Version classiqueVersion mobile

De l’autorité à la référence

 | 
Isabelle Diu
, 
Raphaële Mouren

Deuxième partie. Usages de la référence entre Moyen Âge et époque moderne

Juxtaposition des corpus de références latin et vernaculaire : l’exemple de deux éditions du dictionnaire de Calepin (1550-1552)

Martine Furno

Résumé

Les éditions du dictionnaire de Calepin, dans la première moitié du xvie siècle, sont pour l’essentiel des éditions scolaires, fournissant un corpus de référence pour l’écriture en latin. À partir de 1550, cependant, se développent des éditions comportant d’autres langues, qui glosent les entrées latines ; mais l’apport de ce plurilinguisme se limite à la synonymie des entrées : le corpus des auteurs cités reste uniquement latin, et n’inclut pas les textes littéraires des langues vernaculaires mentionnées pour la traduction.
Deux éditions italiennes se distinguent de ces procédés. La première, celle du Calepin, édité par Manuzio et Griffo en 1550 à Venise, comporte des citations d’auteurs italiens venant illustrer, en parallèle, les explications et citations latines, cherchant à associer au corpus de référence antique et scolaire un corpus vernaculaire moderne de références littéraires. Cette expérimentation rencontre des difficultés, l’échelle et les critères des hiérarchies n’étant pas les mêmes dans la langue vivante et dans la langue ancienne. L’étape suivante est l’élaboration d’un nouveau dictionnaire où les deux corpus de référence littéraires sont réunis, le Dittionario di Ambrogio Calepino dalla lingua latina nella volgare brevemente ridotto, préparé par l’érudit Lucio Minerbi. Il s’agit d’un dictionnaire fait pour écrire en latin à partir de l’italien, et dont la nomenclature d’entrée est italienne. Certaines entrées ne comportent d’ailleurs que le mot vernaculaire, suivi d’une explication et souvent d’une citation, référencée du nom de l’auteur. Il s’agit de valoriser autant l’italien que le latin, et de créer un dictionnaire double, utilisable pour passer d’une langue à l’autre, ou comme un dictionnaire monolingue vernaculaire en ne lisant que la première partie des articles.
Ces expériences sont restées sans suite : l’écart de nature, sans doute perçu par les lecteurs, entre les deux corpus de références, un corpus fixe et savant, un corpus ouvert et mobile, a probablement rendu difficile l’usage de ces dictionnaires hors norme qui ne trouvent pas leur place dans l’univers scolaire habituel.

Note de l’auteur

Les références bibliographiques des ouvrages anciens et les citations qui y sont tirées sont reproduites de manière diplomatique.

Texte intégral

I. — Introduction

  • 1 Le dernier grand dictionnaire monolingue latin du xvie siècle, travaillé par son auteur, est le The (...)

1L’histoire de la lexicographie, dans tous les pays d’Europe, connaît un tournant au milieu du xvie siècle, quand se multiplient les dictionnaires des langues vernaculaires, autonomes ou bilingues avec le latin, et alors que se tarit la rédaction de nouveaux monolingues latins1. Les dictionnaires publiés sous le nom de Calepin sont très représentatifs de ce mouvement : d’abord essentiellement latins, ils incluent peu à peu un ou plusieurs vernaculaires dans leur nomenclature. En parcourant plusieurs de ces livres au cours d’enquêtes précédentes, mon attention a été arrêtée par deux éditions assez rares, frappantes par leur singularité dans l’histoire de ce dictionnaire scolaire du latin. Ces deux éditions vénitiennes, celle conjointe de Paolo Manuzio et Giovanni Griffo de 1550, et celle de Comino Da Tridino « Al segno del diamante » de 1552-1554, me semblent en effet poser la question de la compatibilité, ou non, des corpus de référence latin et vernaculaire dans l’élaboration de lexiques bilingues à cette période, et de la construction à travers eux d’une norme vernaculaire. Ces deux outils lexicographiques sont un avatar pratique du « dialogue des langues », dont on verra qu’il semble plus ici une déclamation parallèle qu’une véritable conversation.

II. — Brefs rappels sur le dictionnaire de Calepin

  • 2 Cette édition ne comporte pas de titre, mais un poème à l’adresse du livre sous le nom de l’auteur. (...)

2Le premier ouvrage signé Ambrogio Calepino paraît avec le nom de l’auteur mais sans titre chez Dionigi de’ Bertocchi à Reggio nell’Emilia en 1502 ; une préface, sous forme d’une lettre dédicace au Sénat de Bergame, pose les principes de ce livre que rien ne semblait destiner au particulier et immense succès de librairie qui va être le sien pendant trois siècles2.

  • 3 Voir la lettre de Calepino Au Sénat de Bergame (dédicace méthodologique faisant office de préface)  (...)
  • 4 Sur cet ouvrage, voir Martine Furno, Le Cornu Copiae de Niccolò Perotti : culture et méthode d’un h (...)

3Dictionnaire latin pour la nomenclature et essentiellement en latin pour les explications, malgré la présence d’un peu de grec à la fois comme un élément de définition sur certaines entrées et parfois comme remarques explicatives à l’intérieur des articles, ce manuel vise, comme ses prédécesseurs, les étudiants avancés. Il est cependant assez réactionnaire sur le corpus d’exemples cités : dictionnaire humaniste certes, car il se détourne des ouvrages médiévaux et pose comme références indépassables « Nonius, Festus, Pedianus, Servius, Donat, Varron, et les autres lumières de la langue latine », il oppose pourtant à l’autorité d’auteurs connus et souvent contemporains, comme Valla, « le sérieux et la science d’Ambroise, de Jérôme ou d’Augustin, et des grecs »3. Il s’agit clairement d’un livre composé par un religieux, qui, beaucoup plus que Perotti par exemple ne le faisait avant lui dans le Cornu Copiae4, s’appuie sur les Pères de l’Église pour donner ses références latines.

4Le livre connaît un succès immédiat et est repris et enrichi, voire détourné, après la mort de l’auteur en 1520. Il répond en effet non tant en soi au besoin d’un lexique humaniste (besoin que peuvent satisfaire par exemple les très complètes éditions aldines du Cornu Copiae, auquel est souvent joint le lexique de Nonius) mais au besoin d’un lexique commode à utiliser, car il introduit des concessions dans le système de la dérivation utilisé par ses prédécesseurs comme mode de classement des lemmes. En effet, dans le Calepin, l’ordre est alphabétique, stable au minimum sur les trois premières lettres pour les primitifs ; les dérivés et composés par suffixation sont classés sous le primitif, mais les composés par préfixation sont classés à leur place alphabétique dans la nomenclature où ils sont une entrée à part entière. Les citations enfin sont référencées au-delà du nom de l’auteur, avec un titre et plus rarement une division du texte, et le livre est globalement plus maniable et facile à utiliser que la masse compacte du Cornu Copiae par exemple.

5Cette commodité va en faire un succès européen : on peut distinguer en gros une première époque de diffusion, de 1510 à 1540 environ, où le texte est modifié surtout par des corrections, ou des enrichissements, par exemple par l’introduction d’équivalents grecs de plus en plus systématiques comme première glose des entrées latines. Parallèlement, les éditeurs du livre, qui en sont souvent aussi les imprimeurs, font évoluer les citations vers plus de « correction » humaniste : la présence majeure des Pères de l’Église est progressivement gommée ou supplantée par l’introduction de références classiques scolaires abondantes, comme Cicéron, Virgile, Salluste, Tite-Live, qui, sans être absents de la version de départ, n’y étaient pas majoritaires.

6La parution en 1531 de la première version du Thesaurus linguæ latinæ de Robert Estienne amorce un changement. En effet, le caractère à la fois moderne et sérieux du nouveau dictionnaire risque de rendre caduque le Calepin traditionnel déjà ancien, d’autant que la préface de ce Thesaurus affiche clairement sa volonté de le remplacer. Les concurrents d’Estienne mesurent vite tout l’intérêt que représente son nouvel ouvrage : celui-ci sera en fait rapidement et régulièrement pillé ou plagié, et un moyen commode de faire ce plagiat en contournant sans risque le privilège royal accordé à Estienne est de publier des pans entiers du Thesaurus linguæ latinæ, mais sous le nom de Calepin : déjà argument de vente et objet de commerce, le nom de l’érémitain, doublé d’accroches publicitaires personnelles des imprimeurs, permet de couvrir les emprunts qui se multiplient après 1545.

III. — Le Calepin Manuzio-Griffo de 1550

7Ce sont donc principalement les imprimeurs savants qui font évoluer le dictionnaire, et les éditions vénitiennes du milieu du xvie siècle n’échappent pas à cette règle.

8Quand ils entreprennent en effet d’imprimer en commun un Calepin, ni Paolo Manuzio ni Giovanni Griffo n’en sont, chacun de leur côté, à leur premier essai sur cet ouvrage. Manuzio a déjà a son actif deux impressions du manuel, l’une en 1542 et l’autre en 1548, et Griffo une impression en 1546. Ces trois éditions offrent l’aspect des Calepins « traditionnels » de cette période : un dictionnaire scolaire assez érudit pour étudiants avancés, en grand format in folio, destiné à la lecture mais surtout à la composition écrite en latin, où les lemmes sont presque tous glosés d’un équivalent grec, puis expliqués et illustrés par des exemples d’auteurs anciens.

  • 5 L’édition de Diest comporte, à usage scolaire dans l’univers trilingue de la Flandre d’alors, un éq (...)
  • 6 Selon Albert Labarre, Bibliographie du Dictionarium d’Ambrogio Calepino (1502-1779), Baden-Baden, 1 (...)

9Mais la concurrence est rude et une nouveauté, venue du Nord, est arrivée à Venise quelque temps auparavant grâce aux imprimeurs Francesco Bindoni et Maffeo Pasini : suivant l’exemple donné par l’imprimeur anversois Gilles Coppens de Diest en 1545, les deux associés vénitiens ajoutent à la glose grecque qui double le lemme latin un équivalent vernaculaire, produisant donc en 1545-1546 la première version du Calepin comportant de l’italien5. Cette édition qui se veut très pédagogique puisqu’elle annonce au titre l’accentuation des mots latins pour les imperitiores qui ne sauraient les prononcer, et des astérisques marquant les ajouts de la nomenclature, est reprise et améliorée chez les mêmes éditeurs en 1549 et 1550, toujours avec l’appareil d’astérisques notamment6.

10L’édition conjointe de Griffo et Manuzio en 1550 est sans doute une réponse à ces dernières parutions. En effet, cette édition, qui existe tantôt avec une page de titre comportant la marque au dauphin et le nom de Manuzio, tantôt avec une page de titre comportant la marque au griffon et le nom de Giovanni Griffo, semble bien se poser comme un enchérissement sur les éditions précédentes. Le titre annonce en effet lui aussi un système d’astérisques, mais double, grandes et petites, et lui aussi de l’italien, mais complété de citations d’auteurs. Cet apport est particulièrement mis en valeur dans la mise en page même du titre quand ce sujet est abordé, par une présentation renvoyant à la ligne et recommençant par des majuscules comme dans le haut de la page :

  • 7 Page de titre à l’adresse de Griffo pour l’exemplaire consulté, Rome, Biblioteca nazionale centrale (...)

AMBROSII CALEPINI || DICTIONARVM. || POST OMNES ALIAS ÆDITIONES À MULTIS VTRIVSQVE || linguae peritissimis uiris ex diuersis & probatissimis quibusque autoribus auctum : Et omni cura ac || studio recognitum : Et ita denique erroribus omnibus, tam in latinis quam graecis uocibus || expurgatum, ut accuratius fieri haud potuerit, quemadmodum res ipsa indicabit. || In quo exornando nunc quoque haec praestitimus. || PRIMVM VT INNVMERIS PENÈ VOCIBVS LATI-||nis, Hetruscas ac (vt apertius dicamus) vulgares interpretationes adderemus, & || perperam adpositas castigaremus : Deinde, vt huiusce vulgaris linguae studiosi || nobis & faueant, et bene precentur, apponendas ex Francisco Petrarcha, || Ioanne Bocatio, Dante Aligerio, Petro Bembo, Ludouico Ario-||sto, Iulio Camillo, aliisque probatissimis scriptoribus au-||toritates curaremus : sicuti Asteriscis maiori || minorique * * ne fucum factum cre-||das, adnotatum inuenies. || [Fleuron] || [marque Virtute Duce Comite Fortuna] || IOAN. GRYPHIVS Venetiis excudebat. || Anno Sanctissimi Iubilei. MDL. (ILL. 1)7

11La nouveauté est réelle, et elle restera un hapax : il s’agit en effet de l’unique tentative que je connaisse à ce moment de l’histoire des dictionnaires latins d’associer au corpus de référence antique et scolaire un corpus vernaculaire moderne de références littéraires. Au-delà de la motivation commerciale dont on voit bien les intérêts sur le marché vénitien et italien, dans la mesure où Venise est alors le seul centre d’impression de l’ouvrage dans la péninsule, cette démarche procède aussi d’attendus intellectuels intéressants par les difficultés mêmes qu’ils posent à la réalisation de l’entreprise: ils n’ont été explicités nulle part dans le livre qui reste sans liminaires ni texte théorique, mais il est possible de les restituer en confrontant le livre aux autres ouvrages de son temps.

12La notion de référence, dans un dictionnaire latin de cette période, se présente en effet en deux volets : la définition d’un corpus d’auteurs et textes de référence, dont on organise ensuite le lexique pour obtenir, dans le dictionnaire, une nomenclature de référence qui représente la langue que l’on veut, le plus souvent, enseigner. Même si la définition des optimi autores est une épineuse question qui n’est pas complètement tranchée au milieu du xvie siècle, ce débat a au moins l’avantage pour le latin d’être circonscrit par la fixité du corpus. Quelle que soit la qualité de la production contemporaine en latin, elle n’est pas prise en compte dans une discussion qui se limite forcément aux auteurs antiques, posés comme modèles, et qui sont donc les seuls, par le biais même de l’imitation, à fournir la matière de la nomenclature lexicographique.

  • 8 Sur l’œuvre lexicographique de Robert Estienne, voir Martine Furno, « Les dictionnaires de Robert E (...)
  • 9 Sur Richelet, voir Gilles Petrequin, Le dictionnaire françois de P. Richelet, Genève, 1679-1680: é (...)
  • 10 Francesco d’Alunno, Le ricchezze della lingua volgare, Venise, [In Vinegia, in casa de figliuoli di (...)
  • 11 Pietro Bembo est mort en 1547, Ludovico Ariosto en 1533, Giulio Camillo en 1544 et Jacopo Sannazaro (...)

13Mais pour le vernaculaire, fondé sur une pratique actuelle de la langue, les deux volets de la notion de référence, corpus et nomenclature, ne représentent plus les deux éléments successifs et liés de l’entreprise, mais en quelque sorte deux difficultés concomitantes. En effet, le choix des textes référencés, s’il fait place à nombre d’auteurs récents et contemporains, introduit nécessairement dans la nomenclature, par la notion d’usage, une forme d’instabilité, car toute liste d’entrée est alors contestable par telle ou telle pratique dialectale, ou par la perception et les habitudes personnelles d’un lecteur par ailleurs locuteur. Pour les langues dont la norme s’officialise assez lentement dans le courant du xvie siècle, le travail lexicographique est peut-être plus simple : en français par exemple, la nomenclature vernaculaire se construit, à partir de Robert Estienne, par le retournement de la nomenclature des dictionnaires latin-français, en s’appuyant uniquement sur des explications et des synonymies sans citations d’auteurs8. Celles-ci ne viendront que dans le dictionnaire de Richelet en 1680 : elles poseront inévitablement la question du choix du corpus et de la notion de « bon usage », mais la liste des lemmes aura eu le temps de se normaliser grâce aux ouvrages précédents9. Pour la langue italienne, plus avancée dans sa réflexion et où la pratique littéraire est déjà plus abondante, la question est déjà posée par des lexiques vernaculaires existants : le Ricchezze della lingua volgare de D’Alunno ou l’ouvrage d’Accarisi, pour citer ces deux auteurs antérieurs de quelques années au Calepin de 1550, se consacrent l’un à Boccaccio et l’autre essentiellement aux Tre Corone : Dante, Petrarca et Boccaccio10. Or on voit que Manuzio et Griffo affichent un autre choix, plus audacieux apparemment, qui ajoute aux trois auteurs déjà canoniques de nouvelles autorités contemporaines, Bembo, L’Arioste, Camillo et Sannazaro, ce dernier compris dans l’expression aliisque probatissimis auctoribus du titre11. Il est intéressant dès lors de lire de plus près ce dictionnaire pour mesurer la place de ces citations et le sens de leur présence.

  • 12 Le lemme A praepositio se termine même par un paragraphe de quatorze lignes en italiques, casse des (...)

14Plusieurs éléments en effet peuvent retenir l’attention de celui qui ouvre ce livre, selon les intentions avec lesquelles il le fait. Le lecteur moderne qui pensera y trouver un dictionnaire efficace de traduction du latin vers l’italien sera déçu : l’ouvrage reste incontestablement un Calepin scolaire traditionnel, c’est-à-dire dont la langue cible, quelle que soit la béquille vernaculaire, est le latin. Les articles y suivent le modèle devenu courant dans les Calepins de cette période, c’est-à-dire un lemme latin, suivi au mieux de deux parenthèses, la première comprenant une glose vernaculaire, la seconde, plus systématique, une glose grecque ; suit toujours une définition latine elle-même appuyée en général sur nombre de citations classiques. Tous les articles comprennent toute la partie latine, même si certains lemmes sont moins longuement développés que d’autres ; mais les articles qui correspondent exactement aux annonces de la page de titre sont beaucoup moins nombreux. Les plus complets comportent donc le lemme latin, une première parenthèse comprenant la glose italienne suivie d’une citation d’auteur, une seconde parenthèse comprenant la glose grecque, et ensuite l’explication latine illustrée d’exemples littéraires. Mais ces articles ne sont pas les plus nombreux ; certains comportent seulement la glose grecque, et d’autres simplement une glose italienne sans citation. On ne connaît pas le nom du responsable de ce travail lexicographique en langue vernaculaire, mais son application ou son temps sont allés décroissant au fur et à mesure qu’on avance dans le dictionnaire. En effet, dans les premières lettres, les lemmes comportant glose italienne et citation, référencées non seulement avec le nom de l’auteur mais pour Boccaccio également avec le numéro de la nouvelle et de la journée du Decameron, sont de l’ordre de 40 % environ12 ; par la suite, leur fréquence diminue et les citations ne sont plus référencées aussi précisément. Ce défaut n’est pas propre à ce dictionnaire : dans tous les polyglottes qui suivront, tous les lemmes ne sont pas glosés par du vernaculaire, ou par tous les vernaculaires, signe que les langues modernes sont ici une aide à la compréhension mais ne se posent pas forcément en équivalent universel de tout le latin.

  • 13 La citation est faite peut-être de mémoire et par contamination, par exemple à partir de Orlando fu (...)
  • 14 Inferno, 3, 112. La citation est exacte. On peut citer nombre d’exemples de cette sorte, comme Paci (...)

15La spécificité de l’édition de Manuzio et Griffo par rapport à celle de Bindoni et Pasini est cependant mesurable à travers le travail pionnier d’exemplification. Le poids donné aux citations est bien réel : il semble dans certains lemmes latins que le choix de la traduction italienne et de la citation qui suit interfèrent l’un sur l’autre, sans qu’il soit toujours possible cependant de déterminer lequel génère l’autre. Ainsi, la glose italienne de peragro est Andare, errando, illustrée de la citation : Ariost. Andar’errando per mont’e per piano13. La citation ici n’étant pas véritablement exacte, il est difficile de savoir si c’est elle, notée d’abord, qui a généré la traduction, ou si une traduction d’abord élaborée a « pollué » la citation ; mais il est indéniable que les deux ont été liées dans la conception du livre. D’autres exemples conduisent à une question plus radicale : pour le lemme Autumnus, glosé Autunno. Dant. Come d’Autunno si leuan le foglie14, peut-on raisonnablement penser que la traduction et la citation vernaculaires ont une forte fonction sémantique, tant la transposition est évidente et la citation paraphrastique ? Il semble bien dans ces cas que la fonction des citations est d’être là, simplement, de se trouver dans ce dictionnaire, où elles attestent l’existence d’une référence autre que la référence scolaire ou universitaire du latin : comme le dit en latin la page de titre, ces textes vernaculaires deviennent, par leur présence dans le Calepin, autoritates.

16Cette innovation lexicographique, d’ailleurs jamais reprise, apparaît donc comme la création volontariste d’un corpus de référence d’auteurs vernaculaires, jugés dignes de voisiner avec les auteurs classiques latins à côté desquels ils sont délibérément posés dans un dictionnaire qui reste essentiellement un manuel de latin. L’étape suivante va consister dans l’élaboration d’un nouveau dictionnaire où les deux corpus de référence littéraires seront réunis, unique Calepindalla lingua latina nella volgare brevemente ridotto, et dont la nomenclature d’entrée, malgré le nom de Calepin, n’est pas latine.

IV. — Il Dittionario di Ambrogio Calepino de Lucio Minerbi

17Ce lexique, dont la première édition paraît en 1552, pourrait n’être qu’un item de plus parmi les dictionnaires italien-latin qui se multiplient dans la seconde moitié du xvie siècle. Il mérite cependant une attention particulière, dans la mesure où il est l’un des tout premiers ouvrages de ce type, et qu’il tente lui aussi une formule lexicographique inédite, sans plus de lendemain que celle de Manuzio et Griffo.

  • 15 IL DITTIONARIO || DI AMBROGIO CALEPINO || DALLA LINGVA LATINA || nella volgare brevemente ridotto. (...)
  • 16 Pour l’identification de cette enseigne peu connue, voir Mario Emilio Cosenza, Biographical and Bib (...)
  • 17 Il Decamerone col vocabulario di Lucilio Minerbi, In Vinegia per Bernardino di Vidali, 1535, 8°.
  • 18 Celle-ci est adressée à Christofano Marduccio, évêque de Trente.
  • 19 Voir l’épître dédicatoire : « non però a mio giuditio, trouai uocabolario nela Volgar lingua, che p (...)

18La première édition paraît donc en 1552 à Venise, probablement sur les presses de Comino Da Tridino, dont le nom cependant n’apparaît pas directement dans le livre, puisque l’adresse est celle A San Luca al segno del Diamante pour laquelle Tridino imprime quelquefois dès 1549 ou 155115. Le livre est repris dans deux éditions suivantes datées de 1553 et 1554, identiques hormis la page de titre, jusque dans les erreurs de pagination16. On connaît ici le nom du responsable du travail lexicographique, officialisé sur la page de titre : il s’agit de Lucio Minerbi, gentilhuomo romano comme il se désigne, déjà responsable d’une édition de Boccaccio en 1535 accompagnée d’un lexique qui est un des tout premiers exemples de lexique d’auteur17. Un autre personnage participe à l’entreprise, Marco Trivisano, auteur de l’épître dédicatoire18, texte plus encomiastique qu’intellectuel, mais qui souligne néanmoins la particularité de cet ouvrage, c’est-à-dire la place importante qu’y prend le corpus d’auteurs cités dans les deux langues19.

  • 20 En l’état de ma lecture, il m’est impossible de dire quel Calepin latin Minerbi a utilisé, aucun de (...)

19Ce dictionnaire se singularise par son titre, qui proclame être un Calepin, mais traduit et abrégé du latin à l’italien (Il Dittionario di Ambrogio Calepino, dalla lingua latina nella volgare brevemente ridotto). Effectivement plus modeste de proportions que les Calepins traditionnels précédents, il n’est pas cependant le simple retournement de l’un d’entre eux. Minerbi a construit un vrai dictionnaire scolaire, visiblement fait de ce point de vue pour écrire en latin à partir de l’italien. Il a réellement accompli un travail de recherche lexicographique pour établir, à partir des sens donnés dans la nomenclature italienne, des listes de synonymes possibles recherchés dans la nomenclature latine, et repris en l’état des Calepins précédents avec leur explication et leurs exemples d’auteurs. La réduction du volume d’ensemble vient notamment du fait que ces exemples latins sont en nombre limité par rapport à l’original : Minerbi n’en retient qu’un ou deux, souvent ceux qui relèvent de la latinité la plus classique20. L’ensemble toutefois reste dépendant de la source latine, puisque la nomenclature italienne, notamment les sous-entrées ajoutant des sens à un lemme, est parfois alimentée par la matière latine qu’elle traduit : ainsi, dans la série des sous lemmes de Cantare, on trouve Cantare in cithera apparemment motivé par le latin Citharizoas. Enfin, certaines entrées sous forme d’expressions prépositionnelles en italien sont lemmatisées parce qu’elles correspondent à un mot ou adjectif latin : c’est le cas de Di tre anni et Di tre piedi qui correspondent à Trimus a um et Tripedaneus a um.

20Il serait cependant inexact d’affirmer qu’il ne s’agit que d’un ouvrage ayant pour but l’apprentissage de l’écriture latine et dont la langue cible est seulement le latin. En fait, certaines entrées ne comportent pas de latin, mais uniquement le mot vernaculaire, au moins suivi d’une explication, et le plus souvent d’une citation, référencée par le seul nom de l’auteur. La modestie affichée du propos a réduit le corpus en général aux Tre Corone, mais on trouve quelques exemples tirés d’Ariosto, de Bembo et de Sannazaro. Le souci particulier accordé à l’italien est visible dans les détails des explications : Minerbi signale explicitement les mots d’origine provençale ou française, comme Addobare è vocabulo Francesce, ou ceux qui sont propres à Dante.

  • 21 Par exemple l’article Lutto : « Lutto in vece di pianto. Pet. Et le fatiche lor vidi, & lor lutti » (...)
  • 22 Par exemple l’article Affissare, qui comporte trois citations italiennes (Petrarque et deux fois Da (...)

21Tout est donc fait pour valoriser autant l’italien que le latin, et créer une sorte de dictionnaire double, que l’on pourrait utiliser soit pour passer d’une langue à l’autre, soit comme un dictionnaire monolingue vernaculaire en ne lisant que la première partie des articles. Certaines entrées ne comportant que de l’italien par exemple renvoient à une autre, où on trouvera du latin, et la nomenclature vernaculaire dans ces situations fonctionne bien de manière autonome21. La typographie également renforce l’idée d’une dignité égale des deux langues : aucune n’est mise entre parenthèses comme dans les Calepin précédents, aucune n’est distinguée de l’autre par l’italique, et les éléments d’un article, lemme italien puis explication et citation italiennes puis lemme latin puis citation latine se suivent sans différenciation. Enfin, certains articles peuvent comporter plus de citations italiennes que de citations latines en exemplification22.

  • 23 « Maccheroni, & gniocchi, si fanno di pasta. Boc. Far maccheroni, et rauiuoli, et cuocerli in brodo (...)
  • 24 Dans les premières éditions du Vocabolario de la Crusca, l’entrée Pastello renvoie à Pasta, où past (...)

22La citation d’auteurs littéraires parvient même à faire oublier la délicate question des registres de l’usage qui, dans les deux langues, moderne et ancienne, ne sont pas toujours les mêmes : ainsi on trouve dans la nomenclature une entrée Maccheroni, déjà présente dans des lexiques italiens antérieurs, toujours présente dans les suivants, illustrée ici d’un exemple de Boccaccio et traduite par le latin Pastillus23. Or, si l’on compare ce texte avec son répondant dans le Calepin de 1550 de Manuzio et Griffo, nous trouvons bien une entrée pastillus, mais glosée par Pastello, et non par Maccheroni, qui relève du registre linguistique du quotidien alors que Pastello, plus juste équivalent de pastillus, est plus simplement descriptif24. La citation d’auteur a permis de faire entrer dans le domaine scolaire et savant du latin un terme de la langue et de la vie commune moderne qui ne relève pas du même univers. Ici comme dans le Calepin latin, il s’agit, par une démarche volontariste, de donner à tous les aspects de la langue moderne un statut noble, à défaut de savant, capable de rivaliser avec les extraits canoniques des autorités latines.

V. — Conclusion

  • 25 À partir de 1567, date de sa première parution, la plupart des calepins vénitiens, quel que soit l’ (...)

23Pour terminer, je voudrais cependant nuancer quelque peu ces déclarations positives par la constatation que ces deux ouvrages sont restés sans suite véritable. Non qu’il n’ait pas existé d’autres Calepins ensuite, ou d’autres lexiques vernaculaire-latin : mais il n’a plus existé ni Calepins latins bilingues ou polyglottes ni lexiques italien-latin comportant des citations d’auteurs en vis-à-vis dans les deux langues. L’écart de nature, sans doute perçu par les lecteurs, entre les deux corpus de références, un corpus fixe et savant, un corpus ouvert et mobile, a peut-être choqué, ou a rendu difficile l’usage de ce dictionnaire hors norme qui ne trouve pas sa place dans l’univers scolaire habituel. Ni Manuzio ni Griffo par la suite ne republieront de Calepin de cette sorte, mais ils reviendront à des dictionnaires de classe traditionnels, apparentés à leurs premières impressions. Ils y ajouteront, mais à la fin, ou à la suite, des lexiques vernaculaire-latin, ouvrages réduits sans citations et parfois sans grande explication, permettant en fait de passer premièrement de l’italien au latin avant de chercher dans le grand dictionnaire ce même mot latin pour l’employer à l’écrit dans des tournures recommandées par les optimi autores25. La cohabitation des deux références s’est avérée impossible : les univers de la classe latine, avec ses pesanteurs et ses répétitions, et du plaisir littéraire vernaculaire, avec ses couleurs et ses registres variés, demeurent encore irréconciliables. Sans doute a-t-on là une preuve de plus que la langue d’étude est morte, et qu’elle ne parvient pas réellement à dialoguer avec la langue vivante.

Notes

1 Le dernier grand dictionnaire monolingue latin du xvie siècle, travaillé par son auteur, est le Thesaurus Linguae Latinae de Robert Estienne dans sa version de 1543 : DICTIONARVM, SEV || Latinæ linguæ Thesaurus, non singu-||las modo dictiones continens, sed integras quoque Latinè & loquendi, & scribendi for-||mulas ex optimis quibusque authoribus, ea quidem nunc accessione, vt nihil prope-||modum obseruatu dignum sit apud Oratores, Historicos poetas, omnis denique gene||ris scriptores, quod hic non promptum paratumque habeat. || Editio secunda || [marque Silvestre 542] || parisiis. || ex officina roberti stephani typographi regii. || M. D. XLIII. || Cum priuilegio Regis. 2 vol., 2°, 1200 f. ; tome 1 : *4, a-zzz8, A-F8 ; tome 2 : G- ZZZ8, Aa-Mm8. Les dictionnaires monolingues qui suivent, quels qu’ils soient, reprennent tous la matière de ce dictionnaire, en la modifiant, souvent sans le dire, mais sans créer ou organiser une matière nouvelle. Voir à ce sujet Martine Furno, « Les dictionnaires de Robert Estienne, sens et finalités d’une œuvre lexicographique », dans Voces, université de Caen/Ediciones universidad de Salamanca, t. 10-11, 1999-2000 [2001], p. 11-27 et ead., « Le mariage de Calepin et du Thesaurus Linguae Latinae, sous l’Olivier de Robert Estienne, à Genève, en 1553 », dans Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, 63, 3, 2001, p. 511-532.

2 Cette édition ne comporte pas de titre, mais un poème à l’adresse du livre sous le nom de l’auteur. Calepinus. || Ad Librum. || Mos est putidus et nouus repertus || [13 vers] || Rhegii Lingobardiae : || industria presbyteri Dionysii Bertochi || MDII. [444] f., 2°.

3 Voir la lettre de Calepino Au Sénat de Bergame (dédicace méthodologique faisant office de préface) : « certoque sciam me nec tanto ingenio, tantaue litteratura praecellere ut quae a Nonio Marcello, Festo Pompeio, Pediano, Seruio, Donato, Varrone caeterisque latinae linguae luminibus elucubrata fuerint […] clarius aut enucleatius scribere posse considerem » (« Je le sais bien, je ne brille ni d’un talent ni d’une connaissance des lettres telles que je puisse écrire, avec plus de clarté et de netteté tout ce qui a été élaboré par Nonius, Festus, Pedianus, Servius, Donat, Varron, et les autres lumières de la langue latine ») ; et « multa contra Laurentium Vallam, contra Priscianum aliosque autores praestantiorum auctoritate nixus, plus enim apud me Ambrosii, Hieronymi, uel Augustini grauitas et doctrina ualet et graecorum quam Laurentii Vallae studiosa reprehensio » (« J’ai fait beaucoup d’efforts, avec l’autorité de mes maîtres, contre Laurent Valla, contre Priscien, et d’autres auteurs, car le sérieux et la science d’Ambroise, de Jérôme ou d’Augustin, et des grecs, ont pour moi plus de valeur que la critique activiste de Laurent Valla »).

4 Sur cet ouvrage, voir Martine Furno, Le Cornu Copiae de Niccolò Perotti : culture et méthode d’un humaniste qui aimait les mots, Genève, 1995 (Travaux d’humanisme et de Renaissance, 294).

5 L’édition de Diest comporte, à usage scolaire dans l’univers trilingue de la Flandre d’alors, un équivalent allemand, flamand et français des entrées latines : Ambr. Calepinus. || PENTAGLOTTOS || Hoc est, quinque linguis, nempe Latina, Graeca, Germani-||ca, Flandrica et Gallica constans : simul cum Pro-||sodiæ notis, quibus cuiuslibet syllabæ quan-||titas prima statim fronte dinoscitur. || Hactenus tanta istac com-||moditate numquam || impressus. || [Fleuron] || LIBER AD EMPTORES || Vno iam pridem qui sum tantum ore loquutus, || [retrait distique] Simplice contentus reddere verba sono, || Nunc pentaglottos quinis en prodeo linguis || [distique] Illustris, mira commoditate novus. || Gymnicus insigni vos isthoc munere donar || [distique] Heus iuuenes, grato me accipitote sinu. || [Filet] || M. CCCCC. XLVI. [Antverpiae], [Gillis Coppens van Diest], [1545] 1546. 2°. a-d, A-ZZ, Aa-Zz, Aaa-Lll. Édition Bindoni-Pasini : Ambrosii Calepini Dictionarium… Venetiis, apud Franciscum Bindonum et Mapheum Pasinum, 1546 [1545], 2°. 609 f. Sur cet ouvrage et l’ensemble des Calepins polyglottes de la période, voir Martine Furno, « Du commerce et des langues : latin et vernaculaires dans les lexiques et dictionnaires plurilingues au xvie siècle », dans Histoire et civilisation du livre, 4 : Les langues imprimées, dir. Frédéric Barbier, 2008, p. 93-116. L’ouvrage de Bindoni et Pasini adapte le principe en ajoutant un synonyme italien de l’entrée latine à la suite de la glose grecque. La première édition porte au titre la date de 1546 et au colophon celle de 1545.

6 Selon Albert Labarre, Bibliographie du Dictionarium d’Ambrogio Calepino (1502-1779), Baden-Baden, 1975 (n° 77 et 80), cette édition est en deux états, l’un comportant au titre la date de 1549 et au colophon celle de 1550, et un autre présentant uniquement au titre la date de 1550.

7 Page de titre à l’adresse de Griffo pour l’exemplaire consulté, Rome, Biblioteca nazionale centrale, 14.22.Q.15.

8 Sur l’œuvre lexicographique de Robert Estienne, voir Martine Furno, « Les dictionnaires de Robert Estienne… ».

9 Sur Richelet, voir Gilles Petrequin, Le dictionnaire françois de P. Richelet, Genève, 1679-1680: étude de métalexicographie historique, Leuven, 2009.

10 Francesco d’Alunno, Le ricchezze della lingua volgare, Venise, [In Vinegia, in casa de figliuoli di Aldo], 1543, 2° (repris et augmenté en 1551) ; Alberto Accarisi, Vocabolario, grammatica, et orthographia de la lingua volgare d’Alberto Acharisio da Cento, con ispositioni di molti luoghi di Dante, del Petrarca, et del Boccaccio, Cento, in casa de l’autore, 1543, 4° (repris en 1550 à Venise chez Vincenzo Valgrisio). Ces textes sont présentés, décrits et partiellement reproduits sur le site internet de l’Accademia della Crusca, section La fabbrica dell’italiano, à l’adresse : http://213.225.214.179/fabitaliano2/1_dizionari.htm.

11 Pietro Bembo est mort en 1547, Ludovico Ariosto en 1533, Giulio Camillo en 1544 et Jacopo Sannazaro en 1530.

12 Le lemme A praepositio se termine même par un paragraphe de quatorze lignes en italiques, casse des traductions italiennes, détaillant les emplois de A prepositione (uulgarmente si pone da Et, altre uolte si pone in luogo di appresso, che significa comparatione…) illustré de sept références à Petrarca, Dante et Boccaccio et se terminant par une liste de vingt-trois expressions prépositionelles contenant A et utilisées par Petrarca et Boccaccio. Aucun de mes sondages sur d’autres lemmes de prépositions latines ne m’a permis de retrouver ensuite pareil encart.

13 La citation est faite peut-être de mémoire et par contamination, par exemple à partir de Orlando furioso, 22, 55 (1521) : « Se fusse stata a quell hostel d’Athlante / veder lhavria potuto andar errando/ con Gradasso… » et 7, 34 : « Di costei prima che degli altri dico, / che molti giorni andò cercando invano / pei boschi ombrosi e per lo campo aprico, / per ville, per città, per monte e piano… ».

14 Inferno, 3, 112. La citation est exacte. On peut citer nombre d’exemples de cette sorte, comme Pacifico, as (Pacificare. Boc. S’ingegnò di pacificargli [con le migliori parole che egli poté s’ingegnò di paceficargli, Decameron, 8, 9]).

15 IL DITTIONARIO || DI AMBROGIO CALEPINO || DALLA LINGVA LATINA || nella volgare brevemente ridotto. || PER LO SIGNOR LVCIO MINERBI || gentilhvomo romano. || A COMMVNE VTILITA DELLI || stvdiosi giovani, et di chivnque altro, || che della lingua volgar || si diletta. || [fleuron] || Con privilegio || [Marque avec devise nihil me durius] || A San Luca al Segno del Diamante. || [filet] || M. D. LII. [1], CCXXXIV [235] f., 2°.

16 Pour l’identification de cette enseigne peu connue, voir Mario Emilio Cosenza, Biographical and Bibliographical Dictionary of the Italian Printers and of Foreign Printers in Italy, Boston, 1968, p. 187 et 569, et le Censimento nazionale delle edizioni italiane del cinquecento (EDIT16), à l’adresse suivante : http://edit16.iccu.sbn.it/. Les trois éditions sont présentées sur le site de l’Accademia della Crusca. J’ai consulté l’exemplaire de la bibliothèque municipale de Lyon, cote 107611, daté de 1553, dans lequel deux feuillets sont numérotés VII : celui ayant pour titre courant A ante F et G, [avec une réclame fausse VIv, car la dernière ligne spaccio, et affretando &c Celero as. Ver. 9. Aen. est reprise sur VII comme première ligne mais sous la forme forme spaccio, & affretando Celero as. Verg. 9 et ce feuillet est visiblement collé : il est possible que cette pièce rapportée d’un autre exemplaire crée l’erreur] ; puis un autre feuillet est numéroté VII, celui ayant pour titre courant A ante G. Ensuite la numérotation ne comporte plus d’erreur jusqu’au feuillet 195 (XCXV) ; ensuite deux feuillets sont numérotés CXCVI (196), mais différenciés par leur titre courant : S ante G et I pour le premier et S ante I et L M pour le second. Après le deuxième feuillet numéroté 196, on passe directement à deux feuillets numérotés 199 (CXCIX), avec deux titres courants S ante O, ce qui fait que le feuillet 200 (CC) est correctement numéroté. De même le feuillet [222] est par erreur numéroté CCXVI, mais le titre courant V ante A et B C est correct.

17 Il Decamerone col vocabulario di Lucilio Minerbi, In Vinegia per Bernardino di Vidali, 1535, 8°.

18 Celle-ci est adressée à Christofano Marduccio, évêque de Trente.

19 Voir l’épître dédicatoire : « non però a mio giuditio, trouai uocabolario nela Volgar lingua, che piu di questo mi sodisfacesse ; per cioche in esso si ueggono gli uocaboli Volgari congiunti con i Latini, & approbati da gli autori di l’uno & de l’altro idioma… »

20 En l’état de ma lecture, il m’est impossible de dire quel Calepin latin Minerbi a utilisé, aucun de ceux que j’ai consultés ne présentant un caractère dirimant qui puisse l’attester comme source. Il est probable qu’il s’agit d’un Calepin vénitien récent, de Manuzio ou de Bindoni-Pasini ; mais sur les lemmes que j’ai pu contrôler, le texte latin de Minerbi reprend les mêmes explications et citations que dans ces Calepins précédents, les quelques variantes n’étant pas véritablement significatives.

21 Par exemple l’article Lutto : « Lutto in vece di pianto. Pet. Et le fatiche lor vidi, & lor lutti » [cf. Triumphus Cupidinis, 4, 7 : e le fatiche lor vidi, e i lor frutti], Idem. Et fra tanti sospiri, & tanti lutti. [Triumphus mortis, 1, 121] Dan. Ben dee da lui procedere ogni lutto [Inf. 34, 36]. Vedi pianto.

22 Par exemple l’article Affissare, qui comporte trois citations italiennes (Petrarque et deux fois Dante) pour une latine (Virgile) : « Affissare val guardare fissamente. Pet. Ma vid’io, ch’altrove non affisso. Dant. Percio a figurarlo gli occhi affissi. Idem. Cosi a giocchi miei si affissar quelle Anime fortunate. Miror, aris. Verg. 2 Georgicon. Seu quis Olympiacae miratos praemia pugnae ».

23 « Maccheroni, & gniocchi, si fanno di pasta. Boc. Far maccheroni, et rauiuoli, et cuocerli in brodo di capponi. Pastillus, li. Et est diminutiuum a pasta, quamuis fiat mutatio generis. Et est massa cuiuscumque materiei in fomam panis parui ». La citation de Boccaccio est extraite du Decameron, 8, 3.

24 Dans les premières éditions du Vocabolario de la Crusca, l’entrée Pastello renvoie à Pasta, où pastello est signalé comme diminutif de pasta. Le sens technique pictural n’entre que dans la troisième édition de 1691 du Vocabolario. On peut accéder à une description et visualisation des cinq premières éditions des dictionnaires de la Crusca sur le site de l’Accademia della Crusca, à l’adresse suivante : http://www.lessicografia.it/lettura_immagini.jsp.

25 À partir de 1567, date de sa première parution, la plupart des calepins vénitiens, quel que soit l’imprimeur, seront suivis du Vocabolario Volgare et Latino de Niccolò Bevilacqua, réimprimé de très nombreuses fois. Ce lexique est un petit manuel présentant les mots italiens brièvement expliqués, mais non illustrés, suivis de leur traduction latine, sans citation non plus.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search