Version classiqueVersion mobile

Les clercs et les princes

 | 
Patrick Arabeyre
, 
Brigitte Basdevant-Gaudemet

Deuxième section. Clercs et hiérarchies dans l'État

« Des créatures de Votre Majesté » Choix et contrôle des évêques par Philippe II dans les couronnes de Castille et d’Aragon (1556-1598)

Ignasi Fernández Terricabras

Résumé

Depuis 1523, les rois d’Espagne présentent au pape les candidats à l’épiscopat. Philippe II (1556-1598) utilise ce pouvoir pour constituer un épiscopat adapté aux besoins de la monarchie. La récurrence de certains traits dans les carrières des évêques de cette période montre que, pour le patronage royal, l’évêque apparaît plutôt comme un gouvernant. L’épiscopat devient l’un des plus hauts échelons d’une longue carrière clairement liée à la couronne, dans laquelle les charges dans l’administration de l’Église et de la monarchie alternent indistinctement. La ressemblance avec le profil des « letrados », les diplômés en droit présents dans l’administration, est remarquable. Bien que les papes essaient d’affirmer leur autorité sur les évêques espagnols dans le domaine disciplinaire, dans la pratique, c’est la couronne qui les contrôle.

Note de l’éditeur

Je tiens à remercier M. Vicent Hérail, qui a toujours suivi cette recherche, de son aide pour la rédaction de ce texte.

Texte intégral

  • 1 Joseph Bergin, « The Counter-Reformation Church and its bishops », dans Past and Present, t. 165, (...)

1Pour l’Église de la Contre-Réforme en général et pour le concile de Trente en particulier, la défense du catholicisme face à la menace protestante passe par le renforcement et la restructuration de la hiérarchie ecclésiastique. Pour les pères réunis à Trente, c’est à l’évêque de veiller au bon comportement des clercs de son diocèse qui, à leur tour, doivent veiller à celui des fidèles. Le programme d’action de la Contre-Réforme repose sur la figure de l’évêque1.

  • 2 Christian Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Madrid, 1988.
  • 3 Tarsicio de Azcona, « Reforma del episcopado y del clero de España en tiempo de los Reyes Católico (...)

2Le renforcement du pouvoir diocésain des évêques coïncide, non par hasard, avec le déploiement du contrôle de l’épiscopat par les États. Dans certains territoires, les monarques jouissent du pouvoir d’élire les clercs qui deviendront évêques, le pape se bornant à concéder l’investiture au candidat présenté librement par le souverain. C’est le cas de la France après le concordat de Bologne. Peu après, en 1523, le pape Adrien VI concède à Charles Quint la présentation perpétuelle à tous les évêchés d’Espagne. Ce droit sera le plus éminent privilège du vaste complexe de droits et de prérogatives dont le monarque jouit dans les affaires ecclésiastiques, qui est connu sous le nom de « Patronato Real »2. Désormais, les conseils de Castille et d’Aragon sont chargés de présenter des rapports au roi en vue des nominations des évêques sur les territoires relevant de leur compétence. Néanmoins, le roi peut toujours porter son choix sur la personne qu’il estime la plus compétente et ce même si elle n’a pas été proposée par les conseillers. Charles Quint (1516-1556) va employer le patronage royal pour s’assurer des nominations politiquement sûres3. Mais c’est son fils Philippe II (1556-1598) qui pousse à son extrême la potentialité du patronage royal pour créer un épiscopat adapté aux besoins de la monarchie.

I. — AVANT DE DEVENIR ÉVÊQUE

  • 4 Nous ne présentons ici de façon très succincte que quelques données. Pour le développement complet (...)

3L’étude statistique que nous avons menée ailleurs sur les évêques présentés par Philippe II en est une bonne preuve4. Notre travail prend en compte les 194 prélats désignés par le roi pour gouverner les cinquante-cinq diocèses existants dans les couronnes de Castille et d’Aragon en 1598. Comme nombre d’évêques dirigent successivement deux diocèses ou plus, deux cent soixante et onze présentations confirmées par le pape entrent en ligne de compte ici. La coïncidence de certains traits pour la majorité des évêques désignés par Philippe II nous permet de tracer le profil du type d’évêque souhaité par la Couronne : castillan, noble, diplômé universitaire, d’âge avancé, honnête et avec une importante carrière préalable.

4C’est précisément sur cette carrière préalable que nous allons focaliser notre attention.

  1. Le concile de Trente précise que les évêques doivent être titulaires d’un doctorat en théologie ou en droit canonique. Philippe II présente cent neuf prélats théologiens et soixante-douze juristes5. Nous mettons à part cinq présentations de quatre personnes qui avaient des diplômes universitaires de droit et de théologie et quatre autres présentations où nous sommes sûrs que les nommés n’étaient pas arrivés à obtenir un diplôme. Enfin, pour cinq personnes nous ne connaissons pas le type d’études réalisées.
  2. La plupart des évêques présentés par Philippe II proviennent du clergé séculier. Seuls trente-trois (17 %) appartiennent au clergé régulier, les ordres militaires compris6.
  3. Le nombre d’évêques qui sont d’anciens membres d’un chapitre cathédral ou collégial est surprenant : cent dix-neuf prélats (61,3 %). Parmi eux, soixante-neuf sont des théologiens, quarante-deux des canonistes, un n’est pas diplômé et quatre sont diplômés dans les deux disciplines. Enfin, nous ne connaissons pas les études suivies par trois de ces évêques.
  4. La disparité entre les débouchés professionnels des juristes et des théologiens est évidente lorsqu’on calcule le nombre de clercs séculiers promus à l’épiscopat qui ont été professeurs d’université : soixante théologiens, sept canonistes et deux diplômés dans les deux disciplines. En outre, douze évêques d’ordres réguliers avaient été professeurs dans des collèges de leurs ordres, dont un seulement est juriste.
  5. Les canonistes accaparent cependant d’autres catégories de charges, comme celles du Saint-Office. Parmi les évêques juristes étudiés, quarante ont occupé des postes de responsabilité dans l’Inquisition espagnole, que ce soit en tant qu’inquisiteurs d’un tribunal de district, en tant que membres du conseil de la Suprême Inquisition, ou dans les deux postes au cours de leur carrière. Deux autres prélats théologiens ont été conseillers de la Suprême7.
  6. L’autre grand débouché professionnel pour les juristes est la carrière dans les organismes de la justice royale, que ce soient les audiences et les chancelleries, qui exercent la juridiction sur de larges circonscriptions, ou les conseils, institutions centrales de la monarchie qui combinent l’action de gouvernement et l’administration de justice8. Au total, quarante-quatre des cent quatre-vingt-quatorze évêques étudiés (soit 22,6 %), dont trente-sept sont des juristes, ont fait partie des chancelleries ou des conseils de la monarchie hispanique, celui de l’Inquisition compris9. Il faut aussi tenir compte du fait que quelques évêques s’étaient distingués, avant d’accéder à l’épiscopat, dans l’accomplissement de certains services à la monarchie qui ne donnent pas lieu à des charges permanentes : prédicateurs lors du voyage de Philippe II en Angleterre, visiteurs royaux pour inspecter l’activité des fonctionnaires de tribunaux ou d’autres institutions, etc.
  7. Si on laisse de côté les inquisiteurs, peu d’évêques occupent des charges dans l’administration de la couronne d’Aragon avant leur accès à l’épiscopat. Il ne s’agit que de huit cas, y compris les fonctionnaires de l’administration royale dans la Couronne et ceux qui dépendent des institutions des royaumes. Peu d’évêques deviennent vice-rois et, en tout cas, ils le sont après être évêques.
  8. Seuls treize prélats mènent une partie de leur carrière à Rome avant d’être évêques, dont cinq sont auditeurs de la Rote.
  9. Il est paradoxal de constater que la charge d’âmes n’a pas d’importance dans la carrière préépiscopale. Nous ne connaissons que dix cas (sept théologiens et trois canonistes) où le prélat a été parfois le curé d’une paroisse. Ce déficit est compensé par la bonne connaissance des structures diocésaines. En effet, un nombre important de prélats ont connu une sorte d’étape d’initiation au gouvernement diocésain comme collaborateurs d’autres évêques : trente-huit prélats (vingt et un juristes, quatorze théologiens, deux diplômés dans les deux disciplines et un pour lequel nous ne connaissons pas le diplôme) exercent comme vicaires généraux, proviseurs, juges épiscopaux, visiteurs généraux, examinateurs et autres charges diocésaines à responsabilité. On peut ajouter à ce groupe d’autres évêques qui, sans avoir ce type de charges, ont fait partie de l’entourage d’un évêque ou ont bénéficié de sa confiance.

5En conclusion, avant d’accéder à l’épiscopat, les futurs évêques doivent réaliser une carrière relativement longue, d’autant plus que l’âge moyen d’accès au premier diocèse est de 51 ans. Les évêques théologiens proviennent dans leur majorité des universités. Les couvents fournissent aussi plusieurs évêques théologiens, bien que Philippe II soit très modéré à propos de la désignation d’évêques réguliers. Les juristes accaparent les postes de l’administration de la monarchie, notamment ceux de l’Inquisition. Théologiens et juristes cherchent une place dans un chapitre. Sauf quelques exceptions sporadiques, l’exercice de charges dans l’administration forale, dans la Curie romaine, dans les armées ou dans la diplomatie semble n’avoir aucune importance. L’expérience directe du travail pastoral n’est pas non plus un élément pris en compte par le patronage royal. Toutefois, nombre de futurs prélats ont acquis une connaissance directe des structures de gouvernement diocésain grâce à la collaboration avec un évêque en activité.

  • 10 Tout particulièrement grâce aux études de l’équipe dirigée par José Martínez Millán, à partir de F (...)

6Logiquement le nombre de clercs qui remplissent ces conditions est plus grand que le nombre d’évêchés. Tous les aspirants évêques ne réussissent pas à obtenir une nomination. Le premier problème qui se pose à tous les « épiscopables » est de faire parvenir la « candidature » au souverain. Le système du patronage royal ne fonctionne pas seulement grâce au mérite et à la vertu, mais aussi à la flatterie, à la recommandation et au remerciement des services rendus. Les études sur les réseaux de clientèles et le pouvoir des factions dans la monarchie hispanique, notamment dans la Cour, ont beaucoup avancé dans les dernières années10. Elles nous montrent l’importance pour devenir évêque des rapports de famille et de clientèle, aussi bien que d’autres éléments comme la relation avec la famille royale ou la recommandation d’un évêque en fonction, d’un personnage prééminent ou d’un ministre influent de la Cour. Mais il faut examiner l’influence des factions dans chaque cas, car on ne saurait guère la transposer comme une variable statistique.

  • 11 Maximiliano Barrio Gozalo, El real patronato y los obispos españoles del Antiguo Régimen (1556-183 (...)

7Une analyse d’ensemble des études réalisées par Maximiliano Barrio Gozalo sur l’épiscopat espagnol entre 1556 et 1840 permet de déterminer qu’une bonne partie des éléments que nous avons décelés dans l’épiscopat au temps de Philippe II se répètent tout au long de l’Ancien Régime et deviennent des traits structurels du patronage royal11. De ce point de vue, le règne de Philippe II marque un tournant fondamental dans l’évolution historique du patronage royal.

II. — AU SERVICE DE L’ÉGLISE ET DE L’ÉTAT

8En réalité, notre étude statistique montre que, pour le patronage royal, l’évêque apparaît plutôt comme un gouvernant. Toutes les données convergent pour signaler que, dans la monarchie hispanique des Habsbourg, l’épiscopat devient un échelon supplémentaire, souvent le plus haut – mais pas toujours – d’une longue carrière. Dans le cas des juristes, cette carrière est clairement liée à la Couronne. Les futurs évêques connaissent un avancement graduel où les charges dans l’administration de l’Église et de la monarchie alternent indistinctement. Il ne semble pas que les ecclésiastiques doivent choisir l’une ou l’autre institution, mais les deux font partie également de leurs perspectives communes de promotion.

  • 12 Des exemples dans Jean-Marc Pelorson, Les « letrados », juristes castillans sous Philippe III. Rec (...)
  • 13 Par exemple, la présidence du conseil de Navarre, même si Philippe II ne respecta pas toujours cet (...)
  • 14 Ernesto Schafer, El Consejo Real y Supremo de Indias, Séville 1935, t. I, p. 351-366 ; t. II, p. 4 (...)
  • 15 F. Barrios, El Consejo…, p. 237 et 318-336.
  • 16 Janine Fayard, Los miembros del Consejo de Castilla (1621-1746), Madrid, 1982, p. 142.

9Dans les chancelleries et dans les conseils, les ecclésiastiques siègent à côté des ministres laïques et réalisent le même travail qu’eux, y compris l’étude des affaires qui en principe ne sont pas religieuses. Ils peuvent de plus inclure parmi leurs perspectives de promotion l’accès à l’épiscopat. La présence de clercs dans les conseils de la monarchie, qui sont les organismes les plus proches du roi, est même recommandée par les auteurs de traités politiques, car ils la considèrent utile pour traiter des affaires dans lesquelles la conscience du souverain peut être compromise12. Quelques charges de la monarchie leur sont même théoriquement réservées13. Des huit présidents du conseil des Indes à l’époque de Philippe II, six sont des ecclésiastiques, dont quatre deviendront évêques14. Des quarante-neuf conseillers d’État, douze sont des clercs, dont huit accéderont à l’épiscopat15. Ce trait est structurel dans la monarchie des Habsbourg : des dix-sept présidents du conseil de Castille nommés par Philippe IV et par Charles II, onze sont des clercs16.

  • 17 Archives Zabálburu, Madrid, 164, fol. 105. Le candidat choisi par le roi, Jerónimo Roda, ne sera p (...)
  • 18 Par exemple, Archivio secrets vaticano, Segreteria Stato – Spagna, 22, fol. 122.

10Les présidences des chancelleries de Grenade et de Valladolid, les deux cours suprêmes de justice dans la couronne de Castille, sont sans doute le dernier échelon pré-épiscopal de nombre de carrières ecclésiastiques. Par exemple, dans la liste des candidats proposés en 1577 pour occuper la présidence de la chancellerie de Grenade, le président du conseil de Castille, Diego de Covarrubias, lui-même évêque de Ségovie, écrit le nom de huit candidats, dont cinq accéderont par la suite à l’épiscopat17. Les ecclésiastiques qui siègent dans les tribunaux de la monarchie demandent des dispenses au pape afin de pouvoir juger les procès criminels18.

  • 19 Le conseil et le commissaire général de la Croisade géraient le recouvrement des bulles d’indulgen (...)

11Plus encore, il y a des charges très importantes de la monarchie qui sont pratiquement réservées aux évêques. On considère que certains postes doivent échoir à un évêque à cause de la réputation et de l’autorité requises ou du mélange de fonctions civiles et religieuses qu’ils entraînent. C’est le cas, par exemple, des inquisiteurs généraux, qui sont tous des évêques, ou des commissaires généraux de la Croisade jusqu’à la désignation du licencié Pedro Velarde en 157619.

  • 20 Plusieurs exemples dans les petites biographies des conseillers de Philippe II établies sous la di (...)

12Les carrières épiscopales les plus brillantes sont de bons exemples de cette situation générale20. Diego de Covarrubias y Leiva, par exemple, « colegial mayor » à Salamanque, est successivement professeur à l’université de Salamanque (1540), auditeur de la chancellerie de Grenade (1548) et évêque de Ciudad Rodrigo (1559). Le roi le charge alors de visiter l’université de Salamanque (1560-61), le choisit pour aller au concile de Trente (1562-63) et, à son retour, le nomme évêque de Ségovie (1564). Covarrubias continue à participer à des activités de gouvernement et, finalement, le roi le nomme président du conseil de Castille (1572). C’est pourquoi Grégoire XIII accorde à l’évêque une dispense de résidence. Encore en 1577, quelques mois avant sa mort, Philippe II le désigne comme évêque de Cuenca.

  • 21 Diego de Simancas, La vida y cosas notables del Señor Obispo de Zamora, dans Autobiografías y memo (...)

13Diego de Simancas est confié par ses parents à son oncle, l’archidiacre de Cordoue. Bientôt il obtient aussi un canonicat dans la même église, qui lui donne une base économique suffisante pour continuer sa carrière. Il est professeur à l’université de Valladolid (1540), où il avait été « colegial mayor » et, par la suite, auditeur de la chancellerie de cette ville et conseiller de l’Inquisition (1559). Le roi le présente pour l’évêché de Ciudad Rodrigo (1564). Envoyé par Philippe II à Rome pour diriger l’accusation contre l’archevêque Carranza, il devient évêque de Badajoz (1568) tandis qu’il est là-bas. Le roi profite de son séjour à Rome pour l’envoyer à Naples pendant une année comme vice-roi intérimaire. Revenu en Castille, il est conseiller d’État et, en 1578, évêque de Zamora21.

  • 22 Henar Pizarro Llorente, Un gran patroìn en la Corte de Felipe II : Don Gaspar de Quiroga, Madrid, (...)

14Gaspar de Quiroga y Vela commence par s’instruire à côté d’un prélat. Après avoir été « colegial mayor » à Salamanque et à Valladolid, il travaille au service du cardinal Tavera, archevêque de Tolède, qui en fait son vicaire général et écolâtre du chapitre, et de son successeur, le cardinal Martínez Silíceo. Ensuite, Quiroga est nommé pour occuper la vacance castillane d’auditeur de Rote (1555) et il doit partir pour Rome. Le roi en profite aussi pour lui faire visiter plusieurs organismes de Naples (1559-63). À son retour à la Cour, il est conseiller de Castille, des Indes et de l’Inquisition (1565), visiteur du conseil de la Croisade (1566-73) et gouverneur du conseil d’Italie (1567-71), sans pour autant cesser d’être chanoine de Tolède. Ensuite il va être évêque de Cuenca (1571), inquisiteur général et conseiller d’État (1573), archevêque de Tolède (1577), cardinal (1578) et à nouveau gouverneur du conseil d’Italie jusqu’à sa mort (1586-94)22.

15Certes, l’accès à l’épiscopat n’est pas toujours le couronnement d’une carrière. Il peut être le moyen de se débarrasser d’une façon honorable d’un conseiller tombé en disgrâce ou trop âgé pour continuer à exercer ses charges à la Cour. Voyons, par exemple, le cas d’Hernando de Vega. « Colegial mayor » de Salamanque, il commence sa carrière comme juge métropolitain de l’archevêque de Saint-Jacques. Il entre ensuite dans l’administration royale, où il est successivement inquisiteur à Saragosse (1559), auditeur de la chancellerie de Valladolid (1560) et conseiller de l’Inquisition (1568). Il exerce aussi comme visiteur de la chancellerie de Valladolid. Il accède à la présidence de cette chancellerie (1570) bien qu’il réside longtemps à Madrid car il agit comme commissaire de la Croisade en absence du commissaire général Velarde. En 1579, il est nommé président du conseil des Finances. En même temps, il obtient un canonicat à Carthagène, où il ne réside pas, mais qui lui permet de compléter son salaire. Puis il passe à la présidence du conseil des Indes (1584) et, en 1591, à l’évêché de Cordoue, qu’il ne peut guère gouverner, car il meurt cette même année.

  • 23 Henar Pizarro Llorente, « El control de la conciencia regia. El confesor real fray Bernardo de Fre (...)

16Les théologiens peuvent aussi participer à cette alternance de charges. C’est le cas du franciscain Bernardo de Fresneda. Sa condition de directeur spirituel de Ruy Gómez de Silva, prince d’Éboli, l’un des principaux ministres de Philippe II, lui permet d’aller avec eux en Angleterre et de côtoyer le roi. Celui-ci en fait son confesseur en 1554. Avec le monarque, Fresneda retourne en Castille où il devient juge exécuteur et fournisseur des galères royales et, en 1562, commissaire général de la Croisade et évêque de Cuenca. Ultérieurement, il accède à l’évêché de Cordoue (1571) et à l’archevêché de Saragosse (1577)23.

17Mais la carrière des théologiens, axée sur l’université et sur le chapitre cathédral, est d’habitude plus simple que celle des juristes. L’éventail des carrières reste beaucoup plus ouvert pour les canonistes. Les diplômés en droit ont devant eux, à la sortie des universités, toute une diversité de juridictions et d’emplois qu’ils peuvent indifféremment occuper au cours de leur carrière. Ainsi, nous avons vu des clercs occupant d’abord des charges diocésaines qui passent ensuite à des postes de l’administration royale et, finalement, à l’épiscopat. Aux carrières offertes aux clercs juristes dans l’Église (chapitres, tribunaux ecclésiastiques, visiteurs, etc.), il faut ajouter les carrières offertes par le service royal (audiences et conseils).

  • 24 José García Oro, Maria José Portela Silva, « Felipe II y la universidad de Salamanca. Las visitas (...)

18En même temps, il faut souligner la grande cohésion interne de l’épiscopat présenté par Philippe II. Le roi préfère les évêques cultivés, formés dans les centres universitaires de ses royaumes ou dans les couvents les plus prestigieux. Il cherche des hommes qui ont déjà fait preuve de leurs capacités intellectuelles dans les salles de cours et en chaire, notamment les théologiens. Cependant, cette préférence pour les universitaires n’est pas sans discrimination. La prédominance des universités de Salamanque et d’Alcalá montre qu’il existe une volonté de privilégier les deux centres les plus renommés, au détriment des autres universités castillanes et, surtout, de la couronne d’Aragon. Mais ce sont aussi les établissements universitaires les mieux contrôlés par la Couronne24. De cette façon, le patronage royal crée un épiscopat d’une grande cohésion idéologique, car presque tous les évêques ont reçu une formation similaire.

19D’autres éléments favorisent l’assujettissement de l’épiscopat à la Couronne. C’est le cas de la disparition du type d’évêque militaire des siècles antérieurs ou de la succession de plusieurs générations d’une même famille de l’aristocratie dans l’épiscopat. Les Habsbourg n’ont jamais oublié la leçon des Rois Catholiques qui, après la guerre civile castillane, avaient dû apprivoiser le haut-clergé, ni les problèmes de Charles Quint avec l’évêque Acuña lors de la rébellion des « Comunidades ». Certes, il y a aussi au temps de Philippe II des évêques qui proviennent de la haute noblesse, dont la carrière se déroule souvent plus rapidement que celle de leurs collègues, mais il ne s’agit que de 17 % des cas. Il n’est pas surprenant que parmi ces cinq brillantes carrières que nous venons de décrire, il n’y ait aucun membre de la haute noblesse. La plupart des évêques sont issus de la petite et de la moyenne noblesse, un groupe dont les espoirs de promotion sociale reposent sur le service à la Couronne et qui ne dispose pas d’une certaine autonomie qu’ils tireraient d’états et de territoires hérités. Pour eux, le mérite intellectuel et la capacité de gouverner sont des vertus essentielles pour la promotion sociale.

20D’autre part, bien qu’un certain nombre d’évêques puissent provenir des oligarchies locales et même de la haute noblesse, il est clair qu’au XVIe siècle, le choix des évêques dans les familles nobles ne s’accompagne pas d’un renforcement du pouvoir local de ces familles au détriment de la Couronne. Le fait que les mutations d’évêques soient fréquentes et qu’on ne désigne guère des évêques qui aient eu des liens préalables avec le diocèse rend très difficile ces processus si communs aux siècles précédents. Les rares familles qui comptent deux évêques sous le règne de Philippe II, qu’ils proviennent de la haute noblesse (Zapata, Sandoval) ou non (Cassador, Robuster), ne constituent pas à cette époque des pouvoirs relativement autonomes de la Couronne dans les diocèses qu’ils gouvernent, comme cela arrive à nombre de familles d’évêques contemporains en France. Philippe II cherche toujours à empêcher que le pouvoir épiscopal – et le pouvoir temporel lié aux sièges – ne devienne le complément des nombreux pouvoirs détenus localement par les familles nobles.

  • 25 Il en va de même pour le XVIIe siècle : Antonio Domínguez Ortiz, Las clases privilegiadas en el An (...)

21Même quand un ecclésiastique est nommé évêque, il sait parfaitement que ses perspectives de promotion dans la carrière épiscopale dépendent totalement de la Couronne, à laquelle il essaie de plaire. La politique de transfert des évêques menée par la Couronne limite les velléités d’indépendance d’un prélat face à la Couronne, dont dépend sa mutation à des postes plus importants25.

22Les évêchés sont des charges à l’entière disposition de la Couronne, occupés par des hommes liés aux groupes courtisans, avec une carrière politique et ecclésiastique prédéterminée dans ses traits généraux. Les ministres du patronage royal les utilisent comme les autres bénéfices, soit pour récompenser les mérites personnels ou les services rendus à la Couronne, soit pour satisfaire les exigences de l’amitié ou de la clientèle politique.

III. — DES ÉVÊQUES « LETRADOS »

  • 26 Pour la dernière bibliographie, Letrados, juristas y buroìcratas en la España moderna, dir. Franci (...)

23Tous les traits que nous venons d’évoquer nous permettent de comparer les évêques et les « letrados », un groupe social que l’historiographie a fait ressortir comme un élément essentiel de l’administration royale depuis les Rois Catholiques. Au XVIe siècle, la plupart des charges de la monarchie hispanique sont occupées par un personnel ayant une formation universitaire, normalement juridique. Il s’agit de personnages issus dans leur majorité de la haute bourgeoisie et de la petite noblesse qui finiront par former au XVIIe siècle une noblesse de robe qui doit ses titres non aux mérites de guerre, mais à sa formation universitaire et à son service dans l’administration26.

24Pour ce groupe d’universitaires, l’Église et la monarchie offrent les débouchés principaux. À l’inverse, pour l’Église et pour la monarchie, les universités deviennent des centres de formation qui leur assurent l’arrivée d’un personnel doté d’une instruction théologique et juridique homogène. Ce personnel leur est nécessaire pour développer le processus d’expansion institutionnelle qu’elles mènent à l’époque. En même temps, la monarchie consolide une hiérarchie de pouvoir politique composée majoritairement de « letrados », indépendante de l’aristocratie et contrôlée directement par la Couronne.

25En réalité, l’épiscopat au temps de Philippe II est peuplé de « letrados » qui deviennent évêques. La formation et la provenance des prélats est pratiquement la même que celle des « letrados » laïques de la monarchie qui siègent dans les conseils, sauf, peut-être, que la présence de la basse noblesse est plus importante dans l’épiscopat que dans l’ensemble des « letrados ».

  • 27 Novísima recopilacioìn de las leyes de España, Madrid, 1805 : livre I, titre XVII, loi XI et livre (...)

26On découvre ainsi une des conséquences fondamentales du patronage royal. Lorsqu’on concentre dans les mêmes mains les nominations pour les plus hautes charges de la Couronne et de l’Église, on parachève l’indifférenciation entre les unes et les autres. Avec de légères nuances, les critères et les mécanismes de désignation, tout comme les traits sociologiques des candidats, seront très similaires. Dans la couronne de Castille, le couronnement de cette évolution est l’instruction dictée par Philippe II en 1588. Le roi règle la procédure que doit suivre le conseil de Castille pour examiner les dossiers relatifs aux nominations, qu’il s’agisse des emplois dans les conseils et autres organismes judiciaires ou des charges du patronage royal, y compris les évêques. Un groupe réduit de conseillers est chargé de choisir les titulaires des postes ecclésiastiques et laïques à la disposition du roi27.

  • 28 J.-M. Pelorson, Les letrados…, p. 248-264.
  • 29 Richard Kagan, Universidad y sociedad en la España Moderna, Madrid, 1981, p. 134 ; Luis E. Rodrígu (...)

27C’est pourquoi il n’est pas étonnant que les études connues sur le recrutement des charges civiles de la monarchie hispanique au XVIe siècle coïncident remarquablement avec le profil d’évêque de l’époque. Par exemple, la « castillanisation » de l’administration centrale de la monarchie, qui amène à la prédominance générale des conseillers de cette Couronne, est parallèle à la prépondérance des Castillans dans l’épiscopat. La progression des salaires dans la hiérarchie des « letrados » est très similaire à la croissance graduelle des revenus des futurs évêques au cours de leur carrière28. D’après Richard Kagan, sous le règne de Philippe II, 40 % des places dites « de asiento » des conseils sont occupés par des professeurs de droit29. Le fait est sans doute analogue à l’importante présence de professeurs de théologie aux sièges épiscopaux.

  • 30 R. Kagan, Universidad…, p. 140 et 256.
  • 31 Ignasi Fernández Terricabras, « Universidad y episcopado en el siglo xvi. Las universidades donde (...)

28La prédominance des mêmes universités d’étude fait que la formation des évêques ressemble à celle des « letrados ». Par exemple, des cent trois auditeurs de la chancellerie de Valladolid entre 1588 et 1633, seuls trois ne sont jamais passés par les universités de Salamanque, Alcalá ou Valladolid. Dans la chancellerie de Grenade, neuf auditeurs se trouvent dans la même situation, sur un total de quatre-vingt-quatorze30. La plupart des évêques n’ont pas été formés dans des séminaires, des couvents ou d’autres établissements spécifiquement religieux, mais dans les mêmes universités de Salamanque et d’Alcalá, voire dans les mêmes Collèges majeurs que les dirigeants principaux de la monarchie31.

  • 32 Benjamín González Alonso, El corregidor castellano (1348-1808), Madrid, 1970, p. 139-148.

29Particulièrement étonnante est la similitude entre les nominations des évêques et celles des délégués du pouvoir royal, notamment des corrégidors. La mobilité fréquente n’est pas le seul trait qui les rapproche. Tous les corrégidors de la couronne de Castille sont des Castillans et la plupart sont des diplômés universitaires issus de la petite et de la moyenne noblesse32. En Catalogne, les « veguer » (agents du pouvoir royal) ne doivent pas non plus avoir de liens de naissance ou de voisinage avec les régions où ils exercent leurs fonctions.

IV. — CONCLUSION

30En conclusion, le patronage royal nomme des évêques en conformité à sa politique. Les évêques sont des officiers comme les autres fonctionnaires. De la même extraction sociale, formés dans les mêmes universités, nommés selon les mêmes mécanismes que les autres bureaucrates, les évêques suivent une carrière où les charges religieuses et civiles se succèdent, voire se mélangent.

  • 33 H. E. Rawlings, « The secularisation… », p. 53-79.

31En effet, au temps de Philippe II, la dépendance vis-à-vis de la Couronne est toujours une notion claire pour les évêques et leurs familles. L’épiscopat de la monarchie hispanique entre dans un processus de contrôle par l’État (« sécularisation », selon Rawlings33). Dans une bonne partie des carrières que nous avons décrites, l’épiscopat apparaît comme l’exercice d’un service au roi autant que comme un sacerdoce. Chaque fois un peu plus, l’évêque semble devenir un agent de la Couronne qui doit être non seulement un pasteur, mais aussi un instrument de contrôle politique de la population. La présence dans l’épiscopat d’un grand nombre de conseillers, inquisiteurs et juges des audiences prouve cette indifférenciation des fonctions épiscopales dans le système du patronage royal. L’épiscopat devient ainsi un corps dirigeant d’encadrement religieux, social et politique. Il est formé d’hommes ayant une trajectoire assimilable à celle des personnages occupant les charges principales de la hiérarchie civile dépendante de la Couronne, dont ils ont souvent fait partie.

32Ceci n’empêche pas que les évêques soient dans leur immense majorité de zélés pasteurs de leurs diocésains. Autant Philippe II que les ministres du patronage royal connaissent l’importante mission religieuse confiée à l’évêque de la Contre-Réforme et partagent les idées sur l’évêque post-tridentin. Le roi aborde ce sujet comme une affaire de conscience et demande souvent aux évêques d’agir conformément au concile de Trente et de remplir leurs devoirs pastoraux. Il désigne de préférence des évêques qui ont déjà fait montre de leur connaissance de la théologie dans les universités, en chaire et dans les confessionnaux des cathédrales. Mais, en même temps, il nomme des hommes qui ont fait preuve de fidélité à la Couronne, au service de laquelle ils ont suivi une grande partie de leur carrière.

33Le rôle politique et social que l’évêque est appelé à jouer augmente l’importance de la désignation royale. Le roi doit s’assurer que les évêques seront non seulement des personnes compétentes, mais aussi de loyaux serviteurs de la Couronne. C’est pourquoi Philippe II choisit des prélats d’âge avancé qui ont déjà montré leur capacité de service à la Couronne dans plusieurs charges et qu’il connaît souvent personnellement.

  • 34 Paolo Broggio, La teologia e la politica. Controversie dottrinali, Curia romana e Monarchia spagno (...)
  • 35 Grâce aux efforts du regretté historien José Ignacio Tellechea Idígoras, on connaît bien tous les (...)
  • 36 Ramón Robres Lluch, Vicente Castell Maiqués, « La visita ad limina durante el pontificado de Sixto (...)
  • 37 Ignasi Fernández Terricabras, « El episcopado hispano y el Patronato Real. Reflexión sobre algunas (...)
  • 38 Ignasi Fernández Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du co (...)

34Sans pour autant remettre en question les droits de patronage, le Saint-Siège ne se résigne pas au processus de contrôle royal de l’épiscopat. Les pontifes essaient constamment d’affirmer leur autorité sur les évêques de la monarchie hispanique, bien que dans la pratique, le Saint-Siège rencontre des problèmes lorsqu’il veut établir les mécanismes pour exercer effectivement cette autorité. Bien entendu, il faut cerner les limites des désaccords entre la Couronne et la papauté. Il ne s’agit jamais de problèmes sur les définitions tridentines, pleinement partagées par Philippe II, les papes et les évêques. En revanche, d’autres questions doctrinales vont parfois affecter les rapports entre Rome et la monarchie hispanique34. Mais, en ce qui concerne l’épiscopat, il s’agit plutôt d’une divergence dans les domaines disciplinaire, juridictionnel et fiscal. En effet, ces évêques tellement soumis au patronage royal, et si souvent appelés à siéger dans les conseils royaux, ne sauront guère s’opposer, du moins ouvertement, à la pression fiscale de la Couronne sur les revenus ecclésiastiques ou aux décisions juridictionnelles prises par les chancelleries et les conseils royaux au détriment de la juridiction pontificale. Même dans les conflits les plus graves entre les papes et Philippe II, ils prennent donc le parti du roi, comme ce fut le cas lors de la guerre contre Paul IV. Le procès inquisitorial contre l’archevêque de Tolède, Bartolomé de Carranza, entre 1559 et 157635, le conflit entre Philippe II et Sixte Quint de 1585 à 1590 au sujet des visites ad limina36 ou les brefs de Clément VIII en 1596 contre la participation des évêques aux affaires politiques37 constituent, parmi d’autres querelles, des épisodes marquants de cette résistance de Rome au contrôle de l’épiscopat par la Couronne. Le pontificat de Sixte Quint, qui définit un rigoureux programme centraliste et hiérarchisé en vue d’imposer partout la suprématie papale, montre clairement que le Saint-Siège se heurte à trop d’obstacles dans la pratique lorsqu’il essaie d’exercer réellement sa primauté sur l’épiscopat38.

  • 39 Joseph Bergin, The Making of the French Episcopate 1589-1661, New Haven (Conn.)/Londres, 1996 et i (...)
  • 40 Et cela même si au Portugal il n’existe pas de droit de présentation : José Pedro Paiva, Os bispos (...)
  • 41 Mario Spedicato, « Il Patronato Regio nel regno di Napoli in Età moderna tra rivendicazioni giuris (...)
  • 42 Archives générales de Simancas, État, 888, fol. 160.

35En somme, Philippe II engage un processus d’assimilation de l’épiscopat aux corps de l’État qui atteindra son point culminant au XVIIIe siècle avec la politique des Bourbons. Un processus parallèle à celui vécu dans d’autres royaumes, comme la France39, le Portugal40 ou Naples41, quoique nous ne puissions pas développer maintenant la comparaison. Pour le patronage royal, cet évêque aux pouvoirs diocésains renforcés par le concile de Trente apparaît avant tout comme un gouverneur ecclésiastique qui, outre la surveillance de l’orthodoxie et de la moralité de la population, doit aussi faciliter son encadrement politique. Les évêques deviennent des officiers comme les autres hauts fonctionnaires, issus des mêmes couches sociales, formés dans les mêmes universités, nommés par les mêmes mécanismes. L’évêque n’est pas seulement le directeur de l’église diocésaine, mais aussi un agent de la Couronne qui reconnaît sa dépendance parce que, comme le dit le comte de Tendilla en 1560, lorsqu’il demande au nom du roi l’autorisation du pape pour vendre des seigneuries de l’Église, les évêques feront ce que le roi dira « en étant des créatures de Votre Majesté et en dépendant de Votre Majesté pour leur promotion »42.

Notes

1 Joseph Bergin, « The Counter-Reformation Church and its bishops », dans Past and Present, t. 165, nov. 1999, p. 30-73.

2 Christian Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Madrid, 1988.

3 Tarsicio de Azcona, « Reforma del episcopado y del clero de España en tiempo de los Reyes Católicos y de Carlos V » dans Historia de la Iglesia en España, dir. Ricardo García-Villoslada, Madrid, 1980, t. III/1, p. 115-210.

4 Nous ne présentons ici de façon très succincte que quelques données. Pour le développement complet de l’étude prosopographique : Ignasi Fernández Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du concile de Trente, thèse de doctorat sous la direction de M. Jean-Pierre Amalric, université Toulouse-Le Mirail, 1999.

5 Ignasi Fernández Terricabras, « Por una geografía del Patronato Real : teólogos y juristas en las presentaciones episcopales de Felipe II », dans Iglesia y sociedad en el Antiguo Régimen, éd. Enrique Martínez Ruiz et Vicente Suárez Grimón, Las Palmas, 1994, p. 601-610.

6 En revanche, 66,6 % des évêques désignés pour l’Amérique au XVIe siècle sont des religieux : Paulino Castañeda Delgado, Juan Marchena Fernández, La jerarquía de la Iglesia en Indias. El episcopado americano (1500-1850), Madrid, 1992, p. 73-79.

7 Ignasi Fernández Terricabras, « Des évêques inquisiteurs au temps de Philippe II (1556-1598). Réflexions à propos de leur profil professionnel », dans L’Inquisition espagnole et ses réformes au XVIe siècle, éd. Marie-Catherine Barbazza, Montpellier, 2006, p. 167-184.

8 Le premier âge de l’État en Espagne, éd. Christian Hermann, Paris, 1990.

9 Au temps de Philippe III, le pourcentage atteint 44 % des évêques de la couronne de Castille : Helen E. Rawlings, « The secularisation of Castilian episcopal office under the Habsburgs, c. 1516-1700 », dans Journal of Ecclesiastical History, t. 38, 1987, p. 71.

10 Tout particulièrement grâce aux études de l’équipe dirigée par José Martínez Millán, à partir de Felipe II (1527-1598). La configuracioìn de la monarquía hispana, Salamanque, 1998.

11 Maximiliano Barrio Gozalo, El real patronato y los obispos españoles del Antiguo Régimen (1556-1834), Madrid, 2004.

12 Des exemples dans Jean-Marc Pelorson, Les « letrados », juristes castillans sous Philippe III. Recherches sur leur place dans la société, la culture et l’État, Poitiers, 1980, p. 454 et Feliciano Barrios, El Consejo de Estado de la Monarquía Española (1520-1812), Madrid, 1984, p. 236.

13 Par exemple, la présidence du conseil de Navarre, même si Philippe II ne respecta pas toujours cette norme : Joaquín J. Salcedo Izu, El Consejo Real de Navarra en el siglo XVI, Pampelune, 1964.

14 Ernesto Schafer, El Consejo Real y Supremo de Indias, Séville 1935, t. I, p. 351-366 ; t. II, p. 440-442.

15 F. Barrios, El Consejo…, p. 237 et 318-336.

16 Janine Fayard, Los miembros del Consejo de Castilla (1621-1746), Madrid, 1982, p. 142.

17 Archives Zabálburu, Madrid, 164, fol. 105. Le candidat choisi par le roi, Jerónimo Roda, ne sera pas évêque à cause sûrement de sa mort subite en 1578. Covarrubias conditionne la désignation du seul candidat laïque, Rodrigo Vázquez, à ce qu’il accepte de prendre l’habit ecclésiastique.

18 Par exemple, Archivio secrets vaticano, Segreteria Stato – Spagna, 22, fol. 122.

19 Le conseil et le commissaire général de la Croisade géraient le recouvrement des bulles d’indulgences dites de la Croisade. Le Saint-Siège accordait la plupart des sommes collectées à la Couronne.

20 Plusieurs exemples dans les petites biographies des conseillers de Philippe II établies sous la direction de José Martínez Millán et Carlos J. De Carlos Morales dans Felipe II…, p. 315-525.

21 Diego de Simancas, La vida y cosas notables del Señor Obispo de Zamora, dans Autobiografías y memorias, éd. Manuel Serrano y Sanz, Madrid, 1905, p. 151-210.

22 Henar Pizarro Llorente, Un gran patroìn en la Corte de Felipe II : Don Gaspar de Quiroga, Madrid, 2004.

23 Henar Pizarro Llorente, « El control de la conciencia regia. El confesor real fray Bernardo de Fresneda », dans La corte de Felipe II, dir. José Martínez Millán, Madrid, 1994, p. 149-187.

24 José García Oro, Maria José Portela Silva, « Felipe II y la universidad de Salamanca. Las visitas del Consejo Real », dans Liceo franciscano, t. 50, 1998, p. 273-422. Ramón González Navarro, Felipe II y la reforma de las universidades. El caso de Alcalá de Henares, Madrid, 1999. D’autre part, les dénonciations de fraude dans les diplômes décernés par les petites universités ont dû favoriser la prédilection du roi pour les universités les plus prestigieuses ; Maximiliano Barrio Gozalo, El clero en la España moderna, Cordoue, 2010, p. 284.

25 Il en va de même pour le XVIIe siècle : Antonio Domínguez Ortiz, Las clases privilegiadas en el Antiguo Régimen, 3e éd., Madrid, 1985, p. 226.

26 Pour la dernière bibliographie, Letrados, juristas y buroìcratas en la España moderna, dir. Francisco J. Aranda Pérez, Cuenca, 2005 ; Paola Volpini, El espacio político del letrado Juan Bautista Larrea, magistrado y jurista en la monarquía de Felipe IV, Madrid, 2010.

27 Novísima recopilacioìn de las leyes de España, Madrid, 1805 : livre I, titre XVII, loi XI et livre IV, titre IV, loi I.

28 J.-M. Pelorson, Les letrados…, p. 248-264.

29 Richard Kagan, Universidad y sociedad en la España Moderna, Madrid, 1981, p. 134 ; Luis E. Rodríguez-Sanpedro, La universidad salmantina del Barroco, Salamanque, 1986, t. III, p. 64.

30 R. Kagan, Universidad…, p. 140 et 256.

31 Ignasi Fernández Terricabras, « Universidad y episcopado en el siglo xvi. Las universidades donde estudiaron los obispos de las coronas de Castilla y de Aragón (1556-98) », dans Revista de historia moderna. Anales de la universidad de Alicante, t. 20, 2002, p. 75-96.

32 Benjamín González Alonso, El corregidor castellano (1348-1808), Madrid, 1970, p. 139-148.

33 H. E. Rawlings, « The secularisation… », p. 53-79.

34 Paolo Broggio, La teologia e la politica. Controversie dottrinali, Curia romana e Monarchia spagnola tra Cinque e Seicento, Florence, 2009.

35 Grâce aux efforts du regretté historien José Ignacio Tellechea Idígoras, on connaît bien tous les détails du procès. Voir, parmi d’autres : Bartolomé de Carranza. Mis 30 años de investigacioìn, Salamanque, 1984 et Fray Bartolomé Carranza. Documentos histoìricos, Madrid, 1962-1981, 6 t.

36 Ramón Robres Lluch, Vicente Castell Maiqués, « La visita ad limina durante el pontificado de Sixto V (1585-1590). Datos para una estadística general. Su cumplimiento en Iberoamérica », dans Anthologica annua, t. 7, 1959, p. 147-214.

37 Ignasi Fernández Terricabras, « El episcopado hispano y el Patronato Real. Reflexión sobre algunas discrepancias entre Clemente VIII y Felipe II », dans Felipe II (1598-1998). Europa dividida : la Monarquía Catoìlica de Felipe II, dir. José Martínez Millán, Madrid, 1998, t. III, p. 209-223 ; José Ignacio Tellechea Idígoras, « El episcopado hispano al final del reinado de Felipe II (1596-1597). La exhortación de Clemente VIII y respuesta a la misma », dans Felipe II y el Mediterráneo, dir. Ernest Berenguer Cebrià, Madrid, 1999, t. II, p. 141-159.

38 Ignasi Fernández Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du concile de Trente, Paris, 2001, p. 372-411.

39 Joseph Bergin, The Making of the French Episcopate 1589-1661, New Haven (Conn.)/Londres, 1996 et id., Crown, Church and Episcopate under Louis XIV, New Haven (Conn.)/Londres, 2004.

40 Et cela même si au Portugal il n’existe pas de droit de présentation : José Pedro Paiva, Os bispos de Portugal e do Império, 1495-1777, Coimbra, 2006.

41 Mario Spedicato, « Il Patronato Regio nel regno di Napoli in Età moderna tra rivendicazioni giurisdizionali e processi amministrativi » dans Stati e chiese nazionali nell’Italia di antico regime, Galatina, 2007, p. 75-97 et id., Al servizio della Chiesa e della Monarchia. L’episcopato salentino nel secolo dei lumi e della rivoluzione, Galatina, 2006.

42 Archives générales de Simancas, État, 888, fol. 160.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search