Version classiqueVersion mobile

Lire, choisir, écrire

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Christine Silvi

La revendication de la grécité dans quelques monographies d’oiseaux d’Aristote a Buffon

Christine Silvi

Texte intégral

  • 1 Voir Christine Silvi, « Le recours au grec dans quelques encyclopédies du xiiie siècle en français  (...)
  • 2 Sur les notions d’hypertexte, d’hypotexte et d’intertextualité, on se reportera aux théories de Gér (...)
  • 3 C’est parce que la diffusion s’accompagne d’une reformulation qu’on peut parler de vulgarisation. V (...)

1Cette étude, la troisième d’une série consacrée jusqu’alors au traitement du monde grec dans quelques textes didactiques du Moyen Âge en langue vulgaire1, se veut plus ambitieuse que les deux précédentes dans la mesure où son champ d’investigation se trouve considérablement étendu. D’abord, les traités retenus ici ne sont plus exclusivement écrits en français, les ouvrages en latin étant même majoritaires, sans doute parce que le latin est aussi et avant tout la langue véhiculaire, celle qui permet, à l’époque médiévale comme au xvie siècle, la plus grande diffusion possible du savoir zoologique. Ensuite, et comme son titre l’indique, elle embrasse une diachronie large, plus large même que celle retenue pour ces journées d’études. Mais voir comment des compilations du Moyen Âge et de la Renaissance – destinées d’abord à réunir puis à transmettre les connaissances, difficiles d’accès, contenues dans les ouvrages antérieurs – se constituent en hypertextes et se muent en hypotextes, devenant ainsi et à leur tour la source des traités qui leur ont succédé, devrait nous permettre d’appréhender dans toute sa complexité la notion d’intertextualité2, c’est-à-dire de saisir à la fois les rapports entre un texte et tous ceux qui l’ont précédé mais aussi les liens qui unissent ce même texte à ceux qui l’ont suivi et qui s’en sont inspirés. La diffusion d’une même information – ici le lieu d’origine ou de vie d’un animal – met en œuvre des pratiques discursives et textuelles variées : pour faire connaître et rendre accessible, il faut aussi, parfois, mettre à distance et prendre du recul, juger et adapter, c’est-à-dire reformuler3. Cette reformulation dépend d’abord du regard, conditionné par la formation reçue, que le vulgarisateur porte sur l’objet à décrire. Elle est ensuite déterminée par l’auditoire auquel le naturaliste s’adresse, ou plutôt par la façon dont le naturaliste se représente son auditoire : des compétences qu’il lui prête, de ses éventuels besoins intellectuels et pratiques et de ses attentes, réelles ou supposées. Elle est surtout tributaire des sources qu’il convient de compiler et de leur contenu : de leur pertinence pour le sujet traité, évidemment, mais aussi des (in)compatibilités entre les unes et les autres.

  • 4 On pourra cependant déplorer l’absence des bestiaires médiévaux issus du Physiologus, mais l’un des (...)
  • 5 Aristote, Histoire des animaux, t. I et t. II, éd. Jules Tricot, Paris, 1957. Sur l’influence d’Ari (...)
  • 6 Pline, Histoire naturelle, liv. X, éd. Eugène de Saint-Denis, Paris, 1961.
  • 7 Solin, Collectanea rerum memorabilium […], éd. Theodor Mommsen, Berlin, 1895.
  • 8 Isidore de Séville, Etymologiæ, liv. XII, éd. Jacques André, Paris, 1986.
  • 9 Sur l’encyclopédie, genre qui « s’auto-nourrit en continu », et sur la place que prennent les auteu (...)
  • 10 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, éd. Helmut Boese, Berlin/New York, 1973 ; Vincent de Be (...)
  • 11 Nous avons sélectionné les quatre plus importants pour notre sujet : Conrad Gesner, Historia animal (...)
  • 12 Georges Louis Leclerc Buffon, Histoire naturelle des oiseaux, Paris, Imprimerie royale, 1771-1777.

2Les ouvrages choisis se veulent particulièrement représentatifs du savoir zoologique de leur époque4. Si Aristote5 est, sans conteste, l’autorité privilégiée dans le domaine naturaliste et même celle par qui, pour nous, tout commence, elle n’est pas la seule. On pense bien évidemment à tous ceux qui, pour composer leur propre somme zoologique, ont recopié, paraphrasé, glosé son Histoire des animaux : à Pline d’abord6, lui-même pillé par Solin7, son abréviateur, ainsi, bien sûr, qu’à Isidore de Séville8, pour ne mentionner que les plus connus. Amplement citées par les encyclopédistes du Moyen Âge, qui se citent d’ailleurs les uns les autres9, et parmi lesquels figurent entre autres Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais, Alexandre Neckam, Albert le Grand et son De animalibus, Jacques de Vitry, Brunetto Latini ou Barthelemy l’Anglais et son traducteur Jean Corbechon10, ces sources grecques et latines sont encore largement diffusées par les naturalistes de la Renaissance11 qui, au passage, collationnent tout ce qui a été dit sur le sujet par les médiévaux et qui n’hésitent pas non plus à s’inspirer de leurs contemporains, Belon glosant Wotton et Aldrovandi recopiant Gesner. Et Buffon lui-même12, dernier maillon de notre chaîne, est encore, trop souvent peut-être, fidèle à Aristote ainsi qu’à tous ceux qui ont écrit avant lui. Pour être institutionnalisé, ce vaste pillage n’en est pas moins révélateur de pratiques personnelles, chacun ne reprenant des autres que ce qui est susceptible de servir son dessein.

  • 13 Sur la nationalité des animaux du traité aristotélicien, Georges Petit et Jean Theodorides, Histoir (...)
  • 14 Réserve importante si l’on songe aux Stymphalides aves, oiseaux d’Arabie ayant par la suite investi (...)

3Après avoir établi un corpus d’auteurs et avoir accepté la part d’aléatoire qu’il y a dans toute sélection, il convenait de choisir les oiseaux. Si, chez le Stagirite, beaucoup sont grecs13, tous n’ont cependant pas obtenu le droit de cité ici. D’abord, la revendication de la grécité se devait d’être explicite. Un nom d’oiseau d’origine grecque ne saurait bien évidemment constituer une preuve suffisante de l’origine grecque de l’oiseau. L’appartenance de l’animal à un espace peut certes être indiqué par le signifiant qui le désigne, mais il faut, dans ce cas, que du nom du lieu vienne celui de la créature qui y vit, la dérivation attestant alors sinon de l’endroit de naissance14, du moins d’une localisation que nous avons voulue grecque : ainsi en est-il des ortygias ou cailles d’Ortygie et des Stymphalides aves. Parfois, ce n’est pas un lieu mais un personnage mythologique, devenu pour l’occasion héros éponyme, qui, baptisant de son nom le volatile, en révèle la grécité : tel est le cas des oiseaux de Diomède, compagnons infortunés du roi ainsi nommé. Enfin, le nom de l’oiseau peut n’être d’aucun secours, une prédication qui, pour être fournie en sus n’en est pas moins inhérente à chacune des apparitions de l’animal, témoignant de sa nationalité : le merle blanc de Cyllène se distingue assurément par son plumage mais aussi et surtout par le fait que sa présence n’est, pour les premiers naturalistes du moins, attestée nulle part ailleurs qu’à Cyllène. Autre critère déterminant quant au choix des oiseaux : leur longévité dans les traités considérés. Un des objectifs de cette étude étant en effet de saisir les interactions entre le signifiant utilisé pour référer à l’oiseau et le contenu de la monographie, il importait de pouvoir suivre dans le temps les éventuels changements affectant ou le nom ou la description, quand ce n’est pas les deux. Quatre oiseaux ont finalement retenu notre attention et c’est par le fameux merle blanc que nous commencerons.

I. — Le merle blanc de Cyllène

  • 15 La liste en est donnée par D’Arcy Wentworth Thompson, A Glossary of Greek Birds, Londres, 1936, p.  (...)
  • 16 Aristote, Histoire des animaux…, liv. IX, chap. xix, 617a.
  • 17 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 87.
  • 18 À titre purement anecdotique, nous signalerons que certains manuscrits de la Lettre du Prêtre Jean (...)
  • 19 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 69. Voir la n. 575, p. 278. Mais la mention de l’Ac (...)
  • 20 Voir par exemple la notice qu’il consacre au faisan, ibid., liv. XII, vii, 69, ainsi que la n. 125 (...)
  • 21 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. lxxxviii.
  • 22 Albert le Grand, Opera Omnia…, liv. XXIII, chap. lxxvii.
  • 23 E. Wotton, De differentiis…, liv. VII, chap. cxxxii.
  • 24 Si l’on peut avoir un doute quant à la connaissance qu’avait Wotton de la notice d’Isidore sur le m (...)
  • 25 Le locuteur est celui qui accomplit l’acte de parole et, plus précisément ici, celui qui rapporte l (...)
  • 26 Rappelons que l’énonciateur est le sujet responsable de l’énoncé originel. Si Pline est bien présen (...)
  • 27 Nous avons ici affaire à de « l’énonciation subjective objectivisée ». Sur cette notion, voir Cathe (...)
  • 28 Comme l’a justement souligné B. Roy, « La trente-sixième main… », p. 247, ce qui compte pour Vincen (...)

4Cet oiseau, mentionné par de nombreux naturalistes de l’Antiquité15, se retrouve dans la plupart des traités consultés. Sa popularité tient sans doute à sa couleur singulière et à sa rareté, deux traits qui l’opposent nettement au merle noir, animal commun s’il en est. Aristote le considère d’ailleurs comme une espèce distincte qui « ne se trouve qu’à Cyllène en Arcadie, et nulle part ailleurs »16. Il est fidèlement suivi par Pline17 qui fait lui aussi de l’Arcadie le lieu d’origine de l’oiseau et son aire d’extension exclusive18. Une autre tradition est cependant représentée par Isidore dont la source est ici inconnue : « Hæc cum in omnibus locis nigra sit, in Achaia autem candida est »19. De Cyllène en Arcadie, l’oiseau a migré en Achaïe, région limitrophe de la précédente. La proximité phonique des signifiants latins (Arcadia / Achaia) explique sans doute, tout autant que la contiguïté géographique, la confusion des deux noms par Isidore, qui est d’ailleurs coutumier du fait20. Aucune des deux localisations n’ayant finalement réussi à s’imposer, plusieurs options vont être offertes aux auteurs du Moyen Âge et à leurs successeurs. La première consiste à privilégier l’une des deux opinions au détriment de l’autre : c’est ce que font Thomas de Cantimpré21 et Albert le Grand22 qui situent délibérément l’espèce en Achaïe, alors que Wotton23 donne pour seule localisation celle proposée par Aristote et Pline24. Dans ce cas précis, il n’y a chez ces trois auteurs aucun souci doxographique, aucune confrontation d’opinions. Thomas de Cantimpré, Albert le Grand et Wotton visent avant tout ici à construire une monographie, ce qui requiert l’élaboration d’un discours cohérent, ne contenant pas de contradiction et dans lequel les idées s’organisent logiquement. Si la mention de deux thèses antithétiques est toujours possible, elle nécessite, pour être compatible avec le dessein fixé par les locuteurs25 eux-mêmes, que ces derniers prennent parti, qu’ils osent explicitement trancher en faveur de l’une ou de l’autre des deux opinions qu’ils compilent. L’intérêt qu’il y a à ne mentionner que l’un des deux lieux est alors évident : cela leur permet de se dérober à l’argumentation, exercice périlleux auquel ils auraient bien dû se livrer pour justifier de leur choix. Mais ils font encore mieux. Dans les trois cas, le sujet de l’énonciation est effacé, gommé, ignoré : ni Aristote ou Pline chez Wotton, ni Isidore chez Thomas de Cantimpré et Albert le Grand ne sont présentés comme les énonciateurs26 des assertions en question. Si l’opinion tue est du même coup discréditée, en revanche celle qui est mentionnée perd, en même temps que son indication de source, son statut d’opinion : elle acquiert la force du fait, c’est-à-dire de la proposition admise par tous sur laquelle il n’y a plus à revenir27. Ayant ainsi donné à l’une des deux thèses la position enviable et avantageuse de l’énoncé objectif, le locuteur n’a plus besoin de désigner celui qui dit vrai et, par là, d’entrer dans la polémique. Quant à Vincent de Beauvais, soucieux d’intégrer dans une seule notice le contenu de celle d’Isidore et de celle de Pline, son souci d’exhaustivité le pousse à mentionner les deux traditions28. Chez lui et au sujet du merle, la méthode doxographique se résume à juxtaposer les opinions au risque de mettre côte à côte deux points de vue incompatibles. Les deux thèses sont traitées comme des assertions indépendantes l’une de l’autre qui, ayant été formulées à des époques et par des énonciateurs différents, ne s’inscrivent dans aucune controverse, celle d’Isidore existant sans référence à celle de Pline. La seule préoccupation de Vincent de Beauvais est d’informer son lecteur de l’existence de ces deux points de vue et non de se déterminer en faveur de l’un ou de l’autre. Il se contente ainsi de signaler une question en suspens à laquelle il n’a aucune solution à apporter, la résolution des contradictions n’étant apparemment pas son objectif.

  • 29 Citation latine fournie par C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, sect. A, p. 580. L’opinion du (...)
  • 30 Comme l’a bien montré Hélène Naïs, Les animaux dans la poésie française de la Renaissance, Paris, 1 (...)
  • 31 Sur la méthode suivie par le zoologue zurichois, ibid., p. 167-174.
  • 32 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. XVI, chap. vi, p. 603.
  • 33 Ibid.
  • 34 Sur le rôle des correspondants, grands pourvoyeurs de noms, de descriptions et surtout de dessins d (...)
  • 35 La citation est à nouveau donnée, mais peut-être devrions-nous dire reléguée, en grec cette fois, à (...)

5Gesner, Aldrovandi et Belon vont se montrer plus audacieux et aller au-delà des données fournies par la tradition. Isidore et son Achaïe sont passés à la trappe comme si nos trois auteurs, qui signalent la présence du merle blanc ailleurs qu’à Cyllène, voulaient avant tout réagir contre Aristote et son « nec usquam alibi nascens »29. Tous partent donc des remarques formulées par le Philosophe et par Pline, à l’exception toutefois de Belon qui ne mentionne que le premier énonciateur, et tous s’accordent à penser que les limites géographiques fixées par l’Histoire des animaux sont trop étroites. Gesner et Aldrovandi en veulent pour preuve les témoignages de Carus, qui prétend en avoir vu in novo orbe, et de Gilbert de Longueil qui atteste de la présence de l’oiseau en Norvège. Mais ils divergent quant au mode de présentation des nouvelles opinions introduites dans leur traité. Gesner s’en tient à citer deux autorités de plus, qui viennent certes contredire Aristote, mais qui, dans un ouvrage du xvie siècle à visée cumulative, sont non seulement les bienvenues mais également attendues30. Gesner, même s’il lui arrive de dénoncer les erreurs des Anciens et de les corriger, se contente donc ici, comme Vincent de Beauvais avant lui, de juxtaposer les citations31. Aldrovandi va quant à lui plus loin dans la mesure où il ose se montrer critique à l’égard des autorités citées : après avoir rappelé l’opinion d’Aristote et de Pline limitant le merle blanc à la seule Cyllène, il émet un jugement personnel qui vise à dénoncer en l’infirmant l’opinion, présentée comme excessive, formulée par ses deux illustres prédécesseurs : « id meo judicio usque adeo verum non est »32, jugement qu’il fait aussitôt suivre, afin de l’étayer, des assertions, déjà signalées par Gesner, de Gilbert de Longueil et de Carus : « In Novergia enim, teste Gyb. Longolio, etiam candicant, et Jo. Carus, eodem referente albas merulas in novo orbe, in quem cum Hispanis navigauit, se vidisse aslerit »33. Les choses deviennent encore plus intéressantes lorsque Gesner puis Aldrovandi, mus par un chauvinisme sans doute bien légitime, se portent eux-mêmes garants de la proposition assertée en joignant leur témoignage à ceux des deux naturalistes, c’est-à-dire en faisant à leur tour appel à leur expérience personnelle : Gesner affirme que des merles blancs sont aussi capturés chez lui, en Suisse, alors que le zoologue italien déclare qu’on les trouve également à Rome, un de ses correspondants lui en ayant envoyé une représentation figurée34. Belon n’est pas en reste dans la mesure où, avec lui, les merles blancs courent les monts. Il commence par citer Aristote35 :

  • 36 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. VI, chap. xxv, p. 317.

Aristote au dix-neufiesme chapitre du neufiesme livre des animaux a fait mention d’un merle blanc, en ceste maniëre. Le merle blanc (dit il) est grand comme le noir, ayant la voix de mesme manïere : mais est seulement familiër en Arcadie, en la contree de Syllene, et n’est jamais trouvé en autre lieu36.

  • 37 Voir Pline, Histoire naturelle…, liv. VIII, 44.
  • 38 P. Belon L’histoire de la nature…, liv. VI, chap. xxv, dit très exactement ceci : « Aristote parlan (...)
  • 39 Erreur toute relative – d’autant plus relative que Cyllène est aussi un « pais de montagnes » – car (...)

Puis, se souvenant peut-être du passage fort célèbre de Pline dans lequel le traité d’Aristote sur les animaux est présenté comme le résultat d’une collecte de données limitée dans l’espace à l’empire macédonien37, il avance l’idée qu’Aristote, entravé dans son enquête zoologique par les origines géographiques de ses informateurs, s’est, bien malgré lui, fourvoyé en prétendant que le merle blanc ne se trouvait ailleurs qu’à Cyllène. Et le naturaliste de citer tout naturellement et à titre d’exemples la Savoie et l’Auvergne, régions certes françaises mais surtout montagneuses38. Car, comme il le dira quelques lignes plus bas, le merle blanc qui, hormis sa couleur, est en tous points semblable au merle noir, « ne peut estre veu que en païs de montagne, sçachant qu’il a cela de particulier, qu’il ne descend ça bas pour y faire sa demeure ». Belon a trouvé là une façon habile de ne pas rompre avec la tradition. En prétendant que, si Aristote avait été mieux renseigné, il n’aurait pas commis cette erreur39, il minimise la responsabilité du Philosophe et, surtout, il s’inscrit à son tour dans cette tradition : il devient l’informateur manquant, le correspondant qui aurait évité à Aristote d’être si catégorique dans ses affirmations.

  • 40 G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. III, p. 345-346. À noter que Buffon fait de l’oiseau une v (...)

6La monographie de Buffon sur le merle blanc40 est sans conteste la plus aboutie dans la mesure où son auteur parvient, au prix d’une manipulation citationnelle fort ingénieuse, à concilier tous les points de vue qu’il convoque dans son discours, à commencer par ceux de Belon et d’Aristote dont il n’hésite pas, du moins en ce qui concerne le dernier, à remanier la citation pour les besoins de sa démonstration :

  • 41 Ibid., p. 345.

J’ai dit que la plupart de ces variétés devoient se rapporter à l’espèce du plastron blanc : et en effet, Aristote qui connoissoit les merles blancs, en fait une espèce distincte du merle ordinaire, quoiqu’ayant la même grosseur et le même cri ; mais il savoit bien qu’ils n’avoient pas les mêmes habitudes, et qu’ils se plaisoient dans les pays montueux. Belon ne reconnoit non plus d’autres différences entre les deux espèces que celle du plumage, et celle de l’instinct qui attache le merle blanc aux montagnes41.

  • 42 Et Buffon d’insister sur cette idée qu’il n’hésite d’ailleurs pas à paraphraser, ibid., p. 345, n.  (...)
  • 43 Référence donnée ibid., p. 345, n. c.
  • 44 À noter que la sagesse populaire, qui s’exprime dans des énoncés gnomiques stéréotypés et figés et (...)
  • 45 G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. III, p. 346.
  • 46 Certaines tentatives modernes d’identification de cet oiseau sont à cet égard révélatrices. Voir J. (...)
  • 47 Si tant est qu’il s’agisse d’un mythe. C’est la thèse défendue par John Pollard, Birds in Greek Lif (...)

7D’abord, il fait du lieu d’origine de l’oiseau qui, selon Aristote, était son lieu de vie exclusif, un simple lieu de prédilection, ce qui atténue considérablement le caractère péremptoire de la remarque originelle. Ensuite, sans doute dans le but de masquer la contradiction entre le Stagirite et Belon, Buffon utilise un hyperonyme, au pluriel de surcroît (« pays montueux »), pour renvoyer à la citation d’Aristote circa Cyllenem Arcadiæ qu’il prend cependant la peine de mentionner dans une note. Ces transformations lui permettent de donner l’illusion d’une identité de points de vue, Belon, qui fait du merle blanc une espèce attachée « aux montagnes »42, ne disant finalement rien d’autre qu’Aristote. Puis Buffon se présente comme fondé à confirmer les propos de ses deux illustres devanciers (« On le trouve en effet non-seulement sur celles d’Arcadie, de Savoie et d’Auvergne, mais encore sur celles de Silésie, sur les Alpes, l’Apennin, etc. ») et même à les compléter puisqu’à l’Arcadie d’Aristote, à la Savoie et à l’Auvergne de Belon, il ajoute la Silésie, les Alpes et l’Apennin mentionnés par Willughby qu’il cite en note43. Si Buffon se lance lui aussi dans une entreprise de compilation, il parvient à concilier l’inconciliable, c’est-à-dire le point de vue d’Aristote, qui fait du merle blanc une espèce propre à l’Arcadie, avec celui de Belon qui l’étend à d’autres lieux. Il transcende les incompatibilités en transformant des opinions à l’origine divergentes en opinions identiques et réussit ainsi à forger une nouvelle théorie, celle d’un oiseau assez répandu et donc facilement observable par le naturaliste44, ce que vient d’ailleurs corroborer, pour finir, sa propre expérience : « Le merle blanc que j’ai observé […] »45. Le merle blanc est irrévocablement devenu une espèce montagnarde46 et le mythe de l’oiseau grec introuvable ailleurs que sur le mont Cyllène est irrémédiablement détruit47.

II. — La caille d’Ortygie

  • 48 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. V, chap. xx, p. 264.
  • 49 Aristote, Histoire des animaux… liv. VIII, chap. xii, 597a-597b.
  • 50 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 64-69.
  • 51 Ils sont suivis sur ce point par Alexandre Neckam, De naturis rerum…, liv. I, chap. lxx, qui, bien (...)
  • 52 Le démonstratif renvoie à l’île de Délos qui, comme le dit Solin quelques lignes plus haut, peut pr (...)
  • 53 Solin, Collectanea rerum…, 11, 20.
  • 54 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 64.
  • 55 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. xxxviii. Thomas dit exactement ceci : « Coturn (...)
  • 56 Albert le Grand, Opera Omnia…, liv. XXIII, chap. xxxiii.
  • 57 Barthelemy L’Anglais, Le proprietaire des choses…, liv. XII, chap. viii.
  • 58 Vincent de Beauvais, Speculum naturale…, liv. XVI, chap. lxiv.
  • 59 Sur le marqueur « ex libro de natura rerum » utilisé par Vincent et son lien, évident, avec Thomas (...)
  • 60 Si Vincent, mentionnant le Liber de natura rerum, cite la source secondaire et non l’originale, c’e (...)
  • 61 Sur la mise en place, dès la seconde moitié du xiie siècle, de cette rhétorique, voir l’ouvrage de (...)
  • 62 Sur la pratique de l’excision, G. Genette, Palimpsestes…, p. 264-266. Cette pratique est tout à fai (...)
  • 63 Sur cette loi qui consiste à ne pas énoncer « quelque chose que la personne à qui l’on parle sait p (...)
  • 64 Sur les rapports entre l’oiseux et l’inutile, Carla Casagrande et Silvana Vecchio, Les péchés de la (...)

8Un autre oiseau, celui que l’on appelle « ortix en grec ; coturnix, en latin ; caille, en françois », comme le dit Belon au-dessus du portrait qu’il fournit dans sa monographie48, va connaître un sort qui peut, par certains aspects, être rapproché de celui du merle blanc dans la mesure où son aire d’origine va elle aussi être élargie par le naturaliste. Si les migrations de la caille intéressent au plus haut point Aristote49 et Pline50, ils ne disent en revanche rien du lien qui unit l’oiseau à l’île d’Ortygie51, et il faut attendre Solin pour que mention en soit faite dans un énoncé somme toute équivoque puisque l’on ne sait pas quel nom dérive de l’autre : « In hac52 primum visæ coturnices aves, quas ortygas Græci vocant »53. C’est Isidore, lecteur de Solin, qui, parmi les autorités ici retenues, explicite la filiation, qui n’était que suggérée dans le texte source, entre les deux signifiants, c’est lui qui expose clairement la dérivation, ou plutôt une des deux dérivations possibles, le nom de l’oiseau venant, d’après le Sévillan, de celui de l’île où on le vit pour la première fois : « Coturnices a sono vocis dictas, quas Græci ǒρτυγας vocant, eo quod visæ fuerint primum in Ortygia insula »54. En rétablissant le chaînon manquant – ǒρτυγας de Ortygia –, il impose, et elle prévaudra longtemps, sa propre interprétation du texte de Solin. Il est relayé par Thomas de Cantimpré qui, sur le sujet, cite le Liber rerum 55, par Albert le Grand56 ou bien encore par Jean Corbechon57. Vincent de Beauvais58 rapporte quant à lui les points de vue d’Isidore, de Solin puis de Thomas de Cantimpré présenté, non pas directement mais par la mention « ex libro de natura rerum »59, comme l’énonciateur originel d’une assertion dont la source, le Liber rerum, avait pourtant été clairement identifiée par Thomas lui-même60. Mais ici, et la chose est surprenante si l’on se souvient de la méthode suivie par le dominicain dans la notice du merle blanc où il se contentait de compiler les énonciateurs sans se soucier des éventuelles répétitions, il va organiser le savoir des autorités. En effet, tout en continuant à juxtaposer les énonciateurs, il parvient à concilier son souci d’exhaustivité avec l’idéal, alors à la mode, d’une rhétorique qui prône la concision61, ce qui induit une pratique d’écriture excluant la répétition, le déjà dit ailleurs, ici quelques lignes plus haut, n’ayant pas à être redit. Ayant, comme au préalable, cité Isidore qui mentionne l’étymologie du nom grec de l’oiseau, il peut faire l’économie du lien existant entre les signifiants, qui était pourtant également mentionné par ses deux autres sources. Il ne s’agit ici ni d’un oubli ni d’une paresse mais bien d’une tentative, réussie, d’organiser la matière qu’il a à sa disposition par une sélection rigoureuse des informations que cette matière contient, comme en témoigne l’excision qu’il fait subir à sa source62. Pour être ponctuel, cet effort de mise en forme des données n’en est pas moins remarquable. Répugnant à répéter deux fois l’indication d’origine, il sacrifie à la loi d’informativité63, ce qui n’est nullement incompatible avec sa volonté de rassembler tout ce qui circule sur un sujet donné : tout ce qui doit être dit est dit, une fois dit entre dans le domaine de ce qui est connu et, comme tel, n’a pas à être répété. L’encyclopédiste dominicain a compris que si le compilateur doit beaucoup parler, il ne doit pas parler trop et qu’une parole redondante est une parole oiseuse et donc inutile64. Sans doute est-ce au nom de l’utilité qu’il rejette la répétition, tout comme au nom de cette même utilité il avait convoqué dans son discours toutes les thèses circulant sur le merle blanc, fussent-elles incompatibles.

  • 65 Variante fournie par le ms. U et donnée par l’édition Chabaille, p. 211 (Brunetto Latini, Li livres (...)
  • 66 Brunetto Latini, Li livres…, liv. I, chap. clviiii, p. 145.
  • 67 Brunetto n’est pas sans connaître cette localisation « fine » de l’oiseau. Dans sa description de l (...)
  • 68 Loi qui veut qu’un énoncé fournisse l’information pertinente maximale, autrement dit que le locuteu (...)
  • 69 Ibid., p. 219, a bien montré que la loi d’exhaustivité est entièrement subordonnée à la loi de pert (...)
  • 70 Ce dont témoigne la présence quasi constante du verbe métalinguistique vocare dans les encyclopédie (...)

9Avec Brunetto Latini, nous sommes confrontés à une tout autre logique : celle d’un encyclopédiste italien traduisant du latin à destination d’un auditoire français et peu lettré. Notre encodeur trilingue va avoir à cœur d’adapter son propos à ses destinataires qu’il se représente ici très vraisemblablement comme monolingues, ce qui explique que le nom grec de l’oiseau soit passé sous silence et que ne figure, en emploi autonyme, que le lexème français « greosche », mot qui, comme sa variante « grieche »65, est disponible en langue et donc censé être familier aux lecteurs : « Coturnix est .i. oisiau que li françois claiment greosche, porce que il fu premiers trovez en Grece »66. Quant à l’explication de l’origine du mot, elle est tout à fait adéquate à la forme que le dérivé revêt dans la langue vernaculaire : « greosche » comme « grieche » peuvent en effet sans aucune difficulté être rapprochés de « Grece ». Elle est donc plausible d’un point de vue linguistique et, surtout, elle reste conforme à la tradition : l’oiseau découvert à Ortygie, île des Cyclades67, a été a fortiori trouvé en Grèce. D’une certaine manière, Brunetto semble pécher contre la loi d’exhaustivité68, mais ce serait oublier qu’on ne peut dissocier un énoncé de ses objectifs pragmatiques. En choisissant l’information la moins exhaustive, il opte pour celle qu’il juge la plus appropriée à son destinataire. En adaptant son discours aux habitudes langagières de son auditoire, il se met à sa portée en lui fournissant le renseignement qu’il considère comme le plus pertinent69, l’origine du lexème « greosche » ayant, dans un ouvrage destiné à un public français de non-spécialistes, un intérêt bien supérieur à l’étymologie d’un nom grec – Ortygia – employé de surcroît toujours en autonymie dans les textes sources70 et donc délibérément et définitivement exclu du système lexical mondain, mentionné, quand il l’est, presque à titre anecdotique et supplanté dans les textes par le latin coturnix.

  • 71 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, p. 338-345.
  • 72 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. XIII, chap. xxii, p. 150-152.
  • 73 G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. II, p. 449-475.
  • 74 On se reportera à H. Naïs, Les animaux…, p. 171-173, qui, outre le plan, immuable, suivi par Gesner (...)
  • 75 Section dont l’appellation « synonymie polyglotte » proposée par Paul Delaunay, La zoologie au xvie(...)
  • 76 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, sect. A, p. 339.
  • 77 Ibid., liv. III, sect. B, p. 339.
  • 78 Sur le sens exact que le naturaliste donne à ce terme, voir H. Naïs, Les animaux…, p. 172, n. 142-1 (...)
  • 79 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, sect. H, p. 345.

10Gesner71, Aldrovandi72 et Buffon73 restent quant à eux fidèles à une certaine tradition. Gesner pratique lui aussi l’excision, non pas celle qui vise à éviter les répétitions d’une autorité à l’autre, mais celle qui va lui permettre d’adapter les citations retenues aux différentes sections qui structurent sa monographie74. Dans la section A75, il se contente d’établir la synonymie entre le lexème latin et le lexème grec et omet la seconde partie de l’énoncé isidorien : « Coturnicem Græci ortyga vocant, Isidorus »76. Dans la section B, dévolue à l’habitat, il ampute l’assertion de Solin, ayant pris soin, au passage, de la rendre hors contexte intelligible, en remplaçant l’anaphorique hac par l’anaphorisé Delo, choix qui serait contestable dans un discours à visée étymologique, mais qui, dans un exposé traitant du seul lieu d’origine de l’oiseau, n’a aucune incidence, le nom grec de l’animal dont le nom de l’île peut être rapproché n’étant de toute façon pas donné non plus : « In Delo primum visæ coturnices, Solinus »77. Ce n’est que dans la section H, dans laquelle il traite de philologie78 que, citant Strabon, il indique que les signifiants Delos et Ortygia ont même référence : « Delos olim Ortygia dicebatur, Strabo »79. Fort de cette équivalence, il rapporte les assertions de quelques autres autorités qui, au passage, confirment l’identité entre les deux îles :

  • 80 Ibid.

Phanodemus scribit insulam Delum ab Achæis idcirco Ortygiam nuncupatam, quod ejusmodi volucres gregatim ex mari proficiscantur in hanc insulam portuosam, Ælianus et Athenæus80,

mais qui affirment surtout que c’est l’île qui tire son nom de celui de l’oiseau que l’on y trouve et non l’inverse, et c’est cette citation qui va permettre à Gesner d’enchaîner sur celle de Solin et de lui donner une lecture différente de celle qu’en avait proposée Isidore, ou du moins d’orienter – car, en la matière, Gesner n’impose rien – son lecteur vers cette nouvelle interprétation, laissant à son destinataire le soin de substituer mentalement Ortygia à Delo afin que la parenté entre le nom de l’animal et celui du lieu puisse devenir patente. Puis il enchaîne cette citation à celle de Perottus qui fait, lui aussi, dériver le nom de l’île de celui de l’oiseau et c’est cette succession, cette contiguïté des énoncés qui conditionne l’interprétation à donner à l’assertion de Solin :

  • 81 Ibid.

In Delo primum visæ coturnices aves quas ortygas græci uocant, Solinus, hinc et Ortygiam hanc insulam dictam aiunt, Perottus81.

11Gesner est suivi par Aldrovandi qui, aussitôt après avoir mentionné l’étymologie isidorienne, s’engage quant à lui personnellement, pour, à nouveau, inverser le rapport traditionnellement admis entre le nom de la caille et celui de l’île :

  • 82 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. XIII, chap. xxii, p. 152.

Isidorus ait ita vocari, quia in Ortygia insula prius visa sit hec volucris : mihi contra insula, que alias dicitur Delos, ut suo loco dicetur, ab ave potius nomen obtinuisse videtur, quam avis ab insula82.

  • 83 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. V, chap. xx, p. 264.

12En privilégiant la dérivation qui va du contenu au contenant, Gesner et Aldrovandi sont parvenus à ne pas fixer de façon immuable la caille, oiseau migrateur par excellence, dans un espace précis et donc limité : c’est l’île d’Ortygie, qui accueille périodiquement cet hôte « passager »83, qui est redevable de son appellation à l’oiseau et non l’inverse. Ils manifestent ainsi leur refus d’attacher par son nom la caille, dont l’un des traits spécifiques est justement d’être en perpétuel mouvement, à un lieu, c’est-à-dire de l’y enfermer, symboliquement bien sûr, par les mots. Le naturaliste sait, quand la démonstration l’exige, se faire sémiologue et adapter le discours qu’il tient sur les signes à la réalité qu’il décrit.

  • 84 Voir G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. II, p. 449, n. a : « ορτυξ, en grec ; en latin, cotur (...)
  • 85 G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. II, p. 456.
  • 86 Ibid., p. 459.
  • 87 La liste en est donnée ibid., p. 459-474.
  • 88 Ibid., p. 473.
  • 89 Ibid., p. 474.

13Avec Buffon, qui pousse la logique à son terme, on assiste à une prolifération de l’oiseau en même temps que des îles appelées Ortygia. Si le nom grec de la caille est encore donné, c’est d’abord parmi d’autres et en note, comme accessoirement84. Car ce qui retient l’attention du zoologue, c’est là encore l’oiseau « voyageur »85, « de passage »86 ainsi que les très nombreux endroits où il se rencontre87. Et c’est tout naturellement que cet « oiseau fort répandu »88, « se trouve donc par-tout »89 et en si grande quantité que plus d’un lieu, ceux que Buffon donne en note, « en a pris le nom d’Ortygia » :

  • 90 Sans doute faut-il remonter à la légende de la naissance d’Artémis et d’Apollon pour trouver mentio (...)
  • 91 Ibid., p. 459, n. z.

Ce nom d’Ortygia, formé du mot grec ορτυξ, qui signifie caille, a été donné aux deux Délos90, selon Phanodémus dans Athénée : on l’a encore appliqué à une autre petite île vis-à-vis Siracuse, et même à la ville d’Éphèse, selon Étiene de Byzance et Eustathé91.

  • 92 Sur ces mythes et ces symboles, voir Raymond Christinger, « La délivrance de la caille », dans Asia (...)

14Ortygie, l’île aux cailles, lieu originel unique et quasi sacré car porteur de tous les mythes et de tous les symboles associés à l’oiseau92, dégénère en se multipliant jusqu’à perdre l’exclusivité de son propre nom.

III. — Les oiseaux de Diomède

  • 93 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 28.
  • 94 Aristote, Histoire des animaux… liv. IX, chap. xix, 615a 28, se contente de décrire le catarracte ( (...)
  • 95 Identifications que résume et réfute Aldrovandi au début de sa monographie, Ornithologiæ…, liv. XIX (...)
  • 96 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 126.
  • 97 Il s’agit de Juba II, roi de l’ancienne Mauritanie et auteur d’une compilation animalière qui const (...)
  • 98 Bonne mise au point sur cet oiseau dans F. Capponi, Ornithologia…, p. 132-139 et dans A. W. Thompso (...)
  • 99 Vincent de Beauvais, Speculum naturale…, liv. XVI, chap. lxviii.
  • 100 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, p. 367-368.
  • 101 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. III, chap. ii, p. 156.
  • 102 E. Wotton, De differentiis…, liv. VII, chap. cxlviii.
  • 103 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 29.
  • 104 Dans son édition du traité d’Isidore, ibid., p. 247, n. 490, J. André signale que c’est là le nom g (...)
  • 105 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. xli.
  • 106 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, p. 368.
  • 107 Jacques de Vitry, La traduction de l’Historia orientalis…, p. 147.
  • 108 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. XIX, chap. ii.
  • 109 Nous sommes ici dans le cas particulier de l’emprunt lexical où les oiseaux de Diomède sont dits s’ (...)

15La revendication de la grécité peut aussi passer par une autre indication que par celle d’un lieu. On pense bien évidemment aux oiseaux rattachés à un héros éponyme, tels les fameux oiseaux de Diomède, grecs par leur origine, mais vivant « dans le voisinage de l’Apulie, sur l’île de Diomède »93. Que le mythe grec des compagnons de Diomède changés en oiseaux soit né des mœurs insolites d’une espèce isolée sur une île ou que l’espèce en question soit devenue étrange sous la pression du mythe importe fort peu. Le lien de l’oiseau à la légende suffit à expliquer qu’Aristote, peu enclin à rapporter les récits fabuleux, ne le mentionne pas, du moins sous cette appellation94. Quant à Buffon, il ne lui consacre pas non plus une notice spécifique comme nous l’indique la table des matières de son Histoire naturelle. La tradition, dans ses multiples tentatives d’identification de l’oiseau95, lègue au Moyen Âge et à la Renaissance quelques lexies qui vont être reprises de façon très aléatoire par les textes : Pline96, se réclamant de Juba97, assimile lesdits oiseaux aux cataractes98, signifiant que fournissent également Vincent de Beauvais99, Gesner100, Belon101 ou Wotton102, Thomas de Cantimpré et Albert le Grand préférant consacrer une notice spécifique à chacun des deux oiseaux qu’ils présentent comme des animaux différents. Isidore103 les rapproche des ερωδίοι104, tout comme Thomas de Cantimpré105 et, à nouveau, Vincent de Beauvais et Gesner106. Jacques de Vitry107, citant « li Griu », fait de l’oiseau un « girfaut ». Enfin, en ce qui concerne la notice d’Aldrovandi intitulée De ave Diomedea 108, on ne peut que constater l’absence de la rubrique synonyma. La périphrase mythologique – Diomedias aves, Diomedeas aves, Dyomedice aves, Diomeditæ aves selon les textes – appartient au discours mondain et, en tant que telle, devient le signifiant usuel pour référer à l’oiseau, alors que les équivalents simples, signalés la plupart du temps comme des mots étrangers, figurent de façon autonymique dans un discours sur les mots109 :

  • 110 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 126.

Nec Diomedias præteribo aves. Juba cataractas uocat110.

  • 111 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. xli.

Dyomedice aves sunt, que a Dyomede rege, ut dicit Solinus, ita vocantur. Quos Greci herodios appellant111.

  • 112 Ce qui est pourtant le but traditionnellement assigné à ce type d’énoncé. Voir J. Rey-Debove, Le mé (...)
  • 113 En théorie du moins, une même espèce pouvant être définie de façon différente selon les auteurs et (...)
  • 114 François Récanati, La transparence et l’énonciation : pour introduire à la pragmatique, Paris, 1979 (...)
  • 115 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 127, dit exactement ceci : « Advenas barbaros clangore infestan (...)
  • 116 Caractéristique mentionnée par Pline, Solin, Isidore, Jacques de Vitry, Thomas de Cantimpré, Vincen (...)
  • 117 Voir Pline, Solin, Vincent de Beauvais, Gesner et Aldrovandi.
  • 118 Encore qu’il soit toujours possible de fournir une explication rationnelle, c’est-à-dire sans faire (...)
  • 119 Sur l’intentionnalité dans la production figurale, voir Marc Bonhomme, Pragmatique des figures du d (...)

16Le véritable but du locuteur n’est cependant pas ici d’apporter un complément d’information métalinguistique sur les habitudes langagières de tel ou tel énonciateur (Juba / les Grecs)112, mais plutôt de proposer, à moindres frais, une identification possible de l’oiseau en lui donnant un nom précis dont il ne se porte pas pour autant garant : en attribuant le nom autonyme à un énonciateur, le locuteur dégage encore une fois sa propre responsabilité. C’est l’autorité citée qui met en relation un objet du monde (celui que désigne la périphrase) avec un signifiant précis renvoyant à un référent tout aussi précis113. Si une lexie comme cataractes, pourtant usuelle chez Juba et chez Aristote, devient par la suite marginale et reste cantonnée au statut de nom autonyme, c’est peut-être parce que, pour Pline et ses successeurs, elle pèche par excès de précision, contrairement à la périphrase qui permet d’entretenir un certain flottement dans la désignation, c’est-à-dire de poser un signifiant sur l’oiseau tout en l’identifiant comme l’objet du monde appelé Diomedeas aves par les Anciens : ni plus ni moins ! Mais le succès de la périphrase mythologique tient sans doute avant tout à son sens114, car c’est ce sens que les auteurs exploitent dans leur monographie. Choisir d’appeler ces oiseaux « oiseaux de Diomède », c’est les décrire comme ayant certaines propriétés, c’est-à-dire les présenter comme les fidèles compagnons grecs du roi d’Étolie métamorphosés en oiseaux par Vénus irritée. Et, en effet, ce que les encyclopédistes jugent digne d’être rapporté, ce sont les mœurs très particulières d’un oiseau qui, outre son plumage blanc, ses yeux couleur de feu, son bec muni de dents et son nid à deux issues comparable à un terrier, réserve un bon accueil aux visiteurs grecs « comme s’il rendait hommage aux compatriotes de Diomède »115 alors qu’il se montre hostile envers tous ceux qui appartiennent à une autre nation116, ou qui, chaque jour, avec l’eau dont il remplit son bec et trempe ses ailes, purifie le temple consacré au fils de Tydée117. Or, c’est la périphrase mythologique qui, faisant allusion à la légende, donne un sens au contenu de la monographie et c’est dans le contenu de la monographie que l’emploi de la périphrase trouve sa justification : autrement dit, pas de contenu sans périphrase et pas de périphrase sans contenu118. Le choix du signifiant n’est donc pas neutre et traduit une intention119 : c’est parce qu’il actualise telle ou telle des prédications véhiculées par la périphrase que le locuteur choisit ce mode de présentation de la référence, et c’est parce qu’il a choisi ce mode de présentation qu’il peut actualiser telle ou telle de ces prédications.

  • 120 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. III, chap. ii, p. 156.

17On pourrait certes limiter l’intention au premier locuteur, Pline dans notre corpus, qui, pour les autres, fait figure de source et donc d’énonciateur, et considérer que ceux qui lui succèdent se contentent de lui emprunter une appellation commode et traditionnelle. Mais, dans la sélection qu’ils imposent parfois aux éléments constitutifs de la notice de Pline (Isidore comme Albert le Grand par exemple évoquent l’aversion des oiseaux pour qui n’est pas grec, mais omettent de parler du temple arrosé), ils mentionnent toujours au moins un des traits descriptifs qui justifie l’emploi de la périphrase et, corollairement, que l’appellation périphrastique permet de comprendre. Et ce n’est que lorsque le zoologue parvient à identifier l’oiseau – du moins le croit-il –, c’est-à-dire lorsqu’il pense être en mesure d’en proposer le véritable nom, que l’ancienne dénomination devient caduque et est reléguée, tout comme la description qui l’accompagne, dans la catégorie des objets indésirables. C’est ainsi que Belon120, qui croit reconnaître en l’oiseau de Diomède l’onocrotalus ou pelican, déclare :

Il y a quelque apparence de soubsonner que cestuy [l’onocratolus] est une mesme chose, que ceux, qu’on appelle autrement Diomedeas aves, et Juba catharactas, qui ont les yeux de couleur de feu, ayants aussi le bec garni de dents, et reste du corps blanc comme des cygnes.

  • 121 Ce qui s’inscrit tout à fait dans le projet de Belon qui, comme l’ont montré G. Petit et J. Theodor (...)
  • 122 Sur la difficile, pour ne pas dire impossible, identification des oiseaux mythologiques, voir le co (...)
  • 123 Le passage en question, trop long pour être recopié ici, se trouve au début de la monographie d’Ald (...)
  • 124 C’est là le nom moderne des îles de Diomède.

Belon s’incluant très vraisemblablement dans la doxa à laquelle réfère le « on », la production figurale est encore assumée, mais la dénomination périphrastique est considérée comme non pleinement satisfaisante dans un discours à visée naturaliste. Elle est d’ailleurs provisoire et n’a d’intérêt pour Belon que celui de permettre la reconnaissance par son lecteur de l’objet du monde auquel il est fait référence. C’est pourquoi le zoologue parle non pas des oiseaux de Diomède mais de ceux « qu’on appelle Diomedeas aves », c’est-à-dire des oiseaux que la tradition a, jusque-là et faute d’un meilleur terme, nommés ainsi. En transformant le nom mondain en nom autonyme, ce qu’il peut se permettre de faire dans la mesure où il a mieux à offrir, il en fait un mot en sursis dont le sens ne compte plus : et, en effet, aucun des traits liés à la légende ne sera finalement retenu dans sa notice121. La périphrase mythologique référant à ce qui n’est ni évident ni nécessaire122 – ce dont témoignent les interrogations d’un Aldrovandi sur l’exacte nature de l’oiseau qui, selon lui, n’appartient à aucune des espèces proposées par ses prédécesseurs123 –, elle n’a plus sa place dans un discours de type naturaliste. Aldrovandi n’est, de plus, même pas sûr que le spécimen qui lui a pourtant été montré par les habitants des îles Tremiti124 soit bien l’animal appelé « oiseau de Diomède » par la tradition.

Ce type de dénomination, qu’il soit adopté sans réserves ou rejeté car jugé inadapté à la scientificité requise dans les traités qui nous occupent ici, présente cependant un avantage indéniable : l’ornithonymie doit sans doute autant aux nomenclatures rigoureuses proposées par les uns et les autres qu’aux périphrases mythologiques dont le principal mérite est d’avoir su exercer la sagacité du zoologue et de l’avoir amené à dépasser, parfois, le discours des autorités.

IV. — Les oiseaux de Stymphale

  • 125 Et non dans les îles Strophades comme le prétend Isidore, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 27, qui les c (...)
  • 126 Sur le goût des naturalistes pour l’animal fabuleux, voir G. Petit et J. Theodorides, Histoire de l (...)
  • 127 Pline, Histoire naturelle…, liv. XI, 121.
  • 128 À la lecture de la notice d’Isidore, qui mentionne trois traits descriptifs dont deux se rapportent (...)

18Les derniers oiseaux grecs que nous allons examiner sont les Stymphalides qui, avant d’être exterminés par Hercule durant l’un de ses fameux travaux, pullulaient sur les bords du lac Stymphale en Arcadie125. Le traité d’Aristote et la table des matières de l’ouvrage de Buffon ne les mentionnent pas et ils sont également absents chez Solin, pourtant friand d’animaux fabuleux126. Ces oiseaux ne sont parfaitement localisés que chez les naturalistes qui font référence à la légende, à savoir chez les zoologues du xvie siècle. Pline, en effet, dans un énoncé plus que lapidaire127, se contente de signaler que l’animal a une houppe ; Isidore, parce qu’il se trompe, en fait un oiseau de haute mer128. En ce qui concerne les ouvrages de Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais et Albert le Grand, qui ne consacrent pas de monographie spécifique aux Stymphalides, il faut se reporter à l’exposé sur les vanelli pour trouver mention de ces animaux. Hormis un nom approchant, les deux oiseaux n’ont en commun que l’aigrette mentionnée par Pline. À titre d’illustration, nous citerons le début de la notice de Thomas de Cantimpré, qui est suivi presque mot à mot par Vincent de Beauvais et Albert le Grand, ce dernier étant juste un peu plus concis :

  • 129 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. cxvii.

De vanellis, que et sinphalides dicuntur. Vanelli aves sunt, ut dicit Liber rerum, sic vulgariter appellate. Has Plinius simphalides vocat. Formose satis aves sunt magnitudine columbina, capite cristato ut pavo, collo colore viridi et lucenti, reliqua parte corporis varietate distincta129.

  • 130 Comment savoir en effet quelle leçon les médiévaux avaient sous les yeux ?
  • 131 John R. Searle, Les actes du langage : essai de philosophie du langage, Paris, 1972, p. 121. Axiome (...)
  • 132 Nous renvoyons à la citation de Thomas mentionnée plus haut. Vincent de Beauvais dit exactement cec (...)
  • 133 Au sens que Georges Molinié, Éléments de stylistique française, Paris, 1986, p. 87, donne à cette f (...)

Rien n’est dit du lien des oiseaux avec le lac ni même avec le héros grec à l’origine de leur mort. Car les trois auteurs, ou plutôt leur source, le Liber rerum, abusée sans doute par la monographie fautive d’Isidore, n’a pas dû reconnaître les Stymphalides aves sous les Strofalidæ aves des Étymologies. Mais même en admettant une leçon juste chez Isidore130, il n’est de toute façon pas sûr que nos trois encyclopédistes aient eu l’idée de rapprocher les Stymphalides, oiseaux mythologiques, des Symphalides de leur hypotexte qui, eux, d’après la description fournie, n’ont rien de légendaire, et d’appliquer à ceux-ci les prédications rattachées à ceux-là. Cette explication, fondée sur des leçons erronées et des insuffisances dans la reconnaissance des mots, n’est cependant pas la plus séduisante. En fonction de l’axiome d’identité selon lequel « si un prédicat est vrai pour un objet, il est vrai pour tout ce qui est identique à cet objet, indépendamment de l’expression utilisée pour référer à cet objet »131, même appelés vanelli, ces oiseaux restent attachés au lac Stymphale. Pourtant, cette prédication n’est nulle part mentionnée dans les trois notices consacrées aux vanelli. Ne peut-on pas penser que l’information géographique est devenue secondaire en même temps que le signifiant Stymphalides qui la véhiculait a été supplanté par l’appellation commune vanelli ? Stymphalides étant présenté comme un signifiant accessoire puisque dans les trois cas il est employé de façon autonymique132, il n’a pas à être paraphrasé133 par la mention du lieu. À moins que l’absence de glose du sens du nom Symphalides n’ait une autre explication : déformé dans sa forme, le signifiant, rendu méconnaissable, n’a tout simplement plus aucun sens et le recours à l’autre signifiant – le nom du lac – qui aurait dû permettre de le légitimer apparaît alors comme inadéquat. Quelle que soit l’explication finalement retenue pour justifier que le lieu ait déserté la notice, on ne peut que constater ceci : avoir remplacé Stymphalides par vanelli n’a pas été sans conséquence sur le contenu de la monographie, et il faut attendre le xvie siècle et ses naturalistes, qui sont pour la plupart d’excellents philologues, pour que le nom, restauré dans sa forme, retrouve son sens et que ce sens puisse être, comme il se doit, légitimé.

19On remarque en effet chez Gesner, Wotton, Aldrovandi et même Belon, pourtant beaucoup moins prolixe que tous les autres sur le sujet, un intérêt tout particulier porté à la localisation de l’oiseau :

  • 134 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, p. 718.

Ad aquam Stymphali fama invaluit aves quondam fuisse enutritas, quæ humanis carnibus vescebantur. Has sagittis confecisse Hercules dicitur134.

  • 135 E. Wotton, De differentiis…, liv. VII, chap. clii.

Circa Stymphali aquas, aves anthropophagos fuisse aiunt : quas Hercules sagittis confecit135.

  • 136 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. X, chap. iii, p. 621.

Stymphalides aves, quecunque tamen eæ fuerint, cum poëtis humanas carnes vorare tradantur […] ; Stymphalides dictæ sunt a Stymphala palude, cui et ipsi nomen a Stymphalo Arcadiæ oppido, prope quod sita erat136.

  • 137 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. I, chap. xxiii, p. 79.

Pausanias faisant mention des oyseaux nommez Stimphalides, qu’on dit auoir mangé les hommes prés des eaux Stymphalides, et avoir esté tuëz par Hercules137.

  • 138 Ibid.
  • 139 Belon dit exactement ceci : « il peut bien estre qu’ils obtiennent autre appellation en Arabie » (i (...)
  • 140 Voici ce qu’en dit C. Gesner, Historia animalium…, liv. X, chap. iii, p. 621, citant lui aussi Paus (...)

20Outre les principaux éléments de la légende (l’anthropophagie des oiseaux, leur mise à mort par Hercule…), ce qui retient également l’attention des quatre auteurs, c’est leur origine arabe que résume fort bien Belon : « il se peut faire qu’estants premierement naiz en Arabie, quelque partie vola en Arcadie en la riviere Stymphalis, ou ils furent ainsi nommez ». Celle-ci, associée à leur localisation traditionnelle, justifie leur surnom d’« Archadiens d’Arabie »138. Belon, comme les autres, est cependant conscient que le nom, qui est en conformité avec la nature des êtres et des choses, change avec la réalité qu’il décrit et, qu’après avoir migré, les oiseaux alors appelés Arabicas en Arabie – signifiant vraisemblablement inconnu de Belon et dont l’existence est seulement possible selon lui139, mais donné, selon Aldrovandi, par Pausanias – ont pris un autre nom en relation avec leur nouveau lieu de vie. Affirmant que c’est la réputation d’Hercule et la supériorité des Grecs sur les Barbares qui expliquent que ceux des oiseaux du désert arabe qui sont pourtant restés en Arabie aient finalement gardé pour seul nom celui de Stymphalides 140, Gesner et Aldrovandi présentent le changement de signifiant non seulement comme définitif, mais surtout comme bien fondé, tout comme d’ailleurs l’indication de lieu qui le légitime et qui, de ce fait, devient indispensable dans toute monographie traitant des Stymphalides aves. Témoignage d’un héroïsme passé et du caractère exceptionnel d’un peuple, la grécité n’a sans doute jamais été aussi fortement revendiquée… et méritée !

 

  • 141 Sur la diffusion des textes relatant ces voyages et sur l’engouement de l’homme de la Renaissance p (...)

21Quelles conclusions tirer finalement de ces quelques monographies regroupées, pour l’occasion, en raison de la grécité – d’abord revendiquée puis souvent nuancée ou infirmée – d’oiseaux dont le seul point commun est justement celui-là ? La première, et sans doute la plus évidente, est que l’on a trop souvent tendance à s’arrêter au caractère répétitif et stéréotypé de tous ces exposés. Certes, les naturalistes sont des doxographes avant d’être des vulgarisateurs, mais ils ne se contentent pas de recopier leurs sources. Des innovations existent qui, pour être de détail, n’en témoignent pas moins de tentatives généralement réussies de réappropriation de la matière. Vulgariser pour diffuser est, au Moyen Âge comme à la Renaissance, une activité complexe, plurielle, ardue, qui ne manque pas de surprendre le lecteur moderne peu rompu à ce genre de pratique. Car il ne s’agit pas seulement de transmettre en les simplifiant les connaissances léguées par les Anciens, il faut encore les réagencer, les réactualiser parfois, voire les transformer, quand ce n’est pas les travestir, en fonction des objectifs visés bien sûr, mais également de l’attente des lecteurs. Si tous les encyclopédistes sont d’infatigables compilateurs, soucieux de communiquer le fruit de leurs interminables lectures, ils ne sont pas pour autant serviles, c’est-à-dire inféodés à leurs sources. Car écrire, ou ne pas écrire, résulte d’un choix : ce qui est dit, comme ce qui ne l’est pas, est la conséquence d’une sélection, le plus souvent raisonnée, des informations et est le signe d’une lecture qui est à la fois prise de connaissance d’un contenu et déchiffrement voire décryptage et donc (ré)interprétation du mot, de la phrase, du texte. Cette réappropriation peut, il est vrai, être involontaire : ayant les mêmes textes sous les yeux, les encyclopédistes peuvent ne pas y lire les mêmes choses. Elle peut aussi être malhonnête, notamment quand les données sont falsifiées et déformées. La plupart du temps cependant, après une lecture juste et attentive, vient l’heure du choix, un choix rigoureux, réfléchi et motivé, parfaitement adapté au dessein que le clerc s’est fixé, à son auditoire et, de plus en plus souvent aussi, à l’objet qu’il a sous les yeux. En montrant comment ce qu’intuitivement on peut considérer comme une constante des monographies sélectionnées – la localisation d’un animal dans un espace déterminé – est transformé voire corrigé dans le discours naturaliste en fonction de la réalité décrite, ce qui est le signe d’un changement épistémologique, nous espérons avoir prouvé que l’encyclopédiste parvient à sortir et à se sortir des descriptions traditionnelles sans pour autant se désolidariser de tous ceux qui l’ont précédé. Transmettant le savoir en même temps qu’il l’élabore, le zoologue devient un acteur à part entière de sa discipline, à la fois garant des connaissances établies et communément partagées, et agent du changement : autrement dit une nouvelle autorité qui apporte lui aussi sa pierre à l’édifice. La découverte d’horizons jusque-là inconnus et les observations faites durant les voyages ne cessent d’enrichir et d’infléchir une matière qui, comme les oiseaux dont elle se nourrit, est en perpétuel mouvement141 : ainsi, le merle blanc n’est plus cantonné à Cyllène et l’île d’Ortygie n’a de cesse de se multiplier en même temps que prolifèrent les cailles qui y trouvaient originellement refuge. Lorsque le lieu n’est plus de l’ordre du vrai – on peut en effet toujours trouver un contradicteur, spécialiste ou simple promeneur, pour dire qu’il a vu l’oiseau « ailleurs » –, la grécité est reléguée en marge du texte et même, matériellement parlant, dans les marges, en guise de légende aux portraits d’oiseaux chez Belon, dans les espaces laissés blancs dans l’édition du traité de Wotton.

  • 142 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 3 : « Aves dictæ eo quod vias certas non habeant, s (...)

22Mettre la méthode doxographique à l’épreuve du temps permet également de saisir le rapport étroit qui existe entre le nom choisi et la sélection d’informations qui est à l’œuvre dans les notices. On ne saurait nier l’impact de la terminologie sur le contenu, les données fournies étant souvent tributaires des signifiants utilisés. Lorsque les oiseaux de Diomède n’ont plus du héros grec que le nom, nom autonyme de surcroît, encore utile pour identifier ce dont le naturaliste parle, les éléments de la légende sont du même coup passés à la trappe. Il en est également ainsi des Stymphalides qui, appelés vanelli par les médiévaux, ne semblent plus avoir aucun lien avec le lac dont ils avaient pourtant investi les bords. Les erreurs dans la transcription ou dans l’interprétation des signifiants, nous l’avons vu avec les Strofalidæ aves, ne sont pas non plus sans conséquence sur les traits descriptifs mentionnés. Car, finalement, et même pour un naturaliste, du nom dépend la chose. Et si les oiseaux grecs ne sont plus grecs, ils restent néanmoins des oiseaux, des aves, ainsi appelés parce que, comme le dit Isidore, « ils n’ont pas de routes (viæ) déterminées, mais se déplacent toujours hors des voies habituelles (avia) »142. Et c’est bien hors des chemins tracés par la tradition que nous ont conduits tous ceux dont nous avons suivi le vol d’Aristote à Buffon.

Notes

1 Voir Christine Silvi, « Le recours au grec dans quelques encyclopédies du xiiie siècle en français », dans Connaissance hellénique, t. 108, juil. 2006, p. 68-80 ; ead., « Le traitement de la Grèce dans les “petites encyclopédies” du xiiie siècle en français », dans Orbis terrarum, t. 9, 2003-2007, p. 193-206.

2 Sur les notions d’hypertexte, d’hypotexte et d’intertextualité, on se reportera aux théories de Gérard Genette, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, 1982.

3 C’est parce que la diffusion s’accompagne d’une reformulation qu’on peut parler de vulgarisation. Voir l’approche proposée par Jacqueline Authier, « La mise en scène de la communication dans les discours de vulgarisation scientifique », dans Langue française, t. 53, 1982, p. 34-47, aux p. 34-35 : « La vulgarisation scientifique est classiquement considérée comme une activité de diffusion, vers l’extérieur, de connaissances scientifiques déjà produites et circulant à l’intérieur d’une communauté plus restreinte […]. Transmission d’un discours existant en fonction d’un nouveau récepteur, la vulgarisation scientifique se donne donc d’emblée comme pratique de reformulation d’un discours source dans un discours second ». Le problème posé par la compilation est cependant beaucoup plus complexe : dans la mesure où il n’y a pas un « discours source » mais plusieurs, c’est non seulement « en fonction du nouveau récepteur », mais surtout en raison de la diversité des contenus à insérer qu’il y a, éventuellement, reformulation, car la méthode doxographique est loin de se limiter, nous le verrons, à la simple juxtaposition des thèses contenues dans les hypotextes.

4 On pourra cependant déplorer l’absence des bestiaires médiévaux issus du Physiologus, mais l’un des critères de sélection des auteurs étant leur intérêt pour les oiseaux grecs, un Philippe de Thaon, un Guillaume le Clerc ou un Pierre de Beauvais n’avaient pas leur place ici. On trouvera la liste des animaux traités dans tous ces bestiaires dans Florence McCulloch, Mediaeval Latin and French Bestiaries, Chapel Hill (N.C.), 1960. Les oiseaux retenus dans notre étude sont de toute façon moyennement représentés dans les encyclopédies latines et vernaculaires médiévales. Dans les quatorze grands traités qu’il a dépouillés, Baudouin Van den Abeele a par exemple répertorié onze monographies consacrées à la coturnix, cinq au merula, six aux Diomede aves et deux aux Stymphalides. Voir Baudouin Van den Abeele, « Barthelemy l’Anglais et Jean Corbechon : enquêtes sur le livre XII, De avibus », dans Bartholomæus Anglicus, De proprietatibus rerum : texte latin et réception vernaculaire [actes du colloque international, Munster, 2003], éd. B. Van den Abeele et Heinz Meyer, Turnhout, 2005 (De diversis artibus, 74), p. 245-266, aux p. 260-261.

5 Aristote, Histoire des animaux, t. I et t. II, éd. Jules Tricot, Paris, 1957. Sur l’influence d’Aristote zoologue et sur l’histoire de la diffusion du corpus aristotélicien sur les animaux, Mia J. Gerhardt, « Zoologie médiévale : préoccupations et procédés », dans Methoden in Wissenschaft und Kunst des Mittelalters, éd. Albert Zimmermann, Berlin, 1970, p. 231-248, aux p. 239-242, et B. Van den Abeele, « Le De animalibus d’Aristote dans le monde latin : modalités de sa réception médiévale », dans Frühmittelalterliche Studien, t. 33, 1999, p. 287-318.

6 Pline, Histoire naturelle, liv. X, éd. Eugène de Saint-Denis, Paris, 1961.

7 Solin, Collectanea rerum memorabilium […], éd. Theodor Mommsen, Berlin, 1895.

8 Isidore de Séville, Etymologiæ, liv. XII, éd. Jacques André, Paris, 1986.

9 Sur l’encyclopédie, genre qui « s’auto-nourrit en continu », et sur la place que prennent les auteurs récents dans ces textes, voir Isabelle Draelants, « La science naturelle et ses sources chez Barthelemy l’Anglais et les encyclopédistes contemporains », dans Bartholomæus Anglicus…, p. 43-99. Jacques de Vitry figure, par exemple, aux côtés d’Aristote ou de Pline dans la liste des autorités que Thomas de Cantimpré donne dans le prologue de son traité. Quant à Vincent de Beauvais, sa dette envers Thomas est considérable. Sur le sujet, voir Bruno Roy, « La trente-sixième main : Vincent de Beauvais et Thomas de Cantimpré », dans Cahiers d’études médiévales, t. 4, 1990, p. 241-251. Autre débiteur de Thomas, Albert le Grand lui-même ; voir Pauline Aiken, « The Animal History of Albertus Magnus and Thomas of Cantimpré », dans Speculum, t. 22, 1947, p. 205-225.

10 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, éd. Helmut Boese, Berlin/New York, 1973 ; Vincent de Beauvais, Speculum quadruplex, naturale, doctrinale, morale, historiale […], Douai, B. Belleri, 1624, réimpr. Graz, 1965 ; Alexandre Neckam, De naturis rerum, éd. Thomas Wright, Londres, 1863 ; Albert le Grand, Opera omnia, t. XII, éd. Auguste Borgnet, Paris, 1891 ; Jacques de Vitry, La traduction de l’Historia orientalis de Jacques de Vitry, éd. Claude Buridant, Paris, 1986 (Bibliothèque française et romane, 19) ; Brunetto Latini, Li livres dou tresor, éd. Francis Carmody, Berkeley, 1948 (University of California Publications in Modern Philology, 22), réimpr. Genève, 1975 – il existe une édition plus récente que nous mentionnons pour information : Brunetto Latini, Li livres dou tresor, éd. Spurgeon Baldwin et Paul Barrette, Tempe (Ariz.), 2003 (Medieval and Renaissance texts and studies, 257) ; Barthelemy L’Anglais, Le proprietaire des choses […] avec aucunes addicions nouvellement adioustees […], Paris, B. Aubri, 1528.

11 Nous avons sélectionné les quatre plus importants pour notre sujet : Conrad Gesner, Historia animalium, liber III, qui est de avium natura […], Zurich, C. Froschauer, 1555 ; Ulysse Aldrovandi, Ornithologiæ […], Bologne, Bellagambam, 1599-1603 ; Edward Wotton, De differentiis animalium libri decem […], Paris, M. de Vascosan, 1552 ; Pierre Belon, L’histoire de la nature des oiseaux, fac-similé de l’édition de 1555, intr. et notes Philippe Glardon, Genève, 1997 (Travaux d’humanisme et Renaissance, 306).

12 Georges Louis Leclerc Buffon, Histoire naturelle des oiseaux, Paris, Imprimerie royale, 1771-1777.

13 Sur la nationalité des animaux du traité aristotélicien, Georges Petit et Jean Theodorides, Histoire de la zoologie : des origines à Linné, Paris, 1962 (Histoire de la pensée, 8), p. 70.

14 Réserve importante si l’on songe aux Stymphalides aves, oiseaux d’Arabie ayant par la suite investi les bords du lac Stymphale.

15 La liste en est donnée par D’Arcy Wentworth Thompson, A Glossary of Greek Birds, Londres, 1936, p. 174.

16 Aristote, Histoire des animaux…, liv. IX, chap. xix, 617a.

17 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 87.

18 À titre purement anecdotique, nous signalerons que certains manuscrits de la Lettre du Prêtre Jean en vernaculaire font de l’Inde le lieu de vie exclusif des merles blancs (le pluriel emphatique a ici son importance puisqu’il contribue à donner de l’Inde l’image d’une région où les merveilles se trouvent à profusion) : « Estranges oilseus mult en i a / Dunt li hom aillurs ne verra : / Asez avum iluec entur / Les merles blanches cum flur […] » (Johannes Presbyter, La lettre du Prêtre Jean : les versions en ancien français et en ancien occitan. Texte et commentaire, éd. Martin Gosman, Groningen, 1982, p. 125, v. 185-188).

19 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 69. Voir la n. 575, p. 278. Mais la mention de l’Achaïe est-elle imputable à une source ? Une simple erreur de lecture est peut-être à l’origine du nom.

20 Voir par exemple la notice qu’il consacre au faisan, ibid., liv. XII, vii, 69, ainsi que la n. 125 de la présente contribution.

21 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. lxxxviii.

22 Albert le Grand, Opera Omnia…, liv. XXIII, chap. lxxvii.

23 E. Wotton, De differentiis…, liv. VII, chap. cxxxii.

24 Si l’on peut avoir un doute quant à la connaissance qu’avait Wotton de la notice d’Isidore sur le merle, il n’est pas possible en revanche qu’il ne s’agisse pas d’un choix délibéré lorsqu’Albert le Grand et Thomas de Cantimpré optent pour Isidore et non pour le Philosophe : en effet, dans leur exposé sur le merle, les références à Pline sont constantes et l’on peut donc légitimement penser que l’un comme l’autre connaissaient parfaitement l’existence des deux localisations.

25 Le locuteur est celui qui accomplit l’acte de parole et, plus précisément ici, celui qui rapporte l’opinion de l’autorité.

26 Rappelons que l’énonciateur est le sujet responsable de l’énoncé originel. Si Pline est bien présent dans la notice de Thomas, ce sont d’autres citations qui lui sont attribuées.

27 Nous avons ici affaire à de « l’énonciation subjective objectivisée ». Sur cette notion, voir Catherine Kerbrat-Orecchioni, « Déambulation en territoire aléthique », dans Stratégies discursives [actes du colloque du Centre de recherches linguistiques et sémiologiques, Lyon, 1977], Lyon, 1978, p. 53-102, à la p. 65, et Christine Silvi, Science médiévale et vérité : étude linguistique de l’expression du vrai dans le discours scientifique en langue vulgaire, Paris, 2003 (Bibliothèque de grammaire et linguistique, 15), p. 431-434.

28 Comme l’a justement souligné B. Roy, « La trente-sixième main… », p. 247, ce qui compte pour Vincent, « c’est que le lecteur ait sous les yeux tous les textes significatifs d’un dossier ». On se reportera également à ce que Vincent de Beauvais dit lui-même du sens profond de son œuvre, de sa méthode et de ses intentions dans la préface générale du Speculum maius, le Libellus apologeticus, et notamment au début du chapitre I de ce texte. Voir Serge Lusignan, « Édition du Libellus totius operis apologeticus », dans Cahiers d’études médiévales, t. 5, 1979, p. 13-139, aux p. 115-116. On trouvera une étude complète des remaniements successifs du prologue du Speculum majus ainsi qu’une traduction in extenso de deux des quatre versions de ce texte dans Monique Paulmier-Foucart, Vincent de Beauvais et le Grand miroir du monde, Turnhout, 2004, p. 147-173.

29 Citation latine fournie par C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, sect. A, p. 580. L’opinion du Stagirite est résumée par U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. XVI, chap. vi, p. 603, et par P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. VI, chap. xxv, p. 317.

30 Comme l’a bien montré Hélène Naïs, Les animaux dans la poésie française de la Renaissance, Paris, 1961, p. 166, l’œuvre de Gesner est particulièrement bien fournie non seulement en ouvrages antiques mais aussi en livres beaucoup plus récents.

31 Sur la méthode suivie par le zoologue zurichois, ibid., p. 167-174.

32 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. XVI, chap. vi, p. 603.

33 Ibid.

34 Sur le rôle des correspondants, grands pourvoyeurs de noms, de descriptions et surtout de dessins d’animaux, ibid., p. 173.

35 La citation est à nouveau donnée, mais peut-être devrions-nous dire reléguée, en grec cette fois, à la fin de la monographie consacrée au merle blanc.

36 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. VI, chap. xxv, p. 317.

37 Voir Pline, Histoire naturelle…, liv. VIII, 44.

38 P. Belon L’histoire de la nature…, liv. VI, chap. xxv, dit très exactement ceci : « Aristote parlant de telle asseurance, ce faisoit fort du recit des gents du païs : mais nous croyons que si Alexandre eust aussi bien commandé en Savoye et Auvergne comme en Arcadie, et qu’Aristote y eust envoyé ses oyseleurs, possible n’eust il dit : Nec usquam alibi nascens : Car les paisans des païs qu’avons dit, luy eussent fait voir le contraire ».

39 Erreur toute relative – d’autant plus relative que Cyllène est aussi un « pais de montagnes » – car d’appréciation et imputable aux sources et non au Philosophe lui-même qui, n’ayant disposé que de données partielles, ne pouvait que sous-évaluer l’aire d’extension de l’oiseau.

40 G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. III, p. 345-346. À noter que Buffon fait de l’oiseau une variété du merle à plastron blanc.

41 Ibid., p. 345.

42 Et Buffon d’insister sur cette idée qu’il n’hésite d’ailleurs pas à paraphraser, ibid., p. 345, n. b : « Voyez Nature des oiseaux, p. 317, où Belon dit expressément que ce merle ne descend jamais des montagnes ».

43 Référence donnée ibid., p. 345, n. c.

44 À noter que la sagesse populaire, qui s’exprime dans des énoncés gnomiques stéréotypés et figés et qui fait du merle blanc le symbole de la chose introuvable et impossible, n’est alors plus en phase avec le discours naturaliste. Voir Eugène Rolland, Faune populaire de la France : noms vulgaires, dictons, proverbes, légendes, contes et superstitions, t. II, Paris, 1879, p. 248. Cette assimilation du merle blanc à quelqu’un ou à quelque chose d’introuvable est ancienne. Jacques Voisenet, Bestiaire chrétien : l’imagerie animale des auteurs du haut Moyen Âge (ve-xie siècle), Toulouse, 1994, p. 233, n. 88, cite une attestation de cet emploi au xie siècle, chez Egbert de Liège.

45 G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. III, p. 346.

46 Certaines tentatives modernes d’identification de cet oiseau sont à cet égard révélatrices. Voir J. André, Les noms d’oiseaux en latin, Paris, 1967, p. 104.

47 Si tant est qu’il s’agisse d’un mythe. C’est la thèse défendue par John Pollard, Birds in Greek Life and Myth, Plymouth, 1977, p. 35-36. Fillipo Capponi, Ornithologia latina, Gênes, 1979, p. 335, fournit quant à lui deux explications « scientifiques » pour rendre compte de la présence du merle blanc à Cyllène et seulement à Cyllène.

48 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. V, chap. xx, p. 264.

49 Aristote, Histoire des animaux… liv. VIII, chap. xii, 597a-597b.

50 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 64-69.

51 Ils sont suivis sur ce point par Alexandre Neckam, De naturis rerum…, liv. I, chap. lxx, qui, bien que recopiant Solin, ne fait aucun cas de l’île en question, indiquant seulement que chez les Grecs les coturnices sont appelées Ortygias ; par P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. V, chap. xx, dont la seule référence au nom grec se trouve dans la légende citée plus haut ; par E. Wotton, De differentiis…, liv. VII, chap. cxxxi, qui se fait plus expéditif encore dans la mesure où l’unique mention du signifiant grec, signalé comme l’équivalent du latin coturnix, est reléguée dans la marge du texte.

52 Le démonstratif renvoie à l’île de Délos qui, comme le dit Solin quelques lignes plus haut, peut prendre deux autres noms : Ortygia bien sûr, mais aussi Asteria.

53 Solin, Collectanea rerum…, 11, 20.

54 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 64.

55 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. xxxviii. Thomas dit exactement ceci : « Coturnix, ut dicit Liber rerum, avis est, quam vulgariter quisculam dicimus. A Grecis vero ortigia vocatur, eo quod hujusmodi aves primo sunt vise in Ortigia insula ». Sur cette source énigmatique, connue jusqu’à ce jour uniquement grâce aux soixante-dix citations qu’en donne Thomas de Cantimpré dans son traité, voir ce qu’en dit Thomas lui-même dans le prologue de son Liber de natura…, p. 4. On pourra également se reporter au très suggestif article de John B. Friedman, « Albert the Great’s topoi of direct observation and his debt to Thomas of Cantimpré », dans Pre-Modern Encyclopædic Texts, éd. Peter Binkley, Leiden/New York/Cologne, 1997, p. 379-392, aux p. 380-387.

56 Albert le Grand, Opera Omnia…, liv. XXIII, chap. xxxiii.

57 Barthelemy L’Anglais, Le proprietaire des choses…, liv. XII, chap. viii.

58 Vincent de Beauvais, Speculum naturale…, liv. XVI, chap. lxiv.

59 Sur le marqueur « ex libro de natura rerum » utilisé par Vincent et son lien, évident, avec Thomas de Cantimpré, voir B. Van den Abeele, « Vincent de Beauvais naturaliste : les sources des livres d’animaux du Speculum naturale », dans Lector et compilator : Vincent de Beauvais, frère prêcheur : un intellectuel et son milieu au xiiie siècle, éd. S. Lusignan et M. Paulmier-Foucart, Grâne, 1997 (Rencontres à Royaumont, 9), p. 127-151, aux p. 136-139.

60 Si Vincent, mentionnant le Liber de natura rerum, cite la source secondaire et non l’originale, c’est sans doute parce qu’il n’a pas eu directement accès, contrairement à Thomas de Cantimpré, à cette compilation naturaliste. Sur ce point, voir I. Draelants, « La science naturelle et ses sources… », p. 81.

61 Sur la mise en place, dès la seconde moitié du xiie siècle, de cette rhétorique, voir l’ouvrage de Ernst Robert Curtius, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris, 1956, p. 305-316. Sur le refus du délayage abusif dans les encyclopédies médiévales, voir C. Silvi, Science médiévale et vérité…, p. 256-264.

62 Sur la pratique de l’excision, G. Genette, Palimpsestes…, p. 264-266. Cette pratique est tout à fait conforme à la fonction de lector occupée par frère Vincent. L’office de lecteur a été magistralement défini par le cinquième maître général de l’Ordre dominicain, Humbert de Romans, qui conseille aux membres de son ordre de « toujours se garder d’une fastidieuse prolixité, ce qui advient communément par trop de répétition d’une même chose ou par redondance verbale », trad. M. Paulmier-Foucart, dans ead., Vincent de Beauvais…, p. 128.

63 Sur cette loi qui consiste à ne pas énoncer « quelque chose que la personne à qui l’on parle sait probablement déjà, ou tient pour acquis », Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’implicite, Paris, 1986, p. 207-214. C’est le déjà dit et non l’évident qui est, dans ce cas précis, frappé d’ostracisme.

64 Sur les rapports entre l’oiseux et l’inutile, Carla Casagrande et Silvana Vecchio, Les péchés de la langue : discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, Paris, 1991, p. 304-312.

65 Variante fournie par le ms. U et donnée par l’édition Chabaille, p. 211 (Brunetto Latini, Li livres dou tresor par Brunetto Latini, publié pour la première fois d’après les ms. de la Bibliothèque impériale, de la Bibliothèque de l’Arsenal, et plusieurs autres manuscrits des départements et de l’étranger, éd. Polycarpe Chabaille, Paris, 1863).

66 Brunetto Latini, Li livres…, liv. I, chap. clviiii, p. 145.

67 Brunetto n’est pas sans connaître cette localisation « fine » de l’oiseau. Dans sa description de la Grèce, ibid., p. 117, il avait déjà évoqué l’île « apelee Ortige, ou les greches coturnix furent premierement trovees ».

68 Loi qui veut qu’un énoncé fournisse l’information pertinente maximale, autrement dit que le locuteur donne les renseignements les plus forts qu’il possède. Sur cette loi, C. Kerbrat-Orecchioni, L’implicite…, p. 214-229.

69 Ibid., p. 219, a bien montré que la loi d’exhaustivité est entièrement subordonnée à la loi de pertinence, ce que résume fort bien cette citation d’Oswald Ducrot mentionnée à la p. 219 du même ouvrage : « Cette loi exige que le locuteur donne, sur le thème dont il parle, les renseignements les plus forts qu’il possède, et qui sont susceptibles d’intéresser le destinataire [nous soulignons] ».

70 Ce dont témoigne la présence quasi constante du verbe métalinguistique vocare dans les encyclopédies latines.

71 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, p. 338-345.

72 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. XIII, chap. xxii, p. 150-152.

73 G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. II, p. 449-475.

74 On se reportera à H. Naïs, Les animaux…, p. 171-173, qui, outre le plan, immuable, suivi par Gesner dans ses différents chapitres, fournit les explications du savant suisse sur le contenu de ses sections, désignées chacune par une lettre.

75 Section dont l’appellation « synonymie polyglotte » proposée par Paul Delaunay, La zoologie au xvie siècle, Paris, 1962 (Histoire de la pensée, 7), p. 60, résume parfaitement le contenu.

76 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, sect. A, p. 339.

77 Ibid., liv. III, sect. B, p. 339.

78 Sur le sens exact que le naturaliste donne à ce terme, voir H. Naïs, Les animaux…, p. 172, n. 142-145.

79 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, sect. H, p. 345.

80 Ibid.

81 Ibid.

82 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. XIII, chap. xxii, p. 152.

83 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. V, chap. xx, p. 264.

84 Voir G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. II, p. 449, n. a : « ορτυξ, en grec ; en latin, coturnix ; en espagnol, cuaderviz ; en italien, quaglia […] ». Voir aussi la n. z, p. 459, sur laquelle nous reviendrons.

85 G. L. L. Buffon, Histoire naturelle…, t. II, p. 456.

86 Ibid., p. 459.

87 La liste en est donnée ibid., p. 459-474.

88 Ibid., p. 473.

89 Ibid., p. 474.

90 Sans doute faut-il remonter à la légende de la naissance d’Artémis et d’Apollon pour trouver mention des deux Délos, l’île voisine de Délos où, selon certains auteurs, Léto aurait accouché, étant elle aussi une île flottante connue sous le nom d’Ortygie.

91 Ibid., p. 459, n. z.

92 Sur ces mythes et ces symboles, voir Raymond Christinger, « La délivrance de la caille », dans Asiatische Studien, t. 1-4, 1963, p. 125-133. Seul Solin, Collectanea rerum…, 11, 19 et 20, rappelle encore que l’oiseau était sous la protection de Léto et qu’à Délos un culte était rendu à Apollon.

93 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 28.

94 Aristote, Histoire des animaux… liv. IX, chap. xix, 615a 28, se contente de décrire le catarracte (ce signifiant, utilisé par J. Tricot dans sa traduction, est le calque parfait du nom grec ; Pierre Louis, dans son édition de l’Histoire des animaux, Paris, 1969, t. III, p. 86, préfère quant à lui traduire le terme grec par « plongeon »), que certains auteurs assimilent d’ailleurs à l’oiseau de Diomède.

95 Identifications que résume et réfute Aldrovandi au début de sa monographie, Ornithologiæ…, liv. XIX, chap. ii, p. 57-58 et qu’analyse, d’un point de vue plus scientifique, D’Arcy Wentworth Thompson, « The birds of Diomede », dans The Classical Review, t. 32, 1918, p. 92-96.

96 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 126.

97 Il s’agit de Juba II, roi de l’ancienne Mauritanie et auteur d’une compilation animalière qui constitue l’une des sources essentielles de Pline. Pour une mise au point complète sur cet auteur antique, I. Draelants, « Le dossier des livres sur les animaux et les plantes de Iorach : tradition occidentale et orientale », dans Occident et Proche-Orient : contacts scientifiques au temps des croisades, dir. I. Draelants, A. Tihon, B. Van den Abeele, Louvain-la-Neuve/Turnhout, 2000, p. 191-276.

98 Bonne mise au point sur cet oiseau dans F. Capponi, Ornithologia…, p. 132-139 et dans A. W. Thompson, A Glossary of Greek Birds…, p. 131-132.

99 Vincent de Beauvais, Speculum naturale…, liv. XVI, chap. lxviii.

100 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, p. 367-368.

101 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. III, chap. ii, p. 156.

102 E. Wotton, De differentiis…, liv. VII, chap. cxlviii.

103 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 29.

104 Dans son édition du traité d’Isidore, ibid., p. 247, n. 490, J. André signale que c’est là le nom grec du héron, qu’il justifie ainsi : « La légende de Diomède tué par le roi d’Apulie Daunus comportait une variante dans laquelle les compagnons de Diomède étaient métamorphosés en hérons ».

105 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. xli.

106 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, p. 368.

107 Jacques de Vitry, La traduction de l’Historia orientalis…, p. 147.

108 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. XIX, chap. ii.

109 Nous sommes ici dans le cas particulier de l’emprunt lexical où les oiseaux de Diomède sont dits s’appeler cataractes, herodios…, dans une autre langue ou du moins chez un autre énonciateur. Pour une analyse précise de ce phénomène, voir Jacqueline Rey-Debove, Le métalangage : étude linguistique du discours sur le langage, Paris, 1978, p. 283-284.

110 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 126.

111 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. xli.

112 Ce qui est pourtant le but traditionnellement assigné à ce type d’énoncé. Voir J. Rey-Debove, Le métalangage…, p. 284 : « Le producteur du discours est soucieux d’apprendre un signe au décodeur ».

113 En théorie du moins, une même espèce pouvant être définie de façon différente selon les auteurs et un même nom désignant parfois toutes sortes d’espèces. Voir ce que dit D’A. W. Thompson, « The birds of Diomede…», p. 94, du lexème ερωδιος justement.

114 François Récanati, La transparence et l’énonciation : pour introduire à la pragmatique, Paris, 1979, p. 38, définit le sens comme étant le « mode de présentation de la référence ». Si cataractes et Diomedeas aves ont même référence dans un univers de croyance donné – la précision est d’importance dans la mesure où, si, pour Juba, cataractes et Diomedeas aves sont deux noms ayant même référence, il n’en est pas de même pour Albert le Grand qui non seulement réserve à chacun des oiseaux une notice spécifique, mais qui donne surtout pour référence au premier un oiseau noir alors qu’il fait du second un oiseau blanc – ils n’ont en revanche pas le même sens.

115 Pline, Histoire naturelle…, liv. X, 127, dit exactement ceci : « Advenas barbaros clangore infestant, Græcis tantum adulantur miro discrimine, velut generi Diomedis hoc tribuentes ».

116 Caractéristique mentionnée par Pline, Solin, Isidore, Jacques de Vitry, Thomas de Cantimpré, Vincent de Beauvais, Albert le Grand, Gesner, Wotton et Aldrovandi.

117 Voir Pline, Solin, Vincent de Beauvais, Gesner et Aldrovandi.

118 Encore qu’il soit toujours possible de fournir une explication rationnelle, c’est-à-dire sans faire référence à la légende, au comportement étrange de ces oiseaux. Certains s’y sont d’ailleurs risqués, avec plus ou moins de succès il est vrai, comme D’A. W. Thompson, « The birds of Diomede… », p. 93-94, qui en fait des animaux peu farouches se laissant facilement approcher par les visiteurs et aimant plonger les ailes déployées. Mais les explications fournies sont bien peu satisfaisantes puisqu’elles éludent à la fois la sympathie éprouvée par les oiseaux pour les seuls hôtes grecs et le temple arrosé !

119 Sur l’intentionnalité dans la production figurale, voir Marc Bonhomme, Pragmatique des figures du discours, Paris, 2005 (Bibliothèque de grammaire et de linguistique, 20), p. 42-43.

120 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. III, chap. ii, p. 156.

121 Ce qui s’inscrit tout à fait dans le projet de Belon qui, comme l’ont montré G. Petit et J. Theodorides, Histoire de la zoologie…, p. 267, « a eu le mérite de ramener dans le domaine zoologique des espèces défigurées par les légendes et les mythes de l’Antiquité ».

122 Sur la difficile, pour ne pas dire impossible, identification des oiseaux mythologiques, voir le commentaire que E. de Saint-Denis a donné du § 126 de Pline, Histoire naturelle…, liv. X, p. 137, n. 1.

123 Le passage en question, trop long pour être recopié ici, se trouve au début de la monographie d’Aldrovandi sur les oiseaux de Diomède, p. 57-58 de l’édition de 1617. La citation est donnée intégralement par D’A. W. Thompson, A Glossary of Greek Birds…, p. 89.

124 C’est là le nom moderne des îles de Diomède.

125 Et non dans les îles Strophades comme le prétend Isidore, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 27, qui les confond, rapprochement phonique oblige, avec les Strofalidæ aves, autrement dit les Harpyes. Sur l’origine de la confusion, voir ibid., p. 245, n. 486. Sur l’association des îles Strophades et des Harpyes, voir J. Pollard, Birds in Greek Life…, p. 190-191.

126 Sur le goût des naturalistes pour l’animal fabuleux, voir G. Petit et J. Theodorides, Histoire de la zoologie…, chap. viii, « Zoologie, tératologie et mythologie ».

127 Pline, Histoire naturelle…, liv. XI, 121.

128 À la lecture de la notice d’Isidore, qui mentionne trois traits descriptifs dont deux se rapportent aux Strofalidæ aves, il pourrait paraître légitime de penser que c’est l’allusion à Hercule qui est un énoncé parasite dans une monographie consacrée aux Harpyes. Mais les variantes des noms des oiseaux (Stromphalidæ, Stymphalidæ, Stronfalide…), qui révèlent une réelle hésitation quant à l’exacte nature de l’animal, ne permettent pas de trancher en faveur de l’une ou de l’autre espèce.

129 Thomas de Cantimpré, Liber de natura…, liv. V, chap. cxvii.

130 Comment savoir en effet quelle leçon les médiévaux avaient sous les yeux ?

131 John R. Searle, Les actes du langage : essai de philosophie du langage, Paris, 1972, p. 121. Axiome que Georges Kleiber, Problèmes de référence : descriptions définies et noms propres, Paris, 1981 (Recherches linguistiques, 6), p. 267, a dénoncé comme « purement tautologique », mais qui, dans une civilisation où les mots sont censés contenir une parcelle de la réalité à laquelle ils réfèrent, peut s’avérer très utile.

132 Nous renvoyons à la citation de Thomas mentionnée plus haut. Vincent de Beauvais dit exactement ceci : « Vanelli sunt aves quas Plinius Symphalides vocat ». Quant à Albert le Grand, il considère l’autre nom possible de l’oiseau comme une information tellement secondaire qu’il ne prend même pas la peine de donner l’identité de son énonciateur : « Vanelli aves sunt quæ a quibusdam Symphalides dicuntur […] ».

133 Au sens que Georges Molinié, Éléments de stylistique française, Paris, 1986, p. 87, donne à cette figure : « addition de renseignements secondaires qui constituent comme autant de commentaires à l’égard de l’information centrale ».

134 C. Gesner, Historia animalium…, liv. III, p. 718.

135 E. Wotton, De differentiis…, liv. VII, chap. clii.

136 U. Aldrovandi, Ornithologiæ…, liv. X, chap. iii, p. 621.

137 P. Belon, L’histoire de la nature…, liv. I, chap. xxiii, p. 79.

138 Ibid.

139 Belon dit exactement ceci : « il peut bien estre qu’ils obtiennent autre appellation en Arabie » (ibid.).

140 Voici ce qu’en dit C. Gesner, Historia animalium…, liv. X, chap. iii, p. 621, citant lui aussi Pausanias, mais Aldrovandi dit presque exactement la même chose : « Sed Herculis gloria, et qui Barbaris semper fuerunt prælati Græci, in causa fuerunt ut et illæ in Arabia deserta, Stymphalides nostra ætate vocarentur ».

141 Sur la diffusion des textes relatant ces voyages et sur l’engouement de l’homme de la Renaissance pour cette littérature, voir les articles de Luis De Matos, « La littérature des découvertes », dans Les aspects internationaux de la découverte océanique aux xve et xvie siècles, dir. Michel Mollat et Paul Adam, Paris, 1966, p. 23-30 ; et de Jean Denizet, « Le livre imprimé en France aux xve et xvie siècles », ibid., p. 31-37. On pourra également se reporter à Rudolf Hirsch, « Printed reports on the early discoveries and their reception », dans First Images of America: the Impact of the New World on the Old, dir. Fredi Chiappelli, Michael J. B. Allen et Robert L. Benson, Berkeley (Calif.), 1976, t. II, p. 537-562.

142 Isidore de Séville, Etymologiæ…, liv. XII, vii, 3 : « Aves dictæ eo quod vias certas non habeant, sed per avia quaque discurrunt ».

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search