Version classiqueVersion mobile

Les clercs et les princes

 | 
Patrick Arabeyre
, 
Brigitte Basdevant-Gaudemet

Première section. Omnes ut universi. Les ecclésiologies dans l'Église

L’ecclésiologie de Benoît XIV

Olivier Descamps

Résumé

Le pontificat de Benoît XIV (1740-1758) constitue un moment décisif dans l’histoire de la papauté. En effet, parachevant l’époque de la réaffirmation de l’autorité du Siège apostolique, il ouvre une nouvelle ère dans les rapports avec les puissances séculières. L’ecclésiologie de l’ancien archevêque de Bologne, Prospero Lambertini, s’ordonne autour d’une politique concordataire de concession et de l’engagement de nombreuses réformes afin de moderniser les structures centrales et locales de l’Église. Cédant le pas devant les velléités des États, la papauté octroie à travers cinq concordats de larges prérogatives dont la plus emblématique est le pouvoir de nomination aux offices. Cependant, ce n’est pas dans le seul domaine de la provision aux offices que le pape, sous l’impulsion du secrétaire d’État Valenti, accorde des largesses. Il le fait également en matière législative, juridictionnelle et fiscale. Les réformes, quant à elles, visent essentiellement à rationaliser une administration pléthorique, notamment dans le domaine fiscal. Il s’agit aussi de libérer le commerce.

Texte intégral

  • 1 Lettre au cardinal de Tencin, 9 juin 1751, dans Emile De Heeckeren, Correspondance de Benoît XIV, 1 (...)
  • 2 Maria Antonietta De Angelis, Prospero Lambertini (Benedetto XIV). Un profilo attraverso le lettere, (...)
  • 3 Étienne Ménard, L’ecclésiologie hier et aujourd’hui, Paris, 1966, p. 17-18.
  • 4 Il faut attendre l’École de Tübingen au XIXe siècle pour que s’amorce un changement de perspective.

1« Le Saint-Siège ne peut pas être gouverné si celui qui le gouverne n’a pas soin de s’entendre avec les Princes qui sont aujourd’hui »1. Cette assertion soutenue par le pape Benoît XIV dans sa correspondance exprime un des traits majeurs de son caractère. Il s’agit pour le pontife romain d’être pragmatique2, ce qu’il qualifie lui-même de « seconde nature ». Cette disposition d’esprit influence sa politique temporelle et, d’une manière générale, toute l’ecclésiologie de son long pontificat (1740-1758). Cette partie de la théologie s’intéresse à la manière dont l’Église se conçoit en tant qu’institution. Les traits dominants de l’ecclésiologie classique dont relève notre étude ont été précisés par le dominicain Étienne Ménard. Il distingue trois caractères qui délimitent en partie notre sujet. Le premier aspect concerne la conception de l’Église « comme un unique royaume divisé en provinces, dont le point d’appui et le centre de gravité est le pape »3. Le second intéresse les rapports entre le pontife romain et le corps épiscopal dans le monde chrétien. Le troisième, enfin, vise à assurer une autonomie et une liberté de la société ecclésiastique vis-à-vis des pouvoirs séculiers. C’est essentiellement en termes de pouvoir qu’il importe d’envisager cette ecclésiologie4. En crise perpétuelle, son histoire est marquée par les rapports conflictuels entre la papauté et les États, le conciliarisme, les réformes successives du XVIe siècle, constituant une suite ininterrompue de luttes externes et internes.

  • 5 Raoul Naz, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de droit canonique, t. 1, Paris, 1953, col. 752. Ses qu (...)
  • 6 Mario Rosa, « Tra Muratori, il giansenismo e i lumi : profilo di Benedetto XIV », dans Riformatori (...)
  • 7 Il a fait révoquer un prêtre soupçonné de jansénisme (Léon-Pierre Raybaud, Papauté et pouvoir tempo (...)
  • 8 Olivier Échappé, « Permanence et innovation dans la doctrine canonique : l’exemple de Benoît XIV, u (...)
  • 9 M. A. De Angelis, Prospero Lambertini (Benedetto XIV)…, passim.

2Avant d’être élu à la tête de l’État pontifical, Prospero Lambertini a déjà une longue expérience pastorale et curiale. Né en 1675 à Bologne, il poursuit des études de théologie et de droit canonique5. Le jeune bolonais intègre le collège des avocats consistoriaux au sein duquel il doit faire l’éloge des vertus des personnes dont le procès en canonisation est instruit. Membre de la Curie, il exerce les fonctions de promoteur de la foi au sein de la congrégation des Rites avant de rejoindre celle du Concile6. Il accède à l’épiscopat en 1724 avant d’occuper le siège archiépiscopal d’Ancône en 1727. Créé cardinal en 1728, il se voit confier l’archevêché de Bologne en 1731, présidant ainsi aux destinées du diocèse de sa ville natale. Sans doute influencé par Charles Borromée, Lambertini accorde une importance spéciale à l’activité paroissiale, qu’il dirige avec rigueur et compassion. On lui a reproché une tendance janséniste qui ne correspond pas à ses conceptions7. Fin lettré8, auteur d’une œuvre considérable publiée en peu de temps, Lambertini affectionne particulièrement le genre épistolaire qui est une source d’une grande richesse pour apprécier les traits marquants de son pontificat. L’historiographie récente s’en est récemment inspirée pour renouveler le portrait du successeur de Pierre9.

  • 10 Chef de la faction française lors du conclave, une longue amitié lie les deux hommes. L’archevêque (...)
  • 11 Jean-Pierre Bois, v° Choiseul, Étienne-François, dans Dictionnaire des ministres des Affaires étran (...)
  • 12 Mario Rosa, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de la papauté, dir. Philippe Levillain, Paris, 1994, p (...)
  • 13 Luca Brandolini, « Benedetto XIV di fronte ad alcuni movimenti riformistico-liturgico del secolo XV (...)
  • 14 Pie XII, La figura e l’opera di Benedetto XIV, Bologne, 1959, p. 19-22. Ce texte est un discours qu (...)
  • 15 Tarcisio Bertone, Il governo della Chiesa nel pensiero di Benedetto XIV, Rome, 1977, p. 35.

3Le conclave qui l’élit à la plus illustre magistrature est l’un des plus longs de l’histoire. En effet, l’élection, tributaire des enjeux de la politique européenne, n’aboutit qu’après six longs mois. Le Sacré Collège comprend alors soixante-neuf cardinaux se décomposant entre un Vieux Collège et un Jeune Collège. Dans le premier, c’est le parti espagnol qui prédomine tandis que le second abrite les partisans des Autrichiens et des Français. L’accord sur diverses personnes ne se faisant pas, le nom de Lambertini est alors suggéré par le cardinal de Tencin10. L’archevêque de Bologne a le mérite de ne pas avoir une position tranchée entre les factions. À la surprise suscitée par l’évocation de son nom succèdent les compromis puisqu’il est élu au terme du 255e scrutin. Sa personnalité semble rassurer les puissances ou, à tout le moins, leurs partisans au sein du conclave. Ce qui intéresse les cours et les princes n’est guère louable puisqu’il s’agit de voir la tiare portée par un homme malléable. Si l’on s’en tient aux propos peu amènes de Choiseul, ambassadeur de la monarchie française dans la Ville éternelle de 1753 à 175611, le nouveau pape cumule de nombreux défauts dont la timidité, le caractère influençable, la vanité, tout juste compensés par de l’esprit et de la sagesse. Son « esprit ouvert »12 est pourtant reconnu. Rétrospectivement considéré comme le pape des Lumières, il entretient des correspondances avec des figures centrales de cette période comme Voltaire. L’écrivain qui voulait « écraser l’infâme » lui dédie son Mahomet publié en 1742. Cette ouverture aux idées, si elle a des limites, se traduit notamment par un soutien aux évolutions scientifiques. Benoît XIV fait retirer de l’Index des ouvrages favorables à l’héliocentrisme. Il autorise même la création d’une faculté de chirurgie et d’un musée d’anatomie, ce qui suppose l’admission de la dissection jusque-là réprouvée. Son goût pour les arts est également salué. Il fait construire la façade de la basilique Sainte-Marie-Majeure et, surtout, permet la sauvegarde, si ce n’est le sauvetage, du Colisée en le proclamant sanctuaire des martyrs afin de mettre un terme à son démantèlement pierre par pierre. Si l’intérêt qu’il nourrit envers la pastorale est souligné13 et ses qualités de canoniste largement louées14, le pape se voit aussi reprocher une méconnaissance des affaires publiques. Mais ces critiques sont aujourd’hui nuancées. « Rectitude, impartialité et spiritualité »15 sont les traits majeurs de sa personnalité. Alliant une propension à la conciliation à une grande lucidité sur les évolutions de son temps, Benoît XIV cherche à rétablir l’État pontifical en crise.

  • 16 Michele Monaco, « Benedetto XIV e il governo dello stato della chiesa », dans Benedetto XIV (Prospe (...)
  • 17 Jean-Pierre Bois, L’Europe à l’époque moderne. Origines, utopies et réalités de l’idée d’Europe. XV (...)
  • 18 Lucien Bély, Les relations internationales en Europe. XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 1998, p. 500-501
  • 19 Les Autrichiens négocieront avec la papauté un concordat en 1757 dont le contexte de la guerre de S (...)

4En effet, la situation n’est guère glorieuse et le Siège apostolique est tributaire de l’ordre résultant de trois guerres notables16. Le premier conflit est la guerre de succession d’Espagne (1702-1713) qui marque le recul de l’hégémonie française et l’avènement d’un « nouveau règlement territorial européen »17. Le second conflit est la guerre de succession de Pologne (1733-1738) dont le règlement par le traité de Vienne (1738) ne semble guère convenir à l’Espagne qui perd la Toscane mais gagne les royaumes de Naples et de Sicile. Dès lors, elle n’a de cesse de récupérer les territoires perdus. Enfin, une ultime guerre de succession, celle d’Autriche (1740-1748), affecte les débuts du pontificat. La succession de l’empereur autrichien Charles VI, réglée avant son décès, doit revenir à sa fille l’archiduchesse Marie-Thérèse. Mais cette situation, reconnue par certaines nations, est contestée par d’autres qui souhaitent accroître leur territoire. Des coalitions se forment au gré des intérêts de chacun. Les États pontificaux en subissent les conséquences, notamment dans la partie nord de la péninsule18. Ils sont le théâtre de l’opposition entre Espagnols et Autrichiens19.

  • 20 Michael F. Feldkamp, La diplomatie pontificale de Sylvestre Ier à Jean-Paul II. Une vue d’ensemble, (...)
  • 21 Du point de vue de la législation, voir Charles Lefebvre, Marcel Pacaut et Laurent Chevailler, L’ép (...)
  • 22 Olivier Chaline, « De la réforme catholique aux Lumières (1534-1799) », dans Histoire de la papauté (...)
  • 23 L’expression « Églises nationales », d’apparition récente, doit être utilisée avec beaucoup de prud (...)
  • 24 Francesco Ruffini, Relazioni tra Stato e Chiesa. Lineamenti storici e sistematici, éd. Francesco Ma (...)

5Dans ce contexte, la Curie, critiquée dans toute l’Europe, oscille entre Vienne, Paris et Madrid20. Ce long pontificat est à la charnière entre une ère au cours de laquelle l’État pontifical et l’autorité de Rome s’affermissent21 et celle d’une vive contestation22. Les États, dont la souveraineté se renforce progressivement, étendent leur suprématie sur les institutions ecclésiales de leur pays. Si l’on ne peut pas parler d’Églises nationales23, en revanche, l’affirmation de l’indépendance de ces structures vis-à-vis de la papauté et l’accroissement de leurs prérogatives en matière ecclésiastique24 sont connus.

  • 25 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 59.
  • 26 R. Naz, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de droit canonique, col. 755 à 761.
  • 27 Une récente réimpression de cette œuvre, publiée initialement en 1734, avec une traduction le démon (...)
  • 28 Sur l’essor des missions à l’époque moderne, voir chap. 1 (Les missions des Amériques) et 2 (Espoir (...)

6Dans ce contexte, quelle est l’ecclésiologie de Benoît XIV ? Concevant l’Église comme une « société des âmes » et une « société juridique »25, le souverain pontife va engager des actions pour assurer la pérennité et la modernisation des institutions dont il a la charge. Pour prendre la mesure des politiques mises en œuvre, il convient d’analyser non seulement les entreprises diplomatiques incessantes mais aussi les actes pontificaux. Il importe aussi de se reporter aux œuvres de Prospero Lambertini26. Si l’attention est souvent portée sur l’ouvrage qui fit sa renommée à propos de la procédure de béatification et de canonisation27, Benoît XIV est également l’auteur de nombreux livres qui donnent des précisions sur son ecclésiologie. Il s’agit notamment des Institutiones ecclesiasticæ, éditées en italien vers 1731-1735, dont les cent sept articles abordent des questions qui intéressent les rapports internes à l’Église. D’importantes indications sont présentées dans le De synodo diocesana, édité en 1748, notamment dans deux livres sur les treize qui le composent. Dans ce vaste domaine d’étude, la question importante des missions nécessite des développements spécifiques et ne peut être traitée ici28. Entre son action et ses écrits, il est possible de constater que Benoît XIV s’attelle dès son élection à mener une politique concordataire de concession (I). En outre, il s’ingénie à réformer les institutions ecclésiastiques dont il occupe la charge suprême (II).

I. — UNE POLITIQUE CONCORDATAIRE DE CONCESSION

  • 29 Pier Virginio Aimone, « Kirche und Konkordate. Kann die Kirche des Zweiten Vatikanischen Konzils no (...)
  • 30 Jean Gaudemet, « Les concordats dans l’histoire », dans Flexibilitas iuris canonici…, p. 557-568, s (...)
  • 31 Jean Gaudemet, « À travers l’histoire des concordats », dans Revue d’éthique et de théologie morale(...)
  • 32 Franck Roumy, « Le concept de concordat dans la doctrine canonique des XVIe-XVIIIe siècles », dans (...)
  • 33 Brigitte Basdevant-Gaudemet, « Les concordats, une procédure parmi d’autres », dans Flexibilitas iu (...)
  • 34 Francesco Margiotta Broglio, v° Concordat, dans Dictionnaire de la papauté, p. 442. C’est une spéci (...)
  • 35 J. Gaudemet, « À travers l’histoire des concordats », p. 33.
  • 36 M. Rosa, « Tra Muratori… », p. 55 et p. 58. Cette pratique des négociations directes suppose l’abse (...)
  • 37 Ch. Lefebvre, M. Pacaut et L. Chevailler, L’époque moderne (1563-1789)…, p. 43.
  • 38 Cinq concordats ont été signés : 5 janvier 1741 avec la Sardaigne, 2 juin 1741 avec le royaume de N (...)
  • 39 Pio Ciprotti, « Spigolature tra l’attività concordataria di Benedetto XIV », dans Benedetto XIV (Pr (...)
  • 40 Valenti soutient dans une lettre du 25 décembre 1754 adressé à Choiseul « que la Cour de Rome devai (...)

7Historia concordatum, historia dolorum, affirme Pier Virginio Aimone à propos des concordats de l’époque contemporaine29. Mais ce constat vaut également pour la période précédente. Le concordat, dont le développement se situe clairement au cours de l’ère moderne30, a fait l’objet d’études qui permettent d’en cerner l’histoire31, la définition et la nature32. Il s’agit d’un traité international33 entre le Saint-Siège et un État qui aborde des sujets religieux concernant les deux puissances34. Cette convention exprime une tension entre « la liberté de l’Église et le respect de l’État »35. Benoît XIV suit toujours la même méthode. Il prend d’abord part aux premières phases de la négociation avant de laisser le soin à des représentants de confiance de finaliser l’acte définitif36. Les thèmes de dissensions sont nombreux37 tout comme le nombre de concordats signés entre 1740 et 175738. Les dispositions de ces derniers, dont plusieurs visent à régler un conflit né d’un premier concordat (royaume de Sardaigne, Espagne et royaume de Naples), établissent de larges concessions39 qui renforcent l’indépendance des Églises des principales nations européennes. Du reste, l’influence du cardinal Valenti, secrétaire d’État au début du pontificat, sur la méthode diplomatique du pontife romain doit être soulignée40. Cette politique favorable aux puissances séculières concerne autant les matières bénéficiales et législatives (1), que les questions juridictionnelles (2) et le domaine fiscal (3).

1. Les concessions en matière bénéficiale et législative

  • 41 Le régalisme espagnol est ancien et s’ordonnait autour de la permission royale et du droit de prése (...)
  • 42 M. Rosa, « Tra Muratori… », p. 58. Pour le texte, voir A. Mercati, Raccolta di concordati…, p. 405. (...)
  • 43 Christian Hermann, « Le patronage royal espagnol : 1525-1750 », dans État et Église dans la genèse (...)

8Les cinq concordats illustrent la volonté des pouvoirs séculiers de maîtriser la nomination aux bénéfices. Le régalisme41 propre à la péninsule ibérique connaît une intensité variable. Elle va de la rigueur quasi absolue à l’instar du concordat portugais42 à une approche plus souple à travers un droit de patronage reconnu au souverain espagnol tout en étant limité. En effet, le concordat du 11 janvier 1753 conclu entre Ferdinand VI et Benoît XIV instaure un régime qui conduit l’Église à une sujétion envers l’État43. Toutefois, si le monarque espagnol peut nommer et présenter aux bénéfices, la provision reste entre les mains du pape. Le roi patronne près de douze mille offices mais cinquante-deux lui échappent. Le pape veut pouvoir récompenser les prélats méritants. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une victoire du régalisme qui place l’Espagne au même niveau que la France et l’Empire.

  • 44 F. Ruffini, Relazioni tra Stato e Chiesa … L’auteur présente une approche systématique de cette not (...)
  • 45 A. Mercati, Raccolta di concordati…, p. 336-337.
  • 46 M. Rosa, « Tra Muratori… », p. 58.

9Dans le contexte de la péninsule italique, le juridictionnalisme44 connaît également un nouvel essor. La matière bénéficiale soulève de telles difficultés qu’il faut parfois lui consacrer une convention spécifique. C’est le cas notamment lors des négociations avec la Sardaigne. Six articles précisent ainsi le régime juridique des bénéfices tant du point de vue de leur vacation que de leurs charges, notamment financières. Il est prévu que la Chambre apostolique puisse collecter les taxes sur les bénéfices quelles que soient leur nature et leur origine (de libre collation ou régalienne) dans les diocèses du Piémont et de Montferrat à l’exclusion des terres cédées à la France après les traités de paix45. Le pape, qui concède beaucoup et le reconnaît dans sa correspondance avec le cardinal de Tencin à propos du Portugal, sait aussi refuser. C’est ce qu’il n’hésite pas à faire lorsque le pouvoir portugais demandait le droit d’instituer des évêques aux Indes. Le souverain pontife s’y oppose fermement, protégeant ainsi les droits traditionnels et les intérêts de la France dans ces terres de missions46.

  • 47 Giorgio Dell’Oro, Il regio economato. Il controllo statale sul clero nella Lombardia asburgica e ne (...)
  • 48 M. Rosa, « Tra Muratori… », p. 56.
  • 49 Francesco Conci, La Chiesa e i vari stati. Rapporti, concordati, trattati. Per una storia del dirit (...)
  • 50 P. Ciprotti, « Spigolature tra l’attività… », p. 864.
  • 51 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 116-117.

10Si le pouvoir de nommer les prélats est revendiqué par les autorités séculières, un autre aspect illustre la progression des puissances temporelles. Il s’agit de l’exequatur des textes pontificaux. Les concordats conclus en 1741 avec le royaume de Sardaigne et celui de Naples illustrent ce contrôle sur l’application des sources du droit ecclésiastique. Le régime juridique varie en fonction des négociations menées de part et d’autre. Benoît XIV accepte que l’exécution des textes en contradiction avec la législation séculière soit suspendue. Le document litigieux serait alors adressé au nonce de Turin ou aux ministres apostoliques résidant à Rome afin d’opérer les corrections nécessaires avant la publication47. Le pouvoir sarde accepte une concession en ne soumettant pas à un visa les bulles dogmatiques, les brefs disciplinaires et les décrets de la Pénitencerie et des congrégations romaines48. Le pouvoir napolitain, quant à lui, parvient à maintenir la maîtrise des dispositions pontificales49. Cependant, dans un des articles secrets (article 2), le roi s’engage à donner des ordres pour une application rapide des textes émanant des institutions de la papauté. Une telle insertion peut éviter la propagation de la pratique courante de l’exequatur peu prisée par le pontife romain50. Cette question anime encore les dernières années du pontificat. En effet, un décret du 7 septembre 1754 du sénat vénitien établit la nécessité d’un visa apposé sur certains documents provenant de la Curie romaine pour en permettre l’exécution dans la République51. Benoît XIV s’engage alors dans de délicates négociations qui aboutissent, avec l’appui de la France qu’il a sollicité, à une suspension de l’application du texte à partir du 1er avril 1758. En revanche, son décès le prive de connaître le retrait pur et simple du décret que son successeur Clément XIII a instamment demandé.

2. Les concessions juridictionnelles

  • 52 A. Mercati, Raccolta di concordati…, p. 338-361.

11Un des points âprement négocié entre le Siège apostolique et les pouvoirs séculiers est l’étendue juridictionnelle ratione personæ et ratione materiæ. C’est l’un des aspects longuement développé dans le concordat du 5 janvier 1741 conclu avec le royaume de Sardaigne et plus précisément dans l’instruction du 6 janvier 1742 adressée aux évêques sardes sur l’immunité et l’exercice de la juridiction ecclésiastique. L’accord du 2 juin 1741 établi avec le royaume de Naples s’intéresse également aux protections juridictionnelles et à la répartition de la juridiction52. La comparaison des deux textes permet de dégager des points de rapprochement et des différences notables sur les différentes immunités.

  • 53 Andrea Melpignano, L’anticurialismo napoletano sotto Carlo III, Rome, 1965, p. 87.

12Du point de vue des immunités locales, si le concordat sarde abolit le droit d’asile, le napolitain présente un régime qui vise à le limiter. C’est le cas quant aux personnes pouvant en bénéficier. Sont ainsi exclus les incendiaires, les maîtres chanteurs, les empoisonneurs, les assassins et les commanditaires de meurtre, les falsificateurs de cédule et de documents de crédit, les marchands faillis frauduleux. À cette approche ratione personæ s’ajoute une définition ratione loci particulièrement précise. Le droit d’asile est réservé aux églises urbaines, aux églises rurales conservant le Saint Sacrement ou qui sont des paroisses ou des filiales de paroisses avec charge d’âmes. Il concerne aussi les âtres entourés de murs, les portiques, les escaliers, les portes intérieures et latérales, les façades principales de ces églises. En revanche, sont exclus certains lieux comme, par exemple, toutes les autres églises rurales, mais aussi les monastères ou couvents53.

  • 54 Article 4 de l’instruction du 6 janvier 1742, dans A. Mercati, Raccolta di concordati…, p. 368.

13Quant aux immunités personnelles, l’idée commune aux deux concordats est la réduction du privilège du for. Trop de clercs bénéficiaient de cette protection. Les conditions ratione personæ sont clairement déterminées. Le concordat napolitain précise que l’immunité pourra être sollicitée par les clercs qui respectent les conditions prescrites par le droit canonique. Les religieux doivent également revêtir leur habit et vivre sous la direction de leur supérieur légitime. Les autorités séculières peuvent procéder à l’incarcération et au jugement des clercs qui ont commis un assassinat. Cependant, la décision finale doit être précédée de la saisine d’un tribunal mixte qui décidera de la perte du statut clérical. Le concordat sarde pour sa part indique les modalités pour obtenir le concours du bras séculier dont les conditions sont très souples. En effet, il n’est pas nécessaire de donner le titre de la cause et les qualités des parties. Le domaine d’application est lui-même étendu puisque les matières civiles comme les questions criminelles sont concernées54.

3. Les concessions fiscales

  • 55 A. Melpignano, L’anticurialismo napoletano…, p. 86.

14Benoît XIV concède également sur l’imposition du patrimoine des églises. Plusieurs accords comprennent des dispositions relatives aux taxes et exemptions des biens ecclésiastiques. Le concordat conclu avec le royaume de Naples s’intéresse notamment à ces immunités réelles. La situation antérieure aux négociations était favorable à l’Église napolitaine dont les paroisses, les séminaires, les hôpitaux et les bénéfices confiés aux ordinaires comme patrimoine sacré échappaient à toutes impositions55. Les dispositions soumettent tous les biens ecclésiastiques aux impôts au même titre que les laïques, à l’exception de ceux qui étaient attribués aux ordinaires jusqu’au sous-diaconat. L’immunité réelle est réduite dans son étendue de sorte que les ermites, entre autres, ne bénéficient plus d’exemptions.

  • 56 Brigitte Journeau, Église et État en Espagne au XIXe siècle. Les enjeux du concordat de 1851, Ville (...)

15La question fiscale posait des difficultés en Espagne. En effet, grand propriétaire foncier, l’Église n’en est pas moins exempte d’imposition, ce qui fait peser la charge sur la population. Ce problème, déjà ancien56, donne lieu à des mesures qui ont permis de taxer les propriétés. Au XVIIIe siècle, le débat reste vif, et le concordat de 1737 tentait déjà dans les articles 7 et 8 de réduire l’immunité des biens d’Église.

  • 57 M. Taccolini, L’esenzione oltre il catasto…, p. 64 seq.
  • 58 Cette méthode était déjà présente dans l’article 6 de l’instruction du 6 janvier 1742 précisant les (...)

16Le concordat avec le duché de Milan (17 décembre 1757) s’inscrit dans le cadre de la volonté de l’impératrice Marie-Thérèse de mettre en place un nouveau cadastre. La négociation prend place également dans le contexte difficile de la guerre de Sept Ans dont le théâtre des opérations se situe loin de l’Italie, mais dont le financement justifie de nouvelles mesures à propos des biens ecclésiastiques57. Huit articles précisent le contenu de l’accord diplomatique qui établit un régime différencié en fonction de la date d’acquisition des biens58 et en tenant compte de la nature des droits exercés sur ceux-ci. Dès lors, une taxe sur la propriété ou sur le bail doit être acquittée. Des cas d’exemption font aussi l’objet d’une détermination précise, notamment à propos des cas des hôpitaux.

  • 59 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 46.

17Cette politique de concession, premier volet de son ecclésiologie, est diversement appréciée. Accusé de faiblesse et de céder devant les puissances séculières, le pape est aussi approuvé pour son attitude qui lui vaut l’estime de toutes les cours d’Europe59. Dans cette action, il s’est davantage laissé inspirer par son intuition évangélique et pastorale que par une vision politique.

II. — LA MODERNISATION DES INSTITUTIONS ECCLÉSIASTIQUES

  • 60 Sanctissimi domini nostri Benedicti Papae XIV Bullarium, Venise, 1778, t. I, p. 177.
  • 61 Battista Mondin, Nuovo dizionario enciclopedico dei papi. Storia e insegnamenti, Rome, 1995, p. 418
  • 62 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 79-96. Voir du point de vue ecclésiologique, Laurent Ville (...)

18Dans la bulle Omnium sollicitudinem du 19 septembre 174460, qui concerne notamment le rite des Malabares, Benoît XIV décrit l’Église comme la société de ceux qui agissent en tant que membres du corps mystique de Jésus-Christ et ce, à la lumière des Évangiles et en vue de la vie éternelle. Il privilégie une vision religieuse des institutions ecclésiastiques. Du reste, la première encyclique du successeur de Clément XII, Ubi primum du 3 décembre 1740, présente d’une certaine façon le programme fixé résolument tourné vers la pastorale61. Dans une approche classique de l’ecclésiologie, Benoît XIV n’hésite pas à préciser les pouvoirs d’ordre et de juridiction62. Mais il importe également d’analyser les réformes ecclésiastiques (1) et administratives (2) car elles permettent de prendre la mesure du mouvement de modernisation engagé par le successeur de Pierre.

1. Les réformes ecclésiastiques

  • 63 Alain Forest, « Espoirs et déboires du christianisme en Asie (XVIIe-XVIIIe s.) », dans Histoire gén (...)
  • 64 M. Rosa, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de la papauté, p. 218.

19Benoît XIV entreprend des réformes liturgiques. Il poursuit l’effort de ses prédécesseurs quant à la Querelle des rites. En 1744, il interdit les rites chinois et malabare63. Le mariage est aussi reconsidéré, ce qui lui donne l’occasion de reconnaître une pratique courante : la possibilité des unions entre catholiques et protestants. La difficile question janséniste qui divise sévèrement le royaume de France le conduit à chercher une solution acceptable dans la bulle Ex omnibus Christiani orbis (1756)64. L’autorité de la papauté, progressivement réaffirmée après la crise conciliariste, doit être maintenue. Dans son ouvrage De synodo diocesana, l’ambition du pape est de fournir des analyses en vue d’un synode diocésain. En effet, Lambertini a constaté un grave problème d’ignorance de la législation pontificale et des décisions des congrégations qu’il veut soumettre à cette assemblée. Il précise notamment les rapports entre le synode et le pouvoir central. Dans le livre IX, il indique ainsi qu’il est interdit aux prélats de prendre des décisions qui empiètent sur le domaine de compétence du Siège apostolique. La conformité au jus commune est de rigueur. Dans le livre XIII, il n’hésite pas à soutenir la caducité des dispositions synodales qui s’y opposeraient. Benoît XIV profite ainsi de cette occasion pour asseoir la suprématie pontificale.

  • 65 Teodosio Lombardi, « Benedetto XIV e gli ordini religiosi », dans Benedetto XIV (Prospero Lambertin (...)
  • 66 Giuseppe Orlandi, « Benedetto XIV, S. Alfonso Maria de Liguori e i Redentoristi », dans Benedetto X (...)
  • 67 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 29.

20Cette primauté du souverain pontife vaut également à l’égard des ordres religieux65. Il s’emploie à les réformer en prônant un retour à l’esprit d’origine des fondateurs et rappelle la mission propre de chaque ordre. Le pouvoir du pape est exercé à deux moments. D’abord lorsqu’il approuve la création de nouvelles congrégations. C’est le cas des Passionistes, un ordre fondé par saint Paul de la Croix en 1720, reconnu en 1741, et des Redemptoristes, créé par saint Alphonse de Liguori en 1732, approuvé en 174966. Ensuite, lorsqu’il intervient au cours de l’élection des nouveaux généraux67.

  • 68 M. Boutry, Le cardinal de Tencin…, p. 6. Dans une lettre du 7 décembre 1742, il émet ce jugement in (...)
  • 69 Niccolò del Re, « Benedetto XIV e la Curia romana », dans Benedetto XIV (Prospero Lambertini)…, t.  (...)
  • 70 Le prolongement de cette création est la restructuration d’une ancienne congrégation de la résidenc (...)

21Une inquiétude majeure de Benoît XIV concerne la faiblesse du niveau intellectuel des prélats et leur manque de discipline. Le souverain pontife connaît parfaitement les hommes qui animent les structures centrales de l’État. Il confie au cardinal de Tencin que peu de prélats du Sacré Collège méritent le chapeau cardinalice68. En dépit de cette défiance, il est bien obligé de s’en accommoder. Mais ce constat vaut aussi pour une bonne partie des évêques dont il tente d’améliorer le recrutement. La constitution Ad apostolicæ servitutis onus (17 octobre 1740) établit une congrégation spéciale pour le choix des prélats lors de la vacance du siège épiscopal69. L’idée qui préside à cette instauration est la nécessité d’avoir un clergé ayant une culture théologique et juridique suffisante mais aussi une intégrité morale au-dessus de tout soupçon. La charge d’assurer le gouvernement des fidèles justifie une telle exigence. Ce thème du bon choix est au cœur de la création de la congrégation Super promovendis dont l’objet est de régler les problèmes relatifs à l’obligation de résidence, trop souvent transgressée70. L’exigence de discipline vaut donc pour tous les clercs.

  • 71 Niccolò del Re, La Curia romana. Lineamenti storico-giuridici, Cité du Vatican, 1998, p. 406.
  • 72 Congrégation établie par la constitution Decet romanum Pontificem du 23 novembre 1740, dans Bullari (...)

22Dès 1740, Benoît XIV instaure également au côté de la congrégation du Concile – d’où son surnom de « Concilietto »71 – un organe subsidiaire, la congrégation Super statu ecclesiarum72. Chargée de recevoir les rapports sur la situation des diocèses établis par les clercs locaux, les documents reçus par cette instance suivent un questionnaire établi par le pape lorsqu’il était secrétaire de la congrégation du Concile. Ils permettent de résoudre les affaires ordinaires et de soulager ainsi la structure à laquelle elle est attachée.

  • 73 N. del Re, « Benedetto XIV e la Curia romana », p. 648.
  • 74 Constitution Iustitiae et pacis du 9 octobre 1746, dans Bullarium…, t. I, p. 59-64.

23Cette obligation de rédiger un rapport se trouve étendue aux abbés, aux églises avec une juridiction quasi épiscopale73. Souvent décriée pour sa lenteur, la congrégation du Concile peut répondre plus rapidement aux évêques. Il confie à ce dicastère toutes les causes de nullité de mariage dont l’appel est interjeté devant le Saint-Siège74. Cette politique illustre la volonté du pape de moderniser les structures ecclésiastiques dont les réformes administratives vont tenter d’améliorer l’efficacité.

2. Les réformes administratives

  • 75 Stefano Tabacchi, Il buon governo. Le finanze locali nello Stato della Chiesa (secoli XVI-XVIII), R (...)
  • 76 Ibid.

24Benoît XIV mène trois réformes importantes : institutionnelle, financière et commerciale. Sur le plan institutionnel, il procède à un recadrage de la congrégation du Bon Gouvernement75, dont les pouvoirs juridictionnels n’avaient cessé d’augmenter et qu’il ramène dans les limites initiales de 1693. Le souverain pontife règle notamment un conflit de juridiction avec la congrégation de l’Immunité sur des questions de responsabilité. La bulle Gravissimarum du 14 octobre 1753 précise l’étendue des pouvoirs76.

  • 77 Ibid., p. 401.
  • 78 Bullarium…, t. I, p. 15-24.
  • 79 M. Rosa, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de la papauté, p. 217.
  • 80 N. del Re, La Curia romana…, p. 406-407.

25Sur le plan financier, la situation de crise de l’État pontifical conduit le souverain pontife à prendre des mesures d’économies en vue d’améliorer l’appareil financier pontifical. Clément XII avait tenté de résoudre le problème en voulant simplifier le système fiscal mais il n’était pas disposé à renoncer à la tutelle sur les finances des communautés77. Benoît XIV s’emploie à uniformiser les structures administratives. La constitution Apostolicæ Sedis ærarium (18 avril 1746)78 définit une méthode unitaire d’administration79 en supprimant notamment trois comptabilités présentes au sein de la Chambre apostolique. Poursuivant un effort de rationalisation, l’enregistrement des entrées et des sorties de la Chambre apostolique, la formation de bilans annuels et la reddition des comptes sont imposés. La constitution établit aussi la congrégation économique80 qui doit contrôler les finances pour permettre une réduction des dépenses.

  • 81 Pour une vision synthétique du débat depuis les origines mais l’oubli du rappel de la réitération d (...)
  • 82 Motu proprio du 30 mai 1749, dans Bullarium…, t. II, p. 40-42.

26La réforme du commerce, enfin, vise à libérer le commerce. Si la condamnation de l’usure81 est réitérée, la liberté de circulation du grain constitue un problème sensible. En effet, le pape doit intervenir pour casser des édits de gouverneurs qui taxaient les grains produits dans leur juridiction malgré le principe de la liberté du commerce82.

III. — CONCLUSION

27Force est de reconnaître que Benoît XIV a tenté de redonner de la vigueur aux institutions ecclésiastiques tout en cherchant à reprendre les positions perdues. Il s’est efforcé d’appréhender avec mesure les mutations de la société. Il a dû affronter les cardinaux « papabili » et leurs actions secrètes au sein de la Curie. Sa volonté de sortir l’institution multiséculaire de son isolement l’a sans doute conduit à faire trop de concessions envers les princes séculiers. Cependant, ses réformes ont permis un « aggiornamento » nécessaire.

Notes

1 Lettre au cardinal de Tencin, 9 juin 1751, dans Emile De Heeckeren, Correspondance de Benoît XIV, 1742-1756, Paris, 1912, t. 2, p. 122.

2 Maria Antonietta De Angelis, Prospero Lambertini (Benedetto XIV). Un profilo attraverso le lettere, Cité du Vatican, 2008, p. 161.

3 Étienne Ménard, L’ecclésiologie hier et aujourd’hui, Paris, 1966, p. 17-18.

4 Il faut attendre l’École de Tübingen au XIXe siècle pour que s’amorce un changement de perspective.

5 Raoul Naz, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de droit canonique, t. 1, Paris, 1953, col. 752. Ses qualités de canoniste lui ont valu d’être considéré par Schulte comme le « véritable fondateur de la science historico-juridique moderne » (Livario Oliger, « Benedetto XIV canonista », dans Enciclopedia cattolica, t. II, Florence, 1949, col. 1283).

6 Mario Rosa, « Tra Muratori, il giansenismo e i lumi : profilo di Benedetto XIV », dans Riformatori e ribelli nel’700 religioso italiano, Bari, 1969, p. 50.

7 Il a fait révoquer un prêtre soupçonné de jansénisme (Léon-Pierre Raybaud, Papauté et pouvoir temporel sous les pontificats de Clément XII et Benoît XIV. 1730-1758, Paris, 1963, p. 65-67).

8 Olivier Échappé, « Permanence et innovation dans la doctrine canonique : l’exemple de Benoît XIV, une dialectique ? », dans L’année canonique, t. 42, 2000, p. 7-20.

9 M. A. De Angelis, Prospero Lambertini (Benedetto XIV)…, passim.

10 Chef de la faction française lors du conclave, une longue amitié lie les deux hommes. L’archevêque de Lyon a contribué à l’élection de Lambertini. Promis a priori à un brillant avenir en France, puisqu’on lui prédit le secrétariat aux Affaires étrangères, il occupe des fonctions de chargé d’affaires à Rome en attendant une promotion qui ne viendra jamais en raison de son caractère d’intrigant connu à la cour. Son jugement sur le pape Benoît XIV change radicalement puisque du « gai convive », il découvre « un vertueux prélat, un érudit de valeur et un politique avisé ». Maurice Boutry, Le cardinal de Tencin et le Saint-Siège (lettres inédites au pape Benoît XIV), Paris, 1899. Id., L’abbé de Tencin, chargé d’affaires à Rome (1721-1724), Paris, 1901.

11 Jean-Pierre Bois, v° Choiseul, Étienne-François, dans Dictionnaire des ministres des Affaires étrangères. 1589-2004, sous la direction de Lucien Bély, Georges-Henri Soutou, Laurent Théis et Maurice Vaïsse, Paris, 2005, p. 166-167.

12 Mario Rosa, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de la papauté, dir. Philippe Levillain, Paris, 1994, p. 214.

13 Luca Brandolini, « Benedetto XIV di fronte ad alcuni movimenti riformistico-liturgico del secolo XVIII », dans Ephemerides Liturgicae, t. 88, 1974, p. 447-470.

14 Pie XII, La figura e l’opera di Benedetto XIV, Bologne, 1959, p. 19-22. Ce texte est un discours que le pape Pie XII devait prononcer en novembre 1958 pour le « bicentenaire d’un grand législateur ». Paru en avril 1959 dans l’Osservatore romano, il a fait l’objet d’une publication qui comprend également un second texte d’un dominicain, le père Luigi Ciappi sur « Il concetto cattolico della santità in S. Tommaso d’Aquino e in Benedetto XIV ».

15 Tarcisio Bertone, Il governo della Chiesa nel pensiero di Benedetto XIV, Rome, 1977, p. 35.

16 Michele Monaco, « Benedetto XIV e il governo dello stato della chiesa », dans Benedetto XIV (Prospero Lambertini). Convegno Internazionale di studi storici sotto il patrocinio dell’Archidiocesi di Bologna. Cento (6-9 dicembre 1979), t. II, Cento, 1981, qui analyse le pontificat autour de trois phases. La première couvre le conclave, la seconde déterminée par la « tempête de la guerre de succession d’Autriche » s’achève en 1745 et la dernière se termine avec le décès du souverain pontife en 1758.

17 Jean-Pierre Bois, L’Europe à l’époque moderne. Origines, utopies et réalités de l’idée d’Europe. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 1999, p. 134. Philippe V, petit-fils de Louis XIV, est à la tête de l’Espagne et de ses colonies mais renonce à ses droits sur le trône de France. Il cède surtout à l’empereur des territoires qui deviennent autrichiens, notamment les possessions d’Italie. Ces dernières font l’objet d’un partage entre la Savoie, qui prend la direction de la Sicile, et l’Empire.

18 Lucien Bély, Les relations internationales en Europe. XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, 1998, p. 500-501.

19 Les Autrichiens négocieront avec la papauté un concordat en 1757 dont le contexte de la guerre de Sept Ans conditionne en partie le contenu, voir Mario Taccolini, L’esenzione oltre il catasto. Beni ecclesiastici e politica fiscale dello Stato di Milano nell’età delle riforme, Milan, 1998, p. 52.

20 Michael F. Feldkamp, La diplomatie pontificale de Sylvestre Ier à Jean-Paul II. Une vue d’ensemble, Paris, 2000, p. 73.

21 Du point de vue de la législation, voir Charles Lefebvre, Marcel Pacaut et Laurent Chevailler, L’époque moderne (1563-1789). Les sources du droit et la seconde centralisation romaine, Paris, 1976, p. 28-29, qui voient en lui « un successeur d’Innocent III avec cette volonté maintes fois marquée et de créer de nouvelles lois nécessaires à l’Église, et d’assurer une plus parfaite interprétation et exécution des lois antérieures ».

22 Olivier Chaline, « De la réforme catholique aux Lumières (1534-1799) », dans Histoire de la papauté. 2000 ans de missions et de tribulations, dir. Yves-Marie Hilaire, Paris, 2003, p. 345 et suiv.

23 L’expression « Églises nationales », d’apparition récente, doit être utilisée avec beaucoup de prudence, voir Brigitte Basdevant-Gaudemet, « Églises nationales. Histoire d’une expression », dans L’Année canonique, t. 43, 2001, p. 15-24, repris dans ead., Église et Autorités. Études d’histoire du droit canonique médiéval, Limoges, 2006, p. 285-295.

24 Francesco Ruffini, Relazioni tra Stato e Chiesa. Lineamenti storici e sistematici, éd. Francesco Margiotta Broglio, Bologne, 1974, p. 88-92.

25 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 59.

26 R. Naz, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de droit canonique, col. 755 à 761.

27 Une récente réimpression de cette œuvre, publiée initialement en 1734, avec une traduction le démontre encore. Benoît XIV (Prospero Lambertini), De servorum Dei beatificatione et beatorum canonizatione / La Beatificazione dei servi di Dio e la canonizzazione dei beati, t. I/1, Cité du Vatican, 2010. Pour un commentaire historico-juridique, voir Giuseppe Della Torre, « Santità ed economia processuale. L’esperienza giuridica da Urbano VIII a Benedetto XIV », dans Finzione e santità tra medioevo ed età moderna, éd. Gabriella Zarri, Turin, 1991, p. 231-263. Sur l’analyse de la procédure de béatification, nous renvoyons à Stéphane Boiron, Saints et reliques, des décrétistes à Benoît XIV, thèse de droit, université Paris XI, 1997.

28 Sur l’essor des missions à l’époque moderne, voir chap. 1 (Les missions des Amériques) et 2 (Espoirs et déboires du Christianisme en Asie) de l’Histoire générale du Christianisme, t. II : Du XVIe siècle à nos jours, dir. Jean-Robert Armogathe et Yves-Marie Hilaire, Paris, 2010, p. 241-286

29 Pier Virginio Aimone, « Kirche und Konkordate. Kann die Kirche des Zweiten Vatikanischen Konzils noch Konkordate schließen ? Theologische und ekklesiologische Voraussetzungen des Konkordatären Systems zwischen Staat und Kirche », dans Flexibilitas iuris canonici. Festschrift für Richard Puza zum 60. Geburtstag, éd. Andreas Weiß et Stefan Ihli, Francfort-sur-le-Main, 2003, p. 569.

30 Jean Gaudemet, « Les concordats dans l’histoire », dans Flexibilitas iuris canonici…, p. 557-568, spec. p. 557. L’auteur retrace l’histoire millénaire de ce type d’accord et s’intéresse à deux questions : les parties à l’accord et les questions abordées. Les thèmes varient en fonction des époques.

31 Jean Gaudemet, « À travers l’histoire des concordats », dans Revue d’éthique et de théologie morale, « Le Supplément », n° 199, décembre 1996, p. 33-43. Jean Julg, L’Église et les États. Histoire des concordats, Paris, 1990.

32 Franck Roumy, « Le concept de concordat dans la doctrine canonique des XVIe-XVIIIe siècles », dans Les origines historiques du statut des confessions religieuses dans les pays de l’Union européenne, dir. Brigitte Basdevant-Gaudemet et Francis Messner, Paris, 1999, p. 35-49. L’auteur analyse les débats sur la nature des concordats et rétablit la chronologie entre la thèse contractuelle qui précède la thèse légale.

33 Brigitte Basdevant-Gaudemet, « Les concordats, une procédure parmi d’autres », dans Flexibilitas iuris canonici…, p. 585-600.

34 Francesco Margiotta Broglio, v° Concordat, dans Dictionnaire de la papauté, p. 442. C’est une spécificité par rapport aux autres traités internationaux : les « matières concordataires touchent en même temps au domaine temporel et au domaine spirituel », voir Joël-Benoît d’Onorio, « Les concordats et conventions post-concilaires », dans Le Saint-Siège dans les relations internationales. Actes du colloque organisé les 29 et 30 janvier 1988 (Aix-en-Provence), dir. Joël-Benoît d’Onorio, Paris, 1989, p. 195.

35 J. Gaudemet, « À travers l’histoire des concordats », p. 33.

36 M. Rosa, « Tra Muratori… », p. 55 et p. 58. Cette pratique des négociations directes suppose l’absence de consultation du collège cardinalice, ce qui ne manque pas de susciter des oppositions au sein de la Curie.

37 Ch. Lefebvre, M. Pacaut et L. Chevailler, L’époque moderne (1563-1789)…, p. 43.

38 Cinq concordats ont été signés : 5 janvier 1741 avec la Sardaigne, 2 juin 1741 avec le royaume de Naples, 30 août 1745 avec le Portugal, 11 janvier 1753 avec l’Espagne et 17 décembre 1757 avec le duché de Milan. La traduction italienne des textes des concordats figurent dans Angelo Mercati, Raccolta di concordati su materie ecclesiastiche tra la Santa Sede e le autorità civili, t. I : 1098-1914, Cité du Vatican, 1954.

39 Pio Ciprotti, « Spigolature tra l’attività concordataria di Benedetto XIV », dans Benedetto XIV (Prospero Lambertini)…, p. 862, parle « d’insolite largesse dans les concessions ».

40 Valenti soutient dans une lettre du 25 décembre 1754 adressé à Choiseul « que la Cour de Rome devait faire tout ce qui était en elle pour contenter les grandes puissances, et qu’elle ne pouvait nullement se mêler de leurs affaires intérieures que pour les aider quand elle en était requise. Le système m’a fait beaucoup d’ennemis et m’en fera encore, mais je le crois si utile au Saint-Siège que je ne le changerai pas », dans Josef Gelmi, La segretaria di Stato sotto Benedetto XIV (1740-1758), thèse de l’Université grégorienne, Trente, 1975, p. 45-46.

41 Le régalisme espagnol est ancien et s’ordonnait autour de la permission royale et du droit de présentation. La première, désignée aussi par les termes de retenue des bulles, supposait l’aval du monarque pour que la législation pontificale soit appliquée en Espagne. Le second impliquait pour le pape le pouvoir de nommer les évêques présentés par le souverain. José Andrés-Gallego et Anton Pazos, Histoire religieuse de l’Espagne, Paris, 1998, p. 21.

42 M. Rosa, « Tra Muratori… », p. 58. Pour le texte, voir A. Mercati, Raccolta di concordati…, p. 405. Les relations avec le Portugal se sont rapidement dégradées puisque la rupture des relations diplomatiques est consommée en 1750 à propos des missions.

43 Christian Hermann, « Le patronage royal espagnol : 1525-1750 », dans État et Église dans la genèse de l’État moderne. Actes du colloque organisé par le CNRS et la Casa de Velasquez. Madrid, 30 novembre et 1er décembre 1984, éd. Jean-Philippe Genet et Bernard Vincent, Madrid, 1986, p. 271.

44 F. Ruffini, Relazioni tra Stato e Chiesa … L’auteur présente une approche systématique de cette notion qui recouvre un certain nombre de droits : le jus advocatiæ ou jus protectionis qui permet au souverain de protéger l’Église et qui associe l’État à la réalisation des fins de l’institution ; le jus inspectionis justifiant un contrôle de la puissance souveraine sur le fonctionnement de la vie ecclésiastique ; le jus cavendi ou droit de contrôle préventif des actes du gouvernement pontifical ; le jus exclusivæ qui est l’intérêt pour le pouvoir étatique de maîtriser les offices ecclésiastiques majeurs, ceux qui ont des implications civiles ; le jus dominii eminentis qui est le droit que s’arroge les États sur le patrimoine de l’Église ; et, enfin, le jus reformandi qui suppose une intervention étatique sur l’unité et la pureté de la foi catholique en luttant, entre autres, contre les hérésies.

45 A. Mercati, Raccolta di concordati…, p. 336-337.

46 M. Rosa, « Tra Muratori… », p. 58.

47 Giorgio Dell’Oro, Il regio economato. Il controllo statale sul clero nella Lombardia asburgica e nei domini sabaudi, Milan, 2007, p. 286.

48 M. Rosa, « Tra Muratori… », p. 56.

49 Francesco Conci, La Chiesa e i vari stati. Rapporti, concordati, trattati. Per una storia del diritto concordatario, Naples, 1954, p. 48.

50 P. Ciprotti, « Spigolature tra l’attività… », p. 864.

51 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 116-117.

52 A. Mercati, Raccolta di concordati…, p. 338-361.

53 Andrea Melpignano, L’anticurialismo napoletano sotto Carlo III, Rome, 1965, p. 87.

54 Article 4 de l’instruction du 6 janvier 1742, dans A. Mercati, Raccolta di concordati…, p. 368.

55 A. Melpignano, L’anticurialismo napoletano…, p. 86.

56 Brigitte Journeau, Église et État en Espagne au XIXe siècle. Les enjeux du concordat de 1851, Villeneuve d’Ascq, 2002, p. 20-21.

57 M. Taccolini, L’esenzione oltre il catasto…, p. 64 seq.

58 Cette méthode était déjà présente dans l’article 6 de l’instruction du 6 janvier 1742 précisant les articles du concordat conclu avec le royaume de Sardaigne. A. Mercati, Raccolta di concordati…, p. 370.

59 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 46.

60 Sanctissimi domini nostri Benedicti Papae XIV Bullarium, Venise, 1778, t. I, p. 177.

61 Battista Mondin, Nuovo dizionario enciclopedico dei papi. Storia e insegnamenti, Rome, 1995, p. 418.

62 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 79-96. Voir du point de vue ecclésiologique, Laurent Villemin, Pouvoir d’ordre et pouvoir de juridiction : histoire théologique de leur distinction, Paris, 2003.

63 Alain Forest, « Espoirs et déboires du christianisme en Asie (XVIIe-XVIIIe s.) », dans Histoire générale du Christianisme…, p. 281-283.

64 M. Rosa, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de la papauté, p. 218.

65 Teodosio Lombardi, « Benedetto XIV e gli ordini religiosi », dans Benedetto XIV (Prospero Lambertini)…, t. I, p. 511-603.

66 Giuseppe Orlandi, « Benedetto XIV, S. Alfonso Maria de Liguori e i Redentoristi », dans Benedetto XIV (Prospero Lambertini)…, t. I, p. 607-627.

67 T. Bertone, Il governo della Chiesa…, p. 29.

68 M. Boutry, Le cardinal de Tencin…, p. 6. Dans une lettre du 7 décembre 1742, il émet ce jugement incisif que « notre cour n’est pas fertile en grands hommes ».

69 Niccolò del Re, « Benedetto XIV e la Curia romana », dans Benedetto XIV (Prospero Lambertini)…, t. 1, p. 646-647.

70 Le prolongement de cette création est la restructuration d’une ancienne congrégation de la résidence des évêques, fondée par Urbain VIII en 1636, par la constitution Ad universae Christianae Reipublicae du 3 septembre 1746.

71 Niccolò del Re, La Curia romana. Lineamenti storico-giuridici, Cité du Vatican, 1998, p. 406.

72 Congrégation établie par la constitution Decet romanum Pontificem du 23 novembre 1740, dans Bullarium…, t. I, p. 11-12.

73 N. del Re, « Benedetto XIV e la Curia romana », p. 648.

74 Constitution Iustitiae et pacis du 9 octobre 1746, dans Bullarium…, t. I, p. 59-64.

75 Stefano Tabacchi, Il buon governo. Le finanze locali nello Stato della Chiesa (secoli XVI-XVIII), Rome, 2007, p. 406-407. Créée en 1592 par Clément VIII, cette congrégation devait veiller aux intérêts administratifs, économiques et financiers des communes situées dans les États pontificaux. Cette mission lui permettait de contrôler les comptes en vérifiant les bilans. Mais progressivement, elle a étendu ses prérogatives sur d’autres aspects comme la construction des rues, le cadastre ou le développement de l’agriculture.

76 Ibid.

77 Ibid., p. 401.

78 Bullarium…, t. I, p. 15-24.

79 M. Rosa, v° Benoît XIV, dans Dictionnaire de la papauté, p. 217.

80 N. del Re, La Curia romana…, p. 406-407.

81 Pour une vision synthétique du débat depuis les origines mais l’oubli du rappel de la réitération de la condamnation par Benoît XIV, voir Rosario Spina, Sonia Stefanizzi, L’usura. Un servizio illegale offerto dalla città legale, Milan, 2007, p. 1-13.

82 Motu proprio du 30 mai 1749, dans Bullarium…, t. II, p. 40-42.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search