Version classiqueVersion mobile

Lire, choisir, écrire

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Christine Silvi

Le Calendrier et compost des bergers, un vade-mecum populaire

Denis Hüe

Texte intégral

Remember
First to possess his books
 ; for without them
He’s but a sot, as I am, nor hath not
One spirit to command
(Shakespeare, The Tempest, III, 2)

  • 1 Calendrier des bergers, éd. et préf. Max Engammare, Paris/Coligny, 2008. Il était impossible de con (...)

1Le Grand calendrier et compost des bergers est un texte relativement peu étudié, par cela même qu’il se situe à l’entre-deux des disciplines et des champs d’études ; il s’agit certes d’un des plus anciens et populaires textes imprimés, mais si le nombre de ses éditions le rend en apparence bien connu, la diversité et l’instabilité de son contenu découragent le chercheur, tant il a, lorsqu’il en consulte un volume, le sentiment de n’en avoir qu’un état particulier, qui l’empêche d’aborder le livre en tant que tel : on peut travailler sur un calendrier des bergers, pas sur le Calendrier des bergers. S’il y a une tradition iconographique du calendrier des bergers qui fait que l’on reconnaît aisément la provenance des bois gravés, elle n’a ni la richesse ni la stabilité qu’on voudrait lui voir, puisque tel ou tel bois est d’une provenance radicalement distincte ; là encore il s’agit d’une nébuleuse plus que d’une constellation, malaisée à maîtriser. Le savoir enfin qui y est diffusé, sur le comput et le calendrier, est suffisamment flou, vain (y a-t-il à savoir le calendrier ?) et complexe (comment s’attacher à mémoriser nombre d’or et dates d’éclipses ?) pour que les historiens des sciences ne s’y attardent pas. Enfin, les textes littéraires qui sont intégrés dans les volumes, outre leur diversité, sont anonymes la plupart du temps, et de niveaux différents. D’une certaine façon, pour finir, la relative popularité bibliophilique du volume masque mal l’embarras dans lequel se trouvent les chercheurs face à lui ; la récente et admirable introduction proposée par Max Engammare au fac-similé de la Fondation Bodmer1 parvient à décrire le volume présenté, mais ne se soucie pas précisément de l’ensemble de la nébuleuse que constitue ce type de texte. Les pages qui suivent cherchent à poser les premières bases d’une typologie des contenus de ce volume. Elles seront évidemment incomplètes, mais elles espèrent, telles quelles, être utiles aux chercheurs et susciter compléments et précisions qui permettront de mieux connaître l’œuvre. On s’essaiera à une présentation générale de ses contenus, calendrier et compost tout d’abord, et, ensuite, on s’attachera rapidement à quelques-uns des divers textes ajoutés, sans pouvoir les détailler faute de temps : la fonction littéraire et poétique de ce corpus (où l’on rencontre Villon, Martial d’Auvergne et Arnoul Gréban) restera à évaluer.

 

  • 2 Charles Nisard, Histoire des livres populaires ou de la littérature de colportage, t. I, Paris, 185 (...)
  • 3 C. Nisard, Histoire des livres populaires…, p. 107.

2Le premier auteur à avoir analysé en détail les almanachs et calendriers est Charles Nisard qui, sur mandat de Napoléon III, a fait un inventaire attentif de la littérature de colportage ; il s’agissait pour lui d’explorer la moralité des ouvrages diffusés, ce qui préparait la place au nouveau vecteur de diffusion des connaissances que seront les librairies de gare, plus faciles à contrôler, qui ont participé à l’hégémonie de l’empire Hachette2. Nisard, au milieu de la foule des almanachs divers dont il fait un inventaire à la fois précis et amusé, met à part le Calendrier des bergers, qui est le plus ancien, et qui subsistera jusqu’au xviiie siècle. La description qu’il en donne s’appuie en effet sur une édition de 1633, alors qu’il signale un exemplaire de 1705. En fait, le répertoire établi par Max Engammare ne donne pas moins de quarante-sept éditions, dont la dernière date de 1786, à Liège. Il est plus que probable que les exemplaires qui nous sont conservés ne représentent qu’une infime partie de ce qui a été imprimé : l’almanach est un produit de fréquente utilisation, imprimé sur un papier de qualité médiocre, et qui, une fois usé, est jeté sans ménagements. La plus ancienne de nos éditions, l’édition parisienne de Guyot Marchand, date de 1491 ; on en connaît deux à Genève, de 1497 et de 1500 ; une édition sur vélin du même, imprimée en 1493 et probablement enluminée par Vérard, a appartenu à Charles VIII. On connaît l’édition Nourry de 1508, et il y en a bien d’autres, puisque le texte, régulièrement réédité, sans date, mais avec des noms d’imprimeurs très variables, dépassera non seulement la réforme grégorienne (on a, édité à Rouen, un Calendrier du berger de la grand montaigne, qui présente « le compost manuel, reformé selon le retranchement des dix jours, et calendrier gregorian »), mais sera diffusé jusqu’au-delà de la Révolution, puisque ces documents sont mentionnés comme subsistant sous des formes diverses par Nisard dans le fonds de la littérature de colportage3. Ce que nous savons aujourd’hui encore des almanachs explique tout à la fois la rareté des exemplaires et la diversité des éditions : livre « d’usage », il est souvent usé au bout d’une année, pour nous qui avons des almanachs annuels ; pour ces volumes qui bénéficiaient d’un calendrier perpétuel, on peut imaginer l’état dans lequel ils pouvaient être après cinq à dix ans d’usage ; on comprend mieux dès lors la constante réédition de ces textes et la relative stabilité de leur contenu, puisque le public était dans une attente de renouvellement et pas de découverte. Malgré cela, si le Calendrier des bergers se perpétue durablement avec des contenus semblables, diverses variations interviennent, sans que se dégage un ordre précis.

3Il n’est pas nécessaire ici de rappeler le statut particulier des travaux et des traités sur le temps tout au long du Moyen Âge ; il s’agit de documents particulièrement intéressants, en ce qu’ils relèvent à la fois d’un savoir scientifique rigoureux et d’une conscience religieuse des choses. Le temps est à la fois cyclique et mobile ; alors même qu’il est régi par les lunaisons, les solstices et les équinoxes, qui déterminent saisons, mois et semaines, il suit attentivement la liste des saints qui, tout au long de l’année, construisent l’identité de chaque jour :

  • 4 Rauf de Linham, Kalender, éd. Tony Hunt, Londres, 1983 (Plain Texts Series, 1), p. 22, v. 780-786.

Le secund jor de averil ameine
La Marie egypcyene.
Ambroise le quart jor del meis,
George vent a vint e treis,
Seint Marc a vint e cinc tenez,
E pus averil en pes lessez4.

  • 5 Préface de Ian Short à son édition de Philippe de Thaon, Comput, Londres, 1984 (Plain Texts Series, (...)
  • 6 Voir Georges Comet, « Le temps agricole d'après les calendriers illustrés », dans Temps, mémoire, t (...)
  • 7 Un exemplaire est décrit par Hercule Géraud, « Calendrier perpétuel portatif dressé l’an 1381 », da (...)

4Les grands cycles astronomiques régissent enfin la cascade des fêtes mobiles, qui déterminent Pâques, Carême, Ascension et Pentecôte ; mais ces fêtes religieuses, en France tout au moins, règleront à leur tour l’année civile. Ces trois niveaux de relation de l’homme au temps – temps astronomique, temps religieux, temps proprement divin des fêtes mobiles – constituent une sorte de cadre ontologique dans lequel il a longtemps été difficile de se repérer ; il est révélateur que « the oldest surviving scientific text in the vernacular »5 soit justement le Comput de Philippe de Thaon. Il n’est pas nécessaire de remonter si loin dans la littérature médiévale pour approcher les diverses versions du Calendrier des bergers ; elles se composent, tout d’abord, d’un calendrier, tout à fait comparable à celui des livres d’heures : chaque mois y est présenté avec la suite des jours, les saints importants y sont marqués et les lettres dominicales constituent l’habituelle frise. C’est là en général que cessent les indications des livres d’heures, qui portent parfois en sus les indications des signes astrologiques. À ces mentions s’ajoute toujours une illustration, très codifiée, et dont l’origine semble remonter aux temps carolingiens : le banquet à l’intérieur pour janvier, le fait de se chauffer au feu en février, etc.6. Les calendriers des bergers portent tous ces indications et ont un programme iconographique particulièrement stable ; ce qui me retiendra, ce sera la suite des indications gnomiques qui vont y être associées, et qui sont absentes habituellement des livres d’heures. On les retrouve en revanche dans des textes largement moins attestés, les calendriers à usage privé et profane7 ; c’est, au moins autant que des livres d’heures, à ce type de document que peut se rattacher la tradition des calendriers des bergers.

  • 8 Denis Hüe, « Le berger à la fin du Moyen Âge. Remarques sur une figure trifonctionnelle », dans Rem (...)

5Il n’est pas inutile de s’interroger, rapidement, sur le titre de ces volumes et sur leur volonté programmatique. « Calendrier », « compost » sont des mots qui renvoient à la mesure du temps, mais chacun avec une spécificité que le contenu des textes qui portent ce nom tend à gommer ; le calendrier s’occuperait en principe du temps civil, le « compost » – ou « comput » – pourrait se soucier davantage des fêtes mobiles et des calculs complexes qu’entraîne la définition de Pâques. La différence entre les traités de Rauf de Linham (Kalendrier) et Philippe de Thaon (Comput) n’est pas sensible cependant. La référence au berger est néanmoins importante. J’ai souligné ailleurs8 le statut particulier de ce personnage, à la fois au bas de l’échelle sociale et figure royale en puissance, puisque David était un berger ; le pasteur est seigneur de ses bêtes, le prêtre et le prélat sont aussi des bergers. L’un et l’autre, chacun à une extrémité de la chaîne sociale, ont une relation privilégiée au savoir : le prélat et le roi par la clergie et la sagesse de leurs conseillers, le berger par sa patiente observation de la nature et de l’ordre des choses. C’est lui qui est le premier averti de la Nativité, peut-être parce que, dormant à la belle étoile, il est à même d’entendre les anges dans nos campagnes, et de voir l’étoile briller au-dessus de la crèche – peu importe dans ce cas l’invraisemblance des situations. Grand connaisseur du ciel, il sait de jour comme de nuit reconnaître l’heure. En même temps, le berger n’est pas un clerc ; il ne parle pas latin et n’écrit pas des choses complexes, les traités savants et latins qui impressionnent certes ceux qui sont capables de les lire – et les autres plus encore – mais qui ne constituent pas un vecteur de diffusion du savoir. Le berger saura dire simplement les choses, ravaler le cosmique au niveau du prosaïque, proposer des moyens mnémotechniques : en un mot, il donne un accès pratique au savoir sans se soucier d’édifier la structure scientifique qui le légitimerait, sans égarer celui qui se veut un « utilisateur » de ces connaissances. Pour le monde urbain, premier consommateur de livres, le berger représente d’une certaine façon un savoir perdu, que les textes imprimés sauront nous conserver, le savoir pratique dont les gens ont besoin.

6La matière de ces calendriers est variable dans son détail comme dans son organisation et il est difficile de la présenter de façon organisée, tant elle est diverse et fonctionne par contiguïté dans un premier temps. J’essaierai tout d’abord de présenter son contenu strictement calendaire et d’analyser la façon dont sa matière passe insensiblement – et de façon tout à fait cohérente – de la description des outils chronologiques à celle du cosmos qui régit le temps ; cette vision du ciel ramène l’homme sur terre, et invite à aborder l’être humain-microcosme dans les deux aspects prévisibles de sa santé physique et de son comportement moral : les volumes développent une physiognomonie et vont comparer l’homme aux animaux, développant plus ou moins ce domaine : on y reviendra. Cette partie, globalement fluante et inégalement répartie dans les divers volumes, est cependant la plus constante. Elle est généralement suivie de textes moraux, assez souvent un arbre des vices et des vertus très longuement développé. Le discours moral se poursuit en général par des reprises des prières essentielles, Pater noster, Ave Maria, Credo ; ces prières sont en français et illustrées. On rencontre de même, assez souvent, un récit des visions de Lazare. Divers textes s’ajoutent enfin assez librement ; des fragments de Jean de Brie ou de Martial d’Auvergne, un extrait de mystère de la Nativité, des recettes de cuisine, une danse macabre… C’est la variété de ces textes qui donne à chacune des éditions du Calendrier des bergers une dimension particulière. On va essayer de présenter succinctement ces diverses parties, avant de revenir à la question qui se pose à mes yeux, celle du projet encyclopédique et didactique de ces volumes. Dans la diversité des versions proposées, j’ai choisi de suivre l’ordre que propose l’édition troyenne de Nicolas Le Rouge, sans m’interdire des excursus vers d’autres éditions ; la plupart des textes sont communs, à quelques variantes près, même si la disposition en varie ; on pourra considérer que les pages qui suivent valent, pour l’ensemble, une description de la matière des Calendriers des bergers.

I. — La partie calendaire

7L’édition troyenne de 1531 porte, sur la même page que le mois de janvier, trois strophes gnomiques :

  • 9 On la retrouve dans d’autres endroits, comme dans Le kalendrier des bergers, Paris, G. Marchant, 14 (...)

Je me fais janvier appeler
Le plus fort de toute l’annee,
Mais si me puis je bien vanter
Que ma saison fut approuvee ;
La loy si y fut ordonnee,
Car en mon temps fut circoncis
Jesus, et si fut demonstrer
Aux troys roys l’estoille de pris9.

Une deuxième strophe est annoncée par « S’ensuyvent les douze moys figurez ou le Kalendrier de vie humaine. Et premierement janvier » :

Premier doys prendre et commencer,
Six ans pour le moys de janvier,
Qui n’a force ne vertu ;
Quand l’enfant a six ans vescu,
Tel est sans nul bien sçavoir
Ne force ne vertu avoir.

Un quatrain latin termine les indications relatives à ce mois :

In jano claris calidis cibis potiaris
Atque decens potus post fercula sit tibi notus
Letitem medo potatus tunc ut bene credo
Balnea tutus intres, et venam scindere cures.

8L’édition genevoise (1497, 1500) contiendra la première et la troisième strophe, la série des sixains renvoyant aux âges de la vie étant regroupée dans une même suite vers la fin du volume (N.ij.). On trouvera en revanche dans l’édition du Calendrier des bergères deux textes supplémentaires . D’une part, un huitain décrivant le mois et constituant une sorte de légende à l’illustration :

Janvier je suis, fier et divers
Car en moy est le cueur d’yvers.
De neger, pluvoir, geler fort
En moy fait yvers son effort.
Beau feu devant moy je demande
Sus table pain, vin et viande.
De telz biens que Dieu m’a transmis
Veulz festïer mes bons amys.

D’autre part, un petit texte mnémotechnique :

En. jan. vier. que. les. roys. ve. nus. sont.
Glau. me. dit. fre. min. mor. sont.
An. thoi. ne. seb. ag. vin. cent. boit.
Pol. doit. plus. quon. ne. luy. doit.

  • 10 Ainsi, ibid., tous les mois sont mis à la file.

Il n’est peut-être pas inutile de préciser que ce quatrain permet de retrouver les principaux saints du mois, l’Épiphanie – les Rois – en sixième position, Maur en quinzième, Antoine en seizième, Sébastien le 20 janvier, Agnès le 21, Vincent le 22, et la Conversion de saint Paul le 25. On le retrouve sous diverses dispositions, parfois sur deux lignes seulement, dans presque toutes les éditions du Calendrier10.

9On rencontrera encore d’autres mentions, comme des vers latins, qui seront repris et largement déformés jusqu’à la fin du xvisiècle. Il en existe au moins deux traditions ; celle attestée par l’édition Marchand :

In jano claris calidisque cibis potiaris
Atque decens potus post fercula sit tibi notus
Ledit enim medo tunc motatus ut bene credo
Balnea tutius intres et venam findere cures ;

et celle que l’on trouve dans l’édition Le Rouge :

Pocula Janus amat
Tangere crura cave cum Luna videbit aquosum
Insere tunc plantas, excelsas erige turres,
Et si carpis inter, tunc tardius ad loca transis.

10On le voit, chaque mois est désormais associé à toute une littérature gnomique. Mais ce n’est pas tout : parallèlement à ces textes, figure parfois un bois gravé en colonne qui représente, de façon elliptique, les moments marquants du mois, chacun signalé à son jour : ainsi, le 1er janvier sera la fête de la Circoncision, le 6 honorera les Rois mages, le 15, saint Maur ; saint Antoine, reconnaissable à sa clochette, est vénéré le 17 ; on célèbre le 22 la saint Vincent et le 25, la Conversion de saint Paul ; le signe zodiacal nouveau est présent au centre, au moment du 14, ce qui correspond à son changement avant la réforme grégorienne. Mais ces planches ne sont pas toujours bien placées ; ainsi, dans l’édition Nourry, le mois de mars est accompagné d’un bois gravé qui renvoie clairement au mois d’octobre – on retrouvera ce bois à sa place un peu plus loin.

11Ce calendrier, très complet, s’efforce ainsi de donner à qui veut l’étudier une maîtrise du temps aussi complète que possible. Il est généralement précédé d’une série de pages explicatives, qui vont d’une simple préface – comme dans l’édition de Nicolas Le Rouge – à des précisions de plus en plus complètes.

12Ainsi, dans l’édition de Genève, plus nourrie en 1497 qu’en 1500, on trouve successivement :

– le prologue de l’acteur, rapportant le savoir du berger, aussi bien calendaire que moral ;

– le prologue du berger qui annonce l’organisation de son compost et développe le parallélisme de l’année et du cycle de la vie humaine ;

– des phrases mnémotechniques pour mémoriser le nombre d’or, pour situer les mois, la nouvelle lune ;

– une « pratique ingenieuse du compost des bergiers », et des « secretz du compost des bergiers » ;

– le « kalendrier sur la main pour savoir les festes et quel jour elles sont » ;

– les quatrains qui permettent de retrouver les jours des saints ;

– les « dictz des douze moys de l’an et comment chascun se loue d’aucune bonne proprieté qu’il a » ;

– les « quatre saisons de l’an et leur commencemens » ;

– une « figure pour savoir en quel signe la lune est chascun jour » ;

– des vers latins associant les signes du zodiaque aux parties du corps.

Fig. 1 — Mois de janvier. Bois gravé parallèle au calendrier imprimé et portant les figures des saints notables. Compost et kalendrier des bergers […], Genève, J. Belot, 1500. BNF, RES-V-273. © BNF.

Fig. 1 — Mois de janvier. Bois gravé parallèle au calendrier imprimé et portant les figures des saints notables. Compost et kalendrier des bergers […], Genève, J. Belot, 1500. BNF, RES-V-273. © BNF.

13Nous reviendrons sur cette partie du Calendrier, qui est tout à fait exceptionnelle, après en avoir fini avec les remarques proprement calendaires. En effet, le calendrier à proprement parler est suivi de divers poèmes gnomiques, présentant les planètes et les jours de la semaine, les mois ; d’autres versions présentent de nouvelles tables, pour trouver le nombre d’or et la lettre dominicale, ou la lettre tabulaire, sans compter une « figure perpetuelle pour pasques et les aultres festes mobiles qui veult ». La partie calendaire se clôt habituellement par l’annonce des éclipses de lune et de soleil, qui s’étale sur plusieurs pages ; les éditions semblent se copier, et Genève 1500 comme Nourry 1508 les mentionnent de 1497 à 1552. L’édition Lotrian – publiée après la réforme grégorienne – va jusqu’en 1554, ce qui donne une idée de la lenteur avec laquelle ce genre d’information était remis à jour.

14C’est donc une approche exhaustive du temps qui nous est proposée ; temps religieux, temps civil, temps astronomique, les saints et les saisons, Pâques et les éclipses sont prises en compte, dans un volume minimal, des tableaux synoptiques, des formules gnomiques. À vrai dire, il n’est pas certain que la possession de ce volume permette à tout citadin acheteur de ce calendrier de connaître parfaitement le jour et l’heure : les églises et les beffrois sonnent assez les heures, les fêtes sont assez carillonnées pour qu’il soit comme impossible de rester hors du temps dans la société urbaine du xve siècle, ce qui rend inutile la consultation de ces tables.

15À preuve, le calendrier perpétuel étudié par Hercule Géraud, qui a beaucoup servi, comporte une erreur qui n’a pas été corrigée. Ce qui étonne l’éditeur n’a pas à nous étonner : le calendrier a servi à ses activités minimales de répertoire civil et il y a fort à parier que les dates mobiles n’ont jamais été consultées, fixées qu’elles étaient par le clergé. Ce que l’on offre alors à la possession, c’est d’une certaine façon le fin mot de l’histoire, la clef qui me permettrait, si j’en avais la persévérance, de comprendre le temps qui m’entoure. En tant que tel, ce document, dès que je le possède, vaut savoir.

16Ce que je possède, dans cette perspective, ce n’est pas tant le temps ou le calendrier que sa compréhension, sa maîtrise ; la maîtrise du temps n’est pas une nécessité immédiate, puisque le temps est scandé par l’ensemble du corps social ; ce qu’il y a au-delà, c’est bien davantage son intelligibilité, sa dimension morale. C’est ce dispositif que met en place l’ensemble des textes associés à la présentation du calendrier : ils renvoient à la vie humaine, à ma vie ; l’année est une figure du cours de mon existence, et je vois de mois en mois une figure de ma maturation et de mon vieillissement. De là, connaître le temps astronomique dans sa précision vaut parce qu’il me permet de mieux me connaître. Dans l’ensemble des échos qui gouvernent la perception médiévale du monde, le corps humain lui-même est associé non seulement aux planètes et aux constellations, on y reviendra, mais tout simplement au rythme même du calendrier.

17C’est ainsi que la main est le moyen organique de mesurer le temps, dans une suite de distiques dont la forme atteste l’ancienneté :

  • 11 Le kalendrier des bergers, Paris, G. Marchant, 1493.

Qui veult savoir le kalendrier Sur la main comme le bergier
Quant et quel jour il sera feste, Ce qui s’ensuyt mette en la teste :
Avant tout oeuvre sans songe A b c d e f g
Les jours de l’an tous par ces sept Lettres sont congnus chascun scet
Une est pour dimenche tousjours, Six aultres sont pour les six jours.
Et es jointures doivent estre Assises en la main senestre
Des quatre doys c’est tout a point, Le poulce compris n’y est point
Toucher on les doit de la main Dextre pour estre plus certain :
A b c sont hors main, g sus ; D e f dedens sont inclus11.

18Ces textes gnomiques seront repris et simplifiés dans un schéma qui apparaît au cours du xvie siècle chez le Berger de la grand montagne, et qui représente l’intérieur et l’extérieur de la main, sur laquelle est reporté le verset mnémotechnique :

Filius esto Dei colum bonus accipe gratis

[…] Chacun mot se met sur chacune des vingt huict joinctures, en commençant sur sa premiere joincture du l’indice d’icelle, et on y met filius, puis sur la premiere joincture de maistre doigt on y met esto

  • 12 Exposicions et significacions des songes et Les songes Daniel, éd. François Berriot, Genève, 1989 ( (...)

19Cette organisation mnémotechnique permettra de connaître la lettre dominicale, le nombre d’or, etc. Cette association de la main à l’heure rejoint, avec son utilité approximative, les indications que portent les clefs des songes : « Le doit moien [signifie], l’eure de midy. Le doit medicin, l’eure de nonne. Le petit doit oreillier, l’oroison au vespre »12. Ainsi, la vie de l’homme est à la mesure de l’année et symétriquement l’année et l’heure sont à la mesure de l’homme, et il tient le temps dans sa main ; la chose n’est pas si ancienne : l’école primaire enseignait naguère encore à reconnaître sur le poing fermé les mois à trente et trente et un jours.

Fig. 2 — Main permettant de mémoriser le calendrier. Le grand calendrier et compost des bergers composé par le berger de la grand montagne […], Rouen, R. Aubert, [1592 ?]. Biblioteca de la Universidad Complutense de Madrid. BH MED 134.

Fig. 2 — Main permettant de mémoriser le calendrier. Le grand calendrier et compost des bergers composé par le berger de la grand montagne […], Rouen, R. Aubert, [1592 ?]. Biblioteca de la Universidad Complutense de Madrid. BH MED 134.

20Mais il est clair que l’association de l’homme au zodiaque va plus loin, et qu’elle est d’une nature presque métaphysique ; on la reverra plus bas, présentée dans une dimension pratique. Mais ce qui est établi ici, dès le début de nos Calendriers, c’est bien la complémentarité de l’homme et du cosmos, et la conscience qu’étudier l’un permet de mieux comprendre l’autre.

21En même temps, il n’est pas certain que ce savoir soit effectivement destiné à une finalité pratique ; les tableaux récapitulatifs relatifs au nombre d’or ou à la lettre dominicale restent bien opaques, et l’on a du mal à imaginer qu’un lecteur puisse apprendre et maîtriser de tels diagrammes – il n’y a pas si longtemps, le calendrier des postes indiquait lui aussi le nombre d’or et la lettre dominicale : bien rares étaient les possesseurs qui savaient même ce dont il était question. Il en est de même de la liste des éclipses à venir ; au long des rééditions, les tableaux ne sont pas réactualisés, comme si au bout du compte personne ne s’en souciait ; comme si la possession du savoir valait le savoir.

II. — Du cosmos aux humeurs

22Cette maîtrise symbolique du temps constitue à son tour une sorte de voie d’accès sur le monde : elle invite à scruter les étoiles, puisqu’il est possible de connaître l’heure, même de nuit. La tradition fait du berger un grand observateur du ciel, au point que c’est ce détail qui justifie leur présence en plein air au moment de la Nativité du Christ, alors que les brebis sont à l’abri :

  • 13 Pierre le Mangeur (Petrus Comestor), Scolastica historia, chap. « De cantico angelorum et circumcis (...)

Mos fuit antiquioribus in utroque solsticio vigilias noctis custodire, ob solis venerationes qui forte et apud Judeos ex usu cohabitantium intoleverat13.

23Les calendriers des bergers soulignent les techniques qui permettent de retrouver le nord et le midi en pleine nuit, de connaître l’heure. L’apprentissage mécanique de listes gnomiques s’étoffe soudain d’un regard sur le monde : non seulement le monde connu avec l’étoile que l’on nomme « le pommeau du ciel », mais bientôt d’autres phénomènes :

  • 14 Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529, E .xxxvij.

Bergiers qui couchent de nuyt aux champs voyent plusieurs impressions en l’air et sur terre que ceulx qui couchent en leurs lictz ne voyent pas ; aulcune foys voyent en l’air une comette en façon de dragon, gectant feu par la gorge. L’aultre foys, une impression blanche laquelle appert tout temps par nuyt et a toutes heures, laquelle ilz appellent le grant chemin de sainct Jacques en Galice14.

24Des comètes on passe ainsi à la Voie Lactée, puis aux diverses étoiles filantes, pour revenir aux astres errants, « estoilles erratiques », les planètes. C’est tout le cosmos qui est progressivement présenté, jusqu’aux signes du zodiaque, parfois dans des exposés séparés : la matière est complexe et peut s’organiser différemment d’un volume l’autre. Mais ce qui domine, c’est la conscience aiguë des échos du microcosme au macrocosme ; présenter les constellations du zodiaque, ce n’est pas seulement découvrir le ciel et encore l’organisation calendaire du monde, c’est aussi s’approcher plus que jamais de l’être humain. Il y a en effet une sorte de distorsion dans l’iconographie de cette partie, puisque la figure qui revient systématiquement nous présente un cercle du zodiaque, mais caractérisé selon les données astronomiques, ici solstice et équinoxe, au moment où s’esquisse une typologie bien plus humaine :

  • 15 Ibid., E .xl.

Aucuns bergiers dient que l’homme est ung petit monde par soy pour les convenances et similitudes qu’il a au grant monde qui est aggregation des .ix. cielz, quatre elemens et toutes choses qui y sont15.

Fig. 3 — Cercle du Zodiaque. Compost et kalendrier des bergers […], Genève, J. Belot, 1500. BNF, RES-V-273. © BNF.

Fig. 3 — Cercle du Zodiaque. Compost et kalendrier des bergers […], Genève, J. Belot, 1500. BNF, RES-V-273. © BNF.

25Cette typologie va être de deux ordres : le premier est presque strictement médical, le second relèvera davantage de la caractérologie. La partie médicale suit assez logiquement l’énumération des mois et va mêler les considérations botaniques et des données plus humaines :

Dat Junius fena. Pectus, pulmo, jecur in cancro non minuatur. Somnia falsa vides. Utilis sit emptio rerum. Patio sumatur, securus perge viator.

Julio resedatur avena. Cor gravat et stomacum cum cernit luna leonem. Non facias vestes nec ad convivia vadas. Et nil ore vomas nec sumas tunc medicinam.

Augustus spicas. Lunam virgo tenens uxorem ducere noli. Viscera cum castis cave tractare cruorem. Semen detur agro, dubites intrare carinam.

September colligit uvas. Lunam libra tenens nemo genitalia tangat, aut renes, nates, nec iter carpere debes. Extremam partem libre cum luna tenebit.

Les signes du zodiaque sont présentés immédiatement après, parfois précédés d’un prologue qui peut se trouver ailleurs et reste cependant essentiel :

Aulcuns bergiers dient que l’homme est ung petit monde par soy pour les convenances et similitudes qu’il a au grand monde, qui est aggregation des .ix. ciels, quatre elemens et toutes choses qui y sont ;

et classés selon l’habituelle typologie des humeurs :

Capricornus est mauvais pour seigner. Est froid et sec, nature de terre, et gouverne les deux genoux.

Aquarius est indifferent pour seigner. Est chault et humide, nature de l’aer, gouverne les jambes.

Pisces indifferent pour seigner. Est froid et humide, de nature d’eaue, gouverne les piedz.

  • 16 On pourra consulter sur ce point Denis Hüe, « Le corps de l'homme, petite histoire du microcosme », (...)
  • 17 Guy de Chauliac, Chirurgie, ms. Dijon 390, fol. 82v (base IRHT).

26C’est ce qui donnera lieu à la planche bien connue de l’homme astronomique16. C’est à partir de ce point que le Calendrier des bergers en tant que comput prend une autre dimension et qu’il nous écarte durablement des livres d’heures ; en effet, très rares sont les livres d’heures qui contiennent ce type d’allusion avant la diffusion des calendriers des bergers, et si nous pensons à l’homme anatomique des Très riches heures du duc de Berry, cette planche est justement exceptionnelle au xve siècle ; nous en retrouvons quelques témoignages dans des livres d’heures au xvie siècle, et semble-t-il sous l’influence de nos ouvrages : à vrai dire, la seule illustration ancienne de ce type relevée dans les bases de données des sites consacrées aux enluminures renvoie à un exemplaire de la Chirurgie de Guy de Chauliac17, au début du xve siècle. Cela revient à souligner l’importance didactique d’un tel dessin. Il avait été analysé, il y a de cela quelques années, par Monique Santucci, qui l’avait associé à une autre planche, fréquente dans nos textes ; c’est un squelette qui nous est présenté, avec pour mention :

  • 18 On pourra consulter D. Hüe, « Le lexique du corps dans le Calendrier des Bergers », à paraître dans (...)

On peut contempler en ceste hystoire les os et jointures de toutes les parties du corps tant dedens comme dehors, de la teste, du col, des espaules, des bras […] desquelz os les nons et le nombre d’yceux seront ditz cy après. Et est appelle l’hystoire d’anathomie18.

27Mais à cette description du squelette s’ajoute une série d’informations, montrant les relations des parties du corps aux diverses planètes, et des indications sur le temps de la saignée selon le tempérament, la lune et les planètes ; il y a quelque étrangeté à parler de saignée alors même que c’est un squelette que l’on représente, et que les étoiles et planètes sont mises en relation avec des viscères justement absents de la gravure. On peut s’interroger sur la place du petit fou qui se trouve entre les jambes du squelette ; elle peut se justifier par sa proximité avec la lune, et ramène l’homme sur terre ; lui qui a la tête dans les étoiles est malgré tout tributaire d’un monde sublunaire, fol et instable par définition. On notera que le squelette est bizarrement chevelu, comme si l’influence de la danse macabre restait prépondérante même dans des dessins qui se veulent anatomiques ; cette planche est évidemment un memento mori. Mais la façon dont elle est réutilisée dans d’autres versions – pas forcément plus récentes – nous donne une autre dimension : la lune va indiquer quand il est bon de saigner tel ou tel tempérament, colérique, sanguin, etc., mais des vignettes dans les angles rappellent le type d’ébriété des hommes selon leur tempérament : le mélancolique a vin de pourceau, le sanguin vin de singe, le colérique vin de lion, le flegmatique enfin vin de mouton, et chacun est associé à un des quatre éléments. Cela donne lieu à un développement sur la physiognomonie sur lequel on reviendra. C’est donc, au-delà des éléments anatomiques et de la relation des parties du corps aux planètes, une nouvelle mise en perspective de l’homme, soumis aux éléments et aux humeurs – un homme sujet à ses faiblesses, physiques et morales, complètement lié à la création, et qui est en même temps représenté hors du temps, après ses tribulations.

Fig. 4 — Homme astrologique. Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529. BNF, RES-V-274. © BNF.

Fig. 4 — Homme astrologique. Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529. BNF, RES-V-274. © BNF.
  • 19 Sur divers exemplaires, les parties génitales sont soit maculées, soit franchement lacérées (un tro (...)

28À l’homme cosmique, à l’« anathomie » est associée enfin une dernière figure, la « phleubothomye », que l’on ne trouve pas partout, peut-être parce qu’elle présente un homme nu19. Sur le plan pédagogique, la gravure est moins nourrie que la précédente, d’autant que l’ensemble des légendes – cette fois-ci très détaillées – est basculé grâce à des lettres en appel en dehors de la planche. Celles-ci nous confirment que la connaissance du corps humain reste intimement associée à celle du cosmos, et connaître la position des constellations comme des planètes permettra de mieux soigner. Les indications sont abondantes, précises, et semblent presque utilisables. Elles sont en tout cas plus développées que ce que proposait le calendrier étudié par Schneegans, qui se contentait d’indiquer dans sa « fisique des mois » des mentions telles que :

  • 20 Voir E. Schneegans, « Notice sur un calendrier français… », p. 636.

En janvier ne doit on mie saignier mais user gingembre
En fevrier fait bon seignier de la vainne dou foie et user augremoine.
En mars ne doit on mie seignier mais user rue20.

29Ici, les indications sont plus nourries :

  • 21 Le kalendrier des bergers, Paris, G. Marchant, 1497, fol. H iv.

Es angles des yeulx sont deux vaines lesquelles on saigne pour les yeulx rouges et larmeux, ou qui pleurent continuelement ; et pour plusieurs maladies qui y pevent venir par trop grant habondance de humeurs et de sang21.

  • 22 Sur l’émergence de la représentation de l’homme comme premier animal (et non plus comme à l’image d (...)

30En fait, les indications que porte le calendrier des bergers sont à peine moins précises que celles que l’on retrouve dans un livre qui se veut déjà médical, Les fleurs du grand Guidon, qui constitue une sorte de vulgarisation de Guy de Chauliac. Il n’en demeure pas moins que la planche de « phleubothomie » vaut surtout à rappeler l’homme « en sa natureté », tel qu’il est, fragile et vulnérable. Le memento mori que présentait le squelette relevait de la topique ; la nudité ici représentée a sans doute une violence d’un autre type, en ce qu’elle rappelle l’homme comme partie intégrante de la nature22.

Fig. 5 — Phlebotomie. Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529. BNF, RES-V-274. © BNF.

Fig. 5 — Phlebotomie. Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529. BNF, RES-V-274. © BNF.

III. — L’homme, le tempérament, les caractères

31Des étoiles aux veines, du zodiaque au comportement, la cohérence est grande qui va des astres à l’homme. Le projet du Calendrier des bergers devient ainsi proprement humain, en ce qu’il permet de développer une typologie des caractères affinant la précédente, selon les planètes présidant à l’heure de la naissance. Chaque planète « domine à la première heure » du jour qui porte son nom, la lune la première heure du lundi, etc. ; mais ensuite, chacune des heures sera placée sous un astre particulier :

Apres la mynuit le dimanche regne Sol, a .ij. heures Venus, a .iij. heures Mercure, a .iiij. Luna, a .v. Saturnus, a .vj. Jupiter, a .vij. Mars, et recommence a .viij. Sol, a .ix. Venus, a .x. Mercurius, et ainsi des aultres, tant qu’on sache l’heure qu’on veult sçavoir.

32Une fois précisée, l’heure de la naissance permettra de dresser une typologie des caractères, assez schématique, et dont le texte souligne bien qu’elle sera tempérée par d’autres paramètres. C’est alors qu’intervient une description de l’être humain selon son signe astrologique, chaque description étant suivie d’une analyse complémentaire, plus courte, sur ce que sera la femme née sous le même signe :

  • 23 Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529, O .cv.

Du signe de Aquarius. Chapitre .xi.
Nous trouvons que celluy qui est né au signe de Aquarius despuis la my janvier jusques a la my fevrier sera amyable et iracond ; on luy donnera des pecunes ; a .xii. ans il sera en son estat, il gaignera par tout ou il ira ; il sera fort malade et sera blecé de ferrement ; il aura grant paour en l’eaue et apres il aura bonne fortune.
La fille qui sera nee en ce temps sera delicieuse et aura plusieurs noyses pour ses enfans. Elle sera en grant peril en l’eage de .xxiiii. ans, elle sera en felicité, elle souffrera dommaige de bestes a quatre piedz ; elle vivra .lxxvii. ans selon nature. Les jours de Venus et de Luna leur sont tresbons et les jours de Mars et de Saturne leur sont maulvais et tant l’homme que la femme seront raisonnables23.

Cette typologie des caractères entre en résonance avec la physiognomonie qui a été présentée à la suite des quatre tempéraments dans l’édition troyenne :

  • 24 Ibid., fol. .xlij.

Pour venir au propos de parler des signes visibles, commencerons a ceulx du chief, mais avant nous advertissons que soigneusement on se garde de toutes personnes qui ont deffaulte de membre naturel en eulx, comme de pied, de main, d’œil, ou d’aultre membre quel qu’il soit, de boiteux, especialement d’homme esbarbé, car ilz sont enclins a plusieurs vices et mauvaistiez, et s’en doit on garder comme de son ennemy mortel.
Apres ce bergier dit que les cheveulx soefz signifient personne piteuse et debonnaire. Et ceux qui ont cheveulx roux sont voluntiers vieux et ont faulte de sens et sont de petite loyauté. Personne qui a les cheveulx noirs, bon visaige et bonne couleur signifie droicte amour de justice. Les fors cheveulx signifient que la personne aime paix et concorde, si est de bon engin et subtil. Personne qui a les cheveulx noirs et la barbe rousse signifie estre luxurieux, medisant, desloyal et vanteur. Les cheveulx crespés et blons signifient homme riant, joyeulx, luxurieux et decevant. Les cheveux noirs et crespés signifient homme melancolieux, luxurieux, mal pensant et fort large. Ceulx qui ont les cheveulx pendans signifient sens avec malice. Grant planté de cheveulx en femme signifie robuste et avarice24.

33Je n’ai pu chercher d’où venaient ces éléments ; ils sont radicalement distincts de ce qu’indique Aldebrandin de Sienne, et ne semblent recouper que partiellement la tradition que donne le Secret des secrets :

  • 25 Secret des secrets, éd. Denis Lorée d’après le ms. de Baltimore, chap. lxviii, « De la philozomie d (...)

Quant les cheveulx sont plains et souefz, l’omme est courtois, debonnaire et a froit cervel. Quant l’omme a les cheveulz aspres et espéz, il segnefie qu’il est fol et nice. Et quant il a grant quantité de poil au ventre et en la poitrine, saches qu’il a tresbonne et tresmerveilleuse complection et singuliere nature, et tient moult en son cuer la villenie. S’il a les cheveulx noirs, il aime raison et justice et s’il les a roux, il est fol, se courouce de legier ; et s’il les a de couleur moienne entre noire et rousse, il est preudomme et aime paix25.

Il importe donc, dans le programme que pose implicitement la tradition du Calendrier des Bergers, qu’après le temps et le cosmos l’homme soit connu dans sa nature profonde ; il est nécessaire non seulement de le replacer dans le vaste réseau de résonances qui constitue le monde, mais également dans le désir de déchiffrer un monde signifiant : l’homme aussi est porteur de sens. La transition que fait le texte avec la nature des animaux est tout à fait intéressante :

  • 26 Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529, fol. .xlv.

Et dient aussi [les bergers] que Dieu ne forme oncques creature pour demourer en ce monde plus sage que l’homme ; car il n’est condition ne maniere en nulle beste qui ne soit trouvee en l’homme. Naturellement l’homme est hardy comme ung lion. Preux comme le beuf. Large comme le coq. Avaricieux comme le chien. Dur et aspre comme le cerf. Debonnaire comme la turterelle. Malicieux comme le leopard. Privé comme le coulomb […]26.

34Cette énumération, si elle permet de passer au texte suivant, le Dit des bestes domestiques et sauvages, est aussi un écho très sensible d’un des derniers chapitres du Secret des secrets :

  • 27 Secret des secrets…, chap. lxxiii.

Sachez, chier filz, que Dieu crea homme tressaige creature et ne fist onquez nulle chose qui ne soit trouvee en l’omme car l’omme est hardy comme leon, paoureux comme lievre, large comme gal, aver comme chien, dur et aspre comme corbel, debonnaire comme la turtre, despiteux comme lyonnesse et privé comme columbe, malicieux et barateux comme regnart, simple comme l’aignel, legier comme chevrel et samblable a la chievre en pluiseurs condicions, pesant et paresceulx comme l’ours, precieux et chier comme l’oliffant, vil, fol, et rude comme l’asne, rebelle comme petit roy, obeïssant et humble comme le paon, grant parleur sans proffit comme l’ostruce, proffitable comme la mouche qui fait le miel, dissolut comme le senglier, estrange comme le torel, il regibe comme le mulet et se remue comme le poisson, raisonnable et chaste comme angle, luxurieux comme le porc, lait comme le buffle et bel comme le cheval27.

Non seulement l’animal et l’homme sont de même nature, non seulement la connaissance des animaux permet de mieux connaître l’homme, mais le berger, sire de ses bêtes, partage avec le seigneur la science de juger les hommes. C’est le texte qui permet de passer de l’homme au monde qui nous entoure.

IV. — Le monde du berger

35Le texte est ainsi suivi du Dict des bestes domestiques et sauvages, qui propose une suite de quatrains dont chacun se termine par une sentence morale ; leur qualité littéraire est en deçà du minimal, mais reste révélatrice d’une certaine esthétique de la fin du Moyen Âge :

Le mulet
Je suis pour tracasser habille
Et pour trahir enfin mon maistre
Garde soy du pied qui m’estrille
Qui a trompé tromper doit estre.

L’asne
Je suis de petite stature
Et si me fault porter grand fais :
Par peché mainte creature
Se met a mort aulcunes fois.

  • 28 Anatole de Montaiglon, Recueil de poésies françoises des xve et xvie siècles, morales, facétieuses, (...)

36Ce texte semble la reprise des Dicts des bestes et aussi des oyseaux anonymes, que nous conserve un exemplaire de la Bibliothèque nationale, et qui ont été édités par Anatole de Montaiglon dans son Recueil28. Il s’agit à l’origine d’une édition accompagnée de bois gravés que Montaiglon imagine réalisés pour un recueil de fables, et recyclés ici. Après une série sur les bêtes, qui n’est pas présente partout, on trouve une série sur les oiseaux, dont la longueur est éminemment variable. Il y en a dix-sept au départ dans l’édition Montaiglon, vingt dans l’édition Le Rouge, mais surtout quatre-vingt-douze dans l’édition de Genève, précédée de la mention :

  • 29 Compost et kalendrier des bergers […], Genève, J. Belot, 1500.

Cy après ensuyvent les ditz des oyseaulx comme pastours gardans leur brebis les oyent chanter et parler ; plusieurs sont qui ont veu les ditz des oyseaulx mais non pas en la forme comme ceulx qui s’ensuyvent, car aucuns bergiers sont plus sages les ungs que des autres gens, si congnoit on que le bergier qui a fait les ditz qui s’ensuyvent avoit plus congneu d’oyseaulx que tous les autres bergiers29.

  • 30 Sur cette question, voir M.-D. Leclerc, « Les Dits des oiseaulx », dans Le Moyen Âge, t. 109, 2003, (...)

37Pour mémoire, on rappellera que le Jardin de santé, qui vise à proposer un volucraire exhaustif, arrivera à cent vingt-deux entrées ; pas beaucoup plus que le Dit des oyseaux somme toute30. À sa façon, ce texte constitue donc une sorte d’abrégé des animaux, présenté par le prisme conventionnel des bergers, même si l’on rencontre dans la liste un improbable « papegault ». Mais l’oiseau faisait tellement partie du bestiaire médiéval et renaissant, aussi bien dans l’imaginaire que dans la réalité des grandes familles, qu’on peut comprendre qu’il figure ici.

  • 31 Le bon berger, ou le vray regime et gouvernement des bergers et bergeres, composé par le rustique J (...)

38On a rappelé pour l’occasion la fiction structurante de la bergerie. Si l’on met des bergers au cœur de cet almanach, ce n’est pas simplement pour donner accès à des connaissances astronomiques ; à la figure pastorale sont associées d’autres images, dont la première est celle du pouvoir. Il n’est donc pas étonnant de voir cités dans la plupart des versions du Calendrier des bergers de nombreux extraits du Bon berger de Jean de Brie31. Ce texte, dont nous ne conservons que des versions imprimées relativement tardives, est d’abord diffusé dans ces calendriers ; mais la présence, dans un volume prétendument populaire, d’un texte initialement dédié à Charles V – et dont nous n’avons pas de trace ancienne – prouve au besoin que l’origine de ce texte est loin d’être populaire.

39Ce qui retiendra le lecteur, c’est d’une part l’apologie du métier de berger, qui fut celui d’Abel, d’Isaac et de Jacob, de Moïse et de David, d’autre part la description de l’équipement du berger. On peut penser que ces textes susciteront une savante exégèse, préparée par des comparaisons assez suggestives :

Le bergier est aussi noblement paré de sa houlette selon son estat de bergier, comme seroit ung evesque ou un abbé de sa croce, ou comme ung bon homme d’armes bien asseuré de son glaive.

40Cette insistance sur l’équipement du berger a un statut complexe, dans la mesure où c’est à de l’imaginaire que renvoie un tel texte. Michel Zink avait souligné naguère à quel univers de possibles disponibles et de fantasmes renvoyait la jeune bergère des pastourelles ; ici, le berger a quelque chose du cow-boy de notre enfance, le costume qui est décrit a dans l’imaginaire quelque chose du blouson de cuir qu’avait analysé Roland Barthes dans ses Mythologies. Mais davantage, un certain nombre d’éléments qui pouvaient paraître étonnants dans la fiction pastorale trouvent tout naturellement leur place si l’on prend en compte la dimension politique de la fonction du berger. Les passages consacrés à la physiognomonie ne sont légitimes que dans la mesure où le berger est une figure du prince ; si l’un peut prétendre connaître le caractère des hommes par leur parenté avec la silhouette d’un animal, il est indispensable pour l’autre de bien choisir ses serviteurs. Il n’est pas indifférent que, dans l’édition troyenne, le dernier chapitre cité de Jean de Brie soit celui qui est consacré à « la manière de congnoistre le temps par les bestes » : il est maintenant question d’anticiper, d’avoir une réflexion prospective, et de poursuivre la similitude du berger et du prince.

41Paradoxalement, plus le temps passe – et peut-être malgré tout plus la société s’urbanise –, plus les extraits de Jean de Brie sont longs, au point qu’il est presque intégralement cité dans la version de la fin du xvie siècle, que présente le Berger de la grand montagne.

V. — Un corpus moral et religieux

42Un texte important figure dans de nombreux calendriers, L’arbre et branches des vices, comme l’appelle l’édition de Genève. Il s’agit d’une typologie des divers vices, organisée de façon très rigoureuse ; chaque vice a un nombre de branches variables, vingt pour l’avarice, dix-sept pour l’orgueil et la paresse, treize pour l’envie, dix pour l’ire, cinq pour la gloutonnie et pour la luxure ; chacune des branches donne lieu à trois rameaux, qui donnent naissance à trois brindilles. D’autres versions, plus légères, se contentent de présenter l’arbre des vices en regard de l’arbre des vertus (édition de Troyes) ou même les deux : c’est le cas de l’édition Nourry. Celle-ci semble une des seules à proposer la gravure, sur une double page, de la Tour de sapience et humilité mère de toutes vertus, dessin qui est connu depuis le début du xive siècle et que l’on retrouvera dans de nombreuses illustrations morales. Cet inventaire des vices et des vertus, dans lequel chacun peut évidemment se reconnaître, sert d’introduction à une partie morale, où se trouvent de façon instable quelques ballades, mais dont le texte central est la description des peines d’enfer, récit du Lazare « aprés qu’il fut resuscité ». Chacun des vices décrits donne lieu à des châtiments raffinés, qui se trouveront longtemps repris ; Nisard évoque des volumes contenant ces planches dans ses travaux sur les livres de colportage au milieu du xixe siècle. On trouve un texte comparable, avec les mêmes planches, dans toute la tradition des Arts de bien mourir, et notamment dans la traduction qu’en donne Guillaume Tardif en 1496. Il semble que la version que suivent les calendriers des bergers soit un peu distincte, mais la progression de la narration est identique.

  • 32 Cet aspect a été étudié par Robert Deschaux, « La piété populaire à la fin du xve siècle vue à trav (...)

43Un autre élément constant dans les calendriers des bergers, c’est le renvoi aux prières, qui sont commentées et mises en scène32. On peut penser que le lecteur connaissait ces oraisons ; néanmoins, les planches apportent de nouvelles informations, en attribuant par exemple pour le Credo expressément tel verset à tel apôtre. Les commentaires qui sont adjoints aux illustrations n’ont pas de fonction homilétique prépondérante, ils ne sont là que dans un cadre de support ; l’essentiel n’est pas tant ici dans la prière que dans la connaissance. Même si la dévotion existe dans le monde du Calendrier, c’est au milieu d’autres choses ; elle n’est là que parce que la foi est une des composantes organiques de l’être humain, et que c’est de cela qu’il est question, essentiellement. Les bois sont manifestement de récupération, ce qui permet par exemple à l’édition troyenne de proposer, pour le Notre Père, un texte anglais : « Ouur father yat ys in hevvyn […] ».

  • 33 Jean Sonet, Répertoire d’incipit de prières en ancien français, Genève, 1956 (Société des publicati (...)
  • 34 Voir Jn, 10, 11.

44L’ensemble constitue un minimum de culture religieuse, basé plus sur un comportement social – pratique des vertus – que sur la contemplation mystique : pas de commémoration de la Passion, pas de prière en paraphrase, juste ce qui relève de la part extérieure de la foi. On notera toutefois une « Oraison de Nostre Dame que font bergiers en luy faisant hommaige », qui figure dans de nombreux livres d’heures33. Bizarrement, la figure du Christ comme pasteur n’est pas développée, alors qu’on pourrait l’attendre34. La seule part qui relève d’un cheminement intérieur, c’est le cycle des « Peines d’enfer », dans lequel Lazare rapporte ce qu’il a vu avant sa résurrection. Les gravures spectaculaires font régulièrement partie des textes associés au Calendrier, et suivent l’« Arbre et branches des vices ». Ce corpus est relativement stable, et s’inscrit dans une tradition bien établie : on trouve dans le ms. BNF, fr. 9223, par exemple, l’ensemble des illustrations détaillant vices et vertus du Vrigier de soulas, suivi d’une tour de sapience, le manuscrit s’achevant sur une version des visions de saint Paul. Le corpus parénétique est donc stable, participant d’une cohérence établie bien avant l’imprimé et la fabrication de ce calendrier. On retrouvera, dans l’édition de Genève, une « meditation de la Passion nostre seigneur Jesuchrist que doivent avoir bergiers et simples gens quand ils disent les heures ». Cette commémoration fait partie des éléments traditionnels de la dévotion urbaine, et on la verra, sous des formes versifiées, aussi bien chez Meschinot que chez Jacques Le Lieur, poursuivre une tradition instaurée par Bède.

  • 35 Le grant kalendrier et compost des bergiers […], Troyes, N. Le Rouge, 1529, « Dictier des trépassés (...)
  • 36 Voir sur ce texte Bruno Roy, « Un gastéropode chez les quadrupèdes : Tardif le limaçon », dans Reme (...)

45L’édition Le Rouge propose un « Dictier des trépassés » qui reprend les strophes de Villon sur le Charnier des Innocents35. Il n’y a pas vraiment à s’en étonner, puisqu’on retrouve le « portrait de Villon », ou tout au moins le bois qui le représente dans la première édition, au feuillet G .liiij. C’est dans cette perspective que l’on peut relever la présence de textes a priori marginaux par rapport à ce qui pourrait constituer le fonds du Calendrier des bergers. On trouve ainsi une « Danse macabre des femmes », dans le Calendrier des bergères, mais il est vrai que c’est au même imprimeur, Guy Marchant, que l’on doit la première publication, quelques années plus tôt, de cette « Danse macabre des femmes ». Celui-ci reprend la quasi-intégralité de ses bois, à l’exception, étonnamment, de ceux qui concernent les jeunes filles et les enfants. Mais on verra, dans l’édition Le Rouge conservée à la Bibliothèque nationale, les deux danses macabres, des hommes et des femmes, suivies des Trois morts et des trois vifs et d’un débat du corps et de l’âme, conclure l’œuvre. Enfin, l’édition Nourry propose quant à elle un traité des dix nations chrétiennes, qui énumère les Latins, les Grecs, la terre du Prêtre Jean, les Jacobites, les Nestoriens, les Moroniens (Maronites), les Arméniens, les Georgiens, les Syriens, les Mozarabes. Ce texte aura assez de succès pour être repris dans l’édition du Berger de la grand montagne, postérieure à la réforme grégorienne. Dans cette perspective, on ne pourra que s’étonner de rencontrer parfois une pièce joyeuse chantant la vie des bergers, attribuée à Martial d’Auvergne, ou un passage de la Nativité selon Arnoul Gréban, non repéré jusqu’ici, ou comme dans l’édition Nourry, le combat des hommes et du limaçon36.

VI. — Un vade-mecum populaire

46Nous touchons ici au terme de notre enquête sur ce groupe de publications ; sans avoir pu faire le relevé exhaustif de la composition de ces volumes, il semble qu’on en a donné une sorte d’esquisse générale qui permet de tirer un certain nombre de conclusions et légitime la présence de ces textes un peu trop délaissés dans le cercle des publications encyclopédiques. Car ce ne sont pas que les œuvres voulues et déterminées comme telles qui transmettent effectivement une somme et un ensemble cohérent de savoirs ; on a pu évoquer le cas de Jean du Vignay dont le programme de traductions, qui va de Gervais de Tilbury au Miroir historial en passant par Végèce et Odoric de Pordenone, constitue un projet qui se poursuit tout au long de son œuvre. Ici, les volumes proposent tout d’abord une suite d’indications calendaires précises et exhaustives, dont on peut penser qu’elles comblent largement les attentes et les besoins d’une population urbaine soucieuse de savoir pratique, mais pas nécessairement amenée à le mettre en œuvre. Au-delà, c’est toute une connaissance du ciel et des étoiles qui est transmise, allant de choses simples – les planètes et les constellations – à des choses plus complexes ou rares, qu’il s’agisse des comètes ou des aurores boréales. De là, par contiguïté, le propos revient à l’homme et donne un certain nombre de conseils d’hygiène et de diététique : on peut penser que ce savoir est connu et pratiqué, mais qu’il figure ici comme un aide-mémoire, une sorte d’ouvrage de référence rappelant les données essentielles. Dans une plus vaste perspective, l’influence des planètes et des constellations permet de faire une typologie des caractères, de dresser une physiognomonie, de penser l’homme en société et même de pouvoir anticiper des comportements ou des changements de climat : on passe de la nature à l’homme, pour arriver à une suite de conseils moraux qui aboutissent à la seule certitude commune, celle de notre décès.

 

  • 37 Parfois formulés comme à regret : « aulcuns disent que quant le chat lieve son visage et lesche ses (...)

47Le Calendrier des bergers est donc bien destiné à accompagner son lecteur tout au long de sa vie, et à lui dispenser les conseils avisés dont il aura besoin, sous une forme abrégée, minimale mais suffisante. Il est instruit de ce qui relève du temps, de la nature et des hommes, il reçoit les rudiments de la foi et de la pratique sociale, on lui donne un certain nombre d’éléments qui lui permettent de comprendre et d’anticiper les choses. À ce titre, l’ouvrage fonctionne comme une encyclopédie, dans la mesure où une totalité des savoirs est présentée ; mais davantage : à la différence de toutes les sommes que nous connaissons, qui ont une valeur rétrospective par le fait même qu’elles s’appuient sur les autorités et sur des discours communément reçus et attribués, il est remarquable que la référence soit ici un berger, ou « le berger de la grand montagne », une figure anonyme et intemporelle ; son discours n’est pas d’autorité mais de statut, et son savoir vient d’en bas. De plus, ce savoir, s’il s’appuie sur l’acquis, a pour mission de servir à des fins pratiques : il n’est pas tant question de comprendre que d’agir sur le monde, ou plus exactement d’être à même d’anticiper : les éclipses, les indications de physiognomonie, les conseils pour les prédictions météorologiques37 tournent tous autour de la même idée. Le lecteur du Calendrier des bergers n’est pas un contemplatif, c’est un être engagé dans la vie, qui doit pouvoir agir en fonction du temps calendaire autant que climatique, composer avec les caractères de ses interlocuteurs, garder la santé nécessaire à son activité : au bout du compte, les buts poursuivis ici sont bien proches de ceux du pseudo-Aristote dans son Secret des secrets, à cela près qu’il ne s’agit pas d’un philosophe conseillant un prince, mais d’un berger aidant les hommes du commun ; on l’a vu, les rôles sont presque interchangeables, tant l’imaginaire peut valoriser la figure pastorale.

  • 38 Chrétien de Troyes, Yvain ou le chevalier au lion, éd. Michel Rousse, Paris, 1990, v. 2754-2755 : « (...)

48On peut donc comprendre le Calendrier des bergers comme une forme particulière d’encyclopédie, une sorte de vade-mecum populaire et sciemment terre à terre, petit manuel armant son possesseur de toute une série d’indications pratiques – pas si différentes en somme de celles que diffusent les Secrets. La différence majeure se trouve dans l’illustration : l’imprimerie permet aux images de se diffuser avec facilité et permet à chacun de méditer devant des gravures, qui vont donner des supports à la conscience des temps, à la conscience du monde ; le temps ne se peint plus sur les murs pour une fée, comme dans le roman d’Yvain38 ; il ne se figure pas encore sur les robes de jeune fille comme chez Perrault : il est dessiné dans mon livre d’homme, ce qui me permet de maîtriser le monde.

Notes

1 Calendrier des bergers, éd. et préf. Max Engammare, Paris/Coligny, 2008. Il était impossible de consulter la totalité des éditions encore disponibles (on pourra consulter les p. 41-49 de la préface de M. Engammare) : pour des raisons pratiques, on a privilégié dans les pages qui suivent la reproduction de l’édition troyenne de 1529 (Le grant kalendrier et compost des bergiers […], Troyes, N. Le Rouge, 1529 ; édition no 27.1529.1 relevée dans Calendrier des bergers…, éd. M. Engammare) ; les éditions Marchant de 1493 (Le kalendrier des bergers, Paris, G. Marchant, 1493 ; fac-similé dans Calendrier des bergers…, éd. M. Engammare) et 1496 (Compost et kalendrier des bergiers […], Paris, G. Marchant, 1496 ; no 5.1497.1), l’édition Belot de 1500 (Compost et kalendrier des bergers […], Genève, J. Belot, 1500 ; no 10.1500.2) et l’édition Nourry de 1508 (Le kalendrier des bergiers, Lyon, C. Nourry, 1508 ; no 14.1508.1). On a consulté également le Calendrier des bergeres, Paris, G. Marchant, 1499 (no 8.1499.1) et Le grand calendrier et compost des bergers composé par le berger de la grand montagne […], Rouen, V. L. Costé [16??] (non relevée par Max Engammare). Tous ces ouvrages sont disponibles sur le site Gallica. J’ai pris tardivement connaissance des travaux de Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert, « Pour une bibliographie des éditions troyennes du Calendrier des bergers », dans Nouvelle revue des livres anciens, t. 2, 2009, p. 3-17 ; voir également M.-D. Leclerc, « Les activités saisonnières, des livres d’heures au Calendrier des bergers », dans Mémoires de la Société académique de l’Aube, t. 131, 2008, p. 11-30 ; et Yves-Antoine Ortéga, « Le grant kalendrier et compost des bergiers », dans Le beau xvie siècle troyen, dir. Pierre-Eugène Leroy, Troyes, 1989.

2 Charles Nisard, Histoire des livres populaires ou de la littérature de colportage, t. I, Paris, 1854. Les chap. i et ii sont consacrés aux almanachs. Voir particulièrement les p. 107-150 pour le Calendrier des bergers.

3 C. Nisard, Histoire des livres populaires…, p. 107.

4 Rauf de Linham, Kalender, éd. Tony Hunt, Londres, 1983 (Plain Texts Series, 1), p. 22, v. 780-786.

5 Préface de Ian Short à son édition de Philippe de Thaon, Comput, Londres, 1984 (Plain Texts Series, 2), p. 1.

6 Voir Georges Comet, « Le temps agricole d'après les calendriers illustrés », dans Temps, mémoire, tradition au Moyen Âge, Marseille, 1983, p. 7-22.

7 Un exemplaire est décrit par Hercule Géraud, « Calendrier perpétuel portatif dressé l’an 1381 », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 2, 1839, p. 272-280. On pourra également consulter l’exemplaire alors dans une collection privée décrit par Eduard Schneegans, « Notice sur un calendrier français du xiiisiècle », dans Mélanges de philologie romane et d’histoire littéraire offerts à M. Maurice Wilmotte […], t. II, Paris, 1910, p. 619- 652.

8 Denis Hüe, « Le berger à la fin du Moyen Âge. Remarques sur une figure trifonctionnelle », dans Remembrances et resveries : mélanges Jean Batany, Orléans, 2006 (Medievalia, 58), p. 117-138.

9 On la retrouve dans d’autres endroits, comme dans Le kalendrier des bergers, Paris, G. Marchant, 1493.

10 Ainsi, ibid., tous les mois sont mis à la file.

11 Le kalendrier des bergers, Paris, G. Marchant, 1493.

12 Exposicions et significacions des songes et Les songes Daniel, éd. François Berriot, Genève, 1989 (Travaux d’humanisme et Renaissance, 234), p. 101. Ce jeu de correspondances, de clefs, se retrouve aussi pour l’apprentissage et la mémorisation des notes de musique.

13 Pierre le Mangeur (Petrus Comestor), Scolastica historia, chap. « De cantico angelorum et circumcisione Domini ». On a consulté l’édition Utrecht, 1473, non paginée, disponible sur le site Gallica, l’édition Brepols en étant encore à la genèse.

14 Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529, E .xxxvij.

15 Ibid., E .xl.

16 On pourra consulter sur ce point Denis Hüe, « Le corps de l'homme, petite histoire du microcosme », dans Corps et encyclopédies [actes du colloque, Cerisy, 2008], dir. D. Hüe, Rennes, 2013, p. 313-334.

17 Guy de Chauliac, Chirurgie, ms. Dijon 390, fol. 82v (base IRHT).

18 On pourra consulter D. Hüe, « Le lexique du corps dans le Calendrier des Bergers », à paraître dans les actes de la Journée des dictionnaires organisée par Olivier Bertrand en 2013.

19 Sur divers exemplaires, les parties génitales sont soit maculées, soit franchement lacérées (un trou apparent dans le cliché de l’édition Belot, un graffiti dans l’édition Marchand de 1497).

20 Voir E. Schneegans, « Notice sur un calendrier français… », p. 636.

21 Le kalendrier des bergers, Paris, G. Marchant, 1497, fol. H iv.

22 Sur l’émergence de la représentation de l’homme comme premier animal (et non plus comme à l’image de Dieu) au tournant de la Renaissance, voir Denis Hüe, « Le Jardin de santé de Jean de Cuba, dans la traduction faite pour A. Vérard autour de 1500 : notes sur le lapidaire », dans Le moyen français, t. 55-56 : Le bestiaire, le lapidaire, la flore [actes du colloque international, université McGill, 2002], 2004-2005, p. 187-203.

23 Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529, O .cv.

24 Ibid., fol. .xlij.

25 Secret des secrets, éd. Denis Lorée d’après le ms. de Baltimore, chap. lxviii, « De la philozomie des gens », consultable en ligne sur le site du CETM (http://www.sites.univ-rennes2.fr/celam/cetm/S2.htm).

26 Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529, fol. .xlv.

27 Secret des secrets…, chap. lxxiii.

28 Anatole de Montaiglon, Recueil de poésies françoises des xve et xvie siècles, morales, facétieuses, historiques, réunies et annotées par […], Paris, 1855, t. I, p. 256.

29 Compost et kalendrier des bergers […], Genève, J. Belot, 1500.

30 Sur cette question, voir M.-D. Leclerc, « Les Dits des oiseaulx », dans Le Moyen Âge, t. 109, 2003, p. 59-78 ; ead., « Esquisse pour une étude des Dits des oiseaulx », dans Simbolismo animale e letteratura, éd. Dora Faraci, Manziana, 2003 (Memoria bibliografica, 42), p. 239-255.

31 Le bon berger, ou le vray regime et gouvernement des bergers et bergeres, composé par le rustique Jehan de Brie. Le texte est connu par une édition du xvie siècle ; l’édition de Paul Lacroix en 1879 (Paris, Isidore Liseux) et la transcription en français moderne par Michel Clévenot (Jehan de Brie, Le bon berger : le vrai règlement et gouvernement des bergers et bergères, Paris, 1979) l’ont un peu popularisé. Le site Arlima de Laurent Brun donne une bibliographie à jour [http://www.arlima.net/il/jean_de_brie.html, consulté en novembre 2009].

32 Cet aspect a été étudié par Robert Deschaux, « La piété populaire à la fin du xve siècle vue à travers le Calendrier des bergers », dans La prière au Moyen Âge : littérature et civilisation, Aix-en-Provence, 1981 (Sénéfiance, 10), p. 211-222.

33 Jean Sonet, Répertoire d’incipit de prières en ancien français, Genève, 1956 (Société des publications romanes et françaises, 54), n° 1094.

34 Voir Jn, 10, 11.

35 Le grant kalendrier et compost des bergiers […], Troyes, N. Le Rouge, 1529, « Dictier des trépassés », str. 162-164.

36 Voir sur ce texte Bruno Roy, « Un gastéropode chez les quadrupèdes : Tardif le limaçon », dans Remembrances et resveries…, p. 307-314. Voir également M.-D. Leclerc, « Quelques survivances des bestiaires médiévaux dans le Grand calendrier des bergers », dans Mémoires de la Société académique de l’Aube, t. 125, 2001, p. 223-227.

37 Parfois formulés comme à regret : « aulcuns disent que quant le chat lieve son visage et lesche ses piedz de sa langue, se il met son pied par-dessus l’oreille, ce signifie pluye. Mais de si orde beste ne doit on pas parler en ceste partie, car par moult d’aultres peut on avoir enseignement » (Le grant kalendrier et compost des bergiers […], Troyes, N. Le Rouge, 1529, G.liij.). On notera que, malgré la bassesse de l’animal, on donne quand même cette indication : c’est bien l’aspect pratique qui prime.

38 Chrétien de Troyes, Yvain ou le chevalier au lion, éd. Michel Rousse, Paris, 1990, v. 2754-2755 : « Ma dame paint en sa chambre a / Trestoz les jorz et toz les ans ». Il faut comprendre : « elle a, peints dans sa chambre, les jours et les ans », au sens où elle les a fait peindre.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Mois de janvier. Bois gravé parallèle au calendrier imprimé et portant les figures des saints notables. Compost et kalendrier des bergers […], Genève, J. Belot, 1500. BNF, RES-V-273. © BNF.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 2 — Main permettant de mémoriser le calendrier. Le grand calendrier et compost des bergers composé par le berger de la grand montagne […], Rouen, R. Aubert, [1592 ?]. Biblioteca de la Universidad Complutense de Madrid. BH MED 134.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 3 — Cercle du Zodiaque. Compost et kalendrier des bergers […], Genève, J. Belot, 1500. BNF, RES-V-273. © BNF.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 4 — Homme astrologique. Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529. BNF, RES-V-274. © BNF.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 5 — Phlebotomie. Le grant kalendrier et compost des bergiers, Troyes, N. Le Rouge, 1529. BNF, RES-V-274. © BNF.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/4042/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search