L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 68, présente les faits comme une vengeance personnelle de Charpentier, qui aurait été ensuite étendue à d’autres docteurs pour dissimuler la machination contre un seul. Hypothèse peu vraisemblable, si l’on considère que certains des signataires connaîtront également une exclusion de la Faculté pour des motifs religieux quelques années plus tard.

20 On ignore tout de ses activités de « conseiller ». Il semble avoir été envoyé à Rome, comme le suggèrent les derniers sonnets ; Dora Rigo Bienaimé, Grévin poeta satirico : e altri saggi sulla poesia del Cinquecento Francese, Pise, 1967, p. 13, signale une édition posthume de ces sonnets par Tricotel dans Variétés bibliographiques, Paris, 1863 ; L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 71, a consulté les manuscrits à la BNF (ms. fonds Dupuy 843, fol. 2-7, et BNF, fr. 25560, fol. 166-174, ms. de Pierre de l’Etoile) et donne le texte des vingt-quatre sonnets romains dans l’appendice, p. 358-370. Éloy, Dictionnaire…, p. 386, signale que, lorsque Grévin mourut, la duchesse prit soin de sa femme et de sa fille, qu’elle avait nommée Marguerite-Emmanuelle. L. Pinvert, Jacques Grévin…, p. 70, cite un ouvrage de Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale maison de Savoye, Lyon, G. Barbier, 1660, le seul ouvrage qui fasse mention de Grévin dans les affaires de Savoie, en tant que précepteur du duc Charles-Emmanuel (né en 1562), fils unique de Philibert-Emmanuel.

21 Jean de Gorris (1505-1577), Nicandri Theriaca, interprete Jo. Gorraeo (cum ejusd. annotationibus). Nicandri Alexipharmaca, Jo. Gorraeo interprete. Ejusdem interpretis in Alexipharmaca praefatio, omnem de venenis disputationem summatìm complectens, et annotationes, Paris, G. Morel, 1557.

22 J. Grévin, Deux livres des venins, Anvers, Plantin, 1568. L’ouvrage fut ensuite traduit en latin par Jérémie Martius chez Plantin en 1571. Voir Éloy, Dictionnaire…, p. 386 ; Léa Ginioux, Étude sur les Deux livres des venins de Jacques Grévin, mémoire de master 1, université de Tours, 2008.

23 André Vésale, Résumé de ses livres sur la fabrique du corps humain, éd., trad. et commentaire Jacqueline Vons et Stéphane Velut, Paris, 2008 (Science et humanisme, 8).

24 J. Grévin, Les portraicts anatomiques de toutes les parties du corps humain […], Paris, A. Wechel, 1569, consultable en ligne sur le site de la BIUM (http://www.bium.univ-paris5.fr/histmed/medica/cote?00303x01).

25 Julien Pollux de Naucratis, Onomasticon, en dix livres, dédié à l’empereur Commode. Le texte précédé d’une table en latin, « Pollucis vocabularii index in latinum translatum », fut édité en avril 1502 à Venise chez Manuzio Alde. Alexandre d’Aphrodisias fut traduit par Giorgio Valla (1447-1500) entre autres, Alexandri Aphrodisiensis problemata per Giorgium Vallam Placentinum in latinum translata, Venise, A. de Strata, 1488. L’ouvrage de Rufus d’Éphèse a été traduit en latin par Giunio Paolo Grassi sous le titre De corporis humani partium appellationibus et publié dans le Dictionarium medicum vel expositiones vocum medicinalium, à Bâle par Henri Estienne en 1564 ; il a fait l’objet d’une traduction en français commencée par le Dr Charles Daremberg et poursuivie par Charles-Émile Ruelle, publiée à Paris en 1879.

26 A. Vésale, De humani corporis fabrica libri septem […], Bâle, J. Oporinus, 1543, liv. I, p. 166.

27 A. Vésale, Résumé…, p. cxv-cxviii. Les études sur le vocabulaire anatomique latin sont peu nombreuses, concernent essentiellement l’Antiquité et ne portent pas nécessairement sur un corpus de textes médicaux, par exemple Jacques André, Le vocabulaire latin de l’anatomie, Paris, 1991 (Collection d’études anciennes, 59) ; David R. Langslow, Medical Latin in the Roman Empire, Oxford, 2002 (réimpr.) ; Urban Örneholm, Four Eighteenth-Century Medical Dissertations under the Presidency of Nils Rosén, Uppsala, 2003 (Studia latina Upsaliensa, 28).

28 Voir Jacqueline Vons, « Le rôle de l’analogie dans la transmission d’un savoir scientifique : André Vésale (1514-1564) et la Fabrica (1543) », dans La transmission des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance, dir. Franck La Brasca et Alfredo Perifano, Besançon, 2005, t. II, p. 33-48

29 J. Grévin, Les portraicts…, « Advertissement », fol. *ij.

30 Il serait intéressant de comparer le lexique des Portraicts avec celui proposé dans les Dialogues publiés chez Plantin deux ans plus tôt.

31 J. Grévin, Les portraicts…, fol. ijv : « Ce que lon a iusques a maintenant nommé aponeurose et eneruation, est un corps nerveux, tenvre [ténu] et large, lequel sort et s’allonge hors du muscle : et pour cette cause ie l’ay nommée allonge nerueuse ».

32 J. Grévin, Les portraicts…, fol. C ij.

33 Alexandre Lunel, La maison médicale du roi, xvie-xviiie siècle : le pouvoir royal et les professions de santé, Seyssel, 2008.

34 A. Vésale, De humani corporis fabrica…, p. 166.

35 J. Vons, « Jacques Grévin (1538-1570) traducteur de Vésale. Questions de nomenclature anatomique », consultable en ligne sur le site « Formes du savoir », rubrique « Verba » (http://www.msha.fr/formesdusavoir/index.php?option=com_contentetview=articleetid=101etItemid=153).

36 J. Grévin, Portraicts…, « Advertissement », fol. *ij b et *iij a. La rubrique suivante porte deux titres : « conduicts semenciers, ou porte-semence » et renvoie à celle-ci.

37 Voir J. Grévin, Portraicts…, « Déclaration anatomique », p. 27 : « Quant est des cornes que l’on a attribuees à l’amary, certainement elles se voyent aux amaris des bestes, et non pas à ceux des femmes ».

38 J. Grévin, Portraicts…, « Déclaration anatomique », p. 27, distingue deux membranes appelées par les anciens « nymphes » ; il précise qu’elles sont quelquefois accompagnées d’une troisième nommée « hymen ».

39 J. Grévin, Portraicts…, « Advertissement », fol. *ij et *iij v.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search