Version classiqueVersion mobile

De l’autorité à la référence

 | 
Isabelle Diu
, 
Raphaële Mouren

Première partie. Éditer et étudier les Anciens

Corpus patristiques et éditions des Pères au début du xvie siècle

De l’autorité patristique à la construction de la référence

Isabelle Diu

Résumé

Au Moyen Âge, la tradition manuscrite transmet un corpus défini de textes qui assure le fondement de l’autorité patristique. Plus que de permettre la circulation des œuvres dans leur intégrité, il s’agit alors de combattre l’hérésie, de fixer le dogme et de construire l’orthodoxie en s’appuyant sur un certain nombre de textes approuvés par l’Église.
La notion de référence, en revanche, s’appuie non sur un corpus clos mais sur un concept ouvert. Éditer un ouvrage de référence patristique dans la première Renaissance suppose de rassembler des textes nombreux et fiables pour permettre au fidèle de construire sa foi par la lecture extensive d’œuvres dans leur intégralité.
En comparant les éditions de trois Pères latins, Ambroise, Jérôme et Augustin, sorties des presses bâloises de deux grands imprimeurs, Amerbach et Froben, entre 1489 et 1533, cet article tente de cerner les caractéristiques de ces « éditions de référence » patristiques. Leur analyse bibliographique matérielle est étayée par l’examen des dispositifs paratextuels qui les accompagnent et par la lecture des correspondances qu’échangent éditeurs et érudits humanistes.
Le soin matériel apporté à la réalisation de ces éditions (clarté et élégance des caractères, majesté des formats, choix du papier) en offre une première caractéristique. Elles se signalent aussi par le travail philologique accompli par les éditeurs scientifiques, depuis la recherche de manuscrits rares et dispersés, jusqu’à leur émendation finale, en passant par le choix des textes et la recherche d’exhaustivité. Pourtant, la construction de la référence ne s’élabore pas seulement dans la solitude du studio humaniste : elle est aussi œuvre collective, collaboration entre les érudits ; toujours en devenir, elle propose des améliorations au regard des versions antérieures. Elle est enfin, et peut-être surtout, consacrée comme référence par ses lecteurs.
Désormais le rapport du lecteur aux textes sacrés se voit puissamment renouvelé : l’œuvre, proposée dans son intégralité, dans sa vérité philologique retrouvée, est organisée matériellement à travers choix typographiques, mise en page et mise en texte, par les propositions de parcours de lecture que dessinent index, tables, titres courants et manchettes. Ces éditions signent l’avènement d’une lecture humaniste qui fait primer le sens et le contenu des textes dans leur déploiement retrouvé sur la visée éthique ou dogmatique qui prévalait jusqu’alors.

Texte intégral

1La problématique de l’autorité (auctoritas) s’ouvre sur celle de l’auteur (auctor). La notion d’autorité, s’agissant de textes philosophiques ou théologiques, renvoie d’emblée à des questions d’identité – identité de l’auteur, du lecteur, du texte. Pour cerner le rapport que tisse un lecteur avec un texte sur fond d’autorité, il convient de se poser la question : qui lit, comment, quels auteurs, quels ouvrages ?

  • 1 Sur l’histoire de la lecture entre Antiquité tardive, Moyen Âge et temps modernes, on lira l’ouvrag (...)

2L’autorité se fonde sur un corpus défini, transmis par une tradition manuscrite conservatrice d’un état reçu des textes. Ainsi fleurissent durant tout le Moyen Âge recueils et compilations d’œuvres philosophiques ou religieuses que nous connaissons sous le nom de sententiae, flores ou auctoritates, qui rassemblent chaînes exégétiques, recueils épistolaires ou homilétiques. Ce mode de transmission des textes sert avant tout à assurer la foi et à combattre l’hérésie plus qu’à faire connaître des auteurs ou à permettre la circulation des œuvres dans leur intégrité et leur intégralité. Ce corpus clos est donné et reçu dans la perspective d’une « lectio divina », méditation et manducation du texte que chacun s’approprie par une lecture intensive et répétée1. L’autorité prend part à la fixation du dogme, à la réception des textes approuvés par l’Église, à la construction de l’orthodoxie.

  • 2 Voir J. de Ghellinck, Patristique et Moyen Âge : études d’histoire littéraire et doctrinale, Bruxel (...)

3Le « Décret de Gélase », pontife de la fin du ve siècle, constitue une première étape dans l’établissement de l’autorité en matière religieuse. Il promulgue, sous le titre De recipiendis et non recipiendis libris, la première liste canonique de textes reçus par l’Église et de ceux qu’il convient d’écarter, comme les évangiles apocryphes. Il met en lumière les noms de quatre grands docteurs de l’Église latine, que la tradition retiendra désormais comme ses principaux piliers : Ambroise, Jérôme, Augustin et Grégoire le Grand. En 649, le concile du Latran scelle définitivement ces premiers fondements : il fait prévaloir la notion de Père comme « celui dont l’enseignement est reçu » et dont les écrits véhiculent durablement la pensée, permettant ainsi de fixer mieux encore l’identité de l’Église. Lorsqu’apparaissent les premières bibliothecae patrum, elles s’avèrent peu éloignées des recueils d’excerpta : ces sortes de catalogues bio-bibliographiques sont composés d’extraits, à l’image de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, du Deuiris illustribus de Jérôme, puis des continuations qu’en proposent Gennade de Marseille au vsiècle ou Sigebert de Gembloux au ixe siècle2.

  • 3 B. Stock, Bibliothèques intérieures…, p. 41-43.
  • 4 Id., « Le corps, l’esprit, la lecture », dans ibid., p. 160-161.

4En revanche, la notion de référence représente, au regard de celle d’autorité, un concept ouvert : la constitution d’ouvrages de référence passe par le rassemblement de textes les plus nombreux et les plus fiables possibles, que les érudits proposent au public pour permettre la construction non plus du dogme, mais de l’individu et de sa foi, par la lecture extensive d’œuvres dans leur continuité et leur déploiement. Cet aspect réflexif de la référence est sensible à travers l’exercice, qui s’impose à la Renaissance à partir de Pétrarque, de la lectio spiritualis, faisant une large place à l’écriture en forme de prise de notes3, puis à la lecture humaniste qui fait prévaloir le sens et le contenu du texte sur la visée éthique de la lecture4.

  • 5 Voir J. de Ghellinck, Patristique et Moyen Âge…, p. 247.

5Avec l’invention de l’imprimerie, bien que les éditions de recueils et d’extraits continuent d’être fort nombreuses, à l’image des manuscrits existants (le De viris illustribus est transmis par plus de deux cents manuscrits5), apparaissent les premiers textes intégraux d’œuvres patristiques. Ces éditions peuvent se présenter sous forme d’œuvres isolées, publiées dans leur intégralité, ou revêtir l’aspect d’Opera omnia qui tentent de ressembler de manière exhaustive les divers textes d’un même auteur, transmis par des manuscrits rares et dispersés, redécouverts et collationnés.

  • 6 À l’exception du colloque tenu à Florence sous l’égide de la Sismel en 2003, consacré à l’aspect pa (...)
  • 7 Les Pères de l’Église au xviie siècle, éd. E. Bury et B. Meunier, Paris, 1993.
  • 8 The Reception of the Church Fathers in the West, from the Carolingians to the Maurists, éd. I. Back (...)

6Or les travaux récents consacrés à la réception de la patristique à l’époque moderne n’ont guère abordé la question sous l’angle éditorial6 ; ils se sont plutôt penchés sur la transmission intellectuelle des textes des Pères qui informent la pratique exégétique ou la construction théologique. Les enjeux philologiques et ceux de la circulation des textes dans leur matérialité ne sont guère envisagés, comme en témoignent le colloque tenu à Lyon en 1991 sur les Pères de l’Église à l’Époque moderne7 ou le monumental recueil mis en œuvre sur la réception de la patristique du Moyen Âge au xviie siècle8. Pourtant les plus grands imprimeurs, au nord comme au sud des Alpes, depuis Alde Manuce à Venise jusqu’à Amerbach, Froben ou Cratander à Bâle, ont consacré une partie de la production de leurs presses à l’édition patristique, secondés par des érudits de l’envergure de Marcus Musurus, Beatus Rhenanus ou Érasme.

7Comment certaines éditions se distinguent-elles alors au sein de cette importante production éditoriale et en viennent-elles à être considérées comme des éditions de référence, au sens étymologique du terme ? Pourquoi les érudits ont-ils recours à ces éditions de préférence à d’autres ? En quoi font-elles, finalement, en un sens nouveau, autorité ? En examinant quelques exemples empruntés à l’édition bâloise de la fin du xve et du premier tiers du xvie siècle, nous tenterons d’en cerner certaines caractéristiques. Nous verrons comment ces ouvrages sont présentés par leurs imprimeurs, leurs éditeurs intellectuels ou leurs lecteurs à travers les discours paratextuels et les correspondances qu’échangent les humanistes, comme des monuments – monuments en construction, certes, souvent remis en chantier ou restaurés d’une édition à l’autre, mais monuments auxquels on peut désormais se fier puisqu’on connaît les critères qui président à leur fondation.

8Au nord des Alpes, deux grands imprimeurs représentent en quelque sorte le pendant de l’humaniste vénitien Alde Manuce : Johann Amerbach et son successeur Johann Froben, actifs à Bâle entre la fin du xve et le début du xvie siècle. Rompant avec l’habitude médiévale de présenter les textes religieux sous forme fragmentaire à des fins de construction ou de controverse théologique, Amerbach forme le dessein, poursuivi par Froben, d’éditer la littérature patristique en texte intégral, soit en publiant certaines œuvres emblématiques des Pères latins ou grecs, soit en rassemblant sous forme de corpus leurs œuvres complètes. Ces deux imprimeurs prennent ainsi le relais, dans le champ de la patristique, de Manuce dont la notoriété est fondée principalement sur l’édition des classiques grecs et latins.

  • 9 Ambroise, Divi Ambrosii Opera omnia…, [Bâle], [Iohann Amerbach], 1492, 2°. Diui Ambrosii Episcopi M (...)
  • 10 Die Amerbachkorrespondenz, éd. A. Hartmann, Bâle, 1942, Ann Arbor, 2000 ; cette édition sera désign (...)

9Nous nous proposons d’opérer une comparaison des éditions de trois Pères latins, Ambroise, Jérôme et Augustin, procurées par les presses d’Amerbach puis celles de Froben, à Bâle, entre 1489 et 15339 ; parmi les quatre grands docteurs de l’Église latine consacrés par la tradition, seul Grégoire le Grand ne bénéficie d’aucune édition chez ces imprimeurs. Nous nous appuierons sur une analyse bibliographique matérielle de ces éditions ainsi que sur l’examen des outils paratextuels qui les accompagnent – discours publicitaire des pages de titre, préfaces des éditeurs intellectuels ou des imprimeurs eux-mêmes, texte des colophons. Nous compléterons l’analyse critique de ces monumenta imprimés par le recours constant aux lettres qu’échangent les humanistes qui se pressent dans les officines de ces imprimeurs, qu’il s’agisse des Amerbach et de leur entourage ou d’Érasme et de ses correspondants10. Nous voudrions par là tenter de cerner les parcours de lecture que dessine, propose ou parfois impose l’édition qui se veut « de référence ». Nous pourrons peut-être discerner alors le nouveau lien qui se noue entre le lecteur et le texte, fondé sur un dialogue avec ces « maîtres muets », selon les mots d’Érasme, qui instituent désormais, pour les humanistes, un rapport différent au savoir et à la vérité.

10Partant d’abord des éditions dans leur matérialité, nous examinerons ensuite les discours qui les glosent, les exaltent ou les justifient, les mettant en perspective dans les cercles humanistes où elles circulent et se constituent dès lors en référence.

I. — L’édition, une référence en elle-même : caractères internes et externes

11Les éditions patristiques bâloises d’Amerbach et de Froben ne s’accompagnent jamais d’un discours théologique, que ce soit sur la page de titre ou dans les éléments du paratexte. Au contraire, ce discours s’efface au profit d’un dispositif textuel présent dans les préfaces, les pages de titre ou les colophons, qui met en exergue le travail philologique des éditeurs intellectuels autant que le souci typographique des imprimeurs qui concourent à l’élaboration de cet objet que nous appelons « édition de référence » et que nous tenterons précisément de mieux cerner.

1. Référence et édition matérielle

12Les caractères typographiques sont des éléments essentiels de la mise en valeur d’une édition, en une période où le choix des fontes, le jeu de contrastes entre l’emploi habituel de caractères gothiques ou l’utilisation plus audacieuse du romain ou de l’italique, qui parfois coexistent au sein d’une même édition, sont particulièrement significatifs.

  • 11 AK 1, 23, de Iohann Heynlin à l’imprimeur Iohann Amerbach.

13Les œuvres d’Ambroise, parues en 1492 chez Amerbach, offrent le premier exemple d’œuvres patristiques complètes réalisées dès la fin du xve siècle dans un atelier bâlois. Elles s’ouvrent sur une préface de Johann Heynlin, l’éditeur intellectuel et le maître d’œuvre de l’entreprise11. Heynlin, professeur de théologie, ouvert aux idées humanistes et fasciné par l’invention de l’imprimerie – il installera la première presse parisienne en association avec Guillaume Fichet – a été le maître d’Amerbach ; il s’est ensuite retiré à la chartreuse de Bâle, où il met à profit une retraite studieuse pour aider son disciple et ami à réaliser un ambitieux programme d’éditions patristiques. Dans son propos liminaire aux œuvres d’Ambroise, premier des quatre Pères latins que se propose de publier Amerbach, selon le programme tracé par Heynlin, l’érudit souligne tout autant les qualités matérielles de l’édition que son importance spirituelle. Sous l’impulsion de Heynlin, Amerbach a effectué un travail de mise en texte ; il a préparé la division de l’ouvrage en livres et chapitres, chacun précédé du résumé de son contenu :

[…] sua argumenta brevi compendio totam sententiam complectentia praenotabuntur [le contenu (de chaque livre) résumant brièvement l’ensemble du propos, sera placé en tête].

14Le verbe praenotari (remplacé ailleurs dans la même préface par anteponere) insiste sur la matérialité de la mise en texte, en indiquant clairement la place du résumé au début du texte. Les termes de soin, de correction et de précision (cura, accurate, curare), qui se retrouvent à plusieurs reprises sous la plume de l’érudit, définissent le travail minutieux de l’imprimeur et garantissent le degré de fiabilité et d’achèvement de l’édition, qui peut alors briguer une place de choix – et de référence – au sein de la production livresque du moment. Heynlin y insiste : Amerbach, dût sa modestie en souffrir, est l’imprimeur qui produit les éditions les plus soignées et les plus correctes qui soient.

  • 12 AK I, 293, au lecteur.

15Dans la préface à la première édition complète qu’Amerbach consacre à Augustin en 150612, l’imprimeur prend lui-même la parole pour valoriser son travail : il rappelle qu’il s’est attelé au labeur consistant à ramener à la lumière un Augustin enténébré. Il a agi pour le bien du public, celui de la res publica literaria, la République des Lettres humaniste (« sum aggressus in publicum atque in lucem deducendi »), par le truchement de ses caractères d’imprimerie (« typis nostris exprimendi »). Après un début empruntant à la rhétorique convenue, on le verra plus loin, du discours philologique, la conclusion appartient pleinement à l’imprimeur : ce sont ses propres fontes de caractères qui traduisent la pensée d’Augustin, caractères qui n’ont aucun besoin de qualificatifs, puisqu’ils parlent d’eux-mêmes. Forcément choisie, forcément lisible, la typographie d’Amerbach, en 1506, a acquis suffisamment de notoriété pour se passer de publicité.

  • 13 Omnium operum divi Eusebii Hieronymi Stridonensis…, 1516, op. cit..
  • 14 Allen, II, 334, l. 130-131.
  • 15 Sancti Hieronymi lucubrationes omnes…, op. cit.
  • 16 Allen, V, 1465, à William Warham, préface générale à la seconde édition de saint Jérôme chez Froben (...)
  • 17 Allen, VIII, 2157, l. 506-507, à Alfonso Fonseca, archevêque de Tolède et Primat d’Espagne, préface (...)

16Les éditions de Froben sont, pour leur part, célébrées par Érasme, leur éditeur scientifique : en 151613, l’imprimeur achève l’édition de Jérôme qu’Amerbach avait entreprise lorsque la mort l’a brutalement saisi. Dans une missive adressée au cardinal Domenico Grimani, homme de lettres distingué dont la bibliothèque viendra alimenter les collections de la Biblioteca Marciana à Venise, Érasme évoque l’achèvement de l’édition14. Il souligne combien Froben se distingue par l’emploi d’élégants caractères : « excuditur elegantissimis formulis divus Hieronymus ». L’édition suivante de ce même Père, en 1524, sera le fruit, cette fois, de la collaboration d’Érasme avec Froben et viendra détrôner la précédente15. Dans sa préface générale16, ce sont encore les aspects matériels, le papier comme la typographie, qu’Érasme place implicitement en regard de l’édition précédente (« chartis et formulis elegantioribus »), en usant d’un comparatif éloquent. Enfin, lorsqu’en 1529 l’officine frobénienne se lance dans une nouvelle édition d’Augustin, Érasme ne manque pas de rappeler une fois encore le caractère esthétique et majestueux de l’entreprise, qui s’impose avec évidence, comme le montre la force du verbe rapio, aux yeux de tous17 :

quo magis elegantia formularum ac maiestate voluminum oculos omnium ad se rapturus esset [(le livre) attirera plus encore tous les regards par l’élégance des caractères et la majesté des volumes].

  • 18 Les mêmes termes se retrouveront sous la plume de l’humaniste pour exalter les éditions ultérieures (...)

17L’édition de référence est d’abord affaire de mise en texte, d’œuvre offerte aux regards, mais aussi d’œuvre captivante par la clarté de ses caractères, son format in-folio, son papier choisi avec soin18.

2. Travail philologique

18Si dédicaces ou préfaces soulignent le soin matériel dont les imprimeurs entourent leurs éditions, l’apport des éditeurs scientifiques occupe une place plus privilégiée encore dans les discours paratextuels. Ce travail érudit est évoqué en trois motifs, qui reviennent de manière insistante et répétée sous la plume des préfaciers ou dans le dispositif inaugural de la page de titre : d’abord la recherche de manuscrits sur lesquels fonder l’édition, exemplaria qui se présentent dans leur état initial comme incomplets ou obscurcis par les injures du temps et l’incurie des copistes ; en second lieu, le choix des textes, qui passe par la mise en valeur des nouveautés retrouvées, la discrimination des apocryphes ; enfin, l’émendation, grâce à la critique textuelle interne ou externe, qui débouchera sur l’établissement définitif de la copie.

  • 19 Pour Augustin : « per omnes bibliothecas… Augustini libros gratia investigandi ; [Augustinus] ex Ge (...)
  • 20 Augustin, Liber epistolarum, [Bâle], [Iohann Amerbach], 1493 ; exemplaire consulté : bibliothèque S (...)

19Dans les textes qui préludent aux éditions de Johann Amerbach, une rhétorique similaire se fait entendre. Que ce soit dans la préface de Heynlin pour les œuvres d’Ambroise en 1492 ou dans celle d’Amerbach lui-même pour l’édition d’Augustin en 1506, l’accent est mis sur l’état initial d’une œuvre encore largement méconnue, disséminée géographiquement dans diverses bibliothèques d’Europe19. Ensuite l’importance de la mise en texte est rappelée : division en livres et chapitres, rédaction de résumés, puis, pour l’édition d’Augustin, ordre des livres qui reprend celui choisi par l’évêque d’Hippone lui-même dans ses Retractationes. Cette mise en espace du livre se veut emblématique d’un travail partagé entre l’éditeur scientifique et l’imprimeur. De même, l’édition de la correspondance d’Augustin, procurée par Amerbach en 149320, s’ouvre sur une page de titre publicitaire mettant en valeur la nouveauté des choix éditoriaux : introduction d’un commentaire et d’un résumé du contenu de chaque lettre ; le colophon conclut en reprenant ce thème et en ajoutant une remarque sur la qualité de l’impression matérielle :

Liber ep(isto)lar(um) : vigilanti accuratissimoq(ue) stu//dio eme(n)datar(um) atq(ue) impressar(um) : Argume(n)toru(m) quoq(ue) novor(um) praenotatio(n)e succincte et di//lucide expositar(um) [Correspondance corrigée et imprimée avec vigilance et très grand soin. Explicitée par une note liminaire présentant clairement et succinctement des analyses nouvelles].

  • 21 Diui Ambrosii Episcopi Mediolanensis omnia opera…, 1527, op. cit. Exemplaire consulté : Maison d’Ér (...)

20Les éditions frobéniennes s’ouvrent sur de constantes apologies du travail philologique ; cette rhétorique prend le pas sur les considérations matérielles relatives à la mise en texte, comme s’il était désormais acquis que l’espace du livre a atteint une forme canonique et que la nouveauté d’une édition réside plutôt dans le recours à l’érudition savante. L’édition des œuvres d’Ambroise préparée par Érasme pour Froben, en 1527, est présentée comme remarquable en raison d’un travail philologique minutieux, passant par la collation de divers manuscrits, la restitution de passages manquants – notamment de termes grecs – autant que par l’élimination des interpolations21. La page de titre le signale d’emblée :

Diui Ambrosii Episcopi Mediolanensis omnia opera, per eruditos uiros, ex accurata diuersorum codicum collatione emendata, Graecis quae uel aberant, uel erant corruptissima plerisque in locis feliciter restitutis [Œuvres complètes de saint Ambroise, évêque de Milan, corrigées par des érudits grâce à la collation soigneuse de divers manuscrits, avec restitution pertinente de la plupart des passages en grec, manquants ou corrompus].

21La préface d’Érasme à l’archevêque polonais Jean Laski le confirme, en un frappant parallélisme des expressions :

Quantum autem sudoris exhaustum sit in hoc restituendo, dum collatione veterum codicum emendantur depravata, restituuntur amputata, resecantur assuta, reponuntur Graeca, quae vel aberant prorsus vel figuris nihil significantibus fuerant addita, tuae prudentiae fuerit aestimare [Quelle sueur j’ai versée pour lui rendre la vie, collationnant les vieux manuscrits pour corriger les fautes, restituer les oublis, retrancher les interpolations, remplacer les mots grecs qui manquaient ou avaient été ajoutés dans des expressions qui ne voulaient rien dire, je laisse ta sagesse en juger].

  • 22 Augustin, Opera omnia, 1528-1529, op. cit. Voir Allen, VII, 2157.

22De même, en 1529, pour la nouvelle édition des Opera de saint Augustin, le discours de la page de titre trouve un écho parfait dans la préface adressée par Érasme à l’évêque de Tolède et primat d’Espagne, Alfonso Fonseca22. La page de titre fonctionne sur un mode publicitaire, mettant là encore en lumière la vigilance nécessaire au travail d’émendation, accompli jusqu’à obtenir une véritable résurrection d’Augustin :

Divi Augustini Aureliensis… operum omnium tomus primus, summa vigilantia repurgatorum a mendis innumeris per Des. Erasmum Roterodamum, ut optimo jure tantus ecclesiae doctor renatus videri possit [Tome premier des œuvres du divin Aurelius Augustin… purgées de fautes innombrables avec la plus grande vigilance par Erasme de Rotterdam, pour qu’on puisse considérer à bon droit qu’un si grand docteur de l’église est ressuscité].

23Le lecteur est pris à partie, convoqué comme témoin :

Inspice, lector et fateberis / hanc no(n) vanam esse pollicitationem [Examine l’ouvrage, lecteur, et tu avoueras que ce n’est pas une vaine promesse].

  • 23 Ibid., l. 376-379, l. 387-394 et l. 572.

24Puis, dans la préface, Érasme développe autour du thème central du labeur philologique une argumentation fondée sur les difficultés rencontrées pour rétablir l’œuvre dans sa pureté. Après avoir souligné l’état catastrophique du texte initial, imputable aux erreurs des copistes, il rappelle la rareté des manuscrits disponibles pour y remédier23 :

Atqui ni multos haberem testes qui operi excudendo vel praefuerunt vel adfuerunt, nemo mihi crediturus sit quantum mendarum offenderim ac sustulerim, etiam illinc ubi nihil esse depravatum putabatur. [Eh bien, si je n’avais le témoignage de ceux qui, nombreux, ont présidé à la fabrication de l’ouvrage ou y ont participé, personne ne voudrait croire combien j’ai rencontré de fautes, combien j’en ai enlevé même aux endroits où, pensait-on, il n’y avait rien d’erroné].

25Ici, les témoins invoqués sont d’autres érudits de la respublica literaria, collaborateurs de l’édition, qui peuvent attester le zèle déployé par le philologue, que son acharnement pousse à débusquer des fautes dans des passages qui avaient jusque-là échappé aux controverses. La philologie à l’œuvre est un travail, qui élimine du texte la plus infime trace de corruption.

  • 24 Jérôme, Omnium operum divi Eusebii Hieronymi Stridonensis…, 1516, op. cit. Exemplaire consulté : Bi (...)

26Qu’elle s’inscrive au cœur de la page de titre ou dans les méandres de l’épître dédicatoire, cette thématique de l’érudition est constante. Il faut pourtant remonter à la première édition patristique établie par Érasme aux côtés de Froben pour trouver l’origine et la raison de ce discours philologique récurrent. C’est en effet dans la préface au lecteur de la première édition des œuvres de Jérôme, en 1516, qu’Érasme, prenant la parole en tant qu’éditeur scientifique de la correspondance de Jérôme, pose les fondements d’un discours justificatif24. L’édition avait été envisagée par Amerbach dès 1506 ; mais sa mort, survenue en 1513, l’avait empêché, nous l’avons vu, d’y mettre la dernière main. L’arrivée d’Érasme à Bâle, dans l’officine de Froben, donne une impulsion nouvelle à l’entreprise. L’humaniste prend la responsabilité des quatre premiers volumes, qui rassemblent la correspondance de Jérôme, les cinq volumes suivants restant à la charge des fils Amerbach, tous également érudits. Dans son discours liminaire, Érasme tente de légitimer tout autant sa place au sein de l’entreprise que son activité savante. Il pose pour cela un principe intangible, emprunté aux Annotationes in Novum Testamentum de Lorenzo Valla, qui guidera par ailleurs toute son œuvre d’éditeur néo-testamentaire : la théologie doit le céder à la grammaire. Le philologue a le droit de toucher à un texte, fût-il sacré, pour le rétablir dans sa vérité. L’érudit accomplit là un renversement de l’ordre établi, une véritable révolution épistémologique. Cette position suppose l’accomplissement d’un double mouvement, à rebours de l’histoire : le philologue doit affronter la tradition et inverser la chronologie pour corriger des fautes admises depuis des siècles ; il doit également faire face à l’opinion commune, qui accepte les textes sacrés tels qu’ils ont été transmis et refuse l’intervention des savants. Mais Érasme se place sous une triple autorité pour revendiquer cette position novatrice : celle, ancienne, de Jérôme lui-même, corrigeant le texte biblique ; celle des humanistes de la génération antérieure comme Lorenzo Valla ; celle enfin de ses pairs, tel Jacques Lefèvre d’Étaples émendant les épîtres pauliniennes. La lettre se termine sur une tonalité nettement publicitaire, qui fonctionne comme un rappel de la page de titre.

27La page de titre offre les indications suivantes :

[…] cum argumentis et scholiis Des. Erasmi Roterodami, cuius opera potissimum emendata sunt quae antehac erant depravatissima et instaurata ea quae prius erant mutila [Avec les commentaires et les notes d’Érasme de Rotterdam, grâce auquel ont été amendés au mieux les passages jusqu’alors très corrompus et restaurés ceux qui étaient auparavant mutilés].

  • 25 Allen, II, 326, l. 133-135.

28Et la préface se termine sur une mise en valeur de la nouveauté de certains textes25 :

[…] per nos habet omnia quae superiores editiones complectebantur […] emendatiora […] nonnullis etiam additis [grâce à mes soins, le lecteur aura toute la matière qu’embrassaient les éditions antérieures, bien mieux corrigée qu’auparavant et accompagnée de certains compléments].

  • 26 Allen, II, 326, préface au lecteur pour l’édition de Jérôme en 1516.
  • 27 Allen, II, 396, préface à William Warham pour l’édition de Jérôme en 1516.
  • 28 Allen, X, 2774, préface à Chrysostome, Homiliae aliquot ad pietatem conducentes…, [Basilesae], Ex o (...)

29En dernier lieu, le philologue contribue à la construction de l’édition de référence par la discrimination des apocryphes, exercice périlleux dont Érasme, de ses premières tentatives à ses ultimes réalisations, souligne la difficulté par une subtile variation des termes employés (subditicii libri ; quod suppositum fuerit26 ; falso titulo27 ; notha ou nothis contaminata28).

3. Constitution d’un corpus

  • 29 AK I, 23. Ambroise, Divi Ambrosii Opera omnia…, [Bâle], [Iohann Amerbach], 1492.

30Les efforts conjugués de l’éditeur savant et de l’imprimeur culminent avec la tentative de constitution d’un véritable corpus patristique. Le souci de rassembler tous les textes d’un même auteur, voire toutes les œuvres des Pères, est constant, bien qu’il ne soit pas toujours clairement exprimé. Johann Heynlin manifeste la volonté d’offrir à la communauté lettrée un corpus patristique dans la préface à la première édition bâloise des œuvres d’Ambroise, que procure Johann Amerbach en 149229. S’adressant à son ami imprimeur, l’érudit chartreux trace ouvertement les grandes lignes d’un programme éditorial centré autour des quatre grands Pères de la latinité.

Optimis armis Ecclesiam Dei munisti per iteratam canonicorum veteris ac novi testamenti librorum impressionem. Superest ut et eam splendidioribus ornes instrumentis, id est sanctorum catholicorumque virorum opusculis. Inter quos praecipue hi quattuor egregii doctores Augustinus, Ambrosius, Hieronymus et Gregorius veluti clarissima sidera micant [Tu as procuré à l’Église de Dieu les meilleures armes par tes multiples éditions des livres canoniques de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il ne te reste plus qu’à l’orner de plus splendides instruments encore : les ouvrages des saints de la foi catholique. Parmi eux, tels des astres éclatants de clarté brillent ces quatre éminents docteurs que sont Augustin, Ambroise, Jérôme et Grégoire].

  • 30 Allen, VII, 1855, à Jean Laski.
  • 31 Opera Q. Septimii Florentis Tertulliani […] per Beatum Rhenanum […] e tenebris eruta, Basileae ; ex (...)
  • 32 Allen, VII, 1855, l. 210-213.
  • 33 Ibid., l. 18-20.
  • 34 Allen, IX, 2359 à Christophe de Stadion, évêque d’Augsbourg.

31Témoignant du même esprit, la préface des œuvres d’Ambroise publiées par la maison Froben, en 1527, fait allusion à d’autres éditions de docteurs de l’Église, sorties des mêmes presses30. Ces ouvrages, cités comme en passant (ainsi le Tertullien de Beatus Rhenanus de 1521 ou les œuvres d’Irénée, parues sous l’égide d’Érasme en 152031), concourent à former un ensemble cohérent quoique implicite32. Érasme y souligne également que les œuvres d’Ambroise ici rassemblées forment l’intégralité des textes connus de ce Père33. À partir de 1530, la visée de l’exhaustivité s’affirme : la préface d’Érasme à l’édition qu’il donne des œuvres du Père grec Jean Chrysostome inscrit l’ouvrage dans un programme patristique dont les premières réalisations sont rappelées et revendiquées, en une énumération d’une rhétorique toute cicéronienne, où seuls font défaut Irénée et Ambroise34.

Dedimus pridem… Hieronymum. Dedimus… Hilarium. Dedimus… Augustinum. Dedimus Cyprianum. Nunc prodit divus Ioannes Chrysostomus [Nous avons autrefois donné Jérôme au public ; nous avons donné Hilaire. Nous avons donné Augustin. Nous avons donné Cyprien. Voici que s’avance le divin Jean Chrysostome].

  • 35 Allen, VI, 1736 à Germain de Brie, qui aborde le projet d’une édition complète de Chrysostome.
  • 36 Ibid, l. 17-18.

32Ce Chrysostome, qualifié par ailleurs de complet (totus Chrysostomus)35, procède d’un désir conjoint de l’éditeur scientifique et de l’imprimeur36 :

Post dabitur oportunitas ut totus Chrysostomus a Frobenio excudatur [Ensuite l’occasion nous sera donnée de faire imprimer par Froben les œuvres complètes de Chrysostome].

  • 37 Allen, IX, 2611. Basile, Opera, Bâle, ex officina Frobeniana, 1532.

33Enfin, en 1532, dans la préface à l’édition des Opera de Basile, la volonté de l’imprimeur de produire un vrai corpus de patristique grecque selon un programme annuel est nettement attestée37 :

Decretum est quotannis huic negotio praelum unum dicare [On a décidé d’affecter chaque année une presse à cette tâche].

  • 38 AK 1, 293. Augustin, Opera…, Bâle, Iohann Amerbach, 1506.
  • 39 AK 1, 293, l. 17-18.

34La mission que s’assigne l’imprimerie de produire un corpus, au moins pour les Pères latins, n’est jamais si parfaitement exprimée qu’en 1506, dans la préface donnée par Amerbach au lecteur des œuvres d’Augustin38 : les membra disiecta d’un auteur doivent être rassemblés en un seul corps, affirme-t-il, un corpus (membratim Augustinum per (bibliothecas) divisum in unum corpus collecturum39). Les œuvres d’Augustin en version manuscrite ressemblent à un cadavre démembré dont les restes épars doivent être rassemblés. Comme le fera Érasme dans son édition d’Augustin en 1529, où il présentera l’auteur comme ressuscité (renatus), l’imprimerie accomplit le miracle de réunir un corps dépecé en un corpus unique.

II. — La mesure de la référence : réseaux et rhizomes

35Dans le dispositif paratextuel qui accompagne les éditions patristiques, éditeurs savants et imprimeurs se rejoignent pour mettre en valeur certaines caractéristiques – soin typographique, travail philologique et souci d’exhaustivité – qui signalent un ouvrage comme une édition qui prétend devenir l’édition de référence. Cependant les discours qui orchestrent la parution d’une œuvre trouvent-ils un écho dans les réseaux qui constituent la République des Lettres humaniste ? Ces éditions ne se construisent-elles pas dans un espace singulier ? Voulues et présentées comme novatrices et accomplies, sont-elles perçues comme telles par le public érudit ?

  • 40 Idem.
  • 41 The Correspondence of Iohann Amerbach : Early Printing in its Social Context, éd. B. C. Halporn, An (...)
  • 42 Allen, II, 396 à William Warham (l. 282-285).
  • 43 Allen, II, 334 (l. 120-135). Ces propos sont repris dans une lettre au pape Léon X (Allen, II, 335)
  • 44 Allen, VIII, 2157 à Alfonso Fonseca : « totum Augustinum reddent omnibus communem » (l. 352-353). A (...)

36La référence se veut d’abord œuvre collective. Les préfaces aux éditions patristiques, autant que la correspondance des éditeurs et imprimeurs, présentent la plupart du temps l’ouvrage comme un travail scientifique à plusieurs mains, auquel divers savants collaborent ; ces épîtres comportent fréquemment des appels à contribution destinés aux autres érudits. Dès 1506, dans la préface à l’édition des œuvres d’Augustin préparée par Amerbach, le travail collectif est valorisé : la chasse aux manuscrits a été menée avec succès par le chanoine Augustin Dodo tandis que le franciscain érudit Conrad Pellican assurait la mise en texte, divisant l’œuvre en parties40. Le travail éditorial s’inscrit ainsi dans un réseau humaniste et savant qui caractérise, selon Barbara Halporn, l’entourage du premier grand imprimeur bâlois41. De même en 1516, poursuivant pour le compte de Froben la préparation de l’édition de Jérôme entreprise par Amerbach, Érasme avoue dans la préface avoir sollicité son cercle de correspondants et d’érudits pour pallier ses propres faiblesses, notamment en hébreu42 ; il confirme son désir de collaboration avec d’autres humanistes dans une lettre, déjà citée, à Domenico Grimani43 : il assure avoir trouvé à Bâle un cercle d’érudits déjà à l’œuvre autour des presses de Froben. Ce réseau le dispense de faire appel, comme il en avait l’intention, aux savants italiens et aux bibliothèques de la péninsule pour compléter le travail de révision du texte entrepris en Angleterre. Mais, surtout, une édition de référence s’insère dans les réseaux de la respublica literaria humaniste en ce qu’elle vise le bien commun : c’est l’ambition affichée dans la préface à la nouvelle édition d’Augustin, en 1529, comme dans celle d’une édition de Chrysostome, en 152644.

37La référence est aussi une construction progressive. Si l’édition de référence s’inscrit dans des réseaux savants, elle est également au cœur des cercles éditoriaux : pour être considérée comme une référence, une édition doit aussi, et peut-être surtout, se situer par rapport à celles qui l’ont précédé.

  • 45 Allen, II, 326.
  • 46 Allen, II, 396, part. l. 268-275.
  • 47 Allen, V, 1465 et 1504.
  • 48 Allen, V, 1465, l. 7-10.
  • 49 Allen, V, 1465, l. 6-7.
  • 50 Allen, V, 1504, l. 30 : nitidior ; l. 39 : emendatior.
  • 51 Allen, V, 1504, l. 36-39.
  • 52 Allen, X, 2758, notamment l. 16-26. Jérôme, Opera, Paris, Claude Chevallon, 1533.

38Lorsqu’il rédige les épîtres dédicatoires pour la première version des œuvres de Jérôme, projetée par Amerbach et finalement éditée par Froben en 1516, Érasme cherche certes à asseoir sa légitimité d’éditeur nouvellement admis dans le cercle érudit bâlois ; mais il insiste tout autant sur la supériorité que présente cette édition par rapport aux productions antérieures. Ainsi en va-t-il dans la préface au lecteur45, dont la teneur est reprise dans la dédicace à William Warham46, avec l’emploi de comparatifs particulièrement significatifs comme emendatiora. Une nouvelle étape est franchie avec l’édition suivante de Jérôme, fruit de la collaboration privilégiée de Froben et d’érasme : en 1524, la comparaison est établie avec l’édition de 151647. Alors que l’édition préparée par Amerbach paraissait en son temps la meilleure de toutes (antecederet omnes48), la nouvelle représente, pour la forme matérielle49 comme pour la correction du texte50, un progrès par rapport à cette première édition de référence. La filiation entre les deux est encore soulignée, puisque la seconde édition, est-il précisé, propose toutes les œuvres antérieurement publiées ainsi que des textes complémentaires51. Enfin, en 1533, au soir de sa vie, Érasme participe à l’établissement d’une édition revue, qui paraît chez l’imprimeur parisien Claude Chevallon. Dans sa préface au lecteur, l’humaniste inscrit cette nouvelle version dans la lignée des éditions antérieures, qu’elle vise à remplacer52 : l’édition Froben, publiée dix ans auparavant, était un travail de jeunesse, le fruit d’une érudition et d’un soin encore insuffisant, avoue-t-il :

Itaque fateor me non uno modo peccasse, qui ad tam arduum negotium nec parem eruditionem nec iustam curam attulissem [Aussi j’avoue avoir péché, et de plus d’une façon, quand j’entrepris ce travail ardu sans y apporter une érudition suffisante et le soin nécessaire].

  • 53 Allen, VIII, 2157.

39La même progression se retrouve dans les deux préfaces aux éditions d’Augustin, celle de 1529 chez Froben puis celle de 1531 chez Chevallon. L’édition frobénienne se situe par rapport à celle d’Amerbach, parue en 1506, qu’elle vise à améliorer53 :

En totus solitoque nitidior venit […] divus […] Augustinus [Et voici que paraît le divin Augustin, plus brillant que jamais].

  • 54 Ibid., l. 347-353.
  • 55 Ibid., l. 369-372.
  • 56 Exemplaire consulté : BNF C 1065.

40Les difficultés d’Amerbach n’avaient d’égal que son acharnement à procurer une édition complète et le résultat était à la hauteur de ce que l’on pouvait espérer en une époque encore inexpérimentée54. L’édition de Froben vient parachever l’entreprise d’Amerbach, comme l’indique le balancement rhétorique priore negligentiaposteriore diligentia55. Enfin, dans la dernière édition publiée du vivant d’Érasme, celle de Chevallon, la filiation est poursuivie. Le nouvel éditeur scientifique, Jacob Haener, de Stuttgart, met l’accent sur l’amélioration qui résulte de la collation de nouveaux manuscrits, eux-mêmes placés en regard de l’édition frobénienne56.

  • 57 Selon l’expression « oculos omnium ad se rapturus » employée en 1529 dans la préface à l’édition d’ (...)
  • 58 La préface au lecteur de l’édition de Jérôme offre un exemple de cette hésitation sous la plume d’É (...)
  • 59 AK I, 355.

41L’ultime mesure de la référence est finalement le lecteur lui-même. Au discours justificatif et publicitaire composé par les éditeurs intellectuels et leurs imprimeurs, qui affirment de manière volontariste leur souhait d’établir une édition de référence, qu’ils mettent sous les yeux du public57, répond en dernière instance la réaction du public auquel sont destinées ces éditions patristiques. Quoique fluctuant et difficile à appréhender, sans que l’on sache toujours s’il est composé d’érudits ou de pieux lecteurs, une partie de ce public s’exprime néanmoins, directement ou non, à travers les correspondances qui nous ont été conservées58. L’édition d’Augustin, en 1506, rencontre le succès. Les encouragements ne manquent pas, qui sont prodigués à Amerbach pour poursuivre son édition de Jérôme ; en témoigne par exemple une missive de l’helléniste Rutger Rescius59 :

Vehementer placent libri s. patris Augustini… (Dicunt) quod Hieronymi sancti libros etiam velles imprimere. Qua de re vehementissime letor… [Les ouvrages du saint Père Augustin rencontrent un vif succès. On dit que tu veux aussi imprimer ceux de saint Jérôme, ce dont je me réjouis vivement].

  • 60 Allen, VIII, 2197.

42Les éditions érasmiennes de saint Jean Chrysostome rencontrent le même écho. En 1529, le moine chartreux Livinus Ammonius prodigue ses remerciements à Érasme après la publication des Aliquot opuscula sous les presses des Froben60 :

Habeo tibi gratiam quantum possum maximam […] pro libello vere aureo quem […] nobis omnibus aedidisti. [J’ai pour toi la plus grande reconnaissance […] pour le petit livre – précieux assurément… que tu as édité pour nous tous].

  • 61 Bibliothèque Mazarine, Paris, cotes 1418 à 1426.

43Ainsi le texte se construit-il aussi par la lecture qu’en font ses lecteurs, « compagnons de méditation » avec lesquels il est possible de dialoguer et de faire évoluer l’œuvre. Quel meilleur exemple en donner que cet exemplaire des œuvres de Jérôme conservé à la bibliothèque Mazarine, où un lecteur s’est constitué sa propre « édition de référence »61 ? Il a rassemblé en un unique recueil deux éditions de Froben : celle de 1516 pour les œuvres, celle de 1524 pour la correspondance ; sous la même reliure figure un index des lettres dû à Conrad Pellican.

44Les caractères internes à l’édition (comme la qualité philologique du texte, le soin apporté à son impression, la nouveauté ou l’exhaustivité du choix des textes publiés), les commentaires qu’elle suscite à l’extérieur (la notoriété qu’elle acquiert, la publicité imaginée par l’imprimeur) concourent à forger l’image de ce qu’a pu représenter pour les humanistes du début du xvie siècle une édition de référence. Le rapport aux œuvres des Pères de l’église s’en trouve profondément modifié. Au Moyen Âge, la lecture des Pères suppose une relation d’autorité au texte, dans la mesure où les œuvres partielles rassemblées en recueils concourent à la construction théologique. La Renaissance renouvelle le rapport du lecteur au texte sacré. L’édition de référence ne propose plus seulement un texte dans sa vérité, fût-elle philologique ; elle suppose également une organisation du savoir dans sa matérialité, à travers la typographie, le souci de clarté qui se fait jour dans la mise en page et la mise en texte, le découpage en livres et chapitres, la monumentalité du texte imprimé, dont le format est souvent l’in-folio, composé d’un nombre parfois important de volumes. Elle donne enfin une image de ce savoir dans sa complétude : les œuvres ne sont plus publiées de manière fragmentaire, mais dans leur intégralité, voire sous forme d’œuvres complètes. L’édition de référence organise pour le lecteur des possibilités de parcours de lecture grâce aux index, tables, titres courants et manchettes. Elle manifeste, finalement, un nouveau rapport au texte ou à ses commentaires qui signe l’avènement d’une lecture véritablement humaniste.

Notes

1 Sur l’histoire de la lecture entre Antiquité tardive, Moyen Âge et temps modernes, on lira l’ouvrage passionnant de Brian Stock, Bibliothèques intérieures, Grenoble, 2005, part. à propos de la lectio divina, « Lecture, éthique et imagination littéraire », p. 22-43. Voir aussi Lire et prier les Écritures : la tradition monastique de la lectio divina, dir. B. Poupard et J. Kahn, Bruxelles, 2010, et R. Studzinski, Reading to Live : the Evolving Practice of Lectio Divina, Collegeville (MN), 2009.

2 Voir J. de Ghellinck, Patristique et Moyen Âge : études d’histoire littéraire et doctrinale, Bruxelles/Paris, 1946-1961.

3 B. Stock, Bibliothèques intérieures…, p. 41-43.

4 Id., « Le corps, l’esprit, la lecture », dans ibid., p. 160-161.

5 Voir J. de Ghellinck, Patristique et Moyen Âge…, p. 247.

6 À l’exception du colloque tenu à Florence sous l’égide de la Sismel en 2003, consacré à l’aspect particulier des éditions princeps, et publié sous le titre « Editiones principes » delle opere dei padri greci e latini, éd. Mariarosa Cortesi, Florence, 2006.

7 Les Pères de l’Église au xviie siècle, éd. E. Bury et B. Meunier, Paris, 1993.

8 The Reception of the Church Fathers in the West, from the Carolingians to the Maurists, éd. I. Backus, Leyde, 1997.

9 Ambroise, Divi Ambrosii Opera omnia…, [Bâle], [Iohann Amerbach], 1492, 2°. Diui Ambrosii Episcopi Mediolanensis omnia opera…, Apud inclytam Basileam, [Apud Ioannem Frobenium], 1527, f°. Augustin, Liber epistolarum…, [Bâle], [Iohann Amerbach], 1493, 2°. Opera…, Ex officina nostra Basileae, Ioannes tres Amorbachius, Petri et Froben, 1506, 2°. Divi Aurelii Augustini… omnia opera, Basileae, [Froben], 1528-1529, 2°. Jérôme, Omnium operum divi Eusebii Hieronymi Stridonensis…, Apud inclytam Basileam, ex accuratissima officina Frobeniana, 1516, 2°. Sancti Hieronymi lucubrationes omnes…, Basileae, apud I. Frobenium, 1524-1526, 2°. Hieronymi Opera…, Parisiis, apud C. Chevallonium, 1533, 2°.

10 Die Amerbachkorrespondenz, éd. A. Hartmann, Bâle, 1942, Ann Arbor, 2000 ; cette édition sera désignée par les initiales AK suivies de l’indication du tome et du numéro de la lettre ; Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami. Denuo recognitum et auctum per P. S. Allen, H. M. Allen et H. W. Garrod, Oxford, 1906-1958, I-XII. Cette édition sera désignée par le seul nom d’Allen, suivi de l’indication du tome et du numéro de la lettre. La traduction française est celle de l’édition d’A. Gerlo, La correspondance d’Erasme, Bruxelles, 1967-1984, revue par mes soins.

11 AK 1, 23, de Iohann Heynlin à l’imprimeur Iohann Amerbach.

12 AK I, 293, au lecteur.

13 Omnium operum divi Eusebii Hieronymi Stridonensis…, 1516, op. cit..

14 Allen, II, 334, l. 130-131.

15 Sancti Hieronymi lucubrationes omnes…, op. cit.

16 Allen, V, 1465, à William Warham, préface générale à la seconde édition de saint Jérôme chez Froben, 1424-1426.

17 Allen, VIII, 2157, l. 506-507, à Alfonso Fonseca, archevêque de Tolède et Primat d’Espagne, préface à la nouvelle édition d’Augustin chez Froben, 1529. Augustin, Divi Aurelii Augustini… Opera omnia, 1528-1529, op. cit. ; exemplaire consulté : Bibliothèque nationale de France, Res C 462.

18 Les mêmes termes se retrouveront sous la plume de l’humaniste pour exalter les éditions ultérieures du Père grec Jean Chrysostome, que l’atelier de Froben procurera dans les années 1530 (maiestas, amplitudo chartarum, elegantia dignitasque formularum) : cf. Allen, IX, 2359, préface aux Opera de Chrysostome, 1530 (l. 26-28).

19 Pour Augustin : « per omnes bibliothecas… Augustini libros gratia investigandi ; [Augustinus] ex Germania, Gallia Italiaque ad me traductus » (AK I, 293, préface à Augustin, 1506, l. 12-13 et l. 20). S’agissant d’Ambroise : « exemplaria a longe distantibus regionibus… congregata » (AK I, 23, préface à Ambroise, 1492, l. 25-26). Augustin, Opera, 1506, op. cit. et Ambroise, Divi Ambrosii Opera omnia…, [Bâle], [Iohann Amerbach], 1492.

20 Augustin, Liber epistolarum, [Bâle], [Iohann Amerbach], 1493 ; exemplaire consulté : bibliothèque Sainte-Geneviève (Paris), Res. OEXV 645.

21 Diui Ambrosii Episcopi Mediolanensis omnia opera…, 1527, op. cit. Exemplaire consulté : Maison d’Érasme E 387.

22 Augustin, Opera omnia, 1528-1529, op. cit. Voir Allen, VII, 2157.

23 Ibid., l. 376-379, l. 387-394 et l. 572.

24 Jérôme, Omnium operum divi Eusebii Hieronymi Stridonensis…, 1516, op. cit. Exemplaire consulté : Bibliothèque nationale de France, Arsenal Fol. T 1084. Allen, II, 326, au lecteur.

25 Allen, II, 326, l. 133-135.

26 Allen, II, 326, préface au lecteur pour l’édition de Jérôme en 1516.

27 Allen, II, 396, préface à William Warham pour l’édition de Jérôme en 1516.

28 Allen, X, 2774, préface à Chrysostome, Homiliae aliquot ad pietatem conducentes…, [Basilesae], Ex officina Frobeniana [po Hieronymum Frobenium ac Nicolaum Episcopium], 1533, 2°.

29 AK I, 23. Ambroise, Divi Ambrosii Opera omnia…, [Bâle], [Iohann Amerbach], 1492.

30 Allen, VII, 1855, à Jean Laski.

31 Opera Q. Septimii Florentis Tertulliani […] per Beatum Rhenanum […] e tenebris eruta, Basileae ; ex officina Frobeniana, 1521 ; Opus eruditissimum divi Irenaei […] emendatum opera Des. Erasmi Roterodami, Apud Inclytam Basileam, [Froben], 1526, 2°.

32 Allen, VII, 1855, l. 210-213.

33 Ibid., l. 18-20.

34 Allen, IX, 2359 à Christophe de Stadion, évêque d’Augsbourg.

35 Allen, VI, 1736 à Germain de Brie, qui aborde le projet d’une édition complète de Chrysostome.

36 Ibid, l. 17-18.

37 Allen, IX, 2611. Basile, Opera, Bâle, ex officina Frobeniana, 1532.

38 AK 1, 293. Augustin, Opera…, Bâle, Iohann Amerbach, 1506.

39 AK 1, 293, l. 17-18.

40 Idem.

41 The Correspondence of Iohann Amerbach : Early Printing in its Social Context, éd. B. C. Halporn, Ann Arbor, 2000, part. chap. 3 : « The scholarly and intellectual network », et chap. 9 : « Patristic editions ».

42 Allen, II, 396 à William Warham (l. 282-285).

43 Allen, II, 334 (l. 120-135). Ces propos sont repris dans une lettre au pape Léon X (Allen, II, 335).

44 Allen, VIII, 2157 à Alfonso Fonseca : « totum Augustinum reddent omnibus communem » (l. 352-353). Allen, VI, 1734 à Polydore Virgile, préface à In epistolas ad Philippenses, 1526 : « publico studiorum nomine ».

45 Allen, II, 326.

46 Allen, II, 396, part. l. 268-275.

47 Allen, V, 1465 et 1504.

48 Allen, V, 1465, l. 7-10.

49 Allen, V, 1465, l. 6-7.

50 Allen, V, 1504, l. 30 : nitidior ; l. 39 : emendatior.

51 Allen, V, 1504, l. 36-39.

52 Allen, X, 2758, notamment l. 16-26. Jérôme, Opera, Paris, Claude Chevallon, 1533.

53 Allen, VIII, 2157.

54 Ibid., l. 347-353.

55 Ibid., l. 369-372.

56 Exemplaire consulté : BNF C 1065.

57 Selon l’expression « oculos omnium ad se rapturus » employée en 1529 dans la préface à l’édition d’Augustin (Allen, VIII, 2157).

58 La préface au lecteur de l’édition de Jérôme offre un exemple de cette hésitation sous la plume d’Érasme : des studiosi auxquels s’adresse la lettre ou eruditissimi magnique iudicii viri des premières lignes de l’épître (l. 3-4), on passe à un public plus large évoqué à la fin : eruditi pariter et ineruditi (l. 136-137). Allen, II, 326. La préface à l’édition Chevallon de 1533 renforce cette impression de brouillage : le public de l’édition frobénienne est finalement qualifié de pieux mais peu lettré (« non hominis eruditis, sed quibusdam piis quidem verum illiteratis »).

59 AK I, 355.

60 Allen, VIII, 2197.

61 Bibliothèque Mazarine, Paris, cotes 1418 à 1426.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search