Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clercs et les princes

 | 
Patrick Arabeyre
, 
Brigitte Basdevant-Gaudemet

Deuxième section. Clercs et hiérarchies dans l'État

Inscrire les clercs dans l’État. La monarchie française, les ecclésiastiques et le gouvernement par l’écrit (XVIe-XVIIIe siècle)

Olivier Poncet

Résumé

Les ecclésiastiques ont accompagné à des titres divers la construction de l’État moderne qui de son côté a favorisé la pénétration toujours plus grande de l’écrit chez les sujets du roi de France. L’un des canaux par lesquels a transité cette dépendance à l’écrit officiel a été l’enrôlement des clercs, par définition maîtres de l’écrit, directement et systématiquement au service du gouvernement monarchique qui a ainsi inscrit les clercs dans l’État. La présente contribution examine les effets croisés de la généralisation progressive entre le XVIe et le XVIIIe siècle des registres paroissiaux et des registres de vêtures, noviciat et profession de vœux. Ces registres exigés par l’État, rédigés sur ses indications, pour ses besoins et archivés en partie par ses tribunaux, ont sans doute contribué chez les ecclésiastiques français à une forme d’acculturation politique et ecclésiologique qui mérite d’être versée au dossier complexe des rapports entre Église et État en France à l’âge moderne.

Texte intégral

  • 1 Hélène Millet et Peter Moraw, « Les clercs dans l’État », dans Les élites du pouvoir et la construc (...)
  • 2 Cédric Michon, La crosse et le sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, (...)
  • 3 Pierre Blet, « Jésuites gallicans au XVIIe siècle ? À propos de l’ouvrage du P. Guitton sur le P. d (...)
  • 4 Voir le récent ouvrage de Karen E. Carter, Creating Catholics. Catechism and Primary Education in E (...)
  • 5 Pour un exposé rapide de la thèse, voir Wolfgang Reinhard, « Was ist katholische Konfessionalisieru (...)
  • 6 On se contentera de renvoyer aux développements et à la bibliographie contenus dans Nicolas Lyon-Ca (...)

1Les clercs ont été les relais précoces, efficaces et relativement disciplinés de la construction de l’État. Si la chose paraît évidente pour la période médiévale, haute et centrale, elle est moins régulièrement évoquée lorsque l’on s’attache à retracer la genèse de l’État moderne. Pourtant, si l’on se plaît à souligner la place des légistes laïques aux côtés du roi dès la fin du XIIIe siècle, les ecclésiastiques n’ont cessé d’accompagner la croissance de l’administration centrale et locale, à commencer par leur rôle au sein des différentes chancelleries1. Ils ont aussi joué un rôle non négligeable dans la progressive affirmation de l’autorité du roi sur ses sujets, et ce jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, pour ne pas évoquer le rôle des évêques et des curés dans le cadre concordataire rénové au XIXe siècle. Cet accompagnement, cette association d’une partie de l’Église à la montée en puissance de l’État a pu prendre des formes variables, qu’il s’agisse d’une participation effective et parfois dominante au gouvernement monarchique2, de la « nationalisation » progressive des ordres religieux pensés au départ sans lien étroit avec tel ou tel royaume3 ou du discours absolutiste relayé par des ecclésiastiques de haut rang comme l’évêque Bossuet, en passant par l’encadrement des fidèles, jeunes4 ou moins jeunes : le respect des préceptes chrétiens allait de pair avec l’obéissance due aux princes. Cette « disciplinisation sociale »5 n’a sans doute pas toujours été aussi automatique : la simple évocation du jansénisme et de ses avatars aux XVIIe et XVIIIe siècle suffirait à illustrer les limites de ce modèle historiographique6.

2Pourtant, le recours aux structures ecclésiastiques locales par la monarchie à l’époque moderne est avéré, en particulier dans le domaine de l’écrit. Dès le XIIIe siècle, l’écrit était devenu en France un relais prépondérant de l’art de gouverner dans un contexte qui ne cessait, chaque jour, chaque siècle, de lui être plus favorable. Avec l’âge moderne, le rythme s’accéléra sous l’effet d’une alphabétisation croissante et de la diffusion de l’imprimé. L’État a accompagné et provoqué cette pénétration toujours plus grande de l’écrit chez les sujets du roi de France. Tous les moyens étaient bons pour stimuler cette dépendance à l’écrit officiel qui empruntait volontiers les canaux de la justice ou de la fiscalité. L’un d’entre eux, plus original qu’on ne l’a parfois dit, a été de mettre les clercs, par définition maîtres de l’écrit, directement et systématiquement au service du gouvernement monarchique. Par une succession de décisions, liées entre elles mais de nature et de portée très variables, la monarchie a, dès le XVIe siècle, inscrit les clercs dans l’État.

  • 7 T. Bazeille, « Étude sur les registres paroissiaux antérieurs à l’établissement des registres d’éta (...)
  • 8 Jean-Louis Gazzaniga, « Vœux et profession religieuse. Législation et pratique française aux deux d (...)

3Au sens figuré d’abord, la généralisation en 1539 de la tenue de registres paroissiaux, initialement réclamée par certains évêques, a fait des curés et desservants de paroisse de véritables agents étatiques. Au sens propre ensuite, la monarchie est progressivement parvenue à systématiser unilatéralement la tenue de registres de vêture, noviciat et profession dans les communautés régulières. Les ecclésiastiques se sont ainsi retrouvés à la fois objets et acteurs de cette inscription qui a inévitablement modifié leurs rapports avec l’autorité, qu’elle fût royale ou épiscopale. L’histoire de cette réglementation a été partiellement traitée7, encore tout récemment8, mais il reste encore beaucoup à faire pour en mesurer les modalités d’application, le contentieux et les archives qui en sont issues. L’analyse des stratégies de production et de conservation des sources de l’histoire sociale (entendues au sens large) n’est en effet pas qu’une simple précaution méthodologique et critique. Elles constituent en soi un objet historique à part entière qui en dit aussi long sur les individus et actions couchés sur le papier que sur leurs auteurs et leurs commanditaires. À cet égard, la période moderne est une étape lourde de sens pour les différents acteurs et auteurs de l’écrit qui s’en trouvent profondément affectés dans leurs identités et dans leurs relations réciproques.

I. — LE ROI, LE CURÉ ET LE REGISTRE

4Les origines médiévales des registres paroissiaux sont connues. Liés au souci de mieux maîtriser les conditions du sacrement de mariage par la connaissance des parentés spirituelles contractées lors du baptême, prescrits par l’autorité épiscopale, les premiers registres sont apparus dans l’ouest de la France au début du XVe siècle. Ils ont essaimé, au gré des décisions des ordinaires, dans plusieurs diocèses du nord du royaume à la fin du XVe siècle. De la seule initiative de l’Église, ces registres demeuraient a priori exclusivement à usage interne.

5En août 1539, par quelques articles célèbres de l’ordonnance de Villers-Cotterêts (art. 50 à 53), la monarchie généralisa et détourna le système à son profit. Il s’agissait rétrospectivement d’un coup de force inouï qui démontrait une fois de plus ce que fut l’audace et l’assurance assez incroyables des légistes de François Ier. Les ecclésiastiques responsables (principalement les curés, mais aussi les chapitres, collèges et monastères) devaient enregistrer les sépultures (art. 50) et baptêmes (art. 51) de leurs paroissiens et confrères, les faire contresigner par un notaire (art. 52) et remettre les états ainsi certifiés chaque année au greffe du tribunal royal le plus proche (art. 53).

  • 9 Durant l’époque moderne, les curés prêtaient par ailleurs leur concours à beaucoup d’activités de c (...)
  • 10 Paris, juillet 1539, publié dans Ordonnances des rois de France. Règne de François Ier, t. IX, Pari (...)
  • 11 Anne Rousselet-Pimont, Le chancelier et la loi au XVIe siècle d’après l’œuvre d’Antoine Duprat, de (...)

6Quelles furent les motivations et les circonstances de cette décision qui revenait à faire des curés les auxiliaires actifs du pouvoir royal9 et, de leurs registres, des actes royaux archivés comme tels dans les greffes judiciaires du roi ? La première et la plus évidente justification réside dans le jugement du possessoire des bénéfices ecclésiastiques que la monarchie a attiré exclusivement à elle dès la fin du XVe siècle. C’est d’ailleurs dans un long groupe d’articles (art. 46 à 64) dédiés à cette vaste question que figurent les quatre articles relatifs à nos registres. Ajoutons pour faire bonne mesure qu’en ces temps concordataires, le Grand Conseil avait reçu privativement au parlement le jugement de ces affaires et venait de voir réviser sa procédure par un édit de juillet 153910. On a pu ensuite avancer l’hypothèse d’une influence de la législation anglaise, mise en forme par Thomas Cromwell, garde du sceau privé et « vicegerent » de Henri VIII11 : l’ordre du 5 septembre 1538 imposait aux pasteurs d’enregistrer chaque semaine les baptêmes, mariages et sépultures ayant eu lieu dans leur paroisse. Les liens entre les deux décisions, prises dans un contexte ecclésiologique foncièrement différent, mériteraient d’être davantage creusés, si tant est que la documentation le permette.

  • 12 Charles Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français et les registres des insinuations eccl (...)

7La réaction des ecclésiastiques, ordinaires comme curés de paroisse, à ces exigences n’est pas vraiment connue. Il ne semble pas, en l’état actuel de la documentation, qu’elle ait été violemment contraire, tout au plus une absence de réaction a-t-elle pu marquer une forme d’opposition. Malgré la menace de « dommages et intérêts des parties et de grosses amendes » (art. 52), l’ordonnance eut surtout pour effet de conforter ceux dont la pratique des registres était ancienne. La monarchie du reste n’avait nullement l’intention d’enrôler les clercs à son service en les rémunérant par exemple : lorsqu’elle le pouvait, elle préférait encore à cette époque que l’Église s’occupât elle-même de ses affaires de manière autonome, moyennant paiement de sommes à la monarchie, comme lors de l’instauration en mars 1554 (n. s.) des greffes de l’insinuation ecclésiastique, également étroitement tournée vers les questions de bénéfices12.

  • 13 Par exemple la déclaration du 9 février 1657 sur le « recellement des corps morts des bénéficiers » (...)

8L’usage potentiel de ces registres n’était toutefois nullement limité par leur motivation initiale. De la sphère bénéficiale, leur emploi pouvait insensiblement mais sûrement passer à la définition d’un espace civil privé garanti et validé par l’autorité royale à travers une réglementation de plus en plus précise. D’une certaine manière, l’ordonnance de Blois de mai 1579 est au moins aussi importante que le texte de 1539 : elle imposait (art. 181) la présence d’un registre des mariages, donnant ainsi corps officiellement à la célèbre trilogie baptêmes-mariages-sépultures. Cette fois, la décision royale connut un succès relatif dans son application dès le dernier tiers du XVIe siècle : le contexte de réforme tridentine appuyait en effet ce genre d’exigences, relayé par des décisions synodales prises dans les années 1580. Elle marquait en outre un progrès dans le champ d’emploi de ces documents, dans la droite ligne des dispositions de l’ordonnance de Moulins de février 1566 qui stipulait (art. 54) la primauté de la preuve écrite pour les affaires intéressant plus de 100 livres tournois. L’ordonnance de Blois visait en effet explicitement à « éviter les preuves par témoins », pour tout ce qui touchait à l’état des « personnes », sans plus de précision ni de limitation. Il n’était plus besoin, dès lors, d’ambitionner, de posséder ou de laisser vacant un bénéfice ecclésiastique pour justifier l’inscription dans ces registres et du reste les désordres dans le possessoire des bénéfices pouvaient alors faire l’objet de textes spéciaux13.

  • 14 Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Paris, 1985 (Bi (...)

9Lorsque fut promulguée l’ordonnance de procédure civile d’avril 1667 qui rénovait en les confirmant les dispositions antérieures, la nature royale des registres tendait à s’afficher encore plus visiblement (titre XX, art. 7 à 14). Tout d’abord, les registres, bientôt tenus sur papier timbré à partir de 1674, devaient être revêtus d’un certain nombre de signatures selon les types d’actes : ils devenaient ainsi pleinement des actes royaux à valeur authentique, au même titre que des minutes de notaires. Ensuite, depuis la fin du XVIe siècle, l’État prescripteur n’était plus tout à fait le même. Sous l’influence des théoriciens politiques, de la guerre et de ses incidences financières et fiscales, peut-être aussi d’un certain désenchantement du monde ou de l’avènement d’une forme de raison d’État14, les besoins, les dimensions et les contours de l’État avaient changé. On assiste alors à un phénomène, classique dans l’histoire de l’écrit, d’un détournement de sens, lorsqu’un outil change de nature et de finalité. Affirmer cette discontinuité de la signification de la source ainsi produite est essentiel pour ne pas sombrer dans une analyse documentaire téléologique hors de propos.

  • 15 Jean-Marie Constant, « L’enquête de noblesse de 1667 et les seigneurs de Beauce », dans Revue d’his (...)
  • 16 Marc Perrichet, « Contribution à l’histoire sociale du XVIIIe siècle. L’administration des classes (...)
  • 17 Ernest Coyecque, « Une source de l’ancien état civil parisien. Les contrats de constitution de tont (...)

10Les registres paroissiaux étaient désormais mis sans retenue au service d’un État qui exploitait à merveille leurs ressources informationnelles dans des domaines très divers : bien des innovations institutionnelles ou des exigences administratives du règne n’auraient pu voir le jour sans les curés et leurs registres. Que l’on songe, pour s’en tenir à ces quelques exemples évocateurs, aux recherches de noblesse des années 1660 avec leur cortège de preuves généalogiques centenaires15, à l’instauration du système des classes de la marine en 1669 ou de la milice en 168816, ou encore à la mise en place des tontines à partir de 1689, ces emprunts d’État gagés sur l’espérance de vie des contributeurs distribués en classes d’âge précises, extraits baptistaires à l’appui17.

  • 18 Arrest de la cour de parlement, qui enjoint à tous curez et vicaires de faire mention dans les regi (...)

11Le recensement des différents textes émanant de la justice du roi qui déplorent la médiocre application locale et ponctuelle de ces dispositions n’a pas été réellement entrepris. Il ne semble pas qu’une fronde massive ait eu lieu : les collections parvenues jusqu’à nous sont quantitativement, mais aussi qualitativement, bien meilleures que pour la période antérieure au règne personnel de Louis XIV. La résistance vint d’ailleurs peut-être moins des auteurs des registres, le personnel ecclésiastique, que des sujets du roi eux-mêmes. Les difficultés du temps constituaient en effet parfois des obstacles à un enregistrement régulier. À la fin de la guerre de Succession d’Espagne, la justice du roi s’était aperçue que les curés du Maine négligeaient de noter le décès des enfants de moins de sept ans : sans même chercher une explication à ce phénomène qui prenait sans doute sa source dans l’impécuniosité des paroissiens au moment des obsèques de jeunes enfants, un arrêt du parlement de Paris du 24 juillet 1714, rendu en forme d’arrêt de règlement général, réitéra strictement les obligations de l’ordonnance de 166718. Plus grave, en 1706-1707, la fiscalisation des extraits des registres paroissiaux causa de graves troubles en Quercy et en Périgord qui provoquèrent les commentaires de Saint-Simon :

  • 19 Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires, éd. Arthur Michel de Boislisle, t. XV, Paris, 1901, (...)

La nécessité des affaires avoit fait embrasser toutes sortes de moyens pour avoir de l’argent. Les traitants en profitèrent pour attenter à tout et les parlements n’étoient plus en état, depuis longtemps, d’oser même faire des remontrances. On établit donc un impôt sur les baptêmes et sur les mariages sans aucun respect pour la religion et pour les sacrements, et sans aucune considération pour ce qui est le plus indispensable et le plus fréquent dans la société civile. Cet édit fut extrêmement onéreux et odieux. Les suites, et promptes, produisirent une étrange confusion : les pauvres et beaucoup d’autres petites gens baptisèrent eux-mêmes leurs enfants sans les porter à l’église, et se marièrent sous la cheminée, par le consentement réciproque devant témoins, lorsqu’ils ne trouvoient point de prêtre qui voulût les marier chez eux et sans formalité. Par là plus d’extraits baptistaires, plus de certitude des baptêmes, par conséquent des naissances, plus d’état pour les enfants de ces sortes de mariages qui pût être assuré. On redoubla donc de rigueur et de recherches contre des abus si préjudiciables, c’est-à-dire qu’on redoubla de soins, d’inquisition et de dureté pour faire payer l’impôt. Du cri public et des murmures on passa à la sédition en quelques lieux : elle alla si loin à Cahors, qu’à peine deux bataillons qui y étoient purent empêcher les paysans armés de s’emparer de la ville, et qu’il y fallut envoyer des troupes destinées pour l’Espagne […]. On eut grand peine à dissiper le mouvement du Quercy et les paysans armés et attroupés et à les faire retirer dans leurs villages. En Périgord, ils se soulevèrent tous, pillèrent les bureaux, se rendirent maîtres d’une petite ville et de quelques châteaux, et forcèrent quelques gentilshommes de se mettre à leur tête. […] À la fin il fallut laisser tomber cet édit d’impôt sur les baptêmes et les mariages, au grand regret des traitants […]19.

  • 20 David Feutry, Guillaume-François Joly de Fleury (1675-1756). Un magistrat entre service du roi et s (...)
  • 21 Journal des principales audiences du Parlement, avec les arrêts qui y ont été rendus […], t. V, Dep (...)
  • 22 Voir ainsi la Sentence rendue par Monsieur le Lieutenant civil sur les conclusions de Monsieur le P (...)

12L’exemple, pour extrême qu’il soit sous la plume d’un duc et pair toujours prompt à stigmatiser l’administration monarchique, traduit à sa manière l’effet pervers de cette étatisation complète des registres paroissiaux dont la seule tenue aurait provoqué une crise dans l’administration des sacrements : leur assimilation à des actes administratifs paraissait alors totale. Les magistrats du roi les décrètent d’ailleurs hors de portée des juges d’Église. L’avocat général Guillaume Joly de Fleury, le futur grand procureur du roi au parlement de Paris sous Louis XV20, le disait ainsi vivement à l’official de Paris qui avait pris sur lui de réformer les registres du curé de Saint-Eustache : « Il s’agit de registres de mariages qui ont été cottez et paraphez par le juge royal »21. Régulièrement, des sentences rappelaient aux curés d’avoir à faire parapher leurs registres et aux officiers royaux de veiller à l’application des textes en ce qui les concernaient22.

  • 23 Léon Cahen, « La question de l’état civil à Paris au XVIIIe siècle. Le conflit de 1736 », dans La R (...)
  • 24 Vincent Denis, Une histoire de l’identité : France, 1715-1815, Seyssel, 2008 ; Jean-Pierre Gutton, (...)

13Le chancelier d’Aguesseau décida de refondre la législation pour lui redonner une nouvelle vigueur. La déclaration du 9 avril 1736 était le premier texte entièrement dédié à ces actes et marquait une étape réglementaire décisive. Sur le plan archivistique, elle correspond à la vraie naissance d’une double collection de registres, auparavant tenue encore irrégulièrement en deux exemplaires dans nombre de paroisses en dépit des prescriptions de l’ordonnance de 1667. Le contrôle des cours souveraines se fit à l’occasion plus étroit, certains curés étant condamnés pour négligence, voire pour faux et plusieurs registres durent ainsi être réformés sous leur autorité23. Sur le plan formel, ses dispositions furent promises à une longue destinée puisqu’elles furent largement reprises lors de l’instauration de l’état civil en 1792, tandis que les registres paroissiaux anciens étaient dévolus aux communes, ce qui démontrait a posteriori leur caractère étatique. Quant à leur réelle efficacité dans le contrôle de l’identité des personnes, la persistance des affaires d’usurpations d’identité et la nécessité de recourir à de nouvelles formes d’identification doivent assez appeler l’historien à la prudence24.

II. — LE VŒU, LE RÉGULIER ET LE REGISTRE

  • 25 En dépit du fait que l’écrit est très présent dans le « rite » de l’entrée en religion, telle que l (...)
  • 26 Sarah Hanley, « Engendering the State: family formation and State building in early modern France » (...)
  • 27 J.-L. Gazzaniga, « Vœux et profession religieuse… », p. 277. La chronologie exacte marque une forme (...)

14La déclaration de 1736 rappelait et précisait également un certain nombre de dispositions relatives à la tenue des registres concernant spécifiquement les réguliers, registres dont l’histoire ne recoupe que partiellement celles des registres paroissiaux. Comme l’exigeait l’ordonnance de Villers-Cotterêts, chaque communauté ecclésiastique tenait des registres de sépultures de ses membres. Elle dut, quelques décennies plus tard, mettre en place un autre type de document, dont on ne trouve pas d’équivalent à l’époque médiévale25, les registres de vêture, de noviciat et de profession de vœux. Par l’article 55 de l’ordonnance de Moulins de février 1566, la royauté imposa de coucher exclusivement par écrit les professions de vœux des religieux et religieuses ainsi que les preuves de tonsures. Cette disposition découlait directement de l’article précédent (art. 54) qui affirmait la primauté de la preuve écrite sur la preuve orale et par témoins pour les affaires intéressant plus de 100 livres de capital. Le promoteur du texte, le chancelier Michel de L’Hospital, renforça la nature royale de l’exigence de ces registres en imposant leur envoi au greffe ordinaire le plus proche. Rapidement, ils devinrent un des instruments de la politique monarchique en matière de construction et de préservation de l’ordre des familles. Les registres de vœux et de tonsures devinrent ainsi à leur manière un rouage du « complexe État-famille » qui parcourt l’histoire de l’État et de la société durant toute l’époque moderne26. Ici encore, les intérêts de l’État, qui se mêlait également de régir les conditions desdites professions religieuses (ordonnance de Blois, mai 1579, art. 28), rejoignaient les exigences des réformateurs, sans que l’on puisse pour l’heure déterminer l’exacte influence de ces deux sources normatives : « Il y va de l’intérêt de l’État comme de l’intérêt de l’Église, c’est tout un »27.

  • 28 Respectivement conservés sous les cotes AN, LL 1482, LL 1002 et LL 1020.
  • 29 AD Orne, H 4133, registre des professions, 1619-1787.

15Dans la droite ligne de principes rappelés dans la 25e session du concile de Trente (chap. 15, de regularibus et monialibus), des conciles provinciaux (Tours en 1583, Bourges en 1584) avaient enjoint les supérieurs de couvent de tenir des registres des actes de profession de vœux où seraient portés les noms, surnoms et âge du nouveau profès accompagnés des signatures de l’abbé (ou prieur conventuel), du profès et de deux ou trois témoins. Sur la seule base des précisions ecclésiastiques, on commença à tenir les quelques registres qui nous été conservés. Pour s’en tenir aux seules ressources des Archives nationales, nécessairement partielles et lacunaires faute d’une enquête générale encore à mener, un petit nombre de registres débutent dès le premier tiers du XVIIe siècle pour les augustins déchaux de Caen (1602), les bénédictins de Jumièges (1623) ou les bénédictins du Bec-Hellouin (1628)28. Le passage du latin au français au cours du second tiers du XVIIe siècle est notable (annexes nos I-a et I-b). Ailleurs, les clarisses d’Alençon ouvrent solennellement leur premier registre en 1619 par la mention du renouvellement des vœux de toutes les religieuses du couvent29. L’ordonnance civile d’avril 1667 bouleversa la hiérarchie prescriptive au profit de la monarchie et marqua dans ce domaine également une amélioration quantitative et qualitative des inscriptions.

  • 30 Selon l’expression de Dominique Dinet, Vocation et fidélité. Le recrutement des réguliers dans les (...)
  • 31 AN, LL 1612.
  • 32 AN, LL 1655.
  • 33 Voir un exemplaire imprimé de cette sentence relié dans le registre des vêtures des hospitalières d (...)
  • 34 Voir des exemples dans le registre des professions des jacobins de la rue Saint-Dominique pour les (...)
  • 35 D. Dinet, Vocation et fidélité…, p. 98 et 100.
  • 36 AD Orne, H 1827 à H 1835, registres des vêtures et professions, 1742-1787 ; le registre sans doute (...)

16Le texte royal précisait en particulier que les dispositions ad hoc (titre XX, art. 15-16) s’appliquaient, outre la tonsure et la collation des ordres mineurs, aux deux étapes de l’entrée en religion que constituaient, après un temps de « présélection »30, la vêture et le noviciat d’une part, la profession proprement dite de l’autre. La signature exigée du religieux était une autre obligation fondamentale, déjà sollicitée par des conciles provinciaux du règne de Henri III. La promulgation de l’ordonnance eut un effet relativement décisif sur l’ouverture des registres dans la plupart des communautés parisiennes dans les décennies 1660-1680, certaines obtempérant presque immédiatement comme à Port-Royal de Paris en 1669, un an après la Paix de l’Église31. Certaines communautés se mirent en règle tardivement et recopièrent en tête de leur registre les actes intervenus depuis 1667, comme le firent les Filles-Dieu de Paris en 168632. Point essentiel du dispositif, l’obligation de placer en tête du registre la copie de la délibération capitulaire établissant la soumission aux dispositions de l’ordonnance était le signe manifeste de la nature royale de ces enregistrements (annexe n° II-c). La déclaration du 9 avril 1736 (art. 25-28), qui abandonnait toute référence aux actes de tonsure, apporta deux nouveautés : achevant l’assimilation aux registres paroissiaux, le texte royal réclamait les mêmes précisions – en langue française, alors que, nous l’avons vu, le latin avait en réalité de fait cédé la place depuis le milieu du XVIIe siècle – concernant la qualité du profès (art. 27) et faisait obligation de porter l’un des deux exemplaires du registre tous les cinq ans au greffe le plus proche (art. 28). Plusieurs couvents parisiens, aiguillonnés par une sentence du lieutenant civil du Châtelet de Paris en date du 14 novembre 173633 suivie d’une lettre circulaire du procureur du roi deux semaines plus tard (annexe n° II-a), procédèrent sur le champ ou au début de l’année 1737 à l’enregistrement des professions et des vêtures. Les remises au greffe furent sans doute dès lors étroitement surveillées, comme en témoignent des certificats de remise pré-imprimés établis par le greffier de la chambre civile du Châtelet datés du début du règne de Louis XVI34. Ailleurs, comme en Bourgogne septentrionale, on peut même parler de commencement véritable des collections35. Les moines de la Trappe furent pour leur part des élèves attentifs de la déclaration de 1736 en suivant scrupuleusement le rythme de cinq ans imposé pour la rédaction et la remise de leurs registres36.

  • 37 AN, LL 1712, registre des professions des bénédictines du Saint-Sacrement à Paris, 1680-1788 ; le t (...)
  • 38 AN, LL 1538, livres des novices des jacobins de la rue Saint-Honoré à Paris, 1631-1670, fol. 1-6v, (...)
  • 39 AN, 1369, registre des professions du prieuré Saint-Martin-des-Champs à Paris, 1646-1674 ; le volum (...)
  • 40 Les actes « d’expulsion » ne sont pas notés à la suite des actes de vêture ou de profession, mais p (...)
  • 41 Voir par exemple AN, LL 1655 : le registre des Filles-Dieu de Paris, ouvert en 1686 et commençant r (...)
  • 42 AN, LL 1461, « Catalogue du nom des novices du prieuré de Sainte-Catherine-de-La-Couture de Paris, (...)
  • 43 AN, LL 994, matricule imprimée en 1653, complétée de manière manuscrite jusqu’au 7 juin 1666 ; ibid(...)

17L’usage que l’on fit de ces registres est un autre volet de l’histoire de cette documentation. Les communautés elles-mêmes, par le soin apporté à leur rédaction, par la continuité des notations, par les titres choisis pour les introduire37, par la copie des formulaires des « rites » de noviciat ou de profession38 quelquefois souscrits par les professes elles-mêmes (annexe n° I-c), par le rappel de la dimension contractuelle du vœu à travers des actes capitulaires enregistrant des dons (annexe n° I-d) ou des inventaires de biens apportés lors de l’entrée dans la communauté (annexe n° I-e), ou par l’étroite observance des dispositions royales39, marquaient l’attachement ou au contraire la distance prise avec cette obligation. Point non prévu par les textes royaux, les sorties du monastère firent parfois l’objet, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, d’une signalisation, spécialement durant le noviciat avant la profession de vœux, placée en regard de la prise d’habit initiale40. La réappropriation de ces documents primaires pour la production d’une autre forme de documentation, interne au couvent ou à l’ordre, est assez rare. On note parfois que la tentation du nécrologe ou de la chronique refait surface et vient se mêler, en tête ou en fin de registre, aux actes exigés par la monarchie41. Une réutilisation plus moderne était, elle, encore plus inédite : outre de rares cas, encore méconnus comme le monastère de Sainte-Catherine-du-Val-des-Écoliers42, on citera l’exemple fameux de la congrégation de Saint-Maur qui publia dès 1653 les matricules de ses membres, de toute qualité : des espaces étaient laissés en blanc pour continuer de manière manuscrite l’entretien de ces monuments commémoratifs sur la base du contenu des registres de profession tenus dans chaque couvent de l’ordre43.

  • 44 Serge Dauchy, « Les recueils privés de” jurisprudence “aux Temps modernes », dans Case Law in the M (...)
  • 45 Précis par ordre alphabétique ou Table raisonnée des matières contenues dans la nouvelle collection (...)
  • 46 Collection des procès-verbaux des assemblées générales du Clergé de France depuis l’année 1560 jusq (...)
  • 47 J.-L. Gazzaniga, « Vœux et profession religieuse… », p. 278.

18L’usage judiciaire qui était fait de ces registres pose davantage de problèmes d’interprétation, en l’absence d’une large enquête assise sur les archives des tribunaux au lieu de recourir à la jurisprudence sélectionnée et imprimée selon des critères idéologiques par le clergé ou les magistrats44. Il semble, pour s’en tenir à cette source peut-être trop partiale de la jurisprudence, que le clergé exhalait régulièrement sa mauvaise humeur contre la justice royale qui se mêlait de juger de la validité des vœux. En 1645, le promoteur de l’assemblée du clergé, l’abbé Georges d’Aubusson de La Feuillade, futur archevêque d’Embrun (1649-1669) et évêque de Metz (1669-1679), opposa une réplique fournie à ces empiètements. À la suite de multiples affaires portées devant les parlements de Paris et de Rennes45, où les juges du roi avaient donné suite à l’appel comme d’abus, il rappelait que « la connaissance des vœux de religion appartient à l’Église seule ». Dans un discours argumenté46, il dénonçait la fausse neutralité de l’État qui, par la voix du parquet, déclarait ne s’intéresser qu’à l’état des personnes et non à l’engagement envers l’Église dans sa « pensée » et son « intention » (Omer Talon)47 :

[…] si le Parlement doit prendre connoissance au fonds et quant à la substance de la chose de tout ce qui regarde indirectement l’État, qui a liaison avec ce qui est extérieur et visible, qui a relation au temporel, il s’ensuit qu’il doit absolument juger de tout, par ce qu’en ce monde toutes choses sont mêlées et composées, il n’y a rien de pur, de simple, sans mélange et qui soit tout à fait détaché de la matière ; le surnaturel est enté sur le naturel, la grâce sur la nature, le spirituel suppose le matériel qui lui sert de sujet et de fondement ; l’être moral ne peut subsister sans l’être physique puisqu’il est nécessaire, par les principes de la philosophie, que nos actions soient premièrement corporelles, matérielles et physiques, avant qu’elles puissent prendre la qualité de morales, surnaturelles et spirituelles. C’est pourquoi il y a une équivoque très pernicieuse à votre autorité lorsqu’on vous attribue en général le jugement des choses purement spirituelles, pour ce que n’y en ayant presque point de cette nature, si on les considère indirectement dans leurs conséquences, il s’ensuit qu’on vous dépouille de toute jurisdiction, lorsqu’on fait mine de l’établir plus fortement et comme l’autorité royale étend toujours ses limites, l’accessoire lui attire le principal et ainsi elle connoît, sous prétexte du temporel, au moyen du bien de l’État pour la manutention de la police, de toutes les choses saintes et véritablement spirituelles. […] Il est temps de répondre précisément à cette distinction du vœu intérieur et extérieur de ces deux obligations, l’une contractée avec Dieu et l’autre contractée avec le public et avec la famille. Je dis donc que l’argument tiré de cette double obligation n’est qu’une fausse couleur et un déguisement pour servir de prétexte à s’emparer de votre juridiction.

  • 48 Recueil des actes, titres et mémoires concernant les affaires du Clergé de France, 6 t., Paris, 167 (...)
  • 49 Philippe Bornier, Conférence des ordonnances de Louis XIV […], nouv. éd. revue par [Charles-Antoine (...)
  • 50 Journal des principales audiences…, t. VII, p. 199, arrêt du 22 décembre 1718.
  • 51 Journal des principales audiences…, t. V, 2e partie, p. 10-15, à la p. 15 ; toute cette affaire, qu (...)

19Les registres constituaient une arme remarquable aux mains de la monarchie. Pour Omer Talon, « l’ordonnance qui doit estre la mesure de la vérité ne reçoit la preuve du vœu monachal que par escrit, dont les religieux doivent tenir registre et l’envoyer au greffe des justices ordinaires »48. Pour autant, l’opinion des juristes gallicans n’était pas fermement arrêtée. Guy Coquille, cité dans le commentaire que donnait Philippe Bornier de l’ordonnance de 1667, était d’avis que le port de l’habit et la possession de bénéfices suffisaient à faire oublier le caractère défectueux de la profession écrite pour décider de la qualification de religieux ; ce qui revenait à admettre la validité des professions tacites49, professions pourtant de peu, voire de nulle valeur en France à la différence de ce qui s’observait en Italie. Le parlement de Paris était prêt à admettre la valeur d’un registre mal tenu s’il n’y avait que cette seule preuve50. Pareille souplesse pouvait être invoquée à l’occasion par les gens du roi. En 1707, invité dans une complexe affaire concernant les béguines d’Aire-sur-la-Lys à définir la notion de béguinage, la valeur de leurs vœux et la force rétroactive de la législation royale en Artois, l’avocat général Guillaume Joly de Fleury envisageait la question des registres de vœux. Informé que l’acte de profession n’avait pas été signé de la béguine qui demandait son départ, il exigea l’inspection du registre dans son entier. D’après lui, ce qui importait était moins le strict respect des dispositions successives de 1566 et 1667, que la continuité et l’homogénéité des notations du registre : il n’entendait pas supprimer une communauté entière (« si on ôtoit cette preuve, on détruiroit l’état des autres religieuses ») au nom d’un non-respect des règles formelles51.

  • 52 N. Danty, Traité de la preuve par témoins en matière civile […], 6e édition, Paris, Delalain, 1769, (...)
  • 53 Pierre Chevallier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique, 1766-1789, 2 t., Paris, 1959-1960 (Bib (...)

20La relative liberté d’appréciation des juges dans ce domaine explique peut-être le surcroît de détails imposés par le chancelier d’Aguesseau en 1736. De fait, et sans qu’il soit encore possible d’en tirer des conclusions solides en l’état (inexistant) des connaissances statistiques des jugements concernant ces affaires, les exemples cités par la jurisprudence semblent aller dans le sens d’un attachement scrupuleux à la seule valeur de ces registres. On citera ainsi le cas d’un arrêt du Grand Conseil rendu en 1763 en faveur d’un dénommé Castille, marié et père de plusieurs enfants, contre les moines de Clairvaux qui le réclamaient comme moine de l’abbaye d’Orval, au motif qu’il n’avait pas signé de son nom le registre de profession de l’abbaye52. Faut-il immédiatement en tirer la conclusion que les registres et leur valeur supposée étaient devenus des instruments utiles et utilisés dans la politique royale à l’égard des religieux au moment où la pratique (Commission des réguliers, 1766) et la législation (édit de mars 176853) se faisaient plus pressantes ? La réponse à une telle question impose une enquête longue et complexe, mais l’usage de ces registres depuis le XVIe siècle, leur croissante précision administrative sous la tutelle de la monarchie plaideraient en faveur d’une étroite adéquation entre le statut des réguliers dans la société et le socle documentaire bâti ad hoc par la monarchie.

III. — CONCLUSION

  • 54 Voir ainsi la circulaire adressée par le lieutenant général de police Sartine en 1773, annexe n° II (...)
  • 55 V. Denis, Une histoire de l’identité…

21Chacune des séries de registres (paroissiaux, de vœux) constitue un instrument de contrôle social qui vise moins à connaître les individus et à les enfermer dans les rets d’une fonction moderne de police, qu’à assurer par la production d’un outil commode, polyvalent et universel une connaissance statistique de la population française54 et le bon ordre de la société par une mise en sécurité des affaires familiales et successorales. D’une certaine manière, cette volonté de ne pas inquiéter judiciairement la société est un souci partagé par les responsables de l’action publique que sont les gens du parquet. En rapprochant dans un même texte en 1667, puis en 1736, registres paroissiaux et registres de profession religieuse, la royauté a marqué la cohérence et la convergence de ces deux outils qui sont mis dès lors au service d’une monarchie administrative soucieuse d’éclairer les angles morts de l’état des sujets du roi dans leur condition civile, à l’âge où naissent les papiers d’identité55.

  • 56 Alain Boureau, « Pour une histoire comparée du vœu », dans Cahiers du Centre de recherches historiq (...)
  • 57 Charles de Miramon, « Les théories du vœu dans le droit canon et la première scolastique », dans Ca (...)

22Ce faisant, et ce point est certainement essentiel, ces innovations documentaires n’ont en effet pas produit que des effets à sens unique. La tenue des registres par des ecclésiastiques sur injonction du pouvoir royal n’a pas été inoffensive pour le clergé. Coucher par écrit la réalité d’un sacrement, d’un engagement de conversion interne marque une évolution majeure dans cette « promesse faite à Dieu » selon les mots de saint Thomas. Si le vœu (et, au-delà, tout sacrement) pose bien des questions « plus générales qui relèvent du droit, de l’histoire et de l’anthropologie »56, la dimension écrite n’est certainement pas la plus à négliger. Que le vœu solennel passe par l’écrit dès le Moyen Âge, sous forme de cédules de forme et de contenu variables57, le démontre à l’envi. Le tour systématique, pris à l’âge moderne sous l’influence des pouvoirs souverains (roi, pape), est une étape importante sur la voie de cette mutation anthropologique de l’Occident. Si l’on se place du point de vue de l’État prescripteur, de tels documents sont moins la conséquence des intentions du pouvoir, que sa marque même, l’incarnation de cette ambition : faire pénétrer le papier timbré dans les couvents ou les presbytères, obliger leur auteur à le restituer au juge royal sont des actions d’une portée politique importante, symboliquement et historiquement. Par le biais des registres exigés par l’État, rédigés sous sa tutelle, sur ses indications, pour ses besoins et archivés en partie par ses tribunaux, il s’est fatalement produit chez les ecclésiastiques français une forme d’acculturation politique et ecclésiologique qui mérite d’être versée au dossier complexe des rapports entre Église et État en France à l’âge moderne.

Annexes

ANNEXE. ÉCRIRE LES VŒUX DE RELIGION (ÎLE-DE-FRANCE, XVIIe-XVIIIe SIÈCLES) DOSSIER DOCUMENTAIRE

I. — CONSIGNER VÊTURES, NOVICIATS ET PROFESSION

a. Acte de réception et d’engagement comme novice de l’abbaye de Saint-Denis

1653, 1er juin – Saint-Denis

Orig. AN, LL 1321, fol. 9-9v, registre, papier.

Anno Domini millesimo sexcentesimo quinquagesimo tertio die prima mensis junii, devotus religiosus Cistertiensis dominus Jacobus Le François, natus annos circiter triginta filius in legitimo matrimonio procreatus Jacobi Le François et Anthonia du Formandelle parentum suorum de urbe Montis Desiderii, dioecesis Ambianensis, postquam in hoc monasterio S. Faronis in veste sua regulari permansit quindecim dierum spatio quibus in proposito vita monastica constanter perseverarit et ad probationem saepe instanterque petiit inter sacra missarum solemnia adhibitis caerimoniis et precibus solitis assistente toto conventu ac externorum frequentia per R. P. Philibertum Nitot priorem hujus monasterii novitiorum vestem scilicet cucullam sine maniciis suscepit, cum pridie praemissa solemni lotione edum tunica et parvo scapulari fuisset indutus. In quorum fidem jubente eordem R. P. priore acta sunt haec per me scribam capituli subsignatum die mense et anno quibus supra.
Sic signatum « F. Philibertus Nitot, humilis prior », « F. Cyprianus Beaugeard, subprior ».

Anno Domini millesimo sexcentesimo quinquagesimo tertio die undecima mensis novembris fratribus in capitulo monasterii S. Dionysii in Francia congregatis, cum D. Jacobus Le François elapso quarto mense ex quo habitum suscepit novitiorum per Ignatium Philibert R. P. priorem ejusdem monasterii propositus fuisset ut quid de eo sentirent ab his audiret., postquam super eo negotio singulorum vota suscepit et cum senioribus suis de eodem consilium iniit praefatum D. Jacobum Le François novitium in probatione relinquendum et retinendum censuit. In quorum fidem jubente eodem R. P. priore acta sunt haec per me scribam capituli subsignatum die, mense et anno.
F. Ignatius Philibert, humilis prior prefatus [seing].
F. Victor Tixier, subprior [seing].
F. Joseph Foucqué senior [seing].
F. Ludovicus Vairon scriba capituli [seing].

Predictus dominus Jacobus Le François ad ordinem suum Cisterciensem remissus fuit die vigesima tertia mensis juliii ob ulcus difficilis curationis quo diu laboravit in tibia.
F. Ignatius Philibert, humilis prior [seing].
F. Joseph Foucqué senior [seing].
Fr. Germanus Morel [seing].
F. Ludovicus Vairon scriba capituli [seing].

b. Acte de noviciat au monastère des chanoinesses du Saint-Sépulcre dit de Bellechasse à Paris

1669, 19 juin – Paris

Orig. AN, LL 1596, fol. 1v-2v, registre, papier.

Aujourd’huy dix-huictiesme juin mil six cens soixante neuf sur les neuf heures du matin à l’issue de la messe célébrée par messire Jacques de Fieux58, docteur de Sorbonne, abbé de Beaulieu59 et de Bellozanne60 et supérieur de ce monastère en l’église de ce mesme monastère, en présence de toute la communauté des religieuses et de plusieurs autres personnes assemblées dans ladite église au son de la cloche, honneste fille Anne Vachot, née à Paris sur la paroisse de Saint-Nicolas-des-Champs, aagée de dix-huict ans, fille légitime de deffunct honnorable homme Nicolas Vachot, vivant maistre traiteur, et de deffuncte Marie Soudé, ses père et mère, après avoir porté durant quelques mois l’habit de clergesse suivant les constitutions de l’ordre des chanoinesses du Saint-Sépulcre, ayant esté nommée Sœur de Saint-Michel et après l’examen et espreuves accoutumeez, a pris l’habit de novice en cette maison ou monastère du Sainct-Sépulcre par les mains dudict sieur abbé et de la révérende mère Renée de Livenne, prieure dudit monastère et a esté admise au noviciat.
Et a esté le présent acte de vesture et réception au noviciat signé par ladite Sœur de Saint-Michel, par ledit sieur abbé, par ladite révérende mère prieure et par [blanc] Vachot, prestre et chanoine de Sainct-Marcel de Paris, demeurant au collège Sainte-Barbe, paroisse Saint-Étienne-du-Mont, cousin de ladite Sœur de Saint-Michel par honnorable homme, Michel Landois, juré vendeur et controolleur de vins et bourgeois de Paris, demeurant rue Périgueux aux marais du Temple, de ladite paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, son oncle, qui ont esté présents à ladite vesture avec plusieurs autres personnes. Ce jour et an que dessus.
De Fieux.
S[œu]r Renee de Livenne d[i]te de S[ain]te-Cecile, prieure.
S[œu]r Anne Vachot dicte de Saint-Michel.
Vachot, p[re]b[st]re et chanoine [seing].
Michel Landois.

c. Serment de profession d’une sœur des Filles de la Croix de la maison des Tournelles à Paris

1675, 11 novembre – Paris

Copie collationnée le 26 avril 1685. AN, LL 1674, fol. 1, registre, papier.

Vive Jésus crucifié.
Ô mon sauveur Jésus mon unique espérance, je, Gillette de Baran, prosternée en esprit d’humilité au pied de votre croix vous fais vœu de vivre en chasteté, obéissance et pauvreté durant le temps que par votre grace je feray en cette congrégation selon les constitutions d’icelle dans une parfaicte soumission à la sainte Église catholique apostolique et romaine sous la protection de la très sainte Vierge Marie mère de Dieu Notre Dame et de glorieux Saint Joseph son espoux et soubs la juridiction de monseigneur l’illustrissime et reverendissime archevesque de Paris, au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, ainsi soit-il. Faict ce unziesme jour de novembre mil six cent soixante et quinze.
Gillette de Baran.
Poitevin, sup[érieu]r.

[D’une autre main] Sœur Gillette Baran est décédée le 18 janvier 1709.

d. Procès-verbal de réception d’une sœur de chœur au monastère des bénédictines du Saint-Sacrement de la rue Saint-Louis à Paris

1680, 27 octobre – Paris

Copie collationnée le 26 avril 1685. AN, LL 1712, p. 1-2, registre, papier.

Loué soit le Très Saint Sacrement de l’Autel à jamais.
Déclaration qui doit tenir lieu de contract de profession à sœur Marie Scolastique de Jésus première professe de ce monastère du Très Sainct Sacrement de l’Autel de la rue neuve de Richelieux.

Aujourd’huy vingt septiesme octobre mil six cents quatre vingt nous prieure et religieuses bénédictines adoratrices perpétuelles du Très Saint Sacrement de l’Autel rue neuve de Richelieu paroisse Saint Eustache estant toutes assembléez capitulairement en la manière accoustumée pour déclarer et certifier comme nous déclarons et certifions par ce présent acte que nous avons receu et incorporé à nostre dit monastère demoiselle Margueritte de L’Église ditte Sœur Marie Scolastique de Jésus en qualité de sœur du chœur avec promesse et obligation de la norrir et entretenir tout le temps de sa vie saine et malade et en considération de la dévotion qu’elle a au Très Saint Sacrement de l’Autel et la grace qu’elle a receue d’estre incorporée pour le reste de ses jours à nostredit monastère, elle y a volontairement et librement fait le don de la somme de deux mille livres qui ont esté employéez aux acommodemens de cette maison où nous sommes présentement et a fourny ses meubles et habits de religion. En foy de quoy nous avons signé ce présent acte l’an et jour que dessus. Signé « Sr Bernardine de la Conception, prieure », « Sr Marie de Saint François de Paule, sous-prieure », « Sr Marie de l’Incarnation », « Sr M. de St Placide », « Sr M. de Jésus », « Sr M. du St Sacrement », « Sr M. de St Bernard », « Sr M. Anne de St Joachim », « Sr M. Oportune de Ste Gertrude, secrétaire du chapitre ».
Collationné à son original par nous prieure et religieuses bénédictines adoratrices perpétuelle[s] du Très Saint Sacrement de l’Autel à 26 avril 1685.
S[œu]r M[arie] de S[ain]t François de Paule, prieure.
S[œu]r M[arie] du S[ain]t Sacrement sous prieure.
S[œu]r M[arie] de l’Incarnation discrette.
S[œu]r M[arie] de S[ain]t Placide, discrete.
S[œu]r Marie de Jésus, discrette.
S[œu]r M[arie] Oportune de S[ain]te Gertrude, secretaire du chapitre.

e. Inventaire des biens d’une professe au séminaire d’Eu des Filles de la Charité

1710, 26 juin – Paris

Orig. AN, LL 1664, p. 116, registre, papier. Nota : les errements orthographiques n’ont pas été relevés.

Juin 1710
Le 26e juin est entré au séminaire de la ville d’Eu, Marie Forestier, fille de François Foretier et de Catherine Davenne, ses pères et mère, laboureur habitant du village de Sequeville d[iocèse] d’Amiens.
Baptisé le 28 juillet 1688.
Prit l’habit le 11 avril 1710.
Fait les vœux le 25 mars 1716.
Elle a aporté un juste de serge gris de haut fert neuf, la cotte et le tablié de mesme à trois laise aussi neuf ; trois cotte, une violette des toffe croisée bonne avec une guipure dessus, une blanche de petite serge toute mainsse viellie, une verte de petite sergette viellie, un corp où il n’y a guère de balaine couvert de petite serge musqué demy usée, un tablié de serge grise demy usée, un père de bas de grosse estame ny bonne ny méchante, un père de soulier bon.
Six chemise de grosse toille demy usée, quatre coiffe cornette, trois mouchoirs de col, quatre de poche.

[Dans la marge gauche, écrit dans le sens de la hauteur] Sçais tricotté, ne sçais pas lire, grande, forte et de bonne santé.

f. Procès-verbal de renonciation à l’habit religieux

1785, 7 février. – Paris

Orig. duplicata. AN, LL 1532, non folioté, 2 pages reliées en tête du registre au XIXe siècle, papier.
L’an mil sept cent quatre vingt cinq et le septième jour du mois de février, le révérend père Simonot sous-prieur en chef de la maison du noviciat général des dominicains ayant assemblé les révérends pères du Conseil après avoir observé les formalités prescrites par nos loix leur a exposé que le cher frère Jacques Olive, novice cler admis à la profession à la pluralité des suffrages par le Conseil de cette maison où il a fait douze mois révolus de probation et admis également par le Conseil du couvent de Chambéry où il avait été revêtu de l’habit de l’ordre a déclaré au révérend père maître qu’il n’étoit plus dans le dessein de demeurer parmi nous ; sur cet exposé les révérends pères du Conseil ayant voulu s’assurer par eux-mêmes des sentimens et des dispositions passées et présentes de ce cher novice l’ont fait venir et l’ont fait paoitre au Conseil où après plusieurs demandes relatives à sa vocation qui lui ont été faites il a déclaré publiquement et solennellement que ne se sentant61 pas appellé à l’ordre de saint Dominique, il ne croyoit pas pouvoir y demeurer plus longtemps et qu’il vouloit absolument en déposer aujourd’hui même les habits les révérends près du Conseil ayant mûrement examiné ses raisons et ses motifs ont unanimement délibéré de faire droit à sa demande et de consentir qu’il quittât ces habits62 religieux, ce qui a été exécuté l’an et jour que cy dessus, en foy de quoi le révérend père Simonot, le révérend maître et les révérends pères examinateurs et le secrétaire du Conseil ont signé le présent verbal. Dont double à Paris l’an et jour que cy-dessus.
F. P. P. J. Simonnot souprieur en chef.
Le fr. J. Olive se démet purement et simplement.
Fr. Chanterel examinateur. F. Bern[ard]. Lambert, examinateur.
Fr. T. Jacob. Fr. J. J. Giraud. F. J. A. Debré.
F. Breyrnani, secrétaire du conseil. F. Gaudibert.
F. P. Lizault, maître des novices.

II. MONARCHIE ET REGISTRES DE PROFESSION ET DE NOVICIAT

a. Lettre circulaire du procureur du roi au Châtelet de Paris à la supérieure des Hospitalières de la Miséricorde à Paris

1736, 29 novembre – Paris

Orig. préimpr. AN, LL 1701, non folioté, 2 pages, registre, papier.

Madame63,

Je vous envoye des exemplaires de la déclaration du roy du neuf avril dernier concernant la forme qui doit s’observer à l’avenir pour tenir les registres des baptêmes, mariages et sépultures, vêtures, noviciats, professions et des extraits qui en doivent être délivrez, ensemble des sentences rendues en conséquence sur mes réquisitoires par M. le lieutenant civil. Je vous prie de vous y conformer exactement et d’avoir doresnavant deux registres en papier commun, lesquels seront cottez par premier et dernier et paraphez par vous sur chaque feuillet, à quoi faire vous serez autorisé par un acte capitulaire qui sera inséré au commencement de chacun desdits registres pour y inscrire conformément à ladite déclaration tous les actes de vêture, noviciat et profession qui se feront dans votre communauté, lesquels registres vous serviront pendant cinq années consécutives à commencer du premier janvier prochain et l’un desquels vous ferez apporter au greffe de la Chambre civile du Chastelet, dont le greffier, qui sera chargé de les recevoir, vous donnera une décharge, sçavoir pour les registres faits en exécution de ladite déclaration dans six semaines après la fin de l’année 1741 et ensuite de cinq en cinq ans.
Vous vous conformerez aussi aux dispositions de l’article XV de ladite déclaration, si vous vous trouvez dans la possession bien et duement establie de faire quelqu’un des genres d’actes qui y sont énoncez, auquel cas il sera nécessaire que vous ayez deux registres, dont l’un sera en papier timbré et l’autre en papier commun, cotez par premier et dernier feuillet, que vous aurez soin d’envoyer chez Monsieur le Lieutenant civil pour les parapher, un mois avant le commencement de chaque année, sur lesquels deux registres vous écrirez ou ferez écrire de suite et sans aucun blanc par la personne qui sera par vous préposée à cet effet les genres d’actes que vous serez en possession de faire, en vous conformant au surplus aux autres dispositions portées par ladite déclaration. Vous aurez attention d’en envoyer un dans six semaines au plus tard après l’expiration de chaque année audit greffe de la Chambre civile du Châtelet dont le greffier vous donnera une décharge. Je compte que vous voudrez bien vous mettre en règle à ce égard, à commencer au premier décembre prochan pour les registres de l’année 1737. Au cas que vous ayez besoin de quelques éclaircissemens, vous pourrez vous adresser à moi et je me ferai un plaisir de vous les donner.
J’ai l’honneur d’être avec parfaite considération, Madame64, votre très humble et très obéissant serviteur, Moreau [seing].

À Paris, ce 26e novembre65 1736

b. Lettre circulaire du lieutenant général de police de Paris au supérieur des Jacobins de la rue Saint-Dominique à Paris

1773, 26 janvier – Paris

Orig. préimpr. AN, LL 1537, non folioté, 1 page, papier.

Paris, le 26 janvier 177366.

Le roi désire, Mon Révérend Père67, qu’on lui mette sous les yeux chaque année un état contenant le nombre de professions en religion et celui des personnes mortes aussi en religion dans les différentes communautés religieuses de la ville, prévôté et vicomté de Paris et Sa Majesté en veut un semblable dès à présent pour chacune des années 1770, 1771 et 1772. Pour me conformer aux intentions de Sa Majesté, je vous prie de remplir pour ces trois dernières années, trois des imprimés que je vous envoie et de me les envoyer le plutôt possible. Vous voudrez bien garder les autres pour les remplir à la fin de chaque année et me les adresser le premier ou le deux janvier suivant.
Je suis très parfaitement, Mon Révérend Père68, votre très humble et très obéissant serviteur, de Sartine.

Le P. supérieur des Jacobins de la rue Saint-Dominique, faubourg Saint-Germain69.

c. Acte capitulaire du couvent des Jacobins de la rue du Bac à Paris

1779, 1er janvier – Paris

Orig. AN, LL 1532, fol. 1, registre, papier.

L’an de grâce mille sept cent soixante dix neuf et le premier janvier, le révérend père Thomas Jacob prieur du couvent et noviciat général de l’ordre des Frères prêcheurs établis en la bonne ville de Paris rue du Bacq, fauxbourg Saint-Germain, ayant assemblé la communauté a dit qu’en conséquence des ordres du roy et en exécution de la déclaration de Sa Majesté du neuf avril mil sept cent trente six, il a fait faire le présent livre pour y enregistrer et y inscrire les actes de vêtures, noviciat et profession des religieux qui enbrasseront notre saint ordre en la forme qu’il est marqué dans la susdite déclaration et que Sa Majesté voulant entre autres choses que ledit registre soit paraphé par lui prieur sur chaque feuillet en suite d’un acte capitulaire par lequel il soit authorisé à le faire, il demanda pour cela le consentement de la communauté, sur quoi tous les révérends pères vaneaux ici présents ont par leur consentement authorisé et authorisent ledit révérend père prieur à parapher comme est est dit cy-dessus le présent premier registre et ont signé l’an et jour que dessus :
Fr. Thomas Jacob, prieur.
F. Alphonsus Gaudibert, supprior.
F. L. B. Laliment, père du Conseil.
Fr. J. J. Giraud, père du Conseil.
F. Jean Sanarens, père du Conseil.
F. Bernard Lambert.
F. Louis Vassal.
F. Jaques Mazaudier, sindic.
F. Jean-Gabriel Calais.
F. Alexis Glize.

Notes

1 Hélène Millet et Peter Moraw, « Les clercs dans l’État », dans Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, dir. Wolfgang Reinhard, Paris, 1996 (Les origines de l’État moderne en Europe), chap. 9, p. 237-257, aux p. 240 et suiv.

2 Cédric Michon, La crosse et le sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, Paris, 2008.

3 Pierre Blet, « Jésuites gallicans au XVIIe siècle ? À propos de l’ouvrage du P. Guitton sur le P. de La Chaize », dans Archivum historicum Societatis Iesu, t. 29, 1960, p. 55-84 ; Benoist Pierre, La bure et le sceptre. La congrégation des Feuillants dans l’affirmation des États et des pouvoirs princiers (vers 1560-vers 1660), Paris, 2006 (Histoire moderne, 47).

4 Voir le récent ouvrage de Karen E. Carter, Creating Catholics. Catechism and Primary Education in Early Modern France, Notre Dame (Ind.), 2011.

5 Pour un exposé rapide de la thèse, voir Wolfgang Reinhard, « Was ist katholische Konfessionalisierung ? », dans Die katholische Konfessionalisierung, éd. Wolfgang Reinhard et Heinz Schilling, Gütersloh, 1995 (Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, 198) [autre édition parallèle Münster, 1995 (Reformationsgeschichtliche Studien und Texte, 135)], p. 419-452. Voir aussi, du même auteur, « Zwang zur Konfessionalisierung ? Prolegomena zu einer Theorie des konfessionellen Zeitalters », dans Zeitschrift für historische Forschung, t. 10, 1983, p. 257-277.

6 On se contentera de renvoyer aux développements et à la bibliographie contenus dans Nicolas Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au XVIIIe siècle, Paris, 2010 (L’évolution de l’humanité).

7 T. Bazeille, « Étude sur les registres paroissiaux antérieurs à l’établissement des registres d’état civil », dans Bulletin d’histoire et de philologie, t. 27, 1909, p. 327-359 ; Jacques Levron, « Les registres paroissiaux et d’état civil en France », dans Archivum, 1959, p. 55-100 ; Roger Mols, « Les origines pastorales de quelques relevés démographiques », dans Studi in onore di Amintore Fanfani, 6 t., Milan, 1962, t. V, p. 437-461 ; René Le Mée, « La réglementation des registres paroissiaux en France », dans Annales de démographie historique, 1975, p. 433-473.

8 Jean-Louis Gazzaniga, « Vœux et profession religieuse. Législation et pratique française aux deux derniers siècles de l’Ancien Régime », dans Droit, administration et justice. Mélanges en l’honneur des professeurs Marie-Thérèse Allemand-Gay et Jean Gay, dir. Antoine Astaing et François Lormant, Nancy, 2011, p. 277-304.

9 Durant l’époque moderne, les curés prêtaient par ailleurs leur concours à beaucoup d’activités de communication ou de certification au service du pouvoir royal ; en 1629, le Code Michau (art. 345) prévoyait la contresignature du curé au bas des registres de tailles (Brigitte Basdevant-Gaudemet, « Le prince législateur en matière ecclésiastique : l’exemple du Code Michau (1629) », dans Le prince et la norme. Ce que légiférer veut dire, éd. Jacqueline Hoareau-Dodinau, Guillaume Métairie et Pascal Texier, Limoges, 2007 (Cahiers de l’Institut d’anthropologie juridique, 17), p. 117-133, à la p. 125.

10 Paris, juillet 1539, publié dans Ordonnances des rois de France. Règne de François Ier, t. IX, Paris, 1983-1992, p. 519-538, n° 941.

11 Anne Rousselet-Pimont, Le chancelier et la loi au XVIe siècle d’après l’œuvre d’Antoine Duprat, de Guillaume Poyet et de Michel de L’Hospital, Paris, 2005 (Romanité et modernité du droit), p. 583.

12 Charles Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français et les registres des insinuations ecclésiastiques », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1963, p. 241-269 ; Dominique Dinet, « Les insinuations ecclésiastiques », dans Histoire, économie et société, 1989, p. 199-221.

13 Par exemple la déclaration du 9 février 1657 sur le « recellement des corps morts des bénéficiers », publiée à Paris par Antoine Vitré en 1673.

14 Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Paris, 1985 (Bibliothèque des sciences humaines) ; id., « L’État au miroir de la raison d’État : la France et la chrétienté », dans Raison et déraison d’État, éd. Yves-Charles Zarka, Paris, 1994 (Fondements de la politique. Essais), p. 193-244 ; Christophe Blanquie, « Le silence et la justification : pratiques de l’État (France, XVIIe siècle) », dans Cahiers du Centre de recherches historiques, t. 20, 1998, p. 29-38.

15 Jean-Marie Constant, « L’enquête de noblesse de 1667 et les seigneurs de Beauce », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1974, p. 548-566 ; Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (XVIe-XVIIIe siècle), éd. Robert Descimon et Élie Haddad, Paris, 2010 (Histoire).

16 Marc Perrichet, « Contribution à l’histoire sociale du XVIIIe siècle. L’administration des classes de la Marine et ses archives dans les ports bretons », dans Revue d’histoire économique et sociale, t. 47, 1959, p. 89-112.

17 Ernest Coyecque, « Une source de l’ancien état civil parisien. Les contrats de constitution de tontines », dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 42, 1915, p. 171-184 ; Andrew P. Trout et Robert M. Jennings, The tontine : from the reign of Louis XIV to the French revolutionary era, Philadelphie, 1982 (S. S. Huebner Foundation Monographs series, 12).

18 Arrest de la cour de parlement, qui enjoint à tous curez et vicaires de faire mention dans les registres destinez à écrire les baptesmes, mariages et sépultures de leur paroisse, des morts et sépultures des enfans à quelque age qu’ils soient décédez, Paris, Veuve François Muguet et Hubert Muguet, 1714.

19 Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires, éd. Arthur Michel de Boislisle, t. XV, Paris, 1901, p. 316-318. Des édits d’octobre 1691 (création de greffiers-gardes et de conservateurs des registres paroissiaux) et de juin 1705 (contrôleurs des registres et des extraits) avaient créé une administration dont la réforme par édit d’octobre 1706 (réunion du contrôle des extraits au domaine royal et publication d’un tarif) provoqua le mouvement de révolte. Il fallut attendre un édit de décembre 1716 (suppression de ces offices créés depuis 1691) pour que soit mis fin à ces perceptions (ibid., p. 639-642).

20 David Feutry, Guillaume-François Joly de Fleury (1675-1756). Un magistrat entre service du roi et stratégies familiales, Paris, 2011 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 89).

21 Journal des principales audiences du Parlement, avec les arrêts qui y ont été rendus […], t. V, Depuis l’année 1700 jusqu’à 1710, Paris, 1757, 2e partie, p. 55-64, à la p. 59 (« L’official n’étant juge d’Église, ne peut connoître des réformations de registres de baptêmes, mariages et sépultures, et s’il le fait, il y a abus »).

22 Voir ainsi la Sentence rendue par Monsieur le Lieutenant civil sur les conclusions de Monsieur le Procureur du roy qui ordonne l’exécution des articles huit, onze et treize du titre vingt de l’ordonnance du mois d’avril 1667, concernant les registres des baptêmes, mariages et sépultures du vingt-sept juillet 1731, Paris, P. J. Mariette, [1737] ; elle faisait suite à d’autres sentences rendues les 23 novembre 1675, 2 janvier 1680, 7 février 1691, 3 août 1706 et 11 décembre 1717.

23 Léon Cahen, « La question de l’état civil à Paris au XVIIIe siècle. Le conflit de 1736 », dans La Révolution française, t. 57, 1909, p. 193-212 ; Édouard Maugis, « Une enquête du parlement de Paris au XVIIIe siècle sur l’application des règlements d’état civil », dans Nouvelle revue historique de droit français et étranger, 1920, p. 539-559 ; id., « Étude de 54 arrêts du Parlement sur la rédaction des registres paroissiaux », dans Nouvelle revue historique de droit français et étranger, 1922, p. 637-649 ; Henri Blaquière, « Une enquête concernant l’application de la déclaration du roi de 1736 dans le ressort du parlement de Toulouse », dans Annales du Midi, 1959, p. 215-221.

24 Vincent Denis, Une histoire de l’identité : France, 1715-1815, Seyssel, 2008 ; Jean-Pierre Gutton, Établir l’identité. L’identification des Français du Moyen Âge à nos jours, Lyon, 2010.

25 En dépit du fait que l’écrit est très présent dans le « rite » de l’entrée en religion, telle que la prévoit par exemple la règle de saint Benoît (chap. 58), où le novice doit souscrire une petitio par laquelle il demande son admission et la placer sur l’autel durant la cérémonie (L’histoire des moines, chanoines et religieux du Moyen Âge : guide de recherche et documents, dir. Cécile Caby, André Vauchez, Turnhout, 2003 (L’atelier du médiéviste, 9), p. 79). Il semble que l’on privilégiait, lorsque des traces écrites étaient archivées, les actes individuels, regroupés plus tard lors du classement des archives des établissements religieux par les archivistes : voir par exemple AD Orne, H 3364 à H 3371, liasses de professions de religieuses de l’abbaye Notre-Dame d’Almenêches, 1518-1752.

26 Sarah Hanley, « Engendering the State: family formation and State building in early modern France », dans French Historical Studies, t. 16-1, 1989, p. 4-27, reimp. trad. fr., « Engendrer l’État. Formation familiale et construction de l’État dans la France du début de l’époque moderne », dans Politix, t. 8, 1995, no 32, p. 45-65.

27 J.-L. Gazzaniga, « Vœux et profession religieuse… », p. 277. La chronologie exacte marque une forme d’antériorité royale, puisque l’ordonnance d’Orléans (1560) fixait à 25 ans (garçons) et à 20 ans (filles) l’âge pour la profession (ibid., p. 287-288).

28 Respectivement conservés sous les cotes AN, LL 1482, LL 1002 et LL 1020.

29 AD Orne, H 4133, registre des professions, 1619-1787.

30 Selon l’expression de Dominique Dinet, Vocation et fidélité. Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1988 (Histoire), p. 49-56.

31 AN, LL 1612.

32 AN, LL 1655.

33 Voir un exemplaire imprimé de cette sentence relié dans le registre des vêtures des hospitalières de la Miséricorde de Paris pour les années 1727-1789 (AN, LL 1701).

34 Voir des exemples dans le registre des professions des jacobins de la rue Saint-Dominique pour les années 1736-1778 (AN, LL 1537).

35 D. Dinet, Vocation et fidélité…, p. 98 et 100.

36 AD Orne, H 1827 à H 1835, registres des vêtures et professions, 1742-1787 ; le registre sans doute ouvert en 1737 n’est pas conservé dans cette série.

37 AN, LL 1712, registre des professions des bénédictines du Saint-Sacrement à Paris, 1680-1788 ; le titre en est : « Registre contenant les actes ou déclarations qui doivent tenir lieu de contracts de profession aux religieuses professes de ce monastère du Saint-Sacrement de la rue neuve Saint-Louis. Numéro 8e ».

38 AN, LL 1538, livres des novices des jacobins de la rue Saint-Honoré à Paris, 1631-1670, fol. 1-6v, formules pour l’examen des novices (en latin) ; ibid., fol. 7-8v, « Pour les novices convers qui n’ont pas encore fait profession » (en français).

39 AN, 1369, registre des professions du prieuré Saint-Martin-des-Champs à Paris, 1646-1674 ; le volume se conclut par la notation suivante : « 1674. Depuis l’ordonnance du papier timbré [édit d’avril 1674], on a cru qu’il estoit à propos qu’il falloit changer de livre et qu’on devoit à l’advenir mettre les professions dans un registre de papier marqué ».

40 Les actes « d’expulsion » ne sont pas notés à la suite des actes de vêture ou de profession, mais peuvent être joints sous forme de feuilles volantes comme le document édité dans l’annexe n° I-f. Sur l’utilisation de ces annotations, parfois décevantes pour l’historien en raison de leur laconisme, voir D. Dinet, Vocation et fidélité…, p. 59-61 et 64-69.

41 Voir par exemple AN, LL 1655 : le registre des Filles-Dieu de Paris, ouvert en 1686 et commençant rétrospectivement en 1667, contient d’un côté la notation des vêtures, noviciats, professions et sépultures et de l’autre la notation des actes d’élection et de confirmation des prieures.

42 AN, LL 1461, « Catalogue du nom des novices du prieuré de Sainte-Catherine-de-La-Couture de Paris, avec les dates de leur entrée et de sortie du noviciat », 1700-1788.

43 AN, LL 994, matricule imprimée en 1653, complétée de manière manuscrite jusqu’au 7 juin 1666 ; ibid., LL 995, matricule imprimée en 1653 complétée de manière manuscrite jusqu’au 3 mai 1669 ; ibid., LL 996, matricule imprimée en 1669, complétée de manière manuscrite jusqu’au 27 janvier 1705 ; ibid., matricule imprimée en 1690, complétée de manière manuscrite jusqu’au 9 juillet 1720. Sur ces matricules, voir Antoine du Bourg et Yves Chaussy, Matricula monachorum professorum congregationis S. Mauri in Gallia ordinis sancti patris Benedicti, Paris, 1959 (Bibliothèque d’histoire et d’archéologie chrétiennes) ; Paul Denis et Yves Chaussy, Matricula monachorum professorum reformationis abbatiae et totius sacri ordinis Cluniacensis, Turnhout, 1994 (Publications de l’Encyclopédie bénédictine, 2).

44 Serge Dauchy, « Les recueils privés de” jurisprudence “aux Temps modernes », dans Case Law in the Making. The Techniques and Methods of Judicial Records and Law Reports, éd. Alain Wijffels, 2 t., Berlin, 1997 (Comparative Studies in Continental and Anglo-American Legal History, 17), t. I, p. 237-247 ; Les recueils d’arrêts et dictionnaires de jurisprudence (XVIe -XVIIIe siècle), dir. Serge Dauchy et Véronique Demars-Sion, Paris, 2005.

45 Précis par ordre alphabétique ou Table raisonnée des matières contenues dans la nouvelle collection des procès-verbaux des assemblées générales et particulières du clergé de France, Paris, 1780, col. 2238-2241. Ces affaires ont été analysées dans Pierre Blet, Le Clergé de France et la monarchie. Étude sur les assemblées générales du Clergé de 1615 à 1665, 2 t., Rome, 1959 (Analecta Gregoriana, 106-107), t. II, p. 36-43.

46 Collection des procès-verbaux des assemblées générales du Clergé de France depuis l’année 1560 jusqu’à présent, t. III, Paris, 1769, p. 254-261, aux p. 258-259. Ce texte mériterait une étude attentive et spéciale, en particulier pour le relier finement aux débats philosophiques et théologiques du temps.

47 J.-L. Gazzaniga, « Vœux et profession religieuse… », p. 278.

48 Recueil des actes, titres et mémoires concernant les affaires du Clergé de France, 6 t., Paris, 1673, t. I, 1re partie, p. 240.

49 Philippe Bornier, Conférence des ordonnances de Louis XIV […], nouv. éd. revue par [Charles-Antoine Bourdot de Richebourg], Paris, 1755, p. 162.

50 Journal des principales audiences…, t. VII, p. 199, arrêt du 22 décembre 1718.

51 Journal des principales audiences…, t. V, 2e partie, p. 10-15, à la p. 15 ; toute cette affaire, qui fait en outre intervenir la rétroactivité des législations étrangères, mériterait un traitement spécial.

52 N. Danty, Traité de la preuve par témoins en matière civile […], 6e édition, Paris, Delalain, 1769, p. 778.

53 Pierre Chevallier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique, 1766-1789, 2 t., Paris, 1959-1960 (Bibliothèque de la Société d’histoire ecclésiastique de la France), t. I, p. 318-320 et 350-352.

54 Voir ainsi la circulaire adressée par le lieutenant général de police Sartine en 1773, annexe n° II-b. De manière générale, pour cette ambiance statisticienne, on renverra à Thierry Martin, Arithmétique politique dans la France du XVIIIe siècle, Paris, 2003 (Classiques de l’économie et de la population. Études et enquêtes historiques).

55 V. Denis, Une histoire de l’identité…

56 Alain Boureau, « Pour une histoire comparée du vœu », dans Cahiers du Centre de recherches historiques, 16 (1996), p. 7-10, à la p. 7.

57 Charles de Miramon, « Les théories du vœu dans le droit canon et la première scolastique », dans Cahiers du Centre de recherches historiques, 16 (1996), p. 17-25, à la p. 18. : « Le vœu solennel est au contraire celui écrit dans une cédule ou prononcé devant de nombreux témoins ou, mieux encore, devant l’autorité religieuse lors ou après la liturgie ».

58 Jacques de Fieux (1621-1687), supérieur des chanoinesses du Saint-Sépulcre depuis la fin des années 1650, évêque de Toul (1676-1687).

59 Abbaye de Beaulieu-en-Bassigny, O. Cist., diocèse de Langres ; Jacques de Fieux en fut abbé de 1668 jusqu’à son décès en 1687.

60 Abbaye Notre-Dame de Bellozanne, O. Praem., diocèse de Rouen ; Jacques de Fieux en fut abbé de 1668 à 1675.

61 ne se sentant, correction de ne se croyant.

62 ces habits, correction de cet habit.

63 Madame, manuscrit.

64 Madame, manuscrit.

65 26e novembre, manuscrit.

66 Paris, le 26 janvier 1773, manuscrit.

67 Mon Révérend Père, manuscrit.

68 Mon Révérend Père, manuscrit.

69 Cette indication, au bas de la page, est entièrement manuscrite.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540