Version classiqueVersion mobile

Les clercs et les princes

 | 
Patrick Arabeyre
, 
Brigitte Basdevant-Gaudemet

Première section. Omnes ut universi. Les ecclésiologies dans l'Église

Sacramentalité de l’épiscopat et conciliarisme du XVIe au XVIIIe siècle

Laurent Villemin

Résumé

À partir de la fin du XIIe siècle, la plupart des théologiens ont remis en question la sacramentalité de l’épiscopat. L’article revient, dans une première partie, sur les raisons de ce changement fondamental et sur la décision du concile Vatican II de se prononcer en faveur de la sacramentalité de l’épiscopat. Dans un deuxième temps, l’auteur examine quelques théologiens et canonistes entre la fin du concile de Trente et le XVIIIe siècle (Bellarmin, Bolgeni, Lancellotti, Barbosa, Engel, Van Espen).
Cet examen montre que la position concernant la sacramentalité de l’épiscopat n’est pas liée, à cette époque, à la position conciliariste ou papaliste des auteurs en question.

Texte intégral

  • 1 On en trouvera des traces dans Laurent Villemin, Pouvoir d’ordre et pouvoir de juridiction. Histoi (...)

1La présente contribution se propose de suivre le traitement de la question de la sacramentalité de l’épiscopat tel qu’il est réalisé par des théologiens et des juristes dans la période qui s’étend de la fin du concile de Trente jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Cette question qui pourrait paraître quasi anecdotique comporte cependant une double valeur de symptôme pour la recherche. D’une part, elle met côte à côte théologiens et canonistes et permet de voir les liens (ou l’absence de liens) qui existent entre eux sur une période donnée. D’autre part, les recherches que j’ai dû faire pour préparer cette communication m’ont amené, si ce n’est à changer, au moins à relativiser une hypothèse qui était mienne depuis longtemps concernant le lien entre la théologie de la sacramentalité de l’épiscopat et la conception du pontificat suprême. En d’autres termes, je croyais auparavant que les tenants de la sacramentalité de l’épiscopat étaient plutôt des conciliaristes, ou des théologiens ou des juristes qui cherchaient à relativiser le pouvoir et le rôle du pape1. En bref, pour eux, affirmer la sacramentalité de l’épiscopat, c’est dire que l’évêque reçoit tous les pouvoirs dans sa consécration et que la juridiction qui lui vient du pontife romain ne lui confère aucun pouvoir supplémentaire, mais lui attribue une materia subjecta (pour reprendre l’expression de saint Thomas) ou assure une régulation. On voit l’intérêt que les conciliaristes pouvaient tirer d’une telle ecclésiologie. De l’autre, les défenseurs du pontificat suprême étaient davantage portés à relativiser la place de la consécration pour porter l’accent sur la potestas jurisdictionis. Ces derniers seront de fervents promoteurs de la distinction entre pouvoir d’ordre et pouvoir de juridiction.

2Ce schéma reste globalement valable mais j’ai découvert, en travaillant sur certains théologiens et canonistes après le concile de Trente, qu’il était moins pertinent que dans la période qui a précédé ce même concile. Je voudrais montrer que l’on trouve de grands ultramontains qui affirment la sacramentalité de l’épiscopat.

3Mon exposé se déploiera en deux parties. Je reviendrai d’abord sur la question de la sacramentalité de l’épiscopat pour montrer comment le doute à son sujet s’est insinué chez les théologiens et les enjeux canoniques et théologiques de la question. Dans un second temps, je passerai en revue les positions de certains grands juristes et théologiens pour montrer que la situation est plus complexe qu’on ne l’envisage habituellement.

I. — LA QUESTION DE LA SACRAMENTALITÉ DE L’ÉPISCOPAT

4La recherche historique constate qu’aussi loin qu’on remonte dans le temps, un évêque a toujours été consacré par un rite liturgique. La question qui se pose est donc de connaître la nature de cette consécration : est-elle ou non sacramentelle ? La question a commencé à surgir au Moyen Âge dès qu’on a voulu définir des critères de sacramentalité et fixer un septénaire. L’Antiquité ne se posait pas ce genre de questions. Hugues de Saint-Victor († 1141) est l’un des premiers à rédiger un traité De sacramentis. Pour lui, l’ordre est un véritable sacrement qui confère un « office » (officium) et un « pouvoir » spirituel (potestas). Dans sa classification des sacrements, l’ordre se situe entre le mariage et l’extrême onction ! Pierre Lombard († 1164) écrit dans les Sentences : « Le sacrement de l’ordre est un signe sacré par lequel est conféré un pouvoir spirituel et un office à celui qui est ordonné ». Les termes sont les mêmes que ceux employés par Hugues de Saint-Victor, mais on note que l’ordre des termes « pouvoir » et « office » est inversé. Par office il faut comprendre une charge précise, comme par exemple la charge de curé ou d’abbé. La potestas apparaît comme une compétence qui est liée à la personne qui reçoit le sacrement. On peut alors se poser la question de savoir si on peut être ordonné sans recevoir une charge précise (ordinations absolues). Les réponses d’Hugues de Saint-Victor et de Pierre Lombard sont cohérentes sur ce point : officium et potestas sont liés.

5Or l’histoire qui suit met progressivement l’accent sur la potestas au point d’oublier parfois l’officium. On sait que les Sentences de Pierre Lombard ont structuré toute la théologie pendant deux siècles. Et l’idée selon laquelle l’ordination confère un pouvoir devient petit à petit un bien commun de la théologie. D’où la question : quel est ce pouvoir ? Et quel est l’objet de cette potestas ? Dans le cas du sacrement de l’ordre, on se concentre alors sur la consécration de l’eucharistie et le pouvoir de remettre les péchés. Mais si le pouvoir conféré par le sacrement de l’ordre est celui de consacrer l’eucharistie, il n’y a pas de différence entre l’évêque et le prêtre : l’évêque n’a pas plus de pouvoir que le prêtre. Et si l’épiscopat ne diffère pas du presbytérat, l’épiscopat est bien une dignitas, mais pas un ordo. C’est la position qui va être tenue par tous les grands scolastiques.

6Un autre point de vue a cependant existé face à celui des religieux : celui des séculiers pour qui l’épiscopat est bien un ordo et un sacramentum. Les séculiers parisiens tentent ainsi de résister à la thèse de l’université de Paris. Parmi eux Guillaume de Saint-Amour, Nicolas de Lisieux, Gérard d’Abbeville, dont les noms ont été quelque peu oubliés du plus grand nombre, mais dont les œuvres ont été conservées. Toujours est-il que la position dominante des universitaires parisiens du XIIIe siècle a fait entrer l’épiscopat dans une grande turbulence et que cela a perduré jusqu’au concile Vatican II. L’épiscopat est une dignitas et non un sacrement.

7Au concile de Trente, l’ordre est traité à la fin du concile, à partir de la XXIIIe session. La question de la sacramentalité de l’épiscopat n’est pas expressément dirimée.

Concile de Trente, canon 7 de la XXIIIe session : Si quelqu’un dit que les évêques ne sont pas supérieurs aux prêtres ; ou qu’ils n’ont pas le pouvoir de confirmer ou d’ordonner ; ou que le pouvoir qu’ils ont leur est commun avec les prêtres ; ou que les ordres conférés par eux sans l’accord ou l’appel du peuple ou de quelque puissance civile sont nuls ; ou que ceux qui n’ont pas été légitimement ordonnés ni envoyés par une autorité ecclésiastique et canonique, mais viennent d’ailleurs, sont des ministres légitimes de la parole et des sacrements ; qu’il soit anathème.

8Il y a donc bien une différence entre les prêtres et les évêques. L’évêque doit avoir été légitimement consacré. Mais le concile de Trente n’en dit pas plus à cause d’une profonde dissension entre les évêques. Pour les uns, l’épiscopat est une dignitas, une juridiction qui trouve son origine chez le pontife romain. C’est le point de vue des jésuites, des pères espagnols et des romains. Pour les autres, c’est un ordo conféré par la consécration que le pape confirme par une reconnaissance et après laquelle le pape confie une juridiction. C’est notamment la position des pères français et germaniques. Mais cette définition conduit au risque que certains évêques ordonnés ne soient pas en communion avec le pape. On perçoit bien ici le lien entre la question de la sacramentalité et celle du conciliarisme. Le concile a aussi voulu éviter le risque de faire ressurgir la récente crise conciliariste : en disant que c’est le pape qui fait les évêques, on élimine tout risque de conciliarisme. La question était donc, d’une part, politiquement marquée, et d’autre part, dangereuse pour l’unité de l’Église qui risquait d’éclater alors même que le concile de Trente visait à ressouder l’unité de l’Église face aux réformateurs. La question était trop vive pour être traitée sereinement à Trente.

9Il faudra attendre le concile Vatican II et sa constitution dogmatique sur l’Église Lumen gentium pour que la question de la sacramentalité de l’épiscopat soit définitivement tranchée :

Lumen gentium 21b : Pour remplir de si hautes charges, les apôtres furent enrichis par le Christ d’une effusion spéciale de l’Esprit-Saint descendant sur eux (cf. Ac l, 8 ; 2, 4 ; Jn 20, 22-23) ; eux-mêmes, par l’imposition des mains, transmirent à leurs collaborateurs le don spirituel (cf. 1Tm 4, 14 ; 2Tm 1, 6-7) qui s’est communiqué jusqu’à nous à travers la consécration épiscopale. Le saint Concile enseigne que, par la consécration épiscopale, est conférée la plénitude du sacrement de l’Ordre, que la coutume liturgique de l’Église et la voix des saints Pères désignent en effet sous le nom de sacerdoce suprême, de réalité totale du ministère sacré. La consécration épiscopale, en même temps que la charge de sanctifier, confère aussi des charges d’enseigner et de gouverner, lesquelles cependant, de par leur nature, ne peuvent s’exercer que dans la communion hiérarchique avec le chef du collège et ses membres.

10Il est donc clair que la consécration épiscopale confère au sein du sacrement de l’ordre la plénitude de ce sacrement.

11On mesure cependant le chemin entre la mise en question de la sacramentalité de l’épiscopat à la fin du XIIe siècle et le texte de Vatican II qui vient dirimer le problème. C’est dans cet entre-deux, et spécialement entre le XVIe et le XVIIIe siècle, que théologiens et canonistes vont exposer des positions variées.

II. — THÉOLOGIENS ET CANONISTES ENTRE LE XVIe ET LE XVIIIe SIÈCLE

12Nous voudrions maintenant scruter la position de quelques théologiens, mais surtout de canonistes.

1. Robert Bellarmin2 (1542-1621)

  • 2 Voir X. Le Bachelet, art. « Bellarmin », dans Dictionnaire de théologie catholique, éd. Alfred Vac (...)

13On ne présente plus ce fervent défenseur du pontificat romain. Notre recherche a porté essentiellement sur les trois tomes issus de son enseignement de la théologie de controverse : Disputationes de controversiis fidei adversus huius temporis haereticos (1596-1598).

14Il s’oppose à des contradicteurs qui disent que la juridiction vient de l’ordination. La réponse est subtile :

  • 3 Robert Bellarmin, Disputationes de controversiis fidei adversus huius temporis haereticos, Ingolst (...)

Quatrièmement ils objectent que pour exercer l’ordre de l’épiscopat, la juridiction est nécessaire, donc Dieu qui confère l’ordre, confère aussi la juridiction. Je réponds que l’un et l’autre sont conférés par Dieu, mais l’un immédiatement, l’autre de manière médiate ; parce que l’un, c’est-à-dire le pouvoir d’ordre, requiert le caractère et la grâce, que Dieu seul peut produire ; l’autre, c’est-à-dire la juridiction, requiert seulement la volonté du supérieur. Cinquièmement ils objectent que le pontife suprême appelle les évêques « frères » et « collègues », donc qu’ils sont mis à la tête de l’Église par un seul Père commun, Dieu. Je réponds que d’abord ils sont appelés « frères » en raison de l’ordre épiscopal dans lequel ils sont égaux. Deuxièmement, selon la juridiction, parce que les évêques sont associés par le pontife pour soutenir sa propre charge3.

15La réponse à la première objection souligne que l’ordre et la juridiction viennent de Dieu et Bellarmin tombe d’accord là-dessus avec ses contradicteurs. Par contre, il affirme que l’un, le pouvoir d’ordre, vient immédiatement et l’autre, le pouvoir de juridiction, de manière médiate. Aucune raison ou justification d’ordre théologique n’est ici avancée, si ce n’est que l’un concerne la grâce de Dieu et l’autre seulement la volonté du supérieur. On pourra estimer l’argument relativement faible. Dans la seconde objection que nous rapportons ici, on notera simplement l’égalité dans l’épiscopat entre le pontife et les évêques, mais également l’association des évêques dont Bellarmin fait état pour soutenir la charge du pape. Il y a également une prise de position théologique majeure dans l’utilisation du terme d’ordo episcopalis. L’épiscopat est donc bien envisagé par Bellarmin comme un ordre.

16D’ailleurs dans le De Clericis on lit :

  • 4 Ibid., t. I : De membris Ecclesiae militantis, liv. I, chap. XIV, col. 1593-1594: At Ecclesia Cath (...)

Mais l’Église catholique reconnaît la distinction, et enseigne de droit divin que l’épiscopat est plus grand que le presbytérat, aussi bien par le pouvoir d’ordre que par le pouvoir de juridiction : ainsi parle en effet le concile de Trente à la session 23, chapitre 4 […]. Nous renonçons donc à cette question qui relève de la dispute sur les sacrements ; y a-t-il un seul ordre, un seul sacrement de l’épiscopat, et du presbytérat, ou deux ? Nous entreprenons de démontrer trois choses. Premièrement, que l’évêque est plus grand que le prêtre de droit divin, parce qu’il détient le pouvoir d’ordre. Deuxièmement, qu’il est plus grand même quant à la juridiction. Troisièmement que les évêques dans l’ancienne Église ne se rassemblent pas dans l’assemblée des prêtres, comme des consuls en Sénat, mais comme des rois et des princes dans l’assemblée des conseillers4.

17Il est clair que Bellarmin prend franchement parti, si ce n’est pour la sacramentalité de l’épiscopat, au moins pour sa supériorité sur le presbytérat, tournant ainsi le dos à toute une école de la théologie médiévale qui considérait que, du point de vue de l’ordre, l’évêque n’était pas supérieur au prêtre car il n’avait pas davantage de pouvoir que celui-ci sur le corps eucharistique.

2. Gianvincenzo Bolgeni5 (1733-1811)

  • 5 Voir P. Bernard dans Dictionnaire de théologie catholique, t. II/1, col. 944-947.

18Avec cet auteur, nous faisons un saut de deux siècles. Bergamasque, entré dans la Compagnie de Jésus en 1747, il devient professeur de philosophie et de théologie à Macerata. Il est particulièrement connu pour son combat contre les jansénistes et les joséphistes.

  • 6 Gianvincenzo Bolgeni, L’episcopato ossia della potestà di governar la Chiesa. Dissertazione divisa (...)

19L’episcopato ossia della potestà di governar la Chiesa. Dissertazione divisa in due parti6 ne fait pas exception à la règle de l’œuvre polémique. Alors que la première partie présente dans une visée apologétique sa conception de l’épiscopat, la seconde réfute les thèses de Gennaro Cestari, qui n’a rien d’un théologien de renom. Il a également à son actif un certain nombre d’ouvrages de sciences naturelles… C’est un prêtre érudit du royaume de Naples qui, excédé par les fréquentes et trop longues vacances de sièges épiscopaux dans son royaume, préconise que le peuple élise les évêques qui pourraient très bien se passer d’une confirmation de leur élection par Rome. Il développe cette théorie dans Lo spirito della giuridizione ecclesiastica sull’ordinazione de’vescovi (Naples, 1788).

20Dès la première phrase de son livre de présentation de l’épiscopat, G. Bolgeni s’exprime ainsi :

  • 7 Ibid., p. 1 : « Vescovi sono posti dallo Spirito Santo a reggere la Chiesa di Dio : L’Episcopato p (...)

Les évêques sont disposés par l’Esprit Saint pour diriger l’Église de Dieu : par conséquent l’épiscopat n’est pas autre chose que le pouvoir de diriger et de gouverner cette même Église, ceci comprenant le pouvoir dit d’ordre et le pouvoir dit de juridiction, lesquels deux pouvoirs nous distinguerons et expliquerons par la suite (inf. num. 78. seqq.)7.

21Dans un premier temps, il affirme explicitement que « l’ordre peut être conféré, ainsi que le caractère épiscopal, sans que soit conférée aucune juridiction, qu’elle soit ordinaire, propre, ou native ». La démonstration d’une telle possibilité se limite à une liste d’exemples : celui des évêques coadjuteurs, des chorévêques, des évêques ordonnés pour le seul honneur et des évêques déposés ou qui ont renoncé à leur charge épiscopale. À propos de ces derniers, G. Bolgeni affirme :

  • 8 Ibid., p. 151 : « Ecco un Vescovo, che ha non solamente il carattere, ma ancora il rango, e gli on (...)

Voici un évêque, qui a non seulement le caractère, mais également le rang et les honneurs d’un évêque ; pourtant il n’a aucune juridiction sur aucun peuple ex propria auctoritate sur un véritable peuple, ou une Église, et il ne peut exercer le ministère épiscopal si ce n’est par juridiction déléguée et provisoire, nisi concessionis ratione. Il peut donc avoir l’ordre, et le caractère épiscopal sans en avoir la juridiction8.

22L’élection, même si elle donnait la juridiction, ne donnerait pas l’ordre. Or, l’épiscopat comporte les deux.

23L’auteur donne également l’exemple du vicaire capitulaire qui gouverne le diocèse pendant la vacance du siège sans être évêque mais en ayant la juridiction épiscopale. Il avance comme raison la nécessité que l’Église n’erre pas à cause d’un évêque élu qui ne serait pas consacré ou d’un vicaire capitulaire qui ne pourrait exercer sa juridiction épiscopale et il conclut : « Il est donc indubitable que la juridiction épiscopale puisse être séparée de l’ordre et exercée même par quelqu’un qui n’est pas évêque du point de vue du caractère ».

24Nous ne sommes plus ici en présence d’une distinction entre le pouvoir d’ordre et le pouvoir de juridiction, mais bien d’une séparation et l’auteur n’hésite pas à employer ce vocabulaire. C’est l’aspect essentiel auquel aboutit la systématisation de G. Bolgeni dans ce premier ouvrage. La suite de son livre concerne davantage la juridiction et ses multiples divisions dans lesquelles nous n’entrerons pas car elles dépassent les limites strictes de notre sujet.

  • 9 Gianvincenzo Bolgeni, Analisi e difesa del libro intitotato [sic] L’episcopato et Dissertazione di (...)

25Le même auteur publie en 1791 un opuscule contenant trois textes. Analisi e difesa del libro intitotato [sic] L’episcopato et Dissertazione di Gianvincenzo Bolgeni sulla giurisdizione ecclesiastica in confutazione di una diatriba del teologo Giorgio Sicardi9.

26Les deux premiers recueils (Analisi e difesa) portent sur l’ouvrage dont nous venons de rendre compte. Le premier est une reprise synthétique des idées développées et le second une défense contre les attaques dont l’opuscule a pu faire l’objet. On ne relève aucun développement nouveau qui ne reprenne déjà ce que nous venons de découvrir, si ce n’est que dans le chapitre premier de ses Analisi, l’auteur est encore plus explicite sur la distinction et surtout la description de l’un et l’autre pouvoir :

  • 10 G. Bolgeni, Analisi e difesa…, Rome, 1791, p. 6 : « La potestà di Ordine risguarda immediatamente (...)

Le pouvoir d’ordre regarde immédiatement la sanctification interne de l’âme avec l’administration des sacrements, par le moyen desquels Dieu insuffle la première grâce sanctifiante, ou par lesquels la grâce déjà infuse s’accroît. Le pouvoir de juridiction regarde immédiatement le règlement externe des œuvres ordonnées au culte de Dieu et à l’exercice des vertus10.

27Cette distinction entre « l’interne » et « l’externe », en même temps qu’elle est employée pour la première fois, est également révélatrice d’une conception individualisée à l’extrême du sacrement qui a perdu ici sa dimension ecclésiale pour ne regarder que la sanctification de l’âme. On ne voit plus très bien comment on pourrait alors articuler théologiquement ces deux dimensions, l’une touchant à l’essence de l’âme et l’autre étant reléguée, presque de manière péjorative, dans la dimension extérieure.

28Les œuvres de G. Bolgeni constituent un tournant du point de vue de l’histoire théologique de la distinction entre pouvoir d’ordre et pouvoir de juridiction. C’est en effet la première fois qu’un traité de l’épiscopat est structuré selon cette distinction. Ce choix est poussé très loin puisqu’il va jusqu’à une séparation explicitement annoncée par l’auteur entre les deux pouvoirs. Les démonstrations abondent pour prouver que l’on peut trouver un des pouvoirs sans l’autre et que cela ne s’oppose pas à la tradition de l’Église.

29Regardons à présent du côté de quelques juristes. Dès la fin du XVIe siècle, on va assister à une floraison d’œuvres en matière de droit canonique d’une remarquable ampleur tant du point de vue de leur qualité que de leur volume et qui organisent et systématisent les idées anciennes. Malgré la diversité des méthodes auxquelles nous ferons allusion, il ne semble pas arbitraire de classer ces canonistes sous l’appellation générale de l’universum ius canonicum. Il s’agit d’un commentaire des Décrétales qui emprunte sa méthode à la fois aux Institutiones et à une lecture plus libre selon les auteurs.

3. Giovan Paolo Lancellotti11 (1522-1590)

  • 11 Sur Paolo Giovan Lancellotti, on consultera le Dictionnaire de droit canonique, dir. Raoul Naz, Pa (...)

30Lancellotti reprend la méthode des Institutiones héritée du droit romain. Avec l’appui de Paul IV, il rédige le texte de son enseignement sur le modèle des Institutes de Justinien. Ayant attendu en vain que le pape les promulgue, il les publie sous le titre Institutiones iuris canonici (Pérouse, 1563). Cet ouvrage sera traduit en français par le gallican Pierre-Toussaint Durand de Maillane, sous le titre Institutes du droit canonique, Lyon, 1770.

  • 12 Paolo Giovan Lancellotti, Institutiones iuris canonici, liv. I, tit. V, 42.

31Dans le titre V, De Episcopis et Summo Pontifice, G. Lancellotti précise à de nombreuses reprises au sujet de l’évêque qu’il exerce une potestas tam Ordinis quam iurisdictionis ou encore potestatem Episcoporum esse ordinis, et iurisdictionis12, mais nous n’avons trouvé aucun passage où l’auteur prend le soin de préciser ce qu’il entend par l’un et l’autre pouvoir. On retrouve également la distinction quand il est question des pouvoirs que peut exercer l’évêque après sa confirmation, d’une part, et après sa consécration, d’autre part. L’auteur, en citant d’ailleurs le Panormitain — comme il le fait souvent —, reprend une position que l’on peut maintenant qualifier de classique, à savoir qu’après sa confirmation l’évêque dispose du pouvoir de juridiction et qu’une fois consacré il possède le pouvoir d’ordre.

32La position du canoniste est donc ici d’affirmer la sacramentalité de l’épiscopat et que, si la consécration confère l’ordre, la confirmation donne la juridiction.

4. Agostino Barbosa13 (1590-1649)

  • 13 Pour une bibliographie complète, on consultera le Dictionnaire de droit canonique, t. II, col. 387
  • 14 Agostino Barbosa, Iuris ecclesiastici universi libri III in quibus de personis, de locis, de rebus (...)

33D’origine portugaise, il étudie à Coimbra puis à Rome. Il devient consulteur de la congrégation de l’Index avant de repartir à Madrid en 1634 et, proche de Philippe IV, d’être nommé évêque de Ugento. Une œuvre de Barbosa nous occupera davantage : son Iuris ecclesiastici universi libri III in quibus de personis, de locis, de rebus ecclesiasticis plenissime agitur14 se présente comme une approche et une présentation de l’ensemble du droit canonique.

34La consultation de l’index aussi bien à ordo qu’à iurisdictio oriente sans surprise le lecteur vers le chapitre VIII, De Episcopis, et eorum electione. Après une présentation générale de l’épiscopat, l’auteur justifie face aux « hérétiques » que l’évêque est bien supérieur au prêtre :

  • 15 Agostino Barbosa, Iuris ecclesiastici universi libri…, partie I, liv. I, chap. VIII, n° 8, 116-117 (...)

Mais en vérité il y a peu d’opposants à ce qu’on doive tenir de foi que les évêques, aussi bien quant au pouvoir de juridiction qu’au pouvoir d’ordre, sont supérieurs aux ministres sacerdotaux ou aux prêtres. […] Ensuite il est prouvé, parce qu’il est hautement reconnu pour vrai, que le pouvoir tant d’ordre que de juridiction coïncide pour les évêques dans leur diocèse […]. Effectivement le pouvoir d’ordre est commun aux prêtres et aux évêques et quelques autres ministres, excepté pour confirmer, ordonner. Donc il en résulterait de manière particulièrement manifeste que les évêques sont supérieurs aux prêtres quant au pouvoir de juridiction, comme il est évident que ces derniers n’en ont aucun, mais les autres ont pleine juridiction dans leurs diocèses. Mais quant au pouvoir d’ordre il en va de même, puisque conférer le sacrement de confirmation, conférer les ordres, et de nombreuses autres fonctions de l’ordre ont été réservées aux seuls évêques, et elles sont entièrement refusées aux prêtres, comme on le prouve à propos du sacrement de l’ordre15

35L’argument est qu’il y a une différence entre l’ordre des prêtres et des évêques à partir de ce qu’ils peuvent faire.

5. Ludwig Engel16 (1600-1674)

  • 16 Voir Dictionnaire de droit canonique, t. V, col. 342-343.
  • 17 Ludwig Engel, Collegium universi iuris canonici, Salzbourg, 1712 (8e éd. ; la première édition par (...)

36Canoniste autrichien bénédictin de Melk, docteur de l’université de Salzbourg, il y devient professeur de droit canonique en 1660. Il est connu comme l’un des promoteurs et défenseurs des droits de la papauté. De ce canoniste, nous examinerons l’œuvre principale, Collegium universi iuris canonici17, qui connut plusieurs éditions et eut un grand succès jusque dans les milieux protestants. L’auteur y reprend le plan des Décrétales, mais son ouvrage, s’il se présente comme un commentaire, n’hésite pas à prendre ses distances par rapport au texte. On retrouve les éléments habituels de description du pouvoir et de la mission de l’évêque. Elle se voit alors appliquée au ministère épiscopal en général et non plus seulement à la période transitoire qui sépare la confirmation de la consécration :

  • 18 Ibid., liv. I, tit. XXXIII, § 5, n° 36-37, 226-227 : Dividitur autem potestas Episcopi in potestat (...)

Or le pouvoir de l’évêque est divisé en pouvoir d’ordre et pouvoir de juridiction. Le pouvoir d’ordre dépend de l’ordre et du caractère épiscopal, ici vraiment du sacerdoce et de la consécration. Et ce pouvoir consiste principalement en trois choses, à savoir confirmer, ordonner, et consacrer, et il est de coutume qu’il soit exercé en vêtements et ornements pontificaux. Le pouvoir de juridiction est celui par lequel l’évêque est constitué juge et pasteur de son Église, afin qu’il puisse trancher des procès, conférer des bénéfices, visiter, corriger, et ce pouvoir lui est donné par l’élection canonique suivie de la confirmation18.

37Pour lui la sacramentalité ne fait pas problème mais le durcissement de la distinction entre potestas ordinis et potestas jurisdictionis fait du pouvoir de juridiction une des sources de l’épiscopat.

6. Zeghert Bernhard Van Espen19 (1646-1728)

  • 19 Voir Dictionnaire de droit canonique, t. IV, col. 457-461. Comme bibliographie, on consultera Mich (...)

38Il lutte contre la conception précédente. Né à Louvain, il devient titulaire de la chaire de droit canonique de l’université de cette ville. Unanimement reconnu par ses pairs, sa réputation fut cependant ternie par ses thèses gallicanes en faveur des jansénistes qu’il soutint durant les vingt dernières années de sa vie.

  • 20 Zeghert Bernhard Van Espen, Ius ecclesiasticum universum, Naples, 1766.

39Au chapitre V du titre XV de son Ius ecclesiasticum universum : De Consecratione Episcoporum20, l’auteur opère une relecture historique pour montrer que pendant de nombreux siècles l’évêque n’acquérait aucun droit avant la consécration. Ce type de mise en perspective historique d’un concept est suffisamment rare à l’époque pour qu’il soit cité :

  • 21 Ibid., partie I, tit. XV, chap. V, § 1-3, 215-216: Multis seculis Consecrationem Episcoporum haud (...)

I. Pendant de nombreux siècles la consécration des évêques ne fut pas distinguée de leur confirmation, nous ne l’avons pas noté une seule fois par le passé ; et de plus nous avons observé qu’autrefois par l’élection du clergé et du peuple aucun droit n’avait été particulièrement acquis par l’élu, et pendant de nombreux siècles on a ignoré que par l’élection l’élu acquérait le jus ad rem, mais par la confirmation le jus in re ; en effet, l’époque des Pères a ignoré ceci.
II. Donc au temps de cette discipline, l’élu n’avait aucun droit dans l’administration de son Église ; et un pasteur d’Église ou un prélat n’était pas considéré comme tel avant la consécration ; mais l’évêque était précisément institué par la confirmation ou l’ordination. Ainsi pour les Pères, ordonner ou consacrer un évêque équivalait à instituer un évêque, ou à pourvoir une Église d’un évêque : et on ne repère aucune différence dans les sacrés canons durant ces dix premiers siècles de l’Église. Ainsi si nous regardons l’ancienne discipline de cette époque, précisément par la consécration les évêques recevaient toute autorité et le pouvoir, aussi bien en ce qui concerne ce qu’on dit être de juridiction, que d’ordre. Aucun des deux n’était transmis sans l’autre chez les évêques.
III. Mais l’époque ultérieure, qui commence à distinguer la confirmation de la consécration, enfin a séparé aussi ce qui relève de l’ordre de ce qui relève de la juridiction. Et par la confirmation avant la consécration elle a voulu transmettre ce qui relève de la juridiction chez l’évêque, bien au contraire par la confirmation elle a voulu que le pasteur ou le prélat d’Église soit institué sans consécration, que le gouvernement de l’Église soit rendu exécutoire, excepté ce qui relève de l’ordre, mais, pour que cela soit conféré et consacré dans son Église ou pour ses sujets par d’autres évêques, il peut le permettre ou le déléguer ; comme nous l’avons exposé plus amplement dans le titre précédent cap. 4. latius ostendimus21.

III. — CONCLUSION

40On aura donc repéré que les théologiens et les canonistes qui défendent la sacramentalité de l’épiscopat ne sont pas que les conciliaristes ou autres gallicans. Les derniers auteurs cités montrent que l’on peut à la fois opter pour la sacramentalité de l’épiscopat et défendre un pouvoir fort du pontife romain. On aura également constaté que, finalement, la question est moins celle de la sacramentalité de l’épiscopat que celle des effets de cette ordination. La question de la sacramentalité est tranchée à Vatican II. La question des effets l’est-elle clairement ? La réponse à cette question nous sortirait de notre époque.

Notes

1 On en trouvera des traces dans Laurent Villemin, Pouvoir d’ordre et pouvoir de juridiction. Histoire théologique de leur distinction, Paris, 2003.

2 Voir X. Le Bachelet, art. « Bellarmin », dans Dictionnaire de théologie catholique, éd. Alfred Vacant, Eugène Mangenot, Émile Amman, Paris, 1908, t. II/1, col. 560-599 et Jean-Robert Armogathe, art. « Bellarmin », dans Dictionnaire critique de théologie, dir. Jean-Yves Lacoste, Paris, 2002, p. 157-158.

3 Robert Bellarmin, Disputationes de controversiis fidei adversus huius temporis haereticos, Ingolstadt, 1596-1597, t. I : De Romano Pontifice, liv. IV, chap. XXV, col. 1072 : QUARTO obiiciunt, ad ordinem Episcopatus exercendum necessaria est iurisdictio, ergo Deus qui confert ordinem, confert etiam iurisdictionem. RESPONDEO, utrumque a Deo conferri, sed unum immediate, alterum mediate ; quia unum ; id est, potestas ordinis requirit characterem, et gratiam, quam solus Deus efficere potest ; alterum, id est, iurisdictio solum requirit superioris voluntatem. Obiiciunt QUINTO, summus Pontifex Episcopatus vocat fratres, et collegas, igitur ab uno communi Patre Deo Ecclesiae praeficiuntur. RESPONDEO, primum vocari fratres ratione ordinis Episcopalis, in quo sunt aequales. Secundo ratione iurisdictionis, quia assumuntur Episcopi a Pontifice ad suum ipsius onus sustentandum, non ad aliquod inferius ministerium.

4 Ibid., t. I : De membris Ecclesiae militantis, liv. I, chap. XIV, col. 1593-1594: At Ecclesia Catholica distinctionem agnoscit, ac docet iure divino Episcopatum Presbytero maiorem esse, tum ordinis potestate, tum etiam iurisdictione: sic enim loquitur Concilium Trident. Sess 23, cap 4. […] Nos igitur omissa illa quaestione, quae ad disputationem de Sacramentis pertinet; sitne unus ordo unumue Sacramentum Episcopatus, et Presbyterii, aut duo: tria demonstrare conabimur. PRIMO, iure divino maiorem esse Episcopum Presbytero, quod attinet ad ordinis potestatem. SECUNDO, maiorem esse etiam quantum ad iuris dictionem. TERTIO, Episcopos in veteri Ecclesiae non fuisse in coetu Presbyterorum; quasi Consules in senatu sed quasi Reges ac Principes in coetu Consiliariorum.

5 Voir P. Bernard dans Dictionnaire de théologie catholique, t. II/1, col. 944-947.

6 Gianvincenzo Bolgeni, L’episcopato ossia della potestà di governar la Chiesa. Dissertazione divisa in due parti, Rome, 1789.

7 Ibid., p. 1 : « Vescovi sono posti dallo Spirito Santo a reggere la Chiesa di Dio : L’Episcopato pertanto altro non è che la potestà di reggere e governare questa medesima Chiesa, intentendo si la potestà chiamata di ordine, si la potestà chiamata di giurisdizione, le quali due potestà distingueremo, e spiegheremo in appresso (inf. num. 78. seqq.) ».

8 Ibid., p. 151 : « Ecco un Vescovo, che ha non solamente il carattere, ma ancora il rango, e gli onori di Vescovo ; eppure non ha giurisdizione alcuna ex propria auctoritate sopra verum populo, o Chiesa, e che non puo esercitare il ministro episcopale se non per giurisdizione delagata e precaria, nisi concessionis ratione. Si puo dunque avere l’Ordine, et il carattere Episcopale senza averne la giurisdizione ».

9 Gianvincenzo Bolgeni, Analisi e difesa del libro intitotato [sic] L’episcopato et Dissertazione di Gianvincenzo Bolgeni sulla giurisdizione ecclesiastica in confutazione di una diatriba del teologo Giorgio Sicardi, Rome, 1791. Une nouvelle édition qui paraît en 1824 à Rome regroupe l’œuvre dont nous avons rendu compte précédemment, et qui constitue les quatre premiers volumes, et le petit livre de 1791 qui correspond au cinquième volume.

10 G. Bolgeni, Analisi e difesa…, Rome, 1791, p. 6 : « La potestà di Ordine risguarda immediatamente l’interna santificazione delle Anime coll’amministrazione de’Sacramenti, per mezzo de’quali si infonde da Dio la prima grazia santificante, o questa gia infusa si accresce. La potestà di guirisdizione risguarda immediatamente l’esterno regolamento delle opere in ordine al culto di Dio, e all’exercizio delle virtù ».

11 Sur Paolo Giovan Lancellotti, on consultera le Dictionnaire de droit canonique, dir. Raoul Naz, Paris, 1957, t. VI, col. 333 et Charles Lefebvre, art. « Lancellotti », dans Catholicisme, Paris, 1967, t. VI, col. 1757-1758.

12 Paolo Giovan Lancellotti, Institutiones iuris canonici, liv. I, tit. V, 42.

13 Pour une bibliographie complète, on consultera le Dictionnaire de droit canonique, t. II, col. 387.

14 Agostino Barbosa, Iuris ecclesiastici universi libri III in quibus de personis, de locis, de rebus ecclesiasticis plenissime agitur, Lyon, 1718 (1re édition à Lyon en 1633-1634).

15 Agostino Barbosa, Iuris ecclesiastici universi libri…, partie I, liv. I, chap. VIII, n° 8, 116-117 : Verum his minime obstantibus, de fide tenendum est Episcopos, tam in potestate iurisdictionis, quam in potestate ordinis Sacerdotibus, seu Presbyteris Superiores esse. […] Probatur deinde, quia comprobatissimum est, tam Ordinis, quam Jurisdictionis potestatem competere Episcopis in suis Diocesibus […]. Sacerdotibus vero esse communem Ordinis potestatem cum Episcopis, exceptis ordinandi, confirmandi, nonnullisque aliis ministeriis. Ergo sit consequens manifestissimum, quoad potestatem iurisdictionis Episcopos Superiores esse Presbyteris, cum constet hos nullam, illos plenam in suis diocesibus habere jurisdictionem. Quoad potestatem vero Ordinis idem ostenditur, siquidem Sacramentum Confirmationis conficere, Ordinis conferre, multaque alia Ordinis ministeria solis Episcopis fuere reservata, et Presbyteris omnino denegantur, ut de sacramento Ordinis Probat… Trad. de l’auteur

16 Voir Dictionnaire de droit canonique, t. V, col. 342-343.

17 Ludwig Engel, Collegium universi iuris canonici, Salzbourg, 1712 (8e éd. ; la première édition paraît de 1671 à 1674).

18 Ibid., liv. I, tit. XXXIII, § 5, n° 36-37, 226-227 : Dividitur autem potestas Episcopi in potestatem Ordinis, et potestatem Jurisdictionis : Potestas Ordinis dependet ab Ordine et charactere Episcopali, his vero a Sacerdotio et consecratione. Et haec potestas consistit potissimum in tribus, scil. in confirmando, ordinando, et consecrando, soletque exerceri in vestibus et ornamentis pontificalibus. Potestas iurisdictionis est, per quam Episcopus constituitur Judex, et Pastor Ecclesiae suae, ut possit decidere lites, conferre beneficia, visitare, corrigere, etc. : et datur haec Potestas per Canonicam electionem secuta confirmatione.

19 Voir Dictionnaire de droit canonique, t. IV, col. 457-461. Comme bibliographie, on consultera Michel Nuttinck, La vie et l’œuvre de Zeger-Bernard Van Espen. Un canoniste janséniste, gallican et régalien à l’université de Louvain (1646-1728), Louvain, 1969.

20 Zeghert Bernhard Van Espen, Ius ecclesiasticum universum, Naples, 1766.

21 Ibid., partie I, tit. XV, chap. V, § 1-3, 215-216: Multis seculis Consecrationem Episcoporum haud fuisse ab eorum Confirmatione sejunctam, non semel in praecedentibus notavimus; ac insuper observavimus, olim per electionem Cleri, et Plebis nullum proprie jus Electo fuisse acquisitum, multisque seculis ignotum fuisse per electionem acquiri Electo jus ad rem, per Confirmationem vero jus in re; haec enim Patrum aetas ignoravit.
II. Hac ergo disciplina durante, Electus nullum ius habebat in administratione habebat; neque Ecclesiae Pastor, aut Praelatus habebatur ante Consecrationem; sed demum per Consecrationem, sive Ordinationem Episcopus constituebatur. Unde Patribus idem erat, Ordinare aut Consecrare Episcopum; et constituere Episcopum, aut Ecclesiae de Episcopo providere: neque inter illa decem primis Ecclesiae seculis in Sacris Canonibus ullum discrimen reperitur. Itaque si pristinam illorum temporum disciplinam spectemus, per Consecrationem demum, omnem accipiebant Episcopi auctoritatem, et potestatem; tam quoad ea quae jurisdictionis, quam quae Ordinis dicuntur. Neque illa sine his in episcopos transibant.
III. At posterior aetas, quae Confirmationem a Consecratione distinguere coepit, etiam ea, quae iurisdictionis sunt, ab his, quae Ordinis sunt tandem separavit; atque per Confirmationem ante Consecrationem, quae jurisdictionis sunt in Episcopum transire voluit; imo per Confirmationem Pastorem, ac Praelatum Ecclesiae sine Consecratione constitui; omnesque regimen Ecclesiae committi: solis iis exceptis, quae Ordinis sunt; quae tamen ut in Ecclesia sua, aut Subditis suis per alios Episcopos conferantur, et impedantur, permittere, aut delegare potest; uti titulo praecendenti cap. 4 latius ostendimus.

Auteur

Institut catholique de Paris

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search