Version classiqueVersion mobile

De l’autorité à la référence

 | 
Isabelle Diu
, 
Raphaële Mouren

Deuxième partie. Usages de la référence entre Moyen Âge et époque moderne

« Je montrerai la chose au doigt » : l’exigence critique dans la controverse religieuse du xvie siècle

Olivier Christin

Résumé

La controverse religieuse des xvie-xviie siècles, malgré sa propension à embrasser les formes les plus outrancières de la parole pamphlétaire et à céder aux délices de l’invective, de l’exagération, de l’imputation à l’ensemble des adversaires des positions des plus extrêmes d’entre eux, n’a pas pu échapper totalement à une question qui fit à terme entrer certaines des préoccupations de l’humanisme dans ses pratiques intellectuelles. Faut-il, même pour les réfuter, citer exactement les propos de ceux que l’on condamne ? C’est à retracer, à partir de deux textes décisifs mais peu connus de Luther et de Calvin, les transformations imposées à la controverse par cette exigence d’exactitude que s’attache cet article.

Texte intégral

  • 1 G. Guilleminot, « La polémique en 1561 : les règles du jeu », dans Le pamphlet en France au xvie si (...)
  • 2 René Des Freuz, Brieve response aux quatre exécrables articles contre la saincte messe, escrits par (...)
  • 3 Nicolas Durand de Villagagnon, Responce par le chevalier de Villegaignon aux Remonstrances faictes (...)

1Dans un article paru en 1983 au sein d’un ouvrage collectif consacré à Calvin pamphlétaire, G. Guilleminot a souligné l’existence de « règles du jeu » assez « strictes » dans la littérature de controverse du xvie siècle1. Celles-ci, portées au grand jour dans le colloque de Poissy et les affrontements de l’année 1561, se seraient notamment imposées aux ouvrages qui prétendaient être des réfutations des positions ou des accusations de contradicteurs nommément désignés ou collectifs, faisant à ces textes, et au-delà à une part importante de la littérature de controverse, l’obligation de « résumer le texte adverse ou d’en donner des citations abondantes ». Si G. Guilleminot convoquait à l’appui de cette assertion des exemples précis et convaincants, comme celui de René Des Freuz, qui avertit le lecteur que sa Briève Response n’est destinée qu’à ceux qui auront lu le texte protestant qu’il réfute2 ou celui de Villegagnon qui cite longuement un opuscule d’Augustin Marlorat3, il ne fait pourtant aucun doute que ces « règles » connurent des exceptions sans nombre, à tel point qu’on ne peut en écrire l’histoire comme celle d’un triomphe progressif de la raison. Sans cesse contestées, récusées ou tout simplement oubliées, elles sont en fait le produit d’une histoire conflictuelle et longue, intermittente et fragile, dans laquelle les artisans et les partisans de la rigueur critique ne l’emportèrent qu’en partie sur les adeptes d’autres méthodes, et parfois sans jamais renoncer toujours pleinement eux-mêmes à certaines ressources pamphlétaires bien éloignées de la « volonté de clarté » évoquée par G. Guilleminot. C’est cette histoire contrariée, cette irruption de l’exigence critique dans une parole pamphlétaire qui lui est a priori étrangère, que je souhaite retracer ici, en prenant pour observatoire la question essentielle soulevée par G. Guilleminot, celle de la citation des adversaires.

I. — La censure indifférente à la citation ?

  • 4 L. Cristiani, « À propos du quatrième centenaire de la mort de Luther. Luther et la Faculté de théo (...)
  • 5 Ein Urteyl der Theologen zu Pariss über die lere Doctor Luthers. Eyn gegen Urteyl Doctor Luthers. S (...)

2L’histoire des premières condamnations doctrinales de Luther par les universités de Louvain et de Paris est bien connue, comme celle de Calvin par les théologiens de Paris une génération plus tard. On sait, notamment dans le cas de Paris, qu’elles reposaient sur la constitution de longues listes de thèses ou de formules soumises à l’examen puis à la censure des docteurs et des autorités sollicitées dans ces procédures. À Paris, en avril 1521, ce sont ainsi cent quatre thèses, non numérotées mais regroupées dans vingt-cinq titres de taille très inégale, et précédées d’un préambule général sur les hérésies anciennes et modernes, qui sont ainsi extraites par Noël Béda et quelques autres des œuvres de Luther et en bonne part de la Captivité babylonienne de l’Église4. Dans sa réponse aux docteurs parisiens, parue dès 1521 en allemand chez plusieurs éditeurs, Luther conserve d’ailleurs cette organisation des propositions censurées5.

  • 6 L. Bianchi, Censure et liberté intellectuelle à l’université de Paris (xiiie-xive siècle), Paris, 1 (...)
  • 7 Dans l’édition de Bâle de l’Urteyl : « Ein register der materien auss manichen büchern Luthers auss (...)

3Comme dans d’autres condamnations ou d’autres confrontations doctrinales entre partisans des idées nouvelles et théologiens catholiques, la collection, la qualification et la condamnation des affirmations et des formulations suspectes ou hérétiques repose donc sur la constitution de listes dans lesquelles les notions de référence ou d’auteur semblent s’évanouir. La méthode retenue reste celle des grandes condamnations d’Aristote au cours du xiiie siècle par la faculté de théologie de Paris : les listes d’erreurs « sont toujours le fruit de l’application de la technique du prélèvement, ayant pour but d’extraire violemment de textes complexes, remplis de distinctions subtiles, de précisions et de nuances, un certain nombre de propositions condensées et susceptibles d’être qualifiées par une note théologique »6. Certes, les théologiens parisiens font précéder leur énumération d’une table des matières extraite des livres de Luther (qui n’est en fait qu’une présentation des vingt-cinq rubriques entre lesquelles les propositions seront réparties) et ils citent explicitement la Captivité babylonienne comme source principale de leur travail7, mais les propos et propositions incriminés ne sont ni cités littéralement ni situés précisément et moins encore référencés dans une édition et une pagination particulières.

4D’une manière générale, et conformément à la méthode de l’extraction et des notes théologiques, les propos censurés sont tirés d’ouvrages différents, voire dans certains cas d’ouvrages d’auteurs différents comme on le voit dans d’autres affaires de censure des années 1540, coupés de tout contexte, reformulés pour être à la fois plus concis et débarrassés de toutes les nuances et les prudences qui pouvaient les avoir initialement accompagnés, regroupés dans des séquences qui leur donnent une conclusion ou une progression susceptibles d’offrir davantage de prise aux attaques. C’est donc sur une conception de ce que sont un livre ou un auteur assez lâche ou en tout cas assez peu en phase avec les transformations contemporaines de l’imprimé que repose le travail des théologiens parisiens, qui s’autorisent du coup en 1521 et encore au début des années 1540 des procédés qui s’apparentent un peu à ceux de la dépêche d’Ems : les propositions qu’ils censurent exhalent sans aucun doute un parfum luthérien ; elles ne sont pourtant pas pour autant toujours luthériennes.

  • 8 F. Ciiv et Ciii : article 2.
  • 9 F. Ciii, article 4.
  • 10 Brève explication des Dix Commandements, brève explication de la Foi, brève explication du Notre Pè (...)
  • 11 Brève explication, p. 409-410.

5Pour mesurer l’efficacité de ces procédés, qui peuvent sembler parfois n’être que des manipulations de détail, on peut prendre pour exemple les articles consacrés aux Dix Commandements dans la condamnation de 1521, très révélateurs. Les docteurs parisiens imputent ainsi à Luther l’affirmation selon laquelle « aucune personne, aussi sainte soit-elle, ne respecte les deux derniers commandements. Tout le monde respecte les autres commandements, mais pèche à l’égard de ces deux-là »8. Ils estiment de même que, pour Luther, « les hommes qui éprouvent l’Amour n’ont plus besoin de commandements et que par conséquent le commandement « tu sanctifieras le jour du Seigneur », interdit le repos et non le travail »9. Les textes luthériens de l’année 1520 disent évidemment autre chose. La Brève explication des Dix Commandements parue en mai 1520 présente ainsi l’accomplissement des deux derniers commandements : « la chasteté parfaite et le mépris foncier du plaisir et des biens temporels, observance dont l’accomplissement ne se situe que dans la vie à venir […] nous ont été donnés comme un but et un objectif »10. À propos du troisième commandement, l’Explication condamne bien « quiconque s’adonne à la paresse, dort et manque l’office divin, se promène et bavarde inutilement », mais aussi, ce que ne disent pas les docteurs parisiens, « quiconque se livre au travail et au commerce sans nécessité particulière »11.

  • 12 Paolo Sarpi relate ainsi qu’en septembre 1551, les nouvelles dispositions adoptées à l’intérieur du (...)

6Ces procédés de sélection et de citation infidèles, de réécriture déformée et tronquée, d’attribution collective ou d’imputation à une personne de propos tenus par d’autres en son nom ou à sa suite, d’inférence logique où l’on fait porter à un auteur la responsabilité des conséquences lointaines de ses affirmations, n’avaient alors, on l’a dit, rien de nouveau. Ils avaient au contraire l’avantage de s’inscrire dans les pratiques intellectuelles spécifiques des universités de la fin du Moyen Âge, dans leurs routines académiques et leur manière de concevoir leur place dans la protection de la vérité. En faisant l’économie de la citation directe des textes incriminés et d’une confrontation méticuleuse avec les arguments et les références des protestants, les docteurs parisiens et ceux d’autres grandes universités, mais aussi les pères du concile de Trente, qui s’indignèrent qu’on puisse envisager de les laisser lire les livres interdits pour mieux être à même de les réfuter, comme le rapporte Sarpi à propos d’une session de 1551, entendaient à la fois protéger la vérité et leur propre identité, fondée sur une méthode et une langue offrant peu de place aux préoccupations philologiques et, parfois, tout simplement rétive à « la connaissance des langues et à la diverse lecture d’autheurs ». Car pour certains d’entre eux, « recueillir passages et sentences de l’Escriture et des Pères, n’est qu’une faculté de mémoire, ou un travail d’escrire [et donc une méthode] […] reconnue par les Docteurs, […] pour insuffisante et peu utile »12. Il suffisait d’« apprendre à peser les choses, et non à les compter ». Habitudes de travail intellectuel et habitus des intellectuels étaient ici inséparables : défendre les premières revenait à conforter les seconds. Résoudre les difficultés par cette « méthode » avait toutefois un second avantage pour les docteurs de l’université, celui de conférer à leurs conclusions les qualités d’une sentence ou d’un jugement, facilement transmissible ou transposable aux autorités séculières avides d’agir. Les propositions, les longues listes de thèses sèchement résumées à l’essentiel, les catalogues d’erreurs pouvaient ainsi devenir autant d’articles sur lesquels interroger les « mal-sentants de la foi », servir de matrice à des articles de foi officiels, et passer d’un espace à l’autre et d’une manière de protéger la vérité (par le verbe), à une autre (par le fer et les feux).

7Ces procédés, qui permettaient d’aller au plus vite et d’obtenir des condamnations rapides et très larges des positions luthériennes et plus tard de celles de Calvin, se retrouvent donc sans surprise dans la controverse écrite très loin dans la période moderne et en tout cas bien au-delà de la date de 1561 que donnait G. Guilleminot dans le texte cité en introduction. Nombre d’ouvrages catholiques prennent et reprennent durablement la forme et la langue des réquisitoires et des anathèmes, dressant des listes de propos, de thèses ou de questions, qu’ils s’acharnent à condamner, usant pour cela de procédés à la fois rhétoriques et typographiques, bien éloignés de toute préoccupation d’exacte transcription des positions protestantes et qu’il faut décrire un peu plus en détail pour en comprendre les enjeux et le fonctionnement.

  • 13 Remonstrance et exhortation non moins docte que très saincte et salutaire à ceux qui sont tombez, c (...)
  • 14 F. 235v.

8Un exemple significatif peut être pris dans les Remonstrances et exhortations publiées à Paris en 1574 par Gabriel Du Préau13. L’ouvrage se compose de deux parties distinctes, la seconde se présentant comme une très longue « confutation de cinquante des plus notables erreurs de Luther, sur lesquels est fondée toute la doctrine d’iceux hérétiques ». Du Préau extrait donc de la pensée de Luther et des luthériens cinquante erreurs qu’il résume sèchement et donne en italiques. Or ces erreurs ne sont pas présentées à partir de citations littérales de Luther, de Melanchthon ou d’autres penseurs protestants, malgré l’usage du caractère italique qui pourrait suggérer qu’il s’agit de véritables références. Les formules sont de Du Préau lui-même, qui cherche néanmoins à produire des effets de citation indirecte pour établir la pertinence de ses propres critiques. Pour l’erreur 37, par exemple, touchant les « bonnes œuvres », il résume ainsi la pensée de luthériens : « il ne suffit pas à Luther de rejeter les bonnes œuvres, comme inutiles à acquérir le Salut (comme il dit), si mesme aussi il ne les condamnait et réprouvait, disant que toutes les œuvres de l’homme, quel qu’il soit et tant bonnes qu’elles puissent être, ne sont qu’autant de péchez. Car il dit et maintient que l’homme juste pèche en toute cause »14. Du Préau ne rapporte pas des propos ou des paroles vérifiables ; il ne cite pas verbatim mais accumule les formulations forgées par lui, auxquelles il donne une apparence de citations indirectes par l’utilisation de tournures qui laissent entendre que Luther en serait l’auteur. Renonçant à toute référence situable, à toute citation littérale, mais laissant croire au lecteur que les erreurs sont bien des véritables propositions tirées de la bouche ou des écrits des hérétiques, il peut ignorer les exigences de la critique philologique et théologique auxquelles s’astreignent pourtant d’autres auteurs contemporains marqués par les leçons de l’humanisme.

  • 15 F. 264. Dans sa Préface, Luther invite le chrétien à ne pas chercher « le commandement et la Loi là (...)

9On peut en prendre deux exemples, sur le terrain déjà retenu pour la sentence parisienne de 1521, celui du Décalogue. D’une part, la présentation de l’erreur 41, « contre les commandements de Dieu » où Du Préau passe subitement, dans le même corps de texte et le même caractère italique, de la présentation indirecte de la position luthérienne à sa propre réfutation indignée (« Il dit qu’en toute la Loy Evangélique, il ne se trouve précepte ne commandement. En quoy il semble que cest effronté et impertinent hérétique n’ayt voulu dresser toute sa doctrine pour autre fin et intention que pour retirer toutes les personnes de la voye de vérité »). D’autre part la réponse à cette « erreur » supposée, en caractères romains cette fois, par Du Préau qui donne ici une référence (« les Parolles de Luther en la Préface du Nouveau Testament sont cestes cy : il n’y a commandement ne précepte ordonné de Dieu en l’Evangile »), ce qui constitue une présentation pour le moins biaisée des positions du réformateur allemand15.

  • 16 Instruction sur les véritables sentimens de l’Eglise pour ceux qui sont réunis à sa Communion, Rode (...)

10Les mêmes procédés et la même combinaison de références justes, de simplifications volontaires et de pures falsifications se retrouvent dans d’autres ouvrages presque contemporains, comme une anonyme Instruction sur les véritables sentimens de l’Église, parue avec l’approbation de l’évêque de Rodez16. Sous la forme d’un dialogue entre un catholique ferme dans ses convictions et un interlocuteur séduit par les idées de la Réforme ou des moyenneurs, l’auteur défend dix articles, « falsifiez par les prétendus réformez », attribuant pour cela des propositions fictives au personnage du nouveau catholique hésitant. Comment s’étonner alors que celui-ci adopte très vite la posture de l’élève acceptant de recevoir une succession de leçons ? Dans les propos qu’elles attribuent aux protestants, ces leçons mêlent à nouveau inventions et citations réelles, empruntées notamment à l’Institution de Calvin.

II. — Des critiques à la critique

11Pourtant, les bricolages textuels de Du Préau et de l’Instruction eux-mêmes, qui jouent sur des effets de citation directe ou indirecte, ou leurs dénonciations des « falsifications » protestantes suggèrent que les auteurs ne se satisfont peut-être plus tout à fait des sentences sans appel et des condamnations à gros traits jusque-là signifiées aux hérétiques par le truchement de procès ou de leçons de papier. Car sauf à imaginer que leurs ouvrages ne pouvaient s’attirer aucune réponse de la part de leurs adversaires protestants et ne donnaient pas davantage à des lecteurs catholiques l’idée d’aller vérifier dans les textes des hérétiques la réalité des propos qu’on leur attribuait, les controversistes catholiques ne pouvaient ignorer les risques des condamnations imprécises, mensongères et sans cesse répétées, qui dévoilaient leur impuissance dans leurs mensonges et leurs répétitions sans fin. Ils ne pouvaient pas non plus rester étrangers aux changements des relations entre confessions et aux transformations des pratiques du travail intellectuel qui se jouaient devant eux. Car non seulement la rédaction des grandes confessions de foi des Églises rivales et les décrets tridentins rendaient moins utile et moins efficace la rédaction de longues listes d’affirmations doctrinales, désormais bien repérées, mais il n’était peut-être plus aussi pertinent de penser la controverse sur le modèle du jugement et de faire comparaître littérairement l’hérétique devant des juges qui censuraient des erreurs en bonne part rédigées par eux-mêmes. Les vrais jugements avaient été prononcés ailleurs et, par endroits, des paix fragiles existaient entre les confessions, que les pouvoirs séculiers n’étaient pas disposés à voir remettre en cause par les excès de la polémique.

12Surtout, la progression du livre imprimé, et plus précisément du livre imprimé en vernaculaire, modifiait totalement les conditions du travail de la controverse et de la censure, en imposant aux controversistes de nouvelles exigences auxquelles ils n’étaient qu’en partie préparés par les routines académiques de leur formation. Davantage de livres et davantage d’exemplaires de certains d’entre eux, comme on le voit avec les grands écrits luthériens des années 1520 ; des textes désormais fixés, ou en passe de l’être, et donc vérifiables ; des auteurs capables, sinon de contrôler ce qu’on leur attribue, du moins d’apporter en cas de besoin la preuve de ce qu’ils ont vraiment écrit ; des dispositifs de mise en ordre du texte et de typographie plus sophistiqués et plus propices à la construction et à la manifestation critique : les conditions du travail savant changeaient et avec elles certaines formes traditionnelles de la controverse et de la censure, qui ne pouvaient plus être confinées aux seuls professionnels de la manipulation des biens de Salut et qui apparaissaient soudain susceptibles de se retourner contre ceux qui souhaitaient continuer à y recourir de manière trop grossière ou systématique. La parution d’un nombre croissant de réponses, de réfutations, de répliques à des attaques écrites antérieures relevée par G. Guilleminot en est un indice évident, dont on retiendra ici les seules réponses d’auteurs protestants dénonçant les falsifications textuelles et les mensonges des catholiques.

13La plus connue de ces réponses est probablement celle de Luther et de Melanchthon, parue en allemand sous le titre Eyn Urteyl d[er] Theologen tzu Pariß vber die lere Doctor Luthers. Eyn gegen Urteyl Doctor Luthers. Schutzreds Philippi Melanchthon widder das selb Parisisch vrteyl fur D. Luther. Comme le titre l’indique, l’ouvrage se compose de trois parties à la suite d’un court préambule de Luther, et il a pour ambition, en organisant la confrontation entre le texte parisien et ceux des réformateurs allemands, de produire un contre-jugement, un Gegenurteyl, ou plus exactement un jugement du jugement capable de porter au jour les présupposés, les falsifications et les erreurs de la scolastique et de ses suppôts parisiens. Tous les articles de la sentence de 1521 se retrouvent donc, puisque pour Luther et Melanchthon il s’agit à la fois de ne pas céder aux travers qu’ils entendent reprocher aux théologiens catholiques et de les faire voir à des lecteurs aussi nombreux que possible, grâce au choix du vernaculaire et à la multiplication des éditions. Et c’est bien ce travail de citation exacte, de mise à la disposition des lecteurs du texte de la sentence parisienne, qui autorise Luther à dénoncer et à démontrer dans la seconde partie les mensonges et les manipulations volontaires des docteurs parisiens. « Les ânes de Paris » ont disséqué ses textes, écrit-il, jusqu’à compter « chacun des os de son squelette », mais en déformant et en tirant « ses propos en fonction de leurs intentions », poussant les arguties et la mauvaise foi si loin qu’ils en finissent par considérer que même la Bible est hérétique dès lors qu’elle est citée par lui. Ce n’est ni la légèreté ni l’ignorance qui animent les théologiens parisiens, mais l’orgueil et la mauvaise foi. Contre ces sophistes qui se comparent aux Pères de l’Église et prétendent avoir autorité sur l’Écriture elle-même, Melanchthon peut par conséquent en appeler, dans la troisième partie, au « lecteur chrétien », et lui faire voir que les méthodes de l’université parisienne, loin de servir l’Église, éloignent de la vraie foi et de la connaissance de l’Écriture : les docteurs parisiens, en raison justement des formes dans lesquelles s’organise leur travail, « ne sont plus le peuple de Moïse, mais le peuple d’Aristote ». La sophistication des procédés qu’ils utilisent – ceux qui avaient fondé les censures du xiiie siècle – se retourne contre eux et dévoile leur éloignement de l’Écriture : ils ne sont même plus capables de la reconnaître dans le texte de Luther.

  • 17 Voir V. Hayaert, Mens emblematica et humanisme juridique : le cas du Pegma cum narrationibus philos (...)
  • 18 Index librorum prohibitorum, Paris, 1544 ; en français : Le catalogue des livres censurez par la fa (...)
  • 19 Jean Calvin, Œuvres, éd. F. Higman et B. Roussel, Paris, 2009, p. 1241-1250.
  • 20 Les articles de la sacrée faculté de théologie de Paris concernant nostre foy et religion chrestien (...)
  • 21 Advertissement sur la censure qu’ont faite les bêtes de Sorbonne touchant les livres qu’ils appelle (...)

14C’est pourtant chez Calvin que l’essor d’une critique de la critique adossée aux ressources de l’humanisme chrétien s’observe le mieux, peut-être parce qu’il vient une génération après Luther et surtout d’un autre milieu, celui des juristes, qui accorde à la référence et à la citation exacte un statut très particulier17. Car en 1544, au lendemain de la publication des articles de foi catholiques de la Faculté de théologie de Paris et de son catalogue des livres censurés18, paraissent chez Jean Girard à Genève deux opuscules anonymes aujourd’hui attribués à Calvin19: une édition des Articles de foi de la sacrée faculté de théologie de Paris avec le remède contre le poison20 et un Advertissement sur la censure qu’ont faite les bêtes de Sorbonne21.

  • 22 O. Millet, « Calvin pamphlétaire », dans Le pamphlet en France au xvie siècle…, p. 13 : chez Calvin (...)
  • 23 Advertissement sur la censure, f. A3v.
  • 24 Advertissement sur la censure, f. A4.

15L’un et l’autre ouvrages témoignent d’une inflexion nouvelle. Il n’y est en effet plus seulement question de dénoncer l’ignorance ou la malveillance de docteurs parisiens, de montrer comment ils substituent leurs subtiles niaiseries à la Parole de Dieu, mais, comme l’écrit Calvin, de « montrer au doigt » leurs falsifications et leurs mensonges et d’en apporter la preuve22, textes à l’appui, avec un souci philologique évident et une attention inédite aux questions d’édition, de pagination, d’attribution et de typographie. D’une part, Calvin s’attache à relever méticuleusement les erreurs de citation et d’attribution des censeurs parisiens, montrant qu’ils confondent sans méthode et sans rigueur les titres, les éditions, les auteurs. « Ilz condamnent entre les livres de Calvin l’exposition sur seze chapitres de Genèse. Or est il ainsi que Calvin ne sais que c’est »23. « Et quelques fois ilz font d’un livre deux. Ou ilz en mettent deux en un, comme joueurs de passe-passe. De Sebastien Meier ilz en font un Jehan »…24 Comment croire alors qu’ils puissent avoir les compétences pour étudier et enseigner la Bible ? Mais d’autre part, en reprochant aux théologiens catholiques leur légèreté, le réformateur s’oblige à rapporter exactement les propos de ses adversaires et donc à inventer des dispositifs typographiques distinguant les citations de leur glose et de leur réfutation. Les articles de foi en sont la parfaite illustration, d’une grande efficacité. Sur les pages paires, le lecteur découvre les articles de la Sorbonne dans un corps assez gros, suivis en caractère plus petits d’une glose burlesque qui finit par dire le contraire de ce qu’elle prétend et par ridiculiser la position parisienne. Sur les pages impaires, en revanche, il peut suivre une réfutation en bonne forme, argumentée et annotée de la main du réformateur. Ici, la mise en page et la typographie ne sont donc pas des fioritures ; elles participent de la construction d’un dispositif critique qui mêle des registres textuels dissemblables – la citation verbatim, la parodie, l’argumentation – mais toujours parfaitement identifiables.

16Peu à peu, qu’ils le veuillent ou non, les controversistes – et notamment les controversistes catholiques sur qui pesait l’obligation de prudence dans l’utilisation des livres interdits – se trouvent par conséquent contraints de s’interroger sur le statut de la parole hérétique dans leurs propres écrits, sur l’insertion ou sur la citation fidèle d’assertions ou de jugements contraires à leur pensée et à leurs convictions et qu’ils considèrent comme blasphématoires, sur leur capacité à désarmer dans leur texte la force d’écrits protestants qui y seraient reproduits. La parole hérétique doit-elle rester une manière de tache aveugle, de référant jamais cité exactement mais en fonction duquel s’organise pourtant toute l’argumentation, ou peut-elle devenir une référence sinon comme une autre, du moins justiciable des mêmes préoccupations d’attribution exacte, de traduction juste, d’absence d’altération ou de vérifiabilité ? Quel risque valait-il mieux courir, au fond, celui de s’acharner contre des écrits fantômes dont personne n’était l’auteur véritable et dont les protestants pouvaient aisément démontrer le caractère fantaisiste, ou celui de faire d’un hérésiarque une sorte d’autorité, citée comme on le ferait d’un concile, d’un Père de l’Église ou d’un docteur orthodoxe, dans le même corps et la même mise en page, sans précaution montrant tout de suite au lecteur qu’il s’agissait là d’un morceau de texte très particulier ?

  • 25 À leur sujet, voir toujours É. Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestan (...)

17L’inflation controversiste de la seconde moitié du xvie siècle et des premières décennies du xviie siècle en France, favorisée en partie par la pacification de 1598 – qui ne laissait que les armes de l’esprit à ceux qui voulaient s’engager encore dans l’affrontement confessionnel – et dont témoignent à la fois l’augmentation du nombre de titres et la multiplication des grandes conférences publiques étudiées par Émile Kappler, donne à ces interrogations une importance nouvelle. Tout indique alors que l’évolution critique des méthodes de la controverse et l’importance accrue qu’elle réserve aux enjeux philologiques ou étymologiques ne doivent rien à une sorte de réconciliation ou de modération des acteurs, qui s’accorderaient sur la nécessité de n’employer dans leurs querelles que des arguments conformes à l’esprit de la pacification et ne portant que sur le contenu des énoncés (et non sur les énonciateurs), à une sorte de gentleman’s agreement pour congédier les menaces et les mensonges éhontés, mais qu’elles se comprennent bien au contraire par une exacerbation de la méfiance réciproque et le durcissement des fronts confessionnels. Les adversaires se connaissent souvent trop bien pour se bercer d’illusions sur leurs opposants et plus généralement sur l’honnêteté des pratiques controversistes, même s’ils affectent parfois une surprise déçue devant des mensonges ou des invectives qui les touchent. L’emballement polémique, la dureté des échanges, la violence verbale des attaques qui conjuguent qualification infamante des propos et disqualification des personnes, poussent ainsi nombre d’acteurs de la controverse religieuse, grands et petits, à se transformer en critiques vigilants, en grammairiens acerbes ou en philologues sévères, qui traquent et dénoncent sans relâche les erreurs et les petits arrangements avec la vérité de leurs adversaires. Dans leur passion polémique, ces controversistes font œuvre de raison et ils impriment à leur travail d’écriture et de publication un tournant fragile mais net que l’on peut observer à partir d’un exemple désormais bien documenté, celui des conférences de religion qui vont se multiplier en France entre 1598 et 163025.

III. — Dispositifs et dispositions

18Ces conférences opposent, normalement devant un public de quelques dizaines ou quelques centaines de personnes en principe sans rôle actif, deux champions, l’un catholique, l’autre protestant, aidés ou non par des assistants. Elles se déroulent sur quelques jours au plus, mais en fait la confrontation physique et publique des champions ne constitue qu’une étape assez brève dans un processus ou une séquence infiniment plus longue, qui commence souvent par ce que les contemporains appellent un cartel de défi : une invitation écrite à débattre, si pressante qu’elle ne peut être refusée, lancée à un adversaire, dans un dispositif qui ressemble fortement à celui du duel. Les tractations sur l’organisation de la dispute et notamment sur le choix des thèses qui seront abordées, la manière de discuter (par discours ou syllogismes, par exemple), la présence ou non d’assistants, suivent cette première étape. Enfin, dans nombre de cas, la conférence donne lieu à la publication d’Actes, censés témoigner de ce qui a été dit par les rivaux.

  • 26 Les quatre ministres de Charenton baillonnez par quatre propositions faites au Sieur Baron de l’Esp (...)

19Or dès le début de cette séquence qui peut s’étendre sur des mois, les adversaires semblent soucieux de prendre toutes les dispositions susceptibles d’assurer que leurs propos ne seront pas détournés ou déformés, quitte à multiplier les formes d’enregistrement, d’attestation, de preuve en combinant des assurances qui relèvent de registres qui paraissent aujourd’hui hétérogènes. Le public est évidemment là non à titre d’arbitre mais de témoin, pour attester le cas échéant ce qui s’est vraiment dit ; les orateurs peuvent être flanqués chacun de son côté de secrétaires et de vérificateurs des citations appartenant à l’autre confession ; les procès-verbaux des débats sont conservés sous bonne garde et soumis à la signature de chaque camp de manière à éviter les contestations et les publications falsifiées qui permettrait à l’un ou l’autre de clamer indûment sa victoire. Un exemple, parmi des centaines d’autres : la rencontre « fortuite » d’un controversiste catholique et de ministres protestants de Charenton, la ville du célèbre Pierre Du Moulin, en 161826. Le champion relate les origines de la dispute en écrivant : « étant allé ces jours passez pour quelque affaire au logis de Monsieur de Parcq […] je rencontray un Père jésuite, devisans de nos débats et controverses de foy, avec M. le Baron de l’Espicelière, de la RPR […]. Je m’approche et j’entends le jésuite faire les propositions fort advantageuses aux religionnaires. Le Sieur Baron s’en étonne et je les demande par escrit. Le Père jésuite les dicte sur le champ au notaire qui se trouvait là, les luy donne, s’offre à les soutenir et le prie de les présenter à M. Du Moulin ». Le hasard fait donc bien les choses, qui met sur le chemin des controversistes un notaire qui authentifie à la fois le défi et les thèses, si avantageuses pour le ministre protestant. L’exemple, pourtant, n’est en rien isolé et bien des conférences révèlent la juridification croissante de la controverse, son recours de plus en plus fréquent au droit et aux juristes, les acteurs sollicitant ici du magistrat urbain qu’il contresigne les actes des disputes, là qu’il punisse ceux qui en publient des relations inexactes… Devant la mauvaise foi des adversaires et la prolifération des mensonges, la vérité doit recevoir le renfort de la loi.

  • 27 Mention rapide dans Anthony Grafton, Les origines tragiques de l’érudition : une histoire de la not (...)
  • 28 F. Laplanche, « La controverse religieuse au xviie siècle et la naissance de l’histoire », dans La (...)

20On le sait, ce sont les disputes sur la dispute, les débats sur les conditions de possibilité d’un débat dont les auditeurs ou les lecteurs pourraient tirer des fruits certains qui ont joué un rôle décisif dans l’évolution des sciences historiques mais aussi des formes de la controverse religieuse et de ses méthodes, en donnant un poids accru aux preuves textuelles et historiques, aux sources vérifiables27, aux règlements de conférences qui assuraient en apparence l’équilibre des débats et le respect de la liberté de parole des adversaires28. L’influence de la critique s’observe toutefois également dans des transformations moins étudiées, celles des manières d’écrire et de citer, ou celles qui conduisent auteurs et imprimeurs à employer des mises en page et des typographies originales, destinées à rendre visible les dispositifs critiques, par exemple autour de la citation des adversaires.

  • 29 Conférence entre le P. François Véron de la Compagnie de Jésus et M. Timothée Duchat Ministre de la (...)
  • 30 Methodus Veroniana, sive Brevis et perfacilis modus, quo quilibet catholicus etiam scholis theologi (...)

21On en donnera ici trois exemples français des années 1620-1630, étroitement liés aux conférences publiques. Le premier est la relation écrite d’une conférence tenue entre le ministre Timotée Duchat et le célèbre controversiste François Véron, qui s’est alors fait de ces joutes orales publiques une spécialité et qui a, du coup, publié une méthode qu’il dit infaillible pour y triompher : la Véronique29. Véron est à ce point convaincu de la perfection de sa méthode et soucieux d’assurer grâce à elle à la fois la supériorité du camp catholique et sa propre notoriété, qu’il n’hésite pas à la page 3 du récit imprimé de sa conférence contre le pasteur Duchat à faire référence à sa Véronique (« la méthode que j’ay imprimée en Normandie et autre part ») et même à indiquer en marge où elle peut être acquise (« et se vendent chez Cottereau et Jean Fouet, rue S. Jacques à Paris »)30. Puisque l’on est jamais si bien cité que par soi-même, la Véronique reçoit ainsi le statut de référence obligée : elle n’est pas une autorité lointaine, sans support précis, un texte disponible sous des formes incertaines et contestées, mais un livre récent, que l’on peut se procurer rue Saint-Jacques, chez un libraire qui est opportunément le même que celui du livre que le lecteur tient entre ses mains.

  • 31 Alexandre Regourd, Le Caveçon des Ministres essayé la deuxième fois en la personne de Jean La Faye, (...)
  • 32 Le Caveçon des Ministres…, p. 147. Le livre se clôt sur une dénonciation des « impostures noires et (...)
  • 33 On en trouverait la preuve dans l’évolution de la langue, l’adjectif « scientifique » ne prenant so (...)

22Le second exemple est sans doute moins anecdotique. Il renvoie aux conflits évoqués précédemment au sujet des Actes de conférences publiques et des relations opposées que publiaient parfois les deux camps, proclamant chacun sa victoire. La présence de témoins, les procès-verbaux authentifiés par des notaires ou des magistrats urbains, les Actes signés ne suffisaient en effet pas à écarter les soupçons de falsification et la parution de versions concurrentes. Au lendemain de la dispute qu’il a eue avec Jean La Faye, le jésuite Alexandre Regourd reproche ainsi à son ancien adversaire d’être « insolent [et…] de se glorifier […] de donner au public les Actes de nostre conférence sans avoir rien changé, adjousté ou diminué »31. Or pour Regourd, il n’en est rien et La Faye est un falsificateur : « N’a-t-il pas adjousté en sa page 14 les sept premières lignes entières ? En sa page 15 les lignes 13.14 et suivantes ? »32. Regourd choisit donc pour son propre ouvrage de donner un double système de références, renvoyant à sa propre version des actes de la conférence et à celle du ministre protestant, dans les deux paginations. Le lecteur est par conséquent invité à pénétrer dans la fabrique de la preuve et à observer la complexité du travail critique de la collation des textes, convié à une leçon de méthode plus qu’à un sermon ou à une lecture édifiante et tout se passe comme si les adversaires, en élevant si fortement les exigences critiques de leurs confrontations, finissaient pas ne plus pouvoir imaginer leur public autrement que comme leurs pairs, dans une définition presque idéal-typique de la révolution scientifique du xviie siècle33.

  • 34 Cartel de défi du Sieur Bouju surnommé Beau Lieu envoyé au sieur du Moulin avec les responses et ré (...)

23L’exemple le plus frappant des contraintes que l’exigence critique fait peser sur le discours controversiste écartelé entre souci d’exactitude et désaccord systématique s’observe dans un dernier exemple34, daté de 1602 et qui concerne une fois encore le ministre Du Moulin, entraîné apparemment malgré lui, mais il s’agit peut-être d’une posture, dans une nouvelle joute contre monsieur de Bouju, sieur de Beaulieu, qu’il attaquera vivement dans un livre de 1604. À l’origine, la joute aurait commencé en 1602 entre Bouju et monsieur de Montigny : Bouju se serait empressé de publier les actes de la conférence, en ayant « ingénieusement abbrégé et accomodé les raisons du Sieur de Montigny ». Comme cette première passe d’armes ne le satisfaisait pas et que le récit qu’il en avait donné soulevait de nombreuses réserves, Bouju se serait alors retourné contre Du Moulin, ouvrant une très longue séquence de réponses et de répliques dont l’un des enjeux essentiels concerne l’exactitude des références et la capacité des adversaires à prendre en compte les arguments de leur opposant. Du Moulin entre dans la confrontation comme à regret et en tentant de faire sentir à son contradicteur toute la réticence que lui inspire son peu de notoriété et la médiocrité de ses méthodes. S’il accepte d’entrer en dispute, « ce sera toutefois à condition que vous me traicteriez plus équitablement que vous ne traictiez le Sieur de Montigny, car j’ay veu quelques échantillons de vos escrits contre lui, esquels vous maintenez que n’estes pas obligé à prouver vostre dire par la parole de Dieu […] ». Il ajoute que Bouju ne peut proclamer sa victoire qu’en passant sous silence les arguments de Montigny ou en les présentant de manière tronquée : « Vous taisez les meilleures raisons de vostre adversaire et déguisez les autres, prenant ses paroles à contrepoil, lui faisant dire et à nous choses infiniment esloignées de nostre croyance et ne pouvant mordre aux matières, vous vous accrochez aux formes afin d’estaler quelque menus termes de logique, qui font force bruict mais point de fruict […] ». Pour Du Moulin, l’affaire peut être tranchée par les lecteurs eux-mêmes qui sauront déceler la vérité, pour peu qu’on leur donne les arguments et les propos exacts des adversaires : « Le lecteur qui ne s’arreste poinct aux mines, mais poise les raisons, en jugera de mesme, pourveu que vous mettiez en veue ses écrits au vray et comme il vous les a envoyez ». Il appartient donc aux controversistes de publier précisément les textes de leurs adversaires, de les mettre sous les yeux de lecteurs experts, et de se soumettre à des règles claires, équitables et partagées d’argumentation, celles-là mêmes que Guilleminot évoquait. En attendant que Bouju et ses semblables acceptent de se plier à ce nouvel art de disputer, l’histoire de cette controverse à rebondissements est rappelée dans un volume paru à Genève en 1636, dans lequel l’ensemble des textes de Du Moulin ou de Bouju sont annotés en marge par Du Moulin. En marge de l’extrait que l’on vient de citer, Du Moulin affirme : « J’avais bien préveu qu’il les falsifierait et les rognerait ». Rien d’étonnant jusqu’ici dans cet usage de la note, qui résume et durcit le propos central. Mais lorsque Du Moulin annote le passage où Bouju conteste les compétences de Montigny, l’effet est à la fois perturbant et saisissant, donnant au lecteur l’impression d’un texte auto-réfutant, se mettant lui même en question. Bouju, en effet, se moque de l’éloge de Montigny que lui aurait fait Du Moulin : « Et quant à ce que vous dites qu’il est un rude joüeur, cela paroistra après que nous aurons vuidé la question entre lui et moi […] En quoi je recevrai pour Juges toutes personnes raisonnables, lui produisant de son cotés les responses signées de ma main et moi les escrits signés de la sienne ». En marge, Du Moulin s’exclame : « Mais vous vous estes bien gardé de le faire, ains avez decoupé les escrits du Sieur de Montigny en petits lopins et supprimé son dernier escrit, qui estoit le plus fort et le plus exprés » !

24À sa manière, décousue et pourtant répétitive, où semblent revenir inlassablement les mêmes acteurs, les mêmes arguments, les mêmes lieux bibliques, la controverse religieuse participe bien des transformations du travail intellectuel à l’époque moderne en se saisissant, bon gré mal gré, d’interrogations en partie nouvelles sur le statut des références, l’identification des auteurs, la place des citations au style direct et des discours dans les écrits savants, la matérialité des livres et des formes concrètes à travers lesquelles les textes se donnent à lire, à étudier, à réfuter.

Notes

1 G. Guilleminot, « La polémique en 1561 : les règles du jeu », dans Le pamphlet en France au xvie siècle, Paris, 1983 (Cahiers V.-L. Saulnier), p. 53.

2 René Des Freuz, Brieve response aux quatre exécrables articles contre la saincte messe, escrits par un autheur incogneu et publiez à la foire de Guibray, faicts en latin par René Des Freuz […] et par luy traduite en françois […], A Paris, chez Nicolas Chesneau, 1561, 8° ; cité par G. Guilleminot.

3 Nicolas Durand de Villagagnon, Responce par le chevalier de Villegaignon aux Remonstrances faictes à la royne mère du roy, A Paris, De l’imprimerie d’André Wechel, 1561, 4° : il s’agit d’une réponse au livre d’Augustin Marlorat, Remonstrance a la Royne mere du Roy, par ceux qui sont persécutez pour la parole de Dieu. En laquelle ils rendent raison des principaux articles de la religion, & qui sont aujourdhuy en dispute, [s. l.], [s. n.],1561, 8°.

4 L. Cristiani, « À propos du quatrième centenaire de la mort de Luther. Luther et la Faculté de théologie de Paris », dans Revue d’histoire de l’Église de France, t. 10, 1946, p. 53-83 et plus précisément p. 63-77 sur la determinatio de la Sorbonne.

5 Ein Urteyl der Theologen zu Pariss über die lere Doctor Luthers. Eyn gegen Urteyl Doctor Luthers. Schützrede Philippi Melanchthon wider dasselb Parisisch Urteyl für D. Luther, Wittenberg, Johann Rhau-Grünenberg, 1521, 4° ; édition à Augsbourg, J. Nadler, 1521 et édition à Bâle chez A. Petri en 1522 (celle utilisée ici).

6 L. Bianchi, Censure et liberté intellectuelle à l’université de Paris (xiiie-xive siècle), Paris, 1999, p. 61.

7 Dans l’édition de Bâle de l’Urteyl : « Ein register der materien auss manichen büchern Luthers auss gezogen, durch die Theologen zu Paris, und zum ersten auss den Buch on der Babylonischen Gefenckniss ».

8 F. Ciiv et Ciii : article 2.

9 F. Ciii, article 4.

10 Brève explication des Dix Commandements, brève explication de la Foi, brève explication du Notre Père (1520) ; je cite dans l’édition Luther, Œuvres, Paris, 1999, p. 403-434, ici à la p. 413.

11 Brève explication, p. 409-410.

12 Paolo Sarpi relate ainsi qu’en septembre 1551, les nouvelles dispositions adoptées à l’intérieur du concile de Trente autorisant les pères à lire les livres interdits pour être mieux à même de les réfuter furent vivement contestées par « les Theologiens Italiens, car ils disoient que c’etoit une nouveauté, et condamner la Théologie Scholastique, laquelle en toutes les difficultez se servaient de la raison ; et pourquoi ne seroit-il permis de traiter en la mesme façon, qu’avoient fait S. Thomes, S. Bonaventure, et autres autheurs fameux ? Que l’autre Doctrine, qu’on appelle positive, et gist à recueillir passages et sentences de l’Escriture et des Pères, n’est qu’une faculté de mémoire, ou un travail d’escrire, et est ancienne, mais aussi reconnue par les Docteurs, qui ont dès trois cens cinquante ans en ça, defendu l’Église pour insuffisante et peu utile. Que c’estoit rendre les armes, et donner cause gaignée aux Lutheriens, car toutes les fois qu’il s’agit de diverses leçons, et de mémoire, ils auront tousjours le dessus, à cause de la connaissance des langues, et de la divers lecture d’autheurs : à quoy il est impossible de vaquer à qui veut devenir bon Théologien, qui est obligé de nécessite d’exercer son esprit, et apprendre à peser les choses, et non à les compter. Ils se plaignaient aussi, que cela estoit se deshonorer eux-mesmes envers les théologiens allemands : car iceux estans accoutumez à disputer avec les luthériens, s’estoit exercez en cette sorte de literature, laquelle n’estoit point en usage en Italie : en lieu que s’il faloit parler et traiter en termes de vraye et solide théologie, on verroit bien lors leur ignorance » : Histoire du concile de Trente, traduite de l’Italien, de Pierre Soave Polan, par Jean Diodati, quatriesme édition exactement et fidèlement conférée à l’Original, Paris, Claude Barbin, 1665, 2°, p. 264.

13 Remonstrance et exhortation non moins docte que très saincte et salutaire à ceux qui sont tombez, c’est-à-dire à ceux ou par les déceptions et fallaces ou par les persécutions des hérétiques se sont en ces derniers tems fourvoyés, A Paris, Chez Jean Ruelle, 1574, 8°.

14 F. 235v.

15 F. 264. Dans sa Préface, Luther invite le chrétien à ne pas chercher « le commandement et la Loi là où il doit chercher l’évangile et la promesse de Dieu » et à « ne pas faire du Christ un Moïse ». Mais il précise « qu’aucune loi n’est donnée au croyant, comme le dit saint Paul en I Timohée I : pour la bonne raison qu’il est juste, vivant et sauvé par la foi » et qu’en ce sens les commandements que donnent le Christ doivent être assimilés à « toutes les autres œuvres et autres bienfaits du Christ ». Luther, Œuvres…, p. 1047-1052.

16 Instruction sur les véritables sentimens de l’Eglise pour ceux qui sont réunis à sa Communion, Rodez, 1587. L’avertissement précise que « on n’explique dans cette instruction que les Dogmes de l’Église catholique, qui ont esté falsifiez par les Prétenduz Réformez. On a cru qu’en découvrant leur mauvaise foy et leurs calomnies on désabuserait mieux ceux qui cherchent sincèrement la vérité ».

17 Voir V. Hayaert, Mens emblematica et humanisme juridique : le cas du Pegma cum narrationibus philosophicis de Pierre Coustau (1555), Genève, 2007, p. 276, sur « la manie citationnelle habituellement dévolue aux juristes » du xvie siècle et aux partisans de Bartole.

18 Index librorum prohibitorum, Paris, 1544 ; en français : Le catalogue des livres censurez par la faculté de théologie de Paris, Paris, Jehan Aubert, 1544.

19 Jean Calvin, Œuvres, éd. F. Higman et B. Roussel, Paris, 2009, p. 1241-1250.

20 Les articles de la sacrée faculté de théologie de Paris concernant nostre foy et religion chrestienne et forme de prescher, avec le remède contre le poison, [Genève], [Jean Girard], 1544, 8°. Le catalogue des livres censurez mentionne bien f. D, ex libris Ioannis Calvini, une Expositio sexdecim capitum Genesis.

21 Advertissement sur la censure qu’ont faite les bêtes de Sorbonne touchant les livres qu’ils appellent hérétiques, [Genève], [Jean Girard], 1544, 8°.

22 O. Millet, « Calvin pamphlétaire », dans Le pamphlet en France au xvie siècle…, p. 13 : chez Calvin, le ton pamphlétaire « vise inlassablement à dénoncer une tromperie et plus précisément une imposture ».

23 Advertissement sur la censure, f. A3v.

24 Advertissement sur la censure, f. A4.

25 À leur sujet, voir toujours É. Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants au xviie siècle en France, thèse de l’université de Clermont-Ferrand, 1980, 2 vol.

26 Les quatre ministres de Charenton baillonnez par quatre propositions faites au Sieur Baron de l’Espicelière, de la religion prétendue […], A Paris, Chez Ioseph Cottereau, 1618, 8°.

27 Mention rapide dans Anthony Grafton, Les origines tragiques de l’érudition : une histoire de la note en bas de page, Paris, 1998, p. 126-130.

28 F. Laplanche, « La controverse religieuse au xviie siècle et la naissance de l’histoire », dans La controverse religieuse et ses formes, éd. A. Le Boulluec, Paris, 1995, p. 373-404 ; O. Christin, « La formation étatique de l’espace savant : les colloques religieux des xvie-xviie siècles », dans Actes de la recherche en sciences sociales, 133, 2000, p. 53-61 et « Dispute, colloque, concile », dans id., Confesser sa foi : conflits confessionnels et identités religieuses dans l’Europe moderne, Seyssel, 2009.

29 Conférence entre le P. François Véron de la Compagnie de Jésus et M. Timothée Duchat Ministre de la Religion prétendue réformée à Claye, [s. l.], [s. n.], 1619.

30 Methodus Veroniana, sive Brevis et perfacilis modus, quo quilibet catholicus etiam scholis theologicis non exercitatus, potest solis Bibliis sive Genevensia illa sint, sive alia, et confessione fidei religionis praetentę ministrum evidenter mutum reddere, et religionario cuicunque, quod in omnibus et singulis praetentae reformationis suae punctis errare teneatur, demonstrare. Auctore R. P. Francisco Verono […] gallice edita, interprete R. D. Remaclo de Vaulx […], Coloniae Agrippinae, excudebat J. Christophori, 1619 ; François Véron fait sans doute allusion ici aux éditions en français, et notamment à l’Abrégé de l’art et méthode nouvelle de baillonner les ministres de France […], ou Bref et facile moyen par lequel tout catholique peut faire paraistre évidemment que tous les ministres sont des menteurs […] et tous les religionnaires sont abusez, Rouen/Paris, [s. n.], 1619 ; une édition de 1623 chez Cottereau à Paris.

31 Alexandre Regourd, Le Caveçon des Ministres essayé la deuxième fois en la personne de Jean La Faye, Ministre de Gignac avec la réplique au libelle dudit Jean La Faye intitulé Beau moyen de discerner la vraye Eglise d’avec la fausse, A Béziers, par Jean Pech, 1626, 8°.

32 Le Caveçon des Ministres…, p. 147. Le livre se clôt sur une dénonciation des « impostures noires et menteries énormes de La Faye ».

33 On en trouverait la preuve dans l’évolution de la langue, l’adjectif « scientifique » ne prenant son sens actuel qu’à partir du xviie siècle, pour désigner dès lors ce qui est conforme aux exigences de la science et non plus de manière assez vague l’ érudition ou le savoir d’une personne particulière. Très progressivement, à travers ce processus historique de fermeture et de censure scientifique, le champ scientifique se constitue donc comme univers autonome dans lequel ne se rencontrent plus que des producteurs, des savants connus et reconnus comme tels et qui tendent, pour parler comme Pierre Bourdieu, « à n’avoir pour clients que leurs concurrents ».

34 Cartel de défi du Sieur Bouju surnommé Beau Lieu envoyé au sieur du Moulin avec les responses et répliques de part et d’autre sur le point de la Cène et des Marques de la vraye Eglise, Genève, Pierre Aubert, 1636.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search