Version classiqueVersion mobile

De l’autorité à la référence

 | 
Isabelle Diu
, 
Raphaële Mouren

Première partie. Éditer et étudier les Anciens

Auteur, autorité, référence dans le livre humaniste (xve-xvie siècles)1

Raphaële Mouren

Résumé

Les questions d’autorité et d’auctorialité sont abordées ici plus particulièrement par la place de l’éditeur scientifique de l’œuvre d’autrui, de l’humaniste qui prépare les éditions de textes antiques au seizième siècle, dans l’idée d’une réflexion sur la naissance de la notion de « référence » : édition, éditeur de référence d’un texte antique particulier ou d’un ensemble de textes. Les questions méthodologiques sont abordées, en lien avec l’historiographie récente et des exemples types sont décrits, permettant de donner une idée des apports de diverses sources disponibles : les livres anciens avant tout, mais aussi, par exemple, les correspondances. L’humaniste absent ou invisible, l’auteur remplacé par un autre, les auteurs trop nombreux sont autant de cas que l’on rencontre.

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été facilité par le programme de numérisation de la Bayerische Staatsbibliothek (Munic (...)
  • 2 Nous laissons ici de côté l’abondante bibliographie existant sur la question de l’auctor, de l’acto (...)
  • 3 De l’autorité : colloque annuel 2007, dir. A. Compagnon, Paris, 2008. Michèle Clément, dans un arti (...)
  • 4 R. Bodenmann, « L’auteur et son nom de plume : autopsie d’un choix. Le cas des pays francophones et (...)
  • 5 Anonymity in Early Modern England : “What’s in a name ?”, éd. J. Wright Tarner et B. Howard Traiste (...)
  • 6 Qui écrit ? Figures de l’auteur et poids des co-élaborateurs du texte de la fin du manuscrit à la R (...)

1Les questions d’autorité et d’auctorialité au début de l’époque moderne ont fait l’objet d’études récentes dans plusieurs domaines2. En 2008 est sorti De l’autorité, consacré à cette notion et à son évolution au fil du temps ; il s’agissait des actes du colloque annuel du Collège de France de 2007, organisé par Antoine Compagnon, professeur de littérature au Collège de France et héritier du structuralisme3. Du côté de l’auteur et de l’auctorialité, rappelons l’ouvrage collectif L’auteur à la Renaissance, publié en 2009 par le Musée de la maison d’Érasme chez Brepols, et tout particulièrement le lumineux article introductif de Reinhardt Bodenmann, qui pose de nombreuses questions et tente d’apporter des réponses sur l’auteur, et celui de Malcom Walsby, consacré à l’anonymat de l’auteur, qui permet de poser, lui aussi, des questions essentielles4. L’anonymat est un angle d’étude actuel : en février 2011 sortait par exemple Anonymity in Early Modern England5 ; en octobre 2011, un colloque sur L’anonymat de l’œuvre à l’époque moderne (xvie-xviiie siècle) était organisé à Aix-en-Provence par le Centre interdisciplinaire d’étude des littératures – Aix-Marseille, suite logique du colloque « L’anonymat de l’œuvre au Moyen Âge », qui s’était tenu en mai 2010. Rappelons aussi le colloque Qui écrit ? Figures de l’auteur et poids des co-élaborateurs du texte de la fin du manuscrit à la Révolution, dont les actes, réunis par Martine Furno en 2009 aux presses de l’École normale supérieure de Lyon dans la collection de l’Institut d’histoire du livre, contiennent une partie intitulée « De l’autorité », consacrée à Robert et Charles Estienne, et un article de Martine Furno sur Robert Estienne et la notion d’auctoritas ; ou encore L’émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance, paru en 2008 aux Presses de l’université de Saint-Étienne, ouvrage dont la longue et riche introduction, due à Michèle Clément, arpente le même terrain6.

  • 7 J. De Landtsheer, « Le privilège : un droit de l’auteur ou de l’éditeur ? À propos de Juste Lipse e (...)
  • 8 Ead., « Les pages de titre dans l’œuvre de Juste Lipse (1547-1566) », dans La page de titre à la Re (...)

2Toutefois, la question qui nous intéresse ici, celle de la place de l’éditeur scientifique de l’œuvre d’autrui (de l’humaniste qui prépare les livres), a été presque complètement laissée de côté. Janine de Lantsheer a abordé, dans L’auteur à la Renaissance, la question du destinataire du privilège pour une édition antique (éditeur scientifique ou éditeur commercial) en étudiant le cas de Juste Lipse aux Pays-Bas dans les années 15607. Elle a également analysé la place réservée au nom de l’éditeur scientifique sur la page de titre dans une communication publiée en 2008 dans La page de titre à la Renaissance, sous la direction de Jean-François Gilmont et Alexandre Vanautgaerden, par le Musée de la maison d’Érasme8.

  • 9 M. Clément, « Nom d’auteur et identité littéraire… », p. 73 : « Que signifie l’inscription du nom d (...)
  • 10 M. Clément, « Nom d’auteur… », opcit., p. 73-101 ; R. Bodenmann, « L’auteur et son nom de plume… (...)
  • 11 M. M. Smith, The Title-Page : Its Early Development 1460-1510, Londres/New Castle, 2000.

3La place de l’éditeur scientifique des œuvres de l’Antiquité doit-elle être étudiée de la même façon que celle des auteurs, au sens de créateurs, spécialement en langues vernaculaires ? Pensons par exemple à l’apparition du nom de l’auteur, avec la naissance et l’évolution de la page de titre, ou bien encore aux formes que prend l’indication de l’auteur dans le livre, que ce soit au titre ou ailleurs – pièces liminaires, colophon… et, bien sûr, le message que porte cette indication9. Je renvoie ici à l’article paru tout récemment de Michèle Clément dans Réforme, humanisme, Renaissance, qui pose ces questions, ainsi qu’au chapitre déjà cité de Reinhard Bodenmann, qui s’attarde en particulier sur les formes de la latinisation des noms et aux compléments de ce dernier, en particulier la présence d’adjectifs géographiques10. On remarquera à nouveau que la question est pratiquement absente du livre collectif La page de titre à la Renaissance, comme si la question de la présence au titre de l’humaniste, celui que l’on appelle aujourd’hui « auteur secondaire » ne posait pas question. Le sujet est, de la même façon, complètement absent du livre de Margaret Smith, The title-page11. Il est aisé pourtant de voir que souvent, la présence ou l’absence du nom de l’auteur au titre tient à des motifs complexes, des choix conscients de l’imprimeur-libraire.

  • 12 Cette question est posée par Michèle Clément dans son introduction au volume L’émergence des femmes (...)

4Revenons sur la question de l’adresse, en l’espèce de la préface ou, plus souvent, de l’épître dédicatoire. Cet espace si mouvant du livre, paratexte du point de vue d’un littéraire, mais, pour l’historien, partie du livre extrêmement importante, partie intégrante du livre, est-il le lieu où nous pouvons voir émerger l’humaniste comme auteur, non pas simplement lorsqu’il signe l’épître, mais plutôt lorsqu’il apparaît comme dédicataire, comme pair à qui s’adresse un autre humaniste, ou bien comme autorité à qui s’adresse l’imprimeur ?12 Se poser la question de savoir qui adresse des éditions à un humaniste, et à partir de quand, ne renvoie bien entendu pas, ou très peu, à la question de la réception : ce n’est pas le nom du destinataire qui permet de savoir si une édition est destinée à un public de savants ou à des maîtres d’école et leurs élèves, mais plutôt, en général, la structure même du livre, la présence de commentaires, etc.

  • 13 « L’hypothèse ici est qu’il se passe quelque chose au xvie siècle […] à savoir le glissement de l’a (...)

5Qu’en est-il, alors, dans l’histoire du livre savant ? On attribue généralement aux humanistes (aux philologues éditant les auteurs antiques) un rôle central dans le changement de système de valeurs qui passe de l’autorité à l’auctorialité13. Mais quelle place tiennent réellement les humanistes dans ce nouveau système de valeurs ? Comment s’organise ce dernier dans leur domaine particulier ? Est-ce pendant le Second humanisme, celui qui, au xvie siècle, a pris possession du livre imprimé et fait évoluer rapidement à partir des années 1520 les principes d’édition des œuvres antiques, que naît l’organisation encore en vigueur aujourd’hui, du moins dans le domaine des textes de l’Antiquité, ce système qui désigne une « édition de référence », une « collection de référence », un ou plusieurs « éditeurs de référence » que chaque chercheur, chaque étudiant doit savoir identifier et utiliser à bon escient ?

6La question de l’éditeur (matériel) de référence renvoie évidemment à ces imprimeurs-libraires aujourd’hui révérés que sont Alde Manuce, Johann Froben, Robert et Henri Estienne, les prédecesseurs de Teubner ou Oxford dans le domaine des textes antiques. Ces éditeurs ont-ils, à leur époque, acquis le statut d’éditeur de référence ? La question de la collection de référence fait aussi penser à Alde Manuce et à ses petits in octavo imprimés en caractères italiques.

7La question de l’éditeur (scientifique) de référence renvoie autant aux plus célèbres des humanistes dont chaque livre est attendu avec impatience (ou pas ?) avant sa sortie, qu’à des œuvres de l’Antiquité dont, très vite ou plus lentement, une édition spécifique serait devenue (ou pas ?) l’édition utilisée par tous, parfois pendant plusieurs siècles. Pensons par exemple aux livres que l’on trouve dans la bibliothèque de Montesquieu deux siècles plus tard, ou aux rééditions de textes établis au milieu du xvie siècle mais que les éditeurs reprennent encore au xviiie siècle, voire au siècle suivant. L’émergence d’un auteur de référence est une question qui doit s’étudier, lorsqu’on regarde le livre imprimé lui-même, en lien étroit avec la question plus vaste, mais pas plus simple, de l’identification de cet auteur que l’on dit aujourd’hui secondaire.

  • 14 Rhetores in hoc uolumine habentur hi, Aphthonii sophistae progymnasmata. Hermogenis ars Rhetorica. (...)

8Quant à l’approche consistant à identifier si, et à partir de quand, se détache une « édition de référence », elle demande de contourner certains écueils. Ainsi, par exemple, la magnifique édition in folio des œuvres d’Aristote, publiée en 1498 mais incomplète – car la Rhétorique et la Poétique sont publiées dans le recueil séparé des traités de rhétorique de divers auteurs – est par force l’édition de référence tant qu’elle est la seule existante14. La question est donc à regarder sur une chronologie parfois longue. De la même façon, les œuvres complètes de Cicéron, parues en 1536 à Venise chez les Giunti, concurrents directs des Manuce, sortent alors qu’il n’y avait pas d’édition complète de Cicéron en vente en Europe ; au reste, les éditions séparées des œuvres de Cicéron étaient parfois anciennes de plus de vingt ans. L’édition vénitienne de 1536 est donc beaucoup utilisée mais aussi, conséquence naturelle, réimprimée, avec ou sans corrections, dans d’autres villes d’Europe : par Robert Estienne à Paris, par Sébastien Gryphe à Lyon, deux imprimeurs-libraires qui pour nous aujourd’hui sont parmi les plus importants de leur temps. Nous verrons toutefois qu’à propos de cet ensemble de livres, les imprimeurs mettent en œuvre des stratégies qui pourraient nous paraître étonnantes.

  • 15 Ces recherches ont été commencées à l’occasion d’une journée d’études organisée par le groupe Aix 1 (...)

9Pour mener une telle étude, il faut donc regarder les livres, en particulier les pages de titre et la place, sur celles-ci, du nom de l’auteur antique, de celui de l’éditeur scientifique et, dans certains cas, de celui de l’imprimeur-libraire15. Il faut aussi parcourir les correspondances, y chercher des traces des préférences marquées par la République des Lettres entre plusieurs éditions du même texte. Ainsi, au milieu du xvie siècle, dans un échange de lettres entre deux savants s’interrogeant sur la forme originale d’une phrase ou d’un passage transmis par les manuscrits médiévaux sous une forme aberrante, on peut trouver parfois sous la plume de l’un d’eux : « Que dit l’Aldine ? ».

10Les exemples présentés ici ont été relevés au cours d’études précédentes menées sur les éditions humanistes des classiques grecs et romains. Ils sont, pour certains, la manifestation d’une tendance profonde de l’époque, pour d’autres, des exemples isolés dont on ne peut pas tirer de conclusions générales.

I. — L’humaniste absent

  • 16 Ξενοφῶντος Ἀποµνηµονευµάτων πρῶτον, Florentiæ, apud Iuntas, 1551, 8°, 208, [3] p. Λύσις ἠ περὶ φιλί (...)

11En étudiant, à l’époque de mes premières recherches sur l’humaniste florentin Piero Vettori (1499-1585), les livres dont il a été l’éditeur scientifique – dont il a établi le texte – j’ai rencontré des situations fort différentes. Un des cas qu’il a fallu chercher à expliquer est celui des pages de titre portant un nombre très réduit d’informations. Nous trouvons en effet parmi ses livres plusieurs pages de titre d’éditions d’auteurs anciens, sans traduction ni commentaires. Ces pages de titre donnent des informations particulièrement incomplètes : rien n’indique qui est l’éditeur scientifique ni même qui est l’éditeur matériel. C’est le cas de deux petits livres publiés en 1551. Le premier contient les Mémorables de Xénophon (fig. 1), le second, un dialogue de Platon, Lysis16.

  • 17 Marques Z1049-A50 (EDIT16, n° CNCM 485) et V68 (EDIT16, n° CNCM 776).

12Le Lysis ne porte ni le nom de l’auteur de l’œuvre, Platon, ni celui de l’humaniste qui a préparé l’édition, ni le nom de l’imprimeur-libraire. Les deux ouvrages portent sur la page de titre deux marques typographiques presque semblables, représentant un serpent enroulé autour d’un lys qui vient de muer et perdre sa vieille peau, tombée à terre17. Ces marques ne permettaient peut-être pas à tous d’identifier sur le champ l’imprimeur.

  • 18 Λύσις ἠ περὶ φιλίας µαιευτικὸς. τὰ τοῦ διαλόγου πρόσωπα, opcit., f. 2.

13Pour expliquer cette absence d’informations, l’historien du livre doit se pencher sur l’histoire de l’enseignement et de l’étude des auteurs anciens. Tout d’abord, il faut bien entendu ouvrir les livres. Les deux éditions portent une épître dédicatoire adressée par Piero Vettori à « ses concitoyens étudiant le grec » : « Petrus Victorius ciuib. suis, Graecarum artium studiosis salutem »18. Ces deux lettres sont datées du 3 des nones de novembre 1551, et du 5 des calendes de février 1551, c’est à dire du 3 novembre 1551 et du 28 janvier 1552. La première date en particulier est significative ; elle correspond à la rentrée universitaire, qui se faisait à la Toussaint. Les épîtres nous apprennent que les deux petits ouvrages in octavo ont été préparés par Piero Vettori, et imprimés à Florence, où il était professeur de grec. Cet auteur secondaire est bien présent dans le livre, à travers ces dédicaces, mais pas au titre. Comment l’expliquer ?

  • 19 ∆ηµητρίου Φαληρἐως περὶ ἑρµηνείας, Demetrii Phalerei de elocutione, [Florentiæ], [Iunta], [1542], 8 (...)
  • 20 ∆ηµητρίου Φαληρέως περὶ ἑρµηνείας, Demetrei Phalerei de elocutione, Florentiae, apud Iuntas, 1552, (...)
  • 21 Voir l’étude déjà menée : R. Mouren, « Le photocopillage au temps de l’imprimerie artisanale : Pier (...)

14Une explication peut être donnée par un troisième livre, qui porte encore moins d’indications : il s’agit de l’édition du petit traité de rhétorique alors attribué à Démétrios de Phalère, qui avait été publié neuf ans plus tôt, en 154219. Sur la page de titre, nulle autre indication que le titre de l’ouvrage, en latin et en grec. Il n’y a pas de pièces liminaires, et le livre ne comporte aucune indication sur l’éditeur scientifique ni sur l’imprimeur. Le colophon indique seulement qu’il a été imprimé à Florence. Mais les correspondances privées, l’étude des caractères utilisés ainsi que l’existence de deux autres éditions, l’une de 1552, l’autre de 1562, dues à Piero Vettori, permettent de lui attribuer la préparation de ce petit livre qui donne l’impression d’avoir été imprimé sans soin, et qui n’est revendiqué par personne20. Elles permettent aussi d’attribuer l’impression de ces trois livres aux imprimeurs Giunti de Florence21.

15Comment expliquer qu’il y ait aussi peu d’informations sur ces livres ? Les indices contenus par les livres et les correspondances nous donnent une explication, fort simple. Ces livres sont tout simplement une forme de reproduction non corrigée d’une version existante des textes, isolée, destinée à être mise à disposition des étudiants de Piero Vettori qui a l’intention d’étudier ces textes dans ses cours pendant l’année universitaire : en somme, l’ancêtre de la photocopie.

16En effet, la seule version disponible du traité de Pseudo-Démétrios se trouvait dans le recueil de traités de rhétorique in folio publié bien des années plus tôt par Alde Manuce : non seulement il devait être très cher, mais, en outre, il devait être à peu près introuvable. Sans doute les étudiants n’étaient pas non plus enthousiastes à l’idée de recopier entièrement les textes à la main avant le début des cours. En 1551-1552, Vettori étudie les Mémorables à partir de novembre, et, sans doute, Lysis à partir de février.

17Les imprimeurs-libraires, seuls maîtres de la page de titre, ont choisi : personne ne revendique sur celle-ci ces livres qui n’en sont pas, ni l’éditeur scientifique, ni eux-mêmes, les Giunti. Les marques au serpent du Xénophon et du Platon ne sont pas les plus connues des Giunti, qui utilisent généralement de très nombreuses marques représentant une fleur de lys ou bien les armes des Médicis. Le lys, ici représenté sous la forme de la plante entière, n’est donc pas immédiatement identifiable. Quant au Démétrios, il ne porte aucune marque. En revanche, après avoir étudié le texte avec ses étudiants en 1542, Vettori continue à y travailler pendant plusieurs années avant de proposer, dix ans plus tard, une réelle édition ; celle-ci, porte, sur la page de titre, le nom de l’imprimeur-libraire : « apud Iuntas ». Elle porte aussi les deux marques typographiques utilisées à cette époque par les Giunti : l’une au titre, la seconde sur la dernière page (fig. 2 et 3).

  • 22 Ἀριστότελους Ἠθικῶν Νικοµαχείων βιβλία δέκα, Aristotelis De moribus ad Nicomachum filium libri dece (...)
  • 23 Πορφυρίου Φιλοσόφου, περὶ ἀπωκῆς ἐµψύχων βιβλία τέσσαρα, τοῦ αὐτοῦ τῶν πρὸς τὰ νοητὰ ἀφορµῶν. Μιχαὴ (...)
  • 24 La Politique est dédicacée à son ami Giovanni Della Casa, Cicéron à Niccolò Ardinghelli et Bartolom (...)

18Pourtant, comme souvent dans les éditions préparées par Piero Vettori – lorsqu’elles ne sont pas accompagnées d’un commentaire –, son nom n’apparaît pas non plus au titre du Démétrios en 1552. Il en est de même dans d’autres livres préparés par lui qui sont imprimés par les Giunti à Venise et Florence à cette époque : l’Éthique à Nicomaque (1547) d’Aristote, la Politique (parue la même année 1552)22, les œuvres complètes de Cicéron de 1536, Porphyre (1548)…23 Mais tous ces livres, dont le titre oublie le nom de l’éditeur scientifique, portent aussi une épître dédicatoire signée par Piero Vettori : dans certains cas, elle est adressée à « ses concitoyens étudiant le grec », lorsque les livres s’adressent plus particulièrement à ceux qui suivent ses cours, étudiants mais aussi érudits ; dans d’autres cas, l’épître est adressée à ses protecteurs et amis les plus proches24. Même si, très régulièrement, Piero Vettori n’est pas présent au titre de ses livres, il en signe en réalité toujours les épîtres dédicatoires, chez tous ses imprimeurs-libraires : ceux-ci n’occupent jamais cet espace – pourtant régulièrement partagé entre l’auteur et l’imprimeur – que sont les pièces liminaires. Les épîtres sont le moyen pour Piero Vettori de revendiquer la paternité de ses éditions, d’y présenter sa méthode de travail et ses difficultés.

  • 25 « […] Platonis aliquid epularum uobis apponere uolui, ut elegantiarum uerborum numerosque doctissim (...)
  • 26 « Libellum autem hunc, commodi uestri causa, non nullis locis purgatum, separatim a reliquo opere, (...)
  • 27 Voir l’étude de Stefano Martinelli Tempesta, La tradizione testuale del Liside di Platone, Florence (...)

19L’humaniste a donc agi, pour Xénophon et Platon, de la même façon que pour tous ses autres livres : il les revendique par une épître dédicatoire. Celle du Lysis est adressée à ses étudiants, à qui il explique que, après avoir étudié avec eux l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, il a voulu choisir un dialogue de Platon, pour leur faire lire un auteur savant au style élégant et raffiné25. Il termine aussi cette épître très courte (à peine plus d’une page in octavo) en précisant qu’il a préparé (il emploie le terme désignant l’édition scientifique, « curaui ») ce petit livre pour la commodité de ses étudiants, en le proposant en édition séparée du reste de l’œuvre de Platon, corrigé en de nombreux endroits26. C’est en effet le cas, et Lysis est en ce sens très différent de Démétrios de Phalère. Piero Vettori a soigneusement collationné son exemplaire de l’édition aldine des œuvres de Platon (parue en 1513) avec des manuscrits de la bibliothèque Médicis, menant à bien un réel travail d’édition27. Pourtant, les imprimeurs-libraires ont présenté ce livre comme s’il n’était pas soigné du tout, comme s’ils respectaient un modèle établi de petit livre imprimé à destination des auditeurs du Studio florentin, qu’il s’agisse ou non d’une édition corrigée.

  • 28 M. Tullii Ciceronis opera, omnium quæ hactenus excusa sunt, castigatissima nunc primum in lucem edi (...)

20Quelques années plus tôt, le premier travail humaniste de Piero Vettori a été la préparation des œuvres complètes de Cicéron pour les Giunti de Venise entre 1533 et 1536. Vettori est chargé de compléter un tome déjà existant, les discours, préparé par Andrea Navagero : il y ajoute trois tomes, les traités de rhétorique, les œuvres philosophiques et la correspondance de Cicéron, ainsi qu’un volume de commentaires. Comme toujours, le premier tome porte une page de titre correspondant à l’ensemble des ouvrages, alors que les titres des ouvrages suivants décrivent précisément le contenu du chacun d’entre eux. Le titre du premier volume dit peu de choses : « MTullii Ciceronis opera, omnium quæ hactenus excusa sunt, castigatissima nunc primum in lucem edita »28. Ce premier volume, comme les volumes 3 et 4, a été préparé par Vettori. Ces deux derniers n’indiquent pas non plus qui en a établi le texte :

Tertius tomus Marci Tullii Ciceronis epistolarum libros continet, ex peruetustis exemplaribus accuratissime post omnes, quæ hactenus editæ sunt, excusiones, recognitarum. Quorum elenchum sequenti reperies pagina.Quartus tomus in quo Marci Tullii Ciceronis opera Philosophica, nuper ad fidem uetustissimorum exemplarium diligentissime recognita, quorum catalogum sequens indicabit pagina.

21Seul le second volume, celui qui a été établi par Andrea Navagero avant sa mort, porte un titre bien plus développé :

  • 29 MTCiceronis orationes habet ab Andrea Naugerio patritio Veneto summo labores ac industria in Hi (...)

M. T. Ciceronis orationes habet ab Andrea Naugerio patritio Veneto summo labore ac industria in Hispaniensi Gallicaque legatione excussis permultis bibliothecis, et emendatiores multo factas, & in suam integritatem ad exemplar codicum antiquorum longe copiosius restitutas29.

22Le volume de commentaires, lui, qui ne fait pas réellement partie de l’édition, est très clairement attribué à Vettori :

  • 30 Ce volume est décrit dans EDIT16 comme le volume 5 des œuvres complètes : Petri Victorii explicatio (...)

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum30.

  • 31 Sur cette entreprise, voir R. Mouren, « L’auteur, l’imprimeur et les autres : éditer les œuvres com (...)

23Ainsi, paradoxalement, alors que les Giunti ont dû faire de nombreux efforts pour convaincre Piero Vettori de préparer trois gros volumes et l’aider à en venir à bout en trois ans, ils n’indiquent pas son nom sur les pages de titre !31 Il est vrai que ce travail était le premier d’un humaniste qui jusqu’alors n’avait rien publié et n’avait jamais enseigné. Andrea Navagero en revanche, mort depuis plusieurs années, était très réputé. Sans doute faut-il y voir l’explication de ce choix des Giunti.

II. — Un auteur pour un autre

  • 32 Voir infra, p.30.

24Cette nouvelle édition des œuvres complètes de Cicéron est rééditée rapidement. L’édition parisienne de Robert Estienne sera étudiée un peu plus loin32. La seconde réédition, celle de 1540 à Lyon, par Sébastien Gryphe, se présente en petits volumes in octavo. L’imprimeur-libraire lyonnais reproduit exactement le texte préparé par Vettori. Pourtant, le premier volume de cette édition lyonnaise porte le titre suivant :

M. Tullii Ciceronis opera. Ex Petri Victorii Castigationibus. His accesserunt Castigationibus eiusdem Victorii Explicationes : ac Ioachimi Camerarii Padenbergensis Annotationes.

25Or quand on ouvre le livre, que l’on lit les pièces liminaires (qui sont exactement les mêmes que dans l’édition vénitienne), et même si l’on collationne le texte de cette édition avec celle de Venise et surtout avec l’édition de Joachim Camerarius parue aussi en 1540, mais à Bâle, on ne trouve aucune trace de l’intervention de ce dernier, et certainement pas les annotationes annoncées au titre, que l’on s’attendrait à trouver à la fin de chaque œuvre ou de chaque volume. On ajoute donc au titre un nom, celui de Joachim Camerarius, alors qu’il n’est intervenu en rien dans la préparation du livre. Pourquoi ? Est-ce, encore une fois, parce qu’il était plus connu que Piero Vettori, qui n’était plus si jeune mais n’avait rien fait d’autre ? Ou bien Sébastien Gryphe a t-il dû modifier son projet éditorial en cours de route ?

III. — Un auteur très secondaire

  • 33 Porphyrii philosophi, opcit. Clementis Alexandrini Omnia quae quidem extant opera, nunc primum e (...)

26D’autres cas, fort différents, dans lesquel l’auteur secondaire disparaît à nouveau, peuvent trouver à nouveau une explication. Il peut s’agir de livres dont l’édition n’a pas pour seul objectif de mettre à disposition des lettrés un texte antique, mais participe à des projets dont la magnificence des princes, qu’ils soient laïques ou ecclésiastiques, n’est pas absente. C’est le cas d’un ensemble de livres publiés à Florence, à partir de manuscrits conservés dans la bibliothèque des Médicis. Celle-ci, quoique privée, accueillait ceux qui en avaient besoin. Elle ouvrit au public en 1571, dans une salle dont le vestibule était dû à Michel-Ange. La bibliothèque des Médicis, enrichie depuis un siècle de textes latins et grecs, contenait des manuscrits très importants pour la transmission des auteurs antiques. Piero Vettori utilisa plusieurs d’entre eux pour ses livres, comme par exemple les manuscrits Mediceus et Florentinus d’Eschyle. Plusieurs de ses livres portent une page de titre sur laquelle est indiqué clairement que l’édition a été préparée essentiellement à partir de manuscrits médicéens. C’est le cas de ses éditions de Porphyre (1548), de Clément d’Alexandrie (1550) et de Salluste (1576)33.

  • 34 R. Mouren, « La lecture assidue des classiques : Marcello Cervini et Piero Vettori », dans Humanism (...)

27Aucun de ces trois livres ne porte le nom de l’humaniste qui les a préparés : Piero Vettori pourtant, dès 1548, était devenu célèbre, professeur respecté au Studio de Florence et éditeur de plusieurs ouvrages importants comme les œuvres complètes de Cicéron. Le dernier des trois, Salluste, porte comme seule indication supplémentaire, outre le nom de l’auteur et le titre des œuvres la mention : « E bibliotheca Medicea ». La marque typographique utilisée est la fleur de lys, symbolisant la ville de Florence, souvent utilisée par les Giunti. L’édition de Clément d’Alexandrie réunit deux entreprises : celle de l’édition des manuscrits médicéens et celle du cardinal Cervini, qui avait décidé d’éditer les Pères de l’Église grecque34.

28La plus extraordinaire de ces entreprises est l’édition de Porphyre, qui offre l’editio princeps d’une partie des textes présents dans le livre. Non seulement la page de titre porte elle aussi la mention « Ex Medicea Bibliotheca », mais elle est ornée d’une gravure spécialement dessinée pour cette entreprise, représentant l’entrée d’une bibliothèque surmontée au fronton de l’expression « Publicæ utilitati » et de la couronne ducale de la famille Médicis. L’entrée de cette bibliothèque, à l’intérieur de laquelle on peut voir des pupitres et des livres ouverts, en cours de lecture, ressemble fort à l’entrée monumentale de la bibliothèque Médicis, ouverte vingt-trois ans plus tard, en 1571, où se conservait déjà le manuscrit de Porphyre.

  • 35 R. Scorza, « Borghini and the florentine academies », dans Italian Academies of the Sixteenth Centu (...)

29L’étude qu’en a faite Rick Scorza montre que l’édition a été entreprise sur la décision de Côme Ier de Médicis ; la gravure centrale a fait l’objet d’un concours remporté par Vincenzio Borghini35. Cette page de titre exceptionnelle à plusieurs titres offre donc un très grand nombre d’informations sur les circonstances de la conception et de la fabrication de ce livre. Une seule information manque pourtant : la participation de Piero Vettori, professeur au service des Médicis, n’est pas mentionnée. Cette pratique n’est pas unique : on peut par exemple étudier les pages de titres des livres imprimés à Paris « Ex bibliotheca regia » par les typographes du roi, Robert Estienne ou Adrien Turnèbe, et y observer des choix semblables.

30Bien entendu, il est assez fréquent que l’on mentionne au titre qu’une édition a été préparée à partir d’un manuscrit célèbre et que l’on précise le nom de son propriétaire : mais la plupart du temps, l’objectif semble être davantage d’assurer le sérieux de cette nouvelle édition, meilleure grâce à l’utilisation d’un nouveau manuscrit. Cela ressort davantage de la stratégie commerciale des imprimeurs-libraires.

IV. — Trop d’humanistes pour un seul livre

31En 1538, Robert Estienne imprime à son tour les œuvres complètes de Cicéron. Comme les Giunti, il les présente en quatre volumes in folio, complétés par un cinquième volume contenant les commentaires de Vettori. Le titre du premier volume n’est pas des plus clairs :

M. T. CICERONIS OPERA. Ex Petri Victorii codicibus maxima ex parte descripta, uiri docti et in recensendis authoris huius scriptis cauti & perdiligentis : quem nos industria, quanta potuimus, consequuti, quasdam orationes redintegratas, tres libros De legibus multo quam antea meliores, & reliquias de commentariis qui De Republica inscripti erant, magno labore collectas undique, descriptasque libris, uobis exhibemus. Eiusdem Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum. Index rerum et uerborum.

32Dans ce titre, rédigé par l’imprimeur-libraire comme un discours à la première personne, Robert Estienne emploie une formule qui manque de clarté, et peut aussi bien signfier qu’il utilise l’édition de Vettori que préciser qu’il a consulté ses manuscrits ! La formulation choisie par Estienne est glosée à la fin du volume 2 : il y explique qu’il avait déjà fini de préparer le premier volume, contenant les traités de rhétorique, lorsqu’il a reçu un exemplaire de Piero Vettori très bien corrigé (il emploie « exemplar », ce qui peut signifier exemplaire aussi bien que manuscrit), qu’il a ensuite suivi exactement. Il a ajouté séparément, dit-il, les leçons divergentes entre l’édition Vettori et son propre travail. Le titre est plus précis : il parle bien de « codices », manuscrits, et non pas imprimés. Il fait référence ainsi au manuscrit utilisé par Piero Vettori pour l’édition vénitienne, qui a permis à ce dernier d’améliorer le texte cicéronien : ce manuscrit lui avait été donné par son ami Bartolomeo Cavalcanti.

33Le long titre de Robert Estienne est donc certainement une tentative pour préciser le rôle de chacun, et en particulier pour bien marquer qu’il n’est pas seulement l’éditeur matériel, l’imprimeur-libraire, mais aussi l’éditeur scientifique. On peut y voir une maladresse, une difficulté non résolue à être, sur la page de titre de son propre livre, à la fois imprimeur et humaniste.

  • 36 Sur l’histoire de cette édition voir R. Mouren, Une édition d’auteur classique au xvie siècle : Pie (...)

34Son fils Henri Estienne se heurte quelques années plus tard à la même difficulté. En 1557, année de son installation comme imprimeur-libraire, il imprime à Genève les tragédies d’Eschyle. Piero Vettori en avait établi le texte et le lui avait remis sans doute dès 155436. La page de titre semble préciser clairement le rôle des protagonistes, l’humaniste et l’imprimeur.

  • 37 4°, [8], 395 p. (GLN-2029).

Ἀισχυλου τραγῳδιαι Ζ, Προμηθεὺς δεσμώτης, Ἑπτὰ ἐπὶ Θήβαις, Πέρσαι, Άγαμέμνων, Χοηφόροι, Εὐμενίδες, Ἰκέτιδες, σχολια εἰς τὰς αὐτὰς τραγῳδίας, Aeschyli tragoediae VII, quae cum omnes multo quam antea castigatiores eduntur, tum uero una, quae mutila et decurtata prius erat, integra nunc profertur, scholia in easdem, plurimis in locis locupletata, et in pene infinitis emendata, Petri Victorii cura et diligentia. Ex officina Henrici Stephani, MDLVII37.

35On peut noter – et cela nous ramène à un aspect que nous avions abordé rapidement en introduction, celui de la collection éditoriale, et surtout de son apparence – que le nom de l’humaniste est bien présent, un peu séparé du reste, ce qui le met en valeur au titre, de même que les caractères utilisés, des petites capitales. Toutefois le nom de l’humaniste figure en caractères plus petits que celui de l’éditeur matériel, Henri Estienne. À cela on peut trouver plusieurs raisons, parmi lesquelles la fierté familiale, l’orgueil célèbre d’Henri Estienne (rappelons que l’Eschyle fait partie des sept premiers livres qu’il imprime). Mais l’étude du contenu du livre, la lecture de la postface adressée par Henri Estienne au lecteur, donnent des informations complémentaires. Henri Estienne, en réalité, a été pour ce livre bien plus qu’un imprimeur-libraire : il a fait œuvre, lui aussi, d’éditeur scientifique, passant après Piero Vettori pour modifier par endroits le texte en suivant, dit-il, les nombreux manuscrits qu’il a pu consulter. Il a parfois rejeté les choix de Piero Vettori en fin de livre, les remplaçant par sa propre variante, en réalité née la plupart du temps de la de la confiance qu’il a en sa propre connaissance de la langue plutôt que de la lecture des manuscrits : de la correctio ope ingenii plutôt que de la correctio ope codicis chère à Piero Vettori. Henri Estienne se présente donc comme jouant un rôle important dans le livre, mais il se heurte à des habitudes déjà ancrées et ne trouve pas de solution pour s’afficher, sur sa page de titre, à la fois comme humaniste et comme imprimeur.

  • 38 R. Mouren, « La place des humanistes dans les rééditions des auteurs antiques : stratégies éditoria (...)

36Dans cette étude, nous avons laissé de côté les éditions composites, qui ont fait l’objet ailleurs d’un premier sondage38. On le voit, il serait caricatural et trop simplificateur de dire que la page de titre n’est que l’espace utilisé par l’imprimeur pour vendre son livre, et de ne voir dans les choix possibles qu’une réflexion commerciale. Les quelques exemples étudiés permettent de rappeler la complexité de la question de l’auteur, ainsi que celle des livres eux-mêmes qui sont publiés.

Fig. 1. Ξενοφντος ποµνηµονευµάτων πρτον, Florentiæ, apud Iuntas, 1551 (page de titre). SCD université de Poitiers, service du fonds ancien, XVI 36.

Fig. 1. Ξενοφῶντος Ἀποµνηµονευµάτων πρῶτον, Florentiæ, apud Iuntas, 1551 (page de titre). SCD université de Poitiers, service du fonds ancien, XVI 36.

Fig. 2. ∆ηµητρίου Φαληρέως περ ρµηνείας, Demetrei Phalerei de elocutione, Florentiae, apud Iuntas, 1552 (page de titre). Bibliothèque Mazarine.

Fig. 2. ∆ηµητρίου Φαληρέως περὶ ἑρµηνείας, Demetrei Phalerei de elocutione, Florentiae, apud Iuntas, 1552 (page de titre). Bibliothèque Mazarine.

Fig. 3. ∆ηµητρίου Φαληρέως περ ρµηνείας, Demetrei Phalerei de elocutione, Florentiae, apud Iuntas, 1552 (dernière page). Bibliothèque Mazarine.

Fig. 3. ∆ηµητρίου Φαληρέως περὶ ἑρµηνείας, Demetrei Phalerei de elocutione, Florentiae, apud Iuntas, 1552 (dernière page). Bibliothèque Mazarine.

Notes

1 Ce travail a été facilité par le programme de numérisation de la Bayerische Staatsbibliothek (Munich), qui m’a permis de consulter en ligne plusieurs livres importants. Il a été présenté à l’invitation de Grégoire Holtz lors du colloque Repenser la culture de l’imprimé, université de Toronto, octobre 2010. Je remercie Martine Furno, qui m’a aidée à comprendre l’édition de Cicéron proposée par Robert Estienne.

2 Nous laissons ici de côté l’abondante bibliographie existant sur la question de l’auctor, de l’actor et de l’auctoritas au Moyen Âge.

3 De l’autorité : colloque annuel 2007, dir. A. Compagnon, Paris, 2008. Michèle Clément, dans un article en partie historiographique, a rappelé « l’effacement du nom de l’auteur dans la perspective structuraliste » : ead., « Nom d’auteur et identité littéraire : sous quel nom être publiée en France au xvie siècle ? », dans Réforme, humanisme, Renaissance, 70, 2010, p. 81.

4 R. Bodenmann, « L’auteur et son nom de plume : autopsie d’un choix. Le cas des pays francophones et germanophones du xvie siècle », dans L’auteur à la Renaissance : l’altro que [sic] è in noi, éd. R. Gorris Camos et A. Vanautgaerden, Turnhout, 2009 (Nugae Humanisticae, 9), p. 19-64 ; M. Walsby, « La voix de l’auteur ? Autorité et identité dans les imprimés français au xvie siècle », p. 65-82.

5 Anonymity in Early Modern England : “What’s in a name ?”, éd. J. Wright Tarner et B. Howard Traister, Farnham, 2011.

6 Qui écrit ? Figures de l’auteur et poids des co-élaborateurs du texte de la fin du manuscrit à la Révolution, dir. M. Furno, Lyon, 2009 (Métamorphoses du livre) ; L’émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance 1520-1560, dir. M. Clément et J. Incardona, Saint-Étienne, 2008 (L’école du genre).

7 J. De Landtsheer, « Le privilège : un droit de l’auteur ou de l’éditeur ? À propos de Juste Lipse et de la publication de son œuvre », dans L’auteur à la Renaissance, opcit., p. 101-121.

8 Ead., « Les pages de titre dans l’œuvre de Juste Lipse (1547-1566) », dans La page de titre à la Renaissance : treize études suivies de cinquante-quatre pages de titre commentées et d’un lexique de termes relatifs à la page de titre, éd. J.-F. Gilmont et A. Vanautgaerden, collab. F. Deraedt, Tunhout, 2008 (Nugae humanisticae, 6), p. 57-72.

9 M. Clément, « Nom d’auteur et identité littéraire… », p. 73 : « Que signifie l’inscription du nom de l’auteur sur une page de titre et quel est le rôle de cette pratique éditoriale née à la fin du xve siècle et qui se développe progressivement au cours du xvie siècle, consistant à afficher de plus en plus souvent et de plus en plus visiblement, dès la page de titre, ce nom d’auteur ? » ; p. 94 : « Que produit la présence du nom […] comme nom d’auteur ? ».

10 M. Clément, « Nom d’auteur… », opcit., p. 73-101 ; R. Bodenmann, « L’auteur et son nom de plume… », passim.

11 M. M. Smith, The Title-Page : Its Early Development 1460-1510, Londres/New Castle, 2000.

12 Cette question est posée par Michèle Clément dans son introduction au volume L’émergence des femmes à la Renaissance déjà cité ; voir aussi M. Clément, « Comment un nouveau champ littéraire est créé à Lyon : “En donnant lieu à la main féminine” (1530-1555) », p. 15-28, et plus spécialement p. 19-21.

13 « L’hypothèse ici est qu’il se passe quelque chose au xvie siècle […] à savoir le glissement de l’autorité à l’auctorialité, ce qui a lieu grâce au passage à l’imprimé et grâce à la pratique philologique humaniste qui évolue de la référence à la citation et du latin au vernaculaire […] » : M. Clément, « Nom d’auteur… », opcit., p. 75. L’autorité est ici liée à la référence, par opposition à l’auctorialité et à la citation, mais le point de vue n’est pas différent. La citation exacte est loin d’être systématiquement présente dans le travail humaniste.

14 Rhetores in hoc uolumine habentur hi, Aphthonii sophistae progymnasmata. Hermogenis ars Rhetorica. Aristotelis Rhetoricorum ad Theodecten libri tres. Eiusdem Rhetorice ad Alexandrum. Eiusdem ars Poetica. Sopatri Rhetoris quaestiones de componendis declamationibus in causis praecipuae iudicialibus. Cyri Sophistae differentiae statuum. Dionysii Alicarnasei ars Rhetorica. Demetrii Phalerei de interpretatione. Alexandri Sophistae de figuris sensus & dictionis. Adnotationes innominati de figuris Rhetoricis. Menandri Rhetoris diuisio causarum in genere demonstratiuo. Aristeidis de ciuili oratione. Eiusdem de simplici oratione. Apsini de arte Rhetorica praecepta…, Venetiis, in aedib. Aldi, 1508, 2°, [16], 734, [1] p. (EDIT16, n° CNCE 2146).

15 Ces recherches ont été commencées à l’occasion d’une journée d’études organisée par le groupe Aix 16 de la Maison méditérannéenne des sciences de l’homme en janvier 2006, dans une communication inédite : « Identifier, s’identifier : usages politiques et scientifiques de la page de titre ».

16 Ξενοφῶντος Ἀποµνηµονευµάτων πρῶτον, Florentiæ, apud Iuntas, 1551, 8°, 208, [3] p. Λύσις ἠ περὶ φιλίας µαιευτικὸς. τὰ τοῦ διαλόγου πρόσωπα, Florentiæ, [Iunta], 1551 [1552], 8°, 23, [1] f.

17 Marques Z1049-A50 (EDIT16, n° CNCM 485) et V68 (EDIT16, n° CNCM 776).

18 Λύσις ἠ περὶ φιλίας µαιευτικὸς. τὰ τοῦ διαλόγου πρόσωπα, opcit., f. 2.

19 ∆ηµητρίου Φαληρἐως περὶ ἑρµηνείας, Demetrii Phalerei de elocutione, [Florentiæ], [Iunta], [1542], 8° (EDIT16, n° CNCE 16153).

20 ∆ηµητρίου Φαληρέως περὶ ἑρµηνείας, Demetrei Phalerei de elocutione, Florentiae, apud Iuntas, 1552, 8°. [12], 96, [2] p. (EDIT16, n° CNCE 16155). Petri Victorii commentari in librum Demetrii Phalerei de elocutione, positis ante singulas declarationes Graecis uocibus auctoris : iisdemque ad uerbum Latine expressis. Additus est rerum et uerborum memorabilium index copiosus, cum Pii III Pont. Max. Cosmi Medicis Florentinorum Senensiumque Ducis, & Alphonsi Ferrariensium Ducis, priuilegiis ampliss. Per decennium, Florentiae, In officina Iuntarum, Bernardi f. [apud hæredes Bernardi Iuntæ], 1562, 2°,[20], 268, [11] p. (EDIT16, n° CNCE 6158).

21 Voir l’étude déjà menée : R. Mouren, « Le photocopillage au temps de l’imprimerie artisanale : Piero Vettori, Bernardo Giunti et le traité Du style », dans Revue française d’histoire du livre, 118-121 : Le berceau du livre : autour des incunables. Études et essais offerts au professeur Pierre Aquilon par ses élèves, ses collègues et ses amis, dir. Frédéric Barbier, 2003, p. 409-420.

22 Ἀριστότελους Ἠθικῶν Νικοµαχείων βιβλία δέκα, Aristotelis De moribus ad Nicomachum filium libri decem, Florentiæ, apud Iunctas, 1547, 4°, 68, [7] f. (EDIT16, n° CNCE 2922). ᾿Ἀριστότελους Πολιτικῶν βιβλία ὀκτω, Aristotelis De optimo statu reip. libri octo, Florentiæ, apud Iunctas, 1552, 4°, [4], 204, [4] p. (EDIT16, n° CNCE 2937).

23 Πορφυρίου Φιλοσόφου, περὶ ἀπωκῆς ἐµψύχων βιβλία τέσσαρα, τοῦ αὐτοῦ τῶν πρὸς τὰ νοητὰ ἀφορµῶν. Μιχαὴλ Ἐφεσίου σχόλια εἰς τέσσαρα τοῦ Άριστοτέλους περὶ Ζώων µορίων. Porphyrii Philosophi De non necandis ad epulandum animantibus libri IIII, eiusdem selectæ breuesque sententiæ ducentes ad intelligentiam rerum, quæ mente noscuntur, Michaelis Ephesii scholia in IIII libros Aristotelis de Partibus animantium, e Medicea bibliotheca […] Accedunt Victorii epistola studiosis Græcorum artium, Græco sermone scriptarum […], Florentiæ, in off. Bernardi Iunctae, 1548, 2°, 129 p. (EDIT16, n° CNCE 28093).

24 La Politique est dédicacée à son ami Giovanni Della Casa, Cicéron à Niccolò Ardinghelli et Bartolomeo Cavalcanti, le Démétrios de Phalère de 1552 au cardinal Alexandre Farnèse, Hipparque de Bithynie au grand duc de Florence Côme Ier.

25 « […] Platonis aliquid epularum uobis apponere uolui, ut elegantiarum uerborum numerosque doctissimi ac politissimi scriptoris degustetis » : Λύσις ἠ περὶ φιλίας…, opcit., f. A2.

26 « Libellum autem hunc, commodi uestri causa, non nullis locis purgatum, separatim a reliquo opere, excudendum curaui » : Λύσις ἠ περὶ φιλίας…, opcit., f. A2v.

27 Voir l’étude de Stefano Martinelli Tempesta, La tradizione testuale del Liside di Platone, Florence, 1997, p. 191-197 (Pubblicazioni della facoltà di lettere e filosofia dell’università degli studi di Milano, CLXXIII, sezione di filologia classica, 6). Pendant ses cours sur Lysis, Vettori a traduit le texte pour ses étudiants ; sa traduction a été prise en note par un de ses étudiants : Stefano Martinelli Tempesta, « La versione latina di Pier Vettori del Liside platonico », Atti e memorie dell’accademia toscana di scienze e lettere La Colombaria, 65, nouv. série 51, 2000, p. 113-171.

28 M. Tullii Ciceronis opera, omnium quæ hactenus excusa sunt, castigatissima nunc primum in lucem edita, Venetiis in officina Lucæ Antonii Iuntæ, 1537 [mense Augusto 1536] (EDIT16, n° CNCE 12236).

29 MTCiceronis orationes habet ab Andrea Naugerio patritio Veneto summo labores ac industria in Hispaniensi Gallicaque legatione excussis permultis bibliothecis, et emendatiores multo factas, & in suam integritatem ad exemplar codicum antiquorum longe copiosius restitutas. Ne autem adulterina quæpiam impressio, librariorum forte auaritia, supponatur : haud ab re uisum est hoc cuere sigillo : præterquam quod summi Pontificis, Cæsaris, Senatus Veneti, ac cæterorum Italiæ Principum decreta, nequis id per XX annos impune faciat, uetant, Venetiis in officina Lucæ Antonii Iuntæ post Germanam Gallicamque editionem, 1534, 2°, [16], 840, [1] p. (EDIT16, n° CNCE 12236).

30 Ce volume est décrit dans EDIT16 comme le volume 5 des œuvres complètes : Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Venetiis, 1536 [in officina Lucæantonii Iuntæ Florentini Anno domini 1537 mense Ianuario], 2°, 79, [2] p. (EDIT16, n° CNCE 12236).

31 Sur cette entreprise, voir R. Mouren, « L’auteur, l’imprimeur et les autres : éditer les œuvres complètes de Cicéron (1533-1540) », dans Écrivain et imprimeur, dir. A. Riffaud, Rennes, 2010, p. 123-146.

32 Voir infra, p.30.

33 Porphyrii philosophi, opcit. Clementis Alexandrini Omnia quae quidem extant opera, nunc primum e tenebris eruta Latinitateque donata, Gentiano Herueto Aurelio interprete, Florentiae, Laur. Torrentinus ducalis typographus excudebat, 1551, 2°, 277, [51] p. (EDIT16, n° CNCE 12689). C. Sallustii Crispi Coniuratio Catiline & Bellum Iugurthinum, E bibliotheca Medicea, Florentiae, apud Iuntas, 1576, 8°, [8], 89, [7] p. (EDIT16, n° CNCE 47692).

34 R. Mouren, « La lecture assidue des classiques : Marcello Cervini et Piero Vettori », dans Humanisme et Église entre France et Italie, du début du xve siècle au milieu du xvie siècle, éd. P. Gilli, Rome, 2004 (Collection de l’école française de Rome, 330), p. 433-463.

35 R. Scorza, « Borghini and the florentine academies », dans Italian Academies of the Sixteenth Century, éd. D. S. Chambers et F. Quiviger, Londres, 1995 (Warburg Institute colloquia, 1), p. 137-165.

36 Sur l’histoire de cette édition voir R. Mouren, Une édition d’auteur classique au xvie siècle : Piero Vettori, Henri Estienne et Eschyle (1557), thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, 1994, à paraître.

37 4°, [8], 395 p. (GLN-2029).

38 R. Mouren, « La place des humanistes dans les rééditions des auteurs antiques : stratégies éditoriales et titres trompeurs », dans Copier et contrefaire à la Renaissance : faux et usage de faux, éd. C. Nativel et P. Mounier, Paris, Champion, à paraître 2014 ; une communication restée inédite, « Le Cicéron idéal, création des imprimeurs-libraires », a été présentée au colloque Créations d’atelier : l’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance, org. A. Réach-Ngô, en 2012.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Ξενοφντος ποµνηµονευµάτων πρτον, Florentiæ, apud Iuntas, 1551 (page de titre). SCD université de Poitiers, service du fonds ancien, XVI 36.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/3462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 2. ∆ηµητρίου Φαληρέως περ ρµηνείας, Demetrei Phalerei de elocutione, Florentiae, apud Iuntas, 1552 (page de titre). Bibliothèque Mazarine.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/3462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 3. ∆ηµητρίου Φαληρέως περ ρµηνείας, Demetrei Phalerei de elocutione, Florentiae, apud Iuntas, 1552 (dernière page). Bibliothèque Mazarine.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/3462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search