Version classiqueVersion mobile

Les clercs et les princes

 | 
Patrick Arabeyre
, 
Brigitte Basdevant-Gaudemet

Troisième section. Droits et justices

Entre droit cistercien, droit canonique et droit de l’État : La juridiction de l’abbé de Cîteaux au XVIIe siècle

Bertrand Marceau

Résumé

De 1265 à la Révolution, l’abbé de Cîteaux n’a de juridiction ordinaire et propre que dans son abbaye et dans celles dont il est le père immédiat. Toutefois la nature exacte de cette juridiction pose problème, car l’abbé général est aussi le chef juridique au centre des institutions de l’ordre de Cîteaux. Dans sa personne, l’autorité n’est ni précaire ni empruntée, étant naturellement attachée à sa qualité de chef et supérieur général. Cette définition théorique est contestée aussi bien par certaines autorités internes à l’ordre que par des autorités externes ecclésiastiques et séculières. Au XVIIe siècle, une série de confrontations permet l’ajustement de la position cistercienne, qui bénéficie le plus souvent de la protection de la législation pontificale et de la bienveillance du roi de France, mais qui doit en dernière instance se plier au droit de l’État, lorsque que celui-ci oppose à la juridiction de l’abbé de Cîteaux les limites nationales.

Texte intégral

  • 1 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, v° Abbé, dans Dictionnaire de droit canonique, t. I, Lyon, 2e(...)
  • 2 Joseph Baucher, v° Juridiction, dans Dictionnaire de théologie catholique, éd. Alfred Vacant, Eugè (...)
  • 3 Marie-Élisabeth Henneau, « La juridiction de l’ordre de Cîteaux sur les communautés de la branche (...)
  • 4 Le 9 juin 1265 est publiée la bulle Parvus fons de Clément IV, dite couramment la Clémentine, qui (...)
  • 5 Les abbés de Cîteaux étudiés ici sont Edme de La Croix (1584-1604), Nicolas Boucherat (1604-1625), (...)
  • 6 Le père immédiat est l’abbé d’une abbaye fondatrice et le chef des abbayes-filles, qui joint à son (...)
  • 7 Le chapitre général est l’assemblée plénière des abbés cisterciens, à la fois le tribunal souverai (...)
  • 8 Nous reprenons ici les termes de l’un des avocats de l’abbé de Cîteaux au XVIIIe siècle : Drou, Au (...)
  • 9 R. de Ganck, « Les pouvoirs de l’abbé de Cîteaux… », p. 13.

1Selon Pierre-Toussaint Durand de Maillane, l’autorité d’un abbé supérieur se compose de trois puissances, celle d’économie (conservation des biens temporels), celle d’ordre (le service divin) et celle de juridiction (droit de correction à l’intérieur d’un monastère)1. La juridiction est donc entendue ici comme le pouvoir de l’abbé de régir impérativement les actes de ses sujets monastiques2, moines comme moniales3. De 12654 à la Révolution, l’abbé de Cîteaux5 n’a de juridiction ordinaire et propre que dans son abbaye et dans celles dont il est le père immédiat, comme tout père immédiat de l’ordre cistercien6. Toutefois la nature exacte de cette juridiction pose problème, car l’abbé de Cîteaux n’est pas seulement le père de l’une des principales filiations de l’ordre, il est aussi le chef juridique au centre des institutions, l’auctoritas prima prétendant, au XVIIe siècle, détenir les pouvoirs du chapitre général lorsque celui-ci ne tient pas7. Dans sa personne, l’autorité n’est ni précaire ni empruntée, étant naturellement attachée à sa qualité de chef et supérieur général8 ; cependant sa juridiction ordinaire, comme celle des quatre premiers pères (La Ferté, Pontigny, Clairvaux et Morimond) et celle des pères immédiats vient par délégation du chapitre général9.

  • 10 P.-T. Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique, t. III, 1770, p. 136 : « La jurisdictio (...)
  • 11 Le droit de visite est aussi un devoir, rappelé par le vingtième décret de la XXe session du conci (...)
  • 12 Jean-Louis Brunet, Mémoire pour monsieur l’abbé général de l’ordre de Cîteaux, intimé et défendeur (...)
  • 13 Pour un exemple de cet attachement, voir BNF, Moreau 818, fol. 25, lettre de Jean Bougeret, secrét (...)

2Selon l’abbé de Cîteaux, sa juridiction volontaire10 comprend, dans son sens plein, un ensemble de droits importants : notamment le droit de visiter11 tous les monastères de quelque ligne ou filiation que ce soit, le droit de faire tous les actes importants concernant la réformation ou la police générale de l’ordre ; le droit de donner les mandements et les privilèges pour l’impression des livres de l’ordre ; le droit d’accorder le pouvoir et la commission tant aux quatre premiers pères qu’aux autres abbés de conférer la bénédiction abbatiale ; et le droit d’indiquer l’élection aux quatre premières abbayes (et non pas seulement lorsqu’il est en cours de visite)12. Afin d’appuyer ces prétentions, les religieux de Cîteaux conservent avec grand soin les privilèges en leur faveur accordés par les différentes autorités ecclésiastiques et séculières13.

  • 14 Le droit cistercien est ici entendu comme l’ensemble des règles régissant les rapports des religie (...)
  • 15 La place du droit canonique dans une société fortement christianisée n’est pas seulement celle d’u (...)
  • 16 Jean Gaudemet, Les sources du droit canonique, Paris, 1993, p. 183. Ce dernier droit trouve en Fra (...)
  • 17 Alain Boureau, La loi du royaume. Les moines, le droit et la construction de la nation anglaise (X (...)
  • 18 Voir AN, G802, fol. 85-85v. Appel comme d’abus de l’institution pour l’abbé de La Ferté, XVIIIe (...)

3Les pouvoirs de l’abbé de Cîteaux sont contestés par plusieurs autorités, à la fois internes et externes à l’ordre cistercien, entraînant des conflits de juridiction nombreux et coûteux. Trois principes juridiques s’opposent de manière parfois brutale : la tradition de l’ordre, qui est un droit constitué par un ensemble de statuts et de privilèges enregistrés par chaque chapitre général, doté d’un pouvoir législatif14 ; les normes du droit canonique général15 ; et, selon l’expression de Jean Gaudemet, le « droit d’origine séculière en matière ecclésiastique »16. Fruit de la construction séculaire d’une « sphère autonome de normativité »17, la conscience d’un droit propre à l’ordre est aiguë jusqu’à la Révolution ; les moines tiennent à ce droit particulier, fondé sur la tradition cistercienne, et tentent d’invoquer les privilèges et les dérogations au droit commun qu’il permet18.

  • 19 Polycarpe Zakar, Histoire de la stricte observance de l’ordre cistercien depuis ses débuts jusqu’a (...)
  • 20 Benoist Pierre, La bure et le sceptre. La congrégation des Feuillants dans l’affirmation des États (...)

4Dans le contexte d’émergence des sentiments nationaux qui ont brisé le cadre médiéval de la chrétienté et qui favorisent le relâchement des liens de charité dans l’ordre, et face à la réforme qui déchire les monastères en deux observances (la commune observance d’une part, l’étroite observance de l’autre)19, la juridiction de l’abbé de Cîteaux ne peut s’exercer qu’en cherchant à réorganiser les structures du gouvernement de l’ordre à son profit. La fin du XVIe siècle est marquée par des diminutions renouvelées affectant la juridiction de l’abbé de Cîteaux, particulièrement avec la naissance des congrégations nationales et la séparation des Feuillants20. Comment caractériser la position délicate de l’abbé de Cîteaux pour gouverner un ordre ancien en pleine mutation ? Quelle est l’étendue exacte de sa juridiction au XVIIe siècle ? On examinera d’abord la nature des conflits d’autorités, avant d’étudier leurs résolutions, qui mettent en lumière les évolutions de la juridiction cistercienne.

I. — LA NATURE DES CONFLITS DE JURIDICTION

5Temps de mutation et de crises pour l’ordre de Cîteaux, le XVIIe siècle est un temps de conflits nombreux. La juridiction cistercienne est l’objet de contestations à l’occasion d’un impératif majeur : la réforme, voulue ou subie.

1. La réforme voulue

  • 21 Commission de Nicolas Boucherat pour Étienne Maugier, Dijon, 28 juillet 1623, dans Constitutiones (...)

6Le premier type de conflit apparaît dans les réformes internes à l’ordre, promues et voulues par les supérieurs. Les structures institutionnelles de l’ordre ont été réorganisées en provinces, confiées à des vicaires provinciaux qui a commission du chapitre général ou de l’abbé de Cîteaux. Cette évolution apparaît rapidement comme une solution insuffisante. En effet, la naissance de l’étroite observance conduit les monastères réformés à demander l’exclusion expresse de la juridiction ordinaire des vicaires provinciaux. Or cette demande est après plusieurs années agréée par Nicolas Boucherat dans sa commission de juillet 1623, qui nomme l’abbé de La Charmoye Étienne Maugier (1608-1637) premier vicaire des monastères réformés : cette commission exclue formellement les établissements de l’étroite observance de la juridiction ordinaire des vicaires provinciaux21. Le risque est celui d’une scission, voire d’un schisme, entre les anciens moines et les nouveaux abstinents, menaçant les équilibres internes de l’ordre.

  • 22 Sur la réforme de la mère Angélique Arnauld, voir Jean Lesaulnier, « La première communauté de la (...)
  • 23 BM de Troyes, ms. 2338, fol. 12, lettre de Nicolas Boucherat à Angélique Arnauld, Cîteaux, 24 déce (...)

7En ce sens, le conflit d’autorités peut traduire l’incapacité à poursuivre la réforme de certains monastères dans le cadre institutionnel ancien. La difficulté de faire évoluer l’ordre conduit parfois l’abbé de Cîteaux à renoncer presque volontairement à ses droits, ou du moins à consentir à leur diminution. En décembre 1624, Nicolas Boucherat entérine et confirme les articles conclus entre Jean-François de Gondi, archevêque de Paris (1623-1654), et l’abbesse réformatrice de Port-Royal, Angélique Arnauld (1602-1630)22, en alléguant la raison suivante : « Quoyque plusieurs d’iceux [articles] soient contraires à noz privileges, je n’ay faict difficulté de confirmer, eu esgard au grand desir que j’ay de concourir et cooperer de tout mon pouvoir au bien advancement spirituel de vostre maison, à l’endroict de laquelle je conserveray, voire augmenteray mon soing et affection particuliere »23.

2. La réforme subie

  • 24 Francisco Rafel De Pascual, « Los orígenes de la congregación de Castilla », dans Cistercium, t. 4 (...)
  • 25 Un récit de l’audience accordée par le roi à l’abbé de Cîteaux à Valence est donné par Barthélemy (...)
  • 26 Eufemià Fort i Cogul, « Viatge a Poblet i a Santes Creus de l’abat general del Císter i algunes no (...)

8Le deuxième type de conflit apparaît dans les réformes subies, lorsque les supé rieurs cisterciens sont en désaccord avec la réformation qui s’impose à eux. Un bon exemple de démembrement interne à l’ordre est celui des abbés cisterciens de Castille, qui offre le cas d’une province entière ne se reconnaissant plus dans la mère commune24. La congrégation castillane est émancipée de Cîteaux depuis le XVe siècle et lorsque Edme de La Croix veut entrer en Castille au printemps 1604, il se heurte au refus de Philippe III (1598-1621)25, qui veille jalousement à l’autonomie des abbés castillans. L’abbé général se contente donc de la visite des monastères navarrais, catalans et valenciens, dont les plus importants sont Poblet et Santes Creus26.

  • 27 Edme-Bernard Bourée, La vie de Madame de Courcelle de Pourlan, derniere abbesse titulaire et refor (...)
  • 28 Jacques Laurent et Ferdinand Claudon, Abbayes et prieurés de l’ancienne France. Recueil historique (...)
  • 29 Pierre Hélyot, Histoire des ordres monastiques religieux et militaires et des congrégations séculi (...)
  • 30 Les abbayes de Port-Royal et du Tart sont les cas plus connus, mais on pourrait citer aussi les mo (...)

9La réforme épiscopale est le second cas de réforme subie, car les évêques sont particulièrement friands de la supervision des monastères de moniales, exemptes ou non. Il est fréquent que la réforme épiscopale tende à réduire les privilèges cisterciens : ainsi l’évêque de Langres Sébastien Zamet (1615-1655) visite-t-il en juillet 1622 l’abbaye du Tart alors que l’abbé de Cîteaux, invoquant le privilège d’exemption, lui dénie toute juridiction sur celle-ci27. Les démarches répétées de l’évêque-duc de Langres aboutissent quelques années plus tard à la translation du Tart à Dijon (24 mai 1623), puis à son démembrement de l’ordre de Cîteaux et au placement sous la juridiction expresse de l’ordinaire28. La colère de l’abbé général Pierre Nivelle, qui fait appel au parlement de Dijon, est impuissante à contre carrer cette séparation définitive29. De la même manière, certains évêques dénient tout pouvoir abbatial sur les moniales de leur diocèse autre que les interventions autorisées expressément, remettant en cause le privilège de l’exemption de l’ordinaire. Sous les pressions épiscopales renouvelées, le domaine d’intervention de l’abbé de Cîteaux se réduit car plusieurs abbayes échappent à son pouvoir30.

3. L’échec de la réforme des cardinaux

  • 31 Joseph Bergin, Cardinal de La Rochefoucauld: Leadership and Reform in the French Church, Londres/N (...)
  • 32 Louis Lekai, « Cardinal Richelieu as Abbot of Cîteaux », dans The Catholic Historical Review, t. 4 (...)
  • 33 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Segretaria dei Brevi 658, fol. 69-70v.

10Au XVIIe siècle, le conflit le plus rude pour Cîteaux apparaît dans la réforme menée par les cardinaux, d’abord François de La Rochefoucauld à partir de 162231, puis Armand de Richelieu à partir de 163532. La pression des cardinaux est plus forte que celle des évêques. Louis XIII a nommé le cardinal de La Rochefoucauld visiteur apostolique pour réformer en France les ordres de Saint-Benoît, de Saint-Augustin, de Cîteaux et de Cluny. La nomination lui arrive de la cour de Paris et non de Rome, mais le pape Grégoire XV lui donne son consentement par son bref du 8 avril 162233. Si leur action est vive et même brutale, car les cardinaux emploient le recours à la force armée, elle rencontre une vive résistance de la part des moines de la commune observance. L’ordonnance particulière du cardinal de La Rochefoucauld du 4 janvier 1625, qui vise à protéger la réforme à Clairvaux, suscite par exemple une réaction violente des religieux de Clairvaux, attachés à la juridiction de l’abbé de Cîteaux :

  • 34 Remontrances très humbles au roi, par les religieux de l’abbaye de Clervaux [Clairvaux], s. l., [1 (...)

Il n’est pas croyable que monseigneur le cardinal ait voulu renverser ce qui a été ordonné par le sieur abbé de Cîteaux, supérieur de l’ordre. […] Si son bref lui donne pouvoir de visiter et réformer, il ne lui baille pas une juridiction perpétuelle pour renverser l’autorité du supérieur de l’ordre et ses jugements34.

  • 35 Publiée le 27 juillet 1634, la sentence du cardinal confie le pouvoir et la tutelle de l’ordre à u (...)

11Devant l’échec de ses premières mesures de réforme, le cardinal de La Rochefoucauld mûrit ensuite une réformation complète du cœur des institutions cisterciennes : pour ce faire, la sentence réformatrice de 1634 prétend suspendre la juridiction de l’abbé de Cîteaux et du chapitre général35. Là encore, la capacité de résistance de l’ordre a raison de la volonté de La Rochefoucauld, dans la mesure où les religieux de Cîteaux font appel à Richelieu en invoquant la nécessité de conserver intacte la juridiction cistercienne :

  • 36 Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), Mémoires et documents, France 810, fol. 341-3 (...)

Nos roys très chrestiens ont tousjours advoué digne de leur soin la protection de l’ordre de Cisteaux, lequel ayant prins sa naissance dans les terres du royaume, s’est respandu par toute la Chrestienté, la superiorité et juridiction conservée à l’honneur de la France. Et sont tous les religieux de cet ordre demeurants dans les souverainetez estrangeres, en nombre presque infiny, obligez de recongnoistre la France pour leur mere commune, source et origine de leur bonheur, et sont obligez de se trouver en France toutes et quantes fois qu’ils y sont mandez par l’indiction du chapitre general convocqué par l’abé de Cisteaux avec l’advis et consentement des quatre premiers peres pour recevoir la loy qui leurs est baillée en l’assemblée des peres de cet ordre36.

  • 37 AD de la Côte-d’Or, 1 F 17, fol. 24. Malgré l’opposition de certains religieux de Cîteaux, Richeli (...)
  • 38 Louis Lekai, « The election of Claude Vaussin as Abbot of Cîteaux », dans Revue bénédictine, t. LX (...)

12Élu pour protéger l’ordre des attaques extérieures à l’automne 1635, et reléguant Pierre Nivelle à l’évêché de Luçon, le cardinal de Richelieu détrompe les attentes de la commune observance et reprend le programme réformateur de La Rochefoucauld. Voulant appuyer plus manifestement encore la réforme, Richelieu exclut tous les religieux membres de l’ancienne observance de toute fonction de juridiction37. L’affaiblissement de l’autorité de l’abbé général est marqué dans les années 1623-1645, au temps de la réforme des cardinaux, mais la mort de Richelieu et l’élection tumultueuse de Claude Vaussin38 ramène à la tête de l’ordre un abbé énergique de la commune observance.

13En dépit de la vigueur des offensives affectant sa juridiction, Cîteaux conserve pleinement ses attributions de gouvernement au moyen de compromis subtils, qui permettent à l’abbé général de diriger son ordre en évitant le schisme.

II. — LES FACTEURS DE RÉSOLUTION DES CONFLITS

14Devant la multiplicité des bouleversements et la vigueur des attaques, l’abbé de Cîteaux suit une politique de compromis habile, abandonnant ce qui est irrémédiablement perdu et renforçant le champ qui demeure sous son égide. Il résout donc au cas par cas les problèmes épineux soulevés par l’entrelacement des différents droits.

15L’abbé général s’appuie pour cela sur le soutien de la majorité des pères, français et étrangers, soutien qui lui permet d’exercer sa juridiction par la mise en œuvre de son droit de visite.

1. Le réseau cistercien : le soutien des abbés français et étrangers

  • 39 Pour un exemple de réaction immédiate et d’appel à la solidarité de l’ordre, voir AD de l’Aube, 3 (...)

16Chaque tentative de diminution des privilèges de l’ordre amène en retour la mobilisation de toutes les forces de l’ordre afin d’en empêcher l’effet39. L’importance du réseau religieux et politique de l’ordre offre de nombreux appuis aux religieux, qui harcèlent à chaque niveau d’autorité leurs opposants : procureur et conseil dans chaque abbaye, vicaires provinciaux ou présidents de congrégations le cas échéant, procureur général de l’ordre en cour de Rome.

  • 40 Eustache de Beaufort, Requête des abbés et religieux de l’ordre de Cîteaux des pays étrangers. À n (...)

17La défense des droits cisterciens n’est solide que si les abbés de chaque province soutiennent les institutions centrales. Ce sont ainsi les abbés étrangers qui par la requête du 9 février 1660 favorisent la victoire de la commune observance : si la requête est rédigée formellement par Eustache de Beaufort, abbé de Sept-Fons (1656-1709) et procureur des suppliants, la démarche est soutenue par les abbés et vicaires généraux de Pologne, de Hongrie, de Bohême, d’Autriche, de Styrie, de Moravie, de Franconie, de Basse-Allemagne, de Flandre, du comté de Bourgogne, de Suisse, de Toscane, de Calabre, Lucanie et Sicile, etc.40.

  • 41 Ainsi les abbés de Wettingen, au diocèse de Bâle, sont-ils régulièrement confirmés au XVIIe siècle (...)
  • 42 En 1616, le nonce en Flandre plaide pour la séparation des abbayes flamandes de l’autorité de Cîte (...)

18En dehors des temps de crise, l’adhésion à la juridiction de Cîteaux est perceptible après chaque élection abbatiale, lorsque les abbés eux-mêmes demandent leur confirmation auprès du supérieur général41, bien que cette confirmation génère parfois de fortes oppositions42.

2. L’exercice personnel de la juridiction : la visite

  • 43 Le but de ce voyage est double : à la fois visite générale des monastères allemands et présidence (...)
  • 44 Nicolas Boucherat est assisté de Georg Urat, abbé de Königsaal et vicaire général pour la Bohême, (...)
  • 45 Selon le récit du secrétaire de l’abbé, Claude Vaussin « n’avoit donné aucun advis à ces peres de (...)

19Le moyen le plus efficace de vérifier la bonne application des statuts de l’ordre est la visite, à la fois de charité et de juridiction. Dans la ligne voulue par le concile de Trente, les abbés de Cîteaux ont entrepris un vaste programme de visites dans le royaume de France et en dehors. Pour le XVIIe siècle, on relève notamment le voyage dans la péninsule ibérique de Edme de La Croix, qui inspecte les monastères de la couronne d’Aragon (1603-1604) ; les visites dans les pays germaniques de Nicolas Boucherat, qui préside à Prague le chapitre provincial de l’ordre (1616) ; les nombreux voyages de Claude Vaussin, qui se rend une fois dans les pays germaniques (1654)43 et trois fois dans la péninsule italienne (1661-1662, 1664 et 1666). Ces voyages démontrent la capacité de l’abbé général à exercer son autorité dans les abbayes étrangères au royaume de France. On constate même que l’abbé de Cîteaux se rend dans certains monastères qui n’avaient jamais reçu la visite du supérieur général. Ainsi à Heinrichau, monastère de Silésie, visité en bonne et due forme par Nicolas Boucherat en janvier 1616, preuve de la juridiction transnationale intacte44. Ce sont les abbés eux-mêmes qui sollicitent les visites de l’abbé de Cîteaux lorsque celui-ci se rend dans leur province. Lorsque, à l’automne 1661, Claude Vaussin se rend à Rome pour plaider la cause de son ordre, ce sont par exemple les moines de Faenza ou de Regina Angelorum qui réclament sa visite de juridiction, que celui-ci délaisse par manque de temps45.

20Si l’abbé de Cîteaux conserve au XVIIe siècle de larges attributions et peut visiter ses abbayes-filles comme le prévoit la charte de charité, c’est donc grâce à l’appui réel dont il bénéficie dans l’ordre. Mais cette supériorité ne pourrait pas s’exercer sans les soutiens de la cour de Rome et de la cour de France.

3. Un double appui : Rome et le roi de France

  • 46 Voir la synthèse de Goffredo Viti, « Congregazione cistercense Romana », dans Dizionario degli ist (...)

21Le soutien du souverain pontife est ancien et explicite, mais non pas uniforme. La papauté a sinon favorisé, du moins approuvé la création des congrégations nationales, tout en prétendant que cela ne diminuait en rien l’autorité des supérieurs cisterciens. Toutefois, l’émergence des congrégations ne se traduit ni ouvertement ni immédiatement par une diminution des droits traditionnels. Ainsi la congrégation romaine, approuvée en 1623 par Grégoire XV, reste-t-elle soumise à la juridiction, correction et visite des abbés de Cîteaux, des premiers pères ou des commissaires du chapitre général : les religieux de cette congrégation doivent envoyer un représentant au chapitre général ; ils reçoivent les ordonnances du chapitre général ; ils doivent envoyer leurs règlements pour confirmation au chapitre général46. Mais cela n’empêche pas leur évolution rapide vers des us non cisterciens.

  • 47 L. Lekai, « The election of Claude Vaussin… », p. 218. Conscient des dangers d’une vacance prolong (...)
  • 48 Voir Alexander Papa VII. Ad futuram rei memoriam. In suprema sedis apostolicae specula, etc., édit (...)

22Si le soutien romain n’est pas uniforme, il est toutefois constant dans les moments décisifs. C’est ainsi Innocent X qui reconnaît Claude Vaussin en raison de sa juridiction supérieure47, et permet un retour à l’ordre et à la commune observance. La défense acharnée de sa juridiction à Rome afin que les abstinents ne prennent le pouvoir de l’ordre est à l’origine des trois voyages de Claude Vaussin en Italie dans les années 1660, voyages qui se déroulent dans des conditions favorables et qui préparent le bref In suprema de 1666. Le bref du 19 avril 1666 entend mettre fin aux querelles de l’observance, renforcer l’unité et décréter en même temps une réforme de l’ordre. Alexandre VII cherche la réconciliation des observances dans le compromis, en s’appuyant sur les autorités traditionnelles de l’ordre. La légitimité de la visite annuelle par l’abbé général et par les premiers pères est ainsi confirmée en 1666 par Rome48.

  • 49 Arrest du conseil d’Estat du roy, prononcé de la bouche de sa majesté le 14 juillet 1666, Paris, S (...)

23Les décisions romaines, qui sanctionnent la nouvelle organisation de l’ordre, doivent être reçues par les autorités politiques. Le chapitre général de l’ordre se tenant à Cîteaux, il importe pour l’abbé général d’obtenir du roi de France l’enregistrement du bref du 19 avril 1666 ; c’est chose faite par les lettres patentes du 14 juillet de la même année49. Lorsque l’application de ces dispositions suscitent des controverses majeures, le Conseil d’État du roi tranche en faveur de l’abbé de Cîteaux, reconnaissant d’abord en 1671 son droit de visite sur tout l’ordre, puis confirmant Jean Petit comme supérieur général en 1681 :

  • 50 Arrest du conseil d’Estat du roy, par lequel l’abbé de Cisteaux est maintenu dans ses droits & dan (...)

Sa Majesté auroit ordonné que l’abbé & general de Cisteaux pourroit faire ses visites quand bon luy sembleroit & qu’il le jugeroit à propos, dans toutes les maisons de l’ordre de Cisteaux, de quelque filiation qu’elles fussent, tant dedans que dehors le royaume, pour y reformer & mettre les ordres que besoin seroit, pour l’observation de la regularité, discipline & institution dudit ordre50.

24Lorsque les impératifs ecclésiastiques et politiques sont conciliés, le gouvernement de l’ordre fonctionne relativement bien sous la houlette de l’abbé.

25Le XVIIe siècle cistercien est un temps de tempête contre les structures traditionnelles de l’ordre, particulièrement dans les années 1620. Si la position de l’abbé de Cîteaux se caractérise par sa situation centrale, sa juridiction transnationale est en net repli, sous un ensemble de pressions fortes, en dépit d’une lutte farouche pour réorganiser à son profit les mutations qui affectent l’ordre. L’adaptation de l’ordre au morcellement moderne, qui a regroupé ses établissements dans les congrégations, a eu pour conséquence le renforcement des droits de l’abbé de Cîteaux dans le royaume de France, mais l’épuisement progressif de sa capacité à exercer ses pouvoirs à l’étranger. Cela est moins dû sans doute aux conflits extérieurs, certes coûteux et oppressants, qu’à l’affaissement du siège d’ordre au milieu de querelles fratricides. Cîteaux s’en est relevé puissant parmi ses coabbés de France, mais amoindri par l’absence de visites régulières dans les établissements étrangers.

26La permanence d’une juridiction régulière transnationale à l’époque moderne doit toutefois être soulignée. Ces pouvoirs sont assis sur une tradition solide et sur la conscience commune d’appartenir à l’ordre bernardin, capable de défendre les privilèges d’exemption. La juridiction de l’abbé général ne peut trouver matière à s’exercer que par le consentement des abbés cisterciens des différentes provinces, provinces du royaume de France et provinces étrangères. La série de confrontations post-tridentines permet l’ajustement de la position cistercienne, qui doit en dernière instance se plier au droit de l’État, lorsque que celui-ci oppose au droit cistercien les limites nationales, mais qui bénéficie le plus souvent de la protection de la législation pontificale et de la bienveillance du roi de France. Juridiction mouvante donc, en pleine évolution, qui perd certaines prérogatives mais en acquiert d’autres : juridiction active et parfois créatrice.

Notes

1 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, v° Abbé, dans Dictionnaire de droit canonique, t. I, Lyon, 2e éd., 1770, p. 14-15. Dans cette rubrique, l’auteur définit bien les pouvoirs d’ordre et de juridiction selon la distinction habituellement opérée par les canonistes ; par le terme d’économie, il désigne les prérogatives de l’abbé, administrateur du temporel de son monastère.

2 Joseph Baucher, v° Juridiction, dans Dictionnaire de théologie catholique, éd. Alfred Vacant, Eugène Mangenot et Émile Amann, Paris, 1924, t. VIII, col. 1977. Le pouvoir de juridiction est « le pouvoir de régir impérativement les actes des sujets ». Selon l’étymologie jus dicere, « dire le droit », est le pouvoir de porter une loi, pour le gouvernement et la direction d’un autre.

3 Marie-Élisabeth Henneau, « La juridiction de l’ordre de Cîteaux sur les communautés de la branche féminine aux Pays-Bas et dans la principauté de Liège, XVe-XVIIIe siècles », dans Cîteaux et les femmes, éd. Bernadette Barrière et Marie-Élisabeth Henneau, Paris, 2001, p. 298-315.

4 Le 9 juin 1265 est publiée la bulle Parvus fons de Clément IV, dite couramment la Clémentine, qui règle le fonctionnement de l’ordre suite au conflit entre l’abbé de Cîteaux et celui de Clairvaux. À partir de cette date, les statuts du chapitre général, qui doit se tenir tous les ans, reposent sur les délibérations des vingt-cinq définiteurs. Roger de Ganck, « Les pouvoirs de l’abbé de Cîteaux, de la bulle Parvus fons (1265) à la Révolution française », dans Analecta Cisterciensia, t. 27, 1971, p. 3-63.

5 Les abbés de Cîteaux étudiés ici sont Edme de La Croix (1584-1604), Nicolas Boucherat (1604-1625), Pierre Nivelle (1625-1635), le cardinal de Richelieu (1635-1642), Claude Vaussin (1645-1670) et Jean Petit (1670-1692).

6 Le père immédiat est l’abbé d’une abbaye fondatrice et le chef des abbayes-filles, qui joint à son autorité propre sur son abbaye une juridiction sur les maisons de sa filiation. La démission d’un abbé se fait dans les mains du père immédiat.

7 Le chapitre général est l’assemblée plénière des abbés cisterciens, à la fois le tribunal souverain de l’ordre et le pouvoir suprême législatif, administratif, exécutif et judiciaire dans l’ordre. Il est appelé parfois le « Sénat des abbés », par exemple dans J. Lacoste, Consultation, Dijon, 1766, p. 24.

8 Nous reprenons ici les termes de l’un des avocats de l’abbé de Cîteaux au XVIIIe siècle : Drou, Au roi, et nos seigneurs de son conseil, [Paris], de l’imprimerie de J. Chardon, 1761, p. 8. L’autorité « dans la personne de l’abbé n’est pas une autorité précaire et empruntée ; elle lui est au contraire naturelle ; elle est inhérente à sa qualité de chef et supérieur général ».

9 R. de Ganck, « Les pouvoirs de l’abbé de Cîteaux… », p. 13.

10 P.-T. Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique, t. III, 1770, p. 136 : « La jurisdiction volontaire se sous-divise en gracieuse & pénitentielle, selon qu’elle est exercée dans le for intérieur ou extérieur ».

11 Le droit de visite est aussi un devoir, rappelé par le vingtième décret de la XXe session du concile de Trente. Les chefs d’ordre doivent visiter et corriger les monastères qui dépendent d’eux, y compris ceux qui sont en commende. Gian Domenico Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, Paris, 1902, t. XXXIII, col. 179-180.

12 Jean-Louis Brunet, Mémoire pour monsieur l’abbé général de l’ordre de Cîteaux, intimé et défendeur. Contre les abbés de La Ferté, de Pontigny et de Clairvaux, appelants comme d’abus et demandeurs, [Paris], de l’imprimerie de Claude Robustel, 1730, p. 24-25.

13 Pour un exemple de cet attachement, voir BNF, Moreau 818, fol. 25, lettre de Jean Bougeret, secrétaire de Pierre Nivelle, à Jacques Le Belin, avocat à Dijon, Cîteaux, 4 juin 1626. « Suivant ma promesse, je vous envoye le livre où aucun de nos privileges sont inserés, particulierement ceux qui nous sont concedez par Innocent Huictiesme [Innocent VIII], et confirmez par noz roys nommement par sa Majesté à present regnante, et emologuez à la Cour du Parlement de Paris. Nous avons tant et de si beaux privileges qui nous ont esté octroyés et confirmez par tous les saincts peres, fors celuy qui est à present seant [Urbain VIII], que inopem me copia fecit, et fauldroit avoir une charrette pour mener tous les originaux que nous avons ceans, les confirmations d’iceux par les princes, par les parlemens, et tous les beaux arrests qui sont pour maintenir la jurisdiction de l’abbé de Cisteaux sur ses monasteres », etc.

14 Le droit cistercien est ici entendu comme l’ensemble des règles régissant les rapports des religieux dans la société monastique, fondé sur la règle de saint Benoît et les décrets des chapitres généraux depuis la fondation de Cîteaux en 1098, codifiés au XIIIe siècle. En ce sens, voir Colomban Bock, Les codifications du droit cistercien, Westmalle, 1955, p. 1-4. Le droit cistercien se sépare « en deux parties distinctes : le droit constitutionnel, c’est-à-dire les textes organiques qui créent et organisent l’ordre de Cîteaux ; le droit non-constitutionnel, c’est-à-dire les règles de toutes sortes, administratives, liturgiques, économiques, disciplinaires, qui régissent la vie de toutes les abbayes qui constituent juridiquement l’ordre de Cîteaux tel que le définit le droit constitutionnel », selon la division établie par Bernard Lucet, Les codifications cisterciennes de 1237 et de 1258, Paris, 1977, p. 1.

15 La place du droit canonique dans une société fortement christianisée n’est pas seulement celle d’un droit spécifique propre aux institutions ecclésiastiques. Voir Olivier Poncet, La papauté et la provision des abbayes et des évêchés français de 1595 à 1661. Recherches sur l’esprit des institutions pontificales à l’époque de la réforme catholique, thèse sous la direction d’Y.-M. Bercé, université Paris-Sorbonne (Paris 4), Paris, 1998, 2 t., p. 3.

16 Jean Gaudemet, Les sources du droit canonique, Paris, 1993, p. 183. Ce dernier droit trouve en France une terre d’élection, créant pour Cîteaux à la fois un protecteur efficace et un législateur enclin à empiéter sur le domaine que l’ordre estime devoir être conservé suivant ses anciens privilèges.

17 Alain Boureau, La loi du royaume. Les moines, le droit et la construction de la nation anglaise (XIe-XIIIe siècles), Paris, 2001, p. 212. « L’ambition de l’ordre [cistercien] était de constituer une sphère autonome de normativité, coupé aussi bien des poussées du bas (les coutumes locales) que des pressions du haut (l’exercice du jus commune) ».

18 Voir AN, G802, fol. 85-85v. Appel comme d’abus de l’institution pour l’abbé de La Ferté, XVIIIe siècle. Lors d’une querelle du XVIIIe siècle sur l’institution donnée par l’abbé de Cîteaux à l’abbé de La Ferté pour présider au chapitre général en son absence, les religieux appelants (les premiers pères) notent : « Il n’y a pas de loi particulière dans l’ordre de Cisteaux qui permette à l’abbé de se faire substituer lorsqu’il s’absente. Il faut donc suivre le droit général dans l’ordre ecclésiastique et dans l’ordre religieux ».

19 Polycarpe Zakar, Histoire de la stricte observance de l’ordre cistercien depuis ses débuts jusqu’au généralat du cardinal de Richelieu (1606-1635), Rome, 1966. On distingue d’une part les religieux de la commune observance, majoritaires et fidèles aux traditions cisterciennes, appelés les anciens, et d’autre part les religieux de l’étroite observance, réformés et pratiquant une lecture de la règle de saint Benoît plus stricte, appelés les abstinents.

20 Benoist Pierre, La bure et le sceptre. La congrégation des Feuillants dans l’affirmation des États et des pouvoirs princiers (vers 1560-vers 1660), Paris, 2006.

21 Commission de Nicolas Boucherat pour Étienne Maugier, Dijon, 28 juillet 1623, dans Constitutiones et acta capitulorum strictioris observantiae ordinis cisterciensis (1624-1687), éd. Julius Donatus Leloczky, Rome, 1967, p. 145. Le vicariat donné à Étienne Maugier par Nicolas Boucherat est renouvelé le 6 février 1628 par son successeur Pierre Nivelle.

22 Sur la réforme de la mère Angélique Arnauld, voir Jean Lesaulnier, « La première communauté de la mère Angélique Arnauld », dans, Chroniques de Port-Royal, n° 60 : Port-Royal dans la Réforme catholique (1602-1627), 2010, p. 17-30.

23 BM de Troyes, ms. 2338, fol. 12, lettre de Nicolas Boucherat à Angélique Arnauld, Cîteaux, 24 décembre 1624. Le 16 décembre 1624, l’abbé de Cîteaux donne son accord pour la translation des religieuses de Port-Royal-des-Champs à Paris. Ce transfert prélude au détachement de Port-Royal de la juridiction cistercienne, acté par le bref d’Urbain VIII du 15 juin 1627. Voir BNF, fr. 15805, fol. 39, consentement de Nicolas Boucherat pour les moniales de Port-Royal, Cîteaux, 16 décembre 1624.

24 Francisco Rafel De Pascual, « Los orígenes de la congregación de Castilla », dans Cistercium, t. 46, n° 199, 1994, p. 765-814. Afin de rénover la vie religieuse, les religieux de l’observance régulière de saint Bernard fondée par Martín de Vargas établissent des normes pratiques et exigeantes. Moine de Piedra, Martín de Vargas obtient à partir de 1425 d’être exempt de la juridiction de son abbé, de l’abbé de Cîteaux et du chapitre général.

25 Un récit de l’audience accordée par le roi à l’abbé de Cîteaux à Valence est donné par Barthélemy Joly, qui accompagne Edme de La Croix dans son périple. Voir Barthélemy Joly, « Voyage en Espagne », dans Revue hispanique, t. XX, n° 58, juin 1909, p. 509-510 et p. 536.

26 Eufemià Fort i Cogul, « Viatge a Poblet i a Santes Creus de l’abat general del Císter i algunes notícies que s’hi relacionen », dans Miscellanea populetana (Scriptorum Populeti), t. 1, 1966, p. 433-446.

27 Edme-Bernard Bourée, La vie de Madame de Courcelle de Pourlan, derniere abbesse titulaire et reformatrice de l’abbaye de Notre-Dame du Tart, Lyon, Jean Certe, 1699, p. 102 ; Louis Prunel, Lettres spirituelles de Sébastien Zamet, évêque-duc de Langres, pair de France, Paris, 1911, p. 57, n. 1. L’évêque de Langres est en visite dans son diocèse lorsqu’une religieuse du Tart vient le trouver à Saint-Jean-de-Losne pour lui demander de visiter le couvent, d’en constater les dérèglements et d’en entreprendre la réforme.

28 Jacques Laurent et Ferdinand Claudon, Abbayes et prieurés de l’ancienne France. Recueil historique des archevêchés, évêchés, abbayes et prieurés de France, t. XII, 3e partie, Paris/Ligugé, 1941, p. 590-591. Les moniales du Tart se réfugient à Dijon en raison de l’insécurité qui règne dans les campagnes. Leur abbesse, Jeanne-Françoise de Courcelle de Pourlan, veut les ramener à une observance régulière, pour les astreindre à une règle de vie austère, inspirée à la fois par les clarisses et le jansénisme, et par Cîteaux. Placées sous la juridiction de l’évêque diocésain et soutenues fermement par Sébastien Zamet, les abbesses deviennent triennales à partir de 1626.

29 Pierre Hélyot, Histoire des ordres monastiques religieux et militaires et des congrégations séculières de l’un et l’autre sexe, t. V, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1718, p. 477. La soustraction de juridiction de l’ordre de Cîteaux est demandée en raison de l’opposition de Pierre Nivelle à la réforme et obtenue par deux brefs d’Urbain VIII des 28 janvier et 27 septembre 1626.

30 Les abbayes de Port-Royal et du Tart sont les cas plus connus, mais on pourrait citer aussi les moniales de Bussières, qui obtiennent en juillet 1628 un bref les soumettant à l’archevêque de Bourges et non plus aux pères cisterciens. Alain Guerrier, « Quatre itinéraires de réforme en France au XVIIe siècle », dans Cîteaux et les femmes…, p. 276, n. 73.

31 Joseph Bergin, Cardinal de La Rochefoucauld: Leadership and Reform in the French Church, Londres/New Haven, 1987.

32 Louis Lekai, « Cardinal Richelieu as Abbot of Cîteaux », dans The Catholic Historical Review, t. 42, n° 2, juillet 1956, p. 137-156.

33 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Segretaria dei Brevi 658, fol. 69-70v.

34 Remontrances très humbles au roi, par les religieux de l’abbaye de Clervaux [Clairvaux], s. l., [1625], p. 36. Les religieux caractérisent l’ordonnance cardinalice comme illégale mais aussi comme illégitime car menée de l’extérieur et méconnaissant la situation réelle des monastères : si « monseigneur le cardinal se fut transporté en l’abbaye de Clairvaux, il y eût vu un tel ordre, la discipline régulière si bien observée, le service si bien célébré, les religieux si bien instruits, et la piété tellement pratiquée qu’il eut reçu tout contentement », ibid., p. 29-30.

35 Publiée le 27 juillet 1634, la sentence du cardinal confie le pouvoir et la tutelle de l’ordre à un vicaire général choisi parmi les membres de l’étroite observance. Cette mesure est transitoire, étant conçue pour donner le temps à l’étroite observance de grandir au point de pouvoir gérer les grandes abbayes, dont le chef d’ordre. Voir François de La Rochefoucauld, Sentence pour le rétablissement de l’observance régulière en l’ordre de Cîteaux, Paris, 1634, 32 p.

36 Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), Mémoires et documents, France 810, fol. 341-342, lettre de Pierre Nivelle, Yves Sauvageot abbé de La Ferté (1600-1655), Charles Boucherat abbé de Pontigny (1613-1643) et Claude Largentier abbé de Clairvaux (1624-1653), au cardinal de Richelieu, s. l., [2 août] 1634.

37 AD de la Côte-d’Or, 1 F 17, fol. 24. Malgré l’opposition de certains religieux de Cîteaux, Richelieu « prit cependant possession de l’abbaye le 15 janvier 1636 et en chassa tous les religieux anciens, leur ayant substitué des réformés ». Le 29 janvier 1636, deux semaines après son installation à Cîteaux, Richelieu établit vicaire général de l’ordre Charles Boucherat, qui visite le collège des Bernardins de Paris et exclut par sentence les abbés et religieux de la commune observance de toute fonction de juridiction.

38 Louis Lekai, « The election of Claude Vaussin as Abbot of Cîteaux », dans Revue bénédictine, t. LXVII, n° 3-4, 1957, p. 202-219.

39 Pour un exemple de réaction immédiate et d’appel à la solidarité de l’ordre, voir AD de l’Aube, 3 H 3276, n° 20, lettre de Claude Vaussin à Pierre Henry, abbé de Clairvaux (1654-1676), Cîteaux, 28 avril 1665, 2 fol. « Pour ce qui concerne les usurpations des puissances seculieres et ecclesiastiques contre les droitz et immunitez de nostre ordre, dont vous m’avez escri, c’est une affaire de grande importance et de longue halene, qui merite bien l’emploi de tout nostre ordre pour les empescher. Aussi est-ce un mal si grand et invercé qu’il est besoin de grandes puissances pour y remedier, comme nous devons faire conjointement », etc.

40 Eustache de Beaufort, Requête des abbés et religieux de l’ordre de Cîteaux des pays étrangers. À nos seigneurs de parlement, s. l., [1660], 7 p.

41 Ainsi les abbés de Wettingen, au diocèse de Bâle, sont-ils régulièrement confirmés au XVIIe siècle par les abbés de Cîteaux : Christophe Bachmann (1633-1641) par Pierre Nivelle en octobre 1633 ; Bernhard Keller (1649-1659) par Claude Vaussin en juillet 1649 ; Gerhard Bürgisser par le même Vaussin en septembre 1659 ; Benedikt Staub (1670-1672) par Jean Petit en novembre 1670. André Hägler et Anton Kottmann, « Wettingen », dans Helvetia sacra, III/3 : Die Zisterzienser und Zisterzienserinnen, die reformierten Bernhardinerinnen, die Trappisten und Trappistinnen und die Wilhelmiten in der Schweiz, éd. Patrick Braun et Cécile Sommer-Ramer, Bâle, 1982, p. 471-476.

42 En 1616, le nonce en Flandre plaide pour la séparation des abbayes flamandes de l’autorité de Cîteaux (et également de Prémontré) et pour la fin de la confirmation de l’abbé général lorsque les abbés sont nommés par les archiducs et que les abbayes sont inscrites sur les registres de la chambre apostolique. Voir la lettre de Ascanio Gesualdo, nonce en Flandre, au cardinal Borghese, Bruxelles, 24 septembre 1616, dans ASV, Fondo Borghese II, t. 102, fol. 309 ; éditée dans Lucienne Van Meerbeeck, Correspondance des nonces Gesualdo, Morra, Sanseverino, avec la secrétairerie d’État pontificale (1615-1621), Bruxelles/Rome, 1937, p. 81.

43 Le but de ce voyage est double : à la fois visite générale des monastères allemands et présidence du chapitre de la congrégation de Haute-Allemagne, qui se tient à Rottweil en août 1654, afin d’examiner les statuts de ladite congrégation. Leonard Scherg, « Die Statuten der Oberdeutschen Kongregation des Cistercienserordens (2). Zur Vorgeschichte des Nationalkapitels in Rottweil (1650-1654) », dans Analecta Cisterciensia, t. 57, 2007, p. 3-98.

44 Nicolas Boucherat est assisté de Georg Urat, abbé de Königsaal et vicaire général pour la Bohême, et de Jean Foucart, abbé de Nizelles et docteur en théologie. Voir l’édition de la charte de visite dans Heinrich Grüger, « Die Visitation des Generalabtes Nicolas Boucherat in Schlesien (1616) », dans Mélanges à la mémoire du père Anselme Dimier, éd. Benoît Chauvin, t. II, vol. 3, Pupillin, 1984, p. 107-109.

45 Selon le récit du secrétaire de l’abbé, Claude Vaussin « n’avoit donné aucun advis à ces peres de son arrivée, mais il permet à ses religieux d’aller voir la ville, et estant à cette abbaye, on y apprit l’arrivée de mondit seigneur, et aussytost le reverend abbé veut le trouver et le saluer avec quelques-uns de ses religieux, et le pria de venir au moins disner chez eux à l’abbaye. Mais monseigneur, qui n’avoit pas dessein de faire aucune visite avant que d’avoir fait à Rome les plus pressantes affaires, et qui vouloit y aller de la maniere qu’on appelle en Italie incognito, se contenta d’aller voir en passant cett’abbaye ». Voir BM de Dijon, ms. 2684, fol. 701.

46 Voir la synthèse de Goffredo Viti, « Congregazione cistercense Romana », dans Dizionario degli istituti di Perfezione, t. II, Rome, 1975, col. 1933-1934.

47 L. Lekai, « The election of Claude Vaussin… », p. 218. Conscient des dangers d’une vacance prolongée de l’abbaye de Cîteaux, et sous la pression croissante des abbés et des représentants étrangers à Rome, Innocent X se saisit personnellement de l’affaire et adresse le 29 novembre 1645 les bulles de confirmation à Claude Vaussin, se fondant sur sa juridiction supérieure et écartant toute irrégularité ou illégalité, et le reconnaissant solennellement comme abbé de Cîteaux et général de l’ordre tout entier.

48 Voir Alexander Papa VII. Ad futuram rei memoriam. In suprema sedis apostolicae specula, etc., édité dans Joseph-Marie Canivez, Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis ab anno 1116 ad annum 1786, t. VII, Louvain, 1939, p. 427 et suiv.

49 Arrest du conseil d’Estat du roy, prononcé de la bouche de sa majesté le 14 juillet 1666, Paris, Sébastien Cramoisy et Sébastien Mabre-Cramoisy, 1666, 16 p. Le nonce a présenté à Louis XIV le bref du 19 avril 1666, ainsi que celui du 10 novembre 1657 (approbation de l’usage des viandes), du 8 mars 1660 (annulation des contrats entre anciens et réformés pour les pensions), du 2 juillet 1661 (annulation de certaines ordonnances de La Rochefoucauld).

50 Arrest du conseil d’Estat du roy, par lequel l’abbé de Cisteaux est maintenu dans ses droits & dans ses prerogatives de chef & de superieur general de l’ordre de Cisteaux ; contre les pretentions des quatre premiers, & de quelques autres abbez dudit ordre. Du 19 septembre 1681, Paris, Frédéric Léonard, 1681, p. 3.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search