Version classiqueVersion mobile

Lire, choisir, écrire

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Christine Silvi

Charles Estienne : fortunes et faillites d’une entreprise de vulgarisation

Hélène Cazes

Texte intégral

I. — Le « frère prodigue » de Robert Estienne

  • 1 Theodoor Jansson van Almeloveen, De vitis Stephanorum, celebrium typographorum dissertatio epistoli (...)
  • 2 Michael Maittaire, Stephanorum historia : vitas ipsorum ac libros complectens, Londres, B. Motte, 1 (...)
  • 3 On verra notamment, sur l’histoire de la typographie et sur la place prépondérante attribuée aux Es (...)
  • 4 Ainsi, A.-A. Renouard n’avait-il pas d’abord publié les Annales de l’imprimerie des Alde, ou histoi (...)
  • 5 Comme il se nomme lui-même sous son titre, en première page de son ouvrage, Edmond Werdet, Histoire (...)

1La famille humaniste Estienne, qui s’illustra tout au long du xvie siècle par des éditions et publications qui firent date et continuent d’être célébrées pour leur valeur scientifique, donne son nom à l’un des chapitres les plus riches de l’histoire et de l’historiographie de l’imprimerie en France. En effet, dès la dissertation latine de Theodoor Jansson van Almeloveen publiée en 16831, dès les premières épopées de l’imprimerie ou la collection de biographies et catalogues fournie par Michael Maittaire en 17092, jusqu’aux grands travaux bibliographiques du xixe siècle3, le nom des Estienne rassemble la République des Lettres puis les artisans d’une identité nationale. Plus d’une fois comparée aux Alde par des bibliographes patriotes soucieux d’établir le prestige de la France4, la dynastie d’imprimeurs et éditeurs fournit à la geste identitaire une saga familiale à la fois héroïque et mouvementée. Ainsi, en 1864, l’« ancien libraire-éditeur »5 et historien du livre Edmond Werdet n’hésite pas à construire dans son étude bibliographique le récit glorieux d’une ascension et d’une chute, présentées comme le tragique sacrifice du savoir sur l’autel du mercantilisme et de l’intolérance religieuse :

  • 6 E. Werdet, Histoire du livre…, p. 69 puis 70-71.

Nous arrivons enfin au xvie siècle, qui vit fleurir les Turnebe, les Neobar, les Vitré etc. et surtout la famille des Estienne ou Étienne, l’une des plus grandes gloires typographiques et littéraires de la France. Cette illustre famille, ou plutôt cette dynastie de célèbres imprimeurs-libraires, a régné dans le monde, durant tout le xvie siècle et au-delà de la moitié du xviie, de 1502 à 1664, sur les sciences, les lettres et l’industrie, avec plus d’éclat que bien des races royales sur leurs États, par les actes de leur domination.
Le nombre des éditions sorties des presses des Estienne est vraiment fabuleux ; il s’élève à quinze cent quatre-vingt-dix, dont cinq cent trente-sept appartiennent à Robert Ier Estienne seul (de 1525 à 1559). […] Pour mieux faire apprécier et juger par le lecteur l’ensemble des travaux des Estienne, devant le souvenir desquels viennent s’incliner avec respect et admiration les générations d’imprimeurs et de libraires qui les ont suivis dans ces deux nobles carrières, nous terminerons ces études stéphanéennes :
1° par un résumé de ces 1590 éditions, classées suivant l’ordre des matières ;
2° par un relevé, année par année, de quelques-unes (les plus remarquables) des productions de chacun d’eux ;
3° par un tableau généalogique de cette illustre famille, tableau dont nous sommes redevables à Lotlin de Saint-Germain ;
4° enfin, par un aperçu que nous devrions appeler : Grandeur et décadence commerciale de la dynastie des Estienne6.

Or, dans ce fabuleux roman familial que racontent, dès le xvie siècle, les biographies associées des membres de la famille Estienne, la « décadence commerciale » a une date : 1559 ; et elle porte un nom, ou plutôt un prénom : celui de Charles Estienne, dont la maison d’édition, que lui avait léguée son frère Robert, déclara faillite en 1559. Charles fut lui-même emprisonné pour dettes au Châtelet en 1561, comme ne manque de le rappeler ou de le faire soupçonner aucune de ses esquisses biographiques. Par exemple, Edmond Werdet, en une table des matières qui emprunte sa forme narrative au résumé, propose la synthèse du canon biographique de Charles Estienne, qui se clôt sur un injuste et déshonorant destin :

  • 7 De manière récurrente, peut-être par orgueil national et sûrement pour laver leur héros historique (...)

Estienne (Charles)
I. Charles abandonne sa profession de médecin afin de sauvegarder les intérêts de ses neveux tous mineurs.
Avant que de prendre la direction de l’imprimerie de Robert, son frère, mort en exil à Genève7, il fait présenter une requête au roi Henri II, dans le but d’obtenir la levée du séquestre sur les biens de ses neveux.
Charles fait abnégation de ses propres intérêts ; il en est récompensé par l’ingratitude et l’abandon. Lettres patentes de rémission de mainlevée, en faveur des héritiers de Robert Estienne.
II. Examen rapide des travaux scientifiques, littéraires et typographiques de Charles ; – son caractère ; – désastres commerciaux ; – Charles y succombe ; – presque aveugle il meurt dans la prison pour dettes du grand Châtelet de Paris.

Des « travaux scientifiques, littéraires et typographiques de Charles », il n’est fait qu’un « examen rapide » : l’esquisse biographique est centrée sur le récit, dramatique, de la déchéance. Le portrait de Charles se construit ainsi dans un clair-obscur historiographique, où se rencontrent l’éclat du nom de famille et l’ombre de la faillite. Voire la narration épouse l’ambiguïté du personnage dans l’épopée dynastique : à la fois secours et ruine de la maison éditoriale, tuteur et usurpateur de ses neveux, Charles est le héros d’une histoire à la fois glorieuse et pitoyable. Or cette histoire répond si parfaitement aux fonctions du récit collectif, et elle est si bien racontée par les historiens, qu’elle éclipse presque le discours bibliographique sur Charles.

2Tout aussi ambivalent que la fonction du personnage dans l’économie de la geste dynastique, le discours sur Charles commence par l’éloge de son savoir, de ses éditions, de sa générosité lorsque, médecin, il prit la tête des presses de l’Olivier en 1551 ; il se continue en une déploration des persécutions religieuses et une liste des chefs-d’œuvre typographiques sortis des presses de Charles. Vient ensuite le récit, souvent bref, de la faillite et de la mort, conçues dans un seul et même mouvement narratif :

  • 8 A.-A. Renouard, Annales…, partie II, p. 67.

Charles mourut en 1564. Quelles furent les circonstances de sa mort ? Les uns disent que, poursuivi pour ses opinions religieuses, il fut emprisonné et termina ses jours dans un cachot. Selon d’autres, le désordre s’étant mis dans ses affaires commerciales, il fut emprisonné au Châtelet pour dettes et y mourut après une détention de près de trois ans. Que dès 1561 il soit resté dans une inaction volontaire ou forcée, c’est ce qui est hors de doute, puisque, après 1560, toutes ses publications se réduisent à deux volumes datés de 1561, dont l’in-folio est peut-être de 1560, et point de son imprimerie. Si donc son emprisonnement a eu lieu, il se peut bien que l’une et l’autre cause, prêtres persécuteurs et créanciers mécontents, aient amené son désastre, qui aura été accéléré par le non-succès du Thesaurus Ciceronianus sur lequel il avait beaucoup compté. Mais à ces inductions il faudrait des preuves, et sur les particularités qui le touchent de si près, je vois disette de renseignements chez Almeloveen, La Caille, Maittaire et tous autres. Henri lui-même, dans ses nombreux écrits, garde sur ces malheurs de famille un discret et respectueux silence8.

  • 9 M. Maittaire, Stephanorum historia…, p. 183.

De fait, dès la somme biobibliographique de Maittaire, qui compile en 1709 plus d’un siècle de documentation, l’épisode consacré à Charles Estienne semble suivre un développement obligé qui salue le talent d’un représentant de l’illustre famille Estienne et narre son échec au travers d’un même événement. Le modèle de cette ambivalence s’exprime en effet dans le motif de la déception de Charles quant à son Trésor cicéronien (1557) : projet ambitieux, sa faillite signe la ruine définitive du personnage. Dès le premier ouvrage sur les Estienne, en 1683, la déconvenue personnelle et le désastre commercial des dernières années de la décennie 1550 sont évoqués par le biais d’une lettre de Jean de Maumont à Jules-César Scaliger, dans laquelle Charles est dépeint comme un homme amer, avare, intempérant, jaloux de ses neveux. Intégralement citée, unanimement reprise, connue jusque dans les articles sur Wikipédia consacrés à Charles Estienne, l’épître est utilisée elle aussi comme un élément ambivalent : ses accusations sont formulées, certes, mais entre les guillemets de la citation. Et les biographes se hâtent de conclure, sur le modèle de Maittaire, par… l’absence de conclusion : « Totam rem, Lector, expende ; et uti visum fuerit, judica »9 (Tu pèseras en toi-même, lecteur, toute cette affaire et tu en feras ton propre jugement).

3En tout cas, c’est la ruine, personnelle ou professionnelle, qui scelle le chapitre « Charles », pourtant si bien entamé par les talents, les ambassades de Lazare de Baïf et des catalogues novateurs : après le désastre, c’est le silence, tant des presses que des bibliographes. Exemplairement, la notice biographique de Nouvelle biographie générale, probablement rédigée par les frères Firmin-Didot eux-mêmes, reprend les trois mouvements (espoir, échec, désespoir) dans une chronologie prophétique énoncée comme identification de l’entrée du dictionnaire : porteur de toutes les promesses par son ascendance, le personnage meurt destitué de tout, jusque son nom. Entre les deux dates, il est tout à la fois le digne héritier de son nom – on reconnaît « son mérite comme imprimeur et sa science comme auteur et éditeur d’excellents ouvrages » – et la victime des désordres de la nation, mais surtout, de sa gestion. Or la mention finale du « dérangement de ses affaires », rapportant la responsabilité de son malheur au personnage, maintient l’ambiguïté de jugement : le biographe tient l’interprétation morale sur le fil des contradictions, tout d’abord entre gloire et faillite, puis entre injustice et irresponsabilité :

  • 10 Nouvelle biographie générale, dir. Ferdinand Heofer, Paris, 1856, t. XV, col. 484-485.

Estienne (Charles), imprimeur français, troisième fils de Henri Ier, et frère de Robert, né en 1504, mort en prison pour dettes en 1564. Il s’était préparé par de fortes études à la profession de médecin, et très jeune il fut reçu docteur. […] Resté fidèle à la foi catholique, Charles dut pour sauver les intérêts de ses neveux, dont il était le tuteur, prendre pour son compte la direction de l’imprimerie de son frère Robert, lorsque celui-ci s’exila de Paris avec toute sa famille. Cette circonstance lui permit de manifester ses sentiments comme parent, son mérite comme imprimeur et sa science comme auteur et éditeur d’excellents ouvrages, particulièrement consacrés à la médecine et à l’agriculture. […] Il paraît certain que Charles mourut en prison, où il resta trois ans enfermé, soit à cause de ses opinions religieuses, ce qui me semble peu probable, soit, ce qui malheureusement paraît plus certain, par suite du dérangement de ses affaires et par le fait de ses créanciers10.

  • 11 On verra ainsi, en une proportion qui dépasse la disparité de titres parus aux catalogues respectif (...)

Si donc l’on choisit pour présenter Charles Estienne de le situer dans son arbre généalogique, il fait de prime abord figure de parent pauvre perché sur les branches les moins fécondes de la dynastie Estienne : fils de Henri Ier Estienne (147?-1520), il fait l’objet d’un chapitre de moyenne longueur entre le développement, fort court, consacré au premier frère de Robert, François, et la longue présentation du fils aîné de Robert, Henri (II)11. Frère cadet de Robert Ier Estienne (1501-1559), il n’est pas célébré non plus pour son dévouement éditorial à la restitution des textes antiques ou bibliques ; mais il est vrai que, pour reprendre les mots du biographe d’Henri second,

  • 12 Léon Feugère, Essai sur la vie et les ouvrages de Henri Estienne […], Paris, 1853, p. 11.

L’éclat de ses [Robert] travaux et de son nom a jeté une sorte d’obscurité sur ses deux frères, dont l’un cependant était digne de conserver plus de réputation : car pour François, son aîné, qui fut imprimeur et surtout libraire, il borna à peu près son ambition à l’exercice d’un honorable commerce. Quant à Charles […], il a été auteur de nombreux ouvrages dont quelques-uns ont eu une vogue qui lui a survécu, et méritent encore aujourd’hui une sérieuse estime12.

  • 13 Voir Victor Magnin, « Recension de Renouard, Annales […] », dans Journal des savants, mars 1841, p. (...)
  • 14 Les dernières décennies du xxe siècle démentent heureusement cette tendance.

Il figure également dans les chapitres consacrés à Henri II Estienne (1530-1598) : on cite volontiers sa dédicace au jeune génie tantôt pour montrer la précocité d’Henri Estienne tantôt pour discuter sa date de naissance13. La générosité d’un bon maître ne saurait suffire pour laisser un nom, voire un prénom. La situation de frère prodigue – oncle brillant et gestionnaire malheureux – assure au contraire une ambiguë postérité. Or, à lire le relatif désintérêt des anciens bibliographes et des érudits pour l’œuvre de Charles Estienne14, il se pourrait bien que le roman familial l’ait emporté sur l’appréciation de l’œuvre et du projet de Charles Estienne, limitant sa fortune à un chapitre dans la geste, chapitre symbolique certes, mais de transition.

II. — L’intermédiaire

  • 15 Charles Estienne d’après Lazare de Baïf, De vasculis libellus, adulescentulorum causa ex Bayfio dec (...)
  • 16 C. Estienne d’après L. de Baïf, De re vestiaria libellus, ex Bayfio excerptus : addita vulgaris lin (...)
  • 17 C. Estienne d’après L. de Baïf, De re navali […], Lyon, S. Gryphe, 1537.
  • 18 C. Estienne, De re hortensi libellus, vulgaria herborum, florum, ac fruticum, qui in hortis conseri (...)
  • 19 C. Estienne d’après Térence, La premiere comedie de Terence, intitulée l’Andrie, nouvellement tradu (...)
  • 20 C. Estienne d’après Alessandro Piccolomini, Gli Ingannati. Comédie du sacrifice des professeurs de (...)
  • 21 C. Estienne, De dissectione partium corporis humani […], Paris, S. de Colines, 1545, dont la traduc (...)
  • 22 C. Estienne d’après Paolo Giovio, Abbrégé de l’histoire des vicontes et ducz de Milan […] extraict (...)
  • 23 C. Estienne d’après Ortensio Lando, Paradoxes […], Paris, C. Estienne, 1553.
  • 24 C. Estienne, De nutrimentis […], Paris, R. Estienne, 1550
  • 25 C. Estienne, Discours des histoires de Lorraine et de Flandres […], Paris, C. Estienne, 1552.
  • 26 C. Estienne, La guide des chemins de France, Paris, C. Estienne, 1552
  • 27 C. Estienne, Prædium rusticum […], Paris, C. Estienne, 1554.

4De fait, la position de Charles Estienne est, avec constance, celle d’un second, voire d’un tiers. Second frère du second des « grands » Estienne, il se fait connaître avant tout comme « passeur » de textes. Né entre 1502 et 1510, il fut le seul des trois fils d’Henri Estienne qui briguât une carrière hors de la librairie et suivit l’idéal humaniste d’un savoir universel conjuguant médecine, botanique, histoire, philologie et géographie. Précepteur de Jean-Antoine de Baïf puis médecin, il se fit connaître dès 1535 par de petits livres de vulgarisation – entre autres, le De vasculis libellus 15, le De re vestiaria 16 ou encore le De re navali 17, légères compilations tirées des sommes de Lazare de Baïf, éditées et reprises à partir de 1535 ; le De re hortensi 18, petite introduction à la botanique en passant par la philologie, publié pour la première fois en 1536 –, puis des traductions du latin (La première comédie de Terence, intitulée l’Andrie 19, 1541) ou de l’italien (la Comédie du sacrifice 20 en 1543). Le jeune auteur de petits manuels ou de traités de prononciation du latin (1542) est également médecin : il donne son premier in-folio en 1545, un traité d’anatomie, devenu célèbre pour ses gravures21. Devenu l’imprimeur des presses parisiennes Estienne, après le départ pour Genève de son frère Robert, il rédige, à un rythme soutenu jusque 1556, divers ouvrages en latin comme en français, touchant quasiment à tous les sujets imaginables. Toujours traducteur de l’italien (l’Abbrégé de l’histoire des vicontes et ducz de Milan […] extraict en partie du livre de Paulus Jovius 22 en 1552 et les Paradoxes 23 d’Ortensio Lando en 1553), il disserte de régimes alimentaires (De nutrimentis 24, 1550), s’essaie à l’histoire (Discours des histoires de Lorraine et des Flandres 25, 1552), donne un répertoire des villes et routes de France (La guide des chemins de France 26, 1552), compile ou fait compiler un dictionnaire poétique et historique (1553), rassemble ses petits traités en une encyclopédie d’arboriculture, d’hygiène, de médecine et de techniques agricoles, traduite et rééditée dès sa parution (Prædium rusticum 27, 1553), et prépare sa grande œuvre : le trésor de citations cicéroniennes de 1556. Vulgarisateur, Charles Estienne s’enorgueillit de l’être par cette production bigarrée et néanmoins cohérente : il est le translateur en « langue vulgaire » des termes techniques de la botanique, des vêtements, de la marine, du lexique anatomique ; il est le traducteur « en nostre vulgaire » de comédies italiennes, de paradoxes, d’abrégés. Mais l’adaptation ne se limite pas chez lui au passage d’une langue l’autre : il rédige de petits précis sur la géographie de la France, comme une encyclopédie du « fermier » dans le même esprit de partage des connaissances. Partout, se lit au détour d’une préface comme dans une tournure de phrase une constante et commune intention de plaire à son lecteur tout en lui rendant accessible un savoir nouveau. Voilà donc que le second rôle joue le parfait intermédiaire !

5Non seulement Charles est un passeur, mais il est le passeur de multiples savoirs, dans des domaines aussi divers que ceux de sa curiosité et de ses rencontres, et il se plaît à commenter ses choix, ses ambitions, ses stratégies. Certainement l’œuvre de Charles Estienne expose, tant par ses réalisations que par ses intentions, un idéal de la vulgarisation tel que le conçut un humaniste français du milieu du siècle, féru de philologie, de sciences nouvelles et de culture italienne. Il entend son projet comme une exposition du savoir, sous multiples formes : l’usage du français, la traduction en français, l’initiation aux langues, la fragmentation des massifs de connaissances en trésors (extraits, termes), la visite guidée. Bref, en tout, il fait l’essai d’une rhétorique de la disposition mise au service de l’invention des auteurs, de la mémoire des lecteurs et de l’action de la lecture. Du coup, la vulgarisation selon Charles Estienne participe d’une épistémologie et d’une poétique. Elle s’inscrit sans conteste dans un processus plus large de médiation, dont l’édition serait le pendant noble et la diffusion populaire le versant dit « bas » selon la traditionnelle répartition des styles rhétoriques. La relative obscurité des réécritures et adaptations dont Charles Estienne se fit le champion entre 1536 et 1558 pourrait bien, alors, donner à lire un préjugé historiographique.

6Car la diversité apparemment désordonnée des œuvres et matières abordées s’arrange autour de la notion de médiation : Charles Estienne, écrivain, éditeur, traducteur ou imprimeur, se définit comme l’intermédiaire. Il transmet textes et savoirs en les rendant lisibles, mais, surtout, il prétend susciter le désir du savoir. Dès lors, c’est bien d’un projet éditorial que s’empare le frère de Robert : créer son lectorat par la médiation proposée. Tel est, de fait, le propos de cette destinée intellectuelle, qui cherche, par expérimentation et par analyse, à inventer de nouveaux formats, voix et supports matériels pour la transmission des savoirs. L’aventure éditoriale de Charles Estienne dépasse alors l’édition d’adaptations et de reprises : elle constitue une exploration de l’expérience de lecture, elle en questionne le désir, elle ambitionne de modeler un nouveau lecteur. Sans grande pompe, cet humaniste qui se refuse à l’invention des matières propose ainsi une nouvelle poétique de la disposition, qui ouvre la voie à l’Encyclopédie des Lumières et à son universalisme.

III. — Un pari éditorial

7Dans cette perspective, l’échec financier et social de Charles Estienne diffère essentiellement d’une anecdote personnelle ou d’un apologue moral sur des erreurs de gestion : l’échec commercial de Charles Estienne représente bel et bien le pari perdu d’un essai éditorial. Tandis que Chevillier, Renouard, Greswell présentent la saisie des biens et l’emprisonnement pour dettes de notre imprimeur comme la triste expression des déchirements religieux et politiques de la France, tandis que la mort obscure de Charles Estienne ouvre la narration des guerres de religion, la lecture des textes préfaciels ainsi que des œuvres de Charles Estienne permet de tenir une tout autre interprétation : homme de l’aventure éditoriale, qui invente le moderne métier de médiateur, Charles échoue faute de public. Car en plaçant au cœur de l’entreprise de publication le public lui-même, en choisissant pour valeur de jugement l’utilité au lecteur et non la fidélité au texte original ou l’avancement du savoir, en remettant la reconnaissance de sa médiation à la sanction, toute commerciale, de l’achat, Charles Estienne a risqué non seulement sa réputation et son confort mais également sa mémoire auprès de la postérité. L’entreprise de médiation est à la fois celle de l’enseignement et celle du livre : imprimeur et éditeur, Charles Estienne rêva d’un enseignement hors l’école et hors de toute obligation : un apprentissage initié par le désir et porté par le plaisir de la lecture. C’est donc en bon gestionnaire qu’il a lié succès scientifique et chiffre d’affaires : seul l’achat du livre, hors de toute institution, saluait la réussite de l’entreprise… La chute de la Maison Charles Estienne scelle alors l’échec d’une relation de médiation tentée vers 1550 : le lectorat ne vint pas, ou du moins pas assez tôt. Les adaptations et traductions du Prædium rusticum dans les décennies qui suivirent la mort de l’auteur démentent l’absurdité du projet : le décalage temporel laisse toutefois deviner que le jeune homme amateur de culture italienne méconnaissait la « longueur du temps ».

  • 28 Voir Hélène Cazes, « Jardins, vergers et maisons-bibliothèques : le grand enfermement du livre impr (...)

8Les modernes médiateurs disent en leur élégant jargon qu’un produit doit être ciblé pour qu’une communication s’établisse entre producteur et consommateur. Sans entrer dans un anachronisme qui prendrait pour exclusif modèle de l’échange la transaction économique, il paraît que, dès ses premières publications connues, Charles Estienne s’attache à désigner, sur la page de titre même puis dans ses préfaces, le lecteur pour qui le texte est composé. Voire il prétend le définir en lui adressant son portrait idéal. Le procédé d’une adresse au lecteur n’est pas nouveau : il fleurit chez les imprimeurs installés près des universités et des écoles, qui font, en tête de volume, la réclame de leur produit. Il est même courant dans la maison de Robert Estienne où le « typographe » ne dédaigne pas d’adresser une courte épître au lecteur. Ce qui est nouveau, c’est justement le discours que Charles Estienne tient, dès 1536, sur ces éditions bâtardes qui sont les premiers « petits classiques » ; elles s’adressent en effet non pas aux savants, ni aux maîtres, mais à ceux qui le deviendront et elles prétendent changer le statut de leur lecteur, non pas dans ses connaissances mais dans ses compétences d’humaniste. Surtout, elles donnent pour objet auctorial la constitution même de l’outil de médiation : elles constituent la commodité en valeur. Ainsi, la lecture du livre, en latin, permettra au jeune destinataire de se familiariser avec cette langue, et même de l’apprendre. Ce discours, revu, affiné, affirmé pendant les vingt années de l’aventure de vulgarisation, est historiquement défini, voire fini dans le temps. Emblématiquement, lorsque Charles passe à son gendre, le docteur Jean Liébault, le flambeau de la vulgarisation, la traduction en français, l’encyclopédisme et la simplification effacent vite les nuances et la poétique de Charles28. Pour le plus grand profit du docteur Liébault ! Les éditions revues et augmentées du Prædium rusticum, sous le titre de Maison rustique, sont une mine éditoriale et, dès les premières impressions, Liébault revendique non plus la médiation mais l’acte auctorial : la propriété, c’est le vol ! Ainsi, le succès du projet de Charles passera par deux infléchissements essentiels : l’abandon de la vocation pédagogique – le parcours est remplacé par le répertoire, le latin est oublié – et l’effacement de la trace éditoriale. Ironie du désintéressement de l’histoire : le livre fait fortune… à titre posthume.

IV. — La formation du public ?

  • 29 C. Estienne d’après L. de Baïf, De re vestiaria ex Bayfio excerptus : addita vulgaris linguæ interp (...)
  • 30 Térence, Andria, omni interpretationis genere, in adolescentulorum gratiam facilior effecta […], éd (...)
  • 31 C. Estienne d’après Térence, L’Andrie…
  • 32 C. Estienne d'après L. de Baïf, De vasculis libellus
  • 33 Ainsi le titre des principes de la grammaire indique précisément leurs destinataires : ils sont acc (...)

9Un premier survol des titres de Charles donne le portrait d’un maître de latin, versé dans les nouvelles méthodes de Vivès et d’Érasme. Soucieux de faire des enfants les acteurs d’un théâtre scolaire, désireux de leur fournir les outils imprimés de la nouvelle manière d’apprendre grammaire et vocabulaire, l’humaniste semble persuadé de l’union de tous les savoirs, élémentaires ou spécialisés, et allie noms de plantes, comédies et vie quotidienne. Surtout, il veille à dédier, dès le titre, son œuvre aux élèves, et non à leur maître. Le libellé de l’ouvrage fonctionne alors comme un vœu : en définissant son lecteur, Charles l’appelle à l’existence – il n’est d’esprit que bon et d’adolescent que studieux dans le monde qu’il crée. Le De re hortensi est rédigé en faveur des jeunes gens (in adolescentulorum gratiam) ; la traduction du De re vestiaria est jointe en faveur des jeunes gens et pour leur être utile (in adolescentulorum gratiam atque utilitatem 29) ; l’Andria est rendue plus aisée à lire pour l’agrément des jeunes gens (in adolescentulorum gratiam facilior effecta 30), son adaptation31, « nouvellement traduite de latin en français, en faveur des bons esprits, studieux des antiques récréations ». L’opuscule De vasculis est conçu pour les jeunes gens (adulescentulorum causa 32), etc.33. Or, ces titres ressemblant à des dédicaces inscrivent également la lecture, dès la page de titre, dans une temporalité partagée. Ainsi, pour le De re hortensi, succèdent à l’énoncé du sujet, le temps de l’usage et de l’observation (conseri solent), celui de la composition (par sélection parmi les bons auteurs) et celui de la réception par le public : le participe présent docens (enseignant) est à la croisée des deux temporalités, tout comme le livre.

  • 34 C. Estienne, De re hortensi… : « Livret sur l’horticulture, qui enseigne les noms latins pour les p (...)

De re hortensi libellus, vulgaria herborum, florum, ac fruticum, qui in hortis conseri solent, nomina latinis vocibus efferre docens ex probatis authoribus : in adolescentulorum gratiam 34. [Nous soulignons.]

  • 35 On ne compte pas moins de six réimpressions de cet ouvrage entre 1541 et 1561, outre une traduction (...)

Les temporalités sont tout autant marquées dans les titres ultérieurs, par la succession d’un participe passé – excerptus (recueilli) ou interpretatus (traduit) – et la mention en suivant du public. Voire, les longs titres des adaptations de Térence racontent la conception du livre : ils donnent la motivation de l’apparat critique et son utilisation. La présentation de l’édition de 1541 de l’Andria 35, parue chez Simon de Colines et François Estienne (le beau-père et le frère de Charles) livre ainsi le mode d’emploi du livre ; elle sera reprise, mot pour mot, dans la réédition de 1547, chez François Estienne, avec renouvellement du privilège :

P. Terentii Afri comici, Andria : omni interpretationis genere, in adolescentulorum gratiam facilior effecta. Ut ex hac comœdia, omnes deinde alias ab eodem comico conscriptas, nullo negotio adsequantur juvenes bonarum litterarum studiosi.

  • 36 Térence, Andria… : « L’Andrie, de Térence, rendue par toutes sortes d’explications plus aisée à lir (...)

Addita est constructionis ratio, tum vulgaris, tum etiam latina : item scholia, quæ selectiorum vocabulorum vim, et bene latinarum locutionum formulas contineant : cum Ciceronis, et bonorum authorum sermone conferant : corruptam ac uitiatam loquendi consuetudinem emendent36.

C’est, en ouverture du volume, un pacte de lecture explicite que propose l’éditeur ! Et cette édition « pour la jeunesse » tranche fort avec la tradition scolaire. Qu’on en juge par la comparaison avec le titre donné par Robert Estienne, en 1542, à son édition, à gros interligne, des six comédies du même auteur :

P. Terentii comœdiæ sex, tum ex Donati commentariis, tum ex optimorum, praesertim veterum, exemplarium collatione, diligentius quam unquam antehac, emendatæ.

  • 37 Térence, Comœdiæ sex, tum ex Donati commentariis […], Paris, R. Estienne, 1530 : « Six comédies de (...)

Aelii Donati antiquissimi et celeberrimi grammatici, aliorumque ueterum in easdem commentarii accurate castigati37.

  • 38 Térence, Comœdiæ sex… : « Calphurnii in tertiam comœdiam doctissima interpretatio. Index amplissimu (...)

Là où le premier s’adresse à l’élève, le second n’est compris que des maîtres. Là où le premier évoque plaisir et facilité, le second fait état de collations, commentaires, longueurs – en sa table des matières, il affiche la « très savante explication de la troisième comédie par Calphurnius » et un « index très fourni » 38. Là où l’un parle de jeunesse et d’avenir de la lecture, l’autre cite les Anciens – l’adjectif antiquissimus revient deux fois –, convoque les traces d’un passé reculé, rappelle l’étrangeté du texte. Enfin, l’un « explique », l’autre « corrige ». La caractéristique du style de Charles Estienne semble ainsi être la légèreté : pas de superlatifs, pas de lourdeur érudite, pas de difficulté. Un programme de séduction, en d’autres termes.

  • 39 Térence, Andria…, préface : « Cuius [Terence] sermoni, neminem ex antiquis, in facilitate, et commu (...)

10Voire, dans tous ces livrets et éditions à l’usage de la jeunesse, l’œuvre elle-même est présentée comme légère, non seulement parce que c’est une comédie ou parce qu’elle touche à la vie quotidienne, mais aussi et surtout parce qu’elle est brève : le livre est présenté comme le début d’une aventure de lecture, qu’il rendra possible et agréable. Ainsi, la « première » comédie de Térence autorise la série, sans peine, des autres comédies ; or la langue de Térence est si aisée à suivre qu’elle constitue une bonne initiation pour les autres auteurs39, tout comme les fascicules de vocabulaire permettront de lire les auteurs antiques dont les extraits sont tirés… La facilité est alors une méthode, mieux, une médiation. En commençant par la partie, Charles Estienne offre la clé pour le tout : après cette comédie, les jeunes gens studieux des belles lettres pourront sans peine aborder toutes les comédies du même auteur.

11Or cet élargissement d’une œuvre à un corpus, par le plaisir de la lecture, correspond à l’élargissement projeté du public de ces mêmes œuvres. La disparition de la mention de la jeunesse, dans le titre de l’édition française de l’Andrie chez Antoine Roffet en 1542, est emblématique de cette ouverture : La premiere comedie de Terence, intitulée l’Andrie, nouvellement traduite de latin en français, en faveur des bons esprits, studieux des antiques récréations. L’éditeur s’adresse aux « bons esprits », dont la valeur n’attend ni ne boude le nombre des années. L’entreprise de vulgarisation se donne bien pour but le partage des connaissances mais elle ne suit plus, dès lors, le modèle de transmission du maître à l’élève, de l’ancien au moderne : Charles Estienne propose résolument une autre relation que l’autorité, il joue la partie pour le tout et instaure d’entrée, comme condition du désir et de l’acquisition, la familiarité.

V. — La familiarité

12Car le plaisir et la facilité sont liés, dans les promesses éditoriales du vulgarisateur, à la bienveillance de l’auteur, exprimée par un langage familier et accessible. Les deux sens de la « familiarité » se mêlent alors ; la proximité avec un membre de la famille ou avec un ami – telle que l’établit par exemple la dédicace à Henri du De re hortensi – se développe en style : superlatifs et mots peu usités, phrases complexes et grandiloquence sont proscrits des titres et dédicaces. De fait, dès l’usage du diminutif adolescentulus (tout jeune adolescent) et de l’adjectif possessif, dès 1536, le cliché de l’écriture magistrale est essentiellement infléchi : le Jardin rustique est dédié à son jeune neveu Henri Estienne (Carolus Stephanus Henriculo suo s.), non à une classe d’étudiants. L’envoi de l’œuvre à un jeune homme de la famille est moins anecdotique que le rappel un peu forcé de l’appartenance à une dynastie humaniste déjà reconnue comme telle : elle instaure le ton de la conversation.

13En 1541, l’édition commentée de l’Andria de Térence est adressée à « ses chers jeunes amis » (adulescentulis meis). Or, en passant de son neveu à « ses » jeunes amis, puis à « tous les jeunes esprits » (omnium tyrunculorum gratia) et à tout amusos (ignorant des muses), entre la préface du De re hortensi et l’inscription du commentaire sur l’Andria, Charles Estienne définit et établit une familiarité avec le lecteur. En proclamant le lien personnel avec le dédicataire, il place la publication dans un dispositif qui n’est pas celui de l’école ; en passant du singulier au pluriel, il étend à « tous les adolescents », ou de « tout lecteur » – puisqu’il n’est pas besoin d’être adolescent pour être amusos, sans grec ni latin –, le lien personnel postulé en préface du De re hortensi avec « son petit Henri ». Allié au substantif qu’il semble contrarier, le déterminant possessif, à valeur affective, définit également une nouvelle position du savant : il ne se plaint pas des ignorants, mais les recherche et les aime ! Il ne les condamne pas, mais leur donne accès à la science. Et, comme il le souligne à la fin de la préface de l’Andria en 1541, c’est par « générosité et bienveillance » (bono ac benevolo animo) qu’il propose son aide à la lecture :

  • 40 Térence, Andria…, préface : « Charles Estienne, à son ami sans savoir. Quant à la langue, je ne met (...)

Carolus Stephanus amuso suo s.
Cuius [Terence] sermoni, neminem ex antiquis, in facilitate, et communi loquendi formula præposuerim. Ea est ratio, quæ me induxit, ut non solum adolescentulis meis omnes fere loquendi modos, qui quotidie usurpari solent, exposuerim in Andria, sed etiam vulgatiores fecerim, et corruptam enunciandi rationem non sine aliquo labore produxerim. Qui si tandem dignus videbitur, quem multi legant et præ manibus habeant, non est quod nobis, sed bonis autoribus potius, habeatur gratia. Si etiam minus, id vero ita accipiendum erit, quasi bono ac benevolo animo factum, in omnium literarum tyrunculorum gratiam40. [Nous soulignons.]

  • 41 C. Estienne, De recta latini sermonis pronunciatione et scriptura libellus […], Paris, Fr. Estienne (...)
  • 42 On pense bien sûr à Érasme, De recta latini graecique sermonis pronuntiatione […], Bâle, Froben, 15 (...)
  • 43 Voir Horace, Ars poetica, éd. The Latin Library en ligne (http://www.thelatinlibrary.com/horace/ars (...)

Pareille bienveillance, qui aplanit et réduit la difficulté, se lit dans la dédicace d’une compilation parue la même année sur la prononciation du latin41, sujet fort à la mode chez les érudits42 et ici présenté aux enfants : la complexité des questions, qui « insulte » les jeunes esprits et leur donne le sentiment d’être « barbares », est réduite à des évidences et des déductions, présentées sans lourdeur. Avec une constance remarquable, Charles applique à la prononciation et à l’orthographe les mêmes principes que ceux qu’il énonçait pour le vocabulaire, les realia, le théâtre… L’utilité et le plaisir, les deux catégories de la poésie43, remplacent le devoir et la peine. Le dialogue fictif entre maître et élève oriente alors le rapport entre auteur et lecteur vers une idéalisation où l’ouvrage pédagogique est perçu comme plaisante conversation.

  • 44 C. Estienne, De recta latini sermonis pronunciatione et scriptura libellus […], Paris, F. Estienne, (...)

At uero (inquies) difficillima uidentur pronunciationis praecepta : et ista inconstantia, quae ab omnibus facile peruentantur. Imo certe faciliora sunt quam quis credat ; praesertim ea quae latius patere ex sequentibus iudicabis. […] Danda igitur est opera ut hoc libello nostri adolescentuli praecepta quaedam leuia et magis utilia rectae pronunciationis ac scripturae condiscant, quibus posthac non amplius insulsi aut ad barbariem nati iudicentur44.

Voire c’est expressément au lecteur non savant que Charles Estienne adresse le traité sur les noms de vases et contenants tirés de l’œuvre de Baïf, à l’occasion duquel il érige en valeur la facilité de compréhension. En effet, faisant l’éloge de l’auteur savant, il vante son talent de vulgarisateur qui, à l’instar de Térence, sait gagner les lecteurs au lieu de les repousser : paradoxalement, Charles Estienne le passeur en vient même à vanter les qualités de passeur de l’auteur qu’il compile et simplifie ; comme s’il n’était besoin de sa propre médiation pour que le livre original – celui de Baïf – soit fait lisible ! Ce qui se joue dans la vulgarisation n’est plus tant l’éducation que l’élaboration d’une civilité fondée sur la culture et la conversation. En première position, ouverture de préface, Charles Estienne définit son écriture comme réponse à une plainte des lecteurs : on désire changer de modèle culturel, il propose son œuvre :

  • 45 C. Estienne d’après L. de Baïf, De vasculis…, p. 1 : « Cher Lecteur, Nous avons récemment entendu d (...)

Lectori
Questi sunt his diebus apud nos aliquot pueri, bonarum literarum desiderio, quantum ipsi judicare potuimus, valde affecti, se non omnia intelligere que in libello Bayfii de vasculis continerentur ; […] quod cum ille audisset, ut est certe incredibili humanitate præditus, et publicæ utilitatis amantissimus, facile passus est suum libellum in breuem quamdam summulam contrahi, quemadmodum in re vestiaria non multis ante diebus factum fuerat, in gratiam adulescentulorum. Neque enim (ut intelligas lector) eo est vir ingenio, qui sibi tantum tribuat, ut doctos solum et eruditos amet, puerorum ingeniis non faveat. Cuiusmodi fortassis erunt nonnulli qui suam eruditionem tanquam arcanum quiddam et divinum videri cupiunt : neque vulgo palam esse, ne forte grauitatis et authoritatis suæ jacturam faciant : quasi vero sibi tantum et doctis nati essent45.

VI. — Brièveté et modernité

14La louange des Modernes, les Neoterici, se confond alors avec celle des jeunes générations : il s’agit d’un public, nouveau, avide, détenteur d’une autre forme de savoir que l’érudition latine des Anciens. Symétriquement, l’auteur moderne se doit de lire les auteurs récents. Ainsi, dans la seconde préface au Seminarium, adressée en 1540 à Jacques de Mesmes à l’occasion de l’aménagement de ses jardins à Roissy en France, Charles Estienne attaque ces Anciens qui, tels des chauves-souris, vivent dans l’obscurité des grottes en refusant de lire les ouvrages présents. Placée en fin de la préface, la comparaison est frappante et… cinglante !

  • 46 C. Estienne, Seminarium, et plantarium, Paris, R. Estienne, 1540, p. 9 : « Voilà pourquoi nous avon (...)

Quapropter hoc loco seminarii constituendi rationem docuimus non solum ex antiquorum, sed etiam recentiorum sententia : ut inde quidam intelligant nos non tanquam aviculas caueis inclusas, sed (quantum aetas ferre potest) expertos loqui46.

  • 47 C. Estienne, Latinae linguæ cum græca collatio ex Prisciano […], Paris, C. Estienne, 1554 (La colla (...)
  • 48 Ibid., p. 2 : « Je dédie ce labeur à tes auteurs modernes : j’espère qu’ils le recevront bien et qu (...)
  • 49 Ibid., p. 4 : « vel confusa, vel justo brevius tradita quivis existimare possit ».

15Pareillement, en tête de sa très savante récolte lexicale et rhétorique Latinæ linguæ cum græca collatio ex Prisciano, et probatiss. quibusque authoribus : per locos communes, literarum, partium orationis, constructionis, ac totius grammatices 47, la dédicace au cardinal de Lorraine, protecteur de la maison d’édition, se termine sur un éloge des Modernes qui confond habilement les protégés du cardinal et les écrivains du temps présent : « Hunc laborem tuis neotericis devoui, quem a te benevolos accipere, tibique eius rei causa gratias referre magnopere pretio »48. Au revers de la page de titre du même ouvrage, Charles s’adresse à un jeune lecteur avide de savoir et intimidé par l’ampleur de l’érudition. Il se hâte de le rassurer en promettant, malgré le titre et malgré la longueur de l’ouvrage, que les comparaisons entre les deux langues, qui paraissent si « confuses » pourraient être, « à bon droit, expliquées plus brièvement et plus clairement »49.

16Voici donc que la brièveté devient un lieu commun des prolixes préfaces de Charles Estienne. En tête de La dissection des parties du corps humain (1546), il définit son « debvoir » ainsi :

  • 50 C. Estienne, La dissection des parties du corps humain […], Paris, S. de Colines, 1546, p. 2.

si nous remonstrions en brief la vraye forme, situation, connexion, et office des parties, selon nostre mediocrité et petite puissance50.

  • 51 C. Estienne, Abbrégé…, p. 1.
  • 52 C. Estienne, Dictionarium historicum ac poeticum […], Paris, C. Estienne, 1554. Le catalogue de la (...)
  • 53 Ibid., p. 2 : « hic qua breuitate fieri potuerit ».

Il prend plus de temps à faire la table des matières, qui occupe la complémentation du verbe, qu’à exprimer le projet du livre, qui tient en deux mots : « en bref ». La préface de l’Abbrégé de l’histoire des vicontes et ducz de Milan, adressée au duc de Montmorency en 1552, donne une première valeur à cette brièveté, dont Charles Estienne fait son titre de gloire : « Mais le plaisir qui en cest endroict comble tous les aultres, vous ne doubtez, Monseigneur, que c’est la briefveté du langaige »51. Et c’est au nom de ce plaisir que tous les ouvrages de Charles se réclament de la brieveté, y compris ses répertoires les plus savants, comme l’élucidaire Dictionarium historicum ac poeticum : omnia gentium, hominum, locorum, fluminum ac montium antiqua recentioraque ad sacras ac prophanas historias, pœtarumque fabulas intelligendas necessaria vocabula complectens, bono ordine complectens 52, où la préface, dès 1556 et reprise jusque dans ses rééditions et adaptations, promet encore de faire « aussi brièvement que possible »53.

17Or cette brièveté n’est pas une mesure quantitative : située non pas dans le nombre des signes mais dans la distance à parcourir pour le lecteur entre son monde et le texte, elle désigne à la fois la simplicité cicéronienne du style et la modernité de l’entreprise. Ces deux définitions qualitatives de la brièveté mènent à deux stratégies du vulgarisateur humaniste : la traduction et l’idéal dépouillement rhétorique.

VII. — En français pour votre plaisir… ou en latin ?

  • 54 Térence, Comœdiæ sex…
  • 55 Térence, Andria
  • 56 Harold W. Lawton, Térence en France au xvie siècle, Genève, 1970-1972, p. 352 ; et Eckard Lefèvre, (...)

18Or le refus de l’écriture érudite se conjugue, justement, avec le désir du partage savant : sur le fil du paradoxe, Charles Estienne compose ainsi des traités de vocabulaire qui démontrent la complexité de sa matière tout en affirmant la facilité de lecture. C’est ainsi que, comme naturellement, l’auteur se fait traducteur : du latin au français, de l’italien au français. L’exemple des éditions de la comédie de Térence Andria (qu’il traduit comme Andrie et que nous connaissons comme Andrienne) illustrait à merveille la continuité théorique entre annotation et traduction à des fins de médiation (éditoriale ou didactique). L’œuvre dramatique de Térence avait déjà fait l’objet d’une édition pour la jeunesse chez Robert Estienne en 153054 lorsque Charles, alors précepteur d’Antoine de Baïf, en fournit une édition annotée « à l’usage de la jeunesse », publiée chez Simon de Colines et diffusée par François Estienne en 154155, destinée à six réimpressions (au moins) avant 156156. Cette première médiation, en latin, est explicitement scolaire, adressée dès son titre aux « jeunes élèves de lettres ». Charles le professeur y a joint des introductions, des résumés, des listes de vocabulaire, des notes sur les usages classiques ou soutenus du latin… et il l’annonce dès le titre : on y verra un vocabulaire sélectif, un répertoire des bonnes expressions cicéroniennes et une correction des expressions non reconnues. Le texte s’ouvre sur un éloge de Térence, qui précède la Vie de Térence de Suétone (attribuée à Donat) et l’argument de Donat. Dans son éloge de l’auteur classique, Charles Estienne insiste sur la concision et la « facilité » de son style (sermone terso, facili, ac polito) ainsi que sur la familiarité de son œuvre, écrite entre amis pour les amis (relata amicis gratia), qui fait passer de graves leçons sous les dehors de plaisanteries : un idéal sérieux-comique. La traduction en français, publiée l’année suivante chez André Roffet, s’adresse plus largement aux « bons esprits, studieux des antiques récréations ». Le français, langue des Modernes, est aussi celle des jeunes esprits sortis de l’école… Cependant, l’Abbrégé de l’histoire des viscontes et ducz de Milan est en français malgré le plaisir que le lecteur, ici flatté par l’assomption de sa science, aurait retiré d’une version latine :

  • 57 C. Estienne, Abbrégé…, p. 1.

Je l’eusse mis en latin, qui de soy eust esté plus plaisant : mais par ce qu’il est moins de ceux qui l’entendent, que d’aultres : et que plus ce que l’on escript se peult entendre, plus de gens y peuvent profiter […] je l’ay mis en langue françoise, qui ne me semble estre pour le jourd’huy moins espandue partout le monde, que la latine estoit du temps des Romains57.

  • 58 C. Estienne d’après A. Piccolomini, Gli Ingannati…
  • 59 Les abusez, comédie faite à la mode des anciens comiques premièrement composée en langue toscane pa (...)

De fait, la traduction en français invente un lectorat supposément plus large : « épandu par le monde »… Voici alors qu’entrent en résonance la traduction de l’Andrie, que Charles Estienne affirme avoir faite pour « le vulgaire », et celles de la comédie moderne du Sacrifice 58 ou de la comédie des Abusez 59 ; dès 1542, le « vulgarisateur », qui traduit en langage vulgaire pour le vulgum pecus postulait en effet que la comédie des Modernes devait se nourrir de la connaissance des Anciens, en particulier de son Térence :

  • 60 C. Estienne, L’Andrie […], Paris, E. Groulleau, 1552, « Préface », p. a ii-a ii v.

Et l’ai fait principalement afin que l’on prenne desormais quelque goût à l’auteur qui entre tous les Anciens a été toujours estimé le bien éloquent et très excellent compositeur de comédies. Faute duquel entendre et la manière qu’il avait à bien disposer et ordonner le sens et la matière dont il écrivait, notre vulgaire du jourd’hui est tumbé en telle ignorance et cécité que ce qu’il fait pour le présent en telles matières ne sent rien moins que sa comédie. Parquoy m’est aussi venu en fantaisie de traduire et mettre en prose en notre langue vulgaire la première des comédies dudit Térence, seulement en prose, pour plus facilement montrer le stile, la manière de procéder et le bon esprit qu’avait le Comique en la façon d’icelles60.

Exemples antiques ou emprunts à l’Italie, il s’agit bien dans tous les cas de renouveler la comédie en langue française. Le français est alors une médiation, au service d’un objet second : l’art comique. Et c’est par sa position intermédiaire, entre la « foule du vulgaire ignorant » et l’auteur classique latin que la langue de traduction opère comme brièveté. La longueur à parcourir et à réduire, en ce cas, n’est pas celle du texte mais celle de l’écart linguistique et culturel.

VIII. — En toute simplicité

  • 61 Voir à ce sujet H. Cazes, « Le De dissectione partium corporis humani (1545) et son double français (...)

19La brièveté latine ne s’adresse pas au même public ni ne joue sur la même dimension médiatique : en recourant à une simplicité rhétorique, en latin, Charles Estienne prône une facilitation du texte non par l’établissement d’un pont – comme le ferait la traduction – ni comme une réduction du propos, mais par la clarté de l’exposition. Idéalement alors, et dans la lignée cicéronienne, la brièveté tient dans la concision et exprime non pas une quantité mais, encore, un rapport efficace entre expressions et matériaux : sachez qu’aux vulgarisateurs bien doués, la valeur n’attend point au nombre des mots ni des figures ! L’une des poses d’auteur de Charles Estienne est de n’être ni poseur ni auteur, de fournir dans son livre, dans une absolue transparence, de la pure matière. Ainsi, La Dissection des parties du corps humain sera présentée comme le double d’une séance de dissection61. Voire le style en sera défini comme un non-style :

  • 62 C. Estienne, La dissection…, p. 1.

Vray est, que quand a l’invention ou disposition de cest œuvre, ou bien a la gravité que l’on pourroyt desirer au style et description d’iceluy : de ce n’avons aulcune peur que rien nous en soit furtivement emporté : et confessons de bon cueur n’y avoir chose en ceste part qu’aulcun doibve ou puisse enlever pour bien en faire son proffit. Car du style, il ne sent rien moins que son Ciceron : par ce que ne nous sommes grandement amusez a l’aornement de belles parolles ou mesures et poix de sentences : estimans avoir satisfaict a quelque partie de nostre debvoir, si nous remonstrions en brief la vraye forme, situation, connexion, et office des parties, selon nostre mediocrité et petite puissance62.

La modestie ici n’est pas un topos de captatio benevolentiæ mais une déclaration de simplicité et une expression de familiarité humaniste. En effet, la négation répétée de l’usage des parties rhétoriques de l’invention et de la disposition proclame une fidélité idéale à la composition des « parties du corps ». Il n’y a rien à retrancher, défie l’auteur, sur le point de trancher dans les chairs…, et je ne suis pas même styliste, réitère celui qui tient le stylet. Le jeu de mots sur le voleur de figures se développe en une comparaison implicite avec les parties disséquées, rappelées connotativement par les termes « cueur » et « part ». Pour un écrivain sans ornement, la phrase est belle !

20Malgré la dénégation appuyée de Charles Estienne, le principe de neutralité stylistique « sent son Cicéron » ; dans L’orateur, en effet, le maître rappelait que le non-style est un art difficile à pratiquer :

  • 63 Cicéron, L’orateur. Du meilleur genre d’orateurs, éd. et trad. Albert Yon, Paris, 1964, chap. xxiii(...)

Summissus est et humilis, consuetudinem imitans, ab indisertis re plus quam opinione differens. Itaque eum qui audiunt, quamvis ipsi infantes sint, tamen illo modo confidunt se posse dicere 63.

  • 64 Ibid., § 76 : « négligente diligence ».

Le style « bas » est celui de la concision modeste, qui donne l’apparence de facilité : celui de l’ami en conversation. Ainsi, la revendication d’un non-style débouche, comme chez Cicéron, sur une quædam etiam neglegentia est diligens 64 que Charles Estienne ne manque de revendiquer comme sienne. Il convie les « plus diligents » à le corriger, le compléter, le continuer, l’amender : lui-même passe avec élégance à autre chose. Ainsi, la préface de La dissection se continue par le défaussement de l’auteur : le livre n’est que le pis-aller de l’expérience, une étape intermédiaire sur la voie de la connaissance anatomique,

  • 65 C. Estienne, La dissection…, « Préface », p. a ii v.

laquelle [façon] si quelques ungs ne treuvent raisonnable, ou entierement a leur goust (comme il n’est possible du tout a tous satisfaire) pour le moins s’en trouvera il entre tant de choses quelqu’une qui par aventure pourra contenter et donner recreation a voz espritz. Et celle la tascherez (si bon vous semble) conferer et rapporter avec le dire des aultres autheurs anatomistes, qui de ce mesme en auroyent plus diligemment escript par cy devant. Ce pendant vous plaira contenter vostre fantasie des pourtraicts et figures que trouverez en cest oeuvre : iusques a ce que par l’opportunité du temps puissiez recouvrer quelque corps d’homme, ou aultre a decoupper, qui de tout vous rende plus certains. En pardonnant tousjours aux faultes, et attendans en brief de ceste mesme forge quelque cas de meilleur65.

21Pareillement, l’auteur de La guide des chemins de France se présente cavalièrement à ses futurs compagnons de voyage en fin de volume : il diminue l’importance et le statut de son guide, appelé « livret », associé à un loisir (« passe-temps ») et suspect de maintes erreurs. Le lecteur est appelé à suppléer au défaut de l’auteur, lequel se dégage lestement par deux « suffisances » des devoirs d’un érudit : Charles Estienne ne terminera pas son propos, il se contentera d’ouvrir la voie à ses lecteurs, qui deviendront ses successeurs :

  • 66 C. Estienne, La guide…, p. 1.

L’auteur de ce livret (lecteur) en a faict par passe-temps, à la requeste de ses amis, ce qu’il a peu. Et se cognoissant estre homme, c’est a dire subiect à faillir, a laissee par expres marge suffisante à chascun endroit d’iceluy pour ne t’oster la liberté de pouvoir adiouster, ou diminuer par tout ou bon te semblera : luy suffisant d’avoir pour ceste fois entreprins chose, que tu puisse estimer proufitable, et qui par adventure donne occasion à un autre, en ensuyvant ce premier traict, de mieulx faire, s’illuy est possible, attendu qu’il n’est riens plus aisé qu’adiouster aux choses inventeees. Au demeurant, pour le mescontentement qui pourroit survenir au moyen de la diversité d’opinions au nombre des lieues et journees de chascun chemin, il ne s’entend la mesure d’icelle en estre pluscertaine, que la coutume des pays, qui change de iour a autre. Parquoy luy a semblé suffisant merquer les gistes et repeues, que chascun pourra partir selon sa commodité66.

Aventure, occasion, passe-temps, recréation, les termes de La guide font écho à ceux de La dissection pour refuser le statut de savant, d’expert, ou d’érudit à l’auteur du texte. La négligence affectée définit alors le genre littéraire de cette vulgarisation fort cicéronienne. Voire dans la traduction de L’Andrie, en 1542, le précepteur invite au doute, à la correction et au dialogue plutôt qu’à l’instauration d’une relation d’autorité :

  • 67 C. Estienne d’après Térence, L’Andrie…, p. 6.

Toutes lesquelles choses pendant que je m’efforcerai de vous déclarer, il vous plaise me donner un bien peu de votre bonne faveur et attention, et m’excuser si possible, aucun des plus savants me dedit en quelque passage, car pour tout certain la chose est un peu difficile, et qui pour la plupart gît en conjecture. Parquoy ne se peut aucunes fois faire qu’il n’y ait quelque vacilation de jugement67.

La constance du lieu commun de l’humilité n’est donc pas une fausse modestie mais sert une nouvelle civilité, humaniste, du texte. L’ami lecteur y est invité non seulement à la traditionnelle mansuétude mais au dialogue et à la collaboration au texte : comme un chemin où l’auteur sert de guide mais que l’autre explore, le sentier du texte s’ouvre à la lecture sans se fermer sur l’autorité. Pour que successeurs lui viennent, la diligence se doit d’être négligente… Sans doute est-ce là le trait générique le plus audacieux de la médiation de Charles Estienne : prendre la parole pour la partager au sein d’un livre, non pas par le truchement de dialogues ou d’interactivités normatives mais par l’indécision, la discrétion auctoriale, la brièveté.

IX. — La conversation auctoriale ?

22La seconde phrase de la seconde préface du premier livre de Charles Estienne, le De re hortensi, commençait par une profusion de « nous » et de pluriel :

  • 68 C. Estienne, De re hortensi…, p. 5 : « Nous avons suivi ceux qui ont écrit avec expertise et soin s (...)

Nam quos authores, qui de hac re bene et erudite scripserunt, sequuti sumus, eos ubique suis locis produximus68.

L’auteur s’y définit en effet dans le dialogue qu’il a engagé déjà avec les auteurs qui l’ont précédé. Et l’éloge de la discrétion auctoriale relevé avec constance dans les œuvres de Charles Estienne ouvre justement le dialogue à venir entre le lecteur devenu auteur et les lecteurs en passe de devenir, à leur tour, par la continuation ou la correction – par la suite, donc –, des auteurs. Le dialogue avec le lecteur, construit par la familiarité, la simplicité, la modestie, est le plus beau rêve de Charles Estienne et, peut-être, de l’humanisme parisien du milieu du xvie siècle. Moins d’une génération plus tard, la revendication auctoriale l’emporte sur la fausse facilité du vulgarisateur : pour n’en donner qu’un exemple, citons le gendre, traducteur et continuateur de Charles Estienne, Jean Liébault. Reprenant le Prædium rusticum de 1554 pour en faire le succès de la Maison rustique, il n’hésite pas à en évincer l’auteur premier pour mieux établir son autorité :

  • 69 L’agriculture et maison rustique de M. Charles Estienne et Jean Liebault, docteurs en medecine. Rev (...)

la maison rustique, laquelle au vray dire n’est du tout yssue de ma forge, mais en partie de l’invention et premiers traits de feu maistre Charles Estienne, si bien toutesfois disposee, mentee [sic] et enrichie par mon labeur en chacune edition qu’ay reveue et augmentee tous les ans, depuis le temps de dixhuit ans, si soigneusement et avec recherche si diligente et curieuse, rendue quasi toute nouvelle : que i’oseray bien affermer des trois plus grandes et meilleures parties, l’œuvre estre à moy69.

Le traducteur est devenu auteur et la médiation a gagné, par sa « diligence », le statut d’œuvre. L’aventure poétique du livre ouvert est finie, le dialogue s’est refermé.

23Charles Estienne ne fit pas fortune, ni avec les dictionnaires, ni avec les éditions, ni avec les guides, ni avec ses premières encyclopédies : il eut un public, un nom, et fit faillite. La générosité du dialogue pouvait-elle payer le prix d’une presse ? Les raisons de l’échec de 1558 furent-elles commerciales ? Faut-il lire dans le désastre financier l’anéantissement du rêve humaniste d’une conversation infinie entre livres et amis ? L’autre fortune de Charles, celle qui naît dans les bibliothèques et les salons, celle qui se lit auprès des bibliographes et que l’on salue comme postérité, cette autre fortune se fit également attendre : frère cadet, oncle, visionnaire sans réalisme, furent les rôles que lui firent tenir les thuriféraires des Estienne. Or c’est là que revient, lancinante, la question du statut de la médiation : Charles Estienne en donna une poétique sur laquelle fonder une morale du texte simple, première réplique d’un dialogue en mouvement. Éditeur, il fit le pari du soutien du lectorat et conféra à ce dernier le plus noble des statuts : celui d’ami, pour qui l’on ne compte ni ne ment. Le relatif oubli de ce destin illustre la relative cécité de notre histoire littéraire et bibliographique : tournée vers le rôle-titre de l’auteur, elle en ignore les figurants de la passation. Vulgarisateur, éditeur, auteur en déni d’autorité, Charles Estienne fut l’ombre insaisissable d’une historiographie des héros. Il pourrait bien, en nos temps marqués par le retour des intermédiaires et la valorisation des « réseaux », trouver des amis avec qui renouer la conversation de l’humanisme.

Notes

1 Theodoor Jansson van Almeloveen, De vitis Stephanorum, celebrium typographorum dissertatio epistolica […], Amsterdam, Janssonius Van Warsberge, 1683.

2 Michael Maittaire, Stephanorum historia : vitas ipsorum ac libros complectens, Londres, B. Motte, 1709. Voir aussi Jean de La Caille, Histoire de l’imprimerie et de la librairie où l’on voit son origine et son progrès, jusqu’en 1689 : divisée en deux livres, Paris, J. de La Caille, 1689, et André Chevillier, L’origine de l’imprimerie de Paris, dissertation historique et critique, divisée en quatre parties […], Paris, J. de Laulne, 1694.

3 On verra notamment, sur l’histoire de la typographie et sur la place prépondérante attribuée aux Estienne, Georges-Adrien Crapelet, Robert Estienne, imprimeur royal, et le Roi François Ier. Nouvelles recherches sur l’état des lettres et de l’imprimerie au xvie siècle, Paris, 1836 ; id., Des progrès de l’imprimerie en France et en Italie au xvie siècle, et de son influence sur la littérature […], Paris, 1836 ; Antoine-Auguste Renouard, Annales de l’imprimerie des Estienne ou histoire de la famille Estienne et de ses éditions, 2e éd., Paris, 1843, réimpr. New York, 1972 et Mansfield Center (Conn.), 1999.

4 Ainsi, A.-A. Renouard n’avait-il pas d’abord publié les Annales de l’imprimerie des Alde, ou histoire des trois Manuce, Paris, 1834 (réimpr. New Castle, 1991) ?

5 Comme il se nomme lui-même sous son titre, en première page de son ouvrage, Edmond Werdet, Histoire du livre en France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Paris, 1861-1864.

6 E. Werdet, Histoire du livre…, p. 69 puis 70-71.

7 De manière récurrente, peut-être par orgueil national et sûrement pour laver leur héros historique de tout soupçon de manipulation juridique visant à maintenir la propriété d’« émigrés » contre une accusation de trahison de la patrie, les historiens du livre du xixe siècle français préfèrent évoquer la disparition de Robert Estienne en 1551, lors de son départ à Genève, plutôt que son exil. Ils attribuent alors maintes éditions de Robert à Charles.

8 A.-A. Renouard, Annales…, partie II, p. 67.

9 M. Maittaire, Stephanorum historia…, p. 183.

10 Nouvelle biographie générale, dir. Ferdinand Heofer, Paris, 1856, t. XV, col. 484-485.

11 On verra ainsi, en une proportion qui dépasse la disparité de titres parus aux catalogues respectifs des éditeurs, les longueurs allouées par Maittaire, Stephanorum historia… à ses différents chapitres : le premier livre, intitulé « Biographies des Estienne » (Vitæ Stephanorum), commence par Robert (ibid., p. 1-159), puis son frère François (ibid., p. 160-163). Le chapitre sur Charles occupe les p. 164-186. Une seconde partie, avec page de faux titre, s’ouvre par Henri II (p. 193-503) et se termine, modestement, avec Robert II (ibid., p. 504-519) et les descendants moins connus. Les quelque vingt-deux pages consacrées à Charles sont de fait bien moins longues qu’il n’y paraît, car elles incluent des documents et des annexes étrangères à leur sujet direct : elles sont ainsi composées de l’éloge de Charles et de sa science (ibid., p. 164-173), du résumé bibliographique de La Caille (ibid., p. 174-178), de la lettre de Maumont (ibid., p. 174-178), puis en viennent à l’épisode du Thesaurus Ciceronianus (ibid., p. 183). Elles se concluent, toujours sous le titre courant de « Vita Caroli Stephani », par l’éloge d’Henri Ier Estienne (ibid., p. 184-186) et un « Appendix », tiré de La Caille, sur Josse Bade, Simon de Colines, Michel de Vascosan, Jean de Roigny et Conrad Bade (ibid., p. 187-192). Commençant l’article par la famille directe, Maittaire le quitte ainsi en évoquant le cercle familial élargi (comme Henri Ier, Josse Bade est le grand-père de Charles) et il substitue ainsi la généalogie à un jugement tranché.

12 Léon Feugère, Essai sur la vie et les ouvrages de Henri Estienne […], Paris, 1853, p. 11.

13 Voir Victor Magnin, « Recension de Renouard, Annales […] », dans Journal des savants, mars 1841, p. 143 : « Charles Estienne, dans la dédicace de son Bon jardinier (De re hortensi), adressée, en 1536, à son jeune neveu (Henriculo suo), le félicite de jouir des leçons et de la bienveillance d’un maître aussi habile [Jacques Toussain] », et A.-A. Renouard, Annales…, p. 367 : « En 1545 Charles adresse à Henri, son neveu (Henriculo suo), une longue lettre que l’on voit comme préface en tête du petit volume De re hortensi. »

14 Les dernières décennies du xxe siècle démentent heureusement cette tendance.

15 Charles Estienne d’après Lazare de Baïf, De vasculis libellus, adulescentulorum causa ex Bayfio decerptus, audita vulgari latinarum vocum interpretatione, Paris, R. Estienne, 1535 (rééd. Lyon, S. Gryphe, 1537 ; Paris, R. Estienne, 1547).

16 C. Estienne d’après L. de Baïf, De re vestiaria libellus, ex Bayfio excerptus : addita vulgaris linguæ interpretatione, in adolescentulorum gratiam atque utilitatem, Paris, R. Estienne, 1541 (1re éd. Lyon, 1536).

17 C. Estienne d’après L. de Baïf, De re navali […], Lyon, S. Gryphe, 1537.

18 C. Estienne, De re hortensi libellus, vulgaria herborum, florum, ac fruticum, qui in hortis conseri solent, nomina latinis uocibus efferre docens ex probatis authoribu : in adolescentulorum gratiam […], Lyon, héritiers de S. Vincentius, 1536 ; Paris, N. Buffet [pour R. Estienne], 1536 (rééd. 1539, 1545…) ; Troyes, s. n., 1542.

19 C. Estienne d’après Térence, La premiere comedie de Terence, intitulée l’Andrie, nouvellement traduite de latin en français, en faveur des bons esprits, studieux des antiques récréations [L’Andrie…], Paris, A. Roffet, 1542 ; Paris, G. Corrozet, 1542.

20 C. Estienne d’après Alessandro Piccolomini, Gli Ingannati. Comédie du sacrifice des professeurs de l’academie vulgaire senoise, nommez Intronati, célébrée ès jeux d’un karesme prenant, à Senes, traduicte de langue tuscane par Charles Estienne, Paris, P. Roffet, 1540 (selon K. Van Reinhardstoettner, Plautus, Leipzig, 1886) ; Lyon, Fr. Juste et P. de Tours, 1543 ; Paris, E. Groulleau, 1548, 1549 et 1556.

21 C. Estienne, De dissectione partium corporis humani […], Paris, S. de Colines, 1545, dont la traduction française paraît en 1546.

22 C. Estienne d’après Paolo Giovio, Abbrégé de l’histoire des vicontes et ducz de Milan […] extraict en partie du livre de Paulus Jovius […], Paris, C. Estienne, 1552.

23 C. Estienne d’après Ortensio Lando, Paradoxes […], Paris, C. Estienne, 1553.

24 C. Estienne, De nutrimentis […], Paris, R. Estienne, 1550

25 C. Estienne, Discours des histoires de Lorraine et de Flandres […], Paris, C. Estienne, 1552.

26 C. Estienne, La guide des chemins de France, Paris, C. Estienne, 1552

27 C. Estienne, Prædium rusticum […], Paris, C. Estienne, 1554.

28 Voir Hélène Cazes, « Jardins, vergers et maisons-bibliothèques : le grand enfermement du livre imprimé, du Prædium rusticum de Charles Estienne à la Maison rustique de Jean Liébault » dans Voix plurielles, t. 5/1 : La maison et le livre, dir. Bertrand Bourgeois et Élise Lepage, 2008, consultable en ligne (https://journals.library.brocku.ca/index.php/voixplurielles/article/view/469).

29 C. Estienne d’après L. de Baïf, De re vestiaria ex Bayfio excerptus : addita vulgaris linguæ interpretatione, in adolescentulorum gratiam atque utilitatem… [nous soulignons].

30 Térence, Andria, omni interpretationis genere, in adolescentulorum gratiam facilior effecta […], éd. et annot. C. Estienne, Paris, S. de Colines et Fr. Estienne, 1541 (rééd. Fr. Estienne, 1547).

31 C. Estienne d’après Térence, L’Andrie…

32 C. Estienne d'après L. de Baïf, De vasculis libellus

33 Ainsi le titre des principes de la grammaire indique précisément leurs destinataires : ils sont accomodés « principalement pour les jeunes » ; C. Estienne, Principia elementaria juuenibus maxime accommodata, Paris, R. Chaudière, 1546.

34 C. Estienne, De re hortensi… : « Livret sur l’horticulture, qui enseigne les noms latins pour les plantes, fleurs et fruits qui sont habituellement semés dans les jardins, selon l’usage des meilleurs auteurs : en faveur des jeunes gens ».

35 On ne compte pas moins de six réimpressions de cet ouvrage entre 1541 et 1561, outre une traduction en espagnol.

36 Térence, Andria… : « L’Andrie, de Térence, rendue par toutes sortes d’explications plus aisée à lire pour l’agrément des jeunes gens. Avec le but qu’après cette comédie, les jeunes gens studieux des belles-lettres puissent sans peine aborder toutes les comédies du même auteur. On a ajouté une analyse de la structure de la pièce, en français comme en latin, ainsi que des commentaires exposant le sens de certains mots et donnant des expressions en bon latin ; après une comparaison avec la langue de Cicéron, et des bons auteurs, les façons de parler corrompues et dégénérées y sont amendées ».

37 Térence, Comœdiæ sex, tum ex Donati commentariis […], Paris, R. Estienne, 1530 : « Six comédies de Térence, amendées plus diligemment que jamais à partir des commentaires de Donat et d’après une collation des meilleurs et, surtout, des plus anciens, exemplaires. Commentaires soigneusement corrigés de ces mêmes œuvres par Ælius Donatus, très ancien et très célèbre grammairien, ainsi que par d’autres ». Voir A.-A. Renouard, Annales…, « 1529 », p. 30.

38 Térence, Comœdiæ sex… : « Calphurnii in tertiam comœdiam doctissima interpretatio. Index amplissimus ».

39 Térence, Andria…, préface : « Cuius [Terence] sermoni, neminem ex antiquis, in facilitate, et communi loquendi formula præposuerim » (Quant à la langue, je ne mettrai aucun des Anciens au-dessus de Térence pour ce qui est de la facilité et des tournures de parler quotidien).

40 Térence, Andria…, préface : « Charles Estienne, à son ami sans savoir. Quant à la langue, je ne mettrai aucun des Anciens au-dessus de Térence pour ce qui est de la facilité ni des tournures de parler quotidien. C’est la raison pour laquelle non seulement j’ai voulu dans mon Andrie présenter à mes adolescents toutes les tournures (ou presque) qui peuvent s’employer dans la vie quotidienne, mais aussi j’ai voulu les rendre plus connues et, non sans peine, montrer la corruption de la prononciation et ses processus. Si l’on juge que ce livre mérite l’attention de nombreux lecteurs, que l’on en remercie non pas moi-même mais plutôt les bons auteurs. Sinon, que l’on accepte ce travail comme un cadeau fait en toute bienveillance à l’intention de tous les petits élèves avides de lectures ».

41 C. Estienne, De recta latini sermonis pronunciatione et scriptura libellus […], Paris, Fr. Estienne, 1541.

42 On pense bien sûr à Érasme, De recta latini graecique sermonis pronuntiatione […], Bâle, Froben, 1528, mais également à Jules-César Scaliger, Julii Caesaris Scaligeri adversus Des. Erasmi […] dialogum ciceronianum oratio secunda, Paris, P. Vidovaeus, 1537, et à Étienne Dolet, Commentarii linguæ latinæ, Lyon, S. Gryphe, 1536-1538.

43 Voir Horace, Ars poetica, éd. The Latin Library en ligne (http://www.thelatinlibrary.com/horace/arspoet.shtml, consulté le 15 mai 2013), v. 343-344 : « Omne tulit punctum qui miscuit utile dulci, / lectorem delectando pariterque monendo » (Pour gagner sur tous les plans, il mêle l’utile à l’agréable : il instruit le lecteur autant qu’il le charme).

44 C. Estienne, De recta latini sermonis pronunciatione et scriptura libellus […], Paris, F. Estienne, 1541, « Préface », p. a ii v : « — Mais, me diras-tu, ces préceptes de prononciation me semblent très difficiles ; et ceux qui sont facilement appris changent sans arrêt ! Ils sont en vérité bien plus faciles qu’on ne le croirait, surtout ceux que tu déduiras de ce qui va suivre et qui te semblent évidents. […] Il me faut donc veiller à ce que, grâce à notre petit livre, nos chers jeunes gens acquièrent des principes sur la prononciation et sur l’écriture qui soient pour ainsi dire légers et bien plus utiles. Qu’ensuite pour de pareilles questions, ils ne soient plus insultés, ou accusés d’être des barbares de naissance ! »

45 C. Estienne d’après L. de Baïf, De vasculis…, p. 1 : « Cher Lecteur, Nous avons récemment entendu des regrets, venant de quelques jeunes personnes animées, pour autant que nous en puissions juger, par un sincère amour des lettres : on se plaignait de ne pas tout comprendre au livre de Baïf sur les vases […]. Or dès que cet incomparable humaniste [Baïf], entièrement dévoué à l’utilité commune, eut connaissance de ces regrets, il me donna sans hésiter son autorisation pour résumer son livret à l’usage de la jeunesse en une sorte de petite somme, sur le modèle de ce que j’avais fait naguère pour les vêtements. Car, comprends-le bien, cher lecteur, cet homme n’est pas de ceux qui se prennent tant au sérieux qu’ils n’aiment que les savants et les érudits, ou qu’ils méprisent les jeunes esprits. De ceux-là, il s’en trouvera peut-être pour vouloir que leurs recherches restent comme un secret jalousement réservé aux inités : ils refuseront de les ouvrir au public, de crainte qu’ils ne gaspillent ainsi leur expertise reconnue. Ces gens-là ne se connaissent pour interlocuteurs qu’eux-mêmes et les savants ! »

46 C. Estienne, Seminarium, et plantarium, Paris, R. Estienne, 1540, p. 9 : « Voilà pourquoi nous avons choisi, pour planter cette pépinière, non seulement parmi les auteurs anciens mais aussi parmi les modernes : que certains – que je ne nommerai pas – comprennent par là que nous ne nous définissons pas comme une chauve-souris perchée au fond de sa grotte mais comme un expert mettant à profit toutes les ressources de son temps ».

47 C. Estienne, Latinae linguæ cum græca collatio ex Prisciano […], Paris, C. Estienne, 1554 (La collation de la langue latine avec la grecque, prise de Priscien et des meilleurs auteurs, arrangée par lieux communs selon l’ordre des lettres, des parties du discours, de la structure et de la grammaire), p. 2.

48 Ibid., p. 2 : « Je dédie ce labeur à tes auteurs modernes : j’espère qu’ils le recevront bien et que tu m’en seras reconnaissant ».

49 Ibid., p. 4 : « vel confusa, vel justo brevius tradita quivis existimare possit ».

50 C. Estienne, La dissection des parties du corps humain […], Paris, S. de Colines, 1546, p. 2.

51 C. Estienne, Abbrégé…, p. 1.

52 C. Estienne, Dictionarium historicum ac poeticum […], Paris, C. Estienne, 1554. Le catalogue de la BNF recense vingt-sept éditions de ce titre jusqu’en 1693.

53 Ibid., p. 2 : « hic qua breuitate fieri potuerit ».

54 Térence, Comœdiæ sex…

55 Térence, Andria

56 Harold W. Lawton, Térence en France au xvie siècle, Genève, 1970-1972, p. 352 ; et Eckard Lefèvre, Terenz’ und Menanders Andria, Munich, 2008, p. 32.

57 C. Estienne, Abbrégé…, p. 1.

58 C. Estienne d’après A. Piccolomini, Gli Ingannati…

59 Les abusez, comédie faite à la mode des anciens comiques premièrement composée en langue toscane par les professeurs de l'Académie siennoise et nominée Intronati ; depuis trad. en françoys par Charles Estienne, Paris, E. Groulleau, 1549.

60 C. Estienne, L’Andrie […], Paris, E. Groulleau, 1552, « Préface », p. a ii-a ii v.

61 Voir à ce sujet H. Cazes, « Le De dissectione partium corporis humani (1545) et son double français : Charles Estienne traducteur de lui-même », dans Tous vos gens à latin : le latin, langue savante, langue mondaine (xive-xviie siècle), dir. Emmanuel Bury, Genève, 2005, p 365-377, ainsi que ead., « Théâtres imaginaires du livre et de l’anatomiex : La dissection des parties du corps humain, Charles Estienne, 1545-1546 », dans Littératures, t. 47 : Fictions du savoir à la Renaissance, dir. Olivier Guerrier, 2002, consultable en ligne (http://www.fabula.org/colloques/document103.php), p. 11-30.

62 C. Estienne, La dissection…, p. 1.

63 Cicéron, L’orateur. Du meilleur genre d’orateurs, éd. et trad. Albert Yon, Paris, 1964, chap. xxiii, p. 27, § 75 : « Et d’abord nous avons à faire le portrait de celui qui est le seul auquel certains donnent le nom d’attique. Il n’élève pas le ton et se tient au ras du sol, se modelant sur l’usage, plus différent dans la réalité de l’absence d’éloquence qu’il n’en donne l’impression. C’est pourquoi ceux qui l’entendent, si incapables qu’ils soient eux-mêmes de parler, se figurent néanmoins qu’ils peuvent le faire de cette façon là ».

64 Ibid., § 76 : « négligente diligence ».

65 C. Estienne, La dissection…, « Préface », p. a ii v.

66 C. Estienne, La guide…, p. 1.

67 C. Estienne d’après Térence, L’Andrie…, p. 6.

68 C. Estienne, De re hortensi…, p. 5 : « Nous avons suivi ceux qui ont écrit avec expertise et soin sur ce sujet et nous les avons cités partout selon les sujets ».

69 L’agriculture et maison rustique de M. Charles Estienne et Jean Liebault, docteurs en medecine. Revue et augmentee de beaucoup, dont le contenu se voit en page suivante. Plus un bref recueil des chasses du cerf, du sanglier, du lievre, du renard, du blaireau, du connil, du loup, des oiseaux, et de la fauconnerie. Item la fabrique ou usage de iauge, ou diapason, Rouen, T. Dare, 1608, p. 5.

Auteur

Université de Victoria (Canada)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search